Version classiqueVersion mobile

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Troisième partie : les choix stylistiques

Les choix stylistiques

Texte intégral

1L’histoire des halles au XIXe siècle coïncida avec la mise en question de l’exclusivité du classicisme et de la culture académique dans la première partie du siècle, et avec la recherche du « style du siècle ». Les connaissances archéologiques et historiques de plus en plus développées ne donnèrent pas de réponse à une telle quête. Bien au contraire ces découvertes mettaient en relief, pour une bonne partie des théoriciens, un décalage entre l’aspect technique et conceptuel de l’architecture, qui faisait des progrès incontestables, et son aspect artistique. Les architectes étaient en Espagne, comme partout, de plus en plus préparés à répondre à des besoins nouveaux très diversifiés et à utiliser des méthodes et des matériaux tout à fait innovateurs. En revanche, ils percevaient de façon contradictoire les résultats de leur recherche du style du siècle, qui correspondrait à cet essor de l’architecture.

  • 787 Cette situation fut perçue par un bon nombre d’architectes comme une période transitoire, comme un (...)

2Ce phénomène était ressenti par une partie des architectes du XIXe siècle comme une grave carence culturelle787 dans la mesure où la dimension artistique constituait traditionnellement leur spécificité professionnelle par rapport à d’autres corps de métiers de plus en plus puissants pendante siècle. D’autres architectes eurent une perception constructive et positive de cette situation. Cette perception fut de plus en plus affirmée pendant le dernier quart du XIXe siècle par des architectes comme Domenech i Montaner, Juan de la Rada et Juan Bautista Lázaro. Pour ces architectes, l’éclectisme n’était pas forcément un style bâtard privé de créativité, mais une doctrine esthétique qui permettait une liberté de conception inconnue jusque là. Les courants de cette fin de siècle, et plus particulièrement les différentes versions du Modernismo espagnol, qui se perpétua dans la production architecturale espagnole jusqu’à la veille du Mouvement Moderne, lurent les fruits de cette logique. Parallèlement, des réactions d’opposition à ce choix stylistique apparurent. La surabondance ornementale d’une part, et d’autre part le compromis du Modernismo avec l’éclectisme, au sens où on l’entendait dans la deuxième moitié du XIXe siècle, furent contestés et remplacés par de nouveaux historicismes, au sens strict du terme, ou bien par une tendance à la simplification et à l’épuration formelle, prélude au Mouvement Moderne.

3En ce qui concerne les halles, la problématique stylistique décrite présente une autre dimension liée à l’utilisation des matériaux métalliques de production industrielle. La fonte permettait la reproduction industrielle illimitée et économique de n’importe quelle forme ou élément architectural. Cette facilité entraîna, à la longue, un jugement péjoratif sur ce matériau d’un point de vue artistique. La logique de la construction métallique comportait, nous l’avons déjà vu, des possibilités formelles et des proportions différentes de celles de la logique de la construction en matériaux traditionnels. Dans chaque cas, un accord entre ces nouvelles possibilités, les répertoires formels et les schémas de composition consacrés par l’histoire devait être cherché par l’architecte.

4Les matériaux métalliques, introduits timidement dans la première moitié du siècle à des fins strictement utilitaires pour la construction, furent, à partir de la fin du XIXe siècle, consacrés presque uniquement à cette même fonction et présentés de façon de moins en moins apparente. Entre ces deux étapes se développa la période de plénitude des grandes halles métalliques du dernier tiers du XIXe siècle. Dans ces édifices, le fer et la fonte étaient les éléments principaux de la structure et du décor. Ils constituent le témoignage d’un essai, de portée plus générale, pour parvenir à une synthèse entre le progrès technique et la tradition historique.

5La halle n’avait pas de définition architecturale et formelle antérieure au XIXe siècle, en dehors de constructions très simples comme les couverts, les loges ou les appentis. Deux éléments étroitement rattachés à la nature de ce genre d’établissements méritent d’être spécialement signalés comme des fils conducteurs du processus de définition formelle de la halle. D’un côté, l’agencement des ouvertures et des couvertures constitua souvent l’enjeu formel et stylistique prioritaire dans ce type d’édifices de grande surface et soumis aux nécessités d’éclairage, d’aération et de facilité de circulation. D’un autre côté, les caractères les plus permanents de l’iconographie décorative de la halle, en dehors des références aux différentes traditions des styles historiques, étaient rattachés à l’identité de l’édifice. Son caractère municipal et sa fonction de distribution des denrées furent mis en relief, de façon plus ou moins modeste ou plus ou moins riche à toutes les époques, par des emblèmes de la ville, des allégories de l’abondance et même des représentations des produits de la terre et de la mer dont le commerce constituait la raison d’être de ces architectures.

Notes

787 Cette situation fut perçue par un bon nombre d’architectes comme une période transitoire, comme un mal nécessaire, pour atteindre une ère nouvelle de plénitude dans laquelle cette idée d’infériorité face à l’histoire des styles devait être surmontée. En 1866, Luis Céspedes faisait cette analyse de la situation de l’architecture dans son époque dès la revue Arquitectura Espanola. Cette analyse négative fut reprise ultérieurement, entre autres, par Martinez Ginesta et par J. de la Concha (MARTINEZ GINESTA, « Estudios artísticos… », dans Boletin de la Sociedad Central de Arquitectos, 1874, no 3, p. 3 ; CONCHA, J. de, « La arquitectura del porvenir », dans Revista de la Sociedad Central de Arquitectos, 1882, p. 76).

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search