Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Pour introduire

Éléments pour une approche sociologique du vieillissement après la retraite

Vincent Caradec

Volltext

  • 1 Professeur de sociologie à l’université de Lille 3.

1Note portant sur l’auteur1

2Comment appréhender la vieillesse ? À cette question, la sociologie répond en adoptant trois grandes stratégies analytiques (Caradec, 2001). La première consiste à étudier la construction sociale de la vieillesse, c’est-à-dire la manière dont la société pense, organise et met en forme cet âge de la vie : dans cette perspective, on va s’intéresser, par exemple, à l’« invention » des retraites et à la lente transformation, au cours du xxe siècle, des « vieillards » en « retraités », ou encore analyser de quelle manière l’apparition de catégories nouvelles (telles que celles de « troisième âge » dans les années 1960, de « personnes âgées dépendantes » dans les années 1980, ou encore de « seniors » dans les années 1990) a contribué à structurer la seconde partie de l’existence et à en faire évoluer les représentations. La deuxième stratégie se fixe comme objectif de décrire, de la manière la plus adéquate possible, le groupe d’âge des « personnes âgées » : en dressant son portrait statistique à partir d’enquêtes quantitatives, en élaborant des typologies des modes de vie à la retraite afin de cartographier sa diversité interne, en examinant comment il peut se mobiliser, ou encore en explorant plus particulièrement telle ou telle frange de la population âgée comme, par exemple les « jeunes retraités », ou encore les « personnes âgées vivant en institution ». La troisième orientation, enfin, place son dispositif d’observation au niveau des individus sociaux – et non plus des dispositifs sociétaux ou du groupe des « personnes âgées » – et cherche à rendre compte du processus et de l’expérience du vieillissement individuel au cours des années de retraite. Elle est en phase avec certaines perspectives théoriques – le « constructivisme » de Berger et Luckmann (1986) et la « sociologie phénoménologique » de Schütz (1987) – qui se sont développées depuis une vingtaine d’années dans la sociologie française et ont orienté l’attention des sociologues vers l’individu et sa construction identitaire – au point que l’on parle parfois de « sociologie de l’individu » ou de « sociologie psychologique ».

  • 2 Cet article reprend les grandes lignes et quelques résultats d’un ouvrage (Caradec, 2004) dans leq (...)

3Nous nous inscrirons ici dans le cadre de cette troisième approche, et nous chercherons à appréhender les changements qui se produisent, au fur et à mesure que les individus avancent en âge, dans leur rapport à soi et au monde. Pour mener à bien cette exploration du vieillissement individuel, fondée sur plusieurs enquêtes par entretiens réalisées auprès de personnes retraitées d’âge varié – sexagénaires pour les plus jeunes, nonagénaires pour les plus âgées2–, nous retiendrons quatre pistes d’analyse complémentaires (Caradec, 2004) : l’étude des moments de transition qui jalonnent cette période de l’existence ; l’analyse de la « déprise » ; l’observation du positionnement des personnes qui vieillissent par rapport à la catégorie de « vieux » ; l’examen des usages identitaires du passé.

I. LES TRANSITIONS BIOGRAPHIQUES, ÉTAPES DU VIEILLISSEMENT

  • 3 D’autres transitions peuvent, bien sûr, être étudiées comme, par exemple, l’entrée en maison de re (...)

4La première piste consiste à étudier ce qui se passe lors de moments de transition biographique qui, tels la retraite ou le veuvage3, ponctuent l’avancée en âge. Opérateurs de changements importants dans les modes de vie et dans le réseau relationnel, ces moments de transition constituent aussi des points d’observation privilégiés du processus de vieillissement.

  • 4 Ainsi, dans une enquête longitudinale réalisée, au début des années 1980, auprès de 1500 salariés, (...)
  • 5 On peut aussi souligner le rôle joué par les objets matériels dans l’accompagnement de la transiti (...)

5Dans les premiers travaux sociologiques menés en France sur la vieillesse, à la fin des années 1960, la retraite apparaissait comme « une mort sociale » (Guillemard, 1972), notamment pour les retraités les plus démunis en ressources qui menaient une vie végétative, marquée par « la reproduction détériorée des comportements déjà appris » et qualifiée de « retraite-retrait ». Quelque quarante années plus tard, les analyses sociologiques sur la retraite décrivent une réalité bien différente, à la fois parce que le regard s’est fait plus optimiste (dans les années 1960 déjà, on notait, parallèlement à la « retraite-retrait », des formes de vie à la retraite plus actives, telles que la retraite « revendication » ou la retraite « troisième âge ») et parce que la transition s’opère dans un contexte beaucoup plus favorable. Les nouvelles générations qui arrivent aujourd’hui à l’âge de la retraite se caractérisent en effet par un niveau d’études plus élevé, une composition sociale différente (elles comprennent davantage de cadres), une situation économique bien meilleure (au point que le niveau de vie des retraités est aujourd’hui proche de celui des actifs) et une vie conjugale plus fréquente (du fait de la baisse de la mortalité). Parallèlement, c’est le sens même de la retraite qui s’est transformé. La durée moyenne de la vie à la retraite a crû de dix ans entre 1960 et la fin des années 1990 (cinq ans du fait de l’augmentation de l’espérance de vie et cinq ans du fait des sorties précoces d’activité) : l’horizon de vie qui s’ouvre pour ceux qui cessent leur activité professionnelle est ainsi bien plus large qu’autrefois (Parant, 1996). Mais c’est aussi la diffusion des valeurs d’épanouissement et de réalisation de soi qui a contribué à faire de la retraite une nouvelle étape de la vie, définie de plus en plus souvent comme un moment de reconversion, d’engagement dans de nouvelles activités et dans des rôles socialement valorisés comme ceux de grand-parent ou de bénévole, un moment aussi où il devient possible de faire ce que l’on n’a pas eu le temps de réaliser auparavant. En un mot, la retraite est aujourd’hui devenue désirable : elle n’apparaît plus comme l’antichambre de la mort, mais comme le début d’une nouvelle phase, plutôt heureuse, de l’existence. Aussi la transition de la retraite est-elle, dans l’ensemble, et contrairement à ce que l’on pense souvent, plutôt bien négociée puisque seule une frange minoritaire de personnes semble vivre la fameuse « crise de la retraite »4. Parallèlement, si le passage à la retraite se déroule le plus souvent « en douceur », c’est grâce à l’activation d’un certain nombre de mécanismes psycho-sociaux : la « désocialisation professionnelle anticipée », qui consiste, dans les derniers temps de son activité professionnelle, à prendre peu à peu ses distances avec elle ; la mobilisation par le nouveau retraité de « ressources identitaires », qu’il s’agisse de compétences professionnelles susceptibles d’être réinvesties ou de ressources en « creux » c’est-à-dire d’identités potentielles (ce qu’il a fait autrefois et qu’il a dû abandonner ou ce qu’il n’a jamais pu faire à son grand regret) qu’il transforme en identités effectivement investies ; le soutien apporté par les proches5, notamment le conjoint qui peut soutenir les engagements initiés par le nouveau retraité ou même l’inciter à entreprendre telle activité nouvelle. Et c’est lorsque certains de ces mécanismes sont bloqués –par exemple quand le conjoint constitue une entrave à la redéfinition de soi ou quand l’engagement dans l’activité professionnelle est tel que la désocialisation professionnelle anticipée ne peut s’opérer– que le franchissement du cap de la retraite se révèle difficile.

6Le décès du conjoint –la mort de l’« autre par excellence », pour reprendre l’expression de Berger et Kellner (1988) qui souligne l’importance, dans la modernité, de la vie conjugale – constitue un événement autrement douloureux que la retraite, et plus souvent vécu par les femmes. La surmortalité des personnes veuves par rapport aux personnes mariées, très forte dans la première année qui suit le décès du conjoint, en témoigne. L’expérience du veuvage est d’abord celle du vide, l’impression de vide dans la maison faisant écho au sentiment de vide intérieur. Elle est aussi celle de la solitude, particulièrement douloureuse pendant les repas, les soirées et en certaines circonstances comme les repas de famille. Le décès du conjoint impose un « travail biographique » (Strauss, 1992), qui consiste notamment à réorganiser sa vie quotidienne et à établir un nouveau rapport au disparu. Ce « travail biographique » prend des formes très variées, qui vont du repli sur soi à l’ouverture sur autrui, de la réduction des activités au développement de centres d’intérêt nouveaux, du sentiment d’une amputation et d’un affaiblissement de soi à l’expression d’une certaine libération. Le plus souvent, cependant, c’est la stabilité de l’identité qui prévaut. Tout d’abord, parce que les possibilités d’investissement dans de nouvelles activités – et donc d’expression de nouvelles potentialités de soi – sont d’autant moins nombreuses que le veuvage est « tardif » et que des conditions défavorables (des problèmes de santé, la « démotorisation », une baisse importante des revenus) limitent la possibilité de nouveaux engagements. Par ailleurs, la stabilité identitaire renvoie à la forte présence du conjoint décédé. En effet, le veuvage ne marque pas la fin du lien conjugal, mais sa reformulation. À travers le travail de la mémoire – qui n’est pas seulement mental, mais repose sur la manipulation d’objets matériels – s’établit un nouveau rapport avec le conjoint, qui est marqué le plus souvent par une grande proximité avec lui, y compris dans les cas de recomposition conjugale.

II. AU CŒUR DU VIEILLISSEMENT, LA DÉPRISE

7L’étude des transitions biographiques qui accompagnent l’avancée en âge doit être complétée par une réflexion sur ce qu’a de spécifique le vieillissement au grand âge. De ce point de vue, une notion apparaît particulièrement utile, celle de « déprise »–notionquel’ondoitàuneéquipedesociologuestoulousainsqui, autour de Serge Clément et de Marcel Drulhe (Barthe, Clément, Drulhe, 1988), ont réactualisé la théorie du désengagement (Cumming, Henry, 1961) tout en corrigeant ses aspects les plus contestables (Caradec, 2005).

  • 6 On pourra noter que la notion de déprise n’est pas sans évoquer celle d’« optimisation sélective a (...)

8La déprise peut être définie comme le processus de réaménagement de la vie qui se produit au cours de l’avancée en âge, au fur et à mesure que les personnes qui vieillissent sont confrontées à des problèmes de santé, à des difficultés physiques croissantes, à une fatigue plus prégnante et à une baisse de leurs « opportunités d’engagement ». Ce réaménagement de l’existence est marqué par l’abandon de certaines activités et de certaines relations, mais il ne s’y résume pas. En effet, les activités et les relations délaissées sont susceptibles d’être remplacées par d’autres qui exigent moins d’efforts. Ainsi, la déprise consiste, pour les personnes qui vieillissent, à poursuivre certaines de leurs activités antérieures sur une plus petite échelle : elles continuent à conduire, mais plus sur de longs trajets ; celle qui avait un jardin potager réduit peu à peu la surface cultivée, puis y renonce pour prendre soin de quelques plantes ; celle qui a été une parfaite ménagère tout au long de sa vie – et qui était fière de bien « tenir sa maison » – en vient à déléguer certaines tâches tout en s’efforçant d’en conserver quelques-unes sur lesquelles elle se concentre ; telle autre, qui allait régulièrement à la messe, la regarde désormais à la télévision. La déprise est ainsi un processus actif à travers lequel les personnes qui vieillissent mettent en œuvre des stratégies de reconversion de leurs activités, de manière à s’économiser et afin de continuer à faire ce qui a le plus de signification à leurs yeux6.

9La notion de déprise présente le grand intérêt de décrire un mouvement général –un mouvement de reconversion sur fond de réduction des activités– et d’étudier de quelle manière il se décline en fonction des contextes physiologiques et sociaux, très divers, dans lesquels s’inscrivent les trajectoires individuelles de vieillissement. La déprise, en effet, se produit sous l’effet de certains « déclencheurs » et ce sont ces déclencheurs qu’il convient d’analyser avec la plus grande attention. On peut en signaler quatre. Citons, tout d’abord, les problèmes de santé et les déficiences physiques, en insistant sur le fait qu’il convient non pas de les envisager comme des déclencheurs purement personnels de la déprise, mais de les appréhender dans leur rapport à l’environnement. Car être en « prise » sur le monde suppose une adéquation avec l’environnement matériel, et c’est parfois l’incompatibilité entre les compétences physiques et l’environnement qui provoque la déprise : pensons, par exemple, aux difficultés que certaines personnes âgées éprouvent pour monter dans les bus, difficultés qui peuvent les amener à abandonner certaines de leurs activités extérieures. Deuxième déclencheur de la déprise : la fatigue, le manque d’envie, le sentiment de ne plus pouvoir suivre qu’expriment des personnes âgées qui peuvent être en bonne santé physique et mentale. En troisième lieu, la déprise provient de la raréfaction des « opportunités d’engagement ». On observe un tel phénomène au moment de la disparition de proches, notamment après le décès du conjoint, car ces disparitions ont pour conséquence l’abandon des activités qui étaient réalisées en commun et qu’il n’est pas facile de remplacer. On l’observe également lorsque les petits-enfants deviennent adolescents, puis adultes, et sollicitent moins souvent leurs grands-parents. En quatrième lieu, les interactions avec les proches sont parfois décisives pour provoquer l’arrêt de certaines activités : c’est le cas notamment de la conduite automobile lorsque les enfants craignent un accident et incitent leur parent âgé à ne plus conduire.

  • 7 Que l’on songe, par exemple, à certaines carrières politiques ou artistiques.

10À travers l’analyse des déclencheurs de la déprise, c’est le caractère plus ou moins accentué du phénomène et, au-delà, la très grande diversité des trajectoires de vieillissement, qui émergent. Certaines personnes, en effet, cumulent les difficultés : elles voient leurs problèmes de santé s’aggraver, leur fatigue s’accroître, leurs opportunités d’engagement diminuer, leurs proches se montrer plus inquiets. Aussi sont-elles amenées à s’engager dans des réaménagements de plus en plus importants de leur existence, jusqu’à abandonner des activités à leurs yeux essentielles – au point que l’ennui envahit leur quotidien et que certains se mettent à vivre dans un « entre deux » entre la vie et la mort, marqué par une « présence intime de la mort » (Clément, 1994). À l’inverse, d’autres personnes demeurent, à un âge très avancé, investies dans de nombreuses activités : en bonne santé, connaissant peu de difficultés physiques malgré leur grand âge, continuant à bénéficier d’opportunités d’engagement7, leur déprise prend davantage la forme d’une reconversion que d’une réduction d’activités. Ainsi, les ressources en termes d’état de santé et d’opportunité d’engagement, socialement inégales, génèrent des trajectoires de déprise fortement différenciées.

11Signalons enfin un autre phénomène qui, parallèlement à la déprise, accompagne le processus de vieillissement au grand âge : le développement d’un sentiment d’étrangeté au monde. On observe, en effet, qu’avec l’avancée en âge, de plus en plus nombreux sont ceux qui ont du mal à comprendre la société dans laquelle ils vivent et éprouvent des difficultés croissantes à y adhérer. Ce sentiment d’étrangeté par rapport au monde d’aujourd’hui se forge à travers une pluralité de mécanismes : la disparition des contemporains qui ont traversé les mêmes époques et avec lesquels il y avait une connivence ; les transformations de l’environnement ; certains programmes diffusés par les médias, avec lesquels les personnes âgées se sentent en décalage et qui leur signifient combien elles sont d’une autre époque.

III. LE POSITIONNEMENT DE SOI PAR RAPPORT À LA CATÉGORIE DE « VIEUX »

12La troisième piste d’analyse du vieillissement individuel consiste à se demander de quelle manière les personnes qui avancent en âge se positionnent par rapport à la vieillesse. À partir d’un certain âge, il paraît difficile, en effet, d’échapper à la question de savoir si l’on fait désormais partie des « personnes âgées » ou des « vieux ». Les propos tenus par des octogénaires et des nonagénaires montrent qu’il est deux manières de répondre à cette question : soit en considérant que l’on devient vieux, mais qu’on ne l’est pas encore, soit en reconnaissant que, désormais, on est vieux.

13Il est possible de préciser cette distinction idéale-typique en lui associant l’idée – inspirée des notions d’« identité narrative » (Ricœur, 1990) et de « récit sur soi » (Giddens, 1991) – selon laquelle l’identité passe par la mise en récit de sa propre histoire. Il apparaît alors que les deux modes de définition de soi que nous avons identifiés renvoient à deux manières différentes d’établir le lien entre le présent et le passé et de se projeter dans l’avenir. D’un côté, ceux qui affirment qu’ils ne se sentent pas vieux tiennent un discours qui établit une continuité avec le passé : ils n’ont pas le sentiment qu’il existe une rupture radicale entre ce qu’ils sont et ce qu’ils ont été. « Ça continue comme avant, malgré les difficultés » : tel est le leitmotiv de ces discours. Parallèlement, ils peuvent se projeter dans un avenir de « vieux » très différent de la réalité actuelle. De l’autre, ceux qui reconnaissent qu’ils sont vieux ont le sentiment d’une rupture dans leur existence –qu’ils parviennent souvent à dater – et d’être devenus autres qu’ils étaient. Le leitmotiv est ici : « Maintenant, je ne suis plus comme avant ». Et, n’attendant plus aujourd’hui que la mort, ils ne se projettent pas dans un avenir différent du présent.

14Il est important de souligner que cette définition « subjective » de soi n’est pas dans une relation mécanique avec la situation « objective » de la personne, chacun élaborant, à partir de sa situation présente et de son histoire, une mise en récit singulière de son vieillissement. On observe, en effet, que les éléments sur lesquels les personnes s’appuient pour établir la continuité avec leur passé –et se convaincre qu’elles ne sont pas vieilles – sont très divers : telle ou telle activité, la santé, les facultés intellectuelles, le caractère, l’intérêt pour l’actualité, etc. On ne peut donc, en conséquence, inférer de la simple description d’une situation ou d’un mode de vie de quelle manière la personne se positionne par rapport à la vieillesse – même si, en tendance, la définition de soi comme « vieux » est d’autant plus probable que les changements « objectifs » sont importants et que la déprise est forte. Ajoutons qu’étant donné le caractère idéal-typique des deux postures présentées, certaines situations sont marquées par l’ambivalence et l’indécision quant à la manière de se définir par rapport à la vieillesse, indécision qui tient notamment à la grande hétérogénéité des éléments sur lesquels il est possible de s’appuyer pour établir la continuité ou la discontinuité avec le passé. Certaines personnes paraissent ainsi en quête de « signes » qu’elles puissent interpréter afin de déterminer si elles sont vieilles ou si elles ne le sont pas encore.

15Par ailleurs, l’analyse des entretiens amène à relativiser le rôle joué par les interactions avec les autres dans la définition de soi comme « vieux » ou comme « non vieux ». Selon certains points de vue théoriques, les autres procéderaient –par leurs regards et par leurs propos – à des étiquetages qui enfermeraient les « vieux » dans la vieillesse. C’est ainsi que l’existentialisme sartrien a fait du regard d’autrui le véritable opérateur du sentiment de vieillir : « En moi, c’est l’autre qui est âgé, c’est-à-dire celui que je suis pour les autres : et cet autre, c’est moi » écrit Simone de Beauvoir (Beauvoir, 1970, p. 303). Quant à l’interactionnisme symbolique, qui insiste sur la manière dont l’identité personnelle se forge en réaction aux images de soi renvoyées par les autres, il a conduit par exemple à forger la notion d’« âgisme interactif » pour désigner les interactions au cours desquelles une personne a le sentiment d’être perçue ou traitée comme vieille (Minichiello, Browne, Kendig, 2000). Cette manière de voir accorde sans doute trop de poids au pouvoir d’assignation identitaire du regard d’autrui, en oubliant, d’une part, que les autres sont multiples (et leurs regards pas nécessairement homogènes) et, d’autre part, que les attributions identitaires qu’ils opèrent peuvent être rejetées comme non pertinentes. Si les autres interviennent dans la définition de soi comme « vieux » (ou comme « non vieux »), c’est de manière plus indirecte : comme « co-producteurs » de la déprise, nous l’avons vu, mais aussi en tant que points de comparaison avec soi. Le plus souvent, cette comparaison avec autrui consiste à se différencier de ceux qui vont plus mal que soi, ce qui permet de se rassurer sur le fait que l’on n’est pas si mal que cela. Une recherche, réalisée en Grande-Bretagne, montre d’ailleurs que la stratégie du « contraste descendant » – la comparaison avec quelqu’un que l’on juge moins bien que soi – est, de loin, la plus fréquente des stratégies de comparaison avec autrui utilisées par les personnes âgées – beaucoup plus fréquente que la stratégie du « contraste ascendant » qui consiste, elle, à se comparer avec quelqu’un qui va mieux que soi (Beaumont, Kenealy, 2003). L’adoption de cette stratégie apparaît d’ailleurs comme un déterminant de la qualité de la vie : « "S’estimer heureux" ("Counting your blesssings") constitue une stratégie particulièrement appropriée » concluent les auteurs de cette étude.

IV. LES USAGES IDENTITAIRES DU PASSÉ

16La quatrième et dernière piste d’analyse que nous proposons pour appréhender le vieillissement après la retraite consiste à prendre acte de l’importance du passé pour les plus âgés et à s’intéresser au rôle particulier qu’il occupe dans leur existence et dans leur construction identitaire. De ce point de vue, il est utile de distinguer trois modalités du recours au passé : la valorisation de soi, la reconstruction narrative de soi et la reviviscence.

17Tout d’abord, lorsque l’existence est marquée par l’abandon de nombreux engagements antérieurs et par une moindre sociabilité, comme c’est le cas lorsque la déprise s’accentue, le passé constitue un point d’appui pour sauvegarder le sentiment de sa propre valeur. Ainsi, la valorisation de soi s’enracine dans les engagements marquants de l’existence. Parallèlement, elle se manifeste à travers le jugement favorable sur la société d’hier lorsqu’elle est comparée à celle d’aujourd’hui : l’appréciation du passé est alors, en même temps, une valorisation de soi.

18Il faut évoquer, ensuite, un phénomène dont le psychologue Erik Erikson a souligné l’importance et que la sociologue Bernadette Puijalon repère dans des récits autobiographiques d’écrivains âgés : le processus de « relecture de vie », de « bilan de l’existence », qui vise à donner une cohérence aux événements de son existence, à donner un sens au parcours accompli (Argoud, Puijalon 1999). Sans doute ce phénomène de reconstruction narrative de soi n’est-il pas propre à la grande vieillesse –la vie est ponctuée de moments de bilan. Il trouve cependant, chez les plus âgés, un terreau particulièrement favorable du fait de l’augmentation du temps qu’il est possible de consacrer à la méditation sur soi et de l’approche de la mort.

19Enfin, la troisième modalité du recours au passé, la reviviscence, consiste à se « brancher » sur le soi passé et procure un plaisir particulier : celui que l’on éprouve à renouer avec le passé, à (re)vivre des émotions ressenties autrefois, à se plonger dans l’ambiance d’une époque révolue. Ce phénomène bénéficie, dans la société actuelle, de l’existence d’efficaces médiateurs – les vieux films ou d’anciennes chansons diffusés par les médias – qui contribuent, tels la madeleine de Proust, à abolir la distance entre le présent et le passé.

CONCLUSION

20Posons-nous, pour conclure, la question du « bien vieillir ». Dans les années 1960, les théories gérontologiques ont proposé deux réponses fortement contrastées à cette question : d’un côté, la théorie dite « de l’activité » prônait une attitude volontariste visant à compenser la perte de certains rôles sociaux par de nouveaux engagements ; d’un autre côté et à l’inverse, selon la théorie du désengagement, le vieillissement réussi devait s’accompagner d’une prise de distance par rapport aux activités et aux relations antérieures, de façon à atteindre une certaine quiétude. Ces préceptes ne sont d’ailleurs pas sans rappeler des conceptions plus anciennes de la vieillesse, la conception augustinienne, dominante au xviie siècle, qui invitait au retrait du monde et à la méditation, et la conception cicéronienne, qui s’est développée au xviiie siècle et qui préconisait au contraire le maintien dans le monde et une activité poursuivie jusqu’au terme de la vie (Troyansky, 1992).

21L’analyse que nous avons développée invite à proposer une réponse moins tranchée. Elle invite, en effet, à poser que le principal enjeu, pour les personnes qui vieillissent, consiste à surmonter au mieux les épreuves constitutives de l’avancée en âge – franchir des moments de transition, faire face à la déprise, se positionner par rapport à la catégorie de « vieux ». Elles le font en mettant en œuvre des stratégies d’adaptation qui les amènent à renoncer à certains aspects de leur existence antérieure tout en conservant, aussi longtemps que possible, une « prise » sur le monde – des registres d’intérêt et des activités qui font sens pour elles. Ce processus d’adaptation rencontre cependant une double limite. D’une part, les personnes qui vieillissent sont diversement soumises aux épreuves dont nous avons parlé (par exemple, toutes ne connaissent pas le veuvage ; les déficiences physiques sont plus ou moins nombreuses et sévères) et elles disposent de ressources différentielles pour s’en protéger et pour les surmonter. De ce point de vue, il importe d’ailleurs de souligner que ces ressources ne sont pas seulement d’ordre « personnel » (force de caractère, capacités cognitives ou d’adaptation acquises au cours de l’existence) : c’est aussi faute d’« opportunités d’engagement » i.e. de sollicitations extérieures que les plus âgés sont amenés à renoncer et à se replier sur eux-mêmes. D’autre part, les adaptations à réaliser peuvent devenir si nombreuses qu’elles provoquent l’abandon d’activités essentielles aux yeux des personnes qui vieillissent : de la « déprise reconversion », on passe à la « déprise abandon » ; et du « devenir vieux », on bascule dans l’« être vieux ». Commence alors une nouvelle phase de la vieillesse, plus sombre, marquée par le sentiment d’un profond changement dans son existence, la conscience aiguë de la mort prochaine, parfois même le désir d’en finir avec la vie.

Anmerkungen

1 Professeur de sociologie à l’université de Lille 3.

2 Cet article reprend les grandes lignes et quelques résultats d’un ouvrage (Caradec, 2004) dans lequel ces enquêtes sont présentées en détail.

3 D’autres transitions peuvent, bien sûr, être étudiées comme, par exemple, l’entrée en maison de retraite ou, pour prendre un événement plus rare mais dont l’étude se révèle riche d’enseignements, la formation d’un nouveau couple (Caradec, 2004, ch.3).

4 Ainsi, dans une enquête longitudinale réalisée, au début des années 1980, auprès de 1500 salariés, il apparaît que seulement 15 % d’entre eux vivent difficilement leur passage à la retraite (Paillat, 1989) ; dans cette même enquête, l’hypothèse d’une surmortalité l’année qui suit la retraite se trouve invalidée. Dans une autre recherche réalisée en 2003 par l’Insee, il n’y a que 9 % des enquêtés pour considérer que le passage à la retraite a constitué pour eux une « mauvaise période » (Crenner, 2006).

5 On peut aussi souligner le rôle joué par les objets matériels dans l’accompagnement de la transition. En effet, c’est souvent en manipulant des réalités matérielles – en aménageant l’espace domestique, en triant et en rangeant ses affaires – que le néo-retraité pénètre dans cette nouvelle étape de son existence.

6 On pourra noter que la notion de déprise n’est pas sans évoquer celle d’« optimisation sélective avec compensation » proposée par les psychologues Paul et Margret Baltes (Baltes, 1997).

7 Que l’on songe, par exemple, à certaines carrières politiques ou artistiques.

Autor

Professeur de sociologie à l’université de Lille 3. Ses travaux ont largement contribué à développer en France, une sociologie de la vieillesse et du vieillissement.

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540