Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Pour introduire

Quand des « salariables retraités » et des « salariables en activité » passent du temps ensemble

Hervé Blanchard et Éliane Le Dantec

Texte intégral

INTRODUCTION

1Depuis plusieurs années, à travers une démarche transdisciplinaire, les travaux entrepris au sein du CRES (Centre de Recherche en Économie Sociale), s’attachent à proposer une approche renouvelée de l’économie sociale. Ainsi que l’écrit Henri Solans – son fondateur–, le CRES envisage celle-ci comme « l’étude des modalités de la coordination propre aux espaces de cohésion sociale avec victimes. Elle fouille le lieu où se décide la dissociation ou la cohésion sociale » (Solans, 2005).

2Que ce soit très directement ou plus indirectement, les contributions ci-après s’intéressent à l’articulation entre la retraite des uns et le travail des autres dans la société salariale d’aujourd’hui en abordant un aspect de ce qui, justement, se joue aujourd’hui sur « ce lieu où se décide la dissociation ou la cohésion sociale ». En effet, telles que les auteurs ont pu les appréhender, les modalités de cette articulation posent, avec plus ou moins d’acuité, les deux questions centrales auxquelles le CRES tente d’apporter des éléments de réponse pour pouvoir penser ce qu’est « faire société » : pourquoi souffrons-nous de vivre ensemble ? et comment s’organiser pour le faire sans qu’aucun de nous ne souffre ?

  • 1 Jusqu’à ces dernières décennies, cette rencontre se déroulait pour l’essentiel – sinon exclusiveme (...)

3À l’occasion de cette introduction, nous souhaitons commencer à approcher les enjeux actuels de la rencontre entre la retraite des uns et le travail des autres, le temps de l’intervention salariée des seconds1. Nous allons le faire, en nous référant étroitement à sa dimension statutaire que nous considérons comme déterminante au sens où elle fixe les « données préalables à toute délibération personnelle » (Kymlicka, 1999). Dans cette perspective, entendu comme forme contemporaine de celui de prolétaire, le statut de salariable sera ici envisagé comme l’ordonnateur et le catalyseur des conditions objectives et subjectives de cette rencontre. Nous le déclinerons en « salariable retraité » et en « salariable en activité » dont la qualité et la sécurité de vie plus ou moins élevée sont fonction du degré d’accès aux droits économiques, sociaux, politiques et culturels définissant ce statut dans sa forme la plus aboutie à ce jour connue. Dans cette perspective et d’une manière générale, il est possible de distinguer :

  • des « salariables retraités » et des « salariables en activité » pleinement salariés ;
  • des « salariables retraités » et des « salariables en activité » précarisés ;
  • des « salariables retraités » et des « salariables en activité » non salariés.
  • 2 Leur absence est la conséquence de notre mode d’accès au terrain d’enquête. Ce sont des structures (...)

4Il convient de retenir que si, parmi ceux que nous avons enquêté, il y avait des « salariés retraités » relevant de ces trois types (pleinement salariés, précarisés et non salariés), en revanche, les « salariables en activité » ressortaient seulement des deux premiers (les non salariés étant absents).2

I. LE STATUT DE « SALARIABLE RETRAITÉ » POUR DIRE LA VIEILLESSE DES UNS...

5A priori, depuis la décennie 1980, nommer ceux de plus en plus nombreux concernés par l’avancée dans l’âge constitue une préoccupation des discours sociaux comme des discours scientifiques. Cette préoccupation –tout particulièrement dans les discours sociaux– est innervée par la volonté de ne pas porter atteinte à leur dignité en renonçant aux « mots » susceptibles de stigmatiser et/ou blesser. Ce souci de la dignité de ceux concernés par l’avancée dans l’âge nous semble largement faussé dans la mesure où il est constamment étalonné à regard de l’idée d’une « jeunesse » dotée d’un crédit inépuisable en possibles que celle de « vieillesse » doit endosser à travers un lexique adapté pour que ne transparaisse pas la dimension essentiellement déficitaire qu’on lui confère d’emblée.

6Afin d’éviter la confrontation avec le caractère épuisable et inégal de leurs possibles, ceux avancés dans l’âge sont généralement nommés à partir de la thématique unificatrice de la « personne » qui amène à saisir les « êtres » au-delà, à la fois, de leur finitude inéluctable et de leur ancrage dans des rapports sociaux donnés d’ici et maintenant. En tant que « personnes », ceux avancés dans l’âge sont l’objet d’un lissage les constituant en tant que membres à protéger d’une société imaginée/imaginaire et consensuelle qui transcende la société réelle historique et conflictuelle. L’hypothèse que nous nous efforçons d’étayer est que la thématique de la « personne » conduit fréquemment à rendre indistincts économiquement, socialement et psychologiquement ceux en chair et en os qu’elle désigne. De même, délibérément institués comme « personnes dans le besoin devant être aidées », les « vieux » en chair et en os sont mis à distance des désirs et des frustrations dont ils sont –à n’en pas douter– pétris et qui témoignent de conditions plus ou moins favorables et/ou défavorables de leur parcours de vie objectif et subjectif.

7À l’inverse, en mobilisant le « statut de salariable » avec ses différentes composantes dont ceux avancés dans l’âge sont porteurs, nous voulons nous donner les moyens de lever la tendance marquée à l’indistinction des conditions et des représentations à travers laquelle ils sont perçus. Nous voulons aussi amorcer une réflexion pour penser la solidarité intergénérationnelle non pas comme une « responsabilité morale intemporelle » incombant aux plus jeunes mais comme un « espace d’échanges » ouvert et protégé par le « salaire socialisé » (Friot, 1998), non pas arrimée exclusivement au lexique de la « charge » comme c’est notoirement le cas aujourd’hui mais aussi articulé à celui de la « ressource ».

I.1 Nommer au risque de l’indistinction des conditions et des représentations

8Dans nos sociétés, « comment désigner ceux avancés dans l’âge ? » est sans nul doute une question qui fait problème autant au regard de ce pourquoi on la pose que du comment on y répond ; cela même si le pourquoi est habituellement laissé dans l’ombre alors qu’on se focalise sur le comment.

9Il nous semble donc que, pour l’essentiel, les réponses apportées à cette question s’ancrent fortement dans la matrice langagière structurée par l’idée de « personne » conduisant de fait à la marginalisation – sinon l’éviction – de la dimension statutaire et de sa double portée « approvisionnement » et « identification », l’un et l’autre étroitement imbriqués. Suivant cette logique et comme nous avons commencé à le suggérer ci-dessus, ceux avancés dans l’âge sont principalement compris comme des « personnes » dont l’humanité est fragilisée, comme mise en retrait alors qu’ils deviennent, sans pouvoir s’y opposer, des hommes soumis aux contingences de l’âge essentiellement négatives et dévalorisantes. Dès lors, la perte d’humanité dont l’avancée en âge est porteuse doit être contrôlée au mieux par une « prise en charge » adaptée qui sera d’autant plus efficace que les destinataires âgés y adhéreront, donnant des signes de coopération. Institués en « humains fragilisés », ceux touchés par l’avancée en âge sont finalement « sommés » d’accepter de se conformer aux interventions permettant de remettre de l’ordre dans les désordres/dérèglements provoqués par la perte de capacité à canaliser les signes physiques et mentaux qui laissent voir l’homme en chair et en os socialement construit – au double sens d’empêtré et d’activé – par ses désirs et frustrations (Karz, 2004). Comme contrepoint à cette « sommation », avec l’ambition de la rendre acceptable, les mots pour dire l’avancée en âge doivent ménager les susceptibilités et les angoisses provoquées par ce processus ; ceux à ménager étant, au bout du compte, certainement autant – sinon davantage – les prescripteurs et les prestataires de la « nomination » que les ainsi « nommés » eux-mêmes.

10Or, dans ses modalités et ses ambiguïtés, qu’en est-il de cette nomination à l’œuvre ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faut que nous puissions, du moins dans un premier temps, nous référer à un mot –en l’occurrence celui de « vieillesse » – auquel, par convention, nous décidons d’attribuer une signification assez stabilisée et fiable de même que pas trop sujette à caution. Nous considérerons donc la « vieillesse » comme l’une des deux grandes temporalités de la vie humaine ; l’autre étant la « jeunesse » qui la précède. Mais, si ces deux temporalités sont incontestées dans leur succession inévitable, les représentations dont chacune est l’objet sont, tout spécialement dans les sociétés dites « modernes » comme la nôtre, très contrastées en faveur de la « jeunesse ». Et, dès lors, dans ces sociétés se réclamant de la démocratie responsable et solidaire mais n’interrogeant pas ou peu la promotion sur des bases essentiellement marchandes de la jeunesse (Lipovetsky, 2006), désigner ceux concernés par le temps de la vieillesse ne va pas de soi, au vu que mettre en mot le négatif n’est jamais aisé sur l’espace public.

  • 3 Si, mécaniquement, on se rapporte à cette définition statistique de la « personne âgée », on ne s’ (...)

11Dans ce contexte, la loi du 14 juillet 1985 interdit l’utilisation dans les textes administratifs des mots « vieux » et « vieillard », pour ne plus utiliser que le terme « personne âgée ». L’intention du législateur est certainement d’éviter le recours à des expressions considérées comme stigmatisantes. Toutefois, ce choix sémantique n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Tout d’abord, comme le souligne Jérôme Pélissier (2007), il est nécessaire de définir ce qu’est une personne âgée. À ce titre il fait remarquer que la réponse donnée dans le Journal officiel est très singulière : « La personne âgée est une personne plus âgée que la moyenne des autres personnes de la population dans laquelle elle vit » ; ce qui, statistiquement conduit, aujourd’hui en France, à qualifier de personne âgée tous ceux dont l’âge dépasse 39 ans !...3 Ensuite, la volonté affichée d’améliorer le regard porté sur ces personnes via l’utilisation d’un terme à connotation plus « positive » ne semble pas résister à l’expérience des faits. Confrontés à l’urgence et à l’insuffisance des moyens caractérisant leur pratique professionnelle comme à la difficulté très intériorisée de reconnaître, chez les plus âgés d’entre nous, des sujets avec leurs désirs et leurs frustrations, nombreux sont les travailleurs intervenant auprès d’eux qui notent que leur « travail en train de se faire » (Clot, 1999) n’échappe pas à la dénégation de la « personne » même des « vieux » au risque non négligeable d’emprunter le voie de la maltraitance.

  • 4 Toutefois, nous devons en prendre acte. D’une part, le mot « vieillard » n’a jamais été utilisé pa (...)

12Si bien sûr, par commodité, nous allons utiliser le vocable « personnes âgées » actuellement valorisé –que d’aucuns diront politiquement correct ! – pour nommer ceux entrés dans le temps de la vieillesse, par ailleurs nous n’hésiterons pas à user des expressions telles que « vieux » ou « vieilles personnes » qui ne nous semblent pas dérangeantes4. Au contraire, notre ambition est de redonner au mot « vieux » ses lettres de noblesse avec l’idée que sa valeur et son imaginaire spécifiques valent bien ceux du mot « jeune », libéré de son excroissance obsédante que sont le « jeunisme » et les exigences d’apparence auquel il soumet. Mais, il faut bien le reconnaître, nommer l’avancée dans l’âge en la rattachant à l’univers de la « vieillesse » –entendue comme étape incontestable de la vie humaine– ne va pas autant que cela de soi.

13N’y a-t-il pas de nos jours un regard très particulier porté sur la vieillesse ? En effet, il ressort que le thème de la vieillesse est fortement corrélé avec celui de vieillissement de la population –concept que l’on doit à Alfred Sauvy (1928)–. Tout se passe comme si le processus de vieillissement de la population rendait inquiétant l’état de vieillesse au sens d’un « péril vieux » pesant sur l’avenir de nos sociétés et des populations jeunes. Dans les débats actuels cet aspect occupe une place essentielle, notamment au travers des interrogations soulevées au niveau de la pérennité de la Sécurité sociale et des régimes de retraites. Il convient de pointer, que cette manière particulière d’appréhender la vieillesse sous le prisme du vieillissement instille dans les esprits que les vieux sont une charge pour la société ; charge dont le poids devrait augmenter pour des raisons démographiques. Constitués en « charges », les « vieux » et surtout les nombreux « futurs vieux » sont formés –voire manipulés– à s’approprier l’idée qu’ils pourront accéder à une posture de « vieux tolérés et respectables » à la condition qu’ils fassent le nécessaire, via l’auto prévoyance responsable, pour diminuer leur risque de devenir des « vieux à charge ». La conception en termes de « vieux tolérés et respectables » procède d’une approche du « faire société » ayant aujourd’hui le vent en poupe et où il est entendu que l’individu jeune en activité, par sa clairvoyance et s’il le faut son opiniâtreté, se doit de faire les bons choix pour garantir le temps de sa vieillesse ; cela indépendamment de la qualité de ses conditions de vie active.

  • 5 Haydée Subéran souligne que « plus de 600 000 personnes âgées vivent en France avec 610 euros par (...)

14Mais, il convient de le rappeler, cette conception fortement valorisée a sa contrepartie laissée délibérément dans l’ombre : la progression du nombre des « vieux pauvres » (Subéran, 2006)5. Et, quand on ne peut faire autrement que d’en prendre acte, ces « vieux-là » sont souvent suspectés d’avoir été forcément imprévoyants, incompétents à préparer leur vieillesse. Bien que largement tu, le rapport social qui se met en place entre, d’un côté, les « vieux riches » et les « vieux assez riches » et, de l’autre, les « vieux pas assez riches » et les « vieux pauvres » prend forme et contenu sur ce « lieu » (ci-avant évoqué) où précisément se noue la dissociation sociale, faisant voler en éclats la cohésion sociale significative rendue possible par la solidarité de type salarial. Sous cet angle, au-delà de l’incontestable commodité de langage à laquelle – il faut bien le reconnaître ! – nous avons souvent concédé dans les contributions formant cet ouvrage, la connotation unificatrice et pacificatrice du vocable « personnes âgées » est déstabilisée et doit être questionnée.

  • 6 Lorsque Lucien Sève (2006) écrit que « l’homme c’est le monde de l’homme, [que] l’essence humaine (...)

15De toute évidence, les hésitations et les contradictions de sens qui accompagnent l’usage actuel du vocable « personnes âgées » sont présentes dans les propos développés à l’occasion de cet ouvrage, au risque d’être incertains parfois. Cependant, notre lecture récente du philosophe Lucien Sève (2006) nous encourage à poursuivre notre objectif de mise à plat de tenants et aboutissants du recours privilégié à cette appellation. Réfléchissant sur la notion de « personne humaine », ce philosophe, après avoir écarté l’approche de celle-ci, d’une part, comme relevant de l’ordre de la transcendance, à la fois, essentielle et irrémédiable et, d’autre part, comme « pure fiction juridique et grammaticale », en propose une compréhension en terme de « réalité d’essence historicosociale [...] civilisationnelle ». S’inspirant de l’analyse critique marxienne, Lucien Sève nous ouvre des pistes notamment pour situer la « personne humaine âgée » au regard du statut de « salariable retraité » qui aujourd’hui, selon nous, donne le tempo aux modalités de son approvisionnement et de son identification. Retenons simplement, qu’au regard de la réflexion de Lucien Sève, la « personne humaine âgée » est une « réalité » variable, qu’elle n’est pas à jamais mais qu’elle devient toujours, pour le meilleur et pour le pire, à travers des pratiques et du langage qui en font un ordre de valeurs de référence à un moment et sur un espace donnés. Toute la question est donc –nous semble-t-il– de parvenir à démêler les conduits alimentés par le statut de salariable dans ces différentes composantes et qui tissent très significativement cet ordre de valeurs ici et maintenant. Nous le percevons, penser autour de la retraite des uns –et aussi du travail des autres– c’est rien moins qu’aborder un double questionnement décisif : qu’est-ce que faire société ? et qu’est-ce que l’homme ?6

I.2 Un enjeu décisif : préserver et accroître la solidarité intergénérationnelle de type salarial

16L’existence d’une population dite âgée de plus en plus importante est un défi nouveau pour nos sociétés. Sous cet angle et en ce qui concerne la France, Serge Guérin (2008) rappelle que « la population française connaît une révolution silencieuse : la part des personnes de plus de 60 ans est passée de 11 % en 1960 à plus de 16 % en 2006. Et, selon les projections, cette part atteindra près de 30 % en 2020 ». Effective et prospective, la progression significative de la part des « vieux » dans nos sociétés suscite des questions, sources de débats contradictoires, de même qu’elle entraîne des prises de positon et/ou de décision à divers niveaux.

  • 7 Les deux autres arguments étaient le renforcement de la concurrence des autres pays, en particulie (...)

17La thématique de l’avancée en âge des populations avec ses conséquences individuelles et collectives complexes acquiert incontestablement de la visibilité en faisant partie – au moins à titre programmatique – des « grands chantiers » de différentes instances politiques. Par exemple, la Commission européenne a intégré cette dimension dans le Protocole de Lisbonne (2000) où l’un des éléments justifiant la mise en œuvre d’une économie européenne basée sur la connaissance est le vieillissement démographique7. À l’échelle de la France, l’adoption récente du plan Alzheimer témoigne d’une volonté de prendre en compte l’existence d’une population âgée en grande difficulté sans négliger celle des aidants familiaux concernés.

18Cette thématique conduit également à interroger les rapports entre générations (Attias-Donfut, 2003). Comme le rappelle cette auteure, ces dernières décennies, « le rythme de remplacement des générations se ralentit tandis que leur chevauchement dure plus longtemps ». Cette situation nouvelle génère de l’inquiétude plus ou moins vive puisque, sans nuance, on en vient à évoquer la « guerre de générations » qui menacerait nos sociétés ou, avec davantage de prudence, on se demande « comment les générations successives pourront-elles assumer la vieillesse de plus en plus longue et de plus en plus coûteuse de leurs prédécesseurs ? ». Or, cette inquiétude révèle un enjeu sociétal majeur : celui « de la répartition du travail et de la protection sociale entre les âges », du rapport social entre « salariables en activité » et « salariables retraités ».

19Parallèlement à cette inquiétude, traduite trop complaisamment par les experts et les médias en « guerre des générations », les différents sondages d’opinion réalisés auprès des populations adultes européennes au tournant des xxe et xxie siècles dégagent « un consensus intergénérationnel sur les retraites » (Attias-Donfut, 2003). Comme le montre cette dernière, ce consensus est nourrit par plusieurs éléments dont :

  • les vieux comme les jeunes, à une très forte majorité, aspirent à une retraite équivalente au montant moyen des salaires versés aux actifs ;
  • les 4/5 des populations adultes sondées estiment que les personnes qui travaillent ont le devoir de garantir aux personnes âgées un niveau de vie décent par le versement de taxes (impôts et cotisations) ;
  • une forte majorité des populations sondées pensent qu’il faut maintenir les systèmes de retraite même au prix d’une augmentation des prélèvements sur les actifs au travail.

20Il apparaît que la progression de la sécurité de vie et du bien-être des plus âgés au cours de la seconde moitié du xxe siècle est corrélée à la progression de ceux de leurs petits enfants, remettant en cause l’idée aujourd’hui souvent mise en avant et suivant laquelle l’amélioration de la situation des plus âgés serait obtenue au détriment de celle des plus jeunes. Claudine Attias-Donfut note aussi que, au sein des familles, cette progression simultanée de la sécurité de vie et du bien-être des plus âgés et des plus jeunes est d’autant plus significative qu’elle repose sur des financements induits par les solidarités publiques. Elle fait remarquer que, notamment en matière de retraite, « les solidarités publiques [en France, arrimées au système obligatoire de cotisations] renforcent et soutiennent les solidarités privées tout en contenant les inégalités sociales ».

21En d’autres termes et en nous référant à la, réflexion de Bernard Friot (1998), via les cotisations qui le fondent, l’extension du salaire socialisé appréhendé à l’échelle de l’ensemble d’une vie a permis –en France notamment – la rémunération correcte des situations hors travail, dont le temps de la retraite. Comme étape du cycle de vie salariée et payée par le salaire subordonné des « salariables » en situation de travail, la prestation monétaire qu’est la retraite correspond à un salaire rémunérant le retraité au-delà de sa seule force de travail antérieurement mobilisée. En fait, les conditions de vie des retraités se sont améliorées parce que la socialisation du salaire, en limitant la mise en valeur du capital, a permis d’augmenter le temps libre payé (Friot, 2003).

  • 8 Il suffit de rappeler ici le passage progressif, effectif depuis 1993, des dix aux vingt-cinq meil (...)

22En Europe, le « consensus intergénérationnel » révélé par les sondages, d’un côté, et la « guerre des générations » annoncée par les puissances expertes et médiatiques de l’autre expriment de façon contrastée et polémique les deux versants d’une alternative sociétale aujourd’hui décisive. Celle-ci donne toute sa portée politique et culturelle à travers deux questions relatives aux modalités et aux finalités de la répartition des richesses produites et dont la façon d’y répondre engage fortement l’orientation des trajectoires sociales et individuelles. Ainsi, convient-il de faire tout le possible pour réussir à préserver puis accroître la solidarité intergénérationnelle de type salarial qui, pour le moment sans concurrence avérée sous l’angle de la qualité bien qu’attaquée méthodiquement8, permet que, durant le temps de la retraite et grâce au principe de mutualisation, le « salariable âgé » continue à être payé sans avoir à fournir de travail subordonné. Ou, faut-il parvenir à la remplacer « par l’allocation tutélaire ou par l’épargne financière d’activité » (Friot, 2003) qui repose au mieux sur la prévoyance constitutive d’une propriété privée et, à défaut, sur l’obligation morale de solidarité (assise sur le transfert des riches vers les pauvres). Cette alternative sociétale majeure quant au statut des retraités et à leur rémunération ne peut être esquivée si nous avons à cœur de promouvoir effectivement les conditions d’un « bien vieillir » où les épreuves constitutives de l’avancée en âge que sont notamment le veuvage, la déprise ou encore le questionnement de soi par rapport à la catégorie de vieux soient surmontées (Caradec, infra).

  • 9 En nous référant étroitement aux analyses d’Yves Clot (2002), il ne s’agit pas du développement au (...)

23Avec leurs ressorts, à la fois, financiers et humains, les choix politiques qui seront faits au regard de cette alternative ne peuvent qu’orienter la façon dont la société pense, organise et met en forme le temps de la vieillesse de ses membres. Sous cet angle et en reprenant les mots d’Élise Feller (2005), « la vieillesse est une construction sociale, mais aussi [...] la vieillesse construit le social ». Comme ensemble de pratiques et de représentations, la vieillesse des uns et le degré d’attention qui lui est accordé par les autres plus jeunes renseignent sur l’état du « faire société » à un moment et sur un espace donnés, sur sa tendance à promouvoir la cohésion ou la dissociation sociale. Dans nos sociétés contemporaines, la place et le sens à reconnaître à la vieillesse hésitent entre, d’un côté, la coopération entre les générations structurellement facilitée par le maintien et l’extension du salaire socialisé comme bien commun et, de l’autre, la responsabilisation individuelle – que l’on soit vieux ou jeunes – à garantir économiquement et affectivement le temps de sa fin de vie. Cette hésitation sociétale sur la place et le sens de la vieillesse comme les vifs débats qu’elle suscite témoigne de la mise en tension – déjà déséquilibrée ! – de ce que Jacques Généreux (2006) nomme les deux aspirations ontogénétiques : le « être avec et pour les autres » et le « être soi et pour soi ». La première renvoie à la coopération entre les générations et a notamment produit le processus de socialisation du salaire mais est actuellement en perte de vitesse. La seconde s’ancre dans la responsabilisation individuelle, promouvant plus que jamais la performance de chacun et le bien privé par anticipation comme vecteur du « bien vieillir ». La vieillesse envisagée dans le registre solidaire de la coopération entre les générations conçoit positivement que le travail des uns puisse se faire pour accompagner et contribuer à apaiser le temps libéré des autres en situation de déprise. Elle perçoit le possible développement humain9 réciproque et la sécurité de vie afférente permis par la rencontre socialisée entre des salariables retraités et des salariables en activité. Par contre, la vieillesse interprétée via le lexique de la « stratégie gagnante » valorise les individus âgés qui ont su se constituer en « micro-entreprise » (Gori, Le Goz, 2008), se mettant ainsi en posture de gérer au mieux leurs ressources accumulées du temps de leur activité par le biais de l’épargne. Cette logique n’imagine que des individus devenus vieux ayant su ou n’ayant pas su faire converger leurs propres intérêts avec ceux de leur environnement, maîtrisant ou ne maîtrisant pas l’art de se gouverner soi-même en tenant compte des variables de son milieu (Gori, Le Goz, 2008) ; environnement et milieu qui sont des donnés auxquels il faut apprendre à s’adapter sans autre alternative que de s’exclure !...

24En France, depuis la décennie 1970, les freins et les reculs auxquels est confrontée la socialisation du salaire tendent à créer des différences sensibles dans les conditions de vie des « salariables retraités ». Or, dans les prochaines décennies, cette tendance risque d’être de plus en plus nette en raison de l’arrivée à l’âge de la retraite d’un nombre de plus en plus important de salariables dont le temps de l’activité de travail se sera écoulé, plus ou moins fréquemment et intensément, sous le signe de la précarité d’emploi (stages non ou trop faiblement rémunérés, périodes de chômage indemnisées ou non, succession de contrat de travail à durée déterminée, temps partiel non choisi, etc.). Dans ce cadre, la mise à plat dans ses formes et contenus de la différenciation des conditions de vie des « salariables retraités » s’impose pour commencer par déconstruire la figure générique –et, dans la foulée, idéale-typique– de la « personne âgée ». Figure qui, comme nous l’avons mentionné ci-avant (I.1) transcende la segmentation, la hiérarchisation et la conflictualité de la société réelle (Birh, Pfefferkorn, 2004) pour ne les saisir souvent que sous l’angle de leur vieillissement physique et de la solitude qui l’accompagnerait assez généralement. Il nous semble que c’est en procédant à cette déconstruction par différentiation que la « personne âgée » avant tout « figurée » dans ses manques et, dans le même temps, désincarnée ou privée de désirs et de frustrations, pourra devenir un sujet en chair et en os autorisé à dire et à être entendu sur ce qu’il ressent de la société où se produit sa fin de vie et sur la place plus ou moins sécurisée et valorisée qu’il y occupe. En fait, c’est en étant effectivement reconnu dans leur statut différencié de « salariables retraités » (pleinement salariés, précarisés ou non-salariés) que les « vieux » auront le droit d’exprimer ce dont ils ont besoin mais aussi de rappeler ce qu’ils peuvent apporter, en interagissant avec les jeunes, de l’histoire, de la mémoire individuelle et collective en tant que nécessaire terreau du possible développement humain réciproque sur une base intergénérationnelle.

25Bien qu’encore insuffisamment affirmée et étayée, dans les contributions composant cet ouvrage, l’approche des « vieux » comme « salariables retraités » transparaît bien davantage quand ils demeurent à leur domicile que lorsqu’ils sont placés en institution. C’est en effet en institution que le processus psychosocial qui « figure » les vieux en chair et en os en « personnes âgées », à la fois, dans le besoin d’être accompagnées et en état de lévitation au regard des désirs et frustrations qui tenaillent les jeunes et les font avancer, s’avère le plus opérant. Figurés en « personnes âgées » et, en conséquence, neutralisés dans leurs désirs et frustrations, les « vieux » sont aussi délestés de tous soucis et de toutes réflexions sur leurs conditions d’approvisionnement. L’institution qui les accueille leur fait injonction de ne plus se préoccuper « du comment ?, du pourquoi ? et du par qui ? » leur présence dans ses murs est financée. Certes, plus implicite qu’explicite, cette injonction les infantilise mais, surtout, les prive de leur « citoyenneté salariale » (Généreux, 2006). En l’occurrence, de leur mémoire de la socialisation du salaire dont ils ont été les protagonistes « en soi », plus ou moins bien dotés, et « pour soi », plus ou moins engagés.

26Par contre, les enquêtes de terrain dont cet ouvrage rend compte (Belkhiri, Le Dantec, Pantalacci, infra) laissent entrevoir qu’en restant vivre à leur domicile, les vieux se trouvent en situation objective de résister un peu mieux, par petites touches opportunes bien plus que de manière globale et délibérée, à leur figuration en « personnes âgées » uniformisées par le besoin d’être aidées au quotidien et par ce qu’on identifie comme leur perte de sensibilité aux désirs et aux frustrations. Au fil des entretiens auprès des « vieux », cette résistance a transparu de deux manières : d’une part, dans leur souci offensif de garder un contrôle sur leur emploi du temps et sur l’organisation de leur « chez soi » ; d’autre part, de manière négative dans leur mécontentement, par exemple, de ne pas être suffisamment consultés sur la composition et la qualité des repas qui leur sont servis comme sur la sensation blessante et humiliante d’être ravalé au rang de simple objet de sa propre toilette corporelle, de ne pas y être présent justement comme personne reconnue sujet de l’interaction que cet acte nécessite désormais. Quant aux divers professionnels enquêtés, fortement construits par la logique de la prise en charge du vieillissement, ils se sont parfois dits agacés du comportement capricieux de ces « vieux » qui, redevenus enfants, n’ont pas vraiment conscience des contraintes de planning et d’organisation de l’aide qui leur est prodiguée, qui plus est, fréquemment sur la base de conditions d’emploi particulièrement précaires. Mais, prenant aussi quelques distances par rapport à la lettre de la prise en charge du vieillissement, ces professionnels se sont aussi montrés sensibles à l’idée de pouvoir s’impliquer dans une prise en compte du sujet âgé véritablement écouté et entendu sur ce qu’il pense devoir lui convenir ou pas. Dans cette perspective, ces professionnels n’ont pas hésité à s’interroger sur la maltraitance dont les vieux sont les victimes et à laquelle il leur arrive de prendre part au prétexte – très réel – du manque conjoint de moyens et de temps mais aussi du présupposé implicite – culturellement très ancré – suivant lequel les « vieux » n’ont plus la conscience tout à fait claire de comment on leur fait ce qu’on doit leur faire.

  • 10 APA (Aide Personnalisée à l’Autonomie). Il s’agit d’une aide octroyée en fonction du degré de dépe (...)

27Enfin, toujours à leur domicile, les « vieux salariables » (ceux dont on a pris l’habitude de les classer dans la catégorie « 4e âge ») gardent généralement la préoccupation de leur situation économique dans les marges de manœuvre qu’elle autorise comme dans les limites qu’elle impose. De ce point de vue, les enquêtes dont il est ici question nous ont amenés à repérer des « salariables retraités pleinement salariés », d’un côté, et des « salariables retraités précarisés et non-salariés », de l’autre. Les premiers vivent souvent en couple et tirent l’essentiel de leurs revenus du salaire/retraite du mari. Ils n’ont généralement pas évoqué de difficultés financières. Les seconds sont presque exclusivement des femmes veuves dont les revenus sont constitués soit par la modeste pension de réversion de leur conjoint décédé, soit par le minimum vieillesse. C’est dans cette configuration que la faiblesse des moyens financiers et les difficultés afférentes ont transparu ; que ce soit dans le registre de la plainte : « Je n’ai pas assez d’heures APA10 » ou dans celui de la revendication : « il me faudrait plus d’heures APA » (Pantalacci, infra). Il va sans dire que ces quelques informations relevées, au fil des entretiens, sur les conditions économiques inégales de la vie réelle des « salariables retraités » doivent être complétées et étayées si l’on souhaite connaître, au-delà de leur unité saisie par le constat de leur avancée dans l’âge et qui a conduit à les rassembler dans la catégorie ontologique de « personnes âgées », leur appartenance différenciée au salariat dans sa configuration actuelle.

28Accéder à cette connaissance, de façon encore plus approfondie, implique une approche descriptive et analytique des trajectoires sociales des différents types de « salariables retraités » avancés dans l’âge avec leurs ressorts distincts et inégaux en matière de potentialités et de blocages dans la perspective d’une fin de vie confortable. Le confort étant ici compris comme l’une des instances majeures productrices de sens dans notre société contemporaine, l’une des formes sociales de référence (Le Goff, 1994). Mais, pour mieux cerner la place des vieux dans la société et lever l’indistinction dont elle est trop souvent l’objet, de nombreuses questions doivent encore être éclairées. Par exemple, la question de l’habitat est essentielle. On sait aujourd’hui que les préconisations vont en faveur du maintien à domicile des « personnes âgées ». Elles corroborent le souhait des « vieux » de « finir leur vie chez eux, dans leurs meubles » si imprégnés des actes et relations de leur existence passée et officiant comme une mémoire matérielle protectrice, à la fois, contre l’oubli/dégénérescence par soi et la dépossession/infantilisation par les autres. Il nous semble que le maintien à domicile comme l’une des prescriptions principales en matière de politique de la vieillesse dans ses ressorts actuels doit être quelque peu précisé si son objectif est l’efficacité sociale et pas seulement la performance économique.

29La mise en œuvre de la prescription du maintien à domicile doit donc pouvoir bénéficier d’une connaissance fine des modes sociaux inégaux d’habiter le temps de la fin de vie à l’œuvre dans notre société comme c’est le cas pour ceux du temps de la vie active (Birh, Pfefferkorn, 2008). Au plan de la description, l’enjeu de cette connaissance est de mettre à plat les mécanismes qui favorisent ou, au contraire, invalident l’habitat dans sa capacité à induire de la sécurité de vie et du confort autant comme construits sociaux et culturels que comme dispositions matérielles concrètes. Et, au plan de la prescription – instruite par la description –, l’enjeu est d’être capable de se demander comment faire pour que l’habitat d’une partie des vieux – ceux les moins bien dotés en moyens et informations– ne se transforme pas en assignation à résidence avec un confort a minima, voire avec une absence de confort ?

  • 11 Le département des Pyrénées-Orientales est caractérisé par des patrimoines très conséquents d’un c (...)

30Cette problématique de l’habitat des vieux saisie dans les inégalités sociales qu’il révèle est, d’ores et déjà, l’un des nouveaux chantiers du CRES. Or, depuis longtemps territoire de migrations d’origines contrastées – à la fois, de confort et par défaut ou contrainte – et de répartition très polarisée des revenus salariaux et patrimoniaux11 (Blanchard, infra), le département des Pyrénées-Orientales nous paraît constituer un terrain de recherche fécond pour rendre compte des modes sociaux inégaux d’« habiter des vieux ».

II.,.. ET LE STATUT DE « SALARIABLE EN ACTIVITÉ » POUR DIRE LE TRAVAIL DES AUTRES

31Dans les pays comme la France, au-delà de sa diversité de conditions qui – comme nous venons de le souligner – doit être mieux cernée, la vie quotidienne des « salariables retraités » a une dimension transversale dont, aujourd’hui, l’importance croît très significativement. Il s’agit de l’intervention de « salariables en activité » leur apportant une aide dans les tâches matérielles qu’ils ne peuvent plus du tout – ou alors partiellement – accomplir seuls et/ou dans les soins requis par leur santé déficiente, sans espoir d’amélioration objective. Les contributions ci-après présentées (tout spécialement, celles d’Aurélia Belkhiri, Éliane Le Dantec et Sophie Pantalacci) regroupent des éléments permettant d’accéder à une connaissance de ce type d’intervention salariée que l’introduction en cours se propose de mettre en perspective.

32Dans l’idéal, une connaissance suffisamment exhaustive de l’intervention des « salariables en activité » auprès des « salariables retraités » impliquerait de rassembler puis de mettre en résonance des informations dans deux domaines : l’emploi et le travail. Au regard de cette exigence, la mise en perspective à laquelle nous allons procéder ne le sera qu’incomplètement puisque les recherches à la base des contributions de référence n’informent sur l’emploi qu’indirectement ; quand le cadre statutaire où il circonscrit le travail comme activité devient particulièrement contraignant. En revanche, ce qu’elles nous livrent sur le travail est dense et peut être source de débats, tant sous l’angle des préoccupations qu’il suscite chez les aidants comme chez les aidés que sous celui des occupations auxquelles les aidants doivent s’adonner, en interaction de proximité avec les aidés.

  • 12 Dans les sociétés comme la société française, les emplois liés au développement des activités de s (...)

33Depuis la décennie 1980, la progression du nombre de « vieux » ayant besoin d’être accompagnés au quotidien, d’un côté, et l’impératif politique de faire face au chômage de masse, de l’autre, ont entraîné un développement du secteur des services à domicile (auprès des personnes âgées)12 à partir d’une « externalisation du travail domestique gratuit réalisé dans les familles essentiellement par les femmes » (Dussuet, 2008). Comme le note cette sociologue, cette externalisation peut être « analysée comme une marchandisation d’une activité sociale habituellement réalisée sur le mode du don » et marquée par le fort engagement moral et émotionnel auquel les femmes souscriraient « naturellement » en la réalisant. Nous considérons que cette externalisation mériterait également d’être analysée, dans une perspective alternative, comme une possible extension de l’espace du salariat et du salaire socialisé apte à transformer la force de travail gratuite que les femmes mettent en œuvre dans la sphère privée en emploi de pleins droits les impliquant dans une activité de service public vecteur d’efficacité sociale. Il nous semble que, même si elle permet de mettre en mots la réalité actuelle dans ses dérives, l’approche uniquement en terme de marchandisation risque aussi d’induire de la nostalgie à l’égard d’une activité exercée auparavant gratuitement par des femmes réputées aimantes et généreuses, ayant le souci des autres. Par contre, en rebondissant à partir de la réflexion de Bernard Friot (1998), l’approche globale en termes d’extension du salariat et du salaire socialisé ouvre des perspectives de sécurité de vie et –donc de liberté de la « personne humaine » (Séve, 2006) évoquée ci-avant – à ces femmes « salariables en activité » comme aux « salariables retraités » auprès de qui elles interviennent. En effet, cette approche permet d’envisager que les savoir-faire et être déployés par les unes en direction des autres puissent accéder au rang de qualification, source homogène et générale de reconnaissance du travail dans le cadre de l’emploi salarié quand il se trouve en capacité de réaliser pleinement les droits dont il est potentiellement vecteur à ce jour.

II.1 « Parler avec les vieux » : une occupation récurrente dont la pratique est valorisée mais dont la qualification n’est toujours pas reconnue

  • 13 Ces trois statuts juridiques sont depuis longtemps mobilisés par les institutions accueillant des (...)

34Que les enquêtes de terrain sur lesquelles s’appuie notre analyse se soient déroulées en institution ou à domicile, toutes mettent également en exergue les échanges langagiers aidants/aidés en tant que composante importante de l’intervention des « salariables en activité » auprès des « salariables retraités » afin de les soutenir dans leur vie quotidienne. Les informations recueillies auprès des premiers comme des seconds, mais aussi auprès des responsables et encadrants des structures employeurs (publiques, privées et associatives)13, renseignent à divers titres sur cette composante importante, nous offrant ainsi des points d’accroche pour commencer à la décrire et l’interpréter. Il nous a semblé que pour la saisir au mieux dans ses implications objectives et subjectives de même que matérielles et émotionnelles, il convenait de la lire au regard du temps entendu comme l’un des paramètres les plus déterminants des situations de travail encadré par le statut d’emploi salarié.

  • 14 Nous introduisons ici une distinction entre le temps/durée et le temps/charge (sur laquelle nous r (...)

35Nous devons en faire le constat, dans les configurations sociales comme la nôtre, au-delà de leurs modalités et apports en usage, les échanges langagiers entre des « salariables retraités » et des « salariables en activité » prennent place dans une temporalité définie contractuellement suivant le principe que le plus et le mieux doivent être faits dans le moins de temps/durée14 possible. Au vu de ce constat, nous pouvons retenir que ce qui nous a été livré sur ces échanges langagiers informe sur les mécanismes de la tension quasi permanente –tout spécialement dans les activités de service à la personne – entre le sens du travail en usage et les contraintes du travail contractualisé, entre la valeur d’usage du travail et sa valeur d’échange.

36En effectuant les tâches matérielles qui leur sont officiellement prescrites, les « salariables en activité » auprès des « salariables retraités » s’impliquent subjectivement dans des échanges langagiers avec ces derniers. Cette implication subjective qui consiste à « parler avec les vieux » ressort, à la fois, de la dimension non-prescrite qui caractérise le travail en train de se faire et de la prescription officieuse. En tant que dimension non-prescrite du travail, le « parler avec les vieux » n’est pas seulement de l’ordre classique des marges de manœuvre que le travailleur s’octroie pour souffler un peu, pour garantir l’atmosphère conviviale d’un faire assez strictement conformé et borné dans son déroulement et en général ravalé au rang de « sale boulot » pour ce qui est du contenu. Il est également et peut-être surtout– consubstantiel à la relation entre le professionnel aidant et l’usager aidé qui fonde d’emblée le travail mobilisé au sens où le temps consacré à parler avec les vieux est, d’une part, fortement sollicité par ces derniers et, d’autre part, contribue à la qualité de la prestation rendue. Les enquêtes de terrain ont montré que le travail exécuté pour alléger le quotidien des « salariables retraités » d’un ensemble de difficultés matérielles est aussi, de fait, un travail réalisé pour les apaiser de la souffrance liée au manque de contacts avec autrui et de l’angoisse de « la mort qui n’est plus aussi éloignée que cela ».

37Le « parler avec les vieux » que pratiquent les « salariables en activité » est en général impulsé par l’opportunité que les « salariables retraités » en font. Une fois que les premiers adhèrent à la sollicitation qui leur est ainsi adressée, ce « parler avec les vieux » devient, certes plus implicitement qu’explicitement, aussi pour eux une opportunité qui, de concert, leur permet d’optimiser la prescription à laquelle ils doivent se soumettre et de valoriser leur travail en train de faire. Par exemple, à domicile, le ménage se fera d’autant mieux –donc dans le temps imparti– du point de vue de la prescription, qu’en parlant, l’aidé se laissera aller à la confiance, à autoriser l’aidant à prendre des marques puis à avoir de l’initiative dans son espace privé. Nouée dans le langage et sur la base de la confiance réciproque dont il permet l’instauration, cette initiative octroyée par l’un et saisie par l’autre fait du domicile de l’aidé un lieu où le travail en train de se faire de l’aidant se dote positivement d’un double sentiment. Tout d’abord, dans le registre des règles techniques du métier, celui de pouvoir bien faire ce qu’on a à faire parce qu’on a su finir par adopter la bonne posture qui amène à ce qu’on ne rencontre plus d’entrave dans l’accès au monde matériel de la vieille personne. Ensuite, dans le registre de l’altérité et de l’utilité sociale, le sentiment de prendre part au bien-être d’une personne âgée en perte d’autonomie en lui permettant de passer un moment détendu au cours duquel elle est effectivement sujet de ce qui est en train de se passer chez elle. De même, en institution, en accordant de l’attention à la vieille personne, via le langage, le « salariable en activité » chargé du ménage ou d’une toilette contribuera souvent à transformer –durant le temps de son intervention et au moins symboliquement– la chambre anonyme n°,.. en chambre personnalisée de Madame ou Monsieur..., lui reconstituant ainsi un monde privé, une intimité. Emmaillée dans ce qui est à faire –en l’occurrence le ménage ou la toilette–, cette contribution de l’aidant met en jeu de l’à-propos dont les ressorts renvoient (pour reprendre les mots de Christophe Dejours, 2003) à « l’improvisation » et « au génie personnel » pouvant être à l’œuvre dans le travail en train de se faire. Or, comme les entretiens réalisés l’ont fréquemment suggéré, cette aptitude à l’à-propos inscrite dans la non-complexité et la banalité de la prescription habituellement attachées au ménage et à la toilette correspond à quelque chose comme « un supplément d’âme » (Dejours, 2003) qui rend le travailleur heureux, sinon fier, de faire ce travail-là.

38Le « parler avec les vieux » que nous venons d’examiner en tant qu’activité non-prescrite attire l’attention de l’analyste parce qu’outre d’être bénéfique au « salariable en activité », elle l’est aussi, au moment où elle se produit, au « salariable retraité ». Bien que non contractualisée, cette activité propre au travail en train de se faire de l’aidant permet, in fine et sans qu’on doive s’étonner, que le travail prescrit soit bien fait ; mais, et cela mérite d’être relevé, elle permet aussi que ce moment de la retraite en train de se vivre soit agréable et convivial pour l’aidé. En ne profitant pas qu’au « salariable en activité » mais également au « salariable retraité », le temps consacré à se parler dans sa dimension non-prescrite dégage une originalité du travail mobilisé dans la relation de service directe à la personne. Ce temps effectivement pris par les aidants, ce temps en usage contient des potentialités non marchandes, non échangeables dont d’ailleurs –et non sans dangers ou arrières pensées– la prescription s’empare officieusement tout en continuant à refuser aux savoir-faire et être ainsi déployés par les aidants l’accès au statut de qualification avec ses conséquences positives sur la rémunération et la reconnaissance du travailleur dans l’espace social.

  • 15 Le secteur des services –non médicalisés et médicalisés – à domicile est féminisé à plus de 95 % ( (...)

39Ces dernières années, le « parler avec les vieux » s’est incontestablement imposé comme une prescription officieuse – au sens de non contractualisée – au regard de ce qui est attendu des « salariables en activité » intervenant auprès des « salariables retraités ». Vivement encouragées par les Conseils généraux, responsables de la définition des axes de la prise en charge du vieillissement et de l’affectation des financements ad hoc, les structures employeurs dans leur diversité de statuts juridiques envisagent le travail de leurs salariés au-delà de ce qui est à faire concrètement (du ménage, une toilette, la préparation et le service d’un repas...). Le « parler avec les vieux », que désormais elles s’accordent à considérer comme nécessaire à la qualité des prestations qu’elles salarient, les a conduit –plus ou moins formellement – à bâtir un référentiel de compétences sur lequel elles s’appuient à l’occasion d’une embauche. Au cours de la procédure de recrutement, on va s’assurer que la future embauchée15 a le « goût du contact » avec les personnes âgées et qu’elle sait trouver les mots appropriés, à la fois, pour les rassurer et les faire adhérer à la prestation dont elles sont l’objet et dont le temps est compté, tout en étant discrète, réservée et honnête. Dans la plupart des cas observés, l’assurance ainsi prise l’est assez sommairement puisqu’elle procède de deux étapes où le « feeling » est le principal indicateur de sélection et de choix. En général la première étape est décisive. Elle se fait avec l’aide d’une salariée de confiance à qui on demande « si elle ne connaîtrait pas quelqu’une de bien » pour tenir le poste à pourvoir. La seconde étape, ne fait le plus souvent qu’entériner la première dans la mesure où la future embauchée profite de l’estime dont bénéficie celle qui l’a recommandée et qui, en plus, va rapidement l’acculturer à sa nouvelle fonction.

40Du point de vue de l’employeur, fondée sur des qualités personnelles dont la formation ne relève pas d’expériences et/ou d’apprentissages professionnels spécifiques et dont on a vérifié la présence chez la salariée au moment de l’embauche, la capacité à « parler avec les vieux » va de soi en situation de travail. Elle opère comme « naturellement » dans les différentes tâches prescrites en train d’être réalisées. De fait, c’est à la salariée de se débrouiller pour mettre en œuvre cette capacité qui –nous l’avons signalé ci-avant – a des incidences sur la qualité de son travail en train se faire et sur celle de la retraite en train de se vivre de l’aidé. À condition, bien sûr, que le « se débrouiller » de la salariée ne soit pas source de problèmes mettant en cause la poursuite de la prestation comme « part de marché » pour la structure employeur, le(s) responsable(s) ne tien(nen)t pas à en connaître les détails. Sous cet angle, les enquêtes de référence ont montré que l’aidant va alors prendre quelques libertés avec la prescription et sa temporalité délimitée. Le plus souvent, dans une logique d’intensification du travail permettant de se ménager des plages de temps libre pour parler avec l’aidé, il fera plus vite les tâches strictement prescrites ou opérera une sélection sur la base d’une distinction soit entre celles devant être impérativement faites aujourd’hui et celles pouvant être reportées à la prochaine fois, soit entre celles impliquant « d’être toujours faites à fond » et celles supportant de ne l’être qu’irrégulièrement. Plus rarement, sur une base extensive, il sera présent au-delà –en amont et/ou en aval – du temps contractualisé.

41En nous référant à l’analyse de Danièle Linhart (2005), il nous paraît pertinent de pointer, qu’en adoptant la première attitude –nettement majoritaire–, les « salariables en activité » dont il est ici question s’efforcent de tenir ensemble deux postures a priori difficilement conciliables. D’un côté et pour la forme, elles ont à cœur de « faire valoir leur position de salariées » en ne travaillant pas au-delà du temps contractualisé. Insatisfaites du temps partiel auquel elles se sentent assignées alors que « le travail, c’est sûr, il y en a plein ! », elles ne voient pas pourquoi elles devraient se laisser aller à travailler plus longtemps sachant que ce sur-travail restera finalement invisible aux yeux de l’employeur et donc gratuit. D’un autre côté et sur le fond, en acceptant en contrepartie de « charger » leur temps de travail inchangé dans sa durée, ces « salariables en activité » prennent plaisir à s’impliquer solidairement dans le temps de la retraite des autres. Le plus souvent, en équilibristes, elles sont amenées à faire interagir trois temporalités très décalées, voire antagonistes : celle strictement délimitée et comptable des employeurs, celle paradoxalement sans limite des « salariables retraités » en fin de vie et, enfin celle des salariés (la leur) qui se doit de jongler avec la rigueur calculée des premiers et la souplesse angoissée des seconds. Quant aux « salariables enactivité »–minoritaires–quienarriventàtravaillerau‑delàdutempscontractualisé pour pouvoir véritablement « parler avec les vieux », elles renoncent à protéger leur situation de salariées, se disant que de toute façon elles ne peuvent pas être plus précaires qu’elles ne le sont déjà. Dès lors, ce qui importe pour elles, c’est la qualité de la relation nouée avec les « vieux » dont elles s’occupent. Non totalement dupes, elles vont au-delà du temps salarié dans lequel on les contraint sans contreparties intéressantes en ouvrant un temps « hors champ » favorable aux échanges intergénérationnels. Elles dépassent le temps qui leur est imparti parce qu’elles veulent du temps pour donner à leur travail un sens pour elles et pour les « vieux ». Nous devons nous demander, si cette quête légitime mais menée en dehors de la relation salariale ne se produit pas à travers un processus qui transporte, de la sphère familiale vers celle de l’entreprise, le travail de maintenance et de soutien à la vie quotidienne produit gratuitement par les femmes ? Ce d’autant que dans l’imaginaire collectif, la rémunération d’un tel travail dans ses aspects éthiques peut encore paraître comme « contre-nature », comme une intrusion dans un domaine depuis toujours construit autour du don de soi sans rien en attendre, sinon d’être confirmée dans son statut de personne aimante et dévouée (Dussuet, 2008).

42En ne cherchant pas à connaître les détails du « se débrouiller » des « salariables en activité » auprès des « salariables retraités » pour que le « se parler » soit effectif et efficace, les employeurs – du moins pour le moment – réussissent un tour de force. D’un côté, sur l’espace public où se décident les orientations de la politique en matière de vieillissement et la répartition des financements afférents, ils se donnent à voir conformes aux attentes du projet global de « modernisation des entreprises » en s’affirmant attentifs à introduire des éléments de prise en compte des « vieux » comme sujets de la prestation dont ils bénéficient via leurs structures. De l’autre, sans effet en retour en terme de qualification, ils font porter le coût et la charge de ce souci des « vieux » sur le travail qu’il mobilise, se fondant sur l’implication des salariées dont, selon eux, les ressorts se trouvent dans ces qualités féminines que spontanément les femmes déploieraient dans ce type de travail. Pour les employeurs, « parler avec les vieux » fait donc partie intégrante de la réalisation des tâches prescrites. Ce n’est pas une tâche isolable en tant que telle et, en conséquence, mesurable en temps. Le temps pour parler avec les vieux est dénié pour soi ; il est dissout dans le temps requis pour la réalisation des tâches officiellement prescrites.

  • 16 Plusieurs contributions font ressortir qu’à domicile, la personne âgée aidée conçoit son monde mat (...)

43N’accédant pas au statut de composante isolable du temps global imparti, le « parler avec les vieux » comme temps en usage valorisé tant par les employeurs que par les salariés et les usagers n’est pas du temps échangé avec sa possible traduction en termes de qualification et de rémunération. Ce temps effectivement en usage mais qui demeure non-échangé appelle au moins deux remarques. Tout d’abord, alors que, dans l’ordre de l’usage, l’activité qui consiste à « parler avec les vieux » est incontestablement du temps vif au sens où elle augmente la qualité du travail de l’aidant et le bien-être de l’aidé, dans l’ordre de l’échange, elle demeure du temps mort au sens où l’engagement de soi qu’elle suppose n’est pas reconnu comme concourant à l’efficacité économique de la prestation. Comme le précise la contribution d’Éliane Le Dantec, la reconnaissance du « parler avec les vieux » comme temps vif en usage pâtit de la longue histoire des rapports entre le capital et le travail marqués par la chasse aux temps morts qui conçoit –notamment à l’échelle du travail réputé peu ou pas qualifié– le fait de parler comme du « bavardage » inutile et, in fine, répréhensible. Le poids de cette histoire rend difficile de concevoir que, tout spécialement, dans les activités de service à la personne le temps que le travailleur et l’usager consacrent à se parler est nécessaire –sinon décisif– afin de permettre la faisabilité même du travail et de garantir sa qualité. Il l’est notamment parce que l’échange langagier produit des informations sur la dimension subjective et émotionnelle que la vieille personne aidée accorde aux objets les plus quotidiens16 qui l’entourent et dont elle doit déléguer l’utilisation à un tiers. Il renseigne la salariée aidante sur la manière la plus adéquate de s’immiscer dans un monde matériel privé afin de bien faire son travail tout en garantissant à l’autre qu’elle ne l’en exclut pas. Par exemple, le « se parler » favorise la constitution d’une mémoire informative sur les impairs –inextricablement dans les registres matériels et affectifs– que l’aidant doit éviter de commettre pour ne pas « braquer » l’aidé qui, en réaction, risque de faire ce qu’il peut pour le gêner dans son travail en lui « mettant des bâtons dans les roues qui font perdre du temps inutilement ». Le « se parler », pour anticiper les impairs inextricablement matériels et affectifs qui pourraient nuire au bon accomplissement de la relation de service, s’avère être une condition essentielle pour que l’engagement de soi du « salariable en activité » sur une base subordonnée produise son efficacité sociale en contribuant à ce que le « salariable retraité » se sente sécurisé objectivement et subjectivement. Pour le dire autrement, en passant de l’invisibilité imposée par les employeurs à la visibilité revendiquée par les salariées mais aussi par les « vieux », le « se parler » dont il est ici question peut rendre effectives les potentialités de la responsabilité et de la solidarité salariales se nouant dans le travail des uns mis en œuvre dans la retraite des autres ou encore dans du temps subordonné affecté à du temps libre payé via la cotisation sociale au détriment de la propriété lucrative (Friot, 2003).

44La seconde remarque que nous souhaitons faire est la suivante : dans le champ professionnel que constitue « l’aide aux personnes âgées en perte d’autonomie », l’activité qui consiste à se parler entre intervenant et usager est transversale à plusieurs types de métiers caractérisés par des niveaux de formation et de reconnaissance sociale afférente très contrastés. En réalisant les enquêtes de référence auprès des professionnels peu ou pas qualifiés et maintenus au bas de l’échelle sociale exerçant dans ce champ (des auxiliaires de vie et des aides-soignantes), nous avons aussi rencontré – indirectement ou directement – des professionnels qualifiés et socialement valorisés (des infirmières et des médecins) qui, eux aussi, ont souligné combien « le fait de prendre du temps pour parler avec les "vieux" était un plus pour la qualité tant technique qu’humaine de leurs actes ». Le « parler avec les vieux » comme activité commune à plusieurs types d’intervenants professionnels a attiré notre attention sur deux aspects.

45En premier lieu, l’activité récurrente et nécessaire qui consiste à « parler avec les vieux » repose sur des savoir-faire et être qui ne dépendent pas du niveau de formation dans ses dimensions théorique, méthodologique et technique mais de la manière de s’investir dans la relation à l’usager présent en chair et en os quand on est en train de faire son travail. Les entretiens semi-directifs réalisés montrent que les ressorts de la manière de s’investir dans cette relation ont à voir avec les arbitrages fréquents que l’intervenant parvient à faire entre, d’un côté, la contrainte temporelle imposée par l’employeur quand on est salarié ou qu’on s’impose quand on est travailleur indépendant (une partie des infirmières et la quasi-totalité des médecins rencontrés) et, de l’autre, une attention à la « vieille personne » dont le degré et la qualité ressortent de l’histoire individuelle de chaque intervenant et du type de trajectoire sociale cristallisée dans chaque métier.

46En second lieu, tout semble se passer comme si cette activité récurrente et nécessaire, perturbait l’ordre des métiers et, donc, la division sociale du travail. « Bien faire son travail » auprès des « vieux » génère des tensions entre métiers. Les enquêtes de référence ont révélé l’existence de celles-ci à différents niveaux de l’échelle de valeur des métiers intervenant auprès des personnes âgées en perte d’autonomie, que ce soit en institution ou à domicile. De vives tensions sont apparues entre des métiers situés à la hauteur de barreaux rapprochés de cette échelle mais bien distingués pour ce qui est du niveau de formation technique. Elles ont été évidentes entre les aides soignantes et les auxiliaires de vie et entre ces dernières et les infirmières. Les professionnels occupant le barreau immédiatement supérieur de l’échelle de valeur (en l’occurrence, pour les deux exemples ici retenus, les aides soignantes et les infirmières) tiennent à préciser, qu’au-delà de ce qu’apporte le fait de « parler avec les vieux » tous métiers confondus pour rendre efficace l’intervention dans sa globalité, il n’en reste pas moins vrai que les mieux formés techniquement doivent conserver un pouvoir de vérification sur ce que les moins qualifiés font de cette fonction transversale. Quant aux professionnels occupant le barreau immédiatement inférieur de l’échelle de valeur (les auxiliaires de vie et les aides-soignantes), elles ont à cœur de rappeler que ce « parler avec les vieux », commun aux différents métiers concernés, est bien le signe tangible d’une nécessaire revalorisation du leur. Ce rappel est particulièrement prégnant dans les tensions auxiliaires de vie/aides-soignantes car il vient s’ajouter à la demande des premières que les toilettes et la manipulation des corps auxquelles elles procèdent de fait pour le confort des « vieux » cessent de leur être officiellement interdites ; cela, alors que les aides-soignantes plaident en faveur du maintien de cette interdiction et d’un contrôle plus systématique de son application.

47Ces tensions entre métiers, très différents en termes de niveaux de formation mais néanmoins communs dans la nécessité de consacrer du « temps pour parler avec les vieux », conduisent à interroger, non pas sur le fond mais pour partie sur la forme, la validité des grilles de qualification actuelles, tout spécialement, quand elles s’appliquent dans le secteur des activités de service à la personne. Si, de par leur caractère d’indicateur homogène en faveur du travail, les grilles de qualification doivent de toute évidence rester l’un des mécanismes essentiels de la socialisation du salaire, ne doivent-me général intégrateur– se transformer pour partie en articulant à la logique de verticalité qui les fonde une logique d’horizontalité requise par les nouvelles modalités du travail et apte à tirer vers le haut des pratiques professionnelles maintenues vers le bas ? Enfin, ne convient-il pas de faire l’effort de comprendre ce « temps consacré à parler avec les vieux » attendu des différents professionnels intervenant auprès de ces derniers comme l’une des qualifications nouvelles capables d’introduire de l’unité au sein du monde du travail et, au-delà, au sein de ce « salariat multipolaire » dont parle Jean Lojkine (2005) ?

II.2 « La fin de vie » : une préoccupation au cœur du travail

48Dans l’occupation récurrente qu’est « parler avec les vieux », le thème de « la fin de vie » est très présent, en constituant en quelque sorte l’épine dorsale. Au cours des entretiens réalisés, ce thème a été très souvent abordé par les aidés comme par les aidants, que ce soit ouvertement ou de manière plus allusive. Les propos recueillis et mis en perspective dans les contributions semblent pouvoir intéresser la démarche sociologique dans la mesure où ils nous laissent entrevoir la manière dont « la fin de vie » s’impose comme l’un des marqueurs obligés du travail en train de se faire des aidants dans la vieillesse en train de se vivre des aidés.

49De même que ce sont les « vieux » qui, en général, initialisent le « se parler » comme une séquence habituelle du temps qui leur est consacré sur la base d’une intervention salariée, ce sont aussi eux qui font de « la fin de vie » l’un des thèmes importants de celui-ci. Mais, si les aidants se saisissent facilement de l’opportunité qu’est le « se parler » et s’appliquent à faire ce qu’il faut pour que, coûte que coûte, il ait sa place dans le temps de travail largement sous contrôle qui leur est imparti, en revanche, du moins au départ, ils se montrent réticents à échanger sur « la fin de vie ». Or, comment est mis en mot ce thème en situation de travail et comment opère-t-il ? Qu’en est-il des réticences des aidants à le développer et comment évoluent-elles ? Que nous disent-elles du rapport entre le travail et la société (Linhart, 2008) tel qu’il se met en place dans le secteur des activités de services à la personne âgée ?

  • 17 La fin de vie » est une expression qui, ces dernières décennies, s’est imposée dans les discours s (...)

50Comme nous ne pouvons pas faire l’économie d’une analyse en termes de rapport au temps pour traiter d’une situation de travail, il en va de même pour aborder « la fin de vie ». Si, au regard de la situation de travail, il apparaît que le temps échangé contraint généralement le temps en usage (cf. ci-avant II.1), au regard de « la fin de vie », il s’avère que la conscience se précisant toujours plus du peu de temps qui reste imprègne le temps présent du sceau de l’échéance rapprochée mais non fixée qu’est la mort. Des enquêtes de référence, il est ressorti que pouvoir parler avec l’aidant du peu de temps qui lui reste à vivre est un besoin prégnant de l’aidé qu’il n’exprimera certes pas avec recul et dans le registre lexical réflexif – et aussi convenu – de « la fin de vie »17 mais de manière directe – sans garde-fous – dans le registre de l’expérience dont le « vous savez, j’en ai plus pour longtemps ! » est le leitmotiv.

51Au cœur du travail des « salariables en activité » via le temps consacré au « se parler », le « vous savez, j’en ai plus pour longtemps ! » lancé par les « salariables retraités âgés » fonctionne comme le mot de passe qui met le thème de « la fin de vie » au menu des échanges (comme l’a d’ailleurs mentionné une auxiliaire de vie rencontrée : « y a toujours un moment où la vieille personne va vous balancer, le plus souvent, comme ça, l’air de rien "vous savez, j’en ai plus pour longtemps !". Eh bien, j’ai fini par comprendre que c’était sa façon de mettre la mort sur la table comme sujet de conversation auquel elle tenait vraiment »). Ce mot de passe assez systématiquement utilisé par les aidés mettant, non sans réticences, les aidants en demeure de réagir contient un ensemble de questions aux ressorts génériques posé au sein d’une situation (celle de travail) socialement construite. Qu’est-ce que l’aidé vivant l’incertitude de son sort définitif à l’horizon d’un futur rapproché dit à l’aidant a priori peu enclin à assumer cette incertitude incontournable pour l’autre mais encore inconcevable pour soi ? L’aidant sait-il écouter et entendre ce que l’aidé est entrain de lui dire avec le désir d’échanger ? Comment l’aidant peut-il rentrer dans l’échange langagier pour répondre à ce pourquoi l’aidé le sollicite sur le mode, à la fois, anodin et provocateur ? Des enquêtes de référence menées auprès des aidés comme des aidants, il apparaît qu’en lançant « comme ça, l’air de rien » leur « vous savez, j’en ai plus pour longtemps ! », les « vieux » souhaitent faire partager leur « questionnement de soi par rapport à l’âge » (Caradec, infra) pour l’inscrire dans la réalité de la présence des autres. Ils usent du temps du « se parler » bien sûr pour être entendus sur la mort qui a cessé pour eux d’être un événement peu probable –voire improbable– et, surtout, sur ce qu’ils ne peuvent plus faire.

52Ces enquêtes ont montré que l’affirmatif « vous savez, j’en ai plus pour longtemps ! » des vieux suscite généralement l’interrogatif « mais, qu’est-ce vous racontez donc là ? » des plus jeunes, souvent introduit par l’expression affectueuse « mamie » ou « papi » qui, rappelant son âge avancé à l’interlocuteur, rend finalement caduque l’espoir qu’on prétend lui insuffler, le réconfort qu’on pense devoir lui apporter. La réponse/question des jeunes travaillant auprès des vieux exprime davantage leur grande difficulté à échanger sur le mort qu’un souci de contredire un propos dont, in fine, ils savent la pertinence. En effet, comme l’a souligné une auxiliaire de vie « si on veut bien prendre la peine de réfléchir un peu : quand on a atteint 80 ans, c’est sûr qu’on en a plus pour longtemps ! ». Ces paroles/réflexes régulièrement échangées (« vous savez, j’en ai plus pour longtemps ! » et « mais qu’est-ce que vous racontez donc là ? ») nous permettent de toucher du doigt à quel point la rencontre entre la vieillesse des uns et le travail des autres ne peut que prendre forme et contenu au regard de deux situations humaines (être jeune et être vieux) dont « la dissymétrie est insurmontable par principe » (Fournier, Mino 2008). Aujourd’hui, cette dissymétrie dont le fondement est biologique est d’autant plus agissante qu’elle est surdéterminée socialement par l’hyper valorisation de la jeunesse et la dénégation de la mort qui l’accompagne. Dans le « mais, qu’est-ce vous racontez donc là ? » des plus jeunes il y a cette impossibilité sociale – voire anthropologique – de parler de la mort, de cette mort qui n’existerait plus. Le « mais, qu’est-ce vous racontez donc là ? » des plus jeunes pointe quelque chose comme une sourde récrimination à l’encontre des « vieux » qui osent mettre sur le tapis quelque chose qu’ils ont appris à oublier ou à dénier.

53En étant échangées en situation de travail, ces paroles/réflexes mettent aussi en vis-à-vis deux épreuves temporelles. D’un côté, celle de temps subordonné subie par des salariables en activité » mais qui ont – du moins potentiellement – un horizon suffisamment ouvert devant eux pour pouvoir aspirer à mieux. De l’autre, celle du temps libéré mais dont on sait ce que sera forcément son terme rapproché mais non arrêté à laquelle sont confrontés les plus âgés des « salariables retraités ». Des enquêtes réalisées, il ressort que lorsque se constitue un nouveau binôme aidant/aidé mettant en présence quelqu’un de jeune et quelqu’un de vieux, c’est la dissymétrie insurmontable de la condition humaine qui saute d’abord aux yeux et qui va largement donner le tempo aux échanges avec leur suite de malentendus. En revanche, quand l’aidant et l’aidé commencent à se connaître, la dissymétrie demeure mais la perception qu’on en a de part et d’autre tend à se modifier sensiblement. Notamment, l’aidant/ « salariable en activité » admet que l’aidé/« salariable retraité » puisse avoir envie de parler de sa mort qui « n’est plus aussi éloignée que ça ». Et, plutôt que de l’en dissuader par dénégation d’une certitude en s’accrochant à l’incertitude de sa survenue, il trouve progressivement, dans le dialogue, les mots pour en parler et s’étonne finalement de pouvoir s’y impliquer simplement et de pouvoir ressentir le plaisir d’apaiser son interlocuteur. Cet apaisement de l’aidé âgé, source de plaisir pour l’aidant, est objectivement produit et expérimenté par le travail subordonné de l’aidant au cours du temps consacré à « se parler ». Mais, cet apaisement et les savoir-faire et être en usage qui l’induisent restent assignés à résidence dans le huis-clos du domicile ou de la chambre en institution de l’aidé. Ils sont appréhendés comme des pratiques de l’ordre de l’intime : non socialisables au sens où ils ne pourraient trouver leur place dans une grille de qualification et être homologués en tant que contribuant à la solidarité intergénérationnelle comme posture collectivement assumée.

54Cet apaisement de l’aidé et les savoir-faire et être de l’aidant afférents ne sont donc encore qu’exceptionnellement envisagés, respectivement, en tant que critère d’efficacité sociale et comme qualification. Cela alors que l’une et l’autre, officiellement reconnues, pourraient garantir au « salariable retraité » et au « salariable en activité », réunis à l’occasion du travail des seconds, les bienfaits d’une relative similitude nouée dans les échanges langagiers tout en protégeant le travailleur d’une mobilisation subjective trop forte – notamment hors travail – que l’accès à l’intimité inquiète du vieux, voulu par celui-ci, peut générer. Sous cet angle, la solidarité intergénérationnelle comme posture collectivement assumée ou comme mission de service public, via le salaire socialisé – ici, dans sa double dimension « qualification » et « mutualisation » –, peut mettre les aidants salariés à l’abri du harassement, de la lassitude, de l’épuisement voire de l’abattement qui ne manquent pas de gagner les aidants familiaux ne parvenant pas facilement à faire la part des choses entre le soutien qu’il est légitime d’apporter aux plus âgés confrontés à une perte d’autonomie et les affects douloureux dont, le plus souvent, il se charge quand il incombe uniquement au cercle familial. Alors que le salaire socialisé peut faire de l’aide aux « salariables retraités » un droit universel, en restant exclusivement une tâche familiale, elle se situe dans le registre du devoir moral qui, dans les faits, présente des degrés de mise en œuvre très contrastés, en fonction notamment des conditions de vie matérielles et de l’histoire des relations familiales avec leur lot d’amour et de haine, d’accompagnement et d’abandon... ayant toujours de bonnes raisons.

55Outre de parler de la mort qui approche, sans doute pour ne pas être en permanence seuls face à cette « épreuve abyssale » (Fournier, Mino, 2008), les « vieux » tiennent à parler de ce qu’ils ne peuvent plus faire. Ils savent – et ceux qui interviennent professionnellement à leur domicile finissent par le savoir aussi–, qu’en pouvant parler de ce qu’ils ne peuvent plus faire en raison de leur âge avancé est souvent l’occasion de se remémorer, via l’échange langagier, ce qu’ils ont fait dans/de leur vie et qui fait ce qu’ils sont aujourd’hui. En parlant avec ceux dont ils ont désormais besoin pour accomplir des actes de la vie quotidienne, ils se réapproprient leurs diverses expériences passées heureuses et/ou malheureuses et, se faisant, les transmettent comme pan d’une mémoire s’accumulant, indissociablement individuelle et collective. Comme ils le disent eux-mêmes, les aidants commencent par percevoir cette remémoration dans laquelle ils sont « embarqués » comme une commémoration de soi proche du « radotage ». Puis, petit à petit, ils parviennent à comprendre sa fonction de « co-mémoration » dans laquelle, par leurs questions et acquiescements, leurs approbations et étonnements positifs et négatifs, ils contribuent à créer de la texture, de l’épaisseur dont ils se nourrissent en étant amenés à établir des liens avec leur présent. Produite dans le temps du « se parler » qui construit coûte que coûte le temps de l’intervention salariée sous contrôle, cette co-mémoration spécifie la rencontre entre le temps subordonné du « salariable en activité » et le temps libéré du « salariable retraité ». Salutaire de part et d’autre, cette co-mémoration intergénérationnelle s’objectivant en situation de travail salariée mérite d’être envisagée comme un critère d’efficacité sociale des activités de service auprès des personnes âgées, en conséquence comme du temps vif et non plus comme du temps mort. Il nous semble que la capacité à faire et être qu’est la participation de l’aidant à cette co-mémoration voulue –sinon inlassablement imposée – par l’aidé est un autre élément qui permet d’étayer la qualification que devrait être le « parler avec les vieux ».

56En se faisant agent de cette co-mémoration voulue par les « vieux », les travailleurs qui interviennent auprès d’eux contribuent également à ce qu’ils ressentent le sentiment d’exister que procurent les échanges langagiers avec autrui. La situation de travail propre à la prise en charge du vieillissement crée un espace-temps, où les « vieux » peuvent satisfaire le besoin de proximité et de similitude avec autrui propre à tout être humain et dont les opportunités se raréfient au rythme des décès de plus en plus nombreux dans leurs différents entourages (familial, amical et de voisinage). Cette co-mémoration langagière est l’occasion, à la fois, de faire des choses avec autrui que n’interdit pas sa mobilité réduite et de vérifier son aptitude à être soi avec les autres comme d’éprouver encore la confiance en soi et la sécurité intérieure qui en découlent. Mais, à n’en pas douter positive pour le bien-être des aidés, cette contribution ne va pas de soi pour les aidants. Les réticences manifestées assez systématiquement, au départ de la constitution des binômes aidés/aidants, par ces derniers procèdent notamment de l’inquiétude d’être pour les premiers leur seul entourage ou, du moins, celui qu’ils côtoient le plus fréquemment et régulièrement. Les aidants pressentent avec inquiétude qu’ils interviennent dans une situation de travail qui, à tous moments et sous l’impulsion des aidés, courre le risque de brouiller les frontières entre vie privée et professionnelle pour des raisons affectives. Ils sont ainsi confrontés à une série de questions auxquelles ils ne sont pas sûrs de pouvoir bien répondre. Doit-on se laisser aller et, si oui, jusqu’où, dans l’engagement affectif quand on exerce son activité professionnelle ? Est-ce qu’il est raisonnable de se laisser aller à cet engagement fondamentalement inégal dans ses motifs, l’aidé/demandeur en attendant beaucoup, sinon tout, alors que l’aidant/offreur sait qu’il ne pourra s’y investir objectivement que le temps compté de son intervention ? Doit-on accepter la charge subjective –faite de culpabilité et de souffrance – de ne pas pouvoir et/ou vouloir offrir un engagement à la hauteur de la demande qui nous est adressée ?

57Ces questions auxquelles les aidants ne peuvent se soustraire mettent en exergue l’une des particularités du travail dans les activités de service à la personne, tout spécialement à la personne âgée. D’un côté, très largement féminisé, l’accès à ce travail et son exercice sont généralement envisagés comme l’opportunité d’entrer dans un nouveau cercle relationnel qui permet, en s’y ajoutant, de s’émanciper pour partie du cercle familial où la présence des proches est bien sûr rassurante mais aussi envahissante, où « nous subissons de plein fouet et en permanence la nature potentiellement contradictoire de nos aspirations » (Généreux, 2006). En devenant salariées, même si c’est au prix de conditions d’emploi très dégradées et de rythmes de vie globaux très serrés, ces femmes expérimentent la possibilité effective – et le plaisir – d’équilibrer quelque peu leurs aspirations ontologiques que sont la proximité et la distance, la similitude et la différenciation, ou encore, la dépendance et l’indépendance.

58Mais, d’un autre côté, en exerçant leur activité de soutien à la vie quotidienne des « vieux », elles subissent les aspirations exigeantes de proximité, de similitude et de dépendance à l’autre de ces derniers qui, en fait, s’emparent de leur travail pour se recréer un cercle intime. Dans les chambres des vieux en institution mais surtout à leur domicile, les « salariables en activité » sont impliquées dans des modes de rapport à l’autre qui, comme dans leur propre espace privé, se situent essentiellement dans le registre affectif alors qu’elles souhaitaient enfin vivre un rapport à l’autre dans le registre professionnel.

59Elles en font l’expérience : dans le travail salarié qui les concerne désormais, le registre professionnel avec ses savoir-être et faire vecteurs de qualification potentielle – sinon avérée – et le registre affectif privé avec sa demande et ses preuves d’attachement et d’amour s’imbriquent constamment, fragilisant leur identification de « salariable en activité » en semant la confusion quant à la posture appropriée à tenir. Cette confusion est d’autant plus difficile à affronter que les aidantes doivent elles-mêmes trouver le moyen de la surmonter, l’employeur se contentant formellement et de l’extérieur de rappeler la règle professionnelle de la distance à l’usager tout en se disant que sur le terrain, dans le vécu de la rencontre aidant/aidé forcément singulière, c’est à la salariée de se débrouiller avec ce qu’elle est ; l’habitude du travail comme le fait d’être une femme pouvant lui être d’un grand secours.

  • 18 Sur cet aspect, notre analyse peut être mise en résonance avec les recherches d’Annie Dussuet (200 (...)

60Le domicile du « salariable retraité âgé » et la chambre qu’il occupe en institution constituent le cadre d’un huis-clos entre un professionnel en quête de reconnaissance et un usager en demande pressante d’attention. En tant que lieux privés et intimes, le domicile et la chambre des « vieux » sont empreints d’une affectivité souvent douloureuse qui ne disparaît pas quand, le temps d’une intervention extérieure, ils deviennent aussi lieux de travail. Les normes et règles professionnelles qui y sont introduites à cette occasion ne s’imposent jamais pleinement. Elles doivent composer avec l’affectivité omniprésente qui n’a souvent de cesse que de ramener la travailleuse à sa position de femme, avant tout, soucieuse des autres18. Cela est d’autant plus net, que la travailleuse est moins formée et qualifiée, que les règles et normes professionnelles afférentes sont moins encadrées par la portée homogénéisatrice et intégratrice de la qualification reconnue. Se trouvant dans un environnement de travail spécifique où elles rencontrent bien plus leurs usagers (et aussi d’autres professionnels) que leurs pairs, les professionnelles des services à la personne âgée sont conduites à échanger sur des points de vue, sur des valeurs qui ne sont pas en majorité – loin s’en faut – ceux d’un collectif bien identifié pouvant se souder autour de faire et être partagés comme d’attentes et de revendications communes sur la place de leur travail dans la société.

61L’apaisement temporairement apporté face à l’épreuve qu’est la mort qui « n’est plus aussi éloignée que ça » et la participation à la co-mémoration de ce qu’on fait et été les aidés au cours de leur vie laissent entrevoir comment s’ajuste le donné anthropologique indépassable qu’est la fin de toute vie humaine et la manière dont chaque type de société fait avec. Aujourd’hui, dans les sociétés comme la France, se faisant de plus en plus dans le cadre du travail/emploi, aussi précaire soit-il, et moins dans celui du travail domestique même si, via l’extrême féminisation, du premier ses valeurs persistent toujours oh combien !, cet ajustement tend à permettre aux « salariables en activité » comme aux « salariables retraités » de se construire dans une parole et un agir s’émancipant du risque de repli dans la sphère privée. Il permet une distanciation par rapport à une sphère privée très assujettie à sa position dans la division sociale du travail ainsi qu’à son économie pulsionnelle et à la dimension anxiogène des relations qui peuvent s’y nouer, tressées dans des relations rassurantes.

62Pour conclure, nous retiendrons que la rencontre entre la vieillesse des uns et le travail des autres que nous avons cherchée à appréhender repose, dans ses contours actuels, sur un paradoxe à la fois, inquiétant et prometteur. D’un côté, elle fait ressortir le déni de qualification dont pâtit le travail des « salariables en activité » concernés et qui augmente d’autant leur précarité d’emploi. De l’autre, elle circonscrit l’effet sécurisant de ce travail sur « la fin de vie » des « salariables retraités ». Il faut en prendre acte, dans du temps subordonné, la qualification déniée du travail en train de se faire tranquillise –certes momentanément ! – la fin de vie en train de se dérouler. Il nous semble que ce paradoxe, fondamentalement indexé à « un capitalisme qui veut en finir avec la qualification et la cotisation » (Friot 2003), contient aussi les germes d’une solidarité intergénérationnelle socialisée par laquelle les aidés comme les aidants parviennent à être effectivement des sujets de leurs pratiques et de leurs relations.

Notes

1 Jusqu’à ces dernières décennies, cette rencontre se déroulait pour l’essentiel – sinon exclusivement – dans l’espace domestique où les plus jeunes, dans la logique de la filiation et sur la base d’un travail gratuit, s’occupaient des plus âgés comme cela se faisait et comme ils le devaient. Aujourd’hui, il existe une lecture nostalgique d’un avant où la vieillesse aurait bénéficié d’une structure familiale élargie solidaire. Il semble qu’il faille mesure garder par rapport à une lecture qui permet surtout d’exorciser l’angoisse que suscitent les nombreux vieux vivant seuls à leur domicile ou en institution et dont on perçoit l’extrême solitude. En effet, si solitude il y a, elle ne saurait s’évaluer uniquement en terme de relégation spatiale ; elle ressort aussi de la mise à l’écart des échanges langagiers. Or, sous cet angle, les « vieux » d’aujourd’hui n’ont pas forcément grand chose à envier aux « vieux » d’hier qui, bien que présents physiquement, ne se voyaient guère adresser la parole et se sentaient encore moins autorisés à la prendre. Pour s’en convaincre, il suffit de se référer à la littérature, au cinéma et à la chanson populaire (ou encore, à notre mémoire familiale) évoquant des vieux silencieux, se consumant dans l’indifférence !

2 Leur absence est la conséquence de notre mode d’accès au terrain d’enquête. Ce sont des structures employeurs qui nous ont permis de rencontrer, à domicile et en institution, des personnes avancées en âge et des salariés leur venant en aide à divers titres. Toutefois, si nous n’avons pas eu d’entretien avec des « aidants » rémunérés effectuant leur travail en étant totalement non-déclarés, il n’a pas été exceptionnel d’en trouver qui nous ont déclaré compléter leur contrat de travail à temps partiel par du travail au noir ; que ce soit chez la/les personne(s) agée(s) désignée(s) par leur employeur ou chez d’autres, en dehors de toute contractualisation formalisée.

3 Si, mécaniquement, on se rapporte à cette définition statistique de la « personne âgée », on ne s’étonnera pas qu’à partir de 40 ans, nombreux sont ceux que l’on a tendance à identifier comme étant déjà trop vieux pour exercer une activité professionnelle !...

4 Toutefois, nous devons en prendre acte. D’une part, le mot « vieillard » n’a jamais été utilisé par les contributeurs à l’ouvrage. D’autre part, les auteurs de cette introduction ont pensé à le faire mais ne s’y sont pas résolus, se prémunissant en quelque sorte de l’audace qu’ils auraient eue en usant d’un vocable perçu particulièrement violent et dénigrant à l’égard de ceux ainsi désignés. Violence et dénigrement qui, par ailleurs, ne sont pas présents dans les définitions proposées respectivement par le « Larousse » et le Robert » qui, l’un et l’autre font principalement ressortir le grand âge du vieillard qui peut, dans le registre positif, en faire un « patriarche » ou « un sage ». Seul le Robert évoque la figure plus négative du « vieillard gâteux ».

5 Haydée Subéran souligne que « plus de 600 000 personnes âgées vivent en France avec 610 euros par mois, juste sous le seuil de pauvreté (correspondant à la moitié du salaire médian français – 645 euros par mois pour une personne seule–, mais trop riches pour bénéficier de la couverture maladie universelle –CMU–). Ce sont des femmes (70 %), des agriculteurs (70 %) et des étrangers. Ils sont plus nombreux dans l’Ouest et le Sud-Ouest, sous une ligne Caen-Bastia, en zone rurale, régions plus âgées et plus pauvres. Il faut ajouter à ce chiffre ceux qui ne touchent pas ce minimum, parce qu’ils ne savent pas qu’il existe, parce qu’ils ont honte de le réclamer ou qui ignorent comment faire. Et puis ceux qui touchent une petite retraite, 100 ou 200 euros au-dessus du seuil, et qui ont quand même du mal à joindre les deux bouts » (p. 443-444).

6 Lorsque Lucien Sève (2006) écrit que « l’homme c’est le monde de l’homme, [que] l’essence humaine n’est pas une abstraction inhérente à l’individu pris à part. Dans sa réalité effective c’est l’ensemble des rapports sociaux » (p. 19), il traite in fine de ces deux questions de manière très articulée comme on doit impérativement le faire.

7 Les deux autres arguments étaient le renforcement de la concurrence des autres pays, en particulier les pays asiatiques, et le déclin démographique dû à la faiblesse de la fécondité européenne.

8 Il suffit de rappeler ici le passage progressif, effectif depuis 1993, des dix aux vingt-cinq meilleures années pour le calcul du salaire de référence dans la pension du régime général ou la retraite à la carte, en projet, reposant sur la prise en considération du salaire moyen de carrière et non pas du dernier salaire dans la pension de fonction publique et sur le remplacement des annuités par un système de points dans le régime général (Friot, 2003). Entérinées ou en projet, ces réformes témoignent bien de la substitution d’un salaire différé au salaire socialisé, substitution ouvrant, de manière euphémisée, la porte à l’épargne comme modèle pour l’approvisionnement des retraités.

9 En nous référant étroitement aux analyses d’Yves Clot (2002), il ne s’agit pas du développement au sens embryologique du terme et dont les grandes étapes seraient connues d’avance. Le développement dont il est ici question renvoie, en fait, à une histoire qui se noue dans des situations réelles, interdisant qu’il soit unidirectionnel et prédéterminé. Par « développement humain possible » en situations de travail et de retraite, à la fois distinctes et articulées, nous entendons les histoires du développement avec ses avancées mais aussi avec ses conflits et ses empêchements.

10 APA (Aide Personnalisée à l’Autonomie). Il s’agit d’une aide octroyée en fonction du degré de dépendance de la personne âgée ou handicapée. Ce sont les Conseils généraux qui ont la charge du dispositif APA.

11 Le département des Pyrénées-Orientales est caractérisé par des patrimoines très conséquents d’un côté et par des revenus salariaux fortement marqués par la précarité de l’emploi de l’autre. Cette polarisation des revenus s’exprime statistiquement par des taux élevés, à la fois, de ménages redevables de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) et d’allocataires du RMI (Revenu Minumum d’Insertion).

12 Dans les sociétés comme la société française, les emplois liés au développement des activités de services ont fortement augmenté et vont le faire davantage encore dans la décennie à venir. Or, il s’avère que parmi ces emplois, ce sont ceux liés au vieillissement de la population qui vont connaître la progression la plus marquante (Cahuc, Debonneuil, 2004).

13 Ces trois statuts juridiques sont depuis longtemps mobilisés par les institutions accueillant des « personnes avancées dans l’âge » sans tensions majeures. En revanche, « traditionnellement à l’initiative des associations, l’aide à domicile auprès des personnes âgées dépendantes est maintenant aussi proposée par des entreprises privées. L’ordonnance du 1er décembre 2005 facilite, via l’obtention d’un agrément délivré par le préfet, l’implantation de ces dernières dans une activité en forte expansion. Désormais, les structures s’y destinant, qu’elles soient de statut associatif ou commercial, peuvent choisir entre cet agrément et l’autorisation préalable accordée par le conseil général conformément aux dispositions de la loi de 2002. L’agrément de la préfecture et l’autorisation du conseil général font interférer, avec des tensions et des ajustements, deux logiques différentes. Instruite par la DDTEFP, la demande d’agrément ressort de la politique publique de l’emploi. Son obtention est assortie d’exonérations fiscales et sociales à la création d’emplois. La demande d’autorisation examinée par le conseil général doit, quant à elle, s’inscrire dans le schéma départemental d’organisation sanitaire et sociale imposé par la loi de 2002. Elle doit encadrer une offre adaptée aux besoins des personnes fragiles » (Bureau, Le Dantec, 2006).

14 Nous introduisons ici une distinction entre le temps/durée et le temps/charge (sur laquelle nous reviendrons ci-après) qui nous paraît, aujourd’hui, très pertinente pour l’analyse du travail et de l’emploi. Nous nous inspirons, entre autres références, des travaux de Jean Pierre Durand (2004) et Jean Lojkine (2002).

15 Le secteur des services –non médicalisés et médicalisés – à domicile est féminisé à plus de 95 % (Dussuet, 2008).

16 Plusieurs contributions font ressortir qu’à domicile, la personne âgée aidée conçoit son monde matériel privé comme un espace où c’est elle qui détient toujours la décision d’en donner les clefs et les codes à un tiers. Le plus souvent, elle joue de ce pouvoir de décision en ne les donnant pas tout d’un coup, préférant tester l’autre avant de décider de lui accorder sa confiance. Comme l’a suggéré une auxiliaire de vie : « Vous savez la vielle personne, elle vous fait ‘’mariner’’ avant que vous puissiez être à l’aise chez elle. On en bave un temps parce que, notre travail, on peut pas le faire aussi vite et bien que notre patron, lui, le voudrait. Mais ça prouve au moins que, même dépendants, les vieux ils sont toujours vivants ». Par contre, en institution, c’est l’aidant attentif qui va s’attacher à adopter une attitude bienveillante pour reconstituer à l’aidé un monde matériel privé aussi dérisoire soit-il. Par exemple, en faisant le ménage dans une chambre, l’intervenante ne fera rien sans avoir sollicité la vieille personne : « Votre gilet, sur quelle étagère je le range ? » Ou « Allez on va regarder ensemble votre linge pour la laverie » (exemples de sollicitations donnés par une intervenante).

17 La fin de vie » est une expression qui, ces dernières décennies, s’est imposée dans les discours sociaux et dans les discours scientifiques pour nommer, notamment, la dernière étape du temps de la vieillesse ou du temps de la retraite (elle nomme aussi les derniers moments que vivent les personnes souffrant d’une maladie incurable). Il s’agit d’une expression plutôt connotée négativement au sens où une « personne en fin de vie » est identifiée comme telle parce que la maladie physique ou mentale dont elle est atteinte est irrémédiable. La personne âgée en fin de vie l’est en général parce qu’elle est malade ou diminuée. La fin de vie ne nomme pas d’emblée la dernière étape de toute vie humaine mais un enrayement qui fait problème dans le cours de celle-ci, quelque chose d’anormal. Actuellement, tout semble se passer comme si la fin de vie était une anomalie, quelque chose d’inadmissible. Ainsi pensée, la fin de vie suscite l’angoisse chez les plus jeunes comme chez les plus âgés. Une fin de vie apaisée ne semble pas concevable.

18 Sur cet aspect, notre analyse peut être mise en résonance avec les recherches d’Annie Dussuet (2005, 2008).

Auteurs

Maître de conférences en économie.

Maître de conférences en sociologie. Elle est chercheur au Centre Pierre Naville, Université d’Evry Val d’Essonne et est directrice du CRES.

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540