Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vieillesse des uns et le travail des autres

 | 
Hervé Blanchard
, 
Eliane Le Dantec

Présentation du livre et des auteurs

Le livre1

Texte intégral

  • 1 Pour une large mesure, ce travail a bénéficié d’un financement du PUCA (Plan Urbanisme Constructio (...)

« Avez-vous remarqué ceci : on s’étonne de devoir mourir bientôt, on s’effraie de ne savoir ni ce que deviendra le monde des vivants dans le futur, ni ce que sera pour nous le monde au-delà, mais s’inquiète-t-on toujours de l’état du monde présent ?... ».
Emmanuel Fournier et Jean Christophe Mino, 2008,
Les mots des derniers soins, Paris, Les Belles Lettres
– extrait d’entretien avec un malade en soins palliatifs –

« Ce qui rend malade [au travail], c’est que les gens sont plus grands que les tâches, c’est l’organisation qui est trop petite, irrespectueuse de la qualité du travail possible et des capacités mobilisables par les sujets ».
Yves Clot, « C’est le travail qu’il faut soigner ! »
in L’Humanité, 20 mai 2008.

1Il comprend six contributions :

2La première (Pour introduire... Quand des « salariables retraités » et des « salariables en activité » passent du temps ensemble) est proposée par Hervé Blanchard et Éliane Le Dantec. À partir des cinq autres contributions mais aussi de lectures récentes et de recherches en cours, les complétant et les interrogeant dans leurs limites comme dans leurs apports, l’objectif est de mettre à plat les ressorts statutaires de la rencontre entre la vieillesse des uns et le travail des autres telle qu’elle se déroule dans notre société en ce début de 21e siècle. Les deux auteurs s’attachent notamment à cerner ce que produit – en temps réel et au-delà – le travail salarié en train de se faire dans la retraite en train de se vivre quand elle est confrontée à ce qu’on nomme la dépendance liée à l’âge.

3La seconde (éléments pour une approche sociologique du vieillissement après la retraite) est présentée par Vincent Caradec. Après avoir rappelé les trois grandes manières d’appréhender la vieillesse en sociologie, la contribution regroupe des éléments d’analyse autour du questionnement suivant : dans le rapport à soi et au monde, quels changements se produisent au fur et à mesure que l’individu avance en âge ? Elle fait le point sur les axes de réflexion à explorer pour accéder à une connaissance du vieillissement individuel : les transitions biographiques, la déprise, le questionnement de soi par rapport à la catégorie de « vieux » et les usages identitaires du passé. Cette connaissance s’avère essentielle par rapport à notre souci de mise à plat des tenants et aboutissants de la rencontre entre la vieillesse des uns et le travail des autres.

4Dans la troisième (Développement économique des territoires : une économie de la personne âgée est-elle possible ?), Hervé Blanchard pose la question d’un développement local axé sur la personne âgée. Après avoir identifié et questionné les caractéristiques d’une économie de la personne âgée en général, il le fait, plus spécifiquement, en s’appuyant sur l’exemple du département des Pyrénées Orientales.

5Les quatrième, cinquième et sixième contributions, sur la base d’enquêtes de terrain réalisées dans ce même département, abordent très directement la rencontre entre la vieillesse des uns et le travail des autres.

6Celles d’Éliane Le Dantec (La professionnalisation de l’aide aux personnes âgées dépendantes : un révélateur des mutations du salariat – l’exemple des auxiliaires de vie –) et d’Aurélia Belkhiri (Aide-soignante : un métier toujours dévalorisé et occulté malgré des tâches valorisées et aussi réalisées par d’autres professionnels) font ressortir les savoir-faire et être effectivement développés en situation de travail auprès des personnes âgées dépendantes mais n’accédant toujours pas au statut de qualifications reconnues. Ces deux contributions s’intéressent également aux rapports entre les différents types de professionnels intervenant auprès des « vieux », que ce soit à domicile ou en institution. Sous cet angle, elles s’attachent à montrer en quoi, expérimentés au cœur de la relation de service à la personne en articulant tensions et complémentarités, ces rapports participent à la déstabilisation actuelle du salariat dans sa globalité tout en lui ouvrant potentiellement de nouvelles perspectives.

7Enfin, en réponse à une demande sociale, la contribution de Sophie Pantalacci (Un centre communal d’action sociale et des personnes âgées dépendantes. Quand la prise en charge cherche à faire une place à la prise en compte) donne la parole aux « vieux » pour connaître leur ressenti sur les aides qui leur sont apportées pour pallier leur difficulté ou leur incapacité plus ou moins élevée d’accomplir les actes de la vie quotidienne. En pointant les satisfactions comme les insatisfactions des « vieux », la contribution nous fait accéder aux enjeux économiques, sociaux, politiques et culturels de la prise en charge de l’avancée dans l’âge à l’échelle locale. Elle montre notamment que la question de la reconnaissance du sujet âgé avec ses désirs et ses frustrations ne peut être esquivée sous peine d’une instrumentalisation comptable du vieillissement de la population et donc d’un déni de démocratie.

Notes

1 Pour une large mesure, ce travail a bénéficié d’un financement du PUCA (Plan Urbanisme Construction-Architecture) dans le cadre des PREDAT (Pôles Régionaux d’Échange sur l’aménagement et le développement des territoires). Cette thématique a été développée au sein du PERTUS (Pôle d’Échanges et de Réflexions Transfrontalières Urbaines et Sociales), regroupant en particulier le CRES de l’université de Perpignan et la Direction Départementale de l’Équipement 66.

© Presses universitaires de Perpignan, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540