Version classiqueVersion mobile

Pratiques du hasard

 | 
Jonathan Pollock

Épilogue

Le chanteur du hasard

Arnaud Villani

Texte intégral

1Sous le ciel gravé de lumière
dans les tunnels verts des vagues roulées
à la hâte
avec le sable rose et la chair brûlée
d’Ipanema plage où veillent les Bombeiros
entre les favelas aux dents brique
et le Bondinho de Santa Teresa
danse héroïque
du chauffeur qui pompe à tout va
dépositaire des forces électriques
à grand peine on gravit les rails
mouillés la motrice rouge nous tient serrés
elle entame sous Corcovado
son chemin de pente vers l’Aviateur de pierre
bras étendus bénissant
les phallus témoins du Gondwana
et les falaises de gneiss passant
sombres et naïves entre les jongles
le soir au Rio Scenarium
empilements baroques d’Arman Baba
le vert vortex des Caipirinhas
les filles allument de lèvres et de hanches
l’aquarium hologramme des couples qui dansent
on attendait Nietzsche on the beach
on se doutait un peu de Girl from Ipanema
mais le hasard nous jeta
fétus peu vêtus
dans Praticas doAcaso
à l’occasion les mots circulent
en toutes langues les mains se tendent
les femmes guichet fermé
discutent on ne fait que passer
dans la soucoupe du MAC on appareille
vers les constellations de prime grandeur
Burroughs le noir Deleuze violet
Shakespeare le rusé
Ulysse, Fitzgerald vraiment fêlé
Pessoa comme personne
des neurones comme s’il en pleuvait
neuropraticas de neuracaso par neurofrancisco
écarts éclats ententes hasards
le gendarme philosophe raconte entre Sade et Bataille
les trous que fait le 9 millimètres
et les forces Bope d’intervention spéciale
le chapelet des concepts
se festonne d’accent qui chante
fuselées glissent les fesses
des filles de la Samba mariées à l’air
l’acarajé des baïanaises
se goûte les dimanches
à la foire hippie Général Osorio
on embarque
capitaines Jonathan Franco Ferraz
lieutenants Juliana Lia Baron
il faudrait plus d’yeux pour voir
de cerveaux pour entendre
voler au-dessus de nous
le Grand Etre en formation
Françoiscamillejonathanlegoéland
Garydidierlaurentsophiefrancisco
Fredrikapaulaclaudiaanalauramaria
Cristina j’en oublie pardon
Arnaud où ça dans tout ça
étourdi des calebasses de capoeira
malsonnant comme un vieux jazz
titubant comme Ulysse oublieux de la phrase
que mettent à boucaner les pirates du savoir
laissez-les suivre à la course les cheveux qui se dérobent
le soir à la Livraria Travessa
avec José Gil Ana Pedro les deux Marie-Pierre
et Maria
on va échanger des éclats
épaules ouvertes les yeux verts de confiance
remerciant à mi-silence
mais debout dans les vagues depuis le matin
trempé du ressac qui gonfle
psalmodiant mer et soleil d’embruns
empoignant à bras nus la célébration
ferme et chancelant depuis cent mille ans
indifférent au froid peu différent de la mer
le Chanteur d’ univers
infusé du jaune des taxis qui défilent
et de la précipitation faite ville
rejouant sa religion sur des ruines
vague à vague mot à mot rire à rire
pleurant le Poète à mains nues
fera naître en janvier le fils jamais vu
de Rio de Janeiro
et du Hasard jeune héros.

2Rio de Janeiro, 13-15 octobre 2010

Auteur

Enseigne la philosophie en Khâgne au Lycée Masséna de Nice. Il est auteur de Kafka et l’ouverture de l’existant, 1984 ; La Guêpe et l’orchidée. Essai sur Gilles Deleuze, Paris : Belin, 1999 ; Le Vocabulaire de Gilles Deleuze, Paris : Vrin, 2003 ; Petites méditations métaphysiques sur la vie et la mort, Paris : Hermann, 2008 ; Court traité du rien, Paris : Hermann, 2008.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search