Version classiqueVersion mobile

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Première partie : évolution historique, urbaine et de la construction

Chapitre 1. La formation et la gestion d’une catégorie d’espace urbain

Texte intégral

1. La définition du modèle de distribution alimentaire au XIXE siècle

1.1. La ville et le marché : utopies, réalités et symboles

1Au XIXe siècle, l’évolution historique confirma la ville comme le principal protagoniste de la nouvelle civilisation industrielle. Cette situation remplie de conflits, souleva comme on le sait, un débat riche et profond au sujet des modèles de peuplement dans lesquels devaient être inclus aussi bien les activités productives et commerciales que l’habitat et les services. La transformation fonctionnelle et formelle de la ville s’affirmait pour donner lieu à l’urbanisme contemporain. Parallèlement ont vu le jour des utopies comportant des formes alternatives d’organisation de la société, de l’économie et de l’espace.

2La distribution alimentaire était l’une des questions-clés que tout modèle théorique ou toute réalisation urbanistique devait tenter de résoudre. À cet égard, les penseurs pré-marxistes nommés utopistes faisaient, de façon générale, une critique de l’injustice de l’organisation du commerce qu’ils analysaient comme un élément parasite interposé entre les intérêts des producteurs et ceux des consommateurs. Une partie d’entre eux proposait une organisation communale de l’alimentation adaptée aux nouveaux modèles de collectivités imaginés.

  • 42 Recueil de textes de Robert Owen dans CHOAY, F. L’Urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, P (...)

3Robert Owen établissait le nombre d’habitants de ces communautés (de 500 à 2 000) de façon à pouvoir « produire et conserver une variété de produits » avec lesquels « elle se soutiendrait,… [et] élèverait et occuperait tous ses membres ». Suivant son principe communautaire de vie, il établissait des équipements collectifs pour la préparation et la consommation des aliments : « L’édifice central contient une cuisine publique, des réfectoires et tout ce qui peut contribuer à une alimentation économique et agréable »42.

  • 43 Citation de Fourier dans CHOAY, o.c. p. 102.

4Charles Fourier était opposé à la liberté sans restriction du commerce. Fourier critiquait à propos des activités mercantiles l’existence d’un bon nombre d’individus improductifs -les intermédiaires- et éventuellement responsables des spéculations sur les produits. Au sujet de l’alimentation de son Phalanstère, il faisait référence, comme Owen, à des « salles de repas » à situer dans « le centre du Palais ou Phalanstère »43.

  • 44 « Au palais social, les intermédiaires peuvent être supprimés ; toutes les marchandises peuvent êtr (...)

5Jean-Baptiste Godin, continuateur des principes de Fourier, fit de l’une de ces communautés, le Familistère de Guise (Nord), une réalité. Dans son ouvrage, La richesse au service du peuple. Le familistère de Guise (1874), il critiquait, lui aussi, l’organisation commerciale telle qu’elle existait et proposait de profiter des possibilités de la concentration de personnes du familistère pour contrôler le fonctionnement du commerce et pour faire profiter directement la communauté de ses bénéfices44.

6Etienne Cabet prônait la disparition du petit commerce comportant la multiplication d’établissements consacrés à la vente des produits du même genre. Pour sa ville idéale, il était partisan de la concentration par branches des locaux pour le commerce et pour la production :

  • 45 Citation de Cabet dans CHOAY, o.c., pp. 126-127.

7« Mais que sont les plus belles de ces boutiques, les plus riches de ces magasins, et de ces bazars, les plus vastes des marchés ou des foires, comparés avec les […] boutiques, les ateliers et les magasins d’Icara ! Figure-toi que tous les ateliers et les magasins d’orfèvrerie ou de bijouterie, par exemple, de Paris ou de Londres, sont réunis en un seul ou deux ateliers et un seul ou deux magasins ; figure-toi qu’il en est de même pour toutes les branches de l’industrie et du commerce ; et dis-moi si les magasins de bijouterie, d’horlogerie, de fleurs, de plumage, d’étoffes, de modes, d’instruments, de fruits, etc., etc., ne doivent pas éclipser toutes les boutiques du monde ; dis-moi si tu n’aurais pas autant, et peut être plus de plaisir à les visiter qu’à parcourir nos musées et nos monuments des beaux-arts ! Eh bien, tels sont les ateliers et les magasins d’Icara ! »45.

8Comme Fourier, Cabet entendait établir une relation plus directe entre le producteur et le consommateur, laquelle signifierait non seulement un progrès économique et éthique, mais aussi esthétique.

  • 46 MORRIS, W. News from nowhere, 1891 (éd. espagnole 1984, pp. 30 et 31).

9William Morris, dans son roman News from nowhere (1891) développait une utopie urbaine définie par la condamnation du machinisme et du progrès technique -dont l’architecture métallique était une conséquence- ainsi que le retour à un idéal de vie rurale-agricole moyenâgeux. Dans cette œuvre, tout un passage est consacré à la visite du marché de Hammersmith imaginé par Morris suivant une conception traditionnelle : l’emplacement du marché n’est pas clairement défini dans le texte mais, apparemment, il se tiendrait en plein air et il ne serait pas sans rapport avec deux édifices monumentaux voisins, à savoir la salle de réunions -mélange du gothique nordique, mudéjar, et byzantin- et le théâtre construit suivant le modèle du Baptistère de Florence, avec un portique périptère extérieur. Les bienfaits du nouvel ordre social rêvé par Morris sont représentés par l’abondance et la qualité des produits exposés et par la joie et l’aspect sain des personnages rencontrés au marché46.

10En Espagne, les différents courants du socialisme « utopique » européen, notamment ceux de Fourier et de Cabet, furent abondamment diffusés à travers les traductions des œuvres étrangères, la publication d’une presse périodique militante, et des initiatives visant à la création d’expériences communautaires de vie. Jordi Maluquer de Motes, dans son livre El socialismo en España, 1833-1868, souligne 1’importance de Cadix comme centre de divulgation des doctrines de Fourier et de Barcelone comme noyau d’organisations inspirés par Cabet.

  • 47 MALUQUER DE MOTES, J. El socialismo en España, 1833-1868, Barcelone, 1977, p. 179.
  • 48 « …substituyendo a la familia, y a la ciudad o pueblo de la civilización actual, otra familia y otr (...)

11Parmi les fouriéristes de Cadix il faut signaler Pedro Luis Huarte et Manuel Sagrario de Beloy. Huarte, fidèle héritier de l’orthodoxie fouriériste, fut partisan de l’organisation sociale par le système des phalanstères dans lesquels les trois éléments de la production -capital, travail et talent- devaient trouver leur association idéale47. Sagrario de Beloy, quant à lui, travailla dès 1841 dans la formation d’un projet phalanstérien à situer dans la commune de Jerez de la Frontera (Cadix) associant la création d’un nouveau modèle urbanistique et la transformation des échanges commerciaux et des relations de production48. À côté de l’aspect utopique du projet, Sagrario faisait preuve de pragmatisme visant à assurer sa viabilité : il énonçait, suivant la pensée de Fourier, un plein respect de l’ordre institutionnel et politique établi de façon à convaincre les autorités des avantages de son système afin d’obtenir non seulement la permission mais aussi l’appui économique du pouvoir public.

  • 49 MALUQUER, o.c. p. 250-251.

12La première organisation espagnole d’inspiration cabetienne fut constituée en 1847 à Barcelone avec un double objectif : la publication de l’hebdomadaire militant La Fraternidad et la création d’un comité de sélection d’individus destinés à se joindre à la communauté icarienne en Amérique sous les auspices de Cabet et ses adeptes. Parmi les principaux animateurs du groupe, signalons Abdόn Terrades et Narciso Monturiol, partisans du départ pour la lointaine utopie américaine avant d’accepter le jeu politique et de devenir une des figures-clé du républicanisme espagnol49.

  • 50 « Leur échec s’explique par le caractère contraignant et répressif de leur organisation, mais surto (...)
  • 51 TERRADAS SABORIT, I. Les colònies industrials. Un estudi entorn del cas de l'Ametlla de Merola, Bar (...)

13Les doctrines fondées sur la constitution de petites unités communales d’organisation sociale, comme par exemple l’owenisme ou le fouriérisme furent, comme on le sait, rarement menées à la pratique, témoignant ainsi de leur éloignement de la réalité historique50. En revanche, le modèle d’organisation spatiale par petites unités de production-habitation de création nouvelle eut une réplique dépourvue de tout contenu égalitariste ou utopique dans les colonies industrielles. À l’encontre des communautés sociétaires, ces colonies s’inscrivaient parfaitement dans la logique du bénéfice capitaliste sans se soucier de l’amélioration des conditions de vie des classes laborieuses. Coupés du monde extérieur, les travailleurs étaient, en général, entièrement à la merci du propriétaire. En ce qui nous concerne, c’est-à-dire l’approvisionnement des consommateurs, Ignaci Terrades dans son ouvrage sur la colonie industrielle de l’Ametlla de Merola (Barcelone), a mis en relief de la même façon que dans les exemples précurseurs anglais, comment l’unique magasin existant, propriété du patron, pouvait faire la loi en matière de prix et surtout établissait un lien de dépendance supplémentaire des travailleurs vis-à-vis du patron. Ainsi, une partie significative des salaires était retenue directement pour le règlement des loyers ou des frais d’approvisionnement, et une autre était payée en billets de circulation intérieure, lesquels revenaient forcément à l’expéditeur. L’industrie fonctionnait, donc, avec une circulation d’argent liquide bien inférieure au coût réel de la main d’œuvre51.

  • 52 ibidem, p. 45

14En plus, les magasins des colonies industrielles, bénéficiant de réseaux d’acheminement des matières des industriels et de la connaissance des grossistes, représentaient des concurrents sévères pour les petits commerçants des villes ou des villages environnants52.

  • 53 Quoique très minoritaire du point de vue des chiffres d’affaires -le commerce coopératif espagnol n (...)
  • 54 Voir : PEREZ BARO, A. Cooperativisme, Barcelone, 1987, p. 12.
  • 55 LASSERRE, Georges, La Coopération, Paris, 1967, p. 16.

15Une autre alternative à la centralisation des services de distribution des denrées sous le pouvoir municipal fut la création de coopératives de consommateurs. Ces initiatives faisant partie de l’histoire du mouvement coopératiste, sont moins spectaculaires que les précédentes. On n’envisageait pas, à travers elles, la transformation globale de la société ni la solution des enjeux urbanistiques par la définition d’un nouveau cadre physique. Comportant une option plus ponctuelle et en même temps plus pragmatique, elles ont connu une meilleure fortune. Ces institutions sont parvenues jusqu’à nos jours et elles sont spécifiquement encadrées par les lois actuelles53. La coopération de consommation naît, d’après tous les témoignages, de l’expérience pionnière de Rochdale en 1844, lorsque 27 travailleurs s’associèrent pour ouvrir un magasin géré d’après un programme dans lequel sont résumés les principes fondamentaux de la philosophie coopérative54. D’un point de vue technique, les opérations commerciales réalisées par une entreprise privée ou par une coopérative sont identiques et ne diffèrent que dans leur but. Les premières cherchent le profit économique et les deuxièmes « ne visent qu’à leur rendre [aux consommateurs] le maximum de services : qualité et bon marché »55. Par une voie moins utopique ils parviennent à mettre fin à la séparation entre consommateurs et entrepreneurs, les premiers se substituant au rôle des deuxièmes.

  • 56 « …les (coopératives) de consum que Derrion i el doctor King havien iniciat a França i Anglaterra, (...)

16Ces institutions coopératives connurent un essor pendant la deuxième moitié du XIXe siècle pour aboutir à la constitution, en 1895, de l’Alliance Coopérative Internationale (A.C.I.)56.

17Le marché public municipal s’est affirmé en dépit ou parallèlement aux formes de distribution des aliments décrites ci-dessus, comme l’une des expressions de la nouvelle ville et du nouvel ordre économique. À l’encontre de la ville fermée de l’Ancien Régime dans laquelle la diversité de fonctions se superposait dans l’espace, la ville bourgeoise du XIXe siècle s’étend jusqu’à effacer ses anciennes limites physiques et elle fut organisée de façon à accorder des emplacements distincts pour les différentes fonctions. De ce processus naît le besoin d’élargir et de redéfinir l’éventail des typologies architecturales existantes, comme les halles.

  • 57 Voir DEMING, M.K. La halle au Blé de Paris. Bruxelles. 1984.
  • 58 Voir RABREAU, D. Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806) : L'Architecture et les Fastes du Temps, W. Blak (...)
  • 59 Voir SAMBRICIO, C. La arquitectura española de la Ilustración. Madrid. 1986.

18Le marché ou le réseau de marchés de la municipalité constitua la solution adoptée de façon générale dans une grande partie des villes européennes au XIXe siècle. La dotation de cet équipement constitua l’un des soucis les plus urgents des communes et leur réalisation architecturale prit une valeur emblématique. Déjà au XVIIIe siècle, les architectures liées à l’approvisionnement des villes faisaient l’objet de vastes programmes édilitaires chargées de la symbolique des Lumières. C’est le cas, entre autres, de la Halle au Blé57  ou des Barrières de Ledoux58 à Paris, ou de l’axe monumental Puerta de Alcalá - Fontaine de Cibeles à Madrid59. Les mythes et les langages formels du classicisme étaient alors mis au service de la rationalité d’un programme utilitaire pour créer des monuments urbains.

19Au XIXe siècle la construction de la halle devint l’emblème de la bonne gestion municipale guidée par le souci de modernité. Une grande majorité des documents concernant ces édifications mettaient l’accent sur leur caractère novateur. Nous verrons tout au long de notre étude comment les mémoires des architectes et les documents des responsables municipaux, soulignaient la modernité de ces établissements. Il en va de même pour la presse illustrée et pour la littérature de l’époque.

  • 60 « La gran plaza o mercado central de Paris[..,]Los mercados son necesidades de la moderna civilizac (...)

20La revue El Museo Universal consacra, en 1863, un article au marché en plein air de la Cebada à Madrid dans lequel l’auteur anonyme soulignait l’importance de ce marché pour l’approvisionnement de la ville et constatait le manque d’aménagements de cet emplacement pour la vente. Il l’opposait à la grandeur, l’ordre et aux conditions d’hygiène de « la grande place ou marché central de Paris » tout en encourageant la municipalité de Madrid à suivre cet exemple fondé sur un principe formulé de façon explicite : « Les marchés sont des besoins de la civilisation moderne »60.

  • 61 « …Los mercados reflejan à las claras el grado de cultura y adelanto material que logran alcanzar l (...)

21En 1872, La Ilustracion de Madrid, dans un article consacré à la description des travaux en cours des nouvelles halles de la capitale insistait sur le fait que « les marchés traduisent clairement le degré de culture et de développement matériel des peuples »61.

  • 62 « La inauguracion oficial se verificó solemnemente[..,]presidiendo el acto S.M. el Rey y S.A.R. la (...)

22Le nouveau marché de la Cebada, toujours à Madrid, fut inauguré le 11 juin 1875 en présence du roi et de la princesse et d’une partie du gouvernement62. Ce fait témoigne de l’importance symbolique accordée à cette construction notamment si l’on tient compte du contexte historique. La dynastie des Bourbons venait d’être rétablie six mois auparavant, à la fin du processus révolutionnaire de 1868 à 1874, ouvrant l’époque de la Restauration. L’inauguration des nouveaux marchés de la capitale de l’État fut considéré par la royauté comme un acte suffisamment significatif pour affirmer sa légitimité.

  • 63 « …las grandiosas fabricas catalanas de construcción : La Maquinista Terrestre y Marítima, El Nuevo (...)
  • 64 La famille Girona possédait l’entreprise métallurgique Herrería de Nuestra Señora del Remedio à San (...)
  • 65 « …mejoras y reformas… » … « una de las ciudades más importantes de la Europa culta » (« Barcelona (...)

23L’année 1876 eut lieu à Barcelone la cérémonie d’inauguration du marché de El Born en grand apparat, en présence des autorités civiles, militaires et ecclésiastiques. Si dans le cas de Madrid l’importance était mise sur le pouvoir politique, à Barcelone l’acte devint une affirmation de l’industrie sidérurgique nationale63, le propre maire de Barcelone et président de l’inauguration, Manuel Girona, étant lié à cette branche de l’activité industrielle64. La Ilustracion española y américana, dans son article « Barcelona Moderna » signalait le fait que « les améliorations et les innovations » parmi lesquelles on comptait le marché de El Born, embellissaient grandement la ville, la situant parmi « les plus importantes de l’Europe cultivée »65.

24La dimension symbolique de la modernisation rattachée à la construction des halles dépassa le contexte restreint des responsables municipaux et des architectes, pour devenir un lieu commun de la culture de la période. L’opposition entre une vielle cathédrale remplie de trésors d’art religieux et une halle métallique résume, dans le roman de Pérez Galdόs Dona Perfecta, le conflit idéologique entre un curé réactionnaire de province et un jeune ingénieur cosmopolite, le premier disant au deuxième sur un ton de défi et d’ironie :

  • 66 « Es preciso que visite usted cuanto antes nuestra catedral […] ¡Como esta hay pocas.. ! […]Sin emb (...)
  • 67 Devant la nouvelle conjoncture politique de la Restauración, Pérez Galdós ressentit « la necesidad (...)

25« Il faut que vous visitiez notre cathédrale aussi tôt que possible. Comme celle-ci il y en a peu […] Cependant, il se peut que pour un homme aussi savant que vous elle ne présente aucun mérite et que vous trouviez plus belle n’importe qu’elle halle métallique »66. Si on tient compte de la carrière littéraire de Galdόs, on constate comment Doña Perfecta ouvre une série de romans sur la société contemporaine écrits parallèlement à ses romans de caractère historique recueillis dans les Episodios Nationales67. Suivant cet intérêt pour l’actualité, la référence littéraire aux marchés pourrait être directement en rapport avec la publication en 1871 de l’œuvre de Zola Le Ventre de Paris et la signification sociale des halles madrilènes inaugurées en 1875.

26Cette symbolique de la Modernité correspondait à une double réalité. D’un côté, le processus essentiellement citadin de création et de rénovation des équipements urbains. D’un autre côté, la cohérence de la construction des halles urbaines dans un contexte historique plus large que le cadre strict de la ville et constitué par la définition ou le renforcement de grandes régions agricoles et commerciales, la construction des chemins de fer et d’autres voies de communication, la croissance démographique et la transformation des structures sociales et des mentalités des secteurs sociaux dominants. Ces éléments seront analysés plus loin dans l’étude de l’implantation géographique.

27À la différence des modèles de distribution alimentaire conçus dans les communes utopiques, les colonies industrielles ou les initiatives de coopératives, le marché municipal représente la synthèse entre le nouveau pouvoir local et le système économique du libre marché, lequel consacre les citoyens comme des consommateurs, dans le sens contemporain du terme.

1.2. Le cadre historique et légal

28Comme nous le signalions plus haut, l’histoire des halles ne se réduit pas au domaine purement architectural. Elle est liée à l’histoire des institutions politiques locales et au processus de définition du commerce moderne. La création de la nouvelle ville eut lieu dans un cadre légal en évolution permanente tout au long du XIXe siècle, dans lequel étaient représentées les conditions historiques de chaque période et les besoins urbanistiques nouveaux.

  • 68 Au début du XIXe siècle, les normes urbanistiques de Valladolid étaient celles que Charles I avait (...)
  • 69 Ces Ordenanzas de Barcelone, avaient des précédents dans les Bandos de Buen Gobierno de la ville de (...)
  • 70 VIRGILI BLANQUET, o.c.

29Parmi les sujets abordés dans ce cadre légal municipal au long du XIXe siècle, il faut signaler la définition normative de la forme architecturale et urbanistique de la ville. Une certaine réglementation de la construction existait déjà à l’âge moderne dans un certain nombre de villes espagnoles68 mais il fallut attendre la législation municipale de 1845 pour voir apparaître des normes municipales systématiques concernant les proportions relatives des voies et de la hauteur des constructions, l’aspect extérieur des façades, et l’emplacement des établissements industriels, entre autres. Ces questions furent constamment réglementées dans les Ordenanzas de policía urbana y rural de Madrid (1846) et dans les Ordenanzas municipales de Barcelone de 185669. Valladolid n’eut pas des Ordenanzas de ce genre avant 1886 ; cependant le gouvernement municipal établit en 1849 et en 1862 des Bandos concernant ces questions de police urbaine et approuva, en 1879, une réglementation des travaux publics municipaux70.

  • 71 HERNANDO, J. Arquitectura en España, 1770-1900, Madrid, 1989, p. 452-453.

30Les Reales Ordenes sur l’établissement de plans géométriques des villes du 25 juillet 1846, du 20 février 1848 et un dernier arrêté royal de 185971, marquèrent le début de l’âge des grandes transformations urbanistiques dans leur double aspect, celle des réaménagements intérieurs et celle des élargissements. Ces derniers commencèrent avec les expériences pionnières de Barcelone (1859) et Madrid (1860) et furent légalement encadrés par la Ley de Ensanche de las poblaciones de 1864.

  • 72 Au long du XIXe siècle l’État imposa, certes, des critères homogènes dans la rédaction de ces régle (...)

31Ces compétences en matière d’architecture et d’urbanisme accordées aux municipalités témoignent de la progressive définition de l’identité des corporations locales72. Ce sera donc dans ce cadre légal que la construction des halles s’inscrira.

  • 73 « …una sentidísima necesidad de cambio frente a unas estructuras locales descompuestas que […] tení (...)
  • 74 Voir : ANES, G. « Las disposiciones legales sobre comercio interior y exterior : El abastecimiento (...)

32Mais la question des marchés, et du commerce urbain en général était directement liée, à un autre domaine des pouvoirs municipaux : celui des compétences administratives. La Constitution de Cadix (1812) établissait un modèle municipal soumis entièrement au pouvoir du gouvernement central, mais, en même temps, consacrait pour la première fois l’entité légale de la municipalité. La Constitution de 1812 ne faisait qu’exprimer « […] un besoin très impérieux de transformation des structures locales en décomposition lesquelles […] devaient faire face aux demandes de services créés par l’expansion urbaine »73. Par ailleurs, le décret du 8 juin 1813 constitua un premier précédent, surtout théorique, de la libéralisation du commerce. Ce décret concernant le développement de l’agriculture et de l’élevage établissait la libéralisation des opérations commerciales, la pleine liberté de circulation des marchandises à l’intérieur du pays, et le droit de tous les citoyens à réaliser librement des opérations commerciales. Ces principes étaient confirmés par le décret du 20 janvier 1834, lequel établissait la pleine liberté -soumise, bien entendu, au payement des droits établis- du commerce des produits consommables à boire, à manger et à brûler74.

33La Real Orden du 17 mai 1834 sur l’autorisation des foires et des marchés exprimait une double attitude vis-à-vis du commerce, témoignant de la transition des structures d’ancien régime vers une économie libérale évoquée plus haut. D’un côté, l’accent était mis sur le caractère bénéfique du commerce :

« … les foires et les marchés doivent faire l’objet d’une attention spéciale de la part des Gouverneurs des provinces, car ces rassemblements périodiques donnent vie au commerce local, rendent plus facile la vente de denrées et fournissent aux consommateurs l’occasion de s’approvisionner en toute commodité et à meilleur prix des objets nécessaires à leur subsistance et à leurs activités ».

  • 75 « …las ferias y los mercados debían fijar particularmente la atención de los Gobernadores civiles d (...)

34Cette loi avait, donc, la volonté de faciliter les initiatives municipales dans ce sens : « À la demande des municipalités l’autorisation (pour les marchés) sera accordée, sans frais ni droits, par le Ministère de l’Intérieur […]75 ».

  • 76 « Le droit d’accorder de nouvelles foires et marchés, ou le rétablissement de celles tombées en dés (...)
  • 77 « En ce qui concerne la durée des foires, les Gouverneurs des provinces essayeront de connaître tou (...)

35D’un autre côté, elle soulignait le fait que ces événements continuaient d’être des droits accordés par le roi76, rendant ainsi évidente la dépendance des municipalités par rapport au pouvoir central. En même temps, la loi mettait en garde les autorités contre les éventuelles conséquences négatives de ces concentrations77.

  • 78 Bando general de buen gobierno o de policia urbana para esta ciudad de Barcelona, 1843, pp. 46-60.

36Au fur et à mesure que l’entité institutionnelle du pouvoir local se consolidait, la politique des marchés devenait l’un des objets prioritaires de sa gestion. En 1843, les ordenanzas municipales de Barcelona établissaient de façon très détaillée le fonctionnement des plazas de mercado (places de marché), notamment sur la question du respect des normes commerciales municipales et les conditions de salubrité78.

  • 79 « …establecimiento y creacion de servicios municipales referentes al arreglo y ornato de la vía púb (...)
  • 80 « Dans les procédés réside souvent la bienveillance ; les moyens indirects sont généralement les mo (...)

37La période historique comprise entre la Restauraciόn (1875) et la II République (1931) correspond, nous le verrons plus loin, à la plus grande concentration de halles construites en Espagne. Dans cette étape les compétences des corporations locales furent légalement établies par les régimes politiques successifs. Cet espace chronologique est encadré par deux lois municipales, celles de 1877 et de 1924. La première constituait l’ordre juridique local du régime de la Restauraciόn et elle accordait à la compétence exclusive des municipalités « l’établissement et la création des services municipaux concernant l’amélioration et l’embellissement de la voie publique, l’agrément et l’hygiène des habitants ». Parmi ces services sont cités explicitement les « […] édifices de marché et abattoirs, les foires et les marchés »79. Les municipalités étaient ainsi chargées de centraliser dans des établissements ad hoc les services d’approvisionnement de façon à contrôler ces services aussi bien du point de vue fiscal que de l’hygiène, tout en cherchant des solutions de compromis avec des structures commerciales traditionnelles décentralisées, ambulantes et non permanentes. Dans ce contexte se situe la Real Orden du 13 janvier 1876 contraire à l’interdiction de la municipalité de Huesca de vendre certains produits en dehors du marché public. Dans le texte on déconseillait l’interdiction ouverte et on recommandait l’utilisation de moyens fiscaux indirects pour favoriser les vendeurs installés dans l’établissement public. On demandait également aux autorités municipales d’être tolérantes dans la réglementation du commerce et de comprendre la difficulté presque insurmontable de supprimer « les usages et les pratiques anciennes […] établies dans les villes »80.

  • 81 « policía de subsistencias, mataderos, alhóndigas, mercados, despachos reguladores… » « Locales ó d (...)

38La loi de 1924 -celle de la Dictature de Primo de Rivera- reprenait des principes similaires à la précédente. Elle confirmait la compétence exclusive des gouvernements locaux quant à la création de services municipaux et la « police de subsistances, abattoirs, halles aux grains, marchés, bureaux de contrôle […] » et elle leur accordait la responsabilité de veiller à l’organisation de « locaux ou départements pour effectuer séparément les échanges en gros et au détail »81.

39Toute cette législation ne fait qu’aborder un problème socio-économique général de premier ordre, celui de l’acheminement des denrées des centres de production vers les lieux de consommation, visant à renforcer le fonctionnement de l’économie et à assurer l’approvisionnement des populations.

40Dans la conjoncture historique de la transition de l’Ancien Régime à la société libérale-bourgeoise, cette finalité opposait deux stratégies économiques. Le protectionnisme d’Ancien Régime, dont le premier but commercial souvent exclusif était la stricte subsistance, manquait de la souplesse nécessaire pour subvenir aux besoins de la population en cas de crise de production agricole.

  • 82 L’évolution des lois citées plus haut illustre les hésitations et les progrès de ce processus.
  • 83 ANES, o.c. pp. 6 et 7. Jovellanos, dans son rapport sur la loi agricole établissait les liens étroi (...)

41La libéralisation commerciale -instaurée en Espagne par un processus long et contradictoire82- cherchait à conduire les structures économiques du pays vers une dynamique de croissance et de progrès matériel. Cette volonté était un héritage de la pensée éclairée. Jovellanos signalait déjà avant son rapport sur la loi agraire de 1790 l’effet de l’abondance et de la pénurie sur l’évolution des prix des produits. Il était persuadé que, seulement la perspective du gain, pourrait stimuler les paysans à produire davantage et à proposer sur les marchés une plus grande partie de leur production83.

  • 84 « … siembran la angustia en las masas humildes » (FERNANDEZ GARCIA, El abastecimiento de Madrid en (...)

42Le bon approvisionnement des populations avait un autre objectif politique prioritaire, celui de préserver l’ordre social. On sait à quel point les crises de subsistances et les révoltes populaires étaient étroitement liées tout au long de l’époque moderne. Fernandez Garcia dans son étude sur l’approvisionnement de Madrid sous Isabel II souligne l’importance des crises agricoles -directement liées à l’approvisionnement- comme facteurs de déclenchement des crises économiques globales, et éventuellement des crises politiques. La révolution de 1868 eut lieu dans une conjoncture de crise agricole entraînant des augmentations du prix du pain. Cette situation avait « répandu l’angoisse parmi les masses laborieuses »84.

43La définition architecturale du marché moderne au long du XIXe siècle ne constitue que l’aspect matériel d’une transformation profonde des systèmes de distribution alimentaire. Les architectes et les urbanistes les plus clairvoyants eurent conscience de la profonde signification des établissements rattachés à l’approvisionnement, dans l’évolution socio-économique.

  • 85 « Il y a pénurie par manque de commerce, dont le corps est le profit et l’âme la liberté »… « …se c (...)
  • 86 « En todos los tiempos los hombres han sido igualmente codiciosos : en algunos paises ha habido con (...)

44En 1796 Benito Bails dans son traité De la Arquitectura civil réfléchissait sur la convenance économique de la construction de Pósitos ou entrepôts de grains. Partisan de la liberté du commerce85, il ne la considérait pourtant pas suffisante pour subvenir spontanément aux besoins d’approvisionnement dans les situations économiques défavorables : « De tout temps les hommes ont été mus par la même convoitise. Dans certains pays il y a eu en même temps pénurie et argent, et pourtant, l’argent n’a pas fait venir les denrées »86. Dans cette logique, Bails justifiait la construction d’entrepôts de grains, lesquels représentaient pour lui un état, non de pauvreté mais de richesse et d’abondance.

45En 1867, Ildefonso Cerdà abordait, dans sa Teoría general de la urbanizaciόn la question de l’approvisionnement sous une perspective différente, témoignant de l’implantation des principes libéraux dans la pensée économique et d’une nouvelle conception du rôle social du marché. Le libre jeu de l’offre et de la demande devait suffire à subvenir aux besoins ; les autorités n’avaient qu’à surveiller le développement correct du commerce et à lui fournir les conditions adéquates :

  • 87 « no estamos va en la época en que la Administración pública tenía que tener en la urbe inmensos hó (...)

« Nous ne sommes plus à l’époque où l’administration publique devait avoir dans la ville d’énormes entrepôts de grains pour subvenir à la subsistance des citoyens […] La liberté de négoce concerne tout, même les articles les plus nécessaires soumis pendant des siècles au contrôle et aux taxes administratives. Contrairement à ce qui pourrait paraître, l’administration n’est pas libérée de l’organisation de cette fonction urbaine et un système spécial, adapté aux nouvelles circonstances doit être mis en place. […] L’un des moyens adoptés par les administrations urbaines […] est l’établissement de marchés publics. Il fallait, donc, des centres spéciaux où des prix régulateurs justes et équitables fussent établis par l’action de la concurrence entre vendeurs et acheteurs en fonction de l’offre et de la demande »87.

  • 88 « Au milieu du siècle, la polémique entre les partisans du libre échange et ceux de la protection a (...)
  • 89 FERNANDEZ DE LOS RIOS, Guía de Madrid, Madrid, 1876, p. 643-644.

46Cependant, au début de la Restauration la polémique entre partisans du libre échange et du protectionnisme était loin d’être terminée88. La politique économique ouvertement libérale de la période révolutionnaire 1868-1874, dont le ministre Figuerola fut le principal représentant, n’arriva pas à être consolidée. Cette démarche de la politique de l’État se retrouvait au niveau local. Le système commercial décrit par Cerdà ne correspondrait que partiellement à la réalité et il serait souvent confronté à des fiscalités traditionnelles lourdes et complexes. En 1876, Fernandez de los Rios, dans sa Guia de Madrid, considérait les marchés de Madrid comme l’un des services les plus chers et les moins soignés, et soumis à toute sorte de taxes et d’impôts89.

2. Analyse comparative des emplacements urbains

47Le rapport entre l’histoire de l’architecture et l’histoire de l’urbanisme, souvent compris comme un fait anecdotique ou comme une simple coïncidence chronologique, doit être considérée de façon plus rigoureuse dans la mesure où le processus de construction d’une ville est un phénomène global. Dans ce processus, le bâti ne serait que l’élément le plus apparent et le plus individualisé de tout un système spatial et socio-économique. Tout essai de compréhension de ce rapport doit tenir compte des études et des recherches systématiques concernant l’occupation du sol, l’évolution du parcellaire et le développement urbanistique des villes tout au long de son histoire.

  • 90 DIEZ DE BALDEON, C. Arquitectura y clases sociales en el Madrid del Siglo xix, Madrid, 1986.

48Clementina Diez de Baldeón, dans son livre Arquitectura y clases sociales en el Madrid del siglo XIX, a étudié les typologies architecturales d’habitation comme phénomène étroitement rattaché aux processus de transformation urbaine90.

  • 91 BOUDON, CHASTEL, COUZY, HAMON, Système de l’architecture urbaine. Le quartier des Halles à Paris, P (...)

49L’ouvrage Système de l’architecture urbaine. Le quartier des halles à Paris, représente pour André Chastel, l’un de ses auteurs, « un nouveau mode d’analyse du système sol-architecture »91 particulièrement intéressant pour notre étude dans la mesure où il traite, de façon systématique, la formation et l’évolution du tissu urbain dans lequel était implanté l’exemple le plus emblématique de la typologie que nous étudions.

  • 92 GRAU, LOPEZ, ARRANZ, El Parc de la Ciutadella. Una visió historien, Barcelone, 1984.
  • 93 RUIZ PALOMEQUE, E. Ordenación y transformación urbana del casco antiguo de

50En Espagne, de nombreuses études locales traitant des transformations de la morphologie urbaine de différentes villes au XIXe siècle nous ont apporté, nous le verrons, des éléments intéressants pour cette partie de notre étude. À titre d’exemple, citons les travaux de Grau, López et Arranz sur la formation du Parc de la Ciutadella à Barcelone92, ensemble dans lequel est inséré le marché de El Born, et ceux de Eulàlia Ruiz Palomeque, Ordenaciόn y transformaciόn urbanas del casco antiguo madrileño durante los siglos XIX y XX. Cette dernière étude de portée générale sur l’évolution urbanistique du centre traditionnel de Madrid, présente une analyse détaillée et rigoureuse des processus de définition des emplacements destinés aux marchés93.

51Nous n’envisageons pas l’étude exhaustive de l’histoire urbaine concernant la formation et l’évolution des quartiers correspondants à chacune des halles répertoriées car cela dépasserait nos objectifs de recherche. En revanche, nous envisageons, dans la mesure où la bibliographie et la documentation trouvées le permettent, une analyse comparative des emplacements des halles par rapport aux tissus urbains dans lesquels celles-ci sont insérées.

  • 94 GRAU, R. « Gènesi del mercat actual », Vivir en Barcelona, 1986, no 13, pp. 23-25. Madrid durante l (...)

52Pour la période qui nous concerne, une telle analyse ne peut pas être abordée sans tenir compte de la transformation de la signification économique du sol urbain liée au passage d’une société d’Ancien Régime à une société libéral-capitaliste. Une telle transformation définissait le sol urbain comme une marchandise soumise aux lois du marché. À partir de cette définition s’établit une dialectique entre la rentabilité et l’exploitation économique du sol d’une part, et la nécessité d’espaces urbains publics pour l’installation des services et des équipements, d’autre part. Cette dialectique est au cœur des processus urbanistiques du XIXe siècle. À cet égard, les expropriations de terrains ecclésiastiques n’impliquaient pas une libération automatique des terrains pour une destination publique. Souvent, la spéculation et l’amélioration des services entraient en conflit, ou du moins s’opposaient dans ce genre d’opérations. Pour le marché la Boquería, à Barcelone, Ramón Grau a constaté comment les projets successifs, jusqu’à la réalisation finale, comportèrent une progressive augmentation du volume et de la hauteur édifiable autour de la place marchande94. La même dialectique, séparait, dans la réalisation des projets d’élargissement des villes, l’utopie et la réalité. Toujours à Barcelone, le plan de Cerdà fut presque entièrement respecté en ce qui concerne le tracé et le réseau de la voirie, mais la superficie prévue dans le projet originel, destinée aux services, aux équipements, au loisir et à l’espace public, fut énormément réduite, dans la réalisation, au profit de la construction d’immeubles privés, d’industries et d’ateliers.

53Les emplacements urbains destinés à la construction des halles au XIXe siècle peuvent être classés en trois catégories. Les deux premières étaient situées à l’intérieur des limites traditionnelles des villes tandis que la troisième est liée à la croissance spatiale urbaine. D’un point de vue chronologique, les deux premières s’étendent tout au long du siècle, mais elles sont caractéristiques des politiques d’aménagement urbain à l’intérieur des périmètres traditionnels des villes datant de la première moitié du siècle. La troisième ne fut envisageable que dans la deuxième moitié, et notamment pendant le dernier quart du siècle, lorsque le développement planifié des villes devint peu à peu réalité.

54La première de ces catégories correspond aux halles projetées ou construites sur des emplacements traditionnellement consacrés à la vente en plein air comme les places ou les voies publiques. La fonction commerciale, souvent temporaire fut fixée et enfermée dans une construction conçue à cet effet. Ce premier cas d’emplacement serait, nous l’étudierons dans la Deuxième Partie, le plus représentatif de la genèse organique de la typologie de la halle moderne à partir de l’espace public.

  • 95 La place de El Carmen à Madrid existait depuis 1698, lorsque la ville acheta un petit terrain. En 1 (...)
  • 96 Formée au XVIe siècle, elle était déjà utilisée pour la vente de cochons, de céréales et de légumes (...)
  • 97 Sur le plan de Madrid de Teixeira de 1656 apparaissait déjà une petite place de San Miguel, à côté (...)
  • 98 CANCELA RAMIREZ, M.L. El mercado de Zaragoza de 1903, Saragosse, 1977, p. 7.
  • 99 ESTEBAN CHAPAPRIA, PALAIA PEREZ, El mercado central de Valencia, sans no de page.

55Dans les grandes villes un bon nombre de ces interventions lancées notamment pendant la première partie du siècle, n’aboutirent pas ou furent modifiées dans la mesure où la dynamique urbaine permit d’obtenir de nouveaux terrains au delà du périmètre traditionnel. Citons, à titre d’exemple, les projets barcelonais non réalisés pour des halles métalliques dans l’ancien Born (1848) et sur la place Padró (1861). Mais dans d’autres cas des emplacements traditionnellement consacrés au commerce en plein air furent conservés pour la construction de halles pendant le XIXe siècle. À Madrid, les places marchandes traditionnelles de El Carmen95, La Cebada96, San Miguel97 furent tout au long du siècle des emplacements choisis par la municipalité pour y installer des halles couvertes. À Saragosse, le marché Lanuza (1901-1903) aurait été construit, selon Maria Luisa Cancela, sur l’emplacement traditionnel depuis 1210 du marché en plein air98. À Valence, l’emplacement traditionnel de la halle fut aussi conservé pour la construction tardive (1914-1928) du marché Central, conçu non comme un simple édifice utilitaire mais comme un ensemble monumental. Ce choix relevait d’une logique urbanistique générale fondée sur le renforcement de la structure urbaine triangulaire traditionnelle de la ville, constituée par trois noyaux consacrés respectivement aux fonctions religieuses, administratives et commerciales. Un tel parti, retenu contre le critère de donner à la ville un système d’approvisionnement plus équilibré, comportait un important degré de centralisation des services d’approvisionnement et un problème de circulation dû à l’implantation d’un si grand établissement dans le tissu urbain traditionnel99.

  • 100 Voir : GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, La arquitectura del hierro en Asturias, Oviedo, 1980, pp (...)
  • 101 ibidem, pp. 22, 24 et 26.
  • 102 « La actividad mercantil en Toledo se ha desarrollado durante siglos, al igual que en otras ciudade (...)
  • 103 ibidem, pp. 1020 et 1027.
  • 104 RODRIGUEZ G. DE CEBALLOS, A. La Plaza Mayor de Salamanca, Salamanque, 1991, pp. 13-25 et plan de la (...)
  • 105 Le plan de la ville dressé en 1866 par P. Miguel et Cia. témoigne de son existance à cette date. (A (...)
  • 106 Plan de la ville de Pampelune, 1719, Chez S. le Fer, géographe de Sa Majesté à Paris. (A.M. Pampelu (...)
  • 107 ORBE SIVATTE, A. de, Arquitectura y urbanismo en Pamplona a finales del siglo XIX y comienzos del X (...)
  • 108 VILLALON, M.C. « El mercado de hierro y cristal de Badajoz », dans Estudios dedicados a Carlos Call (...)
  • 109 REPULLES y VARGAS, « Mémoire du projet de marché pour la ville de Avila », le 31V-1893, (A.M. Av. D (...)

56Par tradition, dans beaucoup de cas, les marchés en plein air occupaient les rares petites places ou les espaces publics libres qui existaient alors dans les villes closes. La construction de halles au XIXe siècle sur des emplacements consacrés précédemment à la vente fut très caractéristique des petites villes dans lesquelles la croissance démographique fut lente et la transformation de la morphologie urbaine tardive. À Oviedo, le marché Trascorrales fut construit sur la place de périmètre irrégulier du même nom située au cœur de la ville traditionnelle, et ceci contre l’avis de l’auteur du projet, Cándido Gonzalez, et de Ignacio Herrero. Ce dernier, conseiller municipal, proposait l’implantation du marché, sur un nouveau terrain et accordant à la halle, paradigme de modernité, le rôle d’animateur de la transformation de la morphologie urbaine100. À Gijón, l’emplacement du marché San Lorenzo (projet de 1897) constitue un exemple de continuité dans l’utilisation d’un même espace pour le commerce des denrées. Il fut construit sur la petite place du même nom, emplacement où se déroulait, traditionnellement, un marché en plein air, à côté de l’ancienne halle aux poissons. L’ensemble disparut, apparemment, en 1929, pour faire place à la nouvelle halle aux poissons101. Rafael Cerro Malagón a mis en relief à quel point « l’activité mercantile à Tolède, comme dans d’autres villes, s’était développée autour des places principales et quelquefois près des entrées de la ville »102. La halle de Tolède fut construite entre 1895 et 1915 à l’emplacement de l’ancienne Carnicería Mayor -Boucherie principale- démolie. Celle-ci était, à son tour, voisine de l’un des principaux noyaux traditionnels du commerce des denrées de la ville, la Plaza Mayor103. On trouve un schéma similaire à Salamanque. Dans cette ville, la nouvelle halle, construite entre 1898 et 1909, fut située à côté de la Plaza Mayor sur un emplacement appelé au XVIIe siècle place des Carboneros -de la Verdura au XIXe siècle-, lequel était déjà à cette époque consacré au commerce : l’un de ses côtés était fermé par l’édifice et par la place de la loge sur laquelle se trouvait aussi la Boucherie104. À Pampelune, le marché de Santo Domingo (1876) fut conçu comme une reconstruction de l’ancien marché105 détruit dans l’incendie de 1875. L’emplacement était traditionnellement consacré aux activités marchandes et d’approvisionnement : déjà sur le plan de la ville de 1719 une boucherie apparaît dans ce lieu voisin de l’Hôtel de ville106. Dans le cas de Pampelune, Asunción de Orbe Sivatte a constaté la cohérence du choix d’un emplacement traditionnel pour la halle en relation avec le degré de développement urbanistique. Seulement une décennie plus tard les responsables de la ville envisagèrent une politique de transformation et d’agrandissement du tissu urbain -Plan de Reformas Locales (1887), Premier élargissement (1888)- dans laquelle un emplacement alternatif pour le marché aurait été possible et souhaité107. À Badajoz, la halle métallique fut construite entre 1890 et 1899 sur la Plaza Alta. Cet emplacement avait joué pendant des siècles un rôle central -une sorte de Plaza Mayor - dans l’organisation urbanistique de la ville, mais progressivement elle avait perdu de son importance, et dans la première moitié du siècle elle fut consacrée aux activités marchandes en plein air ou abritées par des éléments architecturaux simples et éphémères108. À Avila, l’architecte Repullés y Vargas, auteur du projet de la halle (1893) était partisan de l’emplacement consacré par l’usage au marché en raison du respect des habitudes établies et de sa situation dans le centre de la ville au cœur du quartier commercial109.

  • 110 GARCIA CASA, J.I., GARCIA LOPEZ, L.M. Segovia y sus arquitectos. Joaquín Odriozola y Grimaud (1844- (...)
  • 111 VILLALON, M.C. o.c. p. 9.
  • 112 « Rapport de la commission municipale des travaux publics », le 2-IX-1859, (A M Bu O.P. 968, f° 12- (...)
  • 113 SALADINA IGLESIAS ROUCO, L. Burgos en el siglo XIX, arquitectura y urbanismo (1813-1900), Valladoli (...)

57En général, les terrains destinés par tradition au commerce en plein air des denrées présentaient des caractéristiques négatives pour la construction : irrégularité, petites dimensions, voies d’accès insuffisantes. Beaucoup de projets furent dressés pour la construction de halles dans ces lieux traditionnels, mais peu d’entre eux furent réalisés. Des raisons d’ordre historique comme l’instabilité politique et la faiblesse et la pénurie de ressources économiques de l’administration locale expliquent en grande partie ce fait. Mais une raison d’ordre technique doit être aussi considérée, à savoir, les conditions difficiles de ces emplacements qui rendaient les éventuelles interventions architecturales peu rentables et leurs résultats médiocres. La ville de Ségovie en constitue un exemple. L’architecte Odriozola conçut au moins trois projets pour l’implantation d’une halle métallique dans le tissu urbain traditionnel. Le premier de ces projets à construire dans le lieu appelé Los Huertos, donné à la municipalité par l’État, présentait un plan en forme de trapèze et fut finalement utilisé pour la construction des écoles ; le deuxième, pour une installation à San Agustin n’aboutit pas ; le troisième, prévu pour la place de El Carmen fut modifié devant l’impossibilité d’agrandir le terrain par des expropriations, pour finalement ne pas être réalisé110. Dans le cas de la halle de Badajoz citée plus haut, même si d’un point de vue physique et topographique l’emplacement était valable, Maria Cruz Villalon a signalé l’incohérence de l’insertion de cette construction « moderne » dans le tissu d’une ville inchangée d’un point de vue architectural et urbanistique111. À Burgos, l’initiative municipale de 1859 comportant la construction de trois marchés distribués dans le tissu traditionnel de la ville, se réduisit bientôt à un seul112, celui de la place de la Libertad, pour laquelle furent dressés de nombreux projets tout au long du siècle sans qu’aucun ne parvienne à voir le jour. Lena Saladina Iglesias Rouco a signalé comme raisons de cet échec, l’opposition des intérêts privés, aussi bien des propriétaires des terrains que des marchands installés dans la ville, opposés à un plus grand contrôle des autorités municipales, et la présence aussi sur la place de la Libertad de l’édifice de l’autorité militaire -Capitanía General-113. Les intérêts, les mentalités et les pouvoirs caractéristiques de la ville traditionnelle auraient empêché l’implantation de cet équipement dans le cœur de la vielle ville. Seule une réalisation tardive et extérieure au périmètre traditionnel fut réalisée, celle du marché de la place General Santocildes.

  • 114 CERRO MALAGON, R. La transformación moderna de Toledo. Arquitectura y urbanismo del siglo XIX, Madr (...)
  • 115 CANCELA, M.L. o.c. p. 9.

58On essaya donc d’améliorer les conditions des emplacements traditionnels par deux moyens. Premièrement par l’agrandissement et la régularisation des emplacements existants. Parmi les exemples de ce type d’emplacement mixte, citons le projet d’élargissement du marché de la Barceloneta à Barcelone de Garriga y Roca (1867) conçu pour occuper l’emplacement traditionnel plus celui d’une caserne voisine ; la halle de Tolède construite sur le local de l’ancienne boucherie démolie, agrandi par l’expropriation de maisons privées114 ; et le marché Lanuza de Saragosse(1903) pour la construction duquel l’emplacement traditionnel fut agrandi par l’expropriation d’une quarantaine de petites propriétés115, et rendu régulier. Deuxièmement, par le déplacement d’un marché traditionnel vers un emplacement proche, spécifiquement défini, plus vaste et mieux entouré. La construction des marchés San Miguel à Madrid et de Salamanque, occupèrent, certes, des terrains déjà consacrés à la vente, mais ils furent aussi prévus pour libérer les Plazas Mayores voisines de leurs fonctions de marché. À Barcelone, l’actuel marché de la Boquería fut construit sur les terrains du couvent désaffecté de Sant Josep pour remplacer l’ancien marché traditionnellement situé sur l’avenue principale des Ramblas. Toujours à Barcelone, le marché de Sant Antoni, situé dans un îlot de l’agrandissement de Cerdà, remplaça l’ancien marché de la place Padró, installé près de la limite du périmètre de l’ancienne Barcelone, et le nouveau marché de El Born fut placé sur de nouveaux terrains cédés à la ville, à proximité de l’ancienne localisation -actuelle promenade de el Born-. À Oviedo, l’espace commercial traditionnel de El Fontan eut une continuation par la construction de la halle métallique voisine du 19 de Octubre (1882-1885).

59Ces nouvelles implantations furent possibles grâce aux deux autres catégories d’emplacements des halles que nous analyserons par la suite : des terrains dans la ville ancienne libérés et réutilisés pour l’aménagement urbain intérieur et les zones réservées aux équipements dans les agrandissements programmés.

60La deuxième catégorie d’emplacements de marchés au XIXe siècle correspond, en effet, aux terrains ou édifices désaffectés (de leurs anciennes fonctions) et consacrés ultérieurement aux services de la distribution des denrées. Dans cette catégorie on peut distinguer quatre types de terrains.

61Premièrement, des terrains ou même des édifices consacrés précédemment à des fonctions publiques ou à des services autres que les marchés. À Vilafranca del Penedés (Barcelone) (1882) le marché de la viande fut construit sur l’ancien emplacement d’un théâtre démoli en 1817 ; à Palafrugell (Gérone) (1895-1901) la nouvelle halle fut bâtie sur l’ancien cimetière désaffecté, et à Gavà (Barcelone) (1934) la halle fut construite en profitant d’un ancien édifice utilisé comme école.

  • 116 Garriga y Roca prévoyait son projet d’amélioration du marché traditionnel de La Barceloneta (1867) (...)

62Deuxièmement, les terrains occupés par des installations militaires désaffectées. La réalisation intégrale du projet, cité plus haut, de Garriga y Roca pour le marché de la Barceloneta (Barcelone, 1867), comportait l’utilisation d’une grande partie du terrain occupé par une vieille caserne qui devait être abandonnée et installée ailleurs116. Également à Barcelone, le nouveau marché de El Born (1873) doit être compris dans le cadre de la transformation en parc de la vielle Citadelle fortifiée, le Parc de la Ciutadella où se déroula l’Exposition Universelle de Barcelone de 1888. José Fontseré, l’architecte responsable de la première étape de la construction du parc ainsi que de la réalisation définitive du marché de El Born, voyait ce bâtiment comme faisant partie de l’ensemble du quartier réaménagé sur les terrains du site militaire désaffecté :

  • 117 « Al concebir el infrascrito el proyecto de parques y jardines que hoy se está realizando (Ciutadel (...)

« Dans la conception du projet de parcs et de jardins, aujourd’hui en cours de réalisation [Ciutadella], je n’ai pas oublié -bien au contraire, j’y ai attaché toute mon attention- l’une des améliorations que l’embellissement public […] exigeait depuis de longues années, à savoir : l’établissement d’un marché […] dans les quartiers les plus proches de la Citadelle »117.

63La disparition progressive de places fortes trop proches du centre ville et leur remplacement par des quartiers suivant une conception planifiée et par des zones de services, est significative d’une nouvelle conception de la ville. La construction de marchés, elle aussi, était liée à ce processus de remplacement et de renouvellement urbain.

  • 118 L’évolution du cadre légal dans lequel étaient effectuées ces opérations est minutieusement étudiée (...)

64Troisièmement, les emplacements correspondant à des terrains privés expropriés. L’expropriation 118 présentait des difficultés d’ordre technique et économique : d’un côté, très souvent l’expropriation d’un terrain suffisant à l’implantation d’une halle comportait de longues démarches auprès d’un grand nombre de propriétaires, compte tenu que dans le parcellaire de la ville traditionnelle abondaient les propriétés petites et irrégulières ; d’un autre côté, souvent, le mauvais état des finances municipales compliquait ou rendait impossible ce genre d’opérations. Cependant, l’expropriation fut utilisée dans certains cas pour compléter un emplacement déjà existant, nous l’avons déjà signalé, et dans d’autres cas pour obtenir des emplacements lorsque les processus de sécularisation du sol, une fois achevés, ne devait plus libérer de terrains pour l’établissement d’équipements. Des exemples de ce dernier cas sont les marchés de Sarrià (Barcelone, 1911) et de Molins de Rei (Barcelone, 1927-1935).

  • 119 Ces iniciatives visaient à créer une dynamique de croissance de la richesse et de la production dan (...)
  • 120 VV.AA. « Las desamortizaciones », Historia 16, IV-1983, pp. 42-64. Parmi l’abondante bibliographie (...)

65Quatrièmement, les terrains sécularisés appartenant notamment à l’église, constituent la plus grande partie des nouveaux emplacements des halles à l’intérieur de la ville ancienne. Le processus de suppression des biens ecclésiastiques du XIXe siècle en Espagne eut ses précédents dans les essais éclairés de rendre plus productives les propriétés du sol, promus par les gouvernements successifs dans la seconde moitié du XVIIIe siècle119. Mais le processus de sécularisations urbaines et suburbaines, dans le sens contemporain, fut développé, en Espagne, tout au long de la période 1808-1860, avec des moments spécialement significatifs : 1808-1812 (règne de Joseph Napoléon), 1820, 1835-1837 (Loi Mendizábal), 1855 (Loi Madoz)120.

  • 121 HERNANDO, J. Arquitectura en España, 1770-1900, Madrid, 1989, p. 450.
  • 122 « De la Palencia médiévale et conventuelle de 1833 jusqu’à la ville de 1868… il y avait de profonde (...)
  • 123 CANTARELLAS, C. La arquitectura mallorquina desde la Ilustración a la Restauración, Palma, 1981, p. (...)
  • 124 idem. « Desamortizaciones y transformaciones urbanas en Palma de Mallorca », dans Actes du II Congr (...)
  • 125 « va a condicionar el crecimiento de la ciudad hasta nuestros días.. »… « …para las ciudades pequeñ (...)

66L’influence de ce processus historique dans l’évolution urbanistique des villes a été souligné de façon générale par l’historiographie. À cet égard, Javier Hemando signale que « la libération des terrains sécularisés des couvents, transformés en marchés, casernes, hôpitaux, places ou mes traversant le centre ancien des villes, constitue tout un chapitre de l’urbanisme espagnol du XIXe siècle »121. Il fut tout particulièrement important pour les villes de petite dimension et de croissance démographique modérée, dans lesquelles, il constitua, à défaut d’une expansion spatiale, le seul élément de renouvellement urbanistique. Ce fut le cas des villes comme Palma de Majorque ou Palencia122. A propos de Palma, malgré les différentes propositions présentées, aucun plan d’élargissement ne fut définitivement approuvé jusqu’en 1901123. En conséquence, « la désaffectation et l’ultérieure démolition, ou la nouvelle utilisation des couvents (constitua) le seul élément qui apporta une certaine modernisation de la ville »124. À Palencia, où le projet d’élargissement de 1861 échoua, le processus de sécularisation « a défini, jusqu’à nos jours la croissance de la ville » car « dans les petites villes comme Palencia l’espace urbain mis en vente à la suite des expropriations des biens ecclésiastiques était largement suffisant pour répondre à la demande »125.

  • 126 HERNANDO, J. o.c. p. 451.

67En ce qui concerne les grandes villes, l’importance des suppressions des terrains ecclésiastiques fut aussi grande que dans les petites, quoique plus limité dans le temps. Les nouveaux sols disponibles à l’intérieur du périmètre historique permirent de transformer la morphologie urbaine des centres traditionnels et d’en définir leur structure contemporaine. Pourtant « dans les grandes villes […] le sol urbain libéré dans le centre historique fut bientôt : insuffisant, nécessitant de nouveaux espaces »126. Jusqu’aux années 1860, petites et grandes villes eurent en commun un modèle de développement fondé sur l’aménagement des nouveaux terrains sécularisés. À partir de cette période s’ouvrit pour ces dernières, nous le verrons, l’âge des élargissements programmés que les villes plus modestes ne connurent, dans le meilleur des cas, qu’au XXe siècle.

  • 127 À Barcelone « la destination donnée aux terrains des couvents disparus fut très diverse, mais en de (...)

68Les terrains et les édifices disponibles obtenus par le système de la sécularisation, furent en partie destinés à des services et des équipements dont les villes traditionnelles avaient un besoin impératif. Parmi ces services l’un des principaux était celui de la conservation et la vente des denrées127. L’histoire du processus de sécularisation en Espagne, avec ses hésitations, ses contradictions, et sa longue durée, peut être fidèlement suivie à travers l’histoire de la construction des halles.

  • 128 Finalement, la municipalité prit le parti de démolir l’ensemble du couvent, et de loger la poissonn (...)
  • 129 « Lettre du 27-IX-1858 de l’architecte Vicente Miranda faisant référence à ce projet de marché » (A (...)
  • 130 « …dar ocasión a que se faltase al respeto y veneración debida a los templos y servir también de es (...)
  • 131 « … al común de los vecinos de esta ciudad » (« Rapport municipal de la Comisión de Obras », le 26- (...)
  • 132 « derechos de propiedad […] sobre el terreno en que el mercado se proyecta », le 14-IV1873 (ibidem)

69Le marché de Ciutadella à Minorque (Baléares) (1869) composé d’une couverte de structure métallique placée dans le centre de l’ancien cloître d’un monastère désaffecté, est emblématique de la relation entre la sécularisation des propriétés ecclésiastiques et l’établissement des halles. A Valence, la municipalité avait envisagé, en 1838, de consacrer le cloître gothique du couvent des Magdalenas, une fois sécularisé, à l’établissement de la poissonnerie128. Les démarches préalables à la construction du marché Portugalete, à Valladolid, illustrent aussi la relation problématique entre le pouvoir ecclésiastique, jaloux et défenseur à outrance de son implantation urbaine privilégiée, et le pouvoir civil municipal cherchant à adapter le tissu urbain aux nouveaux besoins. Le marché de Portugalete fut construit à côté d’un site spécialement significatif, la cathédrale inachevée de Valladolid de Juan de Herrera. La municipalité avait l’idée d’établir ce nouveau centre d’approvisionnement dès 1858129, à propos duquel le chapitre exprimait sa crainte de voir un tel établissement si près de la cathédrale. D’après son témoignage, l’activité du marché pouvait « provoquer un manque de respect et de vénération dus aux temples et favoriser le scandale parmi les fidèles… »130. Mais la différence de critères entre la municipalité et l’église ne concernait pas uniquement une préoccupation spirituelle ou morale, mais aussi celle de la propriété du terrain où la halle devait être construite. En 1859 la municipalité soulignait le fait que la place de Portugalete appartenait à « la communauté des habitants de la ville »131 et en 1873, le chapitre se déclarait prêt à accepter l’accord proposé par la municipalité pour la construction de la halle sur la base de la reconnaissance de ses « droits de propriété [… J sur le terrain où l’on projette le marché »132.

  • 133 Fiche historique de l’Inventaire Municipal de Seville.

70À Séville, l’ancien couvent de l’Encarnación, démoli en 1812 -par décret de Joseph I er- fit place au marché du même nom, qui fut installé en plein air à partir de 1820, puis dans un cadre architectural ad hoc à partir de 1833133.

  • 134 GRAU, R. « Génesi… », pp. 23-25 ; GARCIA DOMENECH, R.M. o.c. pp. 194-195.
  • 135 GRAU, O.C. p. 24,

71La construction de l’actuel marché barcelonais de la Boquería a été décrite en détail par Ramón Grau et par Rosa María García Domenech134. A l’occasion d’une visite de la famille royale à Barcelone, les boucheries de l’ancienne Boqueria, traditionnellement situées sur les Ramblas, furent installées, de façon provisoire, dans une partie des jardins du couvent des Carmélites, établissant ainsi un précédent ultérieurement confirmé. En 1823 et dans le cadre de l’application de la loi de 1820 promulguée sous le régime libéral de 1820-1823 -Trienio Liberal (Triennat Libéral)-, le marché fut installé sur ces terrains et le couvent de San José fut désaffecté et partiellement démoli. La réaction absolutiste de 1823 mit fin à l’expérience : couvent et marché furent installés à nouveau dans leurs emplacements d’origine. Le début de la période libérale progressiste ouverte en 1835 fut marqué à Barcelone par la révolte populaire du 25 juillet et au cours de laquelle ce couvent fut définitivement brûlé, puis démoli. Dans le cadre des lois de sécularisation du ministre Mendizábal des années 1835 et 1837, les terrains passèrent, en 1836, à la municipalité, qui décida d’y construire un marché comportant 340 points de vente. La définition de la surface définitive du nouveau marché, et conséquemment l’inachèvement des travaux, fut liée, pendant des années, à la solution d’une autre entreprise de sécularisation, celle du couvent voisin de Jerusalem. Ramon Grau a montré comment cet espace supplémentaire ne fut incorporé au marché qu’à la suite de la révolution de 1868. Ce retard eut pour conséquence l’inachèvement des travaux - dans l’état où ils existent encore- car en 1868 les besoins et les conceptions avaient évolué autrement, et le nouveau terrain -connu actuellement sous le nom de Gardunya - est parvenu jusqu’à nos jours comme espace ouvert auxiliaire135.

  • 136 « Sa Majesté la Reine, tenant compte des arguments exposés par la municipalité de Barcelone, a bien (...)

72La formation de l’actuel marché de Santa Caterina ou de Isabel II, aussi à Barcelone, suit une chronologie parallèle à celle de la Boquería. Le petit marché en plein air installé traditionnellement à côté du couvent des Dominicains, fut élargi en 1823 profitant des terrains libérés par la démolition partielle du couvent. À la fin de la même année les moines récupérèrent leur terrain et les deux établissements reprirent leurs emplacements d’origine, puis la propriété ecclésiastique fut sécularisée définitivement après 1835. Les terrains devenus ainsi propriété de l’État, furent donnés à la municipalité en 1844136pour bâtir le projet de place de marché prévu dès 1837.

  • 137 « Si en et primer intent (desamortitzador) de 1820-23, quan Barcelona comptava amb unes 90 000 ànim (...)

73Ces deux réalisations barcelonaises s’inscrivent dans la coïncidence temporelle de la libération des terrains ecclésiastiques et du besoin de plus en plus impératif de créer des établissements d’approvisionnement dans une ville en pleine croissance. D’après R.M. Garcia Domenech « si dans le premier essai (de sécularisation) de 1820-23, lorsque Barcelone avait quelque 90 000 habitants, on considérait déjà urgente la transformation des couvents de Santa Caterina et de Sant Josep en marchés, en 1835, à l’occasion de la deuxième loi sur les sécularisations, le besoin était encore plus grand, la population étant estimée en 118 000 habitants. L’utilisation donnée aux terrains des couvents supprimés fut très variée mais, à part les terrains affectés à une fonction militaire, la ville en tira profit sous forme de places, d’établissements d’enseignement et de marchés »137.

  • 138 GARRIGA Y ROCA, M. « Projet de marchés… », 1861, (A.A.B. 2886 B).

74Également à Barcelone, la municipalité commanda, dans les années 1860, quatre projets -non bâtis- de halles couvertes à son architecte municipal Garriga y Roca, dont deux sur des terrains d’anciens couvents sécularisés, ceux du couvent des Arrepentidas et du jardin de l’ancien couvent des Gerónimas (1861)138.

  • 139 RUIZ PALOMEQUE, M.E. o.c., pp. 42 et 43.

75À Madrid, la première halle placée dans un édifice clos, celle de San Ildefonso (1835) -actuellement disparue- s’inscrivait dans une entreprise de sécularisation de terrains ecclésiastiques, similaire à celles décrites pour Barcelone. En 1810, sous le régime de Joseph Bonaparte, fut démolie l’église de San Ildefonso afin d’agrandir la petite place voisine de l’église où se tenait le marché. Après 1814, les religieux tentèrent de reconstruire l’église ; ils y parvinrent en 1826, pendant la période antilibérale de la décennie 1823-1833. L’église fut définitivement démolie et son emplacement fut destiné à la construction du marché couvert de San Ildefonso en 1835139, dans le cadre de la politique de suppression des propriétés de Mendizàbal mise en place à la mort de Ferdinand VII.

  • 140 ibidem, pp. 52-57.

76L’emplacement du marché des Mostenses, aussi à Madrid, suit une démarche très similaire. En 1810-11, le couvent des Mostenses fut démoli, pour installer sur son terrain, à partir de 1822, le marché en plein air situé précédemment sur la place de El Gato ou sur la place de Santo Domingo. Comme dans les cas précédents, on envisagea dès 1837-38, la construction d’une halle, sans résultat immédiat140.

  • 141 GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c. pp. 17 et 20.

77À Oviedo, la construction des marchés du 19 Octubre (1882-1885), cité plus haut, et du Progreso (1882-1887), était liée à des entreprises de sécularisation des propriétés ecclésiastiques. Le premier fut construit sur l’emplacement du collège de San Matías appartenant aux jésuites et qui avait été démoli. L’emplacement du deuxième, appelé Campo de la Lana -champ de la laine-, destiné par l’usage aux foires, était limité par l’ancien couvent de Santa Clara, lui aussi démoli en 1845141.

78Le troisième type d’emplacement correspond aux zones destinées à l’implantation de marchés lors des travaux d’agrandissements. Les projets d’élargissement pionniers de 1859 pour Barcelone et Madrid ainsi que la Loi d’Élargissement des Villes -Ley de Ensanche de las Poblaciones -(1864) marquèrent le début de ces programmes.

  • 142 Signé par Rovira y Trias, le 31-XII-l875, (A.A.B. 129-Ai-).

79Dans les villes bénéficiant d’une dynamique d’expansion territoriale qui aboutit à des élargissements, l’installation de la halle était, également, une question prioritaire. Dans le cadre de ces élargissements, l’implantation de la halle n’était pas conditionnée par l’irrégularité et la dimension des emplacements traditionnels, ni par la lourdeur des démarches administratives liées à la sécularisation, ni par le coût et la complexité des expropriations de terrains urbains. La halle, en raison de sa fonction, joua un rôle significatif dans la conception urbanistique des nouveaux quartiers. Souvent elle fut utilisée comme trait-d’union entre la vieille et la nouvelle ville, et ceci pour deux raisons. Premièrement, la halle était, dans l’ensemble du tissu urbain, nous le verrons dans la Deuxième Partie, un noyau important de la circulation et un pôle d’attraction des activités. Deuxièmement, les halles construites dans les zones d’élargissement étaient destinées non seulement à desservir les nouveaux quartiers, mais aussi le cœur ancien de la ville. À Barcelone, le projet de Division en zonas del Ensanche y clasificación de obras -division par secteurs de « El Ensanche » et classification des travaux- de 1875142 comportait la construction de deux marchés -celui de Junqueras, non réalisé, et celui de Sant Antoni - sur la frontière entre la vielle Barcelone et celle conçue par Ildefonso Cerdà.

  • 143 « …ces terrains là furent réclamés avec insistence par leurs propriétaires, mais ils ne furent jama (...)
  • 144 Dans le projet d’élargissement de Antonio Cortázar approuvé pour Saint-Sébastien en 1862, l’espace (...)

80À Saint-Sébastien, le marché de La Brecha (1870-1871) fut construit à la limite de la ville ancienne sur des terrains privés déclarés d’utilité publique en 1866, en même temps que le projet d’élargissement de la ville était approuvé et la muraille démoliei143. Le marché de La Brecha servit aussi comme trait-d’union entre la vieille ville et le Boulevard, lequel constituait le point de départ du nouveau Saint-Sébastien144.

  • 145 « al costat deponent del nucli de ta ciutat ajudà a integrar l’eixample[…] amb et centre historié i (...)
  • 146 « […] Tortosa oberta per trencar amb la condició del riu com a frontera i fer-lo, precisament nexe (...)

81Le même principe fut adopté dans un certain nombre villes catalanes plus petites. A Terrassa (Barcelone) le marché de la Independencia (1905-1911) est situé à cheval entre le cœur ancien et les nouveaux quartiers développés à partir de la nouvelle Rambla. À Sabadell (Barcelone), le marché Central (1930) placé « du côté ouest du noyau de la ville servit à intégrer l’élargissement […] au centre historique, en implantant des activités sur le terrain vague nommé Camp de la Sang »145. À Tortosa (Tarragone) la halle fut construite, certes, à l’extérieur du périmètre de la ville ancienne mais de façon cohérente avec les projets de transformation urbaine : d’un côté la halle était pleinement intégrée aux travaux d’agrandissements de la ville réalisés suivant le projet de l’architecte J. Abril -le même qui conçut le marché- ; d’un autre côté, le marché construit sur le bord de la rivière, devenait, avec le Parc Municipal, l’église de El Roser et l’abattoir, l’un des éléments principaux du processus de création d’une « Tortosa ouverte, dépassant la frontière de la rivière, laquelle devait devenir justement Taxe de la nouvelle ville »146.

82La dynamique d’expansion spatiale des élargissements entraîna une augmentation de la demande des services d’approvisionnement, non seulement dans la périphérie de la vieille ville, mais aussi au cœur des nouveaux quartiers éloignés du centre. La dynamique de construction de ces établissements suit une expansion étroitement liée à celle de la ville en général.

83À Barcelone, entre 1880 et 1930 (environ), on constate la construction des halles en plein centre de l’élargissement projeté par Cerdà -marché de la Concepción (1888), marché d’el Ninot (fini vers 1933)-, au cœur des villes de la périphérie barcelonaise assimilées à la nouvelle Barcelone -à partir de 1897- (marchés de Hostafranchs (1883-1888), Sants (1892-1913), Sarrià (1911), ou encore dans des élargissements partiels plus tardifs -marché du Progreso ou Galvany (1928). Ce processus de construction de marchés vint compléter l’ensemble des marchés créés à l’intérieur de la vieille Barcelone à partir des années 1840 (Boqueria, Santa Caterina) ou bien autour de la limite de la ville traditionnelle, à partir des années 1870 (Bom, Sant Antoni…).

  • 147 « Compte tenu de la croissance que connaissait par cette partie de la ville, la municipalité accord (...)
  • 148 « Dans le quartier de El Antiguo, les paysannes et les poissonnières vendaient leurs marchandises l (...)
  • 149 RODRIGUEZ SORONDO, M.C. o.c. pp. 69 et 70.
  • 150 ANABITARTE, B. Gestion municipal… en el siglo XIX, Saint-Sébastien, 1903, pp. 232 et 235.
  • 151 RODRIGUEZ SORONDO, M.C. o.c. p. 140

84À Saint-Sébastien le marché de la Brecha cité plus haut, fut rapidement insuffisant. La construction des marchés de San Martin (1883,1902-1904, 1907-1909) au cœur du nouvel agrandissement, de Gros (1906-1911), dans le nouveau quartier du même nom147, et d’El Antiguo (1922) aussi dans le quartier portant le même nom148 sont représentatifs du schéma de développement urbain de la ville. L’élargissement de la ville commença en 1863 lorsque le projet de Cortzár fut approuvé et que le permis de démolition des remparts fut accordé ; il connut sa phase la plus active à partir de 1886 lorsque la deuxième phase de l’élargissement de Cotázar, modifié cette foisci par Barrio et Goicoa, fut approuvée149. D’après Baldomero Anabitarte le quartier de Gros fut entièrement transformé à partir de la loi du 7 juin 1907 dans laquelle était établi un accord entre la municipalité et deux propriétaires -M. Gros et M. Iribas- pour la démolition d’édifices gênants ou en mauvais état et pour l’ouverture de rues150. En ce qui concerne le quartier de El Antiguo un important plan d’urbanisation du quartier fut initié en 1921 suivant le projet de l’architecte Luis Elizalde151.

  • 152 « …ocupa la manzana situada entre las calles de Jorge Juan, Cirilo Amorós, Conde Salvatierra y Mart (...)

85À Valence, la construction de la halle dans le secteur d’élargissement -marché Colón (1916)- fut antérieure à celle du marché implanté dans le centre ville -marché Central-. Le marché Colon « occupe l’îlot situé entre les rues Jorge Juan, Cirilo Amorós, Conde Salvatierra y Martinez Ferranda ; cet emplacement faisait partie d’un îlot originairement prévu plus grand et s’étendant jusqu’à la rue Somi, dans le plan d’élargissement »152.

  • 153 Voir : BOIX GENE, J. Terrassa, 1877-1977. 100 anys d’urbanisme, Terrassa, 1977, p. 19.

86À Terrassa (Barcelone), quinze ans après la construction du marché de la Independencia destiné à desservir le centre ville, l’ancienne commune de Sant Pere, annexée à Terrassa en 1904 devint un quartier en plein développement urbanistique et fut équipée d’une halle -Triomf- (1926-28)153.

  • 154 Sur les cartes de Badalona des années 1877 et 1882, Factuel emplacement du marché Maignon apparait (...)
  • 155 Le projet de Pons, est fondé sur une structure ortogonale pour l’expansion du tissu urbain existant (...)
  • 156 « la conveniencia y la necesidad de dotar a Badalona de un nuevo centro de abastos que supliera los (...)

87À Badalona (Barcelone), la construction des deux halles traduit différentes étapes de l’expansion urbaine de la ville. Le marché Maignon, fut construit sur l’ancienne place Moyons pour abriter les marchands, traditionnellement installés sur l’actuelle place de l’Hôtel de Ville, dans le cadre d’une première étape d’élargissement partiel de la ville du XIXe siècle154. Le marché Torner (1924-1926) bâti sur la place du même nom s’inscrit dans le processus d’élargissement de Badalona développé à partir du projet de l’architecte Juan B. Pons (18 95)155 et répond à « la convenance et la nécessité de donner à Badalona un nouveau centre d’approvisionnement susceptible de corriger les inconvénients d’une excessive et absurde centralisation opposée à [l’expansion croissante et continue] du noyau urbain de la ville…156. »

  • 157 GARCIA ESPUCHE, A. et GUARDIA BASSOLS, M. La construcciô d’una ciutat : Mataró 1500-1900, Barcelone (...)

88À Mataró (Barcelone), l’approvisionnement de denrées, habituellement centralisé autour de la place Gran157, fut complété en 1936 par la construction du marché de la place Cuba, dans le quartier ouest de la ville.

  • 158 « ,„el vapor abre vias portentosas y cuando una de las màs importantes [.,.]pasa por las puertas de (...)

89Or, dans un grand nombre de cas, la construction des marchés suit de très près la dynamique d’expansion urbaine de la ville. Le progrès, la croissance de la ville et le développement du commerce étaient perçus comme des éléments étroitement liés. En 1863, lorsque la démolition des murailles de Saint-Sébastien fut approuvée, la municipalité déclara : « …lorsque le vapeur ouvre des voies [de communication] extraordinaires et que l’une des plus importantes passe devant les portes de la ville, celle-ci doit s’agrandir. La ville est opprimée par les murs construits sous Isabelle Ière. La population, toujours croissante, s’entasse dans une trop petite enceinte et le commerce manque de locaux et d’entrepôts indispensables à ses opérations toujours en expansion… »158.

  • 159 Selon José Ramón Alonso Pereira, la loi de 1892 rendit vraiment rentable la production urbaine syst (...)

90Madrid, en revanche, constitue une exception significative à cette liaison entre les processus d’élargissement urbain et la construction de marchés. La pénurie des finances municipales de la capitale au XIXe siècle et la particularité des milieux financiers de Madrid auraient pu contribuer, nous le verrons plus loin, à expliquer ce phénomène. L’expansion territoriale de la capitale de l’État fut programmée dès 1859 par le plan de l’ingénieur Castro. Le fait que le rythme de construction réelle du plan Castro fut lent, (il n’a été vraiment abordé qu’à partir de la Restauration (1875) et surtout à partir de 1892)159, n’explique pas à lui tout seul l’échec d’un grand nombre de projets de marchés et les difficultés des rares réalisations. Pas un élargissement conçu dans la deuxième moitié du siècle n’eut une réalisation immédiate et intégrale. Bien au contraire, ce furent de longs processus dans lesquels la création d’un équipement, dont les marchés, était plutôt un élément dynamique de l’urbanisation. Mais à Madrid la création de halles modernes dans les nouveaux quartiers dut attendre, nous le verrons plus loin (Deuxième Partie) jusqu’au milieu de notre siècle. Les deux halles métalliques de La Cebada et Mostenses, pionnières dans le contexte espagnol, furent construites, nous l’avons vu, sur des emplacements du Madrid traditionnel. De son côté, le marché de la Paz (1876-79) dans le nouveau quartier de Salamanca constitue un cas isolé, secondaire -par les caractéristiques de l’édifice-, et marginal, dans la mesure où il s’agissait d’une initiative entièrement privée.

91Au-delà de l’aspect strictement physique ou matériel de l’implantation urbaine des halles, il existe une dimension symbolique tout à fait révélatrice du contexte historique dans lequel ces établissements furent créés. Cette symbolique s’est exprimée de deux façons.

  • 160 Voir : plan d’alignements dans le projet du marché (A.M.P. « dossier du Projet de marché »).

92Premièrement, l’emplacement de la halle dans la ville du XIXe siècle présentait, très souvent, des significations dépassant le simple critère fonctionnel. A cet égard, la proximité de la halle avec des éléments urbanistiques ou architecturaux de premier ordre comportait une dimension symbolique. On a déjà signalé la proximité de la halle avec la place centrale, ou avec des axes de circulation principaux, comme par exemple la Rambla typique des villes catalanes (Boqueria à Barcelone, Independencia à Terrassa (Barcelone), Arenys de Mar (Barcelone) entre autres). Le marché apparaissait souvent associé dans l’espace à des édifices du pouvoir public, notamment l’Hôtel de Ville. Ce fait peut être interprété comme une continuité de la tradition médiévale et moderne des loges commerciales établies dans le bâtiment municipal, mais aussi comme une volonté de souligner par l’emplacement l’un des équipements municipaux le plus novateur et le plus représentatif du pouvoir local. Les marchés de Sitges et de Malgrat (Barcelone), Independencia à Terrassa (Barcelone), Val (Valladolid) et d’Avila en sont des exemples. Dans ce même sens, le cas du marché de Palencia est particulièrement intéressant : placé près de l’Hôtel de ville, il fut conçu et réalisé à côté du nouveau siège du gouvernement de la province, dans le cadre d’une même intervention urbanistique destinée à régulariser les alignements des rues environnantes de cet ensemble de bâtiments publics et utilitaires160.

93Toutefois, selon la dynamique particulière de chaque ville, au fur et à mesure que le système de distribution alimentaire était décentralisé par la construction de halles de quartier, cette dimension symbolique perdait de son importance ; en effet la halle n’était plus un établissement unique dans le paysage urbain mais un élément fonctionnel de plus, faisant partie d’un réseau général.

94Deuxièmement, le nom des halles traduit trois réalités urbanistiques et historiques distinctes. D’abord, les noms donnés aux halles construites au XIXe siècle à l’intérieur du périmètre traditionnel de la ville, conservent la mémoire des points habituels de vente, même lorsque les emplacements réels avaient changé. La Boqueria et El Born à Barcelone, La Cebada à Madrid, ou La Brecha à Saint-Sébastien en sont des exemples.

95Ensuite, nous constatons aussi une volonté de préserver, à travers le nom des nouveaux équipements, le souvenir des sites historiques non commerciaux et consacrés au XIXe siècle à l’édification des marchés, notamment lorsqu’il s’agissait d’établissements ecclésiastiques. Le nom du marché de Atarazanas à Malaga est resté l’un des témoins de l’existence précédente au même endroit d’un édifice monumental hispano-arabe destiné à la construction navale. Mais surtout ce phénomène est représenté par le grand nombre de marchés du XIXe siècle voués à des Saints ou à des ordres religieux. Comme nous l’avons vu lorsque nous avons traité les emplacements urbains sur des terrains sécularisés, le choix de ces noms n’était pas arbitraire ou novateur. Bien au contraire, il répondait de façon très générale à l’identité de l’établissement précédent. Citons, à titre d’exemple, les marchés de San ! Josep, et de Santa Caterina à Barcelone ou celui de Mostenses, San Miguel, San Ildefonso et El Carmen à Madrid. Dans les zones d’élargissement, une partie des noms donnés répondent à leur situation topographique, (le nom de la rue -projet d’emplacement de marché de la rue Junqueras, à Barcelone- ou du quartier-Hostafranchs, Sants, aussi à Barcelone, Gros, à Saint-Sébastien…) ou témoignent de la nouvelle réalité urbaine dans laquelle ils sont implantés, comme par exemple, le marché de El Ensanche, à Bilbao. Mais un autre groupe de marchés construits dans les nouveaux quartiers reçurent des noms traditionnels d’inspiration religieuse -par exemple Sant Antoni, à Barcelone, ou San Martín à Saint-Sébastien-, Il est significatif de constater ce phénomène à cheval entre la mémoire historique, l’inertie de la tradition, et la volonté de conserver dans l’imaginaire les composantes religieuses de la ville traditionnelle disparues dans la réalité par la force des processus de transformation urbaine caractéristique du XIXe siècle.

  • 161 Dans le cas concret du marché de Isabelle II, l’emplacement pour bâtir une halle fut donné à la mun (...)
  • 162 Pedro Répide dans Madrid a vista de pájaro, évoquait le Madrid de 1873. « La place de La Cebada […] (...)
  • 163 En honneur du général libéral Rafael de Riego, qui se souleva en 1820 contre le régime absolutiste (...)

96Enfin, nous constatons une troisième catégorie de noms de halles, laquelle ne se réfère pas à la tradition mais à des contenus ou à des emblèmes idéologiques contemporains de la réalisation des établissements. Les marchés de El Progreso -le progrès- à Oviedo, de la Libertad -Liberté- à Burgos (projets non réalisés pour la place du même nom) et à Barcelone, et de la Independencia à Terrassa (Barcelone), sont significatifs des valeurs caractéristiques de l’univers culturel du XIXe siècle, comme par exemple le principe de modernisation, une nouvelle conception des relations sociales, et l’idée de souveraineté nationale. Les marchés de Isabel II à Barcelone et de Alfonso XII à Malaga sont des exemples d’une volonté politique d’associer symboliquement la couronne à l’amélioration représentée par ces équipements, et ceci pour des raisons différentes, en fonction de la conjoncture historique. Dans le premier cas on peut songer à une reconnaissance de la part des responsables politiques barcelonais au régime politique sous lequel les processus d' expropriation des propriétés ecclésiastiques devinrent irréversibles161. Dans le cas du marché de Alfonso XII, on cherchait à renforcer la légitimité de la dynastie restaurée, par l’association du nom du monarque à l’établissement d’un service moderne et à la réalisation d’une construction technologiquement novatrice. Ce nom a la même valeur symbolique que la présence, déjà évoquée, de la famille royale dans la cérémonie d’inauguration du marché de la Cebada à Madrid. Ces interprétations idéologiques sont confirmées par le fait qu’il s’agit de noms officiels que l’on tentait d’imposer à des sites ayant un nom traditionnel populaire : le marché barcelonais de Isabel II n’est autre que celui de Santa Caterina, et la halle Alfonso XII de Malaga est celle de Atarazanas. Les noms traditionnels survécurent aux essais de récupération idéologique pour parvenir jusqu’à nos jours. Un autre marché dont le nom changea provisoirement fut celui de la place de la Cebada à Madrid, du nom du général Riego lors de la période ouverte par la Révolution de 1868162, pendant laquelle on décida et on commença la construction de la halle métallique. Les idéaux incarnés par ce personnage historique163 furent repris par les révolutionnaires de 1868, puis abandonnés par la monarchie restaurée en 1875. À ce moment-là, la place et le marché récupérèrent leur nom traditionnel.

97La halle témoigne donc fidèlement de son contexte historique non seulement à travers sa réalité architecturale et stylistique, mais aussi, et peut être surtout, à travers la signification matérielle et symbolique de son emplacement dans la topographie urbaine.

3. Agents : promoteurs, constructeurs et fournisseurs

98Les promoteurs, les fournisseurs des matériaux de construction et les constructeurs des halles témoignent, par leur identité et par leur activité, de l’évolution des structures économiques, sociales et de la production, de la même façon que les architectes ou les maîtres maçons liés à ce genre de bâtiments illustrent les mutations professionnelles, conceptuelles et culturelles, des métiers de la construction.

99Dans le processus de construction des halles, comme dans celui de n’importe quel bâtiment public, il faut distinguer deux éléments, à savoir : le pouvoir de décision et de financement, et la réalisation matérielle. Le premier correspond au promoteur, qu’il soit public, privé ou mixte. La deuxième correspond au constructeur adjudicataire et aux fournisseurs. Parmi ces derniers et, compte tenu de l’objet de notre étude, nous attacherons une spéciale attention particulière aux fournisseurs des matériaux métalliques et aux fondeurs.

100Dans la pratique ces différentes catégories d’agents intervenant dans la construction de la halle étaient très souvent partiellement groupées en une seule personne, société ou entreprise.

3.1. Les Promoteurs

101Lorsqu’on envisage l’analyse des promoteurs des halles, la question clé à aborder est celle des rôles joués par l’initiative publique et par l’initiative privée.

102Au XIXe siècle, et suivant le mandat des lois -municipales et autres- déjà citées, la décision de la construction des marchés incombait aux municipalités. À l’origine de la presque totalité des projets ou des bâtiments répertoriés il y eut une décision explicite du pouvoir municipal. Dans la plupart des cas, cette décision comportait déjà une définition formelle d’un point de vue architectural et urbanistique conçue par les propres professionnels municipaux.

103Une fois que la décision municipale était prise, deux formules pouvaient être adoptées pour la réalisation du projet. Lorsque la municipalité pouvait se procurer les moyens d’assumer le financement des travaux, elle convoquait, suivant les préceptes légaux et les conditions établies dans la partie économique du projet, un concours pour définir un adjudicataire des travaux.

104L’adjudicataire était l’acteur matériel et la municipalité demeurait toujours le maître du chantier qu’elle contrôlait à travers les inspections de l’architecte municipal, le système de payement par tranches et les deux réceptions des travaux de l’édifice par ses soins (la réception provisoire juste après l’achèvement des travaux et la réception définitive, quelques mois plus tard, destinée à vérifier la bonne conservation des matériaux et des travaux).

105Une fois les travaux achevés, la municipalité était le propriétaire et le bénéficiaire des éventuels gains issus de l’exploitation de l’établissement. Dans le cadre espagnol, Barcelone constitua, par le rôle de la municipalité comme promoteur des nombreux marchés construits dans cette ville tout au long de notre période d’étude, le meilleur exemple d’implantation de l’initiative publique dans ce domaine.

106Quand la municipalité n’avait pas les ressources pour financer la création de ces équipements, elle pouvait adopter une formule comportant une synthèse d’initiative publique et d’initiative privée. La municipalité, forte de ses attributions légales en la matière, définissait les travaux à réaliser et faisait appel à un promoteur privé. Celui-ci, en accord avec le gouvernement local, prenait en charge le coût de la construction, qui était remboursé par la cession temporaire de l’exploitation de l’établissement.

107Les caractéristiques et l’importance de ces promoteurs privés étaient variables en fonction de l’échelle des villes et des différents degrés d’implantation des structures économiques capitalistes. Une première catégorie était celle des investisseurs individuels lesquels proposaient le financement des travaux en échange du droit d’exploitation.

  • 164 Clementina Diez de Baldeón décrit l’endettement de la municipalité de Madrid comme un « mal chroniq (...)
  • 165 Entre 1877 et 1930, Madrid passa de 397 816 habitants à 952 832 (FERNANDEZ GARCIA, A. « La població (...)
  • 166 Colmenares proposait à la municipalité un loyer annuel de 17 200 reales, quantité équivalente aux b (...)
  • 167 Mercados de Madrid. Labor realizada por el Excmo. Ayuntamiento durante los años 1939-1943, Madrid, (...)
  • 168 « Lettre du 18-V-1835 » (A.V.M. (S) 1-237-3 »).
  • 169 RUIZ PALOMEQUE, o.c. p. 60.

108À Madrid, devant la pénurie budgétaire presque chronique de la capitale164 et le besoin impératif lié à l’expansion démographique165, les essais de construction de marchés couverts constituèrent, dès la première moitié du siècle, un domaine ouvert à l’initiative privée. Plusieurs propositions furent adressées dans ce sens à la municipalité témoignant de l’intérêt que ce genre d’entreprise pouvait susciter parmi les investisseurs privés. Le seul édifice de marché construit à Madrid avant la fin des années 1860 fut celui de San Ildefonso (1834) par un promoteur privé. En 1834, Segismundo Colmenares se proposa à la municipalité madrilène comme promoteur des travaux de construction du marché de San Ildefonso. Une fois l’établissement construit, Colmenares proposa d’en garder l’exploitation en régime de location166. Apparemment ce modèle de promotion et d’exploitation du marché aurait été retenu car en 1936, le marché de San Ildefonso était encore classé comme « marché privé sans intervention municipale »167. Dans d’autres cas des propositions similaires échouèrent. Ainsi, en 1835 Juan et Antonio Pariente proposèrent à la municipalité ce même système pour le marché à construire sur la place El Carmen de Madrid168 et Joaquin Henry reçut la commande municipale pour promouvoir la construction des halles de El Carmen et de San Miguel169. Mais aucune de ces deux initiatives n’aboutirent.

109Une deuxième catégorie de promoteurs privés fut celle des associations locales constituées dans le but à peu près exclusif de financer la construction de ces établissements. Son rôle était strictement économique et indépendant de celui du constructeur. Leur finalité déclarée était de favoriser le développement économique et commercial de la ville, tout en tirant profit de l’exploitation de l’établissement et de la revalorisation des terrains environnants.

110Dans une lettre au maire datée du 8-XI-1879 à Saint-Sébastien, les promoteurs associés pour la construction du marché de San Martín déclaraient, au sujet de cet établissement :

  • 170 « No debe considerarse solamente la utilidad real que parte del ensanche ha de reportar de él, sino (...)

« on ne doit pas considérer uniquement l’utilité réelle qu’une partie de l’élargissement de la ville en tirera, mais aussi l’important développement que la construction de maisons privées prendra aux alentours de la place projetée, ainsi que l’augmentation de la valeur des maisons déjà existantes ; ceci est très favorable aux intérêts publics »170.

  • 171 ibidem.
  • 172 « Contrat notarial entre la municipalité et l’adjudicataire… », le 8-VI-1882, (A.M. S.S. D. 10.VIII (...)

111Cette association de promoteurs constituée par huit notables de la ville, proposait au maire de construire la halle suivant l’emplacement et le projet approuvés par la municipalité les autorités locales ayant le droit de surveiller la réalisation des travaux et de contrôler les concours d’adjudication. La société offrait le capital à un intérêt de 5,5 %, à amortir dans dix ans, période après laquelle le marché deviendrait entièrement la propriété municipale171. En dépit de cette proposition, il apparaît que la municipalité avait sans doute assumé le rôle de promoteur unique car, à partir de 1882, aucune trace de cette association n’apparaît plus dans la documentation concernant la construction172.

  • 173 « Estos son, á grandes rasgos, los datos que estamos en el caso de facilitar à los Señores Accionis (...)

112Pour la construction de la halle de Villaviciosa (Asturies 1901-1904 environ) il fut constitué une société par actions -Plaza Cubierta de Villaviciosa, Sociedad Anónima - à laquelle était adressé le mémoire du projet du bâtiment. Ce document concluait ainsi : « Voici, à grands traits, les données que nous sommes à même de présenter à Messieurs les Actionnaires afin de démontrer que le placement d’une partie de leurs capitaux dans la construction d’un marché couvert à Villaviciosa peut leur procurer des gains et servir à notre belle ville pour rendre possible cette amélioration, laquelle est indispensable si elle veut être considérée parmi les plus évoluées des Asturies »173.

  • 174 Voir : GUTIERREZ ROBLEDO, J.L., La arquitectura abulense del siglo XIX, Thèse en cours de publicati (...)
  • 175 Dans l’introduction du mémoire du projet, Repullés signalait être « honoré par le Conseil de la Soc (...)

113À Avila le promoteur de la construction du marché fut, du moins à l’origine, la Sociedad General Abulense. À la différence des objectifs des sociétés précédentes, ceux de cette société, également de caractère local, n’étaient pas restreints à la stricte construction de la halle. La société envisageait la création et l’amélioration d’autres équipements comme, par exemple, l’éclairage public174. La Sociedad General Abulense constituait, même modestement, la préfiguration d’une entreprise privée de services. Dans ce cadre, le projet et la réalisation de la halle furent commandés directement par le conseil général de la Sociedad à l’architecte E.M. Repullés y Vargas175, lui-même associé de la dite compagnie.

  • 176 L’architecte Félix Navarro n’hésitait pas à définir l’entreprise comme « l’œuvre de tous […] entrep (...)
  • 177 CANCELA, M.L. o.c. p. 8.
  • 178 GARCIA LASAOSA, J. Desarrollo urbanístico de Zaragoza (1885-1908), Saragosse, 1979, p. 219.
  • 179 CANCELA, M.L., o.c. p. 22.

114À Saragosse le projet de marché Lanuza (1901) fut commandé à l’architecte Félix Navarro par la société Nuevo Mercado de Zaragoza. La création de cette société de promotion correspondait à un état d’opinion très répandu, à la « volonté de toute la ville d’avoir un édifice de marché digne »176. Cette entreprise, gérée par l’avocat Felipe José Guillén177, s’engagea à réaliser les travaux d’aménagement et d’alignement nécessaires sur la place Lanuza ainsi qu’à construire l’édifice de la halle. Une fois les travaux terminés, le marché devenait propriété municipale et les promoteurs privés gardaient le droit de son exploitation pendant une cinquantaine d’années178. Apparemment, la société privée disparut et, en 1911, la municipalité acheta l’établissement179.

  • 180 ANASAGASTI, T. « El mercado de San Miguel » dans La Construcción Moderna, 1916, p. 152.

115La construction de la halle de San Miguel à Madrid, prévue par la municipalité depuis 1835, ne vit le jour qu’en 1916 selon le régime de propriété privée et grâce au patronage d’une société de propriétaires des terrains et des commerçants180.

116Une troisième catégorie de promoteurs privés dépassait la sphère locale se en raccordant à des grands circuits financiers nationaux et internationaux. Ces agents pouvaient agir en tant que simples promoteurs économiques ou bien associés à des puissantes entreprises spécialisées dans les travaux publics. Madrid constitue l’exemple le plus significatif, et en même temps singulier, de l’action de ces agents en raison du rôle économique de la capitale et de la pénurie des finances municipales.

  • 181 Le rôle de cette compagnie a été mentionné par CHUECA, F. dans El semblante de Madrid, puis par NAV (...)
  • 182 RUIZ PALOMEQUE, M.E. Ordenación…, pp. 175-176.

117Certains historiens ont souligné la participation d’une entreprise de fonderie française, Camne ou Came et Cie., dans la construction des halles madrilènes de La Cebada et Mostenses181. Dans cette hypothèse la participation des agents privés aurait été restreinte à une simple opération d’importation de matériaux de construction pour la réalisation des projets conçus par l’architecte municipal Calvo Pereira. Maria Eulalia Ruiz Palomeque signale comme adjudicataire des travaux de construction de La Cebada par accord municipal du 27-11-1869 Federich Power ; celui-ci aurait établi un accord avec Baden Crawley pour bâtir ensemble cette halle et celle de Mostenses. Un certain M. White apparaît comme leur représentant182.

118Pourtant l’identité et le rôle des promoteurs, des constructeurs et des fournisseurs liés à ces chantiers s’avèrent bien plus compliqués en raison de problèmes internes entre les parties associées et de l’instabilité politique de la période en Espagne et en France.

  • 183 Le mémoire Mercados de Madrid. Consideraciones sobre el pleito entre los individuos de la primitiva (...)
  • 184 Les contrats de constitution de la Société et d’engagement avec la fonderie de Vinuesa datent du 18 (...)
  • 185 « La construction de toutes les pièces métalliques a été faite en Anglaterre »… « La construcción d (...)

119Seulement la consultation du mémoire exhaustif, consacré au procès judiciaire suscité par les différentes parties associées dans cette affaire, a permis de mettre au clair l’intervention d’un nombre important de personnages et d’entités183. D’après cette source, la réalisation des halles projetées à Madrid fut confiée à une société privée destinée à réunir les capitaux nécessaires, laquelle établit à son tour un accord avec une entreprise de fonderie. L’adjudicataire légal du concours réalisé le 24 février 1869 pour les travaux de construction et de l’ultérieure exploitation fut Mariano de La Ripa. Le 13 avril 1869 la municipalité accordait l’adjudication à La Ripa et à ses successeurs de l’exploitation des halles pour une période de 77 ans, avec l’engagement de ce dernier de les construire en deux ans. Parallèlement, une société de promotion -Sociedad Mercados de Madrid - fut constituée par Juan Bautista Peyronnet, Mariano Calvo Pereira -architecte municipal et auteur des projets pour les halles-, Angel Juan Alvarez -marquís de Valderas-, Eufrasio Jiménez Cuadros -marquís de la Merced- et par le propre Mariano de La Ripa. Cette société s’engageait à acheter tous les matériaux métalliques nécessaires à la construction à la fonderie de Vinuesa (Soria) laquelle appartenait théoriquement à La Ripa184. Deux circonstances remirent en question les possibilités de fonctionnement de cette société. D’un côté la recherche d’investisseurs étrangers, nous les verrons plus loin en détail, aurait pu conditionner l’accord d’origine. En 1870 fut constituée à Paris, par l’intermédiaire de Peyronnet, une société anonyme destinée à la construction des marchés madrilènes à laquelle la municipalité accorda l’adjudication des travaux. Mais en 1870 le cours des événements historiques en France obligea, toujours d’après le mémoire judiciaire, à la liquidation de cette société. Dans cette situation l’affaire fut reprise, avec les mêmes conditions d’adjudication, par une société anglaise -The Madrid Market’s Company Limited - créée en 1871 par F. Power à Londres. Power s’associa à George Baden Crawley pour réaliser les constructions. Dans cette situation la société espagnole constituée dès le départ n’avait plus de raison d’être. Elle fut liquidée et le contrat passé avec La Ripa et la fonderie de Vinuesa annulé. Finalement les capitaux et les matériaux métalliques furent importés d’Angleterre185.

  • 186 Voir : Los mercados de Madrid. Consideraciones sobre el pleito…
  • 187 Mariano Calvo Periera était en même temps architecte municipal et auteur des projets des halles, me (...)
  • 188 Jusqu’en 1867 l’usine de fonderie de Vinuesa appartenait à La Ripa. Cette année là il s’associa à d (...)
  • 189 BAHAMONDE, TORO, Burguesía, especulación y cuestión social en el Madrid del siglo XIX, Madrid, 1978 (...)

120Au-delà de l’aspect anecdotique de cette affaire complexe, on peut faire quelques constatations significatives. Premièrement, l’échec par manque de capitaux d’un petit groupe financier et industriel de Madrid voulant se constituer autour de l’affaire des halles de la capitale. Deuxièmement, la recherche, par les associés, du concours des capitaux et des fournisseurs hollandais, français ou anglais, sans s’intéresser apparemment aux agents économiques et industriels nationaux. Troisièmement, les diverses irrégularités administratives et économiques de l’ensemble de l’affaire, aboutirent à un procès entre Mariano La Ripa et le reste des associés. D’abord, la seule proposition présentée lors du concours d’adjudication fut celle de La Ripa186. Ensuite, les liens entre la municipalité, les promoteurs et l’industrie métallurgique adjudicataire étaient trop étroits pour que l’objectivité et la clarté de la démarche administrative ne fut pas compromise187. Lorsque la Fonderie de Vinuesa, par l’intermédiaire de La Ripa, obtint la commande municipale, l’entreprise métallurgique ne lui appartenait plus. Cette adjudication pouvait apparaître comme un essai de La Ripa pour récupérer son pouvoir sur la Fonderie de Vinuesa avec les capitaux obtenus grâce au contrat municipal188. Enfin, l’opération d’achat des deux marchés par la municipalité en 1880 à la compagnie The Madrid Market’s Company Ltd. aurait été, selon Bahamonde et Toro, frauduleuse. Ces auteurs estimaient la valeur réelle des deux établissements à 2,5 millions de pesètes, alors que la municipalité aurait payé 6,5 millions en guise de dédommagements pour les irrégularités dans le concours d’adjudication et pour avoir permis, contre les conditions établies, l’installation de vendeurs dans la zone de 400 mètres autour des marchés189.

121Cette facette historique et méconnue de la construction des halles de la capitale de l’Etat illustre deux phénomènes significatifs. D’un côté l’intervention d’agents étrangers dans le processus d’expansion urbaine de Madrid : l’affaire des halles de Madrid, doit être considérée en relation avec la tradition, bien enracinée, d’activités de promoteurs immobiliers étrangers dans la capitale espagnole ; nous reviendrons plus loin sur ce point. D’un autre côté, la construction des halles de Madrid témoigne des relations quelque peu irrégulières entre des institutions publiques et des structures économiques et industrielles en processus de concentration et de mutation.

  • 190 « Demande de Bayard et Cie. à la Municiaplité de Madrid », le 28-VII-1896, (A.V.M. (S) 4-383-27).

122Un deuxième exemple de l’implantation des sociétés de financement et de construction étrangères à Madrid est constitué par la proposition de la Compagnie Bayard. En 1896 et à l’abri de la loi d’amélioration des grandes villes (1895) la compagnie parisienne Bayard et Cie. proposa à la municipalité de Madrid la construction des marchés de El Carmen et de San Miguel, et leur exploitation pendant quarante ans190. Durant cette période les adjudicataires payeraient à la municipalité le 8 % des revenus bruts et à la fin les établissements deviendraient entièrement propriété municipale. La société Bayard proposa même des crédits à l’administration de Madrid pour les travaux d’alignement et pour les expropriations nécessaires si le projet des halles était retenu. Mais ce ne fut pas le cas.

123Jusqu’ici nous avons analysé l’activité des promoteurs publics ou la coopération entre promoteurs publics et promoteurs privés. Mais il existe aussi un groupe bien moins important de marchés construits suivant des initiatives strictement privées. À la différence des agents privés évoqués plus haut, cette catégorie de promoteurs privés n’intervenait pas dans la réalisation d’un projet conçu par le pouvoir municipal. Ces promoteurs agissaient indépendamment, et même à l’encontre des politiques et des décisions des autorités locales.

  • 191 RIVAS, P. « Después del Ensanche, origen, evolución y desarrollo » dans Establecimientos tradiciona (...)
  • 192 « Mercado de La Paz » dans Revista de la Arquitectura Nacional y Extranjera, 1879, no 3,3-111-1879, (...)

124Les marchés construits par ces promoteurs pouvaient être encadrés dans des opérations urbanistiques plus vastes, comme la réalisation de zones d’élargissement de promotion privée. À Madrid, le marché de La Paz (1877) fut construit au cœur du quartier de Salamanca, dont le nom provient de son premier promoteur le marquís de Salamanca. Ce quartier, éloigné de la ville traditionnelle, manquait de toute sorte d’infrastructures et de services. Devant cette situation, Antonio López et les frères Girona, personnages principaux du monde des finances et de l’industrie en Espagne-, et propriétaires de l’un des îlots du quartier, décidèrent d’y construire une halle couverte. La construction fut commencée en 1877 « sans autorisation ». Mais n’ayant pas dans le quartier les équipements nécessaires, les promoteurs mirent au courant la municipalité afin de lui demander l’établissement des raccordements d’eau et d’évacuation dont l’édifice avait besoin191. Cette entreprise devait sans doute profiter au quartier mais aussi enrichir les frères Girona lesquels étaient non seulement propriétaires et promoteurs mais aussi, à travers leur entreprise de fonderie de Barcelone, les fournisseurs des éléments métalliques destinés à la construction du marché192.

  • 193 RUE DALMAU. « Los servicios municipales de Barcelona » dans Barcelona Atracción, VI-1934, p. 163.

125À Barcelone, le marché Galvany ou El Progreso (1927) représente un cas similaire à celui de La Paz de Madrid. Le propriétaire et promoteur Galvany, dans le cadre d’urbanisation des terrains qui lui appartenaient, décida de construire une halle, à titre entièrement privé193.

  • 194 Voir : Rapport inédit sur la Abaceria de Gracia réalisé par Carolina CHIFONI et par Jordi SERCHS po (...)

126Egalement à Barcelone, la construction de La Abaceria de Gracia (1891-1892) fut le fruit d’une initiative privée publiquement opposée à la politique et aux intérêts municipaux. Un promoteur privé, Francisco de Paula Torrens y Serra, construit dans un terrain de sa propriété une clôture et un appentis par étapes, et sans en déclarer la destination. En 1887 Torrens y Serra obtint l’autorisation municipale pour clôturer son terrain, et en 1891 la municipalité approuva son projet de construction d’un appentis. Une fois terminé, le bâtiment fut ouvert au public comme marché de propriété privée. La municipalité s’opposa alors à une telle entreprise : non seulement la corporation locale avait, d’après la loi, la responsabilité en la matière mais en plus il existait un marché en plein air d’exploitation municipale installé dans une place proche du nouvel établissement. Devant cette concurrence, le consistoire imposa la fermeture du nouveau marché et ouvrit un procès contre le promoteur (1893-1894). Le procès confirma la décision municipale. Finalement la municipalité acheta en 1911 l’établissement pour le destiner à la même fonction194.

127Ces exemples de marchés de promotion privée au XIXe siècle, par leur petit nombre et par leur caractère secondaire confirment, du moins pour l’Espagne, la vocation publique de la création de ces établissements.

3.2. Constructeurs et fondeurs

128Nous pouvons distinguer deux types d’organisation d’agents chargés de la réalisation matérielle des halles. Leur coexistence est significative d’une transformation profonde mais lente de la personnalité et du mode de fonctionnement professionnel pratique des intervenants dans les travaux publics. Cette transformation était rattachée à l’apparition de la mentalité de l’entrepreneur capitaliste et de la logique de la production industrielle face à la conception artisanale et corporatiste des maçons et des petits fondeurs traditionnels.

129La première de ces structures d’organisation comportait une séparation de tâches traditionnelle entre le constructeur et les fournisseurs de matériaux. Le constructeur adjudicataire était dans un grand nombre de cas un artisan maçon à titre individuel ou bien une petite entreprise familiale.

130Il y avait souvent des adjudicataires auxiliaires, des menuisiers, des peintres etc. mais le constructeur, signataire des conditions techniques et économiques établies par l’architecte, était le responsable principal de la réalisation des travaux de construction. Les fournisseurs de pièces métalliques avaient, dans cette organisation, une responsabilité indirecte dans la mesure où leurs produits étaient commandés soit par l’adjudicataire, soit par le responsable municipal de l’architecture en fonction des nécessités du projet et de la construction. Cette structure d’organisation des agents intervenant dans le processus de construction était liée à des choix traditionnels dans la conception du bâtiment, dans la mesure où les éléments métalliques, étaient utilisés de façon ponctuelle ou auxiliaire, ou bien adoptés de façon intégrale mais suivant des principes et des proportions correspondant aux matériaux traditionnels.

131Cette organisation des agents intervenant dans la réalisation matérielle des halles métalliques espagnoles, caractéristique de la période d’introduction des nouveaux matériaux, se perpétua dans de nombreuses constructions tout au long du siècle. Tout comme celle de l’adjudicataire principal des travaux, l’identité de nombreux fondeurs fournisseurs d’éléments métalliques de construction presque inconnus semblerait correspondre à celle des petits ou moyens ateliers locaux. Une étude systématique de ces producteurs, dont on ne connaît que le nom inscrit sur les pièces fondues ou cité dans la documentation historique, échappe aux limites de notre travail et serait une importante contribution à apporter au domaine de T » archéologie industrielle ». Citons, entre autres, Fundiciones Erice S.A. pour le marché de Pampelune (1876), le fondeur Montes pour le marché de El Barranco à Séville (1883), la S.E. de C.M. Talleres de Madrid, (1905), ou le nom seulement lisible partiellement de Viuda de Leto…, Constructor de Valladolid pour le marché de Val à Valladolid (1878-1882).

132La deuxième catégorie de structures d’organisation des agents intervenant dans la réalisation matérielle des halles métalliques est caractérisée par une intervention plus claire et plus directe des protagonistes du système de production industrielle. Dans des édifices où la structure métallique constituait l’essentiel de la construction, où elle dépassait les dimensions des matériaux traditionnels et comportait une grande complexité technique, le rôle à jouer par l’industriel métallurgique concerné n’était plus celui d’un simple fournisseur. Il acquit très souvent la responsabilité de l’adjudicataire principal. Par ailleurs ces industriels n’étaient plus les producteurs locaux plus ou moins anonymes à petite échelle cités auparavant, mais d’importantes compagnies métallurgiques du pays. Ces compagnies avaient non seulement une capacité de production très diversifiée mais aussi des équipes techniques, éventuellement dirigées par des ingénieurs, capables de prendre en charge la conception et le calcul des structures métalliques.

  • 195 « …las empresas de construcciones mecánicas llevaron casi siempre una vida lánguida, plagada de dif (...)
  • 196 « les entreprises de fonderie et de constuction Esparó, Compañía Barcelonesa et Nuevo Vulcano. Par (...)

133Cette nouvelle identité des agents producteurs de matériaux métalliques n’obéit pas seulement à la demande des nouvelles conceptions architecturales, mais surtout à la propre dynamique des structures industrielles du pays. On constate, nous le verrons plus loin, un processus de concentration de petits et moyens entrepreneurs individuels dans des compagnies plus vastes parallèlement ou en rapport avec l’établissement de sociétés métallurgiques étrangères implantées en Espagne. Ce processus, très lié à la construction des grand travaux publics et notamment des chemins de fer espagnols, avait par but de rentrer en concurrence avec les constructeurs étrangers -surtout français- lesquels s’imposèrent finalement, dans un contexte général de dépendance financière industrielle et technologique. Jordi Nadal, dans son ouvrage, El fracaso de la revolución industrial en España, signalait le fait que « … les entreprises de constructions mécaniques eurent presque toujours une vie languissante, pleine de difficultés, avec des rendements très bas. Malgré les efforts pionniers de certaines entreprises barcelonaises -Bonaplata, Nueva Vulcano et La Maquinista Terrestre y Maritima- et d’une autre de Séville -Portilla Hermanos and White-, la plupart des commandes de matériaux agricoles, textile, ferroviaires et navals furent fournies par des industries étrangères »195. Cette analyse est valable dans une perspective générale des structures économiques du pays. Mais il est vrai aussi qu’un certain nombre d’entreprises espagnoles du secteur eurent une activité continue, voire développé196. La construction de halles métalliques constitua l’un des domaines à exploiter par cette industrie nationale en infériorité de conditions par rapport aux concurrents étrangers.

134La Maquinista Terrestre y Maritima S.A. s’est constituée à Barcelone en 1856 par la fusion des ateliers de Valentin Esperô et de l’entreprise Tous Ascacibar y Cia. Cette entreprise produit toutes sortes de machines, des locomotives, certains viaducs de structure métallique pour des voies ferrées, et un bon nombre de halles à Barcelone, à savoir le marché de El Born, Sant Antoni, Barceloneta, et Concepción et Llibertat.

  • 197 Une consultation de fonds documentaires historiques de La Maquinista Terrestre y Marítima, récemmen (...)
  • 198 RUE DALMAU, A. o.c. p. 165.
  • 199 TARRAGO CID, S. o.c. p. 32 ; « El Born », Ianus, no 0, 1980, p. 29. ; HERNANDEZ CROS, POUPLANA, MOR (...)
  • 200 RUE DALMAU, A. o.c. p. 166 ; HERNANDEZ CROS, POUPLANA, MORA, o.c. no 81.

135Le rôle joué par La Maquinista dans la construction de ces établissements n’était pas restreint à celui du simple fournisseur. L’équipe technique, sous la direction -au moins pour le marché de El Born- du directeur de l’entreprise, l’ingénieur José Maria Cornet y Mas, fut responsable de la conception de la structure de l’édifice et de sa construction. L’importance des entreprises métallurgiques, nous l’avons déjà signalé, était mise en relief lors de la cérémonie d’inauguration du marché de El Born par le maire M. Girona. La Maquinista et les deux autres entreprises métallurgiques auxiliaires étaient citées sur un pied d’égalité, voire de façon prioritaire, avec le maître d’œuvre Fontseré. L’évolution des projets de la structure du lanterneau central de l’édifice, plus élancée et moins strictement géométrique que la version définitive, pourrait traduire une éventuelle intervention de l’ingénieur Cornet sur la conception originaire de Fontseré. Mais, dans l’état actuel de nos recherches, cette intervention n’est qu’une hypothèse197. En 1934 on attribuait à La Maquinista la construction de El Born « sous la direction de l’ingénieur J.M. Cornet y Mas » et à Fontseré la conception du projet198. La bibliographie plus récente insiste sur la coopération de Fontseré et de Cornet dans la conception de El Born et sur le rôle de La Maquinista Terrestre y Marítima en tant que constructeur principal199. La même signification de La Maquinista est exprimée en relation avec la construction du marché de Sant Antoni200.

  • 201 Thèse soutenue à l'Université de Rennes en 1993.
  • 202 Rapport inédit de Carolina Chifoni sur le marché de la Abacería de Gracia (A. Gràcia, Barcelone).
  • 203 COLL MIRABENT, I. « L’antic mercat de Sitges » dans Miscel.lania Penedesenca, Institut d’Estudis Pe (...)
  • 204 « son de la casa del arquitecto D. Juan Torras, director de fabricacion muy importante y de la Escu (...)

136Toujours à Barcelone la fonderie Torras, propriété de l’architecte Torras Guardiola, joua aussi un rôle de premier ordre dans la réalisation de certains marchés. Comme dans le cas de La Maquinista et de Cornet, l’importance de la contribution technique de Torras dans ce domaine a été traditionnellement négligée ou méconnue par rapport au rôle de l’architecte. Assumpta Feliu-Torras réalisa une thèse de doctorat sur Torras Guardiola dans laquelle le véritable rôle de ce personnage et son apport dans la conception et la réalisation de ce genre de bâtiments sont mis en relief. À titre d’exemple, l’attribution intégrale de la conception architecturale et technique de la halle de Tortosa (Tarragone) (1884-1887) à l’architecte Abril Guanyabens est nuancée d’après la documentation de la compagnie de Torras Guardiola. Ce dernier aurait été appelé sur le chantier de cette ville catalane et chargé de s’occuper non seulement de la livraison des matériaux mais surtout du calcul et de la conception des structures201. Un rôle similaire pourrait lui être attribué dans la construction de marchés, Abacería de Gracia à Barcelone(1892) et le marché de Sitges (Barcelone) (1889-1890). Dans le premier il serait probablement l’architecte, le constructeur et le fondeur202 et dans le deuxième, il aurait conçu et construit la structure de la couverture203. On doit aussi à l’industrie de Torras les poutres métalliques et une partie des structures de charpente du marché de Lanuza à Saragosse (1903). Dans ce cas nous ne connaissons pas le degré d’intervention de Torras dans la conception technique de la structure, mais l’architecte Navarro soulignait son importance parmi l’ensemble des fournisseurs cités. En relation avec les matériaux fournis par Torras, Navarro signale qu’ils « proviennent de l’entreprise de l’architecte Juan Torras, directeur de production très important mais aussi directeur de l’École d’Architecture de Barcelone »204.

137Du point de vue commercial, les deux entreprises barcelonaises furent complémentaires pendant le dernier quart du XIXe siècle. La Maquinista Terrestre y Marítima fut le fournisseur et le constructeur des halles promues par la municipalité barcelonaise, travaillant en étroite coopération avec les architectes municipaux. La Compagnie Torras, de son côté, reçut des commandes pour la construction de halles de promotion privée, des municipalités de la province catalane ou même d’autres régions de l’Espagne.

  • 205 Cette région a une longue tradition de production métallurgique antérieure à l’âge industriel. (Voi (...)
  • 206 GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c. p. 17.
  • 207 ibidem, pp. 20-21, 28-29.

138Aux Asturies205, comme en Catalogne, l’implantation d’importantes industries métallurgiques dans la région ne fut pas étrangère à la construction des halles métalliques. En 1882 la Fábrica de Mieres était désignée adjudicataire des travaux de construction du marché 19 de Octubre de Oviedo et, encore en 1907, l’élévation, la coupe et le plan de cet édifice étaient reproduits parmi les réalisations de choix destinées à représenter l’entreprise dans son catalogue illustré206. La même entreprise construit aussi les marchés de El Progreso, à Oviedo entre 1883 et 1887, de El Sur, à Gijón en 1898-1899. L’existence du projet de construction de cette halle dans les fonds des archives de la compagnie métallurgique207 témoigne de son rôle important dans la conception de la structure du bâtiment.

  • 208 Concernant le marché de Villaviciosa il existe un document signé par Duro-Felguera lors de l’achève (...)

139L’autre grande compagnie métallurgique de la région, Duro-Felguera, réalisa le marché de Villaviciosa (1901-1904) et vraisemblablement celui de Mieres208.

  • 209 Voir : JIMENEZ ZORZO, F.J. La industrialización en Aragón. La Fundición Averly de Zaragoza. Saragos (...)
  • 210 A.M.S.S. : D. 10.VIII. livre 5, dossier 6.
  • 211 « …columnas y vacíos para un mercado » (Nomenclatura de las principales instalaciones construidas e (...)

140L’entreprise sidérurgique franco-espagnole installée à Saragosse, la fonderie Averly, fut créée par Antonio Averly, lyonnais d’origine, lequel serait arrivé à Saragosse vers 1851-52 pour travailler comme ingénieur dans la Sociedad Maquinista Aragonesa créée en 1853. Dès 1863 il s’installa à son propre compte dans les Talleres de la Calle San Miguel puis, à partir de 1879, dans les Talleres del Campo del Sepulcro. L’entreprise connut un développement croissant qui lui permit, vers 1886, d’ouvrir une usine filiale dans le Pays Basque -Averly y Cia. Fundiciones y Construcción Mecánica del Nervión-209. La compagnie Averly, à cheval entre l’Aragon et le Pays Basque ne participa pas à la construction du marché de Saragosse, mais elle nous intéresse particulièrement car elle aurait fourni des matériaux pour la construction du marché de El Gros de Saint-Sébastien. La Veuve de Manuel Urcola fut, l’adjudicataire des travaux de construction de cette halle dans le concours du 6 mai 1907210 ; elle apparaît aussi dans le catalogue récapitulatif des travaux et des installations réalisées par la Compagnie Averlv (1910) comme le commanditaire de « colonnes et des pièces creuses pour un marché » à Saint-Sébastien211

  • 212 Petrement est cité comme directeur de cette entreprise dans un document de la comission municipale (...)

141À Palencia l’adjudicataire principal des travaux de construction de la nouvelle halle fut Julio Petrement Laurin, en même temps directeur de la Sociedad de Construcciones Metálicas à Palencia212.

142En ce qui concerne la construction des halles, les entreprises métallurgiques demeurèrent très rattachées à leur marché régional, même dans cette période de concentration des industries, avec une capacité technologique et productive relativement importante. Il y eut, nous l’avons vu, des commandes interrégionales, mais aucune de ces entreprises ne peut être désignée comme un grand constructeur-fournisseur de ce genre d’établissement à un niveau national, et encore moins international. Cependant, pour confirmer cette hypothèse il faudrait pouvoir connaître à quel point les entreprises plus importantes agissaient comme des fournisseurs indirects à travers le nom commercial des petits fournisseurs métallurgiques adjudicataires officiels des travaux.

143Le dernier stade de ce processus de concentration des structures économiques et de la production serait représenté par de grandes compagnies de travaux publics du début du XXe siècle dans lesquelles pouvaient être intégrés le système de production industrielle, la conception architecturale et technique du projet, et, éventuellement, les ressources financières d’un promoteur. La Sociedad Metropolitana de Construcción de Barcelona S.A. et la société Puig, Barenys, Miralles, devenue à partir de 1917, Construcciones y Ferrocarriles, également de Barcelone, en constituent deux exemples.

144La Sociedad Metropolitana dressa trois projets alternatifs, finalement non retenus, signés par l’architecte Terrades en 1925 pour la construction de la halle de Sabadell. Projets qui furent présentés à la municipalité pour participer au concours d’adjudication.

  • 213 « L’adjudicataire […] signa un accord avec la Municipalité de Valence d’après lequel une grille ser (...)

145La compagnie Puig, Barenys, Miralles fut l’adjudicataire de la construction de la halle de Valence dans le concours de 1915. Outre sa dimension de constructeur, l’entreprise de Barenys intervint aussi dans le financement des travaux ; des accords pour le financement partiel des travaux en échange d’une exploitation également partielle des droits payés par les marchands établis provisoirement autour du chantier, furent établis entre la compagnie et la municipalité213. En 1925 l’architecte entrepreneur Barenys présentait lui aussi un projet pour le marché de Sabadell dans le concours cité plus haut, lequel ne fut pas non plus retenu.

146Jusqu’ici nous avons analysé le rôle respectif des agents concernés dans la conception et dans la réalisation des halles dès la perspective de l’intervention privée et publique. Une deuxième question concernant ces agents doit être aussi abordée, à savoir celle de l’intervention étrangère en Espagne.

  • 214 « À Madrid, le financement de l’État était la grande affaire des crédits ; autour de cette affaire (...)
  • 215 Jordi Nadal a mis en relief la situation de dépendance économique de l’Espagne par rapport à l’exté (...)
  • 216 Broder établit quatre secteurs d’activité des investisseurs étangers (l’emprunt public, l’investiss (...)

147La situation générale d’infériorité économique, de sous développement industriel et d’endettement public214 de l’Espagne du XIXe siècle par rapport à son entourage européen donna lieu à une forte implantation, voire à une situation de prépondérance des grandes groupes financiers et industriels étrangers. Les structures économiques et de production nationales furent obligées de se raccorder à celles provenant de l’étranger, de se fondre à elles ou de subir une concurrence inégale215. Ce processus était encadré dans le débat idéologique entre le libéralisme économique ou le protectionnisme, ces alternatives étant comprises non seulement comme des options progressistes ou conservatrices, mais aussi comme des stratégies opposées visant au développement économique du pays. Broder a signalé la présence presque constante, dans tous les secteurs, de l’investissement étranger en Espagne à partir du début du XIXe siècle216.

  • 217 TORTELLA, G. « Madrid, capital del capital durante la Restauración » dans La sociedad madrileña dur (...)
  • 218 BRODER, A. o.c. p. 57. Deux œuvres sont particulièrement intéressants pour l’analyse de la construc (...)

148Parmi les domaines les plus intéressants pour les investisseurs étrangers on remarque celui de la création de services et d’infrastructures, et plus précisément la construction et les exploitations des chemins de fer. Péreire -fondateurs de la banque Crédito Mobiliario Espanol - et Rothschild -par l’intermédiaire de sa succursale Weisweiller et Bauer- ne furent pas uniquement les grands banquiers dont le pouvoir s’étendait de la mine aux assurances, et desquels dépendait économiquement l’État espagnol. Ils furent aussi de grands promoteurs des chemins de fer espagnols217. Péreire construit la ligne de chemins de fer de Norte, Rothschild celle de Madrid-Saragosse-Alicante -M.Z.A.- et Prost celles de Lérida-Saragosse-Tarragone et de Cordoue-Seville218.

  • 219 MAS HERNANDEZ, R. « Crecimiento espacial y mercado del suelo periférico en los inicios de la Restau (...)

149Un rôle important fut joué aussi par des agents étrangers dans d’autres domaines, nous l’avions déjà signalé, comme l’urbanisation et la promotion immobilière de Madrid. À cet égard Rafael Mas Hernandez signale l’importante activité de sociétés et de promoteurs comme Parent Schaken (Paris), le banquier parisien Erlanger, la Sociedad Civil de Terrenos de Santa Maria de la Cabeza crée à Bruxelles en 1884, la Inmobiliaria Nuevo Barrio de Atocha également à Bruxelles219.

150On doit envisager la compréhension du processus de construction des marchés de Madrid de La Cebada et de Mostenses, décrite plus haut, dans le cadre du milieu spécifique de la capitale espagnole au XIXe siècle, où la présence des agents économiques étrangers était dominante et largement répandue. En revanche, pour le reste de l’Espagne l’intervention réelle de promoteurs privés étrangers dans la construction de marchés de structure métallique apparaît, dans l’état actuel de nos recherches et comme nous l’avons déjà signalé, inexistante.

151L’intervention de constructeurs et fournisseurs étrangers dans la construction des halles apparaît, elle aussi, très limitée. Les mêmes domaines auxquels s’intéressèrent les promoteurs étrangers constituèrent, souvent, un marché important pour les compagnies métallurgiques et de construction d’autres pays.

  • 220 NAVASCUES PALACIO, P. « La arquitectura del hierro en España » dans Cuadernos de Arquitectura y Urb (...)
  • 221 ibidem, p. 46.
  • 222 idem, Arquitecturay arquitectos de Madrid., p. 196.
  • 223 idem, « La arquitectura del hierro… », p. 47.

152Pedro Navascués Palacio signale la présence de constructeurs et de fournisseurs en matériaux métalliques étrangers dès la première moitié du XIXe siècle. Citons, entre autres, la société Jules Seguin, dont la filiale espagnole Sociedad de Puentes Colgantes constituée en 1840 construit plusieurs ponts en Espagne « … avec des matériaux français »220, les ateliers H. Porter and C. Ebro Works de Birmingham où furent construites les pièces pour le pont métallique de Valladolid221 et la compagnie belge Brain-le-Conte, de Bruxelles construisent le palais d’expositions de Madrid -aujourd’hui Musée de la Science-222. Parent, Schaken, Caillet et C. et F.F. Cail bâtirent le viaduc de la rue de Ségovia à Madrid (1872)223.

  • 224 Voir : TORTELLA CASARES, G. « La economía española, 1830-1900 » dans Revolución burguesa, Oligarquí (...)
  • 225 NADAL, J. o.c., p. 38.
  • 226 ibidem, p. 49.
  • 227 Voir : BOSH ARAGO, F.X. Els ponts de ferro de Girona, Gerone, 1986. Les interventions de constructe (...)

153Encore une fois la construction des chemins de fer et des installations associées témoignent de la participation de l’industrie étrangère en Espagne. La signification de cette implantation étrangère est controversée. Pour certains, comme par exemple G. Tortella, une action politique trop favorable à l’égard des intérêts étrangers, aurait empêché l’industrie espagnole de se développer grâce à la grande affaire du moment, les chemins de fer. De même cette action aurait détourné les capitaux étrangers, si nécessaires à l’industrie nationale dans un pays où les grandes fortunes étaient en général méfiantes vis-à-vis de ce nouveau phénomène, vers la spéculation, notamment dans des compagnies et des sociétés de construction de chemins de fer224. Pour d’autres, comme J. Nadal, l’industrie métallurgique et minière de l’Espagne, dans son état embryonnaire n’aurait jamais été capable de faire face à une entreprise telle que la construction des chemins de fer, à moins de la réaliser à un rythme presque artisanal. En revanche, ces investissements étrangers, bénéficiant certainement de l’appui des puissances industrielles extérieures, auraient joué finalement un rôle de modernisation incontestable à long terme225. En tout cas, cette participation, paraît avoir joué, en raison de l’importance des travaux, un rôle important dans la définition du modèle de développement industriel espagnol. De la même façon que les groupes financiers étrangers, et notamment français contrôlèrent la promotion de la construction des chemins de fer espagnols, les grandes entreprises métallurgiques et de construction de l’étranger eurent un rôle important dans cette vaste entreprise. Fives-Llille construit la ligne ferrée Linares-Alméria et la gare de Delicias à Madrid226 et la Société Anonyme de Constructions et des Ateliers de Willebroeck réalisa la structure de la nef de la gare madrilène de Atocha (1888). Dans la province de Gérone, la Compagnie Eiffel construit en 1876 l’ensemble des ponts en fer de la ligne Gerone-Portbou, et le pont piétonnier de Peixateries Velles -ancienne halle aux poissons-, (1877) et de la rue Cerverí (1876) dans la capitale de la province227.

  • 228 « …entre 1869 y 1875 […] no contábamos en España con talleres de fundición ni moldes en los que pre (...)

154Dans le cas des marchés, l’intervention de constructeurs et de fournisseurs étrangers fut, comme pour les promoteurs, réduite. Cette constatation, faite à partir de la documentation que nous avons pu consulter, vient mettre en question ou nuancer un état d’opinion assez généralisé suivant lequel l’architecture métallique dans son ensemble est identifiée au progrès technique et industriel, lequel ne pourrait apparaître dans un pays comme l’Espagne du XIXe siècle que sous l’influence de l’étranger. En 1973, Pedro Navascués Palacio signalait qu’ » entre 1869 et 1875 on ne disposait pas encore en Espagne d’ateliers de fonte ni de moules pour préparer les pièces. Au bout de quelques années, seuls la Catalogne et le Pays Basque étaient en condition de le faire »228. Des recherches ultérieures, nous le verrons plus loin, ont permis de constater la présence d’éléments métalliques de construction produits en Espagne à partir des années 1840. En conséquence, il faut prendre garde lorsqu’on veut établir des relations trop directes entre : d’une part un cadre historique général caractérisé par la dépendance, par rapport à l’étranger, des structures économiques et de la production ; et, d’autre part, un phénomène précis, comme celui de l’architecture métallique, lié non seulement à un processus industriel mais aussi à d’autres facteurs culturels, artistiques et historiques.

  • 229 Lors de mon enquête une vendeuse de la halle de Salamanque témoignait avec fierté que ce marché aur (...)
  • 230 Nous avons trouvé dans les archives Eiffel un projet de halle métallique daté de 1935 pour Kaolack, (...)

155La réputation de la Compagnie Eiffel et son intervention dans certains travaux publics en Espagne a permis de perpétuer dans la mémoire collective l’attribution à Eiffel de toutes sortes de bâtiments et de structures métalliques229. Il est certain que la Compagnie Eiffel exportait encore dans les années 1930 des halles métalliques réalisées dans ses ateliers230. Mais, dans l’état actuel de nos recherches, ni Eiffel ni aucun autre constructeur-fondeur étranger n’intervint dans la réalisation des halles espagnoles, à l’exception de celles de Madrid. 11 est vrai que la construction de marchés en Espagne semble avoir intéressé certaines sociétés étrangères de construction, mais, d’après nos recherches, cela n’aurait abouti qu’à Madrid.

156L’hypothèse de l’intervention de constructeurs étrangers ne peut être totalement écartée avec certitude. Elle paraît en tout cas minoritaire.

  • 231 VIRGILI, Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936), Valladolid., p. 251.

157En 1878, Guillaume Lichtenfelder, de Paris, se présenta sans succès au concours d’adjudication des travaux de construction des trois halles métalliques à bâtir à Valladolid par l’intermédiaire d’un correspondant appelé Semprún et Cie.231

  • 232 PARIS, J. « Mémoire des projets pour Vitoria », le 23 mai 1884, (A.M.Vi. 53-2-35).

158En 1884, à l’occasion de la construction.de la halle métallique de Vitoria, Enrique Steven aurait commandé au constructeur belge Joseph Paris, de Marchiennes, deux projets alternatifs pour les présenter à la municipalité. Paris semble avoir une certaine expérience dans la construction de ce genre d’établissement. À la demande de Steven de lui envoyer « plusieurs types de marchés couverts », Paris répondait qu’il ne savait « lesquels lui donner » mais qu’il lui remettrait un album « représentant les divers genres de constructions [qu’il a] exécutées », et il déclarait avoir construit de nombreux marchés, non seulement en Belgique mais aussi en Espagne et dans d’autres pays232. Pourtant, dans le cours de nos recherches, nous n’avons repéré aucune autre trace de J. Paris lié à la construction de halles espagnoles.

159La proposition de Bayard et Compagnie de Paris pour la construction de deux marchés à Madrid, citée plus haut comme exemple de promotion privée, constitue en même temps le cas d’un constructeur étranger voulant agir en Espagne.

  • 233 JIMENEZ ZORZO, F.J. o.c., pp. 19-22.

160Enfin une autre modalité d’intervention étrangère dans la réalisation matérielle des halles fut la participation de capitaux et de ressources humaines dans des entreprises installées en Espagne. La compagnie Averly de Saragosse fut constituée, comme nous l’avons déjà signalé, par un ingénieur appartenant à une famille lyonnaise propriétaire d’une grande usine de fonderie. Vers 1851, cette famille s’engagea dans la création d’un établissement industriel du même genre à Saragosse -Sociedad Maquinista Aragonesa-, mettant à la tête l’un de ses membres. Quelques années plus tard, A. Averly s’établit à son compte dans la même ville233.

  • 234 TORTELLA CASARES, G. o.c., p. 78.

161Aux Asturies, la compagnie de Mieres, liée à la construction des halles dans cette région, était, à l’origine, propriété anglaise et elle fut achetée par la compagnie française Cie. Minière et Métallurgique des Asturies. En 1868, à l’occasion de la dissolution de cette dernière société, le banquier français Numa Guilhou acheta la compagnie de Mieres234.

162En conséquence, il convient de signaler l’hégémonie des agents économiques, industriels et de la construction nationaux par rapport aux agents étrangers. Dans le contexte général d’un pays dépendant et sous développé en structures industrielles et économiques, la construction des halles en Espagne illustrerait un cas dans lequel la présence étrangère aurait été restreinte, voire minoritaire.

Notes

42 Recueil de textes de Robert Owen dans CHOAY, F. L’Urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie, Paris, 1965, p. 91.

43 Citation de Fourier dans CHOAY, o.c. p. 102.

44 « Au palais social, les intermédiaires peuvent être supprimés ; toutes les marchandises peuvent être achetées par un syndicat et être vendues à la masse à son profit ; les fonctions parasites se suppriment ainsi et chacun se livre à des fonctions productives. Le nombre de fonctionnaires, juste nécessaire au débit dans les magasins généraux du palais, reçoit une rétribution proportionnée à ses services, et le débitant n’est plus un spéculateur vis-à-vis du consommateur.
Les bénéfices commerciaux, réalisés de cette façon, en font le plus solide élément du budget de la population du palais, et lui permettent de réaliser dans son sein toutes les institutions de prévoyance mutuelle qui peuvent concourir à son développement physique et moral » (GODIN, J-B. La richesse au service du peuple… Paris, 1874, (nouvelle édition, Paris, Guy Durier, 1979, p. 24)

45 Citation de Cabet dans CHOAY, o.c., pp. 126-127.

46 MORRIS, W. News from nowhere, 1891 (éd. espagnole 1984, pp. 30 et 31).

47 MALUQUER DE MOTES, J. El socialismo en España, 1833-1868, Barcelone, 1977, p. 179.

48 « …substituyendo a la familia, y a la ciudad o pueblo de la civilización actual, otra familia y otra ciudad diversamente organizada, reemplazando el actual comercio agricultura e industria, con otra combinación de trabajos agrícolas, industriales y comerciales […]…remplaçant la famille et la ville ou le village de la civilisation actuelle par une autre famille organisée autrement, remplaçant le commerce, l’agriculture et 1'industrie actuelles par une autre combinaison des travaux agricoles, industriels et commerciaux » (SAGRARIO DE BELOY, Proyecto de nueva población presentado a las Cortes y al Regente del Reino, Madrid, 1842, publié dans MALUQUER, o.c. p. 335)

49 MALUQUER, o.c. p. 250-251.

50 « Leur échec s’explique par le caractère contraignant et répressif de leur organisation, mais surtout par leur coupure d’avec la réalité socio-économique contemporaine » CHOAY, F. o.c. p. 25.

51 TERRADAS SABORIT, I. Les colònies industrials. Un estudi entorn del cas de l'Ametlla de Merola, Barcelone, 1979, p. 42.

52 ibidem, p. 45

53 Quoique très minoritaire du point de vue des chiffres d’affaires -le commerce coopératif espagnol n’atteint pas 1 % des ventes alimentaires en Espagne- l’actuel processus de concentration des coopératives de consommation dans le but de concurrencer les groupes commerciaux privés démontré leur vitalité (Voir PONS ALCOY, F. « Cooperativas de Consumo », I Jornadas Nacionales de Cooperativismo y Municipio, Saragosse, 1985, pp. 97-103).

54 Voir : PEREZ BARO, A. Cooperativisme, Barcelone, 1987, p. 12.

55 LASSERRE, Georges, La Coopération, Paris, 1967, p. 16.

56 « …les (coopératives) de consum que Derrion i el doctor King havien iniciat a França i Anglaterra, […] s'havien anat multiplicant énormément […] arribà un moment en que hom cregué necessari establir llaços d’uniô entre elles per damunt de les fronteres, i el 1895 s’arribà a establir l'Aliança Cooperativa Internacional… » « …les (coopératives) de consommation que Derrion et le Docteur King avaient ouvertes en France et Angleterre !…]s'étaient multipliées[…]il arriva un moment où l’on considéra nécessaire d’établir des liens d’union entre elles au-delà des frontières et en 1895 fut constituée l’Alliance Coopérative Internationale » (PEREZ BARO, A. o.c. p. 13).

57 Voir DEMING, M.K. La halle au Blé de Paris. Bruxelles. 1984.

58 Voir RABREAU, D. Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806) : L'Architecture et les Fastes du Temps, W. Blake and C°, Amsterdam Arts, Bordeaux, 2000.

59 Voir SAMBRICIO, C. La arquitectura española de la Ilustración. Madrid. 1986.

60 « La gran plaza o mercado central de Paris[..,]Los mercados son necesidades de la moderna civilizacion ». (« La plazuela de la Cebada » dans El Museo Universal, Madrid, 17V-1863, no 20, p. 157).

61 « …Los mercados reflejan à las claras el grado de cultura y adelanto material que logran alcanzar los pueblos. » (PLINIO, « Mercados de Madrid » dans La Ilustracion de Madrid, Madrid, no 58, le 30-V-1872, p. 155).

62 « La inauguracion oficial se verificó solemnemente[..,]presidiendo el acto S.M. el Rey y S.A.R. la Princesa de Asturias, y asistiendo varios ministros de la Corona… »… « L’inauguration officielle eut lieu de façon solennelle[…]sous la présidence de S.M. le Roi et de S.A.R. la princesse des Asturies et en présence de plusieurs ministres de la Couronne… » (La Ilustración española y americana, no XXIII, le 22-VI-1875).

63 « …las grandiosas fabricas catalanas de construcción : La Maquinista Terrestre y Marítima, El Nuevo Vulcano y la Herreria del Remedio que han fabricado y construido esas grandiosas cubiertas, tinglados y cüpulas. ¡Gloria a España ! ¡Loor a Barcelona ! »… « …les grandes usines catalanes de construction : La Maquinista Terrestre y Marítima, El Nuevo Vulcano et la Herrería del Remedio, qui ont fabriqué et construit ces imposants appentis, couvertes et coupoles. Gloire à l’Espagne ! Honneur à Barcelone ! » (Discours du maire Manuel Girona à l’ocassion de l’inauguration de El Born, le 28-XI-1876, I.M.H.B. : Dossier Comissiô Ciutadella, Carton 3, dossier 6, f° non numéroté). ou encore,
« 
Siendo un hecho que la industria española presenta obras tan excelentes como la que describimos en las lineas anteriores (el Born), deber es de un Gobierno paternal e ilustrado protegerla para contribuir à su mayor perfeccion y desarrollo »… « Etant admis que l’industrie espagnole réalise des travaux aussi magnifiques que celui décrit précédemment (El Born), tout gouvernement paternel et éclairé a le devoir de la protéger afin de contribuer à sa plus grande perfection et à son plus grand développement » (La Ilustracion española y americana, no XXXIX, le 22-X-1875, p. 243).

64 La famille Girona possédait l’entreprise métallurgique Herrería de Nuestra Señora del Remedio à Sant Marti de Provençals (Barcelone), (ibidem).

65 « …mejoras y reformas… » … « una de las ciudades más importantes de la Europa culta » (« Barcelona Moderna », dans La Ilustración Española y Americana, no XLVIII, le 30-XII-1875)

66 « Es preciso que visite usted cuanto antes nuestra catedral […] ¡Como esta hay pocas.. ! […]Sin embargo, para hombres de tanto saber como usted, quizás no tenga ningún mérito, y cualquier mercado de hierro será más bello ». (PEREZ GALDOS, Benito, Doña Perfecta, 1876, (ed. 1984).

67 Devant la nouvelle conjoncture politique de la Restauración, Pérez Galdós ressentit « la necesidad de reconstruir modelos contemporáneos de la sociedad española que pudieran proporcionarle una comprensión más profunda de las causas de las calamidades que afligían a su país »… « le besoin de reconstruire des modèles contemporains de la société espagnole susceptibles de lui fournir une compréhension plus profonde des causes des malheurs subis par son pays » (CARDONA, Rodolfo, Introduction à son édition de Dona Perfecta, Madrid, Cátedra, 1984, p. 14 ; Voir aussi GILMAN, Stephen, Galdós and the Art of the European Novel : 1867-1887, Princeton, 1981).

68 Au début du XIXe siècle, les normes urbanistiques de Valladolid étaient celles que Charles I avait approuvées en 1549. Dans ce domaine Madrid n’eut jusqu’en 1846 que quelques dispositions peu cohérentes sans poids officiel suffisant. (VIRGILI BLANQUET, M.A. « La legislación en materia de urbanismo y construcción en el Valladolid del siglo XIX » dans Actes du Congreso español de historia del Arte, Valladolid, 1978, Vol. 1, sans no de page). À Cadix, les dispositions municipales sur l’édification de 1792 furent mises à jour en 1814 pour être finalement changées avec peu de variations en 1845 (CIRICI NARVAEZ, J.R. « Cadiz en la visita de Isabel II ; Arquitectura y urbanismo » dans El Casino y la Ciudad de Cádiz. Política, sociedad y cultura en el Cádiz del siglo XIX, Cádiz, 1986, p. 45). À Barcelone l’Edicto de Obrería portait, depuis 1771, sur ces questions (MONTANER, J.M. La modernización de l’utillatge mental de l'arquitectura a Catalunya (1714-1859), Barcelone, 1990, pp. 786-787).

69 Ces Ordenanzas de Barcelone, avaient des précédents dans les Bandos de Buen Gobierno de la ville des années 1839 et 1842 (MONTANER, ibidem).

70 VIRGILI BLANQUET, o.c.

71 HERNANDO, J. Arquitectura en España, 1770-1900, Madrid, 1989, p. 452-453.

72 Au long du XIXe siècle l’État imposa, certes, des critères homogènes dans la rédaction de ces réglements suivant un processus croissant de centralisation. M. BASSOLS a étudié cette évolution (Voir : BASSOLS, M. Génesis y evolución del derecho urbanístico español, 1812-1956, 1973). Mais l’importance et la complexité des aglomérations urbaines en plein développement remplissaient de nouveaux contenus les institutions locales. Elles étaient de plus en plus obligées d’assurer la diversité croissante de services nécessaires à la communauté urbaine.

73 « …una sentidísima necesidad de cambio frente a unas estructuras locales descompuestas que […] tenían que hacer frente a unas demandas de servicios que la expansión urbana iba creando. » (GARCIA FERNANDEZ, J. El origen del municipio constitucional, Madrid, 1983, p. 283).

74 Voir : ANES, G. « Las disposiciones legales sobre comercio interior y exterior : El abastecimiento de Madrid durante la primera mitad del siglo XIX » dans Ciclo de Conferencias sobre Madrid en el siglo XIX, Madrid, 1982, pp. 8 et 10.

75 « …las ferias y los mercados debían fijar particularmente la atención de los Gobernadores civiles de las provincias, por ser estas reuniones periódicas las que más impulso dan al comercio local, las que facilitan la venta de frutos y las que proporcionan à los consumidores ocasión de proveerse con mayor comodidad y menor precio de los objetos necesarios à su subsistencia é industria "… 'A solicitud de los Ayuntamientos se concederá la misma (autorización) sin derecho ni gasto alguno por este Ministerio del Interior… » (Real Orden sobre concesión de ferias y mercados y demás relativo à ellas, le 17-V-1834).

76 « Le droit d’accorder de nouvelles foires et marchés, ou le rétablissement de celles tombées en désuétude […] revient à la Couronne »… « La concesión de nuevas ferias y mercados, o el restablecimiento de las antiguas que estan en desuso […] corresponde a la Corona » (ibidem).

77 « En ce qui concerne la durée des foires, les Gouverneurs des provinces essayeront de connaître toutes les circonstances qu’ils jugeront nécessaires de façon à établir une solution adéquate. Ils devront tenir compte du fait que ces rassemblements, bénéfiques pour le commerce -et à ce titre ils doivent être favorisés-, peuvent, si leur durée est trop longue, entretenir l’oisiveté, nuire au travail et encourager dans certains cas le jeu et d’autres vices, au détriment des bonnes mœurs et des activités industrielles et rurales… ‘…’ Con respecto a la duración de las ferias los Gobernadores civiles de las provincias procurarán enterarse de todas las circunstancias que crean convenientes al acierto de la resolucion, teniendo presente que si estas reuniones son provechosas al comercio, y bajo este concepto deben ser promovidas, también en el caso de prolongarse demasiado entretienen la ociosidad, perjudican al trabajo, y fomentan a veces el juego y otros vicios, con detrimento de las buenas costumbres, y de la industria fabril y rural… » (ibidem).

78 Bando general de buen gobierno o de policia urbana para esta ciudad de Barcelona, 1843, pp. 46-60.

79 « …establecimiento y creacion de servicios municipales referentes al arreglo y ornato de la vía pública, comodidad e higiene de ! vecindario… » … « …casas de mercados y mataderos, ferias y mercados ». (Ley Municipal du 2-X-1877).

80 « Dans les procédés réside souvent la bienveillance ; les moyens indirects sont généralement les moins risqués avec des résultats plus sûrs. En conséquence, il est facile pour les municipalités de faire preuve de bonté dans le cas des marchés en interdisant la vente libre dans certaines zones, en augmentant les taxes dans les lieux de vente privés, en accordant des exemptions aux marchandises vendues dans les lieux de vente publics. Ces procédés et bien d’autres stratégies ingénieuses permettront, sans se heurter de front à des mentalités traditionnelles et à des a priori contre tout ce qui est nouveau ou peu connu, de faire comprendre que les sacrifices imposés sur ce point par les municipalités rejaillissent au profit des citoyens »… « En los procedimientos consiste muchas veces la bondad ; y como los medios indirectos son generalmente los menos expuestos y de más seguros resultados, fácil es à las municipalidades hacer bondad de los mercados, prohibiendo por ejemplo, la venta libre de ciertas zonas, aumentando los recargos en los puestos particulares, concediendo franquicias y facilidades a las mercaderías que se expendan en los públicos, y tantos otros temperamentos ingeniosos que sin romper de frente con anejas preocupaciones y prevenciones contra todo lo nuevo y poco conocido, haga comprender que los sacrificios que en este punto se imponen los Municipios refluyen siempre en bien de los administrados » (Real Orden… du 13-1-1876 reproduite dans FOSSAS PI, M. Tratado de policía y obras públicas, Barcelona, 1789, pp. 121-122).

81 « policía de subsistencias, mataderos, alhóndigas, mercados, despachos reguladores… » « Locales ó departamentos especiales en los que separadamente se hagan transacciones al por mayor y al detail… » (Estatuto Municipal du 8-III-1924 et Reglamento de Obras, servicios y Bienes Municipales, joint au précèdent).

82 L’évolution des lois citées plus haut illustre les hésitations et les progrès de ce processus.

83 ANES, o.c. pp. 6 et 7. Jovellanos, dans son rapport sur la loi agricole établissait les liens étroits entre la modernisation des communications, la libre circulation des produits et un système fiscal respectueux des droits de la propriété et des libertés des producteurs : « La construction de ports entraîne la construction de chemins et celle-ci la libre circulation des produits, laquelle à son tour exige un système d’impôts compatible avec les droits de la propriété et avec la liberté des productions agricoles »… « La construcción de puertos reclama le de caminos; la de caminos la libre circulaciónn de frutos, y esta circulación un sistema de contribuciones compatible con los derechos de la propiedad y con la libertad del cultivo » (JOVELLANOS, Informe sobre la ley agraria, 1790).

84 « … siembran la angustia en las masas humildes » (FERNANDEZ GARCIA, El abastecimiento de Madrid en el reinado de Isabel II, Madrid, pp. 142-143). Auparavant, Nicolas Sanchez Albornoz avait defini la crise de subsistences comme l’un des éléments qui déclenchèrent la Révolution de 1868 (SANCHEZ ALBORNOZ, N. « El trasfondo économico de la Revoluciόn » dans Revista de Occidente, X-1968, pp. 43-49).

85 « Il y a pénurie par manque de commerce, dont le corps est le profit et l’âme la liberté »… « …se carece de abundancia por falta de comercio, cuyo cuerpo es el lucro y el alma la libertad » (BAILS, B. De la arquitectura civil, 1796, ed. facsimile, 1983, pp. 850-851).

86 « En todos los tiempos los hombres han sido igualmente codiciosos : en algunos paises ha habido conocida escasez y dinero, y sin embargo el fruto no fue á buscar su dinero » (ibidem).

87 « no estamos va en la época en que la Administración pública tenía que tener en la urbe inmensos hórreos ô paneras para atender a la común subsistencia de los ciudadanos [,..]La libertad de contratación alcanza à todo, hasta a los artículos de primera necesidad, que por tantos siglos estuvieron bajo la inspección y tarifas administrativas. Esto que à primera vista parece eximir a la Administración […] es sin embargo origen y causa de un funcionamiento especial, propio y adecuado a las nuevas circunstancias […] U no de los medios […] que las Administraciones urbanas más celosas han sabido discurrir, es el establecimiento de mercados públicos. Eran, pues, necesarios […] centros especiales, donde obrando unos y otros à competencia (compradores y vendedores), fuese más fácil fijar un precio regulador, justo y equitativo, conforme con las ofertas y las demandas » (CERDA, I. Teoría general de la Urbanización, vol. I, p. 670-671).

88 « Au milieu du siècle, la polémique entre les partisans du libre échange et ceux de la protection avait une grande intensité ; et cela jusqu’au début du XX siècle »… « A mediados de siglo la polémica entre los partidarios del librecambio y los de la protección era intensa, y duró hasta principios del siglo XX » (TORTELLA CASARES, G. « La economía española 1830-1900 » dans Revolución burguesa, oligarquía y constitucionalismo (1834-1923) vol. VIII de Historia de España dir. par M. Tuñón de Lara, Barcelone, 1981, p. 151

89 FERNANDEZ DE LOS RIOS, Guía de Madrid, Madrid, 1876, p. 643-644.

90 DIEZ DE BALDEON, C. Arquitectura y clases sociales en el Madrid del Siglo xix, Madrid, 1986.

91 BOUDON, CHASTEL, COUZY, HAMON, Système de l’architecture urbaine. Le quartier des Halles à Paris, Paris, 1977, vol. 1, p. 9.

92 GRAU, LOPEZ, ARRANZ, El Parc de la Ciutadella. Una visió historien, Barcelone, 1984.

93 RUIZ PALOMEQUE, E. Ordenación y transformación urbana del casco antiguo de

94 GRAU, R. « Gènesi del mercat actual », Vivir en Barcelona, 1986, no 13, pp. 23-25. Madrid durante los siglos XIX y XX, Madrid, 1976.

95 La place de El Carmen à Madrid existait depuis 1698, lorsque la ville acheta un petit terrain. En 1809, sa surface fut augmentée grâce à l’incorporation du cimetière de San Luis et à l’achât de certaines propriétés environnantes. Dès 1835, lorsqu’il y avait un marché en plein air de 143 lieux de vente, la construction d’un édifice destiné à abriter les activités marchandes fut envisagée (RUIZ PALOMEQUE, o.c. pp 37 et 38).

96 Formée au XVIe siècle, elle était déjà utilisée pour la vente de cochons, de céréales et de légumes ; au XVIIIe siècle on y faisait des foires et des fêtes et au XIXe, outre la fonction commerciale, la place de la Cebada était le cadre des exécutions des condamnés à mort (URRUTIA, A. « Mercado de la Cebada », Establecimientos tradicionales madrileños, Madrid, vol. 2, pp. 41 et 42.

97 Sur le plan de Madrid de Teixeira de 1656 apparaissait déjà une petite place de San Miguel, à côté de l’église du même nom, qui fut démolie en 1809. Dès 1835 la construction d’une halle à cet emplacement fut envisagée par la municiaplité. (RUIZ PALOMEQUE, o.c., p. 60)

98 CANCELA RAMIREZ, M.L. El mercado de Zaragoza de 1903, Saragosse, 1977, p. 7.

99 ESTEBAN CHAPAPRIA, PALAIA PEREZ, El mercado central de Valencia, sans no de page.

100 Voir : GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, La arquitectura del hierro en Asturias, Oviedo, 1980, pp. 8 et 9.

101 ibidem, pp. 22, 24 et 26.

102 « La actividad mercantil en Toledo se ha desarrollado durante siglos, al igual que en otras ciudades, en torno a las plazas principales y a veces no muy lejos de sus entradas. »(CERRO MALAGON, R. La transformación moderna de Toledo…, Madrid, 1990, p. 1019).

103 ibidem, pp. 1020 et 1027.

104 RODRIGUEZ G. DE CEBALLOS, A. La Plaza Mayor de Salamanca, Salamanque, 1991, pp. 13-25 et plan de la page 20.

105 Le plan de la ville dressé en 1866 par P. Miguel et Cia. témoigne de son existance à cette date. (A.M. Pampelune, Salle de Lecture)

106 Plan de la ville de Pampelune, 1719, Chez S. le Fer, géographe de Sa Majesté à Paris. (A.M. Pampelune, Salle de Lecture).

107 ORBE SIVATTE, A. de, Arquitectura y urbanismo en Pamplona a finales del siglo XIX y comienzos del XX, Pampelune, 1985, p. 202.

108 VILLALON, M.C. « El mercado de hierro y cristal de Badajoz », dans Estudios dedicados a Carlos Callejo Serrano, Cáceres, 1979, pp. 8-9.

109 REPULLES y VARGAS, « Mémoire du projet de marché pour la ville de Avila », le 31V-1893, (A.M. Av. Dossier concernant le marché).

110 GARCIA CASA, J.I., GARCIA LOPEZ, L.M. Segovia y sus arquitectos. Joaquín Odriozola y Grimaud (1844-1913), Segovie, 1987, p. 31.

111 VILLALON, M.C. o.c. p. 9.

112 « Rapport de la commission municipale des travaux publics », le 2-IX-1859, (A M Bu O.P. 968, f° 12-13).

113 SALADINA IGLESIAS ROUCO, L. Burgos en el siglo XIX, arquitectura y urbanismo (1813-1900), Valladolid, 1979, p. 152.

114 CERRO MALAGON, R. La transformación moderna de Toledo. Arquitectura y urbanismo del siglo XIX, Madrid, 1990, p. 1027.

115 CANCELA, M.L. o.c. p. 9.

116 Garriga y Roca prévoyait son projet d’amélioration du marché traditionnel de La Barceloneta (1867) à partir d’un élargissement de la superficie, profitant les terrains de la caserne de chevalerie voisine que Garriga considérait « inopportune, malsaine et point stratégique » ; d’après son critère, cet établissement militaire devait être situé ailleurs. (GARRIGA Y ROCA, « Mémoire du projet d’amélioration de l’actuelle place de marché de la Barceloneta », le 15-XII-1867, A.A.B. 3265 bis).

117 « Al concebir el infrascrito el proyecto de parques y jardines que hoy se está realizando (Ciutadella), no pudo desatender, muy al contrario fijó desde luego toda su atención â las mejoras que por necesidad por el público ornato y para el decoro de una capital como Barcelona exiger desde muchos anos, cual es dotar à las barriadas más próximas de la Ciudadela de un mercado… » (FONTSERE, J. « Introduction au projet pour le marché de El Born », le 28-X-1873,1.M.H.B. « Comissió Ciutadella », 3 - 6, fo 21). Sur cette question voir également : ARRANZ, GRAU, LOPEZ, o.c. ; TARRAGO, « La urbanización de los terrenos de la ‘Ominosa’ Ciudadela » dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, no 101, III-IV 1974, pp. 30-34

118 L’évolution du cadre légal dans lequel étaient effectuées ces opérations est minutieusement étudiée dans BASSOLS COMA, M. Génesis y evolución del derecho urbanistico español (1812-1956), Madrid, 1973.

119 Ces iniciatives visaient à créer une dynamique de croissance de la richesse et de la production dans le but d’améliorer la situation du Trésor Public. En 1768 Olavide établissait un système de loyers de terrains considérés improductifs. Quelques années plus tard, Jovellanos prônait l’introduction du principe libéral du bénéfice comme moteur de la transformation. Il faisait appel aux travailleurs agricoles souhaitant devenir propriétaires et aux grands propriétaires disposés à investir et à augmenter la productivité de la terre. Cependant au XVIIIe siècle, ces iniciatives étaient restreintes aux propriétés municipales ou royales, respectant entièrement les domaines ecclésiastiques -à l’exception des propriétés des jésuites vendues par Charles III en 1798, après avoir chassé cet ordre religieux d'Espagne-. Le conflit d’intérêts entre l’Eglise et l’État arriva avec le nouveau siècle.

120 VV.AA. « Las desamortizaciones », Historia 16, IV-1983, pp. 42-64. Parmi l’abondante bibliographie concernant le sujet des « desamortissements », voir aussi : FONTANA, J. La Revolución liberal, Madrid, 1977 ; HERR, R. « El significado de la desamortización en España », dans Moneda y Crédito, no 131, 1974, pp. 55-94 ; SIMON SEGURA, F. La desamortización española del siglo XIX, Madrid, 1973

121 HERNANDO, J. Arquitectura en España, 1770-1900, Madrid, 1989, p. 450.

122 « De la Palencia médiévale et conventuelle de 1833 jusqu’à la ville de 1868… il y avait de profondes différences. La Palencia parvenue jusqu’à nos jours était en train d’être crée… »… « De la Palencia de 1833-Médiéval y Conventual-, hasta la ciudad de 1868, […]había profundas diferencias. Se estaba formando la Palencia que ha llegado hasta nuestros días… » (GARCIA COLMENARES, P. La ciudad de Palencia en el siglo XIX. La desamortización y su transformación urbanística (1836-1868), Palencia, 1986, p. 274).

123 CANTARELLAS, C. La arquitectura mallorquina desde la Ilustración a la Restauración, Palma, 1981, p. 479.

124 idem. « Desamortizaciones y transformaciones urbanas en Palma de Mallorca », dans Actes du II Congreso Español de Historia del Arte, Valladolid, 1978, p. 30.

125 « va a condicionar el crecimiento de la ciudad hasta nuestros días.. »… « …para las ciudades pequeñas como Palencia, donde el espacio urbano ofrecido o puesto en venta con la desamortización, es más que suficiente para albergar y acoger […] (la) demanda » (GARCIA COLMENARES, P. o.c„ p. 282).

126 HERNANDO, J. o.c. p. 451.

127 À Barcelone « la destination donnée aux terrains des couvents disparus fut très diverse, mais en dehors des propriétés passées aux mains des militaires, la ville en tira profit notamment dans la création de places, d’établissements d’enseignement et de marchés »… « El destí que es va donar als terrenys dels couverts suprimits fou molt divers, perd val a dir que, a part dels que passaren a mans militars, la ciutat s’en beneficià clarament, en forma de places, institucions per a l’ensenyament i mercats » (GARCIA DOMENECH, « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX » dans Actes II Jornades d’Història de ! Plà de Barcelona, 1990, vol. 2, p. 192)

128 Finalement, la municipalité prit le parti de démolir l’ensemble du couvent, et de loger la poissonnerie en plein air, abrité uniquement par des portiques (ESTEBAN CHAPAPRIA, PALAIA PEREZ, o.c. sans no de page).

129 « Lettre du 27-IX-1858 de l’architecte Vicente Miranda faisant référence à ce projet de marché » (A. Ch. Va. 761, no 625)

130 « …dar ocasión a que se faltase al respeto y veneración debida a los templos y servir también de escándalo a los fieles… » (« Lettre du chapitre à la municipalité, le 8-II-1859 ». A. Ch. Va. 761, no 665 bis)

131 « … al común de los vecinos de esta ciudad » (« Rapport municipal de la Comisión de Obras », le 26-11-1859, A.Ch.Va. 761, no 665 bis, f° 4).

132 « derechos de propiedad […] sobre el terreno en que el mercado se proyecta », le 14-IV1873 (ibidem).

133 Fiche historique de l’Inventaire Municipal de Seville.

134 GRAU, R. « Génesi… », pp. 23-25 ; GARCIA DOMENECH, R.M. o.c. pp. 194-195.

135 GRAU, O.C. p. 24,

136 « Sa Majesté la Reine, tenant compte des arguments exposés par la municipalité de Barcelone, a bien voulu céder le terrain nécessaire à la construction de la place portiquée prévue dans le site de l’ancien couvent des Dominicains suivant le projet du 22 janvier 1837… »… « Su Majestad la Reina, tomando en consideración lo espuesto por et Ayuntamiento de Barcelona, se ha servido concederle et terreno necesario para la construcciôn de la plaza con soportales que tiene proyectada en el sitio que fue convento de dominicos de esta ciudad, segün el piano levantado en 22 de enero de 1837… » (Lettre de la municipalité au Gouvernement de la Province, le 19-IX-l 844, A.A.B. 769 A, 1843, no 2, f° 1).

137 « Si en et primer intent (desamortitzador) de 1820-23, quan Barcelona comptava amb unes 90 000 ànimes, ja es veia clara la urgència de convertir els convents de Santa Caterina i de Sant Josep en mercats, en 1835, data de la segona llei, la nécessitât era encara més gran, ja que la poblaciô s’etimava d’unes 118 000 ànimes. El desti que es va donar aïs terrenys dels convents suprimits fou molt divers, perd val a dir que, a part dels que passaren a mans militars, la ciutat s'en bénéficia clarament, en forma de places, institucions per l’ensenyament i mercats… » (GARCIA DOMENECH, o.c., p. 192).

138 GARRIGA Y ROCA, M. « Projet de marchés… », 1861, (A.A.B. 2886 B).

139 RUIZ PALOMEQUE, M.E. o.c., pp. 42 et 43.

140 ibidem, pp. 52-57.

141 GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c. pp. 17 et 20.

142 Signé par Rovira y Trias, le 31-XII-l875, (A.A.B. 129-Ai-).

143 « …ces terrains là furent réclamés avec insistence par leurs propriétaires, mais ils ne furent jamais construits jusqu’à ce qu’après la démolition des murailles et l’acceptation ultérieure du plan d’élargissement, ils furent déclarés terrains d’utilité publique par decret du 20 mai 1866. »… « aquellos solares fueron insistentemente reclamados por sus propietarios pero quedaron sin reedificar hasta que, tras el derribo de las murallas y la posterior aprobación del piano de Ensanche de la ciudad, fureon declarados de utilidad pública por decreto de 29 de mayo 1866 « (RODRIGUEZ SORONDO, M.C. Arquitectura pública en la ciudad de San Sebastián (1813-1922), Saint-Sébastien, 1985, p. 82).

144 Dans le projet d’élargissement de Antonio Cortázar approuvé pour Saint-Sébastien en 1862, l’espace actuellement occupé par le Boulevard était destiné à des bâtiments publics ; mais finalement des modifications appartenant au deuxième projet d’élargissement presenté par Martin Saracíbar furent introduites dans la réalisation ; parmi ces modifications, le Boulevard était defini comme zone de transition entre la ville ancienne et la nouvelle sur laquelle s’ouvrait le marché de La Brecha. (RODRIGUEZ SORONDO, M.C. o.c. p. 69)

145 « al costat deponent del nucli de ta ciutat ajudà a integrar l’eixample[…] amb et centre historié i ompli d’activitat el fins llavors huit camp de la Sang ». (PUIG, J. El procès de formació de la ciutat de Sabadell, Sabadell, 1991, p. 89).

146 « […] Tortosa oberta per trencar amb la condició del riu com a frontera i fer-lo, precisament nexe vertébral de la nova ciutat ». (MASSIP, J.F. « L’arquitectura del ferro a Tortosa. El mercat püblic (1884-1187) », dans D’Art, no 11, 1985, pp. 191).

147 « Compte tenu de la croissance que connaissait par cette partie de la ville, la municipalité accorda la construction d’un édifice destiné à être un marché ; en 1906 fut présenté un projet concernant les fondations et le socle »[…]« Dado el incremento que iba tomando esta parte de la población, et Ayuntamiento acordó construir un edificio destinado a mercado y en 1906 se presentó un proyecto para la ejecución de las fundaciones y zôcalos del mismo […] » (ANABITARTE, B. Gestion del municipio de San Sébastian (1901-1925), Saint-Sébastien, 1971 (nouvelle éd.), p. 100.

148 « Dans le quartier de El Antiguo, les paysannes et les poissonnières vendaient leurs marchandises le long d’une partie de la rue Mafia. Afin d’en finir avec ce spectacle et tenant compte que le quartier était très peuplé (nombre estimé à 10 000 habitants) et qu’il était éloigné des marchés de la Ville, on accorda d’en construire un, sur la place Alfonso XIII, à côté de l’église… »… « En el barrio del Antiguo, a lo largo de un trozo de la calle de Mafia, las aldeanas y pescadoras vendían sus mercancías. Para evitar este espectáculo y teniendo en cuenta que en 1922 resultaba populoso dicho barrio (se le suponía una población de 10 000 almas) y como estaba situado a bastante distancia de los Mercados de la Ciudad, se acordó construir uno en la plaza de Alfonso XIII, al lado de la Iglesia… » (ibidem, p. 101).

149 RODRIGUEZ SORONDO, M.C. o.c. pp. 69 et 70.

150 ANABITARTE, B. Gestion municipal… en el siglo XIX, Saint-Sébastien, 1903, pp. 232 et 235.

151 RODRIGUEZ SORONDO, M.C. o.c. p. 140

152 « …ocupa la manzana situada entre las calles de Jorge Juan, Cirilo Amorós, Conde Salvatierra y Martínez Ferranda, segregada de una mayor, segûn preveia originalmente el Ensanche, que se prolongaba hasta la calle de Sorní « (SIMON GURUMETA, A. et VILLANUEVA OLIVA, C. Mercado de Colon-Valencia-Dossier de Monument historique artistique du Ministère de la Culture, Valence, 1983).

153 Voir : BOIX GENE, J. Terrassa, 1877-1977. 100 anys d’urbanisme, Terrassa, 1977, p. 19.

154 Sur les cartes de Badalona des années 1877 et 1882, Factuel emplacement du marché Maignon apparait déjà désigné comme place du marché. D’après J.A. Padrós, ce « bâtiment communal (la halle) est installé sur le seul espace libre de la nouvelle ville » antérieure au projet général d’élargissement de 1895. (PADROS, J.A. « Una primera aproximaciô a l’arquitectura de Badalona » dans Terra i Anima. Butlletí d’amics de Badalona, 1979, no 1, pp. 17-18).

155 Le projet de Pons, est fondé sur une structure ortogonale pour l’expansion du tissu urbain existant. Sur le plan de la ville de 1923 on peut constater comment il fut appliqué avec quelques modifications (ESTEBAN NOGUERA, Julio, Los ensanches menores en la région de Barcelona, Barcelone, 1976, p. 45 et planches 22, 23 et 24).

156 « la conveniencia y la necesidad de dotar a Badalona de un nuevo centro de abastos que supliera los inconvenientes y desventajas manifiestas de una centralización excesiva y absurda, renda con la creciente e ininterrumpida expansión del núcleo urbano de la población… » (Ayuntamiento de Badalona. Su labor desde 1924 y enumeración gráfica y descriptiva de sus propiedades, Badalona, 1929, p. 134).

157 GARCIA ESPUCHE, A. et GUARDIA BASSOLS, M. La construcciô d’una ciutat : Mataró 1500-1900, Barcelone, 1989, p. 126.

158 « ,„el vapor abre vias portentosas y cuando una de las màs importantes [.,.]pasa por las puertas de la ciudad, es indispensable que esta se ensanche [..,]Oprimida por los muros que desde el reinado de la primera Isabel fueron levantados, apinada la población siempre creciente en tan estrecho recinto, privado el comercio de los locales y depósitos indispensables para sus operaciones siempre en aumento… » (« Acte de la séance municipale du 4-V-1863 à la suite de la Real Orden -décret royal- approuvant la démolition des murailles », A.M.S.S. cité dans LARRANAGA, L. « Historia de unos ensanches » dans Boletin de Información Municipal, 1963, no 17, p. 44).

159 Selon José Ramón Alonso Pereira, la loi de 1892 rendit vraiment rentable la production urbaine systématique de l’élargissement (ALONSO PEREIRA, J.R. Madrid 1898-1931. De Corte a metrópoli, Madrid, 1985, p. 21).

160 Voir : plan d’alignements dans le projet du marché (A.M.P. « dossier du Projet de marché »).

161 Dans le cas concret du marché de Isabelle II, l’emplacement pour bâtir une halle fut donné à la municipalité par l’État après de longues et complexes négociations (Voir la documentation concernant cette halle dans A.A.B. 769 A pièce 2).

162 Pedro Répide dans Madrid a vista de pájaro, évoquait le Madrid de 1873. « La place de La Cebada […]était alors appelée place de Riego, en mémoire du barbare suplice subi en ce lieu par le malheureux général, restaurateur de la Constitution en 1820 ». La plaza de La Cebada(…) llamábase entonces plaza de Riego, para recordar el bárbaro suplicio que allí sufrió el infortunado general que restaura la constitución en 18203 ». (REPIDE, P. Madrid a vista de pájaro, Madrid, éd. non datée, pp. 93-94).

163 En honneur du général libéral Rafael de Riego, qui se souleva en 1820 contre le régime absolutiste de Ferdinand VII et auquel il fit rétablir la Constitution de 1812, ouvrant ainsi la période libérale connue sous le nom de Trienio Liberal (triennat libéral)(1820-1823) ; À la fin de cette étape, suivie d’une nouvelle réaction absolutiste (1823-1833) Riego fut exécuté sur la place de La Cebada le 7 novembrel823. (MONTOLIU CAMPS, P. Once siglos de mercado madrileño, Madrid, 1985, p. 115).

164 Clementina Diez de Baldeón décrit l’endettement de la municipalité de Madrid comme un « mal chronique » tout au long du siècle, et particulièrement à partir de 1855 lorsque la nouvelle municipalité constitutionnel se déclarait impuissante devant le déficit et les differents types de dettes accumules par les consistoires précédents. Cette situation entraîna l’émission d’une dette publique municipale à partir de 1861. La politique de libéralisation économique établie depuis la révolution de 1868 comporta la disparition des impôts municipaux sur les biens de consommation -impuesto de consumo et arbitrios municipales- lesquels constituaient l’une des sources principales de financement municipal. Tout au long du siècle, « l’emprunt, loin de résoudre le problème, ajouta des difficultés économiques à la Municipalité, comportant un déficit de plus en plus alarmant » […] « El empréstito, lejos de solucionar el problema, agregó unas sérias dificultades al Ayuntamiento que se tradujeron en un déficit cada vez más alarmante ». À la fin du siècle, la situation des finances municipales de Madrid atteint un tel degré d’agonie économique et d’irrégularité que le gouvernement de la nation dut intervenir pour éclaircir le fonctionnement de la gestion municipale. (DIEZ BALDEON, C. Arquitectura y clases sociales en el Madrid del siglo XIX, Madrid, 1986, pp. 36-37).

165 Entre 1877 et 1930, Madrid passa de 397 816 habitants à 952 832 (FERNANDEZ GARCIA, A. « La población madrileña entre 1876 y 1931. El cambio de modelo demográfico », La sociedad madrileña durante la Restauración, 1876-1931, p. 30).

166 Colmenares proposait à la municipalité un loyer annuel de 17 200 reales, quantité équivalente aux bénéfices produits par les vendeurs installés auparavant en plein air (COLMENARES, S. « Mémoire de conditions pour la construction et pour l’exploitation du marché de San Ildefonso, adressé à la municipalité », le 29-XII-1834 (A.V.M. (S) 1-237-3).

167 Mercados de Madrid. Labor realizada por el Excmo. Ayuntamiento durante los años 1939-1943, Madrid, 1944, p. 8.

168 « Lettre du 18-V-1835 » (A.V.M. (S) 1-237-3 »).

169 RUIZ PALOMEQUE, o.c. p. 60.

170 « No debe considerarse solamente la utilidad real que parte del ensanche ha de reportar de él, sino también el gran desarrollo que la edificación de casas particulares ha de tomar en los alrededores de la plaza proyectada y el mayor valor de las ya construidas, todo lo cuál redunda en beneficio de de los intereses públicos… » (« Lettre des promoteurs privés à la Municipalité », le 8-XI-1879, (A.M. S.S. D-10-VIII-3-2).

171 ibidem.

172 « Contrat notarial entre la municipalité et l’adjudicataire… », le 8-VI-1882, (A.M. S.S. D. 10.VIII.3.3. f” 27-41)

173 « Estos son, á grandes rasgos, los datos que estamos en el caso de facilitar à los Señores Accionistas para demostrarles que al emplear una parte de su capital en la construcción de un Mercado cubierto en Villaviciosa, además de obtener un interés lucrativo, dotarán a nuestra hermosa Villa de una mejora indispensable para que pueda figurar al lado de los pueblos más adelantados de Astûrias » (« Mémoire du projet », Anonyme, V-1901, (Dossier documentaire constitué par GONZALEZ MORIYON et FERNANDEZ MOLINA pour l’étude La arquitectura del hierro en Asturias).

174 Voir : GUTIERREZ ROBLEDO, J.L., La arquitectura abulense del siglo XIX, Thèse en cours de publication, Université de Madrid, 1987.

175 Dans l’introduction du mémoire du projet, Repullés signalait être « honoré par le Conseil de la Sociedad general abulense en raison de la commande d’un projet pour une halle à construire dans cette ville… »… « Honrado por el Consejo de la Sociedad general abulense con el encargo de proyectar un Mercado para dicha ciudad… » (REPULLES Y VARGAS, E.M. « Mémoire du projet de marché public pour la ville de Avila », le 31-V-1893, A.M. Av. Dossier Marché)

176 L’architecte Félix Navarro n’hésitait pas à définir l’entreprise comme « l’œuvre de tous […] entreprise essentiellement populaire… » car « ceux qui n’ont pas pris des actions ont contribué[…]au mouvement d'opinion »… « la obra de todos […] empresa genuinament popular ; pues quien no ha suscrito acciones ha contribuido[…] al movimiento de opinón ». Par ailleurs il indique que la société avait en 1903 quatre millions de pesetas de capital. (NAVARRO, F. « El nuevo mercado de Zaragoza », Arquitectura y Construcción, 1903,no 137, p. 356).

177 CANCELA, M.L. o.c. p. 8.

178 GARCIA LASAOSA, J. Desarrollo urbanístico de Zaragoza (1885-1908), Saragosse, 1979, p. 219.

179 CANCELA, M.L., o.c. p. 22.

180 ANASAGASTI, T. « El mercado de San Miguel » dans La Construcción Moderna, 1916, p. 152.

181 Le rôle de cette compagnie a été mentionné par CHUECA, F. dans El semblante de Madrid, puis par NAVASCUES PALACIO, P. dans Arquitectura y arquitectos madrileños, Madrid, 1973, 183-184, et dans « Influencia francesa… »,Archivo español de Arte, p. 68.

182 RUIZ PALOMEQUE, M.E. Ordenación…, pp. 175-176.

183 Le mémoire Mercados de Madrid. Consideraciones sobre el pleito entre los individuos de la primitiva sociedad de aquel título…, publié à Madrid en 1875 nous a apporté une grande quantité de renseignements au sujet des agents intervenant dans la construction des halles de Madrid. Cette source, que nous avons consultée à la Bibliothèque Nationale de Madrid, paraît avoir été ignorée ou peu exploitée dans les études précédentes consacrées aux halles de la capitale.

184 Les contrats de constitution de la Société et d’engagement avec la fonderie de Vinuesa datent du 18 mai 1869 (cités dans Mercados de Madrid. Consideraciones sobre el pleito…).

185 « La construction de toutes les pièces métalliques a été faite en Anglaterre »… « La construcción de todas las piezas de hierro se ha hecho en Inglaterra » (FERNANDEZ DE LOS RIOS, Guía de Madrid, 1876, p. 647).

186 Voir : Los mercados de Madrid. Consideraciones sobre el pleito…

187 Mariano Calvo Periera était en même temps architecte municipal et auteur des projets des halles, membre de la Sociedad Mercados de Madrid et de la Fonderie de Vinuesa (ibidem, p. 50). Juan Bautista Peyronet, directeur de l’École d’Architecture et président de la séction d’architecture de l’Académie de San Fernando, fut conseiller municipal et lui aussi membre de la Fonderie de Vinuesa)(ibidem) et « conseiller de la compagnie qui est en train de construire (les marchés) de La Cebada et des Mostenses »… « consejero de la compania que esta construyendo los (mercados) de la plaza de La Cebada y de los Mostenses »(F. PINGARRON, « Necrológica. Muerte de Juán Bautista Peyronnet » dans Boletín de la Sociedad Central de Arquitectos, 1874, no 4, p. 16). De même, La Ripa et le Marquis de La Merced faisaient partie des deux sociétés.

188 Jusqu’en 1867 l’usine de fonderie de Vinuesa appartenait à La Ripa. Cette année là il s’associa à d’autres personnes pour constituer la Metalúrgica de Vinuesa et dans ce cadre il apporta sa propriété de l’usine au patrimoine conjoint de la société. En 1868 cette société devint la Sociedad Comanditaria Robles y Compañía laquelle fut liquidée pendant sa première année d’existence. À partir de ce moment La Ripa, voulant reprendre le contrôle de son industrie tenta de constituer une nouvelle société avec les actions de laquelle on dédomagerait les anciens associés. (Los mercados de Madrid. Consideraciones sobre el pleito…, pp. 46-48)

189 BAHAMONDE, TORO, Burguesía, especulación y cuestión social en el Madrid del siglo XIX, Madrid, 1978, p. 153.

190 « Demande de Bayard et Cie. à la Municiaplité de Madrid », le 28-VII-1896, (A.V.M. (S) 4-383-27).

191 RIVAS, P. « Después del Ensanche, origen, evolución y desarrollo » dans Establecimientos tradicionales madrileños, Madrid, 1986, vol. VI, p. 94.

192 « Mercado de La Paz » dans Revista de la Arquitectura Nacional y Extranjera, 1879, no 3,3-111-1879, p. 60.

193 RUE DALMAU. « Los servicios municipales de Barcelona » dans Barcelona Atracción, VI-1934, p. 163.

194 Voir : Rapport inédit sur la Abaceria de Gracia réalisé par Carolina CHIFONI et par Jordi SERCHS pour l’Archive Municipale de Gracia (Barcelone) (1991) et la documentation historique concernant cette halle dans les mêmes archives : séries de Obres Particulars 140/1887 C. 164 ; 577/1891 C. 174 ; 203/1892 C. 175 ; 646/1892 C. 178 ; 679/1895 C.187 ; 4/1896 C.190.

195 « …las empresas de construcciones mecánicas llevaron casi siempre una vida lánguida, plagada de dificultades, de rendimientos muy bajos. A pesar de los esfuerzos tempraneros de varias firmas barcelonesas -Bonaplata, Nueva Vulcano y La Maquinista Terrestre y Marítima S.A.- y de una sevillana -Portilla Hnos. and White-, la mayor parte de los pedidos de material agrícola y textil, ferroviario y de fue servida desde el principio, por fábricas extranjeras « (NADAL, J. El fracaso de la Revolución Industrial en España, Barcelona, 1975, p. 159).

196 « les entreprises de fonderie et de constuction Esparó, Compañía Barcelonesa et Nuevo Vulcano. Par le nombre de machines et des appareils destinés à la réalisation du travail, l’organisation des tâches, la perfection des produits et la compétence des directeurs et des officiers ces établissements peuvent être considérés parmi les meilleurs ; il y en a pas beaucoup de pareils en France et en Belgique, et ils seraient très réputés même en Angleterre »… « …merecen recordación especial las fábricas de fundición y construccion de Esparó, Compañía barcelonesa y Nuevo Vulcano, […] El número de sus máquinas y aparatos para el trabajo, el orden de las operaciones y l perfección de los productos, así como la inteligencia de sus directores y oficciales, los constituyen establecimientos de primera clase cual pocos hay en Francia y Bélgica, y serian tenidos en mucha conssideracion aun en la misma Inglaterra… » (FIGUEROLA, L. Estadistica de Barcelona de 1848, Barcelone, 1848, p. 299).

197 Une consultation de fonds documentaires historiques de La Maquinista Terrestre y Marítima, récemment déposés aux Archives Nationales de Catalogne (Barcelone) pourrait apporter des nouveaux éléments d’analyse de la coopération entre Fontseré et Cornet.

198 RUE DALMAU, A. o.c. p. 165.

199 TARRAGO CID, S. o.c. p. 32 ; « El Born », Ianus, no 0, 1980, p. 29. ; HERNANDEZ CROS, POUPLANA, MORA, Guía de Arquitectura de Barcelona, Barcelone, 1985, no 80.

200 RUE DALMAU, A. o.c. p. 166 ; HERNANDEZ CROS, POUPLANA, MORA, o.c. no 81.

201 Thèse soutenue à l'Université de Rennes en 1993.

202 Rapport inédit de Carolina Chifoni sur le marché de la Abacería de Gracia (A. Gràcia, Barcelone).

203 COLL MIRABENT, I. « L’antic mercat de Sitges » dans Miscel.lania Penedesenca, Institut d’Estudis Penedesencs, VI-1988, Vol.X, pp. 138-142.

204 « son de la casa del arquitecto D. Juan Torras, director de fabricacion muy importante y de la Escuela de Arquitectura de Barcelona ». Deux autres fournisseurs secondaires participèrent à la réalisation de cet édifice : Pellicer y Juán fournit 300 tones de pièces de fonte et Claudio Franco des éléments décoratifs métalliques. (NAVARRO, F. « El nuevo mercado de Zaragoza » dans Arquitectura y Construcción, 1903, no 137, p. 362.

205 Cette région a une longue tradition de production métallurgique antérieure à l’âge industriel. (Voir : MORIS, G. « Las ferrerías asturianas : Desarrollo y evolución durante el siglo XVIII » dans Actes II Jornadas sobre la protección y revalorización del Patrimonio Industrial, Barcelone, 1988, pp. 53-66).

206 GONZALEZ MORIYON, FERNANDEZ MOLINA, o.c. p. 17.

207 ibidem, pp. 20-21, 28-29.

208 Concernant le marché de Villaviciosa il existe un document signé par Duro-Felguera lors de l’achèvement des travaux. Dans le cas de Mieres, la structure métallique est une reproduction presque intégrale de la première. (ibidem. pp. 35 et 38-39).

209 Voir : JIMENEZ ZORZO, F.J. La industrialización en Aragón. La Fundición Averly de Zaragoza. Saragosse. 1987.

210 A.M.S.S. : D. 10.VIII. livre 5, dossier 6.

211 « …columnas y vacíos para un mercado » (Nomenclatura de las principales instalaciones construidas en los talleres de fundición y de construcción de máquinas de Hijos de Antonio Averly, Ingenieros, Saragose, 1910, p. 15. Cette source documentaire fait partie des fonds et des archive privées de la compagnie. Elle a pu être consultée de façon intégrale grâce à la coopération de Francisco Javier Jiménez Zorzo consacré lui même à l’étude de cette entreprise industrielle.

212 Petrement est cité comme directeur de cette entreprise dans un document de la comission municipale de police urbaine du 4-X-1899 (A.M.P. dossier Mercado de Abastos) ; D’après Rafael del Valle Julio Petement était « un industriel de Palencia, propriétaire d’une fonderie réputée »… « industrial palentino, dueno de una afamada fundición » (VALLE, R. del, A orillas del Carrión, p. 216)

213 « L’adjudicataire […] signa un accord avec la Municipalité de Valence d’après lequel une grille serait construite clotourant le terrain ; autour de cette grille des lieux de vente seraient construits pour le commerce quotidien pendant la durée des travaux de la halle. Ces travaux, ayant été réalisés par l’adjudicataire, la municipalité lui permit de recevoir une partie des loyers des lieux de vente »… « […] el contratista […] habiendo firmado un convenio con el Ayuntamiento de Valencia por el cual aquél levantaría una valla alrededor del solar contra la que se construirían casetas de obra para posibilitar la venta diaria durante los años que durara la construcción del nuevo mercado. Al ser esta pequeña obra realizada a Costa del contratista, el Ayuntamiento permitió que aquél cobrara una parte del alquiler de las casetas… » (ESTEBAN CHAPAPRIA, PALAIA PEREZ, El mercado central de Valencia, page non numérotée).

214 « À Madrid, le financement de l’État était la grande affaire des crédits ; autour de cette affaire bancaire apparaît une classe ou un groupe de ‘commerçants capitalistes’ »… « La financiación del Estado era el gran negocio crediticio en Madrid, y en su torno nace una clase o grupo de « comerciantes capitalistas ». L’un des principaux intérêts de ces créditeurs était, lorsque l’État ne pouvait pas payer sa dette, l’obtention de garanties à titre de compensation, comme par exemple des droit d’exploitation de propriétés de l’État ou l’encaissement de certains impôts. (GARCIA DELGADO, J.L. « Factores impulsores de la industrialización de Madrid » dans La Sociedad Madrileña durante la Restauración, 1876-1931, vol. I, p. 341).

215 Jordi Nadal a mis en relief la situation de dépendance économique de l’Espagne par rapport à l’extérieur : l’exploitation des mines, traditionnellement espagnole passa à contrôle anglais et français à partir de la loi de 1869 ; la dette extérieure chronique de l’Espagne aurait conditionné les décision du gouvernement dans le sens de favoriser l’investissement étranger dans le secteur public, en guise de compensation aux créditeurs internationaux (NADAL, J. o.c. 1975. pp. 52-53 et 33).

216 Broder établit quatre secteurs d’activité des investisseurs étangers (l’emprunt public, l’investissement dans les services publics, les investissements miniers et l’investissement industriel ; le même auteur définit quatre périodes distinctes dans la dynamique de cet investissement (1830-55 : investissement faible définissant déjà des secteurs prioritaires corne les mines ou le chemin de fer ; 1855-1870 : affirmation de l’investissement ferroviaire avec prépondérance française ; 1871-1890 : certain ralentissement de l’investissement ferroviaire, développement de celui du secteur minier et croissance de l’implantation britannique par rapport aux investisseurs français ; 1890-1913 : reduction du rythme des investissements et développement de l’implantation d’autres pays investisseurs secondaires comme la Belgique ou l’Alemagne. (BRODER, A. « Investissements étrangers en Espagne au XIXe siècle » dans Revue d’histoire économique et sociale, 1976, no 54, pp. 30 et 57).

217 TORTELLA, G. « Madrid, capital del capital durante la Restauración » dans La sociedad madrileña durante la Restauración (1876-1931), Madrid, pp. 344-345.

218 BRODER, A. o.c. p. 57. Deux œuvres sont particulièrement intéressants pour l’analyse de la construction des chemins de fer espagnols : Los ferrocarriles en España, 1844-1943, Madrid, 1978, 2 vol. ; AGUILAR, I. La Estación de ferrocarril, puerta de la ciudad, Valence, 1988,2 vol.

219 MAS HERNANDEZ, R. « Crecimiento espacial y mercado del suelo periférico en los inicios de la Restauración » dans La Sociedad Madrileña durante la Restauración, 1876-1931, vol 1. 1, pp. 117-118.

220 NAVASCUES PALACIO, P. « La arquitectura del hierro en España » dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, 1980, no 65, pp. 42-43.

221 ibidem, p. 46.

222 idem, Arquitecturay arquitectos de Madrid., p. 196.

223 idem, « La arquitectura del hierro… », p. 47.

224 Voir : TORTELLA CASARES, G. « La economía española, 1830-1900 » dans Revolución burguesa, Oligarquía y constitucionalismo, 1834-1923, Collection Historia de España, Barcelone, 1981, p. 67.

225 NADAL, J. o.c., p. 38.

226 ibidem, p. 49.

227 Voir : BOSH ARAGO, F.X. Els ponts de ferro de Girona, Gerone, 1986. Les interventions de constructeurs étrangers dans les chemins de fer espagnols sont systématiquement étudies dans : AGUILAR, I. o.c. et dans GARCIA LOPEZ, M. M.Z.A. Historia de sus estaciones, Madrid, 1986.

228 « …entre 1869 y 1875 […] no contábamos en España con talleres de fundición ni moldes en los que preparar las piezas. Solo al cabo de algunos años, Cataluña y el País Vasco podrían hacerlo. » (NAVASCUES, P. Arquitectura y arquitectos madrileños…, p. 184).

229 Lors de mon enquête une vendeuse de la halle de Salamanque témoignait avec fierté que ce marché aurait été bâti par le même constructeur que la Tour Eiffel de Paris, alors que le fournisseur des matériaux métalliques fut la Compagnie S.E. de C.M. Talleres de Madrid.

230 Nous avons trouvé dans les archives Eiffel un projet de halle métallique daté de 1935 pour Kaolack, dans le Sénégal (A.N. 152 AQ 203).

231 VIRGILI, Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936), Valladolid., p. 251.

232 PARIS, J. « Mémoire des projets pour Vitoria », le 23 mai 1884, (A.M.Vi. 53-2-35).

233 JIMENEZ ZORZO, F.J. o.c., pp. 19-22.

234 TORTELLA CASARES, G. o.c., p. 78.

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search