Version classiqueVersion mobile

Douanes, États et Frontières dans l’Est des Pyrénées de l’Antiquité à nos jours

 | 
Gilbert Larguier

Douanes, franchises et libertés. Quel avenir pour la république d’Andorre au XIXe siècle ?

Olivier Codina

Texte intégral

1Pays de frontière, l’Andorre se trouva mêlée aux divers flux de contrebande qui affectèrent les Pyrénées au XIXe siècle. Passage de réfugiés, d’armes, de bestiaux, de tabac, de produits alimentaires et de marchandises manufacturées destinés à la revente, constituaient les divers volets d’un commerce qui jouait de la frontière. Ces activités eurent de plus en plus mauvaise presse aux yeux des observateurs contemporains. La mise en place du service des douanes, succédant aux maîtrises des Ports, qui gommaient les particularités que l’on reconnaissait à la frontière pyrénéenne, ne pouvaient qu’y contribuer. Des gravures de Vuiller aux premières plaques photographiques, des récits de voyage aux écrits politique, le contrebandier passa tour à tour de l’image d’Épinal romantique de l’homme luttant seul contre les éléments afin obtenir de maigres subsides à celle du commerçant roublard, volontiers sanguinaire, dormant sur un matelas d’or qu’il amassait tant par avarice que pour nuire aux états voisins. Au vu des documents fournis par les archives, la réalité semble plus nuancée et surtout plus fluctuante. Le XIXe siècle ne fut pas un. Les acteurs changeaient, la diversité des produits impliquait l’application de logiques divergentes. Dans un siècle qui voyait s’affirmer la notion d’État-nation, le regard porté sur les vallées andorranes se modifia. Elles durent se repenser. Née sur le terrain économique, la polémique glissa sur le terrain de la politique. La souveraineté des vallées fut questionnée. Pouvait-il en être différemment dans un pays ou les privilèges douaniers constituaient l’un des fondements du pouvoir alors qu’au même moment la ligne de démarcation entre les deux États voisins s’affirmait définitivement ?

I. Les droits douaniers andorrans au début du XIXe siècle

  • 1 Arch. Nat., F1a 635/20a, 27 mars 1806.
  • 2 Ce paiement bisannuel que l’on faisait au roi de France, successeur des comtes de Foix, marquait to (...)
  • 3 A ce sujet, O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 187 (...)
  • 4 Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 1600.
  • 5 Les quotas auxquels avaient droit les Andorrans avaient été fixés à 1 000 charges de seigle, 1 200 (...)
  • 6 1 tonne de lard, 738 kg de haricots, 4,5 tonnes de fourrage, 10 000 réaux en argent ; Arx. Hist. Na (...)

2Le XIXe siècle andorran fut inauguré en 1806 par un décret de Napoléon Ier qui rétablissait le système politique antérieur à la Révolution1. Cet acte mettait fin à la situation de déséquilibre créée en 1793 par le refus des conventionnels de Foix d’accepter le versement de la questia qui revenait au roi de France car ils l’assimilaient à l’albergue, droit féodal aboli par la Révolution2. Cette négation avait abouti à une situation inédite puisque l’Andorre perdit l’un de ses souverains et que le parier du roi, l’évêque d’Urgell, tenta dès lors de mettre à profit cette période de désorganisation pour faire main basse sur la principauté3. En restaurant la co-souveraineté, l’empereur remit en vigueur les privilèges inclus dans l’arrêt du Conseil du roi de 8 décembre 17674. Cet arrêt reconnaissait les droits andorrans tout en constituant la première limitation chiffrée de ceux-ci puisque des quotas d’importation franches y étaient établis. Si elle outrepassait ces volumes, la population devait payer l’intégralité des droits comme pour les marchandises destinées à la revente hors des vallées5. Pour ce qui est du versant sud, la Catalogne et le royaume d’Espagne, le cadre juridique était clair. En faisant partie simultanément des Comtés catalans et du royaume, la principauté d’Andorre avait obtenu le droit de commercer librement tant que le négoce était destiné à sa consommation interne. Au cours des années 1811-1813, les vallées avaient approvisionné les troupes royales installées à la Seu d’Urgell. Au mois d’avril 1815, le syndic des Vallées effaçait l’arriéré et demandait en contrepartie au roi d’Espagne de renouveler les privilèges andorrans6. Ce fut chose faite en 1817.

3Dans le texte, le privilège octroyé aux Andorrans est très restrictif. En considérant seulement ce qui était pour leur usage, il interdisait pratiquement tout commerce inter-frontalier à des fins lucratives. Si on compare les volumes autorisés par ce statut à celui d’autres vallées pyrénéennes, ils s’inscrivent dans le cadre des échanges intercommunautaires communs à l’ensemble du massif. Seules les exportations de fer produit dans les vallées et de bétail andorran étaient franches.

  • 7 A ce sujet, J. F. Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, Toulouse, 1987, 2 vol., reéd. Toulouse, 2004

4Cette situation douanière se répercuta sur les affaires internes de la principauté puisque, pour les maîtres de forge ou les producteurs de bétail, le respect du cadre fixé par les privilèges garantissait la continuité de leur commerce alors qu’une frange de la population pouvait être tentée par le négoce illicite car elle n’avait que peu à perdre dans la privation de ses droits. L’opposition à la contrebande n’était, par conséquent, pas uniquement une affaire de services de douanes et l’oligarchie pastorale, qui contrôlait les divers conseils, ne pouvait qu’être disposée à limiter cette activité dans la mesure où une privation des franchises se révèlerait catastrophique pour leur négoce. Bien évidemment, l’Andorre n’échappait pas à son statut frontalier. Voie de passage entre Languedoc et Catalogne, la frontière n’était inviolable ni pour les trafiquants extérieurs, ni pour les habitants. Notons tout de même que l’adage « tous contre l’Etat » qui semble régir certaines régions et cette « dissidence » pyrénéenne qui caractérise le massif ne s’applique pas tout à fait de la même manière dans la principauté7.

II. Changement de gouvernement et réfugiés, maintenir le statu quo

5Son statut politique particulier transforma la principauté en refuge potentiel pour les immigrés fuyant les évènements qui secouaient l’Espagne de la première moitié du XIXe siècle. En 1808, l’arrivée de Joseph Bonaparte fit éclater la Guerra del Francés. En mars 1812, une constitution qui suivait les principes libéraux fut approuvée par les Cortes de Cádiz. Une fois revenu au pouvoir, en mai 1814, Ferdinand VII s’empressa de dissoudre les Cortes, ne reconnut pas la constitution de 1812 et entama la répression contre les libéraux. Ceux-ci passèrent alors à la clandestinité et certains se réfugièrent en Andorre.

  • 8 Arch. du ministère des Affaires étrangères, Arch. Dipl., cpa vol. 1, f° 138-146, retranscription pa (...)
  • 9 Arch. du ministère des Affaires étrangères, Arch. Dipl., cpa, vol. 1, f° 144.

6En 1820, le soulèvement libéral dirigé à Cadiz par le colonel Quiroga et le commandant Riego, qui avait l’appui de Barcelone, de Saragosse et de La Corogne, obtint que Ferdinand VII s’engage à respecter la constitution de 1812 au grand dam des plus fervents partisans de l’absolutisme. C’est dans ce contexte que, le 13 juin 1820, Antoni Valls rédigea le premier texte où l’on posait la question de l’indépendance andorrane8. Ce capitaine d’infanterie à la retraite avait une position libérale et il « s’engageait dans la laborieuse tâche de traiter de l’existence, l’origine et les circonstances de vingt villages, six paroisses et plus de cinquante chapellenies, circonscrits dans la démarcation de Catalogne, qui se nomment pays libre, qui se disent soustraits ou séparés du territoire espagnol, et qui croient n’appartenir à aucun des royaumes, ni celui d’Espagne dans lequel ils se trouvent, ni celui de France dont ils sont voisins ». Le portrait qu’il dressait des vallées n’avait rien de flatteur. La nation espagnole n’exerçait aucun contrôle ni souveraineté sur ce gouvernement qui s’obstinait à désobéir aux ordres de Madrid, à protéger ouvertement les contrebandiers, les déserteurs et, surtout, les absolutistes. L’indépendance andorrane n’avait aucune raison d’être, les vallées étaient espagnoles. À la suite de la présentation de ce mémoire aux Cortes de Madrid, la capitainerie générale de Catalogne demanda au syndic un rapport détaillé sur le pays. Elle voulait être informée sur la population, l’agriculture, l’industrie et le commerce andorran. Le syndic répondit qu’il pouvait obtempérer seulement si un changement du statut politique andorran avait eu lieu ; les vallées n’étant pas assujetties au pouvoir espagnol, la demande n’émanait pas d’une autorité compétente9. Parallèlement, le syndic s’empressa aussi de demander son appui au gouvernement français, informé de la situation par un fervent partisan de la Restauration, le viguier français Pierre Roch Roussillou, qui ne pouvait qu’épauler les arguments du syndic puisqu’il se dressait contre un ordre émanant d’un gouvernement libéral. Pendant ce temps, à l’extérieur, les traditionalistes s’appuyaient sur la Sainte Alliance qui cherchait à enrayer le développement des idées libérales. En 1822, la Seu tomba aux mains des troupes absolutistes commandées par Antonio Marañon et le 15 août était constituée la régence d’Urgell. En 1823, les Cent mille fils de Saint Louis entraient en Espagne, le régime libéral avait vécu au bout de trois ans (1820-1823). En Andorre, la fermeté de la position française qui refusait tout interventionnisme espagnol, puis le changement du gouvernement espagnol en 1823, mirent un terme au débat engendré par le pamphlet d’Antoni Valls, ce qui rendit inutile l’envoi de troupes. Cependant, les questions soulevées à ce moment-là furent récurrentes tout au long du siècle.

  • 10 Au même moment, en 1822, le préfet des Pyrénées-Orientales considère qu’il y a 4 000 réfugiés en Ro (...)
  • 11 E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari..., op. cit., doc. 17, p. 21.

7Dans la pratique, cette période de troubles amena son lot de réfugiés. Le gouvernement absolutiste installé à la Seu en 1822 organisa la répression des libéraux10. Cependant, face à l’avancée des troupes constitutionnelles, l’évêque d’Urgell, Bonifaci Lopez Pulido, et les chanoines de la cathédrale qui avaient appuyé la mise en place de la régence d’Urgell, durent demander l’autorisation de passer en Ariège. De nombreux soldats royalistes se réfugièrent dans les vallées11.

  • 12 Ce mouvement se fondait essentiellement sur le refus des mesures libérales que le roi avait prises (...)
  • 13 Arch. dép. Ariège, 1 Z 23, no 26.
  • 14 Arch. Nat. de Paris, F1A 635/20a, doc. 27.
  • 15 Ibid., F1A 635/20a, doc. 31.

8En 1823, lorsque Ferdinand VII retrouva son pouvoir absolu, débuta la période de la Dècada Ominosa (1823-1833) au cours de laquelle eut lieu le soulèvement des Malcontents (1827-1828)12. Le mouvement migratoire s’inversa. Cette fois, des libéraux vinrent s’abriter en Andorre. En mars 1824, le préfet de l’Ariège demandait au viguier, Pierre Roch Roussillou, de vérifier l’exactitude des informations qui lui étaient parvenues selon lesquelles « un grand nombre de miliciens volontaires se sont réfugiés en Andorre, et que, de là, ils entretiennent une correspondance criminelles soit avec l’Espagne..., soit avec leurs compatriotes... qui sont venus chercher un asile en France »13. En septembre 1825, l’évêque, revenu à la Seu, prit des mesures contre « cette multitude de malfaisants qui infestaient la région »14, interdit la présence de toutes les personnes incapables de présenter un passeport délivré par la police d’Urgell. Tout Andorran recevant un étranger pour la nuit sans en référer au viguier ou au juge serait poursuivi pour atteinte aux privilèges. Les autorités andorranes étaient tenues d’arrêter les réfugiés lorsqu’elles en recevraient la demande. Comme à leur habitude, les autorités locales en appelèrent au contre-pouvoir naturel : le gouvernement français. Le 6 octobre 1825, le général commandant la division des Pyrénées-Orientales fit savoir au ministre d’État que l’évêque venait de rendre une ordonnance par laquelle il enjoignait aux autorités des vallées d’arrêter tous les étrangers sans papiers en règle, et tous les individus soupçonnés d’être des assassins, des voleurs, ou des révolutionnaires. « Cette mesure a déjà eu comme résultat de faire fuir de ce pays une infinité de vagabonds, dont les excès donnaient beaucoup d’inquiétude aux habitants, et qui craignent d’être mis entre les mains de la justice ». Le 16 octobre, le marquis de Clermont-Tonnerre, secrétaire d’état à la Guerre, s’adressait au ministre de l’intérieur afin de lui faire savoir que cette mesure épiscopale, même si elle avait évité l’entrée des troupes espagnoles sur le territoire andorran puisque les étrangers avaient fui, était un acte de souveraineté de l’évêque et constituait « une atteinte à l’indépendance des autorités de ce pays neutre, indépendance placée sous l’autorité du roi ». L’évêque s’en prenant aux libéraux qui n’avaient pas la faveur des autorités françaises, la réaction française n’alla pas plus loin que cette procédure15.

  • 16 Arxiu Capitular d’Urgell, 978 bis, fons correspondència 1828-1836, no 309 et 312.

9En 1830, la révolution de Juillet plaça la principauté dans une situation difficile, entre un gouvernement libéral et un nouvel évêque, Simó de Guardiola, fermement ancré dans la mouvance absolutiste. En 1831, les révolutionnaires espagnols se plaignirent au préfet de l’Ariège du refus d’asile et des persécutions exercées par les autorités andorranes a leur encontre. Le 14 avril, l’évêque dicta la conduite à tenir au syndic et rédigea la réponse à faire à la virulente réaction du préfet de l’Ariège16. En gros, le refus des Andorrans était présenté comme un acte d’équité envers le gouvernement espagnol pour lequel ils ne pouvaient avoir que de la gratitude, raison pour laquelle ils ne pouvaient coopérer avec des individus hostiles à celui-ci. De plus, le gouvernement français n’acceptait pas que les libéraux s’installent sur la frontière et des camps étaient prévus pour les fixer. La position du Conseil allait, par conséquent, dans le sens de cette politique et elle n’était nullement tournée contre l’autorité française, contrairement à ce qu’affirmaient les révolutionnaires. Ces derniers avaient menti lorsqu’ils affirmaient que les troupes les poursuivaient sur le territoire andorran ou que l’on avait livré des hommes aux autorités espagnoles. « Ils sont entrés seulement deux fois et cela résultait d’une combinaison impliquant les autorités françaises, celle de l’évêque et de la principauté » et les autorités des vallées ne pouvaient être tenues pour responsables des « surprises nocturnes que perpétrèrent les troupes d’Urgell comme cela eut lieu au temps de la constitution, lorsque par surprise ils prirent D. Juan Roca, l’actuel commandant du bataillon de sécurité publique de la dite cité ». La neutralité des vallées n’avait jamais été un sauf-conduit pour que les réfugiés puissent continuer leurs crimes depuis leur refuge17. Dans la politique des syndics, dictée par l’évêque, il ne faut pas voir une obligation ; les syndics de l’époque, Picart d’Encamp et Areny d’Ordino, étaient des sympathisants absolutistes proches du pouvoir épiscopal.

III. 1833-1868, une politique espagnole de plus en plus interventionniste

  • 17 Au facteur strictement politique il faut ajouter un facteur social, comme le fait remarquer Josep F (...)
  • 18 Ce fut le cas pour Bernardo Francés Caballero, de Bonifaci Lopez Pulido, Simó de Guardiola et Josep (...)
  • 19 Pour une vision plus détaillée des événements pendant cette guerre, E. Lopez, J. Peruga, « Andorra (...)
  • 20 E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari..., op. cit., doc. 32, p. 149-151.
  • 21 Il s’agit de l’armement que devait posséder chaque chef de maison susceptible d’être appelé par le (...)
  • 22 « En vista de las muertes ocurridas días atrás en la parroquia de Ordino », De B. Porredon à J. Pic (...)
  • 23 À partir de la description de ce voyageur il pourrait s’agir du lieu-dit des bordes d’Envalira au-d (...)

10En 1833, Ferdinand VII abolissait la loi salique afin que sa fille Isabelle II puisse lui succéder. Les défenseurs de la monarchie se regroupèrent derrière le prétendant mâle, le frère du roi, Carlos María Isidro, qui s’opposait à Isabelle. De fait, il s’agissait d’une opposition entre libéraux, partisans d’Isabelle, et défenseurs de l’Ancien Régime (carlistes)17. En Andorre, la situation se joua entre les évêques successifs, traditionnellement partisans de la cause carliste18, et un coprince français passé dans le camp libéral après la Révolution de Juillet. Refuge pour les carlistes pendant la première Guerre carliste (1833-1840), la principauté était menacée par le gouvernement espagnol19. Le 22 juin 1834, un accord fut signé entre le commissaire espagnol délégué en Andorre, Fidel Periu, et le Conseil Général20. Les habitants ne pouvaient posséder que les armes obligatoires21 et n’avaient pas le droit de les vendre. Interdiction était faite d’héberger les étrangers dépourvus de passeport délivré par la police de la Seu ou de Puigcerdà avec obligation de dénoncer ceux qui ne pouvaient montrer ce document. Tout Andorran prenant les armes ou communiquant des renseignements aux carlistes perdrait ses droits et serait exilé. En gros, les libéraux rendaient la monnaie de leur pièce aux absolutistes. Le 20 juillet 1835, Bartolomé Porredon dit Ros d’Eroles, chef carliste, menaça le syndic, Josep Picart, de représailles si les autorités continuaient à tolérer que les troupes isabellistes aillent molester les familles carlistes réfugiées en Andorre, notamment à Ordino où l’un de leurs refuges attitrés était la maison Areny. Dans sa lettre, Eroles mentionne l’assassinat de carlistes intervenu à Ordino quelques jours auparavant22. Le voyageur écossais, James Erskine, qui passait alors aux Escaldes, confirme ses dires puisqu’il trouva la population en grand émoi car, après l’assassinat des quatre officiers carlistes réfugiés à Ordino, une bande assez nombreuse de carlistes était entrée dans la principauté et avait brûlé l’un des villages les plus reculés des vallées23.

  • 24 De J. Picart au ministre des Affaires étrangères, Arch. dép. Ariège. 1 Z 23, no 188.
  • 25 Au sujet de cette convention signée en 1843, Le colonel Ulrich écrivait que l’amende prévue ne fut (...)

11Le gouvernement français fut sollicité par Josep Picart, en janvier 183624. Picart employait les arguments coutumiers, la tradition de la protection française afin de garantir la neutralité, la loyauté qui avait caractérisé les relations avec le gouvernement espagnol dès qu’Isabelle régna. Il en voulait pour preuve que les Andorrans avaient poursuivi les habitants qui avaient fait parvenir des munitions aux bandes carlistes, qu’ils avaient accepté la présence du commissaire spécial, que ce dernier avait eu accès libre à toute la principauté et qu’ils avaient approuvé l’accord de 1834. Il ajoutait que, contrairement aux dires du gouverneur d’Urgell, seules les familles pacifiques, les femmes et les enfants possédant les papiers officiels, étaient admis en Andorre. Le syndic ne pouvait les faire renvoyer au risque de devoir essuyer les représailles des bandes carlistes. Le gouvernement français s’opposa alors aux mesures de rétorsion dont les autorités espagnoles menaçaient les Andorrans (fermeture de la frontière, entrée des troupes, etc.), mais insista sur la neutralité que devait respectable pays. Il ne fallait accepter que des réfugiés pacifiques, c’est-à-dire non militants25. A partir de 1837, la reprise en main des troupes d’Isabelle par le baron de Meer, capitaine général des armées, fit reculer les carlistes ; les villes de Solsona, Ager et Ripoll furent reprises. Les Pyrénées constituant l’un des principaux bastions des troupes carlistes, la tension resta forte jusqu’au mois de juillet 1840 lorsque les troupes de Don Carlos repassèrent la frontière.

  • 26 Vétéran des campagnes sur la frontière nord, il connaissait bien la situation d’Andorre, ce que l’o (...)
  • 27 B. Ulrich, Apuntes sobre los valles..., op. cit., p. 397.
  • 28 Arch. dép. Ariège, 1 Z 100, no 1.
  • 29 Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3652.

12Au lendemain de la guerre, le capitaine général de Catalogne, Antonio Van-Halen26, imposa la présence d’un nouveau commissaire, le colonel Bonifacio Ulrich, et la signature d’une nouvelle convention le 31 mai 1841. Celle-ci donnait davantage de pouvoir au commissaire espagnol. Dorénavant il pouvait demander l’exécution de perquisitions chez les habitants. Elle fut modifiée le 17 juin, le Conseil dut accepter que « les forces armées de S. m. C. la reine puissent entrer en territoire andorran pour poursuivre les malveillants, tels qu’assassins, voleurs, conspirateurs et perturbateurs de 1 ordre et de la tranquillité publique, sans perdre de temps en recourant au commissaire spécial. Dans ce cas, les autorités andorranes, apporteront leur aide à ces forces de la même manière qu’elles se sont engagées à le faire pour le susdit commissaire spécial »27. Malgré l’intervention véhémente du député de l’Ariège devant la chambre le 3 février 1843, qui fustigeait « le traité imposé par le sabre au syndic de l’Andorre »28, car il réduisait à néant la neutralité de ce pays que même l’empereur avait respectée, les autorités françaises ne réagissent pas. La diplomatie andorrane fut tenue en échec. Le 7 janvier 1847, les troupes carlistes de Borges et de Ros d’Eroles, venant d’Ariège, passaient par l’Andorre pour se diriger sur Cervera et les syndics furent accusés d’avoir collaboré. Le retour de bâton fut sévère. Le gouvernement espagnol bloqua la frontière et, en décembre, le Conseil dut accepter les conditions imposées par le gouverneur de la place forte d’Urgell afin d’obtenir la levée de l’embargo. Le syndic et le sous-syndic furent démis, ainsi que les deux consuls de Sant Julià sur lesquels pesait la suspicion de collaboration avec les carlistes29. La brièveté du conflit des Matiners mit assez rapidement fin à cet épisode.

  • 30 Arch. secrétes du Vatican, Nunciatura de Madrid 487, doc. 3. Pour le détail des événements : E. Mon (...)

13Jusque-là, la position andorrane s’était essentiellement contentée de chercher à conserver le statut des franchises en s’adaptant aux divers pouvoirs en place, même si, fondamentalement, la position des dirigeants inclinait en faveur des absolutistes. A l’extérieur, selon les factions au pouvoir, grosso modo, la principauté d’Andorre était tantôt considérée comme une survivance d’un passé révolu ou comme un modèle traditionnel prônant le respect des anciens et de la coutume. Cependant, dans ce bastion traditionaliste, les idées de la réforme ne pouvaient que progresser. L’un des premiers pas fut celui de l’abolition partielle de la dîme. Le Conseil général décréta unilatéralement la suppression de la dîme payée en espèces proportionnellement aux récoltes et son remplacement par un impôt fixe30. L’évêque, Simó de Guardiola, qui se trouvait alors en exil à Montpellier, en accepta le montant fixé par le Conseil, mais cet accord, obtenu de mauvaise grâce, fut la source de nombreuses querelles jusqu’au règlement complet du différend à la fin du siècle. L’ouverture de cette polémique au sujet des dîmes inaugura une nouvelle phase dans la politique andorrane. En posant la question de la dîme, c’est la seigneurie de l’évêque qui était, indirectement, mise sur la sellette. Le différend qui avait eu jusque-là essentiellement un caractère de politique extérieure devint un conflit interne.

IV. La contrebande économique

  • 31 L’une des rares mentions d’armes date de 1823 et fait référence à 53 fusils, 27 baïonnettes, 7 cano (...)
  • 32 B. Ulrich, Apuntes sobre los valles..., op. cit., p. 451.
  • 33 En 1855, une lettre du ministre de l’Intérieur destinée au préfet des Pyrénées-Orientales mentionne (...)
  • 34 J-P. Bobo, La contrebande..., op. cit., p. 65.
  • 35 De J. Picart à la Junta Superior Gobernativa del Principado de Cataluña, Arx. Hist. Nacional / Arx. (...)
  • 36 O. Codina, De fer et de laine..., op. cit., p. 621-721.
  • 37 B. Ulrich, Apuntes sobre los valles..., op. cit., p. 394.
  • 38 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 85-87.
  • 39 A. Hugo, France Pittoresque, Paris, 1835, t. 1, p. 183 et J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., (...)

14Depuis le début du siècle, l’essentiel de la controverse hispano-andorrane tournait principalement autour de la poursuite des réfugiés carlistes et de l’aide qu’ils recevaient des Andorrans. Le passage d’armes par les vallées est attesté, mais il est impossible à chiffrer. Le fer doux et l’acier andorran franchissaient continuellement la frontière, mais aucun témoignage ne mentionne le passage de lingots ou de produits manufacturés en fonte qui pourraient servir à l’armement. De même, il est impossible d’établir si ce trafic était uniquement le fait de partisans carlistes ou s’il donnait lieu à un trafic au sein des vallées31. Dans la principauté, la détention d’armes était strictement réglementée. Les chefs de familles susceptibles de constituer la milice (sometent) pouvaient posséder seulement une arme à feu, une livre de poudre, 24 balles et trois pierres à feu. Le colonel Ulrich estimait en 1848 que les vallées pouvaient mettre sur pied au maximum une troupe de 700 à 800 hommes, armés de « bonnes, moyennes et très mauvaises armes de feu »32. Il ne fait mention d’aucun dépôt d’armes33 et dans l’ensemble il semble que si l’Andorre fut l’une des voies de passage, il n’est pas évident qu’elle constitua une plaque tournante de ce trafic. De fait, si pour le proche Roussillon le trafic d’armes se fit à une échelle supérieure à celle de la région, il est fort probable que ce soit également le cas Andorre34. Au niveau général, une chose est sûre : la principauté avait tiré son épingle du jeu depuis la reprise du début du siècle. Économiquement, l’activité des forges avait atteint et même dépassé les seuils les plus élevés enregistrés à la veille des crises majeures qui sévirent au cours de la Révolution et de la Guerra del Francès. Bien évidemment, la production se réduisait temporairement quand la tension était trop forte et les régions que traversaient les muletiers se trouvaient directement affectées. Mais très vite la situation se rétablissait. Cela tenait essentiellement à la versatilité de la position des autorités où les maîtres de forge étaient en bonne place. Par exemple, en janvier 1840, alors que la victoire des troupes isabellistes semblait inéluctable, un sursaut des hommes de Don Carlos les conduisit à reprendre Ripoll en mai 1839 et Moià en octobre. Le 17 janvier 1840, Josep Picart, syndic des vallées et copropriétaire de la forge d’Encamp, s’empressait de demander le respect des privilèges aux autorités carlistes au vu « des amicales relations entretenues avec le gouvernement de Don Carlos »35. Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi les forges du Serrat et d’Ordino ne chômèrent pas une seule année entre 1801 et 184536. Cette aide aux carlistes motivée par des raisons économiques n’était pas passée inaperçue chez les contemporains puisque Bonifacio Ulrich affirmait que les muletiers andorrans n’étaient pas molestés sur les routes catalanes et que les troupeaux en transhumance étaient plus en sûreté dans la plaine d’Urgell que les troupeaux espagnols37. Ces marchés fournisseurs de travail ne pouvaient que constituer un frein au développement massif de la contrebande. D’autant que les principaux membres du conseil avaient tout intérêt à contrarier son expansion. Les quelques témoignages dont nous disposons semblent aller dans ce sens. Par exemple, au cours de l’été 1835, James Erskine associait la contrebande qu’il avait pu observer au ravitaillement des troupes carlistes, il s’agissait d’un passage organisé par les troupes rebelles38. C’est aussi l’idée qu’expose Abel Hugo puisqu’il considérait que « toute industrie commerciale est libre en Andorre, il n’y a ni droits de douanes ni droits quelconques sur les objets de commerce, mais cette liberté est peu favorable à la contrebande chez un peuple essentiellement cultivateur et pasteur »39.

  • 40 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 137.
  • 41 Encore faut-il ajouter que certains Andorrans pouvaient s’associer à ces bandes, comme Joan et Nico (...)

15La réalité était plus complexe. L’aubergiste de l’Hospitalet disait qu’en Andorre « on ne voit que des mineurs et des contrebandiers »40. Les affirmations du consul des Escaldes à propos de l’une de ces bande d’Espagnols sont plus explicites : « ce sont les contrebandiers les plus audacieux de la frontière, ils connaissent les passages trop bien pour que les douaniers puissent les attraper... ce sont de tels desperados qu’ils me tueraient si c’était leur intérêt. Je connais des contrebandiers à qui je confierais tout ce que je possède, et qui ne feraient de mal à personne, sauf en exerçant leur métier ». Crime présentable pour l’un et ignominieux pour l’autre, il considérait par conséquent qu’il y avait deux types de trafics. L’un dangereux exercé par des étrangers qui usaient de la frontière mais n’interagissaient pas avec la population. L’autre concernait aussi bien les Andorrans que les habitants des vallées voisines41. Ceux qui participaient à ce dernier exerçaient une occupation illicite, mais plus ou moins reconnue, qui s’inscrivait dans les échanges coutumiers aux Pyrénées que l’essor des services des douanes poussait de plus en plus dans l’illégalité. Malgré cela, il restait digne d’une certaine mansuétude.

  • 42 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 379-388.
  • 43 Ibid., p. 114.
  • 44 Il mentionne également « des vins généreux, de l’huile et du sel », P. Madoz, Diccionario geográfic (...)

16Le milieu du XIXe siècle marque l’apparition de la crise en Andorre. D’abord sensible sur le marché pastoral, puis, une dizaine d’années plus tard sur celui de la sidérurgie, ce phénomène de mévente causa la perte des forges et une réduction importante de l’élevage. Parallèlement à ce mouvement, la préoccupation principale des administrations douanières devint la contrebande. Une description de celle-ci est fournie par le colonel Ulrich42. L’un des produits phares était le tabac. Il était vendu directement par les cultivateurs en brisures pour la pipe, en cigarettes et en poudre à priser. Les acheteurs chargeaient des paquets de deux à quatre arroves (20,8 à 41,6 kg) qu’ils prenaient à deux réaux la livre et revendaient de trois à huit réaux après l’avoir passé en fraude par la haute Cerdagne. Le tabac se revendait en Cerdagne, Haut Urgell, Pallars, à Bagà et à la Pobla de Lillet. Selon Ulrich, l’une des plaques tournantes de ce trafic était Tuixén. Les produits manufacturés importés de France se vendaient essentiellement à Sant Julià où neuf boutiques étaient tenues par des Espagnols et des Français. L’essentiel des acquéreurs au détail venaient à Sant Julià lors des jours fériés et passaient les produits en les portant sur eux. Ces produits étaient distribués jusqu’à Agramunt, Lleida, Reus et Tortosa. Selon James Erskine, un magasin dans lequel trouvaient des denrées alimentaires, de la quincaillerie et de la soie était tenu par un français aux Escaldes43. Il est a noter que dans ce cas, à l’inverse, il s’agit de soie espagnole destinée aux Français. Ceci est confirmé par Pacual Madoz qui mentionne ce produit dans la liste de ceux introduits en fraude en France44.

  • 45 Il n’était pas loin de la réalité puisqu’en 1865 le syndic Joaquim de Riba comptait 425 juments de (...)
  • 46 O. Codina, De fer et de laine, op. cit., p. 436-452.

17Pour la contrebande du bétail, les Andorrans l’achetaient en France et le déclaraient sous la dénomination de bêtes d’Andorre. Ulrich estimait qu’il y avait au plus 400 juments dans la principauté45. Le nombre de mules andorranes déclarées annuellement à la frontière aurait supposé que les juments engendrent systématiquement plusieurs poulains à la fois ou qu’elles mettent bas plusieurs fois dans l’année. Il ajoutait que la hausse de la fécondité des juments correspondait toujours à des périodes de prix élevés sur les marchés catalans et que les foires les plus fréquentées étaient celles du Haut Urgell, notamment celle d’Organyà. Cette affirmation appelle deux remarques : en premier lieu, le passage n’était pas constant ; en second lieu, la région où l’on vendait les bêtes se serait contractée par rapport à celle du XVIIIe siècle46. Cette « fécondité merveilleuse » était également observable pour les ovins et les porcins.

  • 47 P. Madoz, Diccionario geográfico..., op. cit., vol. 2, p. 516.
  • 48 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 102.
  • 49 De Claramunt à José de Riba, Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n.
  • 50 J. Aviles, El Pallars, Arán y Andorra. Notas e impresiones de un viaje (1892), ed. Garsineu, Tremp, (...)
  • 51 Le passage par Puigcerdà se payait 50 réaux par tête ; de J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 1er jan (...)
  • 52 De J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 18 mai 1864, Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, (...)
  • 53 Même pour le commerce illicite les maisons n’étaient pas égales. Les deux fraudeurs d’Andorre compt (...)

18Ce texte, ce n’est pas une surprise, témoigne que la contrebande n’était pas une spécificité andorrane. Il montre également que la principauté n’emportait pas la plus grosse part du marché. Ulrich affirmait, qu’en un seul jour, il sortait de Cerdagne plus de produits « qu’il n’en passe en une semaine par l’Andorre ». Cela est partiellement confirmé par Pascual Madoz puisque « l’important trafic » se faisait depuis Sant Julià. Dans cette ville, il y avait huit boutiques « dans lesquelles sont vendus des produits et des artefacts de France qui sont facilement introduits en Espagne ». En contrepartie, « de ce dernier royaume à l’État voisin passent...de très petites quantités grâce à l’exquise vigilance et à la bonne organisation des douaniers français »47. Cependant, ces auteurs ne livrent aucun chiffre permettant d’évaluer le volume que pouvait atteindre ce trafic. Notamment, pour le tabac, lorsque Ulrich décrit la production agricole des diverses paroisses, il mentionne cette culture à Sant Julià, sur les terres les plus basses à Andorre et un peu à Encamp ; mais ni à la Massana, ni à Ordino, ni à Encamp. James Erskine écrivait à ce sujet qu’à Andorre « autour des maisons, se trouve invariablement une parcelle de la terre la plus riche consacrée à la culture du tabac ». Comme Ulrich, il ne mentionnait cette culture que pour les trois communes les plus basses48. La progression en altitude de cette culture ne se fit que plus tard. A Ordino, par exemple, les premières plantations de tabac n’eurent lieu qu’au début du XXe siècle et, pour les réaliser, il fallut attendre que M. Claramunt d’Agramunt, l’un des promoteurs de la société des tabacs andorrans (Tabacalera), importe de nouveaux plants plus résistants que ceux employés jusque-là49. À propos de ce tabac, J. Avilés écrivait en 1892 : « ce produit ressemble plus à du safran qu’à du tabac, il exhale une odeur pestilentielle et horrible, en tout point insoutenable et puante, il est impossible à quiconque ayant goûté un autre tabac, non pas de le fumer, mais de se tenir à quelques mètres de distance de quelqu’un qui le fume, tant les gaz qu’il émet sont corrompus et âcres »50. Si cette description est exacte, le marché potentiel pour cette production ne pouvait être que restreint. Cependant, le tabac passait aisément la frontière, mais les heures d’or du tabac andorran étaient à venir. Selon Ulrich, certains Andorrans étaient prêts à admettre la mise en place d’un quota douanier de manière à faire disparaître la contrebande qui était essentiellement le fait d’étrangers et de « mauvais compatriotes ». De fait, pour lui, c’était la meilleure solution pour endiguer la contrebande. Il est probable que, dans ce, il avait noirci le tableau. Dans cette tendance à l’exagération, s’ajoutait le type de sources qu’il avait utilisé. Les méthodes employées lui avaient été décrites par les contrebandiers eux-mêmes. A ce sujet, la correspondance du syndic Joaquim de Riba livre certains détails intéressants. Ainsi, le premier avril 1864, il écrivait à sa femme que les contrebandiers étaient des fanfarons qui exagéraient les chiffres. Les quatre principaux fraudeurs affirmaient qu’ils avaient gagné 4 500 livres barcelonaises, ce qui représentait le passage de 960 mules, chiffre auquel il ne croyait pas51 puisqu’il estimait qu’ils exportaient au plus une vingtaine de poulains par an52. Ulrich aurait par conséquent doublé le nombre de bêtes. De plus, il faut tenir compte qu’il citait le chiffre maximum puisque ce volume correspondait aux plus gros trafiquants53. Il est également nécessaire de différencier ce type de contrebande, qui nécessitait une certaine infrastructure et des contacts solvables, de celle du tabac qui se fondait essentiellement sur une vente surtout locale, une production vraisemblablement réduite et d’une qualité médiocre.

V. De la lutte contre la contrebande à la question politique

  • 54 L’hivernage des bêtes n’était pas modifié.

19Les propos tenus par Bonifacio Ulrich à propos de la contrebande durent obtenir des échos favorables puisque, le 15 novembre 1850, une nouvelle convention fut établie à la demande de Esteban León y Medina, gouverneur de la province de Lleida. L’objectif du débat était de limiter (poner coto) la contrebande du bétail, du tabac – cultivé dans les vallées – et des produits importés qui portait préjudice au trésor espagnol. Le quota fixé permettait l’introduction en Espagne de 400 mules ou chevaux, 60 ânes, 340 bovins, 3 100 ovins, 550 caprins, 100 porcins sans payer de droits car seuls étaient considérés les animaux élevés en Andorre. Les bêtes devaient être présentées à la douane de la Seu afin de recevoir un passeport autorisant la vente sur les marchés et foires, les invendus devaient être à nouveau présentés et marqués au leu de la marque R afin que l’on pût les distinguer54. Tous les autres animaux étaient astreints au paiement des droits. Pour le tabac, le Conseil se portait garant que toute la production serait vendue à la régie espagnole. Il s’engageait également à imposer une forte taxe aux boutiquiers pour éliminer l’écart entre les prix andorrans et espagnols. Seul le fer andorran portant la marque de la forge entrait en Espagne libre de droits.

  • 55 J. Sanchez de la Campa, El valle de Andorra. Origen de los privilegios y derechos de que disfrutan (...)
  • 56 Dans le but de noircir encore le tableau, il affirmait que le quota fixait le nombre de mules autor (...)
  • 57 À ce sujet, Ma. J. Lluelles, « Dues idees annexionistes : J. de la Campa i J. Carvajal », Butlletí (...)

20Dès sa mise en vigueur, cette convention suscita une opposition au sein même de l’administration espagnole. Le 21 novembre 1850, Juan M. Sanchez de la Campa rédigea un rapport dénonçant cet accord. Il s’agit d’un réquisitoire contre les Andorrans, ce « peuple qui hait toute sorte d’innovation [...] parce qu’il n’a aucune instiuction, qu’il est ignorant, égoïste ». Le commerce de la principauté n’est pas autre chose « que de la contrebande de mauvaise loi, réalisée à l’ombre de ce que l’on nomme privilèges »55. Tout au long d’une soixantaine de pages, il dénonce les droits andorrans, la contrebande et l’accord des quotas car le gouvernement espagnol ne pouvait pas faire établir une statistique pour les actualiser56. En conclusion, l’Andorre, cet état féodal, n’était pas indépendant et faisait partie de l’État espagnol. Il étayait son raisonnement sur des idées simples : l’évêque ne possédait plus que des droits ecclésiastiques sur la principauté puisque les pouvoirs avaient été séparés dans le royaume d’Espagne ; la Révolution française ayant aboli les droits féodaux, les prérogatives du gouvernement de Paris étaient annulées puisqu’elles lui venaient des comtes de Foix. Il affirmait aussi que le système du double lien de vassalité ne servait aux Andorrans qu’à éviter d’appartenir à une autre nation et, pour finir, que la formule de « république indépendante », que l’on employait au sujet de l’Andorre, ne correspondait à aucune réalité. Par conséquent, la couronne devait annexer la principauté57. Ce rapport eut comme première conséquence que la convention du 15 novembre 1850, établie par le gouverneur de Lleida et le Conseil Général, ne fut pas ratifiée par le gouvernement espagnol. En second lieu, il fixait les fondements d’un courant de pensée qui s’exprima en avril 1864 au Conseil d’Etat espagnol : soit l’Andorre était un pays indépendant et elle n’avait droit à aucun privilège douanier, soit elle renonçait à ce statut, elle intégrait alors le royaume et la frontière disparaissait.

21Au niveau interne, cette période se caractérise par l’un des conflits politiques majeurs que connut la principauté. Sans entrer dans le détail, il est à noter que l’opposition grandissait entre le parti des « jeunes », acquis aux idées nouvelles qui s’opposaient à la mainmise et aux abus commis par une minorité de caciques qui monopolisaient les conseils communaux et le Conseil général et les oligarques, gros éleveurs et membres des sociétés des forges, qui refusaient tout changement. Ce conflit latent depuis le début du siècle éclata au moment où les activités économiques principales des vallées connaissaient de grosses difficultés.

  • 58 Les effets de la crise combinés à cette nouvelle difficulté avaient des conséquences funestes. Il s (...)
  • 59 Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n„ de J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 14 août (...)
  • 60 Le droit de passage était de 30 sous par quintar, soit 16,6 % du prix du fer.

22Au niveau douanier, la période de la réforme est caractérisée par l’une des crises les plus sérieuses que connurent les relations entre Andorre et Madrid. A partir du 28 août 1863, les Andorrans durent payer les droits de douane58. Le syndic, Joaquim de Riba, passa la majeure partie de l’année 1864 à Madrid afin de débloquer la situation. Sous l’influence de la diatribe de J. M. Sanchéz de la Campa, la polémique, née de la contrebande, avait glissé sur le terrain de la reconnaissance de l’Etat andorran. Le dossier était passé du bureau du ministre des finances à celui du ministre d’État, et la question économique était passée au second plan. Le 16 décembre 1863, il obtint une suspension temporaire de quatre mois, mais celle-ci tarda à être communiquée aux gardes-frontières de la Seu. Les troupeaux transhumants étaient retenus dans la principauté. Un mois plus tard, le 12 janvier, deux envois de fer furent bloqués à la frontière. En août 1864, il écrivait à sa femme que le problème politique allait être résolu59, mais que, en contrepartie, il donnait pour perdu le retour aux franchises douanières. La situation ne se débloquant pas, et ne pouvant obtenir de sursis, il considérait que la sidérurgie andorrane était condamnée. De fait, les forges chômèrent cette année-là car la taxe rendait le fer invendable60. En 1865, Joaquim écrivait qu’il ne croyait plus que l’on pourrait ouvrir la forge.

  • 61 Évidemment, cela devait se faire sans que le gouvernement espagnol l’apprenne ; Arx. Hist. Nacional (...)
  • 62 En fait, ce dossier avait été constitué sous le mandat de Joaquim de Riba qui y faisait fréquemment (...)
  • 63 « La production n’atteint pas, loin s’en faut, les 500 quintaux alors qu’il y a plus de 2 000 fumeu (...)
  • 64 On ne fait plus mention des réfugiés alors que le 18 août 1867, dans un rapport de gendarmerie dest (...)
  • 65 Le bétail introduit en Espagne devait être muni d’un certificat signé du syndic, le fer devait obte (...)

23La politique suivie par le syndic se fondait d’une part sur la tentative d’obtenir un appui du gouvernement français, notamment en essayant de montrer l’intérêt que pouvait avoir l’État français à disposer d’un petit Gibraltar dans les Pyrénées qui lui permettait d’écouler des marchandises sur le marché espagnol61. D’autre part, il cherchait à faire prendre conscience aux Espagnols que cette décision ne pouvait qu’encourager la population à passer dans le camp des partisans de la France, ce qui ne manquerait pas de réduire à néant l’influence espagnole. Pendant cette période, la position de l’épiscopat était simple. En ne prenant pas parti, il laissait les choses suivre leur cours. Son attentisme était le meilleur moyen de faire pression sur les mouvements réformistes qui se développaient dans les vallées. De cette manière, l’évêque évita que les changements, qu’il croyait inévitables, n’affectent son statut de coprince qu’avait déjà affaibli la réforme des dîmes. Ce n’est qu’en 1866, après avoir ratifié la réforme minimaliste dont accoucha ce mouvement, que sa position se modifia. Les premières élections avaient également changé le syndic. Le 10 mai 1867, le nouveau syndic, Guillem Areny Plandolit, rappela au ministre des finances espagnol que lui et son Excellence l’évêque d’Urgell avaient constitué un volumineux dossier où étaient inclus les « fondements de huit siècles de jurisprudence »62. Il ajoutait que la nouvelle constitution rendrait impossible la contrebande du bétail, car elle avait mis un terme aux abus existants. Pour les autres produits, le trafic sur les marchandises manufacturées n’était pas réel, preuve en est le développement du commerce à la Seu, alors que celui de Sant Julià était ruiné. La production de tabac était si réduite et si mauvaise qu’elle ne servait qu’aux besoins du pays63. Cette fois, les arguments furent écoutés64. Le ministre d’État espagnol fit officiellement savoir au syndic que le gouvernement d’Isabelle II rétablirait le statut des franchises douanières car le but du gouvernement de sa majesté n’avait jamais été de ruiner les habitants des vallées et que cela était imminent65.

Conclusion

  • 66 Les salaires payés aux forges allaient de 1,5 à 3 francs la journée alors qu’un passeur recevait 1, (...)

24La réforme et le rétablissement des droits ne réglèrent que partiellement les problèmes. L’activité commerciale qui se développait depuis les vallées andorranes était réglée par les divers décrets. Commerçants et fraudeurs connaissaient les règles et en jouaient. Avant 1860, les forges produisaient et livraient du fer et, bien que réduit par rapport au XVIIIe siècle, l’élevage restait un secteur porteur. Par les salaires et l’argent qu’elles injectaient dans le circuit commercial andorran, ces activités avaient servi de frein à la contestation et, probablement, avaient indirectement réduit le rôle de la contrebande puisque, à salaire égal, voire même fréquemment supérieur66, les risques étaient bien moindres. A l’opposé, après cette date, la fermeture complète des forges au lendemain de la troisième guerre carline, l’importante diminution de l’élevage que traduit la perte de près de 50 % du cheptel ovin entre 1805 et 1874, au moment même où la pression démographique était à son maximum, ne laissaient que peu de solution à la population. Restaient l’émigration, qui comme ailleurs dans les Pyrénées devint forte à la fin du siècle, et le palliatif de la contrebande. Toutes les descriptions concordent, de François Regnault qui assurait en 1897 que l’on s’opposait à la création de bonnes routes « car bon nombre d’Andorrans vivent de la contrebande » au Vicomte d’Ussell qui affirmait en 1899 que « tout Andorran est contrebandier. Entre la France et l’Espagne, l’Andorre est toute faite pour être un dépôt de contrebande » : la fraude s’était intensifiée. De nouveau, un conflit commercial se produisit. En 1881, les deux frontières (espagnole et française) étaient fermées. Cette fois, la solution imposée par le gouvernement espagnol fut différente. Les accords douaniers de 1867 furent abrogés. L’Andorre indépendante, dépourvue d’accords commerciaux avec l’Espagne, perdit ses privilèges et fut désormais considérée comme n’importe quel pays étranger. Elle fut, par conséquent, astreinte au paiement de la première colonne des tarifs, c’est à dire les plus élevés. Du côté français, à partir de 1892, la presse débuta une campagne dénonçant le trafic, notamment le passage illicite d’ovins espagnols et l’importation puis la revente de tabac andorran en France à des prix plus compétitifs. En 1897, un quota fut rétabli, mais il ne concerna plus que le tiers des animaux déclarés par les éleveurs andorrans.

Notes

1 Arch. Nat., F1a 635/20a, 27 mars 1806.

2 Ce paiement bisannuel que l’on faisait au roi de France, successeur des comtes de Foix, marquait tout à la fois l’allégeance andorrane à la royauté et la reconnaissance du statut politique et économique des vallées. Il se complétait d’un paiement équivalent, versé à l’évêque d’Urgell, qui assurait l’équilibre des pouvoirs. Cette politique bicéphale procurait, de fait, une relative indépendance aux Andorrans, Arch. Nat. de Paris, F1E 205.

3 A ce sujet, O. Codina, De fer et de laine. Économie et société des vallées andorranes de 1575 à 1875, Thèse de doctorat, Université de Perpignan, Perpignan, 2003, p. 139-163 et 602-623.

4 Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 1600.

5 Les quotas auxquels avaient droit les Andorrans avaient été fixés à 1 000 charges de seigle, 1 200 ovins, 100 bovins, 200 porcs, 50 mules, 40 chevaux, 1 000 charges de blé, 2 160 kg de poisson séché, 1 080 kg de poivre, 150 pièces de tissu, 50 charges de vin, 400 paires de volaille, du minerai pour les forges... ; Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, perg. 187.

6 1 tonne de lard, 738 kg de haricots, 4,5 tonnes de fourrage, 10 000 réaux en argent ; Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3197.

7 A ce sujet, J. F. Soulet, Les Pyrénées au XIXe siècle, Toulouse, 1987, 2 vol., reéd. Toulouse, 2004.

8 Arch. du ministère des Affaires étrangères, Arch. Dipl., cpa vol. 1, f° 138-146, retranscription partielle dans E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari de la vall d’Andorra. Segle XIX, Arxiu Històric Nacional. Andorra, 1994, doc. 17, p. 118-121.

9 Arch. du ministère des Affaires étrangères, Arch. Dipl., cpa, vol. 1, f° 144.

10 Au même moment, en 1822, le préfet des Pyrénées-Orientales considère qu’il y a 4 000 réfugiés en Roussillon et Cerdagne, l’année suivante il en compte 8 000 ; P. Sahlins, Fronteres i identitats : la formació d’Espanya i França a la Cerdanya (s. XVII-XIX), ed. Eumo, Vic, 1993, p. 218 et 240.

11 E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari..., op. cit., doc. 17, p. 21.

12 Ce mouvement se fondait essentiellement sur le refus des mesures libérales que le roi avait prises pour faire face à la faillite des finances publiques.

13 Arch. dép. Ariège, 1 Z 23, no 26.

14 Arch. Nat. de Paris, F1A 635/20a, doc. 27.

15 Ibid., F1A 635/20a, doc. 31.

16 Arxiu Capitular d’Urgell, 978 bis, fons correspondència 1828-1836, no 309 et 312.

17 Au facteur strictement politique il faut ajouter un facteur social, comme le fait remarquer Josep Fontana « Le carlisme n’était pas le fait des provinces (comarques) les plus pauvres, mais de celles qui s’étaient le plus appauvries », J. Fontana, « Crisis camperola i revolta carlina », Recerques, no 10, 1980.

18 Ce fut le cas pour Bernardo Francés Caballero, de Bonifaci Lopez Pulido, Simó de Guardiola et Josep Caixal.

19 Pour une vision plus détaillée des événements pendant cette guerre, E. Lopez, J. Peruga, « Andorra i la Primera Guerra Carlina », L’Avenç, no 151, Barcelone, 1991.

20 E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari..., op. cit., doc. 32, p. 149-151.

21 Il s’agit de l’armement que devait posséder chaque chef de maison susceptible d’être appelé par le Conseil Général pour former la milice armée (sometent). »

22 « En vista de las muertes ocurridas días atrás en la parroquia de Ordino », De B. Porredon à J. Picart, Arch. dép. de l’Ariège, 1 Z 23. no 180.

23 À partir de la description de ce voyageur il pourrait s’agir du lieu-dit des bordes d’Envalira au-dessus de Soldeu ; J. Erskine, Un été dans les Pyrénées (1834), ed. Loubatières, Toulouse, 1998, p. 104 et 134.

24 De J. Picart au ministre des Affaires étrangères, Arch. dép. Ariège. 1 Z 23, no 188.

25 Au sujet de cette convention signée en 1843, Le colonel Ulrich écrivait que l’amende prévue ne fut jamais réclamée car les habitants pris sur le fait répondaient systématiquement qu’ils n’en avaient pas eu connaissance alors qu’elle avait donné lieu à une procédure d’affichage public dans les six communes. De plus, les magistrats ne pouvaient punir leurs administrés puisqu’ils étaient les principaux protecteurs de la faction carliste ; B. Ulrich, Apuntes sobre los miles neutrales de Andorra, copie de 1852 dans J. M. Vidal i Guitard, Instituciones politicas y socales de Andorra, Madrid, 1949, p. 394.

26 Vétéran des campagnes sur la frontière nord, il connaissait bien la situation d’Andorre, ce que l’on appelait le « sanctuaire d’Andorre » au sein des bandes carlistes ; E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari..., op. cit., p. 24.

27 B. Ulrich, Apuntes sobre los valles..., op. cit., p. 397.

28 Arch. dép. Ariège, 1 Z 100, no 1.

29 Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3652.

30 Arch. secrétes du Vatican, Nunciatura de Madrid 487, doc. 3. Pour le détail des événements : E. Montanya, J. Peruga, C. Tudel, L’Andorra del segle XIX..., op. cit., p. 187-206.

31 L’une des rares mentions d’armes date de 1823 et fait référence à 53 fusils, 27 baïonnettes, 7 canons déposés par les troupes royalistes dans un village que le consul de Sant Julià livrait à Joan Roca de la Seu d’Urgell ; Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3265.

32 B. Ulrich, Apuntes sobre los valles..., op. cit., p. 451.

33 En 1855, une lettre du ministre de l’Intérieur destinée au préfet des Pyrénées-Orientales mentionne de 6 à 700 fusils et 50 tromblons qui seraient cachés dans trois auberges du village d’UssoI près d’Andorre. (Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 4 M 386). Ce texte est cité par J.-P. Bobo qui considère qu’il s’agissait d’auberges andorranes, La contrebande en Roussillon et en Cerdagne, Arch. départementales des Pyrénées-Orientales, Perpignan, 2003, p. 93.

34 J-P. Bobo, La contrebande..., op. cit., p. 65.

35 De J. Picart à la Junta Superior Gobernativa del Principado de Cataluña, Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3198.

36 O. Codina, De fer et de laine..., op. cit., p. 621-721.

37 B. Ulrich, Apuntes sobre los valles..., op. cit., p. 394.

38 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 85-87.

39 A. Hugo, France Pittoresque, Paris, 1835, t. 1, p. 183 et J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 137.

40 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 137.

41 Encore faut-il ajouter que certains Andorrans pouvaient s’associer à ces bandes, comme Joan et Nicolau Torres inculpés de contrebande et de mort de douaniers par le tribunal d’Aix-en-Provence. Cependant, il est à remarquer que s’ils étaient originaires d’Ordino, ils résidaient à Rivesaltes, faisaient partie d’une groupe organisé qui comptait neuf hommes originaires du Roussillon. Mis à part leur origine, rien ne les lie directement à la principauté ; J.-P. Bobo, La contrebande..., op. cit., p. 70.

42 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 379-388.

43 Ibid., p. 114.

44 Il mentionne également « des vins généreux, de l’huile et du sel », P. Madoz, Diccionario geográfico..., op. cit., vol 2, p. 516.

45 Il n’était pas loin de la réalité puisqu’en 1865 le syndic Joaquim de Riba comptait 425 juments de plus de deux ans et 180 ânesses ; Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3743.

46 O. Codina, De fer et de laine, op. cit., p. 436-452.

47 P. Madoz, Diccionario geográfico..., op. cit., vol. 2, p. 516.

48 J. Erskine, Un été dans les Pyrénées..., op. cit., p. 102.

49 De Claramunt à José de Riba, Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n.

50 J. Aviles, El Pallars, Arán y Andorra. Notas e impresiones de un viaje (1892), ed. Garsineu, Tremp, 1993.

51 Le passage par Puigcerdà se payait 50 réaux par tête ; de J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 1er janvier 1864, Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n.

52 De J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 18 mai 1864, Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n.

53 Même pour le commerce illicite les maisons n’étaient pas égales. Les deux fraudeurs d’Andorre comptaient parmi les principaux imposés de la commune et Seferino était l’un des trois associés qui administraient à la forge d’Os (, Arx. Hist. Nacional / Arx. Comú d’Andorra, liasse V, doc. 23). Dans le midi toulousain ce type d’élevage était également le fait de ceux qui avaient des ressources substancielles ; Jack Thomas, Le temps des foires, PUM, Toulouse, 1993, p. 146-147.

54 L’hivernage des bêtes n’était pas modifié.

55 J. Sanchez de la Campa, El valle de Andorra. Origen de los privilegios y derechos de que disfrutan los andorranos y males que ocasionan a la hacienda publica, imp. J. Sol, Lleida, 1851.

56 Dans le but de noircir encore le tableau, il affirmait que le quota fixait le nombre de mules autorisées à 300 têtes alors que plus de 3 000 passaient la frontière à ce moment-là.

57 À ce sujet, Ma. J. Lluelles, « Dues idees annexionistes : J. de la Campa i J. Carvajal », Butlletí del Comitè Andorrà de Ciències Històriques, Andorre, 1986, p. 109-117.

58 Les effets de la crise combinés à cette nouvelle difficulté avaient des conséquences funestes. Il suffit de voir la réponse de J. de Riba à sa femme à qui on proposait d’acheter un champ à Ordino. Il refusa catégoriquement d’acheter cette terre car il croyait que la seule solution pour la famille était de constituer un nouveau patrimoine à la Seu. De fait, en 1888, ils possédaient deux maisons, un pré et un courtil à la Seu ; le tout estimé à plus de 3 500 livres. Excepté une des maisons, ces propriétés ne figurent pas dans les inventaires antérieurs ; AHN/APCR, de J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 24 novembre 1863 et liste des biens payant l’impôt du royal cadastre, s. n. 1888.

59 Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n„ de J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 14 août 1864.

60 Le droit de passage était de 30 sous par quintar, soit 16,6 % du prix du fer.

61 Évidemment, cela devait se faire sans que le gouvernement espagnol l’apprenne ; Arx. Hist. Nacional / Arx. Patrim. Casa Rossell, s. n., de J. de Riba à D. Camerlot, Madrid, 26 avril 1864.

62 En fait, ce dossier avait été constitué sous le mandat de Joaquim de Riba qui y faisait fréquemment référence dans ces courriers. Arch. du ministère des Affaires étrangères, Archives diplomatiques, vol 3, doc. 63-64 ; dans E. Lopez, J. Peruga, Diplomatari..., op. cit., doc. 63, p. 238-242.

63 « La production n’atteint pas, loin s’en faut, les 500 quintaux alors qu’il y a plus de 2 000 fumeurs » dans la principauté, ibid.

64 On ne fait plus mention des réfugiés alors que le 18 août 1867, dans un rapport de gendarmerie destine au sous-préfet de Céret, il était dit qu’« il y a beaucoup d’immigrés espagnols à Andorre, et que beaucoup d’armes et de munition seraient cachés sur la frontière », Arch. dép. Pyrénées-Orienta

65 Le bétail introduit en Espagne devait être muni d’un certificat signé du syndic, le fer devait obtenir le même certificat et porter la marque de la forge ; Arx. Hist. Nacional / Arx. de les Set Claus, doc. 3416.

66 Les salaires payés aux forges allaient de 1,5 à 3 francs la journée alors qu’un passeur recevait 1,5 franc.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search