Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

2012, 2014, 2018 .espoirs et déception

Annecy 2018, comment la candidature s’est sabordée

Géraldine Baehr et Samuel Thomas

Texte intégral

1Le verdict est tombé : Annecy n’organisera pas les Jeux olympiques d’hiver en 2018. Mercredi 6 juillet 2011 à Durban, en Afrique du sud, les 95 membres du CIO ont choisi de confier les clés de l’évènement à Pyeongchang.

2Dans le clan de la candidature annécienne, on ne s’attendait pas à une telle claque. Seulement 7 des 95 membres du CIO ont accordé leur confiance à Annecy. La déception est grande. Mais le choix du CIO n’est pas une surprise. Depuis quelques semaines, les nouvelles du front du lobbying n’étaient pas bonnes. Annecy qui a longtemps joué sur le charme de son image d’outsider, de petit poucet louant une candidature et des Jeux grandeur nature, n’a pas su convaincre. Dépassée ces derniers mois par l’offensive des anti-J.O et de ses deux rivales Munich et Pyeongchang, la candidature a depuis le 18 mars 2009, enchainé les déconvenues. Une accumulation de faits peu glorieux que le quotidien l’Essor savoyard révèle aujourd’hui.

L’ÉTAT VOULAIT Y ALLER COÛTE QUE COÛTE

3Nicolas Sarkozy a brillé par son absence à Durban. Pourtant en septembre 2008, c’est bien l’État qui a décidé de proposer une candidature française à l’organisation des Jeux d’hiver en 2018. En 3 ans et demi, Annecy 2018, surveillée de loin par l’Élysée, sera tantôt lâchée, soutenue, ou reprise en main avant de devenir un dossier épineux à qui plus personne n’a envie de se frotter au fur et à mesure que se dessine son funeste destin. Ce n’est pas pour le sport mais pour des raisons diplomatiques que la France se lance dans l’aventure. Depuis qu’elle s’est vu rafler l’organisation des Jeux d’été de 2012 par Londres, et après avoir appelé au boycott des Jeux de Pékin en 2008, notre nation n’est pas en odeur de sainteté auprès des autorités du CIO. Se relancer dans la course à l’organisation des J.O est une opportunité de se racheter. L’ambition est-elle réellement de gagner ? Pas sûr. Mais renouer avec le monde olympique n’a pas de prix. Annecy est désigné ville requérante le 18 mars 2009. Il faudra attendre le 5 septembre, soit près de neuf mois, pour que l’Élysée convoque les artisans de la candidature pour... leur remonter les bretelles. Nicolas Sarkozy pique une grosse colère et ne veut plus entendre parler des querelles de gouvernance. Il fixe les règles du jeu : il veut un vrai patron, qui doit avoir été champion olympique, une équipe et un projet.

4Il faudra attendre la crise suivante avec la démission d’Edgar Grospiron en décembre 2010 pour que l’Élysée prenne réellement les choses en main. Le calendrier fait plutôt bien les choses : Chantal Jouanno vient d’être nommée ministre des sports. Elle vient plusieurs fois à Annecy remettre de l’ordre dans le dossier. Le 7 janvier 2011, le nom de Charles Beigbeder est officiellement proposé par Christian Monteil pour reprendre la tête de la candidature. Le conseil général a « l’approbation » de la ministre des sports et de l’Élysée ; c’est le début d’une course contre la montre : la commission d’évaluation du CIO est attendue en Haute-Savoie du 9 au 12 février. Impensable que les Français passent pour des guignols. En plus de Chantal Jouanno, présente toute la semaine, se succèdent différents ministres et secrétaires d’État : Lefebvre, Nora Berra... Sans oublier François Fillon et surtout Nicolas Sarkozy en mode « séduction » lors d’un déjeuner le 11 février en préfecture d’Annecy. Il affirme sa détermination : « vous avez envie d’avoir ces Jeux olympiques, on va se battre tous ensemble pour essayer de les gagner ». Depuis, le président n’a plus fait aucune déclaration au sujet d’Annecy 2018. Chantal Jouanno, quant à elle, accompagne Annecy 2018 à la convention Sports Accords à Durban et à Lausanne lors du grand oral de la candidature devant le CIO. Mais depuis des mois, l’orage gronde entre son cabinet et la nouvelle équipe d’Annecy 2018. À Durban, Chantal Jouanno représentait le gouvernement avec François Fillon. Mais chacun sait que l’absence de Nicolas Sarkozy en disait plus que d’ennuyeux discours...

TOUT EST UNE QUESTION D’ARGENT

5Avec 29 millions € de budget, Annecy 2018 se trouve loin, très loin de ses deux concurrentes Munich et Pyeongchang qui bénéficient respectivement de 50 et plus de 100 millions €. L’argent sera le nerf de la guerre durant deux années. La candidature aura grand peine à rassembler les fonds nécessaires à son fonctionnement. « À un moment, c’était l’Annecython » raconte une source proche du dossier, évoquant les rallonges que quelques partenaires ont dû faire au fil des mois, après des appels du pied insistants (300 000 € le 14 avril 2011 pour la Compagnie nationale du Rhône ; plusieurs centaines de milliers d’€ pour la Française des Jeux). L’argent, c’est ce que n’aura pas eu E. Gropiron, qui demandait une rallonge de 12 millions € en décembre 2010. Pour Annecy 2018, tout le monde aura mis la main au porte-monnaie, à commencer par les contribuables haut-savoyards (en gros 50 % des fonds proviennent de partenaires privés, 50 % sont des fonds publics). Voici quelques exemples de ce pour quoi cet argent a été employé. Il a tout d’abord servi à faire fonctionner cette énorme machine. Pour le lobbying, Andrew Craig toucherait 10 000 € par mois. Idem pour E. Gropiron en son temps, qui ne tiquera pas devant une note de près de 20 000 € pour quatre jours de visite de pontes de la communication en 2009. Entre autres rallonges qu’Havas s’est facturée : 400 000 € de frais supplémentaires lors de la visite de la commission d’évaluation. L’agence a tenté de réclamer un million supplémentaire, mais cette fois c’est Chantal Jouanno qui a sifflé la fin de la gabegie. Cette dernière a rapporté 2,7 millions € à la candidature, alors que Ch. Beigbeder devait rapporter « au moins » 5 millions, est loin du compte. La réalisation par Nicolas Bary d’un film de 8 à 12 minutes sur la candidature, présenté à Durban, sera facturée 600 000 €, soit 75 000 € la minute pour un film durant 8 minutes. Lors de la préparation du grand oral devant les membres du CIO à Lausanne le 18 mai, six des huit représentants d’Annecy 2018 qui seront sur scène ce jour là sont invités à suivre une formation préparatoire les 12 et 13 mai à Paris. Coût du « training » de deux jours ? 160 000 € ! Seul le maire d’Annecy Jean-Luc Rigaut posera la question de savoir si cela est bien utile. Le 4 juin, Ch. Beigbeder a affirmé que la candidature ne laisserait pas de déficit. Chacun l’espère, mais dans le cas contraire, reste à savoir qui paiera.

LA GUERRE DES CLANS

6On en aura vu des sourires de façade, des accolades hypocrites et des petites phrases toutes faites, histoire de donner le change. La farce du lobbying, les petites piques assassines... Derrière les apparences (celles d’une équipe soudée qui avance dans la même direction) c’est une véritable guerre des clans que se livrent les artisans d’Annecy 2018. À commencer par Jean-Luc Rigaut et Christian Monteil, qui s’écharpent pour des questions de gouvernance. Ils auraient même failli en venir aux mains une fois dans le TGV au retour de Paris. D’entrée, affinités mais aussi ambitions personnelles obligent, des « clans » se créent au sein du staff. D’un côté J.-L. Rigaut (maire d’Annecy) et Denis Massaglia (président du CNOSF) rêvent de porter le projet à deux. De l’autre, Jean-Claude Killy et Guy Drut rassemblent les sportifs qui constituent la garde rapprochée d’Annecy 2018. Les relations entre J.-C. Killy et D. Massaglia sont tendues. Chaque clan entre en compétition et se forge une image. Celle du vieux sage pour J.-C. Killy, une autre d’ambitieux pour J.-L. Rigaut. Selon lui, son action est légitime. Après tout, c’est bien de la candidature de sa ville dont on parle... Côté communication, l’équipe mise en place par le conseil général est à couteaux tirés avec Havas Sports. Et le patron de l’agence parisienne, Lucien Boyer, ne s’entend ni avec J.-C. Killy, ni avec Guy Drut. Cette ambiance va donner lieu à de multiples coups bas et sorties médiatiques qui n’auront jamais cessé de détruire l’image de la candidature. En décembre 2010, J.-C. Killy utilise les medias pour confier ce qu’il a à dire au sujet de la candidature. L’offensive tourne au fiasco et provoque le séisme que l’on sait. E. Gropiron s’est un jour permis d’envoyer un mail (mis en copie à tout un tas de personnes) à J.-L. Rigaut pour lui demander d’arrêter de « s’accrocher à un fil ». Un « conseil » que le maire d’Annecy n’a pas du tout apprécié. Plus récemment, c’est entre la ministre des sports Ch. Jouanno et Ch. Beigbeder que le torchon a brûlé... Jean-Jack Queyranne prendra, quant à lui, ses distances après la nomination de Beigbeder qu’il n’apprécie pas. D’ailleurs, le président du conseil régional (Rhône-Alpes) n’a pas fait le déplacement à Durban. Officiellement afin de s’occuper du... déménagement de la Région dans ses nouveaux locaux. Espérons qu’il ne fait pas lui-même les cartons !

BEIGBEDER, LE « SAIGNEUR » DES ANNEAUX

7Le Parisien Charles Beigbeder, proche de l’UMP et frère du très médiatique Frédéric, a l’habitude de transformer en or tout ce qu’il touche. Ou presque. Annecy 2018 sera l’exception qui confirme la règle. Tel Zorro, il est arrivé à la rescousse de la candidature après la démission d’Edgar Gropiron et les refus en cascade de différentes personnalités qui ne voulaient pas reprendre le bébé. Personne n’aurait parié sur son nom. Pourtant il n’y aura pas de hasard...

8Ch. Beigbeder possède un chalet à Megève. Son voisin est Lucien Boyer, le patron d’Havas Sports en charge de la communication et du marketing d’Annecy 2018. L. Boyer espère revenir dans la course en proposant le nom de son ami à Séguala. Ce dernier appelle Chantal Jouanno, qui dit « pourquoi pas ». Après tout, Ch. Beigbeder n’a rien à perdre et Lucien Boyer revient dans la course. En cas de victoire, Beigbeder sera le sauveur d’Annecy 2018 ; en cas de défaite, il ne pourra que se désoler en expliquant qu’il a fait tout ce qu’il a pu pour renflouer le navire. À Annecy, sa nomination en laisse plus d’un pantois. Le nouveau boss fait une entré fracassante dans la danse le 10 janvier. Jean-Jack Queyranne est très septique. Il déclare : « nous allons tout schuss dans le mur » et déplore ce choix fait « en dehors de toute concertation ». Du côté du conseil général, on sent le vent tourner. De fait, le nouveau président s’affirme en grand patron : personne n’ose le contredire de peur qu’il claque aussi la porte de la candidature. Il impose donc Havas Sports, met sur la touche la communication locale. Bref, réorganise comme il l’entend, ce qui met très en colère le préfet Mirabaud, nommé directeur de la candidature, qui le lui dit. Beigbeder lui rit au nez.

9Auprès des membres du CIO, Beigbeder n’est pourtant pas à la hauteur. Il ne connaît pas le monde de l’olympisme, ni son langage, ses codes, ou le protocole. Il enchaîne les bourdes. À Londres, en mars, il déjeune avec Frankie Frederiks, membre influent du CIO pour lui vendre le projet haut-savoyard. Quelques semaines plus tard, il le croise dans le couloir d’un hôtel à Doha et ne le reconnaît même pas ! Ch. Beigbeder a également oublié d’envoyer une lettre de remerciements aux membres du CIO au lendemain de la visite de la commission d’évaluation. Pire ! Le patron a en sa possession une liste, qu’il exhibe, de noms de membres du CIO qui auraient donné leur accord pour voter pour Annecy à Durban. Mais parmi ces noms, quatre sont des personnalités décédées !

10Du côté de la candidature, tout le monde commence à avoir le sentiment de s’être fait berner par Ch. Beigbeder. Ses relations avec Ch. Jouanno sont de plusen plus tendues. À cela s’ajoute le fait qu’il ne va pas au devant des Haut-Savoyards. Il se contente de grands rendez-vous sportifs. Exit tous les événements populaires organisés sur le Pâquier. Depuis son arrivée à la tête de la candidature, Ch. Beigbeder a fait le tour du monde aux frais de la princesse, tout en distillant un discours qualifié de « creux » et qui n’a pas séduit les membres du CIO.

UN COSTUME TROP GRAND POUR GROPIRON

11Quand Edgar Gropiron parle aux membres du CIO, on l’écoute. La légitimité de l’ancien champion olympique de ski à bosses n’a jamais été remise en question l’année durant laquelle il a occupé le poste de directeur général de la candidature. « Il était le meilleur mec qu’on pouvait avoir pour le lobbying » avoue un de ses anciens collaborateurs. Chouchou de J.-C. Killy, il est en position de force pour incarner le sportif, patron de la candidature, que réclame Nicolas Sarkozy. Sur le papier, E. Gropiron a tout pour plaire et une belle histoire à raconter.

12Mais Gropiron a pourtant un sacré handicap : son manque d’expérience en matière de marketing et de management. Au milieu des élus qui s’écharpent, il ne réussit pas à remettre de l’ordre dans l’appareil. « Edgar Gropiron devait être président et non pas directeur général d’Annecy 2018 » regrette un membre de la candidature, « sauf que la place de président était déjà pour les élus... ».

13Désigné à quelques semaines des Jeux de Vancouver, E. Gropiron se rend au Canada sans grande préparation. Très vite, les gens et lui-même vont s’apercevoir qu’il n’est pas à la bonne place. « On ne donne pas de telles responsabilités à quelqu’un qui n’a jamais dirigé quoi que ce soit ». Les retours de Vancouver ne sont pas bons. À Lausanne, en juin, il garde un sourire de façade malgré le carton jaune que les membres du CIO infligent à Annecy. À la rentrée 2010, le directeur général reprend des forces et apparaît sous un meilleur jour lorsqu’il présente le nouveau projet de la candidature. Mais très vite va se poser le problème des moyens financiers. À Acapulco, Belgrade, Ganzhou, les oraux d’Annecy 2018 sont bons, mais E. Gropiron se sent de moins en moins à l’aise. Son anglais n’est pas fluide, il semble absent et réalise que le costume est trop grand pour lui. Dimanche 12 décembre, au terme d’une réunion très tendue à Annecy, E. Gropiron démissionne de ses fonctions. Personne ne le retient, la scène est glaciale. Au sein des équipes, l’écœurement est grand.

KILLY, LE VISIONNAIRE IGNORÉ

14Dès le début de l’aventure, Jean-Claude Killy, le savoyard artisan des Jeux d’Albertville en 1992, affiche son soutien à la candidature d’Annecy. En mars 2008, devant les membres du CNOSF appelés à désigner la candidate française, il vante les mérites d’Annecy. Mais très vite, en découvrant le projet, le champion olympique membre du CIO, tire la sonnette d’alarme. Selon lui, les sites sont trop éloignés. Mais personne ne l’écoute. C’est pourtant ce qui vaudra une mauvaise note aux Annéciens à Lausanne en juin 2010. Killy veut que les sportifs portent la candidature : il faudra une sacrée colère de Nicolas Sarkozy pour quece soit le cas. Début décembre 2010, nos confrères de l’Équipe titrent « Drut et Killy lâchent Annecy ». J.-C. Killy aurait déclaré que la candidature « va dans le mur » mais dément et se rattrape comme il peut en admettant qu’elle est « mal placée pour l’emporter ». Les semaines qui suivront, avec le départ d’E. Gropiron, seront apocalyptiques. Le 11 février 2011, à la veille de la visite de la commission d’évaluation, il se réjouit : « Annecy est de nouveau dans la course ». C’est vrai, mais plus pour longtemps, et l’absence du « vieux sage » à Londres sera très remarquée. Le 18 mai, le membre du CIO a déclaré ne voir « aucun problème majeur » dans la candidature. Mais au sein du comité, chacun sait qu’il est résigné.

LES PROS DE L’AMATEURISME

15Lentement mais sûrement l’amateurisme s’est installé dans les arcannes de la candidature haut-savoyarde. C’est à Vancouver que ce manque flagrant de professionnalisme et d’envergure va éclater au grand jour. Alors que c’est l’endroit où l’on peut rencontrer les membres du CIO, Annecy fait les choses en petit ! « À Vancouver, on voit que la France n’a pas d’ambition », se désole un observateur. L’enjeu est d’être visible, notamment par le biais de maisons d’hospitalité destinées à faire le lobbying de la candidature. Les Allemands en possèdent deux en plein centre-ville, la Corée en a loué une immense. Celle d’Annecy est non seulement toute petite, mais en plus en dehors de la ville. Ce qui fait que personne de réellement important ne s’y rend. Et puis la grande responsable des partenaires et de la presse sur place est en réalité... une amie intime de Guy Drut, qui a d’autres préoccupations. Dans un autre registre, on voit que la candidature n’est pas très au fait du protocole en vigueur avec les membres du CIO. Edgar Gropiron, par exemple, est allé... en jeans et en baskets remettre le dossier de candidature aux membres du CIO à Lausanne en juin 2009.

LE PUTSCH D’HAVAS SPORTS

16Le 15 décembre 2009, Havas Sports & Entertainment est retenu au terme d’un appel d’offres pour gérer la communication d’Annecy 2018 dont le budget s’élève (à l’époque) à 16 millions €. Alors que sur le papier, l’agence parisienne, filiale d’Euro RSCG, a tout pour plaire, elle se révélera très vite décevante. En réalité, Lucien Boyer, le patron d’Havas Sports, se sert de la candidature pour réaliser ses propres rêves : entrer dans le club très fermé des 10 experts mondialement reconnus en matière olympique. D’entrée, il ne s’entend pas avec J.-C. Killy et Guy Drut. Des tensions naissent entre les Parisiens et les Haut-Savoyards en place depuis des mois. Tout le monde sent la catastrophe arriver, mais personne n’ose parler. Car derrière Euro RSCG se cache Jacques Séguéla, un proche de l’Élysée. À peine nommé, Havas Sports réalise un véritable hold-up : le staff de communication du conseil général est évincé au profit de Parisiens qui n’ont jamais mis un pied en Haute-Savoie. Un exemple des tensions naissantes ? En janvier 2011, Havas Sports met la main sur le fichier de presse constitué par les locaux en quelques jours via une lettre rédigée par un juriste. Lors de la visite de la commission d’évaluation du CIO, Havas Sport signe ses propres commandes. Total de la rallonge : 400 000 €. Au final, l’agence de Lucien Boyer aura touché 1,2 million € pour effectuer des prestations qualifiées d’« indignes » par quelques observateurs. Chantal Jouanno, excédée par cette attitude, siffle la fin de la récréation au printemps.

LES RATÉS DE LA COMMUNICATION

17Je t’aime, moi non plus. C’est un peu l’histoire de la candidature et des médias. Sous l’ère Gropiron, Annecy 2018 essuie de viles critiques à son retour de Vancouver, y compris dans les médias nationaux qui font état de querelles internes et du manque de visibilité sur le plan national. C’est dans la presse également que Jean-Claude Killy fustigera Annecy 2018 à plusieurs reprises. Le règlement de comptes par médias interposés ou le muselage des journalistes : Annecy 2018 aura toujours entretenu un rapport complexe avec la profession. Ainsi en février 2010, une question impertinente d’un journaliste de France Inter aux membres de la commission d’évaluation du CIO lui a valu d’être empêché de tendre son micro aux différents intervenants à la demande expresse de Ch. Beigbeder. La presse locale ? Ch. Beigbeder fait vite savoir que cela ne l’intéresse pas. À son arrivée, une interview est toutefois calée et promesse faite par lui-même qu’il répondra aux questions du quotidien Le Messager/L’Essor Savoyard. Le jour J, après qu’il a reporté le rendez-vous deux fois, il faudra sérieusement se fâcher pour obtenir des réponses – écrites – de sa part. Ce snobisme, ce manque de communication à travers les medias locaux et nationaux (qui ont finalement boudé la candidature ces dernières semaines) coûte certainement aujourd’hui à Annecy 2018 la ferveur populaire qu’elle s’était pourtant acharnée à faire monter.

18Un récent sondage de la radio ODS tombera d’ailleurs comme un couperet : avant le vote du CIO, les anti-J.O étaient devenus majoritaires à Annecy.

LE BAL DES OPPORTUNISTES

19Faire partie de l’aventure Annecy 2018, c’est très tendance et ça peut rapporter gros, sur tous les plans. Financier d’abord. Dès le 19 mars 2008, les propositions commerciales affluent. De son côté, Edgar Grospiron présente un projet de candidature à J.-L. Rigaut, mettant ainsi un pied dans la maison. Philippe Lebeau, chef d’entreprise, déjà supporter du projet Annecy 2014, a su se placer rapidement : grâce à Edgar Gropiron, qui fait de lui son conseiller, puis en devenant le patron de club 2018. Pour cela, il touchera 7 000 € par mois. Ch. Beigbeder a quant à lui des ambitions politiques : il est là pour se faire la main. Annecy 2018 est aussi l’occasion de se faire mousser. Localement cela permet de se faire un nom ou de montrer qu’on est toujours là. Antoine Deneriaz, sera en la matière le grand perdant de la notoriété : la direction de la candidature et un poste au CIO lui échappent en quelques semaines. C’est surtout politiquement qu’Annecy 2018 fait naître les ambitions. J.-L. Rigaut, le maire Nouveau Centre d’Annecy, n’a de cesse de vouloir se mettre en avant. Mais les derniers mois, il traîne le dossier comme un boulet. Les autres élus, à l’instar de Christian Monteil, se sont mis en retrait après avoir joué la carte de la candidature de tous les Haut-Savoyards, et s’être acheté une visibilité en obtenant le soutien de tous les maires du département. Les parlementaires locaux, eux, ont longtemps regretté de ne pas être davantage associés au dossier. Ces dernières semaines, ils ont suivi l’aventure de loin.

20Article du 7 juillet 2011 reproduit avec l’aimable autorisation des auteurs et du journal l’Essor Savoyard (groupe Le Messager).

Auteurs

Géraldine BAEHR, journaliste, L’Essor Savoyard, Annecy.

Samuel THOMAS, rédacteur en chef, groupe Le Messager, Thonon-les-Bains.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search