Version classiqueVersion mobile

L'homme et la forêt en Languedoc-Roussillon

 | 
Michel Noël

Chapitre 8. La forêt aujourd'hui

Texte intégral

1Quelles superficies, quelles essences, quelle production ? Telles seront les questions traitées dans ce chapitre qui voudrait aborder la forêt régionale dans sa diversité. En effet, la forêt du Languedoc-Roussillon est semblable à celles des autres pays riverains de la Méditerranée mais se différencie des autres régions françaises.

2La végétation arborée appartient à la flore typique de ces pays où règne la sécheresse estivale. La localisation des principales espèces d'arbres peut être faite en fonction de l'altitude et se répartit en trois zones principales :

  • Un étage littoral et de plaine inférieur à 400 m, comprenant les essences telles le chêne-liège, le chêne vert, le chêne Kermès, le pin pignon, le pin d'Alep, le pin maritime.

  • Un étage de basses montagnes situé entre 400 et 800 m où l'on trouve le chêne vert encore, le chêne pubescent, le châtaignier, le pin laricio, le pin noir d'Autriche, le pin sylvestre, le cèdre.

  • Un dernier étage commençant à la limite de la forêt méditerranéenne proprement dite, c'est-à-dire 800 m et au-dessus, abritant surtout le hêtre, le sapin et l'épicéa, le pin à crochets.

3Cette forêt peut concerner des peuplements de grands arbres, futaies et taillis sous futaie, mais aussi des taillis, des boisements lâches, des pelouses arborées en haute montagne, des garrigues.

4La carte des principaux massifs forestiers et des essences dominantes, telle que l'a produite l'Inventaire Forestier National (cf. Fig. 15 ci-dessous) traduit bien les caractéristiques précitées. Avant d'entrer dans le détail des superficies et des essences, remarquons la répartition dans toute la région de la couverture arborée. Chaque département est largement pourvu d'arbres, contrairement à l'opinion courante qui voit dans la forêt méditerranéenne un quasi désert où croissent des arbres malingres et où règnent surtout les broussailles et les épines.

Source : Inventaire Forestier National
fig 15

5Même si cette carte ne reflète pas le détail de la réalité (la couverture végétale est rarement constituée de peuplements homogènes, par exemple, le hêtre cohabite souvent avec le sapin, le chêne vert avec le chêne-liège, et donc les taches colorées devraient être hachurées pour évoquer la présence simultanée de plusieurs espèces), elle est très intéressante car elle rassemble les principales données concernant les massifs. Il faut aussi remarquer que l'unité territoriale est la zone forestière, pouvant dépasser les limites administratives des départements.

6Nous avons donc cette vaste étendue de plaine où sont signalés les pins et autres feuillus méditerranéens en mélange, et surtout le chêne vert, recouvrant de larges superficies des Albères aux garrigues héraultaises et gardoises. Puis les spécifiques taillis de châtaigniers du Vallespir et des Cévennes, les autres feuillus de moyenne montagne, surtout les hêtres et les peuplements mélangés du type hêtraie-sapinière du Pays de Sault, les peuplements de pins lozériens. Enfin, en altitude, 1a montagne pyrénéenne à pins à crochets, localisés en Cerdagne et Capcir, les Hauts Causses lozériens à pin noir, les pessières (épicéas) mélangées de hêtre de 1a Montagne Noire.

SUPERFICIE DES FORÊTS

7Globalement, 900.000 hectares sont boisés, soit 34 % de 1a superficie totale de 1a région, à quoi il faut ajouter 600.000 ha de landes, friches et garrigues. Or cette superficie a beaucoup augmenté depuis le début du siècle, plus que doublé, passant de 400.000 à 900.000 ha, avec des variations importantes selon les départements.

Évolution des superficies boisées

Aude

Enquête 1878

66.012

Enquête Daubrée 1904-1908

77.819

Cadastre 1908

77.026

Cadastre 1948

107.471

Cadastre 1961

111.901

IFN 1969

120.665

IFN 1978

150.352

IFN 1990

180.369

8En un peu plus d'un siècle, les forêts de l'Aude ont été triplées en superficie. La progression a connu trois étapes, la première entre 1908 et 1948, la seconde dans les années 70, la dernière dans les années 80. La forêt de l'Aude représente actuellement 28,4 % de la superficie totale du département.

Gard.

Enquête 1878

128.732

Enquête Daubrée 1904-1908

150.552

Cadastre 1908

139.080

Cadastre 1948

167.810

Cadastre 1961

190.309

IFN 1973

172.870

IFN 1983

171.870

IFN 1992-1993

217.246

  • 1 Les divergences proviennent aussi de la nature des boisements : « Dans un département où plus du qu (...)

9La progression est importante, davantage marquée au début du siècle, puis reprise dans les dernières années. Les régressions constatées en 1908 et 1973 correspondent au passage de deux systèmes de référence. L'enquête Daubrée n'a pas les mêmes résultats que le cadastre, en raison des méthodes de relevé des propriétés. Le passage du cadastre de 1961 à celui de l'inventaire varie également en fonction des techniques de recueil des données, le cadastre se fondant sur les relevés de parcelles, l'inventaire partant des photos aériennes et d'une étude complémentaire de terrain1.

Hérault.

Enquête 1878

85.967

Enquête Daubrée 1904-1908

84.714

Cadastre 1948

117.307

IFN 1974

138.500

IFN 1984

162.310

10Les chiffres de 1908, 1961 et ceux du dernier inventaire font défaut. C'est pourquoi, si l'on se réfère aux autres départements, on peut admettre que la superficie forestière de l'Hérault est actuellement proche de 200.000 ha.

Lozère.

Enquête 1878

62.676

Enquête Daubrée 1904-1908

73.681

Cadastre 1908

63.608

Cadastre 1948

100.516

Cadastre 1961

104.385

IFN 1969

192.275

IFN 1979

206.084

IFN 1992-1993

232.346

11Le quasi doublement en dix ans de la surface boisée n'est pas à affecter à des politiques soudaines de reboisement intensif, même si le rythme des boisements en Lozère a été un peu plus rapide dans la période 1959-1973. La diversité des sources d'inventaire est là encore un obstacle à une statistique comparative sur longue période, mais surtout, il faut retenir que les chiffres du cadastre de 1908, 1948 et 1961 n'incluent pas les châtaigneraies à fruits, recensées dans les terres agricoles.

Pyrénées-Orientales.

Enquête 1878

72.890

Enquête Daubrée 1904-1908

87.797

Cadastre 1908

60.736

Cadastre 1948

86.422

Cadastre 1961

86.996

IFN 1970-1971

94.589

IFN 1980

114.209

IFN 1990

141.359

12Le doublement des surfaces forestières en un siècle est la principale caractéristique de ce département, dont la progression la plus forte a eu lieu dans la dernière décennie (+ 23,7 %). Cette extension récente n'est cependant pas beaucoup plus spectaculaire que celle de 2 autres départements de la région pendant la même période : Gard, 26,9 % ; Aude, 25 %.

Languedoc-Roussillon.

Enquête 1878

416.277

Enquête Daubrée 1904-1908

474.563

Cadastre 1948

579.526

IFN 1970

718.899

IFN 1980

788.733

IFN 1993

933.630

13N'ayant pas tous les chiffres de l'Hérault pour les années de recensement, je n'ai pas donné le total en 1908 et 1961. La somme de 1993 est fournie par l'Inventaire Forestier National, et figure dans le tableau de bord 1995 "Forêt et filière bois en Languedoc-Roussillon" du Ministère de l'Agriculture, Service Régional Forestier, p. 6. La superficie des forêts de la région a donc plus que doublé depuis la fin du XIXe siècle.

Taux de boisement par département. (Superficie forestière/superficie totale département, en %)

Taux de boisement par département. (Superficie forestière/superficie totale département, en %)

14Avec une superficie boisée de 34 %, la région Languedoc-Roussillon vient en 5e position parmi les régions françaises, à égalité avec Rhône-Alpes, et derrière les zones les plus forestières : Franche-Comté, Aquitaine, Lorraine-Alsace, Provence-Côte d'Azur-Corse. Cette masse de forêts ne doit évidemment pas masquer les disparités de densités qu'elle représente et d'abord la variété de la végétation, que l'on peut distinguer par les essences présentes irrégulièrement dans chaque département.

Structures foncières

Structures foncières
  • 2 Centres Régionaux de la Propriété Forestière. Brochure nationale de présentation, 1967-1992, SD, p. (...)

15La région Languedoc-Roussillon compte 242.858 ha de forêts publiques soumises au régime forestier. Parmi elles, 126.199 ha appartiennent à l'État (forêts domaniales) et 116.659 ha aux collectivités (communes et départements). Il reste donc 690.774 ha de forêt privée, représentant 74 % des terrains boisés, soit un peu plus que la moyenne nationale (France : 71 %). Les propriétaires forestiers, au nombre de 164.000, ne possèdent pas tous de grands bois. L'étude des CRPF2 indique que 82.000 propriétaires forestiers de plus d'un hectare possèdent 96 % de la surface de forêt privée : ce sont donc 82.000 autres qui se partagent les 4 % restants, soit une moyenne de 0,33 ha par propriétaire.

LES ESSENCES FORESTIÈRES

Languedoc-Roussillon

Légende. S = Sapin
Ps = Pin sylvestre
Ar = Autres résineux
Hêt = Hêtre
Chât = Châtaignier
Cv = Chêne vert
Af = Autres feuillus

16La répartition des espèces entre feuillus et résineux est en faveur des arbres à feuilles caduques représentant 54 % de l'ensemble des superficies boisées (les résineux occupant 46 %). Or cette répartition a déjà été modifiée entre les deux derniers recensements, puisqu'en 1982, on relevait une part encore plus importante de feuillus, soit 60 %. L'extension des bois de pins, mélèzes, cèdres et autres variétés à aiguilles est sans doute le résultat des reboisements, mais cette évolution pourrait être freinée par de nouvelles tendances à replanter des feuillus sur les terres libérées par l'agriculture, en particulier à la suite des arrachages de vignes.

  • 3 Les forêts ne présentent pas toujours une homogénéité d’essences parfaite. Les peuplements sont fré (...)

17Au plan régional, la diversité des essences3 est grande. Quelques espèces dominent toutefois en Languedoc-Roussillon : chêne vert à égalité de surface avec le pin sylvestre, hêtre et châtaignier, sapin et épicéa. Parmi les autres résineux, on relève toutes les variétés de pins (noir, d'Alep, maritime, laricio, à crochets) et les mélèzes, cèdres, sapins de Douglas. Les autres feuillus comptent la famille des chênes "blancs" soit pédonculés, rouvres ou pubescents, les chênes-lièges ainsi que des essences courantes dans les autres régions : frênes, érables, merisiers, etc.

Aude

Légende. S = Sapin
Ps = Pin sylvestre
Ar = Autres résineux
Hêt = Hêtre
Chât = Châtaignier
Cv = Chêne vert
Af = Autres feuillus

18Chaque département se caractérise par une couverture forestière différente, et l'Aude possède d'exceptionnelles futaies de sapins et d'épicéas qui, ainsi que nous l'apprend l'histoire, ont dû leur développement à la nécessité de commercialiser les bois de marine, dès le XVIIIe siècle. Ces futaies ont peu à peu gagné sur les hêtraies, qui restent encore importantes. Les plantations de chênes verts sont installées dans les collines des Corbières occidentales et orientales ainsi que sur les coteaux du Bas-Cabardès et du Minervois. Pourtant, les autres variétés feuillues occupent des surfaces considérables dans l'Aude, surtout les chênes pubescents du Razès et de la Piège. Il faut encore mentionner les chênes pédonculés, pubescents et rouvres (ces trois essences de chênes sont dites "chênes blancs", et occupaient autrefois de bien plus grandes superficies en Languedoc-Roussillon). Le châtaignier est surtout présent sur le versant sud de la Montagne Noire.

Gard

Légende. S = Sapin
Ps = Pin sylvestre
Ar = Autres résineux
Hêt = Hêtre
Chât = Châtaignier
Cv = Chêne vert
Af = Autres feuillus

19À l'opposé géographique de la région, le Gard offre une végétation que l'on peut qualifier de "méditerranéenne" par la présence du pin maritime (dans la catégorie « autres résineux ») et d'une surface non négligeable de pins d'Alep : 7.000 ha en 1982. Les types de peuplements de ce département sont caractérisés par l'importance des taillis de chênes et de châtaigniers.

20Le chêne vert se trouve bien entendu dans les garrigues, et le châtaignier dans les basses Cévennes, où il servait d'aliment de base aux habitants. Cette essence est d'ailleurs en régression, puisqu'au recensement de 1983, elle représentait 25.550 ha, alors qu'elle ne couvre plus que 22.500 ha en 1993. Les autres feuillus sont surtout des chênes pubescents.

Hérault

Légende. S = Sapin
Ps = Pin sylvestre
Ar = Autres résineux
Hêt = Hêtre
Chât = Châtaignier
Cv = Chêne vert
Af = Autres feuillus

21Les chênes verts occupent une superficie de près de 60.000 ha dans ce département, et se situent bien sûr dans les garrigues et les Avants-monts lodévois. Très recherchés autrefois pour leur écorce, ils sont surtout exploités aujourd'hui en bois de feu. Le châtaignier est aussi présent dans les Avants-monts lodévois et la Montagne Noire. On relève aussi quelques futaies de hêtres en Montagne Noire, dans les Monts Sommail et l’Espinouse. Parmi les autres feuillus, prédominent les chênes dits "blancs", surtout les chênes pubescents. Les résineux de type méditerranéen, comme le pin d'Alep, sont bien représentés et, dans une moindre mesure, les conifères exotiques introduits par l'homme dans les reboisements : pins noirs, laricios et sapins de Douglas. Il faut remarquer enfin que les résineux n'occupent que 17 % de la superficie boisée de l'Hérault.

Lozère

Légende. S = Sapin
Ps = Pin sylvestre
Ar = Autres résineux
Hêt = Hêtre
Chât = Châtaignier
Cv = Chêne vert
Af = Autres feuillus

22Le pin sylvestre est l'essence dominante de Lozère, soit en futaies ou en boisements morcelés. Il occupe 94.000 ha, en Margeride et sur le Causse boisé. Le sapin vient ensuite, composé de rares peuplements relictuels et surtout de plantations, en Margeride et Hautes Cévennes. Le hêtre se situe dans les mêmes régions forestières, soit en futaies, soit en taillis, soit dispersé dans les résineux. Le châtaignier est bien implanté dans les Cévennes, tant en peuplements purs à fruits qu'en taillis et même en futaies. Dans les autres résineux, on peut mentionner le pin noir et tous les autres conifères sélectionnés pour les reboisements. Les autres feuillus se répartissent entre les diverses variétés de chênes blancs, les bouleaux et les arbres poussant habituellement en moyenne altitude comme les frênes, les aulnes et les saules, les merisiers, etc.

Pyrénées-Orientales

Légende. S = Sapin
Ps = Pin sylvestre
Ar = Autres résineux
Hêt = Hêtre
Chât = Châtaignier
Cv = Chêne vert
Af = Autres feuillus

23La répartition résineux-feuillus est presque la même que celle du Gard, 38 % pour les premiers (Gard 37 %), 62 % pour les seconds (Gard 63 %). Dans les Pyrénées-Orientales, les essences sont bien réparties en petites régions caractéristiques. Le chêne vert est l'une des essences principales avec 21.000 ha situés en Bas Vallespir, dans les Aspres et les Albères. Le hêtre et le châtaignier, avec chacun une surface de 10.000 ha, occupent d'autres terrains des Albères et du Vallespir. Mais la seconde espèce par l'étendue est bien le pin à crochets, spécifique des forêts de Capcir et de Cerdagne où il croît en futaies possédées par les communes, gérées par l'ONF. Il faut encore mentionner les taillis et futaies de chênes blancs du Confient et du Vallespir, et ne pas oublier le chêne-liège qui semble retrouver un regain d'intérêt, malgré sa production de liège espacée de 10 à 12 ans.

24Toutes ces essences, soit caractéristiques de la forêt méditerranéenne, soit comparables à d'autres variétés d'arbres françaises, n'ont pas la même histoire, n'ont pas les mêmes utilisations. Certaines revêtent plus que d'autres un aspect symbolique parce que les sociétés les ont intégrées dans leur vie quotidienne ou parce qu'elles sont en quelque sorte l'expression des terroirs qui les ont formées. C'est le cas du châtaignier et du chêne-liège, mais on pourrait en dire autant du chêne vert ou du pin pignon.

Le châtaignier, pain de bois4

  • 4 D’après l’expression de BRUNETON-GOVERNATORI, op. cit.
  • 5 J.R PITTE analyse et rejette beaucoup d’opinions fantaisistes sur la prétendue domination du châtai (...)

25Parce qu'il a nourri des communautés entières pendant des siècles, le châtaignier était considéré comme l'arbre domestique par excellence. Domestique parce qu'apporté par l'homme et diffusé en Méditerranée, il proviendrait d'Arménie où sa présence est attestée à partir du VIe siècle avant J.C. Puis, au 1er siècle avant notre ère, il aurait gagné la Macédoine, l'Italie, puis la Gaule, l'Espagne et la Grande-Bretagne. Cependant, il s'agissait surtout alors de l'arbre cultivé pour ses fruits, l'autre, rejetant de souche et qui forme les taillis actuels serait beaucoup plus ancien, même s'il était bien moins répandu que le chêne autrefois5.

  • 6 P. GUINIER. L’origine et la répartition actuelle du châtaignier. Semaine du Châtaignier. ENGREF, Bu (...)

26Comme l'a noté Guinier, il y a toujours quelque chose d'artificiel dans un peuplement de châtaignier, évident pour les arbres à fruit, probable pour les arbres à bois : « Avec le régime du taillis, qui repose sur le recépage, à intervalles rapprochés, des arbres et leur remplacement par des rejets de souche, le châtaignier semble favorisé ; par contre, il se montre peu capable de s'installer par semis au milieu d'une futaie exploitée à longs intervalles : il est inapte à entrer en concurrence avec les essences feuillues telles que chêne rouvre et hêtre. La répartition du châtaignier nous apparaît comme étant sous la dépendance de l'action humaine : il a besoin pour s'établir, se maintenir et se propager, de l'aide de l'homme »6.

  • 7 « On observe toutes les formes de la sollicitude humaine envers ce précieux arbre. Le souci de prot (...)
  • 8 E. LE ROY LADURIE, op. cit. pp. 174-175.

27Toujours selon le même auteur, le châtaignier existait dans les Cévennes à l'âge du fer, il est indigène dans les collines et basses montagnes à sol siliceux de Provence et du Roussillon, dans les Maures, l'Esterel et les Albères. Et l'extension, aux temps modernes, de cette essence est essentiellement la conséquence de l'action de l'homme qui l'a délibérément installé à proximité de son habitat7. Dès le XVIe siècle, ce long travail de plantation du châtaignier est entrepris pour aboutir à des zones denses de châtaigniers. On plante, écrit Le Roy Ladurie, pour augmenter les anciens taillis : « sur les sols siliceux, le châtaignier s'installe, progresse, aux dépens des herms et des boscs. On plante. La peuplade en 1540-1550 finit à la longue par provoquer la plantade ; l'essor démographique pousse à la mise en valeur des terres froides. Le châtaignier est réparti en grandes masses ; il est totalement absent des plaines et des grandes vallées ; mais au flanc des Cévennes, de part et d'autre d'un axe Alès-Le Vigan il forme en 1552 un bloc sombre et puissant, accroché à la montagne, en contraste violent avec la zone d'absence qui l'environne de toute part. C'est peut-être le seul cas, pour ce Languedoc du XVIe siècle, où l'on puisse parler de monoculture. Plus de 90 % des châtaigniers sont concentrés dans 43 villages (sur 179 communautés) »8.

  • 9 A. SOULIER, op. cit.

28Jusqu'au milieu du XIXe siècle, le châtaignier fut exploité, mais on ne retrouve pas de nombreuses citations le concernant dans les pièces d'archives, hormis dans les Pyrénées-Orientales. Il est resté cantonné dans les mêmes espaces que nous connaissons aujourd'hui. Là où il s'épanouissait, prospérait cette « civilisation du châtaignier » souvent décrite. Ainsi que l'a bien rappelé Soulier9, la sylviculture du châtaignier n'était pas distincte de l'agriculture. C'est ainsi que les opérations de taille, de greffe, de débroussaillage, de ramassage et de dépiquage rythmaient le calendrier agricole. Certaines communes sont presque exclusivement vouées à cette essence. En Lozère, en 1852 : 2.205 ha sur 3.859 à St Germain de Calberte ; 2.263 ha sur 3.139 à Boulbeaux ; 605 ha sur 843 à Galbriac.

29C'est pourtant au milieu du XIXe siècle que commencera le déclin de la châtaigneraie. Soulier montre comment le mûrier prit le relais de "l'arbre à pain", car il offrait la possibilité de revenus plus élevés. Peu à peu, le verger vieillit.

30L'abandon de la châtaigneraie à fruit s'est poursuivi dans les dernières décennies. Dans le Gard, la superficie est passée de 14.750 ha en 1972, à 11.750 ha en 1983 et à 9.450 ha en 1993, soit une diminution de 56 % en 20 ans. Actuellement, la répartition du châtaignier entre les départements est la suivante :

Gard

22.466 ha

Lozère

16.832 ha

Hérault

16.811 ha

Pyrénées-Orientales

10.287 ha

Aude

3.254 ha

31On exploite plutôt les taillis pour la fabrication de piquets de vigne et de tonneaux. En 1847, l'installation d'une usine de tanin à Génolhac consomme beaucoup d'arbres. Les propriétaires abattent les arbres en quantité, parfois les plus jeunes. Et de plus, des maladies touchent cette essence, la rendant impropre pour le bois d'œuvre. En Languedoc-Roussillon, un défaut du bois de châtaignier, nommé « roulure », déprécie fortement cette essence et contribue à faire rejeter en bloc son utilisation par les professionnels.

  • 10 USTL Laboratoire de Mécanique Générale des Milieux Continus, animé par B. THIBAUT.
  • 11 CHANSON B. LEBAN J.M. THIBAUT B. La roulure du châtaignier. Forêt méditerranéenne, t. XI, no 1, jui (...)

32Le stock de bois sur pied, la facilité avec laquelle le châtaignier rejette de souche sont pourtant des atouts positifs, joints à des qualités technologiques indéniables pour certains usages. C'est pourquoi une équipe de l’Université de Montpellier10, à la demande des sylviculteurs et des industriels a entrepris une longue étude sur ce défaut, ses causes, les remèdes possibles. Le décollement du bois sur une partie ou sur l'ensemble de la circonférence de l'arbre caractérise la roulure. Lors du sciage, la planche se fissure le long des fibres ou se fend d'un bout à l'autre, d'où sa dépréciation. L'étude a montré que ce défaut n'était pas préexistant dans l'arbre, mais provenait d'atteintes de toutes sortes (feu, chocs ou tensions lors de l'abattage, action d'animaux, insectes, oiseaux ou autres) provoquant des traumatismes. De plus, certains arbres « ont une cohérence mécanique faible qui les prédispose à l'apparition de roulures, ou recèlent un potentiel interne de déformation11. Autrement dit, le châtaignier est un arbre fragile, présentant à la fois des faiblesses au niveau des parois cellulaires composant le tissu ligneux et soumis à des tensions internes pouvant provoquer la rupture de ces cellules entre deux cernes annuels de croissance. La cause de ces anomalies étant, d'après les auteurs, encore mal identifiée, mais tenant à la fois aux pratiques sylvicoles et aux types de sols forestiers.

Le chêne-liège, écorce de la terre

33Seul de la région, le département des Pyrénées-Orientales possède des peuplements de chênes-liège. En France, on en trouve uniquement dans les Alpes-Maritimes, le Var et, sous des caractéristiques légèrement différentes, sur la côte aquitaine. Cette espèce est propre au pourtour méditerranéen : des essais de culture ont été tentés en Amérique, au Japon, en Russie, mais si les arbres ont poussé, ils n'ont donné que peu de liège.

  • 12 Une ville, une histoire, op. cit.

34Comme le châtaignier a marqué la vie des anciennes communautés, le chêne-liège, sur des terroirs plus restreints, a souvent orienté la vie et l'activité de certains villages, tel celui de Llauro, dont l'histoire a été détaillée dans la très intéressante brochure du collège d'Ille-sur-Têt12. Production végétale unique, puisqu'elle peut être débarrassée de son écorce sans périr. Et cette enveloppe du tronc peut être enlevée une première fois 40 ans environ après la naissance de l'arbre, puis ensuite tous les 10 à 12 ans. C'est le liège qui, une fois bouilli, découpé, façonné, donnera les bouchons d'abord dans sa plus forte épaisseur, puis fournira d'autres produits dérivés avec les déchets.

35En Languedoc-Roussillon, la superficie de la suberaie a augmenté entre les deux inventaires de 1970 et 1980, sans qu'on puisse préciser s'il s'agit d'un gain dû à des replantations, à des remises en état de suberaies enfrichées ou de définitions nouvelles des statistiques. Cette surface passe de 5.000 à 5.840 ha, et aurait surtout gagné dans les Albères. La répartition par régions forestières montre que les Albères et les Aspres possèdent la plus grande partie de la suberaie catalane.

Répartition du chêne-liège dans les Pyrénées-Orientales. (superficie en ha)

Régions forestières

futaie régul. ou irrégul.

futaie et taillis

taillis simple

Total

Pl. Rouss.

110

-

110

220

Aspres

1.220

80

910

2.210

Albères

2.400

140

680

3.220

Vallespir

50

50

-

100

Fenouillède

90

-

-

90

Total P.O.

3.870

270

1700

5.840

36Implanté dans les Albères et les Aspres, le chêne-liège est plus spécialisé que le chêne vert puisque son aire est bien marquée, concentrée à basse altitude sur sol siliceux. La carte de son expansion montre qu'il ne dépasse pas une frange de piémont autour des Albères, les collines de l'Aspres, une mince bande du bas Fenouillède et quelques taches en Vallespir.

Carte de l'aire du chêne-liège dans les P.O.

Carte de l'aire du chêne-liège dans les P.O.

37Les formations boisées sont en majorité de la futaie, pure ou irrégulière, et des taillis, souvent en mauvais état. Ces formations sont essentiellement privées, et très morcelées. L'Inventaire forestier de 1980 donne près de 6.000 ha de chênes-liège, peuplements où cette essence représente plus de 60 % des espèces. Or l'aire subéricole pouvant être exploitée en chêne-liège, après travaux d'amélioration et de replantation s'étend sur 11.000 ha.

38La suberaie catalane est donc potentiellement vaste de 16.000 ha. Mais aujourd'hui seulement 1.500 ha ont été remis en production depuis 1980, ce qui est déjà un résultat positif. Les propriétaires forestiers, les artisans, les industriels du liège, avec l'aide des administrations, ont entrepris cette action d'envergure de réhabilitation de la suberaie catalane. Des objectifs directement sylvicoles étaient visés par cette opération : limiter les risques d'incendie, faciliter la pénétration des massifs, réduire la concurrence nutritionnelle, détruire un milieu propice au développement des parasites du liège. Mais d'autres finalités ont contribué à la réussite de ce projet comme la protection de l'environnement et le maintien d'une activité d'élevage.

L'EXPLOITATION FORESTIÈRE

Production de bois en Languedoc-Roussillon

Production de bois en Languedoc-Roussillon

Source : Tableau de bord 1995

39Cette forêt que l'on dit peu productive n'atteint pas, certes, les volumes récoltés dans les massifs vosgiens ou bourguignons, mais elle permet cependant de livrer des quantités de grumes et de sciages non négligeables.

40La production de bois en Languedoc-Roussillon s'établit à 706.801 m3 de bois rond, c'est-à-dire du bois brut, non transformé. Elle est plus faible qu'en 1965, après avoir connu un maximum en 1991 où elle approchait le million de m3. Sur cette période de 30 ans, les variations de production ont été régulières, avec des cycles d'une dizaine d'années environ, marqués par des années de bonne récolte (1966, 1973-74, 1980-81, 1990-91). Ces fluctuations dans l'exploitation forestière sont difficilement explicables. Elles ont certes partie liée avec la demande de bois, l'approvisionnement international, mais aussi les mises en marché des produits de plantations ou reboisements arrivant à échéance d'éclaircie ou de coupe.

41Sur le graphique d'évolution en types d'utilisation de bois, on peut remarquer la prédominance de l'exploitation de la forêt en bois d'œuvre, en légère hausse sur l'ensemble de la période, mais en nette diminution dans les dernières années : 1991 : 549.780 m3 ; 1992 : 447.765 m3 ; 1993 : 374.994 m3. Cette production concerne les grumes de bois d'œuvre destinées à la scierie, pour être transformées en bois de charpente, menuiserie, etc. Le bois d'œuvre est à 90 % composé de résineux, la part des feuillus diminuant régulièrement depuis 30 ans.

42Le deuxième type de bois exploité est à destination de l'industrie des pâtes à papier, cartons, et d'autres utilisations telle la fabrication de panneaux de particules. Le bois d'industrie est essentiellement du résineux sous forme de petits rondins, approvisionnant les unités de pâte à papier situées à Tarascon et à St Gaudens. La baisse des quantités de ce secteur "Bois de trituration" est liée à la crise de la branche "Pâtes à papier" de 1993. En effet, la baisse est spectaculaire dans la région, où les bois de trituration évoluent ainsi : 1991 : 286.855 m3 ; 1992 : 270.159 m3 ; 1993 : 185.936 m3.

  • 13 D’après le tableau de bord de la Direction Régionale des forêts, 1995, p. 21.

43Enfin, le troisième poste d'exploitation est représenté par le bois de feu et bois pour carbonisation. Plaquettes provenant du déchiquetage des résidus d'élagage, stères de bois de taillis, le bois de feu approvisionne les chaufferies collectives et les foyers individuels. La croissance de ce type d'exploitation est importante puisqu'elle double deux fois et croît encore jusqu'en 1992 (138.767 m3) pour marquer une pause l'année suivante : 1993 : 130.955 m3. Le développement des résidences secondaires et des maisons individuelles, les modes de vie ainsi que les prix des autres sources d'énergie peuvent rendre compte de cette évolution. Il faut aussi noter que l'autoconsommation de bois comme combustible domestique (bois des particuliers, surtout agriculteurs) « est estimée à environ 1 million de et n'est pas comptabilisée dans la récolte »13.

Production de bois par département 1994

Production de bois par département 1994

44Sur le tableau des productions départementales, l'Aude apparaît comme la première productrice de bois, suivie de la Lozère. Ces deux départements assurent 55 % de la production du Languedoc-Roussillon. Le Gard exploite un volume presque identique à celui de l'Hérault ; les Pyrénées-Orientales viennent en dernière position. Comparé à leur superficie, le rendement moyen est encore le plus fort pour l'Aude 1,4 m3/ha, le Gard se plaçant en seconde position, 1 m3 par hectare de forêt. La Lozère ne fournit plus que 0,83 m3/ha, les Pyrénées-Orientales 0,70 et l’Hérault seulement 0,39 m3/ha.

45L'apport de chaque département par catégorie de bois les différencie nettement.

46L'Aude, dans ses forêts résineuses de forte croissance, récolte surtout du bois d'œuvre, 108.073 m3 en 1993, dont 74.858 de sapin et d'épicéa, du bois d'industrie et dans une moindre mesure du bois de feu.

47Le Gard exploite moins de grumes, 20.000 m3 de sapin, 10.000 de pin maritime, très peu de bois de trituration mais beaucoup de bois de feu, surtout du chêne vert tiré des taillis.

48L'Hérault a une production assez modeste de bois d'œuvre, 38.000 m3 de sapin, Douglas, autres conifères. Sa récolte de bois d'industrie est supérieure, 48.164 m3, surtout en résineux mais également en feuillus durs.

49La Lozère se place en tête par sa production de bois d'œuvre, presque totalement constituée de pin sylvestre et de résineux divers. Les résineux de moindre qualité fournissent les usines de trituration.

50Les Pyrénées-Orientales produisent à égalité de volume bois d'œuvre et bois d'industrie. Les grumes résineuses, mais aussi le châtaignier et le hêtre pour le déroulage à destination de la caisserie, alimentent les scieries ou sont destinées à l'exportation : 8.593 m3 commercialisées à l'étranger, soit 22 % du total grumes.

51Pour l'ensemble du Languedoc-Roussillon, on peut se demander si la récolte annuelle correspond à la ressource forestière disponible, autrement dit à l'accroissement du stock de bois sur pied. La comparaison des chiffres d'exploitation, soit 706.801 m3 pour 1993 et ceux de l'accroissement biologique, soit 2.858.311 m3, donne un taux de mobilisation de 24 %. A prendre ces chiffres au pied de la lettre, on pourrait en conclure que la forêt de notre région n'est exploitée qu'au quart de sa richesse. Or il faut tenir compte de la notion de « ressource effectivement exploitable » pour comprendre que toute la matière ligneuse qui s'ajoute chaque année à chaque arbre n'est pas entièrement récoltable. L'accès aux massifs est l'un des obstacles les plus souvent rencontrés, mais d'autres contraintes pèsent sur l'exploitation forestière, qualité des peuplements, particularités de la demande de bois qui ne sont pas toujours en adéquation avec les caractéristiques des coupes possibles, taille trop faible des entreprises d'abattage et de transport, moindre capacité de sciage et de séchage des unités de première transformation.

52La transformation du bois produit est une seconde étape de l'exploitation de la ressource forestière. Or il paraît que dans la région, cette première valorisation est encore peu développée.

Figure 26 - Production de sciages résineux et feuillus, 1994. (Pourcentage de la récolte de grumes sciées dans le département)

Figure 26 - Production de sciages résineux et feuillus, 1994. (Pourcentage de la récolte de grumes sciées dans le département)

53Pour l'ensemble de la région, le volume total de sciages s'établit à 244.134 m3, ce qui représente 35 % des volumes exploités. La Lozère arrive en tête, suivie du Gard. L'Aude, qui exploite un important volume de bois, n'en scie que 22 %. Le faible taux de transformation de l'Hérault va de pair avec sa faible production de grumes ; ce département, par contre, produit 47.308 m3 de sciages tropicaux.

54Si l'on considère le taux relativement peu élevé de mobilisation de la ressource en forêt, ainsi que les petites quantités de sciages produits relativement à la production, il est certain que la forêt régionale pourrait fournir davantage de bois sans porter atteinte au stock de bois sur pied. Bien des obstacles devront encore être franchis pour cela, afin de revaloriser la ressource sylvicole, condition première de son utilisation, comme l'a bien montré Thibaut : « La forêt de la région offre une ressource non négligeable très mal valorisée. Cela signifie qu'il s'agit d'un secteur ouvert, avec des perspectives intéressantes d'expansion et de créations d'emplois, surtout dans l'arrière-pays. Mais la faiblesse actuelle a des raisons profondes qui tiennent à la fois :

  • à l'aspect particulier de la ressource forestière mal connue et pour laquelle les solutions technologiques appropriées n'ont pas été explorées.

  • à la pauvreté des appuis techniques et financiers dont peuvent disposer localement les entreprises de transformation.

    • 14 B. THIBAUT. Valorisation du bois comme matériau dans le Languedoc-Roussillon. Revue de l’Économie M (...)

    à la mauvaise organisation de l'ensemble des circuits d'échange entre les propriétaires forestiers, la première et la seconde transformation, et les utilisateurs finaux »14.

55Le rôle de production de la forêt ne s'arrête pas au bois. En plus de ses fonctions de protection des sols, de régularisation du ruissellement, elle tend à devenir toujours plus un élément irremplaçable de l'environnement humain. Non seulement, elle fait partie du paysage, mais elle est investie par les populations avec tous les risques qui en découlent.

Notes

1 Les divergences proviennent aussi de la nature des boisements : « Dans un département où plus du quart de la superficie des formations boisées de production est occupé par des boisements lâches, des garrigues ou maquis, dont le couvert des essences forestières est toujours incomplet, il n’est pas surprenant que l’estimation de la superficie boisée varie beaucoup en fonction de la manière dont on la définit et des méthodes effectivement utilisées pour évaluer cette superficie ». Résultats globaux de l’inventaire forestier. Département du Gard. p. 103.

2 Centres Régionaux de la Propriété Forestière. Brochure nationale de présentation, 1967-1992, SD, p. 59, CRPF du Languedoc-Roussillon.

3 Les forêts ne présentent pas toujours une homogénéité d’essences parfaite. Les peuplements sont fréquemment mélangés (sapin et hêtre par exemple), c’est pourquoi nous retenons les chiffres des « formations boisées de production » qui correspondent aux « surfaces par essences prépondérantes » et permettent des comparaisons en ce qui concerne les productions.

4 D’après l’expression de BRUNETON-GOVERNATORI, op. cit.

5 J.R PITTE analyse et rejette beaucoup d’opinions fantaisistes sur la prétendue domination du châtaignier dans les forêts gauloises. S’appuyant sur l’analyse des textes et la palynologie, il a reconstitué l’itinéraire probable de la castanéiculture dans l’Antiquité. Selon lui, « l’indigénat du châtaignier est certain dans la plupart des régions où il pousse aujourd’hui, comme en témoignent de nombreuses découvertes de bois, de feuilles et de pollens fossiles. En revanche, sa culture, comme celle de la plupart des arbres fruitiers, s’est propagée du Proche-Orient jusqu’à l’Atlantique sous l’impulsion des Grecs d’abord, puis des Romains ». Le châtaignier en Gaule et dans les provinces voisines, in : Caesarodunum XXI. Le bois et la forêt en Gaule et dans les provinces voisines. 1985, p. 185.

6 P. GUINIER. L’origine et la répartition actuelle du châtaignier. Semaine du Châtaignier. ENGREF, Bulletin technique châtaignier no 3, Nancy, 1950, p. 169.

7 « On observe toutes les formes de la sollicitude humaine envers ce précieux arbre. Le souci de protection apparaît encore pour ces taillis d’origine artificielle destinés à la production d’échalas, piquets, cercles de tonneaux en Alsace, Pyrénées-Orientales, Périgord. C’est l’homme qui, par ses exploitations, lui procure les places vides où il peut s’installer à l’abri d’une concurrence trop dure ; c’est l’homme qui, par les recépages à courts intervalles, funestes au hêtre, tolérés par le chêne mais éminemment favorables au châtaignier, assure sa prééminence. Dans nos pays de vieille civilisation, pour comprendre l’existence et la répartition de n’importe quelle essence, l’action humaine doit être mise en ligne à côté de celle des facteurs naturels ; dans le cas du châtaignier, cette action est de beaucoup prépondérante ». P. GUINIER, op. cit. p. 174.

8 E. LE ROY LADURIE, op. cit. pp. 174-175.

9 A. SOULIER, op. cit.

10 USTL Laboratoire de Mécanique Générale des Milieux Continus, animé par B. THIBAUT.

11 CHANSON B. LEBAN J.M. THIBAUT B. La roulure du châtaignier. Forêt méditerranéenne, t. XI, no 1, juillet 1989, p. 30.

12 Une ville, une histoire, op. cit.

13 D’après le tableau de bord de la Direction Régionale des forêts, 1995, p. 21.

14 B. THIBAUT. Valorisation du bois comme matériau dans le Languedoc-Roussillon. Revue de l’Économie Méridionale, no 119, 1982, p. 64.

Table des illustrations

Légende Source : Inventaire Forestier Nationalfig 15
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Taux de boisement par département. (Superficie forestière/superficie totale département, en %)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Structures foncières
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Légende. S = SapinPs = Pin sylvestreAr = Autres résineuxHêt = HêtreChât = ChâtaignierCv = Chêne vertAf = Autres feuillus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Légende. S = SapinPs = Pin sylvestreAr = Autres résineuxHêt = HêtreChât = ChâtaignierCv = Chêne vertAf = Autres feuillus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Légende. S = SapinPs = Pin sylvestreAr = Autres résineuxHêt = HêtreChât = ChâtaignierCv = Chêne vertAf = Autres feuillus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Légende. S = SapinPs = Pin sylvestreAr = Autres résineuxHêt = HêtreChât = ChâtaignierCv = Chêne vertAf = Autres feuillus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Légende. S = SapinPs = Pin sylvestreAr = Autres résineuxHêt = HêtreChât = ChâtaignierCv = Chêne vertAf = Autres feuillus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Légende. S = SapinPs = Pin sylvestreAr = Autres résineuxHêt = HêtreChât = ChâtaignierCv = Chêne vertAf = Autres feuillus
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte de l'aire du chêne-liège dans les P.O.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Production de bois en Languedoc-Roussillon
Légende Source : Tableau de bord 1995
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Production de bois par département 1994
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 26 - Production de sciages résineux et feuillus, 1994. (Pourcentage de la récolte de grumes sciées dans le département)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5811/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search