Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pouvoirs municipaux et pouvoir royal en Roussillon et en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècle

 | 
Gilbert Larguier

Avant-propos

Alain Degage et Gilbert Larguier

Texte intégral

1Les historiens et les historiens du droit et des institutions, proches, se côtoient, se fréquentent, travaillent rarement assidûment ensemble. Les raisons de cet état de fait, nombreuses, tiennent à une séparation dans des universités distinctes, à la place occupée par leurs disciplines dans le cursus universitaire, aux objets d’étude, voire aux méthodes employées. Cette situation est dommageable pour les deux disciplines en raison de leurs complémentarités. L’université de Perpignan a la particularité de disposer de formations en histoire et en histoire du droit et des institutions, certes logées dans des UFR différentes. L’appartenance à des universités différentes et l’éloignement ne pouvaient être invoqués pour expliquer un manque de collaboration. De plus, en histoire et en histoire du droit et des institutions à Perpignan, les travaux portant sur la période moderne se sont multipliés. Nombre d’étudiants en master et en doctorat sont à l’œuvre. Une collaboration s’imposait, elle prend la forme de journées d’études consacrées à un sujet précis choisi en commun en fonction de recherches en cours, dans l’avenir de thèmes à approfondir ou de sources à explorer.

2Le Languedoc, le Roussillon, les pays catalans plus largement, disposent de fonds documentaires particulièrement riches où historiens et historiens du droit et des institutions peuvent travailler ensemble et conjuguer leurs efforts. La nature et la diversité de ces sources réclame un éventail de compétences qu’un seul chercheur, même confirmé, possède rarement, d’autant qu’il convient de multiplier sans cesse les angles d’approche afin que la recherche demeure vivante et se renouvelle. Aborder les thèmes d’étude par des cas d’espèce soigneusement replacés dans l’espace et dans le temps paraît une nécessité, voire une évidence, sous peine de tomber rapidement dans des généralisations stérilisantes, cultiver les comparaisons et les mises en perspective aussi qui permettent de mettre à jour les spécificités, de les interroger avec un meilleur profit en se gardant toutefois de développer des discours parallèles étrangers les uns aux autres.

3Retour au pragmatisme raisonné, règle de base du métier historien, encouragé, dicté même par les matériaux si semblables au premier abord, si différents souvent si on veut bien les analyser avec pénétration, dont on dispose en Languedoc, en Roussillon et dans les contrées qui les entourent. Les journées d’étude d’histoire et histoire du droit et des institutions de l’université de Perpignan dont la forme et le déroulement tiennent autant du séminaire que du colloque entendent aborder des sujets précis, susceptibles de donner lieu à des études de cas concrètes à partir de documentations peu utilisées qui ouvrent des perspectives neuves dans un champ géographique bien ciblé : l’arc septentrional de la Méditerranée occidentale. Il va sans dire que cette ligne de conduite privilégiera les travaux des jeunes chercheurs, historiens ou historiens du droit et des institutions.

4La première journée tenue le 4 décembre 2004 s’est intéressée aux pouvoirs municipaux en Roussillon et en Languedoc aux XVIIe et XVIIIe siècles, à leurs relations avec le pouvoir monarchique. La seconde aura comme objet d’étude Les communautés et l’argent : Fiscalité et finances municipales en Languedoc, Roussillon et Andorre, XVe-XVIIIe siècle.

Auteurs

Professeur d’histoire du droit et des institutions

Professeur d’histoire moderne

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540