Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Pour introduire

Développement économique des territoires : une économie de la personne âgée est-elle possible ?

Hervé Blanchard

Texte intégral

1L’un des enseignements –aujourd’hui désormais – classiques de la science économique est celui des avantages liés à la spécialisation des territoires. Si, en 1815 Robert Torrens – dans son ouvrage Essay on the External Corn Trade – était parvenu à un résultat proche, le premier à l’avoir clairement formulé est l’économiste anglais David Ricardo avec la théorie des avantages comparatifs dans son livre Principes de l’économie politique et de l’impôt paru en 1817. Son principal enseignement est que dans un cadre de concurrence au niveau des échanges, chaque territoire a intérêt à se spécialiser dans le domaine, dans le secteur économique, où il est comparativement le meilleur. Depuis en économie, de nombreux développements ont été proposés pour affiner, améliorer, voire contester cette théorie. Il n’en demeure pas moins qu’elle est toujours enseignée comme l’un des principaux éléments dans les cours d’économie internationale et qu’elle constitue l’un des crédos de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Elle sert aussi dans certaines réflexions de l’économie spatiale, en particulier lorsqu’il s’agit de proposer des solutions, des pistes, de faire des recommandations pour aider les territoires a priori moins développés. Le concept de mondialisation est aussi souvent invoqué pour justifier la nécessité, pour des espaces géographiques donnés, de se spécialiser.

2La réflexion que nous proposons ici, s’inscrit dans ce cadre, tout en découlant d’une double interpellation. La première renvoie à une conférence faite il y a quelques années à l’université de Perpignan, où l’intervenant, par ailleurs professeur d’économie et trésorier du club de football de Barcelone – le Barça–, indiquait qu’une des voies possibles de développement pour le département des Pyrénées-Orientales était de se spécialiser dans l’accueil des personnes âgées. Il expliquait, en particulier, que le département disposait d’avantages comparatifs en la matière véritablement importants avec, entre autres, un climat agréable, la proximité de la mer et de la montagne... La seconde résulte de l’importance prise aujourd’hui par les questions relatives à la vieillesse et aux vieux. Des écrits de plus en plus nombreux traitent de ces interrogations, des manifestations locales ou nationales se multiplient sur ce thème et les personnes âgées semblent apparaître comme étant un public, un « secteur économique », à part entière.

3Est-il possible de concourir au développement du département des Pyrénées-Orientales par le biais du secteur des personnes âgées ? Est-il possible d’assurer de façon plus générale le développement d’un territoire de cette manière ? Les services aux personnes âgées peuvent-‑ils être considérés comme un secteur économique à part entière ? Une économie basée sur l’accueil, l’aide et les services aux vieux a-t-elle du sens ? Peut-elle être viable ? Autant de questions auxquelles nous tâcherons d’apporter quelques éléments de réponse.

I. LES CARACTÉRISTIQUES D’UNE « ÉCONOMIE DES PERSONNES ÂGÉES » ?

4Pour définir ce que pourrait être une économie basée sur les personnes âgées, il est nécessaire au préalable de définir les caractéristiques d’une telle économie. Pour cela, il nous faut mieux connaître les personnes âgées, leurs besoins, leurs attentes... Il apparaît alors que l’image des vieux et leur situation économique jouent un rôle primordial dans l’idée sous-jacente à bâtir une économie des personnes âgées.

5Dans un premier temps nous rappelons qu’une telle démarche peut sembler contradictoire tant, par ailleurs, l’augmentation du nombre de personnes âgées est perçue plus comme une menace, une « secousse majeure » (Bichot, 1999, p. 8), « un problème de civilisation » (Maudrux, 2000, p. 15) que comme un facteur de développement. Il semble que cette contradiction est en partie levée par l’amélioration de la situation sanitaire et économique des vieux. Enfin, il faut se rappeler que l’aspect économique est fortement corrélé à un statut particulier – celui de retraité – qui pour autant ne doit pas être confondu avec celui de personnes âgées.

I.1 Économie des personnes âgées : une contradiction ?

  • 1 Cette question a été largement développée par Alfred Sauvy et Robert Debré (1946), lesquels s’inte (...)
  • 2 Pour Alain Jousten (2003), « des changements démographiques importants remettent en cause les fond (...)
  • 3 Les déterminants du vieillissement de la population, ainsi que l’évolution de ce vieillissement, d (...)

6Aujourd’hui, nous semblons être dans une sorte de contradiction. D’un côté, pour certains territoires il est mis en exergue les avantages liés aux personnes âgées et à l’accroissement de leur nombre et, d’un autre côté, le vieillissement de la population est perçu comme une menace forte pour notre société1 –menace pour les régimes retraite ; menace pour la Sécurité Sociale, donc menace pour l’ensemble de la protection sociale2 ; menace quant à la pérennité du nombre des habitants ; menace sur la cohésion sociale. Or, le vieillissement de la population découle principalement –pour ne pas dire exclusivement3– de la baisse des quotients de mortalité des plus anciens, c’est-à-dire de l’accroissement du nombre de personnes dites âgées.

7Le débat semble être : « des vieux oui, mais point trop ». Certes, mais comment faire pour déterminer le « bon » nombre de vieux ?

8À cette question, certains économistes semblent pouvoir avancer une réponse. Celle-ci découle de la notion de rapport démographique. Il s’agit d’un ratio qui mesure la proportion de personnes âgées par rapport au nombre des actifs. Il se calcule en général de la façon suivante :

9Pour Patrick Artus et Florence Legros (1999), « ce ratio est un indicateur de la capacité des nations à financer les pensions de retraites... » (p. 13). L’idée serait la suivante : à partir d’un certain pourcentage de prélèvement pour financer les retraites, la situation des actifs deviendrait intenable et donc ils refuseraient ceux-ci. On retrouve, d’une certaine manière dans cette perspective, la maxime de Laffer, trop d’impôt tue l’impôt, qui deviendrait trop de prélèvements tuent les prélèvements. Un exemple permet d’illustrer ce propos.

10Supposons qu’un actif gagne autant, en moyenne, que ne perçoit un retraité comme pension – ce qui est à peu de choses près le cas aujourd’hui – et que ce revenu soit de 100. Dans ce cas, le rapport démographique nous donne le pourcentage du revenu qui doit être prélevé pour assurer le financement des retraites. En effet, lorsqu’il est de 0,2 – exprimé en pourcentage cela fait 20 %–, chaque actif doit verser 20 % de son revenu pour assurer l’équilibre du régime de retraites. En effet, un rapport démographique de 20 % signifie qu’il y a 1 retraité pour 5 actifs.

11Chaque actif doit donc assumer 1/5 de la pension d’un retraité, c’est-à-dire 100/5 = 20. Comme son propre revenu est de 100, les prélèvements représentent bien 20 % de son revenu.

12Présenté ainsi, il semble facile d’imaginer l’existence d’un seuil de prélèvements – qui diffère selon les personnes – à partir duquel l’actif estime qu’il devient insupportable. Seulement cette remarque n’est vraie qu’à la condition que le revenu des actifs reste inchangé. Supposons que le rapport démographique se dégrade et passe à 0,3 et que dans le même temps le revenu moyen et la pension moyenne à 200. Dans ces hypothèses, chaque actif doit verser 30 % de son revenu en tant que prélèvement, c’est-à-dire 60. En pourcentage il doit donner plus, mais en terme de revenu après prélèvements, il lui reste 140 alors que précédemment il ne lui restait que 80 ! Ce simple exemple permet de comprendre le rapport qu’il y a entre le régime des retraites et le niveau des salaires, notamment comment les deux peuvent être corrélés dans un système de retraites par répartition.

13En définitive, la notion de rapport démographique ne permet pas de déterminer le seuil à partir duquel le « poids » des personnes âgées devient insupportable. Il est nécessaire de connaître le niveau de revenu moyen. Il apparaît donc très difficile de déterminer le « bon » nombre de vieux – tout dépend, notamment, du niveau de richesses de la société et de la manière dont on souhaite répartir celle-ci.

  • 4 C’est notamment le cas de Simone de Beauvoir (1970b), dans lequel elle insiste sur l’importance du (...)

14Il semble donc ne pas y avoir contradiction autour de l’idée de développer une économie sur la personne âgée. Celle-ci ne rentre pas en opposition avec le vieillissement de la population. Par contre – comme nous le montrerons par la suite et comme d’autres l’ont montré avant nous4 – les réponses, apportées aux problèmes que pose ou poserait le vieillissement, ont une très forte incidence sur la mise en œuvre d’une économie de la personne âgée.

15La possibilité de promouvoir une économie basée, pour partie, sur les personnes âgées réside principalement dans l’image que l’on se fait aujourd’hui de ces dernières. Force est par ailleurs de constater, que cette image s’est fortement modifiée dans les dernières décennies sous l’effet d’une double logique. Premièrement, les régimes de retraites basés sur la répartition instaurés au sortir de la seconde Guerre Mondiale n’ont pleinement joué qu’au début des années 1980. Deuxièmement, la prise de conscience de la situation précaire de nombres de vieux a conduit les autorités publiques à revoir les systèmes d’aide pour ces personnes. Il en a résulté une amélioration générale de la situation économique des personnes âgées. Pour le dire autrement, la modification de l’image du vieux est allée de concert avec celle de ces ressources économiques.

I.2 L’évolution de l’image et de la situation économique des vieux

  • 5 En 1946, la moitié des retraités du régime général ne percevait qu’une allocation non contributive (...)

16En 1970, Paul Paillat soulignait que malgré les progrès apportés depuis 1968, le niveau des ressources dont disposent des millions de Français âgés (sans oublier les étrangers encore plus mal lotis) est faible. L’instauration du minimum vieillesse en 1956 avait déjà mis en évidence l’extrême pauvreté de nombre de personnes âgées5. Ce minimum social permet d’éviter une trop grande misère aux plus âgées, mais en aucun cas il ne permet pas d’en résoudre les causes. Ceci n’est pas propre à ce minimum. Il en est de même pour tous les minima.

17Avant 1980, de nombreux rapports avaient alerté sur la situation des personnes âgées en France : le rapport de la Commission Laroque de 1962, « Politique de la vieillesse » ; le rapport de l’Intergroupe chargé des problèmes relatifs aux personnes âgées de 1971, « Personnes âgées » ; le rapport du groupe de prospective personnes âgées de 1980, « Vieillir demain ». Très différents dans leur structure et leur style, ces documents auront pour point commun de contribuer à demander une amélioration conséquente de la situation des personnes âgées dans de nombreux domaines (emploi, revenu, retraite, santé, aide sociale, action sociale, problèmes médicaux et hospitaliers). Le rapport Laroque (1962) insiste sur la faiblesse du niveau des retraites, en particulier celles des non cadres. Pour ces derniers, il est rappelé qu’en 1958 leur pension moyenne du régime générale est inférieure au minimum vieillesse. En conséquence, 60 % des retraités perçoivent celui-ci.

  • 6 En 1970, 27 % des personnes âgées vivaient en dessous du seuil de pauvreté contre environ 4 % aujo (...)
  • 7 Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité, les revenus du patrimoine, les t (...)

18Depuis, l’image du vieux s’est considérablement modifiée. Deux grands facteurs peuvent être avancés. Premièrement, la situation financière moyenne des vieux s’est améliorée6. D’une part, le système de répartition a été pleinement opérant à partir du début des années 1980. Sachant que le nombre d’années de cotisations demandé était de 37,5, pour bénéficier d’une retraite à taux plein en 1980, sans autres possibilités particulières, il fallait avoir commencé à cotiser en 1942, c’est-à-dire avant l’instauration du système de retraites par répartition. De surcroît, l’augmentation du taux d’activité féminin depuis les années 1950 se traduit, de plus en plus souvent, par des pensions moyennes plus élevées pour celles-ci. D’autre part, suite aux différents rapports évoqués, les politiques publiques ont tendu à améliorer le niveau de revenu moyen des personnes âgées, de telle sorte qu’il est aujourd’hui quasiment équivalent à celui des actifs. Pour le dire autrement, les vieux –malheureusement pas tous– sont devenus beaucoup plus indépendants financièrement, notamment vis-à-vis de leurs proches. Selon l’Insee, en 2005 le revenu disponible7 moyen des ménages français était de 29 696 € par an. Il était de 24 530 € pour les ménages dont l’âge de la personne de référence était compris entre 65 et 74 ans et de 21 224 € pour ceux dont l’âge était supérieur ou égal à 75 ans. En d’autres termes, les ménages âgés gagnaient environ 17 % de moins que l’ensemble des français tandis qu’en 1970, ils gagnaient à peu près 30 % de moins.

  • 8 La notion de niveau de vie intègre le nombre d’unités de consommation composant le ménage. Le nive (...)

19Néanmoins, ces écarts sont pour partie « gommés » par des structures de consommation différentes (plus les enfants à charge, remboursement d’emprunts plus faible puisque plus souvent propriétaires...), de telle sorte qu’en termes de niveau de vie8 ils sont plus faibles. La moyenne nationale en 2005 se situait à 18 603 €, celle des 65-74 ans à 18 045 € et pour les plus de 75 ans à 17 292 € (cf. tableau 8).

20Le second facteur tient à l’amélioration des conditions sanitaires de la vieillesse. Plusieurs facteurs ont contribué à celle-ci : amélioration des conditions d’hygiène, progrès de la médecine, amélioration des conditions de travail... Les vieux vivent aujourd’hui, en moyenne, plus longtemps qu’auparavant – baisse des quotients de mortalité aux âges les plus élevés – et vivent en meilleure santé. Même s’ils sont toujours sujets à des phénomènes de dépendance, ceux-ci arrivent de plus en plus tard.

  • 9 Quand on a compris ce qu’est la condition des vieillards, on ne saurait se contenter de réclamer u (...)

21L’image de la personne âgée, en bonne santé, dynamique, pleine de projets, disposant d’un bon pouvoir d’achat, qui voyage, qui consomme... semble aujourd’hui s’imposer. On est loin de l’image décrite par François Mauriac pour lequel : « la vieillesse n’est jamais belle, parce qu’un supplice n’est jamais beau [...]. Le vieillard perd sur tous les tableaux, car il ne bénéficie même pas de l’engourdissement des passions. Les jeunes gens sont plus purs que les vieillards chez lesquels, trop souvent, l’imagination hérite de la puissance perdue ». Aujourd’hui, nous sommes aussi loin des conclusions du rapport Laroque de 1971 et des appels de Simone De Beauvoir dans son ouvrage sur la vieillesse9. Cette nouvelle « image » de la vieillesse s’est accompagnée d’une évolution au niveau des termes pour la décrire et pour l’aborder en tant que cible de marketing. On parle alors de « senior », on évoque « l’or gris » (Huguenin, 1999).

  • 10 En réalité, la définition du vieux, notamment en termes d’âge biologique, n’est pas sans difficult (...)

22Cela paraît particulièrement vrai pour ce que l’on appelle le 3e âge. Le 4e âge –celui où on est « vraiment vieux »10 – est abordé d’une façon différente. Il s’agit alors d’une vieillesse qui est de manière générale moins évoquée, si ce n’est bien souvent pour dénoncer justement le silence entourant ces personnes. Ceci semble être une constance de nos sociétés où l’on cherche toujours d’une manière ou d’une autre à cacher, omettre, oublier voire nier, la vieillesse trop prononcée. L’explication pourrait résider dans sa trop grande proximité avec la mort et apparaît comme « le scandale de toute existence » (Mehl, 1956, p. 122).

23Ainsi, lorsque les français sont interrogés sur l’image qu’ils se font de la vieillesse – sondage réalisé par TNS Sofres en avril 2007 pour le compte de la Fédération hospitalière de France – il ressort que les aspects positifs (l’expérience, la sagesse, une richesse) l’emportent sur les aspects négatifs (une charge, un signe de déclin, un handicap). Ce sondage souligne que cette perception dépend de l’âge de l’interviewé –les plus jeunes et les plus âgés étant ceux pour qui les aspects négatifs sont les plus importants – et liée à leur catégorie professionnelle – ceux ayant les professions les moins valorisés étant ceux pour lesquels la dimension négative est la plus forte. Au bout du compte, il apparaît clairement que l’amélioration de l’image de la vieillesse découle, pour partie, de celle de leurs conditions matérielles. À ce titre, l’évolution des régimes de retraites a joué un rôle considérable dans la transformation du regard porté sur la vieillesse.

24Quoi qu’il en soit, l’amélioration de l’image de la personne âgée et celle des ses ressources amènent à considérer celle-ci comme un agent économique particulier, notamment au niveau de leur consommation et surtout au niveau des produits et des services spécifiques pour les plus anciens.

I.3 Les produits et les services pour les personnes âgées

25Les produits et les services relatifs aux vieux peuvent être fondamentalement distingués en deux. Les produits et les services proposés à tous et dont les personnes âgées ne sont qu’une partie de la clientèle. Les produits et les services spécifiquement proposés aux plus anciens – maisons de retraite, portage des repas à domicile, pilule anti-âge... – qui eux n’ont, a priori, que les personnes âgées comme clients.

I.3.1 Les vieux comme clientèle particulière

26Dans cette perspective, les personnes âgées sont considérées comme des clients différents de ceux étant plus jeunes. L’hypothèse généralement faite est que leurs goûts, leurs modes, leurs périodes et leurs lieux de consommation... sont différents des autres personnes. Le terme de marché des seniors traduit, pour partie, cette idée. Dans ce cas, les seniors deviennent une « cible » particulière du marketing. Il faut construire tout un discours susceptible de les amener à choisir un produit ou un service commun – au sens d’utilisable par tout le monde – mais qui correspondrait aux goûts, aux attentes, aux besoins spécifiques de cette catégorie de consommateurs.

27Comme nous l’avons montré précédemment, l’idée d’un marché des seniors découlent de la représentation – de l’image – que l’on se fait des personnes âgées. Comme ils sont estimés comme indépendants, disposant à la fois d’un fort pouvoir d’achat et de temps pour les activités de consommation, il semble alors cohérent de les cibler comme une clientèle particulière.

28Que sait-on des différences de consommation entre les personnes âgées et les autres ?

29En matière de consommation, les enquêtes budget de la famille faites par l’Insee fournissent de précieuses informations. Il ressort que la structure de la consommation des personnes âgées diffère de celle du reste de la population, avec notamment les postes alimentation et santé supérieurs à la moyenne du reste de la population (cf. tableau 1) et légèrement supérieurs pour les ameublements et les équipements ménagers. En revanche, et peut-être contrairement à une idée reçue, en pourcentage de leur dépense, les personnes âgées consacrent moins que les autres aux transports – plus de nécessité d’aller travailler – aux loisirs et à la culture.

En %

En %

Champ : France métropolitaine
Source : Insee, enquête budget de famille 2000-2001
Tableau 1 – Structure des dépenses selon l’âge de la personne de référence

30En matière d’équipement, des différences importantes sont à souligner (cf. tableau 2). D’un côté, les plus de 60 ans sont bien moins dotés en matière d’appareils liés aux nouvelles technologies (téléphone portable, micro-ordinateur non portable et portable, internet) et liés à des pratiques culinaires vouées à la rapidité (four à micro-ondes). D’un autre côté, ils possèdent, plus que les personnes des autres catégories d’âges, des appareils fournissant les mêmes services mais attachés à des technologies plus anciennes (télévision, magnétoscope, téléphone fixe).

En 2004, en %

En 2004, en %

Champ : France métropolitaine, ensemble des ménages.
Source : Insee, enquête permanente sur les conditions de vie 2004.
Tableau 2. Équipement des ménages en biens durables selon l’âge de la personne de référence

31Au niveau des loisirs, il apparait que l’avancée dans l’âge se traduit à la fois par une diminution de la pratique, mais aussi par celle de l’adhésion à un club (cf. tableau 3). Cette dernière étant, par ailleurs, beaucoup plus forte que la première, ce qui laisse entendre que la pratique se fait plus dans un cadre individuel, avec quelques amis, que dans un cadre institutionnalisé comme un club.

En %

En %

Source : ministère des Sports et Institut National du Sport et de l’éducation Physique (INSEP), enquête « les pratiques sportives en France », 2000.
Tableau 3 – Pratique sportive et adhésion à un club en 2000

32Au niveau des pratiques culturelles, on observe des divergences fortes en fonction de l’âge, même si selon Christiane Delbes et Joëlle Gaymu (1995) « l’influence du diplôme est telle qu’elle va parfois jusqu’à annihiler l’effet de l’âge ». Les enquêtes permanentes sur les conditions de vie de l’Insee font ressortir comme tendance générale, une baisse des pratiques culturelles avec l’avancée dans l’âge et ce depuis le début de l’âge adulte. Pour les plus de 70 ans, cette tendance paraît largement amplifiée pour toutes les pratiques nécessitant le besoin de se déplacer comme le cinéma, la visite de musée ou d’exposition, de théâtre... (cf. tableau 4)

En %

En %

Source : Insee, enquête permanente sur les conditions de vie (EPCV).
Tableau 4 – Pratiques culturelles à l’âge adulte selon l’âge en 2005

  • 11 Même si les quelques indications dont nous disposons tendent à montrer que les personnes âgées sem (...)

33Concernant les départs en vacances, il est possible de souligner une double tendance (cf. tableau 5). Tout d’abord, les vieux partent aujourd’hui quasiment autant en vacances que les jeunes, ce qui n’était pas vrai il y a quelques années. L’augmentation du niveau de vie de ces personnes et l’amélioration de leur situation sanitaire sont, a priori, les principaux facteurs explicatifs. Il y aurait une tendance à l’uniformisation des départs en vacances11, ce qui ne nous renseigne pas sur les lieux et les pratiques durant ces séjours. Ensuite, comme pour les pratiques culturelles, il est possible de noter une baisse significative à partir de l’âge de 70 ans. Une nouvelle fois, l’avancée dans l’âge a bien une incidence assez forte sur les comportements des personnes.

En %

En %

Source : Insee, enquête permanente sur les conditions de vie (EPCV).
Tableau 5 – Taux de départ en vacances par âge

34Concernant les dépenses de santé, le résultat n’est pas surprenant. L’avancée dans l’âge se traduit souvent par une dégradation de la santé, en particulier du sentiment de l’être (cf. annexe). Toutefois, il convient de rappeler que la situation sanitaire globale des personnes âgées tend à s’améliorer. De manière générale, on vit plus longtemps et surtout en bonne santé plus longtemps aussi. Rappelons, qu’en 1980, l’espérance de vie à 60 ans pour les femmes de 22,4 années et pour les hommes de 17,3 années. En 2005, elles étaient respectivement de 26,4 et 21,4 années.

35Pour ce qui concerne l’adhésion à au moins une association, l’on sait que les personnes âgées sont celles pour lesquelles les taux sont les plus élevés (cf. tableau 6). En partie, cela s’explique par une plus grande disponibilité temporelle. L’enquête sur les emplois du temps 1999 de l’Insee fait apparaître que les femmes et les hommes âgées de plus 65 ans déclaraient disposer, respectivement, de 5h34 et 6h29 de temps libre, alors que la moyenne des femmes et celle des hommes au niveau national tout âge confondus étaient de 4h10 et 4h48.

En %

En %

Source : Insee, enquêtes permanentes sur les conditions de vie 1997 à 2005.
Tableau 6 – Taux d’adhésion à au moins un association selon l’âge

36On retrouve un résultat identique au niveau du bénévolat. En effet, les bénévoles représentent environ 26 % de la population française de plus de 15 ans. Cette part est de 29 % pour les 60-69 ans et de 19 % pour les plus de 70 ans (Thierry, 2006).

37Globalement, la structure de la consommation des personnes âgées n’est pas si différente que cela de celle du reste de la population. Il est même fort probable que le niveau de revenu, voire la catégorie professionnelle, soient de bien meilleurs indicateurs que l’âge des personnes. Les différences seraient plus liées au temps disponible, aux conditions matérielles de la consommation, en particulier lorsqu’il est nécessaire d’être mobile. Ainsi, l’avancée dans l’âge – notamment quand elle se double d’une perte de mobilité – induit des modifications importantes dans les comportements des personnes, en particulier dans les pratiques culturelles et dans les départs en vacances.

38Cela ne signifie pas pour autant que les vieux ne peuvent pas constituer une clientèle particulière. Ainsi, sur certains types de métiers, notamment dans les services, des formations spécifiques sont proposées pour répondre aux besoins et/ou particularités des vieux. Par exemple, des modules particuliers sont développés pour les métiers de la coiffure, de l’esthétisme, dans l’encadrement d’activité de loisirs sportifs...

39De même en matière de logement, des initiatives se développent pour offrir des alternatives au « rester chez soi » –qui dans certains cas peut s’assimiler à « l’assignation » à résidence – et aux structures collectives, assimilés assez souvent par les personnes, et quelquefois à juste titre, à des « mouroirs ». Des solutions existent pour améliorer les conditions de logement, tout en tenant compte des difficultés spécifiques liées des personnes âgées. Ainsi les logements évolutifs permettent de mieux tenir compte de la nécessité de l’évolution, liée à l’avancée dans l’âge de l’occupant, des commodités du logement. De même, les « papy loft » s’inscrivent dans cette perspective en prenant en compte la dimension évolutive et en proposant une formule permettant de rompre avec l’isolement social.

40De manière générale, comme pour l’ensemble de la population les conditions de logement des personnes âgées se sont considérablement améliorées (cf. tableau 7). L’augmentation de leur niveau de vie, associée aux politiques d’amélioration de l’habitat, contribue à expliquer cette tendance.

En %

En %

Source : Insee, enquêtes Logement
Tableau 7 Évolution des éléments du confort des résidences principales pour les ménages âgés.

I.3.2 Les services spécifiques aux vieux

41Dans un premier temps, il semble que la tendance soit au recours à des services spécifiques au fur et à mesure de l’avancée dans l’âge. Pour le dire autrement, les statistiques montrent que le recours à des services propres aux personnes âgées est corrélé à l’âge, lui-même déterminant la probabilité d’être plus ou moins dépendant.

42Pour autant, cette tendance ne doit pas occulter celle d’une recherche permanente de nouveaux services et de nouvelles prestations spécifiques pour les personnes âgées. L’un des axes principaux de ces recherches semble être la lutte contre le vieillissement. En réalité, il ne s’agit pas d’empêcher le vieillissement du point de vue de l’âge – cela paraît être impossible – mais de faire en sorte que les corollaires de celui-ci soient les moins marqués possibles. En d’autres termes, l’objectif est de vieillir dans les meilleures conditions.

  • 12 L’Indépendant, samedi 30 septembre 2006. Dans l’Indépendant du lendemain, dimanche 1er octobre 200 (...)
  • 13 L’Indépendant, samedi 30 septembre 2006.
  • 14 Par exemple pour ne prendre que quelques ouvrages récents, on peut citer Jules Nabet (2000), Comme (...)

43Le thème est celui de la lutte contre la souffrance liée à l’avancée dans l’âge. Dernièrement à Perpignan s’est tenu le Longevity, le salon du bien vieillir. Pour François Tapissier, le responsable de l’organisation du salon, « ce que nous voulons, c’est que les gens vieillissent bien, qu’à 70 ans, ils soient capables de voyager, de courir, de faire l’amour... »12, c’est-à-dire tout ce qu’ils faisaient auparavant. Une des solutions préconisées est une « machine » qui permet une sollicitation musculaire sans mouvements et sans solliciter les articulations. Son prix serait autour de 9 950 euros. La journaliste, Éloïse Maraschin, de conclure : « À savoir combien chacun est prêt à payer, pour bien vieillir... »13. De nombreux ouvrages, au titre souvent évocateur14, s’inscrivent dans cette perspective.

  • 15 Midi-Libre, jeudi 20 septembre 2007.

44Il convient de souligner que les « nouveaux » services pour les personnes âgées semblent être appelés à se développer dans les années à venir, amenant à la création de nouveaux emplois. Par exemple, pour le professeur Claude Jeandel –responsable du pôle gérontologie au CHU de Montpellier – dans le cadre de la lutte contre la maladie d’Alzheimer, il devrait être instauré le métier de gestionnaire de patients, pour lequel il estiment qu’il faudrait « créer 30 000 emplois par an durant dix ans »15, soit un total de 300 000 emplois ! Les perspectives plaident, a priori, pour l’essor d’un secteur économique basé sur la personne âgée donc sur l’instauration d’une « économie de la personne âgée ».

45De nouveau, nous percevons ici l’importance de l’idée généralement répandue quant aux moyens financiers et patrimoniaux dont disposeraient les personnes âgées. Qu’en est-il dans la réalité ?

I.4 La situation financière des personnes âgées

46Au niveau des revenus, les résultats à notre disposition sont les suivants :

Source : enquêtes revenus fiscaux de 2005,
Insee-DGI
Tableau 8 – Niveau de vie moyen des individus selon l’âge individuel, en euros par an

47Les personnes âgées disposent, en moyenne de revenus légèrement inférieurs à la moyenne de la population. Certes, par rapport aux plus jeunes ces revenus sont plus importants, mais conformément à la notion de cycle de vie, ils sont les plus élevés avant la retraite. L’idée de la « richesse » des personnes âgées ne repose pas sur une base bien solide.

48À ce titre, nombre de personnes âgées n’ont pour seul revenu que l’allocation vieillesse. Au 31 décembre 2005, 609 000 personnes étaient dans cette situation, soit 4,5 % de la population des retraités. Rappelons que les barèmes du minimum vieillesse sont les suivants : en 2005, il s’élevait à 599,5 € par mois pour une personne seule et 1 075,5 € par mois pour un couple, soit respectivement 7 194,0 € et 12 905,4 € sur l’année. Pour mémoire, deux seuils de pauvreté sont proposés par les données officielles, celui à 60 % du revenu médian et celui à 50 %. En 2005, ces seuils étaient respectivement de 817 et de 681 € par mois. Quelque soit le seuil retenu, les bénéficiaires de l’allocation vieillesse font partie des pauvres au sens de la définition institutionnelle, qui est basée sur une approche dite absolue de la pauvreté, à savoir avoir moins qu’un minimum.

  • 16 Le taux d’effort moyen mesure la part de leur revenu disponible brut que les ménages consacrent au (...)

49Toutefois, le fait que les revenus des personnes âgées soient proches de ceux du reste de la population, en moyenne, n’est pas un indicateur suffisant pour connaître leur réelle situation financière. En effet, le taux d’effort moyen16 des vieux est plus faible que celui de l’ensemble du reste de la population (cf. tableau 9).

Dépense en euros, taux en %

Dépense en euros, taux en %

Champ : France métropolitaine.
Source : Insee, enquête Logement 2002
Tableau 9 – Les taux d’effort moyen selon l’âge individuel

50Dans la mesure où, ils consacrent en moyenne une part moins importante de leur revenu au logement, cela signifie, que pour un revenu identique, ils disposent de plus de moyens que le reste de la population pour les autres dépenses, voire pour épargner.

51Le taux d’effort brut et moyen plus faibles des vieux apparaissent comme logiques, dans la mesure où en matière de propriétés foncières, les personnes âgées sont un peu mieux lotis que le reste de la population française (cf. tableau 10). Rappelons que le taux de propriétaires chez les ménages dont la personne de référence avait plus de 65 ans était de 56,1 % en 1984.

En %

En %

Source : Enquête logement, Insee, 2002.
Tableau 10 – Proportion de ménages propriétaires selon les types de ménages

52Ce résultat devrait apparaître comme logique à chacun d’entre nous. En effet, n’est-il pas cohérent que ceux ayant effectué la totalité de leur vie active soient ceux qui aient pu – au moins en plus grande proportion – acheter leur logement ? Soulignons qu’ils ont aussi bénéficié de la volonté depuis longtemps affirmée au niveau national de favoriser l’accès à la propriété. À ce titre, il est possible de rajouter que le taux des accédants chez les personnes âgées –ceux propriétaires mais devant encore rembourser leur logement – ne cesse de diminuer depuis la fin des années 1980.

53En termes de valeur de ce patrimoine immobilier, une nuance doit être apportée. Comme les personnes âgées ont souvent acheté le logement il y a de nombreuses années, la valeur de celui-ci est en moyenne inférieure à celle des logements plus récents – notamment du fait de l’ancienneté, d’une taille plus petite, de la localisation, de prestations plus faibles... En 2002, la valeur moyenne des logements des retraités était de 127 200 € contre 136 600 € pour l’ensemble des ménages.

54Ce qui est vrai pour le patrimoine immobilier l’est aussi pour le patrimoine mobilier et dans ce cas précis même en valeur. Comme le souligne, le bulletin n° 119 de la Banque de France (2003) – intitulé : « Le patrimoine en valeurs mobilières des personnes physiques à fin décembre 2002 »–, « les personnes âgées de 56 ans et plus, qui recoupent, dans une large mesure, la catégorie des non actifs, représentaient 50,1 % du nombre de comptes et 68,5 % de l’encours des portefeuilles des personnes physiques. En particulier, 80 % des obligations françaises étaient détenues par des personnes âgées de 56 ans et plus » (p. 9). La structure de leur patrimoine explique que plus de la moitié des contribuables payant l’impôt solidarité sur la fortune (ISF) sont des ménages dont la personne de référence a plus de 60 ans.

55Au final, il apparaît que le patrimoine des personnes âgées est, en moyenne, supérieur à celui du reste de la population. Toutefois, il faut souligner que les disparités patrimoniales sont encore plus importantes que celles en termes de revenu. Pour le dire autrement, il y a une forte hétérogénéité au niveau de la situation financière des personnes âgées. Toutes ne disposent pas d’un patrimoine conséquent et toutes ne sont pas, loin s’en faut, indépendantes financièrement.

II. DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ORIENTALES : QUEL DÉVELOPPEMENT POSSIBLE À PARTIR DU SECTEUR DES PERSONNES ÂGÉES ?

56L’arrivée de personnes âgées sur un territoire, comme toute arrivée de population, conduit au développement de certaines activités économiques. Les particularités d’une économie basée, pour partie, autour de la personne âgée reposent essentiellement sur les services dits à la personne. Contrairement à une idée répandue, il s’agit que d’une économie de service mais aussi d’une économie de « production ». Cette production est principalement immatérielle. De toute manière, dans les deux cas il est produit de la valeur économique.

57Ainsi, l’augmentation du nombre de vieux amènerait à un développement des services et des services spécifiques aux vieux. Le nombre des emplois devrait en conséquence augmenter. Une des questions est de savoir de quel type d’emplois il s’agit. Le département des Pyrénées-Orientales peut, pour de nombreuses raisons, s’avérer un exemple particulièrement pertinent.

II.1 Un département pilote pour la France ?

  • 17 Les projections de population réalisées par l’Insee pour la France et le département des Pyrénées- (...)

58Depuis longtemps, le département des Pyrénées-Orientales se caractérise, entre autres, par une plus forte proportion de personnes âgées de plus de 60 ans que le reste du pays – même si l’écart tend à se réduire17–, comme le confirme le tableau suivant :

Source : Insee
Tableau 11 – Part des plus de 60 ans dans la population du département des Pyrénées-Orientales et en France

  • 18 Rappelons qu’au sens de la démographie, les mouvements migratoires ici évoqués concernent ceux qui (...)

59Deux grands types d’arguments sont avancés pour expliquer cet état de fait. Le premier aurait à voir avec le « mode de vie méditerranéen » – l’utilisation de l’huile d’olive dans la cuisine pour schématiser – qui induirait une espérance de vie plus importante pour les populations adoptant ce type de conduite. Le second, le plus fréquemment usité, concernerait les mouvements migratoires18 et le fort attrait du département pour les personnes âgées. Le soleil, la mer, l’hiver moins rigoureux... en seraient les principaux facteurs explicatifs, en d’autres termes la « qualité de vie ». De ce fait, ce département peut apparaître comme « pilote », comme « référent » quant au développement d’une économie, pour partie, reposant sur les personnes âgées.

  • 19 Au niveau national, l’espérance de vie à la naissance en 2004 pour les hommes était de 76,8 ans et (...)

60Revenons rapidement sur les deux facteurs avancés pour justifier la situation du département des Pyrénées-Orientales au regard des personnes âgées pour souligner dans un premier temps qu’ils sont partiellement contradictoires. En effet, si les mouvements migratoires sont importants pour expliquer la proportion des plus de 60 ans dans le département alors l’espérance de vie moyenne des habitants est liée à ces flux migratoires. Or, sauf à supposer que tous ceux qui viennent s’installer adoptent un « mode de vie méditerranéen », ce dernier ne peut pas constituer le principal facteur explicatif du vieillissement local supérieur à la moyenne nationale. Par ailleurs, les données statistiques confirment que l’espérance de vie des locaux ne peut pas être tenue pour un bon facteur explicatif. En effet, pour la région, l’espérance de vie des hommes et des femmes est quasiment identique à celui observé nationalement, voire légèrement inférieur19.

  • 20 Les élus locaux et les institutions qu’ils représentent ont parfaitement pris conscience du poids (...)
  • 21 À titre d’exemple, lors d’une réunion organisée en 2008 par le Préfet des Pyrénées-Orientales à l’ (...)
  • 22 Pour la dernière période censitaire, la structure de la population des immigrants était – par rapp (...)

61Dans les faits, les mouvements migratoires jouent un rôle essentiel tant dans l’évolution du nombre d’habitants du département que de sa structure20. Toutefois cet argument n’est pas celui régulièrement mis en avant21. Il est certain que la croissance démographique est tirée par les flux migratoires. Par contre, l’âge moyen des nouveaux arrivants est inférieur à celui des résidants. En d’autres termes, les « immigrants » rajeunissent la population22.

62Parallèlement à ce mouvement, il y a celui des plus jeunes qui quittent le département. Malheureusement, comme au niveau national (Le Bras, 2007), les données ne sont pas correctement recensées, quant elles ne sont pas recensées du tout, sur les émigrants. Il est possible de penser, compte tenu des possibilités locales d’emplois, que les départs soient essentiellement l’œuvre de jeunes actifs. De manière corollaire, une grande partie des « immigrants » correspond à des actifs pour lesquels il s’agit d’un retour au pays, après avoir fait « leur carrière » ailleurs.

  • 23 Le taux de mortalité infantile national était de 4,0 ‰ en 2004, 3,8 ‰ en 2004 et 3,5 ‰ en 2005. Po (...)

63Un des autres facteurs pour expliquer le vieillissement démographique plus important du département –si l’on s’appuyait sur l’argumentaire généralement développé au niveau national– serait la faiblesse de la natalité (cf. annexe). L’indicateur conjoncturel de fécondité du département est supérieur à celui de la région Languedoc-Roussillon, mais il est inférieur à celui observé nationalement. À cela, il est possible de rajouter un taux de mortalité infantile habituellement supérieur dans le département à celui observé au niveau national23. Or, nous savons qu’aujourd’hui le principal facteur du vieillissement démographique se trouve du côté de la hausse des espérances de vie aux âges élevés.

64Au-delà de ces considérations démographiques, il ressort que le vieillissement démographique du département n’est pas le résultat d’une volonté politique, ni d’un choix économique. Néanmoins, comme nous l’enseigne l’histoire locale (Blanchard, 2002), il est dans la « tradition », dans la « culture locale » du département d’essayer de profiter d’opportunité de ce genre.

II. 2 Culture de la rente et vieillissement : quand le département des Pyrénées-Orientales pourrait être l’exemple – mauvais ? – à suivre...

65Le travail d’Henri Solans (1993) a permis de souligner certaines caractéristiques du système productif du département des Pyrénées-Orientales, en particulier la volonté d’échapper au maximum à la charge de la gestion de la force de travail, de réduire au minimum les efforts en matière de commercialisation et la préférence pour les placements autorisant les retours des liquidités les plus rapides possibles. Ainsi, il semble possible de conclure que la « culture locale est celle de la rente » (Solans, 1993, p. 49). Depuis d’autres travaux ont confirmé et étayé ce jugement, insistant sur l’importance des cultures économiques locales comme un des principaux facteurs explicatifs des dynamiques économiques territoriales (Hugonnet, 2005).

  • 24 Selon la DARES, la région Languedoc-Roussillon est celle où le taux de rotation des effectifs dans (...)

66Les incidences de cette culture rentière peuvent se mesurer à partir de plusieurs éléments. Les unités de production auront tendance à être de petites tailles avec un faible capital par tête. Les contrats de travail seront plutôt flexibles, à durée limitée : le contrat saisonnier peut en être la parfaite illustration. Cela permet en outre une forte rotation de la main-d’œuvre24 et donc d’avoir simultanément un fort taux de chômage et un « dynamisme » au niveau de ces types d’emplois. Cela autorise aussi un niveau des salaires peu élevé. Le tableau 12 confirme ce résultat.

En 2005, euros courants

En 2005, euros courants

Source : Insee, DADS 2005
Tableau 12 – Niveau de rémunération annuel par profession

67Le développement d’une économie parallèle importante est souvent avancé comme élément explicatif de la faiblesse des niveaux de rémunérations et ce d’autant plus, que les principaux secteurs économiques locaux – agriculture, BTP, hôtellerie, restauration – ont la réputation d’y recourir assez fréquemment. Par ailleurs, les politiques sociales sont généralement insuffisantes, en particulier au niveau du nombre de logements sociaux.

68La structure économique du département des Pyrénées-Orientales laisse apparaître –par comparaison avec celle de la France– une faiblesse très forte au niveau de l’industrie. Les activités liées à des positions « rentières » sont sur-représentées (cf. tableau 13). Tel est notamment le cas du secteur de la construction qui bénéficie de l’arrivée importante d’immigrants –dont nous avons vu que leur venue n’était pas liée à une volonté locale particulière– celui du commerce avec l’importance des flux touristiques. En d’autres termes pour reprendre la terminologie de Laurent Davezies (2008), l’économie des Pyrénées-Orientales repose principalement sur une base résidentielle – retraites, revenus d’actifs employés ailleurs, dépenses de tourisme – et sur une base sociale –prestations sociales autres que les retraites (chômage, minima sociaux...).

En %

En %

Source : Insee, Portrait de la région Languedoc-Roussillon, année 2003
Tableau 13 – La structure des secteurs économiques en fonction de leur poids respectif en matière d’emplois.

69Dans ce type d’économie, la stratégie des acteurs locaux repose principalement sur la recherche d’activités rentières, demandant en particulier peu d’investissements. À ce titre, il paraît légitime de se demander si les personnes âgées ne sont pas essentiellement vues dans cette perspective ?

  • 25 Plus de la moitié des sommes générées par le tourisme sont captées par l’hébergement. Ainsi, le to (...)

70Plusieurs éléments nous conduisent à penser que la réponse est positive et que les acteurs économiques locaux perpétuent via les personnes âgées cette culture de la rente comme ils avaient saisi l’opportunité avec le développement du tourisme de masse dans les années 1960-197025. L’arrivée de vieux constituerait une nouvelle rente sur laquelle il serait possible d’assurer une pérennité du système productif local. De fait, le secteur des personnes âgées se traduit déjà par des conditions d’emplois extrêmement particulières – notamment le recours à des emplois précaires à temps partiel–, des niveaux de rémunérations faibles, des insuffisances en matière de formation et d’encadrement... Cela est particulièrement vrai pour les salariés des associations travaillant pour le compte des institutions publiques (Delbès, 2006). Par ailleurs, la multiplicité des intervenants auprès des personnes âgées dans ce contexte amène à des conflits plus ou latents entre ces travailleurs.

71Comme André Gorz (1988) l’avait souligné les services à la personne et ceux concernant les personnes âgées doivent rentrer dans le cadre d’une réflexion plus vaste. En effet, la logique purement économique –pour ne pas dire la rationalité économique – peut nous conduire à accepter de confier certaines tâches, les activités ménagères à d’autres personnes en échange d’une rémunération. Tel peut être le cas, d’un strict point de vue rationnel, si cette rémunération est inférieure à celle que nous obtenons durant le même temps en travaillant ailleurs. Ainsi posées, les activités ménagères, d’aides à la personne, notamment la personne âgée, ne devraient donner lieu qu’à des emplois peu valorisés en particulier au niveau de la rémunération. Pour André Gorz (1998), « une nouvelle classe servile renaît, que l’industrialisation, après la seconde guerre mondiale, avait abolie » (p. 22), ajoutant plus loin : « il s’agit d’un travail de serviteur, c’est-à-dire d’un travail que ceux qui gagnent bien leur vie transfèrent, pour leur avantage personnel et sans gain de productivité, sur celles et ceux pour lesquels il n’y a pas d’emploi dans l’économie » (p. 23). Sans confirmer totalement ce point de vue, nombre de travaux soulignent la possibilité d’une telle dérive. Dans cette perspective, le risque de voir se renforcer une vieillesse à plusieurs vitesses n’est pas sans interpeller, en particulier pour des territoires comme le département des Pyrénées-Orientales. Si la mise en place d’une économie de la personne âgée consiste principalement à essayer de capter le potentiel de flux financiers que représente ce public – on pourrait dire à prélever une rente sur eux – il est fort à craindre un renforcement de certaines dérives. Qu’adviendra-t-il de ceux qui n’ont pas des revenus conséquents ? Quels seront les services mis à leur disposition, avec quel niveau de prestation et quel statut pour les travailleurs chargés de les effectuer ?

72Nous avons vu que les personnes âgées se caractérisaient – en moyenne – par un niveau de vie quasiment semblable à celui des actifs. Or, les disparités en ce domaine sont plus importantes entre les personnes âgées qu’entre les actifs puisqu’elles traduisent et reflètent aussi les différents parcours professionnels. Il y a donc une grande hétérogénéité des situations chez les plus anciens.

73À ces inégalités fortes, il faut rajouter que les mouvements migratoires peuvent conduire à un éloignement géographique des membres de la famille et donc, toutes choses égales par ailleurs, affaiblir la solidarité familiale. Les études actuelles soulignent l’importance des systèmes d’entraides familiales (ORSAS, 1999). Elles rappellent que la proximité physique des enfants est l’une des conditions importantes de la mise en œuvre de ce type de solidarité.

74Ainsi, en croisant les deux critères, revenu et aide familiale – lien social – il est possible de distinguer quatre types de situation de personnes âgées.

Tableau 14 – Typologie des situations des ménages âgés

75La culture de la rente risque fort de se centrer principalement sur les vieux de type 3 –qui devraient être les plus demandeurs, tout en étant solvables, de services d’aide et d’accompagnement – et dans une moindre mesure sur ceux de type 1. En revanche, en l’absence d’une politique d’aide spécifique, la situation des personnes âgées de type 4 apparaît comme extrêmement précaire. Concernant ceux de type 3, les enseignements de l’histoire doivent nous interpeller sur la garantie d’un soutien et d’une aide familiale (De Beauvoir, 1970a ; Castan, 1980). En particulier, pour Jean-Pierre Gutton (1988), « la situation affective et morale du vieillard dans sa famille semble bien assez largement liée aux intérêts matériels » (p. 53). La présence via la proximité de la famille n’apparaît pas comme une condition suffisante pour garantir le soutien aux personnes âgées. Au-delà des questions de volonté, de réelles interrogations demeurent quant aux compétences requises, quant à celui – nous devrions plus sûrement dire celle – qui se « sacrifie » pour assumer le soutien régulier, quant aux moyens matériels pour y parvenir correctement.

76La situation économique du département des Pyrénées-Orientales, en particulier l’importance des flux migratoires et celle de la faiblesse des revenus, laisse à penser que les personnes âgées présentes sur le territoire ne sont pas toutes des types 1 et 3. Face à ces difficultés, où peuvent se trouver les solutions ?

77Nous ne pensons pas que les solutions à ces questions peuvent émerger du local seul. Certes, des initiatives issues des territoires peuvent apporter ponctuellement des réponses à certaines interrogations. Elles sont à encourager. Si elles sont une condition nécessaire, elles ne peuvent pas constituer une condition suffisante. De même que la solidarité intergénérationnelle doit être encouragée, nous savons qu’elle ne peut pas constituer une garantie à toutes épreuves. La capacité des territoires à trouver – seuls – les solutions face aux problèmes de la vieillesse ne peut pas être une bonne solution. Le développement d’une économie basée sur les personnes âgées – notamment par l’initiative privée – ne se fera que pour ceux dont la demande apparaîtra comme solvable. En l’absence de politique nationale, nous risquons fort de d’observer une aggravation des inégalités entre les vieux et donc de voir des vieillesses à plusieurs vitesses. Cela est particulièrement vrai pour les territoires fragilisés comme le département des Pyrénées-Orientales. À titre d’exemple, nous pouvons rappeler que dans le cadre de l’Année internationale des Personnes Âgées en 1992, nombres d’actions avaient été labellisées tant au niveau national qu’au niveau territorial. Aucune action ne l’avait été dans le département des Pyrénées-Orientales ! C’est donc bien au niveau national que les grandes lignes d’une réelle politique de la vieillesse doivent être élaborées. Sans le développement d’une réelle politique en faveur des personnes âgées, dans des territoires comme celui du département des Pyrénées-Orientales, caractérisés par une culture de la rente, il nous semble assez probable que la situation des personnes âgées à faible revenu risque de devenir, de plus en plus, délicate.

II.3 Des évolutions nationales a contrario du développement local ?

78Nous avons pu souligner combien c’est l’amélioration de l’image des personnes âgées qui a pu conduire à l’émergence de l’idée de développement économique du territoire au travers de ces populations. En réalité, l’évolution de cette image s’est confondue avec celle du retraité, c’est-à-dire avec l’amélioration pour nombre de vieux des conditions matérielles d’existence. Globalement il semble que leur image soi aujourd’hui perçue de manière plus positive, notamment parce que l’âge de la retraite est très souvent considéré comme l’âge à partir duquel on serait vieux. L’arrêt de l’activité semble ne pouvoir se justifier qu’à partir de l’incapacité à effectuer les tâches. Incapacité qui découlerait de l’avancée dans l’âge. Par exemple, Hervé Le Bras (2007) écrit, comme une évidence de bon sens, « on aurait pu s’attendre à ce que la plus longue espérance de vie en bonne santé conduise à retarder le départ à la retraite » (p. 111). C’est omettre que le statut de retraité ne provient pas d’une question d’âge, mais trouve son origine dans celui de salarié (Friot, 1998). Il est vrai que l’ » âge » de la retraite –60 ans – correspond aujourd’hui à celui où l’on rentre dans la catégorie des vieux. Notons que cet âge de 60 ans comme indicateur de la vieillesse a été proposé par Alfred Sauvy en 1928 alors qu’il travaillait sur le concept de vieillissement démographique. Il ne renvoyait en rien à la notion de retraité.

79Cet âge d’entrée dans la retraite est un âge théorique, qui ne tient pas compte des possibilités de partir avant pour nombre de professions, ni des conséquences en terme de calcul des pensions pour ceux qui voudraient partir à cet âge et qui n’ont pas le nombre de trimestres cotisés nécessaires pour éviter l’application de la décote. En d’autres termes, cette correspondance des âges ne peut pas signifier l’équivalence entre retraite et personne âgée.

80Cette assimilation entre personne âgée et retraité a au moins une conséquence importante. En permettant les discours sur les effets du vieillissement sur l’équilibre des régimes de retraites, elle amène à l’idée que logiquement pour bénéficier de la retraite, il faudrait être vieux. Dans la mesure où les gens vivent de plus en plus vieux et dans de meilleures conditions de santé, il apparaît légitime de vouloir retarder l’âge de la retraite – entendue comme âge où l’on serait vieux. C’est omettre que cet âge n’est pas déterminé par le vieillissement mais par le statut de salarié. Comme le souligne Melchers (1984) à propos des sociétés paysannes, « la vieillesse n’est ni liée à l’âge, ni à l’inactivité, ni même à la maladie ou à l’invalidité, mais à la position hiérarchique occupée au sein de l’exploitation et au pouvoir hiérarchique qui s’y rattache » (p. 192).

81Bien évidemment, il y a des relations entre la situation des personnes âgées et celle des retraités. Nombre de vieux sont des retraités. Cependant, tous ne le sont pas. Il est possible – si l’on retient comme âge de la vieillesse 60 ans – de trouver des personnes âgées non retraitées, soit parce qu’elles sont encore actives, soit parce ne bénéficiant pas de retraite. D’un autre côté, et elles sont bien souvent dénoncées, il y a des personnes bénéficiant d’une retraite mais n’étant pas encore dans la catégorie des vieux.

82Construire l’image de vieux sur celle des retraités peut conduire à une double erreur. Premièrement, la situation financière des uns et des autres n’est pas la même. Deuxièmement, il est souvent omis l’impact des réformes Balladur (1993) et Fillon (2003) sur le futur niveau de vie des retraités. En particulier, l’indexation des pensions sur les prix et non plus sur les salaires va avoir des conséquences sur les pensions des futurs retraités ainsi que sur ceux qui le sont aujourd’hui. Pour Patrick Artus (2003), un taux de croissance de la productivité de 1,5 % par an en moyenne, hypothèse inférieure à celle prévue dans le rapport Charpin, conduit au résultat suivant : « un retraité [...] perdrait donc près de la moitié de son pouvoir d’achat pendant sa retraite » (p. 133). En effet, nous savons que les salaires augmentent en moyenne plus rapidement que les prix. Cette déconnexion entre le montant des pensions et celui des salaires a donc une double incidence. Tout d’abord, elle nie pour partie le fait que le statut de retraité est un statut de salarié. Ensuite, elle implique une croissance moins élevée des pensions dans le futur.

83Or, nous avons rappelé que le développement d’une économie autour des personnes âgées s’inscrivait principalement dans un objectif de base résidentielle. Une telle stratégie lie aux politiques mises en œuvre par ailleurs. Les perspectives concernant l’évolution des retraites et par conséquence celle des ressources des personnes âgées semblent plutôt plaider pour ne pas retenir cette voie. Toutefois, il est difficile de réguler les flux migratoires et les personnes âgées sont déjà présentes sur le territoire. Il apparaît que la hausse du nombre des personnes âgées conduit, comme la viticulture à la fin du xixe, comme le tourisme après guerre, à renforcer la culture de la rente et n’autorise pas à espérer un développement économique du territoire.

84Les perspectives sur l’évolution du niveau des pensions, l’absence d’un réel service public de la vieillesse à l’instar de celui pour la jeunesse (Florence Weber, 2005) et « l’image » généralement véhiculée de la personne âgée semblent plaider pour un avenir sombre pour nos nombre de nos vieux. S’il devait en être ainsi, le développement économique d’un département comme celui des Pyrénées-Orientales basé sur le vieillissement paraîtrait fortement illusoire.

Notes

1 Cette question a été largement développée par Alfred Sauvy et Robert Debré (1946), lesquels s’interrogent ainsi : « Comment veut-on qu’un peuple comptant tant d’hommes âgés puisse se défendre ? Comment peut-il vouloir et réaliser le progrès ? Comment ce pays sera-t-il capable de reprendre sa place parmi les nations qui conduisent les autres ? Un organisme qui vieillit, c’est un organisme qui se laisse envahir par des cellules inutiles, par des éléments incapables d’aucun travail différencié. [...] La terrible défaillance de 1940, plus encore morale que matérielle, doit être rattachée en partie à cette redoutable sclérose ». Alfred Sauvy (1979) persistait en ajoutant « quand le vieillissement s’accentue, les hospices et les maisons de retraite deviennent un secteur important de la construction, voire de l’investissement. On peut craindre que l’ensemble finisse par s’affaisser en quelque sorte sous son propre poids, parce que les jeunes n’accepteront pas indéfiniment l’écrasement. Seulement, pour réagir contre l’excès des charges, ces jeunes songeront peut-être à réduire leur propre descendance. C’est ce que nous voyons déjà aujourd’hui. Dans ce cas, on pourrait dire que le vieillissement se nourrirait en quelque sorte de lui-même. Le basculement vers la vieillesse serait inexorable ».

2 Pour Alain Jousten (2003), « des changements démographiques importants remettent en cause les fondements mêmes des systèmes de protection sociale » (p. 83).

3 Les déterminants du vieillissement de la population, ainsi que l’évolution de ce vieillissement, découlent de la manière de le calculer. Cf. Bourdelais (1997) et Le Bras (2007).

4 C’est notamment le cas de Simone de Beauvoir (1970b), dans lequel elle insiste sur l’importance du regard porté sur la vieillesse en général et sur les vieux en particulier dont elle estime qu’on le transforme en « adulte mutilé ».

5 En 1946, la moitié des retraités du régime général ne percevait qu’une allocation non contributive –l’allocation aux vieux travailleurs salariés (AVTS) – et en 1958, la proportion était encore du tiers des retraités (Friot, 1998).

6 En 1970, 27 % des personnes âgées vivaient en dessous du seuil de pauvreté contre environ 4 % aujourd’hui.

7 Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs. Quatre impôts directs sont généralement pris en compte : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation et les contributions sociales généralisées (CSG) et contribution à la réduction de la dette sociale (CRDS).

8 La notion de niveau de vie intègre le nombre d’unités de consommation composant le ménage. Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (uc). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage. Les unités de consommation sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence dite de l’OCDE modifiée qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.

9 Quand on a compris ce qu’est la condition des vieillards, on ne saurait se contenter de réclamer une "politique de la vieillesse" plus généreuse, un relèvement des pensions, des logements sains, des loisirs organisés. C’est un système qui est en jeu et la revendication ne peut que être radicale : changer la vie ». De Beauvoir (1970), p. 400.

10 En réalité, la définition du vieux, notamment en termes d’âge biologique, n’est pas sans difficulté. L’on doit à Alfred Sauvy (1928) le choix de l’âge de 60 ans. Il recherchait un indicateur démographique fiable expliquer le concept de vieillissement d’une population et pour rendre compte in fine de la faiblesse de la natalité française (Bourdelais, 1997). Il se trouve aujourd’hui que cet âge correspond avec celui de la retraite –du moins théoriquement car peu nombreux sont ceux qui partent à la retraite à cet âge précis.

11 Même si les quelques indications dont nous disposons tendent à montrer que les personnes âgées semblent de plus en plus partir à l’étranger et recours, plus que les autres, aux services des agences de voyages.

12 L’Indépendant, samedi 30 septembre 2006. Dans l’Indépendant du lendemain, dimanche 1er octobre 2006, le journaliste émettait l’analyse suivante : « en vérité, ce que l’on veut c’est vieillir sans prendre, avec l’âge, les rides qui vont avec, la perte de la densité musculaire, la surcharge pondérale, et l’affaissement général. » En d’autres termes, on ne voudrait pas vieillir physiquement.

13 L’Indépendant, samedi 30 septembre 2006.

14 Par exemple pour ne prendre que quelques ouvrages récents, on peut citer Jules Nabet (2000), Comment rester jeune plus longtemps ; Jean-Pierre Willem (2004), Au Diable la Vieillesse ! : Garder forme et santé ; Michel Brack et Luc Montanier (2006), La révolution des antioxydants : Ralentir le vieillissement et prévenir les maladies ; Paulette Guinchard Kunstler et Marie-Thérèse Renaud (2006), Mieux vivre la vieillesse : 100 Réponses aux questions des personnes âgées et de leur entourage.

15 Midi-Libre, jeudi 20 septembre 2007.

16 Le taux d’effort moyen mesure la part de leur revenu disponible brut que les ménages consacrent aux dépenses de logement. Il est dit « net » si l’aide au logement perçue par le ménage est défalquée de la dépense de logement et « brut » dans le cas contraire. Cet indicateur permet de mesurer le poids de la dépense liée à l’occupation du logement sur le budget des ménages et le pouvoir « solvabilisateur » des aides.

17 Les projections de population réalisées par l’Insee pour la France et le département des Pyrénées-Orientales prévoient que cet écart devrait continuer à diminuer.

18 Rappelons qu’au sens de la démographie, les mouvements migratoires ici évoqués concernent ceux qui sont entrés dans le département et ceux qui l’ont quitté. Il s’agit donc pour l’essentiel de flux avec le reste des départements français.

19 Au niveau national, l’espérance de vie à la naissance en 2004 pour les hommes était de 76,8 ans et de 83,7 ans pour les femmes. Pour le département des Pyrénées-Orientales, les chiffres étaient respectivement de 76,1 et 83,6 ans.

20 Les élus locaux et les institutions qu’ils représentent ont parfaitement pris conscience du poids de ces flux migratoires, notamment du poids « politique ». À ce titre, il est possible de noter que depuis quelques années se multiplient tant dans les villages qu’au Conseil général des journées d’accueil pour les nouveaux arrivants.

21 À titre d’exemple, lors d’une réunion organisée en 2008 par le Préfet des Pyrénées-Orientales à l’attention de l’ensemble des maires du département, au moment de la présentation des données démographiques, il a été souligné par les services de l’État que compte tenu de la faiblesse de la fécondité de la population locale, celle-ci ne se renouvelait pas !

22 Pour la dernière période censitaire, la structure de la population des immigrants était – par rapport à celle des habitants du département des Pyrénées-Orientales – caractérisée par un plus fort de jeunes (25,02 % contre 21,83 %), par un surcroît de population active (55,11 % contre 49,26 %) et par une plus faible part de plus de 60 ans (19,88 % contre 28,91 %).

23 Le taux de mortalité infantile national était de 4,0 ‰ en 2004, 3,8 ‰ en 2004 et 3,5 ‰ en 2005. Pour le département des Pyrénées-Orientales, les chiffres sont respectivement 4,7 ‰ en 2003, 3,9 ‰ en 2004 et 3,7 ‰ en 2005.

24 Selon la DARES, la région Languedoc-Roussillon est celle où le taux de rotation des effectifs dans les entreprises privées de plus de 10 salariés est le plus fort (cf. Repères, janvier 2002).

25 Plus de la moitié des sommes générées par le tourisme sont captées par l’hébergement. Ainsi, le tourisme a permis aux propriétaires terriens de continuer à bénéficier d’une rente importante. Le déclin de l’agriculture, en particulier de la viticulture, a été pour partie « comblé » par l’arrivée de touristes et de nouveaux résidents. Soulignons que ces arrivées ne sont pas le fait d’une volonté politique ou économique locale. Elles sont le résultat soit des choix individuels (migration) soit d’une politique nationale. Cela est particulièrement vrai pour le développement touristique qui est principalement le résultat politique nationale dont la mission Racine de 1962 en est la parfaite illustration. Non seulement cette politique a permis la construction de nombre de logements mais elle a aussi autorisé le développement des infrastructures de transports et notamment celui l’autoroute A9 (Blanchard, 2002).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre En %
Légende Champ : France métropolitaineSource : Insee, enquête budget de famille 2000-2001Tableau 1 – Structure des dépenses selon l’âge de la personne de référence
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre En 2004, en %
Légende Champ : France métropolitaine, ensemble des ménages.Source : Insee, enquête permanente sur les conditions de vie 2004.Tableau 2. Équipement des ménages en biens durables selon l’âge de la personne de référence
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre En %
Légende Source : ministère des Sports et Institut National du Sport et de l’éducation Physique (INSEP), enquête « les pratiques sportives en France », 2000.Tableau 3 – Pratique sportive et adhésion à un club en 2000
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre En %
Légende Source : Insee, enquête permanente sur les conditions de vie (EPCV).Tableau 4 – Pratiques culturelles à l’âge adulte selon l’âge en 2005
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre En %
Légende Source : Insee, enquête permanente sur les conditions de vie (EPCV).Tableau 5 – Taux de départ en vacances par âge
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre En %
Légende Source : Insee, enquêtes permanentes sur les conditions de vie 1997 à 2005.Tableau 6 – Taux d’adhésion à au moins un association selon l’âge
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre En %
Légende Source : Insee, enquêtes LogementTableau 7 Évolution des éléments du confort des résidences principales pour les ménages âgés.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Source : enquêtes revenus fiscaux de 2005,Insee-DGITableau 8 – Niveau de vie moyen des individus selon l’âge individuel, en euros par an
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Dépense en euros, taux en %
Légende Champ : France métropolitaine.Source : Insee, enquête Logement 2002Tableau 9 – Les taux d’effort moyen selon l’âge individuel
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre En %
Légende Source : Enquête logement, Insee, 2002.Tableau 10 – Proportion de ménages propriétaires selon les types de ménages
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Source : InseeTableau 11 – Part des plus de 60 ans dans la population du département des Pyrénées-Orientales et en France
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre En 2005, euros courants
Légende Source : Insee, DADS 2005Tableau 12 – Niveau de rémunération annuel par profession
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre En %
Légende Source : Insee, Portrait de la région Languedoc-Roussillon, année 2003Tableau 13 – La structure des secteurs économiques en fonction de leur poids respectif en matière d’emplois.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Tableau 14 – Typologie des situations des ménages âgés
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/677/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540