Version classiqueVersion mobile

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Deuxième partie : la définition typologique

Chapitre 1. Eléments de définition typologique

Texte intégral

1. Les sources théoriques

  • 427 LEMOINE, B. Les halles de Paris, Paris, 1980, p. 36.

1Entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe, dans les traités d’architecture et dans les concours académiques, on proposait souvent une réflexion sur les établissements destinés à la distribution des denrées sous leurs deux formes distinctes : les marchés publics à caractère général, souvent confondus avec la place publique, et les lieux de vente, de stockage et de contrôle de certains produits, notamment les grains, indispensables à la survie des villes dans l’économie de l’Ancien Régime. À la fin du XVIIIe siècle, le projet « d’une halle, d’un marché ou d’une foire est plusieurs fois proposé aux architectes en l’espace de quelques années » comme sujet donné aux concours des Grands Prix427.

  • 428 DURAND, J.N.L. Recueil et parallèle des édifices de tout genre…, Paris, 1801, planche no 14.
  • 429 idem, Précis des leçons d’architecture, Paris, 1809, vol. 2, planche 13.

2J.N.L. Durand regroupait, dans une même planche, les « places modernes, halles, marchés, bazars »428, et consacrait une autre planche aux halles au blé, aux greniers publics, et aux boucheries429. Même si certains marchés modernes méritaient à ses yeux un jugement favorable, la supériorité des modèles typologiques classiques inspirés par la convenance, était pour lui sans appel.

  • 430 SAMBRICIO, C. La arquitectura española de la Ilustración, Madrid, 1986, pp. 289, 285 et 277.
  • 431 MONTANER, J.M. La modernització de l’utillatge mental de l’arquitectura a Catalunya (1714-1859), B (...)

3Les théories durandiennes furent introduites en Espagne aussi bien dans l’enseignement de l’architecture que dans la pratique, par la diffusion des ouvrages de Durand et par l’intermédiaire de certains architectes envoyés à l’étranger pour y parachever leurs études. Carlos Sambricio a signalé l’influence de J.N.L. Durand sur des architectes comme Silvestre Pérez, Pedro Manuel de Ugartemendía et Juan Gómez430. C’est grâce à ce dernier qu’Antonio Celles, qui le rencontra à Rome, connut également les textes de Durand431, dont il s’inspira dans les projets qu’il envoya dans son pays.

  • 432 BAILS, B. De la arquitectura civil, 1796, pp. 848-854.

4En Espagne, Benito Bails, dans son traité De la arquitectura civil (1796), n’envisageait pas la définition d’un cadre architectural spécifique pour les marchés à caractère général. En revanche, il proposait pour les pósitos ou entrepôts de grains, une conception architecturale spécifique adaptée à la conservation des céréales, car il associait la notion d’abondance matérielle d’une nation à ce type d’établissement432.

  • 433 BERCHEZ, CORELL, Catàlogo de diseños arquitectónicos de la Real Academia de Bellas Artes de San Ca (...)

5A la même époque, des projets correspondant à ces programmes architecturaux distincts étaient dressés à l’occasion d’exercices et de concours académiques. Ainsi, le projet de place-marché de Manuel Fomes y Gurrea de l’année 1795, et le projet d’Almudín -entrepôt de grains- de Josef Fomes daté de 1812, furent conçus dans le cadre des exercices des élèves de la Real Academia de San Carlos de Valence433.

  • 434 Edition fac simile dans FORNES Y GURREA, El Arte de edificar, Madrid, 1982.

6Fomés y Gurrea, lui-même, dans son Album de proyectos originales de arquitectura (1846)434, présentait d’autres modèles typologiques de Pósito et d’Almudín.

  • 435 CHEMETOV, P. et MARREY, B. Architectures à Paris (1848-1914), Paris, 1980, p. 9.
  • 436 Voir : NAVASCUES PALACIO, P. « Influencia francesa en la arquitectura madrileña del siglo XIX : la (...)
  • 437 « Rien ne ressemble moins aux marchés des anciens que les marchés modernes. La plupart se tiennent (...)
  • 438 Voir : REYNAUD, L. Traité d’architecture, 1858, vol. III, p. 455.

7Léonce Reynaud, « l’homme-clef du tournant architectural des années cinquante »435, dont l’influence sur la culture architecturale espagnole de la deuxième moitié du siècle à été largement attestée436, développa en 1858, dans son Traité d’architecture, une analyse typologique de la halle qui s’est avérée exemplaire. Cette analyse était fondée sur une lecture critique de l’histoire, sur des principes rationalistes de la conception architecturale, et sur l’acceptation des nouveaux matériaux de construction. Premièrement, Reynaud témoignait, certes, d’un grand respect à l’égard de l’architecture antique ; mais l’interprétation non critique que Durand faisait des modèles classiques437 était nuancée, dans l’ouvrage de Reynaud, par une prise de conscience de la différence de signification sociale et urbanistique, entre la halle antique et la halle contemporaine. Partant de cette comparaison, Reynaud justifiait les caractéristiques qu’il jugeait indispensables dans les halles modernes : la simplicité et la fonctionnalité438.

8Deuxièmement, Reynaud établissait un classement typologique des marchés existants d’après leur nature et leur fonction. Dans le cas des marchés de grandes dimensions, à caractère permanent, il décrivait, nous le verrons plus loin, les dispositions architecturales possibles.

9Troisièmement, il posait un certain nombre de questions concernant les aspects techniques, la distribution et la construction, dont l’architecte devait tenir compte dans la conception de la halle, comme par exemple l’utilité des caves, l’approvisionnement d’eau, la ventilation, le pavement, l’utilisation du fer et de la fonte.

  • 439 « On construit en ce moment à Paris des halles centrales, qui pourront servir de modèles pour les (...)
  • 440 ibidem, planche 65.

10Quatrièmement, il établissait le caractère de paradigme des Halles Centrales de Paris439, consacrant une grande partie de son texte sur les halles au commentaire et à la description détaillée de cet établissement. Le grand succès du Traité de Reynaud, ne fut certainement pas étranger à l’influence des Halles parisiennes. En effet, quatre ans avant Baltard lui-même, il avait publié l’essentiel de la partie graphique du projet (la coupe, le plan et l’élévation)440. En se référant à un édifice contemporain tellement controversé avant même d’être terminé, Reynaud faisait un pari de modernité et donnait à son Traité un caractère d’actualité plus proche de la démarche intellectuelle du journalisme spécialisé que des traités d’architecture traditionnels.

  • 441 « Nous nous sommes efforcés de résumer dans cet ouvrage tous les documents propres à fixer et à cl (...)
  • 442 ibidem, p. 1.

11La Monographie sur les Halles Centrales publiée en 1862 par Victor Baltard lui-même, fut sans doute et en bonne logique, l’ouvrage dans lequel le plus grand nombre de précisions et de renseignements étaient apportés au sujet de l’établissement parisien. 11 faut mettre en parallèle la Monographie avec l’analyse faite par Reynaud. Baltard, conscient aussi du caractère exemplaire des Halles Centrales441, ne se contenta pas de décrire son projet. Comme Reynaud, il organisa son discours à partir d’une analyse historique comparative de la halle, aussi bien en général que par rapport à l’emplacement précis des halles parisiennes : « Nous croyons devoir faire précéder la partie didactique qui se rapporte à la construction de quelques considérations générales sur les marchés publics, dans les temps anciens et modernes, et d’un résumé historique des accroissements successifs du centre d’approvisionnement de Paris, depuis Philippe-Auguste, vers l’année 1180, époque de sa première constitution, jusqu’à nos jours, en insistant particulièrement sur les phases qui ont marqué la création de l’édifice actuel »442.

  • 443 REYNAUD, o.c. p. 459-460.
  • 444 BALTARD, o.c. p. 3.

12Bien qu’avec plus de précisions et de renseignements, Baltard, comme Reynaud, faisait référence au rôle social et économique, et à la définition architecturale des agora et des forum. La référence commune à Vitruve et la citation des mêmes exemples de forum de Rome témoignent, non seulement d’une même démarche conceptuelle, mais aussi d’une même culture, voire de la connaissance des mêmes sources. L’évolution de cette typologie depuis l’Antiquité était illustrée dans le Traité, par l’étude des « marchés établis dans des édifices parfaitement clos » de Paris, comme la Halle au Blé et la Halle aux Vins443. Dans sa Monographie Baltard l’illustrait en constatant la survivance « (des) souvenirs et (des) traditions des marchés antiques…conservés dans les villes de l’Italie moderne et même de la France »444, et par l’évolution historique, déjà signalée, des Halles Centrales depuis le XIIe siècle. C’est l’analyse historique comparative de cette évolution typologique qui, nous le verrons, servait à justifier les choix dans les domaines de la construction, de la disposition et de la composition.

  • 445 « en général les manuels d’auteurs espagnols étaient rares ; il fallut traduire ou utiliser les ou (...)

13En Espagne, dans un contexte où « les manuels d’auteurs espagnols étaient rares…il fallut utiliser ou traduire des ouvrages d’auteurs étrangers…la plupart français ». Le Traité d’Architecture de Reynaud fut diffusé par l’Ecole d’Architecture de Madrid elle-même445. Quant à la Monographie de Baltard, elle se trouve dans les collections de la Bibliothèque Nationale de Madrid et dans la Biblioteca de Catalunya à Barcelone.

  • 446 DALY, C. « Halles Centrales de Paris », dans Revue Générale de l’Architecture et des travaux publi (...)

14L’article de César Daly sur les Halles Centrales (1854) paru dans la Revue Générale de l’Architecture et des Travaux Publics446 -très largement diffusée en Espagne, nous le verrons plus loin- constitua pour les architectes espagnols, comme pour les français, un troisième ouvrage clé qui s’ajoute aux deux autres mentionnés plus haut.

15La diffusion de ces ouvrages en Espagne joua certainement un rôle fondamental dans la transformation des structures adoptées et des contenus théoriques exprimés par les architectes espagnols dans les mémoires de leurs projets, autour des années 1860. Avant cette époque les mémoires qui accompagnaient le projet étaient purement descriptifs ou éventuellement justifiés par le rappel des principes vitruviens canoniques. À partir de la période centrale du siècle, les textes des architectes accompagnant le projet graphique, du moins une partie significative, étaient caractérisés par un nouvel esprit érudit, rationaliste et technique. Désormais les architectes espagnols étaient ouverts à un savoir cosmopolite, approfondi dans certains cas, superficiel dans d’autres, puisé dans les mémoires tout comme dans le Traité de Reynaud, la Monographie de Baltard ou dans l’article de Daly. Ainsi, dans leurs textes, ils associaient à la description de l’édifice concerné, une réflexion historique, une analyse de la dimension urbaine de la halle objet du projet, et des solutions tout à fait novatrices à certains problèmes techniques ou fonctionnels.

  • 447 REYNAUD, o.c. p. 457.
  • 448 « Lejos de infto. la pretension de inclinar el ánimo de ese Excmo. Ayuntamiento à que imite la agi (...)

16On constate l’influence des ouvrages théoriques français cités dans les mémoires des projets de halles espagnoles non seulement à travers leur contenu même, mais aussi dans la référence récurrente à certains propos devenus des lieux communs : la citation des mêmes exemples historiques, et le caractère à la fois exemplaire et unique, par son envergure, du modèle parisien. À cet égard, Reynaud signalait la valeur d’exemple des Halles Centrales pour ce type d’édifices, « bien qu’elles soient traitées avec plus d’ampleur et de luxe qu’il ne serait rigoureusement nécessaire, et exigent des dépenses que bien peu de villes seraient en état de supporter »447. En 1867, Garriga y Roca dans son projet pour la halle barcelonaise de La Barceloneta reprenait ces propos : « Rien de plus éloigné de la volonté de l’auteur du projet (Garriga), que de vouloir influencer l’état d’esprit de la Municipalité pour imiter l’entreprise colossale de l’une des premières capitales du monde (allusion à la construction des Halles de Paris), mais il cite ce fait pour illustrer la tendance du siècle »448.

  • 449 Voir RABREAU, D. Préface à SABOYA, M. Presse et architecture au XIXe siècle, César Daly et la Revu (...)
  • 450 « Depuis quelques années, les historiens de l’art ne se contentent plus de répertorier et de décri (...)

17Il faut souligner la valeur théorique de ces mémoires au moment où l’historiographie montre le lien entre la revue d’architecture spécialisée et le monument construit lui-même449, et met en relief les architectures imaginées ou décrites, sans lesquelles il n’est pas possible de comprendre pleinement ce qui fut édifié450. Ces mémoires, très souvent les seuls documents écrits des architectes concernés, ont été généralement considérés comme un élément secondaire du projet, dépendant de sa partie graphique. Bien au contraire nous constatons à quel point elles traduisent fidèlement l’évolution de la culture architecturale et nous permettent de découvrir les pensées d’un certain nombre de constructeurs.

18Un autre ouvrage étranger, italien cette fois, fut connu du public espagnol spécialisé. Il s’agit de l’étude monographique de l’ingénieur Marc’Aurelio Boldi, Per i mercati coperti, dont la revue Resumen de Arquitectura faisait en 1893 une longue présentation. Cette étude fut envoyée à la Sociedad Central de Arquitectos de l’Espagne par la Societá degli ingegnieri é degli architecti italiani. D’après l’article publié dans Resumen, l’ouvrage de Boldi paraît, lui aussi, fortement inspiré par les exemples et par les ouvrages français cités plus haut.

19Au tournant du siècle, le traité de Julien Guadet Éléments et théorie de l’architecture, (1894) fut lui aussi très largement diffusé en Espagne. Dans le chapitre de cet ouvrage consacré aux halles Guadet remettait en question le modèle baltardien aussi bien du point de vue de la construction que de la distribution.

  • 451 D’après nos recherches le premier ouvrage espagnol de caractère général sur les halles aurait été (...)

20Aucun ouvrage espagnol de synthèse sur les halles ne fut publié au cours du XIXe siècle451. En revanche, un certain nombre d’articles monographiques consacrés à des marchés, conçus ou effectivement construits, paraissent dans les revues d’architecture spécialisées de plus en plus nombreuses, professionnelles et bien établies, notamment à partir de 1875. Cet ensemble d’articles, écrits soit par l’architecte lui-même soit par la rédaction des revues, constitue, nous le verrons dans le détail, la contribution nationale à la diffusion des connaissances et des théories concernant la typologie de la halle.

2. La mutation de la fonction et la référence historique

  • 452 « la creación de mercados que resolvieran estos problemas de insalubridad será una preocupación pe (...)

21Souvent l’histoire des halles modernes, telles que nous les définirons plus loin, a été divisée par l’historiographie en fonction de rubriques relatives à l’histoire de l’architecture néoclassique tardive et à l’histoire de l’architecture en fer. La modernité de ces établissements a été souvent identifiée à la technique de construction adoptée, majoritairement, dans les halles bâties un peu partout en Espagne à partir des années 1870 environ selon le modèle des Halles Centrales parisiennes. Cette parenté, d’ailleurs largement confirmée dans nos recherches, ne constitue qu’une étape -aussi importante soit-elle- dans la définition de la halle moderne et tient compte surtout de l’architecture construite, négligeant l’étude des architectures seulement projetées. Ainsi, les précédents immédiats aux halles construites à partir des années 1870, et développés en Espagne depuis le début du XIXe siècle ont été souvent négligés ou classés comme des œuvres secondaires de la dernière architecture « académique » et jamais assimilés à la réflexion sur l’évolution de ce programme architectural. Javier Hemando, dans son ouvrage Arquitectura en España (1770-1900), établi à partir de ces classifications, consacre une partie aux halles métalliques, dans laquelle il met en évidence l’ancienneté de l’un des enjeux du programme en soulignant que « la création de marchés susceptibles de résoudre ces problèmes d’insalubrité constitua une préocupation constante des municipalités au XIXe siècle comme elle l’avait été déjà au siècle des Lumières »452.

  • 453 LEMOINE, B. o.c. p. 32. Voir aussi : DEMING, M.K. La halle au blé de Paris. Bruxelles, 1984.

22En effet, la question d’une nouvelle définition fonctionnelle de la halle est posée en même temps que celle de la nouvelle définition de l’espace urbain. La transformation des structures sociales et commerciales, notamment à partir des années 1830 concerna les systèmes de distribution alimentaire, dont le cadre architectural devient objet de réflexion. Bertrand Lemoine signale qu’en France, les « définitions archétypiques » de halle et de marché perdurent jusque vers 1840, bien que « à partir de la fin du XVIIIe siècle les données du problème changent complètement. Alors que les marchés étaient essentiellement inscrits dans un territoire donné, et donc instances locales (sic), ils deviennent partie intégrante d’un réseau de redistribution de biens lié à un important développement des échanges. La révélation des potentialités de richesses qu’est susceptible d’engendrer la mise en circulation des produits agricoles et manufacturés suscite le déploiement d’une série de dispositifs : repérage et inventaire des ressources du sol par la carte ; formation d’une infrastructure de circulation homogène par les routes et les canaux ; quadrillage du territoire par une grille d’équipements étroitement liés à la définition d’une nouvelle politique urbaine. Les marchés apparaissent comme des éléments singuliers de ce système : par leur rôle central dans l’approvisionnement des populations et dans le mécanisme de formation des prix, ils tombent en plein dans le champ de l’économie, dans lequel les exigences de rendement, d’efficacité, de satisfaction des «besoins » tissent peu à peu un réseau d’usages, de règles et de lois qui ne seront pas sans influer sur la forme même des bâtiments »453.

23Cette transformation n’échappe pas à la clairvoyance de Ildefonso Cerdà, comme nous l’avons déjà signalé dans la première partie.

  • 454 PATTE, P. Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, 1765, cité dans LEMOINE, B. o.c, p.  (...)
  • 455 Voir la planche consacrée aux places modernes, halles, marchés, bazards dans DURAND, J.N.L. Recuei (...)

24Un débat entre la tradition historique et l’évolution de la fonction s’impose aux architectes, et ceci pas seulement dans le domaine pratique où le poids de modèles préétablis est grand. Chez les théoriciens, on assiste à une évolution significative de la réflexion historique liée à la définition typologique de la halle. Déjà au XVIIIe siècle Patte témoignait son admiration inconditionnelle pour les marchés de F Antiquité454. J.N.L. Durand, de son côté, établit une démarche historique comparative pour justifier ses choix radicalement fonctionnalistes, mettant côte à côte des marchés anciens et modernes455.

  • 456 L’ouvrage de Reynaud apparaît entre 1864 et 1867 dans la liste de livres officiels choisis par 1’É (...)
  • 457 « Les grandes villes en avaient plusieurs (marchés) ; ils étaient d’autant plus nombreux que la ci (...)
  • 458 Baltard décrit le caractère des lieux de vente de denrées des anciens Grecs et Romains qui « n’éta (...)
  • 459 REYNAUD, L. o.c. p. 455.
  • 460 ibidem.

25Enfin, Léonce Reynaud, dont les ouvrages connaissent une grande diffusion parmi les architectes espagnols formés à l’École d’architecture de Madrid456, retrace l’historique des marchés romains ; il décrit la spécialisation de ces établissements en fonction des produits vendus, à partir d’exemples choisis à Rome457. Ce processus de spécialisation, avec citation des mêmes exemples, se retrouve dans les mémoires de nombreux projets ultérieurs, à commencer par la Monographie sur les Halles Centrales de Baltard458. Mais, en dépit du témoignage d’admiration porté par Reynaud envers une telle organisation, sa lecture du passé est critique et tient compte de la différence de circonstances historiques : « Nos usages ont fait aux marchés de tout autres conditions […]. Ces édifices sont presque exclusivement consacrés au commerce de comestibles […], le luxe y serait complètement déplacé »459. La critique, comme dans le cas de Durand, s’appuie sur un argument esthétique mais aussi sur un raisonnement fonctionnel. Les marchés contemporains n’ont pas d’autre but que la distribution des denrées, tandis que dans l’Antiquité ils regroupaient des fonctions commerciales, sociales et symboliques : « Les marchés avaient alors beaucoup plus d’importance qu’aujourd’hui, parce que […] ils concentraient presque tout le commerce de détail […], étaient aussi des lieux de réunion des citoyens […], on y trouvait des autels, des statues élevées aux dieux ou aux hommes célèbres et même des temples… »460.

  • 461 « …les Grecs et les Romains accordaient une grande importance aux marchés en raison de leur façon (...)
  • 462 Ruiz Sierra, dans son « Mémoire du projet pour trois marchés à Valladolid », le 31-1-1878 souligne (...)

26Nous retrouverons la même démarche chez les architectes espagnols de la deuxième moitié du siècle. Lorsqu’à partir des années 1860 ils introduisent dans leurs mémoires des projets de réflexions savantes sur l’histoire des marchés, ils ne le font pas par seul souci d’érudition archéologique, mais guidés par un questionnement sur la fonction urbaine de la halle. Outre la référence historique, ils cherchent à savoir si la ville médiévale ou moderne avait des établissements propres à la vente des denrées ou bien si les forum romains étaient des espaces polyvalents, des marchés à caractère général ou des marchés consacrés à la vente d’un seul produit. Suivant l’exemple de Reynaud et de la Monographie sur les halles centrales, les architectes espagnols constatent, dans les mémoires qui accompagnent leurs projets, comment la ville romaine ancienne avait évolué d’un système d’espaces publics polyvalents vers un système d’espaces commerciaux diversifiés et spécialisés. Ils transposent sur le passé classique le problème de la définition fonctionnelle de la halle qui se posait à eux, tout en signalant la différence de circonstances historiques. Par exemple, à partir du projet pour Valladolid de Miguel de Bergue en 1865461, la définition d’établissements consacrés spécifiquement au commerce et le principe de la séparation des marchandises en fonction de leur nature sont particulièrement soulignés dans l’organisation des marchés de l’Antiquité. Ruiz Sierra à Valladolid en 1878 et Satumino Martinez Ruiz, dans ses projets pour Burgos entre 1889 et 1900, reprennent les mêmes exemples de forum de Rome déjà évoqués462.

  • 463 VIOLLET-LE-DUC, E. Dictionnaire raisonné…, 1863, vol. VI, p. 81.
  • 464 « En la Edad Media, los mercados perdieron su importancia descentralizàndose, no constituyendo loc (...)

27Par opposition, le Moyen Age est identifié par les architectes du XIXe siècle à une période manquant de cadres architecturaux spécialement consacrés au commerce. Cette idée, que l’étude systématique de l’architecture médiévale viendra contredire du moins partiellement, était même soutenue par Viollet-le-Duc : « La halle se tenait sur une place, sous des porches d’églises, sous des portiques de maisons, autour des beffrois, des hôtels de ville, sous les appentis. Par le fait, la halle n’avait pas un caractère monumental qui lui fut particulier »463. Dans ce sens, Satumino Martinez Daz, en 1889, dans son projet de marché à Burgos, affirme que « au Moyen Âge, l’importance des marchés se réduit ; ils sont progressivement décentralisés sans comporter des locaux ad-hoc et les vendeurs s’installaient dans leurs propres maisons ou dans les espaces vides et sur les places de la ville. Ce système suffisait à une époque où le commerce était très limité et la vie publique non organisée comme dans l’Antiquité ou à l’âge moderne »464.

  • 465 « en la Edad Media fueron tan importantes, que algunas veces se planteaban aislados para servir de (...)
  • 466 « grandes plazas porticadas ô calles con pórticos también a cada lado, que servían para abrigar a (...)

28Pourtant, l’importance croissante de la halle comme phénomène urbanistique du Moyen Age, sera constatée de façon générale, par ce même architecte de Burgos, dans ses projets ultérieurs, mais aussi bien avant. En 1867, Garriga y Roca signale que les marchés « du Moyen Age avaient une telle importance qu’ils étaient conçus quelquefois de façon isolée pour servir de noyau dans la constitution de villes nouvelles »465. Satumino Martinez Diaz, lui-même, dans ses projets ultérieurs pour Burgos, modifiera son jugement négatif à propos des marchés médiévaux. À partir de 1892 il attire l’attention sur l’importance aussi bien économique qu’architecturale non seulement des loges -Lonjas - espagnoles, mais aussi des « grandes places et des rues à portiques destinées à abriter les vendeurs des intempéries et qui constituaient les vrais marchés »466.

  • 467 « Nos mœurs sont très différentes. En conséquence nos marchés seront aussi très différents de ceux (...)

29Ainsi, un modèle d’organisation classique toujours admirable mais qui n’est plus adapté aux circonstances historiques467 et un Moyen Âge progressivement récupéré sont présents dans les discours des projets et constituent un emblème de la pensée architecturale de la période.

30D’une façon générale, dans la ville espagnole d’Ancien Régime le commerce des denrées présente trois degrés d’implantation matérielle. Premièrement, la simple exposition dans l’espace urbain public des paniers, corbeilles etc., éventuellement protégés par des structures de protection amovibles ; Deuxièmement, des étalages fixes en plein air -les casetas et cajones-, comportant des petites architectures utilitaires, généralement réalisées en bois et destinées à un type de commerce plus stable. Troisièmement, des solutions architecturales à proprement parler sont apportées dans quelques cas spécifiques. Ainsi, la nature de certains produits, le besoin de stockage et de contrôle strict des ventes, ou encore la nécessité d’installations complémentaires à la vente, donnent lieu à quelques types architecturaux, comme les halles à poissons, les halles à grains, les abattoirs, les boucheries, etc. Nous reviendrons sur ces différents types d’établissements dans l’analyse du concept d’espace.

  • 468 « Lo tros de la Rambla de la part de Sant Joseph, comprès entre el carrer de la petxina y 7 del Ca (...)

31Ces trois catégories d’implantation peuvent se trouver séparément, dispersées dans la ville ou bien associées ; elles constituent alors des ensembles plus ou moins organiques ou planifiés. Cayetano Cornet i Mas, dans sa description de l’ancienne Boqueria de Barcelone évoque une telle disposition : « La partie de La Rambla du côté de Sant Joseph, comprise entre la rue de La Petxina et la rue de El Carmen, avait la même largeur existante encore aujourd’hui devant le palais de La Virreyna. Dans cet espace qui s’étendait jusqu’à le Plà de La Boqueria et la Rambla dels Estudis, la partie comprise entre les maisons et l’alignement d’arbres était consacrée au marché. Il était divisé en trois sections : la vente de fruits et de légumes se déroulait entre le couvent dels Trinitaris et l’église de Sant Joseph ; le commerce de viande, volailles et gibier avait lieu entre Sant Joseph et La Virreyna […] les boucheries étaient des petites constructions individuelles, égales entre elles, uniformes, entièrement couvertes et closes sur les côtés, conçues avec simplicité mais de façon correcte, et liées les unes aux autres par des poteaux mitoyens. Entre la Virreyna et l’église de Betlem se trouvait la poissonnerie. Elle était construite en bois, avec une toiture assez basse soutenue par des colonnes d’une certaine élégance »468.

  • 469 MONTOLIU, P. Once siglos de mercado madrileho, Madrid, 1985, p. 56.
  • 470 Aquarelle de J.F. Chia, sans date, (I.M.H.B. : Gràfics Cliché D. 30.228) ; « Vista del ‘Borne’ ant (...)

32La documentation graphique de l’époque nous permet de connaître d’autres exemples d’ensembles marchands similaires. Une gravure publiée par Montoliu dans son ouvrage Once siglos de mercado en Madrid montre l’établissement d’étalages uniformes dans la Plaza Mayor de Madrid469. L’ancien marché barcelonais de El Born est représenté dans plusieurs gravures et tableaux470.

  • 471 « casi todo, pero acumulado, sin orden ni concierto, sin espacio suficiente ni separacion debida.  (...)

33La vente à ciel ouvert, éventuellement associée à l’aménagement de constructions marchandes à destination spécifique, va perdurer comme héritage du passé, tout au long du XIXe siècle et bien au-delà. Mais dès le début du XIXe siècle, une solution de rechange se développe parallèlement, comme expression d’un besoin social des populations urbaines. À l’encontre des installations marchandes à caractère spécifique dispersées dans la ville et des marchés généraux traditionnels, comme l’ancienne place de la Cebada à Madrid où l’on trouve « presque tout, mais entassé, sans aucun ordre, sans espace suffisant »471, le premier des traits caractéristiques des halles modernés sera l’aménagement d’une structure architecturale homogène et unitaire, visant à abriter de façon ordonnée et cohérente une telle variété de produits, d’activités et de besoins.

  • 472 DEMING, M.K. o.c. pp. 192-193.

34Il faut signaler que cet acquis n’est en aucun cas la conséquence de la seule évolution des procédés constructifs, mais d’une réflexion architecturale sur un nouveau besoin social. A Paris, presque au même moment -1809-1813-472, on construira une charpente métallique sur la cour de la Halle au Blé de Paris -paradigme du système commercial d’Ancien Régime- et le marché de Saint-Germain, -exemple d’un nouveau type d’établissements marchands- sera réalisé avec des matériaux traditionnels.

35En Espagne, cette recherche typologique se développe plus tardivement qu’à Paris. Elle se rapproche ainsi chronologiquement de l’adoption des premiers éléments métalliques appliqués à la construction de marchés, sans pour autant se confondre avec elle.

  • 473 Rosa Maria GARCIA DOMENECH a signalé au sujet du marché Sant Josep à Barcelone, que les modèles su (...)

36À partir des années 1830, dans certaines villes espagnoles parmi les plus peuplées, comme Madrid, Barcelone, Séville, Valence ou Cadis, entre autres, seront projetées ou réalisées des halles de caractère général comportant des structures architecturales d’ensemble, suivant des principes de conception de l’architecture académique, avec des matériaux traditionnels et fortement influencés par les modèles parisiens du début du siècle473.

37Les exemples pionniers barcelonais, déjà évoqués -les halles aux poissons de el Bornet et le projet de marché général de El Born (1844-1848)-, témoignent d’une mutation technique mais aussi typologique. Le fer, utilisé dans le cas des poissonneries pour des installations ponctuelles à finalité spécifique et insérées dans des ensembles marchands déjà existants, sera adopté, dans le cas du projet de El Born de 1848, pour la conception intégrale du cadre architectural d’un marché à caractère général.

  • 474 DALY, C. « Les halles centrales de Paris…, col. 10.
  • 475 « M. Flachat est le premier qui ait franchement posé en principe que l’édifice des halles ne devai (...)
  • 476 « …Horeau renonce à la succession des six pavillons (de son prémier projet) et adopte une partitio (...)

38Si le concept de marché général installé dans un cadre bâti autonome était déjà établi, l’introduction de matériaux constructifs métalliques rendra plus aisée une expression architecturale unitaire de ces établissements. Lorsque César Daly signale en 1854, à l’occasion du grand débat sur les Halles Centrales de Paris, qu’il « serait à désirer que l’édifice des Halles fut un, lié dans toutes ses parties »474, il ne fait que témoigner de l’évolution des projets successifs de Flachat475, de Baltard, et surtout d’Horeau, dans lesquels le parti des pavillons isolés consacrés à chaque marchandise est abandonné au profit de structures unitaires ou intégrées476.

39Transformation de la fonction, recherche typologique et renouvellement de la construction constituent trois dimensions distinctes mais complémentaires d’un même problème. Marché à caractère général, halle couverte et structures métalliques en constituent la réponse.

40Quoiqu’à une échelle bien plus modeste, se développe en Espagne un débat similaire concernant, à la fois, la transformation des procédés de la construction, et la recherche de solutions typologiques liées au nouveau concept de halle. Les nouveaux systèmes de construction viennent mettre en question la rigidité et l’opacité des structures architecturales précédentes, tout en préservant le concept de marché général déjà établi.

  • 477 « A la venta de hortalizas se dice que se destina. Este uso no deja de ser muy limitado y carecién (...)

41La modernité de ce parti sera rapidement acceptée. Même dans les villes de province, la construction de halles à caractère spécifique devient obsolète. Ainsi, le projet d’une halle aux légumes à Burgos, commandé à l’architecte municipal S. Cecilia en 1863-1864, fut durement critiqué dans le rapport de la Junta de Obras de la Provincia en raison d’une destination de l’édifice jugée trop limitée : « On dit qu’elle [la halle] est destinée à la vente des légumes. Une telle utilisation étant trop limitée et Burgos manquant d’autres marchés à caractère spécifique, il paraît logique que son objet soit plus large et que sa destination soit plus générale de façon à regrouper la vente de toute sorte d’articles destinés à la consommation publique […] Bref, il devra s’appeler marché général d’approvisionnement (mercado de abastos) »477.

  • 478 « toda clase de especuladores de comestibles al por menor »… « espíritu de progreso ». ibidem.

42Marché Général -Mercado de Abastos- et halle métallique couverte deviennent les symboles du progrès : les marchés couverts abritant « toute sorte de vendeurs de denrées au détail » […] sont fruit de « l’esprit de progrès »478. Progressivement, le marché sera conçu en fonction de l’approvisionnement général des villes plutôt qu’en fonction de certains événements commerciaux ponctuels, car le concept de commerce est aussi en train de changer.

  • 479 DEMING, M.K. o.c. p. 127-128.
  • 480 « très souvent, le matin, c’est un marché et, le soir, une salle de bal ». « muchas veces, por la (...)

43Du point de vue de la fonction, la polyvalence des espaces publics à laquelle a été traditionnellement rattaché le marché, aura tendance à disparaître au cours du XIXe siècle. Tout comme la Halle au Blé de Paris479, le marché Santa Caterina a Barcelone était utilisé aussi bien pour la vente que pour la célébration de fêtes480. D’autres fois, la vente de denrées était jointe à d’autres fonctions dans un même cadre architectural. L’architecte Ugartemendia construit à Saint-Sébastien, autour de 1840, un édifice destiné à abriter en même temps une halle aux grains et une école. A Pampelune, le maître maçon municipal José M. Villanueva, dans son projet de 1863 pour le réaménagement du marché, consacrait un étage de l’édifice à une académie des beaux-arts.

  • 481 Publié dans le journal El Carbayón, le 25-I-1880, et cité dans GONZALEZ MORIYON et FERNANDEZ MOLIN (...)

44À l’âge de l’architecture métallique, et profitant des nouvelles possibilités constructives, on envisagea aussi des ensembles architecturaux composites destinés à plusieurs services, comme, par exemple, le projet de théâtre, marché couvert et passage à Oviedo, de l’année 18 80481 Cependant, ces initiatives d’ensembles polyvalents n’ont pas connu une grande fortune en Espagne. S’agissant des halles, le cadre architectural unitaire et indépendant du tissu urbain et d’autres fonctions a été adopté de façon majoritaire.

  • 482 BOUDON, F. « Horeau et les Halles Centrales » dans Hector Horeau Catalogue, p. 152.

45Un deuxième trait de la halle moderne sera son intégration à un réseau urbain de distribution alimentaire planifié. Comme nous l’avons établi plus haut, la définition du marché stable à caractère général comportant un cadre architectural autonome fut le grand acquis du XIXe siècle en la matière. Parallèlement, une approche urbanistique de la question s’impose aux concepteurs. Comme Françoise Boudon l’a signalé au sujet des Halles Centrales de Paris, « le jeu des projets monumentaux et des aménagements idéaux auquel on s’était livré depuis le début du XVIIIe siècle, n’est plus de mise. Pour la première fois la rénovation des Halles, indiscutable et urgente, est étudiée comme un véritable problème d’urbanisme. Entre 1830 et 1840, l’autorité municipale rassemble tous les éléments économiques, démographiques et juridiques que conditionne une transformation du fonctionnement du marché »482.

46Une réflexion urbanistique concernant les possibilités d’emplacement, les problèmes de circulation et l’homogénéité du service pour l’ensemble de la ville s’impose dans les mémoires de projets, dans la documentation administrative, et dépasse la dimension purement architecturale.

  • 483 « …Con il complicarsi dei servizi e degli impianti, la concezione del mercato coperto -considerato (...)

47Les architectes ne peuvent plus se contenter d’entretenir un réseau arbitraire de distribution des denrées, basé sur les usages traditionnels. Ils sont amenés à organiser, dans un service urbain global et planifié, la pluralité de catégories fonctionnelles de la halle, à savoir : caractère général ou spécifique, vente en gros ou vente au détail, et éventuellement à établir une hiérarchie d’organisation483.

  • 484 « Los mercados para la venta al por mayor pueden ser destinados a ciertos y determinados géneros d (...)

48Luis Villanueva, dans son projet de 1859 pour la halle de la place de la Libertad, à Burgos, réfléchit sur ces catégories qu’il tentera de réunir dans son édifice : « Les marchés pour la vente en gros peuvent être consacrés à certains genres déterminés de commerce ou bien à plusieurs d’entre eux en même temps ; seulement certains types de commerce ont besoin de marchés spéciaux en raison de l’importance du volume des marchandises, de la grande quantité des produits échangés, ou encore de leur nature comme par exemple les légumes, les grains ou la viande… Les marchés au détail doivent être de caractère général et réunir, au moins, toutes les sortes de denrées arrivées au marché »484.

  • 485 FERRERO, J. « Nuevos mercados madrileños », dans Arquitectura, no 4, 1935, p. 116.
  • 486 GIRALT CASADESUS, R. o.c. p. 12 et 13

49Ces catégories fonctionnelles sont toujours d’actualité dans les années 1930, lorsque le mouvement moderne espagnol est en plein développement. La conception du plan général des marchés de Madrid des architectes municipaux Javier Ferrero, Leopoldo Ulled et Adolfo Blanco (1930) est basée sur un schéma comportant des marchés à caractère général, et des établissements pour l’entreposage et la vente en gros d’un seul type de produits485. En 1937, Ricardo Giralt Casadesüs envisage un classement typologique fondé sur une notion chronologique -marché temporaire ou journalier- et sur la nature du commerce et des produits échangés -marchés en gros, au détail, et spécialisés dans un seul produit-486.

  • 487 NINO VADILLO, P. « Niveles de Abastecimiento de Madrid », dans Ciudad y Territorio, 1977 no 4, p.  (...)

50Le système de commercialisation des denrées établi dès le XIXe siècle en fonction de ces concepts parviendra jusqu’à nos jours, même si à partir du milieu de notre siècle il sera mis en question, notamment dans les grandes agglomérations. Le besoin urbanistique de situer les halles centrales pour la vente en gros en périphérie, l’intérêt économique des terrains éventuellement désaffectés, et l’essor des grands établissements d’approvisionnement d’initiative privée, sont les trois données qui vont définir le nouveau panorama de cette fonction urbaine. A côté des établissements cités précédemment, le schéma de classement des centres d’approvisionnement sera complété de la façon suivante : dans le domaine de la vente en gros, et à côté des halles centrales traditionnelles, on inclut le raccordement du réseau de distribution aux industries alimentaires de toutes sortes. En ce qui concerne la vente au détail on constate l’introduction de la rubrique « Mercado Nuevo « -Nouveau marché- qui regroupe les différents types de supermarchés, hypermarchés, etc.487.

51Au XIXe siècle, la dimension et la morphologie des villes vont conditionner soit la concentration des différentes fonctions dans un ou plusieurs établissements mixtes, soit la mise en place de circuits assurant la liaison entre les différentes catégories de marchés. Dans les cas étudiés nous constatons deux modèles d’implantation des marchés dans la ville, qui vont se juxtaposer chronologiquement.

52Premièrement, à partir des années 1840-1850 et surtout dans la deuxième moitié du siècle, se développe un modèle de distribution alimentaire comportant plusieurs halles aux caractéristiques similaires, distribuées de façon équilibrée dans la ville. Dans la documentation consultée, on constate que, petit à petit, la conception et la réalisation des halles perdront leur caractère d’intervention ponctuelle. À partir de ces années-là, les commandes d’un projet comportant plusieurs halles se font courantes.

  • 488 A.M.Vi. : C-18-14, le8-II-1888.
  • 489 ibidem, le 2-VII-1888
  • 490 « …j’ai examiné où il serait possible de dresser cette construction métallique (la halle) ; après (...)

53L’un des soucis prioritaires, relevé dans l’étude de cette documentation, est sans doute la réflexion sur l’emplacement. Dans les projets comportant la construction d’une seule halle on définit plusieurs emplacements privilégiés alternatifs. Ainsi à Vitoria se développe à partir de 1878 une polémique entre les marchands, l’administration et l’architecte municipal sur l’opportunité de la réalisation d’un marché couvert, dans laquelle la question de l’emplacement est prioritaire. A la volonté des commerçants d’entretenir et de réaménager des lieux de vente traditionnels -places Nueva et Vieja-488, l’architecte municipal Jacinto Arregui oppose un projet de construction d’une halle couverte, proposant trois emplacements différents -places Independencia, Bilbao et Vieja-489 A Segovie, en 1907, l’architecte municipal Odriozola, fait le tour des différents emplacements proposés pour la halle couverte depuis 1889490.

  • 491 « creyô conveniente dividir la población en très zonas, colocando uno de aquellos en el centro de (...)

54Dans d’autres projets on envisage la réalisation de plusieurs halles. Dans ces cas on cherche à établir un partage équilibré de la ville en zones rattachées à chaque marché, qui sera placé dans une situation aussi centrale que possible. C’est le cas de Burgos, où, dès 1859, la commission municipale chargée de la construction de marchés couverts « jugea convenable le partage de la ville en trois zones, en établissant chacun d’entre eux (les marchés) dans le centre des zones définies »491.

55Le débat sur ce problème va se poursuivre dans cette ville castillane à la fin de la deuxième moitié du XIXe siècle, donnant lieu à un important ensemble de projets de l’architecte municipal Satumino Martinez Ruiz, destinés aux places Norte de Palacio de Justicia, Huerta del Arzobispo et General Santocildes, et à la seule réalisation, tardive (1903), du dernier de ces projets.

  • 492 « Accord municipal du 16-XI-l857 », A.Chan.Va : liasse 761, no 625.
  • 493 « Projet de marchés, places Red et Portugalete », signé Epifanio Martinez Velasco, 1861 ; « idem p (...)

56Valladolid constitue un exemple particulièrement significatif de ce modèle de distribution de denrées, basé sur un réseau de marchés de caractéristiques similaires, par la cohérence évolutive des projets élaborés à partir du milieu du siècle, et par la réalisation intégrale d’un projet comportant trois établissements à une date assez précoce pour le contexte espagnol. En 1857, la commission municipale de police urbaine de la ville obtient l’accord municipal pour la décentralisation du marché, consacrant à cette fonction deux emplacements, dans le but de donner aux habitants un meilleur service492. À partir de là, des projets comportant plusieurs halles stratégiquement dispersées dans la ville se succèdent493. Enfin vit le jour le projet, élaboré par l’architecte municipal Ruiz Sierra le 31-1-1878, de trois marchés à établir dans El Campillo de San Andrés, et dans les places Portugalete et Red (ce dernier finalement construit dans un lieu voisin appelé Val).

  • 494 « extensión, situación inmediata à populosos barrios y demás circunstancias […] uno de los sitios (...)

57Même si la municipalité avait fait le choix des emplacements au préalable, une partie importante du mémoire est consacrée à une analyse comparative de l’ensemble des places de la ville destinée à démontrer le bien fondé du choix réalisé. Outre la disponibilité d’une surface suffisante, l’argumentation principale est fondée sur l’emplacement stratégique dans une zone fortement peuplée. Pour les emplacements retenus Ruiz Sierra tire argument de 1’ » extension, [de la] situation voisine de quartiers très peuplés, et d’autres circonstances […] » que constitue « l’un des emplacements le plus idoine pour l’établissement d’un marché »494, ou encore, la situation centrale par rapport à l’ensemble de la ville, dans le cas du marché Portugalete.

58Un deuxième modèle de planification des structures marchandes sera développé dans le cas des grandes villes par l’introduction d’un principe de hiérarchie. Au moins deux catégories de marchés seront établies. Premièrement, des halles centrales, soit pour la vente exclusive en gros, soit à caractère mixte pour la vente en gros aux commerçants de la ville aussi bien que pour la distribution au détail dans leur propre quartier. Deuxièmement, un ensemble de halles de quartier destinées au ravitaillement des consommateurs de leurs zones d’influence respectives.

  • 495 CHEMETOV, MARREY, Architectures à Paris, 1848-1914, Paris, 1984, p. 42-47.

59À Paris on construit dans la deuxième moitié du siècle, non seulement les Halles Centrales, mais aussi un ensemble de plus d’une vingtaine de marchés de quartier réalisés en très grande partie entre 1860 et 1880495. Le modèle parisien va inspirer Madrid et Barcelone où il sera adopté partiellement et de façon en quelque sorte complémentaire.

  • 496 NAVASCUES PALACIO, P. o.c., p. 67. Le projet de Trélat se trouve à Madrid : (A.V.M. : 0, 59-22).
  • 497 « los nuevos mercados establecidos en las plazas de la Cebada y de los Mostenses […] destinados a (...)

60À Madrid, la priorité sera donnée à la réalisation des halles centrales. Dès 1863, un ambitieux projet est mis au point par l’architecte français Émile Trélat avec le concours des ingénieurs Molinos et Pronnier496. Même si dans le projet de Horeau de 1868 pour un marché dans la capitale espagnole rien n’est explicitement indiqué sur la destination de l’édifice, l’envergure du parti adopté fait penser aussi à des halles centrales. Enfin, les marchés de Cebada et Mostenses bâtis entre 1868 et 1875 d’après les projets de Mariano Calvo Pereira auront, comme les Halles Centrales de Paris, un caractère mixte : « l’étage inférieur des nouveaux marchés établis dans les places Cebada et Mostenses […] est destiné à la vente en gros, entrepôt et stockage. L’étage supérieur est consacré aux étalages pour la vente au détail »497.

  • 498 Le projet de Calvo Pereira comportait une troisième halle plus modeste à établir place Bilbao, hal (...)
  • 499 Dans le quartier de Salamanca, entreprise urbanistique privée, « la municipalité […] semble abando (...)
  • 500 « llenan, aunque modestamente, su función » (FERRERO, J. o.c., p. 117).
  • 501 la vente « des fruits et légumes se déroulait dans de très mauvaises conditions au marché de La Ce (...)
  • 502 La commission spéciale des marchés se prononça en faveur du type de marché de quartier le considér (...)

61En revanche, on ne constituera pas dans la capitale un réseau cohérent de halles de quartier jusqu’au XXe siècle. Restant inachevée dans des dizaines de projets jamais réalisés498, ou bien laissée à des initiatives privées très ponctuelles, comme dans le cas du quartier de Salamanca et du marché de San Miguel499, une politique globale de marchés ne sera envisagée sérieusement qu’à partir de 1926-1930 par les responsables municipaux d’architecture. À ce moment-là, le matériau constructif à la mode n’était plus le fer mais le béton, et la conception architecturale se rattachait aux critères du mouvement moderne. Quatre petits marchés -mercadillos - ou marchés généraux, seront alors construits : Vallehermoso, Padrinas, Tirso de Molina et surtout Olavide. Mais en dépit des mauvaises conditions rencontrées par la plupart des marchés de quartier de Madrid, qui, malgré tout pouvaient continuer à « remplir leur fonction, même de façon modeste »500, les responsables municipaux sont contraints de diriger la plus grande partie de leurs efforts vers la réforme des équipements pour la vente en gros501. Un ensemble de halles, situées en périphérie pour la vente en gros d’un seul type de produits, seront alors réalisés. La guerre civile (1936-1939) laissera à peine le temps d’achever ce programme, et dès 1940, les nouvelles autorités seront obligées de définir une politique de construction de marchés de quartier502.

  • 503 « dotar a las barriadas más próximas a la Ciudadela de un mercado digno, cómodo… » (FONTSERE, J. « (...)
  • 504 D’après Ramon Aliberch il fallut une bataille pour obtenir de la municipalité l’affectation de El (...)
  • 505 « …en realidad no hay mercados al mayor en Barcelona que sean eficientes y hay negocios como el vi (...)

62Le cas de Barcelone est différent en raison d’un développement urbanistique très particulier. Comme on sait, au milieu du XIXe siècle Barcelone était fortifiée et avait une surface relativement peu étendue. Le projet d’agrandissement de 1859 n’aura d’importance quantitative réelle que dans la dernière partie du siècle, et la grande Barcelone, comportant l’intégration des communes environnantes ne verra le jour qu’à partir de 1897. Une telle structure urbaine en cours de redéfinition et fortement décentralisée pose le problème en termes différents de celui de Madrid. On pense surtout au service des différents noyaux de population existants ou en construction, moins qu’à de grands équipements centralisés pour l’approvisionnement. Des halles centrales ne seront pas clairement définies à l’époque de la construction des grands marchés en fer de Barcelone. El Born, l’une des réalisations barcelonaises les plus ambitieuses dans la matière, est conçu par Fontseré pour « donner un marché digne, commode, aux quartiers les plus proches de la Ciudadela »503, et il ne fut affecté à la vente en gros des fruits et des légumes que vers le milieu du XXe siècle504. À l’opposé du cas madrilène, la question des halles centrales n’avait toujours pas été résolue en 1958 : « en réalité il n’y a pas de marché en gros efficace à Barcelone. Certaines affaires, comme la vente du vin et du bétail, se passent en plein air. Au début du siècle les fournisseurs vendaient les fruits et les légumes aux détaillants dans la cour du marché Santa Catalina ou dans la Gardunya au marché San José… »505. En revanche, un réseau de marchés métalliques de quartier, exemplaire et par la quantité, et par la cohérence de l’ensemble dans la suite chronologique, comportant une douzaine d’édifices, fut réalisé entre 1874 et 1920 environ.

  • 506 GARCIA DOMENECH, Rosa M. « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX » dans Actas II C (...)

63Au premier abord, on aurait tendance à classer le réseau de marchés barcelonais dans le premier groupe étudié, le principe de hiérarchie n’étant pas clairement défini. D’ailleurs, comme a signalé Rosa M. Garcia Domenech, pendant la première moitié du XIXe siècle se développe à Barcelone un processus de concentration des activités marchandes, traditionnellement éparpillées dans la ville, dans trois noyaux principaux -Boqueria, Born, Santa Caterina- se rapprochant ainsi du modèle d’équipement par zones urbaines506.

64Mais vers la fin du siècle, le problème présente des caractéristiques très différentes de Burgos ou de Valladolid en raison de l’échelle et de la dynamique urbaine. Dans ces dernières villes, le rythme de croissance urbaine, quoique réel, demeure limité par rapport à Barcelone, et la conception d’un réseau d’approvisionnement peut être envisagé dans le cadre d’un seul projet architectural. Barcelone se rapproche du modèle parisien dans la mesure où la question de la construction des halles ne peut être résolue en une seule fois car elle est liée à une mutation rapide et continue de la ville, à la construction, en somme, de la ville illimitée contemporaine.

3. Le concept d’espace architectural

65En raison des contraintes urbanistiques déjà énoncées et des impératifs du programme, que nous verrons plus loin, le cadre architectural que l’on essaie de donner à la halle, ne pouvait pas être conçu sans équivoque comme un édifice clos, à la différence d’une bonne partie des nouvelles typologies. L’ambiguïté entre espace ouvert, espace couvert et édifice clos se trouve au cœur de tout essai de définition typologique des lieux de vente de denrées. Une analyse sémantique ne fait que confirmer ce fait.

  • 507 LEMOINE, B. o.c. p. 32.
  • 508 DEMING, M.K. o.c. p. 55.
  • 509 CHARNEAU, B. « Marchés couverts et halles de Gironde », dans Revue Archéologique de Bordeaux, tome (...)

66L’ambivalence des concepts architecturaux exprimés par les termes français « halle » et « marché » a été relevée dans la bibliographie existante. Si Bertrand Lemoine met l’accent sur le rapprochement que la tradition française fait entre la « halle » et une structure couverte ou close et entre « marché » et un espace à ciel ouvert507. Marc K. Deming, de son côté, a signalé que, déjà au XVIIIe siècle, ceci n’apparaissait pas sans équivoque : « un même terme « halle » qualifiait donc des partis distincts : une place, un espace abrité ou clos et une construction fermée. De là, inévitablement, naquit une confusion entre « halle » et « marché »508. Bertrand Chameau, dans son article sur les « Marchés couverts et halles de Gironde », souligne la polysémie de son objet d’étude liée toujours à des notions d’espace équivoques509.

  • 510 En 1732, mercado est défini par le Diccionario de Autoridades de le Real Academia de ta Lengua, co (...)

67Le mot « halle » n’a pas d’équivalent en espagnol, mais la même ambivalence s’établit entre les termes mercado et plaza. Au XVIIIe siècle, mercado désignait aussi bien le rassemblement de personnes pratiquant le commerce que le lieu de vente510. Dans ce deuxième sens, il pouvait définir aussi bien un lieu quelconque qu’un édifice public.

  • 511 « Lugar ancho y espacioso dentro del poblado donde se venden los mantenimientos, y se tiene el tra (...)

68Le terme plaza définit, comme « place » en français, l’espace public monumental, symbolique et de célébration. Dans la tradition espagnole il désigne aussi l’arène -plaza de toros -. Mais la « place » est aussi l’espace commercial. Cet aspect est souligné dans la définition du Diccionario de Autoridades : « Vaste lieu à l’intérieur de la ville où les denrées sont vendues, où les habitants de la ville et de la région se fréquentent, où se déroulent les foires, les marchés et les fêtes publiques »511.

  • 512 « mercado ; sitio cubierto o descubierto donde hay puestos de venta de diversos artículos de consu (...)

69Les deux termes seront, donc, synonymes sur ce point, l’une des significations de plaza étant « marché » : « lieu couvert ou découvert avec des étalages pour la vente d’articles de consommation quotidienne »512. Les expressions encore employées comme ir a la plaza -aller au marché- ou hacer la plaza -faire les achats- pour subvenir quotidiennement à ses besoins, en témoignent.

  • 513 « Entre los asuntos que al ayuntamiento de Madrid competen y en los cuales debe fijar con preferen (...)

70Ainsi, les deux mots seront employés indifféremment dans les mémoires des projets architecturaux ou dans la documentation administrative pour définir les lieux de vente de denrées : « Parmi les affaires de la compétence de la Municipalité de Madrid qui attirent son attention de façon prioritaire, aucune n’a, sans doute, l’importance […] des marchés et des places destinés au ravitaillement »513.

71D’après la documentation consultée, le choix entre ces termes, leurs associations sémantiques ou leurs précisions par d’autres mots, ne correspondent pas forcément à une volonté de définition d’un concept d’espace précis. La pluralité et, quelquefois, la complexité des dénominations utilisées traduisent surtout l’impossibilité de définir clairement des espaces architecturaux rattachés à une fonction commune. Il nous semble que l’on peut donner trois interprétations plausibles d’une telle diversité d’appellations.

  • 514 « proyecto de construcción de una plaza de mercado cubierto en la plazuela de La Red », (« Table d (...)
  • 515 le 27-IX-1858, (A.Chan.Va : liasse 761-625) ; le 15-XII-1867, (A.A.B. 3265 B bis) ; le 7-1-1887, ( (...)

72Premièrement, il y aurait une interprétation sémantique, les architectes ou les fonctionnaires municipaux se bornant à définir un même objet par l’emploi d’une variété de synonymes. Pourtant, les mots ne sont pas neutres et les termes utilisés pour définir « le marché » ont gardé leur diversité de références, de connotations et de nuances. Par exemple, le choix du terme plaza implique des significations diverses. Il est identifié à la « halle », mais il peut définir aussi, et quelquefois en même temps, l’emplacement urbain de cette même « halle ». Le projet d’Epifanio Martinez Velasco pour le marché de La Red (1861), est défini dans la documentation administrative comme « projet de construction d’une place de marché couvert dans la petite place de La Red »514. Les deux termes sont associés en stricte complémentarité dans l’expression plaza-mercado utilisée par exemple dans le projet de Vicente Miranda pour une « plaza mercado » à établir sur la petite place de Portugalete à Valladolid (1858), le projet de l’architecte Garriga y Roca pour le marché de La Barceloneta à Barcelone(1867), et le projet de Pedro Falqués pour la construction de « plazas-mercados » à établir sur les places El Clôt et La Union de Barcelone (1887) parmi d’autres exemples515.

  • 516 « Les locaux pour les marchés publics ne sont pas signalés car il est possible de les situer sur d (...)
  • 517 « El arreglo de plazas de mercado, no es tan solo objeto de paro lujo y comodidad […] sino un verd (...)
  • 518 « Ces places étaient divisées en deux parties : la partie située devant l’église était destinée au (...)
  • 519 A.A.B. : 2886 B.
  • 520 Le rapport de la commission municipale de Valladolid chargée du projet de constructions de marchés (...)

73Presque équivalente, la dénomination plaza de mercado comporte une subordination du dernier par rapport à la première et une reconnaissance du « marché » en tant que catégorie de « place », en accord avec la conception des urbanistes espagnols du milieu du siècle. Castro, dans son projet d’agrandissement de Madrid (1859), établit seulement l’emplacement du marché au bétail, et des marchés pour la vente en gros, laissant aux auteurs de la réalisation du plan, le soin de définir l’emplacement des « marchés publics » à établir sur des places de cent mètres de côté créées par l’élimination d’un des îlots projetés516. À Barcelone, le rapport de la commission d’étude de l’agrandissement de la ville signale en 1855 que « l’aménagement de places de marché, n’est pas un simple objet de luxe et de commodité, […] mais un véritable avantage pour le public »517. En 1857, Miguel Garriga y Roca organisait son avant-projet d’agrandissement de la capitale catalane autour de grandes places où se regroupaient les fonctions publiques ; la moitié de chacune de ces places était consacrée au marché518. Ce même architecte, utilise aussi l’appellation « plaza de mercado » dans ses projets de l’année 1861 pour la place Padró et pour la rue Sant Pau à Barcelone519 et dans le projet destiné au quartier La Barceloneta déjà cité. L’expression revient souvent dans la documentation consultée520.

  • 521 « una plaza cubierta para mercado de abastos » (Guardia, J.M. de la, « Mémoire du projet de marché (...)

74En contradiction avec sa propre nature, parfois, la place jouera le rôle d’espace architectural couvert dans des expressions comme « une place couverte à usage de marché »521.

  • 522 Voir : Projet de marché place Libertad à Burgos de Luis Villanueva, 1859 (A.M.Bu. : O.P. 968, f° 1 (...)

75Deuxièmement, une autre interprétation de cette polysémie se rattache aux usages, aux traditions et aux conditions spécifiques de chaque localité ou région. Ainsi, à Burgos et dans les Asturies, la dénomination « marché couvert » a fait fortune parmi les concepteurs même avant la première architecture métallique522. Cette définition, devenue une constante dans la plus grande partie des projets élaborés pendant la deuxième moitié du siècle dernier et le début du XXe, aussi bien à Burgos que dans l’ensemble des villes asturiennes, traduit l’attention portée à des impératifs climatiques évidents.

  • 523 A.M. Av. : Obras 1-85.
  • 524 L’origine de la place de Valladolid, comme dans beaucoup de villes castillanes, se trouve dans l’e (...)
  • 525 « …las circunstancias de la localidad y la precisión de aprovechar todo el terreno edificable à fi (...)

76En revanche, dans d’autres villes où les rigueurs du climat sont comparables, on préféra très souvent les dénominations comportant le mot plaza. C’est le cas de la suite de projets de halles de Valladolid, ou bien du projet de Repullés Vargas pour Avila en 1893, défini par son auteur comme « marché public » et ensuite comme « marché ou place close »523. Il s’agit peut-être de l’influence plus ou moins consciente de leurs traditions respectives de prestigieuses places programmées et d’espaces urbains à portiques destinés partiellement ou exclusivement au commerce524. Comme nous l’avons constaté plus haut, cette dénomination eut également du succès à Barcelone. L’idée de la récupération d’espaces publics dans une ville angoissée par la croissance démographique et par le périmètre contraignant de ses murailles serait peut-être prioritaire dans la pensée des concepteurs. A cet égard, Garriga y Roca signalait en 1861 le fait que « … les particularités de la ville et la nécessité d’utiliser tout le terrain disponible pour abriter une population toujours croissante et oppressée par la clôture de pierre qui nous entourait ont fait que le nombre de places de marché ne correspond pas aux besoins de la population »525.

  • 526 « edificios consistentes en una nave cubierta en cuyo interior hay puestos dedicados a la venta de (...)
  • 527 A.M.Av. : no 19.

77Troisièmement, il y a une explication chronologique. Malgré l’identification avec « la place », le mot mercado sera petit à petit associé à l’installation progressive des activités marchandes dans un édifice entièrement indépendant du tissu urbain, installation développée au cours du XIXe siècle. À côté de la traditionnelle ambiguïté lieu/édifice public, la langue espagnole contemporaine recueille parmi les significations de « marché », la référence spécifique à des « édifices constitués d’une seule nef couverte à l’intérieur de laquelle il y a des étalages pour la vente de toute sorte d’articles ; en particulier les denrées fraîches comme les légumes, les fruits, les viandes et les poissons »526. Même si encore en 1958, l’architecte d’Avila Clemente Oria dresse un projet de réaménagement et d’agrandissement de la plaza de abastos de Avila527, d’une façon générale la spécificité du terme mercado pour définir l’édifice clos consacré à la vente de denrées se confirme. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle on précisait souvent, comme nous l’avons signalé plus haut, le caractère couvert pour le distinguer des halles en plein air. Mais dès les premières décennies de notre siècle, et surtout à partir du mouvement moderne, le langage spécialisé aura tendance à définir par le seul terme de mercado l’ensemble de la réalité typologique, constructive et fonctionnelle qui nous occupe, tout en établissant nettement la différence avec la « place » publique.

  • 528 GIRALT CASADESUS, R. o.c. p. 13-15.

78Cette polysémie évoque une conception de l’espace architectural dont la complexité, ancrée dans la tradition historique, s’accentue pendant le XIXe siècle en parallèle avec l’évolution vers le « marché « -édifice. Les notions d’extérieur et d’intérieur de la halle par rapport à la fois à la couverture et à la clôture du périmètre constituent toujours une difficulté pour un classement systématique a posteriori. En 1937, l’architecte Giralt Casadesüs dans son ouvrage Mercados. Teoria y prâctica de du sonstrucciôn y funcionamiento n’établit pas de distinction claire entre marché clos et marché couvert qu’il oppose au marché en plein air528 ».

  • 529 « hasta el siglo XVIII, en ningún tratado de arquitectura se empleó esta palabra (espacio), mientr (...)

79Au XIXe siècle, le concept d’espace architectural en général, et celui de la halle en particulier, ne constituait pas un objet de réflexion. Du point de vue de la conception architecturale, Peter Collins a signalé que « jusqu’au XVIIIe siècle, ce mot (espace) n’apparaît dans aucun traité d’architecture, et la conception de l’espace comme qualité primordiale de la composition ne s’est pas développée avant les dernières années ». Les architectes du XIXe siècle hériteraient encore d’une tradition « classique » de construction de « suites de cours et de pièces comportant des relations spatiales extrêmement subtiles mais qui n’étaient discutées par les théoriciens qu’en termes de structure et de composition »529.

80L’alternance entre lieux de vente et voies intermédiaires de circulation et leur degré de distinction ou intégration par des éléments de clôture ou de couverture sont à la base de toute organisation spatiale du marché dans toutes les cultures et dans toutes les époques depuis la naissance des formes les plus archaïques du commerce.

  • 530 DIDIERJEAN, F. et autres. Belo III. Le macellum. Publications de La Casa de Velázquez. Série arché (...)
  • 531 Voir, entre autres, les dessins de Morey dans le catalogue Roma Antiqua. Envois des architectes fr (...)
  • 532 ROSSI, A. L’architecture de la ville, pp. 158-161.

81Depuis l’Antiquité classique l’agora grecque et sa réplique romaine, le forum, combinant les espaces à ciel ouvert avec les portiques ou zones intermédiaires abritées et non closes, établissent un modèle d’espace de référence incontournable pour toute l’architecture occidentale. Il existe une autre typologie d’origine latine, cette fois à fonction exclusivement commerciale, le macellum. Celui-ci, archéologiquement mal connu par les architectes du XIXe siècle, ou confondu avec le forum, présente la même structure spatiale : « nous pouvons résumer le programme propre de tous les macella antiques : une série de boutiques couvertes, à vocation commerciale, approximativement de même surface et s’ordonnant autour d’un espace de circulation à ciel ouvert… »530. Dans la ville de Rome, les Marchés de Trajan dans le forum de cet empereur, appelés au XIXe siècle Bains de Paul-Émile, étaient cependant bien connus dans leur vraie destination commerciale et ils furent divulgués dans les milieux professionnels par les envois de dessins des Prix de Rome531 Ils étaient organisés en deux structures : un ensemble de boutiques aménagées autour d’un espace semi-circulaire en plein air, et un passage marchand voûté et construit mettant à profit la différence de niveaux entre la partie basse du forum et la colline532.

  • 533 YARZA, J. Arte y arquitectura en Esparta, 500/1250, Madrid, 1979, p. 124.
  • 534 Voir LAMPEREZ, V. La arquitectura civil española, Madrid, 1922 ; SECO de LUCERNA PAREDES, L. La Gr (...)

82L’architecture hispano-arabe fournit deux types d’espace marchand. Le souq, devenu en langue espagnole zoco, définissait la place ou l’endroit public où se tenait le marché à caractère général. Le foünduk, organisé autour d’une cour centrale entourée de corps de bâtiment, était destiné à une double fonction : premièrement, lieu de stockage et de négoce des marchandises, notamment des grains ; deuxièmement, hôtellerie pour les commerçants533. La langue espagnole a gardé un mot pour chacune de ces fonctions : fonda pour hôtellerie et alhondiga (de Al-foündouk) pour halle aux grains. Le Corral del Carbon à Grenade serait l’exemple le plus significatif parvenu jusqu’à nous534.

  • 535 Voir CERVERA VERA, o.c.
  • 536 LAMPEREZ, V. o.c. vol. 2, p. 207 planche 151 et p. 205, planche 152.
  • 537 Le professeur Marià Carbonell nous a apporté le témoignage de l’existence assez répandue de ce typ (...)
  • 538 LAMPEREZ, o.c. p. 24.
  • 539 Projet de Cubiertos (couverts), signé par Santiago Pérez, le 23-1-1751, (A.M.Bu. : O.P. 1225, pièc (...)
  • 540 Nous avons déjà cité la description de l’ancienne poissonnerie de la Boqueria. Dans son ouvrage, U (...)
  • 541 Cette poissonnerie était constitué d’une « simple couverte de toiture (sic), à plan rectangulaire, (...)
  • 542 AGAPITO Y REVILLA, J. « Carnicerias de Médina del Campo », dans Arquitectura, no 4, 1918, p. 77 et (...)
  • 543 Voir SANCHEZ-ROBLES, J.C. et ROS ANDREU, J.L. El Almudín de la ciudad de Valencia, 1981. Voir égal (...)

83Les traditions d’architectures marchandes locales du moyen âge et de la période moderne, qui ne sont connues que partiellement, témoignent elles aussi d’une pluralité de solutions spatiales. Premièrement, comme nous l’avons déjà indiqué, la place publique évolua vers l’espace ouvert entouré de portiques, caractéristique des Plazas Mayores535. Deuxièmement, on trouve également des loges à finalité commerciale, de proportions modestes en général, comme à Alcaniz (Teruel), à la halle au blé de Priego (Cordou)536 du XVI siècle, et d’une façon générale en Catalogne537 où elles étaient souvent aménagées en bas de l’hôtel de ville. Leur principe était celui de la perméabilité de la façade par rapport à la voie publique. Troisièmement, il existe aussi en Espagne une tradition d’appentis comme, par exemple, la halle de Granollers (Barcelone) que Lampérez date de 163538 «, le projet de « couverts » à Burgos, de 175 1539, l’ensemble de poissonneries de Barcelone décrit par Cayetano Cornet540, ou encore celle de Reus (Tarragone)541. Enfin, la tradition historique fournit de même des exemples d’édifices pour la distribution de denrées, non seulement couverts mais aussi clos. C’est le cas de la boucherie de Médina del Campo (Valladolid) datée de 1562542, et de l’Almudin ou halle aux grains de Valence543.

  • 544 REYNAUD, o.c. p. 456.

84On constate que les partis adoptés tout au long de l’histoire, aussi bien qu’au XIXe siècle, ont été très divers. L’analyse comparative des plans confirmera combien les notions d’intérieur et d’extérieur restent vagues et la limite entre le tissu urbain et l’objet architectural -s’il en est- sans précision. Léonce Reynaud, dans son Traité d’Architecture fait le constat de cette réalité dans son classement des halles urbaines modernes qu’il divise en quatre groupes et que l’on peut regrouper en trois solutions spatiales. D’abord, le portique couvert en appentis, comme élément isolé ou comme partie d’un ensemble avec cour centrale : Ensuite, les galeries couvertes avec des murs percés sur tous les côtés, comme dans « les marchés Saint Germain, des Carmes et des Blancs Manteaux à Paris ». Enfin, le marché entièrement clos, situé dans « une vaste salle »544.

85En effet, deux phénomènes paradoxaux du point de vue de la définition architecturale sont intimement liés à la tradition de la « halle ». En premier lieu, l’utilisation de supports ponctuels et l’inexistence de murs portants de clôture constituent l’une des tendances constantes dans la construction des marchés, opposée en quelque sorte à un système de conception architecturale académique très soucieux de la composition de la travée. En second lieu, la présence d’éléments architecturaux « de transition » entre extérieur et intérieur -comme les portiques, les loges, les galeries, les façades percées à la suite d’ouvertures à l’extérieur des locaux de vente, ou, simplement, les étalages plus ou moins stables accolés au mur de clôture projetant l’activité au-delà des limites physiques établies par l’architecture.

86Ces deux caractéristiques de la composition appartenant à la tradition gréco-romaine, et devenues une constante dans l’évolution de l’architecture occidentale, prendront un nouvel essor pendant le XIXe siècle, surtout par l’adoption des éléments métalliques de construction.

  • 545 À ce sujet voir l’article de Bertrand CHARNEAU déjà cité sur les halles en Gironde, ainsi que son (...)
  • 546 DEMING, M.K. o.c. p. 56-57.

87La volonté d’abriter le marché est une constante historique dans la tradition française545, et aussi dans une certaine mesure dans la tradition espagnole, comme nous avons pu le constater plus haut. À partir du Siècle des Lumières ce principe correspondra à un choix de modernité. Cependant, avec les matériaux constructifs traditionnels, à partir d’une certaine échelle s’impose la combinaison avec des espaces à ciel ouvert. La Halle au Blé de Paris (1763-1766), paradigme de l’architecture marchande éclairée, constitue la synthèse des traditions françaises de halles couvertes et découvertes, étant interprétée par les contemporains aussi bien comme édifice avec cour intérieure que comme place entourée de bâtiments546.

88La même dualité est relevée dans les marchés à plan longitudinal, ou quadrangulaire comportant espace intérieur entouré de portiques ou de corps de bâtiment, du début du XIXe siècle. La conception des ouvertures définira une diversité de relations intérieur-extérieur entre l’environnement urbain, les bâtiments et l’espace central, qui sera perçu autant comme une cour que comme une place.

  • 547 Voir : LEMOINE, B. o.c. p. 45. Voir également : Le marché de Saint-Germain, publié par l’Associati (...)

89Couverture intégrale ou pavillons entourant un espace central ouvert peuvent être moins des solutions opposées que des alternatives d’un même modèle de composition du plan. Dans un schéma de composition quadrillé, à la façon de Durand, la dimension du terrain disponible, conditionné par l’environnement urbain, donne lieu à plusieurs solutions. L’ensemble des marchés parisiens construits sous le Premier Empire constituent un bon exemple : Le marché Saint Honoré (1808-1810) comportant un ensemble de pavillons à plan longitudinal ; la marché Saint Martin (1811-1816), ensemble de deux pavillons longitudinaux parallèles délimitant une cour intérieure ; enfin le marché Saint Germain (1813-1817) avec son bâtiment à quatre ailes autour de la cour intérieure et un pavillon secondaire à plan allongé547.

90En Espagne, également deux familles de halles apparemment opposées auraient, en fait, des origines communes dans le processus de conception, mettant en évidence une fois de plus l’ambiguïté du concept d’espace du marché et la difficulté d’établir les limites par rapport à l’espace urbain. Le marché de La Feria à Séville, construit en 1719, 1837 et 1925, comme assemblage de galeries marchandes couvertes -cuarteladas- et le marché San Ildefonso à Madrid (1834) constitué par un espace clos et couvert, pourraient être intégrés à des ensembles composites comme le marché Santa Catalina (1844-1848) et La Boqueria (à partir de 1840), à Barcelone, le marché de La Encarnación, à Séville (1833) comportant des successions de pavillons et de cours.

  • 548 « dos mercados públicos y cubiertos » (MARTINEZ VELASCO, E. « Mémoires des projets des marchés… », (...)

91Les deux projets jumeaux non réalisés de Epifanio Martinez Velasco pour les marchés de Portugalete et La Rinconada à Valladolid (1861) en constituent un bon exemple. Répondant à la même commande de « deux marchés couverts publics »548, le premier projet présente un plan longitudinal à trois nefs couvertes, et le deuxième est aménagé avec des pavillons autour d’une cour centrale. Le programme étant identique, l’architecte serait arrivé à des solutions spatiales différentes simplement en s’adaptant à chaque terrain.

  • 549 DEMING, o.c. p. 167 et 192.

92Les matériaux constructifs traditionnels ne permettaient pas de satisfaire l’enjeu typologique prioritaire : l’abri intégral de vastes espaces sans imposer une lourdeur et une fermeture architecturales mal adaptées à la fonction. Dès son inauguration, la Halle au Blé de Le Camus de Mézières « souffrait, en effet d’un resserrement général tendant à amoindrir certains des avantages initialement recherchés. En pâtissaient la ventilation et l’éclairage interne de l’édifice […] plus funeste encore était son manque d’étendue ». La coupole métallique de Bélanger sur la cour centrale de la Halle au Blé (1809-1812), remplaçant la coupole en bois de Molinos et Legrand disparue dans l’incendie de 1802, indique la solution constructive que le XIXe siècle sera amené à développer549. Quarante années plus tard Baltard et Callct sont contraints de quitter le parti adopté dans leur projet de 1851 pour les Halles Centrales de Paris, et qui consistait en un ensemble de pavillons isolés -dont l’un d’entre eux était déjà construit- combinant la charpente métallique et les murs extérieurs en maçonnerie. La solution proposée par les mêmes architectes en 1853, destinée à faire autorité dans la matière, comportait une structure architecturale unifiée grâce à des pavillons reliés par des voies couvertes et perméables à l’air et à la lumière, au moyen d’une utilisation beaucoup plus large du fer.

93L’utilisation d’éléments et de structures métalliques permettra de résoudre le problème constructif de la couverture, et apportera de nouvelles données à la problématique concernant l’ambiguïté du concept d’espace de la halle.

  • 550 « Projet de marché La Barceloneta », signé par M. Garriga y Roca, le 15-XII-1867, (A.A.B. : 3665 b (...)

94Dans un premier temps, l’utilisation du fer dans la construction des halles vient se greffer sur des schémas distributifs traditionnels, comme nous constaterons dans l’analyse des plans, gardant ainsi l’ambiguïté spatiale entre intérieur et extérieur déjà signalée. En Espagne, à partir de la fin des années 1840, et notamment dans la décennie des années 1860, des appentis -tinglados- de construction entièrement métallique seront projetés et quelquefois réalisés un peu partout dans le pays, dans le but de fournir un abri aux activités marchandes. Comme dans le projet de réforme et d’agrandissement du marché de La Barceloneta à Barcelone de l’architecte Miguel Garriga y Roca (1867), les structures de support sont presque éliminées et les limites entre la « cour centrale » intérieure, les zones couvertes et les voies de circulation extérieures ont presque disparu550.

  • 551 « circumbalado esteriormente por una galeria, é interiormente por un pasaje cubierto de cristales. (...)
  • 552 « el patio o centro de la plaza » GONZALEZ, Cândido, « Mémoire du projet du marché Trascorrales », (...)
  • 553 REPULLES VARGAS, E.M. « Mémoire du projet… », le 31 mai 1893, (A.M.Av. : Obras 1-85).

95Même lorsque le parti adopté comportera des structures closes et couvertes, les architectes définissent leurs projets en s’appuyant sur la diversité d’espaces traditionnellement rattachée à la halle. Ainsi, le projet de Martin Saracibar pour le marché de Portugalete à Valladolid (1862) n’est pas décrit par son auteur comme un édifice mais comme un ensemble composite « ceint à l’extérieur par une galerie, et à l’intérieur par un passage couvert en verre. La galerie et le passage communiquent avec cinquante-six étalages et locaux clos pour la vente »551. La même année, le marché Trascorrales à Oviedo, entièrement couvert et avec des murs massifs, est défini par son auteur, Cândido Gonzâlez, comme un édifice, mais il précise tout de suite après qu’il a conçu deux petites fontaines à établir dans « la cour ou centre de la place »., en faisant allusion à la zone centrale intérieure du marché552. Ou encore bien plus tard, en 1893, le marché d’Avila couvert et clos avec galerie dans son périmètre extérieur, est défini par son architecte, Enrique Maria Repullés y Vargas, comme un édifice comportant deux parties : une « plaza cerrada » -place close- ou espace intérieur à caractère permanent, et un élément extérieur complémentaire -la galerie périphérique-553.

Projet de marché de Avila, 1893

  • 554 DALY, C. col 21.
  • 555 PEVSNER, N., A history of building types, p. 289.
  • 556 Même si les deux derniers adoptent dans la solution finale des éléments de clôture partielle ou to (...)

96D’autre part, la conception utopique d’une toiture illimitée avec un minimum de supports fait fortune dès la première architecture métallique et est très vite associée à la typologie des marchés. César Daly est partisan d’une conception « qui, conservant à la halle le caractère de la place publique, n’essaie pas de la soustraire au jeu libre de l’air vivifiant et de la lumière, et se borne à l’abriter contre la pluie et le soleil […] Le marché primitif, rudimentaire, se compose d’une suite d’étalages distribués sur la voie ou la place publique, qui sont garantis chacun par un abri isolé, une espèce de parapluie […] c’est toujours un simple abri que nous préférons, mais le parapluie est devenu collectif, monumental »554. Le principe d’une couverture métallique nue était déjà retenu en 1830-1833 par Charles Fowler dans la halle au poisson du marché Hugerford à Londres555, puis dans certains projets présentés au concours de 1853 pour les Halles Centrales de Paris, notamment celui de Nicole, d’Horeau ou de Flachat556.

  • 557 Bergue lui-même emploie le terme pour definir ses projets.

97En Espagne, l’ingénieur Miguel de Bergue serait le promoteur le plus remarquable de ce principe. En partant du système de tinglados557 évoqué plus haut, il conçoit, en 1865, ses projets pour la cour centrale du marché de Sant Josep (Barcelone) et pour le marché Portugalete à Valladolid comme des couvertures ininterrompues sans autre limite que les locaux de vente.

  • 558 Au sujet du projet de Horeau pour les Halles Centrales de Paris de 1850, Françoise Boudon signale (...)

98Sans doute ce fut Hector Horeau qui poussa le plus loin les nouvelles possibilités techniques dans la définition de l’espace d’une halle558. En revanche, le parti de Baltard, finalement réalisé, comportait un compromis entre les possibilités presque illimitées des éléments métalliques et la définition et le partage de l’espace intérieur par des murs extérieurs souples et par la multiplication des supports qui se sont avérés adaptés à la fonction. De la même manière qu’il s’imposa à Paris, ce dernier constitua un modèle adopté en Espagne de façon normative, non seulement dans les idées mais surtout dans les réalisations, à partir de la période 1867-1875. À partir de cette étape nous constatons, toujours en Espagne, une double évolution du concept d’espace de la halle.

99Premièrement, et de façon majoritaire, l’évolution s’effectue vers la définition de la halle comme édifice entièrement clos. Comme nous aurons l’occasion de le développer dans d’autres parties de ce travail, on constate approximativement vers le milieu des années 1880, et selon les régions, une forte tendance à l’abandon progressif de supports en fonte et des éléments métalliques apparents sur la façade. Cette tendance est définie par un ensemble de circonstances liées à la construction, techniques, et stylistiques comme le faux caractère de résistance au feu de la fonte, la critique esthétique vis-à-vis de ce matériau, l’évolution des structures en acier, ainsi que le progrès des équipements urbains et des techniques de conservation alimentaire. Ces circonstances rendront possible la construction d’un nombre important de marchés clos par des murs en matériaux traditionnels -pierre de taille et maçonnerie- entièrement à l’abri des intempéries, bien desservis, et répondant aux impératifs de l’hygiène moderne.

100Deuxièmement, et en parallèle à cette tendance majoritaire, le principe de la toiture métallique nue, continuera à être appliqué jusqu’au XXe siècle, en raison certainement du climat -elle se développe surtout dans les régions méditerranéennes- mais aussi de l’évolution du goût à la fin du siècle.. Citons, parmi d’autres exemples, le projet de marché pour La Barceloneta à Barcelone de Rovira y Trias (1873), la halle au grain de Figueres (Gerone) (1886), le marché Lanuza de Saragosse (1902), le marché San Miguel à Madrid (1915-16), le marché Colon à Valence (1916), ou encore, le marché Salamanca à Malaga (1923-1925).

  • 559 « …la nueva relación entre los medios técnicos y las finalidades representativas […] una impresión (...)

101Pour compléter notre analyse du concept d’espace, il faut signaler qu’il n’y a pas d’identification automatique entre la couverture métallique et le marché installé dessous. Il est connu que le caractère novateur de l’architecture métallique ne tient pas seulement à la réussite technologique, mais à une nouvelle relation de l’individu avec l’espace architectural. Au sujet du Crystal Palace de Londres (1851) Leonardo Benevolo signale que l’intérêt de l’architecture métallique pour ses contemporains, était moins lié aux solutions techniques et industrielles en elles-mêmes qu’à « la nouvelle relation entre les moyens techniques et les finalités représentatives », car le résultat était « une impression d’irréalité et d’espace indéfini ». Cette enveloppe de l’espace, n’est pas perçue comme « un objet unitaire et achevé » mais comme « une étendue indéfinie, qualifiée toujours de façon changeante par les objets exposés et par les visiteurs »559. L’échelle et l’ambition des édifices que nous étudions ici sont infiniment plus modestes que celles du paradigme londonien. Pourtant cette nouvelle perception de l’espace architectural et des proportions doit être considérée dans toute analyse de l’architecture métallique.

Marché Plaça Coberta, Figueres (Gérone), 1886-1887

  • 560 DALY, o.c. col. 21.

102L’idée de la toiture sans limite et indépendante du contenu, possible grâce aux procédés constructifs métalliques, si polémique vis-à-vis des conceptions d’inspiration classique de l’architecture, s’adapte bien au caractère organique et pluriel de la halle. César Daly en témoigne : « Sous les vastes couverts […] sous des toitures élégantes et légères, soutenues par de sveltes colonnettes, les marchés spéciaux se groupent, sans peine, dans les points les plus convenables, et s’étendent ou se rétrécissent suivant les besoins et les leçons de la pratique. Ce n’est plus qu’une question de mobilier »560. En conséquence couverture et marché seront souvent perçus comme deux systèmes architecturaux superposés mais distincts.

  • 561 « forman el mercado dos cuerpos de edificio […] separados 12 metros uno de otro. Casi en el centro (...)
  • 562 « …« « gran tinglado con destino al mercado de la plaza San José » (« Lettre de Bergue à la Munici (...)
  • 563 « se está construyendo actualmente en la Plaza de la Cebada una espaciosa y bonita galeria, formad (...)

103Dans plusieurs cas appartenant à la première génération des halles métalliques espagnoles, la distinction entre les structures propres au marché et la couverture est explicitement signalée. En 1865, l’ingénieur Miguel de Bergue décrit ainsi son projet de marché de Portugalete à Valladolid : « le marché est constitué par deux corps de bâtiment.. séparés de 12 mètres l’un de l’autre. Presque au milieu de ces édifices se dressent les colonnes pour soutenir un appentis construit en fer qui les met en communication »561. À nouveau Bergue définit son projet pour le marché Sant Josep à Barcelone comme « un grand appentis destiné au marché de la place S. José »562 signalant la distinction entre couvert, fonction et emplacement. En 1867, La Correspondencia de Esparta signale qu’à Madrid « on construit actuellement sur la place La Cebada une vaste et belle galerie avec une couverture soutenue par des colonnes en fer pour la commodité des gens qui fréquentent ce marché »563.

  • 564 ZOLA, Emile. Le ventre de Paris, 1871, (nouvelle éddition, 1990), pp. 34-35.

104Même lorsque le parti adopté ne sera pas une simple structure de couverture entièrement métallique, mais un compromis de matériaux aboutissant à des espaces clos et couverts, survivra le souvenir de la distinction entre les deux systèmes architecturaux. La perception que l’observateur averti, et pas forcément spécialiste, pouvait avoir des Halles Centrales de Baltard est celle d’une toiture qui dépasse toutes les règles et les dimensions architecturales habituelles, et sous laquelle s’organise le marché dans toute sa complexité et sans entrave. Emile Zola l’exprimait ainsi dans Le ventre de Paris (1871) : « Quand il déboucha dans la grande rue du milieu, il songea à quelque ville étrange, avec ses quartiers distincts, ses faubourgs, ses villages, ses promenades et ses routes, ses places et ses carrefours, mise tout entière sous un hangar, un jour de pluie, par quelque caprice gigantesque.. ; et c’était, au-dessus de la ville, jusqu’au fond des ténèbres, toute une végétation, toute une floraison, monstrueux épanouissement de métal, dont les tiges qui montaient en fusée, les branches qui se tordaient et se nouaient, couvraient un monde avec les légèretés de feuillage d’une futaie séculaire »564.

  • 565 « doble armadura de cemento, hierro y ladrillo, ó de otros materiales que se determinen para unifo (...)

105En 1904 encore, l’architecte López Sallaberry, pour contourner l’opposition des vendeurs du marché de El Carmen de Madrid à son projet de halle couverte, justifie son choix en le définissant comme une enveloppe du marché en plein air existant. Après définition d’un périmètre, il propose que les étalages et les rues intermédiaires soient couverts par une « double structure de ciment, de fer et de brique, ou d’autres matériaux que l’on choisit pour rendre la température uniforme »565.

4. Les impératifs du programme

  • 566 En 1835, la municipalité de Madrid, en relation avec les projets de construction de marchés, souli (...)

106Les projets de la première partie du siècle sont conçus à partir d’une logique projectuelle d’inspiration classique dans laquelle l’objet architectural est abordé en fonction de principes généraux et normatifs. Dans le domaine de 1’architecture utilitaire un compromis entre éthique et esthétique devait être cherché. Un parti architectural « convenable » devait être à même de satisfaire la volonté d’amélioration des conditions de vie de la cité et le souci d’embellissement urbain566.

107Deux principes généraux de définition du programme architectural vont perdurer dès les premiers projets de halles non métalliques du XIXe siècle jusqu’au XXe siècle. Les notions complémentaires de commodité et d’hygiène -avec celle d’embellissement urbain que nous traiterons ailleurs- constituent la base conceptuelle de tout projet utilitaire.

  • 567 DURAND, J.N.L., Précis des Leçons d’Architecture…, introduction.

108Ces concepts chers à la théorie architecturale des Lumières sont primordiaux dans le discours fonctionnaliste sur l’architecture de J.N.L. Durand. Commodité et salubrité sont pour lui deux éléments constituants de la notion de Convenance, l’un des deux moyens -avec l’économie- que l’architecture doit employer pour répondre à son but exclusivement utilitaire567.

  • 568 Julio ARRECHEA démontré, à partir de l’analyse des théoriciens-dont le traité manuscrit de ZARCO D (...)
  • 569 « Ordenacion, disposicion, euritmia, simetría, distribucion y decoro ù ornato, son las seis partes (...)

109Les théoriciens de la première moitié du XIXe siècle, aussi bien en France qu’en Espagne, s’efforceront d’intégrer la contradictoire multiplicité de dimensions de l’architecture dans la notion de convenance -concept à cheval entre ce qui est approuvé par la pratique et une sorte de principe directeur des valeurs vitruviennes de l’architecture568. Alors qu’en 1847 la validité universelle du classicisme était déjà contestée, ces valeurs sont présentées encore comme l’essentiel de l’architecture dans les Lecciones de Juan Miguel de Inclán Valdés, destinées aux élèves de la nouvelle École d’Architecture de Madrid : « Ordonnance, disposition, eurythmie, symétrie, distribution et décor, sont, d’après Vitruve, les six parties principales de l’architecture sans distinction pour tous les genres de constructions. Ces parties sont résumées en trois points, à savoir : commodité, solidité, beauté »569.

  • 570 « Dejaré de extenderme en cuanto a la solidez, elegancia y sencillez porque debiendo tener esta ca (...)
  • 571 « la buena distribución, la sencillez y el decoro propicio de un edificio de esta naturaleza » (Pr (...)

110Les principes généraux de cette logique projectuelle, énoncés de façon quelque peu topique ou stéréotypée, sont utilisés par José Mas Vila en 1837 pour justifier son projet de marché Sant Josep à Barcelone : « Je ne m’attarderai pas sur la solidité, l’élégance et la simplicité que, d’après les théoriciens, doivent réunir les édifices de toute sorte. L’architecte qui, dans ses œuvres, oublierait ces conditions manquerait à son devoir »570. En 1835, le promoteur Apolinar Lôpez Soria présente des arguments similaires pour la défense d’un projet utilitaire, celui du marché El Carmen, à Madrid, conçu par l’architecte Francisco Mariátegui : « la bonne distribution, la simplicité et le décor propres à un édifice de ce genre »571.

  • 572 Voir ISAC, A. Eclecticismo y pensamiento arquitectónico en España. Discursos, revistas, congresos (...)
  • 573 « El concepto de conveniencia, en definitiva establecido como criterio para conseguir adecuadas re (...)

111Lorsque vers le milieu du XIXe siècle, le monopole des valeurs architecturales universelles et symboliques d’origine classique sera mis en question en Espagne572 comme partout en Europe, les théoriciens proposent encore la convenance comme principe régulateur des nouvelles données scientifiques, constructives et fonctionnelles. Comme Arrechea l’a indiqué, « le concept de convenance avait été établi comme critère régulateur des relations formelles adéquates en fonction des grands modèles et de la pratique architecturale. On a essayé de dépasser les propres limites de ce concept par l’intégration d’une excessive multiplicité de connaissances »573.

  • 574 À cet égard Claude MIGNOT signale que « Vers le milieu du siècle, quelques observateurs plus lucid (...)
  • 575 « la insuficiencia de alimentos, su escasez, su subido precio, ô su mala distribución, traen fatal (...)

112Progressivement, le seul exercice de la composition architecturale n’est pas en mesure de faire face aux besoins de la cité industrielle en matière d’hygiène et de commodité574. Á partir du milieu du XIXe siècle ces deux questions ne seront exclusivement abordées qu’en fonction des principes classiques de la convenance, mais surtout en termes de science urbanistique, de médecine publique, et de progrès technique. Ildefonso Cerdà concevait sa nouvelle ville en fonction de la voirie et de la salubrité des habitations. De son côté, Pedro Felipe Monlau, le grand théoricien « higienista » espagnol, à l’aide d’études statistiques, attirait l’attention sur le problème de « l’insuffisance des aliments, leur prix trop élevé ou leur mauvaise distribution » qui entraîne « des épidémies, des bouleversements et toutes sortes de malheurs »575.

  • 576 « salubridad público ornato y comodidad »… « adelantos y necesidades del siglo » (ROVIRA Y TRIAS, (...)

113En 1873, Rovira y Trias, architecte d’un important ensemble de halles métalliques à Barcelone, énonçait les grands principes généraux de « salubrité, embellissement public et commodité », mais il les liait aux « progrès et aux besoins du siècle »576, témoignant ainsi son opposition au système de portiques adopté dans le marché Sant Josep à Barcelone. La forme académique du discours est ainsi conservée mais elle est remplie de contenus nouveaux.

  • 577 « L’embellissement public si convenable dans une capitale ne peut pas éxister avec les cajones -so (...)
  • 578 « estrechez […] obreguez […] incómoda situación que impide el paso de carros y caballerias ». (PER (...)
  • 579 « los locales que sirven de matadería, carnicería y pescadería […] carecen de las dos circunstanci (...)

114Etant donnée la nature même des marchés, hygiène et commodité constituent non seulement des références théoriques mais des impératifs pratiques de premier ordre dans le programme. Dès le début du siècle, les projets de marchés sont fondés sur une analyse critique des installations existantes en ce qui concerne ces deux problématiques. À côté des argumentations de caractère esthétique577, les impératifs de circulation, le manque d’air, d’espace, d’eau et de lumière sont constatés. Santiago Pérez, dans son projet de « lieu pour la vente de grains » à Burgos (1813) signale « étroitesse […] obscurité […] situation incommode qui empêche le passage des charrettes et des chevaux »578 dans les édifices existants. Le rapport médical concernant les anciens abattoirs, boucherie et poissonnerie de Saint-Sébastien (vers 1840) met l’accent sur le fait que « les locaux utilisés […] ne remplissent aucune des deux conditions nécessaires aux édifices de cette nature : à savoir, capacité et ventilation ; le premier de ces édifices est un entrepôt obscur et les autres sont des baraques basses et étroites […] fils manquent également d’eau »579.

115A partir de l’analyse critique, les impératifs de commodité et d’hygiène seront précisés essentiellement autour de trois problématiques : la circulation, l’équilibre du parti architectural entre abri, aération et éclairage, et enfin les installations techniques liées à la propreté et à la commodité.

4.1. La Circulation

116La question de la circulation se pose aux concepteurs dès qu’ils envisagent de donner à la halle un cadre architectural, aussi simple soit-il. La réflexion sur la circulation répond aux impératifs de la commodité, laquelle à son tour est liée à la fonctionnalité plus qu’à la notion de confort. Historiquement elle présente, au moins, deux réseaux différents.

  • 580 À titre d’exemple, le projet de halle aux légumes à Burgos de Severiano Cecilia de 1863, signale p (...)
  • 581 « El fácil acceso de las personas […] así que el de los carros y caballerías… » (« Rapport… », le (...)

117Premièrement, un circuit extérieur pour l’acheminement des marchandises vers le lieu de vente dont la conception est rattachée à la polémique sur l’emplacement urbain de la halle laquelle a été déjà traitée. La circulation extérieure demande un environnement de la halle conçu pour le passage et le stationnement de véhicules, et des solutions architecturales suffisamment souples pour permettre la réalisation des manœuvres de livraisons sans encombrements580, et pour faciliter l’accès aux acheteurs. Dans son rapport de 1859, la Commission Municipale de Burgos chargée de définir le programme de construction de halles couvertes, signalait parmi les besoins à remplir « l’accès facile pour les personnes, […] charrettes et montures »581.

  • 582 « obligar […] a recorrer todo este trayecto »… « puestos de preferencia ». (ARREGUI, Jacinto, « Pr (...)

118Deuxièmement, un circuit intérieur à fonction déambulatoire grâce auquel les marchandises peuvent être exposées aux acheteurs. Mais, à la différence d’autres typologies, ce circuit ne peut pas être excessivement encadré. Au contraire, il doit favoriser la diversité des parcours et en même temps il doit préserver les commerçants d’une trop grande inégalité des emplacements par rapport aux accès ou autres zones privilégiées. Jacinto de Arregui dispose dans le centre du plan rectangulaire de son projet de marché Plaza de La Independencia (1888), les vendeurs ambulants, dans le but d’attirer l’attention des acheteurs potentiels et de les « obliger […] à faire tout le parcours des étalages ». L’architecte cherche à établir une circulation uniforme dans le marché, opposée à la traditionnelle concentration d’acheteurs autour des « étalages préférentiels » proches des entrées582.

  • 583 MAS VILA, J. « Mémoire… », le 15-11-1837, (A.A.B. : 63 Bis B, P 45).
  • 584 LEMOINE, B. o.c. p. 32.

119Mas y Vila soulignait déjà en 1837 la nécessité de vastes dimensions pour faciliter la circulation dans les marchés. Dans son projet de 1837 pour le marché Sant Josep à Barcelone, il résumait brièvement mais de façon précise ces impératifs en affirmant que « la commodité pour les acheteurs et pour les vendeurs exige que le local destiné au marché ne soit pas exposé aux encombrements, qu’il ne manque pas d’entrées accessibles et qu’il ait de larges portiques »583. Ces schémas traditionnels auront à s’adapter à la spécialisation et à la complexité des fonctions de la halle développées au long du XIXe siècle. La mise en valeur de la dimension urbaine, l’association d’entrepôts aux installations de vente, la diversification fonctionnelle des établissements, et la variété des solutions formelles du plan apportées par l’histoire auront pour conséquence une réflexion sur les relations à établir entre les trois éléments essentiels d’organisation du marché : « la cellule de vente, soigneusement délimitée […] l’espace de circulation, qui doit border de façon homogène et avec un rendement maximal la zone de vente » et « la disposition d’ensemble… » par rapport à l’extérieur584. Cette réflexion sera très polémique jusqu’à l’adoption majoritaire de la solution conçue par Baltard, caractérisée par l’intégration des voies de circulation intérieures et extérieures, et par le dédoublement fonctionnel entre le sous-sol et le rez-de-chaussée.

120L’évolution formelle des solutions de la distribution conçues pour les halles espagnoles sera abordée dans la partie consacrée à 1’analyse comparative des plans.

4.2. Le compromis entre abri, aération et éclairage naturel

  • 585 Dans son mémoire de conditions de construction du marché San Ildefonso à Madrid, Segismundo Colmen (...)
  • 586 « un pórtico de treinta palmos de ancho para comodidad del público y prestar abrigo en tiempo de l (...)

121L’idée d’abriter le marché des intempéries est indissociablement liée à la recherche d’un équilibre entre l’aération, l’éclairage et la température intérieure. La décision d’abriter le marché est rattachée à la fois à la volonté de fournir une plus grande commodité aux vendeurs et aux acheteurs585 et à la recherche de meilleures conditions de conservation et de distribution des denrées. En 1845, Mas i Vila établissait pour son marché barcelonais de Santa Catalina « un portique de trente paumes de large pour la commodité du public et pour s’abriter de la pluie, ce portique étant entouré d’un grand nombre de boutiques, afin que la vente de toute sorte de viandes soit réalisée avec la propreté et l’abondance nécessaires »586. Enfin, un éclairage intérieur efficace, garantit des bonnes conditions d’échange.

  • 587 « la venta al aire libre »… « el aseo y la salubridad »… « plazas de mercado que pongan a cubierto (...)
  • 588 « la limpieza y haseo (sic) debido » « escàndalo »… « desaseo », (« Mémoire du projet », 1861, A. (...)
  • 589 Luis Villanueva, dans son projet de 1859 pour la place Libertad à Burgos, définit le marché comme (...)
  • 590 « Vers 1850, lorsque trois ailes de la colonnade venaient d’être achevées […] sont apparues les cr (...)
  • 591 « espacios cerrados y el sistema seguido, entre otros, con el mercado de San Ildefonso de Madrid o (...)

122À partir de la fin des années 1850 et pendant la décennie suivante nous constatons, dans la documentation étudiée, une évolution dans l’analyse des impératifs du programme. On condamne toujours la vente à ciel ouvert. La commission municipale de police urbaine de Valladolid critiquait en 1858 « la vente en plein air » qui s’avère contraire à « la propreté et à la salubrité », et conseillait la réalisation de « places de marché destinées à abriter les vendeurs et les marchandises des rigueurs des saisons »587. A Valladolid, également, Epifanio Martinez Velasco propose la construction de marchés couverts où les vivres seraient exposés avec « la propreté nécessaire » afin d’éviter le « scandale » et le « manque de salubrité » des étalages existants588. Ainsi, l’idée de protéger la halle des intempéries, tout en permettant l’aération et l’entrée de la lumière, est retenue et développée589 ; mais les solutions apportées dans les premiers projets et réalisations du siècle seront contestées. D’après Ramon Grau, l’une des raisons qui empêchèrent l’achèvement du marché Sant Josep à Barcelone fut l’ensemble des critiques avancées, à partir de 1850, contre le modèle de place-marché avec espace central découvert590 aboutissant au projet de couverture métallique intégrale de Miguel de Bergue de 1865. Dans ce même ordre d’idées, l’architecte Miguel Garriga y Roca rejette en 1867 les « espaces clos ainsi que le système suivi dans les marchés San Ildefonso à Madrid de l’année 1838 et Isabel II à Barcelone de l’année 1848 », en raison de leur incapacité à permettre le « libre courant d’air […] qui purifie l’atmosphère raréfiée caractéristique de ces endroits »591.

  • 592 « ni puede haber leyes generales en esta parte de la arquitectura (la théorie), ni admito el que s (...)

123Pendant que la théorie architecturale évolue, autour du milieu du siècle, des principes normatifs à vocation universaliste vers une conception fondée sur les particularités, les architectes mettent en valeur la spécificité locale du climat, des usages établis etc. dans la justification de leurs projets de marchés. Anibal Alvarez, professeur de Théorie de l’Art Architectural à l’École d’Architecture de Madrid, affirmait en 1846 : « il ne peut pas y avoir de lois générales dans cette partie de l’architecture (la théorie) et je n’admets pas que des œuvres soient conçues ou réalisées à partir de la théorie d’une façon uniforme, suivant les mêmes règles et proportions sur tous les points de la terre car chaque pays a son climat, ses produits, ses habitudes, sa religion et ses lois spécifiques […] En conséquence, on comprend qu’une telle universalité n’est pas possible dans un art dont la beauté et la bonté sont toujours relatives »592.

  • 593 « Pourquoi tous ces essais de transposer à notre pays un art étranger, admirable où il se trouve m (...)
  • 594 D’après M. de Assas, pour Hope l’originalité de l’architecture depuis ses origines serait le résul (...)

124Des propos semblables sont aussi diffusés par les premières revues espagnoles d’architecture du XIXe siècle, à travers, par exemple, la traduction de la polémique entre Lassus et Rochette autour du gothique593, ou les théories de Thomas Hope, exposées par Manuel de Assas dans son étude « Apuntes sobre el origen y progresos de la arquitectura »594.

  • 595 « la localidad que se ha de situar, su clima, las costumbres de la poblacion y otras muchas cosas (...)

125Les arguments liés aux particularités locales et à la spécificité de chaque cas concret, comme le climat ou les habitudes établies, seront évoqués par le concepteur pour justifier la diversité des solutions possibles. Luis Villanueva, auteur du projet de marché place Libertad à Burgos(1859), signale, pour les marchés, que « la localité où il doit être placé, son climat, les habitudes de la population et encore bien d’autres choses » impliquent que « les édifices de cette sorte soient aussi variés que l’on peut voir dans les différents endroits où ils existent »595.

  • 596 « En una poblacion como Burgos[…]se advierte la falta de mercados cubiertos, y esta falta es tanto (...)

126La rigueur du climat définira, par exemple à Burgos, une longue tradition de projets de halles couvertes : « Dans une ville comme Burgos […] on constate le manque de halles couvertes, d’autant plus que les conditions climatologiques du pays rendent plus nécessaires que dans d’autres villes l’abri et la protection contre les intempéries. Chez nous les marchés couverts sont nécessaires à cause de la neige et de la pluie »596.

  • 597 « Los compradores y vendedores están en los mercados descubiertos, espuestos a las sensibles varia (...)

127En 1865, Miguel de Bergue fait des forts contrastes climatiques de la Castille l’un de ses arguments en faveur de son projet de marché couvert à Valladolid : « Acheteurs et vendeurs sont exposés, dans les marchés découverts, aux variations sensibles de notre climat. Si l’humidité et, souvent, les neiges des rudes hivers nuisent visiblement à la salubrité des populations, il en est de même des rayons brûlants du soleil de la Castille »597.

  • 598 « resguardarse con pantallas de cristales u otro equivalente uniforme y más económico, que podrían (...)
  • 599 « nuestra población […] tratándose de dotarla de unos centros de abastecimiento que llenen todos l (...)

128Pourtant, d’une façon générale, dans cette première architecture métallique, dont le tinglado -ou appentis- sera l’un des acquis principaux, la couverture, l’aération et l’éclairage sont simplement mentionnés comme des valeurs absolues. La seule différence, par rapport au début du siècle, serait la nature perméable et légère des matériaux, capables d’assurer la totale liberté de circulation de l’air et de la lumière. La garantie contre des éléments atmosphériques et la protection des vendeurs et des acheteurs est réduite, dans le cas des appentis à la seule couverture. D’éventuelles améliorations complémentaires sont laissées à l’initiative individuelle des vendeurs, mais ne rentrent pas dans le parti architectural. La structure proposée par Garriga y Roca en 1867 pour son projet de La Barceloneta à Barcelone, serait, d’après l’auteur, en mesure d’assurer l’hygiène, la commodité, la propreté, la meilleure conservation des denrées, la ventilation etc. En revanche, on laisse à l’initiative des vendeurs la possibilité de « se protéger avec des écrans en verre ou autre matériau uniforme et plus économique, lesquels pourraient être fixés aux colonnes, étant susceptibles, grâce à leur caractère amovible, d’être retirés dès que l’on n’en aurait plus besoin »598 Si l’on excepte peut-être le seul projet de Trélat (1863) pour Madrid, il faudra attendre la fin des années 1860 pour trouver une nouvelle démarche visant à établir un équilibre entre ces trois éléments -couverture, aération et lumière- par l’intermédiaire d’une conception architecturale systématique, dans laquelle aucun détail n’est laissé au hasard. Dans le dernier quart du siècle, un esprit bien plus technique apparaît dans l’analyse présentée dans les projets architecturaux. Les réformes dans la formation professionnelle, la mise en question de la dimension artistique de l’architecture, et la concurrence avec les ingénieurs sur des critères objectifs font de l’architecte un professionnel à vocation scientifique et technique. En 1878, l’architecte Ruiz Sierra, souligne la capacité de la science à subvenir aux besoins modernes des centres d’approvisionnement : « lorsqu’il est question d’équiper notre ville de centres d’approvisionnement qui remplissent toutes les exigences des besoins modernes et que la science est à même de satisfaire… »599.

  • 600 Voir LEMOINE, o.c., p. 40.

129Il ne sera plus question de laisser agir librement les éléments naturels, mais de les façonner -nuancer ou renforcer- en constituant un système architectural qui met à profit les nouveaux procédés constructifs. Le principe adopté n’est pas nouveau par lui même, l’utilisation de l’arcade et de la lanterne étant une solution traditionnelle dans ce type d’établissements600. Ce qui est novateur, en revanche, c’est la démarche intellectuelle du concepteur comportant une analyse détaillée de la problématique, un exposé des besoins précis, et une proposition fondée sur la combinaison subtile d’éléments et de matériaux témoignant d’une maîtrise théorique du savoir constructif de l’époque.

  • 601 « Le problème est donc de couvrir le plus grand espace possible avec des supports aussi légers et (...)

130Le système ainsi obtenu avait été adopté dans les Halles Centrales de Paris, puis minutieusement défini par Baltard lui même dans sa Monographie… Ce système comporte, outre la couverture soutenue par un minimum de supports, un circuit de ventilation avec entrée latérale et sortie centrale supérieure -lanternes surélevées- et un éclairage à travers des baies verticales. L’entrée d’air et de lumière est conduite et contrôlée par la mise en place à grande hauteur de baies avec des persiennes en cristal dépoli, ce qui permet d’éviter les courants d’air trop forts et, en même temps, de nuancer l’effet thermique du soleil à l’intérieur601.

  • 602 « …l’ensemble de l’enceinte est constitué de grandes fenêtres, et on pourrait dire, à plus proprem (...)

131Avec des petites nuances, le système sera adopté en Espagne à partir de 1867-1868, dans les halles des grandes centres urbains, comme Madrid (Cebada, Mostenses) ou Barcelone (Born), mais aussi en province. En 1867, Cándido González, le maître maçon auteur du projet de marché Jovellanos à Gijon définissait son système d’aération et d’éclairage par des façades perméables à l’air et au jour, des persiennes en lames de verre, et une lanterne supérieure602.

  • 603 « …contribuyan á robar del interior las emanaciones que naturalmente se desprenden en todo mercado (...)
  • 604 « les grands arcs sont fermés par des persiennes fixes en bois, et les petits par des persiennes e (...)

132En 1879 Joaquin Rucoba, dans son marché Alfonso XII ou Atarazanas à Malaga, établit une circulation d’air à niveau supérieur et en sens incliné entre les ouvertures des façades et celles de la lanterne de la toiture « pour contribuer à éliminer de l’intérieur les puanteurs naturelles dans tout marché »603. L’équilibre entre clarté, ombre et température intérieure lié à tout projet de halle métallique, devient l’objet de réflexion spécifique dans une région très chaude comme l’Andalousie. Une alternance de matériaux sera adoptée aussi bien pour les couvertures -latérales en tuile, centrale en verre de Sieves cannelé- que pour les persiennes des baies -bois et verre de Sieves cannelé de 5mm- s’intégrant au choix stylistique de la travée604.

Marché Jovellanos, Gijon, 1867-1876

  • 605 AGUIRRE, Javier, « Mémoire du projet de marchés couverts à Oviedo », 1882, A.M.Oviedo (Dossier doc (...)
  • 606 Ibidem.
  • 607 Voir : COLLINS, P. Changing ideals in modem architecture (1750-1950), 1965, (éd. espagnole 1977), (...)

133Dans un climat pluvieux et pour un édifice mitoyen sur deux de ses côtés, comme le marché « 19 Octubre » à Oviedo (Asturies) (1882), l’architecte Javier Aguirre met l’accent sur le caractère entièrement transparent des façades isolées, et sur l’entrée de la lumière renforcée par des bandes de toiture en verre605. La ventilation et la température intérieure préoccupent également l’architecte et il se propose d’apporter les moyens de favoriser l’effet de la ventilation naturelle. Outre le courant d’air contrôlé par des persiennes en bois entre les ouvertures de la façade et de la lanterne, il conçoit cette dernière comme un élément architectural mobile par un système de roues, susceptible d’ouvrir une cheminée de ventilation de plus de douze mètres carrés606. L’objet architectural, traditionnellement défini comme une entité statique, intègre des mécanismes dynamiques. Ce n’est pas un hasard si, comme Peter Collins l’a signalé, la théorie essaie de comprendre l’évolution de l’architecture au XIXe siècle par une analogie mécanique entre édifices et machines607.

  • 608 « las fachadas, pues llevan persianas de cristal que no impiden la aireación, (,.)y por el lucerna (...)
  • 609 « le marché doit être parfaitement aéré aussi bien dans l’ensemble que de façon ponctuelle. Dans c (...)

134Vers la fin des années 1880 et dans les années 1890 le système d’entrée de la lumière à travers « les façades […] et la lanterne de la nef centrale comportant des persiennes de verre qui ne gênent pas l’aération »608 était toujours de mise, même si la tendance à éliminer les structures métalliques de la façade se confirmait ; celle-ci perdrait le caractère transparent qu’elle avait dans la période de plénitude de l’architecture du fer et de la fonte, pour redevenir un mur d’isolement thermique, mais cherchant à préserver l’équilibre aération-éclairage. Repullés Vargas, dans son projet de marché à Avila (1893), signale que « dans ce type d’édifices on doit proscrire le fer de la clôture extérieure car ce matériau est un bon conducteur thermique […] il transmet la chaleur en été et le froid en hiver » et il précise ensuite les mesures à prendre afin d’assurer l’aération609.

  • 610 Voir le projet publié dans Biblioteca de la Construccion Moderna, 1916, p. 468.
  • 611 FAJARDO, F. et LAFARGA, P. « Mémoire du projet… », le 29-1-1914, (A.M.A1. : Obras Públicas y Urban (...)

135L’évolution vers des marchés clos et en même temps aérés et éclairés se confirme dans les projets et les réalisations du XXe siècle. Sans doute l’évolution des systèmes de propreté urbaine et des installations sanitaires, de conservation des denrées, et d’éclairage artificiel sont à la base d’un concept de halle plus autonome par rapport aux éléments météorologiques. Les conditions hygiéniques étant assurées, le problème de la ventilation et de l’éclairage naturel est envisagé comme un détail technique ou constructif à prévoir et non comme une question à résoudre. Dans le projet de marché de Reus (Tarragone) (1911) la référence faite par l’architecte Pedro Caselles y Tarrats à ce sujet se limite à l’adoption de persiennes dans les ouvertures latérales et de verre dépoli ou peint dans les baies des façades principales pour l’équilibre entre l’air et la lumière. L’auteur ne considère pas nécessaire l’introduction de lucarnes dans la toiture610. Le projet du Mercado Central à Alicante de 1914, aborde le sujet d’un point de vue entièrement constructif -comme la totalité du discours du projet-. Un paragraphe est consacré à la description de la structure de la lanterne de la nef centrale conçue de façon à procurer air et lumière. Elle sera fermée par des verrières comme celle des ouvertures de la façade principale611.

  • 612 « …resulta un tanto pueril ver elevarse sobre el cesto de modestas lechugas o el cajón de aplastad (...)
  • 613 « les grandes surfaces de verrière ou de persienne, difficiles à atteindre et toujours sales, ont (...)

136Le Mouvement Moderne achève le processus d’isolation totale du marché, tout en faisant la critique des halles métalliques. En 1935, Javier Ferrero ne considère plus nécessaires les énormes volumes d’air abrités sous les énormes charpentes métalliques, sans doute en raison du progrès des conditions hygiéniques612. Des ouvertures métalliques standardisées permettent une entrée libre de la lumière, limitée seulement par des éléments en saillie et des verrières de couleur capables d’absorber les rayons solaires avec l’incidence thermique la plus significative. Les verrières et les persiennes de grande hauteur font aussi l’objet de contestations, parce qu’elles sont peu pratiques pour l’ouverture et le nettoyage613.

4.3. Équipements et installations

  • 614 CHOAY, F. La règle et le modèle, Paris, 1980, p. 261.
  • 615 Boletín enciclopédico de nobles artes, Barcelone, 1846, no4, p. 54-56.
  • 616 À ce propos, Navascués signale « l’urgence d’adapter l’enseignement à certains progrès techniques (...)
  • 617 « Dos teorías necesita la Arquitectura para desarrollarse convenientemente y llenar su mis ion en (...)

137Françoise Choay a signalé comment, sur le plan théorique, le délabrement de l’appareil conceptuel des traités d’architecture commencé à la fin du XVIIIe siècle et masqué par l’académisme jusqu’en plein XIXe siècle, s’achève « tout particulièrement sous l’effet de l’application des découvertes scientifiques de l’époque à l’aménagement de l’espace habité, par de nouveaux acteurs, les savants et les ingénieurs »614. Dans cette évolution s’inscrivent, certes, par leur souci d’une approche scientifique, les nouveaux professionnels impliqués dans le phénomène urbain comme par exemple, dans le cas espagnol, Cerdà, Castro ou Monlau. Mais chez les architectes aussi on constate, à partir du milieu du siècle, la volonté de définir leur discipline aussi bien comme une science que comme un art. En 1846, José Oriol y Bernadet publie la traduction de l’article de César Daly intitulé « La science et l’industrie, sont-elles ennemies de l’art ? » paru l’année précédente dans la Revue Générale de l’Architecture615. La formation technique et scientifique systématique et différente du système d’apprentissage académique, est l’un des principaux objectifs de la création de l’École d’Architecture de Madrid, ouverte en 1844616. De son côté, Manjarrés dans sa Teoria estética de la arquitectura de 1866 établissait que « … l’architecture précise deux théories, l’une scientifique et l’autre esthétique […] celle du calcul physique et mathématique […] et celle des sentiments […], pour son développement et afin de remplir sa mission dans le domaine de l’Art »617.

138Nous venons de constater comment cet esprit scientifique s’introduit dans la solution du problème entièrement architectural de la toiture et de la perméabilité des façades. Il en ira de même pour ce qui concerne l’adoption des équipements en matière hydraulique, d’assainissement et d’éclairage artificiel. Ces questions prioritaires dans les débats des théoriciens de la santé publique et de l’urbanisme constitueront également des impératifs du programme de la halle dans la mesure où elles répondent à l’hygiène et à la commodité.

4.3.1. Installations hydrauliques

139Déjà dans la tradition, la salubrité du marché est étroitement liée à un approvisionnement correct et à une évacuation convenable de l’eau ; mais les caractéristiques de la ville en expansion au XIXe siècle en constituent un besoin incontournable. Desserte suffisante pour la propreté générale et particulière, évacuation rapide des eaux insalubres provenant du nettoyage, canalisation adéquate des eaux de pluie, constituent les prémisses d’un système que le concepteur doit mettre en place.

140Nous constatons, d’après la documentation consultée, que la réflexion sur l’approvisionnement et sur l’évacuation de l’eau dans les marchés, conçue comme élément d’hygiène, est introduite dans les mémoires des projets plus tardivement que celle qui est liée à la ventilation et à l’éclairage. Les problèmes hydrauliques sont significatifs d’une sensibilisation technique spécialisée du concepteur et, surtout, d’un certain niveau de développement des équipements urbains sans lequel le problème ne peut même pas être posé. Encore une fois, la halle dépasse son caractère d’objet architectural pour s’insérer dans la problématique urbanistique.

141L’équipement hydraulique pose trois questions différentes : l’approvisionnement, l’évacuation des eaux de pluie et l’évacuation des eaux usées.

  • 618 « no va tenir un altre proveïment que el que li proporcionava el subsàl, en especial una mena de m (...)
  • 619 Voir : GARCIA FUERTES, G. L’abastament d’aigua a la Barcelona del segle XVIII (1714-1808), Barcelo (...)

142D’après la documentation consultée de la première moitié du siècle, notamment dans des cas de halles à petite échelle, souvent le problème de l’approvisionnement d’eau n’est pas abordé explicitement, car fréquemment les projets de cette période se limitent à l’aspect descriptif du parti architectural. Par ailleurs, les villes espagnoles ont des systèmes d’approvisionnement en eau traditionnels ou peu développés qui conditionnent tout équipement de caractère ponctuel. Par exemple, Madrid, dès sa fondation au XIe siècle jusqu’au XIXe avec la construction du canal de Isabel II, « n’eut pas d’autre approvisionnement d’eau que celui de son soussol, en particulier une sorte de puits (-minas de agua-) appelé viajes »618. A Barcelone, le XVIIIe siècle connaît une stagnation quantitative et qualitative dans ce domaine dont le XIXe siècle hérita619.

  • 620 Le problème est rattaché à une autre polémique, celle du caractère ouvert ou fermé de l’enceinte d (...)
  • 621 « fuentes para comodidad y limpieza ». (« Rapport de la commission municipale. Description du proj (...)
  • 622 « una sencilla pero bonita fuente que mana abundante agua que se distribuye en todos los departame (...)

143Même si des points de distribution d’eau s’associaient à la construction du marché, ceux-ci gardaient leur caractère d’équipement urbain isolé. Toute une polémique se développe au sujet du caractère public ou restreint au service du marché de la fontaine prévue dans le projet de marché Place Libertad à Burgos de l’architecte Luis Cecilia (1863-1864)620. La solution la plus répandue dans les projets ou les réalisations de cette période comme dans ceux et celles d’une grande partie du siècle, sera l’installation d’une ou de plusieurs fontaines stratégiquement situées en fonction de la dimension de l’établissement et de ses besoins. Le projet anonyme de marché Sanî Josep ou Boqueria, à Barcelone, présenté par la commission municipale, vraisemblablement en 1837, comportait une ou deux places avec des fontaines pour la vente de légumes et signalait, parmi les impératifs indispensables du programme, « des fontaines pour la commodité et la propreté »621. À la nouvelle halle aux poissons et abattoir de Saint-Sébastien (1841-1843), la desserte d’eau fut assurée par une « fontaine simple mais belle d’où jaillit l’eau en abondance pour être distribuée dans tous les emplacements pour la propreté de l’établissement »622.

144La desserte d’eau dans les marchés était donc conçue comme distribution ponctuelle d’éléments d’infrastructure urbaine : c’était le cas, déjà évoqué, des deux fontaines à placer dans la cour du marché Trascorrales à Oviedo.

  • 623 Le marché de Saint-Germain, ouvrage collectif, Paris, sans date, p. 13.

145Ainsi la fontaine aura, dans le cadre de la halle, un caractère utilitaire, mais aussi une dimension symbolique et monumentale favorisée par un emplacement privilégié. Très fréquemment, des situations centrales sont réservées à des fontaines destinées à l’usage général du marché. Certaines activités spécifiques, comme les boucheries ou les poissonneries, auront un approvisionnement en eau indépendant, en raison de leur propre nature. À Paris, le marché de Saint Germain avec la Fontaine de la Paix au milieu de la cour, et une autre fontaine -représentant l’abondance-, dans le corps des boucheries en constitue un exemple623.

  • 624 MOLINA CASAMAJOR, F. D. « Projet de marché… », 1848, (A.A.B. 1096 B).
  • 625 I.M.H.B. : Gràfics D. 20537, D.20625 et D.20622.
  • 626 FONTSERE, J. « Projet de fontaine pour El Born, août 1875 », (I.M.H.B. : dossier « Ciutadella » cl (...)

146Cette solution fonctionnelle et ornementale va perdurer pendant les différentes époques de la construction métallique des halles. Signalons, à titre d’exemple, l’emplacement central ou en tête du plan proposé pour la fontaine du projet de marché El Born, à Barcelone, (1848)624, la fontaine monumentale centrale à plan octogonal du projet de Miguel de Bergue pour la Boqueria de Barcelone (18 65)625 ou bien la fontaine du marché El Born, finalement construit par Fontseré en 1875, située à l’intersection de la nef transversale et des nefs longitudinales626.

  • 627 « On ne peut pas disposer d’un élément aussi indispensable que l’eau, seulement la faisant monter (...)

147Pourtant, à la même époque, les besoins hydrauliques sont soumis à une analyse critique de caractère plus technique. Très tôt, le manque d’eau fut signalé comme un grave défaut dans ce genre d’édifices, surtout dans certains établissements à caractéristiques spéciales comme les halles aux poissons, les abattoirs etc. Ainsi, vers 1840, les rapports médicaux et de l’architecte municipal sur les installations de l’ancien abattoir-halle aux poissons de Saint-Sébastien constatent ce problème627.

  • 628 Mas VILA, J. « Mémoire critique du programme anonyme présenté par la commission municipale », le 15 (...)

148Dès la première moitié du siècle, une solution purement décorative est critiquée, le problème de la desserte d’eau étant considéré comme un élément inhérent au programme de la halle. Mas y Vila, dans son projet alternatif pour le marché Sant Josep ou La Boqueria à Barcelone (1837) considère la disposition de fontaines dans le centre des places opposée à la propreté car elles produisent de la boue, et il propose un système comportant : premièrement, un pavage continu couvrant un réseau de robinets cachés pour le nettoyage ; deuxièmement, la construction d’un réservoir pour l’approvisionnement628.

  • 629 BALTARD, V. o.c. p. 28.
  • 630 ibidem.

149Également opposés aux « fontaines jaillissantes au milieu des marchés » car « …elles y entretiennent l’humidité et ne sont pas commodes pour le service », Baltard et Callet développeront, à l’échelle des Halles Centrales parisiennes, le principe de réseau distributeur d’eau comportant un double circuit. Le premier concerne le service des vendeurs et des acheteurs avec « huit fontaines à robinets […] établies dans chacun des pavillons des angles, et quelques autres, suivant les besoins, dans les autres pavillons des deux corps des halles. Ces fontaines ne donnent de l’eau qu’à volonté, selon les besoins du commerce »629. Le deuxième est destiné à assurer la propreté générale de l’établissement aussi bien par des opérations systématiques d’arrosage, que par l’entretien d’une circulation d’eau continue dans le circuit de canalisations. Le système conçu à ce propos comporte des « boîtes en fonte contenant des robinets avec amorces de tuyaux munis d’un pas de vis pour recevoir les douilles taraudées des tuyaux d’arrosage, établies en tête de chaque ligne de places. Le robinet, lorsqu’il n’est pas employé aux lavages et aux arrosages généraux lance l’eau dans les gargouilles ou caniveaux couverts emmanchés sur les bolîtes et en opère le nettoyage »630.

  • 631 MONLAU, P.F. o.c. p. 54.
  • 632 « Los mercados son necesidades de la moderna civilización […] Si queréis comer bien, tened buenos (...)
  • 633 « …jusqu’en 1860, l’approvisionnement d’eau à Barcelone et dans ses faubourgs était organisé sur l (...)

150Dès le milieu du siècle, des travaux d’acheminement d’eau planifiés vers les principaux noyaux de population en expansion sont développés en Espagne. La construction du Canal de Isabel II pour acheminer l’eau du Lozoya vers Madrid entre 1851 et 18 5 7631, ne serait pas sans rapport avec la volonté de modernisation des centres de vente de denrées de la capitale. Dans une revue madrilène on lisait en 1863 : « les marchés sont des besoins de la civilisation moderne […] Si vous voulez manger bien, ayez des marchés bons, spacieux, aérés, propres, soignés. L’acheminement d’eau à Madrid rendra plus aisé une telle propreté »632. À Barcelone, on assiste entre les années 1860 et 1880 au passage d’un approvisionnement d’eau conçu comme des « services non impliqués dans la construction de la ville », quantitativement restreint et basé sur des accords privés ou des donations royales, à un autre fondé sur des réseaux de distribution gérés par des compagnies privées633.

  • 634 « Les canaux qui répandent l’eau et le gaz se branchent directement sur les conduites des eaux de (...)
  • 635 « ..indicamos la colocacion de una fuente, aunque su coste no lo incluimos en presupuesto […] porq (...)

151L’introduction du réseau hydraulique dans le programme architectural du marché sera rattachée à cette évolution urbanistique. À Paris, Baltard et Callet avaient conçu le circuit de distribution d’eau des Halles Centrales en fonction des structures d’approvisionnement de la ville, complété par un système autonome de substitution634 L’implication entre infrastructures urbaines et installations hydrauliques dans les marchés est constatée aussi dans des exemples espagnols, même à échelle bien plus réduite. Le projet de Satumino Martinez Ruiz pour une halle dans la place Libertad à Burgos de l’année 1889 en constitue un bon témoignage. L’architecte lie la construction d’une fontaine dans son marché aux travaux d’agrandissement des structures d’approvisionnement d’eau envisagés par la ville : « nous signalons (dans le projet) l’emplacement d’une fontaine dont le coût n’est pas inclus dans le devis […] car elle n’était pas prévue dans le programme ; il se pourrait qu’on ait voulu attendre la réalisation des grands travaux d’acheminement d’eau destinés à augmenter considérablement l’approvisionnement de cette ville pour donner à ce marché toute la quantité d’eau dont il a besoin, ce qui ne serait pas certainement possible dans les circonstances actuelles »635.

  • 636 « Nuevo mercado de La Linea » dans Revista de la Sociedad Central de Arquitectos, le 10-IX-1882, p (...)
  • 637 « deux petites fontaines en fonte, d’un seul jet, ont été projetées pour le nettoyage de la place… (...)

152Cette évolution des équipements urbains, ainsi que leur intégration au programme de la halle, suivront des rythmes très différents dans l’ensemble du pays. En 1882 encore, le marché de La Linea (Cadix), est desservi par un puits qui fournit de l’eau à une fontaine jaillissante à l’aide d’une pompe636. En revanche, dès 1862, le maître maçon Cándido González insiste, dans son projet pour le marché Trascorrales à Oviedo, sur le raccordement des deux fontaines prévues pour son édifice à « la canalisation générale des fontaines de la ville par l’intermédiaire d’un branchement en tuyau de fonte »637.

153L’évacuation d’eau dans tout édifice recouvre deux besoins distincts : canaliser l’eau de pluie et évacuer les eaux usées des installations sanitaires et de propreté. Dans le cas des halles métalliques cette question présente une importance particulière, en raison de l’ampleur des surfaces de couverture et d’autre part de la nature et de la quantité de matières traitées.

  • 638 BALTARD, V. o.c. p. 26.

154Chronologiquement, les conduites d’eaux de pluie seront traitées en premier dans les projets que nous avons analysés, car elles sont liées à un problème strictement architectural comme celui de la toiture. La question sera abordée dès la première période des halles métalliques dans les années 1860. Ainsi, Miguel de Bergue dans ses projets de 1865 pour Barcelone et Valladolid et Candido González, dans son projet pour le marché Jovellanos, à Gijon (1867-1869), adoptent les colonnes creuses en fonte rattachées par la base au réseau d’égouts. Vraisemblablement, d’après l’analyse du détail de la coupe, Miguel Garriga y Roca envisage la même possibilité dans son projet pour La Barceloneta à Barcelone (1867). A nouveau les Halles Centrales parisiennes sont le modèle : Baltard décrit dans sa Monographie le système d’écoulement des eaux de pluie par les colonnes en fonte du pourtour de ses pavillons638.

  • 639 AURIN Y LOPERA (dir), o.c. p. 47
  • 640 « alcantarillas […] una ciudad subterránea con igual número de calles que la ciudad de la superfic (...)

155L’évacuation des eaux de nettoyage des marchés serait davantage un problème d’ordre technique et plus complexe car il est lié, comme dans le cas de l’approvisionnement, à l’évolution des équipements urbains. La construction des réseaux d’égouts, dans les gros noyaux de population, est impérativement envisagée vers le milieu du XIXe siècle. À Madrid, plusieurs projets insérés dans les plans de réaménagements urbains du siècle des Lumières échouèrent, et il faut attendre 1854 pour voir des réalisations ponctuelles d’un certain nombre de galeries d’égouts639. Mais, comme le signalait Monlau, dans la même période, ces installations n’apportaient aucune solution si elles n’étaient pas conçues et réalisées comme un système global. Il conseillait la construction des égouts comme « une ville souterraine avec le même nombre de rues que la ville en surface » comportant des canaux construits avec « la pente nécessaire et (avec) un volume de circulation d’eau suffisant, capable de dissoudre toutes les matières solides et d’emporter rapidement toutes les ordures » et il opposait ce modèle aux installations existantes « en général mal construites, mal entretenues, difficiles à nettoyer et constituant un nouveau centre d’infection »640.

  • 641 AURIN Y LOPERA (dir.), o.c. p. 51.
  • 642 II s’était fixé l’objectif « d’en constituer l’unité, d’en faire un corps dont toutes les parties (...)

156À Barcelone, Ildefonso Cerdà dans sa Teorla General de la Urbanización, conçoit aussi les différents réseaux d’équipements comme un ensemble global. Cependant, le projet d’agrandissement de Barcelone de 1859 ne comportait pas de réseau intégral égouts, et la mise en œuvre du projet de Cerdà n’entraîna, pendant les premières décennies, que des interventions partielles dans ce domaine641. 11 faudra attendre la fin du siècle, pour trouver dans le projet d’assainissement du sous-sol de Barcelone de l’ingénieur Garcia Faria non seulement l’application d’un système de réseau intégral égouts -comme Belgrand l’avait fait à Paris642-, mais aussi la liaison indissociable entre la construction de la ville en surface et celle des équipements du sous-sol. Ce dernier principe s’est avéré d’une extraordinaire modernité.

  • 643 « l’auteur du projet a été laconique dans la rédaction du mémoire et aussi en ce qui concerne les (...)

157Cette deuxième dimension de l’évacuation des eaux du marché, étant liée à une problématique d’une telle envergure, sera abordée un peu plus tardivement dans le cadre du projet architectural. Cependant, une fois envisagée la construction de réseaux égouts dans le marché, les deux problèmes viennent se mêler et le besoin d’une évacuation efficace des eaux sales se fait sentir. Dans ce contexte, en 1864, la Commission de Travaux de la province de Burgos critique le fait que l’architecte Severiano Cecilia, dans son projet de marché pour la place Libertad, n’ait pas abordé la question des égouts643. A partir des années 1870, les réseaux d’évacuation des deux types d’eaux -eaux de pluie et eaux usées- constituera un élément inhérent au programme et un sujet de réflexion obligatoire pour les concepteurs.

  • 644 CALVO PEREIRA, M. De las aguas tratadas bajo el punto de vis ta legal y con aplicación a las const (...)
  • 645 PLINIO, « Mercados de Madrid » dans La Ilustracion de Madrid, no 58, le 30-V-1872, p. 155.
  • 646 REPULLES VARGAS, E.M. « El Mercado de Alfonso XII en Málaga » dans Anales de la construcción y de (...)
  • 647 AGUIRRE, Javier. « Mémoire du projet. », 1882, (A.M.Ov. :-Dossier documentaire GONZALEZ MORIYON).
  • 648 ARREGUI, J. « Mémoire du projet pour trois marchés à Vitoria », le 2 juillet 1888, (A.M.Vi. : C-18 (...)

158Mariano Calvo Pereira, professeur d’architecture légale à l’école d’architecture et auteur d’un traité sur les aspects juridiques de l’hydrologie644, prévoit et construit 310 mètres égouts et de canalisations dans la halle madrilène La Cebada645. Joaquin Rucoba, prévoit pour son marché Atarazanas à Malaga (1879) un double système comportant : premièrement, la canalisation des eaux de pluie à travers des colonnes creuses raccordées directement aux égouts souterrains, ce qui constitue une nouveauté par rapport aux canalisations d’écoulement sur le trottoir habituelles dans la ville ; deuxièmement, le système d’évacuation des eaux du nettoyage constitué par des jets d’arrosage disposés dans des cuvettes en fonte en forme de siphon avec des valves hydrauliques, situées dans la rue centrale, et par le pavage disposé en pente de façon à recueillir l’eau provenant des fontaines646. Le projet de marché 19 de Octubre à Oviedo (1882) de l’architecte Javier Aguirre prévoit un réseau égouts destiné à recueillir les eaux usées des toilettes, celles du nettoyage de l’établissement provenant de la fontaine et les eaux de pluie recueillies par des tuyaux indépendants et par des colonnes creuses647. De son côté, Jacinto de Arregui dans ses projets pour Vitoria de 1888 et de 1890, introduit des jets d’arrosage et des robinets dans les angles pour la propreté de l’établissement ainsi qu’un pavement disposé de façon à collecter ces eaux pour les conduire au « réseau d’évacuation générale […] passant à proximité du marché »648.

  • 649 CHOAY, F. o.c. p. 275.
  • 650 Voir, par exemple, les travaux de la Société espagnole d’hygiène en 1882 sur les causes de la mort (...)
  • 651 Par exemple, la Revista de la Arquitectura Nacional y Extranjera publia le projet de toilettes pub (...)
  • 652 Parmi les locaux destinés aux services auxiliaires du marché on signale les urinoirs et cabinets ( (...)

159Toujours en relation avec l’hygiène, avec la « médicalisation » -comme Françoise Choay649 l’a défini- du cadre de vie et de l’espace urbain au XIXe siècle, il est significatif de constater l’introduction par l’architecte de toilettes, lorsqu’une définition précise du cadre architectural du marché sera envisagée. Les architectes, de plus en plus penchés sur les questions d’hygiène à mesure que le siècle avance650, vont réfléchir sur la définition architecturale d’éléments d’infrastructure urbaine consacrés à cette fonction651.Mais, déjà avant l’architecture métallique, le besoin de ces installations sanitaires est signalé dans les projets des halles, comme dans le projet anonyme présenté par la commission municipale de Barcelone pour le marché Sant Josep de l’année 183 7652. Par la suite, elles constitueront une constante dans les projets tout au long du siècle.

4.3.2. Éclairage artificiel

  • 653 ESPINAS, J.M. Els fanals de gas. Nostàlgia d’una Barcelona pretèrita, Barcelone, 1976 ; LAFUENTE A (...)

160Le progrès technique avait permis, grâce aux nouveau procédés constructifs industriels, l’entrée de la lumière jusqu’au fond de ces énormes espaces couverts. De même, il sera en mesure de substituer au jour des systèmes d’éclairage constamment améliorés tout au long du siècle. L’éclairage public au gaz s’introduit pour la première fois en Espagne, à Barcelone à partir de 1841, puis à Madrid à partir de 1847, et il ne sera entièrement remplacé par l’éclairage électrique, du moins dans la capitale, qu’autour de 19 1 2653.

  • 654 BALTARD, V. o.c. p. 28.

161L’activité des marchés, qui commence le matin de très bonne heure, profitera de cette « lumière magique », comme un journal de Barcelone l’avait décrite à l’époque du nouvel éclairage. Baltard conçut pour les Halles parisiennes « un vaste système d’éclairage, 1 200 becs de gaz pour les deux corps des halles […] [qui] permet d’opérer aussi bien de nuit que de jour », assurant l’indépendance totale à l’égard du temps aux opérations commerciales traditionnellement gênées par l’obscurité : « autrefois les marchandes qui tenaient à continuer leur commerce après la chute du jour fournissaient elles mêmes la lumière ; les arrivages avant le lever du soleil se faisaient à la faible lueur des réverbères »654.

162Miguel de Bergue dans ses projets de 1865 déjà cités introduit tout un réseau de becs de gaz intégrés à la structure de son édifice. Ces éléments font l’objet, dans la partie graphique des projets, d’une recherche formelle et stylistique très soignée. En revanche, Bergue paraît moins intéressé par la dimension technique ou par l’importance fonctionnelle de cette installation, car aucune référence n’est faite à cet égard dans le mémoire du projet.

  • 655 Le projet de Bruguès est signé le 7-VII-1875. Il existe aussi un acte d’adjudication des travaux à (...)

163L’exemple de El Born, construit à Barcelone entre 1874 et 1875, est différent. Il est certain que son auteur, Fontseré, n’avait pas intégré dans son dessein le problème des équipements, laissant cette tâche à des professionnels ou à des compagnies spécialisées après la construction de la halle. Mais cette circonstance donna lieu, dans le cas de l’éclairage artificiel, à un concours de solutions proposées d’un grand intérêt. Ainsi, à côté du parti traditionnel d’un réseau de becs de gaz éparpillés, l’entrepreneur Juan Bruguès proposa, et apparemment la municipalité approuva, l’installation d’un certain nombre d’appareils nommés Sol-ventilador (soleil-ventilateur) constitués d’un grand nombre de becs de gaz et suspendus aux combles des charpentes655.

  • 656 « A mitad del siglo XIX, cuando se insistió en la exigencia de una nueva arquitectura, y cuando se (...)
  • 657 « sistema venario de algún ser misterioso de dimensiones colosales […]puesto que ese conjunto tabu (...)
  • 658 ZOLA, E. Le ventre de Paris, 1873, p. 39 et 42.

164L’étude des équipements appliqués à un cas typologique précis a pour intérêt de montrer que, l’éclosion de la construction métallique n’est pas un phénomène isolé et ne suffit pas à définir la mutation de la conception architecturale au XIXe siècle. La transformation des concepts de proportion et d’espace due au remplacement des matériaux traditionnels par d’autres n’est pas le seul élément rénovateur. Une nouvelle complexité des fonctions et des mécanismes des édifices s’impose non seulement comme étant le produit du concept bourgeois de confort, mais comme un impératif de survie des agglomérations en expansion. Nous avons déjà évoqué l’analogie entre bâtiments et machines soulignée par Collins dans la théorie du XIXe siècle et qui tente d’illustrer ce processus656. Le même auteur a parlé, dans ce même sens, d’une analogie biologique. Pour Ildefonso Cerdá, l’objet architectural ne pouvait plus être compris de façon isolée mais comme élément constituant d’un réseau qu’il compare au « système artériel d’un être mystérieux de dimensions colossales […] En effet cet ensemble tubulaire était destiné à l’évacuation des eaux excédentaires et nocives, à l’arrivée des eaux potables et utiles, à l’obtention du gaz pour l’éclairage […] ainsi que du courant électrique »657. Sans ces équipements il n’est pas possible d’imaginer ce qu’étaient en réalité les Halles Centrales ni de les comparer, comme le fit Émile Zola, à un « colosse en fonte », à « quelque machine à vapeur, quelque chaudière destinée à la digestion d’un peuple » ou encore à un « gigantesque ventre de métal »658.

Notes

427 LEMOINE, B. Les halles de Paris, Paris, 1980, p. 36.

428 DURAND, J.N.L. Recueil et parallèle des édifices de tout genre…, Paris, 1801, planche no 14.

429 idem, Précis des leçons d’architecture, Paris, 1809, vol. 2, planche 13.

430 SAMBRICIO, C. La arquitectura española de la Ilustración, Madrid, 1986, pp. 289, 285 et 277.

431 MONTANER, J.M. La modernització de l’utillatge mental de l’arquitectura a Catalunya (1714-1859), Barcelone, 1990, p. 493.

432 BAILS, B. De la arquitectura civil, 1796, pp. 848-854.

433 BERCHEZ, CORELL, Catàlogo de diseños arquitectónicos de la Real Academia de Bellas Artes de San Carlos de Valencia, 1768-1846, Valencia, 1981, p. 77-78 et 178.

434 Edition fac simile dans FORNES Y GURREA, El Arte de edificar, Madrid, 1982.

435 CHEMETOV, P. et MARREY, B. Architectures à Paris (1848-1914), Paris, 1980, p. 9.

436 Voir : NAVASCUES PALACIO, P. « Influencia francesa en la arquitectura madrileña del siglo XIX : la etapa isabelina », Archivo español de arte, 1982, no 217, pp. 59-68.

437 « Rien ne ressemble moins aux marchés des anciens que les marchés modernes. La plupart se tiennent dans les rues… Ceux même des marchés qui sont bâtis exprès sont si mesquins, si mal situés, si peu dégagés, sont traités, en un mot, avec tant de négligence, qu’ils dégradent autant les villes que les marchés antiques les embellissaient » DURAND, o.c., vol. 2 p. 58.

438 Voir : REYNAUD, L. Traité d’architecture, 1858, vol. III, p. 455.

439 « On construit en ce moment à Paris des halles centrales, qui pourront servir de modèles pour les édifices de ce genre… » (ibidem, p. 457).

440 ibidem, planche 65.

441 « Nous nous sommes efforcés de résumer dans cet ouvrage tous les documents propres à fixer et à classer les souvenirs de ceux qui, par des études préliminaires et conciencieuses, ont contribué à l’exécution d’une des plus grandes entreprises de notre temps, tous les renseignements propres à guider ceux qui voudraient en poursuivre de semblables. Et il est à croire qu’en cela, comme en beaucoup d’autres choses, la ville de Paris trouvera des imitateurs ; » (BALTARD, Monographie des halles centrales de Paris, 1862,… p. 30).

442 ibidem, p. 1.

443 REYNAUD, o.c. p. 459-460.

444 BALTARD, o.c. p. 3.

445 « en général les manuels d’auteurs espagnols étaient rares ; il fallut traduire ou utiliser les ouvrages d’auteurs étrangers… Les listes de livres utilisés comprennent dans la plus grande partie des auteurs français »… « en general los libros de texto de autores españoles escaseaban, y ello obligó a traducir o utilizar textos de autores extranjeros… Estas relaciones de libros, en su gran mayoría, se refieren a autores franceses ». Navascués a signalé que le Traité était le texte choisi par l’École entre 1864 et 1867 pour les matières de Théorie de l’Art et de Composition. (NAVASCUES, P. o.c., p. 60).

446 DALY, C. « Halles Centrales de Paris », dans Revue Générale de l’Architecture et des travaux publics, 1854, vol. no XII, col. 5-34 et planches 2-5. Outre cet article, la Revue Générale de l’Architecture publia d’autres articles concernant la construction de halles entre 1854 et 1885, à savoir : sur les Halles Centrales de Paris (1856, vol. XIV, et 1857 vol. XV), sur le marché de Nancy (1862, vol. XX), sur le marché Saint Maur-Saint Germain (1867, vol. XXV), sur le marché Sainte Claire à Grenoble (1878, vol. XXXV), et sur le marché Saint Marc à Rouen (1885, vol. XLII). M. Marc Saboya, auteur de Presse et architecture au XIXe siècle, César Daly et la Révue Générale de l’Architecture… (1991), nous a obligeamment fourni les références des articles signalés et a orienté nos recherches documentaires sur la presse d’architecture.

447 REYNAUD, o.c. p. 457.

448 « Lejos de infto. la pretension de inclinar el ánimo de ese Excmo. Ayuntamiento à que imite la agigantada empresa de una de las primeras capitales del mundo, pero enuncia este hecho para que se vea la tendencia del siglo… » (GARRIGA Y ROCA, « Memoria… », 1867).

449 Voir RABREAU, D. Préface à SABOYA, M. Presse et architecture au XIXe siècle, César Daly et la Revue Générale de l’Architecture et des travaux publics, Paris, 1991, p. 5.

450 « Depuis quelques années, les historiens de l’art ne se contentent plus de répertorier et de décrire les édifices ou d’établir les liens entre les groupes d’œuvres mais complètent leur approche de l’architecture d’une analyse des sources. Ces textes, traités, cours, recueils ou dictionnaires, qui préparent ou accompagnent l’éclosion d’une production, révèlent l’unité, les nuances majeures ou la diversité de l’esthétique architecturale d’une époque donnée… Ainsi l’étude de l’art de bâtir au XIXe siècle ne peut se satisfaire d’une description des œuvres… » (SABOYA, M. o.c. p. 49)

451 D’après nos recherches le premier ouvrage espagnol de caractère général sur les halles aurait été celui de GIRALT CASADESUS, R. Mercados. Teoría y práctica de su construcción y funcionamiento, 1937.

452 « la creación de mercados que resolvieran estos problemas de insalubridad será una preocupación permanente de los municipios del siglo XIX que ya figuraba en el indice de preocupaciones de la Ilustración ». (HERNANDO, J. Arquitectura en España (1770-1900), p. 339).

453 LEMOINE, B. o.c. p. 32. Voir aussi : DEMING, M.K. La halle au blé de Paris. Bruxelles, 1984.

454 PATTE, P. Monuments érigés en France à la gloire de Louis XV, 1765, cité dans LEMOINE, B. o.c, p. 34.

455 Voir la planche consacrée aux places modernes, halles, marchés, bazards dans DURAND, J.N.L. Recueil et parallèle des édifices de tout genre anciens et modernes, Paris, 1800.

456 L’ouvrage de Reynaud apparaît entre 1864 et 1867 dans la liste de livres officiels choisis par 1’École pour l’étude de la théorie de l’art et de la Composition. Voir : NAVASCUES PALACIO, P. o.c. p. 60.

457 « Les grandes villes en avaient plusieurs (marchés) ; ils étaient d’autant plus nombreux que la cité était plus étendue, et il se spécialisaient par catégorie de marchandises. C’est ainsi qu’à Rome on comptait quatorze marchés : le forum boarium, le forum suarium, le forum olitorium, le forum pisciarium, le forum cupedinis, etc. » (REYNAUD, o.c. vol II, livre III, p. 455).

458 Baltard décrit le caractère des lieux de vente de denrées des anciens Grecs et Romains qui « n’étaient pas seulement des centres d’approvisionnement pour les cités ; c’étaient aussi des lieux de réunion où les affaires publiques et privées se traitaient entre les citoyens. L’Agora des Grecs et le Forum des Romains avaient cette double destination ». Mais il constate qu’à Rome un processus de spécialisation de ces espaces publics fut développé : « En outre du forum central, connu sous la dénomination de forum romanorum il y avait à Rome de quinze à vingt forums, dont la majeure partie était plus spécialement destinée au commerce des comestibles et autres marchandises. On appelait ceux-ci fora venalia les autres servant de lieux de réunion aux gens d’affaires, étaient nommés civilia ou judiciaria. […] Parmi les forum plus spécialement destinés au commerce, on distinguait : le forum boarium, où l’on vendait des bestiaux ; le forum olitorium pour les légumes ; le pisciarium pour les poissons et le suarium pour les porcs. » BALTARD, V. o.c. p. 1 et 2).

459 REYNAUD, L. o.c. p. 455.

460 ibidem.

461 « …les Grecs et les Romains accordaient une grande importance aux marchés en raison de leur façon de vivre indépendante ; manquant des nombreuses boutiques éxistantes dans nos villes d’aujourd’hui, ils rassemblaient toutes leurs affaires publiques et privées, dans un lieu destiné à être un marché ; ces endroits jouaient un rôle ornemental de premier ordre »… « …los Griegos y Romanos, por sus hábitos de vida independiente, daban gran importancia a los mercados, pues por la falta de las muchas tiendas que hoy vemos esparcidas en nuestras poblaciones, reasumian todos sus negocios, tanto públicos como privados, en el lugar destinado para mercado, y consideraban à estos sitios como un ornamento de gran valía », (BERGUE, M. « Mémoire du projet pour Valladolid », 1865, A.M. Va. : 749-8).

462 Ruiz Sierra, dans son « Mémoire du projet pour trois marchés à Valladolid », le 31-1-1878 souligne « la séparation adéquate des marchandises par leur nature ; à Rome existaient, parmi d’autres, le forum boarium pour le bétail bovin, le forum suarium pour les porcs, le forum olitorium pour les légumes, les forum vinarium, panarium »… « la conveniente separacion segun la naturaleza de la mercancia, contándose entre otros en Roma, el forum boarium para et ganado vacuno, el forum suarium para el de cerda, olitorium para las verduras, vinarium, panarium. » (A.Chanci. Va. : liasse 540, fo 4). Satumino Martinez Diaz, de son côté, reproduit dans tous ses projets pour Burgos, les mêmes reflexions historiques dans lesquelles il justifie une telle approche de la question : « Etant donné que la civilisation moderne est le fruit des civilisations précédentes, il est normal de chercher dans ces origines pour étudier le problème […] La Grèce et la Rome anciennes constituent le berceau de la civilisation, en conséquence il est évident que l’origine des marchés se trouve dans les agora grecques et dans les forum romains » et il remarque l’existence de quatorze forum à Rome « chacun d’entre eux consacré à la vente de certaines marchandises ; ainsi le forum boarium, le forum suarium, etc. »… « Siendo la civilización moderna resultante de las precedentes, natural es buscar siempre estos antecedentes, para estudiar el problema […] y siendo la cuna de la civilización la Griega y la Romana, claro es que los mercados derivan de las ágoras griegas y de los foros romanos » et il remarque que à Rome il y avait quatorze forums « en coda uno de los cuales se vendían unas especies de mercancías, habiendo el forum boarium, el forum suarium, etc. » (« Mémoire du projet de marché couvert place Libertad », le 1-II-1889, A.M. Bu. : O.P. 1054, pièce 1, tris).

463 VIOLLET-LE-DUC, E. Dictionnaire raisonné…, 1863, vol. VI, p. 81.

464 « En la Edad Media, los mercados perdieron su importancia descentralizàndose, no constituyendo locales ad-hoc, sino que los vendedores se situaban en sus propias casas, o en los huecos y plazas de la poblacion ; bastando esto en una época en que el comercio estaba muy restringido y la vida pública no se hacía como en la Antigüedad y en los tiempos modernos » (MARTINEZ DIAZ, S. « Projet… », le 1er-II-1889, A.M.Bu. : O.P. 1054, pièce 1, tris).

465 « en la Edad Media fueron tan importantes, que algunas veces se planteaban aislados para servir de núcleo à nuevas poblaciones ». (GARRIGA ROCA, M. « Projet de reforme du marché Barceloneta à Barcelone », le 15-XII-1867, A.A.B. : 3265 B Bis).

466 « grandes plazas porticadas ô calles con pórticos también a cada lado, que servían para abrigar a los expendedores de los rigores del tiempo y que eran los verdaderos mercados » (Voir « Mémoires des projets de halles à Burgos, 1892, 1899 et 1900 », A.M.Bu. : O.P. : 1054, pièce 2 ; 1566, pièce 5 ; 1566, pièce 12).

467 « Nos mœurs sont très différentes. En conséquence nos marchés seront aussi très différents de ceux de l’Antiquité, même s’ils en ont gardé certaines réminiscences »… « Nuestras costumbres son muy otras y naturalmente los mercados han de ser muy diferentes siquiera guarden alguna ligera reminiscencia de los de la antigüedad ». (MARTINERZ DIAZ, Satumino. « Mémoire du projet de marché place General Santocildes à Burgos », le 30-III-1899, A.M.Bu. : O.P. 1566, pièce 5).

468 « Lo tros de la Rambla de la part de Sant Joseph, comprès entre el carrer de la petxina y 7 del Carme, tenia tota l’amplaria que encara avuy se conserva davant del Palau de la Virreyna, servint l’espay comprès entre’l rengle d’arbres y les cases, de plassa mercat, la quai s’extenia fins al Plà de la Boqueria y Rambla dels Estudis. Estava dividit en très seccions : lo tros desde’ls trinitaris fins a I’iglesia de Sant Joseph, era’l destinat a la vendu de verdures y fruytes ; lo de Sant Joseph a la Vireyna, a carniceries, cassa y viràm […] les carniceries eran unes casetes iguals, completament cobertes y tancades pels costats, de senzill perd de correcte dibuix, uniformes y unides les unes a les altres per posts mitjaners ; en lo de la Virreyna a Betlem hi havia la pescateria. Aquesta era de fusta, baxa de sostre, lo qual estava sostingut per columnes de certa elegància ». (CORNET I MAS, Cayetano Una mirada retrospectiva dans Barcelona Vella pp. 177 et 178).

469 MONTOLIU, P. Once siglos de mercado madrileho, Madrid, 1985, p. 56.

470 Aquarelle de J.F. Chia, sans date, (I.M.H.B. : Gràfics Cliché D. 30.228) ; « Vista del ‘Borne’ antiguo », gravure de Rigalt, sans date, (ibidem, cliché D. 14.251) ; « El Born », huile de R. Marti Alsina, 1878, (ibidem, sans no de cliché).

471 « casi todo, pero acumulado, sin orden ni concierto, sin espacio suficiente ni separacion debida. » (« Madrid Modemo : La plazuela de la Cebada » dans EL Museo Universal, 1863, no 20, p. 157).

472 DEMING, M.K. o.c. pp. 192-193.

473 Rosa Maria GARCIA DOMENECH a signalé au sujet du marché Sant Josep à Barcelone, que les modèles suivis de façon générale pour cette typologie pendant la première partie du XIXe siècle étaient les marchés parisiens du premier tiers du siècle. Voir Actes II Congrès d’Història del Plà de Barcelone, vol. II, 1990, p. 196.

474 DALY, C. « Les halles centrales de Paris…, col. 10.

475 « M. Flachat est le premier qui ait franchement posé en principe que l’édifice des halles ne devait se composer que d’un toit couvrant marchands et marchandises », (ibidem col. 31).

476 « …Horeau renonce à la succession des six pavillons (de son prémier projet) et adopte une partition de l’espace en trois vastes aires inégales… Ce sont trois immenses pavillons composés chacun d’un seul vaisseau couvert… » (BOUDON, F. et LOYER, F. Hector Horeau (1801-1872), Paris, 1979, p. 156).

477 « A la venta de hortalizas se dice que se destina. Este uso no deja de ser muy limitado y careciéndose en Burgos de otros mercados especiales, parece natural que su objeto fuese más Basto ? y su destino más general abrazando la venta de todos los artículos destinados al consumo público […] En una palabra, deberá llamarse mercado de abastos » (NOTE : Même si ce programme de marché général est nuancé par l’exclusion de la vente de la viande et du poisson, justifiée par des raison d’hygiène – » debe procurarse sitios especiales y separados, si es posible, de lugares habitados, como perjudiciales a la salud »- la critique de la halle conçue pour la commercialisation d’un seul produit et non dans le but de l’approvisionnement programmé de la ville, est révélatrice d’une nouvelle mentalité. (« Rapport de la Junta de Obras Püblicas de la province sur le projet de Severiano Cecilia », 12-X-1864, A.M. Bu : O.P. 1225, 5ème pièce).

478 « toda clase de especuladores de comestibles al por menor »… « espíritu de progreso ». ibidem.

479 DEMING, M.K. o.c. p. 127-128.

480 « très souvent, le matin, c’est un marché et, le soir, une salle de bal ». « muchas veces, por la mañana, es mercado y por la tarde salón de baile ». (ANGELON, M. Gui a satírica de Barcelona, 1850, p. 23).

481 Publié dans le journal El Carbayón, le 25-I-1880, et cité dans GONZALEZ MORIYON et FERNANDEZ MOLINA, La arquitectura del hierro en Asturias, p. 17.

482 BOUDON, F. « Horeau et les Halles Centrales » dans Hector Horeau Catalogue, p. 152.

483 « …Con il complicarsi dei servizi e degli impianti, la concezione del mercato coperto -considerato ormai corne un essenziale servizio publico- si articola in una casistica che contempla dpi diversi che se distinguono oper l’ubicazione (mercati centrale e rionale) oper la specializzazione merceologica (degli erbaggi, dei fiori, del pesce, del cuoio, délia carne, del vestiame vivo in relazione diretta con i macelli, ecc.) o infine per il tipo del commercio e della clientela (mercati all’ingrosso, al minuto, misti » (ALOI, Roberto, o.c. p. XXVI).

484 « Los mercados para la venta al por mayor pueden ser destinados a ciertos y determinados géneros de comercio ô à muchos a la vez, habiendo solo algunos que exigen mercados especiales, por su mucho volumen, por la gran cantidad sobre que se hacen las transacciones o por su modo especial de ser, como sucede con las verduras, los granos tas carnes en vivo etc. Los mercados al por menor pueden y deben ser siempre generales, es decir que en ellos se encuentren siempre reunidos por lo menos todas las clases y especies de géneros alimenticios que acudan a la plaza » (Projet de marché pour la place de la Libertad à Burgos, Luis Villanueva, 31-XII-1859, A.M. Bu : O.P. no968, f° 14).

485 FERRERO, J. « Nuevos mercados madrileños », dans Arquitectura, no 4, 1935, p. 116.

486 GIRALT CASADESUS, R. o.c. p. 12 et 13

487 NINO VADILLO, P. « Niveles de Abastecimiento de Madrid », dans Ciudad y Territorio, 1977 no 4, p. 52 et 53.

488 A.M.Vi. : C-18-14, le8-II-1888.

489 ibidem, le 2-VII-1888

490 « …j’ai examiné où il serait possible de dresser cette construction métallique (la halle) ; après avoir constaté que l’on ne dispose pas d’espace suffisant pour ce service dans les rares et petites places du centre de la ville, j’ai calculé le coût de son emplacement place San Agustín ; celle-ci, est en réalité moins éloignée qu’il y paraît […] on a essayé de placer cette structure place San Facundo […] Il n’était pas non plus possible de destiner la place de Los Huertos à cette fonction car elle sert de jardin de récréation aux écoliers. Nous proposons alors d’installer cette structure dans la place Santa Eulalia. » « …he estudiado en que sitio podría levantarse esta construcción metálica ; y despues de ver que no se dispone de amplitud bastante para este servicio en las pocas plazuelas que existen en el centro de la población he averiguado el coste que tendría su colocación en la de San Agustín, que aunque al parecer esta algo retirada, no lo es tanto […] se ha tratado de colocar esta armadura en la plazuela de San Facundo […] En vista de esta dificultad y de no poder tampoco utilizar para este objeto la plazuela de los Huertos […] por estar destinado este espacio a jardín de recreo de los escolares, se propone llevar la armadura a la plazuela de Santa Eulalia » (« Rapport de 1’architecte Odriozola à la Municipalité », le 7-IX-1907, A.M.Sg. : IX-4-6.)

491 « creyô conveniente dividir la población en très zonas, colocando uno de aquellos en el centro de coda una de estas ». (« Rapport de la Commission Municipale de Travaux Publics », le 2-IX-1859, A.M.Bu. : O.P. no 968, f 12).

492 « Accord municipal du 16-XI-l857 », A.Chan.Va : liasse 761, no 625.

493 « Projet de marchés, places Red et Portugalete », signé Epifanio Martinez Velasco, 1861 ; « idem places Rinconada et Portugalete », signé Martin Saracibar, 1862 ; « Projet de deux marchés », signé Emilio Rotondo, 1874 (Voir Virgili Blanquet, M.A., Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936), Valladolid, 1979, 245 et ss.

494 « extensión, situación inmediata à populosos barrios y demás circunstancias […] uno de los sitios muy a propósito para establecer un mercado » (RUIZ SIERRA, « Mémoire du projet de marché El Campillo de San Andrés », A.Chan.Va. : liasse 540, P 4-10).

495 CHEMETOV, MARREY, Architectures à Paris, 1848-1914, Paris, 1984, p. 42-47.

496 NAVASCUES PALACIO, P. o.c., p. 67. Le projet de Trélat se trouve à Madrid : (A.V.M. : 0, 59-22).

497 « los nuevos mercados establecidos en las plazas de la Cebada y de los Mostenses […] destinados a la venta al por mayor, almacenaje y depósito en la planta inferior de ambos. En la superior, à los puestos para la venta al por menor ». (« Projet de règlements municipaux de Madrid », 1884, publié dans Revista de la arquitectura nacional y extranjera, 1884, no 6, p. 105).

498 Le projet de Calvo Pereira comportait une troisième halle plus modeste à établir place Bilbao, halle qui ne fut jamais réalisée.

499 Dans le quartier de Salamanca, entreprise urbanistique privée, « la municipalité […] semble abandonner à l’initiative privée la construction de marchés » « El Ayuntamiento […] parece abandonar a la iniciativa particular la construcción de mercados en el barrio de Salamanca », (PEREZ ARROYO, S. « Un mercado para el barrio de Salamanca » dans Madrid no construido, Madrid, Coam, 1986, p. 102). Outre les projets non réalisés pour ce quartier, ce serait vraisemblablement le cas du marché de La Paz, apparemment construit en 1879 suivant les projets de Ruiz de Salces (« Mercado de la Paz » dans Revista de la arquitectura nacional y extranjera, 1879, no 3, p. 60-62). Le marché San Miguel est « propriété privé » et la construction a été possible grâce à « l’association des proprietaires du terrain et des industriels que doivent occuper les étalages » : « El mercado que nos ocupa es propiedad particular, su construcción se ha llevado a cabo formando sociedad los dueños del terreno con los industriales que habían de ocupar los diferentes puestos. », (ANASAGASTI, T. de, « El mercado de San Miguel » dans La construcción moderna, V-1916, no 9, p. 152).

500 « llenan, aunque modestamente, su función » (FERRERO, J. o.c., p. 117).

501 la vente « des fruits et légumes se déroulait dans de très mauvaises conditions au marché de La Cebada ; une fois démoli le marché de Mostenses, la vente de volailles, poissons, gibiers et œufs se faisait dans des conditions précaires dans divers endroits et édifices. C’est donc à ce groupe (marchés pour la vente d’un seul type de produits) que la Municipalité de Madrid a consacré la plus grande partie de son attention comme base du programme d’organisation des approvisionnements »… « de frutas y verduras se encontraba malamente instalada en Cebada, y Pesacados, Aves, Caza y Huevos, derribado el mercado de los Mostenses, se hallaban en precario y sin condiciones, en diversos lugares y edificios. Ha sido pues a este grupo (mercados de venta de un solo tipo de productos) al que el Ayuntamiento de Madrid ha fijado casi toda su atención como programa básico de una organización de absatos » (ibidem p. 117).

502 La commission spéciale des marchés se prononça en faveur du type de marché de quartier le considérant comme le plus indiqué. La commission approuva un plan comportant 26 marchés dont une vingtaine devaient être construits. (Voir : Los mercados de Madrid, Madrid, 1944, p. 9 et 10).

503 « dotar a las barriadas más próximas a la Ciudadela de un mercado digno, cómodo… » (FONTSERE, J. « Introduction au projet du marché El Borne », le 28-X-1873, I.M.H.B. : Comissió Ciutadella, 3-6 f° 21).

504 D’après Ramon Aliberch il fallut une bataille pour obtenir de la municipalité l’affectation de El Bom à la vente en gros. (ALIBERCH, R. « Los mercados mayores de Barcelona », dans Riqueza., le 30-XII-1958, p. 9).

505 « …en realidad no hay mercados al mayor en Barcelona que sean eficientes y hay negocios como el vino y el ganado que se hacen al aire libre. A principios de siglo las frutas y verduras se vendían por los asentadores a los detallistas en el patio central del mercado de Santa Catalina o en la Gardunya del de San José… », (ibidem).

506 GARCIA DOMENECH, Rosa M. « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX » dans Actas II Congrès d’Histària del Plà de Barcelona, Barcelona, 1985 (1990) vol 2, p. 191.

507 LEMOINE, B. o.c. p. 32.

508 DEMING, M.K. o.c. p. 55.

509 CHARNEAU, B. « Marchés couverts et halles de Gironde », dans Revue Archéologique de Bordeaux, tome LXXX, 1989, p. 84.

510 En 1732, mercado est défini par le Diccionario de Autoridades de le Real Academia de ta Lengua, comme « le rassemblement de gens pour acheter et vendre certaines marchandises » et comme « le lieu destiné à la vente, achat ou échange d’articles et de marchandises ». « concurrencia de gente à comprar y vender algunos géneros » et comme « el sitio destinado para vender, comprar ô trocar las mercaderías y géneros » (éd. facsimilé de 1979, Vol. III, p. 548).

511 « Lugar ancho y espacioso dentro del poblado donde se venden los mantenimientos, y se tiene el trato común con los vecinos y comarcanos, y donde se celebran ferias, mercados y fiestas públicas » (ibidem, Vol. V, 1737, éd. 1979, p. 295).

512 « mercado ; sitio cubierto o descubierto donde hay puestos de venta de diversos artículos de consumo diario » (MOLINER, Maria, Diccionario de uso del español, Madrid, 1977, p. 779).

513 « Entre los asuntos que al ayuntamiento de Madrid competen y en los cuales debe fijar con preferencia su atención, ninguno seguramente tan importante […] como el que se refiere a los mercados 6 plazas de abastos » (CONCHA ALCALDE Y DE MITJANS, « Rapport sur les marchés El Carmen et celui du quartier de Salamanca à Madrid », le 25-V-1894 A.V.M. : (S) 4-383-27 f 3).

514 « proyecto de construcción de una plaza de mercado cubierto en la plazuela de La Red », (« Table de matières du dossier concernant ce projet », A.M.Va. : Obras 757-960, dossier 2).

515 le 27-IX-1858, (A.Chan.Va : liasse 761-625) ; le 15-XII-1867, (A.A.B. 3265 B bis) ; le 7-1-1887, (A.H. Sant Marti de Provençals (Barcelone).

516 « Les locaux pour les marchés publics ne sont pas signalés car il est possible de les situer sur des places de 100 mètres de côté par la suppression d’un des îlots projetés, cet espace étant suffisant pour l’objet défini »… « Tampoco se señalan los locales para mercados públicos porque pudiendo colocarse estos en plazas de 100 metros de lado, bastaría suprimir una de las manzanas proyectadas, quedando espacio bastante para este objeto », (« Legende du plan de l’avant-projet d’agrandissement de Madrid », le 1-V-1859, éd. facsimilé du projet dans BONET CORREA, A. Plan Castro, Madrid, 1978).

517 « El arreglo de plazas de mercado, no es tan solo objeto de paro lujo y comodidad […] sino un verdadero beneficio para el público… » (Pablo VALLS, Dictamen sobre el nuevo ensanche de Barcelona, Barcelona, 1855, reéd. en 1968 dans ESTAPE, F. Vida y obra de Cerdà, vol. III, p. 327).

518 « Ces places étaient divisées en deux parties : la partie située devant l’église était destinée aux divertissements publics et l’autre au marché… »… « Estas plazas, divididas en dos partes, con destino la del/rente de la Iglesia a regocijos públicos y al mercado la otra » (GARRIGA Y ROCA, M. Memoria descriptiva del anteproyecto…, signé en 1857, et publié l’année suivante, a été reédité dans Estape, F., o.c., vol. III, p. 368-369).

519 A.A.B. : 2886 B.

520 Le rapport de la commission municipale de Valladolid chargée du projet de constructions de marchés pour l’année 1858 fait référence à la « construction de deux places de marché »… « dos plazas de mercado », (le 14-XII-1858, A.Chan. Va : liasse 761, no 625).

521 « una plaza cubierta para mercado de abastos » (Guardia, J.M. de la, « Mémoire du projet de marché à Mieres », le 5-XI-1904, Dossier documentaire de GONZALEZ MORIYON et FERNANDEZ MOLINA).

522 Voir : Projet de marché place Libertad à Burgos de Luis Villanueva, 1859 (A.M.Bu. : O.P. 968, f° 12 ; Projet de marché Trascorrales à Oviedo, Cândido Gonzalez, 1862, (A.M.Oviedo : Dossier documentaire GONZALEZ MORIYON et FERNANDEZ MOLINA).

523 A.M. Av. : Obras 1-85.

524 L’origine de la place de Valladolid, comme dans beaucoup de villes castillanes, se trouve dans l’existence de marchés accordés aux villes par les rois : « la formation de la Plaza Mayor de Valladolid, est conditionnée, dès le départ, par l’existence d’un marché. Il s’agit, à l’origine, d’une Plaza et Mercado Mayor »… « Se parte, pues, para la formación de la plaza de Valladolid de un condicionante previo, la existencia de un mercado ; es, por tanto, Plaza y Mercado Mayor en su origen. » Par la suite, le commerce se concentra de plus en plus dans la place principale, car au moment de sa destruction par l’incendie de 1561, le grand problème des autorités fut de placer tous les marchands qui ne savaient où s’installer.(Voir MERINO BEATO, M.D. Urbanismo y arquitectura de Valladolid en los siglos XVII y XVIII, Valladolid, 1989, vol. I, p. 79 et ss). À Avila, de son côté, le Mercado Chico -petit marché- lieu de rencontre commerciale depuis le Moyen Age évolua, tout en gardant sa fonction, vers le type de Plaza Mayor. (Voir CERVERA VERA, L. Plazas May ores de Espana, Madrid, 1990, vol. I, p. 238-239).

525 « …las circunstancias de la localidad y la precisión de aprovechar todo el terreno edificable à fin de dar abrigo à una población siempre creciente oprimida por el cerco de piedra que nos rodeaba, ha sido causa de que el número de plazas mercados no corresponda à las necesidades de la población », (GARRIGA Y ROCA, M. « Mémoire du projet de marchés Padró et Sant Pau », le 20-V-1861, A.A.B. 2886 B).

526 « edificios consistentes en una nave cubierta en cuyo interior hay puestos dedicados a la venta de toda clase de artículos ; especialmente comestibles frescos como verduras, frutas, carnes y pescados » (MOLINER, M. o.c. vol II, p. 396).

527 A.M.Av. : no 19.

528 GIRALT CASADESUS, R. o.c. p. 13-15.

529 « hasta el siglo XVIII, en ningún tratado de arquitectura se empleó esta palabra (espacio), mientras que la idea de espacio como cualidad primaria de la composición no se ha desarrollado hasta los últimos anos »… « secuencias de patios y habitaciones, creando relaciones espaciales extremadamente sutiles : pero solo eran discutidas por los teóricos en términos de estructura y proporción ». (COLLINS, Peter, Changing ideals in modem architecture (1750-1950), Londres, 1965, édition espagnole, Barcelone, 1970).

530 DIDIERJEAN, F. et autres. Belo III. Le macellum. Publications de La Casa de Velázquez. Série archéologie fasc. V, Madrid, 1986, p. 123.

531 Voir, entre autres, les dessins de Morey dans le catalogue Roma Antiqua. Envois des architectes français (1788-1924). Forum, Colisée, Palatin, Rome-Paris, 1985, p. 165 et planche 8.

532 ROSSI, A. L’architecture de la ville, pp. 158-161.

533 YARZA, J. Arte y arquitectura en Esparta, 500/1250, Madrid, 1979, p. 124.

534 Voir LAMPEREZ, V. La arquitectura civil española, Madrid, 1922 ; SECO de LUCERNA PAREDES, L. La Granada nazarí del siglo XV, Grenade, 1975.

535 Voir CERVERA VERA, o.c.

536 LAMPEREZ, V. o.c. vol. 2, p. 207 planche 151 et p. 205, planche 152.

537 Le professeur Marià Carbonell nous a apporté le témoignage de l’existence assez répandue de ce type d’espaces commerciaux, à carectère assez modeste, dans la région catalane.

538 LAMPEREZ, o.c. p. 24.

539 Projet de Cubiertos (couverts), signé par Santiago Pérez, le 23-1-1751, (A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce 1).

540 Nous avons déjà cité la description de l’ancienne poissonnerie de la Boqueria. Dans son ouvrage, Una mirada retrospectiva…, Cornet décrit aussi celle de la place Aduana : « C’était […] un grand et simple ’couvert’de tuiles, soutenu par des piliers en brique… » « Era […] un gran i senzill cobert amb teules, sostingut per pilans de mahó… », p. 186.

541 Cette poissonnerie était constitué d’une « simple couverte de toiture (sic), à plan rectangulaire, soutenue par six piliers en brique »… « simple cubierta de tejado, de planta rectangular, sostenida por seis pilares de ladrillo », (CASELLES, « Mémoire du projet de Reus », 1911, publié dans Biblioteca de la Construcción Moderna, 1916, p. 464).

542 AGAPITO Y REVILLA, J. « Carnicerias de Médina del Campo », dans Arquitectura, no 4, 1918, p. 77 et ss. Citée aussi par LAMPEREZ, o.c., p. 203-204.

543 Voir SANCHEZ-ROBLES, J.C. et ROS ANDREU, J.L. El Almudín de la ciudad de Valencia, 1981. Voir également LAMPEREZ, o.c. p. 204 et 205.

544 REYNAUD, o.c. p. 456.

545 À ce sujet voir l’article de Bertrand CHARNEAU déjà cité sur les halles en Gironde, ainsi que son répertoire inédit des halles de la Gironde réalisé pour les Sevices de l’Inventaire du Patrimoine. Voir également LAURENT, MALEBRANCHE, SERAPHIN, Bastides. Villes nouvelles du Moyen Age, Toulouse, 1988.

546 DEMING, M.K. o.c. p. 56-57.

547 Voir : LEMOINE, B. o.c. p. 45. Voir également : Le marché de Saint-Germain, publié par l’Association pour la Sauvegarde… du marché de Saint-Germain-des-Près et de Saint Sulpice, Paris, sans date.

548 « dos mercados públicos y cubiertos » (MARTINEZ VELASCO, E. « Mémoires des projets des marchés… », XII-1861, A.M.Va. : 757, nol et 2).

549 DEMING, o.c. p. 167 et 192.

550 « Projet de marché La Barceloneta », signé par M. Garriga y Roca, le 15-XII-1867, (A.A.B. : 3665 bis).

551 « circumbalado esteriormente por una galeria, é interiormente por un pasaje cubierto de cristales. Dichas galerias y pasaje comunican con cincuenta y seis puestos ô locales cerrados, destinados a la venta » (SARACIBAR, M. « Mémoire du projet Rinconada et Portugalete », 1862, A. Chan. Va. : liasse 540).

552 « el patio o centro de la plaza » GONZALEZ, Cândido, « Mémoire du projet du marché Trascorrales », 1862, A.M. Oviedo, Voir : Dossier Documentaire GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA).

553 REPULLES VARGAS, E.M. « Mémoire du projet… », le 31 mai 1893, (A.M.Av. : Obras 1-85).

554 DALY, C. col 21.

555 PEVSNER, N., A history of building types, p. 289.

556 Même si les deux derniers adoptent dans la solution finale des éléments de clôture partielle ou totale, l’essentiel de leur parti demeure la couverte métallique ininterrompue avec le minimum de supports. Au sujet du projet de Flachat, Daly signale qu’il a été « le premier qui ait franchement posé en principe que l’édifice des halles ne devait se composer que d’un toit couvrant marchands et marchandises » (DALY, C. o.c. col 31).

557 Bergue lui-même emploie le terme pour definir ses projets.

558 Au sujet du projet de Horeau pour les Halles Centrales de Paris de 1850, Françoise Boudon signale que « … le parti architectural adopté est d’un modernisme outrancier. Ce sont trois immenses pavillons composés chacun d’un seul vaisseau couvert d’une toiture à deux pentes. » et encore « … il écrase d’une masse de fer et de verre, étendue jusqu’à l’outrance, tout un quartier de la capitale » (BOUDON, o.c. p. 156-157).

559 « …la nueva relación entre los medios técnicos y las finalidades representativas […] una impresión de irrealidad y de espacio indefino… no un objeto unitario y concluido sino de una extensión indefinida, calificada de manera siempre mudable por los objetos expuestos y las personas que la visitan », BENEVOLO, L. Storia dell’architteura moderna, 1974, (éd espagnole 1980), p. 136 et 141.

560 DALY, o.c. col. 21.

561 « forman el mercado dos cuerpos de edificio […] separados 12 metros uno de otro. Casi en el centro de estos edificios se levantan las columnas que sostienen un tinglado de hierro que los une » (BERGUE, M. « Mémoire du projet de marché pour la place Portugalete », 1865, A.M. Va. : 749.8)

562 « …« « gran tinglado con destino al mercado de la plaza San José » (« Lettre de Bergue à la Municipalité », le 16-1-1871, (A.Ad.B. : 3726 Bis)).

563 « se está construyendo actualmente en la Plaza de la Cebada una espaciosa y bonita galeria, formada por columnas de hierro que sostienen la cubierta, para comodidad de los concurrentes a aquel mercado » (La Correspondencia.. le 3-IX-1867).

564 ZOLA, Emile. Le ventre de Paris, 1871, (nouvelle éddition, 1990), pp. 34-35.

565 « doble armadura de cemento, hierro y ladrillo, ó de otros materiales que se determinen para uniformar la temperatura » (« Rapport de l’architecte municipal López Sallaberry », le 9-V-1904, A.V.M. : (S) 20-420-9 (indu dans 4-383-27) f° 4).

566 En 1835, la municipalité de Madrid, en relation avec les projets de construction de marchés, souligne la volonté de la reine de faire adopter « les mesures les plus efficaces pour améliorer cette ville, établissant dès maintenant les réformes nécessaires à l’honneur d’une capitale qui se doit d’être parmi les principales de l’Europe » ainsi que « l’intérêt porté (par la reine) à l’embellissement de cette Cour et au bien-être de ses habitants »… « las medidas mas eficazes (sic) para la mejora de esta población indicando las que por luego reclama el decoro de una capital que merece estar al nivel de las más altas de Europa » ainsi que « el especial interés con que (la reine) mira el embellecimiento de esta Cortey el mejor bienestar de sus habitantes » (« Lettre de la Municipalité de Madrid au Gouverneur de la province », le 22 mai 1835, A.V.M. (S) : 1-136-54).

567 DURAND, J.N.L., Précis des Leçons d’Architecture…, introduction.

568 Julio ARRECHEA démontré, à partir de l’analyse des théoriciens-dont le traité manuscrit de ZARCO DEL VALLE, Disertacion sobre la propiedad… Madrid, vers 1826-, que la notion de convenance est comprise comme une sorte de principe régulateur de la distribution, la construction et la beauté. (Voir ARRECHEA, J. Arquitectura y Romanticisno. El pensamiento arquitectónico en la España del siglo XIX. Valladolid, 1989, p. 203.

569 « Ordenacion, disposicion, euritmia, simetría, distribucion y decoro ù ornato, son las seis partes principales de que consta la Arquitectura, según el testo de Vitrubio ; esto es toda fábrica sea la que fuere. Estas mismas partes están sustancialmente reducidas à tres puntos, à saber : comodidad, firmeza y hermosura ». (INCLAN VALDES, Juan Miguel de, Lecciones de arquitectura civil, Madrid, 1847, p. 10).

570 « Dejaré de extenderme en cuanto a la solidez, elegancia y sencillez porque debiendo tener esta calidad los edificios de todas clases, según lo prescriben los autores, faltarla a su deber el profesor que en sus obras olvidase alguna de estas circunstancias ». (MAS VILA, José « Mémoire critique du programme anonyme proposé par la commission municipale pour le marché Sant Josep », le 15-11-1837, A.A.B. : 63 bis B, f 45).

571 « la buena distribución, la sencillez y el decoro propicio de un edificio de esta naturaleza » (Proposition A. Lôpez Soria pour la construction de…", le 1er-VI-1835, A.V.M. (S) 1-237-2, f° 1).

572 Voir ISAC, A. Eclecticismo y pensamiento arquitectónico en España. Discursos, revistas, congresos (1846-1919), Grenade, 1987. Sur cette évolution, dans le monde de la presse architecturale spécialisée, voir également CASTAÑER, E. « Les revues d’architecture en Espagne au XIXe siècle (de 1846 aux environs de 1928) » dans Revue de l’Art, 1990, p. 57-64.

573 « El concepto de conveniencia, en definitiva establecido como criterio para conseguir adecuadas relaciones formales guiado por los grandes modelos y la práctica arquitectónica, intenta superar sus propios límites e integrar una abusiva multiplicidad de conocimientos. » (ARRECHEA, o.c. p. 204).

574 À cet égard Claude MIGNOT signale que « Vers le milieu du siècle, quelques observateurs plus lucides commencent à percevoir assez bien ce qui […] fait l’unité et la modernité de leur époque : la résolution de problèmes techniques et distributifs inédits, de plus en plus complexes, nés des nouvelles données et des nouvelles exigences de la civilisation bourgeoise industrielle » (MIGNOT, C. o.c. p. 212).

575 « la insuficiencia de alimentos, su escasez, su subido precio, ô su mala distribución, traen fatalmente epidemias, trastornos y toda suerte de infortunios. » (MONLAU, P.F. Elementos de higiene pública, 1847, p. 309).

576 « salubridad público ornato y comodidad »… « adelantos y necesidades del siglo » (ROVIRA Y TRIAS, A. « Rapport favorable au projet de Bergue pour le marché Sant Josep », le11-XII-1873, A.A.B. : 3726 Bis).

577 « L’embellissement public si convenable dans une capitale ne peut pas éxister avec les cajones -sorte de petits étalages fermés construits en bois- tellement à la mode de nos jours »… « El ornato público tan recomendable en una capital no puede ser con cajones [,..]que en el dia se estilan » (COLMENARES, S. « Mémoire pour la construction du marché San Ildefonso à Madrid », le 29-XII-1834, A.V.M. : (S) 1-237-3).

578 « estrechez […] obreguez […] incómoda situación que impide el paso de carros y caballerias ». (PEREZ, S. Projet de « sitio para la venta de granos », A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce 4).

579 « los locales que sirven de matadería, carnicería y pescadería […] carecen de las dos circunstancias que necesitan los edificios de esta naturaleza : a saver, capacidad y ventilación ; pues el primero de los edificios consiste en un obscuro almacén y los otros en baxos y estrechos barracones […] careciendo también de agua ». (« Rapport du medécin… », vers 1840, A.M.S.S. : D-10-VII-livre 1 dossier 1).

580 À titre d’exemple, le projet de halle aux légumes à Burgos de Severiano Cecilia de 1863, signale parmi ses principales priorités, l’établissement de rues environnantes au marché aussi larges que possible et jamais en dessous de huit mètres « pour la circulation des personnes et des charrettes », (A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce 5).

581 « El fácil acceso de las personas […] así que el de los carros y caballerías… » (« Rapport… », le 2-IX-1859, A.M.Bu. : O.P. 968, P 12).

582 « obligar […] a recorrer todo este trayecto »… « puestos de preferencia ». (ARREGUI, Jacinto, « Projet de trois marchés à Vitoria », le 2-VII-1888, A.M. Vi. : C-18-14 P 37).

583 MAS VILA, J. « Mémoire… », le 15-11-1837, (A.A.B. : 63 Bis B, P 45).

584 LEMOINE, B. o.c. p. 32.

585 Dans son mémoire de conditions de construction du marché San Ildefonso à Madrid, Segismundo Colmenares souligne que « aussi bien les vendeurs que les acheteurs seront à l’abri de l’eau et du soleil »… « tanto los vendedores como los compradores estarán resguardados de la aguas y de los soles »(COLMENARES, S. « Mémoire… », 1834, A.V.M. : (S) 1-237-3).

586 « un pórtico de treinta palmos de ancho para comodidad del público y prestar abrigo en tiempo de lluvias, circuyendo al expresado pórtico un crecido número de tiendas, a fin de que la venta de toda clase de carnes se verifique con la limpieza y acopio que se requiere » (MAS VILA, J., « Mémoire du projet… », le 8-1-1845, A.A.B : B. 769 A, pièce 2, f° 2).

587 « la venta al aire libre »… « el aseo y la salubridad »… « plazas de mercado que pongan a cubierto de los rigores de la estación a vendedores y mercancías » (« Rapport de la commission… concernant le projet de marché de La Red et de Portugalete » le 28-XI-1858, A.Chanci. Va. : liasse 761, livre 625).

588 « la limpieza y haseo (sic) debido » « escàndalo »… « desaseo », (« Mémoire du projet », 1861, A.M.Va. : 757-1 et 757-2).

589 Luis Villanueva, dans son projet de 1859 pour la place Libertad à Burgos, définit le marché comme « lieu commode et à l’abri des intempéries »… « lugar cómodo y abrigado de las intemperies » (Mémoire du projet… 1859, A.M.Bu. : 968).

590 « Vers 1850, lorsque trois ailes de la colonnade venaient d’être achevées […] sont apparues les critriques contre le modèle de place-marché découverte et en faveur du type, plus moderne, de marché entièrement couvert »… « Vers 1850, tot just construides tres ales de la columnata […] començaren les critiques contre el model deplaça-mercat descoberta en favor del tipus, mes modem, de mercat totalment cobert » (GRAU, R. « Gènesi del mercat actual » dans Vivir en Barcelona, mai-juin 1986, p. 25).

591 « espacios cerrados y el sistema seguido, entre otros, con el mercado de San Ildefonso de Madrid obra del año 1838 y el de Isabel II de esta ciudad (Barcelone) de fecha 1848 »… « libre corrientede aires […] que purificarán la viciada atmósfera peculiar de tales sitios ». (GARRIGA Y ROCA, M. « Mémoire du projet du marché La Barceloneta à Barcelone » 1867, A.A.B. : 3265 bis).

592 « ni puede haber leyes generales en esta parte de la arquitectura (la théorie), ni admito el que se conciban y ejecuten obras que son producto de ella, de un modo uniforme, sujeto à iguales réglas y proporciones en todos los puntos del globo, en razón a que cada país tiene su clima, sus productos, sus costumbres, su religión, y sus leyes peculiares […] Desde luego se comprende que semejante universalidad no es posible, en un arte cuya belleza y bondad siempre es relativa » (ALVAREZ, Anibal, « Exposición del sistema adoptado para la enseñanza de Las teorías del arte arquitectónico, por… » dans Boletín español de arquitectura, 1846, no 13, p. 98).

593 « Pourquoi tous ces essais de transposer à notre pays un art étranger, admirable où il se trouve mais incompatible et opposé à notre climat et à nos matériaux. »… « i Para qué todas estas tentativas hechas con el objeto de trasplantar a nuestro país un arte extranjero, admirable en donde se encuentra, pero incompatible é impraticable con nuestro clima y nuestros materiales ? » (« Traduction par Zabaleta de la réponse de Lassus adressée à l’Académie », dans Boletín español de arquitectura, 1846, no 12, P. 90).

594 D’après M. de Assas, pour Hope l’originalité de l’architecture depuis ses origines serait le résultat du besoin de faire face à des conditions climatiques établies profitant des matériaux disponibles, Voir : Boletín español de arquitectura, 1846, no7, p. 50.

595 « la localidad que se ha de situar, su clima, las costumbres de la poblacion y otras muchas cosas que sería largo el enumerar… »… « esta clase de edificios sean tan variados como se observa en los diferentes puntos donde existen » (« Mémoire du projet », le 31-XII1859, A.M.Bu. : O.P. no 968, f° 14)

596 « En una poblacion como Burgos[…]se advierte la falta de mercados cubiertos, y esta falta es tanto más notable cuanto que las condiciones climatológicas del país reclaman más que en otras poblaciones el abrigo y resguardo de las influencias atmosféricas. Aquí son necesarios mercados cubiertos por la presencia de las nieves y lluvias » (« Rapport de la Junta de Obras de la province », le 12-X-1864, A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce no 5).

597 « Los compradores y vendedores están en los mercados descubiertos, espuestos a las sensibles variaciones atmosféricas de nuestro clima, de manera que la humedad y no pocas veces las nieves de los crudos inviernos atacan visiblemente a la salubridad de las personas, no lo hacen menos los abrasadores rayos del sol de Castilla » (BERGUE, M. « Mémoire du projet de marché Portugalete », 1865, A.M.Va. : 749-8).

598 « resguardarse con pantallas de cristales u otro equivalente uniforme y más económico, que podrían afianzarse en las columnas y siendo portatiles, retirarse cuando ya no hubiera necesidad » (GARRIGA Y ROCA. « Projet du mémoire d’amélioration du marche La Barceloneta », Barcelone, le 15-XII-1867, A.A.B. : 3265 Bis).

599 « nuestra población […] tratándose de dotarla de unos centros de abastecimiento que llenen todos los requisitos que las modernas necesidades reclaman y que la ciencia se halla en estado de satisfacer » (RUIZ SIERRA, « Mémoire du projet de trois marchés à Valladolid », 31-1-1878, A.Chanci.Va. : liasse no 540, f° 18 et 19)

600 Voir LEMOINE, o.c., p. 40.

601 « Le problème est donc de couvrir le plus grand espace possible avec des supports aussi légers et aussi peu nombreux que possible. La question ainsi posée aurait pu se résoudre encore plus simplement peut-être qu’elle l’a été, si elle ne se compliquait d’autres considérations essentielles relativement à l’introduction de la lumière et de l’air sous de vastes abris, non seulement dans leur pourtour, mais aussi dans leur milieu. » « L’air doit entrer par le pourtour et sortir par le milieu. Le jour doit pénétrer par des baies verticales à l’exclusion des châssis rampant sur les toits ; autrement le soleil dardant sur ces châssis de combles échaufferait rapidement l’air intérieur et transformerait les abris en serres chaudes […] On ne saurait prendre assez de soins dans le but de prévenir une température trop élévée en été et trop basse en hiver. » « Afin de ne point gêner, par des courants d’air, les marchandes qui stationnent ou les chalands qui circulent dans les pavillons des Halles, ce n’est qu’au dessus du mur de brique de 2 mètres 60 centimètres de hauteur qui forme l’enceinte générale des pavillons, entre les colonnes du pourtour, que commence le système de ventilation.. » « L’air et la lumière entrent de tous cotés par des baies ouvertes autour de l’édifice. Seulement pour rendre le courant moins rapide et ne pas permettre à la lumière de jouer avec trop d’intensité dans l’intérieur, ces baies ont été à demi fermées par des lames de persiennes en cristal dépoli… » « Une vaste lanterne à un seul étage d’arcades au-dessus des pavillons les plus petits, à deux étages au-dessus des plus grands, sert d’issue à l’air tamisé entre les lames des persiennes inférieures ». (BALTARD, V. o.c. p. 24 et 25).

602 « …l’ensemble de l’enceinte est constitué de grandes fenêtres, et on pourrait dire, à plus proprement parler, que les façades de la halle sont des galéries en verre. Dans ces fenêtres, les verres ne sont pas situés sur un seul plan, ils constituent une vraie persienne, grâce à laquelle l’air et la lumière pénetrent. Compte tenu de l’inclination vers l’éxtérieur des pièces qui constituent la persienne, l’eau ne peut pas entrer et l’air est dirigé vers la partie haute de l’édificie et non vers le bas […] Dans la partie haute de la galerie centrale on a disposé une lucarne pour l’entrée du jour et la libre sortie de l’air »… « …todo el recinto lo constituyen unas grandes ventanas de modo que más propiamente podemos decir que las fachadas del mercado son unas galerías de cristales. En dichas ventanas los cristales no están colocados […]e« un solo piano, sino que formar una verdadera persiana, merced a lo cual no solo entra la luz sino también el aire, pero como los vidrios u hojas de las persianas tienen la inclinación hacia fuera no es posible que entren las aguas, y el aire que penetra se dirige hacia la parte alta del edificio y no hacia el suelo.. En la parte alta de la galeria central se ha dispuesto una claraboya… (para que) entre la luz y salga el aire libremente ». (GONZALEZ, C. « Mémoire du projet de marché couvert à Gijon », le 9-XI-1867, (modifié le 2-1-1869) A.M.Gijôn-Dossier documentaire GONZALEZ MORIYON…).

603 « …contribuyan á robar del interior las emanaciones que naturalmente se desprenden en todo mercado » REPULLES Y VARGAS, E.M. « Mercado de Alfonso XII en Malaga » dans Anales de la Construcción y de la Industria, 1879, no 16, p. 243.

604 « les grands arcs sont fermés par des persiennes fixes en bois, et les petits par des persiennes en verre de Sieves cannélé comportant deux portes verrières praticables […]La clarté ainsi obtenue pendant la journée à l’intérieur des salles est suffisante, et en même temps les rayons solaires sont interceptés […] Les nefs latérales sont couvertes en tuile vemie[…]en raison de notre climat chaud et du fait que la construction est majoritairement réalisée en fer[…] Les fermes de la charpente de la nef centrale^..] ont la légéreté adaptée à la couverture de verre qu’elles soutiennent »… « los arcos grandes están cerrados por persianas fijas de madera, y los pequeños por persianas de cristal de Sieves, acanalado, con dos puertas vidrieras practicables [,..]La claridad que se obtiene de este modo en el interior de las salas durante el día es suficiente, estando al mismo tiempo interceptados los rayos solares[..,]La cubierta de las naves laterales es de teja barnizada [,..]en atención à nuestro caluroso clima y ser de hierro la mayor parte de su construcción[..,]Las formas de la armadura de la sala central[..,\con la ligereza conveniente â la cubierta de cristales que reciben », (ibidem).

605 AGUIRRE, Javier, « Mémoire du projet de marchés couverts à Oviedo », 1882, A.M.Oviedo (Dossier documentaire GONZALEZ MORIYON…).

606 Ibidem.

607 Voir : COLLINS, P. Changing ideals in modem architecture (1750-1950), 1965, (éd. espagnole 1977), p. 161.

608 « las fachadas, pues llevan persianas de cristal que no impiden la aireación, (,.)y por el lucernario también de persiana de cristal, de la nave central » (AGAPITO Y REVILLA, Juan, « Mémoire du projet du marché de Palencia », le 1er-II-1895, P 8V° et 9, A.M.Pa. : Dossier Marché).

609 « le marché doit être parfaitement aéré aussi bien dans l’ensemble que de façon ponctuelle. Dans ce but, les portes seront fermées par des grilles et la lanterne de la toiture par des persiennes fixes, de façon à permettre la libre circulation de l’air dans toute circonstance. La toiture des étalages clos sera de grillages. Les étalages destinés à la vente de viandes ou des poissons seront fermés sur les côtés par des grilles »… « en esta clase de edificios debe proscribirse el hierro para el cerramiento exterior, pues este material, como buen conductor calórico[..,]transmite el calor en el verano y el frio en el invierno […] El mercado, en conjunto y detalle ha de estar perfectamente ventilado. Para esto, sus puertas deberán cerrarse con verjas y el lucernario superior con persianas fijas, de modo que el aire circule siempre libremente. Los puestos que sean cerrados tendrán su techo de tela metálica y los que sirvan para el despacho de carnes y pescados se cerrarán lateralmente con verjas ó alambreras » (A.M.Av.).

610 Voir le projet publié dans Biblioteca de la Construccion Moderna, 1916, p. 468.

611 FAJARDO, F. et LAFARGA, P. « Mémoire du projet… », le 29-1-1914, (A.M.A1. : Obras Públicas y Urbanismo, liasse 10/71. p. 3 et 4).

612 « …resulta un tanto pueril ver elevarse sobre el cesto de modestas lechugas o el cajón de aplastados lenguados, una soberbia bóveda o una ingente cúpula, recuerdos del mercado Grand Hall, del siglo XIX » (FERRERO, J. o.c. p. 121).

613 « les grandes surfaces de verrière ou de persienne, difficiles à atteindre et toujours sales, ont été changées par des fenêtres métalliques courantes ; la pénombre a ainsi fait place à la clarté ; la lumière est uniquement nuancée par des larges éléments en saillie qui empêchent l’entrée du soleil et par des verres de couleur verte qui absorbent les rayons calorifiques de la gamme du rouge »… « las grandes superficies de vidrieras o persianas, difícilmente asequibles y siempre sucias, se han cambiado por ventanas metálicas del tipo corriente ; la penumbra ha sido sustituida por la claridad, pero suavizando la luz por amplios volados que impiden la entrada del sol y por vidrio verdoso, que absorbe los rayos caloríferos de la gama del rojo » (ibidem, p. 123).

614 CHOAY, F. La règle et le modèle, Paris, 1980, p. 261.

615 Boletín enciclopédico de nobles artes, Barcelone, 1846, no4, p. 54-56.

616 À ce propos, Navascués signale « l’urgence d’adapter l’enseignement à certains progrès techniques de la construction !…]et aux nouveaux types architecturaux, comme gares, marchés, passages couverts, thèmes de composition urbaine, etc. »… « la urgencia de adecuar la enseñanza a determinados avances técnicos en la construcción[…] (y) los nuevos temas arquitectónicos, como estaciones y mercados, pasajes cubiertos, temas de composition urbana, etc. » (NAVASCUES PALACIO, P. Del neoclasicismo al Modernismo, Madrid, 1979, p. 49).

617 « Dos teorías necesita la Arquitectura para desarrollarse convenientemente y llenar su mis ion en la esfera del arte : la científica y la estética […] la del cálculo fisicomatemático[…]y la del sentimiento » (MANJARRES, J. de, Teoría estética de la arquitectura, Madrid, 1866 (éd. 1875), p. 6).

618 « no va tenir un altre proveïment que el que li proporcionava el subsàl, en especial una mena de mines d’aigua anomenades viatges. » (AURIN Y LOPERA, R. (dir.) Sota la ciutat, Barcelone, 1991, p. 47).

619 Voir : GARCIA FUERTES, G. L’abastament d’aigua a la Barcelona del segle XVIII (1714-1808), Barcelone, 1990, p. 88 et ss.

620 Le problème est rattaché à une autre polémique, celle du caractère ouvert ou fermé de l’enceinte de l’établissement. L’architecte tranche finalement en faveur d’une fontaine publique accessible pendant l’horaire d’ouverture du marché. (CECILIA, Luis, « Réponse au rapport municipal concernant le projet de marché… », le 18 août 1864, A.M.Bu. : O.P. 1225, pièce no 5).

621 « fuentes para comodidad y limpieza ». (« Rapport de la commission municipale. Description du projet anonyme de place de marché », vers 1837, A.A.B. : 63 Bis B f° 87 et ss).

622 « una sencilla pero bonita fuente que mana abundante agua que se distribuye en todos los departamentos para su limpieza », (MANTEROLA, Guia manual geográfico descriptivo de la provincia de Guipúzcoa…, Saint-Sébastien, 1971, p. 210).

623 Le marché de Saint-Germain, ouvrage collectif, Paris, sans date, p. 13.

624 MOLINA CASAMAJOR, F. D. « Projet de marché… », 1848, (A.A.B. 1096 B).

625 I.M.H.B. : Gràfics D. 20537, D.20625 et D.20622.

626 FONTSERE, J. « Projet de fontaine pour El Born, août 1875 », (I.M.H.B. : dossier « Ciutadella » cliché D. 22340).

627 « On ne peut pas disposer d’un élément aussi indispensable que l’eau, seulement la faisant monter par un puits situé dans une petite cour »… « El agua, elemento tan indispensable, solo pueden disponer de las del mar, subiéndolas de un pozo situado en un pequeño patio », (« Rapport de l’architecte de la ville », vers 1840, A.M.S.S. : D-10-VII-livre 1-dossier 1).

628 Mas VILA, J. « Mémoire critique du programme anonyme présenté par la commission municipale », le 15-11-1837, (A.A.B. 63 Bis B, f° 50).

629 BALTARD, V. o.c. p. 28.

630 ibidem.

631 MONLAU, P.F. o.c. p. 54.

632 « Los mercados son necesidades de la moderna civilización […] Si queréis comer bien, tened buenos mercados, bien espaciosos, bien ventilados, bien limpios, bien aseados. La traída de aguas à Madrid, facilitará ahora este aseo. » (« Madrid modemo. La plazuela de la Cebada », dans El Museo Universal, no 20, 1863, p. 157).

633 « …jusqu’en 1860, l’approvisionnement d’eau à Barcelone et dans ses faubourgs était organisé sur la base de contrats établis entre particuliers ou accordé par grâce royale au titre de l’embellissement et de la santé publiques -les fontaines de la ville- ; il comportait quelques petites centaines de m3/jour sorties de toutes sortes de puits éparpillés et des canaux Condal et La Infanta. À partir de 1860, ces services vont fusionner donnant naissance aux compagnies « Aguas de Horta », « Aguas de Sarriâ », etc. Le réglement de 1880 obligeait les propriétaires des terrains à réaliser le branchement aux réseaux d’eau potable pour la mettre à la disposition des locataires »… « …hasta 1860 el suministro de agua a Barcelona y sus suburbios, según contratos establecidos entre particulares y por donaciones graciables del rey al ornato y salud pública -las fuentes de la ciudad-, era de muy pocos centenares de m3/día provenientes de pozos múltiples y dispersos, de la Acequia Condal y del Canal de la Infanta. Desde estos servicios […] se producen fusiones desde los artos 60, dando paso a las compañías « Aguas de Horta », « Aguas de Sarriá » (etc.). Las ordenanzas de 1880 imponían como obligación a los propietarios de los solares la acometida de agua potable para que sus inquilinos pudieran disponer de la misma. » (GOMEZ ORDOÑEZ, J.L. « La construcción del ensanche » dans El ensanche de Barcelona, los ensanches (I), Barcelone, 1978, p. 78).

634 « Les canaux qui répandent l’eau et le gaz se branchent directement sur les conduites des eaux de la ville de Paris et du gaz de la Compagnie parisienne. Afin de prévenir toute interruption dans le service… un réservoir central a été établi, lequel est assez vaste pour fournir d’eau tous les jets distributeurs des Halles pendant plusieurs jours », (BALTARD, V. o.c. p. 28 et 29).

635 « ..indicamos la colocacion de una fuente, aunque su coste no lo incluimos en presupuesto […] porque no formando parte del programa, entendemos que quizás se haya dejado para cuando, realizada la gran traida de aguas que ha de aumentar de modo considerable el abastecimiento de esta Ciudad, pueda dotarse este mercado de toda la cantidad necesaria ; cosa que tal vez hoy no sea posible » (MARTINEZ RUIZ, S. « Mémoire du projet… », le 1er-II-1889, A.M. Bu. : O.P. 1054, pièce 1 tris).

636 « Nuevo mercado de La Linea » dans Revista de la Sociedad Central de Arquitectos, le 10-IX-1882, p. 152.

637 « deux petites fontaines en fonte, d’un seul jet, ont été projetées pour le nettoyage de la place… » « se han proyectado dos fuentecitas de hierro fundido de un solo cano destinadas à la limpieza de la referida plaza ; para ellas se toman las aguas de la cañería general de las fuentes de la Ciudad, conduciéndolas mediante un ramal de tubería de fundición que empalmará con la anterior cañería ». (GONZALEZ, C. « Mémoire du projet… », le 21-XII1862, A.M.Ov. :-Dossier doc. GONZALEZ MORIYON et FERNANDEZ MOLINA).

638 BALTARD, V. o.c. p. 26.

639 AURIN Y LOPERA (dir), o.c. p. 47

640 « alcantarillas […] una ciudad subterránea con igual número de calles que la ciudad de la superficie… »… « el necesario declive, y circule por ellos un volumen de agua tal que diluya todas las materias sólidas, y arrastre velozmente todas las inmundicias… »… « cloacas, pozos, alcantarillas, depósitos 6 canales subterráneos, por lo general mal construidos, mal cuidados, de difícil limpia, y que constituyen un nuevo foco de infección… », (MONLAU, o.c. p. 65-66).

641 AURIN Y LOPERA (dir.), o.c. p. 51.

642 II s’était fixé l’objectif « d’en constituer l’unité, d’en faire un corps dont toutes les parties sont agencées pour concourir au même object (sic) » (BELGRAND, Les égouts, les vidanges. cité dans GOMEZ ORDOÑEZ, José Luis, « El proyecto de los servicios urbanos. El caso de Garcia Faria de Barcelona » dans Los Ensanches. El Ensanche de Barcelona. Barcelone. 1978… p. 89).

643 « l’auteur du projet a été laconique dans la rédaction du mémoire et aussi en ce qui concerne les conditions de construction du système d’égouts à établir pour la circulation des eaux de pluie et du nettoyage intérieur du marché »… « lacónico ha estado el autor del proyecto al redactar la memoria y aun al es tender el pliego de condiciones facultativas, no indicándose nada sobre el sistema de alcantarillas que han de establecerse para la conducción de las aguas de lluvia y de las de la limpieza y aseo interior del mercado. » (A.M. Bu. : O.P. 1225, pièce 5).

644 CALVO PEREIRA, M. De las aguas tratadas bajo el punto de vis ta legal y con aplicación a las construcciones y abastecimientos de las ciudades en sus diferentes usos, Madrid, 1862.

645 PLINIO, « Mercados de Madrid » dans La Ilustracion de Madrid, no 58, le 30-V-1872, p. 155.

646 REPULLES VARGAS, E.M. « El Mercado de Alfonso XII en Málaga » dans Anales de la construcción y de la industria, no 16, 1879, p. 243.

647 AGUIRRE, Javier. « Mémoire du projet. », 1882, (A.M.Ov. :-Dossier documentaire GONZALEZ MORIYON).

648 ARREGUI, J. « Mémoire du projet pour trois marchés à Vitoria », le 2 juillet 1888, (A.M.Vi. : C-18-14, f° 39. Idem, 1890, (A.M.Vi. 54-22-50).

649 CHOAY, F. o.c. p. 275.

650 Voir, par exemple, les travaux de la Société espagnole d’hygiène en 1882 sur les causes de la mortalité à Madrid, partiellement publiés dans La Revista de la arquitectura…, 1881, no8, p. 193 et ss. et 1882, no 6, p. 125 et ss.

651 Par exemple, la Revista de la Arquitectura Nacional y Extranjera publia le projet de toilettes publiques à établir dans la rue conçu par l’architecte E.M. Repullés Vargas, 1878, p. 14 et 15.

652 Parmi les locaux destinés aux services auxiliaires du marché on signale les urinoirs et cabinets (« meaderos y comunes »). (A.A.B. : 63 bis B F 88)

653 ESPINAS, J.M. Els fanals de gas. Nostàlgia d’una Barcelona pretèrita, Barcelone, 1976 ; LAFUENTE ALONSO, F. El alumbrado de Madrid, Madrid, 1986, p. 53-54.

654 BALTARD, V. o.c. p. 28.

655 Le projet de Bruguès est signé le 7-VII-1875. Il existe aussi un acte d’adjudication des travaux à Brugués du 23-XI-1875. Cette solution eut un rapport technique favorable en raison de l’économie de l’installation, du plus grand rendement lumineux, de son adoption à l’étranger et de son adequation à des locaux comme les places ou les marchés. (Voir : I.M.H.B. : dossier « Comissió Ciutadella », carton 6, dossier 40, f° 39-63).

656 « A mitad del siglo XIX, cuando se insistió en la exigencia de una nueva arquitectura, y cuando se inventaron grandes maquinarias, la analogía mecánica se formuló por vez primera en un intento de resolver los problemas de la teoría arquitectónica », (COLLINS, P. o.c. p. 161).

657 « sistema venario de algún ser misterioso de dimensiones colosales […]puesto que ese conjunto tabulario está destinado a la exportación de aguas sobrantes y nocivas, otra parte a la importación de las potables y útiles, otra a la importación del gas de alumbrado y […] circulación de fluido eléctrico… » (CERDA, Ildefonso. Principios de Urbanización, cité dans AURIN Y LOPERA, o.c. p. 51).

658 ZOLA, E. Le ventre de Paris, 1873, p. 39 et 42.

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search