Version classiqueVersion mobile

Consommateurs et consommation

 | 
Nicolas Marty
, 
Antonio Escudero

L’évolution de la consommation privée sur le long terme : Espagne et France, 1950-2013

Jordi Maluquer de Motes

Résumé

L’évolution de la consommation privée en France et en Espagne depuis le milieu du XXe siècle jusqu’à nos jours permet de mesurer de façon comparative le bien-être matériel des deux populations à travers les dépenses moyennes par habitant. L’exercice a été fait à partir des nouvelles séries historiques de la Comptabilité nationale (SEC 95) et de l’expression de leurs valeurs respectives par équivalence en euros, avec une déflation de base 100 en 2010. La comparaison des deux séries montre que les dépenses de consommation réelles des ménages en France ont été plus stables qu’en Espagne. Elle confirme également que la tendance à la hausse de la série espagnole a été légèrement plus prononcée que celle de la série française, bien que la convergence économique réelle atteinte durant les phrases d’expansion se replie souvent en temps de crise. La valeur moyenne de la consommation privée espagnole tout au long de la période a été de 72,6 pour cent par rapport à celle en France.

Texte intégral

1La comparaison de l’évolution de la consommation des foyers en Espagne et en France durant la seconde moitié du XXe siècle et les premières années du XXIe siècle constitue l’objectif fondamental de ce travail. L’exercice a une double finalité. Il vise d’une part à fournir les informations les plus pertinentes pour évaluer les changements connus par l’ensemble qui traduit dans une large mesure le bien-être matériel de la population. Il sera ainsi possible d’observer les périodes d’expansion, et de stagnation ou de contraction de la consommation par habitant pour la période de plus de soixante-dix ans sur laquelle portent ces recherches. Il doit en second lieu permettre de mesurer l’évolution des dépenses de consommation individuelle des espagnols et des Français de façon comparée.

2La référence aux données annuelles françaises est la plus utile pour comparer la trajectoire de cet ensemble dans l’économie espagnole. L’utilité de cet exercice pour l’amélioration de l’analyse historique de la consommation personnelle en Espagne est facile à reconnaître, dans la mesure où la France est un référent proche et particulièrement adapté. Seul le cas de l’Italie pourrait, peut-être, apporter des éléments de contraste présentant un intérêt similaire. Pour l’analyse de l’évolution de l’économie française, un exercice de comparaison avec l'Espagne ne présente pas une si grande importance, étant donné que la comparaison avec l’Italie, le Royaume-Uni ou l'Allemagne fournirait des éléments de confrontation autant, voire plus révélateurs, mais elle donne des résultats utiles en démontrant le rapprochement ou l’éloignement des dépenses de consommation par habitant dans ces deux pays. Il en va ainsi car la référence espagnole permettra de mettre en évidence, du moins de façon indirecte, ces phases durant lesquelles la France atteignait un dynamisme plus faible par rapport à ses voisins du sud, et inversement. Afin de mener à bien cet exercice, les séries de comptabilité nationale de chaque pays relatives à l’évolution de la consommation privée seront utilisées, associées aux séries de population annuelle, entre 1950 et 2013. La comparaison doit également servir à vérifier la cohérence des deux séries de données sur une période de temps suffisamment longue, et leur vraisemblance, dans la mesure où elles doivent présenter des données dont les envergures respectives seraient en cohérence avec d’autres types d’informations portant sur la trajectoire des deux économies. Cela reviendrait à escompter un moyen et un long terme qui ne seraient pas disparates, abstraction faite des possibles accidents conjoncturels qui pourraient survenir dans l’une ou l’autre des économies.

1. Sources des données

  • 1 Maluquer de Motes (2009a et 2009b).
  • 2 Maddison (2001 et 2003).

3On dispose depuis quelques années d’une série historique de la Comptabilité Nationale Espagnole allant de 1850 à 2008, selon la méthodologie moderne et les concepts du Système Européen de Comptes de 1995 (SEC-95), qui, comme chacun le sait, a modifié de façon substantielle la conception de la Comptabilité Nationale, en accord avec le nouveau système normalisé de la Commission Statistique des Nations Unies SNA-93. cette série comptable, un ensemble unique de données constitué conformément aux critères les plus modernes en Espagne, a corrigé certains défauts importants des reconstitutions précédentes, surtout pour ce qui touche au déflateur implicite du PIB et aux liens entre les différentes bases dans les séries officielles de l’Institut National de Statistique (INE1), et a comblé un vide causé par l’obsolescence de l’ancien système qui était mentionné dans les ouvrages déjà classiques de Maddison2.

4Peu de temps après, et de façon indépendante, le Ministère de l’Economie et des Finances espagnol a encouragé l’élaboration de nouvelles séries en lien avec la CNE, avec laquelle a été constituée la Base de Données Macroéconomiques d'Espagne (BDMACRO) dans laquelle ont été incluses les principales macro-magnitudes du système. Ce projet a également adopté le SEC-95, en prenant pour base l’année 2000, et a donné des résultats qui, bien qu’étant limités à la période 1954-2010, étaient extraordinairement similaires à cette première série – et coïncidaient dans la plupart des cas – (Díaz, Ballesteros et García, 2011). Deux séries de Comptabilité Nationale d'Espagne sont donc disponibles, couvrant la totalité – ou presque – de la seconde moitié du XXe siècle, et un peu plus de la première décennie du XXIe siècle, et pouvant être utilisées de façon indifférenciée sans altérer les résultats de façon perceptible.

  • 3 Depuis septembre 2014, le nouveau système SEC-2010 est appliqué dans toute l’Union Européenne. Il s (...)
  • 4 Maluquer de Motes (2014).

5Le projet BDMACRO n’étant plus valable à la suite des modifications ultérieures opérées dans les systèmes comptables officiels, il a été clôturé en 2010, et n’a pas été actualisé3. Quoi qu’il en soit, lors du changement de base appliqué par l’INE espagnol en 2008, quelques modifications de faible envergure se sont produites dans les données du XXIe siècle, qui nécessitent une rénovation de ces séries pour les dernières années. En ajoutant des données fournies par l’INE à partir de 2008 dans cette nouvelle base comptable, on a procédé à la jonction avec la série longue mentionnée dans les paragraphes précédents, de sorte que l’on dispose actuellement d’une série continue et complète allant de 1850 à 20134.

  • 5 Les nouvelles données et les détails sur les modes de calcul et les méthodes d’estimation figurent (...)
  • 6 Tous les matériaux démographiques pertinents d’un point de vue historique peuvent être consultés ch (...)
  • 7 Les données chiffrées de ces deux années proviennent donc de projections raisonnables de l’INE lui- (...)
  • 8 Maluquer de Motes (2015).

6On dispose également depuis quelques années d’une nouvelle série annuelle sur la population totale en Espagne à partir de 18505, calculée année après année, et abandonnant par conséquent le système rudimentaire de l’interpolation linéaire qui était jusqu’alors utilisée par toutes les séries historiques espagnoles connues6. La publication récente du nouveau recensement de la population pour l’année 2011 a contraint à la correction substantielle des données démographiques annuelles estimées à partir du recensement précédent, en date de 2001, étant donné que les variations provoquées par une balance migratoire très active et difficile à quantifier ne pouvaient pas être mesurées avec la précision souhaitable. Les données des années 2012 et 2013 proviennent des Estimations intercensitaires de la population réalisées par l’INE7. Certaines données proches des mouvements migratoires qui ont eu lieu entre 1994 et 2001 ont conduit à la réévaluation des totaux annuels de la population espagnole sur la période 1991-2001. Une série corrigée de la population annuelle entre 1991 et 2001 et prolongée jusqu’en 2013 a finalement été construite, ce qui a supposé certains changements dans les estimations antérieures, et a permis l’amélioration du calcul des taux démographiques pour ces mêmes années, de même que la construction des soldes migratoires extérieurs de chaque année pour l’ensemble de la population espagnole8.

  • 9 Des séries mises à jour du PIB espagnol et de ses composants de demande entre 1850 et 2013 figurent (...)

7En raison de la nécessité de mettre à jour les données espagnoles sur le PIB et le PIB par habitant, due à la disponibilité de tous ces nouveaux chiffres, j’ai entrepris de réviser et de compléter les séries, encore inédites, relatives à la composition du PIB du point de vue de la demande : consommation finale, consommation privée, consommation publique, formation brute de capital, exportations et importations pour toute la période 1850-20139. En combinant ces divers ensembles de données, il est possible d’élaborer une série longue de dépenses de consommation privée par habitant sur plus de cent soixante-dix ans, soit entre 1850 et 2013. Cette donnée statistique permet de faire des comparaisons avec des économies disposant de chiffres similaires, en particulier dans le cas de la France, pour une double raison : ce pays dispose d’excellentes données quantitatives, et il constitue la meilleure référence comparative pour l’économie espagnole.

  • 10 Asselain (2012).
  • 11 Toutain (1997).
  • 12 Villa (1993).

8Les principaux problèmes suscités par l’analyse rétrospective de la comptabilité nationale française, et notamment ceux touchant aux réticences des historiens face à cet instrument statistique extraordinaire, ont été très récemment expliqués de façon détaillée par Asselain10. Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que la littérature dédiée à la reconstitution des chiffres historiques de la Comptabilité Nationale Française comporte des apports remarquables, à commencer par les séries portant sur plus de deux siècles construites par J.-C. Toutain et d’autres auteurs11. L’application par villa du système de rétropolation afin de trouver des valeurs du PIB et de ses composants pour une grande partie du XXe siècle a représenté un important pas en avant, surtout du point de vue de la méthodologie12.

9Pour une partie de la seconde moitié de ce siècle, qui correspond à la période choisie pour cet exercice, cette méthode de rétropolation a commencé à être utilisée très tôt par une partie des organismes statistiques officiels français, dans des travaux encouragés par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques (INSEE)13. Actuellement, pour toute cette période allant de 1949 à nos jours, l’INSEE procède systématiquement à un nouveau calcul de toutes les séries chaque fois qu’un changement de base comptable intervient14. Cela confère aux séries françaises une valeur exceptionnelle, qu’il est difficile de trouver dans d’autres pays développés. depuis quelques années, Eurostat exige de chacun des pays membres de l’UE qu’il présente des séries longues à chaque changement de base dans les comptes nationaux à partir de 1990, ce qui représente, au cas où il y aurait encore des doutes, une consécration définitive de l’application de la méthode de la rétropolation, qui rencontrait parmi les historiens des résistances surprenantes et persistantes.

  • 15 Simon (2005).
  • 16 Maluquer de Motes (2005).

10Par conséquent, des séries longues complètes conformes aux concepts et à la méthodologie du SEC-95, étaient disponibles lors de la rédaction de ce texte, tant pour l'Espagne que pour la France. Ces chiffres sont différents de ceux présentés dans les séries, déjà obsolètes, réunies pour les deux pays par Maddison il y a des années. Elles ont été construites de façon homogène, conformément aux concepts, méthodes et définitions d’un même système comptable pour les deux économies – de même que dans le reste des pays membres de l'UE pour les dernières décennies-, selon les dispositions du système SEC-95, et elles couvrent plus de soixante-dix ans sans interruption ni aucune sorte de changement dans la méthodologie. Les deux ensembles de données représentent une révision importante de toutes les séries construites et employées précédemment, dont ils endossent et révisent les principaux apports. Ainsi qu’il l’a déjà été noté, les séries annuelles de la population totale des deux pays, de nouveau estimées et révisées, sont disponibles. L’approche comparative permet sans aucun doute, et contribue dans ce cas à trouver des réponses à des questions importantes. Il est cependant regrettable que l’information statistique espagnole n’ait pas atteint le niveau de sophistication et de diversité des statistiques françaises, au moins dans ce domaine de la consommation. Pour réaliser cet exercice, par exemple, nous aurions pu faire des comparaisons très complètes, si nous avions disposé de séries de consommation par produit aussi exceptionnelles que celles élaborées par l’INSEE il y a peu de temps pour la France, sur la période 1959-200415. Il n’est même pas possible, pour le moment, de tenter de faire de même, bien que l’exploitation des enquêtes sur les budgets des familles et d’autres sources statistiques officielles permettrait d’étendre de façon substantielle l’exercice présenté ici16.

2. La consommation privée en Espagne

11La variable qui est prise en considération, tant pour la France que pour l'Espagne, est réputée être le meilleur indicateur de l’évolution historique des conditions matérielles de vie de la population, car elle exprime de façon précise la trajectoire des dépenses totales des foyers dans la consommation de biens et services, en montrant très fidèlement les changements survenus tout au long de la période étudiée. Il faut cependant nuancer cette affirmation, en prenant en compte le fait que les données sur la consommation des foyers de la Comptabilité Nationale n’incluent pas certains éléments qui affectent également la qualité de vie des personnes, tels que la prestation de services au sein du foyer, l’autoconsommation, le volontariat ou les conditions sanitaires et environnementales ; elles doivent donc être considérées uniquement comme un indicateur des niveaux et des changements survenus dans ces niveaux, mais pas comme une expression exacte du train de vie.

  • 17 Easterlin (1974). Layard (2005).

12Les séries historiques de dépenses de consommation des familles peuvent encore moins être utilisées comme une approximation du degré de satisfaction des consommateurs, car, comme le révèle clairement le paradoxe d’Easterlin,17 celui-ci est influencé par des facteurs subjectifs, et il en va de même pour les attentes de la population au regard des changements technologiques et culturels. L’élévation des niveaux réels n’engendre pas une plus grande conformité avec le niveau de consommation, mais des attentes plus élevées. Il faut encore rappeler que les dépenses effectuées par les familles pour acheter un logement sont classées parmi la formation brute de capital fixe, et non pas dans la consommation, ce qui signifie qu’elles ne sont pas comprises dans les chiffres présentés ci-après.

13La série complète de la consommation privée entre 1850 et 2013 présente une évolution beaucoup plus stable que la série de l’investissement, dont le comportement est, de loin, le plus versatile de tous les agrégats considérés parmi les composants du PIB, lorsqu’il est analysé du point de vue de la demande. En revanche, l’évolution de la consommation publique, qui semble très bien résister aux situations de crise ou de dépression, est toujours la plus stable à moyen et long terme.

14En tenant compte du fait que la consommation privée est le principal composant du PIB, il ne sera pas surprenant de noter que des modifications semblables sont enregistrées au cours du temps chez les deux agrégats, dans pratiquement tous les pays. Même ainsi, la part de la consommation privée dans le PIB à long terme tend à se réduire lentement, aux dépens de l’expansion de la consommation publique et, dans certaines conjonctures particulièrement expansives, de la forte hausse de l’investissement. Au début de la période pour laquelle nous disposons de données pour l'Espagne, en 1850 et dans les années qui ont suivi, elle représente 82,5 pour cent du PIB, et à la fin de la série, elle n’en représente plus que 59,3 pour cent.

  • 18 Conformément aux recommandations d’Eurostat, les valeurs de chaque année ont été calculées en euro (...)

15En exprimant les valeurs de chaque année sur une base unique, et en les pondérant par le nombre d’habitants, on obtient la consommation privée réelle par habitant. La série espagnole de la consommation privée par habitant, déflatée aux prix de 2010, apparaît divisée en deux parties. La première couvre les cent premières années de la série, entre 1850 et 1950. La seconde, en revanche, se réfère à la période 1950-2013, pour laquelle la comparaison avec la série française équivalente sera faite par la suite. Le Graphique 1 présente donc l’évolution de la consommation privée par habitant, en euro, pour l’année 201018.

16La tendance est à la croissance lente durant les soixante-dix premières années, avec deux interruptions relativement importantes qui correspondent aux crises des années 1866-1868 et à la période des guerres coloniales, à Cuba et aux Philippines, en 1896-1900. Contrairement à ce qu’affirme habituellement l’historiographie, la consommation privée réelle par habitant a baissé pendant la décennie 1910-1920. Par conséquent, cette série ne confirme absolument pas la prospérité espagnole présumée pendant la Première Guerre Mondiale. Il ne fait aucun doute que l’économie espagnole a amélioré sa position relative au sein du concert européen de façon très importante, pas à cause de sa propre ascension, mais du fait de la chute du PIB et de la consommation privée des pays impliqués dans la guerre.

17En revanche, une reprise très intense dans la série espagnole dans les années 1920-1929, qui n’ont pas été appelées par hasard les « années folles », est bien confirmée. Après la fin de la dictature du général Primo de Rivera, causée précisément par le début de la crise économique, et tout au long de la Seconde République espagnole, en plein pendant la grande dépression de l’économie mondiale, la consommation privée réelle par habitant a recommencé à décroître. La baisse de la demande interne de consommation et de la demande externe a de plus été aggravée par le véritable effondrement de la formation brute de capital durant ces mêmes années. Le déclenchement de la Guerre Civile en 1936 et sa prolongation jusqu’en 1939 a provoqué une chute encore plus grande. De fait, il n’existe à aucun autre moment de l’histoire contemporaine de l'Espagne, un désastre comparable en termes de détérioration du niveau de vie moyen des espagnols. Le graphique permet également de vérifier que le niveau durant la Guerre Civile est le plus bas de toute la période 1875-2013.

Graphique 1. Consommation privée par habitant en Espagne (1850-1950), en € en valeur de 2010

Graphique 1. Consommation privée par habitant en Espagne (1850-1950), en € en valeur de 2010

18Si l’on fait exception des registres de la conflagration, on peut observer que les chiffres de la longue décennie 1939-1950 sont pratiquement les plus bas de la première moitié du XXe siècle, tout comme ils seraient inférieurs à ceux du reste du siècle. Concernant la seconde moitié du XXe siècle, on peut ajouter que la consommation réelle privée des espagnols n’a dépassé le chiffre maximal de l’avant-guerre – à savoir, 3382 € en 1929, en € en valeur de 2010- qu’en 1957. Les « désastres » de la guerre se sont poursuivis pendant pas moins de vingt-huit ans. Quoi qu’il en soit, on peut affirmer que jusqu’à la décennie 1950-1960, la croissance de la consommation privée par habitant a été très lente en Espagne. Il est de même vérifié que la série présente une variabilité annuelle très prononcée, ce qui peut être dû au poids énorme qu’avait encore la production agricole dans le PIB, et à l’influence des pluies ou des sécheresses dans la détermination du volume de la production totale de biens et de services de chaque année. Les exercices présentant une nette baisse de ce volume sont nombreux, et cela ne semble pas avoir de signification particulière, au-delà de l’influence de facteurs climatiques sur le niveau des récoltes et, par là-même, sur le niveau des revenus des agriculteurs et des propriétaires.

19Aux fins de la comparaison que l’on cherche à réaliser dans cet exercice, la dernière partie de la période contemporaine sera observée avec la plus grande attention. Le Graphique 2 présente son évolution entre 1950 et 2013, de nouveaux en euros en valeurs constantes de 2010. La tendance générale est ascendante, bien que certaines interruptions soient enregistrées, coïncidant avec des périodes de difficultés parfaitement identifiées par l’historiographie. Les données permettent de vérifier que depuis 1950, la croissance se fait beaucoup plus rapide que durant le siècle précédent, de la même façon que l’on pourrait le vérifier si l’on disposait d’informations relatives aux siècles antérieurs à 1850. La modernisation économique est, sans aucun doute, un phénomène de la seconde moitié du XXe siècle.

Graphique 2. Consommation privée par habitant en Espagne (1950-2013), en € en valeur de 2010\s

Graphique 2. Consommation privée par habitant en Espagne (1950-2013), en € en valeur de 2010\s

20Les exercices présentant une baisse de la consommation privée réelle par habitant deviennent plus rares que dans n’importe laquelle des époques précédentes, en dépit du fait que le rythme de croissance de la population ait tendu à s’accroître de façon significative. L’année 1960, en pleine application des mesures d’austérité qui ont accompagné le Plan de stabilisation de 1959, et du fait de ces mesures de politique économique, a été la première année à connaître une réduction significative de cet indicateur, après les irrégularités fréquentes et intenses de la longue période d’autarcie économique qui s’est alors achevée. D’autres baisses ponctuelles d’une certaine importance ont été enregistrées en 1979, du fait du second choc pétrolier, et en 1993, à cause de la crise industrielle qu’a connue cet exercice. Tout au long de la période de la crise financière et de la transition démocratique, qui s’est étendue de 1974 à 1985, il y a eu pas moins de 5 exercices (1975, 1978, 1979, 1981, et 1984) de baisse de la variable considérée. Une nouvelle baisse, plus faible, s’est produite en 2002. Finalement, depuis 2007, on enregistre une nouvelle baisse, particulièrement grave en 2010. Comme l’on pouvait s’y attendre, les dernières années s’avèrent être les années les plus problématiques de toute la série.

21L’observation de l’évolution des taux de croissance annuels montre que la réduction de la volatilité de la variable semble se confirmer. Le Graphique 3 présente ces chiffres, et ajoute la ligne de tendance qui ressort de façon conjointe de tous ces chiffres. Sa trajectoire montre que le rythme de croissance dessine une décélération nette. Une explication classique de ce phénomène réside dans la perte de poids du secteur agraire dans le PIB espagnol, ce qui réduit l’influence des facteurs climatiques sur l’ensemble de l’économie sur la totalité de la période. Il est de même certain que la chute des valeurs moyennes qui s’est produite entre 2008 et 2013 contribue de façon significative à la réduction du nombre total d’exercices de croissance, et à donner à la ligne de tendance une inclinaison descendante.

Graphique 3. Taux de croissance de la consommation privée par habitant en Espagne, 1950-2013.

Graphique 3. Taux de croissance de la consommation privée par habitant en Espagne, 1950-2013.

22On peut ajouter que la prise en charge par les autorités publiques de la couverture d’une série de besoins de consommation de base des familles, tels que l’hygiène et l’éducation, grâce à des transferts sociaux en espèces, a manifestement contribué à la baisse tendancielle de l’augmentation de la consommation privée par habitant durant le seconde moitié du XXe siècle, non seulement en Espagne, mais aussi dans de nombreux autres pays d'Europe. Ainsi, la consommation effective des ménages comprend les achats de biens et services effectués dans le but de satisfaire des besoins spécifiques, mais aussi une partie des dépenses réalisées par les autorités publiques, destinées à différentes prises en charges des foyers, sans aucune sorte de paiement ou de paiement réduit. Cette seconde composante de la consommation finale effective des ménages présente une envergure relative très différente pour les différents pays du monde, en fonction de leurs systèmes sociopolitiques respectifs, et elle doit être bien prise en compte lors de la comparaison des économies européennes avec celles des autres continents, dans lesquels le dit Etat-providence est beaucoup moins développé.

3. L’évolution de la consommation privée en France : une comparaison

23Pour la même période de temps que celle qui a été abordée spécifiquement dans la section précédente, de 1950 à nos jours, l’INSEE français a établi des séries longues complètes également conformes aux concepts et à la méthodologie du SEC-9519. Ces chiffres ont été construits de façon homogène avec les données espagnoles qui ont été présentées jusque-là, ce qui permet de les comparer entre eux. Il faut rappeler que les deux séries sont très différentes de celles réunies il y a des années par Maddison. Grâce à l’examen conjoint du taux de croissance de la série espagnole avec celui de la série française, la similitude entre les trajectoires respectives devient évidente, et révèle l’existence d’un véritable lien de parenté entre les deux comportements. Cependant, une différence significative saute aux yeux : la série espagnole est plus volatile, elle comporte plus d’années de chute, et des baisses plus importantes. Exception faite de la première décennie, entre 1950 et 1960, l’intensité des variations annuelles de la série française est moindre, et son évolution est beaucoup plus progressive.

24Les séries de la consommation privée par habitant des deux pays durant cette période sont représentées dans le Graphique 4. Le parallélisme de tout ordre dans le traitement des données garantit l’homogénéité et, de la même façon, permet une comparaison directe entre les valeurs annuelles des deux séries. En somme, l’existence de similitudes notables est vérifiée, même si dans des sous-périodes de difficultés, la trajectoire de la série espagnole s’avère substantiellement moins bonne que celle de la série française, dont elle tend à s’éloigner. En d’autres termes, les deux économies vont dans la même direction lorsqu’elles connaissent une évolution visiblement croissante. En revanche, la seule décélération, ou la stagnation de l’économie française, sont généralement accompagnées par la chute progressive de l’indicateur en Espagne.

Graphique 4. Consommation privée par habitant en France et en Espagne, en € en valeur de 2010

Graphique 4. Consommation privée par habitant en France et en Espagne, en € en valeur de 2010

25Envisagées sur le long terme, ainsi qu’elles sont présentées dans le Graphique 4, les deux séries confirment l’existence d’une certaine parenté ou même, d’une certaine association entre elles. Cela met également clairement en évidence la plus grande régularité du modèle temporel de consommation privée en France. Alors que certains phénomènes identiques concordent sur des périodes de temps très brèves, il n’existe pas de relation constante de telle sorte que l’un anticipe et que l’autre suive. Mais ce qui est le plus courant, c’est de trouver l’économie française devant. Durant les années 1950, les problèmes sont apparus en premier en France, avec les mesures populistes du gouvernement de Guy Mollet, tout comme les solutions, grâce au plan de stabilisation de 1958 inspiré par Jacques Rueff. En Espagne, l’inflation incontrôlée et la réponse démagogique en matière de régulation des salaires correspondent à l’action des ministres phalangistes, en particulier de José Antonio Girón de Velasco, dans ce qui a été appelé par la suite « le gironazo » de 1956. Le plan de stabilisation espagnol de 1959 est intervenu six mois après le plan français de décembre 1958. Dans les deux cas, les hommes politiques espagnols ont pris des décisions directement influencées par l’exemple de la France.

26En pleine période de prospérité, à partir du début des années 1960, les plans de développement adoptés par le gouvernement espagnol ont directement pris comme modèle le plan français. Les dirigeants espagnols de cette époque, coordonnés par le Commissaire du Plan de Développement, ont été qualifiés de « technocrates », à l’exacte identique de leurs collègues français, qu’ils imitaient ou suivaient. Par la suite, durant d’autres périodes de difficultés dans l’ensemble de l’économie européenne, par exemple à partir de 1974, la politique économique espagnole a toujours été la plus réticente à prendre des mesures d’austérité et à appliquer des plans de réforme. Déjà, sous le gouvernement du Parti Socialiste Ouvrier Espagnol, à partir de la fin de l’année 1982, le gouvernement présidé par Felipe González s’est montré déterminé à suivre la politique keynésienne de François Mitterrand, bien qu’il ait eu le discernement d’en comprendre les incohérences, et d’abandonner le modèle à temps. Avec une rapidité plus ou moins grande, l’alignement espagnol sur la politique française est une constante de l’histoire économique du XXe siècle. Au cours de la période la plus récente, entre la nouvelle grande dépression initiée en 2007 et nos jours, les difficultés apparaissent en Espagne en premier, ou à tout le moins de façon plus grave. A ce stade, il n’est pas possible de prédire avec suffisamment de rigueur s’il va y avoir un échelonnement, à partir de 2015, et pour l’avenir, entre les deux pays dans la sortie de la crise et, dans l’affirmative, dans quel ordre.

27La comparaison des séries de la consommation privée par habitant en Espagne et en France peut être également réalisée sur le plan des variations annuelles. les taux annuels de croissance de la série des dépenses de consommation privée par habitant en France, présentés dans le Graphique 5, sont assez modérés sur toute la période, à l’exception des taux de certaines années du début de la série. La ligne de tendance obtenue à partir de l’ensemble de la série ressemble beaucoup à celle de l'Espagne, ce qui suggère que les facteurs de fond qui influent sur les deux économies, au-delà des variations à court terme, sont identiques ou, du moins, très similaires. La principale différence entre les deux tendances réside dans le fait que la ligne espagnole présente un degré d’inclinaison un peu plus important.

Graphique 5. Taux de croissance de la consommation privée par habitant en France, 1950-2013

Graphique 5. Taux de croissance de la consommation privée par habitant en France, 1950-2013

28Les principales conclusions à cet égard sont au nombre de deux. En premier lieu, il est avéré qu’aucun des deux pays n’a connu de grandes augmentations ni de grandes baisses, en tout cas entre 1960 et nos jours. En second lieu, la ligne de tendance représentant l’évolution des variations annuelles est un peu moins inclinée, dans le sens descendant, pour l'Espagne que pour la France, bien que cela soit difficilement perceptible. cela peut être dû à l’influence de deux éléments sans doute propres au cas de l'Espagne : quelques taux de variation très élevés pour les premières années, avec une reprise relativement rapide à la suite du désastre durable qu’a été la longue période 1929-1952 ; et la baisse plus importante de la consommation privée réelle des espagnols pendant la nouvelle grande dépression, dans les années 2007-2013.

4. Existe-t-il une réelle convergence économique ?

29Pour conclure cet exercice, il convient de s’interroger sur l’existence d’une convergence économique réelle entre les deux pays, qui serait mesurée grâce à l’évolution des agrégats respectifs de la consommation privée par habitant. Un moyen pour trouver une réponse rapide pour réaliser un meilleur examen des mouvements de convergence et de divergence, consiste à mesurer l’agrégat de l’économie avec le volume le plus faible par rapport à celui avec la taille la plus importante. C’est ce qui a été fait ici : le Graphique 6 présente l’évolution de la consommation privée réelle par habitant en Espagne, proportionnellement au même agrégat pour la France. Cela peut être commenté de façon brève et claire : le niveau de l'Espagne dans ce domaine s’est toujours trouvé, pendant plus de soixante-dix ans, entre 60 et 80 pour cent du niveau de la France. Ainsi, les dépenses de consommation des familles françaises, mesurées par habitant, ont toujours été supérieures à celles des familles espagnoles. On peut ajouter que depuis 1990, ce niveau n’est jamais tombé sous la barre des 70 pour cent.

Graphique 6. Consommation privée réelle par habitant en Espagne, en pourcentage de la consommation en France

Graphique 6. Consommation privée réelle par habitant en Espagne, en pourcentage de la consommation en France

30En résumé, un mouvement de rapprochement est avéré pendant la première partie de la période qui s’achève en 1974. On pourrait affirmer que l'Espagne se trouvait au cœur d’un processus de convergence économique réelle avec la France et avec l’ensemble de l'Europe occidentale. Entre 1975 et 1988, le contraire se produit : la consommation des espagnols s’éloigne clairement du niveau moyen de celle des Français. Entre 1988 et 2000, une nouvelle convergence nette émerge, jusqu’à atteindre le point le plus élevé en 2000 et 2001. Entre 2001 et 2009, le niveau relatif de l'Espagne évolue légèrement à la baisse. C’est un paradoxe étrange : durant les années pendant lesquelles les moyens de communication, les faiseurs d’opinion publique et autres téléprédicateurs économiques avaient parlé de « décennie prodigieuse », de « nouveau miracle économique » espagnol, et de « conjoncture extraordinaire », la consommation finale des foyers espagnols progressait à un rythme plus lent que celle des ménages français. Bien que la nouvelle grande dépression qui a débuté à la fin de l’année 2007 ait affecté de façon similaire les deux économies, les chiffres de la consommation privée réelle par habitant montrent que le préjudice de l'Espagne a été sensiblement plus grand.

Conclusion

31La comparaison avec la France s’avère particulièrement pertinente pour le cas de l'Espagne, car il s’agit de l’économie avec laquelle sont entretenues les relations économiques les plus intenses. Cela serait peut-être moins pertinent pour le cas de la France, étant donné que les référents les plus parlants devraient probablement se trouver dans les trois autres plus grands pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, et Italie). Elle illustre cependant également les rapprochements et les éloignements entre les deux économies, en plus d’être un exemple remarquable sur le plan de la politique économique et des influences mutuelles entre les actes des gouvernements des pays d'Europe occidentale. ainsi, on peut affirmer que Girón de Velasco marche sur les pas de Guy Mollet, que les technocrates espagnols imitent les technocrates français pour les Plans de développement des années 1960, ou que Felipe González observe de près François Mitterrand, même si c’est pour éviter certaines des erreurs commises dans la politique économique suivie par les socialistes français dans les années qui ont suivi leur accession au pouvoir en 1981.

32L’évolution de la consommation privée réelle par habitant a logiquement été à la hausse de façon relativement maîtrisée dans les deux pays. La modération du comportement général de cet indicateur est, quoi qu’il en soit, beaucoup plus régulière en France. La série correspondante présente en Espagne une instabilité substantiellement plus grande. Durant les phases de croissance de l’économie espagnole, celle-ci semble atteindre des croissances plus grandes pour ce qui est des dépenses de consommation des familles, mais cela se produit habituellement de façon relativement plus prononcée après des phases de stagnation ou de crise. On pourrait penser que l’augmentation plus importante de la consommation des familles espagnoles par rapport à celles des familles françaises dans les périodes de prospérité correspondrait au recul qui se serait produit durant les phases qui les ont immédiatement précédées.

33La comparaison des trajectoires respectives de la consommation privée réelle par habitant permet d’aboutir à quelques conclusions relativement intéressantes. La plus surprenante, peut-être, consiste à relever que les deux évolutions ont un comportement relativement similaire, et connaissent des fluctuations qui progressent au sein d’un espace de variation relative partagé. Le substantif parenté a été employé dans ces travaux pour résumer la relation entre les deux économies. Il existe évidemment des différences de niveau, car l’économie espagnole s’est toujours maintenue sous l’économie française pour ce qui touche à la consommation privée réelle par habitant, et plus précisément à une moyenne de 72,6 pour cent sur l’ensemble de la période. ces différences varient assez fréquemment, bien qu’elles le fassent selon un ordre de grandeur relativement modéré.

Bibliographie

ASSELAIN, J. C. (2012) : “Histoire économique et quantification longue”, présenté lors du 14e Colloque Association de Comptabilité Nationale, 6-8 juin 2012.

BEUDAERT, M., LORI, L., ET SÉRUZIER, M. (1978) : Rétropolation des comptes nationaux dans le nouveau système de comptabilité nationale française : séries 1959-1970, Paris, INSEE.

DIAZ BALLESTEROS, A. ET GARCÍA GARCÍA, E. (2010) : Base de Datos Macroeconómicos de España-BDMACRO, Ministerio de Economía y Hacienda (mise à jour en juillet 2011).

EASTERLIN, R. A. (1974): “Does economic Growth Improve the Human lot? Some empirical evidence”, en P. A. DAVID y M. W. REDER, eds., Nations and Households in Economic Growth: Essays in Honor of Moses Abramovitz, New York, Academic Press.

INSEE, Principales séries longues : Population (https://www.insee.fr/fr/statistiques/3552396?sommaire=3552423) et Produit Intérieur Brut (PIB) et grands agrégats économiques ( https://www.insee.fr/fr/statistiques/2830547).

LAYARD, R. (2005): Happiness. Lessons from a New Science, Londres, Allen Lane.

MADDISON, A. (2001): The World Economy: A Millennial Perspective, Paris, OCDE, 2001.

MADDISON, A. (2001): The World Economy. Historical Statistics, Paris, OCDE, 2003.

MALUQUER DE MOTES, J. (2005) : “Consumo y precios”, chez A. CARRERAS y X. TAFUNELL : Estadísticas históricas de España. XIX-XXe siècle, Bilbao, Fondation BBVA, 2005, III, p. 1248-1296.

MALUQUER DE MOTES, J. (2008) : “El crecimiento moderno de la población en españa de 1850 a 2001 : una serie homogénea anual”, Investigaciones de Historia Económica, 10 (2008), p. 129-162.

MALUQUER DE MOTES, J. (2009a) : “Del caos al cosmos : una nueva serie enlazada del Producto Interior Bruto de España entre 1850 y 2000”, Revista de Economía Aplicada, XVII (2009), 49, p. 5-45.

MALUQUER DE MOTES, J. (2009b) : “Viajar a través del cosmos : la medida de la creación de riqueza y la serie histórica del Producto Interior Bruto de España (1850-2008)”, Revista de Economía Aplicada, XVII (2009), 51, p. 25-54.

MALUQUER DE MOTES, J. (2014) : La economía española en perspectiva histórica, Barcelone, Pasado & Presente, 2014, p. 613-628.

MALUQUER DE MOTES, J. (2015) : “Movimiento natural, saldos migratorios y crecimiento de la población de españa”, en cours de publication.

NICOLAU, R. : “Población, salud y actividad”, chez A. CARRERAS y X. TAFUNELL : Estadísticas históricas de España. XIXe et XXe siècle, Bilbao, Fondation BBVA, 2005, I, p. 77-154.

SIMON, O. dir. (2005) : “La consommation des ménages en 2004-base 2000”, INSEE résultats. Société, 40.

TOUTAIN, J.C. et alii (1997) : “Le produit intérieur brut de la France, 1789-1990”, Cahiers de l’ISMEA, Économies et Sociétés, 31 (11), p. 5-136.

VILLA, P. (1993) : Une analyse macro-économique de la France au XXe siècle, Paris, CNRS éditions.

Notes

1 Maluquer de Motes (2009a et 2009b).

2 Maddison (2001 et 2003).

3 Depuis septembre 2014, le nouveau système SEC-2010 est appliqué dans toute l’Union Européenne. Il suppose des changements très importants, qui se traduisent notamment par le fait de comptabiliser les dépenses de R&D comme de la production finale et non pas comme de la production intermédiaire, comme cela se faisait jusqu’à présent.

4 Maluquer de Motes (2014).

5 Les nouvelles données et les détails sur les modes de calcul et les méthodes d’estimation figurent chez Maluquer de Motes (2008).

6 Tous les matériaux démographiques pertinents d’un point de vue historique peuvent être consultés chez Nicolau (2005).

7 Les données chiffrées de ces deux années proviennent donc de projections raisonnables de l’INE lui-même, mais devront être corrigées une fois que l’on disposera d’un nouveau recensement, probablement en 2021.

8 Maluquer de Motes (2015).

9 Des séries mises à jour du PIB espagnol et de ses composants de demande entre 1850 et 2013 figurent chez Maluquer de Motes (2014), p. 618-623.

10 Asselain (2012).

11 Toutain (1997).

12 Villa (1993).

13 Beudert, M., LORI, l., et Séruzier, M. (1978).

14 INSEE : Principales séries longues : Population (https://www.insee.fr/fr/statistiques/3552396?sommaire=3552423) et Produit Intérieur Brut (PIB) et grands agrégats économiques ( https://www.insee.fr/fr/statistiques/2830547). Les données se retrouvent également partiellement sur le site d’Eurostat.

15 Simon (2005).

16 Maluquer de Motes (2005).

17 Easterlin (1974). Layard (2005).

18 Conformément aux recommandations d’Eurostat, les valeurs de chaque année ont été calculées en euro en utilisant les équivalents établies de façon irréversible en 2012 (1 € = 166,386 pesetas, et 1 € = 6,55957 francs français).

19 INSEE : Principales séries longues : Population (https://www.insee.fr/fr/statistiques/3552396?sommaire=3552423) et Produit Intérieur Brut (PIB) et grands agrégats économiques ( https://www.insee.fr/fr/statistiques/2830547). Les données se retrouvent également partiellement sur le site d’Eurostat.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Consommation privée par habitant en Espagne (1850-1950), en € en valeur de 2010
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 2. Consommation privée par habitant en Espagne (1950-2013), en € en valeur de 2010\s
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 3. Taux de croissance de la consommation privée par habitant en Espagne, 1950-2013.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 4. Consommation privée par habitant en France et en Espagne, en € en valeur de 2010
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique 5. Taux de croissance de la consommation privée par habitant en France, 1950-2013
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6228/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 6. Consommation privée réelle par habitant en Espagne, en pourcentage de la consommation en France
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/6228/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

Professeur d’Histoire et Institutions économiques à l’Université Autonome de Barcelone (UAB). Il a été vice-président de la recherche à l’UAB (1990-1992), Membre (1990-2008) et vice-président (2005-2008) du Conseil de direction de l’Association espagnole d’Histoire économique. Il s’est spécialisé dans l’analyse macroéconomique rétrospective, l’histoire de la population et les relations du travail, l’histoire industrielle, les prix et les salaires dans les pays latins d’Europe et d’Amérique. Il a remporté le Prix national d’Histoire d'Espagne 1981 décerné par le Ministère de la Culture d'Espagne au meilleur livre d’Histoire, le Prix Joan Sardà Dexeus 1998 décerné par l’Ordre des économistes de Catalogne au meilleur livre d’Économie publié et le Prix Jaume Vicens Vives 2014 décerné par l’Association espagnole d’Histoire économique au meilleur livre d’Histoire économique d'Espagne et d'Amérique latine 2012-2013. Ses ouvrages les plus importants sont La inflación en España. Un índice de precios de consumo, 1830-2012, Madrid, Servicio de Estudios del Banco de España (2013), España en crisis. Las Grandes Depresiones Económicas, 1348- 2012, Barcelona, Pasado y Presente (2013) et La economía española en perspectiva histórica. Siglos XVIII-XXI, Barcelona, Pasado y Presente (2014). Membre de l’Académie de l’Histoire de Cuba dès 2014. Élu membre de l’Académie royale des Belles lettres en 2015.

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search