Desktop versionMobile version

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Deuxième partie : la définition typologique

Chapitre 2. Analyse comparative des plans

Full text

1Un classement et une analyse comparative des solutions de la distribution doivent tenir compte de plusieurs critères en raison de la complexité spatiale, historique et fonctionnelle de la typologie de la halle (Voir chapitre 1). Nous avons établi un classement en fonction de la forme du plan, et nous l’avons complété par la distinction des différentes solutions données à l’organisation de la circulation, laquelle présente, dans le cas de la halle, une double nature, à savoir, circulation intérieure et circulation de raccordement à l’extérieur. L’une et l’autre pouvaient être traitées ensemble et organisées dans un circuit unique, ou bien séparément, selon deux schémas différents.

2À partir des projets ou des édifices répertoriés au cours de nos recherches, nous avons constaté l’existence de cinq modèles d’organisation de la circulation : longitudinal, transversal, orthogonal, oblique, et concentrique. Ces modèles simples se trouvent souvent combinés ou bien superposés, dans l’organisation des deux types de circulation énoncés.

3Par ailleurs, le classement établi ne s’appuie pas uniquement sur un critère formel, lequel pourrait s’avérer arbitraire du point de vue de la rigueur méthodologique. Nous avons essayé d’échapper à la simple analogie géométrique du plan, en essayant d’établir, dans la mesure du possible, les racines et les antécédents des différents types de distribution, ainsi que des parallèles contemporains dans d’autres typologies, et ceci aussi bien en Espagne qu’à l’étranger. La diversité des choix du plan doit être analysée dans la perspective de l’évolution de la culture architecturale du XIXe siècle.

  • 659 Mark Deming a décrit la fortune et le rejet du parti circulaire de Le Camus dans son ouvrage consa (...)

4La recherche du « caractère » de la halle, à l’époque des Lumières, serait à l’origine d’une conception définie par la singularité de certains choix dans la forme du plan, développée en parallèle avec les dispositions quadrangulaires ou longitudinales traditionnelles. L’adoption de formes entièrement ou partiellement courbes, qu’elle fût un exercice de pureté géométrique à la façon des « architectes révolutionnaires » ou bien une reprise symbolique de modèles classiques, devint un modèle de distribution de la halle fort répandu à la fin du XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe. Mais la rotondité de la halle, dont le paradigme était la Halle au Blé de Paris, réalisée par Le Camus de Mézières entre 1763 et 1769, fut un choix polémique dès la construction de cet édifice659. Dans la première moitié du XIXe siècle, une certaine orthodoxie académique et l’empreinte des courants rationalistes renforcèrent la critique des plans de halles partiellement ou entièrement circulaires.

  • 660 « Ainsi, face au caractère fondé sur des idées générales ou excessivement particulières, Quatremèr (...)

5Premièrement, Quatremère de Quincy, récupérait la notion traditionnelle de caractère compris comme la capacité d’expression résultant de la finalité de l’édifice, et ceci à travers un jumelage parfait entre la définition typologique, les moyens de construction et l’ornement. Cette définition du caractère, développée en Espagne par Juan Miguel de Inclán Valdés, exclut la référence à des principes abstraits ou à la singularité de l’expression architecturale. Se disant objective, car rattachée uniquement à la dimension fonctionnelle de l’objet architectural, cette notion de caractère fut utilisée pour l’établissement des définitions typologiques normatives éloignées de tout contenu symbolique660.

  • 661 « La planche de 1802 (de Durand) illustrant les « Ensembles d’édifices résultant des divisions du (...)
  • 662 Voir : LEMOINE, Les halles de Paris, Paris, 1980, p. 37 et 39.
  • 663 « Avocat d’un strict rationalisme en architecture, J.N.L. Durand fut celui qui contesta le plus ex (...)

6Deuxièmement, pour Durand, le caractère découlait automatiquement de la solution, convenable et économique, au seul problème qui devait préoccuper l’architecte, celui de la disposition. La régularité, la symétrie et la simplicité, composantes du principe d’économie, étaient recommandées par Durand afin de donner des solutions géométriques exemplaires aux impératifs des différents programmes architecturaux. D’une façon générale, la combinatoire du carré et du parallélogramme avec le cercle, héritée de l’architecture des Lumières, était l’une des bases du système de distribution des édifices de Durand661. À titre d’exemple de projets de halle de l’âge des Lumières dans lesquels étaient combinés le carré et le cercle, citons ceux de Laclotte de 1784, et de Ledoux, pour la ville de Chaux662. Pourtant, dans le cas de la halle, Durand, était opposé à l’utilisation du plan partiellement ou entièrement incurvé pour des raisons économiques et de non adaptation de la forme à la fonction663.

  • 664 Catalogue Hector Horeaufl801-1872), Paris, 1979, p. 29.
  • 665 ibidem.
  • 666 ibidem, p. 152.
  • 667 LA ROCCA, E. ; DE VOS, A. et M. ; COARELLI, F.Guida archeologica di Pompei, 1981, p. 125.

7Suivant ces principes, la rotondité totale ou partielle du plan de la halle, étant un modèle fort répandu, fut critiquée et progressivement remplacée, à partir de la première moitié du XIXe siècle, par des formes polygonales. Horeau, dans le commentaire de son projet de halle au blé pour la ville de Metz 1840, dont le corps central présentait un plan octogonal, signalait qu’« on a employé les murs droits, préférables aux dispendieux murs courbes »664. Horeau entendait faire ainsi un « procès implicite » à « l’invention annulaire de Le Camus de Mézières »665. Victor Baltard prit le même parti pour quatre des pavillons de son projet des Halles Centrales de Paris (1844)666. Cette solution significative d’un nouvel état d’esprit vis-à-vis du problème de la distribution des édifices destinés au commerce ne manquait pas de précédents dans l’Antiquité. Le pavillon central de la cour du macellum de Pompéi, utilisé pour la vente du poisson, en constitue un exemple667.

  • 668 DURAND, Précis de leçons d’architecture, Paris, 1809, vol. 2, pl. 13.
  • 669 Voir : DEMING, o.c. p. 205.

8Un processus d’élimination des plans comportant des formes singulières fut ainsi ouvert. Dans ce processus, le principe de la régularité fut progressivement identifié à l’adaptation à des schémas quadrangulaires. La grille quadrillée caractéristique du système de conception du plan de Durand sert à définir son projet de halle aux grains et grenier668 distribué à partir d’un schéma carré centré. Par ailleurs, les modèles exemplaires qu’il présentait dans son Recueil, les halles de Corbeil (Ch.F. Viel, 1784) et d’Amiens (1788), étaient organisés suivant un plan longitudinal669.

  • 670 « Le cours de Durand […] soumis aux impératifs de l’administration, devient doctrinaire […] L’argu (...)

9L’article de César Daly sur les halles centrales de Paris, publié en 1854, constitue une synthèse de l’évolution que nous venons de décrire. Si les formes centrées simples-carré et cercle-étaient considérées comme les plus rationnelles en elles-mêmes, en raison de leur relation avantageuse entre le périmètre et la superficie entourée, les formes allongées, en revanche, pouvaient être plus facilement adaptées dans de vastes emplacements traversés par des voies urbaines. À la différence de Durand, le choix entre ces formes ne se présentait pas pour Daly comme un jeu abstrait de composition670 mais comme une réflexion rationnelle étroitement liée aux contraintes urbaines du site :

  • 671 DALY, C. « Les halles centrales de Paris », dans la Revue Générale de l’Architecture…, 1854, vol.  (...)

« Parmi les figures de quatre côtés, le carré est, on le sait, celle qui enveloppe le plus d’espace sous le moindre contour ; le cercle jouit de la même propriété parmi les figures curvilignes. Or, si l’on réduit au carré les 43,660 mètres de superficie couverte nécessaire pour les halles centrales, on trouve 210 mètres pour côté de l’enceinte ; la réduction au cercle conduit à un diamètre de 236 mètres. Avec de telles dimensions, on ne pourrait sans doute imposer au monument l’obligation de n’être coupé par des voies secondaires, dans le centre de Paris surtout, où il n’y a pas deux rues voisines dont l’intervalle dépasse 80 mètres. Mais il n’en est pas de même pour les voies de premier ordre. Seulement, plus on s’écartera des deux types sur lesquels nous avons spéculé, plus on trouvera de difficulté à satisfaire à la condition indiquée. Il faut ajouter aussi, que plus on s’approchera de ces types, et plus l’inconvénient de les couper par une voie de circulation générale deviendra grave, et que plus on s’en écartera, au contraire, en allongeant la forme de l’édifice, et moins cet inconvénient aura des conséquences fâcheuses »671.

10De même, l’ensemble des projets conçus pour les Halles Centrales et reproduits par Daly dans son article, témoigne de cette évolution. Les plans des projets les plus conservateurs, comme ceux de Duval et de Roze, héritaient du principe de la combinatoire des formes géométriques simples. En revanche, le plan strictement rectangulaire fut adopté dans les projets les plus novateurs, ceux de Horeau, Flachat, Nicolle, Armand ou Schmitz.

  • 672 Ce projet comportait un espace quadrangulaire central avec cour intérieure et angles en pan coupé, (...)

11La même démarche fut suivie par Horeau et par Baltard dans l’évolution de leurs différents projets pour les Halles Centrales. L’organisation du plan par juxtaposition d’unités singulières (projet de Horeau de 1845), ainsi que l’association de formes géométriques diverses approuvées par la tradition et par l’usage (projet de Baltard de 1844)672, furent abandonnées par ces architectes au profit d’un plan d’ensemble rectangulaire. En réalité, le choix de la forme du plan devint un problème secondaire face à ceux de l’organisation intérieure et du raccordement avec le tissu urbain environnant.

  • 673 Voir : COUSTET, R. « Charles Burguet (1821-1879) et l’architecture métallique à Bordeaux », dans R (...)

12À Bordeaux, les projets et réalisations de halles métalliques de l’architecte Charles Burguet (1821-1879) illustrent aussi cette évolution. Pour les marchés à petite échelle, et contraint par l’emplacement urbain, Burguet adopta une disposition circulaire (projet du Marché des GrandsHommes (1854) et réalisation (1864) ; Marché de Lerme (1867), ou octogonale (agrandissement du Marché des Chartrons, 1869). En revanche, le Grand-Marché, projeté en 1861 et construit en 1864, et donc contemporain de celui des Grands-Hommes, comportait comme les Halles Centrales de Baltard, la juxtaposition de pavillons longitudinaux et des passages couverts intermédiaires dans un périmètre rectangulaire673.

  • 674 « …estas diferentes formas que pueden tener fuera de la rectángula, si desde luego dan mayor comod (...)

13En Espagne, en 1847, Juan Miguel de Inclán Valdés, était partisan de la création de nouveaux espaces urbains à partir d’une régularité orthogonale. Reconnaissant la supériorité esthétique et fonctionnelle des formes centrées polygonales ou circulaires, Inclán Valdés prenait le parti du plan rectangulaire pour des raisons urbanistiques : « Bien que ces différentes formes que l’on peut adopter en dehors de la forme rectangulaire, soient d’une plus grande commodité et convenance visuelle, elles présentent d’autres inconvénients en raison des angles et des irrégularités créés par le raccordement aux édifices environnants »674.

  • 675 « …cualquiera de las regulares, ó tal vez irregulares que proporcionen las avenidas y cruceros de (...)

14En revanche, le même auteur se montrait moins exigeant vis-à-vis des marchés qu’il ne distinguait pas des places publiques de deuxième ordre. La forme de ces espaces pouvait être « n’importe laquelle parmi les régulières, ou même les irrégulières définies par les avenues et par les croisements des rues...[pour ces places], qui représentent surtout une commodité, un dégagement, une rigoureuse uniformité n’est pas obligatoire ; la variété leur convient même parfaitement »675. Ce parti, valable quand le marché et la place se confondaient, posait problème lorsque la définition d’un cadre architectural spécifique au marché était envisagée. Inclân Valdés, avec ses deux solutions proposées pour les différents espaces urbains publics, témoignait de l’évolution d’un concept de régularité inhérente à l’œuvre architecturale-dont les plans centrés constituent l’exemple-vers un autre, lié au tracé urbain environnant.

  • 676 VILLANUEVA, Luis, « Mémoire du projet de marché pour la place de la Libertad », Burgos, le 31-XII- (...)
  • 677 « La construction d’un édifice public nouveau suivant un plan irrégulier est opposée à ce que les l (...)

15Cette évolution est illustrée par deux projets pour une place irrégulière, celle de la Libertad, à Burgos. Comme nous le verrons plus loin, Luis Villanueva adoptait en 1859 un plan polygonal régulier676, pour la ressemblance de cette forme avec le cercle. En accord avec le raisonnement de Horeau, Villanueva considérait cette forme comme la plus appropriée et la plus économique. En revanche, cinq années plus tard, Severiano Cecilia imposait, pour le même emplacement, un plan quadrangulaire qui l’obligeait à choisir entre la régularité de son édifice ou la régularité des rues environnantes. La première solution fut retenue677, confirmant l’implantation majoritaire d’une conception orthogonale de la régularité des halles, en dépit des plans centrés, singuliers, ou irréguliers.

16Les trois halles métalliques construites à Valladolid d’après le projet de l’architecte municipal Ruiz Sierra (1878), constituent un résumé de cette évolution de la forme du plan. À partir d’un même modèle de distribution, celui du plan allongé avec transept, Ruiz Sierra proposa trois formes différentes de plan, à savoir : la juxtaposition d’un rectangle et de deux hémicycles dans le marché de Portugalete ; la combinaison d’un rectangle et de deux formes polygonales pour le marché de El Val ; et un plan parfaitement rectangulaire pour le marché de El Campillo de San Andrés. Cette diversité illustre l’évolution d’une conception de la distribution fondée sur la variété de la combinatoire des formes géométriques pures, vers une autre, fondée sur la stricte rationalité orthogonale. Cette dernière conception connut un grand succès à partir des années 1870 et demeura ultérieurement l’un des modèles de distribution de la halle les plus répandus.

  • 678 GUADET, J. Traité d’Architecture, 1894.

17Cependant, au tournant du siècle, ce rigorisme géométrique du plan fut mis en question. Á ce moment-là, le rôle monumental de la halle fut renforcé et une nouvelle volonté de variété dans la distribution fut recherchée. Même si le commentaire de Julien Guadet dans son Traité d’Architecture au sujet des halles concerne surtout les aspects liés à la construction, il est significatif de constater la critique établie par cet auteur vis-à-vis de la monotonie du modèle baltardien que l’on retrouve imité partout et la mise en valeur de la Halle au Blé, qu’il considère comme un édifice bien conçu et bien construit678.

  • 679 Hubert Damisch, dans la préface à l’édition française de 1981de l’œuvre de Kaufmann De Ledoux à Le (...)
  • 680 DALY, César, Révue Générale de l’Architecture, XVIII, 1860, col. 3-4, cité dans SABOYA, Marc, Pres (...)
  • 681 « El propio siglo XIX llego a ver en esta lógica una característica distintiva por la que se podía (...)

18Le XXe siècle a hérité d’un certain nombre de formes de distribution de la halle, confirmées à différents moments du XIXe siècle par leur fonctionnalité, et qui se sont perpétuées à travers les différents stades de la culture architecturale. L’analyse d’Emil Kauffmann d’après laquelle le XIXe siècle serait une période d’impasse entre deux âges de l’architecture de la raison, à savoir, l’architecture des Lumières et le Mouvement Moderne679, est de plus en plus désavouée par l’historiographie plus récente. Celle-ci a établi l’importance capitale du XIXe siècle dans la réflexion et dans la solution des nouveaux enjeux fonctionnels, typologiques, et techniques d’une grande diversité de programmes édilitaires inédits, et ceci en dépit du débat stylistique. Dans son ouvrage Presse et architecture au XIXe siècle, Marc Saboya a mis en relief la pensée de César Daly d’après laquelle « De cet immense travail pratique auquel nous nous livrons depuis quelques années, [l’édition de la R.G.A.], et où les préoccupations artistiques ne se présentent qu’au second plan, résultera donc cette connaissance des ressources modernes indispensables à l’évolution architecturale qui aboutira à un art nouveau »680. Pour Julio Arrechea, « le XIXe siècle fit de cette logique [la conception architecturale, dans ses aspects fonctionnels et même formels, comme le développement du plan] une caractéristique qui entre dans la définition du « nouveau style », cherché tout au long du siècle... D’où l’énorme importance accordée, à cette période, aux études typologiques spécialisées. La plupart du temps, ces études proposaient des répertoires et des analyses planimétriques comme moyen d’accéder facilement à l’évolution rapide des fonctions utilitaires de l’architecture et de maîtriser les différentes typologies »681. L’étude systématique de la halle confirme ces dernières analyses.

1. Symbolique, combinatoire et variété : hémicycles, plans centres et combinaisons de formes incurvées et de formes quadrangulaires

19Dans ce groupe sont rassemblées les halles dont le plan est défini par l’utilisation de formes centrées curvilignes ou polygonales, de formes semi-circulaires, ou bien par le principe de la combinatoire entre formes incurvées et formes quadrangulaires. Ces différentes formes de distribution héritent, nous l’avons déjà signalé, de la culture architecturale des Lumières, le souci de singularité de l’architecture publique, la reprise symbolique de plans emblématiques de l’Antiquité classique, et la rationalité des formes géométriques simples. En conséquence, les différentes formes de plan rassemblées dans ce groupe répondaient à des modèles historiques communs et à une même logique projectuelle ; elles devinrent des modèles normatifs dans le cadre de la culture architecturale académique du XIXe siècle. Le choix entre ces formes était souvent lié aux conditions précises de chaque emplacement.

  • 682 « He considered semi- and quater spheres the most suitable shapes, also buildings with a semi-elli (...)
  • 683 ibidem, pp. 19, 20, 21, 30, 60, 70, 83, 100.

20Par ailleurs, ces modèles de plan furent proposés et adoptés dans la définition de plusieurs typologies architecturales entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe. Plus loin nous ferons référence au système panoptique de Bentham pour les édifices carcéraux, à l’arène, au cirque moderne etc. Les premiers constructeurs anglais des serres,-typologie pionnière dans le développement de l’architecture métallique-comme Mackenzie, Loudon, ou Paxton recommandaient, dès le début du XIXe siècle la forme sphérique pour ce genre de construction ; et ceci pour une raison technique : l’amélioration de la réception des rayons solaires pour créer un climat intérieur artificiel. Ce parti comportait, logiquement, le développement volumétrique de plans partiellement ou entièrement incurvés. En 1817, Mackenzie « considérait comme les modèles les plus souhaitables le quart et la moitié de sphère, et aussi les édifices dont le plan et la coupe étaient semielliptiques »682. Quelques exemples projetés ou réalisés illustrent l’adoption de ces principes tout au long du siècle : le Pointed Glass Dôme et le projet de Botanical Garden de Birmingham (1831) de John Claudius Loudon, ainsi que la rotonde du Kibble Palace du Botanic Garden de Glasgow (1865-1873), de John Kibble, tous les trois à plan circulaire ; le projet de Halfdome de W. et D. Bailey suivant une disposition en hémicycle ; le Jardin Botanique National de Belgique (1854) d’Auguste Balat et le Palm House du Sefton Park de Liverpool (1896) disposés tous les deux en plan octogonal centré ; la Greenhouse in the nursery of Conrad Loddiges, à Hackney (Angleterre) de W. et D. Bailey, le Jardin d’Hiver de Paris (1847) réalisé par H. Meynadier et M. Rigolet, la Palm House de Kew (Angleterre) (1844-1848) de Decimus Burton et Richard Turner, et le plan d’ensemble du Kibble Palace de Glasgow déjà cité, tous les quatre distribués par des combinaisons de plans quadrangulaires, circulaires et semi-circulaires683.

21En Espagne, nous constatons une large diffusion de ces modèles de plan dans les projets et les réalisations des responsables municipaux d’architecture concernant la construction de halles, à partir de la fin des années 1830 et jusqu’aux années 1870-1880, période à laquelle les schémas orthogonaux et quadrangulaires auront tendance à s’imposer.

I.1. Plans centrés incurvés ou polygonaux

  • 684 DEMING, M.K. o.c. p. 18
  • 685 ibidem, p. 199-216.
  • 686 « Può darsi che un vago ricordo parigino delta Halle aux blés abbia influito sull’idea degli archi (...)

22Les plans de forme circulaire ou elliptique ont un référent précis dans la grande architecture française des Lumières, à savoir, la Halle au Blé de Paris, conçue par Le Camus de Mezières dans un double but : d’un côté utilitaire et d’un autre côté symbolique, car « la Halle au Blé restituait l’image du Colisée » avec une « volonté explicite de prolonger l’œuvre de l’antiquité au travers de programmes édilitaires inédits »684. Mark Deming a signalé le rayonnement du modèle de Le Camus pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle et au-delà, aussi bien en France qu’en Angleterre685. Cette influence se fit sentir également en Italie, par exemple dans le projet de Stefano et Luigi Gasse pour le marché Santa Maria a Cappella, à Naples, (1807) comportant un édifice de plan circulaire avec cour intérieure découverte. D’après Sergio Villari « il se peut qu’un vague souvenir parisien de la Halle au Blé, ait influencé la pensée des architectes » S. et L. Gasse, d’autant plus que ceux-ci avaient étudié à Paris, puis séjourné à Rome en qualité de pensionnaires de l’Académie de France, avant de s’installer à Naples686.

  • 687 RODRIGUEZ, J.I. « Cercano Oriente » dans Gula de las Plazas de España e Hispanoámérica, Revista de (...)
  • 688 A.V.M. : (S) 1-237-10 ; le plan du projet fut publié dans RUIZ PALOMEQUE, Ordenación y transformac (...)

23En Espagne, en 1837, l’architecte municipal de Valence Salvador Escrig, conçut et construisit un « nouvel espace, singulier et symbolique » destiné à ordonner de façon régulière une partie du parcellaire de la vielle ville, à l’aide d’un ensemble architectural uniforme imposé à un tissu urbain irrégulier. La Plaza Redonda (place ronde), connue aussi populairement sous le nom de El Clot (le trou, en catalan), est un espace circulaire découvert de 37 mètres de diamètre, autour duquel sont aménagés une trentaine de locaux destinés au commerce (rez-de-chaussée), et à l’habitation (deux étages)687. L’architecte F. Pilar Diaz conçut, en 1837, un projet de marché pour la place de Mostenses à Madrid avec un espace central elliptique688.

  • 689 D’après Julio Arrechea les théories de Bentham furent diffusées en Espagne par Marcial Antonio Lôp (...)
  • 690 « El principio panóptico puede adaptarse con suceso para todos los establecimientos en que deben r (...)

24Le plan incurvé fut régulièrement utilisé dans des pavillons couverts destinés à la halle aux poissons. L’édicule central du Mink ou halle aux poissons de Lille, démolie en 1865, en constitue un exemple. En Catalogne, ce type de distribution connut un grand succès dans les années 1840-1850, notamment avec José Mas y Vila. Outre les références historiques du plan curviligne déjà citées, il faut souligner le fait que ces halles aux poissons catalanes, souvent appelées « panoptiques », furent presque contemporaines de l’introduction en Espagne des principes de Bentham sur l’incarcération et sur la conception des établissements pénitentiaires689. Pour notre étude, l’intérêt du système panoptique, tel que Vilanova y Jordan le présenta en 1834, se trouve dans le fait qu’il n’était pas spécifique aux prisons, bien au contraire « le principe panoptique est susceptible d’être adapté avec succès dans tous les établissements devant réunir F inspection et l’économie : ce principe n’est pas strictement lié à l’idée de rigueur ; les fers des prisonniers peuvent être supprimés, les communication rendues possibles ; on peut éviter que l’inspection soit incommode et gênante »690 Les mêmes impératifs de contrôle et d’économie qui, d’après Vilanova y Jordan, rendaient valable l’application de ce système à un hôpital ou à une usine sont présents dans un établissement marchand.

  • 691 Voir : GARCIA DOMENECH, M.R. « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX » dans Actes (...)
  • 692 Voir : fiche de l’Inventaire du Patrimoine Architectural de la Generalitat de Catalogne.

25À Barcelone, le plan circulaire ou elliptique fut proposé dans les deux premiers projets pour la halle aux poissons de El Born (1844 et 1846), dans la halle aux poissons à établir au milieu de la cour du deuxième projet pour le marché La Boqueria, et dans la halle aux poissons finalement bâtie dans un emplacement latéral de ce dernier marché (1848)691. Ces projets et réalisations sont dus, ou peuvent être attribués, au maître d’œuvre de la municipalité, José Mas Vila. La halle aux poissons de Vilanova i la Geltrú (Barcelone) construite par l’architecte Josep Salvany en 1858 suivant une disposition elliptique constitue un exemple provincial de ce type de plan692.

  • 693 BOUDON, o.c. p. 155.
  • 694 DALY, « Les Halles Centrales » dans Révue Générale de l’Architecture, 1854, vol. XII, planche 3.
  • 695 LEMOINE, o.c. p. 22.
  • 696 Le projet de Verdú comportait un ensemble architectural polyvalent (commerce, stockage et habitati (...)

26Le plan circulaire avec cour centrale découverte fut encore utilisé en 1877, par l’architecte Enrique Verdú dans son projet non réalisé de marché public pour le quartier Salamanca de Madrid. Au moment où le modèle de distribution quadrangulaire-orthogonal de Baltard était en train de s’imposer dans la construction des halles métalliques espagnoles, le plan proposé par Verdú, nous renvoie, certes, au modèle annulaire de Le Camus, mais aussi aux projets de Duval de 1850693 et 1854694 pour les halles centrales parisiennes, non seulement par la forme du plan mais aussi par le répertoire formel utilisé dans la composition architecturale. La conception de la régularité, exprimée par l’architecte et consistant à inscrire un plan incurvé régulier dans un espace quadrangulaire irrégulier a ses racines dans la tradition architecturale des Lumières. Aux alentours de 1780, Loret proposait la même solution dans son projet pour le marché des Innocents, à Paris695. A notre avis, le projet de Verdú témoigne de la survivance de la tradition académique plus que des débats concernant les modèles communaux d’habitation-distribution, comme Salvador Pérez Arroyo l’a proposé696.

Halle au poisson du marché La Boqueria, Barcelone, 1848

  • 697 INCLAN VALDES, o.c. p. 69.
  • 698 Voir : DUPAVILLON, Christian, Architectures du Cirque. Des origines à nos jours. Paris, 1982.

27L’évolution, déjà signalée, des plans curvilignes vers les plans polygonaux réguliers pour des raisons d’économie et de rationalité, se manifesta aussi en Espagne, donnant lieu à une deuxième famille de modèles centrés de distribution. À l’origine de cette évolution se trouve la place publique comme lieu urbain polyvalent. Ces différents types de plans centrés seront adoptés au moment où certaines des activités traditionnellement réalisées sur la place publique auront une définition architecturale spécifique. C’est le cas du cirque moderne ou des arènes (plazas de toros). En 1847, Inclán Valdés établissait la différence typologique entre la place urbaine publique qu’il imaginait quadrangulaire par souci de régularité urbanistique, les places consacrées aux spectacles -dont celui de la corrida- suivant un plan circulaire ou polygonal et situées en dehors de la ville, et les places « mineures » régulières ou irrégulières pour l’emplacement des marchés697. Ayant pour origine commune la place publique, la définition typologique des architectures du loisir et des architectures du commerce fut conçue, dans un premier temps, à partir de modèles de distribution similaires698.

Projet de marché place La Libertad, Burgos, 1859

  • 699 « En et sitio más a propósito de este espacio inscribo un dodecágono 6 polígono de doce lados que (...)

28En 1859, Luis Villanueva justifiait le plan de douze côtés de son projet de halle couverte pour la place Libertad à Burgos par des raisons d’économie et de rationalité : « À l’endroit le plus approprié de cet espace, j’inscris un dodécagone ou polygone de douze côtés. Cette figure est celle qui s’adapte le mieux à la forme de la place. En même temps, elle convient le mieux à la fonction du marché, et à l’économie des travaux par sa ressemblance avec la forme circulaire, laquelle contient la plus grande superficie dans un périmètre donné »699.

  • 700 Plan d’emplacement du marché de Leon, signé Melitón Martinez, le 4-III-1868. (A.M. Le. : (O.M.) 72 (...)

29Le plan d’emplacement d’un marché à Leon signé le 4 mars 1868 par Melitôn Martin comportait, en réalité, un projet de réaménagement d’une zone de la ville destinée à l’approvisionnement700. Les éléments principaux de ce projet étaient l’abattoir, de plan circulaire, et le marché, de forme polygonale régulière de seize côtés. Ce plan d’emplacement, le seul document que nous ayons trouvé concernant ce projet apparemment jamais réalisé, nous permet de constater à quel point ces deux formes de distribution pouvaient être complémentaires et, en même temps, distinctes.

  • 701 Guia de arquitectura de Ibiza, p. 78.

30Le plan octogonal fut adopté à nouveau en 1875 pour la halle aux poissons de Ibiza701.

31En Espagne, comme en France, les modèles de distribution centrés, incurvés ou polygonaux, furent en grande partie abandonnés au profit des plans quadrangulaires dans le dernier quart du XIXe siècle, soit pendant la période de diffusion en Espagne du modèle typologique établi par Baltard.

32Au début du XXe siècle, les plans centrés, libérés des contenus symboliques et historicistes, furent récupérés, du moins en partie, pour leur singularité et leur fonctionnalité, comme expression d’une nouvelle volonté de monumentalité et de variété de la halle en tant qu’édifice public significatif.

33D’après nos recherches, nous constatons la reprise des schémas de distribution centrés au début du XXe siècle sur trois formes possibles.

  • 702 A.V.M. (S).
  • 703 « Arquitectura en peligro », dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, septembreoctobre 1975, no(...)
  • 704 ALOI, R. Mercati e Negozi, Milano, 1959, p. XXVII.

34Premièrement, la conception de l’ensemble du marché à partir d’un périmètre polygonal. L’exemple le plus significatif est le projet de l’architecte Luis Bellido pour le marché de la place de Olavide à Madrid (19 1 8-1926)702. Sur ce même emplacement l’architecte Ferrero bâtira l’un des édifices emblématiques du Mouvement Moderne espagnol, à savoir son marché de Olavide, projeté en 1931703, suivant la forme du plan définie précédemment par Bellido. Si les solutions formelles de la composition de ces deux projets étaient fortement éloignées, la réponse au problème de la distribution fut la même. Le parti de Ferrero ne fut pas une exception dans le contexte architectural de son époque : le même plan fut adopté par Eduardo Torroja en 1933 pour le marché de Algesiras704.

  • 705 VARELA, BOTELLA, CALDUCH, Guia d’Arquitectura d’Alacant, 1979, p. 119.
  • 706 ESTEBAN CHAPAPRIA, PALAIA PEREZ, El mercado Central de Valencia, sans no de page.

35Deuxièmement, des pavillons auxiliaires accolés à un établissement plus vaste, furent conçus sur un plan polygonal centré ou circulaire. Ces pavillons, souvent destinés à la halle aux poissons, reprenaient ainsi une distribution qui leur était propre dans la tradition, comme nous l’avons signalé plus haut. Les exemples les plus significatifs sont la « Rotonda » à plan circulaire du marché de Alicante (1921)705, et la halle aux poissons de plan octogonal du marché Central de Valence (1929)706.

  • 707 A.V.M. :(S) 0’59, 31,60.

36Troisièmement, dans certains marchés dont le périmètre extérieur était rectangulaire, la distribution intérieure comportait des formes centrées. À Madrid, l’architecte Buenaventura Lara conçut, entre 1907 et 1913, une série de projets de marchés, dans lesquels on constate l’importance croissante accordée aux parties centrales incurvées. Dans le projet pour le marché de San Miguel, le croisement des axes perpendiculaires de circulation définissait un petit espace octogonal central. Dans les projets des marchés de El Norte et de El Carmen, la zone centrale circulaire était déjà nettement définie. Le projet pour le marché de La Cebada, enfin, présentait un double alignement circulaire d’étalages, situé dans le centre du plan et occupant un tiers de la superficie totale707.

37Les plans rectangulaires des marchés de Sants-Hort Nou à Barcelone (1911) et Torner, à Badalona (Barcelone) (1924-26) étaient organisés, à l’intérieur, autour d’alignements elliptiques d’étalages situés en position centrale. Dans ce dernier cas, la structure concentrique du plan ne relève pas seulement de l’importance superficielle de l’élément central incurvé. La disposition des entrées en angles à pan coupé définit des axes obliques, et les deux petites nefs transversales sur le côté intérieur des façades principales contribuent à réduire la perception longitudinale de la forme du plan.

  • 708 MAS MORELL, Ignacio, « Mémoire du projet de construction d’une place-marché », le l-X-1925 (A.H. F (...)
  • 709 L’architecte Ignasi Mas Morell projeta et construisit en 1916 l’arène « Monumental » à Barcelone. (...)

38La même disposition fut adoptée pour le marché de Arenys de Mar (Barcelone) (1925-1929). Dans le centre du plan quadrangulaire allongé est placé un groupement circulaire d’étalages pour la vente du poisson, entouré d’une chaussée directement rattachée à Taxe transversal de circulation ouvert sur les entrées latérales. Compris dans l’ensemble du marché, l’élément circulaire central fut conçu par l’architecte Mas Morell avec une entière spécificité fonctionnelle et typologique par rapport à l’édifice. À ce propos, l’architecte signalait dans le mémoire du projet : « Dans la partie centrale (du plan) et profitant de l’espace qui reste entre les deux passages destinés à la traversée des véhicules, on installera la poissonnerie entièrement indépendante du reste du marché »708. La halle de Arenys de Mar serait le plus clair exemple de cet ensemble de marchés définis par la volonté de juxtaposer deux modèles de distribution de la halle opposés depuis le XVIIIe siècle, à savoir, le plan quadrangulaire longitudinal, et le plan curviligne centré. Comme un paradoxe, la place du spectacle -l’arène-709 et la place du commerce -le marché- étaient présentes dans la carrière de Mas Morell. Le processus de définition typologique développé au long du XIXe siècle a confirmé, sans équivoque, le plan centré pour la première. Ce même processus a abouti, dans le cas de la halle, à la survivance d’une diversité de solutions, voire à leur intégration.

1.2. L’hémicycle

  • 710 « Au pied du Quirinal s’incurve la façade des marchés (de Trajan), ancêtre de toutes les façades c (...)
  • 711 Voir : Catalogue de l’exposition Roma Antiqua, envois des architectes français (1788-1924), Rome-P (...)

39La halle à plan semi-circulaire a un référent historique dans les Marchés de Trajan à Rome, organisés en hémicycle sur l’un des côtés du forum du même empereur. Ces marchés avaient exercé une forte influence sur l’architecture moderne710 et ils continuaient à être connus au début du XIXe siècle grâce aux envois de dessins des Prix de Rome711. Cependant, aucun témoignage ne nous permet, en l’état actuel de nos recherches, d’établir une liaison directe entre ce paradigme classique et la conception des halles modernes.

40Le plan semi-circulaire renvoie à un autre modèle classique, celui du théâtre. Le parallèle est, dans certains cas, très précis. Des éléments de la distribution comme des gradins définissant le périmètre intérieur de l’hémicycle, ou la présence d’un élément longitudinal de clôture de l’édifice, pourraient être interprétés, indépendamment de leur contenu fonctionnel, comme des références respectives à la cavea et à la scène respectivement. Nous n’avons pas trouvé non plus de preuve concluante concernant l’influence du théâtre antique sur le modèle de distribution de la halle, mais cette hypothèse nous paraît plausible dans la mesure où elle suivrait la même logique de reprise symbolique de modèles antiques adoptée par Le Camus dans la Halle au Blé.

41Le plan semi-circulaire ne constitue toutefois qu’une simple réflexion historique. Tout comme le plan circulaire de Le Camus, il répond à une logique fonctionnelle de la distribution qui s’appuie sur l’utilisation des formes géométriques pures et singulières. À nouveau, le souci de rationalité, la recherche du caractère et la réflexion historiciste se retrouvent dans ces productions architecturales de la culture académique du XIXe siècle.

  • 712 VILLARI, Sergio, o.c. pp. 208 et 226 ; LEMOINE, B. o.c. p. 60.

42L’hémicycle fut une forme de distribution du plan de la halle caractéristique des premières décennies du XIXe siècle. Signalons, parmi d’autres, les projets de S. Gasse de 1807 pour le marché Santa Maria a Cappella, et de Leopoldo Laperuta, de 1815, pour le portique destiné au commerce et pour l’église de San Francesco de Paola, à Naples, et le projet pour les halles au beurre et aux poissons conçu en 1819 pour le Carreau de la Halle à Paris712.

  • 713 Voir le projet de Custodio Moreno de 1799 pour un édifice d’entrepôt et de vente de vivres. (SAMBR (...)
  • 714 MANTEROLA, Guia-Manual geográfico descriptivo de la provincia de Guipúzcoa…, S. Sebastien, 1871, p (...)
  • 715 RODRIGUEZ SORONDO, M.C. Arquitectura pública en la ciudad de San Sebastián (1813-1922), Saint Séba (...)
  • 716 « …por medio de un lenguaje clásico, busca sistemáticamente una mayor racionalidad compositiva, de (...)

43En Espagne, où la disposition en hémicycle avait des précédents dans l’architecture utilitaire des Lumières713, des marchés furent projetés ou réalisés suivant ce modèle, dans la première moitié du XIXe siècle, mais un peu plus tardivement qu’en France. Ainsi, l’édifice construit entre 1841 et 1843 et destiné à abriter la halle aux poissons, l’abattoir et la boucherie de Saint-Sébastien, était décrit en 1871 par Manterola comme » une belle colonnade sur trois gradins en forme courbe, à la façon d’un amphithéâtre,[...] avec des prolongements rectilignes sur ses extrémités »714. Le projet de cet édifice fut conçu par Manuel Ruiz de Ogarrio. Puis il fut modifié par Joaquin Ramôn Echeveste qui en supervisa la construction. Pendant les premières décennies du siècle, Saint-Sébastien fut un noyau privilégié de la dernière architecture savante des Lumières en Espagne, marqué par les architectes Silvestre Pérez et Pedro Manuel de Ugartemendia, son élève. Ce dernier avait une connaissance détaillée des relevés du Théâtre Marcellus publiés par Desgodetz dans son ouvrage Antiquités de Rome, desquels il s’inspira pour la conception de Tordre géant de l’édifice qu’il projeta en 1829 et qui devait abriter la halle au blé et une école à Saint-Sébastien715 Dans ce contexte, mais appartenant déjà à une autre génération, l’architecte municipal Echeveste joua un rôle de transition. La Halle aux Poissons, par la simplicité formelle liée à sa fonction, mais aussi par le choix du plan, s’inscrit dans la tradition de sobriété établie par Ugartemendia. Cette tradition répond à la simplicité caractéristique de l’architecture locale, mais aussi à la tendance générale de l’architecture espagnole du premier tiers du XIXe siècle qui « ...cherche systématiquement, au moyen d’un langage classique une plus grande rationalité de la composition, comprise davantage en termes de pureté des éléments, que dans le sens fonctionnaliste du XXe siècle »716.

Projet de halle aux poissons, Saint-Sébastien, 1841-1843

  • 717 RUIZ PALOMEQUE, Eulalia, o.c. plan no 50.

44À Madrid, un projet anonyme de 1849 pour un marché sur la place de La Cebada717, avec un corps semi-circulaire situé face à un autre corps de bâtiment longitudinal, reproduit entièrement le plan du théâtre antique.

  • 718 La chronique satirique de l’époque utilise l’exotisme supposé de ce nom dans une histoire imaginai (...)

45Le plan semi-circulaire fut encore adopté en 1877, pour la construction métallique appelée Zacatín718 ajoutée au marché de Santa Domingo à Pampelune, lors de la réfection de ce dernier par le maître d’œuvre municipal José Maria Villanueva.

1.3. Plan mixte curviligne-quadrangulaire

  • 719 Le marché de Trajan à Rome, auquel nous avons déjà fait référence, était situé sur l’un des côtés (...)

46À partir d’un même principe de combinaison géométrique, celui de la juxtaposition d’hémicycles et de formes quadrangulaires, on arrive à deux types de plan très rapprochés mais distincts : la combinaison d’un seul hémicycle avec un carré ou un rectangle et l’alignement de deux formes semi-circulaires, des deux côtés opposés d’un élément quadrangulaire. Cette combinatoire fut un lieu commun de l’urbanisme romain719, connue et utilisée par l’architecture moderne et arrivée au XIXe siècle comme modèle académique.

  • 720 Le Théâtre de Pompée, à Rome (61-55 av. J-C), était construit dans l’alignement d’un jardin rectan (...)
  • 721 Voir les recherches en cours de Isabel ROUX ; Voir également : TAILLARD, Christian, « De l’ancien (...)
  • 722 L’architecture hospitalière au XIXe siècle. L’exemple parisien, Catalogue de l’exposition réalisée (...)

47La juxtaposition d’un demi-cercle et d’une forme quadrangulaire a une référence historique lointaine en l’aménagement urbain du théâtre hellénistique, ultérieurement repris à Rome720. Au XVIIIe siècle, cette solution connut une grande fortune dans la conception d’ensembles urbains ou dans la définition architecturale de nouvelles typologies. Par exemple, en France, ce modèle de plan fut proposé à plusieurs reprises, et finalement retenu, pour l’aménagement urbain des terrains du Château Trompette, à Bordeaux721. Le même plan était présenté en 1787 par Jean Marie Vien pour un projet d’hôpital722.

  • 723 RABREAU, Daniel, « L’œuvre de Mathurin Crucy à Nantes. Un modèle d’esthétique urbaine néo-classiqu (...)
  • 724 ibidem.
  • 725 Voir : LEMOINE, o.c. p. 38.
  • 726 ROUX, Isabel, « L’architecture publique », dans Le port des Lumières. Architecture et Art Urbain. (...)
  • 727 VILLARI, O.C. p. 210.

48Il en va de môme pour la halle. La combinaison d’un hémicycle ouvert sur un espace quadrangulaire pourrait être interprétée comme un élargissement, pour des raisons de fonctionnalité, de la halle à plan semi-circulaire, dont le référent symbolique lointain serait, comme nous l’avons déjà signalé, le théâtre antique. En même temps, l’association de ces formes témoignait d’une liberté dans la conception volumétrique de l’édifice qui répondait à la recherche du « caractère » de l’édifice par la définition d’une spécificité en relation avec l’environnement urbain. En 1783, Mathurin Crucy conçut la halle aux poissons de Nantes comme faisant partie d’un ensemble constitué par la halle proprement dite et par l’établissement des bains, à partir de « la juxtaposition d’une masse cubique et d’un demi-cylindre qui correspondent aux divisions élémentaires de leur plan »723 ; il répondait ainsi aux caractéristiques de l’emplacement fluvial, aux nécessités utilitaires du programme et à l’indépendance par rapport à l’environnement. À cet égard, Daniel Rabreau a signalé comment « cette indépendance [...] lui permet de développer, à la perfection, une symbolique latente »724. En 1792 Bergognon obtint le deuxième Grand Prix avec son « Projet de halle pour une grande ville » distribué à partir de ce même plan725. À Bordeaux, deux grands ensembles urbains destinés à abriter des marchés sont projetés suivant ce plan par Bonfin père et fds (1792) et par Rieutord et Berthommé (an VI)726. A Naples S. Gasse proposait la même distribution dans son projet de marché de Monteolicito (1807)727.

  • 728 « Como la figura de la plazuela se estrecha bastante por su medio, se da a la planta del mercado l (...)

49En Espagne, les exemples de ce modèle de plan sont un peu plus tardifs que ceux du plan semi-circulaire simple. Le cas le plus représentatif serait, peut-être, celui du marché Trascorrales à Oviedo (1862). Dans le mémoire du projet, le maître d’œuvre Cándido Gonzalez, n’accordait pas de signification symbolique explicite à son plan. Lorsqu’il justifiait l’introduction d’une partie incurvée dans son plan, il témoignait d’une certaine logique académique vis-à-vis de la distribution de l’édifice, qui consistait à imposer la régularité de formes géométriques singulières sur un tissu urbain irrégulier : « Étant donné que la petite place est plus étroite dans sa partie centrale, on a donné au plan du marché la forme circulaire sur le côté opposé à la façade principale pour laisser plus d’espace libre à la circulation entre le marché et les maisons latérales »728.

  • 729 ARAZURI, J.J. Pamplona, calles y barrios. Cité dans Diaro de Navarra, le 26-VI-1987, p. 23.

50À Pampelune, le marché Santo Domingo, tel qu’il fut réaménagé en 1877 par le maître d’œuvre municipal José Maria Villanueva pourrait être classé dans ce groupe. Il presente un plan quatrangulaire irrégulier auquel fût juxtaposé l’hémicycle nommé Zacaria, déja évoqué moyennant un léger prolonge ment rectiligne de ce dernier corps de batiment. Cette disposition, parvenue jusqu’à nos jours, n’est pas le fruit d’une conception architecturale ensemble mais le fruit d’un évolution du plan de l’édifice au long de l’histoire. En 1769 fut construit un entrepôt aux grains (Pósito) sur 1 emplacement traditionnel du marché de la ville depuis le XVIe siècle729. Le Pôsito était organisé autour d’une cour centrale entourée de trois corps de bâtiment. Lors de la réfection au XIXe siècle, la cour fut fermée par un quatrième corps de bâtiment, et l’ensemble agrandi par la construction de El Zacatín.

Marché Trascorrales, Oviedo, 1862-1867

51À Madrid, le premier projet de Mariano Calvo Pereira pour la halle métallique de la place de La Cebada (1867), pourrait être classé aussi dans ce groupe malgré l’irrégularité de son périmètre. Le plan de ce projet non réalisé présentait trois parties distinctes, dont deux des formes régulières - l’hémicycle prolongé et la nef rectangulaire- et la troisième comprenant la partie triangulaire latérale restante. Dans le projet de l’année 1868, et encore plus dans la réalisation, ce schéma de distribution fut remplacé par un autre dans lequel les parties intérieures distinctes disparaissaient. En outre, une forme polygonale fut adoptée pour remplacer l’hémicycle placé en tête de l’édifice. Ces deux nouvelles caractéristiques du plan conçu par Calvo Pereira étaient en accord avec les tendances générales de la période en matière de halles, à savoir : l’évolution des plans incurvés vers des plans polygonaux, et la définition d’un plan unitaire lié aux possibilités de l’architecture métallique, comme nous le verrons plus loin.

52Le deuxième modèle de distribution appartenant à ce groupe comporte l’alignement de deux hémicycles opposés sur l’un des axes d’une forme quadrangulaire. Il a été déjà signalé combien cette disposition était courante dans l’architecture romaine. L’urbanisme baroque italien respecta cette disposition du plan de l’ancien stade Domitien dans la moderne Piazza Navona, à Rome.

  • 730 SAMBRICIO, Carlos, o.c. pp. 247-249 et 257.
  • 731 Ibidem, p. 279.

53Cette disposition du plan fut utilisée aussi dans l’architecture espagnole des Lumières. D’après Carlos Sambricio, la reproduction de Piranèse du plan du Mausolée de Sainte Constance aurait influencé Juan de Villanueva pour la conception de El Prado à Madrid730. Le plan du projet de cimetière de Pedro Nolasco Ventura, de l’année 1802, comportait, également, la juxtaposition d’un carré et de deux hémicycles731.

  • 732 BOUDON, o.c. p. 152
  • 733 DALY, o.c. planches 2 et 3.

54Vers le milieu du XIXe siècle, ce schéma de distribution était proposé, à plusieurs reprises, dans le débat concernant la construction des Halles Centrales de Paris. Le premier projet de Baltard, de 1844, comprenait deux pavillons disposés suivant ce plan732. Nous avons déjà indiqué comment, lors du concours de projets de 1854, Roze et Duval prirent ce parti pour la distribution d’ensemble de leurs projets respectifs733.

Projet de marché La Rinconada, Valladolid, 1862

Projet de marché Portugalete, Valladolid, 1862

55Souvent, dans la pratique, l’adoption du plan quadrangulaire clos par un ou par deux hémicycles pour la construction des marchés au XIXe siècle, répondait davantage à l’adaptation d’une même solution fonctionnelle à chaque cas particulier, qu’à un modèle typologique différent. Les projets jumeaux de Martin Saracibar de l’année 1862 pour les marchés de La Rinconada et Portugalete à Valladolid en constituent un exemple. La solution simple comportant un seul hémicycle fut adoptée dans le premier cas, et le deuxième, avec deux hémicycles, apparaît comme un dédoublement symétrique du précédent.

Projet de marché El Born, Barcelone, 1848

  • 734 HERNANDEZ CROS, MORA, POUPLANA, Arquitectura de Barcelona, Barcelona, 1977, p. 77.

56Le projet de Francisco Daniel Molina Casamajó, de 1848 pour le marché El Born à Barcelone présentait une synthèse de ces deux solutions. D’un côté, les pavillons intermédiaires, ainsi que le plan d’ensemble, étaient organisés à partir d’un schéma comportant deux hémicycles opposés des deux côtés d’un rectangle. D’un autre côté, les pavillons situés aux extrémités avaient un plan semi-circulaire prolongé par des corps longitudinaux. Le même architecte adopta aussi en 1848, le plan rectangulaire juxtaposé à deux hémicycles pour la distribution intérieure du nouvel espace public inséré au cœur de la vieille Barcelone : la Plaza Real734.

Projet de marché Portugalete, Valladolid, 1878

57À Valladolid, le modèle de plan proposé par Martin Saraclbar, que nous venons de citer, fut finalement adopté dans deux des halles métalliques construites par l’architecte municipal Ruiz Sierra à partir de 1878. Cet architecte construisit le marché de Portugalete à partir d’un plan rectangulaire juxtaposé à deux hémicycles. Il reprit le même schéma dans le marché de El Val, en remplaçant les parties incurvées par des formes polygonales.

  • 735 GARAU TORNABELLS, P. Memoria de anteproyecto de mercado de urbanización de la Plaza Mayor…, Palma, (...)

58Tout comme les plans à formes courbes pures, ce modèle de distribution combinée fut abandonné au cours du dernier quart du XIXe siècle, époque de l’apogée de la halle métallique, et dans la plupart des cas au profit de périmètres entièrement quadrangulaires et de schémas longitudinaux ou orthogonaux. Au tournant du siècle, ce rigorisme géométrique survécut à côté d’une nouvelle volonté de variété dans la disposition du plan. Ainsi, l’architecte Francisco Roca et l’ingénieur Pedro Garau Tomabells dans leur projet de halle pour Palma de Majorque (1914), reprirent le principe de la combinaison des formes quadrangulaires et curvilignes dans la définition du plan. Ce projet de marché comportait deux édifices symétriques de forme rectangulaire dont le petit côté extérieur était légèrement incurvé735.

2. L’universalité du système de distribution de Baltard

  • 736 « Un marché ne doit pas être autre chose, d’après nos usages, qu’un parallélogramme rectangle… ». (...)
  • 737 « …de sorte que les formes courbes y sont essentiellement impropres et ne peuvent y être appliquée (...)

59On a déjà signalé l’importance du débat architectural sur les Halles Centrales de Paris, non seulement pour la conception de l’établissement lui-même, mais aussi pour l’évolution générale de la culture architecturale du milieu du siècle. Les partis les plus conservateurs, attachés à des schémas formalistes de distribution du plan, étaient encore présents dans l’éventail de projets proposés en 1853 (voir les projets déjà cités de Roze et Duval). Cette logique projectuelle avait défini aussi les premiers projets des années 1840 des principaux protagonistes de ce débat. Cependant leurs projets ultérieurs témoignent d’une réflexion typologique rénovatrice et plurielle associée à l’utilisation sans contraintes des nouveaux matériaux dans laquelle on ne se souciait plus des recherches formelles pour la disposition du plan. Les derniers projets de Horeau et de Baltard, mais aussi ceux de Flachat, de Nicolle, de Schmitz avaient en commun la définition d’un périmètre d’ensemble rectangulaire. Á cet égard, Victor Baltard lui-même, justifiait ce choix en raison des usages établis736 tout en critiquant l’utilisation arbitraire des plans incurvés737. Mais, pour Baltard comme pour ces autres architectes, la forme du périmètre extérieur avait moins d’intérêt en elle même, que l’organisation de la distribution intérieure. Nous relevons, dans ce groupe de projets de 1853-1854, deux façons différentes d’aborder cette organisation.

  • 738 BOUDON, F. o.c. p. 158.

60D’un côté, certains architectes envisageaient dans leurs projets la définition d’un espace couvert unitaire et libéré des contraintes des structures de support. La conception de la halle comme immense toiture abritant l’espace urbain était l’une des caractéristiques les plus révolutionnaires du dernier projet de Horeau. Mais il ne fut le seul à développer ces principes, soutenus aussi par César Daly (Voir chapitre 1) et adoptés par Flachat et notamment par Nicolle dans leurs projets respectifs présentés à l’administration lors de l’arrêt des travaux de construction des Halles Centrales en 1853. Dans ce concours de contre-projets, Françoise Boudon l’a indiqué, « le gigantisme et le fer triomphent au point que Horeau-qui présente à nouveau son projet-apparaît comme un concurrent tout à fait ordinaire »738.

  • 739 DALY, C. o.c. planche no 4.

61D’un autre côté, d’autres architectes tout en relevant le défi d’une construction à structure entièrement métallique, prirent le parti de renforcer le rôle des divisions du plan définies par les alignements de supports intermédiaires. Cette solution de la distribution, adoptée par Baltard et Callet dans leur projet définitif, avait été déjà présentée par Armand et par Schmitz dans leurs projets respectifs de 1853739.

  • 740 BALTARD, o.c. p. 24.

62Pour Baltard, la séparation entre pavillons de vente et allées couvertes, établie dans son plan, n’était pas arbitraire et elle relevait d’une conception modulaire du plan. Baltard définissait son plan comme « un vaste échiquier » constitué par des « compartiments de 2 mètres » adaptés aux différents besoins : « il faut deux mètres sur deux mètres pour les boutiques ; il faut deux mètres pour les passages ;...c’est cette considération qui a conduit à l’espacement de 6 mètres, multiple de deux mètres, entre les colonnes ou points d’appui des Halles, de manière à former deux rangs de boutiques et un passage intermédiaire. »740 Le développement de ce système aboutit à la définition de l’ensemble de l’établissement. Victor Baltard, fort de la cohérence implicite de son système, rejeta les critiques quant à la monotonie de son plan, tout en mettant en valeur les caractéristiques de cette grille orthogonale qu’il considérait comme son grand mérite.

  • 741 Au sujet des halles madrilènes de La Cebada et Mostenses, Pedro Navascués signale que la multiplic (...)
  • 742 BOUDON, o.c. p. 158.
  • 743 César Daly témoigne d’un grand intérêt au sujet des choix les plus rationnels et novateurs du proj (...)

63On a souvent jugé que les Halles de Baltard, et en conséquence tous les marchés construits suivant ce modèle, n’avaient pas le caractère révolutionnaire ou inédit du projet de Horeau de 1851, ou des grandes gares de la même période741. L’étude de Françoise Boudon sur Horeau et les Halles Centrales a le mérite de retracer l’étude comparative de la démarche des deux architectes pendant plus d’une dizaine d’années de réflexion sur la commande des Halles Centrales parisiennes. La démarche de Horeau, aboutissant à une attitude de rupture, a la valeur d’anticipation d’une expérience radicale. Son dernier projet pour les Halles Centrales, avec le reste de sa tâche, joua un rôle primordial dans l’évolution de l’architecture métallique au XIXe siècle. Mais son parti, si farouchement radical du point de vue technique, eut « peu d’influence sur l’architecture des Halles centrales » : son échelle était inadaptée742 et il présentait des problèmes d’organisation fonctionnelle, relevés par la critique contemporaine743.

  • 744 Henry-Russell Hitchcock soulignait la volonté personnelle de Napoléon III de construire les Halles (...)

64Souvent considéré par l’historiographie comme le fruit de l’incapacité des architectes de l’administration744, le long processus de réflexion architecturale de Baltard et de Callet au sujet des Halles Centrales, se révèle aussi intéressant que celui de Horeau, bien que d’une autre nature. La démarche conceptuelle de ces architectes constitua une évolution continue aboutissant à une synthèse entre la tradition historique, la culture architecturale académique du début du XIXe siècle, et l’intégration des nouveaux moyens de construction.

  • 745 Voir : CHARNEAU, B. Recensement et étude des halles et des marchés couverts de Gironde, Dordogne, (...)

65Le modèle définitif de distribution des Halles Centrales de Baltard comportait la juxtaposition de deux schémas distincts. D’un côté, le plan rectangulaire de l’ensemble présentait des axes de direction très fortement marqués : un axe longitudinal -la rue couverte centrale- et cinq axes transversaux-cinq rues dont quatre couvertes et une découverte-. D’un autre côté, les pavillons carrés ou légèrement allongés inscrits dans cette grille orthogonale, étaient organisés à partir d’un schéma concentrique avec un espace central entouré d’une galerie. Ces deux schémas étaient loin d’être inédits dans la tradition historique des lieux consacrés au commerce. Les deux étaient inscrits dans une perspective de continuité typologique avec le type de la halle couverte médiévale ou moderne, laquelle présentait des plans allongés ou centrés. Les halles de certaines Bastides, comme celle de Monségur (Gironde), constituent des exemples du passage des matériaux de construction traditionnels aux métalliques sans transformation profonde des schémas typologiques745.

66Le schéma longitudinal a des référents plus lointains dans la rue marchande du monde classique (alignement de tabernae des deux côtés d’une rue), dans le bazar arabe, et dans les « rues de couverts » traditionnelles des villes européennes. Quant aux pavillons à schéma centré, ils s’inscrivent dans la double tradition des places marchandes (l’Agora, le Forum, les « Places de Couverts » des Bastides et les places urbaines modernes) et des édifices commerciaux aménagés autour d’une cour centrale (le Macellum romain et le Fondouk arabe). Cette dernière disposition fut adoptée dans certains marchés construits au début du XIXe siècle, comme par exemple celui de Saint-Germain à Paris.

  • 746 « À l’âge de la construction métallique, il n’y a plus guère que les principes les plus essentiels (...)
  • 747 Voir L’architecture hospitalière au XIXe siècle. L’exemple parisien, Paris, 1988.

67Le parti typologique de Baltard hérite aussi de la culture architecturale du début du XIXe siècle. D’un côté la logique durandienne de la distribution fondée sur une grille quadrillée n’est pas étrangère au plan de Baltard, et d’une façon générale à l’ensemble de l’architecture métallique746. D’un autre côté, la conception du plan comme groupement de pavillons indépendants, caractéristique des premiers projets pour les Halles Centrales des années quarante commune à plusieurs typologies utilitaires, dont les hôpitaux747, fut gardée par Baltard jusqu’à la réalisation définitive de son établissement avec une seule modification, la couverture des rues intermédiaires. Opposé sur ce point au dernier projet de Horeau, dans lequel l’aménagement fonctionnel de l’espace intérieur unitaire ne concernait pas la structure architecturale, mais la disposition du mobilier, le parti de Baltard s’est avéré parfaitement adapté à la finalité de l’édifice. La composition modulaire du plan permit une totale liberté d’utilisation de la superficie édifiée et, en même temps, une organisation hiérarchisée de l’espace en fonction des différentes activités du marché. À la différence des plans définis par des critères strictement formalistes, l’échiquier de Baltard apparaît comme un système géométrique susceptible d’être élargi ou réduit pour s’adapter à des périmètres rectangulaires, carrés ou encore irréguliers, sans pour autant perdre l’essentiel de sa conception. L’universalité de la solution typologique apportée par Baltard, est due en grande partie, à cette conception du plan.

  • 748 LEMOINE, B. o.c., p. 88.
  • 749 BOUDON, F. o.c. p. 158.
  • 750 LEMOINE, B. o.c. p. 161.

68À l’encontre de ce qui a souvent été dit, l’adoption d’un système de construction majoritairement métallique ne fut pas, dans le cas de Baltard, un phénomène improvisé dans son dernier projet, à moitié imposé par Haussmann et à moitié imité de Horeau. Dans le projet de Baltard et Callet de 1848 -dont l’un des pavillons fut construit, puis démoli- on constatait le désaccord entre la lourdeur des murs extérieurs et la maîtrise des techniques de construction métalliques démontrée dans la structure intérieure. Comme Bertrand Lemoine l’a indiqué au sujet de ce projet « si l’on enlève l’écran de pierre on a déjà quelque chose de très proche du projet définitif des Halles »748. Quant à la paternité des solutions les plus novatrices, le rôle de Horeau ne fut sans doute pas le moindre, mais « entre 45 et 53, tant de réalisations, tant d’idées apparaissent, qu’il est difficile d’y déceler une interaction précise, de cerner le plagiat »749. Les études comparatives concernant ces différents projets ont souligné à quel point le projet définitif pour les Halles Centrales fut le fruit du propre processus évolutif de conception développé par Baltard et Callet. Ainsi, « le concours spontané (de 1853) n’a pas eu d’effet direct sur la conception de leur projet définitif, qui se situe dans le prolongement de leurs esquisses antérieures. Mais en forçant Baltard et Callet à se révéler, il a indirectement contribué à faire avancer les choses, par un effet d’émulation plutôt que d’incitation »750.

69Le parti de Baltard, faisant la synthèse de la rationalité des solutions historiques et d’un renouvellement typologique et de la construction, pour la commande de la halle la plus importante du siècle, connut une grande fortune. Nous avons déjà abordé dans le premier chapitre de cette Partie les moyens par lesquels cette influence arriva en Espagne. Dans son traité El hierro, sus cortes y enlaces, Rovira y Rabassa soulignait la parenté des halles métalliques espagnoles avec les Halles Centrales de Paris, et ceci non seulement du point de vue de la construction, mais aussi de la disposition du plan :

  • 751 « Muchos son los mercados levantados, contando con el hierro como à base principal de la o satura (...)

« Beaucoup de marchés ont été bâtis avec des structures dont le fer était l’élément principal, et ceci aussi bien à l’étranger que dans notre pays. Dans presque tous les cas la disposition du plan a été conçue à partir d’un simple carré ou rectangle, comme dans les Halles Centrales de la capitale française, bâties par l’architecte Baltard ; cet établissement peut servir de type... »751.

70Les principes de la distribution des Halles Centrales exposés ci-dessus furent régulièrement adoptés de façon plus ou moins intégrale ou partielle, donnant lieu à deux catégories de plan.

71D’un côté, le groupe des halles à plan quadrangulaire comportant la juxtaposition de pavillons et de zones de passage insérés dans un schéma orthogonal des axes de composition du plan. Ce groupe serait, du point de vue de la distribution, celui qui se rapprocherait le plus de la solution adoptée dans les Halles Centrales de Paris.

72D’un autre côté, les groupes de halles à plan quadrangulaire longitudinal et à plan quadrangulaire concentrique constituent deux adaptations simplifiées du modèle parisien. Ces simplifications étaient données par une échelle de travail plus petite que celle du modèle baltardien, par l’implantation d’une architecture métallique utilitaire de plus en plus standardisée et économique, et par l’inexistence, à petite échelle, du problème du raccordement avec la voirie urbaine. Le plus grand nombre de halles métalliques construites, des marchés de quartier ou de villes de province, avaient un emplacement isolé dans un pâté de maisons ou sur une place, et leur nature utilitaire comportait une architecture simple, dans laquelle l’uniformité des pièces préfabriquées était une donnée économique importante du projet. Les problèmes de la circulation et de la vente, étant moins spécialisés à petite échelle, pouvaient être traités sans nécessiter des distinctions architecturales dans la disposition du plan. Les deux solutions que Baltard juxtaposait dans son plan, à savoir le plan quadrangulaire longitudinal-avec ou sans association de nefs parallèles-et le plan quadrangulaire concentrique connurent séparément une grande fortune comme modèles de distribution des halles. Très souvent on a souligné l’imitation du modèle baltardien dans un grand nombre de halles européennes, tenant compte surtout du système de construction et de la composition architecturale. Mais on a oublié de préciser que, du point de vue de la distribution, une très grande partie des cas constituait des solutions simplifiées ou partielles du modèle originel.

2.1. Plan quadrangulaire avec juxtaposition de pavillons et de zones de passage suivant un schéma orthogonal

  • 752 Fiche de l’Inventaire Municipal du Patrimoine Architectural de Séville.

73Ce système d’aménagement du plan de la halle n’était pas inédit dans la tradition espagnole. Le marché de La Encarnación, construit à Séville en 1833, présentait un passage couvert longitudinal et trois autres transversaux définissant huit espaces de vente organisés autour de cours centrales752.

  • 753 Le marché du Temple (l 863-65) de Jules de Mérindol et le Grand Marché de Bordeaux (1864), de Char (...)

74Le principe de la combinaison des deux structures de distribution distinctes établi par Baltard fut suivi intégralement aussi bien en France753 que, quelques années plus tard, en Espagne.

  • 754 COSTA BUJAN, MORENAS AYDILLO, Santiago de Compostela 1850-1950, 1989, p. 110-113.

75Le marché de Saint Jacques de Compostelle, conçu en 1870 par l’architecte Gómez Santamaria, et construit en 18 73754, était disposé suivant une alternance de rues couvertes et d’alignements d’étalages. Les premières, avec couverture à deux versants, étaient surélevées par rapport aux deuxièmes, dont le couronnement avec des balustrades métalliques cachait la structure de la couverture en double pente vers l’intérieur. L’ensemble était divisé en deux moitiés égales par une rue transversale découverte. Cet exemple est significatif d’un moment de transition dans le processus de définition typologique de la halle en Espagne. D’un côté, le principe de l’alternance entre axes de circulation et espaces de vente dans un ensemble entièrement couvert était retenu. D’un autre côté, la définition architecturale des lieux de vente était plus proche des appentis de la première architecture métallique que des pavillons des Halles parisiennes et des marchés métalliques construits en Espagne à partir des années 1870.

76Les responsables municipaux de Madrid, soucieux depuis les années 1860 d’imiter la modernité des halles conçues par les architectes français les plus renommés, laissèrent de côté les propositions expérimentales de Trélat et de Horeau, au profit de l’orthodoxie baltardienne introduite par l’architecte municipal Mariano Calvo Pereira dans ses trois projets et ses deux réalisations pour des halles madrilènes. Le plan rectangulaire du marché des Mostenses (1867-1875) était organisé à partir des deux rues parallèles en direction transversale, définissant trois espaces allongés concentriques. Le plan quadrangulaire du projet non réalisé pour le marché de la place Bilbao (1867) était divisé en quatre zones latérales par les deux nefs perpendiculaires. Le marché de La Cebada (1867-1875) sera traité ailleurs en raison des caractéristiques spéciales de son plan. Cependant, il convient de signaler ici que la distribution de cet édifice était aussi organisée à partir d’un axe transversal et de deux axes longitudinaux.

77Comme nous l’avons déjà signalé, (Voir premier chapitre), les architectes barcelonais étaient, eux aussi, très influencés par les expériences françaises dans le domaine de la construction de marchés. Antonio Rovira y Trias fut le premier à appliquer un schéma orthogonal à l’organisation du périmètre rectangulaire d’un projet à petite échelle, celui du marché de La Barceloneta, (1873). Le plan carré de ce projet non réalisé était entièrement couvert et divisé en quatre sections par deux passages perpendiculaires intermédiaires.

Projet de marché Mostenses, Madrid, 1867-1868

Projet de marché place Bilbao, Madrid, 1867

78L’architecte Joaquin Rucoba dans son marché de Atarazanas à Málaga (1879) développa aussi le principe de la distinction architecturale entre passages intérieurs et zones de vente, ainsi que celui de la définition d’axes orthogonaux de circulation. Les deux pavillons de plan parallélogramme irrégulier allongé placés des deux côtés de Taxe principal, soit le passage central couvert, sont divisés en deux unités quadrangulaires similaires, par l’axe transversal secondaire défini par les deux entrées latérales.

79Le plan quadrangulaire avec axes orthogonaux fut adopté aussi pour des marchés à petite échelle. La lecture des façades de l’ancien marché de El Ensanche de Bilbao, aujourd’hui disparu, traduit un double alignement perpendiculaire des entrées de l’édifice. À Madrid, la vue aérienne des combles du marché de San Miguel (1915-16) montre clairement la structure en forme de grille, comportant un passage longitudinal et trois autres transversaux, dans laquelle sont insérés les petits groupements d’étalages en forme de pavillons.

80Nous citons dans ce groupe certaines halles, très proches du type de plan longitudinal simple, en raison de l’importance des axes et des éléments transversaux. La combinaison de ces deux structures nous renvoie, malgré l’apparence de l’élévation extérieure, à une organisation mixte de filiation plus directement baltardienne.

81Le marché de El Born, à Barcelone, de José Fontseré, projeté en 1873 et construit pendant les deux années suivantes, présente un espace intérieur très unitaire avec des zones latérales très allongées qui le rapprochent du groupe des halles à plan longitudinal de trois nefs. Mais, en même temps, l’architecte accorda une importance prioritaire aux éléments transversaux. En effet, dans cette halle, deux schémas se superposent. D’un côté, la structure constructive de l’édifice fut conçue suivant un système orthogonal comportant trois nefs longitudinales et un transept. D’un autre côté, l’aménagement de la voirie intérieure et du mobilier établissait une priorité du sens transversal par rapport au longitudinal, et ceci pour deux raisons : la contrainte de l’emplacement urbain et la dimension relativement petite de la largeur de l’édifice. La nef transversale avait la fonction et les proportions d’un énorme passage urbain reliant l’ancienne allée de El Born et les abords du nouveau parc de la Ciutadella. En plus, quatre axes transversaux secondaires de circulation communiquaient avec autant d’entrées percées sur les deux façades longues, lesquelles devenaient ainsi les façades principales. Ce parti diffère de la distribution longitudinale simple, dans laquelle les entrées et les façades principales correspondent, en général, aux côtés courts. Les axes transversaux construits comme de vraies rues intérieures pavées, définissaient, dès le projet originel, les groupements des étalages en unités rectangulaires transversales. En revanche, les allées longitudinales étaient consacrées au rôle secondaire de la circulation piétonne, et le grand axe longitudinal défini par les deux entrées monumentales des façades courtes ne comportait pas de voie de circulation principale, mais un alignement d’étalages.

Projet de marché El Born, Barcelone, 1873

82Ce même principe d’organisation de la distribution fut appliqué aux marchés de El Val et de Portugalete à Valladolid (1878-1881), traités ailleurs en raison de la forme partiellement polygonale ou incurvée de leurs plans. Le plan longitudinal à trois nefs est combiné avec un transept fortement défini par les structures architecturales et qui constitue, en même temps, l’accès principal au marché et un passage urbain couvert.

  • 755 Dans le livre Tarragona, canvi de segle, Tarragona, 1986, Antonio Salcedo met en relief le parallè (...)

83Au début du XXe siècle, la définition du plan en fonction d’axes transversaux fortement marqués était toujours de mise. Cependant, dans ces cas, l’origine de cette organisation viendrait moins du modèle parisien que de certains paradigmes de l’architecture civile publique Art Nouveau ou Art Déco espagnole ou européenne. La juxtaposition de pavillons et de passages couverts ayant fait place à une conception de marché comme édifice clos, le renforcement des axes transversaux était un recours fonctionnel, certes, mais aussi monumental. Le développement de cette distribution permettait une composition variée des façades, et une diversité des volumes architecturaux. Le marché de Tarragone (1915) de l’architecte Pujol755 et le projet de marché à construire sur le fleuve Onyar, à Gérone, de l’architecte Maggioni (1929) en constituent deux exemples.

2.2. Plan quadrangulaire longitudinal

  • 756 Projet de Sitio para la benta de granos (sic), Burgos, le 17-IX-1813, (A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce (...)
  • 757 Projet de la nouvelle Alhondiga -halle aux grains-, signé Javier Aguirre, Vitoria, IX-1897, (A.M.V (...)

84La tradition espagnole présente quelques exemples isolés d’édifices consacrés à la vente et à la distribution des denrées dont le plan était organisé suivant un schéma quadrangulaire longitudinal, comme par exemple les boucheries de Médina del Campo (Valladolid), ou le Almudi -halle aux grains- de Valence. Pour cette dernière classe d’établissement, le plan quadrangulaire longitudinal fut perpétué comme un schéma récurrent de distribution tout au long du XIXe siècle. Le projet de halle aux grains de Burgos(1813)756, et les salles d’entrepôt du projet de la nouvelle Alhondiga de Vitoria (1897)757 en sont deux exemples.

  • 758 Projet de Cubiertos para las Ortolanas (sic), signé Santiago Pérez, Burgos, le 23-1-1751, (A.M. Bu (...)

85La halle métallique couverte à plan longitudinal a un autre référent historique dans la halle-nef médiévale ou moderne. Cette typologie, nous l’avons déjà signalé, était très répandue dans l’Europe du Nord et en France, et beaucoup moins développée dans les pays méditerranéens, dont l’Espagne. Les exemples de halles de ce type dans les périodes citées, comme celle de Granollers (Barcelone) ou les loges de La Bisbal et de Castelló d’Empuries (Gérone), sont rares et, en général, très modestes. Comme il a déjà été indiqué (Chapitre 2), on constate l’existence traditionnelle de galeries avec couverture soutenue par des piliers ou des colonnes alignées, comme le projet de 1751 pour des « Cubiertos » -couverts- destinés à la vente des légumes à Burgos, dû à Santiago Pérez758, et les exemples, déjà cités, pour des appentis ou des galeries destinés à abriter la vente du poisson dans le cadre de marchés en plein air de Barcelone et de Reus, parmi d’autres. Ces pavillons constituèrent des précédents directs des tinglados ou appentis destinés à abriter les marchés dans la première architecture métallique.

86La solution du plan des Halles Centrales parisiennes, fut connue, voire appliquée dans certains cas, dans toute sa complexité, par les architectes espagnols, mais la modestie du plus grand nombre des commandes ainsi que les impératifs d’ordre économique imposèrent une architecture métallique utilitaire de plus en plus standardisée et moins monumentale.

87Ainsi, la cohérence fonctionnelle du plan baltardien, fondée sur la hiérarchie de zones distinctes, fut souvent abandonnée au profit d’un plan dans lequel les différentes activités ne comportaient pas de distinction précise dans l’organisation de la distribution. Les entrées principales, directement percées sur les façades des pavillons, ne correspondaient pas à un espace architectural indépendant, comme c’était le cas dans les Halles Centrales, et l’aménagement des voies de circulation et des étalages était défini surtout par la distribution du mobilier plus que par la propre structure architecturale.

88Cette évolution est constatée à partir de l’étude comparative des ensembles de projets de halles conçues ou réalisées pour certaines villes dans la période 1870-1890 approximativement. Il faut préciser que l’organisation longitudinale du plan comprise comme critère de classement concerne les grands axes de la distribution et n’exclut pas l’existence d’accès latéraux - très répandue dans ce type de halles- sans un développement architectural propre ni dans le plan ni dans l’élévation.

89L’ensemble des projets et des réalisations de l’architecte Antonio Rovira y Trias à Barcelone sont entièrement significatifs de l’influence du modèle parisien et de leur simplification ultérieure. Son projet pour La Barceloneta (1873) déjà cité, était distribué à partir des deux axes orthogonaux différenciés des zones latérales, tandis que la réalisation définitive du marché La Barceloneta, et les marchés Hostafranchs (1883-1888) et La Concepcio (1888), comportaient l’élimination de la distinction entre pavillons et passages intermédiaires et l’adoption d’un schéma à trois nefs, dont la centrale était plus large que les latérales. Les entrées, aussi bien les principales, les secondaires que les latérales étaient de simples ouvertures percées sur la façade qui ne définissaient pas des zones spécifiques du plan.

90La même évolution est constatée, si l’on compare le projet de halle de 1879 conçu par l’architecte Avalles pour Burgos, et la seule halle métallique construite dans cette ville d’après le projet de 1899 de Satumino Martinez Ruiz, place du General Santocildes. Dans le premier cas, le plan comportait une voie centrale d’accès et des groupements latéraux de pavillons et dans le deuxième cas, un seul pavillon avec les entrées directement ouvertes sur les extrémités des murs longs.

9111 en va de même pour le marché San Martin, à Saint-Sébastien, construit en trois étapes (1882-1883, 1902-1904, 1907-1909). La distinction entre les pavillons latéraux et l’espace central dans la conception originaire du projet est attestée par les différentes largeurs des ces éléments du plan, ainsi que par la dénomination spécifique de ces zones-pabellon ou pasaje-. Les deux pavillons latéraux furent construits d’abord, définissant un espace central légèrement plus étroit, destiné au passage central. Mais, lorsque cette partie centrale fut réalisée, elle ne fut pas destinée à une fonction de passage mais de nef centrale. Le fonctionnement du plan finalement établi fut donc celui d’un pavillon longitudinal de trois nefs. Seule, la composition des façades principales, avec une partie centrale plus étroite et différenciée, garde la dernière trace de cette première conception.

Projet de marché, Burgos, 1876-1880

Marché place General Santocildes, Burgos,début du XXe siècle

92Avec sa longue tradition historique, la halle à plan quadrangulaire longitudinal à plusieurs nefs parallèles fut un modèle très répandu dans toute l’architecture métallique espagnole, notamment à partir des années 1870.

93Ce type de plan connut aussi une grande fortune autour de 1900, lorsque les choix constructifs et stylistiques de l’architecture plus purement métallique furent mis en question. Le marché Salamanca à Málaga, le marché d’Alicante, le marché Colon à Valence (1913), le marché Lanuza à Saragosse, le projet de marché à Reus (Tarragone) (1911), et les marchés Sants-Hort Nou (1892-1913) et Sarrià (1911) à Barcelone, en constituent des exemples.Le marché de la place Cuba à Mataró (Barcelone) (1936) et celui de Gérone (1941) illustrent l’actualité de ce modèle de distribution, parvenu jusqu’à nos jours, au-delà des limites chronologiques de notre étude.

94Parmi les halles à plan quadrangulaire longitudinal, il faut souligner la spécificité des halles à une seule nef. Cette distribution est caractéristique de deux ensembles différents de marchés.

  • 759 A.V.M. : (S) 4-383-27.
  • 760 Projets signés par Satumino Martinez Ruiz, le 20 -VI-1899 et le 30-III-1899 respectivement (A.M.Bu (...)
  • 761 Projet signé par José Goicoa, le 14 août 1906, (A.M.S.S. : D-10-VIII-5).
  • 762 BOHIGAS, O. « Vida y obra de un arquitecto modedemista », dans Cuadernos de Arquitectura, 1963, no(...)

95Premièrement, ce plan était adopté pour des halles de petites dimensions : Des tinglados ou appentis de la première architecture métallique, comme les appentis du marché Olavide à Madrid, le projet de tinglado de El Born (1859), ou bien, d’époque plus avancée, des marchés clos comme El Carmen à Madrid (projet de 1894)759, Huerta del Arzobispo (projet non réalisé de 1899) et General Santocildes (1899)760 à Burgos, et El Gros à Saint-Sebastien 1906-1908)761. ( Deuxièmement, ce type de plan était adopté aussi pour des halles comportant des systèmes de charpente plus évolués qui permettaient de couvrir des espaces plus vastes sans supports intermédiaires. Le plan entièrement débarrassé de ces supports, déjà proposé par Horeau dans son projet pour les Halles Centrales de 1851, devint à nouveau un objet de réflexion pour les constructeurs à partir des années 1880, et surtout dans les premières années du XXe siècle. Le projet de marché de Domènech y Montaner762, et les marchés de Tortosa (Tarragone) (1885) et de Zamora (1903) en sont des exemples significatifs. Dans l’étude systématique des halles catalanes nous avons constaté l’existence d’une version spécifique de ce modèle, comportant des corps de bâtiment accolés aux murs latéraux de la nef pour abriter des étalages ouverts à l’intérieur et/ou à l’extérieur. Cette disposition, adoptée en 1889 dans le marché Maignon de Badalona (Barcelone), fut également utilisée dans les marchés de Calella (1927), de Arenys de Mar (1928) (Barcelone) et de Amposta (Tarragone).

2.3. Plan quadrangulaire concentrique

96La halle métallique couverte avec une nef autour d’un espace central, hérite d’une longue tradition d’espaces urbains et d’édifices à finalité commerciale suivant un schéma de distribution concentrique qui a été déjà cité plus haut. Dans le domaine espagnol, le fondouk arabe, la place à porti que -qu’elle soit de génération spontanée ou bien programmée-, l’ensemble marchand de El Fontan, à Oviedo (Asturies), ou encore un certain nombre de halles du début du XIXe siècle représentent les deux solutions typologiques possibles d’un même principe de distribution : le marché-édifice à cour centrale et la place-marché.

97Certaines des réalisations espagnoles du XIXe siècle sont représentatives de la continuité de ces deux solutions. Le marché de Santo Domingo à Pampelune, déjà évoqué comme exemple de combinaison des plans semi-circulaire et quadrangulaire, témoigne, en raison de l’autonomie du pavillon à plan incurvé ajouté dans la réfection de l’édifice, de la survivance dans les années 1870 du modèle historique de distribution des établissements marchands autour d’une cour quadrangulaire.

98À Saint-Sébastien, le plan en U autour d’une cour ouverte à l’extérieur sur l’un de ses côtés, comportant un schéma de circulation concentrique, fut adopté pour le marché La Brecha (1870). Ce choix de l’architecte s’est avéré très vite limité et avant la fin du XIXe siècle il fallut envisager l’élargissement de la superficie du marché. Ainsi, la cour fut couverte et close par une nouvelle façade et un schéma de distribution longitudinal à trois nefs fut superposé au schéma concentrique précédent, donnant lieu à une distribution mixte.

  • 763 « Pour le marché, Daura suit entièrement le projet de Benjumeda, tel qu’il existe aujourd’hui dans (...)

99Le marché Santa Caterina, à Barcelone, (1837-1848) comportait à l’origine, quatre corps de bâtiment disposés autour d’une cour centrale, suivant le modèle typologique du marché de Saint-Germain, à Paris. Lorsque la cour fut couverte au début du XXe siècle, l’ensemble adopta la structure d’un pavillon couvert à plan quadrangulaire concentrique. Le même parti était adopté en 1837 pour la construction du marché de la place de la Libertad, à Cadix763 À partir de ce même modèle, Epifanio Martinez de Velasco, établit la distribution de son projet de marché non réalisé pour la place de La Rinconada à Valladolid, en 1861, autour d’une cour centrale rectangulaire.

100Le marché d’Aranjuez (Madrid), (années 1890) constitue un exemple de l’adaptation du type marché-édifice autour d’une cour découverte à l’architecture métallique. Également à la fin du siècle, la halle de Trujillo (Câceres) (1896) prouve la survivance du même modèle de distribution avec un choix de la construction traditionnelle, dans laquelle le fer n’était utilisé que pour couvrir la cour centrale.

  • 764 D’après Joan Bassegoda, la municipalité barcelonaise commanda, en 1913, à l’architecte Antonio Fal (...)

101Parmi les exemples du type marché-place signalons La Boqueria à Barcelone avec portique entourant la place centrale. Celle-ci fut aussi couverte au début de noe siècle (vers 19 1 3)764 par une structure métallique comportant des nefs parallèles en sens longitudinal. Le marché de Ciutadella (Baléares) (1869) est situé sur une place entourée de portiques sur trois de ses côtés, au milieu de laquelle fut bâti ultérieurement (1895) un appentis métallique de plan carré. La place couverte par appentis métalliques de plan carré, quoique sans galeries autour de l’espace central, fut adoptée aussi à la Plaça del Grà -la Halle aux grains- de Figueras (Gérone) (1886-1887).

  • 765 BOUDON, F, o.c. p. 155.
  • 766 ibidem.

102Suivant un schéma de distribution plus traditionnel, des galeries à structure métallique furent bâties pour entourer des places marchandes découvertes : la place-marché Las Acenas à Avilés (Asturies) et le projet non réalisé de Garriga y Roca pour la place-marché de la Barceloneta à Barcelone (1867) en constituent deux exemples. La forme du plan de ce dernier projet n’était pas une forme quadrangulaire pure, en raison du traitement des angles en pans coupés. Cette solution était devenue « une mode urbanisticoarchitecturale très répandue »765 en France vers le milieu du siècle. Elle fut utilisée dans les plans des halles couvertes de Horeau-il la « revendique comme son bien »-(projet de Halles Centrales de Paris de 1845)766, mais aussi par Baltard (pavillon central de l’avant-projet des Halles Centrales de Paris de 1844, et dans les pavillons du projet de 1851). En 1863, Trélat adoptait aussi cette solution appliquée à un périmètre carré dans son projet pour les Halles Centrales de Madrid. Dans ce projet non réalisé il combinait la circulation concentrique avec les axes diagonaux définis par les entrées.

103La même solution était utilisée à nouveau dans les années 1920 par l’architecte J. Fradera dans son marché Torner à Badalona (Barcelone).

104Outre ces traditions perpétuées pendant le XIXe siècle et ces premières expériences de l’architecture métallique, le plan quadrangulaire concentrique répond au deuxième des schémas de distribution dont Baltard fit la synthèse, celui des pavillons insérés dans son « échiquier ». Comme dans le cas du plan longitudinal, son utilisation isolée peut être comprise comme une autre adaptation simplifiée du plan conçu par Baltard.

  • 767 COUSTET, R. o.c. planche V.
  • 768 Voir : LOYER, Le siècle de l’industrie, Paris, 1983, p. 152.

105Le marché-pavillon métallique à plan concentrique connut une diffusion rapide aussi bien en France qu’à l’étranger. Le projet de 1861 de Charles Burguet pour le Grand Marché de Bordeaux767, et la halle de La Roche-sur-Yon (Vendée)768 sont significatifs de ce modèle de distribution dans l’architecture métallique dans deux villes de différente importance.

106En Espagne, de nombreuses halles métalliques furent réalisées suivant la distribution concentrique appliquée à un périmètre carré. Les deux projets non réalisés de l’ingénieur belge Joseph Paris (1884) pour la halle de Vitoria, celui de l’année suivante pour le même établissement, ainsi que la partie centrale du marché/9 de Octubre à Oviedo (1882-1885) en constituent des exemples.

  • 769 Le plan de ce projet comportait « un rectangle de 50x37 mètres avec une nef perimétrale de 6 m. de (...)

107La même distribution, appliquée à un périmètre rectangulaire, fut adoptée dans la halle de Salamanque (1898), et dans le projet non réalisé de l’architecte Suardiaz Valdés pour le marché El Sur à Gijôn (18 97)769, dans le marché de Villaviciosa (1901-1904) et dans le marché de Mieres (1904-1907), ces trois derniers dans les Asturies.

108La différence avec le plan longitudinal répond moins à la forme du périmètre qu’à l’organisation des axes de circulation. Un carré aussi bien qu’un rectangle peuvent être distribués suivant un schéma longitudinal ou concentrique. Le même Baltard, dans les Flalles Centrales, contraint par les irrégularités du parcellaire, construit des pavillons à périmètre rectangulaire ou carré et dans les deux cas il appliqua le même schéma centré de circulation.

Projet de marché couvert, Vitoria, 1884

Marché de Villaviciosa (Asturies), 1901-1904

109Dans la pratique, les deux solutions furent souvent combinées. La halle métallique de Avila réalisée par l’architecte Enrique Maria Repullés y Yargas (1893) en constitue un exemple. Malgré la division de son plan en trois nefs parallèles, la surface quadrangulaire légèrement allongée (38x24 aprox.) présentait une organisation de la circulation autour de la nef centrale. Cette direction était renforcée par la galerie extérieure qui entourait tout l’édifice.

110Également à cheval entre la distribution longitudinale et concentrique se trouve le marché La Llibertat à Barcelone (1888-1893). Les deux nefs latérales ont un prolongement transversal sur les côtés intérieurs des façades principales, coupant ainsi la nef principale et définissant autour d’elle une galerie-déambulatoire.

3. Des solutions spécifiques : l’occupation partielle de l’emplacement et le traitement des emplacements à caractéristiques singulières

111Les solutions de la distribution réunies dans ce groupe diffèrent des modèles quadrangulaires-orthogonaux par leur spécificité. Ces spécificités, quelquefois choisies par les architectes, mais très souvent imposées comme conditions préalables au projet, ne furent pas traitées de façon homogène en fonction d’une seule logique projectuelle. Il s’agit plutôt d’un éventail de solutions proposées, au sujet desquelles nous avons tenté de trouver des précédents historiques et des parallèles dans d’autres typologies contemporaines. De même, nous a intéressés tout particulièrement l’analyse des ressemblances et des différences de ces solutions par rapport aux principes développés par Baltard.

112Nous avons divisé en deux catégories ces différents schémas de distribution : les halles dont le plan est défini par une combinaison angulaire de corps de bâtiment, et les halles dont le périmètre triangulaire ou polygonal irrégulier de l’emplacement est entièrement couvert.

3.1. Plan comportant l’Intersection de pavillons insérés dans un périmètre donné

113La logique projectuelle établie par Baltard dans les Halles Centrales comportait, comme on l’a déjà signalé, la définition d’un réseau modulaire destiné à s’étendre jusqu’aux limites physiques de l’emplacement établi au préalable. Dans ce cas l’organisation du plan était faite à l’intérieur, sans traduction dans le périmètre de l’édifice.

114Opposé à cette conception, on trouve tout un ensemble de halles dans lesquelles on a établi une distinction entre le périmètre du bâtiment, et celui du terrain qui leur était destiné. Ces marchés furent composés par des associations angulaires de corps de bâtiment qui donnaient lieu à des zones intermédiaires découvertes. Ce parti, peut-être moins strictement rationaliste que celui des périmètres quadrangulaires réguliers, aurait plusieurs origines possibles. Premièrement, P influence de schémas de distribution canoniques fondés sur la combinaison angulaire de corps de bâtiment et de cours intermédiaires. Deuxièmement, les recherches contemporaines sur d’autres programmes édilitaires publics, comme les prisons ou les hôpitaux. Troisièmement, la volonté de raccordement à un environnement urbain déterminé et l’adoption par l’architecte d’un certain parti esthétique. Quatrièmement, la construction d’une halle sur un terrain irrégulier avec des éléments de construction standardisés conçus pour la réalisation de pavillons quadrangulaires.

115Au cours de nos recherches nous avons répertorié trois modèles de combinaisons angulaires de pavillons : le plan en forme de « L », le plan en forme de « T » et le plan rayonnant.

116Certainement la plus simple de ces dispositions du plan était l’association de deux corps de bâtiment en forme de « L ». En ce qui concerne les marchés, il s’agit, à notre avis, d’un choix strictement utilitaire qui rendait possible l’adaptation à un emplacement triangulaire avec des éléments de construction conçus et préfabriqués pour la réalisation de pavillons à plan rectangulaire. Par ailleurs, la disposition des entrées principales sur les deux petites façades petites des extrémités ne fait que reproduire le schéma longitudinal de circulation, bien qu’adapté à un périmètre différent.

  • 770 Projet signé le 23-IV-1897 (A.M.Vi. :44-34).
  • 771 Projet signé le 20-1V-1899 (A.M.Bu. : O.P. 4554).

117Les deux cas répertoriés sont des exemples modestes et tardifs de l’architecture métallique. La Plaza de Abastos de Vitoria, projetée en 1897 par l’architecte Javier Aguirre770 présentait deux pavillons perpendiculaires inscrits dans le périmètre triangulaire de l’actuelle place de Los Fueros. Deux années plus tard, l’architecte Satumino Martinez Ruiz dressait à Burgos son projet non réalisé pour le marché de la place Norte del Palacio de Justicia. Dans ce dernier cas, la contrainte des éléments de construction devait être importante car l’architecte imposa à son édifice un plan en angle parfaitement droit, sans tenir compte du périmètre triangulaire légèrement irrégulier de remplacement771 Le deuxième de ces schémas comporte l’intersection perpendiculaire d’une nef courte et d’une autre plus longue, sur l’un des côtés de la partie moyenne de cette dernière, définissant un espace central quadrangulaire commun.

  • 772 SAMBRICIO, C. o.c. p. 247 et 254.

118Ce schéma de distribution aurait un précédent illustre dans l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture espagnole des Lumières, à savoir, le Cabinet de Sciences de Madrid, puis devenu musée de El Prado. Le projet originaire non réalisé pour le Cabinet de Sciences, comportait une salle transversale à l’axe longitudinal de l’édifice. D’après Carlos Sambricio, l’architecte Juan de Villanueva aurait été inspiré par les gravures de Piranèse, et plus précisément par la reconstitution du Mausolée de Sainte Constance772.

  • 773 « Projet de marché à construire dans l’ancien couvent des Arrepentidas », le 21-III-1863, (A.A.B.  (...)

119Le plan en forme de « T », fut déjà adopté par Garriga y Roca en 1861, dans un projet de halle assez modeste à construire sur l’emplacement de l’ancien couvent des Arrepentidas773 à Barcelone, bien que la relation des ailes proposée par Garriga fût inversée par rapport au schéma énoncé plus haut. L’élément le plus long et le plus large était développé à partir du centre de l’élément secondaire et en sens perpendiculaire à celui-ci.

  • 774 Projet signé le 17-VIII-1871 (I.M.H.B. : Gràfics 1750 (A)).
  • 775 GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c., p. 20.
  • 776 Nous avons déjà signalé que ces deux axes sont à la base de la réalisation définitive de El Born, (...)

120Nous avons répertorié deux autres exemples de halles conçues suivant ce plan, appartenant déjà pleinement à l’architecture métallique. Le projet non réalisé de l’architecte José Oriol Mestres pour le marché de El Born à Barcelone, (1871)774, et le marché El Progreso à Oviedo construit entre 1883 et 18 8775. Si dans l’exemple barcelonais la distribution perpendiculaire du plan était imposée par la forme allongée de l’emplacement combinée avec un axe de circulation transversal de grande importance776, dans le cas d’Oviedo une telle distribution servait à aménager un emplacement triangulaire.

  • 777 Dans le Atlas carcelario… de la Sagra « tous les modèles proposés sont organisés à partir d’un sch (...)
  • 778 Le traité de Juan MADRAZO, Modelos de pianos para la construcción de prisiones de Provincia…, Madr (...)

121Le plan rayonnant connut un grand développement dans le domaine de l’architecture carcérale au XIXe siècle. Ce modèle de plan, établi par John Haviland en 1825 pour la prison de l’Est de la Pennsylvanie, était destiné à devenir l’un des systèmes de distribution des établissements pénitentiaires le plus répandu au XIXe siècle. Ce système, synthèse du principe panoptique de Bentham et de la thèse de l’isolement des condamnés par l’incarcération cellulaire, arriva en Espagne en 1843 grâce à la traduction commentée par Ramôn de la Sagra de l’ouvrage de Baltard Instruction et programme pour la construction des maisons d’arrêt et de justice777 Les publications monographiques et les réalisations ultérieures confirmèrent pleinement la fortune de ce modèle778.

122Le projet de marché sur la place El Padró, à Barcelone, conçu par Garriga y Roca en 1861 était destiné à être inséré dans un emplacement triangulaire. Il comportait un plan rayonnant avec trois ailes réunies dans un espace central pentagonal. Outre les parallèles typologiques envisageables cités plus haut, ce parti de Garriga peut être rapproché de l’évolution typologique générale de la halle de cette période. Ainsi, Trélat et notamment Horeau, dans ses projets de halles pour Madrid (1863 et 1868 respectivement), adoptèrent des axes de distribution rayonnants, bien que ce parti fût chez ces architectes moins explicite, les espaces intermédiaires entre les ailes étant inclus à l’intérieur d’un périmètre carré et triangulaire respectivement.

  • 779 Dès 1859, l’étude comparative des projets d’agrandissement de Barcelone de Rovira y Trias et de ll (...)

123L’exemple du projet de Garriga y Roca paraît avoir une suite dans le marché Saut Antoni, également à Barcelone, conçu et réalisé par Rovira y Trias entre 1876 et 1882. Ce marché, situé très près de celui de El Padró, était destiné à remplacer ce dernier dans sa fonction. L’idée de couvrir, à l’aide d’appentis, le marché traditionnel situé sur une place trop petite, fut abandonnée au profit de la construction d’une nouvelle halle dans un îlot voisin du nouvel agrandissement de la ville. À la différence de tous les autres marchés construits par lui à Barcelone, Rovira y Trias développa dans ce cas un plan rayonnant à quatre ailes, suivant les diagonales de l’emplacement carré. L’une de ces diagonales était alignée sur la rue Sant Antoni Abad, laquelle aboutit à la place de El Padró, assurant ainsi la liaison la plus courte avec l’emplacement de l’ancien marché. Par ailleurs, ce choix de Rovira y Trias doit être considéré dans la perspective du débat urbanis tique. En effet, Rovira, architecte municipal de Barcelone fut, en 1859, le grand perdant dans l’affaire de l’agrandissement de Barcelone. Son projet, lauréat dans le concours municipal, fut finalement écarté par le gouvernement, au profit du projet de l’ingénieur Cerdà. Peut-être Rovira y Trias, dont le projet d’agrandissement urbain était fondé sur une structure rayonnante, aurait-il voulu ainsi désavouer la « monotonie » supposée de la grille orthogonale du plan Cerdà-cet argument fut souvent utilisé contre l’ingénieururbaniste barcelonais-à travers l’une des commandes municipales les plus significatives de la période779. Malheureusement nous n’avons pas trouvé, au cours de nos recherches, de documentation historique concernant cet édifice susceptible d’éclaircir les raisons du choix adopté par Rovira.

Marché Sant Antoni, Barcelone, 1883

  • 780 Projet de marché au bétail à Gérone, signé par Martín Sureda, le 30 août 1910, (A.M.Ge.)

124Á cheval entre le plan en forme de « T » et le plan rayonnant, le marché au bétail de Gérone, conçu en 1910 par Martin Sureda780 présentait un corps rectangulaire très allongé ouvert dans la partie centrale de l’un de ses côtés sur un corps perpendiculaire et sur deux ailes disposées en diagonale.

Marché Galvany, Barcelone, 1927

125Le marché de Galvany, à Barcelone, construit en 1927, constitue un exemple tardif de ce modèle de distribution. Les quatre corps de bâtiment réunis dans un espace carré central sont alignés, cette fois-ci, parallèlement aux axes orthogonaux du tracé urbain environnant. Compte tenu des choix dans la composition et dans le répertoire formel à forte composante religieuse adoptés par l’architecte, on peut songer à une utilisation symbolique du plan en croix latine comme évocation d’architectures ecclésiastiques.

3.2. Plans triangulaires et plans polygonaux non centrés

126Lorsque le périmètre des emplacements présentait des caractéristiques spéciales-triangulaire, quadrangulaire irrégulier, polygonal irrégulier, etc.-, une possibilité était, comme nous l’avons déjà signalé, une occupation partielle avec des pavillons à plan régulier. Mais une deuxième possibilité était l’occupation intégrale, laquelle pouvait être envisagée à partir de deux conceptions différentes de la distribution. La première de ces conceptions comportait l’adaptation d’un schéma de régularisation orthogonale aux caractéristiques spécifiques du plan. Celui-ci pouvait être partagé en zones différenciées, définissant une zone principale régularisée et d’autres zones complémentaires irrégulières traitées comme des prolongements de la première. Le plan polygonal du marché de La Cebada à Madrid, de Mariano Calvo Pereira, présentait une zone centrale quadrangulaire régulière complétée par deux corps périphériques, à savoir, une zone latérale triangulaire et une autre semi-circulaire (projet del867) ou polygonale (projet de 1868) dans le chevet. Le plan du marché 19 de Octubre à Oviedo était divisé, nous l’avons signalé précédemment, en une zone centrale quadrangulaire et une autre zone latérale triangulaire.

  • 781 Voir : DEMING, M.K. « Louis XVI en l’Ile. Contribution à l’étude des place royales parisiennes à l (...)

127Le projet de marché pour la place Lavapiés à Madrid de l’architecte Urioste (1886), constitue un exemple de l’application de cette conception du plan à un périmètre triangulaire. L’intérieur du périmètre était organisé à partir d’un schéma orthogonal défini par un axe longitudinal et trois axes transversaux. L’un des angles était traité avec un élément en plan semicirculaire et les deux autres en angles en pans coupés. Dans ce projet, comme dans celui de Calvo Pereira pour La Cebada de 1867, deux schémas de distribution typiques des marchés, déjà étudiés, étaient combinés : l’utilisation partielle du plan semi-circulaire et l’organisation orthogonale. Par ailleurs, la disposition du projet de Urioste n’était pas inédite dans l’histoire de l’aménagement monumental des espaces urbains. Jacques-Denis Antoine conçut en 1784 un projet de place Louis XVI à la pointe de l’île de la Cité, à Paris, dans un emplacement triangulaire défini par la convergence de deux rues sur un espace carré clos par un hémicycle781 Encore une fois, nous constatons les liens entre la place publique et la halle.

128La deuxième façon d’envisager la distribution d’un périmètre polygonal irrégulier ou triangulaire, lorsqu’on avait pris le parti d’adapter le bâtiment à la totalité du terrain disponible, consistait à lui donner un plan unitaire tout en respectant l’irrégularité ou la spécificité de la forme du plan, sans lui imposer un schéma de régularisation orthogonal.

  • 782 Voir : LEMOINE, B. o.c. 1980, p. 61.
  • 783 Projet de couverte de la cour du marché de Vitoria, signé par Javier Aguirre, IV-1929, (A.M.Vi. : (...)

129Dans ce principe nous pouvons voir certainement une recherche architecturale d’avant-garde visant à concevoir la disposition du bâtiment de façon cohérente avec les impératifs et les contraintes de l’emplacement. Á la différence du projet de Urioste, le périmètre triangulaire du projet de Hector Horeau pour une halle à Madrid (1868), était traité à partir d’un schéma rayonnant dans lequel les axes définis par les angles et le centre géométrique du triangle étaient prioritaires. Horeau établit ainsi une relation entièrement cohérente entre la forme et l’organisation du plan. La solution adoptée par Horeau fut, certes, novatrice dans son contexte, mais elle n’était pas inédite dans la tradition architecturale française de la halle. Hubert Rohault de Fleury, dans son projet de halle au beurre de 1821 proposait un système de distribution très similaire782. En 1929, Javier Aguirre prit le même parti - c’est à dire, le respect de la forme du périmètre triangulaire dans l’organisation du plan- dans son projet de couverture de la cour du marché de Vitoria783.

130Mais le principe de l’organisation du plan de la halle respectant entièrement la forme de l’emplacement relève aussi d’une tradition pragmatique et artisanale de l’architecture utilitaire qui s’écarte des impératifs canoniques de la régularité. Cette conception architecturale en quelque sorte organique était toujours d’actualité au XIXe siècle, notamment lorsqu’il était question de commandes à petite échelle et peu significatives du point de vue symbolique.

131En France, la halle du Puy-en-Vélay (Haute Loire) construite suivant un plan pentagonal irrégulier pour s’adapter aux contraintes du parcellaire, constitue un exemple frappant dans la mesure où les édifications voisines de la halle ont disparu. Dans ce nouveau contexte urbain, l’irrégularité du plan de la halle, jadis justifiée, peut paraître arbitraire.

  • 784 « À notre avis, la raison de l’adaptation (au périmètre irrégulier du terrain) […] proviendrait d’ (...)

132À Gijôn (Asturies), les promoteurs du marché de El Sur auraient imposé en 1898, la réalisation d’une halle pentagonale irrégulière adaptée à l’ensemble de l’emplacement disponible. Ils s’opposaient, certes, au pavillon quadrangulaire concentrique proposé par l’architecte Suardiaz Valdés l’année précédente, mais aussi très probablement aux critères personnels de l’architecte Mariano Medarde, auteur du projet définitif784. Ainsi, la volonté pragmatique des propriétaires entraîna une solution singulière dans laquelle l’aménagement de l’espace intérieur était une parfaite projection du périmètre extérieur. Le principe de la distribution utilisé fut celui des pavillons quadrangulaires concentriques adapté aux caractéristiques spéciales de l’emplacement. L’édifice, de cinq côtés inégaux autour d’un espace central, présente un schéma de circulation intérieure concentrique et deux axes approximativement perpendiculaires définis par les alignements des quatre entrées.

  • 785 Navascués Palacio souligne l’aspect innovateur du projet de Horeau en relation avec la rigidité de (...)
  • 786 « L’irrégularité est probablement décisive pour expliquer les différences avec le reste des marché (...)

133L’adaptation cohérente de la distribution intérieure à un périmètre à caractéristiques spéciales -qu’il soit triangulaire, polygonal irrégulier, etc.- comporte des choix techniques dans la conception de la structure plus audacieux ou du moins plus élaborés, que ceux qui sont destinés aux édifices quadrangulaires réguliers. Le projet de Horeau a été jugé révolutionnaire dans la ligne des conceptions de la fin de sa carrière785. En ce qui concerne le marché de El Sur, le rôle de l’architecte Mariano Medarde paraît avoir été de « décorer l’extérieur et d’organiser l’intérieur », la structure étant une donnée du projet établie au préalable par un spécialiste, en raison de sa complexité786.

Marché El Sur, Gijon, 1898-1899

Notes

659 Mark Deming a décrit la fortune et le rejet du parti circulaire de Le Camus dans son ouvrage consacré à La Halle au Blé de Paris, 1762-1813, Paris, 1984, pp. 199-216.

660 « Ainsi, face au caractère fondé sur des idées générales ou excessivement particulières, Quatremère proposait le sens traditionnel de ce concept, compris comme « propriété indicative » de ce que l’édifice est et doit paraître »… « Así, frente al carácter basado en ideas generales o excesivamente particulares, Quatremère plantea el tradicional concepto de carácter como « propiedad indicativa » de lo que es y debe parecer el edificio. » (ARRECHEA, J. Arquitectura y Romanticismo. Pensamiento arquitectónico en la España del siglo XIX. Valladolid, 1989, p. 208).

661 « La planche de 1802 (de Durand) illustrant les « Ensembles d’édifices résultant des divisions du carré, du parallélogramme et de leurs combinaisons avec le cercle » propose certaines conceptions assez complexes qui mélangent carré et cercle et montrent bien le plaisir pris par Durand à la combinatoire. » (SZAMBIEN, W. J.N.L. Durand, Paris, 1984, p. 89).

662 Voir : LEMOINE, Les halles de Paris, Paris, 1980, p. 37 et 39.

663 « Avocat d’un strict rationalisme en architecture, J.N.L. Durand fut celui qui contesta le plus explicitement l’autorité du modèle établi par Le Camus. Sur une même planche de son célèbre Recueil et parallèle des édifices de tout genre (1800), il prit soin de lui opposer, à des fins comparatives, les halles d’Amiens et de Corbeil, réservant son verdict pour le Précis des leçons d’architecture (1809) : « La halle la plus célèbre est la halle au blé de Paris, elle mérite cette célébrité à certains égards ; elle le mériterait encore plus » ajoutait-il « si l’on y avait mis moins de prétention ». (DEMING, o.c. p. 205).

664 Catalogue Hector Horeaufl801-1872), Paris, 1979, p. 29.

665 ibidem.

666 ibidem, p. 152.

667 LA ROCCA, E. ; DE VOS, A. et M. ; COARELLI, F.Guida archeologica di Pompei, 1981, p. 125.

668 DURAND, Précis de leçons d’architecture, Paris, 1809, vol. 2, pl. 13.

669 Voir : DEMING, o.c. p. 205.

670 « Le cours de Durand […] soumis aux impératifs de l’administration, devient doctrinaire […] L’argumentation y tourne sur elle-même, et l’ambition la plus ’progressiste’ du cours - élaborer des types conventionnels-ne joue aucun rôle. Dans ces condition, il ne reste plus qu’une méthode de composition abstraite, schématique, pétrifiée. » (SZAMBIEN, W. o.c., p. 93).

671 DALY, C. « Les halles centrales de Paris », dans la Revue Générale de l’Architecture…, 1854, vol. XII, col. 10 et 11.

672 Ce projet comportait un espace quadrangulaire central avec cour intérieure et angles en pan coupé, quatre pavillons octogonaux réguliers, plusieurs pavillons à plan rectangulaire, deux bâtiments à plan allongé clos par des hémicycles aux extrémités, et un espace quadrangulaire irrégulier. D’après Françoise Boudon, Baltard conçut ce projet « …comme s’il s’agissait d’échantillonner ce que les recueils contiennent de bon en la matière » (BOUDON, F. « Horeau et les Halles Centrales », dans Catalogue Hector Horeau…, p. 153).

673 Voir : COUSTET, R. « Charles Burguet (1821-1879) et l’architecture métallique à Bordeaux », dans Revue historique de Bordeaux et du departement de la Gironde, tome XXII, nouvelle série, 1973.

674 « …estas diferentes formas que pueden tener fuera de la rectángula, si desde luego dan mayor comodidad y conveniencia respecto de la vista, ofrecen otros inconvenientes por los ángulos é irregularidades que ocasionan en los edificios que las circundan… » (INCLAN VALDES, J.M. Lecciones de arquitectura civil, Madrid, 1847, p. 69).

675 « …cualquiera de las regulares, ó tal vez irregulares que proporcionen las avenidas y cruceros de las calles, pues teniendo por objeto aquellas comodidades y deshagos, no solo no hay precisión de una rigurosa uniformidad, sino que conviene haya en ellas variación », (ibidem, p. 70).

676 VILLANUEVA, Luis, « Mémoire du projet de marché pour la place de la Libertad », Burgos, le 31-XII-1959, (A.M.Bu. : O.P. 968).

677 « La construction d’un édifice public nouveau suivant un plan irrégulier est opposée à ce que les lois et les conditions de la police urbaine conseillent. En outre, une telle disposition présentait l’inconvénient d’approcher les façades du marché de celles des maisons privées… » « …Hacer un edificio público de nueva planta irregular, no es lo que más aconsejan las leyes y condiciones de policía urbana. Además con esta disposición se caía en el inconveniente de acercar el mercado o sus fachadas à las de las casas particulares… » (« Rapport de la Junta de Obras Públicas de la province », le 12-X-1864, A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce 5).

678 GUADET, J. Traité d’Architecture, 1894.

679 Hubert Damisch, dans la préface à l’édition française de 1981de l’œuvre de Kaufmann De Ledoux à Le Corbusier, 1933, insiste sur le fait que l’architecture du siècle dernier, malgré l’empreinte des historicismes et de Teclectisme, participa dans ses structures plus profondes, de la continuité du developpement des principes d’autonomie architecturale établis par Ledoux. Ces principes, toujours d’après Kaufmann, n’auraient pas trouvé une expression formelle cohérante jusqu’au Mouvement Moderne. (Pris de l’édition espagnole, p. 16.)

680 DALY, César, Révue Générale de l’Architecture, XVIII, 1860, col. 3-4, cité dans SABOYA, Marc, Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la R.G.A. Paris, 1991, p. 242.

681 « El propio siglo XIX llego a ver en esta lógica una característica distintiva por la que se podía definir aquel ‘nuevo estilo’ tan afanosamente buscado a lo largo del siglo […] De aquí proviene la enorme importancia que en este periodo tuvieron los estudios tipológicos especializados que, en la mayoría de las ocasiones, ofrecían repertorios y análisis plan métricos como medio de acceso relativamente cómodo a la rápida evolución de las funciones utilitarias de la arquitectura así como de control de cada tipología » (ARRECHEA, o.c. p. 224-225).

682 « He considered semi- and quater spheres the most suitable shapes, also buildings with a semi-elliptical groundplan and semi-elliptical section ». (KOPPELKAMM, Stefan, Glashouses and wintergardens of the nineteenth century, Londres, 1982, p. 19).

683 ibidem, pp. 19, 20, 21, 30, 60, 70, 83, 100.

684 DEMING, M.K. o.c. p. 18

685 ibidem, p. 199-216.

686 « Può darsi che un vago ricordo parigino delta Halle aux blés abbia influito sull’idea degli architetti » (VILLARI, Sergio. « La piazza e i mercati. Equipement urbano e spazio pubblico a Napoli nel decennio napoleonico » dans La piazza, la chiesa, il parco, Electa éd., pp. 213 et 235).

687 RODRIGUEZ, J.I. « Cercano Oriente » dans Gula de las Plazas de España e Hispanoámérica, Revista del Ministerio de Obras Püblicas y Transportes, 1991, no 389, pp. 212-213.

688 A.V.M. : (S) 1-237-10 ; le plan du projet fut publié dans RUIZ PALOMEQUE, Ordenación y transformaciones urbanas del casco antiguo madrileno durante los siglos XIX y XX, Madrid, 1976, plan no 15.

689 D’après Julio Arrechea les théories de Bentham furent diffusées en Espagne par Marcial Antonio Lôpez dans son œuvre Descripción de los más célebres Establecimientos Penales de Europa y de los Estados Unidos, (1832), et par J. Vilanova y Jordan dans son œuvre de l’année 1834 Aplicación de la panóptica de Jeremías Bentham a las cárceles y casas de corrección de España… (ARRECHEA, o.c. pp. 245-249)

690 « El principio panóptico puede adaptarse con suceso para todos los establecimientos en que deben reunirse la inspección y la economía : él no está ligado por precisión con las ideas de rigor ; pueden suprimirse los grillos de hierro, permitirse las comunicaciones, y evitarse que la inspección sea incómoda y molesta » (VILANOVA Y JORDAN, J. o.c. Madrid, 1834, p. 86, cité dans ARRECHEA, o.c. p. 247).

691 Voir : GARCIA DOMENECH, M.R. « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX » dans Actes du II Congrès d’Història del Plà de Barcelona, Barcelona 1985 (1990), vol. II, pp. 191-207.

692 Voir : fiche de l’Inventaire du Patrimoine Architectural de la Generalitat de Catalogne.

693 BOUDON, o.c. p. 155.

694 DALY, « Les Halles Centrales » dans Révue Générale de l’Architecture, 1854, vol. XII, planche 3.

695 LEMOINE, o.c. p. 22.

696 Le projet de Verdú comportait un ensemble architectural polyvalent (commerce, stockage et habitation) inséré dans la ville et non point une sorte de phalanstère. (Voir : PEREZ ARROYO, « Un mercado para el barrio de Salamanca » dans Madrid no construido, Madrid, 1986, p. 102.)

697 INCLAN VALDES, o.c. p. 69.

698 Voir : DUPAVILLON, Christian, Architectures du Cirque. Des origines à nos jours. Paris, 1982.

699 « En et sitio más a propósito de este espacio inscribo un dodecágono 6 polígono de doce lados que es la figura más adaptada a la forma de la Plaza al mismo tiempo que la más conveniente para mercado y para la economía de las fábricas por ( ?) aproximación a la figura circular que con el menor perímetro abraza mayor espacio » (VILLANUEVA, Luis, « Mémoire du projet », le 31-XII-1859, A.M.Bu. : O.P. 968, f  14 V°)

700 Plan d’emplacement du marché de Leon, signé Melitón Martinez, le 4-III-1868. (A.M. Le. : (O.M.) 721, no 23).

701 Guia de arquitectura de Ibiza, p. 78.

702 A.V.M. (S).

703 « Arquitectura en peligro », dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, septembreoctobre 1975, no 33, p. 43.

704 ALOI, R. Mercati e Negozi, Milano, 1959, p. XXVII.

705 VARELA, BOTELLA, CALDUCH, Guia d’Arquitectura d’Alacant, 1979, p. 119.

706 ESTEBAN CHAPAPRIA, PALAIA PEREZ, El mercado Central de Valencia, sans no de page.

707 A.V.M. :(S) 0’59, 31,60.

708 MAS MORELL, Ignacio, « Mémoire du projet de construction d’une place-marché », le l-X-1925 (A.H. Fidel Fita-Arenys de Mar-, Fond Municipal, 2146).

709 L’architecte Ignasi Mas Morell projeta et construisit en 1916 l’arène « Monumental » à Barcelone. Le plan circulaire de l’édifice est placé à l’intérieur d’un ilôt de l’élargissement Cerdà, légèrement déplacé par rapport au centre. (LACUESTA, GONZALEZ, Guia de arquitectura modernista en Cataluha, Barcelone, 1990, p. 45).

710 « Au pied du Quirinal s’incurve la façade des marchés (de Trajan), ancêtre de toutes les façades courbes que devait réaliser l’architecture des XVIIe et XVIIIe siècles. » (PICARD, Gilbert-Charles, « L’art romain », dans Enciclopaedia Universalis, (éd. 1985), vol. XVI, p. 149.

711 Voir : Catalogue de l’exposition Roma Antiqua, envois des architectes français (1788-1924), Rome-Paris, Villa Medicis-École de Beaux Arts, 1985.

712 VILLARI, Sergio, o.c. pp. 208 et 226 ; LEMOINE, B. o.c. p. 60.

713 Voir le projet de Custodio Moreno de 1799 pour un édifice d’entrepôt et de vente de vivres. (SAMBRICIO, Carlos, La arquitectura española de la Ilustración, 1986, Madrid, p. 268-269).

714 MANTEROLA, Guia-Manual geográfico descriptivo de la provincia de Guipúzcoa…, S. Sebastien, 1871, p. 208.

715 RODRIGUEZ SORONDO, M.C. Arquitectura pública en la ciudad de San Sebastián (1813-1922), Saint Sébastien, 1985, p. 50.

716 « …por medio de un lenguaje clásico, busca sistemáticamente una mayor racionalidad compositiva, definida más en términos de la pureza de los elementos que en el sentido funcionalista del siglo XX » (ibidem, p. 34).

717 RUIZ PALOMEQUE, Eulalia, o.c. plan no 50.

718 La chronique satirique de l’époque utilise l’exotisme supposé de ce nom dans une histoire imaginaire, dans laquelle le protagoniste se croit appelé par une femme à un endroit mystérieux nommé Zacatín. La déception est grande lorsque notre personnage découvre que la femme en question appelait un domestique, et que le Zacatín n’était que « la rotonde où l’on vend la volaille ». (« Una aventura en el mercado », dans El Eco de Navarra, le 23-V1877, no 175, p. 1). En réalité, Zacatín, comme Zoco, sont des mots espagnols qui proviennent de l’arabe shouk, et qui désignent les lieux de vente.(MOLINER, M. Diccionario de uso del español, 1977, vol. II, p. 396).

719 Le marché de Trajan à Rome, auquel nous avons déjà fait référence, était situé sur l’un des côtés de la partie quadrangulaire du forum de cet empereur, et opposé à un autre espace semi-circulaire qui lui était symétrique. L’association de ces deux formes géométriques revient en permanence dans l’aménagement des distributions de l’ensemble des forum et des basiliques de Rome. (Voir : ROSSI, Aldo, L’architecture de la ville, p. 154-160)

720 Le Théâtre de Pompée, à Rome (61-55 av. J-C), était construit dans l’alignement d’un jardin rectangulaire entouré de portiques suivant l’exemple d’Athènes ou de Pergame : « L’idée d’un vaste promenoir attenant à un théâtre est hellénistique… mais l’aménagement en jardin ordonné de l’espace central du péristyle amorce l’essor de l’art des jardins, typique de la civilisation romaine » (HOLTZMANN, Bernard « L’architecture romaine à l’époque républicaine », dans Le Grand Atlas de l’Architecture Mondiale, Encyclopaedia Universalis, 1982, p. 159).

721 Voir les recherches en cours de Isabel ROUX ; Voir également : TAILLARD, Christian, « De l’ancien Régime à la Révolution : l’histoire exemplaire des projets d’aménagement du Château Trompette à Bordeaux », dans Revue de l’Art, 1989, no 83, pp. 81 et 83.

722 L’architecture hospitalière au XIXe siècle. L’exemple parisien, Catalogue de l’exposition réalisée au Musée d’Orsay, Paris, 1988, p. 23.

723 RABREAU, Daniel, « L’œuvre de Mathurin Crucy à Nantes. Un modèle d’esthétique urbaine néo-classique (1780-1820) », dans Storia della città, 1977, no 4, p. 56.

724 ibidem.

725 Voir : LEMOINE, o.c. p. 38.

726 ROUX, Isabel, « L’architecture publique », dans Le port des Lumières. Architecture et Art Urbain. Bordeaux 1780-1815, Bordeaux, 1889, pp. 41 et 42.

727 VILLARI, O.C. p. 210.

728 « Como la figura de la plazuela se estrecha bastante por su medio, se da a la planta del mercado la forma circular sobre el lado opuesto á su fachada principal para dejar con más desahogo los tránsitos entre aquel y las casas latérales » (GONZALEZ, Cándido. Mémoire du projet, le 21-XII-1862, A.M. Oviedo, indu dans FERNANDEZ MOL1NA, GONZALEZ MORIYON, Dossier Documentaire…).

729 ARAZURI, J.J. Pamplona, calles y barrios. Cité dans Diaro de Navarra, le 26-VI-1987, p. 23.

730 SAMBRICIO, Carlos, o.c. pp. 247-249 et 257.

731 Ibidem, p. 279.

732 BOUDON, o.c. p. 152

733 DALY, o.c. planches 2 et 3.

734 HERNANDEZ CROS, MORA, POUPLANA, Arquitectura de Barcelona, Barcelona, 1977, p. 77.

735 GARAU TORNABELLS, P. Memoria de anteproyecto de mercado de urbanización de la Plaza Mayor…, Palma, 1914.

736 « Un marché ne doit pas être autre chose, d’après nos usages, qu’un parallélogramme rectangle… ». (BALTARD, V. Monographie des Halles Centrales, Paris, 1862, p. 24).

737 « …de sorte que les formes courbes y sont essentiellement impropres et ne peuvent y être appliquées que très exceptionnellement » (ibidem)

738 BOUDON, F. o.c. p. 158.

739 DALY, C. o.c. planche no 4.

740 BALTARD, o.c. p. 24.

741 Au sujet des halles madrilènes de La Cebada et Mostenses, Pedro Navascués signale que la multiplication de supports définit un espace intérieur très particulier dans lequel « réapparaît l’image de la mosquée avec de longs espaces constamment divisés. Dans cette perspective, ces premiers marchés ne représentent qu’un certain progrès dans l’évolution des systèmes de construction, car le résultat final évoquait des expériences précédentes déjà connues de la perception de l’espace architectural. Àcet égard, les marchés de Madrid montrent leur écart par rapport aux gares, où l’élimination des supports intermédiares témoignait du succès de la nouvelle architecture indutrielle… »… « reaparece la imagen de la mezquita con largos ámbitos constantemente diafragmados. Desde esta óptica, aquellos primeros mercados tan solo representaron un cierto progreso en el proceso constructivo, ya que el resultado final evocaba vivencias espaciales anteriores. Los mercados madrileños mostraban en este sentido el abismo que los separaba de las estaciones donde, precisamente, la eliminación de todos los apoyos intermedios reflejaba el éxito de la nueva arquitectura industrial » (NAVASCUES PALACIO, P. « Las estaciones y la arquitectura del hierro en Madrid » dans Catalogue de l’exposition Las estaciones ferroviarias de Madrid, su arquitectura e incidencia en el desarrollo de la ciudad, Madrid, 1980).

742 BOUDON, o.c. p. 158.

743 César Daly témoigne d’un grand intérêt au sujet des choix les plus rationnels et novateurs du projet de Horeau mais il en critique certains aspects : « La grande élévation de la toiture, dont le faîte dépasserait 35 mètres, est favorable sans doute au libre jeu de l’air intérieur, mais ne paraît pas cependant suffisamment motivée par la fonction de l’édifice, et ne peut être justifiée que par les nécessités du mode de construction adopté. Les dispositions prises pour l’introduction de la lumière ne nous paraissent pas non plus à l’abri de toute objection[…] Enfin, les ouvertures de l’édifice, quoique assez multipliées pour ne pas le laisser à l’abri des effets nuisibles des courants d’air, ne le sont cependant pas autant que l’exige le service des halles… les rampes longitudinales conduisant à l’étage souterrain, et qui courent le long de chaque pignon, ne laissent réellement, sur ces côtés de chaque pavillon, qu’une entrée principale ouverte au mouvement des denrées et du public. » (DALY, C. o.c. col. 28).

744 Henry-Russell Hitchcock soulignait la volonté personnelle de Napoléon III de construire les Halles Centrales avec une structure entièrement métallique. (HITCHCOCK, Architecture : Nineteenth and Twentienth Centuries, 1958, (édition espagnole 1981, p. 204). Pour Leonardo Benevolo Baltard était, certes, un architecte savant et doué, mais lié à l’incohérence d’une culture architecturale à cheval entre la tradition académique et les expériences rénovatrices, et surtout attaché aux impératifs du pouvoir politique. (BENEVOLO, L. Storia dell’ archittetura moderna, édition espagnole, 1979, p. 126 et 130). Michel Ragon décrit Baltard comme un imposteur, un architecte d’avant-garde malgré lui contraint d’imiter Horeau par la volonté de Haussmann et de Napoléon III (RAGON, M. Histoire mondiale de l’architecture et de l’urbanisme modernes, vol. I Idéologies et pionniers, 1800-1910, 1971, ed. espagnole 1979, p. 160-163).

745 Voir : CHARNEAU, B. Recensement et étude des halles et des marchés couverts de Gironde, Dordogne, et Lot-et-Garonne. Etude inédite de l’Inventaire du Patrimoine d’Aquitaine, Bordeaux, 1990, dossier individuel de Monségur.

746 « À l’âge de la construction métallique, il n’y a plus guère que les principes les plus essentiels de Durand qui puissent servir de modèle. Un ingénieur belge, A. Delaveleye, le cite ainsi pour réclamer des distances égales dans les soutiens des édifices » (SZAMBIEN, W. o.c. p. 98).

747 Voir L’architecture hospitalière au XIXe siècle. L’exemple parisien, Paris, 1988.

748 LEMOINE, B. o.c., p. 88.

749 BOUDON, F. o.c. p. 158.

750 LEMOINE, B. o.c. p. 161.

751 « Muchos son los mercados levantados, contando con el hierro como à base principal de la o satura de la construcción, y eso, tanto en el extranjero, como en nuestro país, y casi en todos ellos, se ha partido como à planta dispositiva, del simple cuadrado o rectángulo, como por ejemplo, el que puede servir de tipo, el erigido por el arquitecto Baltard en la capital de Francia, mercado conocido con el nombre de les Halles Centrales… » (ROVIRA Y RABASSA, A. El hierro, sus cortes y enlaces, après 1889, pp. 171-172).

752 Fiche de l’Inventaire Municipal du Patrimoine Architectural de Séville.

753 Le marché du Temple (l 863-65) de Jules de Mérindol et le Grand Marché de Bordeaux (1864), de Charles Burguet (1864) en constituent respectivement un exemple parisien et un autre provincial. (CHEMETOV, MARREY, Architectures à Paris, 1848-1914, Paris, 1984, p. 44 ; COUSTET, R. o.c. p. 18)

754 COSTA BUJAN, MORENAS AYDILLO, Santiago de Compostela 1850-1950, 1989, p. 110-113.

755 Dans le livre Tarragona, canvi de segle, Tarragona, 1986, Antonio Salcedo met en relief le parallèle entre la halle tarragonaise et certaines œuvres de Otto Wagner à Vienne.

756 Projet de Sitio para la benta de granos (sic), Burgos, le 17-IX-1813, (A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce 4).

757 Projet de la nouvelle Alhondiga -halle aux grains-, signé Javier Aguirre, Vitoria, IX-1897, (A.M.Vi. : 46-6-13).

758 Projet de Cubiertos para las Ortolanas (sic), signé Santiago Pérez, Burgos, le 23-1-1751, (A.M. Bu. : O.P. 1225, pièce 1)

759 A.V.M. : (S) 4-383-27.

760 Projets signés par Satumino Martinez Ruiz, le 20 -VI-1899 et le 30-III-1899 respectivement (A.M.Bu. : O.P. 4554 et 1566, pièce 4).

761 Projet signé par José Goicoa, le 14 août 1906, (A.M.S.S. : D-10-VIII-5).

762 BOHIGAS, O. « Vida y obra de un arquitecto modedemista », dans Cuadernos de Arquitectura, 1963, no 52-53, p. 74.

763 « Pour le marché, Daura suit entièrement le projet de Benjumeda, tel qu’il existe aujourd’hui dans sa partie extérieure. Un édifice carré avec une grande cour centrale était entourée d’une galérie à colonnade haute de quatre mètres autour de laquelle étaient placés les soixante douze étalages prévus dans le projet originaire. Actuellement la cour centrale est occupée par des nefs abritant d’autres étalages. »… « En el mercado de abastos Daura sigue literalmente el proyecto de Benjumeda, tal como se encuentra hoy en su exterior. Se inician las obras en agosto de 1837 dando lugar a un edificio cuadrado con un gran patio central, hoy también ocupado por naves que acogen puestos, rodeado de una galería columnada de cuatro metros de altura que daba cobijo a los setenta y dos puestos del proyecto originario  ». (CIRICI NARVAEZ, J.R. « Cadiz en la visita de Isabel II ; arquitectura y urbanismo » dans El Casino y la Ciudad de Cádiz. Polltica, Sociedad y Cultura en el siglo XIX. Cadix, 1986 p. 48).

764 D’après Joan Bassegoda, la municipalité barcelonaise commanda, en 1913, à l’architecte Antonio Falguera Sivilla, un projet de couverte intégrale de la Boqueria (BASSEGODA NONELL, J. « La Boqueria récupéra su esplendor », dans ABC Cataluna, le l-X-1991, p. VI.

765 BOUDON, F, o.c. p. 155.

766 ibidem.

767 COUSTET, R. o.c. planche V.

768 Voir : LOYER, Le siècle de l’industrie, Paris, 1983, p. 152.

769 Le plan de ce projet comportait « un rectangle de 50x37 mètres avec une nef perimétrale de 6 m. de large entourant le noyau central… »… « un rectángulo de 50x37 metros, en el que una nave perimetral de 6 m. de ancho, circunda al nucleo central… », (GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, La arquitectura del hierro en Asturias, mémoire inédit, Oviedo, 1980, p. 30).

770 Projet signé le 23-IV-1897 (A.M.Vi. :44-34).

771 Projet signé le 20-1V-1899 (A.M.Bu. : O.P. 4554).

772 SAMBRICIO, C. o.c. p. 247 et 254.

773 « Projet de marché à construire dans l’ancien couvent des Arrepentidas », le 21-III-1863, (A.A.B. : 2886 3/1).

774 Projet signé le 17-VIII-1871 (I.M.H.B. : Gràfics 1750 (A)).

775 GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c., p. 20.

776 Nous avons déjà signalé que ces deux axes sont à la base de la réalisation définitive de El Born, même si le périmètre finalement adopté fut rectangulaire.

777 Dans le Atlas carcelario… de la Sagra « tous les modèles proposés sont organisés à partir d’un schéma rayonnant qui a un grand succès aux Etats Unis et qui est développé en France par Blouet et Harou-Romain. À côté de ces derniers, de la Sagra reproduisait le plan conçu par Anibal Alvarez publié pour la première fois en 1840 »… « Todos los modelos ofrecidos en este breve tratado se articulan sobre et esquema radial de tanto éxito en Estados Unidos y desarrollado en Francia por Blouet y FIarou-Romain. Junto a ellos, Ramón de la Sagra reproducia la planta ideada por Anibal Alvarez y publicada por vez primera en 1840 » (Voir : ARRECHEA, J. o.c. p. 250 et planche 82).

778 Le traité de Juan MADRAZO, Modelos de pianos para la construcción de prisiones de Provincia…, Madrid, 1860, consacrait l’utilisation du plan rayonnant pour les prisons en Espagne (Voir ARRECHEA, J. o.c. pp. 264-265). En 1877 Eduardo de Adaro publiait son étude sur « La nueva cárcel de Madrid » dans Revista de la Sociedad Central de Arquitectos, 1877, pp. 21-24, 38-43 et 56-59 ; le projet en question présentait une disposition rayonnante.

779 Dès 1859, l’étude comparative des projets d’agrandissement de Barcelone de Rovira y Trias et de lldefonso Cerdà, publié par Ruperto Lacosta, partisan du premier, faisait de la monotonie du plan de Cerdà l’un des principaux arguments de sa critique : « Si on s’adressait à des artistes savants, dans le but de définir les qualités d’un projet de distribution d’une ville, d’un projet de distribution architecturale, voire, de toute œuvre d’art, il suffirait de signaler l’unité et la variété sans tomber dans le désordre ou la monotonie […] Dans le plan de M. Cerdà on ne voit pas autre chose que l’application malheureuse du système rectangulaire et rien du modèle de distribution rayonnante. Il est fatigant d’imaginer que le passant souhaitant se rendre d’un point à l’autre sera obligé de parcourir les deux côtés perpendiculaires d’un grand triangle rectangle. Dans la ville conçue par Cerdà, il ne serait pas facile aux gens de savoir à quel endroit ils se trouvent en raison de la monotonie inqualifiable. »… « Si nos dirigiésemos d artistas, y artistas pensadores, bastaría para consignar las cualidades que ha de reunir un proyecto de distribución de una ciudad, anunciar las que debe comprender todo proyecto de distribución arquitectónica, y aun toda obra de arte : la unidad y la variedad sin caer en el desorden ni en la monotonía… En el piano del Sr. Cerda, no se ve otra cosa que la aplicación desgraciada del sistema rectangular, y no hay cosa alguna del radiado, cuanto que la mente se fatiga al ver que para trasladarse un transeúnte de un punto à otro, forzosamente tenga que recorrer los dos catetos de un gran triángulo rectángulo, y que cuando se le ocurriera â una persona saber en qué puesto de población se encontrase, si se siguiera dicho proyecto de Cerda, no le fuera fácil saberlo merced á la monotonía incalificable. » (LACOSTA, Ruperto, Paralelo entre el proyecto de ensanche de Barcelona de D. Antonio Rovira y Trias… y el proyecto de D. Ildefonso Cerdá…, Barcelona, 1859, (reéd. dans l’annexe documentai de l’édition facsimilé de Teorla General de la Urbanización, de I. Cerdà, à charge de Fabián ESTAPE, Barcelone, 1968, vol. III, pp. 496 et 498).

780 Projet de marché au bétail à Gérone, signé par Martín Sureda, le 30 août 1910, (A.M.Ge.)

781 Voir : DEMING, M.K. « Louis XVI en l’Ile. Contribution à l’étude des place royales parisiennes à la fin de l’Ancien Régime » dans Revue de l’Art, 1989, no 83, p. 88.

782 Voir : LEMOINE, B. o.c. 1980, p. 61.

783 Projet de couverte de la cour du marché de Vitoria, signé par Javier Aguirre, IV-1929, (A.M.Vi. : Li-26-47 (1929)).

784 « À notre avis, la raison de l’adaptation (au périmètre irrégulier du terrain) […] proviendrait d’une pression des propriétaires plus que de la volonté de l’architecte. Dans les avant-projets pour le marché San Lorenzo, Mariano Medarde s’était montré partisan des conceptions géométriques régulières. Il ne nous paraît pas logique de songer à un changement d’avis dans le cas du marché de El Sur. D’ailleurs, le rejet du projet de Antonio Suardiaz comportant un plan régulier qui n’occupait pas le terrain dans sa totalité viendrait confirmer ce jugement »… « La razón de (la adaptación al perímetro irregular) […], pensamos que hay que buscarla más en una imposición por parte de los propietarios, que en una voluntad del propio arquitecto. Mariano Medarde, en los anteproyectos del mercado de San Lorenzo, ya se había mostrado favorable a los planteamientos geométricamente regulares, y, no parece lógico que cambie de opinión en esta ocasión. Por otra parte, este juicio parece confirmado al recordar, como el proyecto rechazado de Antonio Suardiaz proponia una planta regular que no ocupaba totalmente el solar. » (GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c. p. 33).

785 Navascués Palacio souligne l’aspect innovateur du projet de Horeau en relation avec la rigidité des Halles Centrales de Paris et avec la multiplicité des supports du projet de Trélat pour Madrid, déjà cité : « Horeau conçut un marché absolument révolutionnaire en établissant une couverte suspendue à la façon d’un chapiteau de cirque et en réduisant au minimum le nombre des supports intérieurs. Si on y ajoute l’originalité de la forme triangulaire du plan, nous aurons devant nous un modèle tout à fait exceptionnel dans lequel Horeau, comme dans d’autres projets de la fin de sa vie, frise la vision utopique »… « Horeau diseñó un mercado absolutamente revolucionario al suspender su gran cubierta como si se tratara de una carpa de circo, al tiempo que reducía al mínimo el número de soportes de su interior. Si a ello se añade la original forma triangular que dibuja en planta el mercado, tendremos ante nosotros un modelo absolutamente excepcional en el que Horeau, como en otros proyectos del final de su vida, roza la visión utópica. » (NAVASCUES PALACIO, P. « Influencia francesa en la arquitectura madrileña del siglo XIX : La etapa isabelina » dans Archivo español de arte, 1982, no 217, p. 68).

786 « L’irrégularité est probablement décisive pour expliquer les différences avec le reste des marchés de la région et pour justifier le fait que la structure ait été conçue par quelqu’un de plus spécialisé… » à savoir, un personnage appelé Buenaventura Junquera. « Esta irregularidad, posiblemente resulta decisiva para explicar las diferencias con los otros mercados, así como para justificar que la estructura la proyecten personas más especializadas… ». (GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c., p. 33).

List of illustrations

Caption Halle au poisson du marché La Boqueria, Barcelone, 1848
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-1.jpg
File image/jpeg, 269k
Caption Projet de marché place La Libertad, Burgos, 1859
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-2.jpg
File image/jpeg, 74k
Caption Projet de halle aux poissons, Saint-Sébastien, 1841-1843
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-3.jpg
File image/jpeg, 180k
Caption Marché Trascorrales, Oviedo, 1862-1867
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-4.jpg
File image/jpeg, 112k
Caption Projet de marché La Rinconada, Valladolid, 1862
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-5.jpg
File image/jpeg, 205k
Caption Projet de marché Portugalete, Valladolid, 1862
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-6.jpg
File image/jpeg, 177k
Caption Projet de marché El Born, Barcelone, 1848
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-7.jpg
File image/jpeg, 113k
Caption Projet de marché Portugalete, Valladolid, 1878
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-8.jpg
File image/jpeg, 156k
Caption Projet de marché Mostenses, Madrid, 1867-1868
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-9.jpg
File image/jpeg, 95k
Caption Projet de marché place Bilbao, Madrid, 1867
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-10.jpg
File image/jpeg, 232k
Caption Projet de marché El Born, Barcelone, 1873
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-11.jpg
File image/jpeg, 128k
Caption Projet de marché, Burgos, 1876-1880
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-12.jpg
File image/jpeg, 116k
Caption Marché place General Santocildes, Burgos,début du XXe siècle
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-13.jpg
File image/jpeg, 208k
Caption Projet de marché couvert, Vitoria, 1884
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-14.jpg
File image/jpeg, 129k
Caption Marché de Villaviciosa (Asturies), 1901-1904
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-15.jpg
File image/jpeg, 168k
Caption Marché Sant Antoni, Barcelone, 1883
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-16.jpg
File image/jpeg, 240k
Caption Marché Galvany, Barcelone, 1927
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-17.jpg
File image/jpeg, 253k
Caption Marché El Sur, Gijon, 1898-1899
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5981/img-18.jpg
File image/jpeg, 225k

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search