Version classiqueVersion mobile

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Première partie : évolution historique, urbaine et de la construction

Chapitre 2. Les réalisations. L’évolution chronologique des structures de la construction et la localisation géographique

Texte intégral

1L’ensemble des halles métalliques étudiées suggère une interprétation d’ensemble autour de deux questions : l’évolution chronologique des systèmes et des éléments de la construction, et l’implantation géographique.

1. L’évolution chronologique des systèmes de construction

2Le développement chronologique des systèmes et des matériaux de construction présente beaucoup de points communs avec le processus de définition typologique (voir Deuxième Partie) et avec l’évolution stylistique (voir Troisième Partie), et ces trois catégories d’analyse doivent être comprises comme complémentaires. Nous avons établi, à partir de nos recherches, trois étapes chronologiques du développement des matériaux et des systèmes de construction : une première étape d’introduction des matériaux métalliques et de recherches pour le développement de leur application (années 1840- fin des années 1860) ; une deuxième étape d’adoption et de diffusion de la solution constructive d’inspiration baltardienne (période de 1868 à 1875-fin des années 1880) ; une troisième étape pendant laquelle les structures métalliques portantes sont progressivement dépouillées de tout contenu décoratif et où le reste de la construction connaît des développements divers dans l’évolution de la culture architecturale entre la fin du siècle et le début du Mouvement Moderne (fin des années 1880 - fin des années 1920).

  • 235 Au sujet des marchés couverts et des grands magasins, Giedion signalait : « Ce n’est pas un hasard (...)
  • 236 CIRICI PELLICER, A. « Vision retrospectiva de la arquitectura del hierro », Cuadernos de Arquitect (...)
  • 237 « L’influence des bâtiments en fer construits en France et en Angleterre arrive à Barcelone vers l (...)

3Dans le cas des halles, l’introduction des structures et des éléments métalliques de construction se fit de façon progressive et, pendant une longue période, elle eut un caractère empirique et expérimental. Il convient de signaler que ces premières halles métalliques ne présentaient pas le caractère révolutionnaire qu’on a souvent accordé aux grandes halles métalliques projetées ou construites en Espagne à partir des années 1870235. Dans un premier temps, une relation dialectique s’établit entre les éléments constructifs rénovateurs, les schémas formels et de nouvelles distributions, tous inspirés de la logique projectuelle académique, allant de la pure assimilation à la recherche prospective des nouvelles possibilités des matériaux. Dans le cas des halles ce processus eut un caractère fortement empirique. La nature de la halle permettait des expérimentations très ponctuelles et une intégration progressive des nouveaux matériaux. Traditionnellement, la bibliographie a insisté sur le caractère révolutionnaire des bâtiments appelés halles métalliques construites en Espagne à partir de la période 1867-1875, en raison de leur similitude avec les Halles Centrales de Baltard. En 1945, Alexandre Cirici décrivait les grandes réalisations barcelonaises dans ce domaine, les marchés d’El Born et de Sant Antoni, en les rapprochant de l’établissement de Baltard236 considéré comme modèle. Lorsque Plà Alastuey tente de démontrer la relation entre l’arrivée en Espagne, et plus précisément à Barcelone, de l’influence de l’architecture métallique européenne et la construction des nouvelles halles dans la capitale catalane, il ne fait que mettre en évidence le décalage chronologique entre ces deux phénomènes237. L’essai d’explication de ce décalage chronologique a eu peu de fortune historiographique en dehors du lieu commun du retard et de la dépendance de l’industrie espagnole. L’analyse de cette question comporte une étude du processus préalable, et en grande partie autochtone, de définition des halles métalliques connues de tous et associées au mouvement général d’imitation de l’œuvre de Baltard et de Callet.

  • 238 GARCIA DOMENECH, « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX », dans Actes II Congrès (...)
  • 239 MOLINA, Francisco Daniel, « Projet d’aménagement d’une place de marché dans El Borne », 1848, (A.A (...)
  • 240 Parmi d’autres éléments, ce contexte est défini par la création de l’École d’Architecture de Madri (...)

4Ce premier âge des halles métalliques apparaît de façon embryonnaire rattaché aux marchés construits avec des matériaux traditionnels depuis le début du XIXe siècle. À partir de 1835, les sécularisations des propriétés religieuses urbaines libérèrent dans plusieurs grandes villes, nous l’avons déjà mentionné en détail, des terrains dans lesquels furent construits les premiers édifices de marchés. Ces premières réalisations furent exécutées suivant des systèmes et avec des matériaux traditionnels comme la brique, la pierre et le bois. Mais très tôt l’adoption d’éléments ou de structures métalliques fut associée à ces travaux. Un début ponctuel et hypothétique du premier âge des halles métalliques, (nos recherches documentaires ne sont pas exhaustives pour la totalité du pays), peut être situé à Barcelone, entre 1844 et 1848. Cette période, comprise entre le premier projet de halle aux poissons d’El Bornet comportant des colonnes en fonte238 et celui du marché général d’El Born, constitué par des appentis entièrement métalliques239, n’est pas dépourvue de signification dans le contexte général de la culture architecturale espagnole240.

  • 241 « ...en vez de emplearse la madera en las formas de la cubierta, conviene que sea sustituida por h (...)

5Mais c’est seulement à partir de la fin des années 1850 et pendant la décennie suivante que cette première étape de halles métalliques en Espagne connut une large diffusion, et cela davantage dans des projets non réalisés que dans des œuvres bâties. En 1864, l’auteur d’un rapport concernant le projet de halle de Severiano Cecilia pour Burgos s’exclamait : « Il convient de remplacer le bois par le fer dans les fermes des couvertures […] aucun élément en bois dans les marchés, ni les portes, ni les fenêtres, ni dans la mesure du possible, les étals des vendeurs non plus »241.

  • 242 Voir le projet d’un auvent pour le marché de La Boquería à Barcelone de 1852 (non signé, le 25-VI- (...)
  • 243 « fundición en columnas, basas y capiteles » (VILLANUEVA, L. « Devis du projet de marché pour la p (...)
  • 244 « el empleo del hierro colado en las columnas exteriores y el cristal en la galerias ; el entramad (...)

6L’introduction du fer dans la construction des halles se fit par deux voies différentes. Premièrement par l’introduction d’éléments métalliques isolés dans un bâtiment construit de façon traditionnelle. Parmi ces premiers éléments novateurs on doit signaler le mobilier urbain (fontaines, étals de vente et poteaux pour auvents242), les supports de fonte, les tirants en fer pour des charpentes en bois, des consoles etc. La structure des poissonneries de La Boqueria (1848) et d’El Bornet (1844-1848) de Barcelone était constituée par des poutres en bois et par des colonnes en fonte. Dans le projet non réalisé de halle pour la place de la Libertad à Burgos (1859) l’architecte Luis Villanueva combinait la pierre et la brique dans les murs extérieurs, le bois dans la couverture et la fonte dans les « colonnes, bases et chapiteaux »243. Le marché de Trascorrales à Oviedo (1862-1867), présente une structure de construction traditionnelle avec des murs en brique et pierre, combinée avec des supports intermédiaires intérieurs en fonte. Ces supports, des colonnes avec console supérieure, sont un témoignage d’une utilisation d’éléments de production industrielle non adaptés aux besoins spécifiques de l’édifice. Si, dans la partie rectiligne du bâtiment, les consoles métalliques situées au sommet des colonnes soutiennent les fermes de la charpente en bois, dans la partie semi-circulaire, en revanche, ces éléments n’ont pas de fonction portante et leur présence, entièrement arbitraire, ne peut être expliquée que par une conception uniquement utilitaire de ces matériaux ou bien par des contraintes dues aux possibilités du fournisseur. En 1862 Martin Saracíbar présenta deux projets de halles comportant « … l’utilisation de la fonte pour les colonnes extérieures, le verre pour les galeries ; mais la structure était en bois et les murs en briques »244.

  • 245 CORTAZAR, A. « Rapport sur le projet de marché de La Brecha », le 23-II-1870, (A.M. S.S. :D. 10. V (...)
  • 246 « Projet de couverture de la cour centrale... », le 5-X-1898, (A.M. S.S. : D.10.VIII.4.4.).

7Cette utilisation ponctuelle ou secondaire des éléments de construction en fonte ou en fer se prolongea dans la période suivante, celle de la grande époque des halles métalliques. Dans la réfection du marché de Santo Domingo à Pampelune (1876), Villanueva conserva la prépondérance des matériaux traditionnels en introduisant des fermes de charpente mixtes avec arbalétriers en bois et le reste en fer, et des colonnes en fonte avec un couronnement en bois dans le souterrain. Cette dernière combinaison témoigne d’une utilisation timide, improvisée et peu maîtrisée du nouveau matériau. À Saint-Sébastien, le marché de La Brecha construit en 1870, puis agrandi en 1898, n’a pas d’autres éléments métalliques que les tirants des fermes de charpente. En 1870 l’architecte Cortâzar justifiait son choix des matériaux de construction en s’écartant du modèle parisien pour des raisons économiques, les matériaux métalliques étant pour lui trop chers245. Signalons que ce même choix des matériaux fut retenu en 1898 pour les fermes de charpente destinées à couvrir la cour centrale de cet établissement246.

  • 247 GARRIGA Y ROCA, M. « Mémoire du projet pour les marchés d’El Padró et de la rue Sont Pau », le 20- (...)

8Puis, l’introduction de l’architecture en fer dans la construction des halles se développa à travers la conception de structures intégralement métalliques destinées à abriter les marchés. Dans cette première période des halles métalliques, pour les nouvelles structures utilisant dans toutes ses parties le nouveau matériau, on suivit un principe typologique-édilitaire sur lequel nous reviendrons dans la deuxième partie, celui de la halle comme toiture sans clôture périmétrale, s’opposant ainsi à l’opacité des systèmes traditionnels de construction. Les supports, les charpentes et les matériaux de couverture métalliques s’adaptaient parfaitement à cette fonction et se substituaient au bois avec lequel on avait bâti ce genre de structures depuis le Moyen Age. En Espagne, ces constructions furent très souvent appelées appentis (tinglados), et elles subirent une évolution très significative en ce qui concerne les dimensions. Dans ces premiers appentis le matériau utilisé était, certes, le fer ou la fonte mais les proportions entre supports et baies, entre portée et hauteur, avaient la modestie des constructions en matériaux traditionnels. Dans le projet de halle couverture du vieux Born, à Barcelone (1848) de Francisco D. Molina Casamajó, cité plus haut, la largeur des pavillons n’était que de trois mètres, l’écart entre supports était de deux mètres et la hauteur de quatre. Dans le projet pour le marché de la place Padró de Barcelone de l’architecte Garriga y Roca (1861) les proportions des appentis avaient augmenté de huit mètres pour l’ampleur des nefs, de quatre pour l’écart entre supports et de huit pour la hauteur247. Malgré cette augmentation des proportions, l’apparence et la constitution des éléments architecturaux demeuraient très similaires. En réalité Garriga y Roca, dans ce projet et dans celui de La Barceloneta était favorable à leur réalisation avec des éléments métalliques, mais il admettait la possibilité de les bâtir en matériaux traditionnels :

  • 248 « puede sustituirse el tinglado de hierro con armadura de madera y cubierta de tejas y las columna (...)

« …on peut remplacer l’appentis métallique par une structure de bois et une couverture de tuiles, et les colonnes de fer, toujours préférables parce qu’elles occupent moins d’espace, par d’autres en pierre de taille mais jamais en maçonnerie […] Les bancs peuvent être en fonte ou en pierre »248. Ailleurs encore, il proposait le remplacement de « l’appentis en fer par une structure en bois couverte avec des tuiles ou en zinc cannelé ; les colonnes, préférables en fer en raison du moindre espace occupé, peuvent être remplacées par d’autres en pierre ou en bois ».

9Dans ces premiers cas, le fer ne faisait donc que se substituer à la maçonnerie, à la pierre ou au bois sans entraîner une logique de la construction essentiellement différente de celle qui correspondait aux matériaux traditionnels.

  • 249 LEMOINE, B. L’Architecture du fer. France : XIXe siècle, 1986, p. 68.
  • 250 ibidem.
  • 251 MONTOLIU CAMPS, P. Once siglos de mercado, Madrid, 1985, p. 115
  • 252 BERGUE, M. « Mémoire du projet de couverture pour le marché San José dans la ville de Barcelone » (...)

10On constate également, dans l’analyse des appentis métalliques, une évolution des types de structures de couverture. Pour la France, Bertrand Lemoine a constaté le fait que « jusque dans les années 1840, les charpentes en fer étaient en général composées d’un assemblage léger mais compliqué de fers plats, de contrefiches, de tirants et d’aiguilles pendantes. À la fois inspirées de la technique des charpentes en bois, mais aussi adaptées aux qualités propres du métal, elles étaient construites très empiriquement, avec souvent une redondance d’éléments… »249. En Espagne, et plus précisément dans le domaine de la construction des halles, ce premier stade empirique des structures métalliques présente une chronologie plus tardive. Dans les deux exemples cités plus haut -projet pour el Born (1848), projet pour la place Padró (1861)- la structure métallique fut conçue suivant la logique des couvertures en bois de petite ou moyenne portée à deux versants. Une autre caractéristique des structures de couverture de cette première période était l’utilisation de « beaucoup de pièces courbes, fréquemment cintrées par battage à chaud »250. En Espagne, à la fin des années 1850 et pendant les années 1860, la conception ou la construction des halles avec des structures de couverture incurvées connurent un développement important. Le projet pour le marché couvert d’El Born de Barcelone (1859) prévoyait une structure de charpente incurvée avec tirant horizontal et éléments secondaires obliques reliant celui-ci avec les arbalétriers. Le projet de marché de Garriga y Roca pour la Barceloneta à Barcelone (1867) ne comportait pas une augmentation significative des proportions mais il incluait aussi une couverture incurvée avec tirant. Ce même type de structure fut adopté dans les deux galeries couvertes construites en 1865 et 1868 sur la place Olavide de Madrid251. Les exemples les plus accomplis et les plus audacieux de ces appentis à couverture courbe furent, sans doute, les projets de l’ingénieur Miguel de Bergue (1865) pour la cour centrale de La Boqueria à Barcelone et pour le marché de Portugalete à Valladolid252. Dans ces projets Bergue parvient à une synthèse cohérente et personnelle entre l’exploitation des possibilités techniques du fer -la nef centrale du projet pour Barcelone par exemple était large de 19 mètres- et un résultat formel soigné et non strictement utilitaire, à travers lequel on tente d’exprimer une esthétique propre à la nouvelle architecture. Bergue élève le système d’appentis à toiture incurvée au rang de la monumentalité par des structures de couverture comparables, par leurs dimensions, aux halles métalliques de la deuxième période.

Projet de marché La Barceloneta, Barcelone, 1867

Projet de marché La Boqueria, Barcelona, 1865

  • 253 Quoique la toiture à deux versants soutenue par des tirants métalliques soit différente de la solu (...)
  • 254 « …el hierro como material de construcción domina tanto el interior como el exterior, relegando ta (...)
  • 255 ibidem.
  • 256 BOUDON, F. « Horeau et les Halles Centrales », dans Catalogue Hector Horeau..., Paris, 1979, p. 15 (...)

11La première période des halles métalliques en Espagne fut, en grande partie, contemporaine du long débat sur les Halles Centrales parisiennes. On ne peut pas comparer l’importance des travaux, la modernité et la diversité des solutions proposées pour le chantier parisien avec la modestie et la simplicité des projets conçus en Espagne au même moment et même un peu plus tard. Pourtant les deux processus, à des échelles différentes, témoignent d’une période de recherches engagées pour définir un modèle de construction adapté à la fonction. De ce stade de recherche inachevé témoignent non seulement les simples appentis, mais aussi des architectures plus recherchées et novatrices comme les projets de Bergue pour Barcelone et Valladolid, déjà cités, dans lesquels la nudité et le soin formel de la structure métallique nous rappellent l’esprit du projet de Nicolle pour les Halles parisiennes253, et ceux de Trélat (1863) et de Horeau (1868) pour des halles à Madrid. Les deux projets non réalisés de ces deux architectes français ont seulement une valeur de témoignage dans le panorama de l’architecture européenne du XIXe siècle. Le projet de Trélat, signé le 25 janvier 1863, fut l’un des premiers pour des halles métalliques de grandes dimensions en Espagne. Pour le calcul des structures on fit appel à des ingénieurs aussi réputés que Molinos et Pronnier. Le résultat fut un bâtiment dans lequel « le fer comme matériau de construction est dominant aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, la pierre et la brique étant uniquement utilisées dans les entrées situées aux angles »254. Le projet de Horeau pour Madrid, conçu comme une toile de cirque suspendue, a été considéré comme l’un des plus singuliers et des plus novateurs de l’architecte français255, et comme « une solution autrement plus inventive et adaptée » au problème de la halle que celle qu’il proposa lui-même pour Paris256.

Projet de halle centrale à Madrid, 1863

Projet de marché La Cebada, Madrid, 1868

12La période des expériences, des recherches et des essais plus ou moins empiriques prit fin en Espagne entre 1868 et 1875, approximativement, au moment où une nouvelle conception des structures de construction des halles fut introduite dans le pays. Le système d’appentis métalliques, et notamment celui de toiture courbe fut progressivement remplacé dans les projets par des structures inspirées des Halles Centrales de Paris. Dans la partie concernant la définition typologique nous aborderons en détail l’évolution de cette influence.

  • 257 DALY, C. o.c. col. 25.

13Dans les années 1840 et 1850, en France, un processus similaire avait été développé à l’occasion du débat sur la construction de ce dernier établissement. César Daly, dans son article consacré à ce sujet, établissait une distinction entre les « halles en pierre » et des « systèmes […] d’un autre ordre » dans lesquels on utilise « principalement la fonte et le fer […] dont l’usage prend aujourd’hui une si grande importance »257. Dans cet article, le directeur de la Revue Générale de L’Architecture, signalait le projet de Baltard et Callet de 1851, qu’on avait commencé à réaliser, comme un exemple de transition entre les deux conceptions, et insistait sur ses contradictions, finalement résolues en faveur de l’hégémonie des structures métalliques :

  • 258 ibidem, col. 26.

« Il est certain qu’après avoir constaté, comme membre de la commission chargée de l’étude des marchés publics à l’étranger, tous les inconvénients qui s’attachent dans tous les pays, à l’idée d’enfermer, entre des murailles massives, les vendeurs et les acheteurs des denrées de consommation journalière, la conscience de M. Baltard a dû s’imposer une contrainte assez pénible, pour que nous n’insistions pas davantage sur cette face de notre critique »258.

14L’influence du modèle baltardien en Espagne, nous le verrons dans la partie consacrée à la définition typologique, se fit sentir bientôt dans les conceptions des architectes, mais elle ne se manifesta dans les réalisations qu’un peu plus tard. Dès les années 1860, le contenu des mémoires des projets des halles témoignaient non seulement d’un simple avis favorable vis-à-vis des halles parisiennes, mais aussi d’une connaissance profonde des réalisations françaises ou d’autres pays dans cette matière. Des éléments comme la diffusion des publications, les voyages, et la nouvelle formation des architectes, nous le verrons plus loin, sont à la base de cet alignement, non seulement sur les modèles typologiques, mais aussi sur les méthodes de construction métallique utilisés à l’étranger.

15Entre la fin des années 1860 et le début des années 1870 on constate un changement par rapport à la période pionnière des « tinglados » aussi bien en ce qui concerne les proportions et l’apparence des édifices que la conception des structures.

  • 259 CALVO PEREIRA, M. « Projet pour le marché de La Cebada », le 5-X-1868, (A.V.M. : 0’59-31-57).
  • 260 Voir : « El Born », dans Ianus, V-VI 1980, p. 36.
  • 261 REPULLES VARGAS, E.M. « Mercado de Alfonso XII en Málaga », dans Anales de la construcción y de la (...)

16Les fermes des charpentes projetées par Mariano Calvo Pereira en 1868 pour le marché de La Cebada à Madrid couvraient plus de onze mètres de portée259. Antonio Rovira y Trias dans son projet pour le marché de La Barceloneta à Barcelone (1873) introduit une augmentation significative des dimensions : une hauteur des pavillons d’onze mètres, un écart entre supports de sept mètres et une largeur des nefs de huit mètres. Au marché d’El Born de Barcelone, José Fontseré, avec les structures de charpente conçues et fabriquées par La Maquinista Terrestre y Maritima donna des écarts entre supports de 26 et de 14 mètres dans les nefs centrales et latérales respectivement, et une hauteur proche des 30 mètres dans le sommet de la lanterne centrale260. Joaquin Rucoba, dans son marché des Atarazanas à Malaga couvrait des nefs latérales et une nef centrale larges de 23,40 mètres et 13,20 mètres respectivement261.

Projet de marché La Barceloneta, Barcelone, 1873

  • 262 « On construit des édifices en fer, on bâtit des marchés uniquement avec ce matériau ; mais, ces é (...)
  • 263 « Dans l’utilisation de ce matériau (le fer) on n’a pas considéré jusqu’à maintenant ses propriété (...)

17Nous avons indiqué comment, dans la période précédente, l’utilisation du fer et de la fonte pouvait être présentée comme une simple alternative aux matériaux traditionnels pour la construction d’un même projet. Dans cette nouvelle période on ne pouvait pas imaginer les nouvelles structures de construction sans l’utilisation des matériaux métalliques. La polémique entre les architectes Cabello y Asso et Domenech y Estapá, au Congrès National des Architectes de 1881, sur la convenance de l’utilisation du fer dans l’architecture, et plus particulièrement dans la construction d’édifices de marchés, était plus formelle et esthétique que liée au choix des matériaux de construction. Cabello, depuis sa conception idéaliste de l’architecture comme discipline essentiellement artistique, n’était pas opposé à l’utilisation du fer dans l’architecture mais au principe d’une architecture strictement métallique. Dans le cas précis des halles il se déclarait partisan d’un système de construction qui ne soit pas uniquement métallique, mais combiné avec d’autres matériaux262, tout en soulignant qu’il n’avait pas proposé le bois à la place du fer, mais qu’il avait été évoqué uniquement comme référence comparative. José Domenech y Estapá, dans une perspective plus technique, exposait les caractéristiques physiques et les possibilités constructives du fer et prônait la recherche d’un langage architectural du fer qui lui fut propre et non imité des matériaux du passé263. Ces deux témoignages théoriques, moins opposés sur le fond que sur la forme, révèlent seulement un courant état d’opinion déjà répandu et largement imposé dans la pratique.

18L’analyse constructive des projets et des réalisations des halles de Madrid et de Barcelone entre 1868 et 1875 confirme ce phénomène. Le passage des appentis de la place d’Olavide de Madrid et du projet pour la Barceloneta à Barcelone, déjà cités, aux marchés de la Cebada et de Mostenses à Madrid (1868-1875), au projet de 1873 pour la Barceloneta, et au marché d’El Born (1873-1875) à Barcelone, symbolise le début d’un processus adopté ultérieurement dans le reste du pays. Non seulement on augmentait les dimensions, mais on établissait aussi une nouvelle relation entre les éléments portants et les éléments passifs. L’architecture métallique espagnole, et plus particulièrement la typologie des halles, atteignait alors une maturité que Francisco Jareño, dans son discours à l’Academia de San Fernando avait décrite avec précision :

  • 264 « ...si como todo parece persuadirlo, adquiere el hierro cierta preferencia sobre los demás materi (...)

« Si, comme tous les indices semblent le signaler, le fer prend une certaine prépondérance sur les autres matériaux de construction, les dimensions totales de l’édifice et les proportions de ses éléments décoratifs devront changer en conséquence. Les baies et les entrecolonnements, seront plus grands ; les murs portants disparaîtront ; les modules des colonnes et des pilastres changeront pour donner une plus grande hauteur aux bâtiments ; bref, tout obéira au mouvement général et l’édifice gagnera en nouveauté et originalité »264.

19Cette nouvelle relation se traduit par un grand développement des couvertures soutenues par des structures de charpente grandes et complexes sur un nombre comparativement réduit de supports en fonte. D’un autre côté, et suivant aussi l’exemple parisien, le principe strict de la halle comme simple toiture fut nuancé par l’adoption des clôtures périmétrales perméables. Ces transformations entraînèrent par conséquent une nouvelle apparence de l’édifice. Nous reviendrons sur ce point dans la partie consacrée aux impératifs du programme.

  • 265 « Les colonnes seront en fonte et elles auront une moyenne de vingt centimètres de diamètre et une (...)
  • 266 CAMINO OLEA, M.S. « Estudio histórico-constructivo del mercado del Val de Valladolid », dans Estud (...)

20La conception des structures connut aussi une nouvelle évolution. Pendant cette époque l’utilisation, déjà courante dans la période précédente, des supports en fonte continua, de façon majoritaire dans l’ensemble, et ceci même pendant les premières décennies du XXe siècle. Rovira y Trias, Calvo Pereira et Fontseré adoptèrent, dans les premiers projets et réalisations de cette nouvelle étape, ce type de supports265. Les marchés El Born à Barcelone (1873), el Val à Valladolid (1878-18 82)266, 18 de Octubre à Oviedo (Asturies) (1882-1885), Lanuza à Saragosse (1895-1903), Villaviciosa et de Mieres (1901-1904 et 1904-1907) (Asturies), pour ne citer que quelques exemples existants, sont entièrement soutenus à l’intérieur par des colonnes en fonte. Ils témoignent de la survivance chronologique de ce type de supports en parallèle avec l’implantation progressive des éléments verticaux en fer forgé.

  • 267 La publication du Diccionario de Clairac (Madrid, 1877-1891), fut annoncée et diffusée par les rev (...)
  • 268 REBOLLEDO, A. Construccio General, Madrid, 1876.

21En ce qui concerne les systèmes de charpente, et dans le domaine de la théorie, la publication de 1877 à 1891 du Diccionario general de arquitectura e ingenieria de Pelayo Clairac, et plus précisément la rubrique armadura ne manquent pas de signification. Cette œuvre, largement diffusée dans la presse spécialisée267, constitue une synthèse des méthodes de construction espagnoles et étrangères. En 1876 l’œuvre de Antonio Rebolledo Construcción General268 était aussi publiée.

  • 269 A la Bibliothèque Nationale de Madrid, nous avons trouvé des exemplaires de toutes ces œuvres. De (...)
  • 270 Voir : SABOYA, M. Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue Générale de l’Arch (...)

22Ces œuvres théoriques avaient un précédent avec l’introduction en Espagne d’oeuvres étrangères du XIXe siècle concernant les techniques de construction. Citons par exemple : le Traité de la fabrication de la fonte et du fer d’Eugène Flachat (1842-1846), le Portefeuille de l’ingénieur des chemins de fer de Perdonnet et de Polonceau (1843-1846), la Notice sur le nouveau système de pont en fonte (1839), la Description de plusieurs perfectionnements étudiés et proposés au système d’arcs en fonte (1845) également de Polonceau, le Cours de construction professé à l’École Militaire de Bruxelles (1847-1850) de A. Demanet, le Traité de l’application du fer et de la fonte. Mémoire sur la construction de nouveaux planchers (1841) de Charles Ecks269. En outre, Eduardo Saavedra, auteur de la Teorla de los puentes colgados (1856) traduisit en espagnol les œuvres anglaises de William Fairbaim, Investigaciones experimentales sobre la aplicación del hierro fundido y forjado a las construcciones (Madrid, 1857) et Aplicaciones del hierro a las construcciones (Madrid, 1859). Cette base théorique étrangère fut sans doute complétée par la large divulgation en Espagne de la Revue Générale de l’Architecture de César Daly270.

23Dans la pratique, on assiste dans cette période à une utilisation très répandue des fermes à la Polonceau, comportant deux arbalétriers en pente réunis par un entrait destiné à les empêcher de s’écarter, et des différentes pièces auxiliaires destinées à éviter la flexion des arbalétriers et à soutenir l’entrait.

  • 271 « formas a la polonceau de 18, 20 métros de luz [...] Los pares... son vigas de celosla de cuarent (...)
  • 272 ARREGUI, Jacinto « Mémoire du projet de marché de La Independencia à Vitoria », le 7-X-1890, (A.M. (...)

24Le projet de Calvo Pereira de 1868 pour la Cebada, présentait des fermes de charpente de ce type. La structure de charpente du marché El Val de Valladolid est composée par des « fermes à la Polonceau de 18,20 mètres de portée. Les arbalétriers sont des poutres en treillis de quarante centimètres de hauteur […] Les tirants sont des barres de coupe circulaire… »271. L’utilisation des fermes Polonceau pour la construction des halles perdura en Espagne jusqu’à la fin du siècle. En 1890, Jacinto Arregui, dans son projet de marché de La Independencia à Vitoria, proposait deux systèmes alternatifs de fermes : le système Polonceau et une variante de celui-ci, le système Brondit. Ce dernier, très comparable au précédent pour l’essentiel, était plus stable en cas de défaillance de l’un des composants272.

  • 273 D’après Rovira y Rabassa les galeries du marché de Sant Antoni étaient « simplement couvertes par (...)
  • 274 CHEMETOV, MARREY, Architectures à Paris (1848-1914), Paris, 1980, p. 13.
  • 275 « C’est sur des fermes en tôle, combinées suivant l’ingénieux système auquel M. Camille Polonceau (...)

25En même temps, d’autres systèmes plus évolués furent utilisés. Dans la réalisation définitive d’El Born entre 1873 et 1875, la ferme Polonceau traditionnelle fut remplacée par d’autres dans lesquelles les entraits et les pièces auxiliaires n’étaient plus des barres mais des poutres égales à celles des arbalétriers. La même solution fut adoptée pour le marché Sant Antoni de Barcelone, achevé en 1882273 et était encore en faveur au début du XXe siècle dans la construction de certaines halles, comme celle de Calella de la Costa (Barcelone) (1927). Ce système se rapprochait de celui qu’Eugène Flachat avait introduit pour l’agrandissement de la gare Saint Lazare (1851). 11 était basé sur le même principe que la ferme Polonceau mais utilisait les fers laminés coudés et contre-coudés, grâce auxquels on parvient à alléger le poids de la structure, à augmenter la résistance et à établir l’invariabilité des assemblages274. Le projet du même Flachat pour les Halles Centrales de Paris (1853) adopte ce même système et illustre le fait que le système Polonceau était à la base des recherches au sujet des structures de construction275.

Marché El Born, Barcelone, 1875

  • 276 CHEMETOV, MARREY, o.c., p. 13.

26À partir des années 1880 on constate, dans la construction des halles en Espagne, l’introduction des fermes de charpente de grande portée sans entraits, qui s’intégrent davantage dans l’ensemble de la structure. Ce système, essentiellement différent de l’assemblage d’éléments verticaux et de fermes triangulaires, caractéristique des structures du type Polonceau et Flachat, fut introduit par l’ingénieur Henri de Dion dans la Galerie des Machines de l’Exposition Universelle de Paris de 1878276.

  • 277 NAVASCUES, P. « La arquitectura del hierro en España », dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo (...)

27Ce système de charpente serait arrivé en Espagne en 1879, l’année qui suivit l’expérience de la Galerie des Machines d’Henri de Dion, à l’occasion du projet de l’ingénieur Emile Cachelièvre pour la gare madrilène de Delicias, dont la structure fut construite par les ateliers Fives-Lille277. D’après nos recherches, cette nouveauté, proposée déjà à petite échelle pour la couverture de la nef centrale du projet pour le marché Atarazanas de Malaga (1875) aurait été bientôt adoptée par la compagnie espagnole La Maquinista Terrestre y Marítima dans la construction de marchés. Les structures métalliques des marchés Hostafranchs (1883-1888), Concepció (1887-1888) et Llibertat (1888-1893) à Barcelone, furent réalisées par La Maquinista suivant le modèle établi par de Dion. Ce type de structure fut utilisé de façon continue tout au long de la période que nous étudions. Il fut aussi adopté ultérieurement dans les nefs centrales des marché de Palencia (1895), San Martin à Saint-Sébastien (1907), et d’Avila (conçu en 1893), ainsi que dans les halles de Villaviciosa (1901-1904) et de Mieres (1904-1907) en Asturies, Sarrià (1911) et El Ninot (1928-1933 environ) à Barcelone, et de Sant Feliu de Guixols (Gérone) (1928-1930). Dans le cadre de cette évolution, le rôle joué par La Maquinista Terrestre y Maritima dans l’introduction en Espagne de ces innovations nous paraît d’une importance indéniable.

  • 278 « ...en esta clase de edificios debe proscribirse el hierro para el cerramiento exterior... » (REP (...)

28À partir des années 1880 nous avons constaté une double évolution quant aux procédés de construction des halles. D’un côté on remarque une persistance des types de support, des systèmes de charpente et des éléments de clôture périmétrale de la période précédente. Déjà au XXe siècle on constate même, dans certaines régions, une sorte de retour au type de halletoiture sans clôture extérieure, suivant un principe similaire à celui de la première période, mais avec des systèmes de construction bien plus évolués, comme par exemple dans le marché Colón de Valence ou dans le marché Lanuza de Saragosse. D’un autre côté, à partir des années 1880, on constate une tendance opposée consistant en l’abandon progressif de l’utilisation de la fonte comme matériau de support et de décoration dans la construction des halles, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments. Le système de clôture extérieure typiquement baltardien, dans lequel les éléments métalliques étaient apparents et constituaient la base de la composition et de la décoration, fut progressivement abandonné et remplacé par des cages de murs intégrales construites en matériaux traditionnels. Le fait que cette évolution n’ait pas été uniforme dans l’ensemble du pays ne peut pas être expliqué uniquement par des raisons techniques mais plutôt par des motifs d’ordre typologique et stylistique que nous verrons plus loin. Cette tendance, introduite de façon systématique en Catalogne dans les années 1880, connut un grand succès notamment dans des régions périphériques comme dans cette même Catalogne et dans les Asturies, alors qu’en Castille elle s’affirma de façon partielle, en parallèle avec une survivance des structures métalliques apparentes. Cette double évolution en Castille est illustrée par deux faits. D’un côté, Enrique M. Repullés y Vargas, dans le mémoire de son projet pour le marché d’Avila, signalait que « dans ce type d’édifices (les halles) on doit éliminer le fer pour la clôture extérieure », et ceci pour des raisons thermiques278. D’un autre côté, la construction des halles de Salamanque (1898-1909) et San Miguel à Madrid (1915) témoignent de la continuité des structures apparentes de construction essentiellement métalliques.

29L’abandon de l’utilisation des supports intérieurs en fonte fut plus tardif et plus lent dans la mesure où ces éléments avaient un bon rapport prix-fonctionnalité et où les critères esthétiques jouaient moins dans la définition des intérieurs que dans l’apparence publique du bâtiment.

  • 279 LOYER, F. Le siècle de l’industrie, Paris, 1983, p. 148.
  • 280 Le dernier quart du XIXe siècle aurait été une période de déclin de la fonte. (CHASLIN, F. Les fon (...)
  • 281 Voir dans LEMOINE, B. o.c. la partie consacrée à l’évolution des méthodes de production.

30En tout cas l’abandon progressif de la fonte aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur des édifices s’inscrit dans une dynamique internationale apparue dans les années 1870. François Loyer signale le fait qu’en France, à la fin du Second Empire, les pièces en fonte disparaissaient, n’étant plus employées que dans l’unique rôle qui leur convient, celui de support, en raison de leur résistance à la compression. En une vingtaine d’années la fonte, omniprésente dans une grande partie des premières structures métalliques, céda la place en priorité au fer forgé et à l’acier279. Cette évolution avait certainement une composante stylistique280, mais aussi technique. Celle-ci n’était pas étrangère à la diffusion des progrès dans la production du fer et de l’acier281 et à la prise de conscience du danger qui constituait la fonte en cas d’incendie.

  • 282 CHEMETOV, MARREY, o.c. p. 13
  • 283 LEMOINE, B. o.c. p. 171.
  • 284 « El cuchillo y su soporte, constituyen aquí una sola pieza llevada y estudiada de modo, à fin de (...)

31Pendant cette dernière période, les structures de charpente déjà décrites furent, nous l’avons signalé, régulièrement utilisées. En outre, nous avons constaté, dans l’état actuel de nos recherches, le développement, au début du XXe siècle, d’un type de structure de couverture basé sur le même principe que celui du type de Dion, mais de dimensions bien plus grandes et dans lequel les fermes et les supports verticaux étaient définitivement unis dans une seule structure. Les progrès dans la fabrication des matériaux, rendirent possible la création d’énormes espaces couverts sans supports intermédiaires. En 1889, Victor Contamin construisit sa Galerie de Machines de 115 mètres de largeur sans point d’appui intermédiaire282, et entre 1907 et 1914 T. Garnier édifia pour son marché aux bestiaux des abattoirs de la Mouche à Lyon283 une structure colossale du même type. En Espagne, Antonio Rovira y Rabassa, dans son œuvre El hierro, sus corte y enlaces (après 1889) mettait en relief l’importance du premier de ces édifices dans lequel « la ferme et son support constituent une seule pièce conçue et étudiée de façon à résister aux poussées tout en rendant possibles les petits mouvements dus aux changements de température… »284.

  • 285 « ...el principio estructural reina como soberano en la construcción, llegándose en las obras de c (...)

32Nous avons constaté l’existence en Espagne, à partir des années 1900, de certaines halles aux structures de dimensions monumentales, bien que de taille plus restreinte que les précédentes. En 1910 Leandro Cardellach, dans son œuvre Filosofía de las Estructuras, affirmait la prépondérance dans l’architecture de son temps « du principe de la structure », qu’il présentait « comme souverain dans la construction » au point que « dans le cas des bâtiments utilitaires on arrive à négliger entièrement la matière passive. L’architecture prend petit à petit la nervosité caractéristique du siècle moderne », complètement opposée à la passivité des architectures anciennes. Pour Cardellach la pureté dans l’expression de la structure constructive constituait, tout au long de l’histoire de l’architecture, le trait principal de la perfection285.

  • 286 CERRO MALAGON, R. La transformación moderna de Toledo, arquitectura y urbanismo del siglo XIX, Mad (...)
  • 287 Voir projet graphique (A.H. Sabadell, Foment, 1048 bis/1927).

33Dans la pratique, le projet de marché de Tolède de 1907 comportait une structure de 20 mètres de largeur et de 13 mètres de hauteur dans laquelle étaient intégrés les arbalétriers et les supports latéraux, sans entraits ni appuis intermédiaires286. La même solution fut adoptée dans le marché de Zamora (avant 1904) pour couvrir un édifice d’une nef de grandes dimensions et intégrant deux niveaux, le rez-de-chaussée et le souterrain. L’ingénieur Enrique Casas Casais conçut pour le marché Torner de Badalona (Barcelone) (1924-1926) une structure incurvée et continue jusqu’au niveau du socle. Celle-ci présente des dimensions monumentales, couvre sans supports intermédiaires la totalité de la largeur du bâtiment et soutient la lanterne centrale. L’espace central du marché de Sabadell (1927-1930) est aussi couvert par d’énormes structures métalliques à deux versants, prolongées verticalement jusqu’au sol287. La nef principale du marché central de Valence (1914-1929) est couverte par une structure de fermes de très grande portée retombant sur des supports intégrés à la même structure. Sur cette structure s’élève la coupole monumentale du transept.

  • 288 « Il est puéril de voir s’éléver une voûte superbe ou une coupole immense, en guise de souvenir du (...)
  • 289 À titre d’exemple, le marché finalement construit à Gérone dans les années 1940 présente des ferme (...)

34Cette tendance monumentale dans la construction des marchés s’acheva avec le développement du Mouvement Moderne en Espagne. En 1935, Javier Ferrero, dans son article sur les nouveaux marchés de Madrid, signalait la simplicité comme l’une de ses caractéristiques essentielles et critiquait la monumentalité dans la construction des halles, même dans les plus modernes et les plus parfaites de l’Europe. Cette critique avait un contenu très directement lié aux systèmes de construction du XIXe siècle considérés comme obsolètes288. L’utilisation du fer, puis de l’acier, comme élément prioritaire des structures architecturales des halles fut préservée, en concurrence avec le béton, pendant cette période et ultérieurement289 jusqu’à nos jours.

Marché de Abastos, Zamora, 1902

Marché Central, Valence, 1914-1929

2. L’implantation geographique

35La bibliographie concernant les halles a eu tendance à établir une relation directe entre la construction des halles, notamment métalliques, et le développement industriel et urbanistique. Ce principe n’est pas faux dans une perspective d’analyse générale, mais lorsqu’on envisage une analyse plus détaillée on constate de nombreuses exceptions. Nous avons déjà signalé dans l’étude des emplacements urbains de halles que l’influence des localisations traditionnelles et le rôle des réformes urbaines ponctuelles du tissu traditionnel de la ville n’étaient pas négligeables.

36Par conséquent il faut considérer d’autres facteurs susceptibles d’intervenir dans la création de ces constructions et d’en définir la localisation géographique. Nous avons constaté l’existence de deux catégories d’éléments intervenant dans la construction des halles.

37La première de ces catégories est d’ordre local et elle comporte deux éléments : le poids de la tradition et la dynamique municipale de création de services et d’amélioration urbaine. Ces deux éléments sont en relation avec les emplacements urbains des halles et avec la définition typologique ; et à ce titre ils ont été abordés dans les parties concernant ces sujets. Signalons ici leur relation avec la localisation géographique.

  • 290 LAMPEREZ, V. Arquitectura civil española, Madrid, 1922, p. 239.
  • 291 Dans la vue panoramique de Barcelone au XVIe siècle d’Anton van de Wyngaerde on peut distinguer cl (...)
  • 292 « ...espacioso y ventilado [...] cubierto cuadrado sostenido por pilares » ; les boucheries étaien (...)
  • 293 CASELLES, « Mémoire du projet... », publié dans Biblioteca de la Construction Moderna, 1916, p. 50 (...)
  • 294 MADOZ, P. o.c. vol XV, p. 49.
  • 295 « pescaderia, construida el ano 1841, cubierta de un techo sostenido por pilares y adornada con to (...)
  • 296 Voir : Plà especial i catàleg del patrimoni històric-arquitectònic de Vilanova i la Geltrú, 1985, (...)
  • 297 Voir : BARCELO RAFOLS, M.C. El mercat de Vilanova i la Geltrú. Aproximaciô historica, Vilanova i l (...)
  • 298 Voir : ALBERCH, FREIXAS, MIRO, Fires i mercats a Girona. Gerone, 1983, p. 50.

38D’un côté, dans l’état actuel de nos recherches, nous pouvons indiquer comme une hypothèse l’importance d’une tradition d’édifices consacrés à la vente de denrées influant sur la réalisation ultérieure de marchés. Dans l’étude des emplacements urbains des halles nous avons signalé comme caractéristique fortement répandue la continuité des localisations consacrées à la vente tout au long de l’histoire et jusqu’au XIXe siècle. Ce phénomène exprime non seulement la continuité fonctionnelle d’un certain espace urbain précis mais aussi la sensibilité différente de certaines villes par rapport à d’autres, au fil des siècles, pour ce qui touche l’aménagement de lieux pour la vente des denrées. À cet égard, le cas de la Catalogne est tout à fait révélateur. La construction des halles dans cette région au XIXe siècle et au début du XXe fut un phénomène qui concerna strictement les villes de la bande littorale et celles d’une grande zone périphérique de Barcelone, les villes de l’intérieur conservant tardivement, voire jusqu’à nos jours, les espaces de vente en plein air traditionnels. Ce phénomène est en contradiction avec les conditions climatiques de la Catalogne, plus rudes à l’intérieur que sur le littoral. Lorsqu’on analyse, d’après des sources écrites, les édifices consacrés à la vente des denrées antérieures au milieu du XIXe siècle, notamment des halles au poisson, des boucheries et des halles aux grains, on constate que le souci traditionnel des villes du littoral à propos de ce genre d’établissement s’oppose à la démarche des villes de l’intérieur. Dans ces dernières, ces installations étaient en général inexistantes ou n’étaient pas le fruit d’un projet et d’une volonté d’amélioration bien définis. Il existait en Catalogne une certaine tradition de halles couvertes antérieures à l’architecture métallique, comme la Porxada de Granollers dans la périphérie de Barcelone (XVIe siècle)290 ou celle plus modeste, aujourd’hui disparue, de La Bisbal dans la zone littorale de la province de Gérone. Traditionnellement, la poissonnerie fut l’objet d’un traitement architectural spécifique. À Barcelone cet établissement était abrité par une toiture soutenue par des colonnes, depuis le XVIe siècle291 et sans interruption jusqu’à la réalisation des halles au poisson métalliques d’El Born et de La Boqueria dans les années 1840. La création ou le renouvellement de ces équipements ne furent pas propres à Barcelone. Dans la première moitié du XIXe siècle des poissonneries et des boucheries furent bâties dans un bon nombre de villes catalanes de la zone côtière. Dans les années 1840 à Tarragone la poissonnerie était un endroit « spacieux grand et aéré », abrité par « une couverture carrée soutenue par des piliers » ; et les boucheries étaient « sans doute l’édifice en son genre le mieux conçu que nous ayons vu »292. A Reus (Tarragone) l’architecte Caselles dans le mémoire de son projet pour le marché de cette ville (1911) faisait référence à l’ancienne poissonnerie de cette même ville293. À Tortosa (Tarragone) il y avait, depuis 1825, un établissement couvert destiné à la vente du poisson et une boucherie, construite en 1841, organisée autour d’une cour centrale pavée294. À Mataró, Pascual Madoz témoignait de l’existence de « belles boucheries (abritées dans) un édifice couvert […] dont la façade, et même l’ensemble du bâtiment, peuvent, d’après les connaisseurs, rivaliser avec les meilleurs établissements de ce genre », ainsi que de celle de la « poissonnerie, construite en 1841, couverte par une toiture soutenue par des piliers et ornée de tout ce qui est nécessaire »295. À Vilanova i la Geltrü (Barcelone) l’édifice, encore existant, destiné à la poissonnerie fut construit en 1858 par le maître d’œuvre José Salvany296, et l’édifice de la boucherie apparaissait dans le plan de la ville de 1865297. À Gérone un édifice de plan quadrangulaire connu sous le nom de peixateries velles et actuellement disparu, abritait la halle au poisson298.

  • 299 MADOZ, P. o.c. Vol XVI, p. 29 et vol. II, p. 115.

39Cette tradition semble très peu implantée, voire inexistante, dans les villes de la Catalogne intérieure et dans celles qui sont éloignées de Barcelone. Dans les descriptions des villes les plus représentatives de l’intérieur de la Catalogne, Madoz révélait une très forte implantation de la vente des denrées en plein air sur les places publiques. En revanche, les références à des édifices consacrés à cette fonction sont, à la différence de celles qui concernent les villes littorales, presque inexistantes. Sur dix villes représentatives de l’intérieur de la Catalogne, Madoz citait seulement, sans donner de détails, des « boucheries publiques » dans la description de Vie (Barcelone), et un portique de l’hôtel de ville consacré à la vente des grains dans la description de Manresa (Barcelone)299. Le manque de références à ce genre d’établissement dans l’œuvre de Madoz ne serait pas en soi une preuve incontestable de leur absence, mais, par comparaison avec les descriptions minutieuses et détaillées des boucheries et des poissonneries des villes de la zone littorale, il nous paraît très significatif.

40Ainsi l’existence de précédents dans la création d’établissements pour la distribution alimentaire aurait pu jouer en faveur de la construction ultérieure de marchés couverts de caractère général, ces derniers établissements étant conçus comme une amélioration des équipements existants et non comme une nouveauté intégrale.

  • 300 À Sant Cugat la construction du marché en 1910 fut la continuation des efforts de la municipalité (...)

41D’un autre côté, la construction des halles était en grande partie, mais non systématiquement, liée à la dynamique des politiques générales de services des conseils municipaux. Nous verrons dans l’analyse typologique que la construction des halles avait très souvent pour cadre les processus généraux d’équipements de la ville. Pourtant nous avons constaté des exceptions à cette règle. Dans la zone périphérique de Barcelone, des petites villes comme Sant Cugat del Vallès (Barcelone) ou El Prat de Llobregat (Barcelone) eurent des marchés couverts avant d’autres villes plus grandes et industrielles comme Sabadell300.

42La deuxième catégorie des explications éventuelles de la construction des halles concerne des facteurs de modernisation extérieurs au domaine local. On ne doit pas oublier que le marché a été, et il le reste, le cadre physique du commerce dont le rôle d’élément dynamique de la société et d’ouverture à l’extérieur n’était pas limité au simple échange de marchandises. Bien au contraire, le commerce a toujours été lié aux grandes transformations de l’économie, des transports, des mentalités et de la sociologie des populations.

43Le premier de ces facteurs extérieurs que nous avons repéré au cours de nos recherches serait la modernisation des moyens de transport, et plus précisément l’implantation des chemins de fer en étroite liaison avec la transformation et le développement des structures commerciales.

  • 301 Los ferrocarriles en España (1844-1943), Madrid, 1978, vol. II, pp. 516-518.

44Le réseau ferroviaire espagnol fut conçu dès le début par le gouvernement, comme dans d’autres pays européens, selon une structure centralisée rayonnante à partir de la capitale de l’État. Ce modèle retenu dès la loi ferroviaire de 1855 jusqu’au Plan Général de 1867 et à la loi de 1877, subit seulement des modifications ponctuelles et des agrandissements en fonction des besoins. Il était le fruit d’un double logique. D’une part, la structure centralisée avait besoin d’un investissement initial plus petit que la constitution d’un réseau quadrillé. D’autre part, cette structure répondait, dans le cas espagnol, « aux flux de marchandises de la décennie antérieure aux grands travaux ferroviaires » ; ces axes du transport des marchandises préalablement établis coïncidaient « avec une exactitude surprenante au tracé ultérieur du réseau ». Dans cette situation, l’emplacement de Madrid à mi-chemin de la ligne entre les deux mers, entre Alicante et Santander ou Hendaye, paraît avoir été décisif aussi bien pour des raisons économiques que géographiques301.

  • 302 « El principal mercado de trigo de Castilla » (GARCIA FERNANDEZ, J. Crecimiento y estructura urban (...)
  • 303 En 1864, la ligne Irún-Madrid et la branche Médina del Campo-Zamora furent achevées ; en 1866 la v (...)
  • 304 ibidem, p. 24.

45Vers le milieu du XIXe siècle Valladolid n’était qu’un centre administratif, un noyau commercial modeste et un site universitaire en décadence par rapport à son passé. Jesús Garda Fernandez a signalé l’importance de la modernisation des moyens de communication pour le développement commercial de la région et de la ville. Le Canal de Castille mis en service en 1842, et surtout l’arrivée du chemin de fer en 1860, ont fait de Valladolid « le principal marché au blé de la Castille »302 et même de toute l’Espagne. Le développement ultérieur des chemins de fer fit de Valladolid un noyau ferroviaire de premier ordre, un carrefour pour la région environnante et une ville bien reliée aux grands centres urbains et commerciaux du pays303. La liaison commerciale traditionnelle Valladolid-Santander fut complétée, au cours de la dernière décennie du siècle, par une communication directe avec la Catalogne, le principal centre consommateur de grains304. La conception et la construction des halles métalliques participait de la dynamique de développement, de croissance et de modernisation de la ville née du progrès commercial, et, en même temps en était le fruit.

  • 305 « ...donde sus productos cerealisticos e, incluso vinicolas de la zona este y sudeste de la provin (...)
  • 306 « ...le nouveau moyen de transport, rapide et économique, rendra possible l’acheminement [...] des (...)

46Dès 1860, Burgos était située sur la ligne ferroviaire Madrid-Valladolid-Irún ; mais Burgos, et sa région environnante avaient besoin d’être reliées aux ports du nord de l’Espagne comme Bilbao et Santander « où la production céréalière et celle des vins de l’est et du sud-est de la province, auraient débouché rapide, et par lesquels l’arrivée des produits d’outremer, dont la demande était stimulée par la nouvelle bourgeoisie, serait facilité »305. Le projet de voie ferrée Santander-Burgos-Madrid fut établi à partir de 1861, mais il dut attendre longtemps pour devenir une réalité : défini de façon précise en 1881, puis approuvé par le gouvernement en 1894, il ne fut achevé entièrement qu’en 1924. Comme dans le cas de Valladolid, la variété de projets de halles à construire à partir du milieu du siècle ne serait pas entièrement étrangère au mouvement commercial de la ville. Mais dans ce cas la réalisation de halles métalliques modernes à Burgos demeura, pendant très longtemps, au stade de projets avant de voir tardivement le jour (début du XXe siècle). Lena Saladina Iglesias Rouco a signalé l’importance du rôle du chemin de fer dans la transformation urbanistique de la ville et dans le renouvellement architectural, grâce à la possibilité de transporter des matériaux de construction nouveaux et variés306.

  • 307 « le délai pour la mise en service du Ferrocarril del Norte s’achève ; cette voie ferrée doit reli (...)

47En 1861 et sur ce même axe ferroviaire, la mise en exploitation imminente du Ferrocarril del Norte était associée à la construction d’une nouvelle Alhondiga ou Halle et entrepôt à grains à Vitoria307.

  • 308 Voir la carte comparative du réseau ferroviaire catalan au XIXe et au XXe siècles dans le catalogu (...)

48En Catalogne, le réseau de chemins de fer fut établi dès le XIXe siècle suivant le principe de la continuité de la ligne littorale depuis la frontière jusqu’à la limite sud de la province de Tarragone. Cet axe était complété par deux boucles, au nord et au sud de la ville de Barcelone, destinées à relier la capitale à sa périphérie ouest, et par deux lignes radiales à partir de Barcelone en direction de Ripoll et de Sant Joan de les Abadeses d’une part et en direction de Lerida vers l’Aragon (par Manresa et Mollerusa) d’autre part. Ce même schéma, mais à échelle plus petite, fut adopté à Tarragone. Une voie périphérique entourait la ville à partir de laquelle deux voies rayonnantes étaient établies en direction de Lérida et de Mora la Nueva respectivement. Dans cette organisation la ville de Reus jouait un rôle important de carrefour308.

  • 309 « si tomamos como indicador del valor añadido en cada sector los ingresos que las distintas mercan (...)

49La coïncidence entre le tracé du réseau ferroviaire catalan conçu à partir de la capitale et du littoral, et l’implantation géographique des halles construites dans le dernier quart du XIXe siècle pourrait paraître arbitraire si l’on considérait le marché uniquement comme rattaché à une fonction de subsistance autarcique de la ville. En revanche, si le marché est compris comme lieu d’échanges de contrats pour le commerce extérieur, l’association des deux phénomènes, halles et chemins de fer, est parfaitement cohérente, si l’on considère que la plus grande partie des produits transportés par chemin de fer étaient agricoles. À cet égard Rafael Anes a signalé que « si l’on prend comme indicateur de la valeur ajoutée dans chaque secteur les revenus que les différentes marchandises rapportaient aux différentes compagnies (ferroviaires), les produits de plus grande importance étaient les céréales, le vin et l’eau de vie et le charbon »309.

  • 310 « En el reinado de Isabel II parece señalarse en el consumo madrileño de pescado una repercusión d (...)

50L’influence du chemin de fer sur le transport et sur le commerce des produits alimentaires ne fut pas uniquement quantitative mais aussi qualitative. Des produits plus frais et plus exotiques apparaissaient plus fréquemment dans les habitudes des consommateurs. Fernandez Garcia a signalé le fait que « sous Isabelle II (1833-1868) -nous sommes au moment du phénomène révolutionnaire des chemins de fer- on constate la répercussion des meilleures communications sur la consommation de poisson à Madrid ; de même, certaines épices bon marché et faciles à conserver furent remplacées par d’autres plus savoureuses et plus chères »310

51Emili Morera établissait la distinction entre la fonction économique locale et la fonction économique extérieure du commerce alimentaire dans son article sur le commerce dans la région de Tarragone de la Geografia General de Catalunya :

  • 311 « ...per donar sortida a dites produccions (del camp tarragoní), s’han establert des de temps inme (...)

« Pour assurer les débouchés de ces productions (de la campagne de Tarragone) on a établi depuis des temps immémoriaux des marchés à vocation commerciale entièrement différents des marchés locaux destinés à assurer la subsistance hebdomadaire des familles. Les marchés à vocation commerciale ont une fonction plus importante, celle de l’approvisionnement du commerce des fruits pour leur acheminement en grandes quantités vers l’intérieur de l’Espagne ou vers l’étranger. L’usage a établi que le mardi et le vendredi il y ait un marché de ce genre à Tarragone, le lundi à Reus, le samedi à Valls, le jeudi à Tortosa et le mercredi à Montblanc, où se rendent les marchands pour présenter des échantillons de leurs fruits et de leurs vins…pour en réaliser les ventes aux prix du marché suivant l’offre et la demande »311.

  • 312 En relation avec « ...la construction de deux marchés ou centres d’échanges commerciaux dans cette (...)

52Emilio Rotondo dans son mémoire proposant à la municipalité de Valladolid la construction de deux halles, insistait sur le caractère des marchés urbains non seulement comme des lieux d’approvisionnement des populations mais aussi comme des centres de négociation commerciale dans le cadre d’une région éminemment commerciale312 et très favorisée, nous l’avons déjà signalé, par l’implantation des chemins de fer.

  • 313 « La dimensión externa de la función comercial se cifraba en la capacidad exportadora que propicia (...)
  • 314 « La burguesía valenciana se volcaba enteramente hacia su huerta, donde lograba evidentes benefici (...)

53Dans les régions méditerranéennes, à la fin du XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe, la richesse agricole des campagnes aurait fait des villes comme Tarragone, Alicante ou Valence, des centres commerciaux de produits alimentaires de premier ordre. Des halles à caractère monumental auraient été souvent l’expression de cette prospérité. Alicante était au XIXe siècle une ville essentiellement commerciale : « la dimension extérieure de sa fonction commerciale reposait sur sa capacité d’exportation favorisée par le port et renforcée par la construction du chemin de fer »313. La bourgeoisie agricole de Valence connut deux périodes significatives de croissance, l’une pendant le dernier tiers du XIXe siècle liée aux exportations de vin, et l’autre, arrivant à son apogée vers 1910, grâce aux exportations d’oranges. Comme Esteban Chapapria et Palaia Pérez l’ont signalé, « la bourgeoisie de Valence était entièrement tournée vers sa campagne (huertaj, grâce à laquelle elle obtenait de substantiels bénéfices en plaçant ses produits sur les marchés internationaux ». Dans ce contexte, la construction d’un grand marché monumental en ville avait une « importance significative […] comme symbole de la production agricole »314 et du commerce de la région.

  • 315 « ....la posición geográfica de Villaviciosa [...] la abundancia y buena calidad de los productos (...)

54Dans de petites villes situées dans des régions très actives du point de vue du commerce agricole, la projection extérieure de la fonction de la halle était perçue de façon encore plus évidente. À Villaviciosa (Asturies), l’auteur anonyme du projet de halle couverte de 1901 justifiait la nécessité de cet établissement par « …l’emplacement géographique de Villaviciosa » et par « l’abondance et la bonne qualité des produits offerts dans son marché, réputés à juste titre dans toute la province et dans les principaux marchés de Castille »315.

  • 316 MADOZ, P. o.c., vol. XI, 1848, p. 285.

55Dans ce contexte, la disparition de l’ancienne place principale d’El Masnou (Barcelone) sur laquelle se tenait le marché316 à cause des travaux de construction de la première ligne de chemin de fer espagnole entre Barcelone et Mataró (1848), aurait une valeur emblématique liée en même temps à la modernisation des structures de communication et du cadre matériel de l’activité commerciale.

  • 317 « enlazar Madrid con todas las capitales de provincia, con el litoral y con las fronteras del rein (...)
  • 318 « En 1860, le commerce était déjà une activité de premier ordre dans l’économie de Manresa. Un cha (...)
  • 319 « ...à une période pendant laquelle, grâce aux chemins de fer, l’importance quantitative du secteu (...)
  • 320 ibidem, p. 165.

56Comme c’est le cas pour les autres critères de justification de l’implantation géographique, le rapprochement proposé entre le développement des chemins de fer et la construction de marchés, serait un phénomène de portée générale voire prépondérante, mais non sans exceptions. L’exemple majeur serait la capitale de l’Espagne elle-même. Le modèle de construction des chemins de fer espagnols, tel qu’il a été décrit, reliait Madrid à « toutes les provinces, à la côte et aux frontières… » faisant de la capitale « la région la plus favorisée par un réseau radial… qui la mettait en communication avec les principales zones de production, avec les principaux marchés… »317. Nous avons déjà étudié comment d’autres facteurs d’ordre économique et administratif furent d’un grand poids pour la construction de ces établissements à Madrid. La ville catalane de Manresa constitue une deuxième exception. Vers le milieu du XIXe siècle, Manresa (Barcelone), avec un commerce intérieur et extérieur en plein développement318, devint le centre de toute une région industrielle sans pour autant perdre son caractère traditionnellement agricole. L’arrivée à Manresa du chemin de fer dès 1859 ne fit que renforcer le processus de développement économique diversifié de la région. Le commerce319, notamment alimentaire, fut l’un des principaux bénéficiaires de ce développement. L’établissement à Manresa de nombreux « marchands en gros de produits agricoles comme les céréales, l’huile, le vin, pour l’approvisionnement de Manresa et d’autres zones industrielles »320 en témoigne. Pourtant aucune halle ne fut construite pendant la période concernée par notre étude, suivant ainsi le principe déjà signalé de l’implantation géographique des halles en Catalogne dans la zone littorale et dans les environs de Barcelone.

57Un deuxième facteur extérieur dont nous avons constaté le lien avec la construction des halles, en quelque sorte complémentaire du précédent, serait le rôle des grandes villes ou des noyaux de population significatifs par leur dynamisme en relation avec leur environnement géographique.

  • 321 GARCIA FERNANDEZ, J. o.c. p. 19.
  • 322 « ...iniciativa de su alcalde Miguel Iscar »... « En los años que transcurren de 1877 al 80 la ciu (...)

58Nous avons déjà mentionné l’importance de l’axe établi et renforcé pendant le XIXe siècle entre la Castille et les régions du nord du pays. Cette voie, outre sa nature strictement économique, donna lieu à un échange de caractère sociologique et de transformation des mentalités entre les différentes villes concernées. L’étroite relation commerciale entre Valladolid et Santander indiquée plus haut aboutit à des liaisons d’un autre ordre. Des représentants de la haute bourgeoisie de Santander achetèrent dans la ville castillane des usines de farine et des propriétés sécularisées à proximité du Canal de Castille, et quelques-uns devinrent, par le biais de liens matrimoniaux, des notables de la vie politique et économique de Valladolid321. Ces éléments sociaux dynamiques ne seraient pas étrangers, à notre avis, « à l’initiative du maire, Miguel Iscar » grâce à laquelle « la ville connut, entre 1877 et 1880, une suite de transformations, parmi lesquelles on doit signaler la construction de trois marchés »322. En 1874, Emilio Rotondo étayait sa proposition de construction de deux halles à Valladolid de raisons économiques, nous l’avons déjà relevé, mais aussi de motifs sociologiques :

  • 323 « ... hay empresas cuyo objeto es tan altamente beneficioso para el püblico y tan encamados se hal (...)

« l’objet de certaines entreprises, comme la construction de deux marchés ou centres d’échanges de négociation, est si clairement bénéfique pour le public et si étroitement lié à une nécessité dictée par la nature qu’elle peut être envisagée même dans les situations de plus grande turbulence politique »323.

  • 324 Il fait référence sans doute aux provinces basques et à la Navarre. « ...y no hay poblaciôn de la (...)
  • 325 SARACIBAR, Martin « Rapport positif concernant le projet de Villanueva pour le marché Santo Doming (...)
  • 326 « Courrier municipal », (A.M.Vi. :53-2-35).

59Un certain esprit de rivalité s’installa entre villes voisines à propos de la construction des halles. Joaquin Aguirre signalait en 1897 le fait qu’ » il n’y a pas de ville de l’importance de Vitoria qui n’en ait pas (un marché couvert) ; les capitales des trois provinces sœurs en ont, ainsi que la plus grande partie des autres villes appartenant à ces provinces »324. Les municipalités des villes les plus arriérées du point de vue économique demandaient des renseignements aux conseils municipaux des villes les plus avancées. Le choix de ces villes n’aurait pas été, à notre avis, arbitraire. Bien au contraire, il répondait à des réseaux de relation et d’influence entre groupes de villes réunies autour d’intérêts communs. En 1876 la municipalité de Pampelune demanda à l’architecte Martin Saracibar, né en Alava et agissant à Valladolid et à Saint-Sébastien également, son avis sur le projet de réfection de Luis Villanueva, maître d’œuvre municipal, pour le marché de Santo Domingo325. En 1884, le maire de Vitoria demanda des renseignements au sujet de la construction des halles aux maires de Logrono, de Saint-Sébastien et de Bilbao326. Ces deux dernières villes étaient les plus développées du point de vue industriel et des mentalités dans la région de Vitoria ; elles étaient, en même temps, parmi les pionnières dans la création de halles au XIXe siècle.

  • 327 GARCIA SAN MIGUEL, L. De la sociedad aristocrática a la sociedad industrial en la España del siglo (...)

60Aux Asturies le phénomène de la construction des halles débuta dans les deux principaux noyaux de population, Oviedo et Gijón, et fut imité ultérieurement dans d’autres villes de la province, comme Avilés, Lianes, Mieres et Villaviciosa dans le cadre d’une région de grande activité commerciale et industrielle. Tout un secteur de la bourgeoisie commerciale des Asturies se consacrait au commerce des denrées327 ; et, en même temps, une importante industrie sidérurgique, nous l’avons déjà noté dans l’étude des constructeurs et des fournisseurs, était à même de fournir les matériaux de construction nécessaires.

  • 328 « Barcelona, en un période de canvis, serà el conducte pel quai entraràn les innovacions i es conv (...)

61En Catalogne, la ville de Barcelone a joué depuis des siècles le rôle de centre d’une structure géographique, économique et spatiale rayonnante. Cette structure a servi au XIXe siècle pour la diffusion des courants de modernisation. Albert Garcia Espuche et Manuel Guardia Bassols, à propos du XIXe siècle, ont mis en relief le fait que « Barcelone, en une période de changements, fut la voie d’entrée des innovations et devint le centre divulgateur des aspirations de la bourgeoisie libérale »328. La construction de marchés modernes en accord avec les règles de l’hygiène et de l’embellissement urbain doit être considérée comme une de ces aspirations. En Catalogne, la construction de ces établissements débuta à Barcelone dans la première moitié du siècle et se prolongea au-delà des années 1870. À partir de la fin des années 1880 un bon nombre de villes périphériques de Barcelone, comme Gracia et Sant Marti de Provençals (actuellement annexées à Barcelone) Badalona, Molins de Rey, Tarrasa, Sitges parmi d’autres, suivirent cet exemple.

62Par conséquent, l’établissement de ce service ne serait pas uniquement lié à des facteurs économiques ou matériels, mais aussi à l’évolution de la mentalité sociale et aux caractéristiques sociologiques des populations. Ces éléments sociaux et idéologiques pouvaient jouer, suivant leur nature, aussi bien dans la définition d’un cadre matériel pour le commerce lié à une volonté de modernisation, que dans le sens d’une consécration du cadre traditionnel pendant le XIXe et le XXe siècles.

63À cet égard, l’architecte Buigas y Monravá, auteur du projet du marché pour la ville de Sitges (Barcelone) (1889), décrivait de façon clairvoyante le tissu d’éléments culturels, sociaux, urbains et économiques dans lequel s’inscrit de façon cohérente la construction d’un marché :

  • 329 « La villa de Sitjes, por su excelente posición a orillas del Mar Mediterráneo, por la apacibilida (...)

« La ville de Sitges, en raison de sa situation privilégiée au bord de la mer Méditerranée, de la douceur de son climat, de ses facilités de communication avec le reste de l’Espagne par les chemins de fer et par les routes de l’État et de la province, est le lieu de résidence de familles aisées. Ce fait ainsi que la proximité de Barcelone rendent la ville de Sitges plus exigeante pour l’établissement des services de caractère public… »329.

Notes

235 Au sujet des marchés couverts et des grands magasins, Giedion signalait : « Ce n’est pas un hasard si ce genre de construction a conduit à la solution des principaux problèmes architecturaux du siècle » (GIEDION, S. Espace, temps et architecture, Paris, 1990, p. 150).

236 CIRICI PELLICER, A. « Vision retrospectiva de la arquitectura del hierro », Cuadernos de Arquitectura, 1945, no 4, pp. 20 et ss.

237 « L’influence des bâtiments en fer construits en France et en Angleterre arrive à Barcelone vers le milieu du XIXe siècle et elle est rapidemment assimilée. L’un des premiers exemples réalisés avec ces techniques est constitué par les nouveaux marchés de la ville, auxquels s’adapte parfaitement ce nouveau type de construction, mélange d’architecture et de travail d’ingénieur. »... « La influencia de las nuevas obras de hierro realizadas en Francia e Inglaterra llega a Barcelona a mitades del siglo XIX y es rápidamente asimilada. Uno de los primeros ejemplos realizados ccon estas técnicas son los nuevos mercados que la ciudad levanta, en los que encaja perfectamente este nuevo tipo de constucciôn, mezcla de arquitectura e ingenieria ». (PLA ALASTUEY, J.M. « Los mercados de Barcelona », dans Cúpula, 1970, no 243, p. 24).

238 GARCIA DOMENECH, « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX », dans Actes II Congrès de Histària del Plà de Barcelona, Barcelone, 1990 (1985), vol. 2, p. 198.

239 MOLINA, Francisco Daniel, « Projet d’aménagement d’une place de marché dans El Borne », 1848, (A.A.B. 1096 B).

240 Parmi d’autres éléments, ce contexte est défini par la création de l’École d’Architecture de Madrid, par la polémique concernant la définition de compétences entre les professionnels de la construction, par la mise en question du classicisme comme seule doctrine valable, et par la naissance du journalisme d’architecture spécialisé.

241 « ...en vez de emplearse la madera en las formas de la cubierta, conviene que sea sustituida por hierro [...] Nada de madera en los mercados, ni las puertas, ni las ventanas y si se puede ni las mesas de los vendedores. » (« Rapport de La Junta de Obras de la province de Burgos », le 12-X-1864, A.M. Bu. O.P. 1225, pièce 5).

242 Voir le projet d’un auvent pour le marché de La Boquería à Barcelone de 1852 (non signé, le 25-VI-1852, 1.M.H.B. 6 : 3.875).

243 « fundición en columnas, basas y capiteles » (VILLANUEVA, L. « Devis du projet de marché pour la place de la Libertad à Burgos », le 31-XII-1859 », A.M. Bu. : O.P. 968, f° 16 R°).

244 « el empleo del hierro colado en las columnas exteriores y el cristal en la galerias ; el entramado sigue sin embargo siendo de madera y los muros de fábrica de ladrillo » (VIRGILI BLANQUET, M.A. Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936), Valladolid, 1979, p. 247).

245 CORTAZAR, A. « Rapport sur le projet de marché de La Brecha », le 23-II-1870, (A.M. S.S. :D. 10. VIII. 2. 1.f° 5 bis.).

246 « Projet de couverture de la cour centrale... », le 5-X-1898, (A.M. S.S. : D.10.VIII.4.4.).

247 GARRIGA Y ROCA, M. « Mémoire du projet pour les marchés d’El Padró et de la rue Sont Pau », le 20-V-1861, (A.A.B. : 2886 B).

248 « puede sustituirse el tinglado de hierro con armadura de madera y cubierta de tejas y las columnas de hierro que siempre son preferibles por el menor espacio que ocupan con otras de piedra de silleria y no de mamposteria [...] Los poyos pueden ser de hierro fundido o de piedra... »(ibidem) ; « ...tinglado de hierro con armadura de madera y, cubierto de tejas o zin acanalado, y las colunas (sic), aunque preferibles de hierro en razon del menor espacio que ocupan, por otras de silleria o de madera, aunque nunca de mamposteria » (idem, « Mémoire du projet pour le marché de la Barceloneta », le 15-XII-l867, (A.A.B. : 3265 bis).

249 LEMOINE, B. L’Architecture du fer. France : XIXe siècle, 1986, p. 68.

250 ibidem.

251 MONTOLIU CAMPS, P. Once siglos de mercado, Madrid, 1985, p. 115

252 BERGUE, M. « Mémoire du projet de couverture pour le marché San José dans la ville de Barcelone » (I.M.H.B. : Gràfics, 1865). Pour le projet de Valladolid, voir : VIRGILI BLANQUET, M.A. Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936), Valladolid, 1979.

253 Quoique la toiture à deux versants soutenue par des tirants métalliques soit différente de la solution proposée par Bergue, la description de Daly de la conception de Nicolle dans laquelle « en employant exclusivement le métal, il a fait de ses fermes en fer et en tôle, soutenues sur d’élégantes colonnes, où l’art ne serait pas oublié, des modèles de bon sens et de légèreté », ne nous paraît pas étrangère au projet de l’ingénieur espagnol. (DALY, C. « Les halles centrales de Paris », dans R.G.A., 1854, vol. XII, col. 32 et 33).

254 « …el hierro como material de construcción domina tanto el interior como el exterior, relegando tanto la obra de fábrica, a base de piedra y ladrillo, a las cuatro entradas en esquina del mercado... » (NAVASCUES PALACIO, P. « Influencia francesa en la arquitectura madrileña del siglo XIX : La etapa isabelina », dans Archivo Español de Arte, 1982, no 217, p. 67).

255 ibidem.

256 BOUDON, F. « Horeau et les Halles Centrales », dans Catalogue Hector Horeau..., Paris, 1979, p. 158.

257 DALY, C. o.c. col. 25.

258 ibidem, col. 26.

259 CALVO PEREIRA, M. « Projet pour le marché de La Cebada », le 5-X-1868, (A.V.M. : 0’59-31-57).

260 Voir : « El Born », dans Ianus, V-VI 1980, p. 36.

261 REPULLES VARGAS, E.M. « Mercado de Alfonso XII en Málaga », dans Anales de la construcción y de la industria, le 25-VIII-1879, no 16, p. 242.

262 « On construit des édifices en fer, on bâtit des marchés uniquement avec ce matériau ; mais, ces édifices s’accordent-ils aux conditions d’hygiène, de commodité locale et d’adaptation aux besoins climatiques ? Certainement pas. Le fer s’adapte parfaitement à nos constructions mais il faut ne pas en abuser ; [...]en adoptant le fer, il convient de conserver le moyen terme, combinant le fer avec d’autres matériaux de façon à réaliser une construction homogène et remplissant toutes les conditions nécessaires »... « Se construyen edificios de hierro, se levantan mercados de solo este material ; pero l cumplen con las condiciones higiénicas, de comodidad local y de satisfacciôn a las necesiades del clima ? No ciertamente. El hierro se presta perfectamente á nuestras construcciones, pero es necesario no abusar de él ; [...] preciso es, al adoptar el hierro, mantenerse en el término justo, combinándolo con materiales que den por resultado una fabricación homogénea, y llenen todas las condiciones exigidas » (CABELLO Y ASSO, « Discours de... », dans Sesiones del I Congreso Nacional de Arquitectos, Madrid, 1881, (1883), p. 241). A propos de cette polémique voir aussi : ISAC, A. Eclecticismo y pensamiento arquitectónico en España. Dicursos, revistas, congresos, 1846-1919, Grenade, 1987, pp. 306-309.

263 « Dans l’utilisation de ce matériau (le fer) on n’a pas considéré jusqu’à maintenant ses propriétés mécaniques et physiques lorsqu’on a voulu lui donner forme [...] il a été exclu du concours de l’art, dans lequel il peut rivaliser avantageusement avec la pierre et le bois. Regrettons qu’on puisse seulement admirer le parti tiré de cet élément dans les constructions où l’on cherche l’utilité sans se soucier de la beauté, c’est à dire dans les œuvres nées du froid raisonnement et étrangères à tout sentiment »... « En el empleo de este material se ha hecho caso omiso hasta ahora de sus propiedades ftsicas y mecdnicas al tratar de darle forma, y quitândole importancia, se le ha excluido del certamen del arte, en donde puede ventajosamente luchar con los elementos pétreos y lehosos. De deplorar es, pues, que solo en las construcciones en donde se busca lo útil, sin cuidarse de lo bello, es decir, en aquellas obras hijas del frio cálculo, pero en que para nada entra el sentimiento, sea donde contemplemos a este material en toda su potencia, y solo en ellas sea donde podemos admirar el gran partido que el hombre puede sacar de este elemento « (DOMENECH Y ESTAPA, J. « Discours de... », dans Sesiones del I Congreso..., p. 228)

264 « ...si como todo parece persuadirlo, adquiere el hierro cierta preferencia sobre los demás materiales de construcción, habrán de cambiar en consecuencia, así las dimensiones totales del edificio en tal forma erigido, como las proporciones de sus miembros decorativos : crecerán sin duda los vanos y entraparos ; desaparecerán los muros de sustentación ; se alterarán los módulos de las columnas y pilastras para dar mayor elevación a los cuerpos arquitectónicos, y, en una palabra, todo obedecerá al movimiento general, cobrando los edificios nuevo y desusado aspecto. » (JAREÑO, F. « Discurso de ingreso a la Academia de San Fernando », 1867, cité par Calvo Serraller dans l’avant-propos de l’article de NAVASCUES, P. « La arquitectura del hierro en Espana », dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, VI-1980, p. 40).

265 « Les colonnes seront en fonte et elles auront une moyenne de vingt centimètres de diamètre et une épaisseur de quinze millimètres... »... « Las columnas serân de hierro fundido cuyo didmetro sera de veinte centimetros, término medio y un espesor de quince milimetros... » (ROVIRA Y TRIAS, A. « Conditions de construction des appentis de la place-marché de la Barceloneta », le 1er XII 1873, A.A.B. : 3727 Bis)

266 CAMINO OLEA, M.S. « Estudio histórico-constructivo del mercado del Val de Valladolid », dans Estudios e Investigaciones, 1982, no 25, p. 31.

267 La publication du Diccionario de Clairac (Madrid, 1877-1891), fut annoncée et diffusée par les revues Anales de la Construcción y de la Industria (1876, no 16, p. 252) et Biblioteca del Constructor (1876, no 16, p. 252). En 1878, cette dernière revue reproduisit intégralement l’article Armadura (p. 211 et 219-221).

268 REBOLLEDO, A. Construccio General, Madrid, 1876.

269 A la Bibliothèque Nationale de Madrid, nous avons trouvé des exemplaires de toutes ces œuvres. De celle de Demanet trois exemplaires ont été conservés, dont l’un comportant une traduction en espagnol.

270 Voir : SABOYA, M. Presse et architecture au XIXe siècle. César Daly et la Revue Générale de l’Architecture et des Travaux Publics, Paris, 1991, pp. 95-104.

271 « formas a la polonceau de 18, 20 métros de luz [...] Los pares... son vigas de celosla de cuarenta centlmetros de altura [...] Los tirantes son barras redondas... »(CAMINO OLEA, o.c. p. 28).

272 ARREGUI, Jacinto « Mémoire du projet de marché de La Independencia à Vitoria », le 7-X-1890, (A.M.Vi. 54-22-50).

273 D’après Rovira y Rabassa les galeries du marché de Sant Antoni étaient « simplement couvertes par des fermes système Polonceau » (ROVIRA Y RABASSA, A. El hierro sus cortes y enlaces, -après 1889- p. 173), mais à notre avis elles sont plus proches du système Flachat.

274 CHEMETOV, MARREY, Architectures à Paris (1848-1914), Paris, 1980, p. 13.

275 « C’est sur des fermes en tôle, combinées suivant l’ingénieux système auquel M. Camille Polonceau a attaché son nom [...] que M. Flachat fait reposer des légères toitures, faiblement inclinées, et disposées en gradins, que séparent des claires-voies métalliques, par lesquelles pénètrent uniformément, sous le couvert, de larges cordons de lumière, et qui assurent une ventilation énergique. » (DALY, C. o.c. col. 32).

276 CHEMETOV, MARREY, o.c., p. 13.

277 NAVASCUES, P. « La arquitectura del hierro en España », dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, VI-1980, no 65, p. 55.

278 « ...en esta clase de edificios debe proscribirse el hierro para el cerramiento exterior... » (REPULLES Y VARGAS, E.M. « Mémoire du projet pour le marché d’Avila », le 31-V-1893, (A.M.Av.).

279 LOYER, F. Le siècle de l’industrie, Paris, 1983, p. 148.

280 Le dernier quart du XIXe siècle aurait été une période de déclin de la fonte. (CHASLIN, F. Les fontes ornées ou l’architecture des catalogues, Centre d’Etudes et de Recherches Architecturales, mémoire non publié, sans date, sans no p.)

281 Voir dans LEMOINE, B. o.c. la partie consacrée à l’évolution des méthodes de production.

282 CHEMETOV, MARREY, o.c. p. 13

283 LEMOINE, B. o.c. p. 171.

284 « El cuchillo y su soporte, constituyen aquí una sola pieza llevada y estudiada de modo, à fin de resistir los empujes, mientras que la articulación facilitase los pequeños movimientos debidos a los cambios de temperatura » (ROVIRA Y RABASSA, A. El hierro, sus cortes y enlaces, Barcelone, (après 1889), p. 169).

285 « ...el principio estructural reina como soberano en la construcción, llegándose en las obras de carácter utilitario, a prescindir en absoluto de la materia pasiva con lo que la arquitectura va adquiriendo la nerviosidad característica del siglo moderno » ; « ...en embrassant du regard l’immense panorama de l’Architecture, nous désignons comme œuvres les plus parfaites celles qui ont su avec bonheur résoudre le problème de leurs structures portantes et qui après les avoir soulignées de manière encore plus précise, concrétisent la définition de leur équilibre et parlent pour ainsi dire, à la faculté d’analyse de notre esprit »... « al ceñir con nuestra mirada el panorama inmenso de la Arquitectura, señalamos como obras más perfectas aquellas que tienen más felizmente encontradas sus formas resistentes y que, acusándolas con rasgos más precisos, exteriorizan la definición de su equilibrio y hablan, digámoslo así, claramente a las facultades analíticas de nuestro espíritu » (CARDELLACH, L. Filosofía de las estructuras, Barcelone, 1910, p. 6)

286 CERRO MALAGON, R. La transformación moderna de Toledo, arquitectura y urbanismo del siglo XIX, Madrid, 1990, p. 1037 et planches 12 et 13.

287 Voir projet graphique (A.H. Sabadell, Foment, 1048 bis/1927).

288 « Il est puéril de voir s’éléver une voûte superbe ou une coupole immense, en guise de souvenir du marché Grand Hall (sic) du XIXe siècle, au-dessus d’un panier de modestes laitues ou sur une cagette de soles aplaties »... « Resulta un tanto pueril ver elevarse sobre el cesto de modestas lechugas o el cajón de aplastados lenguados, una soberbia bóveda o una ingente cúpula, recuerdos del mercado Grand Hall, del siglo XIX » (FERRERO, J. « Nuevos mercados madrileños », dans Arquitectura, 1935, no4, p. 121).

289 À titre d’exemple, le marché finalement construit à Gérone dans les années 1940 présente des fermes de charpente métallique.

290 LAMPEREZ, V. Arquitectura civil española, Madrid, 1922, p. 239.

291 Dans la vue panoramique de Barcelone au XVIe siècle d’Anton van de Wyngaerde on peut distinguer clairement la halle au poisson (Las vistas españolas de Anton van den Wyngaerde, publié par El Viso, Barcelone, 1986).

292 « ...espacioso y ventilado [...] cubierto cuadrado sostenido por pilares » ; les boucheries étaient... seguramente el edificio de su clase mas bien entendido que hemos visto » (MADOZ, P. Diccionario geogrdfico..., vol. XIV, p. 643).

293 CASELLES, « Mémoire du projet... », publié dans Biblioteca de la Construction Moderna, 1916, p. 504.

294 MADOZ, P. o.c. vol XV, p. 49.

295 « pescaderia, construida el ano 1841, cubierta de un techo sostenido por pilares y adornada con todo Io necesario » (ibidem, vol. XI, p. 301).

296 Voir : Plà especial i catàleg del patrimoni històric-arquitectònic de Vilanova i la Geltrú, 1985, vol. 2, pp. 61-68.

297 Voir : BARCELO RAFOLS, M.C. El mercat de Vilanova i la Geltrú. Aproximaciô historica, Vilanova i la Geltrü, 1991.

298 Voir : ALBERCH, FREIXAS, MIRO, Fires i mercats a Girona. Gerone, 1983, p. 50.

299 MADOZ, P. o.c. Vol XVI, p. 29 et vol. II, p. 115.

300 À Sant Cugat la construction du marché en 1910 fut la continuation des efforts de la municipalité pour l’acheminement de l’eau vers la ville durant la période 1880-1900 et fut contemporaine de la transformation du terrain Hort de l’Abat en parc public. (LLATJOS I GARCIA, F. Sant Cugat del Vallès, de vila rural a ciutat moderna, Barcelone, 1991, pp. 85-86). À El Prat de Llobregat le marché municipal construit en 1921 faisait partie de la politique d’améliorations urbaines commencée en 1916, laquelle comportait aussi le projet d’amélioration et d’agrandissement de la ville, le pavement de la place, l’éclairage électrique (entre 1918 et 1919), l’arrivée du téléphone et la construction d’un abattoir municipal (Voir : GOMEZ INGLADA, M. La formació d’una ciutat, El Prat de Llobregat. El Prat, 1990). À Sabadell depuis le milieu du XIXe siècle l’établissement des services urbains était à la traîne par rapport au développement industriel, ce qui explique l’initiative des industriels dans l’organisation des services pour garantir le fonctionnement des industries » (PUIG, J. El procès de formació de la cuitat de Sabadell, Sabadell, 1991, p. 48)

301 Los ferrocarriles en España (1844-1943), Madrid, 1978, vol. II, pp. 516-518.

302 « El principal mercado de trigo de Castilla » (GARCIA FERNANDEZ, J. Crecimiento y estructura urbana de Valladolid, Barcelone, 1974, p. 19).

303 En 1864, la ligne Irún-Madrid et la branche Médina del Campo-Zamora furent achevées ; en 1866 la ville de Alar del Rey à Santander, fut reliée, et en 1877 la ligne Medina del Campo-Salamanque entra en service ; en 1883 fut inaugurée la voie de Palencia à La Corogne et une année plus tard la branche de Leon à Gijón. En 1888 la ligne de Ségovie à Médina del Campo fut prolongée jusqu’à Madrid, (ibidem).

304 ibidem, p. 24.

305 « ...donde sus productos cerealisticos e, incluso vinicolas de la zona este y sudeste de la provincia tendrian una râpida salida y por donde se facilitarla la llegada de mercancias de Ultramar cuya demanda crecia estimulada por la nueva burguesla » (IGLESIAS ROUCO, L.S. Burgos en el siglo XIX. Arquitectura y urbanismo (1813-1900), Valladolid, 1979, p. 28).

306 « ...le nouveau moyen de transport, rapide et économique, rendra possible l’acheminement [...] des matériaux de construction les plus variés et les plus révolutionnaires : la brique moulée de Valladolid, le goudron de Vitoria, les poutres métalliques de Bilbao, les carrelages de Valence, etc. »... « ...el nuevo medio de transporte, rápido y bastante económico, va a traer de modo habituai los mâs variados y revolucionarios materiales de construcciôn : el ladrillo prensado de Valladolid, el Asfalto de Vitoria, las viguerias de hierro bilbainas, las baldosas valencianas, etc. » (ibidem, p. 29)

307 « le délai pour la mise en service du Ferrocarril del Norte s’achève ; cette voie ferrée doit relier cette ville (Vitoria) aux provinces de l’intérieur. Jusqu’à ce que la ligne ferroviaire soit terminée Vitoria doit servir d’entrepôt pour les produits destinés aux provinces environnantes et même à l’étranger. N’ayant pas de local prévu à cet effet, où pourrions-nous entreposer les produits normalement gardés dans la halle au blé ? »... « próximo y a el plazo que debe ponerse en explotacion el ferrocarril del Norte que pone en comunicacion a esta ciudad con las provincias del interior, tiene que ser el depósito, hasta que se complété la linea, de todo cuanto venga para las provincias limitrofes y aùn para el extrangero (sic) : LIegado este caso ¿en donde se depositan los articulos de Alhondiga sino tenemos local con este destino ? ». (RUIZ, Dionisio, « Mémoire du projet de nouvelle Alhondiga à Vitoria », le 27-11-1861 (A.M.Vi. : 37-7-1 l, f° 5V°).

308 Voir la carte comparative du réseau ferroviaire catalan au XIXe et au XXe siècles dans le catalogue de l’exposition Catalunya, la fàbrica d’Espanya, Barcelone, p. 140, planche 3 ; voir également les parties concernant les communications dans les differentes provinces catalanes dans CARRERAS CANDI, Geografia General de Catalunya, 1908-1918.

309 « si tomamos como indicador del valor añadido en cada sector los ingresos que las distintas mercancias reportaban a las compañias (ferroviarias), encontramos que cereales, vino y aguardiente y carbon mineral son los productos de mayor importancia ». Anes a établi la priorité de ces produits par rapport aux bénéfices des compagnies dans le transport de marchandises. Les principaux produits transportés pendant la période 1808-1907 par la Compagnie Madrid-Zaragoza-Alicante (M.Z.A.) furent les vins et les eaux de vie, les céréales et les minéraux, les farines, l’huile et les graisses, puis les légumes et le riz devant l’acier et les machines. Durant la période 1907-1921 les trois premiers produits furent le vin et l’eau de vie, le charbon et les céréales, puis toute une série de produits comme le sucre, les conserves, les épices, les pâtes, les fruits secs, les fruits, les tubercules, et la farine. Dans la période 1921-1935, les trois premiers produits furent les mêmes et d’autres comme les fruits et les légumes frais connurent une augmentation significative (ANES ALVAREZ, R. « Relación entre el ferrocarril y la economía española (1865-1935) », dans Los ferrocarriles en España (1844-1943), Madrid, 1978, pp. 406-407, 410-412, 427-429, 443-445, 526-527).

310 « En el reinado de Isabel II parece señalarse en el consumo madrileño de pescado una repercusión de la mejora de las comunicaciones -se esta viviendo la revolución del rail- y un fenómeno consiguiente de desplazamiento de determinadas especies, más faciles de conservar y màs baratas, por otras más sabrosas y caras ». (FERNANDEZ GARCIA, El abastecimiento en Madrid en el reinado de Isabel II, Madrid, 1971, pp. 151-152).

311 « ...per donar sortida a dites produccions (del camp tarragoní), s’han establert des de temps inmemorial mercats comercials, diferents enterament dels altres mercats locals encaminats a facilitar los elements necessaris a les familles durant la setmana. Los primers tenen un obgecte més important, puix serveixen per a provehir al comerç dels fruyts que en grans quantitats son transportais a territoris, bé de l’interior d’Espanya, bé del estranger [...] D’aquesta classe de mercats, la costum ha fet que los dimars i divendres de totes les setmanes hi haja mercat a Tarragona ; los dilluns a Reus, los dissaptes a Valls, los dijous a Tortosa y los dimecres a Montblanch, ahont acudexen los corredors de llurs mercaderies, presentant les mostres dels fruyts y caldos que volen mercadejar y formalisant les vendes ab lo comerç, als preus de la plaça, segons la oferta y la demanda » (CARRERAS CANDI (dir.) Geografia General de Catalunya. Volume consacré à la province de Tarragone et réalisé par Emili Morera, pp. 40-41).

312 En relation avec « ...la construction de deux marchés ou centres d’échanges commerciaux dans cette importante ville (Valladolid) ; le commerce étant à la base de la richesse de la région, cette ville peut montrer avec fierté un édifice élegant dans lequel auront lieu les diverses opérations marchandes réalisées dans une ville si essentiellement commerciale »... « ...la construction de dos Mercados o centros de contratación en esa importante ciudad, donde el comercio que es precisamente la base de la riqueza de ese pais puede ostentar con orgullo un elegante edificio en el que se verifiquen las multiples operaciones comerciales que se cruzan en una ciudad tan esencialmente comercial ». (ROTONDO, E. « Proposition à la municipalité de construction de deux halles à Valladolid », le 20-VI-1874, A.M. Va. : 757-3).

313 « La dimensión externa de la función comercial se cifraba en la capacidad exportadora que propiciaba el puerto, agrandada por la construcción del ferrocarril » (RAMOS HIDALGO, A. Evolución urbana de Alicante, Alicante, Diputación Provincial de Alicante, 1984, p. 225).

314 « La burguesía valenciana se volcaba enteramente hacia su huerta, donde lograba evidentes beneficios colocando sus productos en los mercados internationales »... « ...importancia significativa que adquiria este edificio para Valencia, como simbolo de su production agricola » (ESTEBAN CHAPAPRIA, J. et PALAIA PEREZ, L. El Mercado Central de Valencia, Valence, sans no de page).

315 « ....la posición geográfica de Villaviciosa [...] la abundancia y buena calidad de los productos que concurren á su mercado, alcanza este justo renombre en toda la provincia y en las principales plazas de Castilla ». (« Mémoire du projet de marché couvert à Villaviciosa », non signé, V-1901, (Dossier documentaire de FERNANDEZ MOLINA et GONZALEZ MORIYON à propos de la recherche sur l’architecture métallique aux Asturies).

316 MADOZ, P. o.c., vol. XI, 1848, p. 285.

317 « enlazar Madrid con todas las capitales de provincia, con el litoral y con las fronteras del reino... »... « ...la région más benefiaciada por una red radial fue sin duda Madrid al quedar la capital conectada con las princiaples areas productoras, con los principales mercados de la penlnsula y con las fronteras. » (GOMEZ MENDOZA, Antonio, « Ferrocarril, abastecimientos y mercado nacional : Madrid, 1875-1931 », dans La Sociedad Madrilena durante la Restauración, 1876-1931, Madrid, 1989, vol. I, pp. 352-353).

318 « En 1860, le commerce était déjà une activité de premier ordre dans l’économie de Manresa. Un changement très profond avait eu lieu par rapport à 1831, date à laquelle il n’y avait que 112 établissements consacrés à la vente. Trente ans plus tard on comptait 207 établissements de ce genre »... « El comerç era ja una activitat d’un pes économic de primer ordre dins l’economia urbana del 1860. En relació amb 1831, el canvi havia estât molt significatiu. Aleshores hi havia 112 établissements dedicats primordialment a vendre i 30 anys més tard aquests son ja 207... « (OLIVERAS SAMITIER, J. Desenvolupament industrial i evolució urbana a Manresa (1800-1870), Manresa, 1985, pp. 269-281).

319 « ...à une période pendant laquelle, grâce aux chemins de fer, l’importance quantitative du secteur commercial de Manresa se répandait de façon significative vers l’ouest. Aux régions ayant des relations très étroites avec Manresa comme El Solsonès, el Berguedà, une partie de El Lluçanès, l’Alt Anoia et l’Alt Urgell, s’ajoutèrent les régions traversées par la voie ferrée de Manresa à Lerida »... « ...l’importància quantitativa del sector comercial, en uns moments en els quais gràcies al ferrocarril la zona d’influència comercial de Manresa s’havia ampliat considérablement en direcció de Ponent. En aquells moments, a més a més de les comarques del Solsonès, el Berguedà i part del Lluçanès, l’Alt Anoia i l’Alt Urgell que mantenien una relució molt estreta amb Manresa, s’hi afegeixen totes les contrades per on passava el ferrocarril de Manresa a Lleida... » (ibidem p. 164).

320 ibidem, p. 165.

321 GARCIA FERNANDEZ, J. o.c. p. 19.

322 « ...iniciativa de su alcalde Miguel Iscar »... « En los años que transcurren de 1877 al 80 la ciudad sufre una serie de transformaciones [...] resallan entre estas la construcción de tres mercados » (VIRGILI BLANQUET, M.A. Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936), Valladolid, 1979, p. 25).

323 « ... hay empresas cuyo objeto es tan altamente beneficioso para el püblico y tan encamados se hallan con una necesidad ineludible decretada por la naturaleza misma que desde luego pueden plantearse aun enmedio de los mayores disturbios politicos, tal es [...] la construcciôn de dos mercados 6 centras de contratación,... » (ROTONDO, E. « Proposition à la municipalité de construction de deux halles à Valladolid », le 20-VI-1874, A.M. Va. : 757-3).

324 Il fait référence sans doute aux provinces basques et à la Navarre. « ...y no hay poblaciôn de la importancia de Vitoria que no la tenga (plaza de abastos) ; la tienen las très capitales de las provincias hermanas, y la mayor parte de los pueblos regulares de las mismas... » (ARREGUI, J. « Réponse aux plaintes contre son projet de halle », le 28-V-1897, A.M.Vi. :44-34, f° 121)

325 SARACIBAR, Martin « Rapport positif concernant le projet de Villanueva pour le marché Santo Domingo », le 21-111-1876, (A.M. Pampelune, cité dans ORBE SIVATTE, Arquitectura y urbanismo en Pamplona a finales del siglo XIX y comienzos del XX, Pampelune, 1985, p. 201).

326 « Courrier municipal », (A.M.Vi. :53-2-35).

327 GARCIA SAN MIGUEL, L. De la sociedad aristocrática a la sociedad industrial en la España del siglo XIX, Madrid, 1973, pp. 144-145.

328 « Barcelona, en un période de canvis, serà el conducte pel quai entraràn les innovacions i es convertirà en centre i difusor de les aspiracions propies de la burgesia liberal » (GARCIA ESPUCHE, A. et GUARDIA BASSOLS, M. Espai i sociétal a la Barcelona preindustrial, Barcelone, 1986, p. 75).

329 « La villa de Sitjes, por su excelente posición a orillas del Mar Mediterráneo, por la apacibilidad de su clima, la facilidad de comunicaciones con el resto de España por caminos de hierro y carreteras del Estado y de la Provincia, es residencia de familias de posición desahogada. Esto y su proximidad a Barcelona la hacen mas exigente en la instalación de cuantos servicios de carácter público en ella se establezcan... ». (Buigas MONRAVA, C. « Mémoire du projet pour le marché de Sitges », le 15-11-1889, A.H.M. Sitges : XIII.5, dossier du marché 1889-1930).

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search