Version classiqueVersion mobile

Droit et langues étrangères

 | 
Elsa Matzner

Introduction

Elyette Benjamin-Labarthe

Texte intégral

1Le débat est lançé, à l’échelon international, sur la construction d’un espace juridique plurilingue, confirmation implicite du rapprochement de linguistes et de juristes, dans la mesure où « l’abstraction juridique, en dehors de l’action saisie par le droit, n’existe que par la manifestation et la représentation du langage », comme le souligne Dominique Sistach dans une communication liminaire. Pluralisme des langues sous-tendu par le pluralisme des cultures et donc des systèmes juridiques, dont enseignants, chercheurs et praticiens du droit devront tenir compte afin que les démarches à entreprendre constituent une alternative à la menace d’une mondialisation hégémonique. Car celle-ci ne pourrait qu’étendre à toute la planète le système de l’Etat économiquement le plus puissant, entraînant à l’évidence la suprématie de l’anglais et l’affaiblissement des langues dites minoritaires.

2Car si l’espace juridique européen doit tenir compte de la multiplicité des langues, et non, par un effet du darwinisme linguistique, dissimuler la main-mise éventuelle de l’anglais, du français ou de l’espagnol sous l’appellation hypocrite de « langue internationale », ou « langue fédératrice », il devra veiller à ce que ne soient pas éliminées des débats, sinon parfois des cursus universitaires, les langues dites minoritaires ou, plus encore, celles dont les paradigmes fondateurs ne sont pas issus des mentalités occidentales. A ce titre, comme François Féral nous en donne l’exemple, la violence sémantique imposée par une langue dite « de portée internationale», qui peut entraîner à l’extrême un écrasement juridico-culturel, est bien connue des experts-consultants juristes appelés à codifier et compiler le droit informel du tiers-monde, par le biais d’une langue envisagée comme pur outil mécanique, au mépris bien souvent de sa fonction de médiatrice culturelle. Ainsi, dans le travail de traduction du juriste envoyé sur le terrain, la substitution d’une langue transactionnelle unique, qui ne tiendrait pas compte des nuances culturelles véhiculées par les langues autochtones, ferait piteusement l’économie des « magiciens que sont les interprètes africains », manquant « d’écouter leur langue », parce qu’embusqué « derrière le paravent du progrès occidental ».

3Le droit maritime, à cet égard, donne un exemple frappant d’une hégémonie de l’anglais lentement installé à force d’ignorance mutuelle et de crainte justifiée de babélisation du commerce international. Non que l’anglais soit obligatoire, puisqu’il ne fait encore aujourd’hui que l’objet d’une pratique, même si, selon le témoignage d’Alain Dégagé, elle se généralise de plus en plus en raison du fait que « nul ne parle la langue de l’autre ». « Un modus loquendi s’est toutefois accordé sur l’anglais », ce qui pourraît illustrer notre paradigme de départ, selon lequel l'absence de volonté pluraliste mènerait inéluctablement vers une tendance hégémonique.

4Afin de préserver la mosaïque linguistique, l’espace juridique européen à la construction duquel s’associent étroitement les linguistes devra donc apprendre à ordonner le multiple, en combinant l’harmonisation des règles quand elle s’avère nécessaire et possible, à l’acceptation des différences à préserver, sans manquer de tenir compte de la diversité de traditions juridiques nationales dont l'altérité même n’est toutefois pas exempte d’un relent totalitaire. Mais force est d’admettre que toutes les tentatives d’unification hégémonique ayant échoué, il faudra apprendre à respecter les marges nationales d’appréciation, en fonction de la richesse des traditions qui participent des différents systèmes juridiques. Si dès lors, la construction doit nécessairement se faire de façon pluraliste, elle implique le développement du droit comparé, longtemps considéré comme une spécialité purement académique, sinon partiellement dédaignée. A ce titre, le travail récent des comparatistes, dont de nombreux linguistes anglais, allemands, danois, espagnols marocains, catalans, amène souvent des conclusions partielles surprenantes, qui attestent de rapprochements et d’une communauté de pensée, sinon homologie des concepts, lesquels ne sauraient en conséquence être écartés au profit de la conviction brute d’irréductibles différences. Sans doute peut-on avancer qu’une meilleure connaissance des systèmes grâce au sésame des linguistes, montre que, bien souvent, des différences que l’on croyait irréductibles s’avèrent très affaiblies par l’évolution des pratiques contemporaines.

5Les juristes participant au colloque de Perpignan « Droit et Langues étrangères » ont pu en attester, soulignant par leurs échanges comme à travers leurs études de terrain, pour ne citer qu’un exemple probant, combien la vieille opposition entre procédure britannique accusatoire-laissée entre les mains des parties et de leurs avocats, sans intervention active des représentants de l’Etat-, et la procédure continentale inquisitoire-marquée par la double intervention d’un juge d’instruction à la fois enquêteur et juge, et d’un parquet omniprésent dépendant du pouvoir exécutif-, a tendance à s’estomper peu à peu au fil des migrations juridiques, d’emprunts réciproques et échanges de procédés engendrés par les nécessités de l’entraide judiciaire. Andrew Kirsh nous a donné un aperçu de ces aspects contemporains qui font se cotoyer altérité et homologie, quand les différences théoriques sont souvent contredites par des pratiques internationalisées grâce à la médiation de la Communauté Européenne.

6Ainsi juristes et linguistes réunis, quand justement certains intervenants bénéficiaient de la double formation de linguiste et de juriste-participant ainsi du bilinguisme des jeunes élites cosmopolites-, ou encore étaient titulaires d’un double doctorat franco-anglais, hispano-français ou germano-anglais, ont pu confronter les concepts non sans avoir appris à se méfier d’homologies trop faciles. Si un concept peut trompeusement en cacher un autre, les chercheurs réunis se sont attachés, en collaboration, à débusquer d’éventuels errements, en suivant l’évolution de principes jugés immuables jusqu’aux récents projets de loi, pour en évaluer l’« implémentation », pour oser utiliser un néologisme de plus en plus en vogue parmi les jeunes juristes, lequel bien que faisant sourciller l’Académie s’impose peu à peu, insidieusement certes, au-delà de tous les décrets visant à assurer l’étanchéité de la langue nationale. A la naissance contestée de néologismes audacieux doit s’ajouter le volontarisme des états pour qui la tentation fédéraliste n’est pas velléitaire. A telle enseigne on a pu citer le déjà célèbre Corpus Juris présenté à la presse, en 1997, par le Parlement européen et par la Commission, gageure pour certains, mais bel et bien projet concret, en voie d’accomplissement, quand la thématique fédératrice ne cesse d’être débattue dans divers pays européens, soit dans des discussions publiques en Italie, sous l’égide du Ministre de la Justice, plus récemment en Angleterre sous l’égide de la Chambre des Lords, ou en Allemagne, lors de rencontres organisées par des universitaires et des responsables politiques à l’Académie de Droit européen de Trêves.

7Face à la coopération internationale récente, devant les infiltrations osmotiques du Droit, les linguistes réunis autour d’Eisa Matzner, sous l’égide des juristes perpignanais, ne pouvaient que ressentir le besoin de conjuguer leurs efforts et joindre des compétences complémentaires, attestant ainsi de leur capacité à enseigner la langue étrangère dans le cadre du système juridique du pays étranger, tout en étant capables de souligner, pour leurs étudiants, les jalons indispensables à une comparaison avec leur propre pays, donc leur propre culture, en évitant les dérives interprétatives empreintes de culturalisme ou d’ethnocentrisme d’enseignants cantonnés à une seule discipline. Ainsi sans que leurs propos tiennent en rien d’une démarche incantatoire, les participants réunis à Perpignan ont-ils formellement revalorisé une approche comparatiste qui serait une véritable réflexion sur les mentalités et les échanges culturels, loin des schémas classiques plus traditionnels limités à la stricte description. Car en effet, de nombreux manuels, rédigés hermétiquement dans leur propre langue, dans une optique nationale teintée d’insularité, stimulent trop peu la réflexion, en dépit de leur richesse érudite et la profusion des études de cas, manquant ainsi de satisfaire à la collaboration des cultures, thème anthropologique qui sera resté ici le point d’ancrage pendant toute la durée des débats.

8Néanmoins la comparaison ne saurait suffire, l’approche se voulant pluraliste mais également évolutive, adossée au travail des jeunes chercheurs juristes, à l’œuvre, tels les nouveaux honnêtes hommes du XXème siècle, dans les divers pays, à l’écoute des systèmes singuliers, solidement campés sur les passerelles linguistiques, prêts à comprendre et apprendre les différences comme à intégrer tous les changements induits par la collaboration, afin que les étudiants-juristes, cible de leur action pédagogique, aient accès aux développements récents, prémisses d’harmonisation, effets osmotiques déjà mentionnés dont une approche purement historique des divers systèmes juridiques, envisagés comme autant d’entités isolées, aurait pu les tenir écartés. Ainsi le nouveau savoir, dans le domaine du Droit et des Langues étrangères, ne saurait se contenter d’étudier les éléments fractionnés d’une mosaïque au dessin de plus en plus bigarré en raison de l’attachement aux préférences nationales, mais également travailler le domaine déjà souvent mentionné des passerelles, des ponts transculturels, comme nous y incitent, à l’instar de Martine Le Friant, les juristes-experts familiers de la Commission de Bruxelles.

9L’Europe serait ainsi un véritable laboratoire de la mondialisation. Il appartient aux facultés de droit françaises, au-delà de toutes les frilosités, en refusant l’enfermement dans la discipine fondamentale, dans les divers pays, sur les mots, sur le langage, que les spécialistes des diverses langues de l’Europe ont appliqué au Droit, dans un esprit de collaboration, tant au plan théorique que pratique. C’est dans cet esprit que les participants se sont penchés sur la symbolique du mot, la puissance du Verbe qui dit la Loi de manière différente dans les diverses cultures, sur la transposition des concepts juridiques, laquelle requiert non seulement la double compétence de linguiste et de juriste, mais la formation d’équipes complémentaires appelées à travailler dans une confrontation génératrice d’inventivité, à tel point que des équipes novatrices voient le jour. Telle est à l’Université de Perpignan, l’association d’Eric Millard, théoricien du droit, et d’Eisa Matzner, linguiste, attachés actuellement à transposer l’œuvre du théoricien du Droit Alf Ross, avec le sens de l’expérimentation et l’audace de grammairiens-musicologues, tant la partition résiste parfois au déchiffrage.

10Si les transpositions de concepts constituent un travail intellectuel d’envergure, le travail sur le terrain a su couvrir un champ très vaste dont le locus d’application reste principalement l’Afrique, maghrébine ou profonde, d’où plusieurs juristes convertis en linguistes ont ramené des expériences intéressantes au plan de la conjugaison du Droit et de la Langue, comme de l’élaboration de l’un grâce à l’entremise de l’autre. Les compétences ainsi agrégées au cours de ce colloque ont permis d’apprécier le travail du juriste-consultant engagé dans la coopération à l’étranger, contraint presque malgré lui à pratiquer un questionnement de linguiste, à servir de traducteur-interprète parfois improvisé mais lucide, inséré dans le monde socio-économique ou penché sur les textes fondamentaux qu’il conviendra de reconstruire, afin de leur donner une nouvelle congruence dans la langue d’arrivée, non sans encourir le risque, comme cela reste souvent le cas, de trahir les paradigmes culturels d’origine.

11Si dans la pratique de la langue et du droit, les experts consultants ont livré de riches enseignements, la parole a été également donnée aux juristes/linguistes intégrés au fonctionnement des institutions politiques, attachés à analyser les traductions des débats parlementaires bilingues, riches d’observations quant à la valeur épistémique de certaines formules qu’ils se sont attachés à décrypter. Car si le risque est grand de dénaturater de l’intention du législateur, grande aussi sera la nécessité de respecter le subtil dosage de la coercition implicite dans la formule de la langue d’origine, de prendre garde également aux pièges de la traduction simultanée, de ne pas manquer d’apprécier l’immense compétence requise pour ce type de travail dans lequel l’erreur prendrait des proportions tentaculaires, étrangères à l’univers plus insulaire de l’Université. L’analyse du Hansard, recueil bilingue des débats parlementaires canadien, reste à ce titre une étude hautement paradigmatique, riche d’enseignements pour les juristes qui viendraient à penser que les linguistes-grammairiens ne leur sont pas indispensables dans le décodage de la langue, afin qu’émergent les correspondances les plus fidèles à l’intention originelle des textes de loi. A ce titre, la communication de Tony Japy, assortie d’une étude de cas, leur apporterait un formel démenti, par la rigueur de sa démonstration et la subtilité des différences modales qu’elle met à jour.

12Quant aux experts auprès des tribunaux, dont le droit à l’erreur n’est guère toléré, les participants ont pu apprécier leur préoccupation majeure qui consiste, en raison d’une demande grandissante, à voir grossir leurs rangs grâce à l’apport de jeunes recrues adéquatement formées à l’Université, par une double formation de juriste et de linguiste dont les modalités seront âpremment discutées. Car les praticiens souhaitent que les étudiants se voient offrir des cursus universitaires menant à l’interprétariat judiciaire, qui les formera dans la rigueur, par des méthodes pédagogiques et des programmes conçus en fonction de la finalité du travail qui les attend, sans exclure dès le début de leurs études de droit, la nécessaire réflexion comparatiste, le déclic ou la subtilité des correspondances moins évidentes que ne le laissent entendre nombre de lexiques, les nuances qu’entraîne le louvoiement entre l’équivalence, la transposition, la re-création, si ce n’est la note explicative, notionnelle, qui souvent, seule, permettra d’éclairer les juges durant un procès, grâce à l’adéquation de la traduction.

13Enfin l’originalité et le dynamisme de ce colloque n’auraient pas été les mêmes sans la présence et participation de nombreux étudiants, tel Olivier Forestier, qui n’a pas manqué d’évoquer les divers aspects de la problématique des enseignements de langues étrangères dans toutes les facultés de Droit françaises, avec une candeur dont de nombreux enseignants -qu’ils soient juristes ou linguistes- n’ont pu que mettre à son crédit. Sans doute convenait-il de lever le voile sur les hypocrisies ambiantes, soit le discours pieux sur l’ouverture aux langues étrangères dans les cursus juridiques, sur les réalités du saupoudrage des enseignements, comme sur la question épineuse de la crédibilité des enseignements de langues dans certaines facultés de Droit, auprès des tenants des disciplines fondamentales. La réflexion a porté sur les choix à déterminer, dans quelles instances, sous quelle forme, dans quel but, avec quels moyens, selon quels modèles pédagoqiques, dans quel type d’intégration aux cursus, vers quel mode d’évaluation des compétences. Dans tous les cas de figures envisageables, les étudiants gardent en filigrane à l’esprit l’idée de l’option linguistique, matière non-noble, donc non-obligatoire qui s’avère insidieusement devenir un piège à concours apte à départager les étudiants en fin de cursus, après que l’étudiant libre de ses choix a manqué de s’y intéresser, n’y a pas été contraint par le système, ou n’a pas de lui-même, par paresse ou découragement, quelquefois devant la lourdeur du cursus dit fondamental, choisi d’associer à sa formation de juriste une solide compétence linguistique. Ainsi le mobile de l’apprentissage de la langue étrangère devient vite ici utilitariste, forme attardée du bachotage antérieur. Il n’en demeure pas moins le signe, ou le signal, d’une nécessité croissante pour tout étudiant de maîtriser les langues étrangères, dans toutes les disciplines fondamentales, et cela en collusion avec la matière étudiée.

14Il a été également débattu d’un choix entre une éventuelle coopération, institutionnalisée, formalisée, entre linguistes et juristes, ou du travail à façon des uns pour les autres, au gré des besoins isolés. Car un besoin primordial s’impose pour l’avenir, celui de la nécessaire double formation, pour les linguistes de demain affectés dans les facultés de Droit, lequel entraîne la nécessité de mobiliser les « maisons-mères » des UFR de Langues non seulement autour de la nécessité de revaloriser les approches civilisationnistes, mais également autour du besoin d’établir des passerelles entre les différentes UFR de Langues et les facultés de Droit, pour à terme, co-diriger mémoires de maîtrise, DEAs et thèses, entreprise qui suscite ici et là de nombreuses résistances au sein des écoles doctorales pourtant aujourd’hui fédérées. Ainsi les décloisonnements, les passerelles et échanges osmotiques parlés et débattus avec entousiasme durant les deux journées, ne peuvent que contribuer à faire évoluer les disciplines, mises en symbiose frileusement dans un premier temps, vers une véritable coopération, sinon à terme, vers une association où chaque partie trouverait aisément son compte dans le partage des tâches et responsabilités.

15A ce titre, les problèmes soulevés par la formation académique, ou celle acquise sur le terrain, des enseignants recrutés pour pratiquer le type d’enseignement qui réponde aux besoins pré-établis dans chaque UFR de Droit, a pu faire l’objet de débats dont la complexité n’a jamais autorisé de réponse univoque. Si la double formation, l’autochtonie ou le bilinguisme, l’étroite collaboration entre linguiste et juriste-soit en général un profil tout à fait spécifique qui tend à s’écarter des recrutements classiques de l’université par concours d’enseignement ou thèses dévolues aux options littéraires-sont de plus en plus prisés, les formateurs et les instances nationales ne peuvent que tenir compte de l’évolution des besoins que praticiens et étudiants-chercheurs d’emploi ont tenu à souligner. Outre ces besoins liés aux stratégies de formation, les problèmes d’organisation matérielle des cursus, plus souvent absents des débats académiques, ont été âprement débattus, puisque former les étudiants à l’apprentissage des langues étrangères dans une université d’accueil, pour des apprenants dits non-spécialistes, exige des structures d’accueil particulières, une mobilisation administrative spécifique, la constitution de groupes de niveaux, la division en filières divergentes. Il convenait aussi d’évoquer la nécessaire création de centres d’auto-formation multimédia, supports pédagogiques complémentaires, surtout destinés à ceux qui ne peuvent encore recevoir l’enseignement en langue appliquée au Droit, lequel, envisagé avec réalisme, n’a pas vocation de dorloter les balbutiements des linguistes malheureux de l’enseignement secondaire, mais de motiver les recrues déjà dotées de bases solides et d’une maîtrise de la langue étrangère dite comunicationnelle, si l’on accepte d’ajouter au réalisme en question l’élitisme du propos. Tout autre discours, aux dires quasi-unanimes des enseignants, serait hypocrite, et à nouveau, à vocation purement incantatoire.

16Aux nécessités reconnues de former de jeunes juristes compétents en langues étrangères s’ajoute le paramètre nouveau de la venue, chaque année, des étudiants et enseignants-chercheurs étrangers issus des cursus Socrates et Erasmus, lequel n’a pu que stimuler la réflexion, sur le bien-fondé des structures d’accueil des étudiants étrangers, autour des échanges fructueux et la stimulation qu’ils induisent dans l’Université où les langues sont ainsi vécues et non plus seulement apprises, au-delà des certitudes ancrées dans les dictionnaires. Ainsi les doutes ont-ils fusé, pour souligner l’irréductibilité des concepts et le leurre de nombreux lexiques et dictionnaires, et donc la lourde tâche qui attend les concepteurs de nouveaux lexiques et glossaires (un glossaire espagnol/catalan novateur sera présenté durant le colloque) tenus d’accompagner le mot-totalitaire par nature- d’un substrat culturel plus substantiel qui le justifie aux yeux des jeunes transfuges culturels exigeants qui contribuent à augmenter les échanges linguistiques dans nos universités.

17Questionnés via Internet, par les enseignants autochtones, les techniciens de la traduction assistée par ordinateur ont également subi le feu, quand les exemples proposés à l’étude des participants marquent, à l’évidence, les errements des machines sinon le non-sens qu’elles produisent, dans un domaine aussi subtil que la traduction juridique, laquelle ne saurait être assimilée à la traduction technique d’un mode d’emploi ou autres manuels d’utilisation. Aussi le risque de babélisation est-il grand, quand la réflexion humaine ne figure pas au générique. L’exemple ingénieusement utilisé par Mick Howarth en atteste. En effet, le passage d’une langue à l’autre, dans le domaine d’application du droit des affaires, qu’il tire d’un site Internet à point nommé appelé « Babelfish » -soit ce poisson qui nage ou glisse allègrement en eaux linguistiquement troubles, sur une toile babélisée-, qui fournit des traductions par machine, génère un galimatias propre à effarer les sceptiques ou inconditionnels du maintien, coûte que coûte, au risque de sombrer dans l’incommunicabilité, d’une étanchéité des langues ! On voit alors pointer la crainte apocalyptique d’une prévision de babélisation généralisée, par la multiplicité épanouie des langues et des cultures, l’émiettement du Droit qui s’ensuivrait, la profusion jurisprudentielle qui étoufferait ou occulterait tout sens de règles normatives, quand trop de systèmes, de règles, de langues et de cultures mises en synergie risquent d’anéantir la réflexion théorique.

18L’aboutissement de cette tendance serait le maintien d’isolats, dans le sillage d’un excès de profusion linguistique et d’un lacis inextricable de traductions multidirectionnelles, faisant écho à des thèses plus pessimistes, qui voient se profiler la déliquescence du droit normatif et la fin des belles pyramides d’antan. De là les réticences d’une certaine arrière-garde juridique à l’égard de la témérité des linguistes, en raison du danger inhérent à un pluralisme porteur de fragmentation excessive, de relativisme mou, de tolérance molle de toutes les différences ou adaptations. Ces dangers, maintes fois évoqués au cours du colloque, attestent de la lucidité de nombreux conférenciers soucieux d’éviter de plaquer sur les Universités un habit d’Arlequin dont les lambeaux et la bigarrure, en dépit d’un tour résolument post-moderne, nuiraient à la cohérence des savoirs.

19Certes, ces réflexions ont gardé le caractère modeste qu’elles se devaient d’avoir dans un colloque sensé s’intéresser à la praxis, au cours duquel les intervenants et nombreux participants ont sans cesse fait part de leurs difficultés professionnelles, soit dans leurs enseignements, en situation, et non dans l’abolu théorique ou dans les sphères éthérées de l’abstraction, évoquant bien sûr le système juridique mais aussi les rouages, le collectif abstrait mais aussi les préoccupations concrètes formulées par des individus isolés appelés à s’exprimer en toute liberté. Car aucune censure implicite n’a entravé l’expression des doléances d’étudiants à l’égard d’enseignements de langue juridique dénués de technicité, confinés à l’étude aride de lexiques déconnectés de la mouvance des textes ou de l’écho des réalités sociales, envers l’absence souvent de contextes culturels explicatifs, l’immersion brutale ensuite dans la culture d’accueil, sans que le terrain, ou les sédiments de base n’aient été préparés. Les enseignants ont fait face, les praticiens déploré, entériné les lacunes et carences, proposant même des schémas idylliques, solutions idéales visant à optimiser la qualité des enseignements non sans que soit soulignée en retour par des représentants de l'institution, la nécessaire prise en compte des moyens disponibles à confronter aux besoins constatés.

20Quels savoirs, donc quels types d’enseignement dans les diverses années des cursus de Droit, le choix étant ouvert, entre le travail de culture dispensé en langue étrangère, autour de notions thématiques liées aux institutions et au Droit, entre le travail de langue appliquée qui privilégie l’acquisition linguistique, de manière quantitative, grâce à l’apport de lexiques construits autour de l’analyse de textes d’application. Ces diverses approches ont été présentées au cours des débats, certaines quelquefois à l’exclusion d’autres, mais bien souvent dans une optique complémentaire où l’imprégnation par le substrat culturel précède le travail en langue appliquée. Quand aux techniques d’enseignement, il semble que ce soit dessiné un consensus autour de leur nécessaire multiplicité, aucune ne devant être écartée afin de favoriser le plaisir de l’apprentissage, depuis le vieux laboratoire de langues cloisonné jusqu’aux laboratoires multimédias axés sur une convivialité futuriste, en passant par l’exploitation didactisée de documents vidéo liés à la vie institutionnelle ou à la pratique des carrières juridiques, sans exclure études de cas jurisprudentiels ou jeux de rôles. L’idée d’un travail artisanal s’impose à tous, celui de l’apport conjugué et modelé à façon, par une approche civilisationniste revalorisée par l’étude minutieuse des institutions, développée dans la langue étrangère et associée à un support lexical fabriqué à façon, élaboré sur le tas, à partir de l'enseignement dispensé dans les disciplines fondamentales et non manufacturé comme un produit de consommation, ou apporté de l’extérieur.

21Si un ordre du discours peut caractériser l’ordre juridique, il semble donc que le travail du linguiste confronté aux apprenants du droit comporte un ordre diachronique, où le discours notionnel s’impose dans la dimension temporelle des enseignements, primant ainsi sur l’analyse textuelle, ou sur les structure de la langue dont les apprenants avouent volontiers pouvoir faire l’acquisition, ou raviver, par un simple apprentissage multimédia. Il est également entendu que l’apport des dictionnaires ne saurait se substituer à l’histoire culturelle envisagée dans une optique comparatiste, pour privilégier plutôt l’élaboration dynamique de lexiques et glossaires auto-gérés par les étudiants chargés de constituer, ensemble, avec les enseignants-linguistes, une banque de données originale dont ils auront été les instigateurs plutôt que les consommateurs.

22Ainsi les étudiants ont animé une réflexion parfois conflictuelle mais toujours lucide et utile, autour du désaccord entre, d’un côté, les partisans de la langue découpée comme par un entomologiste, dispensée méthodiquement, scientifiquement, par d’ardents et compétents techniciens de laboratoires, ludiquement présentée par des concepteurs de CD-ROMs conviviaux, et de l’autre, les partisans du discours un peu pompeux, sinon passéiste, du diffuseur de culture penché sur le mode magistral, dans l’attachement aux valeurs de l’expression spontanée et de la mystique de l’écoute. Ces discussions ont contribué à animer ces journées, pour interroger l’assistance sur le rôle de l’enseignant-linguiste au sein des facultés de Droit. Par le discours de civilisationniste qu’il dispense, celui-ci trahit-il la méthode d’enseignement des juristes ? Instaure-t-il un autre ordre du discours dans un cénacle où il restera malgré tout le parent pauvre, ou au mieux un enseignant asservi aux maîtres de la discipline fondamentale ? La crainte sous-jacente qui pointe sous certains arguments consiste à voir les linguistes, élevés au rang de maître de conférences ou de professeur, s’écarter de la traditionnelle étude de texte, de l’épluchage grammatical sous forme de TDs d’application qui est trop souvent sensée leur être dévolue, pour à terme se substituer partiellement aux enseignants de la disipline fondamentale-le Droit-, puisqu’ils dispensent, dans la langue d’arrivée, des cours sur le Droit et les institutions de divers pays étrangers. On voit ainsi entrer en concurrence un spécialiste-linguiste-du droit anglais, espagnol ou allemand, et un juriste/comparatiste qui assurerait ses cours dans la langue d’origine, donc en français.

23Certaines universités, pour tenter d’éviter cette inévitable rivalité potentielle entre le spécialiste qui dispense son cours en français dans une optique que l’on suppose comparatiste, et le civilisationniste également féru de comparatisme qui le dispense en anglais, en espagnol ou en allemand, armé de tout l’arsenal pédagoqique du linguiste/civilisationniste-soit exercices d’application, lexique contextuel, rappel historique, traduction, projections, etc...-font régulièrement appel à des juristes étrangers souvent peu animés de préoccupations pédagogiques liées à la compréhension linguistique, quelquefois même marqués, sur le fond, par un soupçon d’ethnocentrisme que certains pourraient juger coupable. La comparaison entre les deux modèles, n’appelle pas de jugement péremptoire sinon une réflexion à mener au sein de chaque établissement pour ordonner les priorités, définir des lignes de partage. Elle pourrait être davantage livrée à l’évaluation des étudiants, dont le jugement, empreint de plus de sagesse qu’on ne pourrait s’y attendre, a bien souvent déjà jaugé les éventuelles carences du discours des spécialistes autochtones non-formés, dans 1'optique du linguiste, à la simplicité rigoureuse de la formulation et à l’accompagnement phonétique, méthodes d’approche du matériau pédagogique plus adaptées à la situation de relative aliénation linguistique des apprenants, dont il convient de ne pas oublier qu’ils lestent des Français confrontés à une langue et à une culture étrangère.

24Il apparaît que ce colloque foisonnant ne se soit pas calqué sur le modèle du fameux casuiste qui aimait dire « J’ai une réponse, qui a une question ? ». En revanche, tout en consolidant les ponts déjà existants entre juristes et linguistes, il a également contribué à enrichir la compréhension mutuelle de linguistes confrontés, chacun dans son propre domaine culturel ou national, à des problèmes étonnament semblables. On ne peut dès lors que souhaiter voir se renouveler, sous l’égide d’Eisa Matzner et de François Paul Blanc, Doyen de la Faculté de Droit, l’expérience perpignanaise novatrice d’une mise en symbiose du Droit et des Langues étrangères.

Auteur

Professeur, Université Montesquieu, Bordeaux IV

© Presses universitaires de Perpignan, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search