Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

D’herbe, de terre et de sang

 | 
Marc Conesa

Première partie. La ville et ses espaces

Conclusion de la première partie

Texte intégral

  • 1 Christine Lamarre, “Aux origines de la définition statistique de la population urbaine en France : (...)
  • 2 Daniel Nordman, “La formation de l’espace français”, André Burguière ; Jacques Revel (dir.), Histo (...)
  • 3 Le département du Sègre couvre le cinquième de la Catalogne et a pour préfecture Puigcerdà. C’est (...)
  • 4 Le statut d’autonomie de la Catalogne de 2006 prévoit une nouvelle division administrative qui res (...)

1L’histoire de Puigcerdà est constituée de deux mouvements contraires. Le premier restaure une suprématie. Le second décrit une progressive marginalisation. Cette trajectoire en ogive questionne de manière récurrente le statut de Puigcerdà. Est-elle, ou pas, une ville ? Depuis la Révolution, le seuil urbain est défini par la loi1. Rien de moins. Il ne se discute pas. Fixé à 2 000 habitants, il est mathématique et adopte ainsi une forme de rationalité identique à celle qui entendait découper l’espace français en départements parfaitement géométriques et égaux2. L’espace constitue ainsi une surface de projection des utopies politiques. Pour autant, la rupture est de façade. La hiérarchie des lieux est maintenue. Les capitales des départements, des cantons et des arrondissements sont, dans la grande majorité des cas, les héritières des villes et des bourgs de l’Ancien Régime. Puigcerdà n’échappe pas à la continuité. Malgré sa relégation au statut de petit bourg rural, elle est à la tête de toutes les circonscriptions que l’Espagne contemporaine a inventées, du corregiment à la comarca, en passant par l’éphémère département du Sègre3 ou le découpage, aujourd’hui envisagé, en veguerias4. Quelque chose d’autre fonde le statut de la ville et ce quelque chose est à la fois plus complexe et plus ancien que la question de la limite statistique entre la ville et les villages.

  • 5 P.-S. Bensch, “Apprenticeship, wages and guilds at Puigcerdà (1260-1300)”, El món urbà a la corona (...)

2En évitant de poser d’emblée la question de la population, l’objectif était d’éclairer l’élaboration d’une domination et son effacement sans le recours à l’argument démographique, comme premier ressort. Les relations spatiales reliant Puigcerdà aux entités proches et lointaines semblaient avoir davantage d’importance que le poids des hommes. Or, la nature de ces relations est en partie instituée par les privilèges. Il n’y a pourtant rien de mécanique entre l’obtention de titres royaux et l’instauration d’une domination. Les privilèges comportent une part de fiction puisqu’ils ouvrent un champ des possibles sans pour autant suffire à les concrétiser. D’une certaine façon, Puigcerdà est l’aboutissement d’un pari. Comment expliquer autrement la fondation au XIIe siècle de cette ville comtale en plein milieu des Pyrénées ? C’est, semblet-il, la seule réalisation de ce type qui ait réussi dans un environnement de cette nature. Cela explique autrement la régularité avec laquelle les souverains successifs ont concédé des privilèges. Ils coûtent peu aux souverains qui les donnent, mais beaucoup à ceux qui vivent dans son voisinage. Puigcerdà constitue ainsi un relais de la politique royale face aux pouvoirs seigneuriaux qu’elle vient concurrencer. Elle est condamnée à réussir ou à disparaître. Son autonomie se forge dans cette alternative. Mais, elle est aussi investie par les élites locales. Celles-ci cherchent à participer au jeu de l’échange et du pouvoir en y investissant des capitaux et en y plaçant des membres de leur parenté. N’est-ce pas pour cette raison que les contrats d’apprentissage entre les maîtres de métiers de la ville et les ruraux des localités avoisinantes sont aussi fréquents au XIIIe siècle5 ? Puigcerdà serait de cette façon une coproduction royale et rurale. Sa réussite est d’abord rapide. Sa population est importante. Elle la place dès le XIVe siècle aux premiers rangs des villes catalanes. Néanmoins, du XIVe au XVIe siècle, la ville se renforce au détriment des communautés rurales. Tout marque son statut : les symboles comme les fonctions, les murailles et le marché, les notaires et les cours de justice, les couvents et les nobles. Du point de vue quantitatif, elle concentre du quart au tiers de la population de sa région. Elle pèse politiquement et économiquement en Catalogne et sur les relations avec le Royaume de France. Militairement, elle joue des menaces venues de toutes parts pour consolider sa position sur ses voisins. Puigcerdà jouit d’une rente de situation de ville– frontière qui justifie le contrôle des revenus de la terre et de l’élevage. Le rapport à l’espace semble ici clairement structurant.

3Aux XVIIe et au XVIIIe siècles, cette domination est pourtant contestée. Le théâtre change. Puigcerdà est marginalisée. La ville ne participe ni à la croissance démographique, ni aux échanges économiques et commerciaux de la Catalogne. Celle-ci se restructure autour de Barcelone et des réseaux urbains secondaires. Puigcerdà est à la marge de ce redéploiement. Ses relations avec les autres villes s’estompent. Celles avec la monarchie se distendent. Les liens se relâchent également avec les villages voisins. L’espace de la ville est relationnel. C’est à la fois sa force, car comment une petite ville peut-elle jouer autrement un rôle de premier plan dans les interstices laissés entre les deux plus grandes puissances de l’Europe moderne ? C’est aussi sa faiblesse dès lors que cet espace des relations se contracte, la ville est isolée. Le passage d’une position de domination à une situation excentrée s’explique par la fragilité du système mis en place. Les communautés rurales ont largement contribué à sa réussite, elles s’y sont ensuite opposées. Au XVIe siècle, la ville cherche à tenir son rang coûte que coûte. Les communautés résistent à sa suprématie. L’unité imposée par Puigcerdà est battue en brèche par les divisions territoriales et l’affirmation d’autres pôles structurants. Les défaites face aux armées françaises, en 1678 et en 1704, entérinent cette marginalisation dans un espace fragmenté. La frontière n’est pas la seule ligne de division qui affaiblisse la ville. L’enclavement des communautés est le point nodal de l’évolution des structures territoriales de l’époque moderne. La politique de la ville a, un temps, pallié les effets de cette dynamique de fermeture, en forçant les greniers, en imposant l’union des forces et des moyens. Sa légitimité écroulée en même temps que ses murailles, Puigcerdà ne peut plus imposer sa marque. Un double basculement se dessine. La ville sort de ses murs tandis que les communautés rurales ferment les montagnes aux étrangers d’abord, aux plus pauvres ensuite. Les habitants de Puigcerdà semblent résolus à acquérir des terres et des domaines pour contrôler par la propriété foncière ce qu’ils maîtrisaient par la domination.

Notes

1 Christine Lamarre, “Aux origines de la définition statistique de la population urbaine en France : le seuil des 2000 habitants”, Histoire et mesure, no 2, 1988, p. 59-72

2 Daniel Nordman, “La formation de l’espace français”, André Burguière ; Jacques Revel (dir.), Histoire de la France. L’espace français, Paris, 1989, rééd. Le Seuil, « points histoire », 2000, p. 168 suiv.

3 Le département du Sègre couvre le cinquième de la Catalogne et a pour préfecture Puigcerdà. C’est l’un des 120 départements de 1811.

4 Le statut d’autonomie de la Catalogne de 2006 prévoit une nouvelle division administrative qui ressuscite les vigueries.

5 P.-S. Bensch, “Apprenticeship, wages and guilds at Puigcerdà (1260-1300)”, El món urbà a la corona d’Aragó…, op. cit., p. 209-222, p. 213.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540