Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoirs municipaux et pouvoir royal en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

La sociabilité des Lumières comme espace de dialogue entre la ville et le roi : l’exemple de Perpignan au XVIIIe siècle

Céline Sala

Texte intégral

  • 1 A. Jaubert-Campagne, Essai sur les anciennes institutions de Perpignan, Perpignan, 1833. Il rappel (...)

1Interroger la ville de Perpignan implique de procéder à une lecture sous divers angles d’éclairage, notamment celui de déterminer aussi précisément que possible l’importance et l’organisation intrinsèque de ses pouvoirs citadins. C’est un de ses aspects les plus représentatifs en raison de la précoce apparition d’institutions qui ont rapidement acquis une fonction emblématique1. Aborder les pouvoirs municipaux en tentant d’en percevoir l’évolution à travers les rapports qu’ils entretenaient avec le pouvoir monarchique apparaît pertinent pour saisir la géographie des pouvoirs dans la capitale provinciale du XVIIIe siècle. L’étude des relations entre les pouvoirs citadins et le pouvoir royal permet ainsi de se placer au cœur de ce qui fait la ville tout en se donnant les moyens d’observer la politique royale à l’égard de la province. L’intérêt de cette approche s’impose de lui-même dans la province du Roussillon annexée au moment où, la Fronde surmontée, le pouvoir royal reprend solidement en main partout les pouvoirs municipaux.

  • 2 Cf. les autres contributions de ce volume.

2Si la nature, les attributions et l’exercice des pouvoirs citadins face au pouvoir monarchique ont nourri des communications riches et stimulantes2 les réseaux de relations qu’ils suscitaient restent en revanche encore à découvrir. Qui est choisi par le roi ou par ses représentants pour diriger la ville ? Quels sont les groupes sociaux distingués ? Quelles sont les relations que les personnalités choisies eurent avec la monarchie ? Les interrogations qui se font jour montrent que la cartographie des réseaux reliant le pouvoir municipal et le pouvoir royal ainsi que la mise en évidence de leurs interconnexions avec les réseaux professionnels, familiaux, confessionnels, culturels, de clientèle et d’amitié restent encore pour l’essentiel à entreprendre. Aussi, il ne serait pas inutile d’éclairer ces réseaux de relations à travers le lien maçonnique, plus généralement à travers celui de la sociabilité qui, s’ils n’en sont pas obligatoirement à l’origine, provoquent en revanche une synergie intéressante. Ainsi, afin d’esquisser les relations de la ville de Perpignan avec les représentants du pouvoir royal dans la province, l’étude empruntera deux pistes de recherche principales qui mériteront d’être encore approfondies ultérieurement : observer dans un premier temps comment les hommes du Roi vont à la rencontre des pouvoirs de la ville à travers la nomination des consuls en prenant en compte la dynamique des réseaux sociaux et des échelles avec lesquelles ils jouent, analyser l’attitude portée envers le pouvoir royal par les individus qui exercent les charges municipales à travers l’étude de certains lieux de sociabilité comme la Société Royale d’Agriculture ou les loges maçonniques.

3Il est nécessaire pour cela de préciser d’abord que l’organisation municipale de Perpignan était singulière comparée au reste du royaume. Cela suppose de penser Perpignan en tenant compte de l’organisation politique spécifique de ses habitants, car, lors de son annexion, la province conserva les usages et les privilèges que lui avaient accordés les rois d’Aragon. Les habitants de Perpignan, comme ceux de Barcelone, étaient divisés en trois catégories sociales appelées « ordres » en français, « bras » ou « mains » en catalan. Le premier ordre (bras major, mà major) comprenait les bourgeois de rescrit, assimilés à la noblesse par lettre personnelle du roi, les bourgeois immatriculés amalgamés à la noblesse par inscription de leur nom sur le « livre de la Matricule » de l’hôtel de ville.

  • 3 L’immatriculation est l’acte de reconnaissance de l’éligibilité des candidats. Le livre des matric (...)
  • 4 Thomas Ferriol, Notices sur la famille de Lazerme et le Roussillon, Prades, 1974, p. 53.
  • 5 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1521 : Mémoires sur la constitution municipale. Ils révèlent l (...)
  • 6 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1520. En 1735, le conseil général est composé de huit gentilsh (...)
  • 7 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1521, édit du Roi (août 1768) portant règlement pour l’adminis (...)
  • 8 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 2129, Mémoire du subdélégué général de l’intendance, Pierre Po (...)
  • 9 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1533 à 1538. Une correspondance volumineuse provenant des Noai (...)
  • 10 Louis de Noailles (1713-1793), nommé maréchal de France le 24 mars 1773, fut également pourvu de l (...)
  • 11 10 juin 1730-1739 : Prosper André Bauyn de Jallais ; 1740-décembre 1750 : Antoine Marie de Ponte, (...)
  • 12 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1535, lettre du duc de Noailles du 17 mai 1754 à l’intendant L (...)
  • 13 Ibid., 1 C 2129, mémoire du subdélégué général de l’intendance, Pierre Poeydavant, 1778.

4A Perpignan, c’est par le procédé de « l’immatriculation3 » que les bourgeois les plus fortunés accédaient à la noblesse en vertu d’anciennes lois et des privilèges aragonais reconnus par les rois de France. Tant qu’il n’était que bourgeois ou mercader, l’habitant de Perpignan occupait un rang intermédiaire entre la noblesse et le peuple, pouvait être assimilé à un « jouissant de noblesse ». Sitôt « immatriculé » et son nom inscrit sur le fameux registre brûlé en 1793, il appartenait à la noblesse. Le second ordre (bras mitja, mà mitjana) comptait les bourgeois non-immatriculés mais de situation aisée, les marchands, les notaires et autres notables de la ville. Les autres habitants de Perpignan formaient le troisième ordre (bras menor, mà menora)4. Divers conseils5 dont les membres étaient pris par tiers dans les trois bras,6 participaient de l’organisation des pouvoirs de la cité. L’organisation municipale se composait du conseil général, de « conseils de douzaine », du Consulat7. Selon la charte communale de 1196, il devait y avoir à Perpignan cinq consuls, lesquels formaient un conseil de ville. Concernant le choix des consuls, le roi fit référence à une prérogative reconnue à la couronne d’Aragon pour se réserver ce choix8. Ainsi, à Perpignan, c’est bien le pouvoir monarchique qui intervient sur les pouvoirs citadins à travers un de ses agents, le gouverneur de Noailles. L’office de gouverneur du Roussillon fut l’apanage de la maison de Noailles de 1660 à 1789. Le gouverneur de la province apparaît comme l’homme clef du pouvoir royal pour la formation des conseils par le biais de la nomination des consuls. A cet égard, la correspondance épistolaire entretenue par les Noailles entre 1733 et 1789 avec les intendants qui se sont succédés dans la province éclaire précisément leur intervention dans les pouvoirs citadins9. Dans cette puissante famille, Adrien Maurice, son fils Louis plus tard,10 ducs de Noailles, pairs et maréchaux de France, ont été nommés à la suite de leur père, de leur grand-père, gouverneurs de la province de Roussillon. Depuis la fin de la guerre de Succession d’Espagne, les Noailles ne séjournaient plus en Roussillon, n’y venant qu’une seule fois dans leur vie. Ils ne s’en désintéressaient pas pour autant. Aussi, des commandants en chef de province tel le maréchal de Mailly remplaçaient de droit le gouverneur. Rien ou presque cependant ne semblait se faire sans que le duc de Noailles fut consulté au préalable. Les ducs de Noailles déployèrent donc une activité épistolaire intense avec les huit intendants du Roussillon entre 1733 et 178911. Donnons en un aperçu. Le duc Adrien Maurice demande explicitement dans la lettre adressée à Louis Guillaume de Bon lors de son arrivée dans la province en 1754 de lui fournir la liste des personnes susceptibles d’assumer les fonctions consulaires. Cette liste devait être accompagnée d’annotations de sa part afin qu’il put effectuer son choix en fonction « de leur capacité dans l’administration des affaires publiques et de leur caractère »12. Il ajoute que son choix se porterait sur « des gens qui ne seraient pas portés à abuser de leurs fonctions pour faire naître de nouvelles discussions » invitant par là même l’intendant à proposer ce type de sujets. Cette appréciation provient peut-être de l’idée que les agents du roi se faisaient de la province, considérée comme un pays « conquis », ce que soulignait l'intendant Antoine de Ponte d’Albaret en 1748 : « il convient de n’oublier que le Roussillon est un pays conquis » et rappelait en 1778 le subdélégué Pierre Poeydavant, qui affirmait qu’« anciennement le Roussillon avait fait partie du Royaume, mais il en a été séparé si longtemps qu’on le regarde comme un pays conquis »13.

  • 14 Arch. dép. Pyrenees-Orientales, 1 C 1521, édit du Roi (août 1768) portant règlement pour l’adminis (...)

5Il semble par conséquent que le choix se portait sur des sujets loyaux et fidèles pour les premier et deuxième consuls choisis au sein du bras major (chevaliers et citoyens nobles), les troisième et quatrième consuls parmi le bras mitja (mercaders et notaires), le cinquième consul dans les corps de métiers de la ville14. Le rôle des consuls de Perpignan apparaît assez large mais toujours soumis à une autorité royale supérieure. Ils avaient en charge l’administration de la police des marchés mais sous contrôle de l’intendant, conservaient le droit de réglementer les métiers et de contrôler la qualité de leurs productions, mais le Conseil souverain pouvait faire appel de leurs décisions. Ils nommaient toutefois les administrateurs de l’hôpital Saint-Jean et de la Pieuse Aumône, disposaient d’une totale liberté d’action dans les œuvres de bienfaisance. En revanche, concernant le reste de l’administration, ils ne pouvaient qu’émettre un avis au conseil de douzaine compétent qui était transmis à l’intendant.

  • 15 Ibid, 1 C 1534, lettre de l’intendant d’Albaret, 1750.
  • 16 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : Tableaux de la loge La Soc (...)
  • 17 Bibliothèque du Grand Orient de France : Archives de la réserve, fonds 113. L’ouverture de ces arc (...)
  • 18 Le gouvernement militaire de Perpignan, de la citadelle et du Castillet, réuni au gouvernement gén (...)
  • 19 Monsieur de Selva, bailli royal, est chargé de faire respecter les ordres du roi par les roturiers (...)
  • 20 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : tableaux de la loge La Soc (...)
  • 21 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : planche de la loge La Soci (...)
  • 22 Ibid., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M1 87 bis : dossier de la loge du Parfait Silen (...)
  • 23 Ibid., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : planche de la loge La Sociabilité au G (...)

6La question demeure cependant : qui était choisi ? Pour cela, envisageons les habitants de Perpignan recommandés par les intendants au roi. Antoine Marie de Ponte, comte d’Albaret recommande dans ses nombreux courriers des francs-maçons pour la fonction de consuls dont Joseph de Tord, Michel de Palmarola, Félix Gonsalvo, Pierre-Joseph Besombes, Jacques Méric15. Leur nom figure dans les tableaux des loges maçonniques, la majorité d’entre eux dans celui de la loge la Sociabilité16. L’intendant d’Albaret est d’ailleurs répertorié parmi les membres fondateurs de cette loge17. Cet atelier sera également fréquenté par le lieutenant du roi commandant de la ville, M. de Chollet18, par le bailli royal de Perpignan, le chevalier de Selva19, comme par le lieutenant du gouverneur, le comte de Mailly20. Ainsi, se dessine un réseau de relations entre individus du pouvoir municipal et du pouvoir royal qui se côtoient dans l’enceinte du Temple maçonnique. L’espace maçonnique doit être appréhendé comme un espace de sociabilité clos constitué par un cénacle d’amis choisis qui se reconnaissent comme frères à travers l’initiation partagée. Ils affirment, au sein de la loge, leur cohésion, renforcent leurs liens par la puissance de l’initiation à travers leur nomination comme consuls. Société d’élus, la Franc-maçonnerie recherche la reconnaissance par les membres de la sanior et major pars dont la présence désigne l’assemblée en la fermant. Les francs-maçons perpignanais semblent assumer parfaitement cette recherche d’une excellence sociale puisqu’à l’orient de Perpignan la loge La Sociabilité affirme très fièrement être composée de « ce qu’il y a de mieux à Perpignan »21. Il est dès lors logique que l’intendant et franc-maçon d’Albaret ait puisé dans ce vivier. La loge est fréquemment reconnue par ses sœurs comme la « Loge des nobles »22 et, sûre de sa prééminence sociale au sein de l’orient, elle se dit elle-même « composée presque en totalité de l’élite de la Noblesse du Roussillon qui se fera un plaisir de donner l’exemple de régularité des mœurs et de la vertu »23.

  • 24 P. Chevallier, La première profanation du Temple maçonnique ou Louis XV et la fraternité (1737-175 (...)
  • 25 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 779, lettre de provision du comte de Mailly de 1749.

7Si les réseaux existent déjà, ils se renforcent à travers le lien maçonnique avec le retour dans la province du maréchal de Mailly en 1758 qui fut commandant en chef de 1749 à 1754, de 1758 à 1789 ensuite. Comme pour toute nomination, des appuis étaient nécessaires. De Mailly eut celui du marquis Devoyer d’Argenson. Il est intéressant de souligner d’ailleurs qu’ils se fréquentaient à Paris, notamment dans la loge d’Aumont où le comte de Mailly avait été initié24. En l’absence du gouverneur, ses attributions ont largement dépassé le cadre militaire. Il se vit octroyer entre autre le droit de siéger au Conseil souverain en lieu et place du duc de Noailles25.

  • 26 C. Sala, La Franc-maçonnerie en Roussillon : pensée et pratiques maçonniques en Roussillon à la fi (...)
  • 27 C’est le frère de M. de Durfort, maréchal de camp, et de M. le Baron de Durfort, franc-maçon et ca (...)
  • 28 Ibid., 1 C 1264 : état des officiers du Conseil souverain et notes biographiques sur chacun d’eux (...)
  • 29 Ibid., 1 C 1264 : « D’une ancienne famille originaire d’Espagne. Il est commissaire de la noblesse (...)
  • 30 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1264 : « M. d’Ortaffa fut crée chevalier d’honneur en 1777 com (...)
  • 31 Ibid., 1 C 1264 : « C’est un parent de M. de Malartic, fort jeune, mais qui a paru plein d’esprit (...)

8A propos de cette cour de justice, signalons les nombreuses nominations royales de francs-maçons où l’influence du comte de Mailly ne fut certainement pas étrangère.26 Le Conseil souverain. se composait d’un premier président, M. de Malartic, de deux présidents à mortier, M. de Copons (nommé en 1749) et M. de Madaillan (1752), de dix conseillers (Balanda, de Noguer (1749), de Collarès, de Gispert (1757), de Cascastel, de Cappot (1770), d’Estève (1774), de Bonnet (1775) de Desprès (1778), d’un procureur général (de Vilar-1763-), de deux avocats généraux (de Llucia-1766-de Malartic), d’un greffier en chef (de Romiguères-1756). D’autres personnages y avaient entrée et séance : le gouverneur ou en son absence le commandant en chef de Mailly ; deux conseillers d’honneur ecclésiastiques : l’évêque de Perpignan, M. de Durfort, abbé de Saint Martin du Canigou27 ; deux conseillers laïcs : M. Cappot, ancien avocat général28, M. Desprès, ancien conseiller, auxquels il convient encore d’ajouter deux chevaliers d’honneur, messieurs Pagès29 et d’Ortaffa30 ainsi que deux conseillers surnuméraires, messieurs de Bon fils et de Pons31, trois conseillers de la Chambre du Domaine et le juge visiteur des gabelles. Sur les vingt-sept personnes qui le composaient, quinze appartenaient à la Franc-maçonnerie.

  • 32 Ibid., 1 C 1537, lettre du duc de Noailles à Saint Sauveur du 1er juin 1774 où il l’informe de son (...)
  • 33 Ibid., 1 C 1537, lettre du duc de Noailles à Saint Sauveur, 5 juin 1772, où il lui indique son cho (...)
  • 34 Ibid, Mémoires, de Joseph Jaume, avocat au Conseil souverain, professeur à l’université de Perpign (...)

9On comprend l’ampleur de l’emprise du comte de Mailly sur la cité. Ses nombreuses réalisations y contribuèrent fortement comme l’établissement, en 1768, d’une école militaire appelée « Académie » destinée à donner aux jeunes nobles de la province une éducation militaire qui leur permit d’entrer au service du roi. Force est de constater que nombre d’entre eux, entrés en maçonnerie puis recommandés par de Mailly, se verront confier des charges municipales32. Il recommanda fréquemment au duc de Noailles ses frères francs-maçons pour les places de consuls33. Cela fit dire d’ailleurs de lui par ses contemporains que « de 1750 à 1789, en tout et partout, c’est lui qu’on voit et on ne voit que lui, qu’il s’agisse de réunions privées ou de fêtes publiques. Au Conseil souverain, il est chevalier d’honneur, à la cathédrale il a sa stalle et porte même le titre de chanoine honoraire, l’Université l’appelle son mécène, les hôpitaux leur protecteur, Port-Vendres son fondateur et quand il se montre c’est toujours entouré d’une cour de clients et de dames, comme ces patriciens de l’Antique Rome »34.

  • 35 Ibid., 1 C 1537, lettre du duc de Noailles à Saint Sauveur.
  • 36 Mémoires de Joseph Jaume, op. cit..

10Le duc de Noailles semble d’ailleurs se ranger en règle générale à son avis pour les places de premier et deuxième consul plutôt qu’à celui de l’intendant Saint Sauveur. Il s’en remettait à l’intendant cependant pour celles de troisième, quatrième et cinquième35. Les propos de Joseph Jaume sont à nuancer néanmoins. Le rôle du duc de Noailles restait prépondérant même s’il était plus discret. Bien qu’il ne résidât pas à Perpignan, mais à Saint-Germain-en-Laye, il assumait parfaitement ses fonctions et ses droits, notamment dans la nomination des consuls de Perpignan. Le choix définitif lui revenait, était d’ailleurs parfois différent de celui de ses conseillers comme le montre clairement sa correspondance avec l’intendant. Son rôle était déterminant même si les écrits de ses contemporains36 le mentionnent peu, retiennent davantage la personne du maréchal de Mailly, cheville ouvrière des Lumières en Roussillon.

  • 37 Idem.
  • 38 Pour apprécier le sérieux qui le caractérisait on peut se reporter à son ouvrage publié à Paris en (...)
  • 39 M. Gouges « Notes sur les deux premières sociétés d’agriculture de Perpignan », C.E.R.C.A., 1920, (...)
  • 40 Idem.
  • 41 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1537, lettre du 14 janvier 1779 de Saint Sauveur au duc de Noa (...)
  • 42 Ibid., 112 Edt 34, ordonnances des consuls portant réception des habitants de Perpignan. Ducup de (...)
  • 43 Ibid., 112 Edt 38, noms pour la liste d’insaculation des consuls. François Durand, sur proposition (...)
  • 44 Ibid., 112 Edt 38.
  • 45 J.-L. Castellano et J.-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la (...)

11Mais si la raison de la recommandation par certains comme l’intendant d’Albaret ou le maréchal de Mailly put être l’initiation partagée, il est intéressant d’observer que pour d’autres agents du roi, la participation à d’autres formes de sociabilité put aussi conditionner l’accès au consulat. De 1778 à 1789, c’est Raymond de Saint Sauveur, un autre homme des Lumières, qui fut à la tête de l’intendance du Roussillon. Saint Sauveur figure peu dans les écrits de ses contemporains. Joseph Jaume dans ses Mémoires dit qu’on ne pouvait le qualifier d’« homme du monde » et « qu’une liaison publique avec une personne de condition modeste l’éloignait en outre des salons »37. Il est en revanche soucieux d’améliorer les conditions de vie des habitants de la province, s’efforçe d’être un administrateur consciencieux38. Il crée, entre autre, une Société Royale d’Agriculture formée de vingt-cinq personnes dans le but d’inciter les habitants à « mieux travailler les terres »39. L’intendant Saint Sauveur se rattache par là au grand mouvement d’intérêt pour l’agriculture qui caractérise la deuxième moitié du XVIIIe siècle dont les protagonistes les plus actifs furent les physiocrates. Son souci semble être la création d’un organisme associant agriculture et philosophie où le choix des membres n’est pas neutre. Le recrutement fait appel aux notables locaux avec une mobilisation des propriétaires et des praticiens. Cette nouvelle forme de sociabilité encouragée par la confiance de l’intendant en Roussillon jouit d’une immédiate reconnaissance de notoriété et d’une coordination qui manquent aux origines des sociétés savantes et à la Franc-maçonnerie. Il n’est donc pas étonnant de retrouver parmi les vingt-cinq protagonistes principaux de sa création, quatorze francs-maçons40. Saint-Sauveur recommandera pour la charge de consuls41 des membres de cette société comme Ducup de Saint-Paul42, François Durand43, ou François-Xavier de Llucia comme premier consul en 178244. Là, s’établit un autre type de réseau de relations entre les membres de cette société et l’intendant. Il participe, au même titre que la Franc-maçonnerie, à la rencontre de la sphère du pouvoir royal et de celle des pouvoirs citadins. Toutefois, on ne peut percevoir l’importance de la trajectoire de chaque consul au sein de la structure de la ville si on se contente de répartir les membres dans les trois « bras » en fonction de leur accès à telle ou telle place de consul. C’est pourquoi, les recherches récentes sur les réseaux sociaux45 permettent de repenser cette approche où les relations interpersonnelles sont à envisager comme un espace de rencontres et un tissu de relations dont on peut étudier le maillage, replaçant ainsi l’individu au cœur de la cité. Concernant Perpignan, il importe donc de mobiliser différentes sources documentaires afin d’affiner notre connaissance des élites citadines. Cela contribuera à palier partiellement l’absence de prosopographie des élites urbaines en s’intéressant aux consuls de la ville, éclairant par là-même quelques figures emblématiques en terre catalane. Ainsi, dans la cité, on assiste à la volonté des francs-maçons de s’afficher comme une élite désireuse de complaire à la monarchie.

  • 46 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 347. Le discours du frère orateu (...)
  • 47 Ibid., F M2 347 : tableaux de la loge Les Frères réunis en 1788 et en 1789 où Sauveur Jaume est vé (...)
  • 48 Ibid., F M2 349 : tableaux de la loge La Sociabilité où de Chollet est Maître des Cérémonies en 17 (...)
  • 49 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1537, lettre du 14 janvier 1779 de Saint Sauveur au duc de Noa (...)
  • 50 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : tableaux de la loge La Soc (...)
  • 51 Pierre François Ignace Bon de Cruilles, de Santa Pau, de Biure, de Margarit, marquis d’Aguilar.
  • 52 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 346 : tableaux de la loge Les Am (...)
  • 53 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 347 : tableaux de la loge L’Egal (...)
  • 54 Archives mun. Perpignan : Série D. P. 88 : Lettre écrite par la municipalité au maréchal de Mailly (...)

12Aussi, dans cette perspective de se centrer sur les hommes, leurs discours élogieux prononcés dans l’enceinte du Temple montrant leur respect, leur intérêt ainsi que leur vif attachement à la monarchie, ne constituent pas le cœur du propos46. Il s’agit en effet de s’intéresser aux trajectoires individuelles de certains francs-maçons qui occupent des fonctions municipales. Le correspondant attitré du duc de Noailles à Perpignan qui le renseignait sur la province, n’était autre, depuis 1784, que Joseph Jaume, frère du franc-maçon Sauveur lui-même secrétaire de la ville depuis 178047. Le personnage qui tenait la place du maréchal de Mailly était le chevalier de Chollet, franc-maçon48. De même, si jusqu’en 1789 le bailly royal fut le chevalier de la Selva,49 il fut ensuite remplacé par un frère de sa loge, le marquis d’Aguilar50. En 1789, à l’occasion de la création des communes, on établit partout des maires et autres officiers municipaux. Le premier maire de Perpignan fut le marquis d’Aguilar né à Montpellier, mort à Codalet le 10 août 179251, neveu de Louis-Guillaume de Bon, l’intendant du Roussillon, fils du président de la Cour des Comptes de Montpellier, dont l’union avec Jeanne d’Aguilar s’était réalisée à condition qu’il prit le nom d’Aguilar menacé de s’éteindre. Seigneur de la ville et baronnie de Mosset, il était par ailleurs chevalier de Saint-Louis et chevalier honoraire de Malte. Membre de l’Assemblée provinciale en 1787, d’Aguilar commanda la milice bourgeoise après le 14 juillet avant d’être élu maire le 3 janvier 1790. Parmi les nouveaux officiers municipaux, en 1790, plus de deux tiers étaient francs-maçons. Ainsi, Jean de Çagarriga, membre de la loge La Sociabilité, né en 1728, aîné d’une famille de douze enfants issus du mariage de Joseph de Çagarriga de Réart et de Françoise d’Anglade. Le 21 janvier 1789, il fut commissaire de l’ordre de la Noblesse en Roussillon qui se réunit pour élire ses députés aux Etats Généraux. On dénombre également en qualité d’officiers municipaux, Eugène de Vaudricourt de la loge Les Amis de la Vraie Règle52 mais également Emmanuel Vergés, Jacques Massota, Antoine Pons, Pierre Ancessy de la loge L’Egalité53. Cette municipalité de 1790 va démontrer son attachement aux hommes du roi, particulièrement au maréchal de Mailly par une lettre écrite le 17 août 1790 dans laquelle ils « regrettent le bonheur de ne plus le posséder et attendent avec impatience l’heureux instant où ils pourront le revoir »54. Souhaitaient-il retrouver l’homme du Roi ou le franc-maçon ? Peut-être les deux. Cet attachement à la monarchie vaudra à plusieurs dirigeants de la ville et francs-maçons, comme Sauveur Jaume ou Jean de Çagarriga, d’être arrêtés et emprisonnés au Castillet le 17 mai 1793 comme aristocrates avec trente-deux autres habitants de la ville. Dans le courant du mois de mars 1794, ils seront transférés à Montpellier où ils restèrent détenus jusqu’au mois de septembre 1794. Ils n’échappèrent à la mort que grâce à une compagnie de dragons appelés « les foudroyants » composée de divers citoyens de Montpellier et de Béziers.

13Les liens entre la nomination des membres du corps de ville et le régime napoléonien se manifesteront ultérieurement sous l’Empire avec éclat et de manière institutionnalisée. Ce n’est pas une nouveauté caractéristique du XIXe siècle. On assiste sous l’Ancien Régime à une main mise du pouvoir royal sur le pouvoir local par le biais de la nomination de « sujets fidèles ». Dès lors, la question qui mériterait d’être approfondie, suggérée par la nomination des consuls recommandés par certains et encouragés par d’autres, concerne l’élite locale. N’est-elle pas « prisonnière » du pouvoir royal puisque choisie et distinguée ? Pour tenter de vérifier l’hypothèse, il est essentiel de redécouvrir la notion de réseaux dans une dynamique de prosopographie de ces élites urbaines en s’intéressant aux relations interpersonnelles considérées non plus isolément mais comme déterminant un espace d’interférences, d’échanges, d’affirmation et de consolidation du pouvoir. C’est semble-t-il par l’intermédiaire de ces réseaux que le pouvoir royal encadre et tient la ville de Perpignan en particulier, la province du Roussillon en général. Avec une telle approche, il devient possible de mettre l’accent sur les trajectoires individuelles, de saisir de manière dynamique les relations interpersonnelles dans un espace et à un moment donné, sans gommer la prégnance des appartenances sociales et culturelles qui font que chacun est « l’héritier » d’un ou plusieurs réseaux.

14Il semble que les lieux de sociabilité – ainsi la loge maçonnique – peuvent être considérés comme des laboratoires, des chambres d’incubation des formes et des réseaux qui forment, modifient, recomposent l’armature de la province et de Perpignan. Ils y explorent les interstices de la société d’ordres pour ménager des espaces de liberté d’association qui influent de manière déterminante sur les relations entre le pouvoir monarchique et la ville. La sociabilité perpignanaise constitue bien en cela un espace de dialogue entre le Roi et la ville au XVIIIe siècle.

Notes

1 A. Jaubert-Campagne, Essai sur les anciennes institutions de Perpignan, Perpignan, 1833. Il rappelle avec force que Perpignan fut reconnu « commune » par une charte de 1196.

2 Cf. les autres contributions de ce volume.

3 L’immatriculation est l’acte de reconnaissance de l’éligibilité des candidats. Le livre des matricules est créé en 1431. Il contient le nom des habitants répartis par classe en vue des élections. L’objectif était de désigner ceux qui « étaient habiles à remplir les fonctions de conseiller ».

4 Thomas Ferriol, Notices sur la famille de Lazerme et le Roussillon, Prades, 1974, p. 53.

5 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1521 : Mémoires sur la constitution municipale. Ils révèlent l’existence du Conseil général, réuni seulement dans les « affaires de la plus haute importance » chargé de représenter le peuple. Le viguier du Roussillon, à défaut le bailli de Perpignan, préside ce conseil sans en avoir le suffrage (édit de 1768). Il était composé de cinq consuls, du bailli, de conseillers. Existaient également les « conseils de douzaine » appelés ainsi car la plupart comptaient douze membres. Les conseils de douzaine secondaient les consuls. Ils étaient au nombre de douze, puis de neuf depuis 1768. On leur avait adjoint l’assesseur de la ville qui est une sorte de procureur de la commune. Ils étudiaient des projets, émettaient des avis, étaient élus pour cinq ans. Les autres personnes-clefs de l’administration municipale étaient le syndic receveur chargé des recettes de la ville ; le secrétaire greffier gardien des archives de la ville, le secrétaire de la ville pour les affaires d’administration et du cabinet ; le greffier de la juridiction contentieuse ; l’assesseur de la ville, docteur en droit et avocat, conseillait les consuls dans toutes les affaires contentieuses ; enfin le trésorier qui tenait le livre comptable et gérait les affaires de la ville.

6 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1520. En 1735, le conseil général est composé de huit gentilshommes, six bourgeois honorés, deux avocats, huit mercaders, huit notaires, seize membres des corps et métiers.

7 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1521, édit du Roi (août 1768) portant règlement pour l’administration des villes et principaux bourgs du Roussillon. Cet édit pérennise l'organisation municipale de Perpignan, en réduisant cependant à neuf les « conseils de douzaine ».

8 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 2129, Mémoire du subdélégué général de l’intendance, Pierre Poeydavant, Le Roussillon à la fin de l'Ancien Régime, 1778, p. 94. Il précise à propos des consuls que « ... le sort décide du choix des consuls dans toutes les villes ou lieux de la Province à l’exception de Perpignan où, par un usage qui remonte aux premiers temps de la réunion du Roussillon à la France, le gouverneur est en possession de désigner les consuls. L’extraction n'est donc, à leur égard, qu’une pure formalité qui semble couvrir les privilèges de la ville ».

9 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1533 à 1538. Une correspondance volumineuse provenant des Noailles adressée aux intendants est disséminée dans ces liasses. Le classement des diverses lettres rencontrées ci et là permet d’obtenir une correspondance suivie entre 1733 et 1789 qui nous renseigne parfaitement sur la position des Noailles quant à la nomination des consuls de la ville.

10 Louis de Noailles (1713-1793), nommé maréchal de France le 24 mars 1773, fut également pourvu de la compagnie écossaise des gardes du corps du Roi, du gouvernement général du Roussillon en survivance de son père, du gouvernement particulier des ville et citadelle de Perpignan, du gouvernement de Saint-Germain-en Laye, de la capitainerie des classes indépendantes. A la mort de son père en 1766 il fut proclamé gouverneur général du Roussillon et prêta aussitôt serment en cette qualité ; Cf. Jean Capeille, Dictionnaire des biographies roussillonnaises, Marseille, Laffitte, 1978.

11 10 juin 1730-1739 : Prosper André Bauyn de Jallais ; 1740-décembre 1750 : Antoine Marie de Ponte, comte d’Albaret ; 19 avril 1751-1753 : Henry Léonard Jean Baptiste de Bertin ; 17 avril 1754-28 juin 1773 : Louis Guillaume de Bon ; 21 octobre 1773-23 mars 1774 : Pierre Philippe Peironel du Tressan ; juillet 1774-juillet 1775 : Jean Etienne Bernard de Clugny ; 20 août 1775-1778 : Jean Baptiste Moulins de la Porte ; 1778-août 1789 : Louis Hyacinthe Raymond de Saint Sauveur.

12 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1535, lettre du duc de Noailles du 17 mai 1754 à l’intendant Louis Guillaume de Bon.

13 Ibid., 1 C 2129, mémoire du subdélégué général de l’intendance, Pierre Poeydavant, 1778.

14 Arch. dép. Pyrenees-Orientales, 1 C 1521, édit du Roi (août 1768) portant règlement pour l’administration des villes et principaux bourgs du Roussillon.

15 Ibid, 1 C 1534, lettre de l’intendant d’Albaret, 1750.

16 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : Tableaux de la loge La Sociabilité.

17 Bibliothèque du Grand Orient de France : Archives de la réserve, fonds 113. L’ouverture de ces archives du Grand Orient de France nous permet de mieux connaître aujourd’hui les débuts de la Franc-maçonnerie à Perpignan. L’atelier la Sociabilité voit le jour le 6 novembre 1744. C’est l’un des plus anciens du Languedoc-Roussillon aux côtés de la loge « l'Ancienne » à Montpellier.

18 Le gouvernement militaire de Perpignan, de la citadelle et du Castillet, réuni au gouvernement général de la Province a pour gouverneur le duc de Noailles. En l’absence du commandant en chef, le comte de Mailly, le commandement revient à Monsieur de Chollet, lieutenant du Roi, commandant en second de la province.

19 Monsieur de Selva, bailli royal, est chargé de faire respecter les ordres du roi par les roturiers. Cet officier d’épée est à la tête d’un tribunal qui juge des causes civiles et criminelles des roturiers et fait exécuter les ordres pour la corvée.

20 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : tableaux de la loge La Sociabilité.

21 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : planche de la loge La Sociabilité au Grand orient de France, du 22 décembre 1784.

22 Ibid., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M1 87 bis : dossier de la loge du Parfait Silence, orient de Perpignan, planche à la chambre des Provinces du Grand Orient de France du 28 février 1787.

23 Ibid., Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : planche de la loge La Sociabilité au Grand Orient de France, du 22 mars 1783.

24 P. Chevallier, La première profanation du Temple maçonnique ou Louis XV et la fraternité (1737-1755), Paris, 1968, p. 58.

25 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 779, lettre de provision du comte de Mailly de 1749.

26 C. Sala, La Franc-maçonnerie en Roussillon : pensée et pratiques maçonniques en Roussillon à la fin de l’Ancien Régime, mémoire de maîtrise, dir. Gilbert Larguier, Université de Perpignan, 1998, et Le visage de la sociabilité maçonnique en Roussillon, mémoire de DEA, dir. Gilbert Larguier, Université de Montpellier, juin 1999. MM de Gispert, de Cappot, d’Estève, de Bonnet, de Vilar, de Llucia, le maréchal de Mailly, le conseiller laïc, M. Cappot. MM. Pagès et d’Ortaffa, MM de Bon fils et de Pons appartiennent tous à la Franc-maçonnerie.

27 C’est le frère de M. de Durfort, maréchal de camp, et de M. le Baron de Durfort, franc-maçon et capitaine ou lieutenant de vaisseau.

28 Ibid., 1 C 1264 : état des officiers du Conseil souverain et notes biographiques sur chacun d’eux fournies par l’intendant. Frère aîné du conseiller, « Il est le plus ancien dans le parquet. Il a de l’esprit, des connaissances, de l’intégrité, seulement un peu d’affectation, dans ses paroles et dans ses manières. D’un caractère très prétentieux et hautain... ».

29 Ibid., 1 C 1264 : « D’une ancienne famille originaire d’Espagne. Il est commissaire de la noblesse pour la capitation. Très honnête homme, mais peu entendu, quoi qu’il ne s’en doute pas ».

30 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1264 : « M. d’Ortaffa fut crée chevalier d’honneur en 1777 comme on l’avait fait pour M. Pagès ».

31 Ibid., 1 C 1264 : « C’est un parent de M. de Malartic, fort jeune, mais qui a paru plein d’esprit et de vivacité pendant le peu de séjour qu’il a fait à Perpignan. La charge a été créée pour lui, à l’instar de celle de M. de Bon. Il fut nommé en 1775 ».

32 Ibid., 1 C 1537, lettre du duc de Noailles à Saint Sauveur du 1er juin 1774 où il l’informe de son choix de Waudricourt comme second consul. Waudricourt a été élève du Haras, est membre de la loge Les Amis de la Vraie Règle en 1784 et 1785.

33 Ibid., 1 C 1537, lettre du duc de Noailles à Saint Sauveur, 5 juin 1772, où il lui indique son choix sur les conseils du comte de Mailly de Belmas comme quatrième consul.

34 Ibid, Mémoires, de Joseph Jaume, avocat au Conseil souverain, professeur à l’université de Perpignan, Perpignan, 1894, p. 15.

35 Ibid., 1 C 1537, lettre du duc de Noailles à Saint Sauveur.

36 Mémoires de Joseph Jaume, op. cit..

37 Idem.

38 Pour apprécier le sérieux qui le caractérisait on peut se reporter à son ouvrage publié à Paris en 1790, Comptes de l’Administration....

39 M. Gouges « Notes sur les deux premières sociétés d’agriculture de Perpignan », C.E.R.C.A., 1920, p. 91.

40 Idem.

41 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1537, lettre du 14 janvier 1779 de Saint Sauveur au duc de Noailles. Il recommande Ducup de Saint-Paul pour le poste de premier consul.

42 Ibid., 112 Edt 34, ordonnances des consuls portant réception des habitants de Perpignan. Ducup de Saint-Paul sera choisi par le duc de Noailles comme premier consul en 1780, 1781 et de 1786 à 1789.

43 Ibid., 112 Edt 38, noms pour la liste d’insaculation des consuls. François Durand, sur proposition de Saint Sauveur, sera nommé par le duc de Noailles deuxième consul en 1778 et adjudicataire de l’intendant en 1787.

44 Ibid., 112 Edt 38.

45 J.-L. Castellano et J.-P. Dedieu (dir.), Réseaux, familles et pouvoirs dans le monde ibérique à la fin de l’Ancien Régime, Paris, 1998.

46 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 347. Le discours du frère orateur de la loge Saint Jean des Arts de la Régularité, du 3 septembre 1787, en est un des nombreux exemples.

47 Ibid., F M2 347 : tableaux de la loge Les Frères réunis en 1788 et en 1789 où Sauveur Jaume est vénérable, puis en 1790 où il est ex-vénérable.

48 Ibid., F M2 349 : tableaux de la loge La Sociabilité où de Chollet est Maître des Cérémonies en 1783.

49 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 C 1537, lettre du 14 janvier 1779 de Saint Sauveur au duc de Noailles. Il précise que le chevalier de Selva est bailli. Ce dernier est, rappelons-le, membre de la loge La Sociabilité.

50 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 349 : tableaux de la loge La Sociabilité ou le marquis d’Aguilar est orateur en 1783.

51 Pierre François Ignace Bon de Cruilles, de Santa Pau, de Biure, de Margarit, marquis d’Aguilar.

52 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 346 : tableaux de la loge Les Amis de la Vraie Règle en 1784 et 1785. Eugène de Vaudricourt sera également lié à la famille du savant François Arago. Il sera d’ailleurs le témoin de mariage de sa mère, Marie Roig, et entretiendra avec le père de François Arago d’excellents rapports sous la Révolution (information communiquée par monsieur Etienne Frénay).

53 Bibl. Nat. France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, F M2 347 : tableaux de la loge L’Egalité en 1786 où Vergés est notamment orateur.

54 Archives mun. Perpignan : Série D. P. 88 : Lettre écrite par la municipalité au maréchal de Mailly, 17 août 1790.

Auteur

IUFM de Montpellier

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540