Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

2012, 2014, 2018 .espoirs et déception

Annecy 2018, analyse d’une défaite française

Aude Fantin et Jean-Marc Holz

Texte intégral

1Cet article s’interroge sur les raisons de la cinglante défaite enregistrée par la candidature d’Annecy aux Jeux d’hiver 2018. Après trois échecs aux Jeux d’été (1992, 2008, 2012), la France échoue à nouveau dans sa tentative d’organiser la plus grande manifestation sportive du monde. Écartons d’emblée l’hypothèse d’une éventuelle sanction du CIO suite aux impairs de Singapour en 2005 (dénoncés par A. Loret) et aux divers incidents ayant émaillé la candidature victorieuse de Beijing (parcours de la flamme à Paris, pétition de 15 athlètes français à Hu-Jin tao pour le respect des droits de l’homme, débat autour du boycott des Jeux) ; le CIO en a sans doute tenu grief à la patrie de l’olympisme moderne ; aussi, faire acte de candidature pour 2018, pour se réconcilier avec Lausanne, sans se faire d’illusion sur nos chances de succès, tout en rodant une candidature ultérieure pour Paris, n’est pas une hypothèse invraisemblable, mais elle reste invérifiable.

2En tous cas cette hypothèse ne dispense pas d’analyser objectivement l’échec de Durban. Il tient, selon nous, à la conjonction de deux séries de causes : l’une d’origine « interne », les dysfonctionnements dans la conduite du projet ; l’autre d’origine « externe », la très vive concurrence planétaire sur le marché des grandes manifestations sportives, dont la France n’aurait guère pris la mesure.

ANNECY 2018 : AUTOPSIE

Le temps mal maitrisé

3La candidature d’une ville à l’organisation des Jeux olympiques est une longue épreuve de fond, dont les étapes sont codifiées par le CIO. Dans le cas d’Annecy, elle se découpe en quatre séquences.

4La lutte fratricide (1998-2009). Cette longue phase d’éclosion et de maturation du projet est marquée d’emblée du sceau du terroir. Le projet n’est pas né d’une initiative politique, mais privée, dès 1998. Un chef d’entreprise local crée avec un ami un comité au sein de la jeune chambre économique d’Annecy pour étudier la faisabilité du projet ; en 2001, cette association « impliquons-nous » mène une action efficace qui séduit des centaines de sympathisants, des PME locales puis des élus. Peu à peu le projet prend forme. À partir de 2002, l’association rencontre le mouvement sportif national avec comme objectif d’inscrire la candidature d’Annecy pour les Jeux de 2014. Dès 2004, diverses manifestations (les Olympicîmes, le festival des valeurs du sport, le forum « l’olympisme valeur d’éducation »), donnent corps au projet ; en 2005, l’association compte 1 450 membres. Un premier dossier est présenté au CNOSF en juillet 2005 ; mais les dirigeants français, marqués par l’échec de Singapour, décident de ne pas présenter de candidature française pour 2014, afin de préserver les chances de Paris pour 2012. Sans se décourager, le président de l’association invite le maire d’Annecy à poursuivre l’aventure, pour l’olympiade suivante. Le projet mûrit. En juillet 2007, les trois villes de Grenoble, Annecy et Gap créent l’association « la montagne pour 2018 », afin de convaincre le CNOSF de lancer une candidature française pour ces Jeux d’hiver. Après le retrait de Gap, d’autres villes se déclarent, poussant le CNOSF à organiser des « primaires » olympiques.

5Les quatre projets concurrents correspondent aux modèles identifiés par J. Sebastiani : Nice comme figure du modèle métropolitain associant un pôle urbain majeur consacré aux sports de glace à des stations montagnardes éloignées (sports de neige) ; Grenoble est conforme au modèle de la ville intra-montagnarde (type Innsbruck) ; Annecy à celui de la ville moyenne s’appuyant sur deux ou trois pôles dispersés ; Pelvoux s’originalise par sa petite taille et son choix délibéré d’éclatement des sites en plein milieu montagnard.

6Alors que le « temps olympique » est précieux, puisque la concurrence est mondiale, une lutte fratricide s’engage entre les concurrentes françaises, créant de douloureuses rivalités : « Annecy contre Grenoble, Alpes du nord contre Alpes du sud, Marseille contre Nice » titrent les Échos (3/12/2008) ; la géographie des soutiens aux candidates est étrange : Grenoble reçoit le soutien de Chambéry, Valence et Lyon ; Marseille appuie... Pelvoux, pour contrer sa rivale niçoise, laquelle reçoit l’appui de Monaco, tandis que Genève, un temps candidate, se rallie à Annecy. La désignation d’Annecy par 23 voix contre 10 à Nice, 9 à Grenoble et 0 à Pelvoux – intervient... 16 mois après celle de Munich (8/12/2007), qui a déjà largement entamé la promotion de son dossier.

7Il faut encore attendre neuf mois pour le comité d’organisation se structure. Après l’intervention énergique du chef de l’État (décembre 2009), Edgard Gropiron, ancien champion olympique (1992) et consultant de profession, est désigné pour piloter ce lourd projet et investi d’une double tâche de directeur général et d’ambassadeur à l’étranger.

8Décembre 2009 - juin 2010 : dispersion. Le vrai travail commence seulement : former une équipe, mobiliser les énergies, rassembler les élus, solliciter les sponsors, créer un projet fédérateur : mission impossible, en aussi peu de temps, le calendrier étant imposé par le CIO. Alors que le projet de Munich est très avancé, et celui de Pyeongchang bouclé depuis longtemps, celui d’Annecy est à peine ébauché. On mesure l’énorme tâche accomplie par l’équipe d’E. Gropiron. C’est alors le temps des tensions politiques, des égoïsmes malmenés, des oppositions violentes, mais aussi celui de l’enthousiasme créatif. Une dépense d’énergie énorme, brouillonne, sympathique, mais vaine. Soumis à la critique du CIO le 22 juin 2010, le projet annécien reçoit un sévère avertissement. Le CIO précise : « nous avons décidé qu’il serait retenu sans question les candidatures de Munich et Pyeongchang, et que la ville d’Annecy serait également retenue en souhaitant que le concept des sites sportifs puisse être revu dans le cadre d’une deuxième candidature ». Première désillusion.

9Ce n’est pas faute pourtant d’avoir été prévenus : le CNOSF et le CIO – par l’intermédiaire de J.-Cl. Killy – avaient déjà émis des réserves sur le projet, notamment la trop grande dispersion des sites, sans être entendus. Le CIO note que « le concept général avec 10 sites sportifs, deux villages olympiques et la nécessité de 2 ou 3 autres centres d’hébergement supplémentaires pour les athlètes présenterait des défis opérationnels et financiers majeurs, qui pourraient affecter l’expérience des Jeux pour les clients et particulièrement les sportifs ». Annecy récolte la note de 4,5 sur 10, contre 7 à Munich et 9 à Pyeongchang.

10La 3e période (juin 2010 - décembre 2010) est courte, mais intense ; la pression augmente à mesure que l’échéance se rapproche. Le projet doit être entièrement révisé, des choix déchirants opérés, fragilisant les soutiens politiques ; le nouveau projet naît dans la douleur ; le temps et les moyens consacrés à sa promotion internationale manquent. Découragé, Edgar Gropiron démissionne.

11La 4e séquence (janvier 2011 - juillet 2011) est marquée par la reprise en main du projet annécien par l’État, après un flottement d’un mois. Équipes, partenaires, direction changent, à quelques mois seulement de la visite du CIO sur site, puis du vote décisif de Durban. C’est l’heure de la précipitation, du replâtrage : deux lobbyistes de renom (Andrew Craig, à l’origine des succès de Londres et Sochi, et Nick Varley, qui a fait triompher Rio de Janeiro), sont recrutés. Le dossier technique est loin d’être mauvais (cf. annexe 2), mais c’est trop tard. La sanction tombe le 6 juillet 2011 à 17 h 22. « Fin du psychodrame politico-clochemerlesque à répétition » titre Libération (7 juillet 2011, p. 9).

12À l’ampleur de la défaite, répondent au niveau local, les applaudissements déplacés de quelques manifestants « anti-J.O », et un lourd silence médiatique national. « Étrange défaite »...

Une gouvernance chaotique

13Elle fut déficiente à divers titres. Convenons d’appeler « gouvernance » le processus qui doit mettre en cohérence les procédures et les cadres administratifs d’un côté, et les stratégies des acteurs de l’autre. Ce terme commode, recouvre en fait de multiples griefs.

14L’enthousiasme, la bonne volonté des bénévoles, autant que des élus – trop facilement exposés à la critique – ne suffisent pas pour mener à bien un projet, qui d’emblée, s’inscrit dans une compétition internationale. Une candidature olympique est, à notre avis, affaire nationale, et non locale, pour répondre à la question de L. Martins.

15Même si l’effacement de l’État, notamment lié à la décentralisation en France, offre aux villes l’opportunité légitime de développer leur propres projets, même si le CIO n’accepte officiellement que des candidatures de villes et non de nations, l’État s’affirme comme le partenaire, essentiel et incontournable, d’un projet olympique. Étudiées par L. Martins, les candidatures de Madrid et Paris pour 2012 en offrent la preuve éclatante ; l’État central s’est placé d’emblée aux commandes d’un projet dont les enjeux techniques, financiers et géopolitiques dépassent les capacités des villes hôtes, fussent-elle une métropole internationale comme Madrid ou une ville « globale » comme Paris, a fortiori ceux d’une paisible cité provinciale comme Annecy. Les Jeux d’hiver ont, aujourd’hui, un poids comparable aux Jeux d’été.

Le localisme

16Le « localisme », entendu comme cette attitude étriquée, sans envergure, qui privilégie une vision locale au détriment d’une conception plus large et globale des enjeux, a marqué de son empreinte la première phase de la candidature qui s’étire sur une décennie ! Une action vigoureuse, coordonnée et immédiate de l’État a fait alors cruellement défaut, d’où une perte de temps, de lisibilité et d’efficacité.

17Le « localisme » a plusieurs visages. Il reflète en premier lieu le paysage institutionnel éclaté si caractéristique de la France, seule en Europe à n’avoir pas mené sa « révolution territoriale » : communes, communautés de communes ou d’agglomération, départements et régions, interférant d’ailleurs avec les vieilles régions « naturelles » comme le Chablais (qui s’estime injustement exclu du projet) forment un kaléidoscope politico-administratif inefficace et impuissant, face auquel se dressent une grande métropole européenne soutenue par un puissant Land, une ville et une province de Corée du Sud, soutenues par une nation entière. Trop-plein d’acteurs, et pourtant, trois font encore défaut !

18Tout d’abord le département de Savoie, non associé à l’aventure, alors qu’il abrite le site olympique de La Plagne ; ensuite, la représentation parlementaire : projet local à l’origine, repris en main par l’État ensuite, Annecy 2018 n’est pas un projet national. Si certaines personnalités politiques locales d’envergure nationale s’y impliquent, le projet n’est pas pour autant national, l’institution parlementaire n’y étant pas, en tant que telle, associée. Contraste éclatant avec la candidature madrilène pour 2012 : deux motions, votées à l’unanimité par le Parlement espagnol (11/7/2003) puis le Sénat (25/11/2003), soit respectivement 24 et 20 mois avant le tour final de Singapour, ont fait de la candidature de Madrid celle de tous les Espagnols. La candidature d’Annecy est à peine celle de la Haute-Savoie (vu les réticences du Chablais, et l’amertume des villes écartés dans la 2e mouture du projet) ; est-elle celle de la Région Rhône-Alpes ? On peut en douter, car la Région a dû affronter deux projets concurrents (Grenoble et Annecy). Enfin, le mouvement sportif olympique français a brillé par son absence : dépossédé dès l’origine du dossier d’Annecy, le CNOSF a subi le même affront qui avait indisposé les membres du CIO en juillet 2005, comme l’observait A. Loret dans l’introduction de son livre « le sport de la république » (p. 7), quand les hommes politiques ont accaparé le devant de la scène, véritable déni de préséance au détriment du Président Sérandour : un impair significatif de l’ignorance, par les politiciens français, de la culture olympique, et de la place secondaire qu’ils réservent au mouvement sportif olympique français.

19Le premier projet d’Annecy 2018 reflète cette situation. Le concept de « projet territorial » soucieux d’associer le maximum de sites de Haute-Savoie se fonde sur une logique de dispersion de l’offre sportive et d’hébergement, parfaitement incompatible avec les vœux du CIO, mais qui répond avant tout aux sollicitations des élus et industriels locaux soucieux de bénéficier des retombées des Jeux. Très tôt, le CNOSF fait observer aux responsables que « les sites sont relativement éclatés. Le concept proposé semble privilégier une logique de développement territorial », ce qui ne correspond pas à l’esprit olympique. Dans sa première version, l’offre sportive est ainsi éclatée sur les sites d’Annecy, Annecy-le-Vieux, Seynod, Chamonix, La Plagne, les Houches, Morzine, Flaine, Megève, La Clusaz, Le Grand Bornand, et même Genève (pour le curling). Comment peut-on d’ailleurs vanter le caractère « durable » d’un projet qui maximise ainsi les déplacements ? La dispersion des sites à Albertville fut, pourtant, en son temps, largement critiquée. Une simple observation des faits montre, qu’avec l’accroissement du nombre des athlètes et des épreuves, le modèle bi-polaire s’impose de plus en plus, comme l’a montré J. Sebastiani : les sports de glace dans la ville principale, les sports de neige dans une station montagnarde proche (Turin, Salt-Lake City, Vancouver et le projet Nice 2018 répondent à ce modèle, voir figure 1). Le premier modèle annécien avec sa poussière de sites sportifs et d’hébergements, était condamné d’avance.

Figure 1. Modèles d’organisation territoriale des J. O d’hiver

Figure 1. Modèles d’organisation territoriale des J. O d’hiver

20Tardivement constitué, le Groupement d’intérêt public est une forme juridique sans doute adaptée au pilotage d’un projet aussi lourd. Sa composition révèle cependant, elle aussi, cette dispersion qui semble la marque de fabrique du projet Annecy 2018 : y figurent, à des titres divers, un ministre, des élus locaux de différents niveaux territoriaux, des entrepreneurs, deux champions olympiques. À sa tête, un homme d’affaires dynamique, mais ignorant tout du sport et du monde olympique, et peu connu sur la scène internationale.

21En regard, l’équipe de choc constituée par le premier ministre britannique et S. Coe, athlète de renommée mondiale, a donné une vraie lisibilité à la candidature de Londres pour 2012. Autre exemple : le projet madrilène était piloté par M. Feliciano Mayoral, très expérimenté au niveau international : il fut président de la Fédération internationale de volley-ball (1984-1997), puis secrétaire général, depuis 1994, de l’association des CNO : en clair, un carnet d’adresse mondial. Pyeongchang a confié le projet à deux personnes complémentaires ayant une parfaite connaissance du niveau international : un homme politique (ambassadeur, et ancien gouverneur de la province de Gangwon) et un homme d’affaires (le PDG de Korean Air, également ancien président de l’association asiatique de tennis de table).

22Un dernier point, concernant l’implication des acteurs dans ce projet. Le message d’Annecy 2018 a été troublé également par l’adhésion populaire la plus faible des trois candidatures. Même si les sondages donnent des résultats souvent contradictoires, on n’a guère senti vibrer la flamme (intérieure) olympique dans la cité haut-savoyarde ; en juin 2011, le visiteur ne manquait pas d’être surpris par la discrétion des signes de ferveur populaire (drapeaux dans les rues ou sur les monuments, affiches dans les vitrines), tiédeur contrastant avec la ferveur coréenne. Il reste la question de l’hostilité aux Jeux ; comme beaucoup de manifestations internationales (« sommets » politiques par ex.), ils sont l’objet de manifestations hostiles émanant de divers groupes. À Annecy, les opposants, assez peu nombreux, forment un ensemble hétéroclite, mêlant élus d’extrême gauche, agriculteurs mécontents et militants écologistes qui dénoncent les risques d’atteintes à l’espace vert protégé du Semnoz (arrivée d’eau pour la neige artificielle), la perte de terres agricoles dans la plaine du Mont-Blanc, les coûts jugés excessifs au regard de besoins locaux plus urgents (logement sociaux). Ces manifestations n’ont guère influencé le CIO, mais Annecy, où le niveau d’opposition fut deux fois plus élevé qu’à Munich (32 % contre 15 %) a sans doute souffert de la comparaison avec Pyeongchang dont le projet fut massivement soutenu par la population locale, provinciale et nationale (annexe 1).

Planification à long terme

23L’absence de vision à long terme a été également préjudiciable au projet d’Annecy, car le CIO examine toujours attentivement la manière dont la candidature s’inscrit dans un projet d’ensemble. Sans nul doute a-t-on apporté un soin particulier à l’héritage olympique, comme l’exigent les instances de Lausanne. Mais dans quel plan d’aménagement plus général s’est inscrit Annecy 2018 ? Le projet de Madrid 2012 trouvait sa place dans le temps long d’une planification urbaine exemplaire. Le maire J. M. Alvarez del Manzano lance la candidature de la capitale dès 1997, en même temps que le premier plan général de développement urbain de Madrid, soit 15 ans avant la tenue éventuelle des Jeux dans sa ville ! Il crée à cette fin une réserve foncière de 250 hectares pour le projet olympique. On connaît également la qualité du projet barcelonais ; celui de Pyeongchang s’inscrit dans une stratégie globale à double détente : à l’échelle locale, il prend place dans le plan de développement de la province de Gangwon ; à l’échelle nationale, Pyeongchang a vocation à devenir la plateforme majeure des sports d’hiver en Asie orientale, avec 650 millions de clients potentiels. Quant au plan munichois, il reçoit l’assentiment immédiat du CIO notamment en raison de l’excellente desserte des transports collectifs, elle-même fruit d’une planification territoriale intégrée (les plans d’urbanisme locaux étant subordonnées au Landesentwicklungsplan régional, lui-même soumis aux directives nationales d’aménagement).

24Quel plan de développement régional sert donc d’écrin au projet d’Annecy 2018 ? Dans quel schéma de services collectifs des sports en vigueur trouve-t-il sa place ? Il est difficile de répondre clairement à cette question simple.

25Le Livre Blanc des Alpes du Nord (décembre 2005) a vocation d’offrir un cadre général permettant à l’État de définir ses priorités dans les démarches de planification et contractuelles. Il souligne, en matière d’offre touristique (p. 22), la « dégradation globale de l’offre alpine et de son image » dans un « contexte de concurrence internationale de plus en plus vive et de demande évolutive et de plus en plus exigeante » ; il mentionne aussi « la dispersion et la multipolarité des acteurs et des sites et la concurrence intra-alpine » comme « autant de freins et de difficultés à surmonter » (p. 22), avant de revenir (p. 44) sur « le contexte institutionnel complexe » du massif alpin ». Constat lucide et courageux.

26En juin 2006, le schéma interrégional d’aménagement et de développement du massif des Alpes – simple repère prospectif qui structure la réflexion –, trace une vision à 15/20 ans de l’avenir du massif ; il n’écarte pas l’éventualité de l’accueil des Jeux d’hiver : parmi les grands projets de nature à modifier la dynamique d’évolution du massif figure en effet « la perspective d’événements sportifs majeurs (p. 90) contribuant au rayonnement du massif ». Pourtant, ce ne sont pas moins de quatre projets concurrents qui y voient le jour ! Le schéma n’engageant ni les départements ni la région se borne à être un catalogue de bonnes intentions. Pourtant, la Convention inter-régionale de massif 2007-2013 – qui traduit en projets les orientations de ce schéma –, en associant l’État aux deux régions Rhône-Alpes et PACA, mentionne à plusieurs reprises la nécessité de concentrer leurs interventions conjointes sur le rayonnement international du massif à travers les grands équipements sportifs (p. 3) ; plus loin, elle reconnaît à nouveau que « les événements sportifs tels que les Jeux d’hiver, les Championnats du monde et les grandes compétitions internationales sont de puissants vecteurs notoriété pour les massifs et d’image auprès du grand public » (p. 5) ; elle souligne que l’offre touristique est « vulnérable, dans le contexte concurrentiel actuel ». Le soutien à l’excellence sportive bénéficie finalement d’un soutien de 5,45 millions € de l’État, un million de PACA, mais rien de Rhône-Alpes ! Aucune réflexion prospective n’est engagée sur la localisation rationnelle de nouveaux Jeux, pourtant conditionnée entre autres, par la nature et la densité des équipements sportifs de haut niveau ; aucune patinoire, par exemple, n’est programmée. C’est dans l’urgence, si la candidature était victorieuse, qu’il faudrait la financer et la localiser.

27Quant au SRADT « imaginons Rhône-Alpes 2020 », il... n’imagine rien pour 2018, ni pour Annecy ni pour Grenoble, et le sport ne figure explicitement dans aucun des dix chantiers proposés. Dernier document, la Directive territoriale d’aménagement (DTA), publiée en juillet 2010, stigmatise à nouveau « une multiplicité d’acteurs dont chacun poursuit des objectifs qui lui sont propres » (p. 56), et rappelle la nécessité « d’améliorer la qualité de l’offre touristique et son positionnement concurrentiel, et de développer l’offre de transport multimodale/porte à porte d’accès aux lieux de séjour ».

28Il n’est pas étonnant que l’initiative de lancer les Jeux d’hiver à Annecy émane d’un particulier et non des responsables politiques, et qu’ensuite, de nombreux projets de circonstance éclosent à la faveur de l’avancement du projet, sans grande concertation ni cohérence, en ne s’inscrivant dans aucune stratégie à long terme.

Des moyens financiers insuffisants débloqués tardivement

29À l’émiettement politico-administratif répondent l’insuffisance et la dispersion des moyens financiers mobilisés pour la candidature. Si les budgets définitifs des Jeux sont assez comparables entre les trois villes concurrentes, en revanche, les budgets dévolus à la constitution et la promotion des dossiers de candidature affichent de larges différences.

30Différence de volume : elle fut très vite dénoncée par les Haut-Savoyards ; à l’origine, 15 millions €, contre 40 pour Munich et plus de 100 pour la Corée. Les acteurs publics français s’engagent timidement et tardivement, les subventions doivent être arrachées une à une, faisant perdre un temps précieux, et ne créant ni la sérénité ni l’effet de masse nécessaires pour être efficace. Cette carence n’a d’égale que celle du secteur privé. Les PME locales ont largement adhéré au projet, et l’engagement précoce et massif de SOMFY, grosse firme « moyenne » locale, épaulée aussi par la CNR et ERDF, ne doivent pas occulter l’absence d’autres grandes firmes françaises. Lors des « primaires », Grenoble s’est assuré le soutien de Schneider Electric, Alcatel-Lucent et Sogeti : pourquoi ces grosses firmes font-elles défaut ensuite ? Aucune des quatre premières firmes françaises (selon Global 500) – AXA, Total, BNP et Carrefour – ne figure parmi les sponsors, contrairement aux groupes allemands (Allianz no 2 national), et coréen (Samsung no 1, Hyundai no 3). Aurait-on oublié le poids de G. Agnelli (FIAT) dans la surprenante victoire de Turin au détriment de Sion (Suisse) ? Que penser de Danone, fortement implantée localement, dont le dirigeant limite son engagement au rôle « d’ambassadeur de bonne volonté » ; en cas de succès à Durban, Danone ne volerait même pas au secours de la victoire, n’apportant que le soutien de ses filiales locales (source Évian, casino, Hôtel et Golf d’Évian) en souhaitant « bénéficier d’un renvoi d’ascenseur pour la ville d’Évian » afin qu’elle « soit intégrée aux sites des Jeux ». Ainsi, la seule multinationale de la région ne met pas son rayonnement au service des Jeux d’Annecy, tout en conditionnant son aide à une révision du projet accepté par le CIO... une telle méconnaissance du fonctionnement olympique laisse perplexe...

31Le projet coréen a bénéficié en revanche, comme celui de Munich, d’un soutien massif et immédiat des principales firmes nationales. Pour ces groupes, le soutien au sport olympique s’inscrit dans une politique globale de conquête des marchés, dont il est un outil et une vitrine. Samsung a sponsorisé de nombreuses manifestations : relais de la torche olympique, Dream Program (invitation de 806 jeunes de 42 pays sur le site d’Alpensia), a financé l’IPC (International Paralympic Commitee), la Diamond League 2010 (athlétisme) – les Championnats du monde d’athlétisme 2011 n’ont-ils pas eu lieu à Daegu ? –, enfin le recrutement du lobbyiste Mike Lee, qui a obtenu pour le Qatar la Coupe du monde de football 2022, et forgé le slogan victorieux de Rio (2016). Samsung fait également partie du TOP (The Olympic Partner) – partenariat créé par A. Samaranch – où ne figure aucune grande firme entreprise française. À côté des mastodontes comme Samsung, Hyundai ou Hanjin Group (Korean Air) figurent des dizaines de groupes ayant avancé d’un demi-million à un million d’euros pour le budget de candidature ; la contribution la plus étonnante vient de la Fédération nationale des coopératives agricoles (Nonghyup) qui avance 890 000 €, conférant au soutien des milieux économiques un véritable caractère national.

32L’équipe d’E. Gropiron a ainsi souffert d’un manque de moyens financiers, tardivement compensé, grâce à l’action de C. Beigbeder, par le soutien d’Air France, GDF-Suez, Havas et LVMH (cette dernière signe l’accord de partenariat pour supporter la candidature d’Annecy le... 12 mai 2011 !) et aussi d’un manque de moyens humains : son équipe compte 3 à 4 personnes à temps plein, contre 20 à Munich et bien davantage en Corée.

33Maitrise du temps déficiente, gouvernance chaotique, moyens financiers insuffisants, manque de professionnalisme à tous les niveaux, sont, en partie, à l’origine de cette étrange défaite. « Étrange défaite », pour reprendre le titre du célèbre ouvrage de Marc Bloch sur la défaite de 1940 – car le projet en lui-même – soutient largement la comparaison avec ses concurrents.

LE PROJET D’ANNECY 2018

34Dans sa seconde version, il soutient en effet la comparaison avec la concurrence ; là ne réside pas selon nous, l’élément déterminant de l’échec. Les trois projets ont en commun leur relative compacité d’un modèle multipolaire (figure 2), un souci de l’environnement et du développement durable. Aucun n’est exempt de faiblesses, même si le projet coréen apparaît comme le plus compact et cohérent (annexe 2). Les budgets sont en revanche d’ampleur inégale (tableau 1).

Tableau 1. Budgets d’Annecy, Munich et Pyeongchang pour les Jeux d’hiver 2018 (Millions €)

Tableau 1. Budgets d’Annecy, Munich et Pyeongchang pour les Jeux d’hiver 2018 (Millions €)
  • * COJO : main d’œuvre, cérémonies, transports, Jeux paralympiques, publicité, administration, réserv (...)
  • Hors COJO : infrastructures de transport (TGV en Corée), installations diverses, hébergement, sécu (...)

Source : Bernardi Kevin (op. cit., bibliographie générale, d’après CIO).
Note **
Note *

Figure 2. L’organisation territoriale des Jeux 2018

Figure 2. L’organisation territoriale des Jeux 2018

35Le second projet d’Annecy demeure en effet sensiblement plus éclaté que les deux autres, malgré les importantes corrections apportées ; par exemple, le « pôle Annecy » regroupe en fait huit sites différents dans l’agglomération, notamment à Annecy-le-Vieux, Seynod, Pringy, Metz-Tessy-Epagny ; le pôle Mont-Blanc est assez éloigné, et éclaté en trois sites (Chamonix, Les Houches, Passy) ; quant à l’inscription graphique des trois pôles dans un cercle de 33 km de rayon, elle est illusoire ; passer de Chamonix à La Plagne n’est pas une mince affaire... ; mais Turin (2006) dispersait bien davantage ses sites ! De gros efforts ont été faits sur la réutilisation post-olympique des sites (tableau 2).

Tableau 2. La réutilisation post-olympique des sites du projet Annecy 2018

Tableau 2. La réutilisation post-olympique des sites du projet Annecy 2018

Source : Annecy 2018.

36Moins convaincants furent les slogans et logos, qui signent un projet et surtout un territoire. Côté français, ceux d’Annecy, comme de Nice, Grenoble ou Pelvoux, célèbrent le cadre naturel (montagne, lac, mer, neige) avec la couleur bleu dominante (ciel, glace, Méditerranée), faisant écho aux slogans : « la neige grandeur nature » (1er projet) pour Annecy ; « Isère cœur des Alpes » pour Grenoble ; « le retour aux sources » (Pelvoux), tandis que Nice vante « l’union des Alpes et de la Méditerranée ». Cette communication à dominante patrimoniale, centrée exclusivement sur l’exploitation d’un capital naturel et la valorisation implicite d’un patrimoine immatériel (qualité et douceur de vivre), offre finalement une vision passéiste, témoignant d’un repli frileux sur le territoire, voire le terroir. Faut-il y voir le symbole d’un pays qui inaugure davantage de musées que d’usines ? On s’est limité à un « géographisme », pour reprendre l’expression de Muriel Rosenberg, qui désigne ainsi « les représentations stéréotypées et quasi magiques de l’espace, dont la simplicité facilite la diffusion ». Ce simple discours informatif non articulé à une démarche stratégique globale et prospective, aboutit finalement à une communication peu efficace (quoique coûteuse !).

37Munich a communiqué sur une valeur olympique (« le festival de l’amitié ») ; le choix coréen est original : « nouveaux horizons » délivre un message plus offensif, relayé par un logo représentant, sous les couleurs nationales, une ligne courbe d’allure exponentielle, s’infléchissant donc vers le haut, signe d’optimisme et de foi en l’avenir. Les Coréens sont bien tiré les leçons des échecs précédents, en donnant une dimension internationale à leur message : la Corée, c’est l’avenir des sports d’hiver. D’un côté, la terre, l’héritage, le passé de la douce France ; de l’autre, le dynamisme, l’avenir. Le CIO a choisi.

38On peut tenter, essai très imparfait et sans doute présomptueux, d’analyser et d’interpréter les messages ainsi délivrés (tableau 3).

Tableau 3. Essai d’analyse sémantique de la communication des villes candidates

Tableau 3. Essai d’analyse sémantique de la communication des villes candidates

39Il reste un dernier point faible dans le projet d’Annecy qui tient dans la dispersion des sites d’hébergement. Si le 2e projet a pu partiellement corriger la dispersion des sites sportifs, conformément aux vœux du CIO celle de l’hébergement n’a pu être résorbée, alors même qu’elle était soulignée dans divers rapports administratifs. Les 25 500 chambres demandées par le CIO se dispersent dans 533 lieux d’hébergements, contre 268 à Munich et 46 seulement à Pyongchang. Ceci a deux conséquences : d’une part, la multiplication des déplacements, générateurs de coûts, de perte de temps et de pollution ; mais aussi, fait moins connu, l’impossibilité pour le monde olympique (athlètes, spectateurs, journalistes) de se retrouver, de participer à fête olympique, telle qu’on l’a connue dans les premières éditions des Jeux, et à laquelle le CIO, fidèle aux vœux de P. de Coubertin, demeure toujours sensible. Par ailleurs, le parc immobilier touristique français, vieillissant, offre toujours aussi peu d’hôtels de prestige (4 ou 5 étoiles).

UNE VIVE CONCURRENCE INTERNATIONALE

40L’instauration de la règle officielle par A. Samaranch de l’alternance des Jeux d’hiver et d’été tous les deux ans, conjuguée à la règle officieuse de l’alternance continentale attribuant les Jeux de manière équitable entre les continents, rendait probable le retour en Asie, vingt ans après Nagano, des Jeux d’hiver que l’Amérique (2002 et 2010) et l’Europe (2006 et 2014) avait accueillis. Le choix de la ville hôte relève d’une subtile alchimie qu’un observateur extérieur peut difficilement décrypter. Ainsi le choix de Lillehammer a surpris tout le monde, y compris le Président du CIO ; toutes aussi surprenantes sont les quatre éliminations de Ostersund (Suède) alors que la Suède est avec la France, le berceau des Jeux d’hiver, et une nation sportive exemplaire ; on s’attendait à voir Athènes triompher pour le centenaire des Jeux, ce fut la capitale du Coca Cola qui l’emporta ; l’élection d’Albertville résulta d’une manœuvre de A. Samaranch qui, désireux d’obtenir les Jeux pour sa province de Catalogne, avait persuadé les membres du CIO appuyant la candidature de Barcelone de voter massivement pour Albertville, annihilant du même coup les chances de Paris. Pour 2018, les alternances évoquées rendaient probables le succès de Pyeongchang, d’autant plus que les Jeux de 2020 étant susceptibles de revenir en Europe en 2020 laissaient eu de chance à l’arc alpin. L’Europe avait déjà reçu 14 fois les Jeux d’hiver, l’Amérique six fois, l’Asie deux fois seulement. Difficile de ne pas rééquilibrer (annexe 4).

L’accueil des Jeux est une longue patience

41L’accueil des Jeux demeure donc un fait exceptionnel : la ronde olympique crée beaucoup de déceptions. Au terme d’une longue procédure et d’une concurrence impitoyable, les « villes ayant manifesté un intérêt pour les Jeux » (au nombre 18 pour ceux de 2018 issues de 13 pays) acquièrent le statut de « requérantes » puis éventuellement de « candidates » ; peu d’appelées, une seule élue. « L’excellence » n’est-elle pas la première des valeurs olympiques ?

42Depuis 1928, 44 villes différentes ont concouru pour le tour final des élections du CIO. L’étude des votes du CIO dans ce choix final permet de distinguer trois catégories :

  • les villes non élues, quelque soit le nombre de candidatures déposées (0 % de réussite) ;
  • les villes élues dès leur première candidature (100 % réussite) ;
  • les villes élues après plusieurs candidatures.

43Le tableau 4 montre que l’échec est la norme.

Tableau 4. Taux de réussite des candidatures aux Jeux d’hiver (1928-2018)

Tableau 4. Taux de réussite des candidatures aux Jeux d’hiver (1928-2018)
  • Taux de réussite : nombre d’élections/nombre de candidatures (lecture : Sochi s’est portée une seu (...)

Note *

44Plus de la moitié des villes candidates n’ont jamais été élues. Parmi elles, trois ont connu un triple échec, difficilement compréhensible : Östersund (Suède), Lahti (Finlande) et Sion (Suisse) ; six autres ont échoué deux fois (Salzbourg, Anchorage, Sofia, Falun, Montréal, Denver) et seize une seule fois, dont Annecy. Environ un tiers (27,2 %) ont échoué au moins une fois avant d’être choisies ; à l’inverse une sur six a eu la chance d’être élue dès la première candidature C’est précisément le cas des deux villes françaises ayant organisé les Jeux depuis 1945,Grenoble et Albertville. À chaque fois les votes furent serrés, et trois à cinq tours nécessaires (annexe 3).

45Toujours malaisée, l’élection d’une ville française est rare : Chamonix fut désignée... après coup en 1924, Paris n’a pas souffert de la concurrence ni en 1900 ni en 1924. Lyon fut battue par Mexico, Lille éliminée dès la phase de réquérance, et Paris battue trois fois par Barcelone (1998), Beijing (2008) et Londres (2012). L’élimination d’Annecy rentre dans la norme.

46On ne doit pas oublier que la France a accueilli les Jeux d’été et d’hiver, privilège que 8 nations seulement partagent, la réussite du pays, dans ce cas, est élevée (tableau 5).

Tableau 5. Fréquence des candidatures et niveau de réussite aux J.O d’hiver par nations (1928-2018)

Tableau 5. Fréquence des candidatures et niveau de réussite aux J.O d’hiver par nations (1928-2018)
  • § Nombre de présences au tour final/nombre total d’éditions des Jeux d’hiver (22).
  • ** Nombre de villes élues/nombre de présences au tour final.

Note *§
Note ****
Lecture : 10 villes canadiennes différentes ont figuré à l’élection finale de la ville hôte, au cours des 22 olympiades d’hiver, soit une fréquence (*) de 45,5 % ; deux seulement ont été élues (Calgary et Vancouver), soit un taux de réussite (**) de 20 %.

47Au fil du temps, outre l’alternance continentale et l’alternance été/hiver, les Jeux élargissent leur ronde à la planète entière : leur fréquence d’apparition en un lieu donné tend donc à diminuer inexorablement (annexe 4). L’attente devient longue. Le tableau 6 donne une idée de la durée écoulée, pour un pays donné, entre l’accueil des derniers Jeux d’hiver et la période actuelle (2011), sans oublier que la Suède et la Finlande n’ont jamais eu cette joie.

48Ce sont elles les véritables perdantes de cette ronde planétaire (annexe 5).

Tableau 6. Durée écoulée (au 1/1/2011) depuis l’accueil des derniers Jeux d’hiver

Tableau 6. Durée écoulée (au 1/1/2011) depuis l’accueil des derniers Jeux d’hiver

49Douze pays seulement ont eu la chance d’accueillir plusieurs fois les Jeux, en été ou en hiver. La France en fait partie, et elle occupe, en termes de durée d’attente, une position moyenne (19 ans depuis l’accueil des derniers Jeux), (annexe 5).

La candidature aux J.O, un service sophistiqué

50Les villes entrent ainsi en concurrence pour fixer les centres de consommation culturelle et de loisirs éphémères que sont les compétitions sportives. Dès 1993, Bianchini et Parkinson montrent que le marketing territorial des villes, dans ce domaine, est très actif. L’accueil des Jeux olympiques fait l’objet d’une âpre concurrence, la ville hôte devenant, pour un temps, une « world city », un hub central de l’économie planétaire ; les Jeux lui offrent, ajoute Stephan Ward (2011), une colossale opportunité d’être placée sous les feux des medias et de promouvoir son nom comme une marque.

51La candidature à l’organisation des Jeux doit donc être conçue comme un service sophistiqué, dont chaque élément incorpore un maximum de valeur ajoutée, et qu’on cherche à imposer sur un marché très concurrentiel. Le produit « candidature » est composé, selon nous, de trois éléments principaux : le dossier technique, et les services qui l’accompagnent, en amont et en aval.

52Le dossier technique compte plusieurs segments normalisés et notés par le CIO : les sites sportifs, l’hébergement, les transports, la gestion de l’héritage etc., chaque segment lui-même se décomposant en plusieurs sous-segments : pour les sites sportifs, ceux de neige et ceux de glace etc. Les services amont concentrent toute la gouvernance du projet (sa conception, son financement, l’adhésion des populations locales...) ; les services aval, qui échappent en revanche à la normalisation par le CIO, sont essentiels : promotion du projet dans le monde, auprès des membres influents de la sphère olympique, accueil du CIO lors de la visite sur site, lobbying, « grand oral » devant le jury olympique etc. L’ensemble de ces opérations se déroule sur plusieurs années, constituant une longue chaîne de services qu’il convient de maîtriser, et de maintenir de bout en bout à un niveau d’excellence.

53Annecy 2018 a privilégié, à notre sens, le « produit brut », à savoir un simple maillon du dossier technique – le cadre naturel exceptionnel des Alpes, du Mont-Blanc et du lac – au détriment de l’enveloppe de services l’accompagnant en amont et en aval, gaspillant ainsi un incomparable avantage comparatif. Pyeongchang a su compenser en revanche la banalité relative du cadre naturel à l’enneigement aléatoire par une offre de services parallèles impeccables. L’ampleur de la défaite de Durban tient à cette déficience annécienne.

54Nous rejoignons ainsi la distinction opérée par Ph. Thiard (2005) entre deux catégories d’offres territoriales :

  • l’offre territoriale simple, envisagée comme la « somme des ressources présentes sur le territoire et susceptible d’être utilisés dans le cadre de projets d’investissements » ; c’est l’ensemble des attributs du territoire, dans le cas d’Annecy : le cadre paysager, l’enneigement, les équipements existants, la culture et les compétences sportives locales etc. Ce donné stable est assimilé à une matière brute, s’opposant au « construit » que constitue l’offre territoriale complexe ;
  • produite par des agences de développement et de promotion spécialisées, cette dernière mobilise l’offre territoriale simple pour l’adapter finement à la demande, elle l’enrichit en quelque sorte, lui apporte une valeur ajoutée. Le projet coréen s’apparente à cette offre : il répond exactement à la demande de compacité, tant pour les sites que pour l’hébergement, développe un lobbying international éprouvé durant des années, délivre un message clair et efficace.

55En somme, la France a livré un produit semi-fini, et la Corée du Sud un produit fini à haute valeur ajoutée. Désormais, ce pays industriel s’affirme aussi comme une grande nation sportive.

56La mondialisation des Jeux olympiques (cf. article N. Chamerois) avive la compétition entre villes et territoires. Pour les Jeux d’été, le nombre moyen de villes candidates a plus que doublé, passant de 3,4 pour la période 1964-1980, à 5,25 (1984-2000) et 8,25 (2004-2016) sous l’effet de la poussée des pays émergents, mais aussi du Moyen-Orient. Ces nouveaux pays sur l’échiquier sportif mondial fixent un nombre croissant des 200 grandes compétitions sportives internationales dénombrées récemment par le sociologue Daniel Bell. Pour les Jeux d’hiver, la compétition est moins rude, et le nombre de villes en concurrence au dernier tour tend même à diminuer : 4 de 1956 à 1980, 4,6 de 1988 à 1994, 5 de 1998 à 2006, trois seulement de 2010 à 2018.

L’avènement de la Corée sur la scène sportive internationale

57Dans ce contexte, l’avènement de la Corée du Sud sur la scène sportive mondiale ne peut étonner ; R. Cashman (in : Bale, op. cit., p. 119) affirmait que « l’Asie est la nouvelle frontière du sport mondial ». Peu à peu, l’eurocentrisme, dénoncé par Allen Guttman dès 1994 (Games and Empires, 1994) s’érode. En février 2010, le correspondant des Échos à Tokyo, Michel de Grendi, prévenait que « la candidature de Pyeongchang pour les Jeux de 2018 serait portée par la nation entière », car le pays est rompu de longue date au travail collectif, aux stratégies à long terme, et la cohésion nationale est son atout majeur. L’ancien dragon est aujourd’hui la dixième puissance mondiale, au terme d’une croissance vertigineuse (7,5 % en moyenne pendant plus de trois décennies : 1971-2008) que la poussée chinoise a quelque peu occultée. Elle dépasse le stade de la maturité industrielle, et peu à peu s’installe en concurrente sur les marchés tertiaires, dont celui des manifestations sportives.

58La Corée est une puissance sportive en plein essor. Avec régularité, elle accumule les succès olympiques, fixe de grands évènements sportifs et s’est hissée au niveau de la France pour les sports d’hiver (cf. tableau 7).

Tableau 7. L’essor olympique de la Corée du Sud (Jeux d’hiver)

Tableau 7. L’essor olympique de la Corée du Sud (Jeux d’hiver)

Source : CIO.
De 1960 à 1988 : RFA+RDA.

59De 1960 à 1988, la Corée découvre les Jeux, envoie des délégations symboliques (moins de 10 athlètes en moyenne, puis une vingtaine), ne récolte qu’une seule médaille, loin derrière la France, et surtout l’Allemagne, l’une des trois puissances olympiques pour les Jeux d’hiver avec la Norvège et les États-Unis ; nous limiterons notre comparaison aux trois nations en concurrence pour 2018. Le début des années 1990 marque un tournant : l’effectif des délégations coréennes se stabilise à une vingtaine d’athlètes, qui glanent cette fois 10 podiums. Après Lillehammer commence l’ascension de l’équipe olympique coréenne, dont la délégation s’étoffe, passant à une trentaine puis une quarantaine d’athlètes, à mesure que le programme olympique grossit ; ils récoltent une dizaine de médailles à Nagano et Salt Lake City, avant d’exploser à Turin et Vancouver, et de dépasser la France.

60Depuis une quinzaine d’années, la Corée du Sud, pourtant sans tradition de sports d’hiver, fait donc jeu égal avec la France ; signe d’excellence, son rendement (nombre moyen de médaille par athlète sur l’ensemble de la période) de 0,158 dépasse celui de la France (0,085) et se rapproche de l’Allemagne (0,184). Pour la période récente (1992-2010), les progrès sont encore plus spectaculaires : un rendement de 0,085 seulement pour la France, contre 0,2116 pour l’Allemagne et 0,2112 pour la Corée !

61L’accueil des Jeux d’hiver en 2018 s’inscrit dans une série de succès dans la conquête de ces grandes manifestations sportives mondiales : après les Jeux de Séoul (1988), ce furent les Jeux asiatiques de Busan (2002), la Coupe du monde de football (2002) partagée avec le Japon, les Championnats du monde d’athlétisme de Daegu (2011), en attendant les Jeux asiatiques d’Incheon (2014).

62Le récent positionnement de la Corée sur la scène sportive mondiale résulte d’une politique nationale, associant volontarisme étatique et financement par les grandes firmes, dans une vision stratégique commune à long terme. Celle-ci a d’autant plus d’effets qu’une véritable dynamique collective porte le projet : en Corée, « le travail est le sport national no». Pour le pays, les retombées économiques sont appréciables : on attend 30 à 40 milliards € des Jeux de 2018, et plus de 200 000 emplois, sans compter l’élan donné à la pratique des sports d’hiver dans ce marché en plein essor en Asie orientale. Mais l’engagement massif des multinationales coréennes n’est pas non plus étranger à cette poussée spectaculaire. Samsung est le principal sponsor de la Fédération internationale d’athlétisme, Hyundai partenaire officiel de la FIFA ; des accords sont en signature avec celles de judo et d’aviron, tandis que Korean Air (groupe Hanshi) soutient la Fédération des sports de glace.

Le monde change, le CIO s’adapte, et la France ?

63La place de la France dans les instances dirigeantes mondiales mérite attention ; on a évoqué son effacement pour expliquer l’échec d’Annecy 2018. Qu’en est-il exactement ?

64En premier lieu, le CIO a vocation universelle : « tous les Jeux, à toutes les nations » disait P. de Coubertin. Ses organes directeurs reflètent donc cette nécessaire adaptation au basculement du monde, vers l’est et le sud.

65L’évolution de la composition du CIO témoigne de la lente érosion des positions de l’Europe (tableau 8). Depuis 2000, le « cœur » de l’olympisme moderne (Europe, Amérique du Nord, Océanie) n’a fourni que 18 nouveaux membres au CIO, contre 29 issus d’autres régions du monde, notamment des pays émergents. La Corée du Sud compte désormais deux membres au CIO, autant que la France ou l’Allemagne.

Tableau 8. Composition du CIO en 2011, selon la date de cooptation des membres

Tableau 8. Composition du CIO en 2011, selon la date de cooptation des membres
  • †† Europe : hors Russie, avec Ukraine.
  • ‡‡ Émergents : BRIC, Indonésie, Turquie, Malaisie, Taïwan, Thaïlande, Mexique, Singapour, Corée du Su (...)

Source : CIO.
Note *††
Note **‡‡

66On doit approfondir l’analyse, par l’étude systématique, pour l’année 2011, de la composition des organes directeurs (qui comptent en moyenne 10 à 20 membres) des 35 Fédérations Internationales des sports olympiques (programme olympique de 2016). Nous avons distingué trois niveaux hiérarchiques : au sommet (niveau 1) le comité exécutif (Executive Board) ; au niveau 2, le conseil d’administration et le secrétariat général ; au niveau 3, la présidence d’une commission technique.

67Pour les sports d’été, la France est représentée au niveau 1 dans 17 des 28 fédérations, et en préside même deux : la FIBA (basketball) et l’IRB (rugby). Elle est également présente dans 9 fédérations au niveau 2 ou au niveau 3. Seules, quatre fédérations ne comptent aucun Français dans leurs rouages quelque soit le niveau : cyclisme, hockey sur gazon, voile et golf. Au total, pas moins de 26 Français siègent en 2011 dans ces puissantes fédérations – rouages essentiels de l’olympisme – conférant à la France une place honorable, comparable à celle des autres pays. Cette observation infirme la thèse selon laquelle la France serait insuffisamment représentée à ce niveau, faible influence « expliquant » alors les échecs successifs déjà mentionnés. Il ne faut pas pour autant négliger le « nationalisme sportif » ; John Hobermann (1993) observe ainsi que le taekwondo, malgré une histoire plus récente et une moindre diffusion géographique, a accédé au statut de sport olympique au détriment du karaté, pourtant beaucoup plus mondialisé et conforme aux critères du CIO, car le vice-président du CIO, également président de la Fédération internationale de taekwondo, était le coréen UnYong Kim...

68La position de la France, en revanche, dans les 7 sports de neige et de glace, apparaît singulièrement faible. Aucune présidence de fédération, aucun siège dans les organes directeurs, et 4 places seulement dans les commissions techniques (niveau 3), dont trois dans le même sport (ski alpin).Un effacement qui contraste avec la forte présence coréenne : le pays a investi les sphères influentes du sport mondial, avec 5 sièges dans les comités exécutifs, dont une vice-présidence (biathlon) et trois directions de commissions techniques (snowboard et patinage).

69À tous les niveaux, la Corée s’affirme donc comme une grande nation sportive. Le succès de Pyeongchang pour 2018, mérité et ne souffrant aucune discussion, est l’aboutissement d’un travail méthodique, d’une persévérance à toute épreuve, et d’une féconde alchimie entre tous les acteurs (État, firmes, athlètes et fédérations sportives).

70La France est encore présente, malgré tout, sur le marché tendu des grands événements sportifs internationaux (en catégorie senior). Depuis l’organisation de la Coupe du monde de football en 1998, elle a accueilli les Championnats du monde d’athlétisme (2003), de rugby (2007), d’escrime (2010), de judo et d’haltérophilie (2011), en attendant les Jeux équestres mondiaux en Normandie (2014) et l’Euro 2016, soit huit événements majeurs en 18 ans, une moyenne d’un tous les deux ans et trois mois : performance très honorable.

71Il s’agit là cependant de compétitions mono sport, spécialisées ; les compétitions multisports exigent l’accueil d’un nombre supérieur d’athlètes, de journalistes et la mise à disposition d’équipement très variés aux normes internationales ; dans ce domaine, la position française est plus fragile. On peut regretter ainsi que la France ait négligé l’organisation des Universiades, qu’elle n’a accueilli qu’une seule fois, il y a un demi-siècle (1960). Conçues sur le modèle olympique, elles rassemblent en moyenne 5 000 athlètes de plus de 160 pays ; célébrées fréquemment en Espagne, Italie, au Japon, aux États-Unis, elles intéressent de plus en plus les pays émergents : jusque là absents, ils poussent de plus en plus leurs candidats depuis 1997 ; la Corée du Sud a organisé ceux d’hiver (Muju 1997) puis ceux d’été (Daegu 2003) et attend ceux de Gwangjiu (2015). Étonnante carence française, quand on sait que les Universiades servent tant au « recyclage » post-olympique des installations (Tokyo 1967, Rome 1975, Sapporo 1992, Turin 2007) qu’au « rodage » d’une ville candidate aux J.O (Innsbruck 2005, Jaca 1981, 1995, Sofia 1989, Harbin 2009).

72De même la France est absente des Jeux militaires, timide pour les Jeux olympiques de la Jeunesse (Rouen, Dunkerque et Toulouse avaient proposé leur candidature pour 2010, mais le CNOSF a préféré se concentrer sur Annecy...). Timidité aussi aux Championnats du monde universitaires (une trentaine de sports) : depuis 2002, neuf villes françaises seulement ont accueilli une épreuve, sur un total de 173 villes impliquées dans le monde. Absence aussi des Jeux de la Police et des Pompiers, première manifestation sportive mondiale devant les J.O, avec plus de 60 sports et 10 000 athlètes...

73L’examen des candidatures à l’organisation des trois grandes compétitions multisports (Jeux olympiques, Jeux olympiques de la Jeunesse, Universiades) montre la forte poussée des pays émergents, qui se taillent une place appréciable sur ce marché : depuis 2003, ils concentrent 38,6 % des villes candidates parvenues au tour final du processus de sélection (tableau 9).

  • §§ Villes candidates au tour final. Pour J.O.J 2020 : villes requérantes officiellement appuyées par (...)

Tableau 9. Origine des villes candidates§§ aux J.O, J.O.J et Universiades (été/hiver) 1985-2020

Tableau 9. Origine des villes candidates§§ aux J.O, J.O.J et Universiades (été/hiver) 1985-2020
  • *** BRIC, Thaïlande, Singapour Mexique, Turquie, Taiwan, Corée du sud.
  • ††† Jeux olympiques et Universiades,
  • ‡‡‡ J.O, J.O.J et Universiades.

Note *****
Note (1)†††
Note (2)‡‡‡

CONCLUSION

74L’échec douloureux d’Annecy 2018 est révélateur d’un certain « mal français » : l’incapacité à concevoir et promouvoir, sur un marché mondial très concurrentiel, la « chaîne de services » sophistiquée que constitue une candidature olympique. À bien des égards, la candidature annécienne face à Munich et Pyeongchang a pris l’allure du « combat de la sagaie contre le fusil » que fustigeait Marc Bloch dans son terrible témoignage sur « l’étrange défaite » de 1940.

75Cet échec apparaît comme une nouvelle facette de la perte de compétitivité de la France, de son incapacité à s’imposer sur les marchés extérieurs. Une gouvernance claire, un lobbying efficace, le souci de l’excellence et du détail, la connaissance des règles et usages olympiques, au service d’une stratégie claire, toute cette mécanique de précision semble hors de portée depuis de nombreuses années. Il ne reste qu’un soupçon d’arrogance et d’ignorance, au point de nous attirer la cinglante remarque d’un membre du CIO : « Vous les Français, descendez de votre piédestal, le monde a changé, pas vous ! ».

76Veut-on les Jeux olympiques ?

77Il ne serait pas illégitime de ne pas concourir, par exemple pour des raisons financières, voire écologiques ; la mise en sommeil des appétits olympiques en période de crise économique se comprendrait aisément.

78Mais si le désir persiste, mieux vaut lire les « 10 règles d’or » de l’annexe 6, pour s’épargner de nouvelles déconvenues.

79L’institution, par Mme la ministre des Sports, au printemps 2011, d’une « assemblée des sports » regroupant tous les acteurs en cinq collèges (État, mouvement sportif, élus locaux et parlementaires, entreprises, société civile) est utile pour fixer les bases d’une politique sportive nationale ; mais la conquête des Jeux est d’une autre nature ; elle s’apparente à un véritable combat sur le marché extérieur des grands événements sportifs internationaux, aujourd’hui tant convoités pour leurs retombées économiques et médiatiques.

80Ce combat économique et géopolitique à la fois ne peut être mené que par le « triangle » resserré de l’État, du mouvement sportif et des entreprises : les J.O sont l’affaire du mouvement sportif en premier lieu, épaulé par l’État et l’entreprise.

81La localisation des Jeux en France est claire : Paris pour ceux d’été, les Alpes (d’Annecy à Nice) pour ceux d’hiver. Peut-être faudrait-il, déjà, y réfléchir ? Choisir entre été (2024 ou 2028) et hiver (2022 ou 2026), planifier certains équipements en conséquence etc ?

82Vaste programme...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Comité international olympique, Rapport de la commission d’évaluation 2018 du CIO. XXIIIe Jeux olympiques d’hiver, Lausanne, mai 2011, 119 p.

CNOSF, Rapport de la commission d’évaluation pour la procédure de sélection nationale d’une ville requérante aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver 2018, 12 /3/2009, 42 p.

GUIGNET Olivier, La France s’exclut de la nouvelle géostratégie du sport, Les Échos 2/2/2010.

HONTA Marina, État, action publique et territoire. Quels enjeux pour la territorialisation de la politique sportive de haut niveau ? Droit et Société, no 59, 2005, p. 165-185.

HONTA Marina, Les territoires de l’excellence sportive, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002.

LORIN DE REURE Gilles, Les J.O d’Annecy et le mal français, les Échos 26/7/2011. Préfecture de Région Rhône-Alpes : D.T.A Alpes du Nord, Lyon, juillet 2010, 103 p.

THIARD Philippe, L’offre territoriale, un nouveau concept pour le développement des territoires et des métropoles ? Paris, Datar, Territoires 2030, no 1, 2005, p. 17-28.

WARD Stephen V., Promoting the Olympic City, in : R. Gold (ed.) Olympic Cities, 2011, p. 148-166.

Annecy (le magazine de votre ville) no 200, décembre 2008.

Éco des Pays de Savoie, Annecy 2018, une candidature en or, Hors-série, juin 2011, 130 p.

Alpes no 11, Annecy 2018, le guide, 2011, 136 p.

Le Point (cahier spécial p. II-XVIII) 2/6/2011.

Le Monde 2, 22/11/2008 (Jeux d’hiver : Pelvoux, l’improbable candidat, Ch. De Chenay).

L’Équipe (7/7/2011).

Haute-Savoie magazine.

L’Essor savoyard.

Le Dauphiné Libéré.

Le Figaro.

Le Monde.

annecy-2018.com, comiteantiolympiqueannecy.com, muenchen2018.org, pyeong-chang2018.org, franceolympique.com, gamesbids.com, dosb.de

Annexes

Annexe 1. Sondage du CIO sur l’adhésion populaire aux Jeux d’hiver 2018 dans les villes candidates ( % des opinions exprimées, 2010)

Source : CIO, rapport du comité d’évaluation 6-24 décembre 2011, p. 113 (sondage IFM Sports Marketing Surveys).

Annexe 2. Forces et faiblesses des trois projets

Source : sites internet des villes candidates, rapports CIO.

Annexe 3. Les villes françaises aux élections olympiques (Jeux d’hiver)

Annexe 4. Cent douze ans d’olympisme (1896-2018) : répartition géographique des Jeux

Annexe 5. L’accueil des Jeux : une longue patience

Note *****

Annexe 6. 10 règles d’or pour monter un projet olympique

  1. Écouter les conseils du CIO : pas de projet efficace sans être à l’écoute des attentes et des conseils du CIO, qui cherche toujours à évoluer.
  2. Apprendre du passé : se servir des expériences passées, même négatives, et des autres candidatures pour être plus forts.
  3. Construire des stades : mieux être malin et anticiper, construire en prévoyant une possibilité d’adaptation des infrastructures pour les J.O.
  4. Organiser des compétitions en amont : faire la démonstration que l’on est déjà une nation sportive avec un savoir-faire international dans différents sports.
  5. Rassembler les compétences : oublier les querelles, les copinages et prendre les meilleurs dans chaque domaine au service d’un intérêt général.
  6. Bien choisir le président : pour incarner la candidature, la maitrise des langues, le charisme, la connaissance du milieu olympique sont indispensables.
  7. Bâtir un budget solide : à moins de 50 millions € pour les J.O d’été et de 30 pour ceux d’hiver, inutile de perdre son temps et son énergie.
  8. Rallier les politiques : mais chacun doit rester à sa place : les politiques doivent être présents et convaincus pour apporter leur soutien au projet sportif, ils ne sont pas là pour incarner la candidature.
  9. Créer une dynamique : la montée en puissance doit être naturellement irrésistible, pour entraîner tous les partenaires, les medias et la population.
  10. Convaincre le CIO : savoir « vendre » sa vision des Jeux aux membres du CIO, qui ont tous une histoire, une culture et des intérêts particuliers.

Source : Alain Lunzenfichter, Marc Chevrier, in : L’Équipe, 7 juillet 2011, p. 9.

Notes de fin

* COJO : main d’œuvre, cérémonies, transports, Jeux paralympiques, publicité, administration, réserve, etc.

Hors COJO : infrastructures de transport (TGV en Corée), installations diverses, hébergement, sécurité etc.

Taux de réussite : nombre d’élections/nombre de candidatures (lecture : Sochi s’est portée une seule fois candidate et a été élue : réussite absolue, 100 %).

§ Nombre de présences au tour final/nombre total d’éditions des Jeux d’hiver (22).

** Nombre de villes élues/nombre de présences au tour final.

†† Europe : hors Russie, avec Ukraine.

‡‡ Émergents : BRIC, Indonésie, Turquie, Malaisie, Taïwan, Thaïlande, Mexique, Singapour, Corée du Sud.

§§ Villes candidates au tour final. Pour J.O.J 2020 : villes requérantes officiellement appuyées par leur CNO ; pour 2017 (universiades) et J.O.J 2018 : villes requérantes.

*** BRIC, Thaïlande, Singapour Mexique, Turquie, Taiwan, Corée du sud.

††† Jeux olympiques et Universiades,

‡‡‡ J.O, J.O.J et Universiades.

§§§ Europe : y compris URSS/Russie.

**** Jeux de 2012 inclus.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Modèles d’organisation territoriale des J. O d’hiver
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Tableau 1. Budgets d’Annecy, Munich et Pyeongchang pour les Jeux d’hiver 2018 (Millions €)
Légende Source : Bernardi Kevin (op. cit., bibliographie générale, d’après CIO).Note **Note *
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure 2. L’organisation territoriale des Jeux 2018
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 2. La réutilisation post-olympique des sites du projet Annecy 2018
Légende Source : Annecy 2018.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Tableau 3. Essai d’analyse sémantique de la communication des villes candidates
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 4. Taux de réussite des candidatures aux Jeux d’hiver (1928-2018)
Légende Note *
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 5. Fréquence des candidatures et niveau de réussite aux J.O d’hiver par nations (1928-2018)
Légende Note *§Note ****Lecture : 10 villes canadiennes différentes ont figuré à l’élection finale de la ville hôte, au cours des 22 olympiades d’hiver, soit une fréquence (*) de 45,5 % ; deux seulement ont été élues (Calgary et Vancouver), soit un taux de réussite (**) de 20 %.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Tableau 6. Durée écoulée (au 1/1/2011) depuis l’accueil des derniers Jeux d’hiver
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 7. L’essor olympique de la Corée du Sud (Jeux d’hiver)
Légende Source : CIO.De 1960 à 1988 : RFA+RDA.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Tableau 8. Composition du CIO en 2011, selon la date de cooptation des membres
Légende Source : CIO.Note *††Note **‡‡
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 9. Origine des villes candidates§§ aux J.O, J.O.J et Universiades (été/hiver) 1985-2020
Légende Note *****Note (1)†††Note (2)‡‡‡
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Source : CIO, rapport du comité d’évaluation 6-24 décembre 2011, p. 113 (sondage IFM Sports Marketing Surveys).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Source : sites internet des villes candidates, rapports CIO.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Source : CIO.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Note *§§§
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/588/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search