Version classiqueVersion mobile

Pratiques du hasard

 | 
Jonathan Pollock

1re partie. De l'Antiquité à la Renaissance : mêtis, clinamen, kairos

Matérialisme aléatoire et sciences du chaos

Jonathan Pollock

Texte intégral

1Il y a une actualité d’Épicure dans les sciences d’aujourd’hui qui ne laisse pas de surprendre. Dire que les atomistes anciens avaient anticipé la découverte des particules élémentaires n’a aucun sens : l’atome de Böhr n’est pas celui d’Épicure. Le maître du Jardin n’a pas pressenti le comportement paradoxal de la matière subatomique, pas plus qu’il n’a anticipé les processus thermodynamiques à l’œuvre dans l’univers, ni la chimie des molécules. Cependant, nombreux sont les historiens des idées à voir chez Épicure et chez Lucrèce, son thuriféraire romain, les ancêtres d’un nouveau paradigme scientifique : ce que Ilya Prigogine et Isabelle Stengers appellent une « nouvelle alliance », Gilles Deleuze et Félix Guattari une « science mineure », et James Gleick « la théorie du chaos ». Ces intitulés regroupent des approches aussi différentes que la géométrie fractale de Benoit Mandelbrot, les « flux apériodiques déterministes » d’Edward Lorenz et la théorie des catastrophes de René Thom, mais elles se souscrivent toutes à une visée commune : trouver de l’ordre au sein du chaos. Je propose ainsi de réexaminer le « matérialisme aléatoire » d’Épicure, et surtout la version qu’en donne Lucrèce dans son long poème didactique De rerum natura, à la lumière de ce nouveau regain d’intérêt de la part des tenants des théories du chaos et de la turbulence.

2Tout lecteur d’Épicure et de Lucrèce relève l’importance du modèle météorologique dans leurs œuvres, mais il revient au philosophe des sciences Michel Serres d’avoir démontré que, dans l’atomisme ancien, on a affaire moins à une mécanique des solides qu’à une dynamique des fluides. Il pousse sa thèse jusqu’à voir dans les théorèmes d’hydro-statique d’Archimède une modélisation mathématique de la physique épicurienne. D’aucuns, dont Marcel Conche, ont prodigué des objections à la fois sur le plan philologique et sur le plan historique, mais il n’empêche que la référence aux phénomènes de la turbulence éclaire d’une lumière nouvelle certains aspects de la cosmogonie épicurienne et non les moindres : la déclinaison fortuite des atomes, d’une part, et la dynamique tourbillonnaire à l’origine des choses, d’autre part.

Turbulence et cosmogonie aléatoire

  • 1 James Gleick, La Théorie du chaos, trad. C. Jeanmougin, Paris, Flammarion, 1991, p. 159.

3Rappelons le modèle. À l’échelle microscopique, il n’existe que deux « entités » : les particules élémentaires et le vide. Lucrèce préconise comme état initial du système un écoulement régulier et homogène des atomes, qui vont tous dans le même sens et à la même vitesse, sans jamais se toucher. Les particules ont beau se mouvoir, le système présente globalement un état stationnaire. En mathématique, cet état d’équilibre, de mouvement nul – car le mouvement implique une différence, disait Aristote – est représenté par un point fixe dans un « espace de phases ». Or, la chute des atomes dans le vide, par tranches parallèles et à vitesse égale, reproduit l’écoulement laminaire de l’eau en cascade. D’après James Gleick, « un liquide qui s’écoule de manière uniforme ne se comporte pas comme s’il comprenait un nombre pratiquement infini de molécules indépendantes, ayant chacun son mouvement propre : des éléments de fluide voisins ont tendance à demeurer voisins, comme des chevaux dans un attelage […] »1. Il y a absence de « corrélations » : les différents processus locaux ne s’entre-informent pas. Par conséquent, aucun événement local ne peut avoir de conséquence. Au dire de Progogine et Stengers, rien n’est signifiant.

  • 2 Tout dépend de comment on interprète ces quelques lignes du 2e livre : « Quare in seminibus quoque (...)
  • 3 J. Gleick, La Théorie du chaos, op. cit., p. 161.

4Dans un deuxième temps, et d’une manière parfaitement aléatoire, un atome s’écarte de sa ligne de chute par le plus petit des angles, l’angle de contingence, ou « clinamen ». Cette déclinaison introduit une force dans le flux qui, de régulier, devient turbulent. Cependant, à moins de postuler l’existence d’une puissance interne grâce à laquelle l’atome aurait l’initiative de sa propre déviation, il faut admettre que la flexion résulte de la fluxion elle-même2. C’est justement ce qu’enseigne la mécanique des fluides. Tout flux, combien régulier, engendre des forces vectorielles qui infléchissent l’orientation des parcelles de fluide, provoquant ainsi des turbulences : « Dans un torrent, l’eau […] se transforme en un vortex qui s’amplifie, se divise, et tourbillonne en suivant le courant. La fumée d’une cigarette s’élève uniformément au-dessus d’un cendrier, s’accélère jusqu’à une vitesse critique au-delà de laquelle elle se scinde en volutes désordonnées »3. Cette situation critique constitue un état non-représentable, pour autant que tout événement ait des conséquences qui se propagent à travers tout le système. Avant le clinamen, rien n’était signifiant ; maintenant tout l’est.

5Le passage d’un écoulement régulier à un écoulement turbulent reste, on le sait, l’un des mystères de la science. Werner Heisenberg disait sur son lit de mort qu’il poserait à Dieu deux questions : « Pourquoi y a-t-il la relativité, et pourquoi y a-t-il la turbulence ? » Avant d’ajouter : « Je suis persuadé qu’il pourra répondre à la première question ». Lucrèce, semble-t-il, avait tenté de répondre à la seconde. La « légère déviation des atomes » par rapport à leur ligne de chute initiale correspond au plus petit angle concevable (nec plus quam minimum), à savoir celui formé par une courbe et sa tangente. Le clinamen serait donc l’amorce d’une courbure sur un plan incliné, mouvement circulaire qui, en raison justement de sa pente, ne peut se boucler et doit se prolonger en spirale. La déclinaison fortuite (nunc hinc, nunc illinc) d’un premier atome l’amène, comme l’écrivait Ronsard, à « culbuter » et à faire « s’entracrocher » les atomes tombant autour de lui, lesquels heurtent d’autres atomes à leur tour dans une propagation exponentielle de la zone de turbulence. En termes mathématiques, la turbulence correspond à une évolution apériodique du système, caractérisée par une sensibilité extrême aux conditions initiales. Rapporté à l’espace de phases, l’état final d’un système dynamique est représenté par un « attracteur » ; celui-ci indique la trajectoire vers laquelle toutes les autres convergent. Cependant, aussi longtemps que le système reste chaotique, il ne passe jamais par les mêmes états et ne dessine aucune trajectoire commune. Nous avons affaire, par conséquent, à un attracteur d’un nouveau type, dit « étrange ».

6Dans une véritable « guerre des principes » (principiorum bellum), les atomes volètent dans tous les sens, s’entrechoquant ou s’agrégeant au gré de leurs rencontres. Cependant, ce chaos n’est pas le dernier mot du système, car :

  • 4 Ronsard, Les Amours, XXXVII, Paris, GF Flammarion, 1981, p. 73.

Les petitz corps, culbutans de travers,
Parmi leur cheute en byaiz vagabonde
Hurtez ensemble, ont composé le monde,
S’entracrochans d’acrochementz divers.4

  • 5 J. Gleick, La Théorie du chaos, op. cit., p. 160.

7Si le clinamen modélise ainsi le passage de l’écoulement régulier à la turbulence, il faut encore expliquer comment un « ordre », un kosmos, a pu émerger de cet état de chaos atomique. Au sein de la « foule » (turba) des atomes apparaissent de-ci de-là des mouvements qui se reproduisent, et que Lucrèce, en se référant au mouvement en spirale de l’élément déclinant, représente sous la forme de « tourbillons » (turbi) ou de « vortex ». Cette idée est toujours conforme à ce que nous enseigne la mécanique des fluides, à savoir que la turbulence est le fait « de petits tourbillons [tournant] à l’intérieur de grands tourbillons »5. Les vortex signifient l’instabilité, et l’instabilité signifie qu’un courant lutte contre une inégalité à l’intérieur de lui-même : c’est cette inégalité que Lucrèce dénomme clinamen. Or, dans certaines conditions, les vortex sont susceptibles d’uniformiser leur fréquence et de se réunir en un mouvement cyclique, ouvrant ainsi une « fenêtre de périodicité » dans le chaos environnant. En ce sens, le clinamen est à l’origine d’un processus de « nucléation », l’apparition d’un seuil à partir duquel un événement local deviendra signifiant et une fluctuation pourra s’amplifier.

  • 6 Michel Serres, La Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce, Paris : Minuit, 1977, p. 13.
  • 7 Diogène Laërce, IX, 45, trad. P.-M. Morel, Atome et nécessité, Paris : PUF, 2000, p. 26.
  • 8 Épicure, « Lettre à Pythoclès », Lettres, maximes, sentences, trad. J.-F. Balaudé, Paris : Le Livr (...)

8Comme le remarque Michel Serres, le vortex « n’est autre que la forme primitive de la construction des choses, de la nature en général, chez Épicure et Démocrite »6. Ce dernier disait que « le tourbillon (dinè) étant la cause de la génération de toutes choses […] »7. Et selon Épicure, « Le soleil, la lune et les autres astres […] se façonnaient et s’accroissaient (de la même façon que la terre et la mer) grâce à des accrétions et des tournoiements de fines particules […] »8. Le tourbillon ici préside à l’émergence d’entités macroscopiques et métastables. Lors de la pluie d’atomes d’avant le clinamen, ou de l’état de turbulence qui l’a suivi, la notion de niveau macroscopique n’avait pas de sens. Maintenant, nous assistons au surgissement d’un nouveau type de régime, certes engendré par la foule des processus microscopiques, mais qui fait preuve néanmoins d’un véritable comportement collectif. Loin de constituer un état moyen, la matière atomique s’ordonne et se régule selon toute une hiérarchie de niveaux d’organisation pour former ce que Prigogine et Stengers appellent des « structures dissipatives ».

  • 9 Cicéron, De finibus, trad. M. Serres, La Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce, op. ci (...)
  • 10 René Thom, Prédire n’est pas expliquer, Paris : Flammarion, « Champs sciences », 1993, p. 109.

9Or, si « les atomes se rencontrent dans et par la turbulence (atomorum turbulenta concursio) »9, s’ils y expérimentent un nombre infini de rapports, et si, parmi ces rapports, ils nouent des « pactes » (foedera) permettant l’émergence d’objets et de mondes, ces mondes, ces objets et ces pactes restent assujettis à la turbulence qui, ayant présidé à leur naissance, travaille ensuite à leur désagrégation. Car un tourbillon ne peut pas se maintenir indéfiniment : l’équilibre instable entre forces centripètes et forces centrifuges, entre puissances d’attraction et puissances de répulsion, verra triompher à plus ou moins long terme les « mouvements destructeurs (motus exitiales) » sur les « mouvements générateurs et nourriciers (genitales auctificique motus) » (2.569-572). Autrement dit, ce sont les mêmes interactions, le même type de causalité qui, après avoir assuré la stabilité du phénomène, détermine son instabilité. Lorsque, au sein d’une structure dissipative, les mouvements centrifuges prennent définitivement le pas sur les mouvements centripètes, nous avons affaire à ce que le mathématicien français René Thom appelle une « catastrophe généralisée » : l’entité subit une dissociation fractale, « elle se fragmente en petits morceaux de plus en plus petits, et comme les éléments deviennent si petits qu’ils en sont imperceptibles, on a alors réalisé [la] transformation d’une forme en un fond […] »10.

La théorie des catastrophes

  • 11 René Thom, Paraboles et catastrophes, Paris : Flammarion, « Champs », 1983, p. 36.

10René Thom fait allusion aux atomistes de l’Antiquité dans un livre d’entretiens, Paraboles et Catastrophes, afin d’illustrer le caractère irréversible des mécanismes de la perception11. Une fois n’est pas coutume, cependant, et il faut se rendre aux évidences : si Thom n’est pas avare de références à la pensée grecque, le philosophe qui recueille le plus souvent ses suffrages n’est pas Épicure, mais Aristote. En matière de méthodologie scientifique, Thom range les atomistes parmi les réductionnistes, tandis que lui-même procèderait de manière « structurelle », en étudiant l’évolution d’un phénomène ou d’un système du point de vue de sa forme. C’est précisément à ce niveau de choix philosophique premier qu’il est encore possible de comparer des pensées scientifiques provenant de sociétés et d’époques très différentes. Au 2e siècle de notre ère, le médecin grec Galien de Pergame notait dans son traité Des Facultés naturelles :

  • 12 Galien, Œuvres choisies, trad. C. Daremberg, Paris, 1856, t. 2, p. 226.

Il a existé deux sectes principales en médecine et en philosophie parmi les hommes qui ont affirmé quelque chose sur la nature […]. L’une établit que toute la substance, sujette à la génération et à la mort, est primitivement unie (sans vide), mais qu’elle peut être altérée ; l’autre qu’elle est immuable et inaltérable, divisée primitivement en petits fragments et séparée par du vide12.

11Cette distinction reste encore valable à nos jours. Si l’on en croit René Thom, le problème fondamental des tenants des modèles réductionnistes est de construire du continu à partir du discret ; alors que le problème des « structuralistes » serait de fabriquer du discret à partir du continu. Thom est proche de Bergson à cet égard (et d’un certain type d’idéalisme) : on a beau leur dire, par exemple, que nos capteurs sensoriels fonctionnent de façon discontinue (un peu à la manière des photogrammes qui composent la pellicule d’un film), ils font le constat que ce que nous voyons, c’est du continu. Que ce soit grâce à la persistance rétinienne ou à tout autre chose ne change rien à l’affaire : les données « continues » de la conscience méritent autant d’attention que le savoir « discontinuiste » d’un neurologue.

  • 13 René Thom, Prédire n’est pas expliquer, op. cit., p. 45.

12Ce parti pris « continuiste » est ce qui sous-tend la théorie des catastrophes. Dans la nomenclature de Thom, le mot « catastrophe » n’a évidemment pas le même sens qu’il a dans la langue de tous les jours. A la limite, il ne veut rien dire de plus que « discontinuité phénoménologique », le bord d’une table, par exemple, ou la surface de notre peau. Mais ce sont précisément ces discontinuités « catastrophiques », quoique familières, qu’il faut expliquer lorsqu’on est continuiste : « Ce que donne la théorie des catastrophes, c’est la morphologie des surfaces, où l’on saute catastrophiquement d’un régime à l’autre », et d’un attracteur à l’autre13. Non pas qu’il s’agisse de boucher les trous, de combler les lacunes, ou de réduire les ruptures. Seulement, s’il est vrai qu’il y a du continu sous le discontinu, ces ruptures peuvent et doivent être décrites. Un saut s’avère justiciable d’une formalisation dans la mesure où la discontinuité apparente se laisse ramener à la manifestation d’une évolution lente sous-jacente. Ce n’est pas un hasard si la théorie des catastrophes s’attache aux situations limites de certains phénomènes irréversibles, tels le déferlement des vagues et la transition liquide-gaz. Thom nous incite à penser le saut comme un passage, et à concevoir le passage comme le déroulement continu de ce qu’il appelle un « front d’onde ».

13De ce point de vue, la physique lucrétienne s’avère moins discontinuiste qu’elle n’en a l’air. Les semina qui traversent le vide infini ont beau être des particules ou des corpuscules, ils se comportent comme des ondes, se déplaçant en foule, formant localement des turbulences, s’agrégeant en objets poreux, se désagrégeant en flux désordonnés ou en éjections spasmodiques. Pour illustrer cette idée, faisons comme les épicuriens eux-mêmes et trouvons une analogie dans le monde macroscopique :

  • 14 Jonathan Pollock, Déclinaisons. Le naturalisme poétique de Lucrèce à Lacan, Paris : Hermann, « Fic (...)

Soit une expérience familière à tout citadin européen : la vue des nuées d’étourneaux qui s’amassent dans le ciel à la tombée du jour. Qui n’a pas regardé ces masses compactes tournoyer et palpiter au-dessus de sa tête en automne ? Pour peu qu’elles se composent d’individus d’une seule et même espèce, juxtaposés les uns aux autres, de telles masses représentent bel et bien des multiplicités [discontinues]. Mais dès qu’on se met à les suivre du regard, à « s’installer dans le changement » (Bergson) et à saisir le mouvement de leur vol, elles apparaissent comme des multiplicités [continues] dont les éléments ne sont plus des unités isolables (les oiseaux individuels) mais des vecteurs de direction, de rythme et de transformation. Dans le ciel hivernal, la volée dessine une zone en mutation continue, s’épaississant et se raréfiant, se contractant et s’étalant, tourbillonnant et plongeant, passant d’une forme à une autre comme des fleurs en papier japonaises au fond de l’eau. Or, ces changements de configuration sont déterminés uniquement par le comportement des oiseaux qui se trouvent à la marge : s’ils ne perçoivent plus de congénères à leur droite, ils virent à gauche, et vice versa. En termes mathématiques, ces oiseaux représentent des points de catastrophe (par opposition à des points de régularité) au sein d’un ensemble donné, et c’est précisément leur irrégularité marginale qui effectue les variations morphologiques14.

  • 15 René Thom, Paraboles et catastrophes, op. cit., p. 6.

14Ici, il faudra introduire quelques notions de topologie. Pour autant que comprendre, pour un topologue, c’est géométriser, son premier objectif serait de caractériser un phénomène en tant que forme définie dans un espace donné (l’espace substrat). Considérons comme substrat un ouvert d’un espace euclidien d’une dimension finie. « Si u est un point de ce substrat U, on dit qu’il est régulier si, en tout point u’voisin de u, ce « qu’il y a » en u’présente la même « apparence qualitative » qu’en u … En d’autres termes, u est régulier si une petite sphère dont u est le centre […] ne renferme aucun accident intéressant du point de vue phénoménologique »15. C’est le cas de l’écoulement laminaire des atomes qui constitue la première phase du modèle lucrétien : l’ensemble des points réguliers forment un ouvert en U.

15Quelle est donc la transposition topologique d’une irrégularité, telle que celle engendrée par le clinamen ou, plus simplement, par une extrémité, un bord ? L’ensemble des points de catastrophe v de la morphologie étudiée constitue un ensemble fermé K, de sorte que dans chaque petite sphère dont v est le centre, « il arrive quelque chose ». Autrement dit, en chaque point de l’ensemble catastrophique, les choses changent. L’exemple le plus frappant est celui de la turbulence, laquelle semble « imposer un ensemble de catastrophe dense en tout point » (8). Le but ultime de la théorie des catastrophes est justement de « paramétriser toutes les actualisations possibles des virtualités contenues dans une situation instable » (70), telle que le chaos cosmique qui préside à l’émergence des mondes chez Lucrèce.

  • 16 Il y a Prigogine, Isabelle Stengers, La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science (1979), Pari (...)

16Un point peut être dit « catastrophique » dans deux cas. Ou bien, on atteint le minimum absolu de potentiel en deux points distincts de l’espace de contrôle, situation qui engendre un point de conflit ; ou bien, « le minimum absolu de potentiel, obtenu en un point unique […] cesse d’être stable (point de bifurcation) » (73). Ce deuxième cas désigne « les points d’instabilité » dont parle Prigogine : ces points critiques autour desquels « une perturbation infinitésimale suffit à déterminer le régime de fonctionnement macroscopique du système »16. C’est là où s’insinue un certain degré d’indéterminisme, suffisamment pour rendre opérantes les idées de choix et de décision. Prigogine cite Lucrèce à cet égard : « si l’esprit n’est pas / régi en tous ses actes par la nécessité interne, / s’il n’est pas, tel un vaincu, réduit à la passivité, / c’est l’effet de la légère déviation des atomes (exiguum clinamen principiorum) / en un lieu, en un temps que rien ne détermine » (2.289-293).

17Quant au « point de conflit », il se définit par rapport à la notion topologique d’attracteur. Étudier un système quelconque, en partant d’une situation initiale donnée, c’est d’abord et surtout chercher les états asymptotiques de sa trajectoire. Si ces états présentent des propriétés de stabilité structurelle, nous aurons affaire à une évolution vers une limite, ou un « attracteur ». Il n’y a guère de trajectoire qui ne va pas vers un attracteur. Or, lorsque Thom définit le point de catastrophe comme un point de conflit, il veut dire que toute morphologie, quelle qu’elle soit, est le résultat d’un conflit entre deux ou plusieurs attracteurs. Ce principe ne souffre pas d’exception. Si la théorie des catastrophes peut se présenter comme une théorie mathématique de l’analogie, c’est parce que le même accident morphologique se laisse observer dans les substrats les plus différents. Dans Paraboles & Catastrophes, Thom donne comme exemple la structure ternaire qui caractérise à la fois le triple point entre les plaques de l’écorce terrestre, la différentiation de l’embryon en trois feuillets fondamentaux (l’endoderme, le mésoderme et l’ectoderme) et la phrase transitive : sujet, verbe, objet. C’est en partant des accidents de nature « ubiquiste » que Thom prétend remonter au type analogique des mécanismes qui les engendrent.

Physiopoétique : des atomes et des lettres

18Cette façon de mettre en évidence les processus dynamiques qui engendrent non seulement les morphologies physiques, mais également biochimiques et grammaticales, ne peut qu’interpeller un lecteur de Lucrèce. Pour donner une idée du fonctionnement collectif des atomes, ce dernier recourt à six reprises à une analogie linguistique. Une première allusion établit le parallèle : « Conçois donc plutôt un grand nombre de corps / communs à maintes choses, comme les lettres aux mots » (1.196-7). Une deuxième référence montre comment la permutation des éléments est source de différences : « […] dans mes vers, tu vois disséminées / de nombreuses lettres communes à bien des mots, / pourtant les vers, les mots, il te faut l’admettre, / diffèrent par leur sens et leur sonorité » (1.823-6). Une troisième référence fournit un exemple concret : il suffit d’une légère modification dans la disposition des atomes au sein d’un composé pour créer « corps ignés ou ligneux (ignes et lignum). C’est comme avec les mots. / Quand nous déplaçons quelque peu les lettres, / nous distinguons expressément ligneux et igné » (1.912-14). Une quatrième allusion renverse l’ordre de la démonstration ; il s’agit maintenant d’accentuer la variété des éléments : de même que « de semences mêlées se composent les choses, […] les vers et les mots / se distinguent grâce à des éléments différents » (2.687-691). Mais l’exposition la plus étendue et, pour cette raison, définitive de l’analogie se trouve à la fin du deuxième livre :

Dans nos vers eux-mêmes, ont pareille importance
l’ordre des caractères et leurs combinaisons.
Ceux qui désignent ciel, mer, terre, fleuves, soleil
désignent aussi les arbres, les moissons, les animaux.
Ils sont, sinon tous, du moins en majeure partie,
identiques, mais forment divers sens selon leur place.
Ainsi donc en est-il des corps de la matière :
que leurs intervalles, trajets, liaisons, poids, chocs,
rencontres, mouvements, ordre, position et formes
soient changés et les choses doivent changer aussi (2.1013-22).

19On le voit, Lucrèce fait preuve de tant d’insistance qu’on se demande si la combinatoire atomique ne serait pas dérivée de la combinatoire alphabétique, ce qui voudrait dire que la théorie physique a été calquée sur des procédés d’analyse et de permutation linguistiques. Si tel est en effet le cas, on comprend mieux pourquoi Épicure n’a pas voulu élaborer une logique. La logique étant inscrite à même la « physiologie », le monde lui-même et tout ce qu’il contient apparaissent comme un ensemble de textes en mutation continue.

  • 17 René Thom, Paraboles et catastrophes, op. cit., p. 138.

20Mais en quoi les travaux de Thom peuvent-ils servir à corroborer l’intuition physico-grammaticale des atomistes ? Loin de réduire les formes à leurs composants élémentaires, le mathématicien français explore leurs rapports et leurs mutations. Pour lui, un verbe, c’est d’abord une morphologie grammaticale qui décrit une relation. Et il constate, en se référant aux travaux de Louis Tesnière, que ces relations sont très limitées quant au nombre de places qu’elles régissent. En accordant à chaque verbe une valence, il y aurait des verbes à valence zéro (« pleuvoir »), des verbes univalents sans complément d’objet (« courir »), des verbes bivalents sans complément d’objet direct (« parler ») ou indirect (« manger »), des verbes trivalents (« donner »), etc. Or, d’après Thom, ces relations « sont associées à des morphologies spatio-temporelles bien définies, qui peuvent se justifier en termes de catastrophes élémentaires »17. Qu’est-ce à dire ?

21Lorsqu’on veut analyser la signification, on est forcément déjà dans la signification, parce qu’on la sait signifiante. Afin de briser cette circularité sémiotique, il faut donc faire abstraction du sens, l’objectiver comme s’il s’agissait d’un objet inerte. Or, il y a toujours, dans le contenu d’une expression, un élément de localisation spatiale qui permet de géométriser les processus porteurs de signification.

22La théorie des catastrophes sert à décrire le conflit entre attracteurs, c’est-à-dire la capture d’un puits de potentiel par un autre. Pour peu que les champs sémantiques forment des bassins d’attraction associés à des noms, il devrait être possible de donner une description géométrico-algébrique des processus linguistiques. À titre d’example, Thom se penche sur l’analogie aristotélicienne sous forme de proportion, « la vieillesse est à la vie ce que le soir est au jour ». On a ici une relation exprimée grammaticalement à l’aide d’un génitif qui contient implicitement le verbe « finir », verbe à l’évidence associé aux catastrophes élémentaires : la vieillesse est la fin de la vie ; le soir est la fin du jour. Comment peut-on en donner une géométrisation ? Thom propose de représenter le syntagme génitif « la fin de x » par l’extrémité (ou bord) d’un segment reporté sur l’axe du temps. On a alors un être géométrico-algébrique, ou logos, placé sur deux substrats différents, d’une part la vie, de l’autre le jour, sous forme de temps. Il y a analogie si la disposition respective du logos sur ces deux substrats s’avère géométriquement isomorphe.

  • 18 René Thom, Prédire n’est pas expliquer, op. cit., p. 60.

23Pour autant que toute morphologie soit le résultat d’un conflit, un logos se définit comme essentiellement « une situation dynamique de conflit entre actants qui doivent se répartir un espace substrat » (140). Le but de la théorie des catastrophes serait donc de classer ces logoi, et tous les types de situations analogues. Thom n’est jamais aussi lucrétien que lorsqu’il propose une « théorie générale de la déclinaison ». Il identifie sept cas fondamentaux – le nominatif, l’accusatif, le génitif, le datif, l’ablatif, l’instrumental et le locatif –, et les associe à des trajectoires dans le déploiement des sept catastrophes élémentaires de l’espace-temps habituel, à savoir le pli, la fronce, la queue d’aronde, l’ombilic hyperbolique, l’ombilic elliptique, le papillon, et l’ombilic parabolique. Je n’ai pu qu’effleurer cette théorie, car je n’ai pas voulu m’embarrasser de considérations trop techniques. D’ailleurs, Thom nous avertit que les mathématiques, « ça s’apprend, ça ne se vulgarise pas. L’idée de la théorie des catastrophes, on ne peut pas l’expliquer à qui n’a pas un rudiment de mathématiques, au niveau de la classe des mathématiques supérieures […]. Sinon, on fait du blabla, on parle d’Héraclite, du conflit, etc. »18. Par conséquent, je n’ai fait que rester au niveau du blabla, tout comme, du point de vue mathématique, le poème de Lucrèce n’est que du blabla. Il n’empêche que le modèle épicurien a l’immense mérite de rendre sensible, non pas certes les résultats de la topologie moderne, mais les parti pris conceptuels qui la sous-tendent. A l’instar de Lucrèce, Thom prend au sérieux les analogies entre les processus dynamiques à l’œuvre dans le monde matériel et les structures syntactiques des langues. Il en propose une géométrisation et une classification qui peut sembler très loin de la science des épicuriens. Pourtant, rappelons-nous que le mot qu’il a choisi pour désigner sa théorie, « catastrophe », a pour racine le terme « strophê », l’action de tourner, qui est précisément l’action qui anime les tourbillons de matière atomique dans la physique de Lucrèce.

Notes

1 James Gleick, La Théorie du chaos, trad. C. Jeanmougin, Paris, Flammarion, 1991, p. 159.

2 Tout dépend de comment on interprète ces quelques lignes du 2e livre : « Quare in seminibus quoque idem fateare necessest,/ esse aliam praeter plagas et pondera causam/ motibus […] » ; « Il faut donc reconnaître que les atomes aussi,/ outre les chocs et le poids, possèdent en eux-mêmes/ une cause motrice […] » (Lucrèce, De rerum natura / De la nature, trad. J. Kany-Turpin, Paris : GF Flammarion, 1998, 2.284-286).

3 J. Gleick, La Théorie du chaos, op. cit., p. 161.

4 Ronsard, Les Amours, XXXVII, Paris, GF Flammarion, 1981, p. 73.

5 J. Gleick, La Théorie du chaos, op. cit., p. 160.

6 Michel Serres, La Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce, Paris : Minuit, 1977, p. 13.

7 Diogène Laërce, IX, 45, trad. P.-M. Morel, Atome et nécessité, Paris : PUF, 2000, p. 26.

8 Épicure, « Lettre à Pythoclès », Lettres, maximes, sentences, trad. J.-F. Balaudé, Paris : Le Livre de Poche, 1994, p. 178.

9 Cicéron, De finibus, trad. M. Serres, La Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce, op. cit., p. 13.

10 René Thom, Prédire n’est pas expliquer, Paris : Flammarion, « Champs sciences », 1993, p. 109.

11 René Thom, Paraboles et catastrophes, Paris : Flammarion, « Champs », 1983, p. 36.

12 Galien, Œuvres choisies, trad. C. Daremberg, Paris, 1856, t. 2, p. 226.

13 René Thom, Prédire n’est pas expliquer, op. cit., p. 45.

14 Jonathan Pollock, Déclinaisons. Le naturalisme poétique de Lucrèce à Lacan, Paris : Hermann, « Fictions pensantes », 2010, p. 23.

15 René Thom, Paraboles et catastrophes, op. cit., p. 6.

16 Il y a Prigogine, Isabelle Stengers, La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science (1979), Paris : Gallimard, « Folio essais », 1986, p. 229.

17 René Thom, Paraboles et catastrophes, op. cit., p. 138.

18 René Thom, Prédire n’est pas expliquer, op. cit., p. 60.

Auteur

Professeur de littérature anglo-américaine à l’Université de Perpignan et directeur du groupe de recherche interdisciplinaire en lettres et sciences humaines VECT-Mare Nostrum (EA 2983). Il est l’auteur de Qu’est-ce que l’humour ? (Klincksieck, 2001), Le Moine (de Lewis) d’Antonin Artaud (Gallimard, 2002), Le Rire du Mômo. Antonin Artaud et la littérature anglo-américaine (Kimé, 2002) et Déclinaisons. Le naturalisme poétique de Lucrèce à Lacan (Hermann, 2010).

© Presses universitaires de Perpignan, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search