Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

2012, 2014, 2018 .espoirs et déception

J.O, La France n’a plus la flamme

Jean-Julien Ezvan

Texte intégral

1Jeux interdits. Berceau des J.O d’hiver, à Chamonix en 1924, patrie du baron Pierre de Coubertin, président du CIO entre 1895 et 1925, la France vit et vénère son passé, mais peine à esquisser un futur olympique. En dépit de multiples candidatures d’été ou d’hiver (Lille 2004, Paris 2000, 2008, 2012, Annecy 2018), elle ne parvient pas à rallumer la flamme éteinte à Albertville en 1992.

2Annecy la rêveuse qui vantait le poids de l’histoire, l’âme et l’amour des montagnes, vient étirer la longue liste des prétendants éconduits. Une histoire sans fin. Élu dernièrement pour l’organisation de l’Euro 2016 de football et de la Ryder Cup 2018 de golf, la France a disparu de la carte olympique après l’organisation des cinq J.O (d’été à Paris en 1900 et 1924, d’hiver à Chamonix en 1924, Grenoble 1968 et Albertville en 1992). Pourquoi est-elle hors Jeux ?

3Les J.O ne sont pas un musée, la vision des cardinaux du CIO (110 membres) est aujourd’hui davantage stratégique, politique et économique, qu’esthétique, nostalgique ou utopique. Plus proche du gigantisme que de l’intime, des retombées que des racines, d’un modernisme échevelé que de l’histoire. Les dernières villes hôtes le rappellent avec force. Ainsi, pour ne parler que des Jeux d’hiver, Salt Lake City en 2002, Turin en 2006, Vancouver en 2010 et Sochi en 2014 se sont succédé. Annecy, écrin sans égal, qui devait faire face à des limites structurelles (parc hôtelier notamment, un critère de poids pour le CIO), se mesurer à la règle non écrite, de l’alternance des continents, mais également composer avec les particularismes locaux, avant de se lancer. Trop tard.

4Désignée aux dépens de Grenoble, Pelvoux et Nice (qui aurait peut-être eu moins de mal à séduire le CIO) en mars 2009 comme représentante tricolore, la ville savoyarde a ensuite dû, comme trop souvent, régler des querelles intestines. Tiraillée entre réticences locales et désir d’exposition internationale. Lors des Jeux olympiques de Vancouver en février 2010, étape essentielle du lobbying, les limites étaient criantes. Les membres du CIO découvraient une candidate timide quand ils connaissaient tout de ses rivales, paradant avec aisance sur la scène. Candidates lancées, posées sur des rails solides, économiques et politiques, quand Annecy se débattait. Changeait de casting, rattrapait par la manche et trop tardivement le « Monsieur Hiver » tricolore, une légende au sein même du CIO, Jean-Claude Killy. Incorrigible France !

5Pyeongchang, la coréenne (finaliste malheureuse pour l’attribution des Jeux d’hiver 2010 et 2014), portait son dossier depuis dix ans : « l’ouverture d’un nouveau marché des sports d’hiver sur le continent asiatique ». En soignant en coulisse les relais, en distillant avec efficacité et force de persuasion, en soignant l’indispensable proximité avec les votants. La cellule dédiée à l’aventure a œuvré sans relâche. En dépit des revers. En France, les acteurs semblent repartir à chaque fois de zéro. Persuadés de leur autorité et de la qualité du dossier avant de redécouvrir l’ampleur de la tâche, les arcanes, l’aspect incontournable du lobbying, des réseaux à tisser, des sphères à infiltrer au niveau international.

6Le débriefing et les leçons des échecs successifs de Paris n’ont ainsi pas assez servi, et Annecy a dû partir de loin. Redécouvrir la géopolitique de l’institution olympique. Mener une course avec handicap promise à l’échec. Or le souhait d’exister sur l’échiquier olympique, de participer à la lutte pour l’élection de la ville hôte des 23e J.O d’hiver en espérant nourrir de bonnes relations pour servir les intérêts français et resurgir un jour dans la course à l’attribution des Jeux d’été, cela ressemble à une chimère.

7Avoir été et être : tout l’enjeu de la famille olympique française. De quoi apprécier les deux événements sportifs planétaires retransmis en mondiovision, qui se déroulent tous les ans dans l’Hexagone : Roland-Garros et le Tour de France...

8Article du 7 juillet 2011 reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur et du Figaro.

Auteur

Jean-Julien EZVAN, journaliste, directeur adjoint du Service Sport, Le Figaro.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search