Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Pour introduire

Aide-soignante : un métier toujours dévalorisé et occulté malgré des tâches valorisées et aussi réalisées par d’autres professionnels1

Aurélia Belkhiri

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 La présente contribution s’appuie sur un travail de recherche effectué auprès d’aides-soignantes q (...)
  • 2 S’agissant d’une profession très fortement féminisée, nous écrirons « l’aide-soignante » et les «  (...)

1Les aides-soignantes2 constituent l’un des premiers maillons de la chaîne des professionnels qui gravitent autour des personnes âgées dites « dépendantes ». Il s’avère pourtant que, du moins pour le moment, les sociologues se sont encore trop peu intéressés à elles.

2Contrairement à la majorité des professionnels de la santé, les aides-soignantes ne retirent pas ou peu de profits symboliques liés à leur métier. Elles ressortent d’une profession non réglementée qui, par conséquent, ne relève pas, du Code de la santé publique. De plus, comme le souligne Anne-Marie Arborio (2001) : « Les normes juridiques qui définissent cet emploi sont des arrêtés, plus rarement des décrets, et souvent des circulaires non publiés au Journal Officiel, c’est-à-dire des normes inférieures à celles qui définissent notamment la profession d’infirmière ou celle de médecin ». Aussi, on constate que la rémunération des aides-soignants(e)s n’est pas très élevée (un peu plus que le SMIG) ; or, « le mépris pour une fonction se marque d’abord par la rémunération plus ou moins dérisoire qui lui est accordée » (Bourdieu, 1998).

3Le qualificatif même d’« aide-soignante » est révélateur de son statut de subordonnée ; ainsi Anne-Marie Arborio (2001) fait remarquer que : « Ce n’est pas sur un découpage selon des caractéristiques techniques, ni sur un découpage fonctionnel qu’est fondé le choix de ce nom. Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’usage du masculin "aide-soignant" et du féminin "aide-soignante", "soignant(e)" ne joue pas ici le rôle d’un adjectif qualifiant l’aide, le servant. C’est d’abord la position hiérarchique de l’aide-soignante que le nom "soignant(e)" met en avant, sa fonction n’ayant de sens que par rapport au soignant professionnel auquel elle est subordonnée. L’appellation du métier aurait pu mettre en avant l’assistance, l’aide apportée aux malades [...] puisque le rôle de l’aide-soignante apparaît au moins autant comme une aide aux soignés qu’aux soignants ».

4Les aides-soignantes ont régulièrement pour tâche d’effectuer les toilettes, notamment celles des personnes âgées en perte d’autonomie. Sous cet angle, leur rôle est d’autant plus important que l’hygiène n’est pas qu’une affaire de santé ; car, comme le fait remarquer Norbert Élias (1973), la propreté est d’abord sociale. Elle passe par le regard des autres ; en réalité, la propreté est en elle-même un rapport a l’autre : « Il semble évident qu’on se nettoie seulement par égard pour les autres... ». L’hygiène est donc un élément important de la vie sociale et de la socialisation ; elle est : « ... extrêmement importante comme symptôme d’un reste de vitalité, et nécessaire comme instrument de survie morale » (Primo Levi, 1976).

5Les aides-soignantes ont un rôle relationnel incontestable qu’elles ont à cœur de rappeler. Celui-ci a été évoqué par toutes les aides-soignantes enquêtées ; comme le souligne l’une d’entre elles :

« Moi je pense que la chose la plus importante, c’est la relation qu’on peut avoir avec la personne âgée. Parce que bon, le savoir-faire on peut suivre une formation mais il faut avoir cette approche, cette petite chose quoi. Donc, ce qui compte surtout c’est le côté relationnel ; être sociable, à l’écoute c’est très important parce que la personne âgée c’est une personne qui a besoin d’être écoutée, qui a besoin de parler ».

6Bien que traditionnellement le travail des aides-soignantes soit défini par les gestes qu’elles doivent accomplir sur le corps des personnes âgées, lorsque ces dernières parlent de leur travail, elles préfèrent insister sur la relation verbale à travers laquelle ces gestes sont réalisés. Des propos recueillis auprès des aides-soignantes, il ressort nettement que, dans l’exercice de leur métier, des compétences relationnelles sont indispensables. À ce sujet Anne-Marie Arborio (2001) fait une remarque très pertinente : « La faible technicité des tâches de l’aide-soignante fait du "relationnel" non seulement une façon commode de résumer le contenu de ses tâches devant autrui mais aussi un des rares moyens de valorisation ».

  • 3 Comme l’écrit P. Molinier (2006), conceptualisé par Hughes, « le dirty work désigne des tâches qui (...)

7Le travail des aides-soignantes allège celui des infirmières des tâches considérées comme étant les moins nobles et les plus ingrates du « travail de care ». Ces tâches les plus ingrates appartiennent à la catégorie du « dirty work » (« sale boulot » littéralement)3. Dans cette perspective, ayant la charge des toilettes, les aides-soignantes sont perçues comme exerçant un travail peu valorisant ; ce, d’autant que dans l’inconscient collectif « les femmes qui lavent pour les autres, ne bénéficient pas d’une réputation très honorable. Elles nettoient la saleté du monde et cette saleté est tout autant morale que physique [...]. Les liens sont étroits entre le sale et la mort. On a souvent souligné les mauvaises odeurs, celles qui répugnent et qu’on associe le plus immédiatement avec la saleté, sont celles du pourrissement, voire même du cadavre... » (Denefle, 1995).

  • 4 Comme le souligne la contribution d’Éliane Le Dantec, les personnes âgées enquêtées disent toujour (...)

8En revanche, si la saleté représente symboliquement la mort, la propreté est logiquement associée à la vie. Dès lors, nous pouvons retenir qu’à chaque toilette, les aides-soignantes apportent symboliquement un peu de vie aux patients âgés. Cependant, cela ne leur est pas du tout reconnu, loin s’en faut !... Comme l’indique le titre de l’ouvrage d’Anne-Marie Arborio (2001), les aides-soignantes forment « un personnel invisible ». D’ailleurs, on parle très rarement des aides-soignantes dans les médias (à l’inverse des infirmières). Lorsque des aides-soignantes sont interviewées, elles sont souvent prises pour des infirmières4.

9Les aides-soignantes sont situées au bas de la hiérarchie des métiers paramédicaux et nombreux sont ceux qui considèrent que : « Leurs tâches anciennes d’assistance relèvent [...] plus de savoir-faire domestiques [traditionnellement dévolus aux femmes] [le nettoyage, l’hébergement] que de la science médicale » (Arborio, 2001). Leurs tâches sont identifiées comme à distance des tâches médicales plus techniques et bien plus valorisées socialement.

  • 5 La notion de burden (fardeau ou encore charge) est arrivée en France notamment par le truchement d (...)

10Éprouvant un profond besoin de reconnaissance, les aides-soignantes trouvent dans la relation d’aide –notamment auprès des personnes âgées – une compensation à des tâches ingrates et dévalorisées. Mais cette compensation reste limitée dans la mesure où elles souffrent d’être d’emblée rattachées à une expérience négativement perçue. En effet, dans notre société contemporaine, l’aide apportée aux personnes âgées est principalement envisagée comme unilatérale puisque celles-ci sont considérées comme des fardeaux pour les aidants mais aussi pour la société tout entière5.

  • 6 C’est depuis les années 1970, qu’en France, on parle de personnes âgées « dépendantes ».

11Suivant cette approche, quand elle est associée aux personnes âgées, la dépendance6 est considérée comme un attribut de la personne et non comme une interaction. Or, si au cours des entretiens effectués auprès des aides-soignantes, toutes ont particulièrement mis l’accent sur l’aspect relationnel de leur métier, c’est bien que la relation d’aide implique une réciprocité, et ces échanges avec les personnes âgées sont une compensation aux représentations sociales associées à leur métier mais aussi aux difficultés effectives de leurs tâches.

12Afin d’approfondir les éléments de cadrage de l’activité professionnelle des aides-soignantes qui viennent d’être rapidement relevés et en nous appuyant étroitement sur les informations recueillies au cours de l’enquête par entretiens semi directifs que nous avons menée, deux aspects vont être développés. Tout d’abord, nous souhaitons montrer que ce n’est pas, en priorité, le degré de « dépendance » des personnes âgées mais, bien davantage, les conditions d’emploi et de travail des aides-soignantes qui influent fortement sur « l’unilatéralité » ou la réciprocité de la relation d’aide, sur l’intensité du besoin de reconnaissance éprouvé par ces dernières comme sur la compensation ou la non compensation de la caractéristique « d’ingrates » communément attachée aux tâches que ces professionnelles accomplissent au quotidien (I). Puis, nous nous intéresserons aux incidences de ces conditions d’emploi et de travail sur la manière dont les aides-soignantes vivent leurs relations aux autres professionnels intervenant auprès des personnes âgées dépendantes, que ce soit en institution ou à domicile (II). Notre ambition est de poser quelques jalons pour ouvrir une réflexion articulée sur la réalité et les enjeux de l’efficacité sociale de l’aide apportée aux « vieux » dans notre société contemporaine ainsi que sur la sécurité de vie dont bénéficient les travailleurs chargés de donner forme et contenu à cette aide.

I. DES AIDES-SOIGNANTES MAINTENUES « AU BAS DE L’ÉCHELLE »

13Alors que, comme nombre de salariés aujourd’hui, les aides-soignantes travaillant auprès des personnes âgées dépendantes sont sommées de déployer des compétences relationnelles requerrant une implication importante de soi au travail, elles conservent un statut d’emploi dévalorisé, les maintenant au « bas de l’échelle » (Cours-Salies, Le Lay, 2006) sans véritable perspective effective d’amélioration. Les conditions de travail difficiles attachées à leur position au « bas de l’échelle » et dont l’urgence temporelle est la principale dimension génèrent une souffrance qui se noue notamment dans la culpabilité de ne pas pouvoir véritablement susciter, pendant qu’elles font concrètement leur travail, une interaction apte à prendre en compte la vieille personne en fin de vie, à entendre celle-ci dire ses désirs et frustrations. De notre enquête, il ressort que cette souffrance, à la fois, imposée et auto imposée, est toutefois plus marquée en institution qu’à domicile.

I.1 Les aides-soignantes en institution : du « petit personnel » cantonné à la discrétion

14Dans les entretiens réalisés –tous spécialement ceux évoquant l’exercice du métier d’aide-soignante en institution–, le qualificatif « petit » a été souvent mobilisé pour mettre en mots le travail dans ses différentes composantes. À propos de leur fonction technique et hiérarchique de prescription en direction des aides-soignantes, les infirmières évoquent les « petits pansements » qu’elles peuvent leur demander de faire et la « petite progression » qu’elles peuvent obtenir des patients âgés, à condition qu’elles y mettent du leur !... Quant aux aides-soignantes elles-mêmes, elles soulignent leur satisfaction de parvenir à établir « tout de même une petite relation » avec les personnes âgées. Plus généralement, elles ressentent leur travail en termes de « petite routine » avec pleins de « petits trucs » et de « petites choses ».

15Cette thématique du « petit » innervant le « dit entendu » sur notre terrain nous paraît compléter l’analyse de Lise Causse (2006) qui montre, qu’à force d’être dévalorisé et occulté, le travail des aides-soignantes les cantonne à une posture de « petit personnel », bien sûr aux yeux des autres mais aussi des leurs. Dans les entretiens, le vocable « petit » fonctionne constamment avec un double sens. De manière paradoxale, il exprime, d’un côté, le déni de valeur accordé aux pratiques et ressentis des travailleurs de peu et, de l’autre, les bribes de possible réciprocité volées, sur le fil du rasoir, à la logique implacable du déni.

I.1.1 Quand travailler c’est enchaîner les toilettes au pas cadencé !...

16En maisons de retraite, ou encore en services hospitaliers de longs séjours, les conditions de travail des aides-soignantes sont souvent difficiles. Dans ces structures, il semble que les aides-soignantes et les personnes âgées ressentent une souffrance commune qui, au cours des entretiens, a fréquemment été mise en mots en terme de déni de la dimension humaine :

« Je veux pas aller en service car ce côté d’être sociable, humain ça existe pas en service » (une aide-soignante).

17Nombre d’institutions manquent de personnel, il en résulte une charge de travail trop importante pour l’ensemble du personnel médical et paramédical. Ainsi, en ce qui concerne leurs conditions de travail en institution, les aides-soignantes rencontrées lors des entretiens sont unanimes : le temps manque cruellement. « En institution, ben on va dire qu’on n’a pas le temps quoi ! ». En effet, en institution il n’est pas rare qu’une aide-soignante soit chargée d’effectuer 15 toilettes en une matinée :

« En 3 heures j’avais 15 toilettes à faire, et des douches la plupart du temps, donc c’était 15 douches. C’était à la va-vite... ».

18De même, en ce qui concerne le travail de nuit, une aide-soignante raconte :

  • 7 Alors qu’il devrait y avoir en moyenne une aide-soignante pour trois résidents.

« Oui c’est comme ça, par exemple en longs séjours on était deux pour 120 personnes7. Ils voulaient pas qu’on soit trois, pourtant on avait fait une demande pour qu’on ait au moins une infirmière, mais ils ont pas voulu. [...] Mais la nuit, des fois, on trouvait que c’était long, quand on a une urgence. Ça m’est arrivé que la personne a failli mourir dans mes bras, j’ai trouvé le temps très long et quand le médecin s’est déplacé : "ah ! ! bon vous avez su faire" (sur un ton sarcastique). Je lui ai répondu : "heureusement parce que je veux dire..."
Voilà, la nuit y a des moments c’était long, si on savait pas gérer y aurait eu beaucoup plus de morts. La nuit ça nous apprend à gérer l’urgence, mais je trouvais que c’était long quand même ».
« Avant, on avait des médecins de garde qui étaient à l’hôpital, mais bon comme on dit manque de moyens et maintenant ils sont chez eux. Donc quand y a des urgences, il se passe quand même une demi-heure avant que le médecin arrive, le temps du trajet de son domicile à l’hôpital. Et donc, moi c’est ce qui c’était passé, le médecin avait une demi-heure de route, une demi-heure que j’ai trouvée interminable. Et qu’avant c’est vrai, ils étaient sur place, ils dormaient à l’hôpital, donc en deux minutes ils arrivaient. Et puis bon, là maintenant on est obligé d’attendre un quart d’heure, une demi-heure et puis bon des fois, c’est vrai qu’ils jugent que ça peut attendre, mais bon on n’est pas médecin ».

19Le manque de personnel tend à accentuer le caractère répétitif du travail des aides-soignantes. Voici ce que dit une infirmière à propos du travail – notamment des aides-soignantes – dans un service de longs séjours spécialisé en gériatrie :

« ,..C’est tous les jours la même chose, la plupart du temps avec les mêmes patients, puisqu’on est dans le long séjour. C’est très répétitif, il y a l’usure qui s’installe [...]. Mais d’un autre côté les aides-soignantes qui sont en service, plus technique on va dire, même si je n’aime pas, y a pas de service technique et non technique, elles voient beaucoup plus de choses, même si elles font la même chose, même si elles font que les toilettes, elles voient des choses différentes. Tandis qu’en gériatrie c’est pratiquement toujours pareil... ».

20Durant les entretiens, les aides-soignantes ont été nombreuses à qualifier leur travail en institution auprès de personnes âgées de « travail à la chaîne », et se comparent à des « machines » :

« ,.. Dans la maison de retraite c’est à la chaîne. Je veux dire qu’on enchaîne les toilettes, enfin là où j’étais en dernier, mais c’est partout pareil parce que j’en ai fait plusieurs. On commence à 7 h du matin et on finit les toilettes à 11 h 30 mais on n’a pas le temps... ».

21Une infirmière qui a travaillé dans une unité de soins en longs séjours, s’exprime sur ce sujet et fait remarquer que :

« ,.. Les soignants étaient aussi réduits à des robots donnant des soins ».

22Utilisés de manière récurrente lors de l’enquête de terrain, ces termes – « travail à la chaîne », « robots », « machines » – montrent à quel point les aides-soignantes en institution ressentent la difficulté – sinon l’impossibilité – de vivre la dimension humaine, relationnelle de leur travail alors qu’elle est essentielle à leurs yeux. De même, plus ou moins explicitement, l’usage de ces termes interpelle les structures concernées dans leur incapacité à s’organiser en mettant leurs usagers âgés au centre de leurs préoccupations. Parmi les aides-soignantes rencontrées, certaines ont pointé que la recherche d’efficacité sociale ne faisait pas le poids face à l’exigence de rentabilité économique aujourd’hui imposée aux structures :

« Avant de faire du domicile, j’ai travaillé en maison de retraite, et c’est pas du tout pareil ! La maison de retraite c’est plus euh... Je dirais que c’est plus au rendement, rentabilité oblige [...] en maison de retraite c’est à la chaîne ».

  • 8 Chef de service de médecine interne et gériatrie.

23Dans le même registre critique, il est signalé que les actionnaires qui investissent dans les maisons de retraites sont de plus en plus nombreux. « À la bourse, le grabataire est à la hausse » titre Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique et politique (28 avril 2004). Quant à Jacques Soubeyrand (2006), il écrit8 : « ,.. Les bénéfices de certaines maisons de retraites privées atteignent des sommets. MEDIDEP [une des trois plus grandes chaînes de maisons de retraites privées] annonce pour 2003 une hausse de 25,5 % de son chiffre d’affaires. Et, sur l’année 2005, le cours de l’action a progressé de 31,2 %. Le groupe a multiplié par dix ses bénéfices (12,4 millions d’euros) en sept ans ».

24Malgré une situation financière souvent florissante, beaucoup de maisons de retraite continuent de fonctionner en sous effectifs. En France, dans ces établissements le ratio « pensionnaires/personnels » est de 0,3 personnel par pensionnaire, alors que la moyenne en Allemagne et en Suisse est de 0,8 à 1 personnel par pensionnaire ; soit plus du double par rapport à celle de la France. Lorsque l’on demande aux directeurs de maisons de retraites de procéder à des embauches, ils répondent que le coût de celles-ci, du moins pour partie, incombera inévitablement aux résidents et à leurs familles. Or, beaucoup parmi ces derniers ont du mal à faire face aux tarifs déjà en vigueur, à savoir : entre 2 700 et 4 600 euros par mois à Paris, entre 2 000 et 2 500 euros par mois en Ile de France et entre 1 500 et 1 800 euros par mois en province.

25Tandis que « les maisons de retraites privées vantent la rentabilité du secteur et son potentiel de croissance à leurs investisseurs et à leurs actionnaires, c’est une autre histoire qu’ils racontent à la table des négociations avec le gouvernement. Les syndicats de directeurs d’établissement – qui représentent un lobby influent au regard de la politique de la vieillesse – se plaignent de manquer de moyens. Après la canicule de l’été 2003, leur porte-parole explique en effet que le défaut de personnel résulte "du manque de moyens et non de la recherche du profit". Il faut donc plus d’argent public au profit des dirigeants, car la dignité du quatrième âge est bien une question d’argent », (Le Figaro, 27 août 2003, cité par Soubeyrand, 2006).

26Dans les maisons de retraite non privées, les directeurs doivent, quant à eux, faire face aux restrictions budgétaires. Composer avec ces restrictions devient malheureusement trop souvent une priorité de leur emploi du temps. Dans ces institutions confrontées en permanence aux restrictions budgétaires, il y a nécessairement des incidences négatives en matière de conditions de travail qui, en retour, mettent à mal la relation « aidant »/ « aidé », notamment en réduisant leurs échanges à la portion congrue. Comme le précise une infirmière :

« Le long séjour ne correspond pas tout à fait à ce qu’on attend de lui, parce que c’est un peu utopique avec les moyens qu’on a actuellement... ».

27La relation d’aide, telle qu’elle se pratique dans ces institutions, est à sens unique, à savoir qu’il n’y a pas d’interaction possible car l’aide-soignante fait le soin ou encore distribue le repas dans un temps très court ; trop court pour envisager un réel échange (hors prestation prescrite) avec le patient. Il semblerait que lorsque l’équilibre de la relation aidant/aidé est mis à mal, en l’occurrence, lorsque la relation d’aide se résume aux soins médicaux stricto sensu, aussi bien l’aidant que l’aidé sont alors en souffrance. Comme le montre l’enquête, dans ce contexte, les aides-soignantes ont l’impression de ne pas faire « du bon travail » : L’une d’entre elles souligne :

« Disons qu’en maison de retraite, enfin pour moi personnellement, je sais pas si je peux parler comme ça, mais en maison de retraite j’ai pas l’impression de faire du bon travail parce que là c’est entre guillemets du "travail à la chaîne". Vraiment il faut faire vite, vite, vite, donc on n’a pas le temps vraiment de prendre soin de la personne, personnellement comme je voudrais quoi... ».

28Ce qui pose problème aux aides-soignantes c’est qu’elles sont sans cesse dans une sorte de compromis entre, d’un côté, ce qu’il faudrait faire et, d’un autre côté, ce – de fait en deçà – que permet l’organisation du travail. Ici, on constate que pour les aides-soignantes, prendre soin des personnes âgées ne se résume pas à la toilette ou à la distribution des repas. En réalité, lorsque les aides-soignantes parlent de « faire le soin », elles se réfèrent aussi à un « prendre soin » plus informel qui comprend des conversations avec les personnes âgées, et parfois même le coiffage, le maquillage, etc. ; autant de soins qui permettent un rapprochement entre « l’aidant » et « l’aidé ». Mais surtout, ce « prendre soin informel » permettrait aux aides-soignantes de donner du sens à leur travail dans la mesure où elles ne seraient plus dès lors dans une logique de travail industrielle mais dans une logique de sollicitude et d’échange favorisant la réciprocité entre le « sujet aidant » et le « sujet aidé ».

  • 9 Cet aspect est très directement abordé dans la contribution d’Éliane le Dantec.

29Lors des entretiens, il est apparu que les aides-soignantes disent leur mal être avec une certaine retenue – « ... je sais pas si je peux parler comme ça... »– à la différence des infirmières qui n’hésitent pas à employer le terme de « souffrance ». On peut se demander dans quelle mesure la retenue langagière des aides-soignantes, d’un côté, et l’aisance des infirmières, de l’autre, ne témoignent pas de leur mise à distance, tant subjective que symbolique, dans la division du travail9 ?

30Au-delà, de ce qui distingue les aides-soignantes et les infirmières quant à la possibilité de s’exprimer librement sur son travail, au sein des maisons de retraite ou des services hospitaliers de soins de longue durée semble régner la loi du silence ; parler des problèmes qu’on y rencontre s’avère être tabou. Ainsi, évitant les mots qui seraient les plus précis pour dire la réalité de leur travail mais qu’elles pressentent comme risquant de leur porter préjudice, les aides-soignantes se plaignent plus facilement du « manque de temps » que d’une charge de travail trop importante ou encore d’un manque de personnel.

31La dévalorisation dont pâtit le travail des aides-soignantes –tout spécialement quand elles l’exercent auprès des personnes âgées en fin de vie – est d’autant plus marquée que dans ces institutions les aidés, généralement, n’y guérissent pas mais y meurent. Comme l’a fait remarquer l’une des infirmières enquêtées :

« Mais la gériatrie c’est dévalorisant parce que forcément le projet de vie !... [...] À la sortie c’est le décès c’est pas la récupération totale de la mobilité d’un membre ou [...]. On n’est pas dans le même projet thérapeutique, nous on accompagne en fin de vie, on accompagne dans la dernière période de la vie. Ailleurs c’est "on soigne", on traite et puis la personne sort et on est content ».

32Une autre infirmière rencontrée explique que dans le service de soins de longue durée où elle a travaillé, les aides-soignantes dévalorisaient leur travail et, au travers de leur travail, se dévalorisaient elles-mêmes en se comparant à « des torches culs ». S’ajoute à cela « l’impression de ne pas faire du bon travail » puisqu’on ne guérit pas. Ce d’autant plus qu’il y a un décalage flagrant entre ce qu’on enseigne aux aides-soignantes dans le cadre de leur formation et ce qu’elles font dans ce type d’institutions. Alors qu’elles sont formées à guérir, dans les faits, en gériatrie, elles doivent se limiter à accompagner à mourir. Elles doivent donc assumer de prendre part à un évènement – la mort – très dévalorisée dans nos sociétés et à propos duquel il est finalement bienséant de se taire. Or, comment s’exprimer sur son travail quand le contexte où il prend forme est socialement tabou et nettement discrédité ?

33Ainsi, les aides-soignantes sont souvent en proie à la culpabilité « de voir qu’on devrait faire peut-être autrement mais qu’on ne peut pas ». Dans un contexte où les contraintes temporelles et les pressions mentales sont fortes, il est de plus en plus fréquent que les aides-soignantes perdent l’envie, le désir d’exercer leur métier. Cela les conduit notamment à mal supporter le contact avec les personnes âgées et, en conséquence, à déployer des stratégies pour passer le moins de temps possible avec ces dernières. Par exemple, elles restent plus longtemps en pause que ce qui est normalement prévu. Voici ce que dit une infirmière à ce sujet :

« ,.. La souffrance, elle se voit surtout quand on n’a plus envie de passer du temps avec les gens qu’on soigne. Et c’était ça aussi ! C’est-à-dire que dans cette structure [le service de soins longue durée], le personnel passait énormément de temps en pause, et je me suis même amusée parfois à chronométrer le temps. Eh bien y avait des jours où c’était pas plus calme, je veux dire les lits étaient pleins, mais où sur huit heures de travail ils [les membres du personnel] en travaillaient quatre... ».

34On peut dire que, de toute évidence, les conditions de travail décrites par les aides-soignantes et les infirmières lors des entretiens ne permettent « pas une prise en charge suffisamment correcte, éthiquement correcte » (une infirmière). Nous allons également faire ressortir qu’elles ne peuvent véritablement accorder une place à la « prise en compte » de la personne âgée comme sujet pouvant échanger avec d’autres sur ce qui est en train de lui arriver.

I.1.2 Derrière la pression temporelle se profile la maltraitance institutionnelle !

35Nous retiendrons que les conditions difficiles dans lesquelles s’effectue le travail de prise en charge de la dépendance liée à l’âge tendent à créer un contexte générant ce qu’on a pris l’habitude de nommer de la « maltraitance institutionnelle ». Bien évidemment, cette dernière ne saurait s’expliquer par une quelconque malveillance du personnel soignant à l’égard des personnes âgées. Par contre, il semble pertinent de noter qu’elle trouve notamment sa source dans des activités de travail qui ne sont pas porteuses de sens pour les soignants. La maltraitance institutionnelle est, en effet, un phénomène collectif et organisationnel. Et, « si les patients sont maltraités, c’est avant tout parce qu’on maltraite le métier », (Malika Litim, Katia Kostulski, 2005). Maltraitées par l’institution fonctionnant, en permanence, en sous-effectifs, les aides-soignantes finissent par maltraiter leur métier ; elles s’y désinvestissent, attendant de trouver une meilleure opportunité. Ce désinvestissement en attendant de trouver mieux ailleurs a été bien souligné par l’une des infirmières enquêtées :

« C’est très répétitif, y a l’usure qui s’installe et puis cette culpabilité de voir qu’on devrait faire peut-être autrement mais qu’on peut pas. Donc je pense que tout ça fait qu’au bout d’un moment, sans s’en rendre compte et sans le vouloir, on peut devenir maltraitant. Maltraitant, pas battre hein ! [...]. Je suis tombée des nues des fois dans certains longs séjours, dans certaines maisons de retraite, de constater tous ces problèmes de patients en souffrance mais aussi de personnels en souffrance. C’est vrai qu’au départ je voyais ça comme de la maltraitance, je ne voyais pas [...]. C’est pas excusable loin de là, mais je veux dire maintenant je comprends mieux ce qui peut amener un bon aide-soignant à dériver ».

36Les entretiens que nous avons réalisés ont permis de cerner quelque peu les contours de cette maltraitance institutionnelle. Ainsi, on laisse une personne âgée appeler pendant plus de trente minutes une aide-soignante ou une infirmière qui ne vient pas car elle est trop occupée ailleurs :

« Y a l’infirmière qui y va et puis elle va vous dire "elle veut le bassin". Je suis désolée mais l’infirmière peut très bien donner le bassin ! Et non, elle revient alors que c’est à cinq mètres. Alors que bon la personne, elle a le temps de se faire pipi dessus. Ça c’est ces petites choses-là que je peux pas supporter » (une aide-soignante).

37De même, une perfusion sous cutanée est posée à une personne qui peut très bien boire normalement. En fait, on la lui pose parce qu’on manque de temps pour la faire boire. Il arrive aussi très souvent qu’une personne âgée qui peut aller aux toilettes normalement soit obligée de porter une couche parce que les aides-soignantes n’ont pas le temps de l’aider pour s’y rendre. Dans une organisation du travail en flux tendu, ces faits de maltraitance émergent d’autant plus facilement que les personnes âgées, au lieu d’être considérées comme sujets de leur fin de vie, sont traitées comme des « objets de soins ». Comme l’écrit Lise Causse (2006), les aides-soignantes en maison de retraites médicalisées sont mises « face à la domestication des corps et à l’assujettissement des êtres » et sont en quelque sorte contraintes d’y prendre part en faisant ce qu’il faut pour contribuer à produire et reproduire « des pensionnaires idéaux [en l’occurrence] des « reclus dociles ».

38Les aides-soignantes, comme beaucoup d’autres soignants travaillant dans ce type d’institutions, ont beaucoup de mal à faire ce qu’il faudrait pour éviter d’être « maltraitantes ». Elles ne disposent généralement pas des temps de parole qui sont indispensables pour pouvoir « extérioriser » la frustration et la culpabilité accumulées afin de récréer avec un peu plus de sérénité leur relation à l’autre âgé. Ces temps de parole entre aidants et aidés mais aussi entre collègues de travail sont perçus comme des temps morts par les directeurs des structures employeurs. Une aide-soignante note :

« C’est vrai qu’en maison de retraite on a l’impression que les directeurs privilégient plus de faire les toilettes, et puis, le relationnel il va passer après, quoi ! ».

39Ces temps de paroles qui, dans une perspective d’efficacité sociale de la prise en charge s’avèrent décisifs, ne sont malheureusement pas compris dans la prestation envisagée uniquement en termes d’équilibre financier. En conséquence, si les aides-soignantes souhaitent consacrer du temps pour parler avec les personnes âgées ou encore pour échanger avec les collègues des difficultés rencontrées dans l’exercice de leur travail, elles n’ont d’autres solutions que de le faire en « l’enmaillant » – comme elles peuvent – dans le temps déjà très serré de la prescription stricto sensu. De l’enquête, il ressort que cet « enmaillage » est une pratique moins répandue en institution qu’à domicile où les marges de manœuvre sont davantage possibles.

I.2 Les aides-soignantes à domicile : un « travailler » où l’on peut se soustraire pour partie à sa situation subalterne

  • 10 Christophe Dejours définit le « travailler » au sens du « manger » ou du « boire ». Le « travaille (...)

40Le domicile, en mettant l’aide-soignante à distance géographique de son employeur, lui permet d’avoir davantage d’autonomie dans son « travailler »10 (Dejours, 2003). Au domicile des personnes âgées dépendantes, les aides-soignantes disposent d’une marge de manœuvre non-négligeable, d’une part, pour organiser la mise en œuvre matérielle de la prescription et, d’autre part, pour construire l’interaction aidant/aidé. Protégées par le huis-clos dans lequel les domiciles les placent, les aides-soignantes se sentent moins sous pression qu’en institution. En procédant aux soins qu’on attend d’elles, elles disent pouvoir s’investir dans un réel soutien aux vieux en fin de vie et en retirer, en retour, la satisfaction de bien faire leur travail, de l’accomplir dans toutes ses dimensions, tant humaines que techniques sans pour cela se départir de la distance requise du professionnel de santé que la proximité attachée au domicile pourrait mettre à mal.

I.2.1 Quand les toilettes peuvent aussi être des moments d’échanges

41À domicile la charge de travail des aides-soignantes est plus raisonnable qu’en institution. Alors que dans ces dernières, les aides-soignantes sont trois pour quarante patients âgés, à domicile, il y a une aide-soignante pour environ six ou sept :

« En 3 heures j’avais 15 toilettes à faire, et des douches la plupart du temps, donc c’était 15 douches. C’était à la va-vite hein, euh... En revanche à domicile on arrive à 7 ou 8 patients en 5 heures. Alors vraiment la charge de travail n’est pas du tout la même. Pas du tout, du tout la même » (une aide-soignante).

42Même si la grande majorité des aides-soignantes qui se sont prêtées aux entretiens disent ne pas avoir véritablement choisi de travailler auprès des personnes âgées à domicile, elles soulignent que leur travail leur plaît :

« Non c’est pas un choix, ça c’est fait comme ça puisque j’ai travaillé quand même 10 ans en clinique, où là j’ai fait beaucoup de choses. Et puis non, c’est pas un choix, ça s’est présenté comme ça et puis, bon... ça me déplait pas du tout ; moi j’aime ce que je fais, ah oui ! Je suis épanouie dans mon métier. Tous les jours, je vais travailler toujours avec le sourire, j’ai toujours l’envie de travailler quoi !... » (une aide-soignante).

43La différence sensible que l’enquête fait ressortir entre le travail des aides-soignantes en institution et à domicile en faveur de ce dernier tient à plusieurs facteurs. Tout d’abord, la charge de travail, moins lourde et contraignante à domicile, permet aux aides-soignantes de passer plus de temps avec les personnes âgées :

« On peut prendre un petit peu plus de temps pour apporter des soins à ces gens-là. On a plus de temps. Et donc pour moi c’est important de pouvoir faire du bon travail en ayant le temps » (une aide-soignante).

44À domicile, les aides-soignantes ont ainsi le sentiment de « faire du bon travail ». Or, qui dit plus de temps, dit plus d’échanges relationnels et donc plus de proximité avec les personnes âgées (qui bien souvent tutoient les aides-soignantes) ; nous l’avons vu (ci-avant, I.1), c’est ce que valorisent en priorité les aides-soignantes et ce qui compense le dirty work auquel on les assigne assez spontanément :

« On est là aussi pour écouter les vieilles personnes, c’est vrai qu’il y en a qui aiment beaucoup parler puisqu’elles sont seules. Donc on est là pour les écouter et les réconforter un peu » (une aide-soignante).

45Le maintien à domicile, en raison des conditions de travail globalement perçues comme satisfaisantes, permet donc à la relation d’aide de se faire sur la base d’un échange, d’une véritable relation à l’autre. Nous pouvons dire, qu’à domicile, l’interdépendance aidant/aidé est davantage possible. Or, celle-ci et les échanges qui la fondent conduisent les aides-soignantes à donner du sens à leur travail bien mieux qu’elles ne l’ont fait ou ne le feraient en institution. À domicile, elles peuvent apporter du bien-être à l’aidé âgé !... Lors de l’enquête, elles ont été unanimes sur ce point et comme le dit l’une d’entre elles :

« Eh bien mon travail c’est d’abord des soins d’hygiène mais c’est aussi du soutien moral, et puis en plus on apporte un bien-être ».

46Enfin, à domicile, les aides-soignantes effectuent parfois des tâches plus techniques (autrement plus valorisantes et valorisées que la toilette) comme la pose d’un pansement par exemple :

« ... Après y a des soins particuliers, qui peuvent être des fois des "petits" (sic) pansements mais c’est en connivence avec les infirmières libérales » (une aide-soignante).

I.2.2 Réussir à échanger sur la mort et parvenir à apaiser les vieilles personnes : une dimension essentielle du « travailler »

  • 11 Cf. la contribution d’Éliane Le Dantec.

47À domicile, il n’est pas rare que les personnes âgées se confient aux aides-soignantes en leur parlant notamment de la mort, de leur propre mort. Ainsi, comme c’est le cas pour les auxiliaires de vie11, les aides-soignantes sont directement sensibilisées aux angoisses des personnes âgées et se sentent devoir savoir y répondre :

« Faut être présente, faut pouvoir répondre à leurs questions quand ils sont angoissés, à leur famille également à domicile hein euh... » (une aide-soignante).

48L’enquête nous apprend que toutes les personnes âgées ne parlent pas de la mort dans les mêmes termes. Certaines disent qu’elles souhaitent mourir au plus vite car elles n’ont plus de raisons de vivre :

« ,.. Elles veulent partir. Ils nous disent maintenant ça y est c’est bon j’ai envie de partir quoi. Mais ils disent pas qu’ils ont peur. Après y en a qui disent : on a fait notre temps à 90 ans, pourquoi on est sur terre quoi. On ne sent pas ni de peur, ni de machin... » (une aide-soignante).

49D’autres font très ouvertement part de leur angoisse de mourir :

« La conversation s’engage et puis voilà. Par exemple ils nous disent : j’ai peur de mourir... » (une autre aide-soignante).

50Face à la diversité des ressentis, les aides-soignantes réagissent également différemment, adoptant des discours et des « stratégies » diverses notamment en fonction du moment et de la personne âgée avec qui elles parlent. En voici quelques exemples recueillis auprès des aides-soignantes enquêtées :

« On leur dit qu’on est là [rire nerveux] ! Ca dépend des jours, ça dépend comment ils le disent, ça dépend comment ils le ressentent. Après on discute et puis on parle d’autre chose, et puis on essaie de comprendre. On leur dit : "pourquoi c’était trop dur pendant votre vie ou quoi" ? Et puis bon, ils commencent à parler du passé, ou alors après on peut le tourner en disant : "mais non on a besoin de vous, comment on va faire si on vous voit plus tous les matins, j’aime bien venir vous voir, ou machin tout ça, vous avez plein de trucs à m’apprendre". Puis y a plein de petites phrases qui font que... Mais bon y en a ils vivent seuls et leur but, ils le disent, ils veulent retrouver ou leur femme ou leur mari ».
« Y en a certaines qui nous disent : "j’ai peur de partir", mais on leur dit que tout le monde doit partir un jour ou l’autre et qu’il faut pas y penser et qu’il faut profiter en attendant ».
« Moi en général je leur dis c’est pas l’heure, c’est pas le moment. S’ils ont peur de mourir tout seul on essaie de leur dire qu’on est là, on essaie de les rassurer ».

51Une aide-soignante nous dit reformuler systématiquement ce que dit la personne âgée sous forme interrogative, et s’arrange ainsi pour faire parler cette dernière car elle l’a bien compris, c’est bien ce que souhaitent les personnes âgées :

« Mais ça m’est déjà arrivé de ne pas savoir quoi répondre. Alors quand ils vous posent la question, faut réitérer la question. Quand ils vous posent la question, vous la redîtes. Et après ils parlent un peu plus. La conversation s’engage et puis voilà. Par exemple, ils nous disent : "j’ai peur de mourir", et nous on répond : "vous avez peur de mourir ?" Voilà, vous comprenez, et après la conversation s’engage ».

52Mais dans tous les cas, ce n’est pas simple pour les aides-soignantes de répondre aux angoisses des personnes âgées dans la mesure où elles n’y sont pas toujours préparées, seule la partie technique de leur métier étant enseignée à l’école. Elles doivent donc faire appel à des compétences qu’on dit « informelles » car elles sont acquises avec l’expérience :

« Mais bon, c’est dommage que les formations ne soient pas assez euh... [Elle cherche un long moment mais ne trouve pas]. Mais bon au niveau de l’école quoi. Ce n’est pas assez pointu par rapport à ce qu’on doit faire après. Quand on sort de l’école on est pas euh... On apprend après sur le tas ».

53L’angoisse de la mort mise en mots par les personnes âgées renvoie les aides-soignantes à leur propre mort :

« ,.. C’est vrai que des fois c’est difficile quand c’est vraiment l’heure, on sait pas quoi leur dire mais on essaye de les accompagner le plus qu’on peut quoi. Mais c’est difficile, finalement on sait tous qu’on va mourir un jour ou l’autre et puis on va pas leur dire non vous allez pas mourir et d’un autre côté on va pas leur dire si, si, vous allez mourir. Oui c’est difficile et puis ça nous renvoie forcément à nous, on se projette en se disant : "quel est notre avenir ?". Donc c’est vrai que nous aussi on finira par mourir, donc c’est vrai que c’est délicat. Et puis c’est vrai qu’on voit des gens ça fait qu’un an qu’ils sont à la retraite et puis... ! Une grosse maladie, donc on se dit d’un autre côté faut profiter de la vie.
Ça apprend à se dire vaut mieux profiter maintenant que plus tard et en même temps ça fait peur de vieillir, ça renvoie à pleins de choses quoi ! » (une aide-soignante).

54La mort est donc présente dans les échanges aidant soignant/aidé âgé. Indubitablement, elle nourrit leur interdépendance en train de se produire, le temps de la prestation prescrite. Dans l’intimité du domicile, cette interdépendance en train de se produire « met sur le tapis » et, en conséquence, questionne un tabou majeur de nos sociétés. Il nous semble que ce qui se joue à cette occasion circonscrit un espace de liberté et de confiance socialement utile, facilité par des professionnelles (des aides-soignantes mais aussi des auxiliaires de vie) qui devraient être officiellement reconnues qualifiées pour cette part importante de leur travail.

55Nous pouvons le constater, les aides-soignantes contribuent à améliorer la qualité de vie des personnes âgées, en leur apportant un bien-être physique (le plus facilement repérable) mais aussi en leur proposant un soutien moral. Pour cela, elles font ainsi appel à des compétences qui ne leurs sont pas réellement reconnues. Notamment, une relation de confiance s’instaure entre l’aidant et l’aidé. L’aide-soignante devient en quelque sorte une confidente qui parvient, à force d’expérience à apporter du réconfort aux personnes âgées, tout spécialement quand elles vivent seules :

« Moi j’ai le sentiment qu’on leur apporte beaucoup et puis bon les personnes âgées se confient à nous, elles nous parlent. Donc, oui j’ai le sentiment de leur apporter beaucoup » (une aide-soignante).
Il est très important pour les aides-soignantes de sentir que leur travail, dans son aspect relationnel, a un impact positif sur les personnes âgées. À domicile, elles vivent beaucoup mieux leur métier. Non seulement en raison de conditions de travail plus souples qu’en institution qui permettent un véritable échange avec la personne âgée, mais aussi parce qu’elles ont le sentiment –voire la certitude–, d’être impliquées dans un projet valorisant, tant humainement que socialement :
« ,.. Parce que je suis déjà pour le maintien à domicile de la personne âgée. Parfois c’est pas possible ; mais quand c’est possible faut essayer de les conserver dans leur univers quoi. Ne pas trop les déraciner, parce que c’est un déracinement : la maison de retraite, l’hôpital c’est totalement différent. Ils ne vivent pas leurs maladies de la même façon hein. Même pour les personnes démentes quoi » (une aide-soignante).

I.2.3. Au cœur du « travailler » : un juste équilibre entre proximité et distance

56Même si dans l’ensemble les aides-soignantes effectuent les mêmes tâches :

« Parce que c’est vrai qu’avec les personnes âgées c’est toujours la petite routine.
Y pas beaucoup de choses qui changent » (une aide-soignante),

57... il semble qu’elles vivent mieux cette « petite routine » à domicile qu’en institution. D’une part, le domicile constitue un espace de proximité favorable aux échanges aidant/aidé. Les aides-soignantes ont aimé nous dire, qu’à domicile, elles « peuvent librement parler de choses et d’autres avec les personnes âgées ». D’autre part, leurs « tournées » des domiciles n’étant jamais identiques, une distance peut être ainsi maintenue par rapport à la charge affective contenue dans les attentes des aidés âgés. Par exemple, ne faisant pas seules les soins requis dans la durée par une personne âgée, les aides-soignantes du SSIAD apprécient une organisation des tournées qui leur permet de ne pas s’attacher démesurément aux personnes âgées. Par exemple, lorsqu’un décès survient, elles peuvent continuer leur travail sans être trop perturbées. D’ailleurs, l’un des aspects positifs du maintien à domicile des personnes âgées tient au fait que les aides-soignantes, en effectuant le trajet d’un domicile à un autre, disposent d’un peu de temps pour pouvoir se remettre d’une situation difficile.

58À domicile, la distance à l’autre aidé recommandée aux aidants professionnels n’est pas toujours facile à tenir. Mais, l’enquête a montré que, généralement, cette difficulté est transformée par les aidés et les aidants en opportunité. Sous cet angle, comme nous l’avons déjà signalé ci-avant, dans ce cadre propice à l’intimité, les personnes âgées se sentent davantage autorisées à susciter des échanges leur permettant, à la fois, d’exprimer et calmer les angoisses de la fin de vie tout en gardant un contact avec l’extérieur. Quant aux aides-soignantes, en sachant faire avec les marges de manœuvres qu’elles peuvent y avoir, elles réussissent à se sentir vraiment utiles :

« Au domicile la relation n’est jamais strictement professionnelle. Je sais pas... Mais quand on travaille auprès des patients chez eux, nous créons des liens. C’est difficile de ne pas créer des liens » (une aide-soignante).
« Moi ça va faire trois ans que je suis ici et il y a quand même des personnes qu’on prend encore en charge et que j’ai pris au tout début de mon arrivée au SSIAD. Donc c’est vrai que, forcément, on fait quand même partie de leur vie et ils font forcément partie de la notre : parce que bon, au quotidien on les voit, on suit ce qui leur arrive [...] Donc nous c’est des patients qu’on garde jusqu’à pratiquement la fin, donc quelque part on établit quand même une petite relation.
Bon, ils nous appellent par nos prénoms, ils nous connaissent, on les voit souvent. Donc c’est pas seulement un patient, voila quoi ! C’est euh... C’est un patient sans en être un, voilà » (une aide-soignante).

59Ce dispositif de tournées alternées doit permettre aux personnes âgées de s’habituer à voir différentes aides-soignantes prendre soin d’elles. Le principe de l’alternance est motivé par la conviction que si, pour une raison ou pour une autre, une aide-soignante se trouve dans l’impossibilité de se rendre au domicile d’une personne âgée, cette dernière puisse accepter la venue d’une autre aide-soignante sans réticence majeure. Toutes les aides-soignantes interrogées sont satisfaites de ce dispositif de tournées alternées qui leur permet de trouver un équilibre entre empathie à l’aidé et professionnalité. En revanche, il apparaît que les personnes âgées préféreraient avoir toujours la même aide-soignante :

« Les tournées alternées, c’est très bien parce que, nous, on s’habitue pas à la personne, parce que c’est vrai qu’on arrive à s’attacher aux gens. Donc, comme ça on s’habitue pas à la personne et puis la personne âgée pareil. C’est vrai que certaines personnes s’en plaignent : "Oui ça change tout le temps on aimerait bien avoir toujours les mêmes euh"... Mais nous on préfère tourner comme ça. Parce que là, c’est pas que pour quelques mois qu’on a les personnes, c’est pendant des années ! Donc c’est vrai que de voir toujours, toujours, toujours les mêmes personnes, je pense pas que ça soit bien, pour les deux » (une aide-soignante).

60La demande des personnes âgées de garder toujours la même aide-soignante doit être reliée au mécontentement souvent très marqué de voir leurs habitudes dérangées. Ainsi, au domicile des personnes âgées, le moindre déplacement d’objet par les aides-soignantes demande beaucoup de tact et de patience. À ce sujet, Jean-Claude Kaufmann (1997) écrit : « Les objets du quotidien ont une vertu de permanence qui construit le concret et contrôle les errements de l’identité : ils jouent le rôle de garde-fou du soi [...]. Les objets participent à la fois à la conservation de la mémoire collective d’une société et à la conservation de la mémoire individuelle ». Les objets n’étant pas que des objets mais des prolongements de soi, nous pouvons comprendre l’importance que leur accordent les personnes âgées et, en conséquence, leur réticence à les voir déplacés par un tiers. Une aide-soignante précise :

« ,.. on leur change certaines habitudes en rapport au soin. On leur dit : "voilà ça, les serviettes ça serait bien de les mettre là, ou telle crème là, comme ça c’est accessible". Donc ça, on leur chamboule un petit peu mais vraiment avec patience, et petit à petit, on peut pas faire ça brutalement et, donc, c’est pour ça qu’il faut, tout doucement, amener notre façon de travailler chez eux. C’est pas simple ».

61Or, selon les aides-soignantes, ce n’est pas de pénétrer dans le domicile des personnes âgées qui pose problème, mais c’est de le faire régulièrement qui s’avère l’être. En effet, à titre d’exemple, lorsque notre état de santé ne nous permet pas de nous rendre au cabinet du médecin, c’est tout naturellement le médecin qui se rend à notre domicile, et cela ne pose aucun problème dans la mesure où le médecin ne vient pas tous les jours. « Par contre, le fait qu’un professionnel (médecin, assistante sociale, aide à domicile, infirmière, etc.) vienne chez vous régulièrement, peut signifier deux choses, différentes mais souvent complémentaires : d’abord, en général, cela signifie que vous ne pouvez plus vous déplacer commodément ou facilement donc que vous êtes en partie confiné dans votre domicile. Ensuite, même si vous pouvez encore à peu près vous déplacer, le fait qu’un professionnel vienne chez vous, peut signifier qu’il veut voir comment vous habitez votre logement » (Ennuyer, 2006).

62Le souhait de voir toujours la même aide-soignante traduirait un besoin des personnes âgées « d’humaniser » l’aspect médical de la relation avec celle-ci en reconstruisant, en quelque sorte, un environnement familial éliminant du même coup le sentiment d’intrusion.

63L’une des différences majeures entre le maintien à domicile et l’admission en institution est que cette dernière est très fortement hiérarchisée et sous contrôle, ne facilitant pas, d’une part, la mise en place de temps de paroles avec les personnes âgées (déjà évoqués un peu plus haut) mais aussi l’entente entre les aides-soignantes et leurs supérieurs, dont les infirmières auxquelles elles sont directement subordonnées (aspect sur lequel nous allons maintenant nous arrêter).

II. DES AIDES-SOIGNANTES ET D’AUTRES PROFESSIONNELS : ENTRE CONTRÔLE ET CONFIANCE CONTRÔLÉE

64Articulée ou non au soutien d’aidants familiaux, la prise en charge de la dépendance liée à l’âge prend forme à travers l’intervention de divers professionnels. Sans surprise, l’espace d’intervention constitué par cette prise en charge expérimente au quotidien la rencontre de pratiques et des représentations construites dans des trajectoires de formation de durée et de niveaux très différents et renvoyant avec plus ou moins de netteté à l’excellence ou à l’insignifiance de sa place dans une « société de fait segmentée, hiérarchisée et conflictuelle » (Birh, 2004). Sous cet angle, la distance entre les aides-soignantes et les médecins est tellement évidente que sa légitimité ne peut être sujette à caution. Ainsi, comme les auxiliaires de vie (Le Dantec, infra), tout spécialement à domicile, les aides-soignantes « aiment avoir à travailler avec les médecins » qui ne chercheraient pas à les « rabaisser » en leur rappelant en permanence qu’elles « n’ont qu’une petite formation dans le médical ». Par contre, les aides-soignantes ont tendance à percevoir les infirmières et les auxiliaires de vie comme étant à distance rapprochée. Cette distance rapprochée est source de tensions récurrentes mais contrastées dans les frustrations et désirs qu’elles charrient. En effet, comme nous allons le voir d’un côté, les aides-soignantes aspirent à ce qui les rapproche des infirmières en les tirant vers le haut soit enfin reconnu ; d’un autre côté, afin d’éviter d’être aspiré vers le bas, elles souhaitent que ce qui les sépare des auxiliaires de vie soit clairement rappelé.

65Les tensions qui ainsi se jouent autour de la position des aides-soignantes dans l’espace d’intervention segmenté, hiérarchisé et conflictuel qu’est l’aide aux personnes âgées dépendantes expriment également la nécessité d’ouvrir un débat sur la recomposition à l’œuvre des statuts professionnels que paraît impliquer le type de « travailler » requis dans sa dimension « relation d’aide ». En effet, que l’on soit aide-soignante, infirmière ou auxiliaire de vie auprès de gens âgés confrontés à une perte d’autonomie, on se trouve en posture de faire ce qu’il y a de spécifique à sa qualification en « l’enmaillant » dans ce qu’il y a de commun (notamment, la demande d’échanges langagiers) généré par les caractéristiques génériques de l’aidé. Or, la question est bien de savoir comment s’y prendre, d’une part, pour élever ce « faire et être commun » au rang de qualification transversale et, d’autre part, pour l’articuler à des qualifications spécifiques difficilement contestables.

66Il va sans dire que notre contribution n’apportera pas de réponses totalement étayées à ces deux questions. Elle vise plutôt à circonscrire le contexte qui fait qu’on se doit aujourd’hui de les poser. Elle va le faire, encore une fois, en distinguant les deux sphères de la prise en charge de la dépendance liée à l’âge que sont l’institution et le domicile. Notre hypothèse étant que le « faire et être commun » a davantage de visibilité à domicile qu’en institution. À domicile, son expression se heurte moins aux tensions statutaires qu’en institution. La relation de confiance – contrôlée – l’emporte sur la relation de contrôle entre professionnels différemment formés et qualifiés.

II.1 En institution : la relation de contrôle l’emporte nettement sur la relation de confiance

67Les infirmières possèdent un capital symbolique autrement plus important que celui des aides-soignantes. Les infirmières ont la responsabilité des tâches plus techniques (socialement valorisées) tandis que les aides-soignantes sont essentiellement chargées du « dirty work ». Au vu de cette distinction de base, ce sont les infirmières qui sont en mesure d’encourager ou non les aides-soignantes et de leur déléguer ou non certaines tâches plus techniques, permettant à ces dernières de valoriser ou non leur travail. Ce sont aussi les infirmières qui sont habilitées à intégrer ou pas les aides-soignantes au diagnostic infirmier. Sous cet angle, lors des entretiens, les aides-soignantes ont expliqué que leurs rapports avec les infirmières étaient parfois difficiles en institution, en ce sens que, la plupart du temps, les infirmières ne désirent pas leur déléguer certaines tâches plus valorisantes ; aussi, les aides-soignantes se sentent parfois écrasées par la logique hiérarchique. Voici ce que dit une aide-soignante à ce sujet :

« En institution [...]. C’est chacune son rôle, enfin c’est ce que moi j’ai ressenti, c’est chacune son rôle et puis on déborde pas [...]. Après les infirmières, j’ai trouvé que, surtout celles qui sortaient de l’école, elles prenaient vraiment leur rôle à cœur. À une époque je me suis même sentie un peu écrasée par ça, chacun son rôle... ».

68Tandis que les aides-soignantes désirent accomplir des tâches plus techniques qui sortent théoriquement du cadre de leur fonction, les infirmières sont dans une toute autre logique. Une aide-soignante le fait d’ailleurs remarquer :

« Bon, on aurait plus tendance, nous les aides-soignantes, à déborder un peu, alors que les infirmières, non !... Elles, elles restent bien sur leur rôle et puis voilà quoi ».

69En réalité, tandis que les aides-soignantes voudraient accéder à un peu plus de capital symbolique, les infirmières luttent pour conserver le leur. Lors des entretiens, certaines aides-soignantes ont expliqué que les infirmières ne désiraient pas s’occuper des tâches plus ingrates effectuées traditionnellement par les aides-soignantes. Par exemple, l’une d’entre-elles explique qu’il n’était pas rare que les pensionnaires souillent leurs draps parce que les aides-soignantes étaient trop occupées ailleurs et que l’infirmière pourtant présente attendait qu’une aide-soignante se libère. Malgré la bonne foi des infirmières enquêtées quant à leur envie de valoriser les aides-soignantes, il s’avère que, le plus souvent, elles ne peuvent s’empêcher de rappeler qu’infirmières et aides-soignantes ont chacune leur place respective. L’une d’entre elle n’a pas manqué de faire remarquer :

« Ce que je leur dis toujours [aux aides-soignantes] : ce que moi je peux faire, vous pouvez pas le faire, mais ce que vous vous faîtes, moi je peux le faire ».

70L’utilisation du verbe « pouvoir » est ici très significative ! En parlant ainsi, cette infirmière met les aides-soignantes dans l’incapacité quasi physique d’accomplir les mêmes tâches qu’elle. On pourrait s’attendre plutôt à l’utilisation du verbe « savoir » qui aurait impliqué que seule une formation appropriée qui leur faisait défaut, et qu’il ne s’agissait donc pas d’une incapacité physique et intellectuelle à accomplir les mêmes gestes que les infirmières. Il est intéressant de relever que même si la plupart des infirmières ont conscience de ce problème de manque de reconnaissance des aides-soignantes, il semblerait qu’elles se sentent en danger quand on adopte une posture susceptible de les revaloriser.

71Au vu de ce constat, une question vient naturellement : pourquoi, alors que les infirmières se montrent compatissantes envers les aides-soignantes, elles éprouvent cet irrépressible besoin de les renvoyer à leur gade statutaire inférieur ? Un autre questionnement est à rapprocher de celui-ci : pourquoi, avant même la création du titre d’aide-soignante, les infirmières qualifiées ont revendiqué leur différence en demandant l’exclusivité du titre d’infirmière ? En effet, elles auraient tout aussi bien pu se démarquer en changeant elles-mêmes de titre, laissant par-là celui d’infirmière au personnel non qualifié. Alors, pourquoi préférer que d’autres perdent en grade plutôt que de monter soi-même ? Il est étonnant de constater que les infirmières ne s’autorisent pas à monter en grade, comme si à leurs propres yeux leur métier n’avait pas tant de valeur pour leur permettre une réelle progression. Ainsi, il apparaît que la seule possibilité de valorisation des infirmières soit la dévalorisation des aides-soignantes.

72Il ne s’agit pas ici de critiquer gratuitement le comportement des infirmières vis-à-vis des aides-soignantes. On ne peut se rendre compte de cette rivalité qu’au travers de certains entretiens dans lesquels les infirmières « se dévoilent » : compassion mais envie que chacun reste à sa place, volonté d’intégrer mais néanmoins mise à l’écart. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas oublier qu’en institution les infirmières sont, elles aussi, soumises à des conditions de travail très difficiles qui se traduisent notamment par un manque de temps :

« Dans un service la démarche de soin est souvent faite par l’infirmière, parfois en équipe mais pas forcément parce qu’il y a ce problème de timing et en fait elles [les aides-soignantes] participent moins. C’est comme en service, moi je me battais pour qu’en gériatrie les aides-soignantes participent à la relève, je donnais le temps de parole aux aides-soignantes pour qu’elles fassent elles-mêmes la relève de leurs patients » (une infirmière).

73Il faut aussi prendre en compte la responsabilité des infirmières au regard des soins à dispenser ; responsabilité d’autant plus marquée que les soins sont généralement dispensés dans l’urgence. En effet, si une infirmière décide de déléguer à une aide-soignante une de ses propres tâches et que celle-ci n’exécute pas correctement cette tâche, c’est l’infirmière qui en assumera les conséquences. Toutefois, il semblerait que même si l’infirmière dispose d’un temps suffisant pour montrer à une aide-soignante la marche à suivre pour accomplir une tâche plus technique, elle ne le fait pas dans la mesure où cela « prouverait » que l’aide-soignante en question peut faire cette tâche tout aussi bien qu’elle. Or, s’il s’avérait qu’une aide-soignante peut parfaitement exécuter une tâche traditionnellement dévolue aux infirmières, ces dernières : « [descendraient] de leur piédestal » (une infirmière).

74Notre approche de l’opposition entre aides-soignantes et infirmières s’articule à celle mise en avant dans la contribution d’Éliane Le Dantec. Comme le suggère cette auteure, les infirmières gèrent cette opposition en s’accrochant à une approche traditionnelle des qualifications et des grilles de classifications afférentes fondées sur le niveau de formation. Elles négligent les évolutions récentes en termes de compétences (savoir-faire et savoir être) qui laissent entrevoir une zone de rencontre entre leur métier et celui des aides-soignantes ; et qui invitent probablement à une reconsidération/adaptation des grilles de classifications.

75En institution, il apparaît que les aides-soignantes travaillent uniquement sous délégation, ce qui ne laisse pas la place à l’initiative qui pourtant, pourrait être un facteur de valorisation de leur métier et de soi. Leur travail se fait sous contrôle très strict de la hiérarchie et, plus particulièrement, des infirmières. Une aide-soignante enquêtée note :

« Tu fais ton truc, tu viens, tu laves, et tu t’en vas. Tu ne peux pas mettre le moindre petit pansement, tu ne le feras pas ».

76Il ressort nettement des entretiens auprès des aides-soignantes que l’intercommunication avec les infirmières est très rare. Certaines d’entre-elles ont même laissé entendre qu’elles avaient le sentiment qu’en institution les infirmières ne leur faisaient pas confiance. En effet, participer à la circulation d’informations sur l’état des patients âgés et son évolution serait, valorisant pour les aides-soignantes. Malheureusement, il apparaît que ce qui l’emporte au quotidien c’est que – plus ou moins ouvertement – les infirmières les ramènent à leur statut de « simples » exécutantes. Pourtant, l’une des infirmières enquêtées insiste sur l’importance de « ces marques de confiance » et explique comment elle s’y prenait pour valoriser le travail des aides-soignantes :

« En valorisant ce qu’elles font, en montrant du doigt la petite progression mais qui est énorme pour la personne. Si au départ d’une prise en charge on fait une toilette au lit tous les jours et que quelques temps après c’est une toilette au lavabo, et bien de valoriser justement l’effort qu’elles ont fait tous les jours de mobiliser un petit peu plus la personne eh bien c’est peut-être que cette personne peut aller au lavabo et c’est peut-être que cette personne elle peut aller aux toilettes au lieu de porter une couche. Donc c’est non négligeable ! C’est quotidien, c’est lors des relèves, de féliciter un petit peu l’aide-soignante qui a pris une initiative bien fondée et qui a apporté quelque chose de positif à la personne, même si c’est pas immédiatement, même si c’est au bout d’une semaine »

77Comme le montre l’enquête, il semblerait qu’en institution les médecins valorisent plus le travail des aides-soignantes. Voici ce que dit une aide-soignante :

« Avec les médecins en institution on arrivait plus facilement à leur parler quand il y avait un souci. Les médecins me déléguaient plus facilement que les infirmières » (une aide-soignante).

  • 12 Dans sa contribution, Éliane Le Dantec remarque le même type de proximité –non clairement assumée (...)

78Ici, entre en jeu le fait que symboliquement et objectivement le médecin est beaucoup plus qualifié que les aides-soignantes et les infirmières. Le médecin ne rentre pas dans des conflits pour l’appropriation ou le maintien de son capital symbolique. De même, de plus en plus de femmes sont médecins, ainsi, aujourd’hui, même si le symbole de la masculinité concernant la médecine est encore relativement prégnant, elle n’est plus un domaine exclusivement masculin. C’est pourquoi, la rivalité qui existe entre aides-soignantes et infirmières tient certainement moins à un problème du rapport masculin/féminin qu’au fait qu’elles sont plus proches dans la hiérarchie que ce qu’elles pensent12. Dans ces conditions, la seule véritable caution de valeur pour les infirmières est donc que les aides-soignantes demeurent statutairement inférieures. Nous pouvons retenir que la rivalité –plus ou moins explicite – observée lors de l’enquête de terrain témoigne, d’un côté, d’aides-soignantes souffrant d’un déficit de valeur et, de l’autre, d’infirmières faisant tout pour maintenir en l’état ce qui signe leur crédit de valeur.

II. 2 À domicile : une relation de confiance plus ou moins sous contrôle

79L’enquête montre, qu’à domicile, les relations entre aides-soignantes et infirmières libérales et coordinatrices sont meilleures qu’en institution. À l’écart de la logique de contrôle strictement descendant caractérisant une organisation très hiérarchisée, le domicile paraît émousser le risque de disputes statutaires autour des tâches respectivement dévolues aux aides-soignantes et aux infirmières. Par contre, elle fait ressortir, qu’à domicile comme en institution, les médecins demeurent très appréciés pour leurs sollicitations récurrentes auprès des aides-soignantes qui, en retour, se sentent valorisées. À domicile comme en institution, il est évident que le savoir-faire hautement qualifié du médecin ne peut être revendiqué ni par les infirmières, ni par les aides-soignantes.

80La majorité des aides-soignantes rencontrées exerçant leur métier au domicile de personnes âgées disent avoir de bons rapports avec les infirmières libérales. L’entente procède certainement du fait que les unes et les autres n’y ont pas de liens hiérarchiques arrêtés par une même structure employeur. Quand il arrive qu’elles se croisent au domicile d’une vieille personne, comme c’est le cas avec les médecins, les infirmières libérales n’hésiteraient pas à faire appel aux aides-soignantes pour une information ou pour une assistance lors d’un soin.

81Cette façon de faire des infirmières libérales est comprise par les aides-soignantes comme une reconnaissance de leurs compétences professionnelles et, au-delà, comme le signe d’un respect entre personnes égales.

82Les infirmières libérales qui ont des patients en commun avec les aides-soignantes du SSIAD sont conviées aux réunions organisées par ses infirmières coordinatrices. Ces réunions ont pour objet de faire le point sur l’état des patients âgés. La majorité des aides-soignantes rencontrées considèrent ces réunions comme un bon moyen pour se rapprocher entre professionnels de niveaux techniques différents. Dans cette optique, l’une d’entre elle souligne :

« Avec les infirmières (libérales), ce qu’il y a de bien c’est qu’on organise des réunions de temps en temps. On fait un listing des patients qu’elles ont à charge, donc on parle de chaque patient. Ce qu’il y a de bien c’est qu’elles sont très abordables et voilà quoi... C’est vrai qu’on a la chance de travailler avec des infirmières qui nous disent de ne pas hésiter à les appeler s’il y a un problème ».

83Seules quelques aides-soignantes plutôt sceptiques notent que la plupart des infirmières libérales ne viennent pas aux réunions du SSIAD où on y rencontre finalement que les collègues aides-soignantes. Dans leurs propos, nous pouvons percevoir la mise en tension entre la posture « collectivement impliquée » d’aides-soignantes salariées et la posture « individuelle et individualiste » du travailleur indépendant :

« ,.. Mais c’est vrai qu’on a des liens un peu plus rapprochés avec certaines infirmières, qui ont la même optique que nous. Parce que les autres, parler des patients ça les intéresse pas spécialement puisque bon elles, elles font leurs soins, elles ont leurs protocoles de soins mais ça s’arrête là quoi » (une aide-soignante).

  • 13 Les deux infirmières coordinatrices du SSIAD de l’hôpital de Perpignan sont notamment chargées des (...)

84Les infirmières coordinatrices du SSIAD13 on fait l’unanimité autour du constat suivant lequel elles font confiance aux aides-soignantes qu’elles encadrent. Sous cet angle, à domicile, l’encadrement auquel procèdent les infirmières coordinatrices, d’une part, n’est pas ressenti par les aides-soignantes comme un contrôle entendu au sens d’une domination. D’autre part, les aides-soignantes enquêtées font ressortir que la fonction d’encadrement qui les concerne les autorise à prendre part au diagnostic infirmier au moment des réunions en faisant remonter des domiciles « ce qui ne va pas » :

« Ici qu’on soit aide-soignante ou infirmière, on peut dire, on peut soumettre des choses. Enfin je veux dire c’est valorisant, les infirmières disent : "vous êtes nos yeux, point barre" donc euh... » (une aide-soignante).

85Les aides-soignantes apprécient particulièrement d’être consultées avant que les infirmières coordinatrices prennent une décision, notamment en ce qui concerne les plannings :

« Oui ça se passe très bien. Moi je pense qu’elles ont leur rôle propre. Autant elles nous font confiance et autant elles vont nous demander euh... Des choses par rapport au planning, par rapport aux tournées. Elles peuvent très bien le faire sans nous demander, comme n’importe quel patron. Mais non elles préfèrent nous demander qu’est-ce qu’on en pense. Mais euh... Quand il faut trancher, elles tranchent, ce qui est tout à fait normal. Non elles sont très, très bien. Je pense qu’elles ont la pédagogie en plus. Y a un temps pour rigoler et puis y a un temps pour travailler, voilà. Chez nous c’est vraiment ça. Y a une bonne ambiance. Nous on est à l’aise avec elles, et ça nous permet de dire plus facilement ce qui va pas, pour nous, et elles, nous dire ce qui va pas et puis quand il faut se fâcher, enfin se fâcher c’est façon de parler, mais quand elles disent non c’est non. Et c’est très bien, parce que sinon ça pourrait pas marcher ».

86Au travers de cet extrait d’entretien nous ne remarquons pas moins que si les infirmières font confiance aux aides-soignantes, ces dernières ne sont pas à l’abri d’un « rappel à l’ordre ». Si on la compare à l’enthousiasme pour dire la relation de confiance, la mise en mots retenue des rappels à l’ordre du supérieur hiérarchique doit s’entendre en n’oubliant pas que les infirmières coordinatrices sont chargées de l’évaluation des aides-soignantes avec les incidences négatives que celle-ci pourrait avoir sur le planning et la qualité de leur tournée.

87À domicile, les aides-soignantes ne sont pas les seules professionnelles qui ont un contact régulier avec les familles des personnes âgées. C’est aussi le cas des auxiliaires de vie. Certaines des aides-soignantes enquêtées nous ont dit avoir en général de bonnes relations avec les auxiliaires de vie, reconnaissent notamment qu’elles ont un rôle important pour que le maintien à domicile des personnes âgées se déroule au mieux :

« Ce qu’il y a de bien, c’est que nous on a un passage d’une demi-heure le matin, les auxiliaires de vie ce qu’il y a de bien, c’est que si elles sont là plus longtemps, elles peuvent remarquer des choses. Ne serait-ce que les selles, parfois les patients se souviennent pas s’ils sont allés à la selle ou pas, on peut pas contrôler s’il y a un problème de constipation ou quoi. Donc c’est vrai que les auxiliaires de vie elles nous notent si pendant leur présence elles ont été à la selle. Donc c’est important » (une aide-soignante).

88Cependant, de la même manière que les relations entre infirmières et aides-soignantes en institution sont rythmées par une lutte statutaire, à domicile, les relations entre aides-soignantes et auxiliaires de vie sont parfois conflictuelles pour les mêmes raisons, à ceci près que dans ce cas ce sont les aides-soignantes qui sont (pourrait-on dire) en situation de force par rapport aux auxiliaires de vie. En effet, les aides-soignantes supportent mal que les auxiliaires de vie effectuent des tâches qui leur sont normalement assignées. Cela même si paradoxalement elles reconnaissent –au moins en partie– que les auxiliaires de vie ont un rôle informationnel dans la mesure où elles sont plus souvent en contact avec les personnes âgées :

« On a les auxiliaires de vie et ça c’est important. C’est le plus important parce que c’est avec elles qu’on a le plus de contacts et euh... C’est elles les premières qui vont venir nous aider et dire : "tiens attends je vais faire le lit". Et puis elles sont plus souvent avec le patient alors on leur dit : "tiens comment vous l’avez trouvé ?", voilà. Et avec elles ça se passe bien, en général ça se passe bien. Sauf si certaines auxiliaires de vie pensent qu’elles sont docteurs, et ben on essaie de leur faire comprendre qu’elles sont pas docteur. C’est arrivé oui. La famille s’était déplacée et donc ils m’attendaient, ils voulaient me poser des questions par rapport à notre structure etc. [...] Et l’auxiliaire de vie balayait autour de nous et elle tendait l’oreille donc bon... Et à un moment donné la famille me demande : "mais euh le passage infirmier en fait c’est à quelle heure" ? Et là l’auxiliaire de vie dit : « oh non, non elle a pas d’infirmière, y a aucune infirmière qui vient ». Et là j’ai dit : "quand même" ! Parce que c’est une patiente qu’on a depuis plus d’un an et depuis plus d’un an elle a une infirmière qui vient lui faire un pilulier. Voilà ça, et en fait c’est elle qui a donné la réponse à ma place. Donc à un moment donné la personne de la famille s’est retournée et lui a dit : "écoutez balayez (rire) et laissez la personne répondre", quoi. En plus, y a pas longtemps qu’elle était arrivée mais elle avait décidé qu’elle savait tout de cette dame et que voilà. C’est rare mais bon dans ces cas-là, on leur fait comprendre que nous on vient pas empiéter sur leur travail, donc voila quoi. Chacun a sa place. Autant on est une équipe, autant chacun a sa place quoi, voilà ».

89Ainsi, les aides-soignantes rappellent régulièrement aux auxiliaires de vie ce qu’elles ne doivent pas faire ou dire car elles estiment que ces dernières ne disposent pas des connaissances liées à leur formation et qu’elles n’ont donc pas les compétences requises ; chacun devant envers et contre tous rester à sa place quoi qu’il arrive !... D’ailleurs, comme cela nous a été signalé, lorsque les aides-soignantes demandent à ce que leur salaire soit plus important, c’est en référence à celui des auxiliaires de vie qui, bien que non qualifiées, ne perçoivent que cent euros de moins qu’elles !...

CONCLUSION

  • 14 En France aujourd’hui, on compte 8 millions d’employés dont six millions de femmes (Chenu, 2005).

90Comme nous avons tenté de le montrer, les aides-soignantes travaillant auprès des personnes âgées dépendantes cristallisent plusieurs des caractéristiques qui rendent compte des difficultés et mutations de la condition salariale aujourd’hui. À l’occasion de cette conclusion nous retiendrons, comme le rappelle Alain Chenu (2005), que les aides-soignantes, « avec la secrétaire, le facteur, l’employé de banque, la caissière de supermarché, l’assistante maternelle et la femme de ménage, sont les figures les plus emblématiques du monde des employés dans sa configuration actuelle14 ».

91Comme le suggère encore Alain Chenu, au même titre que les auxiliaires de vie travaillant elles-aussi auprès des personnes âgées, les aides-soignantes appartiennent au « prolétariat de services » très exposé à la précarité de l’emploi dans ses divers degrés ; en raison notamment des fluctuations des politiques publiques et de leur manière de se positionner au regard du secteur marchand qui lorgne de plus en plus sur la manne que promet le vieillissement de la population.

92Mais, si les aides-soignantes ressortent sans nul doute du groupe aujourd’hui le plus exposé à la précarité de l’emploi au sein de ce « salariat multipolaire » circonscrit par Jean Lojkine (2005), son appartenance à ce dernier, cette fois saisie sous l’angle du travail, témoigne aussi d’une possible recomposition des qualifications qui pourrait – peut-être – leur être favorable. En effet, comme nous avons commencé à l’appréhender, la rencontre entre des salariés retraités et des salariés en activité comme cadre de réalisation du travail subordonné des seconds et d’expérimentation du temps libéré des premiers (Friot, 2003), laisse entrevoir les contours d’une qualification transversale à différents métiers et source de valorisation de soi. L’enjeu central de cette qualification transversale en gestation est, nous semble-t-il, l’affirmation de l’efficacité sociale du travail mis au service d’une fin de vie confortable et apaisée pour tous contre la recherche d’une rentabilité économique à court terme qui porte le risque d’une vieillesse à deux vitesses : celle des vieux riches ou suffisamment aisés bénéficiant de la sécurité de vie et celle des vieux peu aisés ou pauvres plus ou moins confrontés à l’insécurité de vie.

Notes

1 La présente contribution s’appuie sur un travail de recherche effectué auprès d’aides-soignantes qui travaillent au SSIAD (Service de Soins Infirmiers à Domicile) de l’hôpital de Perpignan et qui ont, par le passé, exercé en institution (hôpitaux et maison de retraites) auprès de personnes âgées ayant des incapacités physiques et/ou psychiques.

2 S’agissant d’une profession très fortement féminisée, nous écrirons « l’aide-soignante » et les « aides-soignantes ».

3 Comme l’écrit P. Molinier (2006), conceptualisé par Hughes, « le dirty work désigne des tâches qui sont perçues comme physiquement dégoûtantes, qui symbolisent quelque chose de dégradant et d’humiliant et/ou se confrontent à des dimensions taboues de l’expérience humaine : l’impur, l’infect, la déviance. J’ajouterais la sexualité. »

4 Comme le souligne la contribution d’Éliane Le Dantec, les personnes âgées enquêtées disent toujours « mon infirmière » même lorsqu’il s’agit d’une aide-soignante.

5 La notion de burden (fardeau ou encore charge) est arrivée en France notamment par le truchement des chercheurs de l’INSERM de Toulouse. Comme l’écrit l’un d’entre eux : « le "burden" est tout à fait dans la logique de la représentation de la "vraie" vieillesse dépendante, attendant tout de la puissance médicale. Ce concept a été privilégié pour analyser le rapport des aidants à leurs proches, c’est celui de burden. Concevoir que la personne dépendante puisse donner (et pas seulement recevoir) semble tout à fait incongru. » (Rigaud, 1999).

6 C’est depuis les années 1970, qu’en France, on parle de personnes âgées « dépendantes ».

7 Alors qu’il devrait y avoir en moyenne une aide-soignante pour trois résidents.

8 Chef de service de médecine interne et gériatrie.

9 Cet aspect est très directement abordé dans la contribution d’Éliane le Dantec.

10 Christophe Dejours définit le « travailler » au sens du « manger » ou du « boire ». Le « travailler » renvoie à ce qu’on fait objectivement et subjectivement quand on est en train de faire son travail. Le « travailler » correspond à la manière dont on réalise la prescription ; notamment en faisant des infractions à cette dernière pour que, au final, le travail soit fait le mieux possible.

11 Cf. la contribution d’Éliane Le Dantec.

12 Dans sa contribution, Éliane Le Dantec remarque le même type de proximité –non clairement assumée – entre les auxiliaires de vie et les aides-soignantes (par ailleurs, souvent nommées "infirmières" par les personnes âgées enquêtées).

13 Les deux infirmières coordinatrices du SSIAD de l’hôpital de Perpignan sont notamment chargées des visites d’évaluation au domicile des personnes âgées (évaluation de l’état de santé de ces dernières comme des prestations du personnel y intervenant). Plus largement, elles ont la responsabilité de la gestion du SSIAD : notamment, elles élaborent les plannings d’intervention des aides-soignantes.

14 En France aujourd’hui, on compte 8 millions d’employés dont six millions de femmes (Chenu, 2005).

Auteur

Étudiante en master recherche de sociologie ;

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540