Versión clásicaVersión móvil

Consommateurs et consommation

 | 
Nicolas Marty
, 
Antonio Escudero

De la faim et la dénutrition à l’obésité et la malnutrition : la transition épidémiologique et nutritionnelle de la population espagnole au XXe siècle1

Josep Bernabeu-Mestre, María Eugenia Galiana-Sánchez y Eva María Trescastro-López

Resumen

A partir del marco conceptual de la transición epidemiológico-nutricional y para el marco temporal del siglo XX, el trabajo analiza el impacto que han tenido sobre la salud de la población española los cambios en los hábitos de consumo alimentario. Tras superar, en las décadas de 1960 y 1970, las deficiencias y las carencias nutricionales que determinaron la desnutrición crónica que padecían amplios sectores de la población, a partir de la década de 1980, la consolidación de hábitos alimentarios poco saludables, junto con otros factores como el creciente sedentarismo, condujeron a un aumento i del sobrepeso y la obesidad y un incremento de problemas de salud como la diabetes, determinados tipos de cáncer o las enfermedades cardiovasculares.

Texto completo

  • 1 Ces travaux ont été réalisés dans le cadre des projets : « La lutte contre la dénutrition dans l'Es (...)

« Personne ne peut douter de l’intérêt que présente, pour l’hygiène d’un pays, le fait de déterminer quelle est l’alimentation moyenne et habituelle de ses habitants. C’est sur la connaissance de cette donnée fondamentale qu’il faut fonder l’orientation et l’opportunité d’une série de campagnes et d’actes visant à permettre au peuple de trouver dans son alimentation quotidienne la nourriture nécessaire et idéale pour maintenir la santé individuelle et collective au plus près de la perfection […] Il n’est pas question pour le peuple de manger plus, mais de manger mieux, et cela peut parfois se faire sans qu’il soit nécessaire de faire des dépenses majeures […] c’est ici que doit intervenir la fonction sanitaire, en étudiant et en découvrant les bouleversements certainement liés à des carences alimentaires, et en enseignant dans le même temps la façon de les corriger et de les compenser […] il n’existe pas de meilleure prophylaxie de la mortalité infantile et du vieillissement précoce qu’une hygiène alimentaire »
CARRASCO CADENAS, E. (1934) « Ce qui se mange en Espagne. L’intérêt sanitaire de ce problème ». Archives de Médecine, Chirurgie et Spécialités, 37(25) : 669-675 (p. 669)

1. La transition épidémiologique et nutritionnelle dans le contexte des processus transitionnels et des dynamiques de santé

  • 2 Ces dynamiques (Frenk, 1997) font référence aux transformations qui se produisent dans les modèles (...)

1La perspective qu’offre la transition épidémiologique et nutritionnelle permet d’évaluer l’effet de la nutrition sur la santé, la relation entre le régime alimentaire et la maladie, ou si l’on préfère, pour la replacer dans le contexte de la problématique abordée par la monographie, la relation qui existe entre la consommation d’aliments et le développement de certaines pathologies. Il s’agit d’une série de changements qui feraient partie de ce que nous appelons les dynamiques de santé2.

  • 3 Voir les données se rapportant à la santé et recueillies dans le chapitre de Roser Nicolau publié d (...)
  • 4 Voir le rapport sur les inégalités de santé en Espagne, publié dans les années 1990 par Vicente Nav (...)
  • 5 Tout au long de la seconde moitié du siècle dernier, en plus d’achever la transition démographique (...)

2Dans le cas de l'Espagne, une dynamique s’est opérée tout au long du XXe siècle, mais avec une intensité particulière à partir des années 1960, qui a conduit la population espagnole à atteindre les meilleurs indicateurs de santé et de bien-être de son histoire3, bien que de nombreuses inégalités persistent4, et qu’il faille affronter les nouvelles menaces pour la santé qui sont constitutives de l’ensemble des processus de transition qu’a connus la population espagnole, et parmi lesquelles on peut noter la transition alimentaire et nutritionnelle (voir figure 1)5.

Figure 1. Processus transitionnels, dynamiques et politiques de santé

Figure 1. Processus transitionnels, dynamiques et politiques de santé

Source : réalisation personnelle

  • 6 Voir, entre autres publications, les chapitres : « Nutrition et Santé Publique en Espagne, 1900-193 (...)

3L’objectif de ces travaux est de proposer, dans le contexte de ces dynamiques, un panorama de la façon dont les changements dans les habitudes de consommation alimentaire qui se sont succédés entre les années 1930 et les premières années de notre siècle ont affecté la santé de la population espagnole. Pour cela, parmi les recherches précédemment effectuées par notre groupe de recherche6, seront principalement utilisés des travaux réalisés dans le cadre de ce que nous appelons aujourd’hui santé publique et nutrition communautaire.

2. L’étape pré-transitionnelle : le diagnostic du problème nutritionnel dans les années 1930

  • 7 L’actualité croissante qu’acquéraient les problèmes de nutrition dans le contexte scientifique espa (...)

4Durant les premières décennies du XXe siècle, simultanément à la consolidation de la science de la nutrition, on a modelé dans le domaine de la santé publique les bases de l’hygiène de l’alimentation. Dans le cas de l'Espagne, la question de « l’alimentation hygiénique » serait devenue plus importante dans les milieux sanitaires espagnols durant les années 1920 et 1930, lorsque l’on a considéré que « les incorrections quantitatives et qualitatives de l’alimentation étaient les principales responsables de nombreux états pathologiques » (Marañón, 1923 : 11-16)7.

5L’intérêt des professionnels de santé et des hygiénistes espagnols pour la thématique de l’alimentation a été focalisé pendant longtemps sur la recherche de diètes ou de portions alimentaires qui répondraient à tous les critères d’hygiène, mais qui seraient accessibles aux budgets des familles des classes sociales les plus défavorisées, étant donné qu’il existait une diversification socio-économique de l’ingestion de calories et de la qualité des aliments ingérés, ainsi que des pathologies associées aux déficiences et altérations nutritionnelles qui en découlaient (Giral, 1934 : 123) :

« L’alimentation pèse différemment sur les pauvres et sur les riches […] les premiers, contraints par la restriction de leurs ressources, peuvent à peine choisir les aliments qui conviennent le mieux à leur effort musculaire, causant ainsi l’affaiblissement de l’organisme et la dégénérescence de la race […] le riche, pourvu d’une plus grande liberté de choix, tombe dans le sybaritisme de la table et la prédisposition à certaines maladies (diabètes, arthritisme, etc.) […] les sociologues et hygiénistes ont cherché à atteindre une répartition plus équitable de la richesse et une éducation alimentaire des classes populaires qui leur offrirait, à l’intérieur de limites étroites, un choix d’aliments plus adéquat ».

6Comme le rappelait Gregorio Marañón (1932 ; I-II), dans le texte qui figurait en prologue d’une des premières monographies sur la composition chimique des aliments espagnols, « en Espagne personne ne meurt de faim, alors que beaucoup en souffrent […] mais chaque année des milliers et des milliers d’individus disparaissent prématurément […] pour avoir mangé de façon contraire aux lois de la nature […] ».

7A l’Ecole Nationale d’Hygiène, et plus concrètement à l’Agrégation d’Hygiène de l’Alimentation et de la Nutrition, diverses études ont été menées qui visaient à savoir ce qui était mangé en Espagne. On peut souligner l’enquête réalisée dans la province de Jaén, où l’on a recensé, à partir de l’utilisation des cartes familiales d’alimentation recommandées par le Comité d’Hygiène de la Société des Nations, l’alimentation usuelle de chaque personne, relevant la quantité de pain par jour, de viande, d’œufs, etc., ainsi que l’utilisation d’épices et la quantité de vin ingérée. Dans chaque cas, l’âge, le poids, la taille, le type de métier, le genre et la position économique étaient notés, ce qui a permis de répartir la population étudiée entre classe aisée, classe moyenne, et classe ouvrière (Jiménez, Jiménez 1934 : 25-33) (voir tableau 1).

Tableau 1. L’alimentation dans la province de Jaén

Nombre de cas*

Protéines en grammes par kilo et par jour

Pourcentage d’individus consommant de la viande

quotidiennement

Pourcentage d’individus consommant des œufs

quotidiennement

Pourcentage d’individus consommant du lait

quotidiennement

Adultes classe aisée (335)

2- 2,5 g.

90

95

98

Adultes classe moyenne (416)

1-1,50 g.

88

80

60

Adultes classe ouvrière (591)

0,50-1,50 g.

15

22

12

Enfants classe aisée (405)

3,50-5 g.

98

91

95

Enfants classe moyenne (495)

2,50-4 g.

50

62

65

Enfants classe ouvrière (1.350)

2-3,50 g.

10

15

6

Source : Jiménez, F. ; Jiménez, M. (1934 : 27)

*Total de cas étudiés : 3592 dans 70 villages. Adultes des deux sexes : 1342. Enfants des deux sexes 2250 de 8 à 14 ans.

8La classe aisée adulte ingérait une diète hyperprotéinée ; le lait, les œufs et la viande, dont beaucoup de porc, constituant la base de leur alimentation. Sans consommation de légumes, l’alimentation, en plus d’être riche en azote, était très riche en urée, « avec les conséquences que cela pouvait avoir sur les artères, les reins, etc., et la pathologie correspondante, comme les rhumatismes, le diabète, ou l’obésité » (Jiménez, Jiménez, 1934 : 29).

9La classe moyenne adulte avait une alimentation plus saine, la classe ouvrière adulte présentant la situation la plus préoccupante. Un pourcentage élevé (proche de 80 %) ne consommait ni viande, ni œufs, ni lait. le pourcentage de consommation d’aliments riches en protéines augmentait légèrement dans les grandes villes et dans la capitale, mais diminuait à la campagne, où dans de nombreux villages, les aliments « féculents » constituaient l’unique source d’apports énergétiques et plastiques. Les poissons étaient légèrement plus consommés par la classe ouvrière, surtout la morue en salaison (Jiménez, Jiménez, 1934 : 30).

10Concernant la population infantile, les résultats démontraient (Jiménez, Jiménez, 1934 : 30-31) que seuls les besoins alimentaires des enfants issus de la classe aisée étaient pourvus de façon saine. Chez les enfants de la classe moyenne, la quantité de protéines diminuait, remplacée par des aliments « féculents », en plus de l’abus de café au petit-déjeuner en remplacement du lait. Dans l’ensemble, les auteurs de cette étude considéraient que ces enfants recevaient une alimentation acceptable du point de vue de l’hygiène. Les enfants de la classe ouvrière étaient ceux qui se trouvaient dans la situation la plus critique. La majorité ne consommait pas les aliments minimums et nécessaires pour assurer un développement correct : « ni viande, ni œufs, ni lait. Pain et encore du pain, huile, fruits s’il y en a, pommes de terre, farines sont les éléments dans lesquels ils doivent puiser les matériaux nécessaires à leur croissance et à leur développement » (Jiménez, Jiménez, 1934 : 31). La situation des enfants de la classe ouvrière était aggravée par la consommation de vin et d’eau-de-vie, des substances qui faisaient pleinement partie de leur alimentation, et plus particulièrement de leur petit-déjeuner, en accompagnement du pain. Comme l’indiquaient les auteurs de cette étude (Jiménez, Jiménez, 1934 : 31), il s’agissait d’ :

« Enfants de huit à quatorze ans, en pleins développement et croissance, qui, privés d’albumine animale durant des mois entiers, seront grandement affectés non seulement dans leur développement et dans leur taille, mais aussi par l’augmentation de maladies potentiellement résistantes et l’apparition d’autres maladies latentes et peu connues (maladies carentielles), qui mettraient leur organisme dans des conditions de faiblesse et d’infériorité ».

  • 8 Comme cet auteur l’indiquait, ont été étudiés « 1000 individus de classe ouvrière […] les enfants o (...)

11Les données obtenues dans la province de Jaén ont été corroborées par d’autres recherches, comme celle qui a été menée à Navalmoral de la Mata, dans la région de Caceres (Jiménez, 1935 : 471) : 8

« Les enfants en plein développement sont soumis à des régimes alimentaires complètement déséquilibrés, dont les conséquences se retrouveront, non seulement dans les indices de mortalité et dans leurs causes, mais aussi dans le fait qu’ils resteront soumis aux stigmates d’une sous-alimentation sélective. Ils pourront remplacer les calories par des hydrates de carbone, mais leur carence en protéines animales les placera dans des conditions d’infériorité, qui se traduiront parfois par le mauvais état de leur dentition, par un indice de rachitisme, par des défauts de poids et de taille, par la contraction de maladies évitables, par l’hypoplasie musculaire, par la fatigabilité, par un faible pourcentage de calcium et de phosphore, etc., et, en somme, par le mauvais état général de leur nutrition, dont les conséquences sont au détriment de la région en particulier et de la race en général […] chez les adultes des deux sexes, la principale source d’énergie dépendant également des hydrates de carbone, et les déficiences en apports biologiques et protéiniques animaux étant si marquées, les troubles correspondants à un régime alimentaire inadapté apparaîtront nécessairement. Chez les femmes allaitantes, le fait de nourrir un nouvel être constitue un véritable abandon, non seulement vis à vis de leur propre organisme, mais également parce que, en dépit de leur sacrifice, les enfants allaités dans ces conditions seront plus enclins à contracter un très grand nombre de maladies évitables ».

12A l’échelle nationale, en accord avec l’estimation de la consommation moyenne recueillie par Carrasco Cadenas dans son ouvrage « Ce qui se mange en Espagne. L’intérêt sanitaire de ce problème » (1934a : 12-15), on atteint un total de 1876 calories toutes les 24 heures, ce qui est par conséquent en dessous du nombre de calories nécessaires (2000 à 3500 calories), ce nombre étant probablement atteint avec d’autres aliments qui n’étaient pas aussi ordinairement consommés (Voir tableau 2).

Tableau 2. Consommation moyenne par individu et par jour (apport calorique en principes immédiats et coût de production)

Coût en pesetas

Calories

Hydrates de carbone

Protéines

Graisses

Pain (300 grammes)

0,136

1022

210 g.

33,7 g.

5,25 g.

Huile (30 grammes)

0,005

270

30 g.

Pommes de terre (300 grammes)

0,006

266

60 g.

6,5 g.

Viande (60 grammes)

0,24

113

12 g.

7,2 g.

Sucre (25 grammes)

0,037

100

25 g.

Lait (100 grammes)

0,07

70

5 g.

3,5 g.

4 g.

Pois (15 grammes)

0,018

35

6 g.

2,3 g.

0,25 g.

Total

0,68

1876

306 g.

58 g.

46,7 g.

Source : Carrasco (1934a)

13La consommation de pain assurait l’apport en hydrates de carbone, mais entraînait un déficit en protéines, plus particulièrement en protéines complètes en acides aminés essentiels, et un déficit en vitamines et minéraux. L’huile assurerait l’apport en graisses, et contiendrait des vitamines antirachitiques. La pomme de terre augmenterait la prédominance des hydrates de carbone dans le régime alimentaire, déjà marquée par le pain, qui apportait partiellement certains acides aminés essentiels et très probablement des vitamines B et C.

  • 9 Concernant les problèmes de consommation de protéines animales, en particulier de lait et de produi (...)

14Dans le cas de l'Espagne, l’apport insuffisant en protéines animales était considéré comme un problème d’hygiène de premier ordre, particulièrement dans les classes les plus modestes, où l’insuffisance était manifeste. La position de la population espagnole était illustrée par les données de Holmes sur la consommation annuelle de viande par habitant dans 20 pays (Carrasco, 1934b : 569) (Voir tableau 3)9.

Tableau 3. Consommation quotidienne de viande

Plus de 150 grammes par jour

Australie, Etats-Unis, Argentine, Canada

De 100 à 150 grammes par jour

Cuba, Angleterre, Allemagne et France

De 60 à 100 grammes par jour

Danemark, Suisse, Belgique, Irlande, Grèce, Autriche, Norvège, Suède, Russie, Pays-Bas

60 grammes par jour

Espagne

Moins de 60 grammes par jour

Italie et Portugal

Source : Carrasco (1934b)

15La viande présentait un réel intérêt sanitaire, pas tant parce que d’une façon générale elle était consommée en faible quantité, mais parce que, comme le rappelait Carrasco (1934a : 671-672), il y avait probablement plusieurs millions d’espagnols qui n’en mangeaient jamais, ou alors dans des occasions exceptionnelles :

« Nous savons que dans de nombreux villages de notre pays, la classe pauvre ne mange pas de viande, sauf pour les occasions importantes ; mais elle consomme encore plus rarement du lait, des œufs, du fromage, etc. ; c’est-à-dire ces autres aliments d’origine animale qui pourraient apporter la quantité nécessaire d’acides aminés essentiels […] le déficit d’acides aminés essentiels est certainement évident et général, et il est nécessaire d’étudier et de découvrir les ravages provoqués par cette carence, car nous savons bien qu’un organisme ne peut pas se développer ni cuire [sic] normalement s’il ne reçoit pas une quantité suffisante de ces acides aminés […] Nous comprendrons pourquoi dans d’autres pays l’hygiène alimentaire est orientée vers la lutte contre l’excès de viande ; dans d’autres publications nous avons insisté sur le fait que ces campagnes sanitaires ne devaient pas être transposées en Espagne, car notre problème était bien différent, tant concernant la consommation de viande que celle de lait. Ici, justement, le péché est souvent de ne jamais les avoir expérimentés ».

16En ce qui concerne le lait, son statut « d’aliment-compensateur » était souligné. En Espagne, « on mangeait ce que l’on pouvait acheter, la consommation était faible lorsque le prix était élevé » (Carrasco, 1934a : 673), pour 13 centimes on pouvait acheter 1022 calories sous forme de pain, pour 7 centimes, seulement 70 calories sous la forme de lait, et pour 24 centimes, 113 calories de viande. Cette relation entre les prix et les calories représentait une proportion inférieure de protéines animales pour les classes les plus défavorisées. Pour éviter cela, on a proposé des distributions sanitaires du nombre de calories et du prix pour une portion quotidienne, comme celle qui figure dans le tableau 4.

Tableau 4. Répartition sanitaire du nombre de calories et du prix pour une portion quotidienne

Pourcentage du total de calories

Pourcentage des dépenses totales

Lait + beurre + fromage

20

20

Viande + poisson + œufs

10

45

Huile + graisses

25

5

Pain + féculents

30

10

Légumes + fruits

5

10

Divers + alcool

10

10

Source : Carrasco (1934a)

  • 10 José Giral (1934 : 132-133), en abordant la nécessité d’associer qualité et prix au moment de d’env (...)

17De son côté, José Firal (1934 : 121-122), dans ses travaux sur « les répercussions économiques et sociales de l’alimentation humaine » insistait sur la nécessité de conjuguer qualité et prix au moment d’aborder l’approvisionnement en aliments, et illustrait l’impact de l’alimentation sur l’économie domestique en établissant la part des dépenses alimentaires dans les revenus annuels (Tableau 5), tout en soulignant « la nécessité d’une éducation alimentaire constante et efficace des classes ouvrières, chez lesquelles l’association erronée des prix à l’utilité des aliments a les répercussions les plus préjudiciables » (Giral (1934 : 124)10.

Tableau 5. Pourcentage de dépenses alimentaires dans les revenus annuels

Revenus annuels (en pesetas)

Pourcentage de dépenses consacré à l’alimentation

1200

65 %

2000

60 %

3000

55 %

6000

50 %

9000

45 %

15000

40 %

30000

35 %

75000

30 %

Source : Giral (1934)

18La nécessité d’assurer un apport adéquat en vitamines est devenue, en plus de la compensation du déficit en protéines, un autre des thèmes prioritaires en matière « d’alimentation collective ». Elle était des plus préoccupantes dans l'Espagne des années 1930, du fait de l’existence d’une carence générale en vitamines dans de nombreux secteurs de la population (Carrasco, 1934d : 95-104). Dans plusieurs régions espagnoles, on trouvait des cas de kératoconjonctivite et de kératomalacie, et surtout de xérophtalmie, xérose et d’héméralopie, ce qui mettait en évidence une carence grave et complète en vitamine A. Les problèmes dentaires étaient des indicateurs d’un déficit général en vitamines, notamment en vitamine D, antirachitique, et également en vitamine C, antiscorbutique. Ils mettaient également en évidence la fréquence du rachitisme. L’une des conséquences les plus évidentes de ces états de carence relative était la plus grande sensibilité face aux infections les plus diverses (Carrasco, 1934c : 501) :

« L’hygiène s’intéresse surtout aux carences relatives qui éloignent les individus d’une santé complète, qui empêchent un développement parfait, et qui imposent un vieillissement précoce, etc. […] ces carences relatives ne se manifestent la plupart du temps pas clairement par des signes, mais sont révélées quand un individu, pour une quelconque raison, subit une réduction majeure de ses apports en vitamine, transformant ainsi une carence relative en carence complète […] »

19Les résultats de toutes ces recherches venaient renforcer la plupart des déficiences, qualitatives et quantitatives, que montrait la population espagnole en termes d’alimentation et de nutrition. Le professionnel de la santé publique Juan Moroder, dans un article publié en 1934 dans la Revue de Santé et d’Hygiène Publiques, sous le titre « les points de vue sanitaires de l’alimentation humaine », exposait que le principal problème afférent à l’alimentation n’était pas de nature économique. Les classes sociales les plus défavorisées se nourrissaient mal, plus sur le plan de la qualité que de la quantité. Les classes les plus aisées se nourrissaient de façon erronée, en consommant excessivement et en provoquant des « maladies et troubles digestifs et de la nutrition qui raccourcissent sa durée de vie moyenne ». D’autre part, il existait des aliments avec une grande valeur nutritive et en même temps économiques, que la population rejetait par ignorance ou en ne les utilisant pas dûment, du fait de l’affaiblissement qu’il provoquait dans le budget consacré par chaque famille à l’alimentation. Le travail éducatif ne devait pas être envisagé de façon uniforme, mais en prenant en considération les particularités de chaque classe et groupe social, « étant donné que l’alimentation était complètement différente en fonction des habitudes et des possibilités économiques » (Moroder, 1934 : 173-174).

20Durant les années 1920 et 1930, simultanément aux tentatives de développement de politiques de santé telles que celles que cherchaient à mettre en œuvre les services d’hygiène de l’alimentation (Bernabeu et al, 2011 : 231-243 ; Trescastro, Bernabeu, Galiana, 2013), ont été publiés de nombreux ouvrages de vulgarisation portant sur l’alimentation et la nutrition (Tarruella, 1919 ; Vásquez, 1920 ; Roig, 1921 ; Raventós, 1923 ; Carrasco, 1923 ; Goday, 1928 ; Pi Sunyer, 1930 ; Díaz, 1934). La structure de ces ouvrages était généralement construite autour des questions suivantes : de quelles classes de principes actifs l’être humain a-t-il besoin pour se nourrir ?, Comment sont-ils digérés ? De quelle quantité de chaque avons-nous besoin ? Quelle est la proportion de ces principes contenue dans les aliments les plus communs ? Quelle est la valeur et le coût des aliments ? Les conseils qu’il convient de divulguer et les erreurs qu’il faut corriger ou Quelles rations la maîtresse de maison peut-elle combiner pour adapter le coût de la nourriture au budget disponible ?

21Malgré tout, en dépit de ces efforts, les problèmes nutritionnels qui viennent d’être décrits pour la première partie des années 1930 ont été aggravés par la guerre civile et les difficiles années de l’après-guerre (Del Cura, Huertas, 2007). on a connu une hausse importante de la mortalité par avitaminose (Castelló, 2010), et comme le signalait le professeur Francisco Grande Covián dans un texte publié en 1947, le problème « alimentaire » de l'Espagne nécessitait toujours, en plus d’un travail qui rendrait accessibles aux classes les moins bien pourvues économiquement certains des produits importants sur le plan diététique, un travail éducatif et une diffusion des connaissances de la science de l’alimentation qui serait capable d’améliorer les habitudes alimentaires. A la fin des années quarante était décrit un panorama nutritionnel marqué par un faible apport calorique, un bon apport en protéines totales, bien que dans une grande partie de l’échantillon cet apport ait été dû aux protéines végétales, et un déficit en calcium et en vitamines A et B2 (Villalbí, Maldonado, 1988 : 128).

3. Le début de la transition épidémiologique et nutritionnelle et la fin des problèmes de malnutrition par défaut

22Une fois la période autarcique de l’après-guerre surmontée, un processus de développement économique non exempt d’inégalités, et caractérisé par un manque d’homogénéité qui affectait également l’alimentation, a débuté (Germán Zubero, 2009). Les études réalisées sur l’alimentation de la population espagnole par l’Ecole de Diététique entre 1956 et 1961 mettent en évidence le fait que 10 % de la population présentait un apport en calories insuffisant, tandis que 40 % consommait trop de calories. L’ingestion de protéines totales était adéquate, et elle était encore composée pour majeure partie de protéines d’origine végétale. D’importants déficits en vitamine B2 (64 % de la population) étaient ainsi maintenus, tout comme des déficits en vitamines A (49 % de la population) et C (33 % de la population), calcium (30 %) et en acide nicotinique (26 %). On distinguait un gradient socioéconomique clair dans la consommation de protéines animales et de vitamines, les strates les moins bien nourries étant les ouvriers agricoles et industriels (Varela, 1968). Dans les enquêtes rurales sur l’alimentation et la nutrition qui ont été réalisées dans les années 1962-69, on n’observait pas de déficit calorique protéique dans la consommation moyenne de la population, mais on constatait toujours que dans ces milieux ruraux la plus grande partie des protéines étaient d’origine végétale, avec une faible ingestion de calcium, qui affectait la majeure partie de la population. Des déficits en vitamines A et B2 ont été estimés dans de larges segments sociaux (Varela Mosquera, García Rodríguez, Moreiras, 1970).

23Au début des années 1960, la variété des situations que renfermait la géographie nationale était évidente, mais le problème n’était pas le manque de ressources, sauf dans un nombre réduit de familles. Le défi était une fois de plus d’éduquer la population pour qu’elle sache quels aliments elle devait acheter avec ses revenus, et lesquels étaient utiles pour avoir une alimentation correcte (De Palacios, 1964 : 12).

24A la suite de la signature par le régime franquiste de certaines conventions et accords internationaux, en 1954 a été mis en œuvre le Service Scolaire d’Alimentation et Nutrition (SSAN), un organisme destiné à distribuer la dite aide sociale américaine, et plus concrètement à distribuer du lait aux écoliers espagnols ; et en 1961 ont débuté les activités du Programme d’Education sur l’Alimentation et la Nutrition (EDALNU), grâce à l’aide technique de la FAO et au soutien économique de l’UNICEF (Esplugues, Trescastro, 2012 ; Trescastro, Galiana, Bernabeu, 2012 ; Trescastro, Bernabeu, Galiana, 2013 ; Trescastro, Trescastro, 2013). Comme l’indiquait le directeur du programme EDALNU, l’opportunité de sa mise en œuvre répondait à la nécessité de dépasser l’influence négative qu’exerçait « l’ignorance » sur l’alimentation médiocre de nombreux secteurs de la population espagnole, et à la volonté de prévenir les problèmes de suralimentation qu’avaient connu et que connaissaient les pays « développés » (De Palacios, 1969 : 5).

25L’objectif du programme était d’améliorer le niveau nutritionnel de la famille espagnole à travers la promotion de meilleures habitudes alimentaires. au sein du SSAN a été créé un Département d’Education Alimentaire et de Nutrition, qui englobait les sections de nutrition, éducation, production d’aliments et économie domestique, et qui avait pour objectif le développement d’un Programme de Nutrition Appliquée, auquel devaient participer des agronomes, des éducateurs, des professionnels de la santé publique, des conseillers en économie familiale, la section Féminine de Phalange Espagnole et des J.O.N.S., etc. Parmi les réalisations concrètes, il faut distinguer, avec celles menées à bien dans les cantines scolaires, la distribution de petites bouteilles de lait dans les écoles comme complément alimentaire.

26Nous avons récemment eu l’occasion d’évaluer l’impact qu’ont pu avoir toutes ces mesures sur l’état nutritionnel de la population scolaire issue du milieu rural espagnol entre les années 1950 et 1970 (Trescastro et al, 2014). En résumé on a utilisé la taille comme paramètre anthropométrique, et on a analysé son évolution et les différences régionales. Les résultats mettent en évidence qu’au début des années 1960 on pouvait distinguer deux modèles : un premier groupe dans lequel la stature des enfants de la côte Cantabrique, de la région du Levant, de Catalogne et des Baléares présentait un niveau similaire à celui des enfants bien nourris ; et un second groupe où les tailles étaient inférieures, et dans lequel on trouvait les régions d'Andalousie, d'Estrémadure, et de Galice. Entre 1954 et 1977, les tailles des enfants bien nourris ont connu une croissance qui a été particulièrement intense entre 1954 et la première moitié des années 1960. Dans le cas des enfants issus du milieu rural et qui fréquentaient les écoles nationales, une augmentation significative de la taille s’est également produite, en plus de la correction des différences régionales qui existaient au début des années soixante. Tant le complément alimentaire, que les activités d’éducation alimentaire et de nutrition réalisées dans le cadre du Programme EDALNU, et en particulier la correction des déficits alimentaires et nutritionnels présents dans les secteurs les plus vulnérables, auraient eu une influence sur ces progrès.

27C’est à la fin des années soixante-dix, avec un retard certain par rapport aux pays d'Europe occidentale, que la majorité de la population espagnole a été capable de pourvoir de façon satisfaisante à ses besoins en énergie, en protéines, et en une grande partie des micronutriments, et de présenter un profil calorique qui s’ajustait presque parfaitement aux recommandations des organismes internationaux.

4. Les effets indésirables de la transition épidémiologique et nutritionnelle : l’émergence de l’épidémie d’obésité

28Cependant, cette situation convenable d’un point de vue épidémiologique nutritionnel ne s’est pas maintenue, et quelques années plus tard, dans les années 1980, on décrivait un panorama nutritionnel marqué par l’ingestion de calories en excès, de sucres simples et de graisses. La diète hypercalorique est devenue un facteur de risque pour la santé. l'Espagne a évolué d’un modèle de consommation basé principalement sur les céréales, les légumes secs, l’huile d’olive, la graisse de porc, les pommes de terre, les fruits, les légumes, le poisson et les œufs, vers une augmentation de la consommation de viande, de lait et de produits laitiers, avec une baisse importante de la consommation d’aliments riches en hydrates de carbone, de graisses végétales, de céréales et de pommes de terre (Serra, Bautista, 2007 ; Garrobou, Cussó, 2009).

29Les enquêtes réalisées dans le milieu rural en 1983 (López Nomdedeu, 1984), montraient un changement de la situation. On n’observait pas de déficits alimentaires, les précédents déficits en vitamines et en calcium ayant été surmontés, et une consommation importante de graisse d’origine animale, provenant pour la plupart du porc, étant apparue. On observait une faible consommation de fruits et légumes, et une consommation de sucre extraordinairement élevée chez les populations infantiles, de même qu’une consommation faible de viandes chez les populations âgées. On constatait de même une relation entre le niveau d’éducation et socioéconomique et la consommation de viande, poisson, légumes et produits dérivés du lait ; une relation entre le niveau d’éducation et la consommation des fruits ; et entre le niveau socioéconomique et la consommation de racines et de tubercules. Plus le niveau de revenu est élevé, plus grande est la consommation de graisses animales ; plus bas est le niveau d’éducation, plus grande est la consommation de céréales et de sucres (Varela, Moreiras, Carvajal, 1988 ; Rodríguez Artalejo et al, 1996).

  • 11 Ces considérations complètent et confirment les résultats proposés par les travaux de Nicolau et Pu (...)

30Comme le soulignaient Villalbí et Maldonado (1988 : 129), dans leur évaluation de la transition nutritionnelle qu’aurait connue la population espagnole entre les années 1940 et 198011, nous serions passés d’une présence importante de carences alimentaires pendant l’après-guerre, avec des apports en protéines insuffisants et de graves déficits en calcium, fer et vitamines A et B2, à un panorama nutritionnel qui était marqué dans les années 1980 par l’ingestion de calories, de sucres et de graisses en excès. La diète hypercalorique, comme cela a déjà été indiqué, est devenue un problème sanitaire.

  • 12 Ces données sont confirmées dans des travaux comme ceux de Cussó et Garrabou (2007 : 90-95), lorsqu (...)

31Le panorama réalisé par Villalbí et Maldonado, s’aggravait encore lorsque l’on prenait en compte l’apparition de formes de vie plus sédentaires et avec de moindres besoins en calorie, alors que l’ingestion de calories augmentait aux dépens des hydrates de carbone, et se répercutait sur l’augmentation de l’obésité et du diabète. Les produits dont la consommation par personne a augmenté de la manière la plus spectaculaire ont été les viandes (au détriment du porc et des oiseaux). Les calories de la diète moyenne auraient augmenté de dix pourcents entre 1965 et 1979, et la consommation de graisse de vingt pourcents, principalement au détriment de la consommation de ces viandes12.

  • 13 Comme le rappellent Cussó et Garrabou (2007 : 97), dans les données qui se dégageaient de l’exploit (...)

32La consommation d’acides gras saturés en Espagne était historiquement faible. Jusque dans les années soixante-dix, la majeure partie des protéines de la diète étaient d’origine végétale13, et à l’inverse, dans les années 80 du siècle précédent, la plus grande partie de ces protéines était d’origine animale, et la consommation de graisses saturées avait augmenté de façon notable. Tandis que de larges segments de la population d’âge mûr avaient eu historiquement une diète pauvre en graisses saturées, les générations les plus jeunes consommaient des diètes riches en graisses saturées, et leur risque cardiovasculaire devenait plus grand lorsqu’ils atteignaient un âge plus avancé. en 1991, les graisses apportaient déjà 42 pour 100 de l’énergie, la même proportion que les hydrates de carbone. En outre, la consommation excessive de protéines d’origine animale se détachait : 65 pour 100 des 93,5 grammes de protéine consommés par personne et par jour, très au-delà des 50 pour 100 conseillés (Cussó, Garrobou, 2007 : 97). Cependant, l’un des traits les plus caractéristiques de la transition nutritionnelle espagnole est la croissance moindre des décès dus à des maladies cardiovasculaires, en dépit de l’augmentation de la consommation de graisses. C’est ce que l’on appelle « le paradoxe espagnol », résultat de la synergie et de l’antagonisme de facteurs de risque et protecteurs, comme cela se produit lorsqu’il y a une consommation élevée d’huile d’olive (serra et al, 1995).

33Comme on peut le constater, en même temps que les problèmes de dénutrition propres à l’étape pré-transitionnelle étaient résolus, les problèmes post-transitionnels liés à la suralimentation (diètes hypercaloriques, plus grande consommation de graisses d’origine animale et de sucres libres, ou plus faible ingestion d’aliments riches en fibre, entre autres) sont apparus. Ceux-ci expliqueraient une grande partie des changements qui ont accompagné la transition épidémiologique espagnole (Blanes, 2007).

34Ainsi qu’il est mentionné dans une étude sur la transition alimentaire et nutritionnelle en Espagne au cours de l’histoire récente, publiée par María Dolores Marrodán et des collaborateurs (2012), le changement dans le comportement alimentaire de la population espagnole, associé à l’augmentation du bien-être socioéconomique, a eu un impact positif, en réduisant les problèmes associés à la malnutrition par défaut, en plus de montrer un effet bénéfique sur la croissance infantile et juvénile, qui s’est traduit par l’augmentation de la stature, entre autres indicateurs (Trescastro et al, 2014). néanmoins, l’évolution vers un mode de vie caractérisé par le stress, le sédentarisme, et une baisse de l’activité physique et par conséquent de la dépense énergétique, en même temps qu’une consommation toujours plus grande d’aliments riches en graisses saturées, en sucres simples ou en sodium, et denses en calories, ont entraîné l’augmentation du surpoids et de l’obésité, et la hausse des problèmes de santé comme le diabète, certains types de cancer et de maladies cardiovasculaires (Moreno, Sarría, Popkin, 2002 ; Quiles et al, 2008) (Figure 2).

Figure 2. La transition épidémiologique-nutritionnelle dans le contexte des processus transitionnels

Figure 2. La transition épidémiologique-nutritionnelle dans le contexte des processus transitionnels

Source : Réalisation personnelle

35L’impact de l’obésité s’est accéléré à partir des années 1980. En accord avec les données fournies par l’enquête nationale de santé, en 1987 elle était située à environ 5 %, tandis que dans celles fournies par la même enquête en 2006 montraient déjà que l’obésité touchait 15,6 % des hommes et 15,2 % des femmes. Le surpoids concernait 44,7 % de la population masculine, et 29,4 % des femmes. Il s’agit dans tous les cas de chiffres globaux, qui ne prennent en compte ni le niveau socioéconomique, ni le niveau éducatif, deux variables qui ont une influence notable sur leur croissance (Marrodán, Montero, Cherkaoui, 2012 : 61). Le problème est similaire et même plus préoccupant encore chez les populations infantiles et adolescentes (tableau 6). L’étude Paidos publiée en 1985 montrait que 4,9 % des écoliers espagnols âgés de 6 à 12 ans étaient en surcharge pondérale ; dans l’étude Enkid réalisée entre 1998 et 2000, le pourcentage d’obèses dans le groupe des 2 à 24 ans était de 13,9 %. En dépit de l’effort, peut-être insuffisant, qu’a représenté la stratégie NAOS (Stratégie pour la Nutrition, l’Activité Physique et la Prévention de l’Obésité), la tendance à l’augmentation de la surcharge pondérale ne paraît pas ralentir, bien qu’elle tende à se stabiliser.

Tableau.6. Evolution du surpoids et de l’obésité chez des enfants-adolescents en Espagne, 1985-2011

Etude Paidos 1985

Âge 9-12 ans

Etude Enkid 1998-2000

Âge 2-24 ans

Etude Aladino 2010-2011

Âge 6-9 ans

Surcharge pondérale

 %

Surpoids

 %

Obésité

 %

Surpoids

 %

Obésité

 %

Garçons

4,9

16

21,7

13,9

20,2

Filles

13,1

9,8

13,8

14,8

Source : Réalisation personnelle à partir des données recueillies dans les travaux de Marrodán, Montero, Cherkaoui (2012 : 61-62)

36Comme le rappellent Marrodán et ses collaborateurs dans les travaux mentionnés précédemment (Marrodán, Montero, Cherkaoui, 2012 : 62-63), une augmentation notable de la prévalence de certains des facteurs de risque cardiovasculaire liés à l’alimentation et les modes de vie s’est produite durant les deux dernières décennies du XXe siècle. Le nombre d’hospitalisations pour des maladies cardiovasculaires a augmenté de façon notable entre 1997 et 2002, atteignant les cinq millions de séjours à l’hôpital, et les maladies cardiovasculaires sont devenues la première cause de mortalité avec plus de 120000 décès. A côté de la responsabilité que l’on doit attribuer à ces facteurs de risque pour expliquer tous ces changements, il faut également souligner le rôle joué par le développement de nouveaux instruments de diagnostic, les progrès thérapeutiques qui ont contribué à une meilleure survie et au vieillissement de la population. les maladies cardiovasculaires réduisent la qualité de vie des personnes affectées et leur assistance représente d’importantes dépenses sanitaires, d’où l’importance des politiques s’attachant à prévenir ces pathologies, et des bénéfices que peuvent rapporter l’abandon d’habitudes telles que le tabagisme, ou le respect d’une alimentation équilibrée, tout comme la pratique régulière et constante d’une activité physique modérée (Marrodán, Montero, Cherkaoui, 2012 : 62).

Conclusion

37En accord avec le modèle européo-occidental, nous avons dans un premier temps dépassé les problèmes de dénutrition qui expliqueraient en grande partie ce modèle épidémiologique dominé par les maladies infectieuses, caractéristique de l’étape pré-transitionnelle (Sánchez Verdugo, 1948). A partir des années 1960, le processus de transition alimentaire et nutritionnelle a été marqué par l’évolution vers des conditions et un mode de vie caractérisé par le stress, le sédentarisme et la baisse de l’activité physique, et par conséquent de la dépense énergétique, en même temps qu’une consommation toujours plus grande d’aliments riches en graisses saturées, sucres simple ou sodium, et denses en calories, ce qui a entraîné, du point de vue épidémiologique et nutritionnel, une hausse inévitable du surpoids et de l’obésité, et un accroissement des problèmes de santé comme le diabète, certains types de cancer ou les maladies cardiovasculaires.

Bibliografía

ABUHAZIM PASCUAL, A. (2010) : Transición nutricional y alimentaria en España. Madrid, Bubok Publishing.

BALLESTER DIEZ, F. (2000) : “El medio ambiente saludable”. Dans Informe SES- PAS 2000 : la salud pública ante los desafíos de un nuevo siglo. Disponible sur : http://www.sespas.es/ind_lib04.html

BARONA VILLAR, J. LL. (2014) : La medicalización del hambre. Economía política de la alimentación en Europa 1918-1960. Barcelona : Icaria/Antrazyt 410.

BARONA, J. LL., BERNABEU-MESTRE, J. (2008) : La salud y el Estado. El movimiento sanitario internacional y la administración española (1851-1945). Valencia, Publicacions Universitat de València.

BERNABEU-MESTRE, JOSEP (2007) : La salut pública que no va poder ser. José Estellés Salarich (1896-1990) : una aportació valenciana a la sanitat espanyola contemporània. Valencia, Consell Valencià del Cultura (Sèrie minor, 62).

BERNABEU-MESTRE, J. ; ESPLUGUES, J.X. : GALIANA, M.E. (2007) : “Antecedentes históricos de la nutrición comunitaria en España : los trabajos de la Escuela Nacional de Sanidad, 1930-1936”. Rev Esp Salud Pública, 81, p. 451-459.

BERNABEU-MESTRE, J., ESPLUGUES, X., GALIANA-SANCHEZ, M.E., MONCHO, J. (2011) : “Nutrición y salud Pública en España, 1900-1936”. Dans BERNABEU-MESTRE, J., BARONA, J. LL. (éds.) : Nutrición, Salud y Sociedad. España y Europa en los siglos XIX y XX. València, Universitat de València/ Seminari d’Estudis sobre la Ciència, p. 209-46.

BERNABEU-MESTRE, J., GALIANA-SANCHEZ, M. E., TRESCASTRO-LOPEZ, E., CASTELLO BOTÍA, I. (2011) : “El contexto histórico de la transición nutricional en España”. Dans BERNABEU-MESTRE, J., BARONA, J. LL. (éds.) : Nutrición, Salud y Sociedad. España y Europa en los siglos XIX y XX. València, Universitat de València/ Seminari d’Estudis sobre la Ciència, p. 185-208.

BLANES LLORENS, A. (2007) : La transición epidemiológica en España. Dans : La mortalidad en la España del siglo XX. Barcelona, Tesis doctoral (Departament de Geografia, Facultat de Filosofia i Lletres, Universitat Autònoma de Barcelona), p. 147-232.

CARRASCO CADENAS, E. (1923) : Ni gordos, ni flacos. Lo que se debe comer. Madrid. Diana, 1935 (2ª edición).

CARRASCO CADENAS, E. (1934a) : “Lo que se come en España. Interés sanitario de este problema”. Archivos de Medicina, Cirugía y Especialidades, 37(25), p. 669-675.

CARRASCO CADENAS, E. (1934b) : “Alteraciones oculares, dentarias, de crecimiento y desarrollo general en relación con el insuficiente aporte proteínico, de minerales y vitaminas”. Progresos de la Clínica, 42, p. 563-571.

CARRASCO CADENAS, E. (1934c) :“Datos para suponer una carencia general vitamínica en algunas regiones españolas”. Archivos de Medicina, Cirugía y Especialidades, 37(19), p. 501-503.

CASTELLO-BOTÍA, I. (2010) : “Evolución de la mortalidad asociada a desnutrición en la España Contemporánea 1900-1974”. Revista de Demografía Histórica, 28(2), p. 25-50.

CASTELLO-BOTÍA, I. ; BERNABEU-MESTRE, J. ; WANDEN-BERGHE, C. (2012) : “La transición de la malnutrición : emergencia de la epidemia de obesidad en españa”. Dans COMELLES JM, GRACIA M (éds.) : Alimentación, Salud y Cultura. Tarragona. Universitat Rovira i Virgili, p. 441-456.

CUSSO SEGURA, X. ; GARROBOU, R. (2007) : “La transición nutricional en la España Contemporánea : las variaciones en el consumo de pan, patatas y legumbres”. Investigaciones de Historia Económica, 7, p. 69-100.

DE PALACIOS MATEOS, J.M. (1964) : “Estado nutritivo de nuestros niños”. Madrid. Ministerio de Educación Nacional/ Servicio Escolar de Alimentación y Nutrición.

DE PALACIOS MATEOS, J.M. (1969) : Información sobre el Programa de Educaciónen Alimentación y Nutrición en España. Madrid. Gobierno Español (CIBIS)-FAO-UNICEF.

DEL CURA, M.I. ; HUERTAS, R. (2007) : Alimentación y enfermedad en tiempos de hambre. España, 1937-1947. Madrid, CSIC.

DÍAZ BERRIO, S. (1934) : La diarrea en el niño con preceptos de higiene de alimentación infantil. Madrid. Editorial Cenit (Bibliothèque de vulgarisation médicale, sous la direction de Juan Planelles Ripoll).

ESPLUGUES PELLICER, J.X. ; TRESCASTRO-LOPEZ, E. (2012) : “El Programa de educación en alimentación y nutrición : cuando la alimentación española era satisfactoria (1961-1972)”. Dans COMELLES JM, GRACIA M (éds.) : Alimentación, Salud y Cultura. Tarragona. Universitat Rovira i Virgili, p. 423-439.

FRENK, J. (1997) : “La dinámica de la salud”. Dans La salud de la población. Hacia una nueva salud pública, México, Fondo de Cultura Económica. Disponible sur : http://bibliotecadigital.ilce.edu.mx/sites/ciencia/volumen3/ciencia3/133/htm/sec_11.htm

GARRABOU SEGURA, R. ; CUSSO SEGURA, X. (2009) : Dieta mediterránea y transición nutricional moderna en España. Dans GERMÁN ZUBERO, L- G. (coord.) (2009) : Economía alimentaria en España durante el siglo XX. Madrid. Ministerio de Medio Ambiente y Medio rural y Marino, p. 25-63.

GERMÁN ZUBERO, L- G. (coord.) (2009) : Economía alimentaria en España durante el siglo XX. Madrid. Ministerio de Medio Ambiente y Medio Rural y Marino.

GIRAL, J. (1934) : “Repercusiones económicas y sociales de la alimentación humana. Conferencia dada en la Escuela Nacional de Sanidad el 24 de mayo de 1934”. Revista de Sanidad e Higiene Pública, 1934, p. 121-139.

GODAY, S. (1928) : Alimentació del nen durant la primera infància. Barcelona. Institut Arnau de Vilanova.

GRANDE COVIÁN, F. (1947) : La ciencia de la alimentación. Madrid. Ediciones Pegaso.

HERRERO, C. ; SOLER, A. ; VILLAR, A. (2013) : Desarrollo humano en España : 1980-2011.Valencia. Ivie. Disponible sur : http://dx.doi.org/10.12842/HdI_2012

JIMÉNEZ, F. (1935) : “Necesidades energéticas y dietéticas en la zona de Navalmoral de la Mata (Cáceres)”. Revista de Sanidad e Higiene Pública, 1935, p. 470-477.

JIMÉNEZ, F. ; JIMÉNEZ, M. (1934) : “La alimentación en la provincia de Jaén. Deducciones sanitarias”. Dans Contribución al I Congreso Nacional de Sanidad del laboratorio de Higiene de la Alimentación y de la Nutrición y Técnica Bromatológica. Madrid. Escuela Nacional de Sanidad, p. 25-34.

LEAL MALDONADO, J. (comp.) (2004) : Informe sobre la situación demográfica en España. Madrid. Fundación Fernando Abril Martorell.

LOPEZ NOMDEDEU, C. (1984) : “Encuesta realizada en la zona rural española sobre consumos de alimentos a nivel familiar obtenidos por el sistema de inventario y compras”. Revista de Sanidad e Higiene Pública, 58, p. 119-146.

MARAÑON, G. (1932) : “Prólogo”. Dans VÁZQUEZ SÁNCHEZ, J. : Sobre la composición química de los alimentos españoles. Madrid. Gaceta Médica Española, p. I-II.

MARRODÁN SERRANO, M. D. ; MONTERO LOPEZ, P. ; CHERKAOUI, M. (2012) : “Transición nutricional en España durante la historia reciente”. Nutrición Clínica y Dietética Hospitalaria, 32 (suplemento 2), p. 55-64.

MORENO, L. A.; SARRIÀ, A.; POPKIN, B.M. (2002): “The nutrition transition in Spain: a European Mediterranean country”. European Journal of Clinical Nutrition, 56, p. 992-1003

MORODER, J. (1934) : “Los puntos de vista sanitarios de la alimentación humana”, Revista de Sanidad e Higiene Pública, 1934, p. 167-175.

MOLINA MARÍN, G. et al (2008) : “Marco para el análisis de políticas públicas de salud”. Dans MOLINA MARIN, G. ; CABRERA ARANA, G. A. (comp.) : Políticas públicas en salud : aproximación a un análisis. Medellín. Facultad Nacional de Salud Pública Héctor Abad Gómez (Grupo de Investigación en Gestión y Políticas de Salud), p. 7-20.

NAVARRO LOPEZ, V. ; BENACH DE ROVIRA, J. (1996) : “Desigualdades sociales de salud en España. Informe de la comisión científica de estudios de las desigualdades sociales de salud en España”. Revista Española de Salud Pública, 70(5-6), p. 505-636.

NICOLAU NOS, R. (2005) : “Población, salud y actividad”. Dans CARRERAS, A. ; TAFUNELL, X. (coord.) : Estadísticas históricas de España : siglos XIX-XX, Bilbao, Fundación BBVA, p. 77-154.

NICOLAU NOS, R. ; PUJOL ANDREU, J. (2005) : “Variaciones regionales de los precios de consumo y de las dietas en España, en los inicios de la transición demográfica”. Documents de Treball (UAB. Unitat d’Història Econòmica), núm. 29.

PASCA, A. J. ; PASCA, L. (2011) : “Transición nutricional, demográfica y epidemiológica. determinantes subyacentes de las enfermedades cardiovasculares”. Insuficiencia cardiaca, 1, p. 27-29.

PI SUNYER BAYO, J. (1930) : Principis generals de dietètica. Barcelona. Monografies Mèdiques (45).

PORTA SERRA, M. ; PUIGDOMENECH, E. ; BALLESTER DÍEZ, F. (éds.) (2009) : Nuestra contaminación interna. Concentraciones de compuestos tóxicos persistentes en la población española. Barcelona. Los libros de la Catarata.

QUILES I IZQUIERDO, J. (2008) : “Situación de la obesidad en España y estrategias de intervención”. Revista Española de Nutrición Comunitaria, 14(3), p. 142-149.

RAVENTOS, J. (1923) : L’Alimentació humana. Barcelona. Mancomunitat de Catalunya (Publicacions divulgadores dels Serveis Tècnics d’Agricultura, núm. 8, Segona edició.

RODRÍGUEZ ARTALEJO, F. Et al (1996) : “El consumo de alimentos y nutrientes en españa en el período 1940-1988. Análisis de su consistencia con la dieta mediterránea”. Med Clin (Barc), 106, p. 161-168.

ROIG I RAVENTOS, J. (1921) : Nocions de puericultura, Barcelona. Minerva Col·lecció popular dels coneixements indispensables editada pel Consell de Pedagogia de la Diputació de Barcelona (volum XXXV).

SÁNCHEZ VERDUGO, J. (1948) : “Cambios en la mortalidad proporcional por grupos de edades y causas en lo que va de siglo”. Revista de Sanidad e Higiene Pública, 1948, p. 808-829.

SERRA MAJEM, LL. et al (1995): “How could changes in diet explain changes in coronary heart diseases mortality in Spain? The Spanish paradox”. American Journal of Clinical Nutrition, 61, p. 1351-1359.

SERRA MAJEM, LL. ; BAUTISTA CASTAÑO, I (2007) : “La nutrición en España”. Dans CLIMENT SANJUAN, V. et al : Como vivíamos : alimentos y alimentación en la España del siglo XX. Madrid. Lunwerg editores/ MAPA/ Fundación Triptolémos, p. 177-196

TARRUELLA I ALBAREDA, J. (1919) : Higiene de l’alimentació. Barcelona. Minerva (Col·lecció popular dels coneixements indispensables editada pel consell de Pedagogia de la diputació de Barcelona (volum XVI).

TRESCASTRO-LOPEZ, E. M. ; GALIANA-SANCHEZ, Mª E. ; BERNABEU-MESTRE, J. (2012) : “El Programa de Educación en Alimentación y Nutrición (1961-1982) y la capacitación de las amas de casa como responsables del bienestar familiar”. Nutr Hosp., 27(4), p. 955-963.

TRESCASTRO-LOPEZ, E. M. ; TRESCASTRO-LOPEZ, S. (2013) : “La educación en alimentación y nutrición en el medio escolar : el ejemplo del Programa EDALNU”. Rev Esp Nutr Hum Diet., 17(2), p. 84-90.

TRESCASTRO-LOPEZ, E. M. ; BERNABEU-MESTRE, J. ; GALIANA-SANCHEZ, Mª E. (2013) : ” Nutrición y salud Pública : políticas de alimentación escolar en la España contemporánea (1931-1978)”. Asclepio, 65 (2), p026. ISSN-L : 0210-4466. http://asclepio.revistas.csic.es/index.php/asclepio/article/view/570/626.

TRESCASTRO-LOPEZ, E. M. et al (2014) : “Malnutrición y desigualdades en la España del franquismo ; el impacto del complemento alimenticio lácteo en el crecimiento de los escolares españoles (1954-1978)”. Nutr Hosp., 29(2), p. 227-236.

VARELA MOSQUERA, G. (1968) : Contribución al estudio de la alimentación española. Granada. Instituto de Desarrollo Económico.

VARELA MOSQUERA, G. ; GARCÍA RODRIGUEZ, D., MOREIRAS, O. (1970) : La Nutrición de los Españoles. Diagnóstico y Recomendaciones. Granada : Instituto de Desarrollo Económico.

VARELA MOSQUERA, G. ; MOREIRAS, O. ; CARVAJAL, B. (1988) : Evolución del estado nutritivo y de los hábitos alimentarios de la población española. Madrid. Fundación Española de Nutrición.

VÁZQUEZ LEFORT, M. (1920) : Higiene del destete. Nociones elementales referentes a este importante aspecto de la alimentación infantil. Madrid. Biblioteca de la Medicina Social Española.

VILLALBÍ, J.R. ; MALDONADO, R. (1988) : “La alimentación de la población en España desde la posguerra hasta los años ochenta : una revisión crítica de las encuestas de nutrición”. Med Clin (Barc), 90, p. 127-130.

Notas

1 Ces travaux ont été réalisés dans le cadre des projets : « La lutte contre la dénutrition dans l'Espagne contemporaine et le contexte international (1871-1975) » HAR-13504-02-01 (Ministère espagnol de l’Economie et de la Compétitivité) ; « Hygiène internationale et transfert de connaissance scientifique. Europe 1900-1975 » HAR2011-23233 (Ministère espagnol de l’Economie et de la Compétitivité) ; et du projet PROMETEO II/2014/2015 « Groupe Alicante d’Etudes Avancées d’Histoire de la Santé et de la Médecine » (Programme Prometeo pour Groupes d’Excellence de la Generalitat de Valence).

2 Ces dynamiques (Frenk, 1997) font référence aux transformations qui se produisent dans les modèles de santé et de maladie en réponse aux changements de nature sanitaire, démographique, économique, alimentaire, technologique, politique, culturelle, biologique et environnementale que connaissent les différentes populations, et qui sont pour une bonne partie liés à ce que nous connaissons au sens large comme les politiques de santé (Molina Marín et al, 2008).

3 Voir les données se rapportant à la santé et recueillies dans le chapitre de Roser Nicolau publié dans la monographie Statistiques historiques de l’Espagne : XIX-XXe siècle (Carreras, Tafunell, coordinateurs, 2005). Il s’agit dans tous les cas d’une situation qui n’est précisément pas caractérisée par son irréversibilité, comme le démontre la crise économique actuelle. En ce sens, voir les travaux de Carmen Herrero, Ángel Soler et Antonio Villar (2013).

4 Voir le rapport sur les inégalités de santé en Espagne, publié dans les années 1990 par Vicente Navarro López et Joan Benach de Rovira (1996).

5 Tout au long de la seconde moitié du siècle dernier, en plus d’achever la transition démographique et d’initier une seconde transition, avec la dénommée révolution de la longévité et du vieillissement (Leal, 2004), la population espagnole a renforcé sa transition sanitaire et épidémiologique (Blanes, 2007), en consolidant un modèle de morbidité-mortalité dominé par les pathologies de nature chronique et dégénérative, et l’émergence de nouveaux problèmes de santé, liés pour la plupart au nouveau scénario démographique qui a été à l’origine de cette même transition démographique (Pasca, Pasca, 2011). En parallèle, tout au long des années 1960 et 1970, s’est achevée la transition dite alimentaire et nutritionnelle (Garrobou, Cussó, 2009 ; Abuhazim, 2010 ; Marrodán, Montero, Cherkaoui, 2012), marquée par l’abandon comme nous aurons l’occasion de le démontrer, des problèmes de dénutrition, et au contraire par le début, dans les années 1980, d’une dynamique transitionnelle caractérisée par la prévalence des problèmes de malnutrition associés au surpoids et à l’obésité. Tous ces changements ont été complétés par une transition des risques environnementaux qui seraient apparus déterminants pour l’explication d’un grand nombre de ces nouveautés (Ballester, 2000 ; Porta et al, 2009).

6 Voir, entre autres publications, les chapitres : « Nutrition et Santé Publique en Espagne, 1900-1936 » (Bernabeu, Esplugues, Galiana, Moncho, 2011) ; « Le contexte historique de la transition nutritionnelle en espagne » (Bernabeu, Galiana, Trescastro, Castelló, 2011) ; ou « La transition de la malnutrition : émergence de l’épidémie d’obésité en Espagne » (Castelló, Bernabeu, Wanden-Berghe, 2012).

7 L’actualité croissante qu’acquéraient les problèmes de nutrition dans le contexte scientifique espagnol ne peut être dissociée de ce qui se passait à l’échelle internationale (Barona, 2014), ni des changements importants d’ordre organisationnel qui commençaient à frapper l’hygiène espagnole et qui atteindraient leur expression maximale dans les réformes sanitaires encouragées durant la seconde république (Bernabeu, 2007 ; Barona, Bernabeu, 2008). Comme nous l’avons évoqué dans de précédents travaux, la création par l’hygiène républicaine du Service d’Hygiène des Aliments, et la mise en marche à l’Ecole Nationale d’Hygiène d’une Agrégation d’Hygiène de l’Alimentation et de la Nutrition, ont été deux des éléments les plus remarquables de ce processus d’institutionnalisation de la nutrition communautaire (Bernabeu et al, 2011).

8 Comme cet auteur l’indiquait, ont été étudiés « 1000 individus de classe ouvrière […] les enfants ont été sélectionnés par les maîtres parmi ceux qui étaient connus pour être dépourvus de tares pathologiques. les adultes des deux sexes ont été sélectionnés sur la base du volontariat et parmi les accompagnateurs de ceux qui étaient présents au Centre d’Hygiène […] avec les détails métaboliques de l’âge, du poids, de la taille, de l’analyse de l’air expiré, des calories par mètre carré, et la note d’ingestion d’aliments, nous avons réalisé une analyse calorimétrique et diététique sommaire » (Jiménez, 1935 : 471)

9 Concernant les problèmes de consommation de protéines animales, en particulier de lait et de produits laitiers, dans les différentes régions espagnoles durant la période contemporaine, il est possible de consulter les travaux de Nicolau et Pujol (2005c) sur les « Variations régionales des prix de la consommation et les régimes alimentaires en Espagne au début dans la transition démographique ».

10 José Giral (1934 : 132-133), en abordant la nécessité d’associer qualité et prix au moment de d’envisager l’approvisionnement en aliments, en même temps qu’il dénonçait la façon dont cet approvisionnement était réalisé de manière capricieuse et erronée, célébrait le « mea culpa » qu’il convenait d’attribuer à la science même : « parfois cherchant ce qui était bon marché pour mal se nourrir, parfois satisfaisant la gloutonnerie par une cuisine compliquée et préjudiciable, en mangeant trop et en prédisposant l’organisme à de nombreuses maladies […] la science a de nombreuses fois été coupable de ces choses, car durant de nombreuses années elle a imposé ou recommandé des portions alimentaires avec des proportions déterminées des trois classes de principes immédiats (graisses, carbohydrates et albumines) sans s’attacher à la qualité au sein de chaque groupe et en imposant le critère énergétique et de remplacement aisé d’un de ces principes par un autre ». Comme cela a déjà été indiqué, ce sur quoi il fallait insister le plus était l’apport en protéines et en acides aminés essentiels, la « question principale [étant] d’éduquer l’ouvrier sur ces sujets pour que celui-ci puisse choisir ses aliments dans le respect de ces critères et des ressources économiques dont il dispose ».

11 Ces considérations complètent et confirment les résultats proposés par les travaux de Nicolau et Pujol (2005) ou Cussó et Garrabou (2007).

12 Ces données sont confirmées dans des travaux comme ceux de Cussó et Garrabou (2007 : 90-95), lorsqu’ils traitent de la transition nutritionnelle dans l'Espagne contemporaine.

13 Comme le rappellent Cussó et Garrabou (2007 : 97), dans les données qui se dégageaient de l’exploitation de l’enquête sur le budget des ménages de 1964-1965, les besoins en énergie, protéines et dans la majeure partie des micronutriments étaient remplis de façon satisfaisante, avec un profil calorique qui s’ajustait presque parfaitement sur les recommandations, c’est-à-dire, avec un apport énergétique en hydrates de carbone de 53 pour 100, en protéines de 12 pour 100, et en lipides de 32 pour 100.

Autores

Professeur d’Histoire des Sciences à l’Université d’Alicante, où il enseigne dans le cadre du Diplôme de Nutrition Humaine et de Diététique, des Masters de Coopération au Développement, Nutrition Clinique et Communautaire, et du Diplôme Interuniversitaire de Santé Publique. Il participe également, en tant qu’intervenant, au Master de Santé Publique organisé par l’Ecole Nationale de la Santé (Institut de Santé Carlos III et Université d’Alcala). A partir de 2005, il a ajouté à ses lignes de recherche l’histoire de la Nutrition Communautaire et l’analyse du processus d’institutionnalisation des Sciences de l’Alimentation et de la Nutrition dans l'Espagne contemporaine, en plus de poursuivre ses recherches sur l’épidémiologie historique, s’intéressant aux maladies liées à la misère et à la pauvreté, avec une attention particulière portée à la pandémie due au trachome, ou encore à l’analyse des transitions sanitaires et épidémiologiques et de leur relation avec la transition alimentaire et nutritionnelle. En plus de divers articles pour des revues et de chapitres de livre, on trouve parmi ses derniers travaux publiés l’édition, avec Josep Lluís Barona, de la monographie collective Nutrición, salud y sociedad. España y Europa en los siglos XIX y XX, éditée en 2011 par le Séminaire d’Etudes sur la Science et l’Université de Valence, ou encore la coordination du livre Historia de la Sociedad Española de Epidemiología (1978-2014), édité en 2014 par la SEE et la Fondation Esteve.

Docteur en Santé Publique et Professeure Titulaire à l’Université d’Alicante. Elle donne des cours dans le diplôme de Soins infirmiers, de Nutrition Humaine et de Diététique, et dans plusieurs Masters en lien avec les sciences de la santé : « Recherche en soins infirmiers », « Coopération au développement » et « Nutrition clinique et communautaire ». Elle a été sous-directrice de l’Ordre académique de Nutrition Humaine et de Diététique de l’Ecole d’infirmières d’Alicante. Elle fait actuellement partie du Groupement Balmis de Recherche sur la Santé Communautaire et l’Histoire de la Science de l’Université d’Alicante. Elle a focalisé son activité de recherche sur l’histoire de la santé publique dans l'Espagne contemporaine. Elle s’est intéressée à l’étude des contraintes historico-sanitaires de la transition nutritionnelle dans l'Espagne contemporaine, en plus d’aborder les antécédents historiques des soins infirmiers de santé publique, en accordant une attention particulière aux contraintes idéologiques et de genre de son évolution. Elle a également approfondi l’étude de la santé rurale dans l'Espagne contemporaine, en se concentrant spécifiquement sur l’endémie du trachome : évolution épidémiologique, facteurs déterminants et réponse institutionnelle. Au nombre de ses dernières publications, on peut compter sa participation à la monographie Historia de la Sociedad Española de Epidemiología (1978-2014), publiée en 2014 par la SEE et la Fondation Esteve, ainsi que la monographie de la Revue d’Histoire Sociale (2014), dans laquelle elle est co-auteure de l’article “La urban penaly et la détérioration de la santé nutritionnelle de la population : la réponse hygiénique-sanitaire”.

Professeure Assistante (LOU) (accréditée PAD 2013-4918) à l’Université de Alicante (UA), Nutritionniste-Diététicienne, titulaire d’une Licence en Science et Technologie des Aliments et d’un Doctorat en Santé Publique délivré par l’Université de Alicante, elle a concentré sa principale activité de recherche sur l’analyse de l’incidence des politiques alimentaires et des initiatives de nutrition communautaire sur la transition alimentaire et épidémiologique et nutritionnelle de la population espagnole. Elle enseigne dans le Diplôme de Nutrition Humaine et Diététique et dans le Master de Nutrition Clinique et Communautaire de l’UA. Elle est l’auteur de 17 articles dans des revues spécialisées dans les domaines de la nutrition humaine et de la diététique, et de l’histoire de la médecine, dont 6 présentent un JCR et 11 se trouvent dans des publications de grande qualité dans leurs domaines. Elle est l’auteur d’une monographie, de 9 chapitres de livre, et est coéditrice de deux monographies collectives. Elle est membre du Groupe GADEA du Programme PROMETEO de la Generalitat de Valence pour les groupes de recherche d’excellence, et du Groupe Balmis de Recherche en Santé Communautaire et Histoire de la Science de l’Université d’Alicante depuis 2009. Elle est également chercheuse associé au Groupe SANHISOC de l’Université de Valence. Elle a participé à cinq projets de recherches financés par des appels publics, et elle a été IP de l’un d’entre eux. Elle a participé à 38 congrès et conférences scientifiques, et a été coordinatrice académique lors de 11 séminaires.

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search