Version classiqueVersion mobile

L'homme et la forêt en Languedoc-Roussillon

 | 
Michel Noël

Chapitre 9. Forêt et environnement

Texte intégral

1Autrefois, l'espace boisé concernait surtout ceux qui habitaient à proximité. Aujourd'hui, non seulement la forêt est visitée par le plus grand nombre, mais même des forêts tropicales ou équatoriales, où jamais la plupart de nos contemporains ne se rendront, prennent pour eux une grande importance. Le dépérissement des forêts, largement exposé par les médias il y a une dizaine d'années, la déforestation amazonienne souvent évoquée de nos jours deviennent un souci permanent pour ceux qui refusent de voir les végétaux disparaître.

2Or ces végétaux sont fragiles. Une sécheresse, un vent trop fort, mais aussi le feu ravageur ou les pollutions multipliées menacent l'arbre, le blessent ou le tuent. La mort des forêts a été annoncée, elle n'est pas certaine, seulement probable. Et cette possible disparition des arbres-déjà effective en maints endroits-va de pair avec un intérêt toujours plus vif pour la chose boisée. Comme si les dangers qui menacent la forêt la rendaient plus désirable.

Cette correspondance de la terre avec le ciel...

  • 1 J.L. MARTRES. La forêt prise en otage. Aménagement et nature. no 115, 1994, p. 15.

3Utilitaire, la vision de la forêt des communautés rurales qui en avaient besoin pour subsister. Utilitaire, la vision de la forêt de ses propriétaires royaux ou seigneuriaux comme l'a résumé Martres : « Nous avons un peu oublié que la forêt fut pendant tout l'Ancien Régime un enjeu économique et stratégique et, comme tel, un des attributs symboliques de la puissance féodale. Les rois de France veillaient jalousement à la conservation de leurs domaines d'où ils tiraient l'essentiel de leurs ressources »1.

  • 2 AD. P.O. L 896.

4L'administration révolutionnaire n'était pas moins attachée aux ressources forestières, mais elle était consciente également que les forêts avaient des avantages pour les habitants. C'est le sens d'un passage d'une lettre du Ministre de l'Intérieur au Commissaire du Directoire des Pyrénées-Orientales du 23 messidor, an VI : Les bois sont la principale ressource de la marine, des arts et des besoins domestiques. Ils contribuent même beaucoup à la fertilité de la terre, par les influences de l'atmosphère dont ils sont les conducteurs et par la terre végétale formée de leurs dépouilles et de leurs débris. Tel canton se plaint aujourd'hui de maux occasionnés par une trop longue sécheresse, qui autrefois devoit à ses forêts les pluies qui fécondaient son sol, et dont il seroit privé. Le simple cultivateur ignore cette correspondance de la terre avec le ciel. Mais c'est à l'administrateur instruit à l'éclairer sur les moyens qu'on lui offre de trouver dans quelques sacrifices actuels la certitude de bénéfices plus considérables2. Il est intéressant de voir comment on concevait le rôle de la forêt à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd'hui, on parlerait d'un écosystème.

5Il y a peu de temps que l'on considère la forêt comme espace de loisir. Certes, les chasses royales exigeaient des parcours arborés, mais seuls les propriétaires ou leurs invités nobles avaient le privilège d'y pénétrer. Au XIXe siècle, les gens des villes se répandaient dans les massifs proches de leurs habitations. Il faut attendre cependant la grande installation dans les villes des années 1960 consécutive à l'exode rural, puis l'évolution des modes de vie (la "civilisation des loisirs") et les mouvements divers de retour à la nature pour assister à la prise de conscience du rôle nouveau assigné à la forêt. Visitée, fréquentée, menacée, elle prend une place de plus en plus grande dans l'imaginaire des sociétés. On s'identifie à l'arbre, toute atteinte qui lui est faite concerne l'ensemble des individus. S'agit-il d'une crainte irraisonnée ou d'un danger réel ?

Que l'Été ne la brûle, et l'Hiver ne la gèle...

6Ronsard, dans ses Sonnets de 1578, souhaitait déjà que les saisons épargnassent la forêt. Il avait raison de craindre les rigueurs des climats, tant ceux-ci pouvaient altérer la qualité des arbres ou tout simplement les détruire.

7Au cours de l'histoire, les accidents climatiques ont été fréquents. Une étude particulière pourrait seule en répertorier les dégâts.

  • 3 Grand Atlas de la France rurale. La France des forêts et du bois. INRA SCEES. 1989, p. 24.

8Il faut mentionner la sécheresse qui, par le déficit hydrique perturbe la croissance des plantes, et, si elle se prolonge atteint les arbres enracinés sur sol caillouteux ou sableux. D'après l'atlas de la France rurale3, les années sèches nuisant aux forêts ne sont heureusement pas nombreuses, 5 à 6 par siècle seulement. La grande sécheresse la plus récente a eu lieu en 1976.

9Le froid est également redoutable s'il est trop intense, comme par exemple les hivers de 1956 en Provence, gelant les pins d'Alep et les eucalyptus. La résistance au froid détermine l'aire d'extension des arbres.

Résistance au froid

Minimum de températures hivernales occasionnant des dégâts. (Atlas de la France rurale, p. 24)

Pin d'Alep

-6 °C

Pin parasol

-11 °C

Chêne vert

-13 °C

Cyprès

-14 °C

Pin maritime

-20 °C

Sapin

-30 °C

Chêne pédonculé

-30 °C

Chêne rouvre

-30 °C

Hêtre

-30 °C

Épicéa

-38 °C

Pin cembro

-42 °C

10Les grands froids sont susceptibles d'atteindre le bois en profondeur, et produisent alors des défauts diminuant la qualité des produits. C'est le cas des gélivures ou fentes du tronc du chêne, du châtaignier, du sapin. La neige accumulée sur les branches ou à la cime des arbres casse souvent les arbres en montagne.

11Le vent enfin, lorsqu'il souffle en tornade, est la source d'importants dégâts dans certains versants. On se souvient de la tempête de novembre 1982 qui a renversé 12 millions de m3 d'arbres dans le Massif Central. Les essences résineuses, dans les peuplements trop denses, sont les plus vulnérables.

Maladies et parasites des forêts

12Comme tous les végétaux, les arbres rencontrent au cours de leur croissance des périodes où leur existence est remise en cause par des agents pathogènes de toutes sortes et des parasites animaux. H n'est pas possible ici de les répertorier tous, mais il faut en indiquer l'importance sur l'évolution de la forêt.

  • 4 PINON J. FEUGEY L. La graphiose de l’orme. Dossiers de l’environnement de l’INRA. no 7, 1993.

13Les champignons provoquent les maladies de l'arbre les plus fréquentes, mais il existe aussi des bactéries, des virus, d'autres végétaux parasites (lierre, gui). Tout le monde a entendu parler de la maladie de l'orme, invasion des canaux transportant la sève dans le tronc et les branches par un champignon, lui-même véhiculé par un insecte4. On ne voit plus que de rares specimens de cette espèce. Les autres essences sont victimes de nombreuses maladies. Il faut citer l’armilliaire qui entraîne le pourridié se propageant par le sol dans les racines et attaquant et décimant des forêts entières de pins à crochets. Le châtaignier souffre d'un chancre l'Endothia parasitica, provoquant des gonflements de l'écorce et amenant le dessèchement des branches ou même la mort de l'arbre. Le chancre du hêtre détériore l'écorce et favorise l'action d'autres parasites. D'autres parasites fongiques, parmi lesquels l'amadouvier, se répandent dans les forêts de résineux. La propagation de ces champignons est en général peu visible et le dépérissement n'entraîne pas toujours la mort de l'arbre.

14Les parasites animaux viennent souvent "compléter" l'œuvre des maladies. Es peuvent causer d'importants dommages et se développent dans des peuplements de même espèce et dans des périodes sèches. Dans la région, les attaques les plus fréquentes sont celles de la chenille processionnaire du pin, se propageant des jeunes arbres aux forêts adultes. Une foule d'autres insectes s'attaquent aux feuilles, aux écorces, au bois même et peuvent aussi bien privilégier le chêne vert que le chêne-liège, le pin sylvestre que le pin maritime, l'épicéa que le mélèze, le hêtre que le chêne kermès. Cependant, si les variétés de ravageurs sont nombreuses, les dégâts qu'Es provoquent restent limités, sauf dans les jeunes peuplements.

Les "pluies acides" : la mort des forêts ?

  • 5 Actualité Environnement, no 60, 21 mars 1984.

15Les actions conjointes des parasites n'avaient pas inquiété outre mesure les forestiers. Par contre, vers les années 1980, une inquiétude se fit jour concernant la mort des forêts. Il faut revoir les titres de journaux de cette période pour comprendre qu'une véritable inquiétude collective eut cours. La presse parlait d'une « mystérieuse maladie » qui gagnait la France. Un dossier du Secrétariat d'État à l'Environnement et à la Qualité de la Vie5 s'intitulait « Les pluies acides ». Il analysait les causes possibles de la "mort des forêts", demandait la réduction des émissions de dioxyde de soufre parmi d'autres polluants et réclamait une action internationale.

  • 6 D. MARTIN. Les pluies acides attaquent la forêt française. Ça m’intéresse, no 39, mai 1984.

16La même année, le magazine "Ça m'intéresse"6 exposait les avancées du fléau touchant les lacs Scandinaves puis les forêts d'Allemagne et de France. Les arbres à durée de vie longue, sapins, épicéas, mélèzes, sont touchés. Les chiffres fournis par la revue sont effrayants : en 1982, il y a 560.000 ha de forêts atteintes par les émissions d'oxydes transformés en acides ; en 1983, 2,5 millions d'ha, soit presque 5 fois plus en 1 an. La même revue estimait que les spécialistes ne semblaient pas inquiets outre mesure. Elle citait des déclarations d'un responsable forestier : « Depuis l'été 1983, nous observons effectivement des signes inquiétants de dépérissement des sapins et épicéas de la forêt vosgienne. Il serait certes hasardeux de les attribuer uniquement à la pollution atmosphérique. Aucune preuve scientifique ne nous permet de l'affirmer et les fortes températures comme les déficits pluviométriques enregistrés ces dernières années y contribuent également. Mais l'aggravation de la maladie des forêts allemandes nous incite à la vigilance ». Le journaliste précisait enfin qu'une action de lutte -le programme DEFORPA (Dépérissement des forêts dû à la pollution atmosphérique)- était en préparation.

17La maladie des forêts devenait alors le "Dépérissement" et continuait à susciter une abondante littérature. Un dossier réalisé par les forestiers CFDT de Franche-Comté "La mort lente des forêts" tentait de fournir des éléments objectifs en évoquant toutes les causalités possibles, choix sylvicoles, nature des sols, météorologie. Pour les syndicalistes francs-comtois, le facteur le plus important était bien la pollution atmosphérique, et les solutions passaient par sa réduction en réalisant des économies d'énergie.

  • 7 R. CANS. Autopsie de la forêt allemande. Le Monde, jeudi 28 mars 1985. Le Monde de l’économie. For (...)

18Le journal "Le Monde", enfin, publiait en 19857 une série d'articles sur le dépérissement des forêts, en élargissant la question à la disparition de superficies forestières mondiales considérables, due aux cultures itinérantes, à la désertification dans les pays en voie de développement, aux incendies et aux pluies acides dans les pays industrialisés.

19Après la mise en place d'un réseau de placettes d'observation, il s'avéra qu'il existait bien un dépérissement des forêts de l'Est de la France, mais que les causes n'étaient pas aussi tranchées qu'on l'avait affirmé. Selon les responsables forestiers, les facteurs étaient multiples : sécheresse de 1976 et ses répercussions à long terme, déficit de certains sols en éléments nutritifs, dépôt de particules acides favorisant une nécrose des aiguilles et des feuilles sur des arbres déjà affaiblis.

20Les préoccupations des journalistes scientifiques ont sans doute permis de prendre conscience de la vulnérabilité des arbres. À un moment où les valeurs environnementales prenaient tout leur sens face aux menaces de destruction des milieux naturels, l'idée que les forêts pouvaient disparaître devint intolérable. On passa alors d'une vue étroite du problème-le sapin des Vosges, l'épicéa du Jura ou de la Forêt Noire-à des perspectives plus vastes, mais pas toujours fondées, concernant l'effet de serre, l'augmentation de CO2, et donc la déforestation amazonienne apparut comme le dernier danger. Il fallait préserver le "poumon vert".

21La crainte de la mort des forêts s'appliquait surtout aux zones nord européennes proches des centres industriels. Le Midi, largement venté, dégagé de toute fumée d'usine, attirait moins les regards. Car d'autres risques pèsent sur la forêt méditerranéenne, principalement celui de l'incendie.

Les incendies de forêt

  • 8 Texte mis en exergue de la deuxième partie de l’ouvrage EL BOSC. La forêt nord catalane menacée, o (...)

À la mémoire des membres de l'équipage du D.C. 6 abîmé dans le massif des Albères en 1986, victimes de leur devoir mais aussi du laxisme de ceux qui pendant trop d'années ont négligé de prendre les mesures indispensables à la prévention et à l'intervention8.

22La forêt a toujours brûlé, répètent les esprits éclairés, autant pour se rassurer que pour ne pas avouer leur désarroi devant un scénario chaque année renouvelé. Et il est sûr que le principal danger pour la forêt méditerranéenne est celui du feu. Une période aride prolongée sur une végétation déjà sèche, un vent violent soudain, et l'incendie, toujours causé par l'homme, démarre en zone de basse ou moyenne altitude de garrigue ou de broussailles et gagne la forêt.

23Si l'on parle d'incendie de forêt, il faut bien voir de quoi il s'agit. Sur les espaces incendiés chaque année, la plus grande partie concerne, non les futaies, mais les zones de friches, de peuplements épars, d'anciennes terres agricoles abandonnées. On sait que les espaces boisés s'étendent dans la région, on se doute moins qu'à côté des 900.000 ha de formations boisées totales, s'étendent 600.000 ha de landes et de friches représentant ces formations « subforestières » où l'incendie se déclare souvent et se propage avec rapidité. On se trouve donc devant un problème quasi insoluble : à la fois un espace sensible en expansion et toujours plus inflammable potentiellement (en raison soit du vieillissement ou de l'abandon de certaines forêts, soit de la multiplication de la végétation sèche dans les terres agricoles laissées en friches) et à la fois l'investissement de ces mêmes zones par les routes et les constructions et une fréquentation du public toujours plus intense. Il est difficile de croire qu'en ces conditions, le risque pourrait être totalement supprimé.

  • 9 J.P. HETIER. La forêt méditerranéenne face aux incendies. Aménagement et nature, no 115, 1994, p.  (...)

24Il en est de même dans les autres pays méditerranéens, « où les incendies de végétation représentent un phénomène récurrent qu'aucun pays ne parvient actuellement à maîtriser, et les réflexions prospectives accréditent l'hypothèse que cette situation se prolongera au moins pendant quelques décennies, même si les types d'incendies évoluent nettement Au gré des risques météorologiques, on pourra voir se multiplier les "grands" incendies accroissant la menace qui pèse sur les zones urbanisées en forêt »9. Mais avant de porter un jugement sur la manière dont sont "gérés" les incendies dans la région, il faut d'abord en prendre la mesure.

25Les Languedociens et plus encore les Roussillonnais parce que voisins, se souviennent des gigantesques feux de 1994 en Catalogne espagnole. Pour la période 1980-1989, c'est l'Espagne qui arrive en tête des 5 pays méditerranéens, en terme de superficies incendiées : dans ce pays, en moyenne annuelle, 240.000 ha y furent parcourus par le feu, contre 140.000 en Italie, 75.000 au Portugal, 50.000 en Grèce et 38.000 en France.

26C’est le Midi méditerranéen qui subit presque tous les feux français. Les 3/4 des superficies brûlées des années 1980 sont recensées dans cette zone. Les années 1983 et 1986 ont été particulièrement mauvaises, car les feux du Midi ont représenté 90 % des feux français. La figure 27 représente les feux de forêt en 1995, la surface incendiée et la superficie moyenne par feu.

Départements

Nombre

Surface (ha)

Surface moyenne

Aude

29

17

0,59

Gard

101

282

2,79

Hérault

45

330

7,33

Lozère

50

325

6,5

Pyr. Or.

103

180

1,75

27Sur le tableau précédent, le nombre de feux en 1995 est le plus important dans le Gard et les Pyrénées-Orientales, le plus faible en Lozère. La surface moyenne par feu est la plus élevée dans les Pyrénées-Orientales. Il faut éviter cependant de prendre des références sur une seule année. En effet, pour 1989 par exemple, où le feu fut plus destructeur en Languedoc-Roussillon, les chiffres sont bien plus importants et différents selon les départements.

Feux de forêts en 1989. Languedoc-Roussillon.

Départements

Nombre

Surface (ha)

surf. moy. (ha)

Aude

155

2912

18,79

Gard

227

3583

15,78

Hérault

107

1214

11,35

Lozère

84

821

9,77

P.O.

111

2107

18,98

TOTAL L.R.

684

10637

15,55

28D'après le tableau ci-dessus, le Gard avait connu en 1989 le plus grand nombre de feux, mais par contre l'Aude et les Pyrénées-Orientales avaient eu en moyenne la plus grande superficie détruite. Toujours en cette année 1989, la part de forêt détruite par incendies atteignait 1,4 % de la superficie totale des forêts en Languedoc-Roussillon. Cette proportion atteignait 2 % dans les Pyrénées-Orientales, le Gard et l'Aude, pour descendre à 1 % dans l'Hérault et à 0,4 % en Lozère. L'année 1989 a été particulièrement dévastatrice en France puisque le feu a parcouru, au cours de 3.318 incendies, 56.896 ha de superficie boisée, dense ou non, alors que durant les 9 années précédentes (1980 à 1988), la moyenne n'était "que" de 32.316 ha par an.

  • 10 Les incendies de forêts. Revue forestière française, numéro spécial 1990, p. 24.

29Le fichier « Prométhée » mis en place par le centre de lutte du Midi méditerranéen a permis d'étudier 30.484 feux, de 1973 à 1988. Les formations végétales concernées par les incendies sont surtout les maquis et garrigues. L'idée selon laquelle les essences feuillues résistent mieux au feu que les espèces résineuses est infirmée par le relevé des surfaces brûlées par type de végétation, comme le révèle le graphique de la Revue forestière (Fig. 28). Tous les peuplements brûlent, notamment à cause des broussailles qui les accompagnent : « Les statistiques confirment les études en laboratoire faites par l'INRA sur la combustibilité des différentes essences, ainsi que les impressions des pompiers qui luttent dans les grands feux ; c'est en effet les formations feuillues (chênes verts, chênes blancs, chênes kermès) qui, relativement à leur surface, brûlent mieux que les forêts résineuses constituées de pins d'Alep et de pins noirs et surtout de pins pignons et de cèdres »10.

Les feuillus brûlent plus que les résineux

Les feuillus brûlent plus que les résineux

Source : RFF, op. cit., p. 24
figure 28

30L'étude de l'origine des feux de forêts vient également bouleverser bien des idées reçues. Toujours selon le fichier Prométhée, 40 % seulement des départs de feux ont été identifiés par les enquêteurs. Parmi ces causes connues, plus de la moitié (55 %) relèvent d'imprudences, 20 % sont à imputer à des causes accidentelles, 16 % à la malveillance. Mais ce dernier facteur provoque le plus de dégâts puisque les superficies brûlées à la suite d'actes de mise à feu volontaire représentent 37,6 % des superficies sinistrées.

31Si l'on approfondit encore ce qui a pu provoquer les départs de feux, on constate que le plus grand nombre est à imputer aux travaux en forêt et aux travaux agricoles. Les dépôts d'ordures officiels, s'ils sont moins nombreux à causer des incendies, occasionnent souvent des sinistres de plus grande ampleur. D'autres causes sont identifiées, les lignes EDF, les jets de cigarettes depuis les voitures, la foudre et les fumeurs à pied. Il serait judicieux d'ajouter à cette liste les touristes et autres utilisateurs de forêt et de nature à des fins de loisirs, sans oublier les coupables présumés, quand on ne trouve pas les causes. La vindicte populaire pourra accuser alors bergers, chasseurs, pompiers pyromanes, vengeance de telle ou telle catégorie d'habitants ou de saisonniers évincés d'un territoire.

32La question, au-delà des mesures prises pour prévenir ou lutter contre les feux, est bien de s'interroger sur la place que tient la forêt dans les mentalités et les comportements. Trop souvent, l'incendie est vécu comme une fatalité et dans la mesure où ce sont des "broussailles" qui sont consumées, la catastrophe ne prend plus que la taille d'un événement désagréable. Les colonnes de fumées rousses, la ronde des Canadairs n'inquiètent pas plus les vacanciers des plages que les villageois des plaines. Ce qui est détruit reste situé dans un territoire improbable. Pourtant, le soir, devant les images télévisées des arbres et des "broussailles" en feu, chacun trouve son explication et revient celle des moyens insuffisants.

33Bien des solutions ont été proposées quant à la prévention et à l'extinction des feux de forêts ; suffisamment pour que je n'en ajoute pas de nouvelles. Je n'ai pas la compétence pour cela. Toujours plus de landes et de friches aux franges des futaies augmentent les risques d'incendies. Augmenter le nombre des hommes du feu et des véhicules, ouvrir de nouvelles voies d'accès, acheter plus de bombardiers d'eau, créer des réseaux de surveillance plus performants ne résoudra pas le problème, tant que l'on recensera plus d'espaces agricoles abandonnés, plus de constructions en lisière des bois, plus de véhicules pénétrant au cœur des massifs.

34Des actions aussi diverses ne peuvent être entreprises que par un effort collectif volontaire et constant. Certes, des initiatives ont lieu, telles ces recherches visant à élargir les mesures agri-environnementales en faveur de l'élevage de moyenne montagne. Mais que d'autres domaines à explorer pour des chercheurs ! Je n'en citerai que deux, l'éducation, l'information.

35Apprendre l'arbre à l'école, n'est-ce pas déjà former la sensibilité de l'enfant à la fragilité de la végétation ? N'est-ce pas orienter ses attitudes futures lorsqu'il usera, seul on en groupe, de la forêt ?

36Diffuser les images du feu crée une émotion. Insérer dans les programmes télévisés des spots d'information sur le coût d'une heure de vol d'un Canadair, n'est-ce pas passer du sensationnel à la réflexion et inciter à un comportement renouvelé face à l'environnement ?

  • 11 Cette étude en cours est effectuée dans les Pyrénées-Orientales par l’Institut de Recherche Économ (...)

37Tester la sensibilité des individus face à l’environnement, leur demander d'exprimer la valeur qu'ils attribuent au paysage, voilà le thème central d'une étude initiée par le Ministère de l'Environnement et relayée pour partie sur place par l'Université de Perpignan11. On a longtemps utilisé la forêt pour ses produits. Or, la forêt, comme les autres types végétaux d'occupation du sol, est considérée comme un bien naturel fournisseur de services. Ce bien naturel n'est plus entendu comme une simple ressource, mais comme une richesse collective, un patrimoine à protéger et à transmettre. Les usages sociaux de la forêt ne doivent pas aller à l'encontre des autres fonctions, d'abord la production de bois, puis la stabilisation des sols et la régulation des eaux par exemple.

38Définir la forêt comme un bien collectif du présent pour le futur, c'est inciter ses utilisateurs à en user intensément, certes, mais avec discernement II faut encore rappeler que d'après l'enquête citée plus haut, parmi les 12.023 feux dont les causes sont connues, 643, soit 5,4 % sont attribués à la foudre. Mais tous les autres, 94,6 %, sont le résultat de l'action humaine. Il est regrettable de constater la disparition par le feu des espèces animales anciennes, comme la tortue de Hermann. Il est encore plus inacceptable d'admettre que des hommes, en propageant d'une façon ou d'une autre le feu, causent la mort de ceux qui luttent contre lui.

Notes

1 J.L. MARTRES. La forêt prise en otage. Aménagement et nature. no 115, 1994, p. 15.

2 AD. P.O. L 896.

3 Grand Atlas de la France rurale. La France des forêts et du bois. INRA SCEES. 1989, p. 24.

4 PINON J. FEUGEY L. La graphiose de l’orme. Dossiers de l’environnement de l’INRA. no 7, 1993.

5 Actualité Environnement, no 60, 21 mars 1984.

6 D. MARTIN. Les pluies acides attaquent la forêt française. Ça m’intéresse, no 39, mai 1984.

7 R. CANS. Autopsie de la forêt allemande. Le Monde, jeudi 28 mars 1985. Le Monde de l’économie. Forêts : 125.000 kilomètres carrés disparaissent chaque année. Mardi 18 juin 1985.

8 Texte mis en exergue de la deuxième partie de l’ouvrage EL BOSC. La forêt nord catalane menacée, op. cit. p. 99. Je reprends bien entendu ce texte que j’approuve entièrement.

9 J.P. HETIER. La forêt méditerranéenne face aux incendies. Aménagement et nature, no 115, 1994, p. 61.

10 Les incendies de forêts. Revue forestière française, numéro spécial 1990, p. 24.

11 Cette étude en cours est effectuée dans les Pyrénées-Orientales par l’Institut de Recherche Économique de l’Université de Perpignan, en collaboration avec l’Université de Nice et a pour objectif général d’évaluer les mesures agri-environnementales, notamment les aides au pastoralisme de moyenne montagne. D’autres catégories d’usagers sont susceptibles de concourir à la protection de l’environnement et à la défense contre l’incendie. Évaluer leur consentement à payer pour cela revient à affecter une valeur à ces biens d’environnement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Les feuillus brûlent plus que les résineux
Légende Source : RFF, op. cit., p. 24figure 28
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search