Version classiqueVersion mobile

Pratiques du hasard

 | 
Jonathan Pollock

2e Partie. Modernités. Au petit bonheur la chance

Sous les ailes d’Éros et de Kairos : cartographie des dérives et du hasard dans les récits de Clarice Lispector, Nathalie Sarraute, André Gide, Jean Genet et Raul Pompeia

Daniel Felix de Campos et Patricia de Moraes Lima

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze, Critique et Clinique, Paris : Minuit, 1993, 88.

Toute œuvre comporte une pluralité de trajets, qui ne sont lisibles et ne coexistent que sur une carte, et change de sens suivant ceux qui sont retenus. Ces trajets intériorisés ne sont pas séparables de devenirs. Trajets et devenirs, l’art les rend présents les uns dans les autres ; il rend sensible leur présence mutuelle, et se définit ainsi, invoquant Dionysos comme le dieu des lieux de passage et des choses d’oubli1.

Le temps et le devenir-enfant

1La perspective dominante de la capture de l’enfance a marqué et marque les différents récits qui présupposent le lieu de l’incomplétude, de l’ingénuité, de la beauté illimitée, de la bonté, parmi tant d’autres attributs qui définissent ce lieu. L’enfance n’est pas seulement une chronologie (chronos : somme du passé, présent et futur), elle est, comme l’affirme Kohan, une condition d’expérience dont nous pouvons inférer comme possibilité une enfance-Kairos (un temps-enfance, temps d’opportunité et de hasard).

  • 2 Le terme en en italique tout au long du texte marque la perspective selon laquelle nous pensons l’e (...)

2Nous voyons que toute tentative de fixer l’enfance sous une unique désignation revient à superposer une valeur, une norme, une « position-du-sujet » (Foucault) qui institue des territoires, emprisonne et s’emprisonne. S’apercevoir que ce mot éclate en de multiples sens nous fixe pour tâche de penser cette expérience qui peut se dédoubler en une énigme suivie d’infinis glissements conceptuels : penser à une enfance2 qui nous invite à regarder le monde selon ses irrégularités, précarités et contingences, et connaître ce que nous ne connaissons pas encore, savoir ce que nous ne savons pas encore.

3La condition d’expérience que représente l’enfance nous renvoie à la possibilité d’amplifier les horizons de la temporalité. Kohan reprend des Grecs, et en particulier d’Aristote et d’Héraclite, la division du temps en chronos et aion afin de penser l’enfance par rapport au temps. Aussi la lecture que nous proposons se concentre-t-elle sur la compréhension de l’enfance et sur celle du dédoublement des différentes dimensions du temps qui émergent dans l’exercice de cette expérience. Il faut souligner que pour l’enfance, bien que la notion du temps chronologique apparaisse intimement liée à elle, le temps présent de l’expérience est non-chronologique, c’est-à-dire qu’il est le temps de la densité, du démesuré et du hasard, temps-Kairos. Nous cherchons à dessiner, à l’interface enfance-expérience et dimensions du temps, trois traits fondamentaux, à savoir : l’enfance et Kairos ; l’expérience de l’enfance dans les récits de Lispector, Sarraute, Gide, Genet et Pompéia ; et des cartographies, des lignes de fuite, des rondes entre l’enfance, Éros et Kairos.

Enfance et Kairos

4Nous ne prenons pas le concept du temps dans son sens chronologique, mais dans un sens proche de Kairos. Il s’agit du temps sans mesure, ou mieux, du temps du hasard. De cette manière, les récits abordés mettent en scène différentes lectures autour de l’enfance, du temps et du hasard.

5On sait que le temps pour l’enfant est pur instant, l’instant infini de l’intensité, de l’occasion, de l’opportunité ; c’est le temps constitué par la simultanéité, par l’expérience de la mémoire et de l’invention. Avec la légèreté du dieu Kairos, l’enfant se déplace en jouant, soit gracieusement, soit avec une telle rapidité qu’il exécute de brusques mouvements entre l’équilibre et le déséquilibre. Il peut trébucher, tomber ou simplement se laisser tomber. C’est cette manière enfantine de découvrir et de jouer qui nous incite sagement à ne pas nous plier au temps de Chronos. Certes, ce n’est pas un hasard si, dans la tradition grecque, Kairos est représenté par un jeune homme avec des ailes aux chevilles et aux épaules et qui, même avec une sphère sous les pieds sur laquelle il se maintient en équilibre, se révèle toujours agile. C’est lui qui possède la maestria de l’instant, du hasard et de l’absolu. Il connaît le moment d’agir et sait agir. Doué de rapidité et de grâce, il connaît le point exact d’équilibre. Cette connaissance constitue une force de résistance merveilleusement vitale : la force de Kairos.

Clarice Lispector

6Examinons l’enfant et le temps dans le récit de Lispector, Felicidade Clandestina. Nous savons que la petite fille-narratrice reçoit, à la fin du conte, un livre d’une collègue, livre tant désiré. Envahie par un incroyable bonheur, elle répète mille fantaisies/déplacements avec le livre, en extase absolue. Lispector écrit :

  • 3 Clarice Lispector. Felicidade Clandestina. 12 et 13. Extrait traduit par Daniel Felix.

Comment raconter ce qui a suivi ? J’étais étourdie, et c’est ainsi que j’ai reçu le livre dans la main. Je crois que je n’ai rien dit. J’ai pris le livre. Non, je ne sors pas en sautant comme d’habitude. Je sors tout doucement. Je sais que je tenais le gros livre avec les deux mains, le serrant contre ma poitrine. Combien de temps j’ai mis pour arriver à la maison, peu importe aussi. Ma poitrine était chaude, mon cœur pensif. Arrivée à la maison, je n’ai pas commencé à lire. Je faisais semblant que je ne l’avais pas, seulement pour sentir ensuite la peur de l’avoir. Des heures plus tard, je l’ai ouvert, j’ai lu quelques lignes merveilleuses, je l’ai refermé, je suis allée me promener dans la maison, j’ai retardé le moment d’aller manger du pain beurré, j’ai fait semblant de ne pas savoir où j’avais rangé le livre, je le retrouvais, l’ouvrais un instant. Je créais les plus fausses difficultés pour cette chose clandestine qu’était le bonheur. Le bonheur allait toujours être clandestin pour moi. On dirait que je le pressentais déjà. Comme j’ai mis du temps ! Je vivais en l’air... Il y avait de l’orgueil et de la pudeur en moi. J’étais une reine délicate. Parfois je m’asseyais dans le hamac, me balançant avec le livre ouvert sur le ventre, sans le toucher, en extase pure. Ce n’était plus une petite fille avec un livre : c’était une femme avec son amant3.

7La petite fille a enfin entre les mains le livre de Monteiro Lobato, le cadeau qu’elle désirait tellement. Et elle le possède avec la possibilité de le garder aussi longtemps qu’elle veut ; mieux, elle peut l’avoir pendant un temps démesuré, comme c’est le cas des amants. Elle sait alors qu’elle peut jouer avec lui comme elle désire. Ce serait comme lire/jouer sans mesure, ou dans l’instant infini de l’occasion et de l’opportunité, ou encore jouer dans cette infinitude du temps ou du hasard que les enfants connaissent, avec grâce, en dansant, se blottissant dans la peau du livre comme dans les bras d’un amant. Par séduction, elle joue à avoir le livre et à ne pas l’avoir, elle le cache, elle fait semblant de ne pas l’avoir, pour pouvoir jouir de l’avoir. Dans le récit de Lispector, la petite fille joue avec le livre, avec le don, et le don n’est pas seulement le livre, c’est le bonheur et c’est aussi, au-delà du bonheur clandestin, le fait de savoir qu’elle peut l’avoir aussi longtemps qu’elle le désire, infiniment, « sans fin », sans temps mesuré. C’est ainsi posséder Kairos, sans le savoir. Enfin, le don consiste à avoir le livre entre les mains, et à jouer avec grâce, au hasard, avec Kairos. Et elle joue jusqu’à l’épuisement quand, enfin, elle décide de s’allonger dans le hamac et de le plaquer sur son ventre, entièrement maîtresse du livre, la petite fille et le livre. Ainsi, les déplacements et les parcours se présentent notamment entre le dehors et le dedans, de la rue en direction de la maison ; et puis, dans l’espace de la maison, quand à la fin du récit la petite fille s’assoit dans le hamac pour se consacrer à son désir. La petite fille, Kairos, le livre, la découverte du bonheur clandestin, tout cela constitue une cartographie du désir : une petite fille dans un hamac avec sur le ventre un livre qu’elle ne touche pas, et qui se balance dans un état d’extase pure. Extase de qui (mé)connaît et se retrouve dans les bras de Kairos.

Nathalie Sarraute

8Des récits semblables surgissent chez Sarraute, surtout dans Enfance. La narratrice décrit l’expérience de lire dans un jardin public en compagnie de son père et d’une amie de celui-ci comme une expérience pleine de joie et d’extase qui se manifeste dans un temps unique sans mesure, au hasard :

  • 4 Nathalie Sarraute. Enfance. 66 et 67.

J’étais assise (...) sur un banc du jardin anglais, entre mon père et la jeune femme, (...) il y avait posé sur le banc entre nous ou sur les genoux de l’un d’eux, un gros livre relié... il me semble que c’étaient les Contes d’Andersen. Je venais d’en écouter un passage... Je regardais les espaliers en fleurs le long du petit mur de briques roses, les arbres fleuris, la pelouse d’un vert étincelant (...), de pétales blancs et roses, le ciel, bien sûr, était bleu, et l’air semblait vibrer légèrement... et à ce moment-là c’est venu... quelque chose unique... qui ne reviendra plus jamais de cette façon, une sensation d’une telle violence (...) j’éprouve... mais quoi ? Quel mot peut s’en saisir ? Pas le mot à tout dire : « bonheur » (...), « félicité » (...), « exaltation » (...), et « extase »... comme devant ce mot ce qui est là se rétracte... « joie », oui, peut-être... ce petit mot modeste, tout simple, peut effleurer sans grand danger... mais il n’est pas capable de recueillir ce qui m’emplit (...)4.

9Pendant un instant, elle éprouve la présence d’un temps démesuré, et l’extase d’être à côté du père, du livre et de l’amie, immergée dans les couleurs, les lumières et les odeurs des fleurs du jardin. La capture de Kairos par la petite fille présente le lieu d’expérience comme ce qui arrive, comme ce qui se situe dans le temps de l’intensité, le temps sans mesure, allié au temps du hasard. L’extase de la petite fille s’éprouve dans l’impossibilité de la mémoire, dans l’oubli. Pour peu que l’invention soit productrice et désirante, l’enfant décrite chez Sarraute tisse la rencontre avec Kairos à travers l’invention de l’enfance. Apparaît ainsi quelque chose de l’ordre de la trouvaille au croisement du jardin, de la petite fille et de Kairos.

André Gide

10Dans Si le grain ne meurt, Gide représente ses déboires avec des jeunes garçons-amants sous l’angle de Kairos. Il y en avait un :

  • 5 André Gide. Si le grain ne meurt. 71 et 72.

(...) pour qui je m’étais épris d’une véritable passion. C’était un Russe. (...) il était de santé délicate, pâle extraordinairement ; il avait les cheveux très blonds, assez longs, les yeux très bleus ; sa voix était musicale, (...) il était peu considéré par les copains et participait rarement à leurs jeux ; pour moi, dès qu’il me regardait, je me sentais honteux de m’amuser avec les autres, et je me souviens de certaines récréations où, surprenant tout à coup son regard, je quittais tout (...) pour venir auprès de lui. (...) j’aurai voulu qu’on l’attaquât, pour avoir à le défendre. Aux classes de dessin, où il est permis de parler un peu à voix basse, nous étions l’un à côté de l’autre ; (...) un beau jour il cessa de venir, et personne ne sut me dire s’il était tombé malade ou retourné en Russie ; (...) et je gardai secrète une des premières et des plus vives tristesses de ma vie5.

11Dans Si le grain ne meurt, le récit décrit et révèle délicatement une cartographie d’expériences, communes à l’enfance d’un petit garçon, telles que : les jeux avec un ami (invention et découverte de la sexualité) ; les conversations avec Pierre, l’ami imaginaire ; les lectures ; la collection de billes ; le kaléidoscope, les promenades main dans la main avec l’ami dans le jardin ; les leçons de patinage ; les jeux dans les champs avec les amis, etc. Parmi tant d’expériences, de trajets et de déplacements juxtaposés, simultanés et intenses, le fragment cité nous révèle non seulement l’amour délicat pour le garçon russe, mais aussi le désir de s’approcher de l’amant et de le défendre, atteint comme il est par Éros. Comme si cela ne suffisait pas, le récit de Gide rend présent Kairos car, au moindre signal, à la moindre occasion, le hasard se manifeste à l’amant dès que l’aimé court à sa rencontre. Se révèle ainsi dans le récit une cartographie de trajets, d’intensités et de densités, c’est-à-dire une cartographie inventée par une constellation d’affects.

12Le hasard conduit l’aimé devant l’amant, mais les yeux de l’aimé pétrifient aussi l’amant. Ainsi, le récit tisse et décrit la rencontre de Kairos, Éros et les garçons-amants. Chez Gide, le désir d’être à côté de l’autre est fortement présent, et même celui de devenir-autre : le désir de rester à côté de l’autre (de le protéger, de l’envelopper, de l’aimer), l’affecte d’un devenir-autre. A cet égard, Deleuze écrit :

  • 6 Gilles Deleuze. Critique et Clinique. 85.

L’image n’est pas seulement trajet, mais devenir. Le devenir est ce qui sous-tend le trajet, comme les forces intensives sous-tendent les forces motrices. (...) C’est le devenir qui fait du moindre trajet, ou même d’une immobilité, sur place, un voyage ; et c’est le trajet qui fait de l’imaginaire un devenir. Les deux cartes, des trajets et des affects, renvoient l’une à l’autre6.

Jean Genet

  • 7 Jean Genet. Miracle de la rose. 9 et 10.

13Dans le Miracle de la Rose, Genet se réfère à l’expérience de l’enfance dans une maison de correction, la Colonie de Mettray, « le sanctuaire vers quoi montaient les rêves de notre enfance » : là-bas, « (…) le gosse que j’étais à quinze ans s’entortillait dans son hamac autour d’un ami (si les rigueurs de la vie nous obligent à rechercher une présence amie, je crois que ce sont les rigueurs du bagne qui nous précipitent l’un vers l’autre dans des crises d’amour sans quoi nous ne pourrions pas vivre : le breuvage enchanté) »7. C’est à l’instant où, dans le hamac, l’enfant s’emmêle et s’enroule avec l’autre qu’il découvre non seulement la présence amie du partenaire mais aussi la potion, le breuvage enchanté. Il s’agit de la rencontre simultanée avec l’autre, avec le semblable, sous les ailes d’Éros, Antéros et Kairos. C’est seulement pendant la nuit, loin de la surveillance et des punitions, que l’on peut tisser cette rencontre : l’obscurité de la nuit ainsi vouée à la découverte de soi et de l’autre, à l’intimité des corps, aux corps plongés dans un temps démesuré et lancés au hasard, dans les bras de Kairos.

14L’intimité est révélée chez les garçons lors des traversées et des trajectoires nocturnes, dans les hamacs (ou lits) du dortoir. Et c’est pendant la nuit que les garçons se rencontrent, dans le « silence » de la nuit, loin des regards disciplinaires et répressifs, loin du temps Chronos/oppresseur, du contrôle, de la surveillance, des appareils et des dispositifs de surveillance, loin des multiples formes modifiées de torture et des panoptiques modernes et post-modernes. Alors, dans le (quasi) silence de la nuit des dortoirs, les rencontres se dévoilent et se reproduisent dans l’enchantement de l’ébriété des corps – le breuvage enchanté.

15Ils boivent le breuvage enchanté et ils s’aiment, ils s’embrassent avec furie, ils se jettent dans les bras d’Éros, et partant dans ceux de Kairos. Dans cette cartographie dessinée et inscrite dans l’espace fermé des dortoirs, le breuvage reçoit aussi les liqueurs intimes et les odeurs des garçons qui s’aiment dans la démesure nocturne pour oublier les horreurs et les rigueurs du confinement ; à eux le profond abandon, la découverte des corps, l’ébriété des plaisirs, des secrets et des désirs. Dans chaque petit Orphée, la découverte de son autre. Cartographie intime du désir.

  • 8 Voir l’opéra Orphée et Eurydice de C. W. von Gluck.

16Comment traverser l’enfer d’une expérience vécue dans l’enfance (comme le révèle le récit de Genet dans Miracle de la rose), comment faire face à une situation de dur confinement et de punition ? Comment survivre sans les lignes de fuite, sans les déviations, sans la cartographie des dérives face à tant de violence et de contraintes posées sur l’enfance ? Nous savons que les lignes de fuite existent et on les retrouve dans les tentatives démesurées de rencontre avec l’autre et dans la recherche du désir. Désir et Eros. Che faro senza Eurydice ? Ou si vous voulez – sans Orphée ?8

Raul Pompéia

  • 9 Raul Pompeia. O Ateneu. 88. Extrait traduit par Daniel Felix.

17Comme le récit de Genet, celui de Pompeia se déroule dans un internat pour garçons, L’Athénien – O Ateneu. Une fois de plus, l’affect le plus intime se produit la nuit, loin du contrôle, loin de Chronos, du continu-successif. Sergio, le narrateur, raconte : « J’ai été l’ami de Egberto, (...) voisins de dortoir, moi, couché, j’attendais qu’il s’endorme pour le voir dormir et je me réveillais plus tôt pour le voir se réveiller (...) je l’adorais et le jugeais parfait (...) je l’admirais (...) »9. Outre l’affect exalté, il faut souligner l’amour de la contemplation dans cette scène de l’amant face au corps de l’aimé. Sergio sait attendre un temps sans mesure, le moment exact, l’opportunité pour pouvoir contempler l’amant, pour le voir sur le lit. Sergio est seulement un jeune garçon qui poursuit le hasard et suit les sentiers et passages de Kairos. Le récit enchante le lecteur grâce à la délicate description de l’affect entre les garçons, en particulier quand le narrateur écrit :

  • 10 Raul Pompeia. O Ateneu. 112-118. Extrait traduit par Daniel Felix.

Egbert méritait la tendresse du frère aîné (...) pendant la récréation, nous étions inséparables, complémentaires, comme deux conditions réciproques d’existence (...) Nous deux seuls, on s’asseyait sur l’herbe. Moi, reposant ma tête sur ses genoux ou lui sur les miens (...) le champ était immense, les extrémités disparaissaient dès les premières lueurs du crépuscule. Nous regardions en l’air, le ciel. Quel ciel de transparence et de lumière ! Là-haut, là-haut s’attardait en une traîne d’or, un souvenir du soleil. La coupole profonde se montrait à travers les montagnes, vaste dilution, extrême ténuité de l’arc-en-ciel. Doux reflets de flamme : ensuite, le joli bleu de chiffon, après la dégénérescence des tons par la mélancolie nocturne, annoncée par la dernière zone de mauve (...), ces oiseaux, deux oiseaux, que nous apercevions dans les hauteurs, (...) déclinant leur vol au hasard, heureux destin de la lumière, encore en plein jour, quand sur la terre les ombres se répandaient10.

18Si dans la cartographie antérieure, celle de Genet, les espaces sont éminemment fermés, la cartographie en question dessine non seulement des espaces fermés (Sergio, qui est éveillé, protège et contemple Egberto pendant la nuit dans le dortoir) mais aussi des espaces ouverts : les enfants se rencontrent dans le champ quand le crépuscule approche. Une fois encore, le récit de Pompeia révèle un affect délicat chez les jeunes garçons : inséparables, ils regardent le ciel, l’un à côté de l’autre, dans une contemplation mutuelle et s’en remettent à la complicité du temps sur lequel règne Kairos. Il s’agit encore du temps démesuré de la densité, de l’opportunité et de l’imprévisibilité. Ainsi, les garçons se rencontrent loin du temps qui les emprisonne. Les garçons contemplent le ciel, allongés sur l’herbe, dans l’infinitude et le désir lancé au hasard.

19Il faudrait répéter ici comme une ritournelle que Kairos contient, en plus de la vitesse absolue, un point d’équilibre, étant donné qu’on le trouve en équilibre sur une sphère, car l’enchantement et la grâce constituent sa force de résistance. Cette cartographie offre de la sorte une lecture révélatrice capable de dévoiler la force et la résistance de l’affect et, parmi les trajets et les territoires, la rencontre de garçons inséparables ou d’enfants-amants devant l’immensité du ciel et les enchantements de Kairos.

Cartographies – lignes de fuite – enfances, rondes, Éros et Kairos

20Les enfants occupent les rues en troupeaux comme des cartographies d’intensité, répartissant les affects. Les intensités occupent l’espace sans le mesurer ni le compter ; elles soutiennent des trajets et s’y connectent, au hasard, à distance et de façon indéterminée. Pour l’enfant, occuper l’espace, c’est être dans un monde sans mesure. Les images qui réunissent les enfants dans des temps sans mesure subvertissent le caractère fini des corps et de leur identité, et projettent des images fluides qui traduisent des devenirs multiples. Le devenir instaure une autre temporalité qui n’est pas celle de l’histoire ; il expérimente et explore l’altérité de l’existence. Le devenir n’est pas un état déjà codifié et identifié, ni une perspective pour un état prédéfini, identifié. Le devenir, c’est le flux, c’est le trajet, c’est la zone de voisinage et d’indiscernabilité.

  • 11 Gilles Deleuze, Félix Guattari. Capitalisme et schizophrénie. - L’Anti-Œdipe. 78.

21Deleuze et Guattari distinguent deux modes de temporalité : le devenir et l’histoire. L’histoire n’est pas l’expérience, mais l’ensemble des effets successifs d’une expérience (chronos). D’un côté, nous trouvons les effets de ces expériences et de l’autre l’expérience elle-même, l’évènement. D’un côté, nous avons le continu (chronos) et de l’autre, le devenir, les lignes de fuite, les minorités. Le devenir est toujours minoritaire car il n’a pas de modèle, il est toujours en cours, il atteint une vitesse, une densité, une intensité et une démesure de mouvements absolus. Selon Deleuze et Guattari, désirer, c’est passer par des devenirs11. Nous continuerons à observer et à dessiner d’autres cartographies, d’autres traversées et d’autres paysages. Dans ce petit échantillon, nous avons posé notre regard sur cinq cartes : sur la première, nous avons suivi la petite fille, le livre et l’extase ; sur la deuxième, la jeune fille, le jardin et la joie ; en passant à la troisième, nous avons été confrontés à l’apparition de l’aimé, aux jeunes garçons, au désir et au désir d’être l’un à côté de l’autre ; la quatrième nous a révélé les enfants dans le hamac, dans l’invention et la découverte, entre désirs et intimités ; et enfin nous avons atteint la cinquième carte, où les enfants-amants contemplent le ciel et les enchantements de Kairos. Combien de cartes constituées de trajets et d’intensités, d’affects et de devenirs, combien de rondes d’enfance et d’amants nous observent, avides de revivre, de se réinventer et de s’immortaliser dans d’autres écrits, d’autres essais ? Enfin, combien de déplacements, de corps, de devenirs, de désirs et d’extases dessineront d’autres cartes pour les faire tourner à l’infini sous les ailes d’Éros et de Kairos ? Cartographies si délicatement humaines.

Bibliographie

Agamben, G. Infância e história - destruição da experiência e origem. Tradução Henrique Burigo. Belo Horizonte : Ed. UFMG, 2008.

Campos, D.C.F. de. Máquinas literárias, máquinas carcerárias : os escritos de Graciliano Ramos, Reinaldo Arenas e Jean Genet. Tese de doutorado. UFSC cotutela Paris X. Florianópolis, 2006.

Deleuze, G. Dialogues – en collaboration avec Claire Parnet. Paris : Flammarion, 1977.
Logique du sens. Paris : Minuit, 1969.
Critique et Clinique. Paris : Minuit, 1993.
Francis Bacon : logique de la sensation. Paris : Seuil, 2002.
Foucault. Paris : Minuit, 2004.

Deleuze, G. et Guattari, F. Capitalisme et Schizophrénie. Tome I : L’ANTI-ŒDIPE-Paris : Minuit, 1973 ; Tome II : Mille Plateaux. Paris : Minuit, 1975.

Domènech, M. ; Gómez, L. “A dobra : psicologia e subjetivação”. In Silva, Tomaz Tadeu. (org) Nunca fomos humanos : nos rastros dos sujeitos. Belo Horizonte : Autêntica, 2002.

Dumoulié, C. Cet obscur objet du désir. Paris : L’Harmattan, 1999.
O Desejo. Tradução Ephreim Alves. Petrópolis : Vozes, 2005.

Foucault, M. La pensée du dehors. Paris : Fata Morgana, 1986.
Naissance de la clinique. Paris : PUF, 1994.
Microfisica do poder. Rio de Janeiro : Graal, 1989.
Histoire de la Sexualité. Tome II. Paris : Gallimard, 1984.

Genet, J. Un Captif amoureux. Paris : Gallimard, 1986.
Notre-Dame-des-Fleurs. Paris : Gallimard, 1998.
Journal d’un Voleur. Paris : Gallimard, 1998.
Miracle de la Rose. Paris : Gallimard, 1990.

Gide, A. Si le grain ne meurt. Paris : Gallimard, 1988.

Guattari, F. Cartographies Schizoanalytiques. Paris : Galileé. 1989.

Guattari, F. et Rolnik, S. Micropolítica - Cartografias do Desejo. Petrópolis : Vozes, 2005.

Kohan, W. O. Infância, estrangeiridade e ignorância : ensaio de filosofia e educação. Belo Horizonte : Autêntica, 2007.

Lima, P. de M. “Infância e Experiência”. In Sousa, Ana Maria B. ; Vieira, Alexandre ; Lima, Patrícia de Moraes. Ética e Gestão do Cuidado : a infância em contextos de violências. Florianópolis : CED/UFSC/NVC-NUP, 2006.

Lima, P. de M. Infância e Experiência : as narrativas infantis e a arte de viver o cuidado. Tese de Doutorado. UFRGS. Porto Alegre, 2008.

Larrosa, J. “A operação ensaio : sobre o ensaiar-se no pensamento, na escrita e na vida”. In : Educação e Realidade - v.29, n.1. Dossiê Michel Foucault. Porto Alegre : Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Faculdade de Educação, janeiro-junho 2004 a.

Lispector, C. Felicidade Clandestina. São Paulo : Ática, 1996.

Pompéia, R. O Ateneu. Rio de Janeiro : Globo, 1997.

Rolkin, S. Cartografia sentimental - transformações contemporâneas do desejo. Porto Alegre : UFRGS/Sulina, 2006.

Sarraute, N. Enfance. Paris : Gallimard, 2009.

Notes

1 Gilles Deleuze, Critique et Clinique, Paris : Minuit, 1993, 88.

2 Le terme en en italique tout au long du texte marque la perspective selon laquelle nous pensons l’enfance. On peut relire Agamben (2008), autour du débat sur l’enfance. Thématique étudiée et analysée notamment chez Lima (2008).

3 Clarice Lispector. Felicidade Clandestina. 12 et 13. Extrait traduit par Daniel Felix.

4 Nathalie Sarraute. Enfance. 66 et 67.

5 André Gide. Si le grain ne meurt. 71 et 72.

6 Gilles Deleuze. Critique et Clinique. 85.

7 Jean Genet. Miracle de la rose. 9 et 10.

8 Voir l’opéra Orphée et Eurydice de C. W. von Gluck.

9 Raul Pompeia. O Ateneu. 88. Extrait traduit par Daniel Felix.

10 Raul Pompeia. O Ateneu. 112-118. Extrait traduit par Daniel Felix.

11 Gilles Deleuze, Félix Guattari. Capitalisme et schizophrénie. - L’Anti-Œdipe. 78.

Auteurs

Docteur d’État ès Lettres et Sciences Humaines de Paris X-Nanterre-La Défense, France, et de l’Universidade Federal de Santa Catarina, Brésil. Il est professeur de littérature et langue française à l’Universidade Federal de Santa Catarina et professeur de méthodologie à l’ASSESC, Faculdades Integradas.

Docteur en Éducation, Universidade Federal do Rio Grande do Sul, Brésil. Psychologue et professeur à l’Universidade Federal de Santa Catarina, elle est membre du Núcleo Vida e Cuidado, CED/UFSC.

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search