Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoirs municipaux et pouvoir royal en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Introduction

Gilbert Larguier

Texte intégral

1L’architecture, la composition, les attributions et le fonctionnement des pouvoirs municipaux ne sont pas, en apparence, des thèmes neufs. L’historiographie paraît d’ailleurs assez fournie à ce sujet. Une analyse attentive des travaux produits jusqu’ici laisse néanmoins un peu sur sa faim : trop d’études sont trop étroitement localisées, se limitent à des aspects particuliers, à un cadre chronologique trop restreint, se placent insuffisamment dans une perspective diachronique, n’abordent que superficiellement le fonctionnement réel des institutions. Autant dire que le sujet, en raison aussi de la diversité locale des institutions, reste un chantier d’avenir. Ce qui manque peut-être le plus à ces travaux est une étude attentive dans la longue durée du fonctionnement des institutions car elles ne furent pas immobiles, des relations entretenues avec le pouvoir souverain, autant peut-être sinon davantage l’établissement de comparaisons entre régions géographiques différentes.

2Cet aspect, comme l’attitude des populations, reste le parent pauvre des analyses portant sur les pouvoirs municipaux. Son intérêt n’a pas été suffisamment mis en évidence en effet. En l’occurrence, il s’agit de prendre la mesure des processus de formation des pouvoirs locaux en fonction des circonstances de leur apparition, des types de sociétés dont ils sont issus, des relations entretenues avec les pouvoirs supérieurs, de l’intégration dans des ensembles territoriaux plus vastes dont les pratiques institutionnelles n’étaient pas forcément identiques. Influe aussi fortement la date à laquelle tel ou tel territoire fut annexé : les conditions sont sensiblement différentes entre l’intégration dans un royaume où les structures administratives restaient peu développées mais eurent le temps d’acquérir leur maturité et une annexion dans un règne où les institutions judiciaires, militaires, financières et administratives enserraient rigoureusement toutes les provinces.

3C’est tout l’intérêt de la comparaison entre la province du Roussillon conquise en 1659 et le Languedoc entré dans le royaume au XIIIe siècle. Le Languedoc est une des provinces les plus anciennement absorbées par le royaume de France qui depuis le XIVe siècle a développé des institutions originales (les Etats de Languedoc, les assemblées diocésaines...) en pleine maturité aux XVIIe et XVIIIe siècles, alors que le Roussillon, une des provinces les plus tardivement annexée, était dissocié d’un ensemble territorial qui disposait d’institutions originales et de relations avec le pouvoir monarchique espagnol distantes même si elles s’étaient dégradées et venaient de produire la « Révolution de 1640 », un des aspects les plus marquants de la guerre de Trente Ans et de l’affrontement entre les Habsbourg et les Bourbon.

4Deux situations originales : le Languedoc qui n’achève de prendre conscience de lui-même, ne développe des institutions spécifiques qu’une fois intégré dans le royaume de France ; le Roussillon qui avec le Principat venait de manifester puissamment son identité au cours des décennies qui précèdent le Traité des Pyrénées. Deux situations qui ouvrent la voie à une comparaison suggestive puisque l’on reste dans l'aire de la Méditerranée occidentale où les institutions publiques ont des traits communs, donnent à voir au XVIIe et au XVIIIe siècle des relations avec le pouvoir souverain infiniment plus complexes et nuancées qu’on ne l’a souvent avancé. L’écart est grand souvent entre le discours et la réalité en effet. Dans les faits, le pouvoir monarchique impose moins rigoureusement qu’on ne le croit. Des stratégies d’influence, des négociations sur place comme à Versailles et auprès du pouvoir central deviennent possibles.

5Il ne s’agit pas ici, bien évidemment, d’épuiser l’ensemble du champ de recherche possible ; davantage, de donner de nouveaux aperçus à partir de sources ou de perspectives originales où se confrontent et se fécondent les approches et les méthodes des historiens et des historiens du droit.

Auteur

Professeur d’histoire moderne

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540