Version classiqueVersion mobile

L'homme et la forêt en Languedoc-Roussillon

 | 
Michel Noël

Chapitre 7. Les reboisements

Texte intégral

1Lutter contre les dévastations n'a pas été la seule activité de l'administration forestière. En même temps qu'elle gérait l'exploitation des domaines boisés, elle préservait des espaces destinés à être réensemencés naturellement. Pourtant, la réglementation de l'Ancien Régime était surtout destinée à contenir les défrichements ou à restreindre les coupes de bois, plutôt qu'à reconstituer la forêt par replantation.

  • 1 B. SA1LLET. La restauration et la conservation des terrains en montagne. In : La forêt dans l’espa (...)

2En montagne, les communautés seront surtout attachées à aménager leur terroir : « En France, dans les Alpes et les Pyrénées, les chroniques du 16e et 17e siècles relatent les dispositifs adoptés pour l'organisation de la vie rurale. Localisation des villages, cultures en terrasses, digues de protection contre les torrents, préservation des forêts, gestion collective des pâturages d'altitude, création et entretien en commun des chemins et sentiers, des canaux d'irrigation ou des réseaux de drainage résultaient de "règlements" écrits ou plus simplement d'un profond consensus, d'une culture, d'une civilisation montagnarde1. » Des opérations ponctuelles eurent lieu, comme ce repeuplement de 3.000 arpents de terres vagues dans la forêt de Rouvray, en Normandie, par le Grand Maître Pecquet, en 1759. Il s'agissait de planter des bouleaux, puis de semer des glands, des châtaignes, des graines de pins.

3En Languedoc, la politique forestière des États, non seulement est orientée vers les mesures de limitation d'usage des bois : défense d'élever des chèvres, déplacement des verreries, interdiction d'arrachages d'arbres, mais encore vise à restaurer le patrimoine forestier par une action de protection et de conservation des bois existants. En 1725, Teissèdre classe les communes en 5 catégories :

* Communautés ayant des bois à conserver : 15 = 5.406 arpents
* Communautés susceptibles de semis : 12 = 1.275 arpents
* Communautés susceptibles de plantation : 11 = 254.000 arbres
* Communautés à garrigues, sans possibilité de réserve : 52 = 44.079 arpents
* Communautés sans garrigues, ni bois, ni vacants : 50 = 30.000 ovins, 5.000 caprins, droits d'usage dans les bois du roi.

4La tentative de reboisement de Teissèdre était une idée neuve qui se heurta à des difficultés, en particulier le manque de fonds, l'absence de motivation sur le terrain et d'appui technique. Son idée fut reprise en 1784, pour prévenir la disette de bois, mais ne fut pas appliquée.

  • 2 AD 66. L 897.

5On commença à voir apparaître un souci de remédier aux déforestations après les troubles des premières années révolutionnaires. Ainsi, un arrêté de l'administration des Pyrénées-Orientales du 12 Messidor an II (30 juin 1794), intitulé "Sur la suppression des moulins à scier et autres mesures de protection" décida dans son article XII : À la diligence de l'agent national du District de Prades, les bornes de la Matte seront rétablies suivant les derniers arpentages et plans de ladite forêt et les terres qui en ont été défrichées seront de nouveau et de suite semées en bois2.

  • 3 AD 66. L 896.

6On peut se demander quelle fut la réaction du commissaire du Directoire des Pyrénées-Orientales lorsqu'il reçut la lettre du ministre de l'Intérieur, datée du 23 Messidor, an VI (11 juillet 1798), lui indiquant par le menu tous les endroits où il pourrait encourager les plantations, non seulement en forêt, mais partout ailleurs : Citoyen, je vois avec une véritable satisfaction par votre lettre du 9 de ce mois et par la copie de votre réquisitoire du 27 prairial dernier que vous connaissez les besoins de votre département, que vous vous occupez efficacement de concert avec l'administration d'arrêter les dévastations des bois et de multiplier les plantations. Je vous invite à exiger des administrateurs secondaires qu'ils mettent toute leur vigilance à la répression des délits forestiers, et toute leur sollicitude à couvrir d'arbres tous les emplacements vides et tous les lieux qui en sont susceptibles. Il est peu de communes qui n'ait une petite place publique, quelque chemin vicinal qui lui sert de promenade, quelque terrein qui est regardé comme stérile. Exigez que la place ait autant d'arbres qu'elle peut en contenir sans nuire à la clarté et à la salubrité des habitations, que le chemin soit bordé d'un ou de plusieurs rangs d'arbres, que le terrein sterile soit planté en grands végétaux qui croissent au sein des sables les plus arides3.

7Il n'est pas possible de dire que le reboisement ne date que de la fin du XIXe siècle, puisque le budget de l'administration forestière de 1817 comprenait une ligne "Semis, plantations et améliorations" qui atteignait 80.000 F sur un total de 3.708.100 F, soit 2,15 %, ce qui n'est pas négligeable. Pourtant, c'est vraiment avec les lois de 1860 et 1881 que l'effort de reconstitution de la forêt de montagne sera entrepris et poursuivi jusqu'à nos jours, avec, certes, des baisses de régime et des temps forts. Dans les départements méridionaux, des terres ingrates ont été plantées en pin noir d'Autriche, pin laricio, pin sylvestre, pin à crochets, cèdre, mélèze, sapin et feuillus divers. D était urgent de se préoccuper de la situation de certains massifs. L'Aigoual, par exemple, qui avait 14.000 ha de forêts au XVIIe siècle, n'en comptait plus que 2.200 en 1850, dont 20 % encore en hêtraie dégradée.

Reboisements en Lozère

  • 4 Archives privées, citées par SABOULIN-BOLLENA

8En Lozère, c'est le bassin du Lot qui est reforesté, puis l'Aigoual. L'influence de la Société d'Agriculture de Lozère s'avéra prépondérante pour la reforestation, dès le début du XIXe siècle. Mais auparavant, en 1717, on faisait planter des arbres au bord des chemins. En 1774, dans la vallée du Lot, le bail passé entre un seigneur et son fermier prévoyait que ce dernier fera planter chaque année mille arbres de toute espèce tant fruitiers qu'autres, qui lui seront délivrés par ledit seigneur4. Ces efforts n'ont pas suffi, si toutefois les conditions du bail ont été respectées, car la carte de Cassini, datant de la fin du XVIIIe siècle, révèle que le déboisement des versants de la vallée du Lot est presque total. Donc, en 1821, la Société d'Agriculture reçut du gouvernement des graines de pin laricio de Corse et s'employa à les diffuser, persuadée que cette essence était excellente pour la charpente, ne craignant pas les gelées et d'un rapport intéressant (100 F/an/arpent au bout de 30 à 40 ans).

9Ce n'est pourtant qu'après la loi de 1860 que commencera vraiment le long travail de reconstitution de la forêt lozérienne, d'abord avec les encouragements de la Société d'Agriculture pour les reboisements privés, puis sous l'action constante et efficace de l'administration forestière.

  • 5 Bulletin de la Société d’Agriculture de Lozère. T XXVI, 1875, p. 340.

10Les dispositions de la Société d'Agriculture sont nettes : elle offre de l'argent et des ouvrages de sylviculture pout tout reboisement et plantations de bordure. C'est ainsi que des récompenses sont accordées, dans la séance du 4 novembre 1875 « à Mr Caupert Auguste, propriétaire à Mende, une prime de 40 francs pour travaux divers de plantations d'arbres de haute tige et reboisement d'un terrain en pente ». Un autre reboisement privé est cité en exemple par le bulletin de la Société : « Sur 26 ha 83 ares, les limites des propriétés appartenant à M. Bardon sont complantées d'arbres de diverses essences. Le frêne, l'orme, le noyer, le châtaignier sur terrains schisteux. Dans le pré des Landes, les rivages occupés par des peupliers, des saules, des aulnes, des frênes et élagués avec soin forment une défense contre l'empiètement des eaux et donnent un revenu par l'émondage triennal »5.

  • 6 Id. p. 346.

11La visite d'un rapporteur sur les plantations de Mr Caupert, fait état de reboisement en noyers, frênes, sycomores, aliziers. Un autre rapport décrit les travaux de reforestation menés par Mr Saix : « Dans le courant de mars 1863, Mr Saix a ensemencé à la volée, sans aucune préparation du terrain, en graine de pin sylvestre qui lui a été fournie gratuitement par l'administration forestière, une étendue de 6 ha 7 ares, sur le versant méridional de la montagne du Bougès, aux lieux dits la Lèche, commune de Cassagnas. Le terrain est schisteux, peu profond, de mauvaise qualité et n'avait jamais produit que quelques chétives broussailles. Il est à une altitude de 1.100 mètres environ, et présente des pentes très rapides et escarpées. Le semis a parfaitement réussi, sauf sur quelques points où le terrain n'a presque pas de profondeur, et où l'on reconnaît facilement l'influence de l'excessive sécheresse de l'été de 1863 ; les arbres sont d'une belle venue, convenablement espacés et atteignent en moyenne une hauteur de cinq mètres ; ils n'ont pas encore été élagués. Ce résultat présente une certaine importance, au point de vue des terrains dénudés et à pente rapide qui dominent la vallée de la Mimente »6.

  • 7 A. SOULIER. Le rôle de la révolution industrielle dans la réorganisation de l’espace languedocien.(...)

12L'administration soutient ces efforts, et l'arrivée de Georges Fabre va intensifier les reboisements. Avec Charles Flahaut, directeur de l'Institut de botanique de Montpellier, il développe une campagne de sensibilisation : « les lieux les plus reculés sont visités, sociétés savantes, maires et instituteurs sollicités. On intéresse les populations locales aux plantations. Près de Mende, le chemin emprunté par les ouvriers partis planter des pins s'appelle toujours le "chemin des chômeurs". Dans l'Aigoual, entre 1875 et 1908, deux millions de francs-or sont versés aux habitants sous forme de salaire. Simultanément, des objectifs plus ambitieux sont définis. Il s'agit, à terme, de développer la production ligneuse et même de définir une organisation où les activités forestières cohabitent en harmonie avec les activités agricoles »7.

  • 8 A. DURAND-TULLOU. Problèmes passés et actuels du reboisement des Causses. Causses et Cévennes, no  (...)

13Certes, cette activité de reboisement n'allait pas toujours de pair avec l'activité agricole et le pastoralisme puisque les terres ensemencées ou replantées devaient être soustraites plusieurs années aux parcours du bétail. De nombreux conflits locaux eurent lieu, opposant les paysans aux propriétaires forestiers ou à l'administration. Durand-Tullou mentionne qu'en 1868, à Blandas, le garde forestier Valat fut accosté par 8 personnes le prévenant que s'il persiste dans son intention de boiser les terrains communaux, toute la population viendra y mettre fin à coups de pierres »8. Pour éviter ces affrontements, les forestiers prirent garde de ne pas inclure trop de terres communes dans les périmètres de reboisement. C'est ainsi que le sous-inspecteur Pessard, supervisant en 1865 la création de deux de ces périmètres de 2.800 ha au total, eut soin de n'y inclure qu'une partie des terrains communaux, prévoyant de ménager des ressources aux habitants en leur laissant des terrains de parcours.

  • 9 A FLAUGERE. Le massif de l’Aigoual. Cité par R. LARRERE et alii. La RTM de 1882 à 1913. L’Aigoual (...)

14Il faut rappeler l'œuvre de Fabre en ce qu'elle a eu d'original, car ce forestier ne s'est pas contenté de supprimer, par le reboisement, les risques inhérents au défrichement, il envisagea une action préventive à long terme. Il était persuadé que la restauration forestière des hautes Cévennes ne pouvait se faire efficacement qu'en couvrant toutes les pentes ravinées d'un manteau forestier continu, et pas uniquement en aménageant les seuls endroits menacés d'éboulements, de chutes de pierres, d'affaissements de terrains. Comme l'a écrit Flaugère dans son étude sur l'Aigoual, Fabre « a conçu une œuvre toute personnelle, infiniment plus vaste et plus humaine (que de se contenter d'aménager). Par la forêt très largement recréée, il entend protéger les vallées et les plaines contre le fléau des inondations. Par la forêt recréée et enrichie, il veut rendre vie à cette montagne »9.

Reboisements dans les Pyrénées-Orientales

  • 10 M. PUJADE. Reboisement des terrains en pente. Mémoire de la Société agricole, scientifique et litt (...)

15Les raisons conduisant à une politique de reforestation dans le département sont les mêmes qu'ailleurs. Cependant, des causes particulières au département amenèrent les autorités à se préoccuper de ce problème, bien avant les lois de 1860 et 1882. En effet, la Révolution de 1789, l'invasion des armées étrangères, l'extension de la culture de la pomme de terre, le développement des industries métallurgiques produisirent des déforestations nombreuses et étendues, justifiant l'action de la Société agricole en faveur du reboisement. Au début du XIXe siècle, le gouvernement prend l'initiative de reboiser. L'arrondissement de Céret est concerné au premier chef. C'est ainsi qu'un terrain situé au Sud Est d'Arles-sur-Tech, très pentu, de 50 ha, sera reforesté après des travaux de fixation des sols. Ce terrain passe de 260 m à 1.030 m au-dessus du niveau de la mer, ce qui entraîne des aménagements importants, décrits dans un mémoire de 1851 : « Nous avons défriché et planté des terrains inférieurs, et par parcelles, en établissant au fur et à mesure des barrages solides tels que murs de soutènement, fragments ou éclats de roches placés dans des ravines, et partout où il était nécessaire de contenir le terrain ou de diviser les eaux pluviales. Puis, ont eu successivement lieu les travaux préparatoires dans les moraines, les trous ou fosses, l'emploi des déblais, le transport de terreau aux dits trous, aux fissures rocheuses, aux paliers ou plates formes, pratiqués par la disposition des rochers, aux creux ou excavations, encaissements, etc ; à ces travaux enfin ont succédé les soins donnés à la plantation, variant selon la zone ou la température du site, consistant en cultures, irrigations, élagage, recépage et autres travaux de réparation et d'aménagement »10.

16Avec la législation en faveur du reboisement, deux périmètres de reboisement seront créés, celui du Tech, celui de la Têt. Le tracé de la Têt, institué par décret le 4 avril 1866, s'étend sur 4.790 ha, ce qui mécontente 18 communes, craignant de voir se réduire leurs aires de parcours pour le bétail. Devant les protestations des municipalités, le tracé est amputé de 610 ha en 1884 et de 2.790 ha en 1897... Malgré ces contretemps, les replantations et les réensemencements ont lieu. En Vallespir (vallée du Tech), là où la forêt a beaucoup souffert des défrichements du XVIIIe siècle, un effort particulier sera fait de 1867 à 1891, notamment en faveur des chênes, et plus encore des châtaigniers en raison de leur pousse plus rapide et plus hâtive.

17Pour l'ensemble du département, les chiffres témoignent d'une réelle activité de reconstitution forestière.

Tab. 5. Reboisements dans les Pyrénées-Orientales, (ha).

1867

121

1880

-

1868

228

1881

-

1869

86

1882

10

1870

8

1883

77

1871

-

1884

116

1872

-

1885

132

1873

-

1886

157

1874

5

1887

-

1875

47

1888

-

1876

103

1889

97

1877

122

1890

172

1878

5

1891

181

1879

4

Source : P. de Boixo.

18Pour l'ensemble de la période, ce sont donc 1.305 ha reboisés, dont 553 par semis et 752 par plantations. Les trois premières années, les travaux sont assez importants, 435 ha, suivis d'une période stérile. En 1875-77, les reboisements reprennent, mais concernant seulement 272 ha, uniquement par semis, car les plantations de feuillus du début n'ont pas réussi. On sème durant ces années des chênes rouvres, des chênes verts et des pins. Les quatre années suivantes marquent de nouveau une pause, puis les activités recommencent avec des pins plantés par potets et des semis de chêne.

  • 11 P. de BOIXO. Les forêts et le reboisement dans les Pyrénées-Orientales. Revue des Eaux et Forêts. (...)

19Un inspecteur des Eaux et Forêts11 a pu regretter qu'on ait reboisé qu'en Vallespir entre 1865 et 1880, et que les efforts n'aient pas aussi porté dans le bassin de l'Agly et en montagne. Il souhaitait, à la fin du XIXe siècle, que particuliers et communes fassent du reboisement, que l'État acquière des bois de haute montagne, qu'il poursuive l'augmentation des reboisements par le repeuplement des vacants, soit en constituant des périmètres obligatoires, soit par des acquisitions amiables.

Les reboisements depuis 1950

20Au XXe siècle, les travaux de reconstitution forestière continuèrent, mais c'est surtout avec la création du Fonds Forestier National (Loi du 30 septembre 1946) qu'une action continue et importante fut menée en Languedoc-Roussillon. Sur le tableau suivant, l'action du FFN est indiquée, par période de 5 ans pour les départements de la région.

Tab. 6. Reboisements du FFN par période de 5 ans (ha).

Tab. 6. Reboisements du FFN par période de 5 ans (ha).

Source : SRFB.

21La comparaison des départements entre eux n'est pas souhaitable, en raison des différences importantes de terres libérées ou aptes au reboisement. De plus, si la Lozère par exemple totalise plus de 40.000 ha replantés ou ensemencés pour l'ensemble de la période, elle ne le doit pas uniquement à la superficie forestière la plus vaste de la région. Le reboisement n'est pas fonction de la surface de forêt existante, mais tient à d'autres facteurs, tels l'abandon de terres agricoles et herbages, les choix d'investissements des propriétaires fonciers, les décisions des collectivités locales et les orientations locales de l'ONF.

22Il apparaît cependant une constance dans l'activité de reboisement, plus fort en Lozère, moins intense dans les Pyrénées-Orientales, mais sans grandes variations d'une période à l'autre. Il faut noter qu'à partir des années 80, les aides européennes du FEOGA s'ajoutent aux dotations du FFN, et ne font pas forcément augmenter les superficies reboisées, comme on peut le constater pour le Gard et l'Hérault. Là encore, les normes d'attribution de ces aides expliquent les fluctuations : sur l'ensemble de la région, l'arrivée des aides européennes prennent, en partie, le relais du financement national.

23Une fois les reboisements effectués, on pourrait penser que les risques de catastrophes naturelles sont définitivement écartés. Mais alors, pourquoi les inondations soudaines des années passées (Nîmes, Pyrénées-Orientales) ? Les milliers d'hectares reconstitués depuis des décennies auraient dû mettre à l'abri les terres situées en aval des montagnes. Dans ces deux exemples, d'autres facteurs sont intervenus, pour transformer des précipitations extrêmement violentes, rapides mais abondantes, en crues soudaines et dévastatrices. La végétation n'a pu retenir ce brusque apport d'eau, et surtout, l'abandon des terres agricoles, l'extension des zones aménagées (parkings, routes), la multiplication des habitations a favorisé le ruissellement.

  • 12 J.P. FEUVRIER. La forêt : une protection efficace, parfois précaire, contre les risques naturels. (...)

24Pour Feuvrier, la forêt ne constitue pas la panacée que l'on pourrait croire contre les risques naturels en montagne12. Il donne plusieurs exemples de la précarité de son rôle de protection, tant contre les éboulements, que les chutes de pierres, les départs d'avalanches, les coulées neigeuses passant à travers les troncs d'épicéas, dans les Alpes. C'est pourquoi il est impératif de maintenir ou de renforcer, dans les zones sensibles, les travaux d'aménagement et le couvert forestier : les travaux de l'homme et la végétation assurant le rôle protecteur reconnu à la forêt.

25Mais les reboisements ont aussi une autre utilité, c'est la production de bois. Si la Lozère est devenue le département premier producteur de bois du Languedoc-Roussillon, c'est bien grâce à cet effort centenaire de reforestation. En Vallespir, où plus de 10.000 ha ont été replantés depuis 1940, 6.000 ha arrivent à l'âge de la coupe. Déjà, en 1993, 25.000 m3 de bois d'industrie ont été commercialisés ; il s'agissait du bois de première éclaircie destiné à la fabrication de pâte à papier. Dans 5 ou 6 ans, le bois de seconde éclaircie sera apte à la commercialisation en bois d'œuvre. Le travail de reboisement est donc bien l'une des composantes de la sylviculture, notamment en zone méditerranéenne.

Notes

1 B. SA1LLET. La restauration et la conservation des terrains en montagne. In : La forêt dans l’espace montagnard. Vers un nouvel équilibre ? Grenoble, 1994, p. 7.

2 AD 66. L 897.

3 AD 66. L 896.

4 Archives privées, citées par SABOULIN-BOLLENA

5 Bulletin de la Société d’Agriculture de Lozère. T XXVI, 1875, p. 340.

6 Id. p. 346.

7 A. SOULIER. Le rôle de la révolution industrielle dans la réorganisation de l’espace languedocien. Bulletin de la Société languedocienne de géographie, T 20, fasc. 1, Montpellier, 1986, p. 36.

8 A. DURAND-TULLOU. Problèmes passés et actuels du reboisement des Causses. Causses et Cévennes, no 4, 1977, p. 399.

9 A FLAUGERE. Le massif de l’Aigoual. Cité par R. LARRERE et alii. La RTM de 1882 à 1913. L’Aigoual et sa légende. Colloque de Florac, 1985.

10 M. PUJADE. Reboisement des terrains en pente. Mémoire de la Société agricole, scientifique et littéraire des P.O. vol. 8,1851, p. 219.

11 P. de BOIXO. Les forêts et le reboisement dans les Pyrénées-Orientales. Revue des Eaux et Forêts. 1894.

12 J.P. FEUVRIER. La forêt : une protection efficace, parfois précaire, contre les risques naturels. La Forêt dans l’espace montagnard, op. cit. p. 21.

Table des illustrations

Titre Tab. 6. Reboisements du FFN par période de 5 ans (ha).
Légende Source : SRFB.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search