Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Pour introduire

La professionnalisation de l’aide aux personnes âgées dépendantes : un révélateur des mutations du salariat

– L’exemple des auxiliaires de vie –

Éliane Le Dantec

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 D’après les services de Nations Unies, en 2000, la France comptait 1 million de personnes de plus (...)

1Les données chiffrées sur l’allongement de la vie dans nos sociétés sont nombreuses et éloquentes. Pour démarrer notre propos, nous retiendrons simplement que « la durée moyenne de vie est passée au fil du xxe siècle de 500 000 à 700 000 heures, soit une augmentation historique de 40 % » (Viard, 2006) et que, parmi les personnes de soixante ans et plus, la part de celles d’au moins 85 ans tend à augmenter sensiblement1. Cet allongement remarquable de la vie humaine a conduit à segmenter le temps de la vieillesse entre une étape marquée par l’autonomie et une étape caractérisée par la dépendance avec ses divers degrés. Or, précisément, c’est cette seconde phase du temps de la vieillesse qui, de manière conséquente, génère des activités professionnelles d’aide à la vie quotidienne dans ses dimensions tant subjectives qu’objectives.

  • 2 Entre 1962 et 2002, le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans est passé de 42 % à 80 %. Aujourd (...)

2Notre projet est d’avancer quelques éléments de réflexion sur ces activités professionnelles, en expansion dans notre société salariale, à partir du questionnement général suivant : qu’en est-il de l’activité salariée – très majoritairement féminine2 – destinée aux personnes âgées en situation de dépendance ?, comment s’articulent les pratiques et les représentations propres à deux moments différents du cycle de vie (ici, l’activité de l’aidant et la retraite de l’aidé), l’un et l’autre, toujours encadrés en priorité par les dispositions générales du statut d’emploi salarié ? (cf. annexe 1).

  • 3 Nous préférons la notion « d’identification » désignant un processus à celle « d’identité » désign (...)

3Les enquêtes que nous avons menées auprès de professionnels dont l’activité salariée est d’aider les personnes âgées dépendantes et auprès de ces dernières, que ce soit à domicile ou en institution (cf. annexe 2 : méthodologie), nous autorisent à retenir l’hypothèse d’un travail complexe, pour partie, en voie de reconnaissance mais généralement mis en œuvre dans le cadre d’un emploi faiblement protecteur. Pour rendre compte de la complexité d’un travail encore largement déclaré peu qualifié, nous nous intéresserons tout d’abord à des aidants dont la professionnalité implique une connaissance, à la fois, réflexive et empathique des conditions d’identification3 des personnes âgées dépendantes (I). Puis, nous montrerons que l’aide à ces dernières est une activité de réseau au sein duquel l’aidant occupe une fonction d’information effective qui s’inscrit dans le mouvement général d’intellectualisation du travail actuellement observable (II). Le fil conducteur de notre analyse est que, pour l’essentiel, arrimée à des conditions d’emploi plus ou moins précaires, l’aide aux personnes âgées dépendantes, est un travail où, physiquement et surtout mentalement, « l’on fait régulièrement plus qu’il ne faut, préservant ainsi, à l’arrachée et malgré tout, une capacité à agir que la division sociale du travail ne nous reconnaît pas » (Clot, 1999) ou alors si peu... !

I. LA CONNAISSANCE DES CONDITIONS D’IDENTIFICATION DE L’AIDÉ : UNE COMPOSANTE DE LA PROFESSIONALITÉ DE L’AIDANT4

  • 4 Nous avons conscience que notre recours aux mots « aidant » et « aidé » peut être interrogé. En ef (...)
  • 5 Notons qu’il n’y a pas encore si longtemps des propos du type : « pourquoi vouloir mettre en forma (...)

4Aujourd’hui, du moins en théorie et quelle que soit la fonction exercée dans le secteur de l’aide aux personnes âgées dépendantes (prescription ou prestation, coordination ou intervention directe), il paraît admis que les tâches requises de l’aidant ne doivent plus être assimilées ipso facto à celles que les femmes exécuteraient « naturellement » (sic) pour assurer la bonne marche du foyer5.

5À l’inverse, il est de plus en plus souvent rappelé que leur réalisation suppose, de la part de l’aidant, une organisation favorisant, de concert, la gestion efficace du temps imparti par l’employeur et la prise en compte de la personne âgée dépendante comme dépositaire d’un ordre privé sur lequel elle doit pouvoir garder une maîtrise.

  • 6 Cette configuration temporelle où le salarié aidant doit user de son temps en tenant non seulement (...)

6Au domicile de la personne âgée dépendante ou dans la chambre qu’elle occupe, seule ou non, en institution, la propre temporalité de l’aidant doit parvenir à se mettre au diapason de deux autres temporalités : celle comptable de son employeur, étroitement référée au rapport qualité/prix de la prestation et celle affective de la personne aidée, ancrée dans la mémoire accumulée d’une vie singulière avec ses habitudes quotidiennes6. Cette nécessaire mise au diapason implique que l’aidant développe des capacités d’arbitrage – largement discrétionnaires – aptes à articuler la conformité à ce que son employeur attend et la sensibilité à l’aidé en tant que sujet en fin de vie, ou encore, le caractère formel de la prescription professionnelle et l’élasticité de la demande privée.

7Intervenant de première ligne, l’aidant est notamment confronté à une demande innervée par un donné émotionnel incontournable : la souffrance de vieillir et l’angoisse de la mort que la personne âgée dépendante suggère et/ou met délibérément en mots plus ou moins régulièrement. Ainsi que l’a montré l’enquête, interpellés par le fréquent « j’en ai plus pour longtemps ! », les aidants se disent démunis pour parvenir à répondre autre chose que le « mais mamie (ou papi), qu’est-ce que vous racontez donc là ! », embrayant au plus vite sur un autre sujet de conversation. Profitant de l’espace de réflexion que constitue l’entretien qu’elle nous accorde, une auxiliaire de vie précise ! :

« Bien sûr, au début je répondais des bêtises du genre "mais mamie, qu’est-ce que vous racontez donc là !"... et puis je réalisais que ça j’étais en train de le dire à une personne de plus de 80 ans à qui... oui, du temps !, il lui en restait pas tant que ça... Puis, j’ai plus dit de telles âneries. Mais le problème c’est que je sais pas quoi dire à la place... Pour me dédouaner de ma lâcheté, j’arrive à avoir une attitude qui dit que j’entends ce qu’on me dit sur la proximité de la mort. Bon, c’est déjà mieux mais tout de même il faudrait pouvoir rentrer ouvertement dans la conversation sur la mort. Il faudrait pas l’esquiver parce que ça nous fait peur. Il faudrait avoir une réponse qui désangoisse un peu la vieille personne. Pour ça, on a besoin d’apprendre des choses au sens d’une formation nécessaire pour bien faire notre travail quand il s’agit de trouver les mots justes ».

8À n’en pas douter, l’interaction entre l’aidant et l’aidé, orientée par ce dernier, autour de la question du vieillissement et de la mort circonscrit un domaine spécifique de compétence que l’aidant doit acquérir et qui devrait être élevé au rang de qualification : celui de la connaissance des conditions d’identification de la personne âgée dépendante. On peut commencer à les appréhender en se demandant qu’en est-il de l’identification d’une personne – toujours chez elle ou placée en institution – dont le quotidien est souvent très pauvre en relations comme en actions et qui sait que l’échéance de sa propre mort n’est plus si éloignée que ça ?, comment vit-on l’inactivité, la solitude affective et la proximité de la mort comme lignes de force de sa manière d’être au quotidien, par-delà les différences sensibles liées à l’histoire sociale de chacun et à la part de délibération personnelle qu’elle a permis ? Or, comme nous avons pu nous en rendre compte, dans le cours de leur « travail en train de se faire », les intervenants auprès des personnes âgées dépendantes sont, de fait, en situation d’approcher une expérience vécue par la plupart d’entre elles : celle de l’ennui.

9Il paraît judicieux de convenir que l’acculturation aux éléments de connaissances pouvant faire de cette « expérience vécue de l’ennui » une « expérience instruite sur la vieillesse » s’avère un gage de la professionnalité des aidants. Selon nous, cette démarche d’acculturation peut être le catalyseur d’une posture, à la fois, distanciée et partie prenante pour se positionner dans l’échange que réclament les aidés sur leur fin de vie. Sous cet angle, l’agir professionnel des aidants peut contribuer à donner au temps de la fin de vie la visibilité et la valeur sociales que nos sociétés ont tendance à lui dénier. Il nous semble que cet agir prend tout son sens économique, social, politique et culturel au moment où les « vieux » –et notamment les « très vieux » – deviennent une classe d’âge numériquement importante. Et, la question de l’efficacité sociale des aidants et, en conséquence, celle de la valorisation de leur statut d’emploi, ne peuvent plus être sous-estimées.

I.1 De l’ennui des vieux comme expérience vécue...

10Des propos recueillis auprès des aidants, il ressort que le mot « ennui », à la fois, cristallise et euphémise la souffrance de vieillir et l’angoisse de la mort qui tenaillent nombre de personnes âgées dépendantes, toujours chez elles ou en institution. Leur constat est corroboré par ces dernières qui, lors des entretiens, ont utilisé de manière récurrente ce même mot pour décrire leur vie actuelle. Or, qu’en est-il de l’ennui des personnes âgées dépendantes ?, que nous apprend-t-il sur leur usage du temps et sur leur manière de le mettre en résonance avec celui compté et prescrit que peuvent leur accorder les aidants ?

11Pour les personnes âgées dépendantes rencontrées, leur vie présente est, de fait, source d’ennui comparée à leur vie passée d’actifs. Ici, il faut retenir que d’une manière générale, les personnes qui sont actuellement dépendantes ont vécu leur « force de l’âge » – comme elles le disent elles-mêmes – dans une période où avoir un emploi était chose plutôt facile quand on le devait ou quand on le désirait. Cet ennui, produit de l’inactivité économique et sociale, vient renforcer celui intime causé par le manque affectif propre à la perte du conjoint et/ou d’amis ainsi que par l’éloignement géographique et, parfois, le désintérêt des enfants.

12L’usage systématique du mot « ennui », constaté lors des entretiens semi-directifs, laisse entrevoir une différence d’intensité selon qu’il est dit par une personne âgée dépendante toujours chez elle ou par celle en maison de retraite. Chez soi, il est prononcé avec une certaine pudeur comme si, de peur d’être placé, il fallait se contrôler pour dire son mal être lié à l’ennui. En institution, la prononciation du mot « ennui » fonctionne comme un exutoire de la souffrance de se vivre comme dépossédé de sa qualité de sujet. D’ailleurs, comme l’écrit le sociologue Vincent Caradec (2001) dans biens des cas : « la maison de retraite est un lieu d’enfermement où se pratique la gestion disciplinaire des corps, l’uniformisation et l’infantilisation des pensionnaires. Leur vie quotidienne est marquée par la rareté des occupations, l’ennui règne et les comportements apathiques et résignés sont fréquents ».

  • 7 Notons que le programme « nouveaux services – emplois jeunes » a favorisé la création de ce profil (...)

13On pourra bien sûr arguer que dans les maisons de retraite, il y a désormais des activités qui sont proposées aux résidants afin qu’ils ne s’ennuient pas mais que, malheureusement, ce sont eux qui refuseraient d’y prendre part. Ainsi Carole, une jeune animatrice7 enquêtée note :

« Moi, je les force à participer, je vais les chercher dans les chambres parce que sinon personne ne vient !... ».

14Le recours au verbe « forcer » est ici lourd de sens. En voulant – et c’est incontestable ! – bien faire son travail, l’animatrice exerce de fait un pouvoir, à la fois, explicitement autorisé par sa fonction d’accompagnement de la « prise en charge » et implicitement permis par son statut d’adulte responsable à l’égard de « très vieux » qui, quant à eux, ne sont plus – et, trop souvent, nous en sommes d’emblée convaincus ! – en mesure de l’être pleinement. Cette attitude professionnelle répandue doit être interrogée dans sa légitimité. Notamment, en « la forçant » à avoir des activités, quelle place fait-on à la personne âgée en tant que sujet de sa fin de vie ? Pour quelles raisons les professionnels concernés semblent refuser ou ne pas pouvoir se demander pourquoi les personnes âgées ne viennent pas spontanément aux activités proposées ? Ne convient-il pas ici d’interroger un système social qui refuse de reconnaître aux « très vieux » la capacité à penser et à exprimer ce qu’ils désirent ou pas et ce qui pourrait leur convenir ou pas ?... En l’état, notre propre réflexion ne nous permet évidemment pas de répondre fermement à ces questions. Néanmoins, notre ambition est, qu’en les formulant, nous contribuions à baliser quelque peu un champ de recherche qui aujourd’hui rencontre une demande sociale forte.

15Dans cette perspective, nous pouvons par exemple retenir que –tout particulièrement en maison de retraite – pour se protéger du regard des autres et ne pas donner à voir imprimés sur elles ce qu’elles pensent être les outrages du temps, les personnes âgées dépendantes sont souvent amenées à faire, elles-mêmes, du temps qui s’écoule un ennui. Tout semble se passer comme si la personne âgée restait confinée, dans sa chambre, pour cacher son corps et son image dont elle a honte ou, plutôt, dont –implicitement– notre société la conduit à avoir honte. En fait, la notion de « dépendance liée à l’âge » vient, par défaut, nommer cette étape de la vie échappant à « toutes ces technologies de santé et de bien être [qui, aujourd’hui, sont] une manière de lutter contre la fatalité naturelle, [se jouant de notre] obsession de la jeunesse et de la santé » (Lipovetsky, 2006). Le propos de Suzanne exprime bien ce douloureux ressenti qu’est le « ne plus être jeune et en parfaite santé », le « ne plus être beau dans le regard des autres » :

« Je participe à rien. Vous avez vu dans quel état je suis ?... Non, non !..., Je suis mieux dans ma chambre ».

16Les entretiens montrent surtout que ce que veulent les personnes âgées dépendantes ce ne sont pas des activités « parachutées », « décalées », pensées pour elles par d’autres afin que leur ennui ne sautent plus aux yeux, ne soit plus un « casse-tête » pour la prise en charge sanitaire et sociale en action. Ce qu’elles attendent le plus c’est qu’on leur consacre du temps pour parler, notamment pour les aider à comprendre ce qu’est cette étape de la vie qu’elles sont en train de traverser. Ce qu’elles veulent, c’est échanger pour pouvoir s’approprier leur devenir et que l’autre ne le dévalorise pas, ne le dénie plus. L’absence d’échanges langagiers est bien au cœur de la souffrance de vieillir et de l’angoisse de la mort. Pour s’en convaincre il suffit d’entendre Marcelle qui, s’adressant à la jeune enquêtrice, la transforme en messagère/dénonciatrice du triste sort fait aux vieux dans notre société :

« Il faut que vous leur disiez en partant qu’on est pas des meubles, qu’on aime rait bien parler de temps en temps !... ».

  • 8 Nous reprenons à notre compte le propos d’Yves Clot (1999, op. cit.) » l’activité au travail maint (...)
  • 9 Journées d’études des 19, 20 et 21 octobre 2006, Usages et échanges de violences : la question cen (...)

17Ce cri d’une vielle dame en colère nous suggère, qu’avançant dans le grand âge, les « très vieux » savent bien – certes, plus ou moins confusément ! – que « l’activité qu’est parler maintient le sujet dans l’homme »8, que parler c’est, à la fois, l’occupation et la préoccupation qui les ancrent toujours dans la vie sociale malgré leur aptitude réduite ou inexistante à se déplacer et à faire. La quête d’échanges langagiers des « vieux » est très palpable, tout spécialement en institution médicalisée ou non. Et la manière que les professionnels ont d’y faire fasse ne peut que nous interpeller comme, d’ailleurs, elle les interpelle eux-mêmes. Un infirmier exerçant notamment son activité dans un service de gériatrie d’un hôpital public et rendant compte de sa pratique lors de journées d’études traitant de la violence9 précise :

« Il faut le dire, moi comme les autres, on évite de regarder les vieux dans les yeux pour pas avoir à assumer leur demande d’échanges, pour pas se trouver à devoir parler avec eux ! Bien sûr, notre temps de travail est compté, mais en plus, on est démuni pour les reconnaître comme sujets. Les désirs et les frustrations dont ils pourraient nous entretenir..., je crois que nous sommes pas préparés à les entendre, que ça nous fait peur. Du coup, on a un comportement qui, il faut bien l’avouer, est maltraitant ».

  • 10 De manière très générale, on peut retenir ici que la « prise en charge », comme mode dominant de t (...)
  • 11 Par ailleurs constamment mis en avant par nos différents interlocuteurs lorsqu’il s’agissait de dé (...)

18Le statut de l’activité qu’est « parler avec les personnes âgées dépendantes » dans le cadre du salariat ressort d’un débat idéologique et politique où, non sans contradictions, s’entrecroisent la logique dominante de la « prise en charge » et celle « en pointillés » de la « prise en compte »10. Bien que mal assurés et faiblement publicisés, les termes de ce débat posent la question de fond relative à l’instauration de la parole entre l’aidant et l’aidé en une fonction reconnue en tant que telle dans son efficacité sociale, dans sa contribution à la sécurité de la fin vie dont le « ne pas s’ennuyer » est l’un des indicateurs. En effet, le « parler » ici envisagé demande du temps. Et, au regard de l’organisation actuelle des activités constituant l’intervention auprès des personnes âgées dépendantes, le temps de l’aidant pour parler à l’aidé est circonscrit de manière très informelle dans le temps global très compté de la prestation qu’il doit accomplir. Sur cette base, les échanges avec l’aidé peuvent constituer le « plus » –par ailleurs attendu et valorisé11 – de la prestation que l’aidant parvient, malgré tout ou coûte que coûte, à assumer ; mais ils n’accèdent pas au statut de fonction à exercer pour elle-même et, à ce titre, susceptible d’être reconnue comme une qualification. Cette question de l’accès du « parler » au statut d’activité autonome à part entière est d’autant plus novatrice que dans toute l’histoire du travail peu ou pas qualifié, « échanger » a été pour l’essentiel volé au temps productif par les travailleurs et a été associé à du temps mort par les patrons... L’enjeu que nous cernons ici est celui de la reconnaissance du temps des échanges aidé/aidant comme du temps vif au profit, bien sûr, de la qualité de vie de l’aidé mais également de la qualité de travail et d’emploi de l’aidant. Et, une telle reconnaissance suppose notamment que ce dernier dispose d’éléments de savoir, d’une part, théorique sur le vieillissement et, d’autre part, méthodologique, pour entrer dans les échanges et s’y investir au mieux.

I.2 ... À l’expérience instruite du temps de la vieillesse

19L’enquête de terrain montre que la mort est au centre de l’élaboration d’une expérience instruite du temps de la vieillesse. Elle l’est d’abord parce que les personnes âgées dépendantes, d’une certaine manière, l’exigent en en faisant un thème récurrent des interactions langagières qu’elles ont avec les aidants. Elle l’est aussi parce que ces derniers, finalement acculés à l’affronter malgré toutes les résistances qui les en mettaient à distance, aspirent désormais à être en mesure d’en parler en sachant trouver le ton juste et les mots appropriés (cf. ci-avant).

20En appui à cette aspiration, nos investigations font ressortir que, paradoxalement, en maison de retraite où la mortalité est particulièrement élevée, on meurt discrètement, comme par effraction... Des propos recueillis auprès des aidés, il s’avère que, finalement, en soustrayant au regard et à l’ouie le mort qui est en train de survenir, elle distille l’angoisse dans les têtes avec encore davantage de force. Cette façon feutrée de faire et d’être avec la mort, la rend forcément d’autant plus omniprésente et inquiétante. Au bout du compte, il est largement intériorisé qu’on ne doit rien savoir des mourants et, en conséquence, qu’on ne peut rien apprendre d’eux. C’est ainsi que, blessée et humiliée d’avoir été niée en tant que sujet capable d’assister une amie mourante, Léontine se livre à l’enquêtrice :

« Ce que je n’ai pas compris c’est quand mon amie Lucienne a été mourante, pourquoi on l’a changé de chambre et on m’a interdit d’aller la voir pour ne pas la fatiguer. J’ai eu le droit de la voir qu’une fois qu’elle a été morte ».

  • 12 Le 18 octobre 2006, lors de notre présentation, organisée par le Conseil général des Pyrénées-Orie (...)

21En revanche, pour les personnes âgées dépendantes restées chez elle, « mourir chez soi » est ressenti comme une part de liberté préservée, comme une possibilité de maîtriser quelque peu sa fin. Lors des entretiens, le si souvent entendu « moi, je veux mourir chez moi, dans mon lit ! » exprime avec acuité la volonté du sujet d’inscrire ouvertement sa propre mort dans la trajectoire de sa propre vie. Ici le « chez moi » et le « dans mon lit », qu’en même temps, on revendique fièrement et auxquels on s’accroche désespérément sont comme les métaphores d’une mort qu’on veut avoir le droit de vivre, qui doit avoir droit de cité12.

  • 13 La démarche d’observation directe a eu, de fait, un statut différent selon que nous la menions en (...)
  • 14 À cet égard, l’observation directe, nous a conduits à éprouver la réalité en chair et en os d’une (...)
  • 15 Jean Hugues Déchaux (2006) propose, à partir d’une mise en perspective de La solitude des Mourants (...)

22Que ce soit en maison de retraite ou à domicile, les personnes âgées dépendantes, via la proximité qu’elles ont avec les aidants, nous interpellent donc sur une société contemporaine qui marginalise nettement –sinon annihile totalement– la dimension sociale de la mort, qui refuse sa temporalité en la confinant dans des lieux ad hoc, réduits à enregistrer la mort biologique en cours ou avérée... Dans ce contexte, la perte d’autonomie physique vient visibiliser, tel un stigmate, le processus de mise à l’écart qui, malgré la valorisation actuelle de jeune retraité hyperactif, s’est inexorablement enclenché lors de la sortie du statut d’actif. Privés de leur « efficience sociale » les autorisant, tel des passeurs d’une histoire individuelle et collective, à dire et à être entendus, les « très vieux » sont finalement constitués en des défunts en puissance, des condamnés à mort qui n’ont plus qu’à attendre. Comme nous avons pu l’appréhender par l’observation directe, tout spécialement en maison de retraite13, cette situation faite aux vieux les conduit souvent à se réfugier dans le sommeil ou, absents, à contempler d’une fenêtre un monde qui ne les voit pas, qui ne veut et/ou ne peut pas les voir14. En fait, dans nos sociétés, les « très vieux » s’approchent de la mort inéluctable dans un contexte où celle-ci est de moins en moins comprise comme composante ultime du parcours où prend forme la condition humaine mais plutôt comme un événement malséant, honteux, voire même, scandaleux. En nous référant à Norbert Élias (1987), les vieux vivent leur vieillesse dans un monde où la mort « refoulée » est pensée comme un échec, une sorte de « défaut social » qu’il convient de dissimuler. Toutefois, de nos entretiens avec les personnes âgées dépendantes, il ressort que pour parvenir à contenir l’angoisse de la mort, pouvoir en parler est revendiqué, parfois très directement et plus souvent avec des détours parce que les mots directs ne viennent pas, comme s’il y avait la crainte de mettre sur le tapis quelque chose d’encore trop tabou15. Aussi, face à l’angoisse de mourir qui caractérise les personnes âgées dépendantes et à leur désir d’en parler exprimé plus ou moins explicitement, les professionnels chargés de les aider souhaiteraient, en faisant leur travail auprès d’eux, être en mesure de les rassurer, de les accompagner. Mais comment s’y prendre quand on est membre d’une société qui, dans ses représentations et ses comportements a mis la mort au ban, qui « interdit » de la reconnaître comme composante ultime, à part entière, de la vie ? Comment faire pour qu’il ne soit plus indécent et défaitiste de parler de la mort ? Le renversement culturel qui paraît s’imposer se cherche en s’appuyant sur les aidants qui, en quelque sorte, sont envoyés au charbon... Constitués, sans tambours ni trompettes, en francs-tireurs d’une société qui doit affirmer autant la philosophie politique que l’organisation matérielle de sa manière de faire avec la progression de la dépendance liée à l’âge, les aidants interrogent notre approche collective d’un travail réputé peu qualifié. Mais, bien qu’investis d’une responsabilité forte à l’égard du bien être des aidés dont le nombre ne cesse de croître, le travail des aidants ressort toujours de situations subalternes formant « le bas de l’échelle » (Cours-Salies, Le Lay, 2006).

23L’enquête a montré notamment que le désir de « mourir chez soi » revendiqué – non sans détermination – par les personnes âgées dépendantes contribuait, petit à petit, à transformer le regard porté sur la mort par les auxiliaires de vie.

24Celles-ci commencent à entrevoir « qu’aider à vivre sa fin de vie », « qu’aider à mourir » fait aussi partie de leur métier. Même en latence de qualification, faute d’être reconnue en tant que telle, cette compétence que leur pratique professionnelle crée, de fait, les conduit progressivement à reconnaître la mort comme l’événement ultime – sinon accepté, du moins acceptable – de la vie. Cette aide à mourir apportée à la personne âgée dépendante qui, en retour, conduit l’aidant à ne plus faire comme si la mort n’existait pas, circonscrit un espace de déploiement intergénérationnel d’une contribution sociale solidaire dont on peut espérer une rétribution en différé. Des propos recueillis auprès d’aidants à domicile s’efforçant de s’impliquer dans l’accompagnement de la fin de vie, il ressort en effet que quand le jour viendra :

« Nous pourrons, nous aussi, être accompagnées pour mourir dans notre lit et non pas dans un mouroir ».

  • 16 Par « emploi », nous entendons l’ensemble des droits économiques, sociaux, politiques et culturels (...)

25Le soutien apporté à l’aidé fonctionne ici comme l’accusé de réception de la contribution de l’aidant et l’investissement humain de celui-ci comme une clause de garantie de la rétribution à venir, quand, peut-être à son tour, il sera un aidé. Il nous paraît que, à l’échelle du cycle de vie et des conditions socioéconomiques de son déroulement, cette possible harmonisation, dans le travail en train de se faire, entre l’attente de l’aidé et le faire et être de l’aidant, entre la temporalité du retraité ancien actif et celle de l’actif futur retraité, plaide en faveur de « la relance d’un salariat solidaire et efficace, notamment en matière d’emploi16 » (Friot, 1998). Retenons ici qu’en étant effectivement reconnue comme une qualification, la connaissance et l’empathie des aidants à l’égard des aidés peuvent contribuer à affirmer le droit – des seconds aujourd’hui et des premiers demain – à la sécurité matérielle et affective propre à la logique salariale, par ailleurs aujourd’hui déstabilisée.

II. S’INFORMER ET INFORMER AU PROFIT DE L’AIDÉ : UNE AUTRE COMPOSANTE DE LA PROFESSIONNALITÉ DE L’AIDANT

  • 17 Cette appellation vient de plus en plus souvent remplacer celle « d’agents de service ».
  • 18 Par exemple, des professionnels de la coiffure, de l’esthétique ou encore de la gymnastique douce (...)

26Les aidants (en l’occurrence, les « agents sociaux »17 des maisons de retraite et les « auxiliaires de vie » opérant à domicile) exercent leur activité dans un contexte où un ensemble d’autres professionnels interviennent auprès des aidés, plus ou moins régulièrement et au regard d’une organisation plus ou moins centralisée. Au domicile de la personne âgée dépendante ou dans sa chambre en institution, l’aidant doit souvent savoir ajuster sa pratique à celles respectives des personnels de santé dans leur diversité, d’animation, d’administration et parfois de bien être18. Il entre également en contact avec les familles et amis des aidés. Le cadre de travail des aidants est donc l’enjeu d’une circulation d’informations relatives à la personne âgée dépendante et émanant de sources professionnelles variées. Partie prenante de ce cadre, les aidants se trouvent fréquemment en posture de s’approprier des informations d’importance et de statut différents sur l’aidé, mais aussi, de diffuser des informations qui lui ont été transmises où qu’il a lui-même élaborées dans le cours de son travail en train de se faire. Comme la capacité à échanger avec l’aidé (évoquée ci-avant), bien que non-élevée au rang de qualification ayant des incidences valorisantes en terme d’emploi, la capacité à s’informer et informer caractérise effectivement le travail des aidants et joue un rôle non négligeable dans l’évaluation de ce dernier par les prescripteurs publics, associatifs et privés. Notre enquête de terrain met en exergue cette capacité avec des différences assez significatives selon qu’elle opère à domicile ou en institution. Nous allons nous attacher à montrer, qu’au domicile de la personne âgée dépendante, la capacité de l’aidant à s’informer et informer le met en position d’être une plaque-tournante de l’information et s’avère être, la plupart du temps, un vecteur d’estime de soi, de plaisir au travail. Par contre, en institution, la capacité de l’aidant à s’informer et informer se situe au bas d’une échelle très hiérarchisée de fonctions octroyant aux paroles afférentes des degrés de légitimité très contrastés. Ici, au regard d’une capacité effective mais qu’il doit –pour l’essentiel – mettre en sourdine, l’aidant ressent généralement de la frustration, de la souffrance au travail.

II.1 L’auxiliaire de vie : une informatrice plutôt sollicitée

27Le domicile de la personne âgée dépendante, en tant que lieu privé devenant fréquemment lieu de travail pour des tiers, constitue un espace original pour la mise en œuvre de la capacité à s’informer et informer de l’aidant. En effet, l’effectivité de cette dernière ressort de deux conditions contextuelles prégnantes. D’une part, elle s’ancre dans la nécessité d’accorder en permanence les consignes de la prescription qui sont autant de règles reproductibles quel que soit le domicile d’intervention à l’incontournable réactivité aux situations produites par l’alchimie des relations interpersonnelles propres à « un » domicile. D’autre part, la capacité à s’informer et informer de l’aidant se construit, au fil du temps, dans l’alternance de séquences de travail avec des lieux distincts, des durées, des fréquences et des charges inégales. Le terme de chaque séquence correspond à la mort de l’aidé concerné. Et, l’ouverture d’une nouvelle séquence dans l’emploi du temps de l’aidant est liée à la demande d’un nouvel aidé.

28Plus précisément, la capacité à s’informer et informer de l’auxiliaire de vie a pour toile de fond un réseau de relations avec son centre et sa périphérie démultipliée dont, telle une marionnettiste avisée, elle tire les ficelles dans un souci de bon déroulement. L’auxiliaire de vie est bien sûr responsable de la séquence d’intervention où elle est directement impliquée, seule ou en devant s’articuler à un ou plusieurs autres professionnels (par exemple, l’infirmière ou le médecin) dont les plannings ne sont pas établis par la structure qui la salarie. Par ailleurs, en raison des informations qu’elle a fait circuler et de celles qu’on prévoit de lui donner, bien que physiquement absente, l’auxiliaire de vie n’en est pas moins très présente dans le reste du temps où l’aidé est seul où concerné par d’autres séquences d’intervention.

  • 19 Les structures employeurs s’efforcent de constituer des binômes aidé/aidant stables. Des entretien (...)
  • 20 La constitution de l’auxiliaire de vie en « confidente » par la personne âgée ne signifie pas pour (...)

29Au domicile, les relations de l’aidé avec l’aidant sont les plus « centrales » et les plus « stabilisées » puisque, à la fois, elles sont normalement19 attachées à la durée de la dernière étape du cycle de vie de celui-ci et surviennent dans le cadre des activités matérielles basiques dont la régularité est requise sans qu’elles soient motivées par un problème mettant directement en danger la santé de l’aidé ou par sa possibilité financière d’avoir un confort supplémentaire en matière de qualité de vie. La relation de face-à-face aidant/aidé initialement enclenchée pour des raisons de gestion matérielle du quotidien prend forme dans une parole échangée qui, (comme nous l’avons vu ci-dessus) va bien au-delà de cette gestion, s’aventurant sous l’impulsion de l’aidé dans des domaines relevant de son identification de sujet en fin de vie. Au regard des propos recueillis auprès des aidants comme des aidés, la relation de face-à-face qui les met en présence procède d’un processus où, au démarrage, on s’observe, on se cherche et où, au fil du temps, on finit par s’apprivoiser en se familiarisant aux manières de réagir de chacun, à ses manies aussi. Ici, l’aidant doit faire preuve de psychologie au sens où il ne doit pas arriver au domicile de l’aidé comme en pays conquis. Au risque de déroger quelque peu au caractère prescrit de la prise en charge sanitaire et sociale de la dépendance, l’aidant doit savoir laisser la vieille personne aidée l’amener, elle-même, à l’autoriser à s’occuper de la gestion de son ordre privé, à s’y immiscer en y introduisant des modifications induites par une pratique professionnelle globalement formalisée et organisée, tout spécialement au regard de sa temporalité. Au travers de ce processus, l’auxiliaire de vie, souvent par la volonté de la personne âgée dépendante, finit par devenir une confidente, voire une amie20... Comme le montre notre enquête, sans négliger que son employeur attend d’elle qu’elle garde une certaine distance garante de sa professionnalité, « être la confidente de l’aidé » est une posture appréciée et valorisée par l’auxiliaire de vie, autant pour les savoir-faire et être réflexifs que cela suppose de sa part que pour la satisfaction qu’en retire la personne aidée. À cet égard, Carine souligne :

« On a forcément beaucoup de relations avec les personnes âgées. On discute, elles se confient, on essaie de leur apporter quelque chose par notre présence. Ce sont des personnes seules et on leur apporte un soutien moral, on peut éviter qu’elles se démoralisent trop... Pour faire ça, pour rentrer dans ce genre de relations en même temps qu’on fait le travail qu’on nous demande, c’est pas forcément évident... Comment vous dire ? En même temps qu’il faut être attentive à nos tâches habituelles, il faut savoir écouter ce que la personne âgée nous raconte puis il faut savoir lui répondre quelque chose où on s’engage suffisamment mais pas trop... Moi, je vous le dis : pour bien faire ça, il faut avoir un peu d’expérience, du métier ! ».

30L’enquête a fait ressortir que, d’une manière générale, la personne âgée valorise le soutien affectif reçu de l’aidant comme composante à part entière de la prestation qui, à la base, le permet. Elle s’emploie fréquemment à incorporer son auxiliaire de vie dans le cercle très restreint (sinon vide) de ses proches, de ses intimes. Ainsi sollicitée, l’auxiliaire de vie doit, en tant que professionnelle, trouver le juste équilibre entre proximité et distance, entre identité et altérité. L’auxiliaire de vie agit dans un espace où les rôles d’amie et de professionnelle se côtoient en permanence sans qu’il puisse véritablement en être autrement. Or, pour l’essentiel, l’aptitude à assumer cette situation constitue une compétence qui reste mal appréhendée par les structures employeurs et la puissance publique. Le plus souvent, l’auxiliaire de vie est seule face à cette situation qu’elle gère au jugé de sa propre responsabilité. Il faut toutefois souligner, que pour s’imposer comme prestataires de qualité, les entreprises marchandes qui, depuis peu (Ordonnance du 1er décembre 2005), se créent dans le secteur de l’aide à domicile aux personnes âgées dépendantes traditionnellement occupé par des associations, ouvrent des postes de médiatrices chargées d’accompagner les auxiliaires de vie dans cette dimension affective de leur activité.

31Au profit de la personne âgée dépendante à domicile, du fait de leur non-régularité ou de leur survenue régulière mais espacée, diverses interactions périphériques à la relation centrale aidant/aidé sont informées par l’aidant et réciproquement. Ainsi l’aidant est amené à interagir avec la famille de l’aidé. Celle-ci, même –et peut-être surtout – avec des visites rares ou inexistantes n’en est pas moins omniprésente. Dans cette configuration, les auxiliaires de vie sont confrontées d’emblée à cette omniprésence particulière, sur le mode, tout à la fois de la présence et de l’absence. C’est ainsi que par leur présence elles pallient l’absence objective de la famille d’emblée indifférente et limitent la culpabilité de celle regrettant d’être absente mais ne pouvant faire autrement. À travers les tâches de la vie privée qu’elle exécute professionnellement, l’auxiliaire de vie réintroduit la famille et son registre affectif tout en rendant patente son absence.

  • 21 Signalons par ailleurs que les pratiques des familles et leur sens au regard des aînés devenus dép (...)

32Confidente de la personne âgée dépendante, l’auxiliaire de vie devient aussi souvent celle de sa famille21. Et, quand la confiance s’est installée entre l’auxiliaire de vie et la famille de l’aidé, un soutien réciproque les unit pour intervenir au mieux auprès de ce dernier. L’auxiliaire de vie est alors comprise par la famille comme le nœud du réseau, la tête de pont à solliciter pour avoir rapidement les bonnes informations sur l’évolution de l’état de santé physique et mentale de son aïeul dépendant. Pour remplir correctement et avec mesure cette fonction d’informatrice auprès de la famille, l’aidant doit savoir faire la part des choses parmi les informations en sa possession, ayant soin de préciser que certaines lui ont été explicitement transmises par tel ou tel intervenant et que d’autres ont été créées par lui en observant ce qui se passe et en écoutant ce qui se dit quand une autre intervention a lieu pendant la sienne. Il doit savoir hiérarchiser les informations en fonction de leur importance et de leur urgence. Il doit pouvoir aller à l’essentiel, recommandant d’aller à la source pour en savoir plus quand ces informations sont relatives à des domaines professionnels qu’il ne maîtrise pas. Il doit également avoir présent à l’esprit de ne pas inquiéter inutilement.

  • 22 Notons que, dans la plupart des cas, les personnes âgées dépendantes ne font pas de distinction en (...)

33L’aidant interagit aussi avec les divers professionnels de santé qui sont conduits à fréquenter le domicile de la personne âgée dépendante. Ce dernier est le cadre d’exercice temporaire, dans la succession ou la simultanéité, de pratiques professionnelles qui, d’une part, mobilisent des savoirs, des méthodes et outils ainsi que des comportements très différents et qui, d’autre part, occupent des positions très inégales dans la division sociale du travail. Or, l’enquête a fait ressortir que c’est dans la rencontre avec les différences de fonctions et les inégalités de statuts caractérisant les professionnels de santé intervenant chez les personnes âgées dépendantes que le métier d’auxiliaire de vie est, à la fois, toujours « cantonné au bas de l’échelle » et pour partie déjà « tiré vers le haut ». À cet égard, au domicile des aidés, la rencontre des aidants avec les professionnels en soins infirmiers22, d’un côté, et avec ceux en soins médicaux et para-médicaux, d’un autre côté, est particulièrement éclairante dans son effectivité comme dans les représentations qu’elle charrie.

34Au domicile de l’aidé, la rencontre entre l’aidant et le professionnel en soins infirmiers est souvent la scène de tensions latentes et, parfois, avérées. Le professionnel en soins infirmiers – tout spécialement l’aide-soignant – a généralement à cœur de rappeler à l’aidant ce qu’il ne doit pas faire et dire –au sens d’informer – en raison de son absence de formation et de qualification, de connaissances et de compétences certifiées. La difficulté – sinon l’ambiguïté–, de ce rappel, consciemment ou inconsciemment fait comme un « rappel à l’ordre » par l’émetteur et vécu comme tel avec plus ou moins de distance et de souffrance par le récepteur, est qu’il porte sur des tâches (telles que manipuler le corps de l’aidé, procéder à sa toilette...) auxquelles les auxiliaires de vie sont amenées fréquemment à se livrer – de fait – quand elles se trouvent seules avec les aidés pour ne pas les laisser dans l’inconfort. Les tensions ne concernent pas les tâches « hautement professionnelles » (par exemple : faire une piqûre ou un pansement) que, « naturellement » les aidants n’envisagent pas de s’approprier mais des « tâches frontières » qui ressortent davantage de l’expérience par la pratique que d’un nécessaire apprentissage théorique et méthodologique soumis à une évaluation formelle. Ce qui se joue dans ces tensions entre professionnels en soins infirmiers et auxiliaires de vie c’est, pour les premiers, la défense organisée et portée collectivement d’un métier –indépendant ou salarié – qualifié, reconnu comme tel depuis longtemps. Pour les seconds, c’est la tentative peu assurée et largement individuelle pour faire enfin reconnaître un métier salarié dont le besoin et l’utilité sociale ne cessent de croître. Confinées dans l’espace privé et sa gestion matérielle toujours très féminisée, ces tensions opposent finalement dans un rapport implicite de domination/subordination deux profils de femmes : d’un côté, des auxiliaires de vie peu ou pas qualifiées qui y réalisent des tâches encore réputées « simples » relevant directement de cette gestion matérielle du foyer et, d’un autre côté, des aides soignantes et infirmières qualifiées (même si c’est à des niveaux différents) qui y entrent pour des actes autonomes par rapport à cette gestion et dont la complexité est entendue. C’est dans les interactions avec les professionnels en soins infirmiers que la capacité à s’informer et informer des aidants est la plus objectivement cadrée mais aussi la plus symboliquement mise en doute. Les propos suivants de Martine disent particulièrement bien l’irritation et la souffrance de se sentir quelque peu entravée dans sa fonction d’informatrice maintes fois mise en mots lors de l’enquête :

« Je peux pas dire le contraire, l’infirmière est très aimable avec moi... Mais, quand on se voit, c’est plus fort qu’elle, il y a toujours un moment ou après m’avoir dit "vous direz bien ceci cela au docteur" elle se reprend pour me balancer "et puis, non, vous lui direz pas, c’est mieux que je le fasse moi-même !" ou "c’est trop important, si vous oubliez ?... Laissez tomber, je lui passerai un coup de fil" ».
« Ce revirement, c’est très blessant pour moi. Comme si j’allais oublier de transmettre quelque chose d’important alors qu’on m’a demandé de le faire... Dire à l’un ce que m’a dit de lui dire l’autre, ça fait partie de mon travail alors pourquoi douter de moi ? J’aimerai qu’on me laisse faire vraiment tout ce qui fait partie de mon travail. D’ailleurs ce qu’elle m’avait d’abord dit de dire puis ensuite de ne pas dire, je le dis quand même au docteur qui, lui, est toujours très content de mon initiative car, il allait oublier le coup de fil de l’infirmière ».

35On le voit, dans les tensions autour de ce que nous avons appelé les « tâches frontières » aux deux métiers, une lutte statutaire est à l’œuvre. Les aides soignantes et les infirmières cherchent à confirmer les valeurs différentes des barreaux de l’échelle sociale des métiers qu’elles ont gravis en se formant, en général au prix d’un important investissement personnel. Quant aux auxiliaires de vie, elles s’efforcent d’obtenir la validation des évolutions objectives et subjectives d’un métier en expansion, bien exprimées dans le glissement sémantique « d’aide-ménagère » à « aide à domicile » puis à « auxiliaire de vie » qu’elles revendiquent et qui, de leur point de vue, va bien au-delà du « politiquement correct ». L’encadré suivant rend compte de la manière dont peut s’exprimer cette lutte statutaire.

  • 23 Alors que la rencontre avec le médecin est fréquente, celle avec les professionnels en soins param (...)
  • 24 Le « travailler » ou « le travail en train de se faire ». Nous empruntons cette expression à Chris (...)

36Au domicile de l’aidé, la rencontre avec les professionnels en soins médicaux et para-médicaux (tout spécialement, avec le médecin traitant23), s’avère être un moment très apprécié et valorisant pour les auxiliaires de vie. Des entretiens avec celles-ci, il ressort qu’assez systématiquement elles se sentent sollicitées par les médecins en tant qu’ » assistantes » dont on reconnaît les compétences et l’importance au regard de la situation concrète d’intervention. Cette reconnaissance dont les auxiliaires de vie se sentent investies procède de deux registres. Celui de la possible complémentarité entre des « travailler »24 très différents tant symboliquement qu’objectivement et celui de la circulation d’informations au service du bien être de l’aidé. Pour illustrer le premier registre, nous retiendrons que le médecin a souvent besoin de l’appui effectif des auxiliaires de vie quand il doit manipuler le corps de la personne âgée dépendante pour précéder à un examen. Alors que le professionnel en soins infirmiers semble les mettre constamment en garde sur les dangers de cette manipulation, tout particulièrement, si elles se risquaient à le faire seule, à l’inverse, le médecin requiert avec soulagement leur collaboration pendant sa visite et, de plus, leur donne des indications instruites au cas où elles seraient amenées à devoir le faire en son absence. Or, recevoir ces indications instruites, de la part d’un médecin, est très stimulant au sens où l’aidant se sent reconnue dans son aptitude à échanger pour agir –en temps réel et en différé – avec un professionnel très qualifié. Les remarques suivantes de Maria expriment bien ce ressenti commun :

« Avec les médecins c’est toujours un moment intéressant car on apprend des choses qui nous permettent de mieux faire encore notre métier. J’apprécie que le médecin, il me fasse confiance pour aider la personne âgée qui à des problèmes pour se tourner dans son lit ou pour se lever... Ce que j’aime, c’est qu’il prend la peine de m’expliquer avec des mots simples comment faire tel ou tel geste et surtout pas tel autre. Les médecins – eux ! – ils acceptent facilement que nous – les auxiliaires de vie –, sur certaines choses on peut les assister... Du coup, parler comme d’égal à égal avec eux c’est possible et c’est vraiment bien ».

Encadré
Quand un chercheur cristallise, à son corps défendant, l’expression d’oppositions statutaires...
Lorsque le 18 octobre 2006 j’ai présenté, à la demande du Conseil général des Pyrénées-Orientales, la partie de mon étude relative à l’activité des auxiliaires de vie, je me suis retrouvée contre toute attente (de ma part comme de celle du Conseil Général) devant un auditoire composé en majorité par les élèves/aides-soignants d’une école privée relevant de la CCI et, en conséquence, par une minorité d’auxiliaires de vie qui, de plus, ne se connaissaient pas nécessairement. Dès la fin de ma communication, j’ai dû faire face à l’invective très brutale des élèves aides-soignants qui me reprochaient :
- de ne par parler d’eux sinon à travers les représentations des auxiliaires de vie (et, pour cause c’est à elles que s’intéressait ma recherche !...) qu’ils rejetaient comme ne correspondant pas à la réalité telle qu’ils l’appréhendaient eux et, donc, de les nier comme futurs professionnels formés « non pas à Lidl mais à Auchan » comme ils me l’ont quasiment hurlé ;
- de faire ressortir que les auxiliaires de vie se vivaient comme des « assistantes des médecins traitants » (cf. ci-dessous) alors que, comme il me l’on dit avec force « vous vous trompez madame, les assistants des médecins c’est nous ( ! ! !...) car les auxiliaires de vie, elles sont pas qualifiées, elles ont pas le droit – même si on sait que, malheureusement, elles le font ! – de manipuler les corps des personnes âgées ni de faire les toilettes... ».
Cet aspect revendiqué de leur distinction positive d’avec les auxiliaires de vie disait surtout, me semble-t-il, avec amertume et rage, leur distinction négative d’avec les infirmières qui ne leur laisseront accomplir auprès des personnes âgées dépendantes que les tâches les moins nobles du métier (en l’occurrence les toilettes).

37Pour préciser le second registre, il convient de retenir que, de façon récurrente, les auxiliaires de vie sont interpellées sur le mode de la confiance par les médecins traitants afin qu’elles diffusent certaines informations aux familles des aidés. Les propos suivants de Martine typent ces informations selon leurs formes et leurs contenus (il y a bien sûr celles où le « médical » n’intervient pas directement mais il y a aussi celles où il est présent) :

« Les médecins, ils me font confiance pour transmettre des informations à la famille de la personne âgée. Dès fois, quand il sait que je vais les voir le jour même ou le lendemain, il me laisse juste une lettre à remettre en mains propres, ou bien, il me demande simplement de dire de l’appeler rapidement. D’autre fois, il me dit quoi leur dire... C’est des choses comme "dites-leur bien qu’ils se rassurent car les dernières analyses sont bien meilleures" ou "dites-leur que je vais un peu modifier le traitement et qu’ils vont recevoir un courrier très bientôt"... Parfois aussi, les médecins me donnent des consignes sur comment donner les médicaments ».

38L’enquête nous montre, qu’au contraire de ce qui semble se passer avec les professionnels en soins infirmiers, les relations médecin traitant/auxiliaire de vie ne sont pas maillées par des oppositions statutaires. Dans l’imaginaire collectif des aidants, le médecin est mis sur une sorte de « piédestal » du fait de « sa science » mais tout en étant accessible au vu que, dans sa propre pratique, il sait mobiliser celle de l’auxiliaire de vie sans avoir à lui rappeler que celui qui sait le plus c’est lui. L’écart objectif et symbolique entre la qualification du médecin et celle de l’aidant est tel que l’apparition de « tâches frontières » à se disputer est exclue. Dans ce contexte, une tâche comme la manipulation du corps de la personne âgée dépendante ne relève pas plus de la compétence spécifique du médecin que de celle de l’aidant. Et, de surcroît, elle est une tâche, amoindrie dans sa difficulté, quand on peut la faire à deux, qui plus est sans concurrence. Aux yeux des auxiliaires de vie enquêtées, les attentes en matière de collaboration effective et l’attitude globalement bienveillante des médecins à leur égard, montrent que leur travail va bien au-delà d’un soutien basique cantonné au seul ménage. Sans encore bénéficier d’effets probants en matière de qualité d’emploi, l’interaction médecins traitant/auxiliaires de vie permet à ces dernières de s’affirmer pleinement en tant que telles, de ne plus se vivre comme de simples aides-ménagères. Tout semble se passer comme si elles s’appuyaient sur la réputation d’excellence du médecin pour s’émanciper de l’insignifiance sociale des aides-ménagères.

II.2 L’agent social : une informatrice largement sous contrôle

  • 25 Le plus souvent : une forte majorité de salariés et quelques travailleurs indépendants.
  • 26 Exprimée telle quelle ou avec quelques variantes, cette aspiration a eu une certaine récurrence da (...)

39En institution, le travail de l’aidant procède d’une organisation des tâches et des fonctions, ainsi que d’une gestion des intervenants25 propres à un espace classiquement dévolu à des activités professionnelles. Ici, l’enquête montre que le travail de l’aidant prend place dans une configuration socio-économique, politique et culturelle où s’entremêlent, non sans contradictions implicites ou explicites, une logique organisationnelle de type hiérarchique très ancrée, dont le curseur est le degré de technicité plus ou moins élevé de l’intervenant et une logique de gestion des travailleurs de type partenarial très « dans l’air du temps », fondée sur la mise en œuvre d’une « ingénierie du relationnel autour et avec la personne âgée »26. Or, si idéalement la seconde logique vise à reconnaître la capacité de l’agent social à s’informer et à informer au profit du bien être de la personne âgée dépendante, la seconde logique tend à le maintenir de fait au « bas de l’échelle », lui déniant –à travers un processus où l’auto-déni forcé joue un rôle important– la possibilité de prendre part, effectivement et surtout de manière publicisée, aux échanges qui nourrissent la circulation d’informations sur l’état des aidés et son évolution. La capacité à informer et s’informer de l’agent social, à la fois, théoriquement valorisée et pratiquement invalidée, est étroitement attachée à son statut de travailleur d’exécution. Cette capacité est placée sous un double contrôle : celui administratif du ou des membre(s) de la direction de la structure/employeur et celui technique des professionnels –tout particulièrement de santé– y opérant ; les uns et les autres étant chargés de faire ce qu’il faut pour enclencher au mieux ou donner à voir enclenchée la « modernisation » dont « la dynamique partenariale » préconisée est l’un des fers de lance.

40Pour appréhender quelque peu les ressorts de la posture d’informatrices largement sous contrôle que sont les agents sociaux en maison de retraite, à partir des entretiens semi-directifs réalisés auprès de ces derniers de même qu’auprès des autres catégories de professionnels, nous allons mettre en résonance les deux types de logiques et les modalités du double contrôle qui viennent d’être évoqués. Nous allons le faire en distinguant deux situations qui, dans la réalité, sont bien sûr imbriquées. D’une part, celle où se nouent les relations entre l’agent social et la direction de l’établissement que celui-ci soit de statut juridique public, associatif ou privé et, d’autre part, celle où l’agent social se trouve en interaction avec les intervenants techniques. Nous nous attacherons à faire ressortir les implications objectives et subjectives de chacune de ces deux situations sur la relation agent social – salarié/personne âgée dépendante– retraitée.

  • 27 Tels que : horaires et planning, retrait de la fiche de paye, gestion des congés et, plus exceptio (...)

41À la différence des auxiliaires de vie qui sont dispersées dans des espaces privés pour exercer leur activité, ne passant dans la structure employeur qu’épisodiquement pour des aspects de la gestion administratives de leur emploi27, les agents sociaux des maisons de retraite travaillent dans les locaux de leur structure employeur ou dans une antenne de celle-ci. La non-distinction entre le lieu d’exercice du travail et le lieu de contractualisation de l’emploi les met d’emblée dans la position dominée habituellement faite aux salariés pas ou peu qualifiés. Si en travaillant à distance géographique de l’employeur, qui plus est dans un lieu de vie privé, l’auxiliaire de vie peut s’émanciper pour partie du contrôle patronal, en revanche, l’agent social expérimente au quotidien la capacité de ce dernier à lui rappeler sa place périphérique, tant symboliquement qu’effectivement. Or, les relations entre l’agent social – salarié et le directeur – employeur s’avèrent actuellement très imprégnées par la recherche en continu d’une efficacité économique à laquelle la maison de retraite doit se livrer et qui est exprimée en termes de contraintes budgétaires marquées, sans cesse rappelées par la direction ainsi que l’enquête l’a fait ressortir :

« L’essentiel de mon travail consiste à établir des budgets. La gestion comptable de la maison me prend tout mon temps ».

42Situé en bas de la ligne hiérarchique de la structure, l’agent social est, plus que tout autre intervenant, de fait mis à l’écart de toute réflexion relative à la nécessité d’une recherche d’efficacité sociale au profit de la qualité de vie de l’aidé et, davantage encore, de la qualité du travail et de l’emploi mobilisé.

43En général, le directeur de la maison de retraite accorde peu de consistance et donne peu de visibilité à l’implication effective de l’agent social comme membre du réseau faisant circuler l’information au bénéfice des aidés. Au regard de cette circulation, et même si c’est de façon non délibérée, l’agent social est en quelque sorte une « cinquième roue du carrosse » dont on présuppose que, bien huilé, le mécanisme non complexe de mise en action ne doit pas poser de problèmes. Aux yeux de la direction, même si elle dit le regretter, celles qui sont chargées de l’entretien des locaux –et tout spécialement des chambres des aidés – n’ont pas vocation à être une préoccupation prégnante de leur emploi du temps par comparaison à la gestion budgétaire de l’établissement qui est décisive pour la survie de la structure, les absorbant de plus en plus. Bien qu’une certaine proximité –voire familiarité – entre personnes puisse exister entre le directeur et l’agent social quand ils se croisent au détour d’un couloir où dans la chambre d’un aidé, cette rencontre s’impose rarement dans sa dimension professionnelle ; entendue au sens où, malgré la relation de subordination, le travailleur subalterne parvient à se sentir pleinement – sinon suffisamment– reconnu comme un professionnel. Ici, de manière classique au regard de la relation salariale, nous avons deux temporalités très dissymétriques malgré la proximité géographique puisqu’elle renvoie à la configuration où celle de l’employeur a le plus de latitude pour orienter et « forcer » celle du salarié (précaire, peu qualifié et rarement organisé collectivement) dans ses rythmes et ses contenus, empêchant une partie de ceux-ci – notamment les savoir-faire et être formant la relation à l’aidé – d’accéder au statut de compétences qualifiées.

44De notre enquête, il ressort que souvent formé aux principes et aux méthodes de la démarche sanitaire et sociale, le directeur de la maison de retraite perçoit l’injonction de la maîtrise des coûts à laquelle il est soumis en permanence comme une contrainte à bien des égards en contradiction avec le cœur du métier qu’il cordonne mais qui, pour des raison exogènes plus qu’endogènes, ne peut malheureusement être esquivée. Il dit devoir passer son temps à trouver comment « faire au mieux avec la restriction budgétaire ». Il a conscience que les économies obligées mettent souvent à mal :

« La création d’un cadre agréable et chaleureux pour les personnes en fin de vie qui est le cœur de notre métier !... Moi, les projets que je voudrais bien avoir en ce sens sont freinés, voire parfois compromis par la nécessité d’améliorer la productivité et de réduire l’endettement ».

45Cette « contrainte budgétaire » qui pèse sur le directeur, occupant tout son temps travaillé mais dont il a en mains les tenants et les aboutissants, est répercutée tout au long de la ligne hiérarchique, devenant, à la fois, de plus en plus opaque et fatale au fur et à mesure de la descente, réduisant d’autant les interrogations et la résistance. Au « bas de l’échelle », la contrainte budgétaire est uniquement subie, ne laissant pas de prises pour parvenir à en cerner le comment et le pourquoi. Elle innerve totalement l’intensité du travail attendu de l’agent social mais sans qu’elle soit l’objet d’une occupation concrète en tant que telle identifiable. La logique hiérarchique et le contrôle sans conteste marginalisent et rendent transparents ceux – les agents sociaux – qui sont assignés à une place on l’on est censé peu ou pas savoir, peu ou pas comprendre. Dans ce cadre, soumise aux exigences de la temporalité de travail de la direction, celle de l’agent social visibilisée en référence uniquement à l’ordre de l’exécution présente une part d’ombre imposée qui est fréquemment source de souffrance. Ainsi, en tant qu’exécutant de base, l’agent social n’existe officiellement aux yeux de la direction de la maison de retraite que comme celui qui se doit de procéder à des tâches d’entretien des locaux. Les occupations de relations et d’échanges avec les aidés se trouvant dans leur chambre ou dans les espaces collectifs qui de fait viennent s’enmailler dans leurs occupations pratiques contractualisées demeurent tues bien que sues de tous. Alors qu’à domicile, à l’abri d’une surveillance de proximité instituée, l’aidant comme l’aidé peuvent s’investir dans ses occupations en y mettant d’eux-mêmes avec mesure mais sans retenue excessive, en maison de retraite, l’agent social, enjoint de se tenir à sa place, ne consent finalement à entrer en contact avec la personne âgée dépendante que dans la discrétion et la réserve, comme en catimini... Le propos de Georgette dit bien un ressenti qui a transparu de manière récurrente dans les entretiens réalisés :

« Parler avec les vieilles personnes... bien sûr qu’on le fait beaucoup. En plus, comment faire autrement ? Mais en même temps on se méfie que ce soit pas trop visible car y a toujours quelqu’un qui va trouver que ça nous distraie de notre boulot, que c’est pas notre rôle à nous, qu’on va pas savoir s’y prendre... ».

46En institution, la méfiance des aidants et celle des aidés se justifient et se nourrissent réciproquement. Ce qui se dit et s’entend participe à l’élaboration d’informations bridées, qui ne sont d’abord mises en circulation qu’officieusement comme si elles devaient être testées au regard de leurs effets éventuellement négatifs tant sur l’aidé que sur l’aidant. La tendance des aidés et des aidants à brider les informations est, à la fois, voulue et subie. Tout se passe comme si les aidés, placés en institution à leur corps défendant et les aidants, relégués au « bas de l’échelle » des postes et fonctions se trouvaient confrontés à devoir agir et interagir dans un espace de vie et de travail dont les murs ont des oreilles pas toujours bienveillantes et bien intentionnées. Les propos suivant de Léontine (personne âgée dépendante) et de Sylvie (agent social) expriment l’inquiétude partagée :

(Léontine) « Quand ça va pas, tant que je peux tenir, je préfère me taire. Si je parle on va dire que j’arrête pas de me plaindre et qui sait !... On va peut être me changer d’étage, m’obliger à m’habituer à d’autres personnes. C’est malheureux, mais j’ai pas beaucoup confiance ici ».
(Sylvie) « Ici, quand on parle, le problème c’est que ça peut se retourner contre vous. On va croire qu’on se plaint, qu’on demande ceci ou cela. Alors, je me méfie... C’est dommage parce que, de mon poste, je commence à savoir plein de choses sur ce que pensent les personnes âgées qui sont ici. Je sais pas comment vous dire ? Mais parfois, j’ai l’impression d’être leur bouée de sauvetage... C’est quand même pas rien ça !... Mais en même temps, je sais que, ça, c’est pas pour demain qu’on va le reconnaître dans mes compétences. Ça fait que je me protège d’aller trop loin dans le sauvetage alors que je suis simple agent social, pas grand chose, quoi !... ».

47En maison de retraite, la contrainte budgétaire diffusée tout au long d’une ligne hiérarchique très marquée à travers un contrôle administratif serré, minimise sensiblement la dimension non-marchande constitutive du travail des agents sociaux : côtoyer des personnes en fin de vie ayant besoin d’être aidées tant affectivement que matériellement en contribuant à créer et à faire circuler des informations sur leur situation et sur les moyens de l’améliorer. Cette minimisation fait souffrir les agents sociaux à un double titre. D’une part, très directement, ils souffrent de voir non prise en compte leur capacité à pouvoir détecter, en temps réel, les évènements inattendus survenant dans la vie des aidés et requerrant fréquemment des interventions rapides. D’autre part, plus généralement, ils souffrent de la non-reconnaissance de leur participation [à l’hybridation des savoirs formalisés et des savoir-faire] (Lojkine, 2005) dont les activités d’aide aux personnes sont le creuset. D’ailleurs, ainsi que nous allons l’évoquer maintenant, les conditions et le déroulement de leur rencontre professionnelle avec les techniciens de la santé en témoignent, oh combien !...

48En maison de retraite, des expériences professionnelles transversales suscitées par la recherche du bien-être des aidés sont à l’œuvre de fait. Cependant, leur publicisation se heurte aux divisions statutaires installées, tout spécialement à celles entre exécutants et techniciens. Comme nous l’avons signalé ci-avant (II.1), au domicile de l’aidé, ces divisions existent mais elles s’avèrent moins prégnantes pour l’aidant dans la mesure où les différents protagonistes relèvent de structures employeurs différentes et d’emploi du temps non articulés. En maison de retraite, ces divisions sont formellement inscrites dans l’organigramme et le sociogramme de l’entreprise. À cet égard, nous pouvons retenir, qu’en institution, l’infirmière est le pivot d’une configuration productive paradoxale puisque, à la fois, elle est celle qui impulse les expériences transversales et celle qui est garante de la préservation de l’identité tant sociale que technique d’un Métier depuis longtemps reconnu comme qualifié sur la base d’une procédure de certification longue et rigoureuse. Dans cette configuration productive orchestrée par l’infirmière, l’agent social subit un dédoublement de situation. D’un côté, valorisée, l’agent social en tant que travailleuse se trouve fréquemment amenée à prendre part à des pratiques (accompagnement à la toilette, à la manipulation du corps...) qui sortent du cadre des tâches d’exécution basiques. D’un autre côté, dévalorisée, l’agent social en tant que salariée est sans ménagement ramenée à son statut d’exécutante. Les interactions infirmière/agent social se déploient en entremêlant des petits arrangements transversaux requis pour faire et être au mieux au bénéfice des personnes âgées dépendantes et des rappels de la règle instituée afin de ne pas déroger à l’ordre statutaire installé.

49C’est à travers ce qui n’est –du moins pour le moment – que des petits arrangements transversaux de la pratique que les agents sociaux sont admis comme un maillon du réseau d’informations relatif à l’état des aidés. Bien que sans illusion quant aux effets positifs de cette admission sur leur statut d’emploi et, en conséquence, sur les représentations sociale de leur métier, les agents sociales rencontrées lors de l’enquête apprécient de pouvoir informer les autres intervenants sur les aidés. Annie –agent social et militante syndicale – raconte :

« Quand je sens que je peux transmettre à une infirmière ou une aide-soignante telle ou telle chose concernant une personne âgée, je ne m’en prive pas et je dois dire que là je me sens utile, je sens que, moi aussi, je peux contribuer au bien être de la vieille personne ».

50Le « quand je sens que je peux... » d’Annie témoigne de la manière à travers laquelle les agents sociaux sont amenées à se vivre comme un maillon sous-contrôle de l’échange d’informations autour et en faveur des aidés. Elles savent ne pas pouvoir échapper à leur condition dévalorisée d’exécutante autrement que par le biais du comportement de personne attentive aux autres adopté singulièrement par certaines infirmières et aides soignantes, les barrières hiérarchiques demeurant globalement infranchissables. D’ailleurs Sylvie poursuit :

« Je vous le dis tout net !... Avec des infirmières c’est même pas la peine d’essayer de dire quoi que ce soit... Leur attitude nous ramène à ce qu’on veut qu’on soit et qu’on reste : de pauvres femmes de ménage !... Ce qu’on pourrait dire, c’est pas ça qui pose problème... Ça peut même servir pour leur travail... Ce qui pose problème c’est qu’on ose dire de notre place de femme de ménage ».

51En tant que coordonnatrice du réseau d’échanges transversaux autour et pour les aidés, les professionnelles en soins infirmiers sont conduites à reconnaître que la qualité des informations implique une mobilisation de l’ensemble des intervenants, leur égalisation. Infirmière, Patricia souligne :

« Bon, on est pas 24 heures sur 24 dans la chambre de la personne âgée, on peut pas suivre en temps réel l’évolution de son état... C’est vrai que toutes les informations que peuvent nous apporter tous ceux qui travaillent ici sont les bienvenues. Les agents sociaux sur lesquels vous me questionnez... Eh bien, je dirais qu’en accomplissant les tâches du quotidien dans les chambres, elles apprennent des choses qui peuvent être des indications utiles à notre travail... ».

52Mais l’égalisation dont il s’agit ici se doit d’être contrôlée conformément aux degrés de savoir et de responsabilité fixés et figés par l’ordre statutaire. Patricia poursuit :

« Mais, on peut pas tout confondre !... Nous, on a une formation technique que les agents sociaux n’ont pas, loin s’en faut !... Le contrôle technique qu’on exerce est normal et permet d’éviter des dérives qui peuvent mettre en danger la santé de la vieille personne dont nous, les infirmières, nous sommes garantes en premier ».

  • 28 Les axes de réflexion et les outils disponibles pour ouvrir ce débat existent bel et bien mais son (...)

53Tout est dit !... Alors que les unes –les infirmières – ont dû s’investir dans une formation autant théorique et méthodologique que pratique, les autres – les agents sociaux – appartiennent au groupe de ceux dont, pour l’essentiel, « l’identité de travailleuse se forge dans le seul apprentissage sur le tas et, en définitive, relève bien plus de la sphère domestique et privée que de la sphère professionnelle et publique » (Dubar, 1995). Or, il nous paraît que notre enquête sur l’aide aux personnes âgées dépendantes en institution fait ressortir de façon particulièrement nette la prégnance de grilles de lecture de l’activité de travail élaborées à une époque où la dimension informationnelle de cette dernière était largement absente. D’un côté, nous avons pu constater qu’au quotidien et malgré les limites posées à leur initiative et à leur créativité, il est incontestable que les agents sociaux, comme c’est le cas pour les professionnels en soin infirmier, prennent part « à un travail d’information qui est, à la fois, un travail sur soi et un travail sur autrui » (Lojkine, 2005) dont l’efficacité de l’aide proposée aux personnes âgées dépendantes ne peut que bénéficier. Mais, d’un autre côté, nous avons également repéré que cette importante implication de la subjectivité dans le travail réputé peu ou pas qualifié rencontre des résistances culturelles profondes (au-delà des résistances politiques évidentes) pour être officiellement reconnue et entraîner l’ouverture d’un débat sur la recomposition des qualifications28 qui tiendrait compte des effets de la transversalité des savoir-faire et être.

54L’enquête nous a permis d’approcher quelque peu cette transversalité à l’œuvre en faisant ressortir que, bien qu’encore non-officiellement évaluée en tant que telle, la valeur des interventions articulées des différents professionnels autour des personnes âgées dépendantes repose autant, sinon plus, sur leurs aptitudes à engager leur personne dans la relation à ces dernières que sur leur savoir-faire proprement dits. Notamment, cette valeur suppose l’aptitude à respecter et aimer la personne âgée comme sujet de sa pratique professionnelle, que l’on soit professionnel en soin infirmier ou agent social. À cet égard, l’approche du corps de l’aidé lors des interventions est particulièrement révélatrice. Dans la logique sanitaire traditionnelle mise en pratique par l’infirmière suivant des contraintes de temps évidentes qu’on ne peut esquiver, le corps – ici, le corps de l’aidé – tend à devenir des parties de corps qu’on traite comme des objets détachés du sujet ressentant et pensant à qui elles appartiennent. Et, comme l’écrit Alexandre Manoukian (1997) « derrière chacun de ces corps déformés et ridés, il y a un humain avec ses désirs et sa vie. Mais le médecin ou le soignant est d’abord et toujours attentif à la maladie spécifique qui lui pose problème ».

55Mais, ainsi que nous avons pu l’appréhender, quand l’aidant se trouve présent dans une chambre lors des soins infirmiers (et médicaux), sa présence – même discrète et silencieuse ! – paraît fonctionner comme une « alerte » en faveur du respect de la pudeur de l’aidé. Via sa présence, un tiers vient rappeler que le corps en train d’être soigné appartient à une personne ayant peut-être envie d’émettre un avis sur la façon dont on se comporte avec elle et peut être même sur ce qu’elle préférerait. L’agent social interrompu dans sa tâche par l’arrivée de l’infirmière, sans qu’on lui reconnaisse, s’investit assez spontanément dans un faire et être dont, in fine, l’objectif est de faire de l’interaction qui se déroule sous ses yeux un événement non pesant –voire agréable – pour l’aidé. Les remarques de Georgette, agent social, sont ici particulièrement éclairantes :

« Moi, quand je suis dans une chambre et qu’y arrive une infirmière pressée, je vérifie qu’elle referme bien la porte avant de faire ses soins. Je fais ça parce que, je vois bien que la vieille personne est gênée à l’idée que son corps dénudé soit vu par ceux qui passent dans le couloir. Faut pas l’oublier, les « "vieux", ils sont toujours dans leur corps !... ils ont droit à de la pudeur ».

56La transversalité source d’hybridation des pratiques dont il est ici question contribue à faire émerger une problématique essentielle des activités d’aides aux personnes âgées dépendantes, par ailleurs, bien cernée par Alexandre Manoukian (1997) : « Ce n’est pas du "apprendre à subir la vieillesse, la maladie et la solitude" qu’il faut ». Ce qu’il faut, c’est permettre à la personne âgée de ne plus se voir uniquement par rapport à ses déficits mais à travers ses possibilités créatrices, son identité par rapport à une autre autonomie possible ». Et, l’intérêt ici, c’est que ce sont les agents sociaux, les intervenants réputés les moins qualifiés qui, momentanément stoppés dans leur faire de référence pour cause de soins infirmiers prioritaires dans la chambre où ils opèrent, se trouvent mis en posture réflexive susceptible, via « l’alerte » qu’elle déclenche, d’accroître la qualité du soutien apportée à l’aidé dans ses dimensions subjectives.

CONCLUSION

57Les éléments d’analyse de l’activité de travail des aidants et de ses représentations qui viennent d’être proposés s’inscrivent dans un contexte sociétal où les besoins d’aide destinée aux personnes âgées dépendantes sont en forte croissance depuis les années 1980. Cette croissance significative et continue se trouve à l’intersection de deux phénomènes structurels.

  • 29 Nous préférons parler de « mutation profonde » plutôt que de « crise » du système socio-productif. (...)

58Tout d’abord, elle prend place dans un contexte de mutation profonde du système socio-productif29 marqué par des restrictions au niveau des financements publics et, dans la foulée, par un encouragement à la contribution pécuniaire plus importante des personnes âgées et de leurs familles. Ensuite, elle se déploie dans une période de chômage de masse qui conduit les décideurs à considérer le champ de l’aide aux personnes âgées dépendantes comme un « gisement d’emplois porteur » pour des actifs qui en sont privés et, tout spécialement, pour des femmes peu ou pas qualifiées. Et, les emplois créés ont bien plus d’importance –de valeur symbolique – que le travail complexe et vecteur d’efficacité sociale qu’ils encadrent statutairement. La valeur symbolique et politique de ces créations d’emploi est d’ailleurs telle qu’elle marginalise sensiblement la problématique du faible niveau de qualité des droits économiques et sociaux qui leurs sont attachés. On tend à oublier, qu’en règle générale, ce sont des « sous emplois » malgré le recours somme toute assez fréquent au CDI (à temps partiel non choisi, faiblement rémunéré, avec un accès à la formation professionnelle limité et avec pas ou peu de représentation syndicale (cf. annexe 3). Ici, les « sous emplois » créés jouent leur publicisation positive dans l’opinion en mobilisant le registre éthique, mettant en avant la « solidarité » à laquelle ils prennent part, voulant ainsi faire croire que le sentiment valorisant d’aider autrui compense des droits à l’emploi déficitaires.

  • 30 M. Ch. Bureau et É. Le Dantec (2006) font ressortir les ambiguïtés de cette imbrication. Tradition (...)

59Sur la base d’un traitement localisé, le champ de l’insertion dans l’emploi et celui de la politique de la vieillesse sont étroitement imbriqués30. Les services aux personnes âgées dépendantes sont, pour l’essentiel, le fait d’actifs réputés insuffisamment employables. Tel est le paradoxe dont on refuse de voir en face les éventuels effets pervers à venir. Les « vieux » inactifs et les « jeunes » et « encore jeunes » pas assez employables se retrouvent sur la même galère, les uns et les autres considérés trop en déficit pour se trouver au cœur de la « dynamique socio-économique moderne et mondiale ». À juste titre, à propos notamment de l’auxiliaire de vie, Margaret Maruani (2000), se demande si pendant qu’est valorisé le « gisement d’emplois » que constitue cette activité en période de chômage de masse, ne convient-il pas, en contrepoint, de dénoncer le cadre de mise en œuvre de ces prestations qui les réduisent bien souvent à des « travaux de serviteurs ». De même, pour André Gorz (1997) toute la question est de savoir si, la société doit accepter que des activités comme celles de l’auxiliaire de vie soient finalement prises en charge par les « nouveaux valets ».

60Or, notre analyse a fait ressortir que dans le cadre d’un déni de pleine employabilité assez largement accepté – voire légitimé – par la collectivité s’exerce un travail dont la simplicité n’est que convenue, dont le classement au rang d’activités d’exécution en sous-estime notamment la dimension informationnelle et donc réflexive. Notre analyse s’est attachée, nous semble-t-il, à montrer que les pratiques des aidants à domicile ou en institution circonscrivent ce, qu’à la suite de Jean Lojkine (2002), nous nommerons des « compétences informationnelles » et que nous déclinerons en plusieurs types d’activités. Ainsi, sollicités par les aidés, les aidants doivent pouvoir s’approprier un savoir instruit sur le vieillissement et la mort décrivant un champ « d’activités cognitives » à se constituer. De même, en comprenant que « parler » est l’occupation recherchée en priorité par les personnes âgées dépendantes et en s’investissant dans des échanges langagiers avec elles, les aidants pratiquent des « activités expressives et identitaires » permettant d’accroître la sécurité du temps de la fin de vie – tout spécialement au plan subjectif – et donc l’efficacité sociale propre à leur professionnalité. Les aidants mettent également en œuvre des « activités communicationnelles » en étant fréquemment amenés, non sans difficultés et tensions plus ou moins marquées, à interagir avec un ensemble d’agents sociaux aux statuts différents (la famille et les divers professionnels/des professionnels ayant des valeurs différentes sur l’échelle de la division sociale du travail) mais dont l’objectif commun est de contribuer au mieux à faire du temps de la vieillesse un temps suffisamment apaisé tant affectivement que matériellement. Enfin, le travail des aidants en s’objectivant dans la retraite des aidés pose des jalons en faveur de l’affirmation « d’activités politiques ou démocratiques » susceptibles de revendiquer, dans la réciprocité intergénérationnelle, la reconnaissance et la sécurisation de deux temps du cycle de vie salariée, forme actuellement dominante du « faire société ».

61Au service des aidés, la rencontre entre les aidants et les divers professionnels de santé offre un éclairage sur la nécessité d’une recomposition identitaire des modes d’exercice et de reconnaissance des activités professionnelles. À l’aune de notre analyse, nous pouvons retenir que cette rencontre au quotidien peut générer des solidarités entre pratiques différentes qui s’avèrent être autant de gages d’efficacité du travail mobilisé, d’une part, et de stabilité des conditions de vie concernées (celles des professionnels et celles des retraités), d’autre part.

Annexes

Annexe 1

Le statut d’emploi salarié : éléments de définition
Comme l’écrit Bernard Friot (1998) l’emploi « est une forme inédite de reconnaissance sociale du travail par un salaire qui n’a rein à voir avec le "salaire – prix du travail" de la science économique ». Cet auteur précise qu’on peut caractériser cette forme – emploi par cinq traits :
« 1. Financé par les employeurs en faisant l’objet d’une péréquation entre eux pour sa partie indirecte en particulier, le salaire est distribué selon un barème : le salaire direct selon les classifications des conventions collectives, le salaire indirect (cotisations et prestations sociales) selon les barèmes conventionnels et réglementaires.
2. Le salaire est étalé sur l’ensemble du cycle de vie (enfance, maladie, maternité, invalidité, maternité, chômage, retraite) grâce à un double système de cotisations assises sur le salaire direct et de prestations elles aussi – encore qu’inégalement – référées au salaire direct.
3. Étalonné par le barème du salaire, le travail contraint par emploi (le travail d’emploi) fait l’objet d’une réglementation de ses conditions.
4. Le travail d’emploi est de plus en plus réduit, qu’on le mesure annuellement ou sur l’ensemble d’une vie active, cependant que les cotisations liées à ce travail permettent la reconnaissance croissante de situations hors emploi, celles des bénéficiaires de prestations.
5. La gestion macro-économique du salaire, la réglementation du travail d’emploi et la définition des situations hors emploi reconnues par l’emploi s’opèrent en partenariat social, c’est à dire par liaison organique entre confédérations patronales, confédérations de salariés et administrations publiques. Salaire et formalisation du travail en tirent une grande homogénéité sur l’ensemble du territoire national, avec recul du poids des décisions prises au niveau micro-économique de l’entreprise et logique largement territoriale (et non professionnelle) de la distribution des prestations sociales. Toutefois, à l’intérieur de ce cadre territorial qui leur échappe, les directions d’entreprise restent à l’initiative des créations et suppressions d’emplois, même si celles-ci font l’objet d’un contrôle par les syndicats et l’administration du travail » (p. 45-46).
(p.50) Bernard Friot précise que : « l’emploi reconnaît les individus comme travailleurs au-delà de ce qu’il saisit d’eux comme force de travail ».

Annexe 2

Méthodologie
L’enquête de terrain sur laquelle le texte ci-avant se fonde a été réalisée dans le département des Pyrénées-Orientales en 2003 et 2004, avec et sous la direction d’Éliane Le Dantec, par Pascale Berthet et Marion Philippe, étudiantes alors inscrites en master 1 de sociologie. Les informations recueillies puis analysées et interprétées, l’ont été sur la base de la passation d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs, enregistrés et totalement retranscrits :
- une trentaine « en institution » (dans 4 institutions des secteurs marchand et non marchand auprès de personnes âgées dépendantes et des agents sociaux, des membres de la direction, du personnel médical dans ses différentes composantes, des animateurs) ;
- une vingtaine « à domicile » (surtout auprès de personnes âgées dépendantes et d’auxiliaires de vie, auprès de quelques professionnels en soins infirmiers, médicaux et para-médicaux, de deux responsables de structure/employeur).
Les guides d’entretien ont été organisés autour des principaux axes de réflexion suivants :
•Celui destiné aux personnes âgées dépendantes :
- vécu de la vieillesse et du vieillissement ;
- relations aux auxiliaires de vie ou aux agents sociaux ;
- relations aux professionnels en soins infirmiers, médicaux et para-médicaux ;
- emploi du temps ;
- conditions de vie matérielles ;
- besoins et attentes.
Il convient de noter que les entretiens avec les personnes âgées dépendantes ont toujours pris la forme, sous l’impulsion de ces dernières, d’un récit de vie. Celles-ci ont toujours eu à cœur de raconter dans le détail leur vie passée en sollicitant la venue à plusieurs reprises des enquêtrices. Tout spécialement en institution, les personnes âgées dépendantes ont fait de la visite de l’enquêtrice un temps propice à des échanges langagiers que, par ailleurs, elles recherchent tant, souvent en vain (cf. infra, I).
Ces entretiens ont constitué pour les trois enquêtrices une véritable expérience humaine d’acculturation aux « vieux », à la vieillesse et à la mort dont elles se souviendront longtemps.
•Celui destiné aux auxiliaires de vie et aux agents sociaux :
- perception de la vieillesse et du vieillissement ;
- relations aux personnes âgées dépendantes ;
- pratiques professionnelles, contenu du travail ;
- relations avec les autres professionnels intervenant auprès des personnes âgées dépendantes (notamment avec les professionnels de santé),
- relations avec les familles ;
- relations avec les prescripteurs ;
- statut d’emploi (rémunération, conditions de travail, formation professionnelle...).
•Celui destiné aux autres professionnels (notamment de santé) :
- perception de la vieillesse et du vieillissement ;
- relations aux personnes âgées dépendantes ;
- relations aux auxiliaires de vie et aux agents sociaux ;
- pratiques professionnelles, contenu du travail auprès des personnes âgées dépendantes ;
- relations avec les prescripteurs ;
- statut d’emploi (rémunération, conditions de travail, formation professionnelle).

Annexe 3

À propos des conditions de « sous emploi » des auxiliaires de vie
Pour accéder à des revenus acceptables (le SMIC à plein temps), l’auxiliaire de vie doit cumuler plusieurs CDI à temps partiel, chacun correspondant au nombre d’heures faites chez une personne aidée. Chaque CDI est dépendant de la durée de vie de cette dernière et devient donc de fait un CDD dont l’échéance est, à la fois, certaine mais imprévisible quant à sa survenue. L’angoisse de la précarité naît de ne pas pouvoir maîtriser quand l’échéance va arriver. On notera cependant que, de manière exceptionnelle, des femmes seules avec des enfants à charge peuvent bénéficier de CDI à temps plein.
Le décès des personnes âgées peut être aussi utilisé par l’employeur indélicat comme un moyen de pression, voire comme une sanction, à l’égard d’aides ménagères insuffisamment dociles dans l’acceptation de leurs conditions d’emploi. Ainsi, quand le décès survient, l’auxiliaire de vie par trop rebelle peut se voir proposer un CDI de substitution moins doté en heures ou devoir attendre assez longtemps la signature du nouveau CDI. Le décès des personnes âgées peut jouer comme un outil de régulation disciplinaire des flux d’emploi dans le secteur d’activité.
Enfin, il va sans dire que la logique dominante de l’emploi à temps partiel non choisi, génère des pratiques de travail au noir : soit chez la même personne âgée, au-delà des heures fixées par la contractualisation, soit chez d’autres personnes non concernées par la contractualisation.

Notes

1 D’après les services de Nations Unies, en 2000, la France comptait 1 million de personnes de plus de 85 ans et en comptera plus de 2 millions en 2020.

2 Entre 1962 et 2002, le taux d’activité des femmes de 25 à 49 ans est passé de 42 % à 80 %. Aujourd’hui, alors que seulement une femme sur deux travaille dans environ 20 % des activités, la moitié des femmes appartiennent à la catégorie statistique des employés (Maruani, 2002). « Dopées par la participation croissante des femmes au marché du travail et par des mesures d’incitation fiscale, les professions d’assistantes maternelles, d’auxiliaires de vie et de femmes de ménage constituent le groupe le plus dynamique des employés (entre 1992 et 2002 : + 380 000 emplois) » (Alonzo, 2003). Schématiquement, nous pouvons retenir que les femmes sont au centre du processus qui conduit à l’augmentation de la part des salariés réputés non qualifiés à l’intérieur de la catégorie des employés.

3 Nous préférons la notion « d’identification » désignant un processus à celle « d’identité » désignant un état.

4 Nous avons conscience que notre recours aux mots « aidant » et « aidé » peut être interrogé. En effet, en nous référant à Saül Karz (2004), nous pouvons faire ressortir que les pratiques d’intervention sociale qui relèvent du registre de l’aide ont pour objectif de faire émerger dans des « personnes historiques » soit la « personne morale » dans le besoin qui saura occuper avec dignité la place qui lui revient (logique de la charité), soit le « personne/sujet fragile » à peu près convaincue que le parcours qui lui est proposé et les modèles de vie qui lui sont imposés sont les seuls possibles (logique actuellement dominante de la prise en charge). Aussi, pour prendre quelque distance avec ces acceptions, nous utilisons les mots « aidant » et « aidé » avec le parti-pris suivant lequel les seconds (ici, le « vieux ») ont des traits et des caractéristiques à considérer qui ne se réduisent pas à des difficultés, des dysfonctionnements, des anomalies mais qui sont l’expression de leurs questions sur ce qu’ils sont, sur la place qu’on leur fait, sur l’état de la société dans laquelle prend place le temps de leur fin de vie.

5 Notons qu’il n’y a pas encore si longtemps des propos du type : « pourquoi vouloir mettre en formation des femmes dont l’activité est de faire le ménage et d’apporter un peu de réconfort moral à de vieilles personnes seules et dépendantes ? Il me semble tout de même qu’il s’agit là de compétences dont les femmes sont en général pourvues par habitude et même, osons le dire, naturellement (sic), non ! » n’étaient pas rares... Ces propos sont ceux d’un financeur potentiel à l’adresse du responsable d’un organisme employeur de type associatif préoccupé de la formation des aides à domicile qu’il salarie. Ils nous ont été rapportés par ce dernier lors d’un entretien semi-directif réalisé au milieu des années 1990.

6 Cette configuration temporelle où le salarié aidant doit user de son temps en tenant non seulement compte des prétentions de son employeur mais aussi de celles de la personne aidée s’observe, de manière récurrente, dans les situations où une large part du travail se fait dans l’interaction avec un bénéficiaire en demande pressante et souvent en souffrance. Une étude relative au travail des techniciens conseils de la Caisse d’Allocations Familiales propose une analyse fouillée de ce type de configuration (Linhart, 2005).

7 Notons que le programme « nouveaux services – emplois jeunes » a favorisé la création de ce profil de poste de travail en maison de retraite. Ces créations misaient notamment sur une meilleure intercompréhension entre jeunes et vieux dans notre société mais sans toujours permettre aux jeunes salariés concernés d’acquérir, via la formation, des éléments de connaissances sur le vieillissement et ses dimensions tant affectives que matérielles. D’ailleurs, lors de notre enquête de terrain, ces jeunes « animateurs » et « animatrices » nous ont parlé de leur déconvenue en soulignant qu’enthousiastes, ils ont postulé avec l’idée de pouvoir venir en aide aux personnes âgées dépendantes. Or, une fois embauchés, ils se sont assez vite rendus à l’évidence qu’ils ne savaient pas (et leurs responsables non plus !) comment faire pour donner une forme et un contenu à leur activité d’aide ? Le plus souvent, ils ont dû constater que leur faire et être tombaient à plat... À cet égard Élodie précise : « les faire chanter, déjà c’est pas facile. Mais, les faire jouer au ballon, ça a été pour moi une épreuve de force !... D’ailleurs, j’y suis jamais arrivée. On me dit que ça les aide à ne pas se rouiller au plan moteur. Mes personnes âgées, cet argument, je peux vous dire que ça leur passe complètement au-dessus de la tête. Elles s’en fichent et, même, elles s’en contre-fichent !... ».

8 Nous reprenons à notre compte le propos d’Yves Clot (1999, op. cit.) » l’activité au travail maintient le sujet dans l’homme » en le modifiant quelque peu.

9 Journées d’études des 19, 20 et 21 octobre 2006, Usages et échanges de violences : la question centrale des périphéries, Université de Perpignan Via Domitia.

10 De manière très générale, on peut retenir ici que la « prise en charge », comme mode dominant de traitement social du vieillissement de la population dans notre société, circonscrit la figure générique d’une personne âgée dépendante au regard de déficits physiques ou mentaux récurrents, répertoriés et hiérarchisés qui, dans l’accompagnement mis en œuvre, l’emportent très largement sur l’appréhension des joies et angoisses des « vieux » et « très vieux », de leurs manières de se soumettre ou de se révolter, de s’isoler ou d’entrer en relations... À l’inverse, la « prise en compte », qui n’existe que diluée dans la « prise en charge », plaide en faveur de l’accompagnement, non pas d’un cas social – la personne en fin de vie – mais d’un sujet vivant de manière singulière, intime la problématique sociale générale qu’est le vieillissement au sein de la société salariale dans ses inflexions contemporaines (cf. Karz, 2004).

11 Par ailleurs constamment mis en avant par nos différents interlocuteurs lorsqu’il s’agissait de décrire ce qu’est une bonne prestation auprès d’une personne âgée dépendante. L’enquête a fait ressortir que c’est un élément particulièrement positif pour pouvoir obtenir plus d’heures de travail.

12 Le 18 octobre 2006, lors de notre présentation, organisée par le Conseil général des Pyrénées-Orientales, de la recherche dont ce texte rend compte, un membre d’une association de retraités est intervenu en soulignant : « Pour mon épouse qui vient de mourir d’un cancer comme pour moi, il était très important qu’elle puisse mourir chez nous, dans notre lit... Et, il faut le faire savoir aux gens (nous on a eu la chance de le savoir parce que notre fils, il est médecin à Montpellier), il y a la possibilité aujourd’hui, en phase terminale de la maladie, de faire installer une unité mobile de soins palliatifs à domicile... Je peux vous dire que ça a été très bien... Ma femme a pu mourir dans mes bras ! ».

13 La démarche d’observation directe a eu, de fait, un statut différent selon que nous la menions en institution ou au domicile des personnes âgées dépendantes. Au domicile, nous étions des invités dont l’hôte avait le souci de contrôler une interaction se déroulant dans un monde privé organisé par lui. En institution, bien qu’inhabituelle, notre venue s’inscrivait toujours dans la chaîne des visites dont la chambre de la personne âgée dépendante était le siège. D’ailleurs, l’interaction établie était souvent interrompue par une visite prioritaire. Dans ce contexte, la personne âgée dépendante avait du mal à nous extraire du processus de sa prise en charge. Tout se passait comme si elle se mettait entre nos mains... Il arrivait parfois – et c’était des moments relationnels intenses ! – que, surprise et intriguée par nos centres d’intérêts (son ressenti de sujet dans son intégrité et non pas sur telle ou telle partie de son fonctionnement biologique...), elle trouvait la force de s’impliquer pour se mettre en mots et en avoir du plaisir.

14 À cet égard, l’observation directe, nous a conduits à éprouver la réalité en chair et en os d’une image –en l’occurrence « contempler d’une fenêtre, le regard perdu... » – que la littérature et surtout le cinéma utilisent régulièrement pour symboliser la vieillesse et la folie.

15 Jean Hugues Déchaux (2006) propose, à partir d’une mise en perspective de La solitude des Mourants de Norbert Élias, une analyse sur la manière sociale et de ses évolutions d’appréhender l’angoisse de mourir comme « donné anthropologique ».

16 Par « emploi », nous entendons l’ensemble des droits économiques, sociaux, politiques et culturels conquis aptes à garantir la sécurité tout au long du cycle de vie. Dans cette approche, « l’emploi » concerne certes le temps du travail qu’il encadre statutairement mais aussi le temps de la formation et le temps de la retraite comme celui des accidents de santé. L’emploi salarié est un ensemble de droits ancrés dans la socialisation d’une partie de la richesse produite et destinés à tous ceux – dans leur hétérogénéité – qui, pour subsister, ne peuvent compter sur la seule valorisation de leurs capitaux (cf. annexe 1).

17 Cette appellation vient de plus en plus souvent remplacer celle « d’agents de service ».

18 Par exemple, des professionnels de la coiffure, de l’esthétique ou encore de la gymnastique douce et du yoga.

19 Les structures employeurs s’efforcent de constituer des binômes aidé/aidant stables. Des entretiens réalisés auprès des responsables de ces structures, il ressort que les aidants comme les aidés sont très attachés à cette manière de procéder (illustrant leurs propos, les entretiens ont été régulièrement truffés de « mon aide » et de « mes personnes âgées » !...). Il nous a été précisé que la période estivale est un véritable casse-tête pour les structures qui sont confrontées au vif mécontentement des aidés quand il s’agit de remplacer « leurs » auxiliaires de vie prenant leurs congés.

20 La constitution de l’auxiliaire de vie en « confidente » par la personne âgée ne signifie pas pour autant que cette dernière renonce à ses attentes sur les aspects prescrits de la prestation dont elle bénéficie. Ainsi Jeanne – âgée de 85 ans – nous a précisé : « Renée est devenue comme ma confidente. J’aime lui parler de mes petits et grands tracas... Mais je reste aussi très attentive à son travail car je veux que mon chez moi soit rangé et propre. Si Renée n’était pas bien sur ce plan, je crois pas qu’elle serait devenue comme une confidente ». Des propos de Jeanne (et d’autres personnes âgées rencontrées), il ressort qu’il ne s’agit pas de substituer la « confidente » à l’auxiliaire de vie mais que la disponibilité de cette dernière à devenir une « confidente » fait partie de sa professionnalité. Et, c’est dans cette capacité à être une « confidente » de l’auxiliaire de vie que les échanges langagiers souhaités et le temps requis pour qu’ils se fassent trouvent un cadre, à la fois, d’objectivation et de subjectivation.

21 Signalons par ailleurs que les pratiques des familles et leur sens au regard des aînés devenus dépendants sont aujourd’hui analysées et interrogées. Cf. les premiers résultats de l’enquête exploratoire menée par l’équipe Médips (Modélisation des Économies Domestiques et Incidences des Politiques Sociales), (2006) et Weber (2006).

22 Notons que, dans la plupart des cas, les personnes âgées dépendantes ne font pas de distinction entre « infirmière » et « aide-soignante ». Certains identifient la même personne en recourant à l’un ou l’autre des vocables. D’autres nomment constamment « infirmière » une « aide-soignante » et vice versa.

23 Alors que la rencontre avec le médecin est fréquente, celle avec les professionnels en soins paramédicaux (notamment, un pédicure ou un kinésithérapeute) est plus exceptionnelle. Ici, notre analyse est donc davantage centrée sur la figure du médecin.

24 Le « travailler » ou « le travail en train de se faire ». Nous empruntons cette expression à Christophe Dejours (2003) et Yves Clot (1999).

25 Le plus souvent : une forte majorité de salariés et quelques travailleurs indépendants.

26 Exprimée telle quelle ou avec quelques variantes, cette aspiration a eu une certaine récurrence dans les entretiens réalisés auprès des professionnels publics, associatifs et privés responsables de l’aide aux personnes âgées dépendantes, qu’ils soient prescripteurs ou prestataires.

27 Tels que : horaires et planning, retrait de la fiche de paye, gestion des congés et, plus exceptionnellement, réunions de régulation d’équipe.

28 Les axes de réflexion et les outils disponibles pour ouvrir ce débat existent bel et bien mais sont l’enjeu d’oppositions politiques et culturelles fortes. Retenons ici la complexité –voire l’âpreté – des discussions sur comment articuler la logique de formation initiale et continue et la logique de validation des acquis de l’expérience (VAE) ?

29 Nous préférons parler de « mutation profonde » plutôt que de « crise » du système socio-productif. Par « mutation profonde » nous entendons les nouvelles conditions de production et de répartition de la richesse produite dont, d’ailleurs, le volume n’a pas cessé de croître depuis la fin des années soixante-dix, à la faveur des uns et à la défaveur des autres. Si crise il y a, elle ne saurait concerner ceux qui profitent très largement de cette croissance !...

30 M. Ch. Bureau et É. Le Dantec (2006) font ressortir les ambiguïtés de cette imbrication. Traditionnellement à l’initiative des associations, l’aide à domicile auprès des personnes âgées dépendantes est maintenant aussi proposée par des entreprises privées. L’ordonnance du 1er décembre 2005 facilite, via l’obtention d’un agrément délivré par le préfet, l’implantation de ces dernières dans une activité en forte expansion. Désormais, les structures s’y destinant, qu’elles soient de statut associatif ou commercial, peuvent choisir entre cet agrément et l’autorisation préalable accordée par le conseil général conformément aux dispositions de la loi de 2002. L’agrément de la préfecture et l’autorisation du conseil général font interférer, avec des tensions et des ajustements, deux logiques différentes. Instruite par la DDTEFP, la demande d’agrément ressort de la politique publique de l’emploi. Son obtention est assortie d’exonérations fiscales et sociales à la création d’emplois. La demande d’autorisation examinée par le Conseil général doit, quant à elle, s’inscrire dans le schéma départemental d’organisation sanitaire et sociale imposé par la loi de 2002. Elle doit encadrer une offre adaptée aux besoins des personnes fragiles ».

Auteur

Maître de conférences en sociologie. Elle est chercheur au Centre Pierre Naville, Université d’Evry Val d’Essonne et est directrice du CRES.

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540