Version classiqueVersion mobile

Droit et langues étrangères

 | 
Elsa Matzner

Conclusion

Elsa Matzner

Texte intégral

Concept Juridique et Traduction

1Les trois grands systèmes de droit, le germano-romain, l’anglo-américain et le musulman, ont chacun produit des concepts, dans une langue et un langage juridique déterminés. Le concept juridique n’échappe pas aux classifications philosophiques du concept, du moins dans son approche qui peut par exemple être nominaliste, réaliste.

2La traduction du concept juridique se heurte non seulement au double problème du passage d’une langue à une autre et d’un système juridique à un autre, mais aussi à cette dimension culturelle et philosophique du concept. Selon que l’on se place dans l’un ou l’autre des systèmes évoqués, le concept juridique donnera naissance à des règles juridiques ou s’appuiera sur des règles pré-existantes. Cette territorialité du droit s’oppose à la perspective d’universalité du concept et pose ainsi certaines limites à son champ d’application. Cependant cette application particulière n’enlève rien à la réflexion théorique qu’il engendre au delà de cette sphère d’application ; elle permettra une étude comparative des concepts des différents systèmes juridiques, ces concepts étant chacun une entité existante extra linguistique.

3Les comparatistes qui franchissent aisément les barrières linguistiques pour étudier les concepts d’un système différent de celui de leur formation peinent à trouver l’équivalent linguistique à ce concept dans leur propre système. Les propositions des dictionnaires et lexiques ne les satisfaisant généralement pas, ils se contentent d’utiliser l’emprunt et de reprendre le terme d’origine.

4Peut-on, et comment, traduire un concept juridique ?

5En amont le concept, formulé dans la langue de départ, doit être défini et compris dans son énonciation et dans ses perspectives. L’intérêt pour le traducteur d’une collaboration avec un juriste me semble fondamentale à ce niveau. En aval le traducteur doit permettre à « l’équivalent cible », si besoin à l’aide d’une transposition, d’avoir une équivalence sémantique. Ainsi, si l’équivalence souhaitable, relève à la fois du fond (sens) et de la forme (style), c’est la compréhension du concept qui importe. La traduction littérale d’un concept juridique étant, pour les raisons évoquées, le plus souvent impossible, le traducteur, dans le but comme le définit D. Moscowitz d’« une traduction opératoire » utilisera la connotation qu’elle soit sémantique ou sémiotique. Une fois que le contenu du concept, connoté dans le texte de départ, aura été apprécié à sa juste valeur, le traducteur aura à trouver dans la langue d’arrivée le connotateur adéquate. L’appareil socio-linguistique de la langue d’arrivée servira en tant qu’outil de traduction au choix de ce connotateur. A cet égard le traducteur se gardera de négliger les perspectives et les répercussions psycho-linguistiques et juridiques de sa traduction du concept. Ainsi ne faudra-t-il pas oublier qu'au sein d’une même famille linguistique un concept juridique prendra une valeur différente selon les fondements culturels, économiques et politiques des membres de cette famille. C’est le cas, par exemple, pour les pays d’Amérique latine.

6Dans son exposé, E. Millard a évoqué les difficultés que nous avons rencontrées à la traduction des théories juridiques d’A. Ross en posant le problème de transposition de concepts. La traduction du texte de Ross « Définition in Legal Language », publiée en annexe montre la complexité de définition du concept. Dans ce texte Ross va disserter sur la définition de « a right » (un droit, et non, le droit), concept qui dans un autre de ses textes que nous avons traduit : « Tû, Tû », travail sur la notion de propriété, nous a posé de gros problèmes. En effet Ross, (je reprends ici les éléments d’une note de bas de page) qui utilise indistinctement le pluriel « rights » ou le singulier « right », fait référence aux droits subjectifs (prérogatives de l’individu). On distingue en anglais « right » ou « rights » (le ou les droits subjectifs) de Law (l’ordre juridique, le Droit). L’homonymie française de « droit » (singulier de « droits subjectifs ») et du « droit » (ordre juridique) est confusionnelle. En anglais « rights » ou « right » sont un même concept, totalement distinct du concept « Law ». Dans notre traduction, nous avons chaque fois maintenu « droits » pour « rights ». Pour rendre « right », c’est là que les arguments présentés plus haut prennent toute leur importance, nous avons eu recours, en fonction du contexte et pour éviter une éventuelle confusion dans la langue d’arrivée à « droit » à « droits » ou à « droit subjectif ». Trois possibilités, trois équivalences pour, en apparence, un même concept. Il ne s’agit là que d’un exemple choisi sur un ouvrage de théorie. Nous prendrons un autre exemple pris dans le domaine de la traduction des contrats, le mot « contrat » posant lui même problème. La quasi homographie de : « contrat, contract, kontract, contrato, contratto », cache en fait une réelle différence. Si tous ces termes font référence à un accord entre deux parties, des nuances importantes apparaissent, liées au principe contractuel variable selon les bases sociales, économiques, politiques et culturelles des pays concernés. Pourtant tout traducteur traduira « contract, kontract, contrato, contratto » par contrat.

7Venons en à cet exemple, le concept « consideration » dans les contrats anglo-américains. Ce concept n’existe pas en droit français. En effet au diptyque français « offre, acceptation » se substitue le triptyque anglais « offer, acceptance, consideration » La « cause gratuite » du droit français n’existant pas en droit anglo-américain, on peut admettre que la « considération » est la « contrepartie » qui doit être fournie pour assurer la validité du contrat. Dans ce cas d’espèce l’emprunt est absolument à rejeter, le mot «considération » existant lui même en français avec un autre sens que le mot anglo-américain du concept. Bien que le mot « contre-partie » ne soit pas pleinement satisfaisant, il est acceptable dans la mesure où le triptyque « offre, acceptation, contrepartie », reflète assez bien l’idée du concept anglo-américain.

8En conclusion je voudrais souligner que pour ce qui concerne non seulement la traduction des concepts mais pour ce qui implique toute la traduction juridique qu’à défaut d’une double formation juridico-linguistique, me parait évidente et nécessaire la collaboration entre juriste et linguiste... Juristes et linguistes qui ont été réunis pour ce colloque « Droit et Langues Etrangères » dont les thèmes ont suscité de brillants exposés de la part des intervenants à qui je renouvelle mes remerciements. Les débats qui ont suivi furent sources de controverses mais riches de perspectives. Ainsi s’ouvrent de nouveaux thèmes : la traduction juridique est elle domaine du juriste, du linguiste, ou bien verra-t-on se développer en France, comme elle existe au Canada, la spécialité de jurilinguiste à qui, alors, elle reviendrait ? Nous souhaiterions que le prochain colloque « Droit et Langues Etrangères » soit construit autour de ces thèmes. Rendez-vous au printemps 2000.

© Presses universitaires de Perpignan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search