Version classiqueVersion mobile

L'architecture métallique en Espagne

 | 
Esteban Castaner Munoz

Remerciements

Texte intégral

… « Heureux âge, dit-il, et siècles heureux, ceux auxquels les anciens donnèrent le nom d’âge d’or, non point parce que ce métal, qui s’estime tant dans notre âge de fer, se recueillait sans aucune peine à cette époque fortunée, mais parce qu’alors ceux qui vivaient ignoraient ces deux mots, tien et mien. En ce saint âge, toutes choses étaient communes. Pour se procurer l’ordinaire soutien de la vie, personne, parmi les hommes, n’avait d’autre peine à prendre que celle d’étendre la main, et de cueillir sa nourriture aux branches des robustes chênes, qui les conviaient libéralement au festin de leurs fruits doux et mûrs. Les claires fontaines et les fleuves rapides leur offraient en magnifique abondance des eaux limpides et délicieuses. Dans les fentes des rochers, et dans le creux des arbres, les diligentes abeilles établissaient leur république, offrant sans nul intérêt, à la main du premier venu, la fertile moisson de leur doux labeur. […] Tout alors était paix, amitié, concorde. Le soc aigu de la pesante charrue n’osait point encore ouvrir et déchirer les pieuses entrailles de notre première mère. Car, sans y être forcée, elle offrait, sur tous les points de son sein spacieux et fertile, ce qui pouvait alimenter, satisfaire et réjouir les enfants qu’elle y portait alors. »…
Miguel de CERVANTES, Don Quijote de la Mancha. I, 11. Madrid. 1605. (Traduit au français par Louis VIARDOT dans Col. Classiques Garnier, Paris, 1961).

… « Voyez vous ce monument qui commande aux scènes voisines de se rallier à son attitude? La forme pyramidale étincelle au milieu des toits assourdis qui la font valoir; des masses offrent des effets constants ; la lumière frappe le centre conservateur des subsistances, et l’Architecte a délayé ses ombres pour noircir la partie de mur qui doit faire briller l’autre. C’est là où l’on voit la prospérité et l’espoir des nations ; c’est l’écueil où on vient briser la disette ; c’est l’enfant chéri de la terre… ».
Claude Nicolas LEDOUX, « Projet d’un marché » dans L Architecture considérée sous le rapport de l'art, des mœurs et de la législation. Paris, 1804, p. 164.

1Que tous ceux qui m’ont encouragé dans ce travail, m’ont guidé dans mes recherches, m’ont apporté leur érudition et ont oeuvré de façon à ce que ce livre puisse voir le jour trouvent ici l’expression de ma plus sincère reconnaissance. Mes remerciements les plus vifs s’adressent tout particulièrement à Daniel Rabreau, Robert Coustet, Marc Saboya, Mireia Freixa Pedro Navascués Palacio, Carlos Sambricio, Paul Roudié, Bonaventura Bassegoda i Hugas, Albert Garcίa Espuche, J. Fernandez Molina, J. González Moriyón, Rosa Maria García Domènech ; Bertrand Chameau, Montserrat Condominas, Manuel Arranz, Joan Bassegoda i Nonell, Ramón Grau ; José Luis Gutierrez Robledo, Françoise Boudon, Françoise Hamon, Huguette. et Bernard. Darrotchetche,. Imma Carrión,. Rufino Castañer, Luis Castañer, Philippe Meunier, Claude Vatican, Viollette Castel, Jean Toulouse Yves Vincendeau. Francisco Javier Giménez Zorzo, Isabel Roux, José Marίa Mateo Soleras, Vicente Bueno, et Luis F. García Chamorro.

© Presses universitaires de Perpignan, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search