Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

2012, 2014, 2018 .espoirs et déception

La roulette russe

Оксана Искандярова

Texte intégral

1Ville du soleil, pays des magnolias ou perle marine, autant d’épithètes pour cette capitale estivale russe qu’on peut lire sur son site officiel. L’agglomération de Sochi s’étend d’une étroite bande de 150 km le long de la Mer Noire.

2Sochi a de tous les temps attiré les touristes Russes en quête de chaleur et de douceur. Les montagnes la protègent des vents et la mer lui apporte sa chaleur. Avec ses six mois de saison estivale, la ville est célèbre pour sa douce saison automnale, appelée « saison de velours ». Sochi n’est pas seulement célèbre pour la beauté de ses plages, c’est aussi un lieu de villégiature idéal pour les amateurs de ski alpin.

3La ville accueille nombre de festivals, concours artistiques, spectacles et concerts tout au long de l’année et c’est en 2014 – soit 34 ans après ceux de Moscou – qu’elle se prépare à accueillir le plus important des événements sportifs – les Jeux olympiques.

LE CHOIX DE SOCHI

4Les grands événements sportifs ont toujours été chers au cœur des Russes. Culturellement, ils ont toujours permis de montrer le bon niveau de nos sportifs au monde occidental. Le souvenir des Jeux de Moscou de 1980 et le sourire du Petit Ours brun demeurent présents dans l’esprit collectif, et contribuent à notre sentiment de fierté pour le pays.

5Que dire donc de l’élection de Sochi comme ville organisatrice des Jeux d’hiver 2014, si ce n’est qu’une nouvelle possibilité nous est offerte pour être au centre de l’attention.

6Sochi a candidaté pour la première fois en 1993 pour l’organisation des Jeux d’hiver 2002 mais n’a même pas atteint la finale. La candidature de Moscou pour les Jeux d’été 2012 a échoué pour manque de garanties. (Gazeta.ru, juillet 2007). Ce n’est que 10 ans plus tard et en tenant compte de ces expériences que les autorités locales ont pris la décision de représenter la ville pour le titre d’organisateur des J.O. Pour finaliser ce projet, une première réunion de travail du comité olympique russe a eu lieu en juillet 2005 dans le village « Krasnaya polyana » (Clairière Rouge). (Российская Газета, juillet 2005)

7C’est en janvier 2007 que Sochi a été un des premiers candidats à présenter son dossier de 500 pages au CIO, comprenant parmi les descriptions du site et de travaux à venir, plus de 550 garanties officielles de la part du gouvernement, des entrepreneurs et des complexes hôteliers. (Вести, janvier 2007). Sept villes-candidates faisaient parti de la compétition : Almaty (Kasakhstan), Borjomi (Géorgie), Salzburg (Autriche), district de Pyeongchang (Corée du Sud), Sofia (Bulgarie), Sochi (Russie) et Jaca (Espagne).

8Au tour final Sochi était concurrencée par Salzburg et Pyeongchang, tous les deux ayant déjà été finalistes contre Vancouver. (Вести, juin 2009). La candidature de Salzburg avait pour avantage un faible coût dû au nombre d’installations déjà existantes ainsi que sa grande qualité écologique. Pyeongchang mettait en avant le motif politique de sa candidature : les Jeux auraient permis un rapprochement des deux Corées sur la base d’une équipe nationale commune. (Русский Newsweek, juillet 2007)

9La candidature de Sochi se distingue par une très grande implication de la classe politique, notamment de Vladimir Poutine, Président à l’époque. Le projet olympique a été inclus dans le programme fédéral du développement de la région pour 2006-2014, une grande aide financière a été apportée par des investisseurs privés. L’investissement total atteindrait 15 milliards de dollars. (Lenta.ru, juin 2007)

10De nombreuses enquêtes d’opinion publique ont également démontré un grand intérêt de la population russe pour l’organisation des J.O. Selon un sondage effectué en 2007, 76 % des Russes en général, et 86 % des habitants de Sochi, se prononçaient pour la tenue des Jeux. Cela peut s’expliquer par les traditions sportives russes, la fierté nationale pour les exploits des sportifs aux compétitions internationales, ainsi que le fait que la Russie n’ait jamais accueilli de Jeux d’hiver. (RIA Novosti, juillet 2007)

11Le choix final a été déterminé à Guatemala-City le 4 juillet 2007. Le clou de la présentation de la candidature russe a été sans doute l’intervention du Président, Vladimir Poutine, en anglais, puis pour terminer, en français, les deux langues officielles des J.O. (Русский Newsweek, juillet 2007)

12La ville de Sochi a accueilli le vote du CIO par un feu d’artifice et un concert de musique. Le lendemain a été déclaré jour férié par le maire de la ville Victor Kolodyajniy. (Regions.ru, juillet 2007)

LE PROJET OLYMPIQUE DE SOCHI

13Après une explosion de joie due à cette nomination, se posent des questions pratiques : la ville est-elle prête à accueillir un événement de telle ampleur ? Oui, mais de grands travaux s’imposent. La construction des objets olympiques, l’aménagement des routes et accès, la mise aux normes européennes des transports en commun, construction des aménagements pour les personnes à mobilité réduite etc. Nombre d’organismes, privés ou publics, ont pris en charge ces chantiers.

14« Olimpstroj », est une compagnie d’État gérée par une loi spécifique qui prévoit notamment l’impossibilité d’une banqueroute dans le cadre d’une organisation non commerciale. Elle est financée par le budget fédéral, la Région de Krasnodar, la ville de Sochi et par les donations privées.

15Les principaux objectifs de « Olimpstroj » sont le choix des investisseurs et des prestataires, ainsi que le financement de la récupération des objets nécessaires en propriété d’État.

16Créée 4 mois après la confirmation de la candidature de Sochi par le CIO, la compagnie s’inscrit pleinement dans le « programme fédéral de développement de Sochi comme station balnéaire de montagne 2006-2014 ». Le budget alloué à ce programme a été initialement fixé à 316,3 Md de roubles (8 Md €), dont plus de la moitié vient du budget fédéral et une grande partie des investisseurs privés.

17Depuis sa création, la compagnie a déjà changé trois fois de président, en passant même par l’ancien maire de Sochi. Ce qui a notamment amené à la réévaluation du budget initial à la hausse (1 Md €). Ce budget complémentaire est surtout destiné à la construction de routes, infrastructures de nettoyage et au rachat de terrains aux particuliers.

18Sur les 13 équipements olympiques, « Olimpstroj » se charge de la construction des 6 suivants : piste de bobsleigh, complexe d’entrainement de saut à ski, center de patinage artistique (12 000 spectateurs), patinoire pour hockey sur glace (12 000 spectateurs), certains éléments du Parc Olympique ainsi que le Stade Central olympique de 40 000 places dont l’achèvement est prévu pour mars 2013. (RossBusinessConsulting, juillet 2010)

19D’autres compagnies se partagent la construction des objets restants : il s’agit entre autres de « Gazprom », « InterRos », « Bazel », « La clairière rouge ». (Grani.ru, 3 avril 2009)

20Les Jeux 2014 promettent d’être les plus « compacts » de l’histoire, situant les objets olympiques à quelques minutes de distance seulement les uns des autres. De plus, les mêmes constructions serviront à accueillir les Jeux paralympiques. (Olimpstroj press center, 12 octobre 2010)

21Selon le modèle désormais en vigueur, les constructions olympiques se répartissent en deux zones géographiques : une zone côtière et une zone en montagne. La zone côtière comprendra le Parc Olympique, qui reliera les stades, la zone de parking et les différentes infrastructures. Toutes les épreuves sur glace seront à distance de marche les unes des autres. Le Parc Olympique pourra accueillir jusqu’à 70 000 personnes. Quant aux infrastructures situées en montagne, il s’agira des complexes dédiés au ski et au biathlon, une piste de bobsleigh, un complexe de saut à ski, un snow-park et un centre pour le ski freestyle. (Sochi2014.com)

22Les Jeux 2014 ont pour slogan « Les portes du futur » et pour les symboliser, les organisateurs ont lancé un vaste concours pour le choix de la mascotte. Dès septembre 2010 et ce pendant 3 mois, toute personne le souhaitant a pu soumettre son projet.

23Huit finalistes ont été sélectionnés par le jury et ont été soumis au vote du public fin février 2011. Suite à ce vote, trois mascottes ont été désignées pour représenter les Jeux des valides (le Léopard, l’Ours polaire et le Lapin blanc) et deux pour les Jeux paralympiques (le Rayon de soleil, et le Flocon de neige).

24Pour l’anecdote, peu de temps avant le vote du public, le Premier Ministre Vladimir Poutine s’est prononcé en faveur du Léopard, et, curieusement, le fauve est arrivé en tête... Resté longtemps favori du concours, le Père Noël a été disqualifié car les organisateurs n’ont pas voulu l’associer à un événement sportif de telle ampleur par crainte de priver l’esprit collectif d’un fort symbole des fêtes de fin d’année. (Sochionline2014.ru, 27 février 2011)

LA MISE EN ŒUVRE

Transports

25La première difficulté concernant les transports est de taille, car il s’agit de l’aéroport de Sochi : « Olimpstroj » et la direction de l’aéroport n’arrivent pas à se mettre d’accord sur son aménagement à l’approche des Jeux.

26« Olimpstroj » exige la construction d’un terminal supplémentaire pour faciliter la gestion d’affluence en période de Jeux. De sont côté, « Bazel Aéro », propriétaire de l’aéroport assure avoir la capacité nécessaire pour accueillir les passagers. D’autant plus que la construction d’un nouveau terminal coûterait entre 1 500 et 2 500 €/m2 et mettrait « Bazel Aéro » dans une situation financière difficile. (Sochi-24.ru, 23 juin 2011)

27Les transports en commun de Sochi nécessitent également un bon « coup de jeune ». Le parc vieillissant de Sochi sera remplacé par des bus avec un niveau de confort dit « européen » dès 2011. La possibilité de paiement de trajet dans le bus par carte bancaire est également prévue. Pour ne rien laisser au hasard, on demandera aux conducteurs de bus la connaissance de l’anglais, et les arrêts seront annoncés en deux langues : russe et anglais. (Sochi.com, 2 août 2011). La question du renouvellement de ce parc a longtemps piétiné pour des raisons financières. Finalement, le Conseil municipal de Sochi à la session du mois d’avril 2011, a pris la décision de prise en charge de ce renouvellement sur le budget de la ville. (r93.ru, 12 avril 2011)

28Ceux qui voudraient éviter les transports en commun, vont certainement rencontrer des difficultés pour stationner en ville ou à proximité des installations olympiques. Pour anticiper ce problème, l’administration de la ville prévoit la construction de 45 nouveaux parkings : huit seulement pourront être financés sur le budget des Jeux, pour le reste, la ville a fait appel aux investisseurs privés. (isochi.ru, 3 août 2011)

29Un autre moyen de transport est prévu pour faciliter les déplacements lors des Jeux : le train électrique. La compagnie des Transports ferroviaires Russe et la compagnie Siemens ont signé en 2009 un accord pour la construction et la livraison d’un train électrique à compter de fin 2011. (Goudok.ru, 7 juillet 2010)

30Tous ces travaux de rénovation du réseau des transports ont été, comme souvent en Russie, entachés par des rumeurs de corruption. Certains critiques soulignent notamment que le coût de remise en état des routes à Sochi est plus de deux fois supérieur aux travaux du même genre aux États-Unis... (Béton. ru, 27 juillet 2010)

Handicap

31Pour représenter les valeurs paralympiques pour les Jeux 2014, le statut d’ambassadeur a été attribué à la championne de natation sur 100 m brasse aux Jeux Paralympiques de Pékin, Olessia Vladykina. Selon le président du comité d’organisation, le courage, la force mentale et la vivacité de Mlle Vladykina contribueront à porter les valeurs paralympiques dans le cœur de tous les russes. (RIA Novosti, 20 mars 2010)

32Malheureusement Sochi a encore beaucoup d’efforts à faire en termes d’accessibilité pour les personnes handicapées. Cela a été démontré par un test effectué en avril 2010 par le représentant d’un fond de réhabilitation médicosociale Alexandre Sobko, handicapé moteur depuis 20 ans, accompagné pour l’occasion par un architecte de l’administration de Sochi.

33Le parcours d’environ 2 km de la gare principale à la plage « Riviera » a pris deux heures. De plus certains passages ont nécessité l’aide d’un assistant.

34La mairie de Sochi assure que cette expérience servira de point de départ pour les futurs aménagements urbains. En attendant, selon le Comité olympique international, l’ensemble des infrastructures olympiques doit être totalement accessible aux personnes en mobilité réduite. Sochi a donc encore deux ou trois ans pour devenir une ville exemplaire en la matière. (Rossijskaya Gazeta, 19 avril 2010).

Écologie

35La compagnie d’État « Olimpstroj » a annoncé la fin de l’élaboration du « standard vert » qui établit les exigences en terme d’efficacité écologique et énergétique, de sauvegarde des ressources naturelles et de l’utilisation rationnelle de ces ressources lors de la conception, la construction et l’exploitation des infrastructures olympiques. À la base de ce standard – BREEM International et LEED – les standards internationaux réputés pour leur rigueur. Ainsi la Russie dispose de son premier standard de certification spécialement adapté aux constructions olympiques qui répertorie les objets soumis au contrôle, les critères de leur notation, ainsi que les organismes et les règles de certification. (Российская Газета, 14/05/2010)

36Cette initiative donne suite à la collaboration mise en place en 2008 entre WWF et « Olimpstroj ». Néanmoins cette mesure semble encore largement insuffisante aux yeux des représentants russes de WWF.

37« Quand Sochi a été choisie pour accueillir les J.O malgré les avis des écologistes, nous avons décidé de coopérer avec les organisateurs pour minimiser l’impact sur la nature, mais toutes nos recommandations sont restées lettre morte », a déclaré Igor Tchestine, directeur de WWF Russie à « Московский Комсомолец » le 17/02/2010. Toutefois M. Tchestine n’en tient pas rigueur aux membres de « Olimpstroj », qui selon lui n’ont pas les pouvoirs de décision suffisants dans un système où le seul critère de choix des prestataires est le prix.

38Deux programmes ont été proposés par WWF en termes de compensation pour les dommages causés à la nature. D’une part un programme de réhabilitation des léopards, qui a déjà été mis en place ; d’autre part, celui de la réserve naturelle d’Outriche, abandonné par les organisateurs.

39Le manque d’écoute de la part des organisateurs a amené WWF à arrêter sa collaboration avec « Olimpstroij » en novembre 2009 pour privilégier l’information sur ces dysfonctionnements auprès de la communauté internationale, notamment via BBC en février et CBS en mars 2010.

40Les arrestations par les Services de sécurité intérieurs en octobre 2009 d’activistes écologistes de WWF qui effectuaient une inspection sur les chantiers des sites olympiques n’arrangent rien aux relations de WWF avec les organisateurs des Jeux.

Grogne des riverains

41Autre motif de mécontentement pour les riverains – les « expulsions » des habitants de la Vallée Imérétine et alentours – ont donné lieu à de nombreuses manifestations.

42En juin 2011 les familles menacées d’expulsion ont manifesté devant la mairie de Sochi avec leurs enfants dans les bras et les slogans « Bonjour l’Olympiade ! Adieu la maison ! ». Certains d’entre eux ont été privés de leur logement pour un prix dérisoire, d’autres, dont les logements ont été rapidement déclarés en constructions non autorisées, se retrouvent à la rue.

43Même dans les quartiers où les logements ne sont pas menacés, les habitants se plaignent de nombreuses nuisances causées par les chantiers des Jeux : bruit nuit et jour, nombreuses coupures d’eau et d’électricité. (Каспаров.ru, 28 juin 2011)

Sécurité

44Selon les informations du site « Gruziya Online », de juillet 2010 la Géorgie fera tout son possible pour faire échouer les Jeux de Sochi. Après l’agression russe subie par le pays, ce serait une question prioritaire d’après le représentant du comité parlementaire Akakij Minashvili (Olymps.ru). Les Tcherkesses veulent en profiter pour faire reconnaître le génocide de 1863. (Kommersant-Vlast, Moscou, août 2011). De son côté le gouvernement russe a annoncé la signature du décret présidentiel visant à mettre en œuvre les moyens de sécurité renforcés pour la période du 7 janvier au 16 avril 2014. Le vice premier ministre russe, en charge de ces actions, a précisé que cette décision n’a pas un caractère extraordinaire, ni particulier à la Russie. « Les menaces pour la sécurité lors de grandes manifestations sont les mêmes quel que soit le pays organisateur et les moyens mis en œuvre sont donc sensiblement semblables aux autres pays ». (Российская Газета, 17 mai 2010).

CONCLUSION

45Les Jeux de Sochi devraient coûter entre 12 à 15 milliards $, soit 3 à 4 fois plus que pour Salt Lake City, Turin ou Vancouver. Les organisateurs des Jeux expliquent ces montants élevés par le fait que tout était à construire à Sochi, non seulement les équipements et villages olympiques, mais aussi les routes, les chemins de fer et même une piste d’atterrissage. Une cinquantaine d’hôtels sont en cours de construction autour des deux zones olympiques. Il faut également assurer l’alimentation en énergie de cette nouvelle ville.

46Les critiques donnent trois autres explications : la corruption, l’absence de concurrence et de technologie.

47Espérons, comme le promet l’exemple de Barcelone, que les Jeux de Sochi apporteront un nouveau souffle touristique sur cette région. Dans ce cas-là, ces nombreux investissements serviront même après l’événement. La plupart des objets sportifs, devraient être utilisés par la suite comme centres d’entrainements, lieux de concerts ou d’expositions.

48La participation de Sochi aux Jeux olympiques de 2014 devrait non seulement attirer l’attention du monde sur cette ville le temps de l’événement, mais aussi celle du gouvernement russe qui promet d’accorder un budget complémentaire pour le développement du tourisme dans le Caucase russe.

Fierté nationale : le Palais des Sports de Temnikov (7 000 habitants), à 1 500 km de Sochi, salue les J.O de 2014.

49Cet article se fonde sur les informations transmises par des médias russes, telles que « Российская Газета » (« Rossijskaya Gazeta »), journal officiel quotidien du gouvernement russe ; « Московский Комсомолец » (« Moskovskii komsomolets »), ancien quotidien soviétique, repris en gestion privée après les évènements dès 1991 et « Вести » (« Vesti »), chaîne d’information publique, ainsi que de nombreux sites et blogs consacrés aux Jeux de 2014.

Table des illustrations

Légende Fierté nationale : le Palais des Sports de Temnikov (7 000 habitants), à 1 500 km de Sochi, salue les J.O de 2014.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search