Version classiqueVersion mobile

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Avant-propos

Texte intégral

1Le sujet de notre étude est parti d’une recherche portant sur un domaine plus vaste, celui des relations franco-espagnoles dans l’architecture utilitaire autour de la typologie de la halle. Cette hypothèse de travail s’est rapidement montrée trop générale et même arbitraire. Elle concernait des domaines d’étude très divers liés par un tissu de relations complexes et souvent indirectes que l’on ne pouvait pas analyser sans avoir au préalable les résultats de recherches systématiques de base.

2L’hypothèse de travail fut alors inversée et le sujet de recherche défini comme une étude typologique sur les halles métalliques espagnoles, indépendamment du problème des relations franco-espagnoles. Un ensemble typologique cohérent et objectif a pu être ainsi constitué, permettant la réalisation d’une analyse autonome, en fonction de ses propres caractéristiques. L’influence quantitative et qualitative de la France a été étudiée comme un trait caractéristique qui est apparu à la suite d’une recherche systématique et non point posée comme un a priori.

3Un corpus d’édifices répertoriés a été défini suivant des critères d’ordre historique, typologique et technique. Il ne s’agit pas d’un catalogue exhaustif de toutes sortes de marchés, mais uniquement de ceux qui étaient destinés à la vente des denrées, comportant un cadre architectural spécifique construit partiellement ou entièrement avec des éléments et des structures métalliques, dans un éventail chronologique compris entre les années 1840 et les années 1920 et 1930. La date de 1840 est justifiée par elle-même dans la mesure où elle correspond à celle de la conception et de la construction des premières halles avec des matériaux métalliques, coïncidant avec la période d’introduction générale des nouveaux matériaux de construction en Espagne. La limite chronologique finale des années 1920-1930 s’explique par des raisons d’ordre technique et culturel. D’une part, le fer, tout en étant utilisé dans les structures de la construction, n’avait plus de caractère rénovateur ; la modernité des moyens de construction était alors associée davantage à l’utilisation du béton qu’à celle du fer. D’autre part, l’univers culturel de l’architecture du XIXe siècle prolongé pendant les premières décennies du XXe siècle, auquel la halle métallique était profondément liée, fut définitivement clos par l’essor du Mouvement Moderne.

4Nous avons défini aussi un principe méthodologique d’analyse fondé sur la complémentarité de l’architecture construite, de l’architecture dessinée et de l’architecture écrite, c’est-à-dire des œuvres, des projets et des réflexions théoriques.

5Une fois établis le domaine de la recherche et la méthode employée, un premier objectif du travail entrepris consistait à définir avec précision le corpus d’édifices à répertorier et à en constituer l’inventaire. Nous avons pris le parti de choisir trois niveaux d’analyse pour constituer un catalogue, sinon entièrement exhaustif, ce qui échappait à nos possibilités, mais le plus proche et le plus représentatif de la réalité. Suivant une méthode de sondages programmés à différente échelle, cette démarche aboutit à une synthèse de l’étude exhaustive générale, l’étude régionale et celle des noyaux urbains importants.

6Premièrement nous avons constitué un répertoire général de halles aussi vaste que possible par les moyens suivants : recherche systématique sur les bibliographies concernant les marchés et l’architecture locale des différentes villes ; enquête au niveau national adressée par courrier aux archives municipales, aux archives historiques de la province ou de la région et aux services de l’inventaire du patrimoine architectural des administrations régionales et des Colegios Oficiales de Arquitectos de chaque région.

7Deuxièmement, nous avons réalisé une recherche exhaustive portant sur la totalité des halles métalliques conçues ou réalisées dans deux régions différentes, la Catalogne et les Asturies, dans lesquelles l’architecture métallique connut un développement particulièrement important.

8Troisièmement, nous avons entrepris une enquête systématique sur les halles construites dans les capitales de province des régions suivantes : l’Aragon, la Castille-Léon, la Communauté de Madrid, la Communauté de Valence, la Navarre et une partie du Pays Basque, sans compter la Catalogne et les Asturies déjà citées.

9Les recherches spécifiques au niveau des régions et des villes ont comporté, outre la consultation bibliographique de base et l’enquête par courrier déjà signalées, une recherche documentaire systématique dans les archives municipales concernées et un travail sur les sites. La recherche documentaire opérée dans un total de 37 archives municipales appartenant à un total de 17 provinces portait sur les mémoires, les parties graphiques et les conditions techniques et économiques des projets, ainsi que sur la documentation administrative correspondant à la conception, à la construction et à la gestion des halles. Le travail sur les sites comprenait la rédaction d’une fiche descriptive, et la réalisation d’un reportage photographique. Ces recherches furent complétées, le cas échéant, par des enquêtes auxiliaires de deux sortes : dans des archives photographiques privées afin de connaître l’état ancien de certains bâtiments disparus ou transformés ; dans des bibliothèques locales, pour la consultation des bibliographies permettant de connaître le cadre historique précis dans lequel ces édifices ont été bâtis.

10Un deuxième axe de recherche portait sur la définition théorique de la halle à partir de deux types fondamentaux de sources. Premièrement, l’exégèse des mémoires des projets des halles concernées avait comme but l’analyse comparative de la réflexion des architectes sur cette typologie par rapport à l’évolution de la culture architecturale. Deuxièmement nous avons entrepris une vaste recherche documentaire systématique sur des sources manuscrites ou imprimées à l’Hemerothèque Municipale et à la Bibliothèque Nationale de Madrid, a la Bibliothèque de Catalogne à Barcelone, aux bibliothèques des Colegios Oficiales de Arquitectos de Madrid et de Catalogne, et aux archives historiques de l’École d’Architecture de Barcelone. Cette recherche avait pour finalité de parvenir à la connaissance du traitement donné à cette typologie dans les traités théoriques, dans les revues spécialisées et dans les exercices des élèves des académies et des écoles d’architecture.

11Un troisième axe de recherche concernait les relations franco-espagnoles. À Paris, des recherches documentaires ont été réalisées aux Archives Nationales, à la Bibliothèque de l’École des Beaux-Arts et à l’École Nationale des Ponts et Chaussées dans le but d’établir, d’une part, l’intervention des Compagnies métallurgiques et de travaux publics françaises en Espagne et, d’autre part, la présence d’élèves architectes et ingénieurs espagnols dans les écoles parisiennes. En Espagne, des enquêtes sur des sources imprimées ont été réalisées dans les bibliothèques des Écoles d’Architecture et des Colegios Oficales de Arquitectos de Madrid et de Barcelone, à la Bibliothèque Nationale de Madrid et à la Bibliothèque de Catalogne à Barcelone, afin de confirmer l’arrivée en Espagne des revues et des ouvrages théoriques français ayant rapport avec notre sujet.

12Une quatrième ligne de travail comportait des recherches bibliographiques approfondies concernant un certain nombre de sujets généraux auxquels notre étude est étroitement liée : l’évolution des établissements de vente et d’entrepôt des denrées en Espagne au long de l’histoire ; l’histoire de la théorie et de la pratique architecturale et de l’urbanisme en Espagne au XIXe siècle ; l’histoire de l’architecture métallique en Espagne et à l’étranger ; l’identité et la signification des agents intervenant dans la construction des halles et particulièrement des professionnels responsables de la conception architecturale ; le contexte historique, social, économique et culturel dans lequel eut lieu le développement de ces architectures.

13La réalisation d’une étude systématique et approfondie sur les halles métalliques espagnoles au XIXe siècle se justifiait non seulement par la cohérence de cet ensemble typologique et par sa signification historique, technique et architecturale, mais aussi par l’absence de recherches approfondies dans le domaine de l’histoire de l’architecture qui soient basées sur des corpus suffisamment vastes et représentatifs. Le sujet des halles a été, certes, posé ou abordé dans une bibliographie relativement abondante, mais de façon plus ou moins ponctuelle et superficielle, ou en fonction d’exigences d’autres disciplines ou d’autres intérêts que ceux de l’histoire de l’art.

14Nous avons réparti en deux catégories la bibliographie sur les halles espagnoles au XIXe siècle. Nous avons regroupé, d’une part, les ouvrages portant sur des sujets divers et dans lesquels les halles sont traitées ou étudiées comme une partie d’un ensemble ; d’autre part, les monographies consacrées à l’étude des halles à partir de différentes perspectives ou disciplines.

15Du point de vue chronologique, cette bibliographie se concentre sur deux périodes privilégiées : les années 1930-1940, quand le Mouvement Moderne s’intéressait notamment à l’architecture utilitaire et au renouvellement technique au XIXe siècle ; d’autre part, à partir des années 1970 environ, et jusqu’à nos jours, où l’on a pris conscience du fait que les édifices du XIXe siècle, et plus particulièrement les halles, appartenaient au patrimoine architectural historique. En effet la désaffectation de ces derniers bâtiments obligeait à réfléchir sur l’avenir de ces constructions. Ce fut le cas des Halles Centrales de Paris, et des marchés El Bom, à Barcelone et Lanuza, à Saragosse.

16Dans la première catégorie on peut faire entrer les guides et les études d’architecture de caractère local, les ouvrages sur l’histoire de l’architecture métallique, ceux qui traitent des relations entre l’art et l’industrie, et enfin les manuels d’histoire de l’architecture au XIXe siècle en Espagne.

  • 1 AMANN, FLORES : La arquitectura de Barcelona, Madrid, 1964 ; Guía de arquitectura de Madrid, Barce (...)
  • 2 HERNANDEZ-CROS, MORA, POUPLANA, Arquitectura de Barcelona, C.O.A.C.B., Barcelone, 1972.
  • 3 idem, Guia de arquitectura de Barcelona, C.O.A.C. Municipalité, Barcelone, 1985.
  • 4 Catàleg de patrimoni arquitectònic històrico-artístic de la ciutat de Barcelona, Municipalité, Bar (...)
  • 5 Guía de Madrid, C.O.A.M., Madrid, 1983, 2 vol..
  • 6 VARELA, S. et CALDUCH, J. Guia de arquitectura de Alacant, C.O.A. Alicante, 1979 ; Guia d’arquitec (...)

17La publication de guides et d’études monographiques sur l’architecture des villes a connu un grand essor à partir de la fin des années 1970, pendant lesquelles l’architecture du XIXe siècle d’une façon générale, et les halles plus particulièrement, précédemment négligées, ont été répertoriées et mises en valeur. Parmi les premiers guides d’architecture à prendre en considération l’architecture métallique utilitaire signalons les ouvrages de Carlos Flores et d’Eduardo Amann La arquitectura de Barcelona (1964) et Guia de arquitectura de Madrid1, et le guide d’architecture de Barcelone de Josep Emili Hemandez-Cros, Gabriel Mora et Xavier Pouplana publié en 19722. Ces auteurs poursuivirent leur inventaire réalisant un nouveau guide actualisé de Barcelone (1985)3 et un catalogue exhaustif du patrimoine architectural historique de la ville de Barcelone (1987)4. À Madrid, un guide actualisé d’architecture fut publié en 1983 par le Colegio Oficial de Arquitectos5. Citons aussi, parmi d’autres, Guia de arquitectura deAlacant (1979), et Guia de arquitectura de Menorca (1980)6.

  • 7 VIRGILI BLANQUET, M. A. Desarrollo…, Municipalité de Valladolid, 1979 ; RODRIGUEZ SORONDO, M.C. Ar (...)

18Un nombre important d’études monographiques concernant l’architecture des villes, et plus particulièrement l’architecture du XIXe siècle ont vu le jour à partir des années 1970. Signalons à titre d’exemple les ouvrages suivants : Arquitectura y arquitectos madrilenos en el siglo XIX (1973) de Pedro Navascués Palacio et Ordenación y transformación urbanas del casco antiguo madrileño durante los siglos XIX y XX (1976) de Eulalia Ruiz Palomeque, à propos de Madrid ; Desarrollo urbanístico y arquitectónico de Valladolid (1851-1936) (1979) de Maria Antonia Virgili Blanquet concernant Valladolid ; Arquitectura püblica en la ciudad de San Sébastian (1813-1922) (1985) de Maria del Carmen Rodriguez Sorondo sur la ville de Saint-Sébastien ; Arquitectura y urbanismo en Pamplona a finales del siglo XIX y comienzos del XX (1985) de Asunciόn de Orve Sivatte7 sur Pampelune ; Arquitectura abulense del siglo XIX (en instance de publication Gutierrez Robledo concernant la ville de Avila et Transformaciόn moderna de Toledo. Arquitectura y urbanismo del siglo XIX, de Cerro Malagόn sur la ville de Tolède.

  • 8 CIRICI PELLICER, A. « Visión retropectiva… », dans Cuadernos de Arquitectura, XII-1945, no 4, pp.  (...)

19Les rares études sur l’architecture métallique espagnole ont apporté aussi une importante contribution à notre recherche. Dans ce domaine l’impulsion initiale fut sans doute donnée par l’article d’Alexandre Cirici « Vision retrospectiva de la arquitectura del hierro » (1945)8. Cette publication réalisée à une date si ancienne témoigne de l’ouverture d’esprit de ce fondateur de la critique moderne d’art en Catalogne vis à vis des sujets les plus novateurs et polémiques. Cirici envisageait cette étude comme un parallèle entre l’architecture métallique internationale -notamment française- et l’architecture métallique catalane. La connaissance exhaustive de cette architecture était à l’époque inimaginable, compte tenu de l’absence d’un inventaire systématique du patrimoine et de la difficulté d’accès à la documentation historique des archives municipales. L’approche de Cirici fondée sur quelques exemples choisis, aboutit à un certain nombre d’intuitions et d’hypothèses très pertinentes.

20Après l’article de Cirici, notre recherche rencontre un long vide historiographique. Les grands ouvrages généraux d’histoire de l’art espagnol des années 1950 et 1960, comme par exemple la collection Ars Hispaniae, dont le volume consacré au XIXe siècle parut en 1966, négligèrent l’architecture métallique.

  • 9 NAVASCUES PALACIO, P. Arquitectura y arquitectos…, Instituto de Estudios Madrileflos, Madrid, 1973 (...)

21Pedro Navascués Palacio joua un rôle décisif dans la création d’un courant historiographique destiné à l’étude et à la mise en valeur de l’architecture métallique espagnole. Des ouvrages comme Arquitectura y arquitectos madrilenos en el siglo XIX 1973), (Del neoclasicismo al modernismo (1979), Influencia francesa en la arquitectura madrilena del siglo XIX (1982) et surtout La arquitectura del hierro en Espana (1980)9 constituent une source très riche d’indications et de réflexions à développer et un point de départ obligé pour toute étude consacrée à cette architecture. Dans cet ensemble bibliographique Navascués pose les grandes questions concernant l’architecture en fer, comme par exemple la relation avec l’étranger, notamment avec la France, la polémique professionnelle entre architectes et ingénieurs, le débat culturel entre l’art et l’industrie, etc. ouvrant une grande diversité de pistes de recherche à exploiter.

  • 10 Edition définitive sous le titre : La arquitectura del hierro en Asturias : 13 mercados y otros ed (...)
  • 11 AGUILAR, I. et NAVASCUES, P. Estaciones ferroviarias de Madrid, su arquitectura e incidencia en el (...)
  • 12 Actes des I Jornadas sobre la protección y revalorización del patrimonio industrial, Gouvernement (...)
  • 13 GIMENEZ ZORZO, F.J. « La fábrica de Fundición y Maquinaria de Antonio Averly en Zaragoza » dans II (...)

22Parmi ces pistes de recherche signalons, premièrement, les études d’architecture métallique de portée locale ou régionale comme celle de Fernandez Molina et de Gonzalez Moriyόn « La arquitectura de hierro en Asturias » (1980)10, qui constitue un exemple méthodologique pour la recherche de base. Deuxièmement, des études consacrées à des typologies comportant des systèmes de construction métallique, comme par exemple les gares, auxquelles Inmaculada Aguilar et Maria Mercedes López García ont consacré leurs recherches11. Troisièmement, les études concernant l’influence de l’industrie dans la production artistique n’ont pas de relation directe avec les halles, mais elles sont particulièrement intéressantes pour l’histoire de l’architecture métallique de production industrielle. L’ouvrage de Dalmases et Pitarch Arte e industriel en España (1982) sur les arts appliqués et l’industrie retient l’attention par son contenu, mais il manque de rigueur méthodologique. Dans ce même domaine nous devons faire référence aussi aux publications d’archéologie industrielle, notamment aux Actes des I et II Journées de Conservation du Patrimoine Industriel en Espagne des années 1982 et 198512. Dans ces actes il n’y a pas d’études consacrées spécifiquement aux halles métalliques, mais nous y retrouvons des monographies consacrées à d’autres architectures métalliques, à des ateliers et à des entreprises producteurs d’éléments de construction. Dans cette même ligne nous devons signaler l’intérêt de l’ouvrage de Francisco Javier Giménez Zorzo sur l’entreprise métallurgique Averly de Saragosse13.

  • 14 NAVASCUES PALACIO, P. Del neoclasicismo al modernismo. Arquitectura, Alhambra, Madrid, 1979 ; HERN (...)

23Dans les manuels d’histoire de l’architecture du XIXe siècle en Espagne, comme par exemple ceux de Pedro Navascués (1979 et 1993) et de Javier Hemando (1989)14, les halles sont insérées dans le contexte général de l’architecture de leur époque. Mais en ce qui concerne l’étude spécifique des marchés, ces ouvrages ne comportent pas de contributions historiographiques novatrices.

24La deuxième catégorie d’ouvrages consacrés à l’étude des halles comprend des études monographiques dans lesquelles ces établissements sont analysés dans différentes perspectives.

  • 15 FERRERO, J. « Nuevos mercados madrileños », dans Arquitectura, no 4, Madrid, 1935, pp. 115-124.

25L’ouvrage Mercados, Teoría y práctica de su construcción y funcionamiento, de l’architecte Ricardo Giralt Casadesús (1937), comprend, certes, en introduction un historique des marchés depuis l’Antiquité : mais le texte, destiné à des architectes et à des constructeurs, est surtout à vocation pédagogique. Contemporain du Mouvement Moderne espagnol, cet ouvrage témoigne d’un regard critique, ou du moins relativisé, sur le rôle du fer dans la construction des halles. L’article de Javier Ferrero (1935)15 sur les nouvelles halles de Madrid, inscrit dans le même contexte culturel, comporte une approche très similaire du sujet.

  • 16 RUE DALMAU, « Los servicios municipales », dans Barcelona Atracción, no 276, Barcelone, VI-1934, p (...)

26Les administrations locales, régionales, ou nationales responsables du commerce et des équipements ont fourni aussi un certain nombre d’ouvrages concernant le sujet des halles. Même si ces études n’étaient pas à vocation historique, mais destinées à faire le point sur l’état des services d’approvisionnement et, éventuellement, à servir de base à des projets d’amélioration, elles constituent des sources précieuses de renseignements fondamentaux assez précis. L’article de Rué Dalmau sur les marchés barcelonais (1934)16 et le mémoire Mercados de Madrid, Labor realizada por el Excelentlsimo Ayuntamiento durante los anos 1939-1943 (1944) constituent des exemples pionniers. L’article de Rué comportait bon nombre de données historiques et descriptives sur les marchés municipaux existant à Barcelone dans les années 1930. Le mémoire Mercados de Madrid établit un plan d’équipement de marchés pour la ville de Madrid constitué à partir des établissements existants et des besoins des différentes zones de la ville.

  • 17 Programa de construcción y mejora de mercados de abastos, Junta de Andalucía, Séville, 1986.
  • 18 Mercados municipales, Service de publications du Gouvernement Basque, Vitoria, 1988.
  • 19 Plan indicativo de construcción y mejora de centros colectivos de carácter social, Junta de Castil (...)
  • 20 Atlas comercial de Catalunya, Cambra Oficial de Comerç, Industria i Navegación de Barcelona, Barce (...)

27Dans les années 1980, quelques unes des administrations régionales mises en place dans la nouvelle organisation décentralisée de l’état espagnol réalisèrent des répertoires des marchés municipaux existants afin de connaître les conditions de fonctionnement de ces services, et d’établir des politiques d’entretien, de réaménagement et de création de nouveaux marchés. Les ouvrages : Programa de construcción y mejora de mercados de abastos (1986)17 publié par l’administration régionale andalouse, Mercados municipales (1988)18 publié par le gouvernement du Pays Basque, Plan indicativo de construcción y mejora de centros colectivos de carácter social (1987) publié par l’administration régionale de Castille-Léon19, et l'Atlas comercial de Catalunya (1992)20, en constituent quelques exemples.

  • 21 Centros comerciales, mercados, minoristas. Informe y directorio, 2 vol., Service de publications d (...)

28En 1989 la Direction Générale du Commerce Intérieur du Ministère de l’Économie publia un recensement et un rapport sur les établissements commerciaux au niveau national21. Ce répertoire, d’un contenu très technique, nous apporte une information de grand intérêt : la date d’inauguration de tous les marchés existants en Espagne.

  • 22 Plà especial de l’equipament comercial alimentari de la ciutat de Barcelona, Municipalité de Barce (...)

29La municipalité de Barcelone publia en 1990 son plan spécial concernant l’équipement du commerce alimentaire dans cette ville22. Aussi les aspects historiques et architecturaux sont ils à peine abordés dans cet ouvrage.

  • 23 L’ouvrage de PROVANSAL, D. Els mercats de Barcelona, Ajuntament, Barcelone, 1992, en constitue un (...)
  • 24 Catalunya, un gran mercat, Mercabama, Barcelone, 1990.
  • 25 CELMA, J. El comercio de alimentación, ayer y hoy, sans date ; Establecimientos tradicionales madr (...)

30D’autre part les halles ont fait dernièrement l’objet d’ouvrages de vulgarisation adressés au grand public, qu’on peut mettre en parallèle avec la mise en valeur de ces édifices aussi bien en tant qu’équipements urbains que comme éléments du patrimoine. Dans certains cas le manque de précision, voire l’erreur, dans les données historiques, dans l’identification des édifices et dans l’interprétation architecturale et stylistique, dévalorisent malheureusement ces ouvrages23. En revanche, dans d’autres cas, ce type de publications, sans apporter de contributions historiographiques novatrices, ont été bien conçues en fonction de leur finalité24, et quelques unes d’entre elles ne manquent pas d’intérêt pour l’historien. Signalons parmi ces dernières El comercio de alimentación, ayer y hoy de J. Celma, Establecimientos tradicionales madrilenos (1981-1985), Once siglos de mercado madrileno (1985) de Pedro Montoliú Camps, ou encore Fires i mercats de Gerone(1983)25.

  • 26 GARCIA DOMENECH, R.M. « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX », dans Actes II Jor (...)
  • 27 URRUTIA, A. « El mercado de la Cebada », dans Establecimientos tradicionales madrilenos, Cámara Of (...)
  • 28 ARRANZ, M. « Cent cinquanta anys del mercat de la Boquería », dans Barcelona 10, no 34, Barcelone, (...)
  • 29 Signalons à titre d’exemple : CAMINO OLEA, M.S. « Estudio histórico-constructivo del Mercado del V (...)
  • 30 L’ouvrage de María Luisa Cancela Ramirez de Arellano El mercado de Zaragoza de 1903, Cuademos Zara (...)

31Il existe aussi un certain nombre de publications monographiques et à vocation historique consacrées à un marché ou à un petit ensemble de marchés. Cette catégories d’ouvrages est de toute première importance pour notre étude, dans la mesure où elle apporte des renseignements de base historiques et descriptifs, certaines pistes pour l’interprétation de l’œuvre en question, et quelquefois des résultats de recherches documentaires. L’étude de Rosa Maria García Domènech sur les marchés barcelonais de la première moitié du XIXe siècle26 a été pour nous particulièrement intéressante dans la mesure où elle concerne deux exemples pionniers des halles métalliques ; et une grande partie des articles consacrés à des marchés, dans l’ouvrage collectif Establecimientos tradicionales madrilenos (1981-1985) - notamment celui d’Angel Urrutia sur le marché La Cebada à Madrid27, constituent aussi une contribution bibliographique remarquable du point de vue de la méthode et des contenus. Mais très souvent cette bibliographie de caractère monographique présente aussi des limites étroites. Dans certains cas il s’agit de publications réalisées, certes, par des spécialistes, mais très incomplètes, et éventuellement destinées, elles aussi, à la vulgarisation28. Dans d’autres cas il s’agit d’études très ponctuelles portant sur un aspect très précis, comme par exemple la simple description ou la technique de construction29. Dans certaines études comportant une volonté d’analyse plus approfondie, les critères d’interprétation utilisés ont été quelquefois trop vagues ou dénotent un manque d’esprit critique30.

32En dépit de cette diversité bibliographique, l’étude des halles présentait une carence : Les marchés sont devenus un sujet à la mode, mais aucune étude typologique d’ensemble à caractère scientifique et comportant un nombre suffisamment élevé et varié de cas n’avait été envisagée. Nous avons essayé d’apporter, à travers notre étude, une contribution historiographique dans ce sens.

Notes

1 AMANN, FLORES : La arquitectura de Barcelona, Madrid, 1964 ; Guía de arquitectura de Madrid, Barcelone, sans date.

2 HERNANDEZ-CROS, MORA, POUPLANA, Arquitectura de Barcelona, C.O.A.C.B., Barcelone, 1972.

3 idem, Guia de arquitectura de Barcelona, C.O.A.C. Municipalité, Barcelone, 1985.

4 Catàleg de patrimoni arquitectònic històrico-artístic de la ciutat de Barcelona, Municipalité, Barcelone, 1987.

5 Guía de Madrid, C.O.A.M., Madrid, 1983, 2 vol..

6 VARELA, S. et CALDUCH, J. Guia de arquitectura de Alacant, C.O.A. Alicante, 1979 ; Guia d’arquitectura de Menorca, C.O.A. Baléares, 1980.

7 VIRGILI BLANQUET, M. A. Desarrollo…, Municipalité de Valladolid, 1979 ; RODRIGUEZ SORONDO, M.C. Arquitectura pública…, Caja de Ahorros de San Sébastian, Saint Sébastien, 1985 ; ORVE SIVATTE, A. de, I.G. Castuera, Pampelune, 1985 ; CERRO MALAGON, R. del, Transformación… Universidad Complutense de Madrid, collecciòn Tesis, Madrid, 1990.

8 CIRICI PELLICER, A. « Visión retropectiva… », dans Cuadernos de Arquitectura, XII-1945, no 4, pp. 16-19.

9 NAVASCUES PALACIO, P. Arquitectura y arquitectos…, Instituto de Estudios Madrileflos, Madrid, 1973 ; idem, Del Neoclasicismo al modernismo, Historia del Arte Hispânico, vol. V, Alhambra éd., Madrid, 1978 ; idem, « La arquitectura del hierro… », dans Cuadernos de Arquitectura y Urbanismo, 1980, no 65, pp. 39-64 ; idem, « Influencia francesa… « dans Archivo Espanol de Arte, 1982,no 217, pp. 59-68

10 Edition définitive sous le titre : La arquitectura del hierro en Asturias : 13 mercados y otros ediftcios urbanos, C.O.A. Arquitectos Asturias, Oviedo, 1994.

11 AGUILAR, I. et NAVASCUES, P. Estaciones ferroviarias de Madrid, su arquitectura e incidencia en el desarrollo de la ciudad, C.O.A.M. Madrid, 1980 ; AGUILAR, I. « Las estaciones en España », dans El mundo de las estaciones, Ministerio de Cultura, Madrid, 1981 ; idem, « L’arquitectura ferroviària a Catalunya », dans Catalogue de l’exposition Trens i estacions, Generalitat de Catalogne et Ayuntamiento de Barcelone, Barcelone, 1981, pp. 87-111 ; idem, La estación de ferrocarril, puerta de la ciudad, 2 vol., Generalitat de Valence, 1988 ; LOPEZ GARCIA, M.M. M.Z.A., historia de sus estaciones, Colegio de Ingenieros de Caminos-Fondation Ferrocarriles Españoles, Madrid, 1986.

12 Actes des I Jornadas sobre la protección y revalorización del patrimonio industrial, Gouvernement Basque et Generalitat de Catalogne, Bilbao, 1984 (1982) ; Actes II Jornadas…, Barcelone, 1988 (1985).

13 GIMENEZ ZORZO, F.J. « La fábrica de Fundición y Maquinaria de Antonio Averly en Zaragoza » dans II Jornadas sobre la protección y revalorización del patrimonio industrial, Gouvernement Basque et Generalitat de Catalogne, Barcelone, 1988 (1985), pp. 67-82 ; idem, La industrialización en Aragón. La Fundición Averly de Zaragoza, Diputació General de Aragón, Saragosse, 1987.

14 NAVASCUES PALACIO, P. Del neoclasicismo al modernismo. Arquitectura, Alhambra, Madrid, 1979 ; HERNANDO, J. Arquitectura en España, 1770-1900, Cátedra, Madrid, 1989 ; NAVASCUES PALACIO, P. Arquitectura española (1808-1914), Col. Summa Artis-Historia General del Arte, vol. XXXV, Espasa Calpe, Madrid, 1993.

15 FERRERO, J. « Nuevos mercados madrileños », dans Arquitectura, no 4, Madrid, 1935, pp. 115-124.

16 RUE DALMAU, « Los servicios municipales », dans Barcelona Atracción, no 276, Barcelone, VI-1934, pp. 163-167.

17 Programa de construcción y mejora de mercados de abastos, Junta de Andalucía, Séville, 1986.

18 Mercados municipales, Service de publications du Gouvernement Basque, Vitoria, 1988.

19 Plan indicativo de construcción y mejora de centros colectivos de carácter social, Junta de Castilla-Leon, Valladolid, 1987.

20 Atlas comercial de Catalunya, Cambra Oficial de Comerç, Industria i Navegación de Barcelona, Barcelone, 1992.

21 Centros comerciales, mercados, minoristas. Informe y directorio, 2 vol., Service de publications du Ministère de l’Economie, Madrid, 1989.

22 Plà especial de l’equipament comercial alimentari de la ciutat de Barcelona, Municipalité de Barcelone, 1990.

23 L’ouvrage de PROVANSAL, D. Els mercats de Barcelona, Ajuntament, Barcelone, 1992, en constitue un exemple.

24 Catalunya, un gran mercat, Mercabama, Barcelone, 1990.

25 CELMA, J. El comercio de alimentación, ayer y hoy, sans date ; Establecimientos tradicionales madrileños, Cámara de Comercio e Industria, Madrid, (1981-1985) ; MONTOLIU CAMPS, P. Once siglos de mercado madrileño, Municipalité de Madrid, Madrid, 1985 ; ALBERCH, FREIXAS, MIRO, Fires i mercats à Girona, Municipalité, Gerone, 1983.

26 GARCIA DOMENECH, R.M. « Mercats a Barcelona a la primera meitat del segle XIX », dans Actes II Jornades d’História Urbana del Plà de Barcelona, I.M.H.B., Barcelone 1990 pp. 191-207.

27 URRUTIA, A. « El mercado de la Cebada », dans Establecimientos tradicionales madrilenos, Cámara Oficial de Comercio e Industria de Madrid, Madrid, 1981, vol 2 pp 41-48.

28 ARRANZ, M. « Cent cinquanta anys del mercat de la Boquería », dans Barcelona 10, no 34, Barcelone, V-1986, p. 14 ; GRAU, R. « Gènesi del mercat actual », dans Vivir en Barcelona, no 13, pp. 23-25, Barcelone, VI-1986.

29 Signalons à titre d’exemple : CAMINO OLEA, M.S. « Estudio histórico-constructivo del Mercado del Val, de Valladolid », dans Estudios e investigaciones, no 25, 1982, pp. 22-35.

30 L’ouvrage de María Luisa Cancela Ramirez de Arellano El mercado de Zaragoza de 1903, Cuademos Zaragoza, no 12, Saragosse, 1977, nous a apporté de nombreux renseignements ; mais le rapprochement établi entre le marché de Saragosse et le Modernismo d’une part et la « tradition laissée par Eiffel » -en relation avec l’utilisation de l’architecture métallique d’autre part, apparaissent de nos jours comme des a priori plutôt que comme des constatations tirées de l’étude du marché Lanuza. L’article de Leticia Bejar Ochoa sur le marché de San Miguel de Madrid apparaît davantage comme un exercice littéraire que comme analyse historique rigoureuse. (Voir : BEJAR OCHOA, L. « El Mercado de San Miguel », dans Establecimientos tradicionales madrileños. vol. 1. Madrid, 1981, pp. 85-88).

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search