Version classiqueVersion mobile

L'homme et la forêt en Languedoc-Roussillon

 | 
Michel Noël

Chapitre 3. Les doléances au sujet des forêts et de l'usage du bois en 1789

Texte intégral

« les habitans de la dite parroisse sont dans la plus grande détresse, ne possédant aucune espesse de bois de construction, ny même de chaufage. Ils ne peuvent pas même s’en procurer avec de l’argent des lieux vossains. Et cet artigle si nécessaire mancant entièrement est la cause que la population de la dite parroisse deminue journellement, étant réduits à supporter les grands froits ordinere dans le pays de Cerdagne sens pouvoir y apporter remède ».
(Cahier de Caldegas et Onzes, Viguerie de Cerdagne)

1La convocation des États Généraux suscita un grand enthousiasme parmi le Tiers État. En effet, les perspectives d’un changement ne pouvaient que mobiliser le peuple des villes et le peuple des champs.

2On sait que les conditions de vie des gens des villes s’étaient aggravées au XVIIIe siècle, par le fait de la croissance démographique, la hausse des prix, un pouvoir d’achat sans cesse réduit. De même, à la campagne, aussi bien les petits propriétaires que les métayers ou les brassiers étaient écrasés de charges, tant royales qu’ecclésiastiques et seigneuriales. Des sautes de climat catastrophiques ne favorisaient pas une activité agricole souvent difficile.

3C’est pourquoi les communautés rurales aussi bien qu’urbaines s’empressèrent de coucher sur le papier leur mécontentement qui, même exprimé sous couvert d’une obséquieuse fidélité à “sa Majesté”, s’étalait dans toute son ampleur.

4L’unanimité des cahiers des trois ordres se fait contre l’absolutisme, demande de Constitution limitative des pouvoirs du roi et représentation nationale, réformes fiscales, judiciaires, liberté individuelle, liberté de la presse. Cependant les deux premiers ordres tiennent à garantir leurs propres privilèges. Le clergé ne tient pas à débattre de la liberté de conscience, la noblesse défend le vote par ordre et repousse l’égalité des droits. Le Tiers, lui, réclame l’égalité civile, l’abolition de la dîme, la suppression des droits seigneuriaux dont beaucoup de cahiers demandent le rachat.

  • 1 Certains des 60.000 cahiers subsistants présentent des similitudes, soit que des modèles aient circ (...)
  • 2 A. SOBOUL La Révolution Française. Ed. Sociales, 1982, p. 13.

5Que sont donc ces cahiers du Tiers État, écrits par des lettrés après les assemblées paroissiales ? Soboul estime que “les cahiers issus directement du peuple, paysans et artisans, sont les plus spontanés, les plus originaux, bien qu’ils aient été souvent inspirés par un modèle1 ou qu’ils ne forment qu’une longue série de doléances particulières”2.

6Parmi ces doléances, les plaintes, les remontrances, les suggestions concernant l’espace forestier ne sont pas les moins vigoureuses. Qu’il s’agisse des citadins ou des villageois, habitants des plaines ou des montagnes, la grande crainte du manque de bois s’exprime dans les cahiers, du nord au sud du royaume, en Côte d’Or comme en Haute-Saône, dans l’Aube et l’Aude, le Doubs et les Pyrénées.

7Plusieurs revendications se retrouvent au fil des cahiers, touchant à l’espace forestier. Le manque de bois pour le chauffage et la construction, l’augmentation des prix lorsqu’on doit l’acheter, la concurrence des usines à feu, les restrictions de toutes sortes affectées aux droits d’usage.

  • 3 A. BROSSELIN ; A. CORVOL ; F. VION-DELPHIN. Les doléances contre l’industrie, in : D. WORONOFF. For (...)

8Certes, les doléances contre l’industrie, fin XVIIIe siècle, ne sont pas toujours à prendre au pied de la lettre, tant elles recouvrent d’anciens conflits dont l’usage du bois a été à l’origine. Mais elles illustrent la situation du monde rural confronté à la modernité et ayant tendance à accuser de tous les maux la métallurgie naissante. C’est tout le mérite d’un travail3 mené à partir de cahiers de Bourgogne, Champagne-Ardenne et Franche-Comté, d’avoir exposé cette situation, et j’en exposerai ci-dessous les principaux apports.

9Cinq autres parties analysent les doléances relatives à la forêt dans les cahiers des cinq départements du Languedoc-Roussillon. Ces différentes études ne se limitent pas au rôle de l’industrie, mais s’étendent à la situation précaire des communautés, à leurs modes d’existence, et plus généralement aux relations que ces sociétés entretiennent avec leur forêt.

Les doléances contre l’industrie et la pénurie de bois dans la France de l’Est

10Dans des régions froides et humides, où le temps de chauffage des habitations dure presque six mois de l’année, le fait de disposer de combustible demeure une priorité. Même si, les années de disette, on peut se priver de pain, il est difficile de vivre dans le froid. C’est pourquoi toute restriction à l’accès au bois, tout renchérissement du combustible ou du matériau, toute rareté provoquée par d’autres utilisateurs sera dénoncée dans les cahiers avec la plus grande vigueur.

De quoi nous plaignons-nous ?

  • 4 BROSSELIN et alii. Op. cit. p. 11.

11Les progrès réalisés par l’industrie à la fin du XVIIIe siècle ne sont pas exactement perçus par les rédacteurs de 1789. Lorsque ceux-ci s’en prennent aux usines à feu, ce n’est pas d’abord par crainte de voir se transformer de fond en comble le tissu artisanal et préindustriel, encore qu’on puisse voir dans cette accusation un prétexte pour refuser le changeraient. Ils ont le souci premier de transmettre au roi l’inquiétude de ses sujets comme le notent les auteurs de l’étude : “au premier rang des craintes surgit celle de manquer de bois, que les forêts soient saignées à blanc ou que les prix soient devenus tels qu’ils empêchent le pauvre de se procurer-ce bien nécessaire à l’entretien du foyer.”4

12C’est d’abord la peur de l’épuisement des ressources qui est exprimée. Dans les cahiers, bien entendu, pas de statistiques quantifiant les déforestations ; la perception de la pénurie est exprimée telle quelle, reflétant une attitude de crainte devant l’avenir. Les difficultés à se procurer le combustible s’accentuent.

  • 5 Les références aux documents d’archives sont données dans l’ouvrage cité.

13Rareté et cherté du bois sont mis en avant par les ruraux et les urbains et ne touchent pas que la classe laborieuse. Tous dénoncent ce problème5.

le prix excessif des bois à chauffer et à bâtir.
(Assemblée du clergé du baülage d’Auxois, Côte
d’Or)

la dite ville ne peut se procurer du bois de chauffage que difficilement et à grand frais.
(Châtillon-sur-Seine, Côte d’Or)

un taux excessif auquel il n’est plus possible de soutenir.
(Gray, Haute-Saône)

bois qui est très cher et qui augmente de valeur chaque année.
(Arnay-le-Duc, Côte d’Or)

14En général, cette hausse des prix est attribuée à l’entrée des industriels sur les marchés du bois, lorsqu’ils n’ont pas obtenu d’affouage en quantité suffisante lors de l’ouverture de leur forge (ou de tout autre usine telle tuilerie, briqueterie, four à chaux, verrerie).

15Mais si les habitants accusent les forges d’alimenter la pénurie, cette analyse n’est pas forcément juste, d’après les auteurs de l’article, puisque certaines communes vendent leurs surplus pour le chauffage des villes. Ils donnent l’exemple de Baume-les-Dames (Doubs) où un excédent de récolte est expédié à Besançon par voie navigable.

  • 6 Id. p. 17.

16Cependant, le paradoxe souligné par maints cahiers est de vivre dans une zone d’abondance forestière et de ne pas disposer de bois. Tous ont droit au bois, cette ressource de première nécessité. Revendication souvent relevée dans les cahiers, car cet état jugé inégalitaire justifie aux yeux des gens que ceux qui habitent près des bois se servent eux-mêmes. Voilà un état d’esprit souligné pour cette région de la France de l’Est que l’on retrouvera dans les provinces du Sud. Ce point est important à relever car il éclaire les mentalités et les comportements de transgression concernant l’usage du bois. Le délit ne sera jamais compris comme tel par la communauté rurale s’il est commis dans le seul but de se procurer un moyen de chauffage, alors que l’administration ne fera pas la différence avec le délit à des fins commerciales : “Il est clair que, dans l’opinion publique, la délinquance forestière n’existe qu’à partir de l’instant où le foyer n’est pas concerné. Aussi, les textes les plus virulents contre l’industrie le sont-ils aussi à l’égard de l’administration forestière qui, depuis le Code de 1669, a su peaufiner son image répressive. Le raisonnement est simple. Passe encore de se priver de pain, mais de chauffage ? L’un dépend des blés, et ceux-ci, chacun le sait, ne poussent que par le travail du cultivateur. Et, par la faute des hommes et des cieux, la récolte peut être détruite. En manquer consterne, mais cette carence céréalière, on sait l’admettre. Pas l’autre. Les bois ne sont-ils pas là de toute éternité ? N’appartiennent-ils pas à tous en ce sens ? Demeure ainsi vivace une conception qui implique, et le refus de payer pour ce qui devrait être gratuit, et l’horreur de les savoir monopolisés pour autre chose que le foyer domestique.”6

17Enfin, les auteurs de l’article font remarquer que s’en prendre aux forges ou autres usines à feu, c’est aussi s’en prendre à son propriétaire, seigneur ou autre maître des lieux, dont les stratégies de gestion forestière ne correspondent pas forcément aux besoins des habitants.

Voici les mesures que nous sollicitons

18La limitation des prix vient en premier parmi les mesures attendues de l’administration royale. Mais bloquer les prix ne suffira pas à faire cesser la pénurie. Il faut donc aussi diminuer le nombre des forges et usines, et en limiter l’exercice aux industriels :

on observera que plusieurs forges existantes dans le pays appartiennent à des moines et il semble que, n’étant point par leur état destinés à des spéculations lucratives, ils devront supporter de préférence la rigueur d’une répression.
(Longwy, Meurthe-et-Moselle)

19II faut surtout garantir les livraisons en limitant ou même en fermant aux industriels l’accès au marché. L’idéal, d’après certains, serait de défendre aux sidérurgistes et autres industriels

de se trouver aux ventes de bois et de s’en faire donner l’adjudication directement ou indirectement.
(Bourbevelle, Haute-Saône)

20Ce qui reviendrait à interrompre l’approvisionnement en bois de ces usines, et à terme conduirait à leur fermeture. C’est d’ailleurs une attitude que l’on retrouve dans quelques cahiers de Cerdagne.

21Pour les plaignants, l’affouage négocié par l’industriel au moment du contrat d’ouverture de l’usine doit suffire aux besoins de la production et garantir l’autonomie énergétique de l’établissement. Sinon, que cesse l’activité. C’est ainsi que les habitants proposent leurs solutions :

que toutes les forges et fourneaux de fer qui ne pourront être alimentés par les forêts seulement de propriétaires soient supprimés et détruits. (Gray, Haute-Saône)

que toutes les forges et fourneaux dont les propriétaires n’ont pas de bois suffisant à eux appartenant pour les allimenter seront supprimés. (Champvans, Doubs)

la suppression d’usines telles que forges, verreries, etc, dont la trop grande multiplicité aggrave le joug déjà pesant du malheureux, le prix du bois étant excessif, et le pauvre réduit à l’impossibilité de s’en procurer, quoique près des bois. (Longpré-le-Sec, Aube)

22C’est bien là résumé le problème, que nous retrouverons toujours dans les autres régions, telles celles que nous allons examiner maintenant.

LES DOLÉANCES DES CAHIERS REFLÈTENTELLES LES CONFLITS LIÉS À LA FORÊT DANS LA PROVINCE DU ROUSSILLON ?

23À constater la fréquence des délits perpétrés à l'égard du domaine boisé au XVIIIe siècle et l'importance économique des forêts pour les communautés rurales montagnardes, on pourrait s'attendre à la véhémence des revendications du Tiers-État lors des assemblées paroissiales.

  • 7 E. FRENAY. Cahiers de doléances de la Province du Roussillon (1789). Direction des Services d’Archi (...)
  • 8 Elles viennent souvent bien après les réclamations sur le prix du sel et d’autres servitudes.

24Or, si nous retrouvons dans de nombreux Cahiers7 de la "base" des plaintes ou des demandes précises relatives à l'usage des forêts8, les Cahiers généraux des trois Vigueries du Roussillon (Conflent-Capcir, Roussillon-Vallespir et Cerdagne) ne font plus que de brèves mentions de ces problèmes, et l'on peut se demander si les notables qui les ont rédigés sont dans l’ignorance de la situation, ou s'ils passent volontairement sous silence des rapports conflictuels qu'il vaut mieux ne pas voir publier.

25D'ailleurs on relève des contradictions entre les vœux de telle ou telle paroisse et les Cahiers de Vigueries. L'introduction au recueil moderne des Cahiers de doléances de la Province de Roussillon fait état de ces décalages :

  • 9 P. ROSSET. Introduction aux cahiers de doléances de la province du Roussillon, op. cit.

« Les cahiers généraux du Tiers sont cependant loin de refléter exactement les préoccupations du peuple, paysans et artisans, exprimées notamment dans le cadre des paroisses rurales. La bourgeoisie-avec surtout les hommes de loi, instruits et rompus à l'usage de la parole-domina largement les débats dans les assemblées de baillage et de sénéchaussée ; elle fit la part belle à ses propres doléances, tendit à réserver la plus grande place à ses revendications politiques, administratives, économiques et sociales et négligea souvent de prendre en compte ce qui, dans les cahiers de base ne l'intéressait pas9 ».

26On s'étonnera de ne pas trouver dans le cahier de la viguerie de Conflent-Capcir de plus amples développements ayant rapport aux besoins en bois des habitants. Mais nous ne pouvons nous référer aux cahiers de base puisque ceux-ci, selon P. ROSSET, sont introuvables.

27E. FRENAY, l'auteur du texte actuel, a souligné la similitude de certains cahiers, comme si un schéma avait circulé, servant de référence à plusieurs paroisses. Selon cet auteur, un même notable aurait parfois rédigé plusieurs cahiers. On relève aussi, pour certaines plaintes, une formulation identique, telle celle qui concerne la réclamation au sujet de la fourniture de bois à la garnison de Montlouis :

Ce subside est inconnu dans toutes les autres parties du royaume et les habitants de la Cerdagne ne sont pas moins françois. Les appointements que le Roy paye aux officiers sont suffisents et les seuls qu'ils ont le droit de réclamer.
(Carol et vallée, art. 2)

Ce subside est inconnu dans toutes les autres parties du royaume, les habitants de la Cerdagne, n'étant pas moins françois, ne doivent pas être de pire condition et, enfin, les appointements que le Roy donne à ses officiers sont suffisants et les seuls qu'ils ont le droit de réclamer.
(Osséja, art 2)

Ce subside est inconnu dans toutes les autres parties du royaume, les habitants de la Cerdagne n'étant pas moins françois ne doivent point être de pire condition et, enfin, les appointements que le Roi donne à ces officiers sont suffisants et les seuls qu'ils ont droit de réclamer.
(Palau de Cerdagne)

28La proximité du massif boisé, ou l'existence de petites forêts sur le territoire des communautés explique en partie les plaintes relatives aux ressources sylvicoles, à leur exploitation, à leur usage. Dans les deux vigueries pour lesquelles existent les cahiers de base, la fréquence de ces plaintes n'est pas identique. Alors que le Roussillon-Vallespir s'est exprimé dans 103 cahiers, seulement 15 paroisses ont fait état de problèmes dans le domaine forestier. Au contraire, dans la viguerie de Cerdagne, 23 paroisses sur 27 ont mentionné la forêt ou le bois dans tel ou tel article de leur cahier.

29Malgré ces disparités, les détails fournis à l'occasion des doléances relatives aux forêts ne manquent pas de précision, ainsi que nous allons le voir, aussi bien sur la situation géographique des communautés que sur les modes d'utilisation de la ressource et que sur les difficultés des rapports entre les sociétés locales et la forêt.

Forêts et terroirs dégradés en 1789

30Avec des diversités tenant à la proximité ou à l'éloignement de la mer, à l'altitude, à la position géographique et à l'orientation des vallées, les villages de la province du Roussillon relèvent cependant tous du climat méditerranéen, caractérisé par des précipitations courtes mais violentes, des périodes arides, des sols ingrats.

31Situés pour la plupart au pied des montagnes ou sur les pentes, ces terroirs habités ne semblent pas bénéficier du rôle protecteur des forêts, rôle d'absorption et de régulation des pluies, tel qu'il est assuré par les massifs boisés denses. Les notations de nombreuses paroisses quant à leur mauvaise position et aux dégradations causées par les intempéries montrent que les forêts de l'époque devaient être discontinues et surtout clairsemées.

32Plusieurs cahiers commencent par rappeler, dans un souci de s'attirer les bonnes grâces du roi, ou plus vraisemblablement parce que tel était le cas, l'inclémence de leur environnement

Plus, que le terrain de Fourques se trouve fort dégradé, et abîmé par les pluyes ou inondations à raport à sa situation, n'étant point plat, se trouvan au pied de la montanye. (Fourques)

Vu que les terres de la présente communauté se trouvent dans une mauvaise position et dans un terroir en pente, elles se trouvent presque totallement dégradées, soit par les inondations ou autrement. (Montauriol)

Les terres de la communauté de Montbolo se trouvant dans un mauvais sol et tout en pente, elles ont été si dégradées par les inondations et autres malheurs. (Montbolo, art 2)

33Cet état déplorable des terroirs est bien exprimé par la paroisse de Montferrer et Lèque qui propose une explication à ces dérèglements du régime des eaux pluviales : le déboisement presque complet

Le défrichement trop multiplié des terres, qui sont naturellement inclinées, et la dévastation totale des bois et buissons a donné lieu aux orages trop fréquens et aux inondations multipliées survenues depuis vingt ans, qui ont dégradé nos meilleurs fonds, lavé et sillonnés nos terres, qui ne présentent aujourd'hui qu'un aspect affreux. (Montferrer et Lèque)

34Mais la forêt elle-même pâtit de cette rudesse des éléments. D'après le cahier de l'Ecluse, si l'exploitation trop poussée des chênes-liège nuit aux arbres, les bois en arbres de toute qualité ont beaucoup souffert. Ils ont été très maltraités et beaucoup en sont morts, la température hivernale est aussi la cause de leur dépérissement :

c'est un secours qui nous prive de nos besoins, et nous avons perdu considérablement, occasionné par le grand froit de cetteannée.
(L'Ecluse)

35Donc, en résumé, la forêt de 1789, assez mal en point, n'a pas toujours connu cette situation défavorable, toujours si l'on se fonde sur certains cahiers.

Le terroir de Montferrer et Lèque, scitué au pied du Canigou, à l'Orient du haut Vallespir, a été par ci-devant un bon terrein de montagne, très bien boisé et très fertile. Nous avons encore l'honneur de vous observer, SIRE, que ce terrein dont est question a été en bois de haute futaie.
(Montferrer et Lèque)

36Il existe cependant encore des arbres de belle venue.

Nous demandons la permission de pouvoir défricher la montagne du lieu de La Roque, sans porter préjudice au grand bois.
(Laroque des Albères, art. 24)

37Les requêtes pour prendre du bois de charpente, la mention de planches et poutres provenant de villages de la montagne (cahier de Sainte Léocadie), les remarques concernant la vente de bois de charpente à l'Espagne (cahier de Llo) donnent à penser que les forêts de l'époque ne contenaient pas uniquement ces arbres "abougris et rabougris" que ne cessent de mentionner les rapports de gardes bois. Nous n'en saurons guère plus, pourtant, en lisant les Cahiers.

38Nous avons peu de précisions, également, sur la nature de ces forêts. Le cahier de l'Ecluse indique bien que "les bois en arbres de toute qualité ont beaucoup souffert" mais s'agit-il de la variété des essences ou d'une appréciation qualitative, nous ne pouvons le déduire de ce passage. On sait que les paroisses d'Arles sur Tech et St Laurent de Cerdans font état de cercles de bois et de douves, qui ne peuvent être fabriqués qu'en châtaignier. D'autre part, Collioure et l'Ecluse mentionnent le liège brut, produit bien entendu par les chênes liège. Enfin, le rédacteur de Montferrer et Lèque, sans doute au fait des espèces sylvicoles, cite des "bois d'êtres et de pins".

39Malgré la rareté des indications sur les essences de bois, elles sont intéressantes. Elles permettent en effet de déduire que l'implantation de la flore arborée d'alors n'était pas différente de celle d'aujourd'hui, même s'il n'est pas fait mention d'espèces comme les chênes blancs (rouvres, pédonculés, pubescents), les chênes verts, les micocouliers, les frênes. On retrouve encore maintenant le châtaignier en Vallespir, le chêne liège dans les Albères et les Aspres, le pin un peu partout ailleurs.

Le besoin vital de bois

40Parce qu'elles fournissent le combustible indispensable, le matériau de construction, la matière première utilisée pour une foule d'accessoires domestiques et d'instruments agricoles, les forêts représentent pour les communautés rurales de l'Ancien Régime une ressource essentielle.

41Les paroisses de piémont ou d'altitude auront donc toutes les mêmes revendications, pouvoir prendre du bois ou en obtenir, là où il pousse : certes, en plaine, la futaie est rare, mais on se contentera même de broussailles et de bois mort, pourvu qu'on obtienne l'autorisation.

Comme aussi de pouvoir devoisa ou prendre dubois.
(Montesquieu)

Ladite communauté ose demander encore qu'il lui soit accordé une partie de son terroir pour le bois dont elle a besoin pour ses usages journaliers et qu'il ne soit permis à aucun habitant ni à qui que ce puisse être di aller prendre du bois pour auttre usage que pour le chauffage desdits habitons. (Salses)

42D'autres villages, en Cerdagne cette fois, n'ont pas ou peu de forêts à usage, et ne savent comment se procurer du bois, car les paroisses qui en possèdent ne sont pas prêtes à en céder, soit qu'elles interdisent l'accès à leur terroir, soit qu'elles fassent payer cher le combustible. Les plaignants s'en remettent donc à sa Majesté pour y remédier.

La ditte communauté représente très humblement à la piété de sa Majesté qu'elle se trouve totelement dépourvue de bois pour son chaufage soit pour la construction de maisons ou granges ; qu'en conséquence elle lui suplie de lui acorder la grâce de pourvoir à cette nécessité.
(Angoustrine, art. 6)

Plus et enfin, qu'elle se trouve du nombre de bien d'autres communautés qui sont dépourvues de bois et qui ne savent pas de quel cotté s'y prendre pour s'en procurer.
(Badrigan)

La communauté de plaint que, d'un temps immémorial, paye les censives au Roi (...) pour l'usage du bois aux pasquès royeaux.
(La Cabanasse, art 11)

En Sème lieu, les habitons de la dite paroisse sont dans la plus grande détresse, ne possédant aucune espesse de bois de construction, ny même de chaufage. Ils ne peuvent pas même s'en procurer avec de l'argent des lieux vossains. Et cet artigle si nécessaire mancant entièrement est la cause que la population de la dite paroisse deminue journellement, étant réduits à supporter de grands froids ordinere dans le pays de Cerdagne sens pouvoir y apporter remède.
(Caldegas et Onzes)

Même, se trouvant cette montagne et reste du terroir sens bois et l'hiver rigureux du froid, somes obligés à acheter gran cantité de bois pour l'échofage et cuire le pain.
(Dorres, art 3)
Que, la dite comunoté, èle n'a aucun bois et quèle et obligé de lâcheté à vingt sols le quintal et quèle netpoient asister daucune rent comun.
(Egat, art. 4)

Quant au bois, il est très rare pour toute la Serdagnes, manque de l'aspèce qui est aujourd'hui à un prix exorbitant. Deporvue de bois, n'ayant point de montagne, privés même par votre chambre de pouvoir aller aux pasquiers de vous, Sire, notre père, y prendre de la brosalle et mort bois qui y dépérit et ne savoir où s'en pourvoir, attendu que les communautés qui ont des petits a)or ests n'en parmètent point la sortie, ce qui ocasione dans la Serdagnes qui se trove au haut des montagnes des Pirinées, ayant huit mois d'hyver, que les habitons passet dans la Catalogne pour y faire leur demeure.
(Estavar, art. 5 et 7)

En outre, le bois qui commence à leur devenir très rare et que bientôt il rendra le pays généralement inhabitable.
(Eyne)

Plus la dite ville réclame son droit d'entrée pour prendre du bois aux pasquiers du Roy, comme il jouissait encienement
(Saillagouse)

Ausi ladite communauté se trouve dépourvue de bois, commun et particulier, que nous sommes dans le cas d'acheter tout le bois nécessaire pour le chaufage d'un chaqun et autres pour les réparations des maisons, que le montant dudit bois.
(Targasonne)

Plus, la communauté expose qu'elle est dépourvue de bois sur ces montaignes et qu'elle est obligée de s'en procurer avec beaucoup d'argent et qu'ils dézireroient obtenir une permission de Sa Majesté pour pouvoir aller boizer aux pacages des pasquiers, c'est à dire pour broussailles et bois mort. Plus et enfin, qu'une grande partie des habitants de cette communauté se voyent obligés d'abandonner leur pays pour cause du manquement du boisage. (Via)

43Obtenir le droit de prélever le bois dont on a besoin est une revendication pressante, se libérer des obligations de fournir le combustible à la garnison de Montlouis est une requête non moins insistante, émanant de la plupart des paroisses de Cerdagne.

Plus, ont nous obligent en fournir à la garnison de Montlouis.
(La Cabanasse, art 11)

Que la fourniture du bois de chauffage aux officiers de Mont-Louis est une charge insupportable.
(Carol et vallée, art. 2)

Sur la fourniture du bois au magazin de Mont Louis.
(Enveitg)

La communauté se plaint encore qu'elle se trouve forcée de payer tous les ans une certaine somme pour payer une quantité de bois pour la furniture du chaufage de la garnizon et état-major du MontLouis, ce qui est injuste, étant la seule fortification du royaume où les circonvoisins soit tenus de fournir du bois de saufage. Ainssy la communauté exposante a tout lieu d'en espérer la décharge.
(Err, art 5)

Ils payent pour chaufage de la garnison de Mont Louis : 20livres.
(Eyne)

Le bois que la communauté paye tous les ans à la garnison du MontLouis est d'autant plus injuste que cette communauté se trouve dans la nécessité de se procurer son approvisionnement dans les villages voisins qui le leur font payer à haut prix.
(Hix, art. 3)

Ils remontrent à leur Roy très juste qu'ils sont obligés de fournir du bois à l'état-major du Mont-Louis et que, pour ce faire, ils sont obligés de l'acheter aux négociants de bois du Mont-Louis, tandis qu'ils sont en peine de s'en procurer pour leur besoin. Si une telle fourniture est juste, toute la province devroit y concourir, non pas la seule Cerdagne, pays froid et misérable qui a plus besoin de bois pour son entretient.
(Llo, art 5)

Plus, ils payent, pour le bois à la garnison du Mont-Louis, vingt-deux livres. (Odeillo)

Que la forniture du bois de chauffage faite par la communauté aux officiers de Mont-Louis est une charge considérable.
(Osséja et Palau de Cerdagne)

Que le pays de la Serdagnes soit déchargé de la furniture du bois à la fortification du Mont-Louis ou qu'il soit, au moins, remboursé aux communautés de ce chargées la valeur en argent du bois auquel elles se trouvent cotisées.
(Planés, art. 10)

La communauté se plaint encore qu'elle se trouve forcée de payer tous les ans une certaine somme pour payer une certaine quantité de bois pour la furniture du saufage de la garnizon et état-major du Mont-Louis, ce qui est injuste étant la seule fortification du royaume où les circonvoisins soient tenus de fournir du bois de saufage. Ainsi la communauté exposante a tout lieu d'espérer la décharge.
(Ro, art. 4)

Plus, l'on nous comprent à payer pour la furniture de bois à la fortification de Mont-Louis, tous les ans 52 livres sans avoir égart que la ditte ville ce trouve dépourvue de forest, ni bois, du depuis la construction du dit Mont-Louis, que pour lors il fut totalement coupée et rasée pour la construction du dit Mont-Louis.
(Saillagouse)

Que le pays de la Serdagne soit déchargé de la fourniture du bois à la fortification du Montlouis, ou qu'il soit remboursé aux communautés de ce chargées la valeur, en argent, du bois auquel elles seront cotisées.
(St Pierre dels Forçats)

La communauté et les restants de la Cerdagne sont obligés à la forniture de bois à la guarnition de Montlouis, dans le temps que nos forêts en sont du tout manqués pour notre usage.
(Ur, art 5)

Ils payent pour chauffage de Mont-Louis : 12 livres.
(Via)

44Fournir du bois alors qu'on manque de forêts est ressenti par les habitants comme une injustice, plus grande encore s'il faut aller l'acheter. Ce n'est pas toujours facile d'en trouver, puisque les communautés voisines ne laissent pas facilement sortir le combustible de leurs forêts. De plus, les transports sont soumis à des taxes dont se plaignent aussi les paroissiens.

Dit village est situé au pied d'une coline, ceint par deux rivières et une troisième qui traverse son terroir. Il n'y a point de montagne, ni bois. Nous sommes obligés même de fornir à nos dépends des pouttres pour le passage de dittes rivières pour aler en Espanya et au comté de Foix.
(Estavar, art. 3)

  • 10 De pignorer, frapper de gage, amende donnant lieu à saisie.

et que les communautés sirconvoisines les privent de passages uzités en les arrêttant et pignorant10 du moment qu'ils vont et viennent, de se procurer leur bois nécessaire. (Via)

Pour mettre les peubles de cette contrée dans la plus grande gêne, on a étably dans le pays de Cerdagne, qui a trois lieu de Ion sur deux de large, cinq bureaux et cinq brigades qui ont assujety tout le pays, pour passer d'un vilage à l'autre, soit pour se procurer quelque peu de bois ou pour travailler leurs terres. Mr le curé de cette paroisse, pour avoir envoyé son domestique chercher une charge de broussaille au vilage voissain, fut arrêté par les employés ; on lui saizit la monture et, par accomodement, il fut taxé à neuf livres.
(Caldegas et Onzes)

restent encore dits habitants dans le désagrément de devoir emporter le dit bois à tout risques et périls, non seulement pour échapper à la vigilance des bailles et consuls des dits villages où le bois est acheté, mais même à celle des employés des fermes qui, sous un prétexte frivole, arrêtent quelconque s'ils ne sont munis d'un passevant qu'on fait payer et le plus souvent par aquit à caution ce qui est cause très souvent que plusieurs habitants de cette communauté sont réduits à un déplorable état pour supporter la rigueur du temps pour ne pouvoir se procurer ce nécessaire.
(Hix)

Encore, ce qu'il y a de plus dessagréable, c'est que, chaque particulier, il lui arrive que, l'ors qu'il a fait sa provision du bois pour son nécessaire dans les autres communautés, qu'ils jouissent de forest ou bois, et après l'avoir bien payé, les consuls des communautés ne veulent pas permettre la sortie du bois vendu. Il paroit injuste de l'arrêter ; du moins qu'ils soient permis aux habitants de Saillagouse, en payant, d'acheter et sortir le bois pour bâtir et brûler, de quelque communauté qu'ils soient, qu'il s'en trouvera pour vendre.

Plus, la ditte ville ce plaint des receveurs des fermes du Roy parce qu'ils nous gênent extrêmement et ils nous obligent à donner deux sols pour chaque passevant (...) même quand on transporte quelque charge du bois pour notre consommation.
(Saillagouse)

  • 11 Billet d’acquis à caution.

On ne peut faire un pas hors de chez soi sans avoir ce billet11 à la poche. Ceux de la Cerdagne qui envoyent au Mont-Louis ou aux

autres villages de la montagne chercher des planches ou des poutres sont abstreints, selon eux à cette formalité, le plus souvent encore plus incommode et gênante à remplir que coûteuse.
(Ste Léocadie)

45Enfin, il arrive tout de même que les communautés possédant des bois puissent en tirer des ressources non négligeables, leur permettant des investissements publics.

Qu'il seroit absolument nécessaire de faire construire un pont pour la construction duquel pont, la communauté de Maureillas a déjà en mains du receveur d'icelle la somme de dix mille livres ou environ, provenante de la vente du bois-mort de la forêt de dite communauté, faite par ordre de M. l'Intendant, laquelle somme elle avoit destiné à ces fins.
(Maureillas, art. 5)

Forêts, agriculture, élevage

46La forêt ou ses franges, c'est-à-dire ces vacants dont la propriété n'est jamais bien définie et dont le droit d'usage est contesté, représente un indispensable parcours du bétail, mais aussi un domaine extensible possible pour les champs cultivés.

47Ainsi, les demandes d'autorisation de pacage et du droit de défricher seront exprimées par quelques cahiers.

Elle se plaint encore de ce qu'outre les 60 livres de rente qu'elle paye, elle se trouve privée de faire paccager ses bestiaux dans un bois situé au terroir des lilas appartenant à la communauté de Maurellas, puisqu'elle se trouve en réserve pour le Roi. Elle souhaiteroit pouvoir faire paccager ses bestiaux dans cette partie de bois.
(Las lilas, art 9)

Plus, nous demandons la permission de pouvoir défricher la montagne du lieu de La Roque, sans porter préjudisse au grand bois, et de laisser les passages et bruvages pour les bestiaux et le droit du seigneur et de ses vassaux de la communauté de La Roque.
(Laroque des Albères)

Forêts et consommation industrielle de bois

48L'agriculture et l'élevage tentent de s'approprier un peu de l'espace boisé, l'industrie à son tour va faire pression sur la forêt Les Cahiers sont peu prolixes à ce sujet, mais une fois encore, répétons que les doléances du Capcir ont sans doute porté sur les contestations envers telle forge ou tel martinet, accusés par d'autres paroisses de leur ôter le combustible domestique.

49C'est ainsi que des habitants de Cerdagne s'indignent de voir qu'on a autorisé l'installation d'une forge qui, non seulement utilise de grandes quantités de bois, mais encore les oblige à acheter celui-ci alors qu'il en existe près de chez eux.

  • 12 Des pasquiers royaux.

Les vilages voisiens12 et une forge qu’on y a placé ont détruit tout à fait les bois qui servoit pour l'usage des communautés qui payait les sensives au Roy et nous sommes obligés à acheter les bois pour la consomption des particuliers qui nous coûtent bien cher.
(La Cabanasse, art 11)

Le pays de Cerdagne suplie sa Majesté de conserver les bois des pasquiers royaux pour l'usage des habitons privativement à tous autres et à cet effet donner les ordres nécessaires pour la destruction de la forge du Capcir y établie qui achève de consumer le bois en provenant, attendu que le pays de Cerdagne est dépourvu debois.
(Viguerie de Cerdagne, art. 18)

  • 13 Archives dép. des P.O. C. 1243.

50En l'occurrence, il s'agit de la forge établie à Balcère, fin XVIIIe siècle, par le sieur La Houlière13. Ce dernier avait obtenu aussi l'autorisation de prendre des "arbres pins" après de longues démarches, mais l'éloignement de la forge et sa fermeture durant les mois d'hiver n'assurèrent pas la production de fer attendue.

51Sur ce seul exemple, il n'est donc pas possible d'apprécier le préjudice causé aux forêts par les industries du lieu, et la répercussion exacte sur la consommation domestique de bois. Que ce fait soit mentionné par une paroisse hors du Capcir, ainsi que par le Cahier de Viguerie de Cerdagne où il constitue un article entier, montre que le problème était réel.

52Nous savons que l'activité des forges était encore intense à la veille de la Révolution, mais déjà la concurrence espagnole se faisait sentir, et la difficulté de se procurer le charbon de bois nécessaire à l'obtention du fer est signalée dans certains cahiers. Les plaignants subordonnent leurs propres exportations à la libéralisation du commerce espagnol vers le Roussillon.

53Dans les extraits ci-dessous, nous constatons que l'usage de la forêt locale était limité puisqu'on importait d'Espagne le combustible (à moins que le bois à charbonner ait été déjà brûlé...), et que les restrictions mises à son exportation vers le Roussillon entraînèrent une fermeture des forges à St Laurent de Cerdans.

La prohibition de la sortie des cercles de bois et des douves pour l'Espagne ainsi que les mines de fer et bestiaux de toute espèce, à la réserve que le roy d'Espagne ne permette la libre exportation des charbons de son royaume en France.
(Arles sur Tech, art. 15)

Dans notre communauté, nous n'avons point du terrein en propre à pouvoir deffricher et tout ce peuple se trouve réduit à vivre de sa seule industrie. Notre communauté composée de trois cent quatre feux ou chefs de famille, sans y comprendre les privilégiés, avec lesquels nous pouvons faire un total de 1400 personnes. Avant 1770, tous les habitants de ce peuple vivoit à son aise par le travail que leur procuroit cinq forges situées dans le terroir, lesquelles ne travaillait en grande partie que des charbons qu'on droit de l'Espagne, mais, depuis que Charles trois, par son ordonnance de 1769, en a deffendu l'exportation, la moitié de nos forges ont cessé leur travail et les autres ne travaillent qu'une partie de l'année. Plusieurs fammilles qui ne vivoit que du seul commerce du fer, sont aujourd'huy réduittes à la plus affreuse misère. Nos ouvriers et charbonniers ont porté leurs bras et industries dans les fabriques et forges nouvèlement construites du royaume voisin, ce qui a causé presque le dépérissement de notre comerce.
Nous observons avec beaucoup de peine que, tandis que notre communauté s'appauvrit, l'Espagne se relève et s'enrichit. Les deffenses rigoureuses des charbons et du bois sont la cause de notre ruine tandis que nos mines de fer contribuent à faire fleurir leur commerce. L'abondance de cette matière première, la modicité de 5 s., son prix par charge ainsi que du droit de sortie, tout contribue à voir l'espagnol construire, tous les jours, par le dit moyen de nos mines, de nouvelles forges à fer, tandis que les nôtres doivent chaumer.
Nous demandons aux députés de s'employer auprès du Monarque pour obtenir du Roy d'Espagne la traite des charbons de son royaume en payant au Roy les memmes droits que nous payeions en 1769 et com il fait travailler pour son compte sur nos frontières une fabrique de bombes et boulets, il pourroit dans ce cas, fixer la distance des bois à charbonner pour la ditte fabrique. Et, dans le cas de rejus, il seroit naturel d'user de représailles en suppliant Sa Majesté de deffendre la sortie des mines de fer et cercles.
(Saint Laurent de Cerdans)

Le fer, qui étoit une branche de commerce, assès considérable dans le Roussillon, est presque entièrement tombé aujourd'huy. Il ne se fabriquait en grande partie que par les bois et charbons qu'on tiroit de l'Espagne ; mais le Roy d'Espagne ayant fait une fabrique royalle de fer, de fonte ou fer coulé à Saint-Laurent de la Mourgue, limitrophe du Roussillon, a prohibé l'exportation des bois et charbons de son royaume en France, sous peine de la vie. Ainsi notre province n'a plus cette ressource et la pluspart des habitons du haut Vallespir et du haut Confient qui s'adonnoit à ce commerce, se sont vus tout à coup privés des moyens de pourvoir à leurs plus pressants besoins.
(Salses)

54Le charbonnage est aussi mentionné dans le cahier de Tautavel, où l'on fait état de "la nécessité où sont les pauvres artisans de charbonner le bois".

55Une autre activité se pratiquait à partir de la ressource forestière, le démasclage et la préparation du liège pour la fabrication de bouchons. Sur ce point, les situations sont différentes. La ville de Collioure fabrique des bouchons mais redoute de manquer de matière première si on l'expédie brute en Espagne. La paroisse de l'Ecluse ne semble pas avoir d'ateliers de bouchonniers mais évoque tout le bénéfice qu'elle pourrait tirer de sa ressource. Elle consentirait à exporter sa production, une fois le liège transformé. Il n'y a qu'une divergence à ces vues réalistes d'organisation des marchés et à cette demande de réglementation des échanges. C'est la phrase du cahier du Tiers, souhaitant qu'on garde le fer et qu'on vende librement le liège. S'agit-il du liège brut ou du liège sous forme de bouchons ?

La fabrication des bouchons prennent faveur depuis quelques années dans la ville de Collioure on se trouve dans le cas souvent de manquer du liège par l'enlèvement qu'en font les fabricants espagnols. On demande que la sortie, brut ou préparé, du Roussillon, soit déffendue pour l'étranger afin que cette nouvelle branche de commerce puisse se soutenir et prendre faveur.
(Collioure, art. 20)

Différentes communautés, entre autres la ville de Couillounre demandent, sur la représentation qui leur a été faitte par les négociants et fabricants de bouchons, que l'exportation du liège pour l'Espagne soit deffendue dans cette province, attendu que Sa Majesté très Catholique en a deffendu l'importation pour cette province et il arrive par ce moyen que les fabricants de cette province se trouvent dans le cas d'abandonnés leurs fabriques qui commençaient déjà à fleurir dans cette province. Il paroitroit donc juste que les dits fabricants peussent jouir des représailles vis-à-vis les sujets de Sa Majesté très Catholique qui exportent tout le liège de la province, dont ceux-ci ont nécessairement besoin pour le soutient de leurs fabriques.
(Cahier particulier de diverses communautés)

  • 14 Sans doute le faire bouillir.

Le liège qui se trouve dans le Roussillon devroit ne point sortir de la province, attendu que c'est une denrrée qui occuperoit une quantité d'ouvriers, s'il était ouvré en bouchons. Sans quoi les étrangers profitent de notre insufisence et, si cette défense avoit lieu, les Français travailleraient et l'argent resteroit dans le pays. Les bouchons ettant fabriqués en Roussillon, pour lors on peut donner la sortie. Tout le liège consiste à lever l'écorce, le racler et le brûler14. Et si, pour le bien public, on donne la sortie, on y consent. (L'Ecluse)

  • 15 Minerai brut, d’après le cahier de St Laurent de Cerdans.

Que la mine15 de fer ne puisse être exportée hors le royaume et qu'au contraire l'exportation du liège soit entièrement libre.
(Tiers)

56La dernière industrie liée à la forêt dont font état les Cahiers est paradoxalement celle du bois. Alors que nous connaissons l'existence de moulins à scie, que la contrebande concerne des charges de planches, la lecture des cahiers ne nous apprend rien sur les sabotiers, les menuisiers, les charrons qui devaient exercer en Roussillon. Tout juste peut-on savoir que le châtaignier servait à fabriquer les cercles de futailles, et qu'il existait des tonneliers puisque le cahier de St Laurent de Cerdans précise que si on ne coupait pas les arbres si jeunes, ils pourraient faire des douelles "pour le pays", donc vraisemblablement à l'usage des artisans. De même que pour le liège, on regrette que le bois, soit celui de charpente, soit celui déjà ouvré, parte en Espagne.

Ce n'est pas la seule branche de comerce à laquelle l'espagnol se borne dans ces cantons ; il tire encore une quantité très considérable de cercles de bois de chatanyer, qui lui facilitent le comerce des eaux de vie dans toute la cotte de Catalogne. Si on ne coupait pas les chataniers si jeunes pour les réduire en cercles, quelleques années après, ce seroit des chataniers propres à faire douelles pour le pays et charbon pour les forges.
(St Laurent de C.)

On charrie le bois de charpente jusque en Espagne et finalement on va bientôt rendre la Cerdagne inhabitable par le défaut du bois qui va bientôt manquer par tout le susdit désordre si la clémence du Roy ni apporte un prompt remède.
(Llo, art. 6)

Le contrôle des forêts

57Revendiquer la surveillance des forêts de la communauté par la communauté elle-même nous renvoie aux oppositions séculaires entre les villages et l'administration. Très souvent, les garde-bois seront la cause, volontaire ou non, de tensions parfois vives que les battles et consuls ne pourront pas toujours apaiser. De la solution radicale de l'Albère qui préférerait ne pas payer un garde, à la demande de renforcement du travail des gardes et à la possibilité d'assurer soi-même la surveillance, on retrouve toujours la méfiance de la mainmise extérieure.

Nous trouvons que nous devons payer une espèce d'imposition pour un garde-bois que la communauté pourrait se passer.
(L'Albère)

Les habitants de cette communauté suplient Sa Majesté d'autoriser les baille et consuls et autres assermentés à l'effet de garder leurs bois et de faire leurs rapports contre les délinquants, faute de quoy leur petit bois va être entièrement détruit et volé par les étrangers, vu qu'il n'est pas possible de trouver des gardes bois dits "soubailles" dans ce pays.
(Llo, art.6)

Que la conservation du bois dans la Cerdagne et dans le Capsir soient mieux surveillée qu'elle ne l'a été jusque à présent, que les abus étrangement multipliés à cest égard soient entièrement détruits, c’est objet exigeant la plus grande attention dans un pais où cette matière de première nécessité devenant chaque jour plus rare ne peut être compencée par aucun espèce de charbon ni par le secours des pïas limitrophes.
(Montlouis, art. 17)

Que, plus ce pays est froid, plus la conservation des bois doit lui être précieuse. Ce motif sont assès puissants pour autoriser les habitons de ces cantons à demender qu'il lui soit établi pour la conservation de ces bois une police exacte et surveillante. Que les gardes bois seront suprimés comme la première cause de la destruction des forêts dont la surveillance sera confiée aux communautés intéressées, sous l'autorité des États Provinciaux.
(Viguerie du Confient et Capsir, art. 20)

Que la police actuellement établie sur les bois de la province étant vicieuse et peu propre à en maintenir la conservation, Sa Majesté sera suppliée de vouloir bien la réformer et d'en confier la surveillance aux communautés intéressées, sous l'authorité des États Provinciaux, à la charge que les délits quelconques commis dans les dits bois seront jugés par les juges royaux de chaque viguerie, à la requête de la partie publique, sur la dénonciation qui en sera faitte par les officiers des dittes communautés ou par les procureurs sindics des départements.
(Tiers État, art. 56)

  • 16 Ces usages, dont l’origine n’est pas nettement établie, sont toujours invoqués dans les contestatio (...)

58L'autre revendication, plus révélatrice encore de l'attachement des communautés à des usages qui, pour être anciens n'en étaient pas moins réels et connus de tous, c'est de remettre en question certaines appropriations ou attributions foncières. Les usages16 de temps immémorial -faire du bois, dépaître dans les pasquiers- sont remis en cause par des autorisations accordées par le roi à des particuliers qui s'empressent de défricher et, par là, de limiter l'accès des terrains acquis aux dépens de la communauté.

D'un tems immémorial, nos habitants et propriétaires ont été dans l'usage d'envoyer leurs troupeaux à laine, bœufs et vaches à dépaître aux pasquiers de Votre Majesté, appelés Pasquiers de Corsevi, en payant les abonnements accoutumés à vos fermiers. Aujourd'hui, par une inféodation obtenue de Votre Majesté, confirmée par arrêt de votre Conseil du vingt-neuf juillet 1783, en faveur du Sr Jean Lanquine d'Arles en Roussillon, lequel avoit demandé l'accensement d'un terrein de contenance de dix charges de seigle de semence aux vaquons du terroir de Corsavy, s'étant mis en posession d'une grande et la plus belle partie de vos dits pasquiers d'une contenance de plus de 200 charges de semence les plus propres en bois et en très bons pâturages où il y fait des déffrichements contraires aux vues de votre édit et déclaration du 8 août 1779, nous empêche de maintenir le bétail.
(Montferrer)

La susdite communauté porte en plainte contre le même seigneur de l'inexécution de l'acte d'acord passé entre la dame Rocaberty, cydevant seigneure du dit lieu, et notre communauté, tant au sujet de se servir la nuit de l'eau du ruisseau du moulin, comm'aussi d'avoir l'usage des bois situés sur notre terroir que le seigneur s’est approprié, malgré l’acte de transaction passé entre la susdite dame et la dite communauté, retenu par M. Damien Vignes, notaire à Perpignan ; laquelle transaction porte que les habitons et tenanciers ont la faculté de prendre le bois nécessaire pour eux et que les consuls leur enfairont la distribution.
(St Feliu d'Amont)

59Tout le cahier de Llauro expose la question des terrains communaux boisés, légués en 1280 par le roi de Mallorque et que le sieur Delcros a acquis en novembre 1777, à la grande colère des habitants.

Au commencement du treizième siècle, à la mort de Bérangier Burdi, seigneur de Llauro en Valespir, les habitants du dit lieu, alors composant la communauté séculière, se seroient cottizés pour acheter la dite seigneurie et s'en seroient démis gracieusement dans la suite, sçavoir l'an 1273, en faveur de l'infant Jacques Roi de Maillorques, Comte de Roussillon et de Cerdaigne et Seigneur de Montpellier, qu'ils auroient choisi pour être à perpétuité leur Seigneur ; lequel, voulant traiter favorablement ses nouveaux vassaux, crut ne pouvoir mieux faire que de leur céder un certain espace de terrein, partie bois, partie garrigue, vaquant qui put leur tenir lieu de communaux. Cette cession fut faite aux habitons de Llauro en 1280 par Sa Majesté le Roi de Mallorque, etc..., et ils ont joui paisiblement de ces terres jusqu'à 1777. A cette époque, un nommé Etienne Delcros, Maître, hotte de la ville de Perpignan, y domicilié, entreprit de les en déposséder en exposant au Roi que ce terrain faisoit partie des vacquans de son domaine royal et il obtint un titre d'accencement de ce terrain qui lui fut fait par les commissaires pour l'aliénation des domaines du Roi, au préjudice des habitons et tenanciers de Llauro jusques là tranquilles et paisibles possesseurs du dit terrein qui ne pouvaient pas se persuader qu'il leur dût être enlevé.
(Llauro)

  • 17 Ainsi que l’explique la revue du collège P. Fouché, d’ille sur Têt : "D’Ille et d’ailleurs". Une vi (...)

60Cette longue citation n'est que l'introduction à un développement qui occupera le reste du cahier et décrira l'opposition des paroissiens de Llauro à la transaction et les manœuvres douteuses de l'acheteur pour diviser le village. Il n'y parviendra d'ailleurs pas17 et ne pourra jamais exploiter son acquisition dans sa totalité.

61À la question : les cahiers de doléances peuvent-ils nous éclairer sur les conflits liés à la forêt, nous pouvons répondre maintenant par l'affirmative.

62Ils nous renseignent tout d'abord sur la précarité de vie des habitants, soumis à des conditions climatiques rudes et changeantes, et obtenant si peu de ressources de leur activité de cultivateurs et d'éleveurs qu'ils se tournent vers celles de la forêt.

  • 18 Certains massifs du Roussillon ont produit de beaux arbres, cf. J. BECAT. Les Albères, conquêtes et (...)

63Les Cahiers nous apportent des précisions quant à la qualité réelle de la forêt en Roussillon, à la fin du XVIIIe siècle. Plutôt clairsemée, assez dégradée, elle n'est plus le réservoir de beaux arbres qu'elle a pu constituer pour les besoins de la marine du roi18, mais on va y puiser pour se chauffer, réparer ses maisons, fabriquer objets usuels, instruments agricoles, bouchons, tonneaux, etc.

64Chaque catégorie d'utilisateurs pense d'abord à ses propres besoins, et prétend limiter aux usagers concurrents l'accès au bois. Chaque clocher, pourrait-on dire, établit ses propres règles d'usage et en surveille jalousement l'application. Toute atteinte à des droits ancestraux est vécue comme intolérable. La dépossession d'une partie, même minime, du domaine boisé, est reçue en tant que brimade, et diminue d'autant les avantages tirés de la forêt.

65En rédigeant leurs Cahiers, les habitants pensaient-ils vraiment qu'ils obtiendraient satisfaction à toutes leurs demandes ? Ce n'est pas certain, et cependant ils ne craignaient pas d'exposer leurs griefs les plus aigus. La chute de la royauté, l'abolition des privilèges leur firent-ils, plus tard, entrevoir un âge d'or où l'homme se mettrait à user de "sa" forêt à sa guise ? On pourrait le croire, aux récits des dévastations localisées du début des années 1790. Toutefois l'administration forestière se réorganisa vite, de nouvelles règles, parfois plus contraignantes que les anciennes furent établies qui engendrèrent, durant tout le XIXe siècle, bien d'autres délits, bien d'autres conflits.

LES COMMUNAUTÉS RURALES ET LEUR FORÊT À TRAVERS LES CAHIERS DE DOLÉANCES AUDOIS

  • 19 G. LARGUIER et alii. Cahiers de doléances audois. Archives départementales de l’Aude. Carcassonne, (...)

66Plus brèves et moins fréquentes que dans la province voisine du Roussillon, les notations des Cahiers de doléances audois19 n'en demeurent pas moins significatives des liens existants entre les villageois-mais aussi entre les habitants des villes-et leurs forêts.

  • 20 Les chapitres et ordres religieux possesseurs de forêts ne pouvaient en disposer à leur guise et de (...)

67On compte seulement 11 cahiers de paroisses dans lesquels sont évoquées les questions forestières. Par contre, celles-ci intéressent deux corporations, deux villes, trois assemblées du Tiers Etat et deux assemblées du clergé. Pourtant, on peut penser que les réclamations de la base et du clergé n'ont pas la même signification. La préservation des forêts demandée par le peuple a pour but premier la sauvegarde d'un moyen d'existence indispensable, les observations du clergé visent à maintenir en bon état leurs propriétés boisées, et à limiter le pouvoir royal20.

68Ainsi, les Cahiers audois émanent de groupes sociaux hétérogènes. La localisation géographique des plaignants montre également une certaine diversité puisque nous trouvons des paroisses des trois Sénéchaussées : Lauragais, Limoux, Carcassonne.

69Les revendications que nous allons exposer semblent moins véhémentes que celles que nous avons pu rencontrer dans le Roussillon. Elles soulignent avec moins de force la précarité de vie des habitants - peut-être excès de fierté-et le besoin vital de bois de chauffage, mettant davantage l'accent sur une juste répartition des matières premières et une indispensable réglementation des pratiques de déboisement.

Ce bois si nécessaire...

70L'évocation des anciens usages, suivant lesquels le bois était gratuit, est l'occasion pour certains paroissiens de réclamer le retour aux anciens privilèges.

Que les habitants du Comté de Sault avaient toujours joui dans les Forêts du Roi, de l'usage gratuit de tout le bois qui leur était nécessaire, jusques en 1754, époque à laquelle un Arrêt du Conseil autorisa un Règlement fait pour la maîtrise de Quillan, qui changea leur usage gratuit en usage onéreux, en assujetissant les Habitants à payer le bois à bâtir qui leur sera nécessaire sur le pied par ledit Règlement.
(Cahier de doléances du Comté de Sault, les trois ordres. Doléances, art. 12)

...et l'onéreux qui leur a été mis en 1754 sur l'usage du bois...
(id art. 13)

Que les misérables habitants du Pays de Saut supplient très humblement Sa Majesté de vouloir les maintenir dans la jouissance de leurs privilèges, dans toute leur intègrité originaire, puisque leur triste et malheureuse situation les leur rend absolument nécessaires, notamment pour l'usage gratuit du bois, puisque les Seigneurs particuliers le donnent à leurs Emphytéotes.
(id. Vœux, art. 4)

71Il y a aussi ces conflits entre communautés où les unes n'acceptent pas de voir les autres user de territoires qui étaient en leur usage.

La communauté de Lespinassière demande d'être réintégrée dans la jouissance d'un bois et comunal qu'elle jouissoit autres fois et dont la communauté de Saint amans s'est emparée ce qui prive la communauté de Lespinassière du droit de dépaissance qui lui est nécessaire tandis que laÊcommunauté de Saint amans en a plus qui ne lui en faut, offrant par exhubérance le droit de payer au Roy ce bois.
(Caunes et Lespinassière au diocèse de Narbonne, art. 11)

72Pour quelle utilisation, ce bois ? Deux cahiers ne précisent pas laquelle, se bornant, l'une, à mentionner l'usage du bois (Comté de Sault), l'autre, le droit d'accéder à la montagne et

di couper du bois pour son huzage (Moux).

73C'est seulement le recueil du Comté de Sault, passage cité plus haut, qui spécifie que les habitants sont assujettis à payer le bois à bâtir qui sera nécessaire sur le pied, indication précieuse sur les pratiques de choix des arbres en forêt, en fonction des travaux à réaliser, soit de réparations, fréquemment citées dans les archives, soit de constructions neuves.

74Le mémoire des teinturiers assure que le bois à brûler est un article de première nécessité mais ne précise pas si c'est pour l'exercice de leur profession (on peut le penser car ils écrivent "article") ou pour tout habitant. Les paroissiens de Sainte-Colombe sur l'Hers, dont on reparlera, indiquent que placés au pied des Pyrénées et dans un pays rempli de bois, ils en trouvent difficilement pour leur chauffage et supplient Sa Majesté de chercher dans sa sagesse les moyens les plus propres pour que ses sujets trouvent plus facillement à se procurer cet objet de première nécessité. Aucune autre mention du bois en tant que moyen de chauffage indispensable et pouvant faire défaut ne sera faite. Il se pourrait que les besoins en combustible n'aient pas été aussi criants qu'ailleurs.

Sylva, saltus, ager : agriculture ou élevage

75Le rythme des peuplements humains sur les territoires a sans cesse modifié l'équilibre du couvert végétal. Plus d'habitants : besoin de parcours pour les troupeaux, nécessité d'étendre les champs. Moins d'habitants : abandon des cultures marginales, retour à la friche, victoire de l'arbre.

  • 21 "De petits défrichements intervenaient aussi après 1715 : ils n’ont pas dépassé 1 % de la surface t (...)

76À la fin du XVIIIe siècle, il semble bien que la très nette croissance démographique, entamée dès 1720, ait entraîné, en Languedoc comme ailleurs, un besoin nouveau de terres cultivables. Le mouvement de défrichage des garrigues et autres espaces faiblement boisés mais précieux pour l'approvisionnement en combustible, semble assez net, si l'on en croit les Cahiers, aussi bien dans le Carcassonnais que dans les Corbières et vers le Lauragais. Même si cette extension des cultures au détriment des espaces de pacages n'a pas été considérable, selon E. Le Roy Ladurie21, elle a fait l'objet de très nettes revendications visant à sa limitation. Les communautés demandent que soient limités les défrichements, pour ne pas priver les troupeaux de leurs terrains de parcours.

de supplier sa majesté de retirer les privilèges accordés a la province relativement aux défrichements, privilèges vraiment prejudiciables aux cultivateurs qui sont forcés de diminuer leurs troupeaux première source de fertilité ; et que sous peu de temps seront forcés d'y renoncer n'ayant plus de terrein propre à les faire depaître.
(Montirat, art. 2)

D'arrêter la fureur des deffrichements reconnue depuis quelque tems et assés généralement comme grandement nuisible a la depaissance des bettes a laine.
(Paraza, art. 20)

La permission que le ministre donna dans le tams de défricher, bien loin de tourner a l'avantage public lui est prejudiciable, en ce qu'il diminue la depaissance du bétail a laine et par une suitte necessaire la quantité de fumiers qu'il faut pour la Bonification des terres de sorte qu'on éprouvé que quoique on ensemence davantage on reculit moins de grains.
(Portel-des-Corbières, art. 15)

De retirer les privilèges accordés à la province relativement aux défrichements vraiment préjudiciables aux cultivateurs, qui alléchés par cet appat défrichent les terres nécessaires à la subsistance des troupeaux, première source de fertilité.
(Clergé. Sénéchaussée de Carcassonne, V, art. 17)

77Pourtant, une paroisse se distingue en demandant l'extension de son domaine cultivable.

  • 22 Tasque, ou agrier, ou champart : portion de la récolte due au seigneur par le censitaire (celui qui (...)

La communauté de Beaufort demande le droit de défricher dans les vacants sans être tenu a payer aucun droit de tasque22 ou que du moins il soit réduit au 18e tandis que le seigneur l'exige au 11e.
(Beaufort, diocèse de St Pons)

78Enfin, d'autres ressources existent dans les garrigues, qu'il faut maintenir.

les garrigues communes qui sont le principal du bétail a laine et la nourriture des abeilles qui fournissent ce beau miel si précieux.
(Portel-des-Corbières, art 7)

79Il est donc urgent de changer de politique forestière si l'on veut sauvegarder l'équilibre sylvo-agro-pastoral.

de restreindre la permission que sa majesté a doné de defricher, parce que dans la contrée ou est située la communauté des deffrichements continuels et inutilles vont la priver d'une denrée tres precieuse ; en fouliant la terre pour lamubly et la rendre cultivable, on détruit les boix cy bien que dans quelques années il nexistera pas un chaîne dans cette partie des corbieres ;
(Montlaur, art. 27)

Le bois d'industrie : des activités concurrentes

80Prendre sur le pâturage n'est pas bon pour le pasteur, charbonner du bois qui servira de matériau n'est pas bon pour l'artisan non plus, et les communautés ne se privent pas de le rappeler au roi. Les paroissiens de Ste Colombe écriront même deux cahiers pour y développer largement leurs arguments.

Défense de convertir en charbon les buis qui croissent dans la forêt de fanges, ils sont la seule ressource d'environ quatre mille ouvriers qui en fabriquent des peignes.
(Sainte-Colombe sur l'Hers, 1er Cahier, art. 2)

  • 23 "À partir de 1740, la forêt des Fanges devient un des principaux centres de bûcheronnage lié à l’ex (...)

Il existe dans cette communauté une fabrique de peignes de buis, qui occupe environ quatre mille ouvriers, tant dans la présente communauté que dans vingt autres du voizinage ; la quelle fabrique a été de tous les tems alimentée, et a reçu sa matière première des buis qui croissent à la forêt des Fanges23, dans la maîtrise de Quillan ; la seule capable de fournir aux besoins de la ditte fabrique et que Sa Majesté a concédée au sieur de Varnier, qui fait convertir les dits buis en charbon pour fournir à la forge qu'il a fait construire à Belvianes ; ce qui a obligé les fabriquants de cette communauté à épuiser tous les petits bois des environs, ensorte que la fabrique est à la veille de chaumer faute de buis ; et les dits habitants se voit avec douleur le moment ou un nombre considérable de citoyens occupés à la ditte fabrique, vont être privés de leur subsistance, si Sa Majesté ne fait deffendre au dit sieur de Varnier et a tout autres de convertir les dits buis en charbon ; et faire ordonner qu'ils seront réservés à l'avenir pour la fabrication des peignes.
(Sainte-Colombe sur l'Hers, 2e Cahier, art. 2)

  • 24 C. FRUHAUF a étudié les marchés du buis destiné à la fabrication des peignes et mentionne notre par (...)

81Ce chiffre de quatre mille ouvriers paraît aujourd'hui considérable et supérieur aux effectifs habituellement reconnus24 quoique ne désignant aucune aire de production bien délimitée : les 150 ouvriers cités par Fruhauf peuvent être ceux de la paroisse de Ste Colombe, les 4.000 des Cahiers ceux de la Sénéchaussée de Limoux et englobant tous les travailleurs à domicile ? Nous ne le savons pas.

82Le Tiers de Limoux reprend bien entendu les recommandations de la paroisse de Sainte Colombe, tout en indiquant l'importance de la filière buis pour la région, c'est-à-dire en proposant un coefficient multiplicateur par emploi de cinq.

  • 25 Esclapes : éclats de bois en général. Ici : ébauches de peignes. C. Fruhauf donne aussi ce nom aux (...)

et ce pour prévenir la disette totalle du bois qui commence déjà a se faire sentir dans ces cantons notamment celle propre à faire l'esclape25 servant à la fabrique des peignes branche de commerce dont le produit nourrit quinze ou vingt mille habitants.
(Tiers État. Sénéchaussée de Limoux, 40, art. 5)

83Et voilà maintenant les forges qui sont accusées des plus grands maux. Cette fois, les Cahiers n'invoquent pas l'argument du travail procuré à la population par les fabricants de fer et s'appliquent à les accuser, qui de rafler tout le bois de chauffage, qui de raréfier le matériau pour les peignes dont il vient d'être question. Puis, pour n'oublier personne, on accuse enfin tanneries et fours à chaux de nuire à la forêt.

Les forges absorbent tous les Bois de la communauté, rechercher les moyens d'y pourvoir.
(Sainte-Colombe sur l'Hers, 1er Cahier, art. 13)

Les habitants de cette contrée en trouvent difficilement (du bois) et à un prix excecif ; parce qu'il est tout employé à l'approvisionnement de sept forges, dont la plus éloignée est distante de cette comunauté de dix mille toises.
(Sainte-Colombe sur l'hers, 2e Cahier, art. 13)

Obligation aux foyers de Comerce demployer du charbon de terre pour le soulagement des boix et forêts qui sedétruisent.
(Mémoire du Commerce, art. 14)

L'extinction des forges et bouches à feu inutilles, dans toute l'étendue de la Sénéchaussée particulièrement celles qui sont chauffées avec les bois des forêts du Roi en indemnisant les propriétaires.
(Tiers Etat. Sénéchaussée de Limoux. 40, art. 5)

les Tanneries Et les fours a Chaux contribuent Baucoup a ces depredations.
(Montlaur ; art. 27)

Pour le rétablissement des bois

84Les Cahiers de plusieurs paroisses, celui de la corporation des teinturiers comme ceux d'assemblées du Tiers et du clergé expriment un souhait unanime : arrêt à la dégradation, instauration d'un règlement unique en matière de forêts.

85Chaque rédacteur, sans toujours bien prendre la mesure du problème, en appelle à l'autorité suprême pour faire cesser les abus et jeter les bases d'une gestion sylvicole efficace. Préciser le rôle des officiers municipaux, pénaliser les délits, lutter contre le dépérissement, reboiser et bien sûr, faire observer les ordonnances existantes, tels sont les souhaits exprimés, des Corbières au Lauragais.

Qu'il soit fait un règlement uniforme qui fixe l'étendue de la juridiction des officiers municipaux (...) et pouvoir de prononcer de paines pécuniaires contre ceux qui extirpent ou arrachent avec pioches (...) les arbustes ou arbrisseaux dans les garrigues communes.
(Portel-des-Corbières, art. 7)

les circonstances nécessitent depuis longtemps un règlement à ce sujet.
(Mémoire des teinturiers, art. 10)

De faire prendre en considération par la nation assemblée que les bois deviennent très rares dans le Royaume, et quil seroit convenable d'en planter dans tous les lieux reconnus ne pouvoir servir à d'autres uzages.
(Montolieu)

de pourvoir au Retablissement des bois a la conservation.
(Carcassonne, ville basse, art. 17)

que la Declaration du Roi du 5 juillet 1770 et autres loix relatives au Deffrichement des terres soit revoquée et qu'il soit avisé au moyens de conserver et d'ameliorer les forêts, bois et garrigues et de prevenir la Disette de bois.
(Limoux, art. 19)

De pourvoir au retablissement des bois.
(Tiers Etat. Sénéchaussée de Carcassonne, art. 34)

que la plantation des Bois Soit Encouragée par tous les moyens possibles.
(Tiers Etat. Sénéchaussée de Lauragais, XI, art. 2)

que les ordonnances des eaux et foret soient observées avec plus de Rigueur, pour empêcher la conversion des bois en terres labourables.
(Clergé. Sénéchaussée de Castelnaudary)

Préserver la ressource forestière

86Exprimées par des communautés agro-pastorales impliquées dans des activités préindustrielles, les doléances des Cahiers audois illustrent les relations des sociétés à leur espace boisé, et bien évidemment les besoins traditionnels en bois de chauffage et de construction.

87Ensuite, le rôle des terrains vacants est rappelé avec force, parce qu'ils sont à l'usage de tous et que le défrichement et la mise en culture amènera forcément une limitation des parcours. Dans une société rurale aux lendemains incertains, la méfiance vis-à-vis de la mono-culture est latente : en cas de mauvaise récolte, l'élevage comblera les déficits de revenus.

88Enfin, l'utilisation de la ressource forestière à des activités de production pour le commerce conduit à la préserver, à ne plus en user sans mesure. Privilégier la valorisation des bois implique leur conservation, leur mise en exploitation raisonnée. Il en est ainsi de l'approvisionnement des forges jugées dévastatrices de forêt Puisqu'on exploite le charbon de terre en Languedoc, qu'on le fasse venir en remplacement du charbon de bois, malgré les difficultés d'extraction et de transport de ce nouveau combustible. Les rédacteurs des Cahiers ont bien compris qu'il valait mieux transformer le buis en peignes dont l'exportation faisait vivre toute une population plutôt que le carboniser dans les meules.

89Parce que la forêt apparaît irremplaçable aux habitants, ils veulent en conserver l'usage. Cependant, constatant l'état de dégradation qui est la sienne et les menaces qui pèsent sur elle, ils en appellent au roi pour freiner leur décadence, les protéger, les faire revivre.

DOLÉANCES RELATIVES AU BOIS ET À LA FORÊT À TRAVERS QUELQUES COPIES DE CAHIERS HÉRAULTAIS

90Bien que le département de l’Hérault ne compte pas parmi les plus boisés de la région Languedoc-Roussillon, il aurait été intéressant d’étudier les réclamations des habitants des communautés proches des massifs de Montagne Noire, des monts Sommail, de Lacaune, de l’Espinouse. En effet, les conflits liés à l’usage du bois, et certaines dévastations dont les archives se font l’écho dans l’ancien régime témoignaient de certaines pénuries, aussi bien de combustible, que de terre à cultiver, que de subsistance : conflits, alors, entre gardes et coupeurs de bois, entre pasteurs et agriculteurs, entre propriétaires de bois de chênes verts et arracheurs de petits arbres pour en prélever les racines et l’écorce à vendre aux tanneries pour un complément de revenu.

  • 26 J.P. DONNADIEU. Doléances montpelliéraines et bittéroises. L’opinion publique et les cahiers. 1788- (...)

91Malheureusement, les cahiers des sénéchaussées de Béziers et Montpellier, s’ils ont bien été rédigés (196 pour la première, 200 pour la seconde) et emportés à Versailles par les députés des Etats Généraux, n’en sont pas revenus. C’est ce qu’explique un spécialiste26, résumant l’aventure des doléances de l’Hérault, pourtant bien consignées, après la clôture de l’assemblée de la sénéchaussée de Béziers, le 6 avril 1789 (196 cahiers différents des 3 États plus ceux des villes, bourgs, villages et communautés) et celle de la sénéchaussée de Montpellier, le 15 avril 1789 (200 cahiers). Ainsi que l’écrit Donnadieu, “les quatre cents cahiers ont été emportés à Versailles, ils n’en sont pas revenus”. Et il ajoute : “pire même, alors qu’il a été déposé au greffe des États, à Versailles, le volumineux cahier du Tiers État de Béziers n’a pas été retrouvé”.

  • 27 J.P. DONNADIEU. États généraux de 1789. Sénéchaussées de Béziers et Montpellier. Procès-verbaux et (...)
  • 28 J.P. DONNADIEU. Doléances... op. cit. p. 3.

92Que reste-t-il donc de cette immense consultation populaire et de ses demandes ? Uniquement quelques copies éparses dans les archives communales et des procès-verbaux d’assemblées. Ce sont ces quelques traces qui ont été réunies par le même Donnadieu27 et qui lui ont permis de se faire une opinion sur l’ensemble des plaintes qui avaient dû être celles des communautés de 1789 : “Les petites villes et communautés rurales se plaignent de la misère du temps -hiver rude 1788-89-, de la surcharge des impôts et dîmes, du poids inutile des grands travaux provinciaux. Ils dénoncent tous la constitution des États du Languedoc. Mais Lespignan et Sérignan ajoutent à des plaintes concrètes des vœux plus idéologiques où se développent les thèmes de l’égalité et de la fraternité, des droits de l’homme et de la liberté. La variété dans le mode d’écriture de la doléance, la présence de problèmes particuliers font d’autant plus regretter la disparition des centaines de cahiers qui auraient pu donner du bas-Languedoc en 1789 une idée riche et diverse”28.

93En ce qui touche aux forêts, les éléments d’analyse sont extrêmement réduits, et seules quelques notations ont pu être relevées dans les cahiers retrouvés.

Des espaces faiblement boisés

94La réalité forestière est sans doute plus proche du taillis, de la garrigue, de la friche au boisage clairsemé que de la futaie dense et riche en essences diverses. Deux cahiers signalent cette pauvreté des terrains.

comme aussi la plus grande partie de terrein est inculte n’étant composée que de buis.
(St Maurice de Navacelle)

  • 29 Allivrement : cote d’imposition foncière.

de toutes les communautés du diocèse de Lodève il n’y a pas une seule qui soit plus en droit de se plaindre que celle de St Saturnin, son sol est extremement Esterille, son compoix terrien ne contient que sept cent huitante deux livres onze deniers dallivrement29 les deux tiers sont en garrigues qui depuis un temp infini ne produisent que ronces et que depines...
(St Saturnin, diocèse de Lodève)

95Ce passage à lui seul fournit une foule de renseignements sur l’environnement de certains villages, implantés dans une nature peu favorable. Tout d’abord, et c’est très courant dans l’exposé des cahiers d’autres régions, les habitants veulent se présenter en défavorisés : personne ne peut être dit plus malheureux. Ils ne font pas état des intempéries, des inondations, non, c’est le sol qui est très pauvre, esterille, et pour étayer leurs dires, ils citent le montant des impositions foncières. Enfin, aussi loin que remonte la mémoire collective, seules sont produites ronces et épines sur les deux tiers de la superficie communale. On peut toutefois penser que cette garrigue fournit le combustible de ses chênes verts ou kermès.

Le bois, produit rare

96Si les villageois constatent la pauvreté de leur couvert végétal, les habitants des villes signalent aussi l’urgence d’une économie de combustible, car ils savent ce que leur coûte l’approvisionnement en matière ligneuse. Les uns comme les autres connaissent l’existence de charbon de terre et appellent de leurs vœux une exploitation plus vigoureuse des mines proches.

supprimer ledit des friches comme beaucoup plus nuisibles que profitables. Inhiber toutes factions des bois comme capables de depouiller entierement nos montagnes de combustibles et avec d’autant plus de fondement quenvironnés des mines de charbons de pierre en état de suppleer pour les manufactures a portees, a celui du bois. Cette innovation ne pourroit qu’etre avantageuse au public.
(Jaucels, diocèse de Béziers. « omissions au cayer de doleances de la communauté de Jaucels diocèse de Béziers pour suppléer a celles non comprises dans celui de la Senechaussée », art. 6.)

que vû la rareté Du Bois dans cette Sénéchaussée, la plantation de forêts la découverte et exploitation des mines de charbon de terre soit encouragées etré compensées.
(Cahier du Tiers. Sénéchaussée de Montpellier, chap. 9, art. 12.)

97Une catégorie d’artisans de Montpellier souligne, pour ses propres usages, la rareté d’un produit de la forêt, le liège. Ce sont les fabricants de bouchons qui demandent la détaxation de cette matière première importée. Cette réclamation indique bien la faiblesse de la production de liège en Roussillon, qui ne se développera vraiment qu’au début du XIXe siècle, avec les plantations et la culture du chêneliège.

98Pour favoriser les fabriques de France le liège venant de Catalogne ne devroit point payer de droits d’entrée en France.
(Cahier des fabricants bouchonniers de Montpellier.)

99que les lièges non ouvrés seront exempts de tous droits à l’entrée du royaume.
(Cahier du Tiers. Sénéchaussée de Montpellier. Chap. 11, art. 5.)

Le bois, rare et cher au producteur et à l’utilisateur

100Ceux qui disposent de forêt ne se trouvent pas pour autant privilégiés, soit que le climat n’ait pas été favorable, soit que les coupes ne soient pas autorisées. La communauté de St Gervais tente de fléchir le monarque pour obtenir une coupe de bois qui lui permettrait de payer ses dettes. Et pour sa propre consommation, la commune connaît aussi la pénurie.

Les vieux Bois taillis et des chatenettes (châtaigneraies) taillables ont péri ce qui est Dautant plus à considérer que ces sortes de Boix, sont ce qu’il y à de plus Considerable à St Gervais quoiqu’on ne puisse les couper que tous les six, sept ou huit ans, il faut néanmoins En payer les charges chaque année. (Art. 1)

Elle auroit à la vérité une ressource pour amoindrir ses dettes passives s’il plaisoit à sa majesté de lui permettre de vendre deux Bois d’une certaine Etendue qu’elle a tous abougris Eloignés de la ville ne lui portant point de Revenu et qui seroient susceptibles dune grande production ala faveur dun deffrichement. (Art 2)

Les Gelées Extrêmes et formidables de L’hiver courant ont causé Beaucoup de domages et augmenté la misere des habitons de St Gervais et des Lieux voisins qui sont cette année plus hors D’État que Jamais de pourvoir aleur Subsistance et de payer les impôts, les arbres et les semences ont péri dans la terre (...) a St Gervais la misère est accablante, le Bois devenu cher va lui manquer.
(Art 5. St Gervais, diocèse de Castres. Sénéchaussée de Béziers.)

101Et celui qui utilise le bois pour ses ouvrages s’aperçoit également de son renchérissement, non seulement par les taxes qu’on perçoit sur les marchandises, mais aussi du fait de la rareté du matériau. Le Cahier des plaintes et doléances des artisans du bois de Béziers et environs ne considère cependant pas le prix excessif du bois comme la première des difficultés de la profession. Si les spécialistes n’ont pas assez de travail, on le doit d’abord aux particuliers ou aux ouvriers qui n’ont pas été reçus dans le corps des maîtres et qui prétendent faire leur travail, sans avoir recours aux artisans. Très habilement, et avec raison, ceux-ci démontrent qu’il est indispensable de connaître les règles de l’art pour mettre en œuvre le matériau.

102Ainsi, la limitation de la concurrence sauvage par les restrictions à l’exercice du métier va de pair avec l’allègement des droits et taxes dans le catalogue des plaintes. Il faut donc citer tout l’article premier des doléances :

deffendre plus rigoureusement aux particuliers de s’ingerer dans L’exercice de la profession de menuisier et charpentier sans avoir été Reçus maitres, et par consequent sans contribuer aux charges dud Corps, deffendre encore plus Rigoureusement aux membres de divers corps d’entreprendre la moindre chose sur les objets Relatifs à Leurs Professions Respectives.

Ces deffenses tourneraient non seulement a L’avantage des membres du Susd corps, mais à l’avantage du public en ce que le plus grand nombre de particuliers qui se melent d’achetter et placer le bois de charpente, ne connaissent que très imparfaitement la qualité du bois, la force qu’il doit avoir relativement a ses differentes portées de sort qu’il arrive journellement que des édifices s’ecroulent en tout ou partie, presque au moment ou L’on a fini de Les construire.

  • 30 Leude : droit de place perçu par le seigneur sur toutes les marchandises étalées au marché.

On a soumis depuis quelques années le Bois qui Leur est necessaire dans L’exercice de Leur profession, au payement d’un droit de Leuder30 a l’entrée de cette ville ce qui renchérit Beaucoup Le bois, qui n’est deja que trop Cher, par Luy meme, acause de sa raretté et porte Le plus grand prejudice au susd corps.
(Cahier des plaintes et doléances du corps des maîtres menuisiers et charpentiers. Diocèse de Béziers. Sénéchaussée de Béziers).

103Voilà donc tout ce qu’on peut présenter de ces doléances héraultaises, à partir de ce qu’il reste des Cahiers, seulement quelques traces. Celles-ci nous indiquent cependant que ce pays de garrigues recélait combustible, matière première, matériau, marchandises très recherchées, comme dans les autres départements de la région. Moins développées, limitées à quelques productions spécialisées, les industries de l’Hérault liées au bois n’en représentaient pas moins un risque de déforestation souligné par certains rédacteurs.

QUELQUES REMARQUES SUR LES DOLÉANCES RELATIVES AUX ESPACES BOISÉS DU GARD EN 1789

Doléances de la Communauté de Saumane données en conformité des ordres du Roy

La communauté de Saumane située au Dioceze d’Alais et au centre des Cevenes offre aux yeux de l’observateur attentif le tableau de ce que ce païs sera un jour. De vallons assés bien cultivés à cause de leur peu d’étendue et de Rochers vifs et sans nombre sortis pour ainsi dire du sein des montagnes, effet des ravines et des torrents formés sur leur pente rapide qui les ont mis à découvert en entrainant toutes les terres ; tel est le coup d’œil pittoresque de cette communauté. Un vallon que l’industrie de ses habitants à poussé à son plus haut période de valleur et de produit, et des montagnes déjà pelées et ne présentant sur leurs croupes que quelques chataigners épars ça et là suspendus sur leurs racines. Vainement les habitants de cette communauté lutent-ils contre les éléments en rapportant sur leur dos des terres déjà dessendues au fond des vallées, vainement soutiennent-ils par des murs éllevés à gros fraix les recoins de terre qui subsistent encore dans quelques parties de ces montagnes, leurs efforts insuffisants céderont à la fin à la nature et à la position de leur sol, la funeste expérience qu’ils en font tous les jours en est la preuve indubitable ; un orage de quelques heures leur enlevant dans le moment le fruit d’un travail de plusieurs années. Cependant ces mêmes montagnes répandues dans la communauté de Saumane étoient lors de la section de son cadastre couvertes de châtaignes, elles furent donc compesiées comme fertiles et productives et ses infortunés habitants en suportent aujourd’huy les charges comme telles et dans le fait ce n’est rien moins que cela comme on vient de le remarquer.
Leur vallon dont la culture leur fait honneur leur fournit une modique quantité de bled seigle et menus grains, la petite étendue de préries leur sert à defaut de pâturages à l’entretien de quelques cabaux qui ne leur procurent pas la moitié de l’engrais necessaire à la culture de leurs champs naturellement peu fertiles, et ce n’est qu’à force de bras, ne pouvant se servir de bêtes de somme à cause de la rapidité du terrein et du manque de fourrage, qu’ils supleent
à ce defaut d’engrais en remuant et éffondrant leurs terres de tems en tems. On sent que cette maniéré de cultiver leur est très coûteuse et qu’elle absorbe plus de la moitié de leur produit.
La culture des mûriers à laquelle les habitants de cette communauté s’adonnent depuis environ soixante ans ou le produit de leurs cocons suffit à peine à payer leurs charges, et le restant du bled, châtaignes et autres comestibles qui leur manquent pour leur nourriture. Une mince fabrication de laine fournit au necessaire de leurs habits. On peut conclure de ce que nous venons de dire que le revenu du sol de la communauté de Saumane et l’industrie de ses habitants leur procurent d’une maniéré fort étroite le moyen de payer leurs charges et les premières nécessites de la vie. Il y a une observation à faire encore sur cela, qui est que leur vallon étant tout complanté en mûriers, ce genre de production leur représentant ce qui leur manque d’ailleurs, il leur seroit très précieux de le conserver, mais l’affligeante perspective qu’ils ont devant les yeux de le perdre tôt ou tard, leur présagé ou une extrême misère ou une dépopulation necessaire. Car on ne sauroit se dissimuler que le mûrier ne vit qu’on certain nombre d’années et qu’un même terrein ne supporte plus une seconde plantation.
Il n’existe que deux ressources aux habitants de cette communauté pour parer à un avenir aussi triste. La première consisterait à leur procurer des encouragements pour achever de défricher quelques recoins de terre incultes qui leur restent, mais qu’ils ne peuvent entreprendre dans leur position présente, encouragements qu’ils n’ont pû jamais obtenir à titre d’indemnité par les administrations provinciales et Diocezaines.
La seconde ressource seroit de rendre cette communauté communicative avec le pais d’où elle retire à gros fraix le bled, le vin, l’huile, la laine, les toiles etc. en y pratiquant un chemin roulant, faveur encore qui lui a été constamment refusée par les mêmes administrations. Leur injustice à son égard a été poussée plus loin, elle n’a pû, quelques éfforts qu’elle ait fait obtenir des représentants dans aucune de leurs assemblées, et cependant elle participe à la nomination des députés à la plus auguste et la plus respectable de la Nation, celle des Etats-generaux.
Dans cette communauté, qui est composée de Cent-cinq feux, il y a beaucoup de biens nobles, d’autres qui appartiennent à l’Eglise, les uns ni les autres ne contribuant en rien aux charges de l’Etat. Les impositions reelles et personnelles se portent annuellement à la somme de trois mille livres. Les impositions indirectes telles que la gabelle, contrôle, centième denier, marque des cuirs etc. pesent considérablement sur ses habitants. Son sol est assujetti aux redevances de plusieurs Seigneurs.
Mais le principal abus dont cette communauté a à se plaindre puisque celui-la seul lui est plus onnereux que tous les autres impôts joints ensemble, abus dont les lumières du siecle commencent à démasquer l’origine vicieuse et duquel les États generaux ne manqueront pas de s’occuper, C’est celui de la Dîme. Il est notoire dans la communauté qu’elle y étoit anciennement perçue à la côte dix-huit. On a trouvé le moyen de la faire payer à la cote douze generalement sur tous les fruits en faveur du Chapitre de Montpellier, par ce moyen les malheureux habitants se voyent enlever au moins la moitié de leur revenu fruit de leurs sueurs et devorer à douze lieues de distance par des gens qui ne se souviennent pas plus de la communauté de Saumane que si elle n’existait pas.

Malgré toutes les impositions, redevances et prestations, la communauté de Saumane n’a été comptée pour rien dans l’ordre politique et munucipal de la province et du Diocèze dont elle est membre, jamais elle n’a participé, ou bien faiblement aux indemnités pour les cas fortuits, jamais elle n’a obtenu aucune gratification, jamais de bonifications, jamais d’encouragements, et Elle est invitée par son Roy à venir verser dans son sein paternel les peines et les maux de ses habitants et y chercher le remede. Quel contraste ! ou pour mieux dire quelle tendre sollicitude ! quel amour que celui de ce bienfaisant monarque pour les habitants de cette Communauté ! Le souvenir d’un bienfait aussi signalé restera à jamais gravé dans leur cœur en caractères inefaçables, et son nom sacré ne sortira de leur bouche que pour bénir la Divinité de leur avoir donné un Roy selon son cœur, et l’implorer sans cesse pour la conservation de son Auguste personne et la prospérité et la gloire de son regne.
(Saumane)

  • 31 La présentation des cahiers de villages du Gard est faite presque toujours sur une double feuille d (...)

104Si j'ai choisi de citer le cahier de doléances de Saumane dans son intégralité, ce n'est pas en raison des louanges adressées au souverain -captatio benevolentiae oblige-, mais à cause de la présentation qui est faite de la communauté de Saumane, située dans son cadre naturel, dans son environnement. Contrairement à bien d'autres cahiers du Gard31, beaucoup plus sommaires, réduits à de simples articles juridiques ou financiers, le cahier de Saumane traduit la réalité quotidienne. En cela, il est exemplaire des communautés du Gard, situées au pied des Cévennes. Des sols pauvres, un climat rude, des précipitations qui ruinent, le temps d’un orage, des mois d’efforts à construire les murets de soutènement des terres. Production agricole limitée, mais revenus tirés d’autres spéculations comme le mûrier, dont les habitants redoutent la fin prochaine.

105Terre peu fertile, puisque les châtaigniers, clairsemés à l’époque, se trouvaient nombreux auparavant, si l’on en croit le rédacteur. Il y aurait donc eu dégénérescence ou abandon de cette essence au profit du mûrier. Ces derniers châtaigniers seraient donc les ultimes témoins “suspendus sur leurs racines”, c’est-à-dire isolés au milieu de terres ravinées. Et plus loin, le rédacteur ajoute : “les montagnes sont déjà pelées”, on peut donc supposer qu’elles furent un temps couvertes d’arbres, et non défrichées et déforestées.

  • 32 Cette opération avait encore cours aux années 1950 dans la montagne des Vosges où les paysans remon (...)

106Le pessimisme de ce cahier de Saumane semble plus grand encore que la plupart de ceux que j’ai pu examiner dans l’Ouest de la région. Non seulement les cultivateurs doivent “rapporter sur leur dos des terres déjà descendues au fond des vallées”32, mais leur manière de cultiver est très coûteuse et ne rapporte pas beaucoup. Il y a peu d’espoir, et le rédacteur estime que “leurs efforts insuffisants céderont à la fin à la nature et à la position de leur sol, la funeste expérience qu’ils en font tous les jours en est la preuve indubitable”.

107Qu’on les aide, donc, en les encourageant à défricher ce qui ne l’est pas encore, pour étendre leurs aires cultivables, et qu’on supprime ou tout au moins réduise une dîme trop lourde qu’ils ne peuvent plus assumer.

Un environnement rude et dangereux

  • 33 Les cahiers de doléances du Gard n’ont pas tous été édités. L’ouvrage de E. Bligny-Bondurand Cahier (...)

108Ce que le cahier de Saumane nous apprend sur la pauvreté des sols, l’escarpement des collines et le faible revenu agricole, nous le retrouvons dans d’autres cahiers33, plus brièvement énoncé, mais non moins significatif des malheurs, des difficultés des temps et des lieux.

109Tel est le cahier de Bagard, dans le diocèse d’Alès, se plaignant que les moyens pour se débarrasser des loups sont insuffisants car il faudrait passer trop de temps pour capturer les prédateurs, temps que la récompense prévue ne pourrait rémunérer.

L’administration provinciale, celle du diocèze d’Alais et autres, se sont occupées des moyens à prendre pour parvenir à la destruction des loups, on a promis une récompense à ceux qui en tueraient qui est de 24 l pour chaque louve, 18 l pour un loup et 12 l pour un louveteau.
(Bagard, art. 10)

110Plusieurs mentions de loups, de leurs attaques, de leurs méfaits, existent dans les cahiers de cette région. On peut penser que leur présence à proximité de ces villages était favorisée par des zones de végétation dense qui, si elles n’avaient pas dénomination de forêt, n’en représentaient pas moins un couvert apte à abriter les animaux sauvages.

111D’autres cahiers précisent quels types d’intempéries s’abattent sur le pays. Celui de Chamborigaud décrit bien les dégâts que la neige cause aux arbres.

entourée de montagnes scituée presqu’au pied de celle de la Lozere n’a qu’un très médiocre revenu qui consiste principallement en chataignes et feuilles de muriers revenu cazuel qui a d’ailleurs diminué du quart par leffet de la neige qui tomba la nuit du huit au neuf au mois de janvier dernier (1789) et qui sétant amoncelée et gelée par couches sur les arbres, son poids ebrancha une très grande partie des mûriers, des chataigniers, des fruitiers et ensuite le degel occasionna l’éboulement de partie des murailles qui soutiennent la terre dans les endroits scitués sur les coteaux et les chataigniers sur les coteaux deracinés par les ravins qui se forment lors des grosses pluies sur la pente extremement rapide.
(Chamborigaud, art. 1)

  • 34 Le châtaignier était cultivé d’abord pour son fruit. Cf. Bruneton-Govematori. Le pain de bois. Ethn (...)

112Et mention, encore, du châtaignier, cet arbre faisant de la forêt un espace nourricier34 et un complément indispensable du champ et du pré, souvent la base de l’alimentation.

pays très escarpé, n’offrant presque partout que des montagnes, des collines, des roches, des vallons, des ruisseaux, des rivières et des précipices ; pays exposé par la nature de son climat à la sécheresse, à des grains, à des orages et à de grandes pluies qui entraînent successivement les terres du malheureux cultivateur ; pays si stérile qu’il ne produit pour ainsi dire, bien encore fort peu, que du châtaignier ; une terre ambulante que les eauxentraînent.
(Bonnevaux).

113La rédaction des cahiers contient parfois des expressions fortes, de véritables trouvailles de langage, que seuls les gens de la terre ont pu inventer. Après l’image des châtaigniers “suspendus sur leurs racines”, voilà l’évocation d’un sol fuyant, emporté au gré des orages, la “terre ambulante”, arrachée aux montagnes.

114D'autres communautés encore introduisent leurs plaintes par un exposé de leur cadre de vie.

Que cette paroisse, étant située au pied de la montagne de l'Espérou, entre des collines d'une rapidité effrayante, terrassées depuis la racine jusqu'au sommet, et où les éboulements, les inondations et les glaces enlèvent fréquemment les récoltes.
(Aumessas, art. 1)

Qu'ayant le malheur d'être située au pied de hautes montagnes, couvertes de glaces et de neige la plus grande partie de l'année qui occasionnent, par les froids qu'elles produisent, l'enlèvement et la perte fréquente du peu de récolte que le terrain montagneux, pénible, ingrat et stérile de cette communauté peut lui promettre à force de travail.
(Bez, art.l)

La communauté de Sénéchas est sise sur trois chaînes de montagnes. Sa situation est rude et escarpée. Les montagnes de la Lozère qui sont au couchant et la dominent en rendent le climat fort froid. En automne, les torrents qui descendent des monts entraînent le terrain, déracinent les arbres. Il y a des bois sauvages en plusieurs lieux à cause de la maigreur du terroir et de la rudesse du pays.
(Sénéchas)

115Plus précis encore, et peut-on les suspecter d'exagérer leur situation, les habitants d'Aujaguet, quand ils égrènent les vicissitudes des travaux et des jours :

Cette communauté est située dans les montagnes escarpées des Cévennes. Le terrain est ingrat et ne se soutient que par une multiplicité de murailles qui forment des amphithéâtres. Les travaux en sont immenses et l'entretien des plus coûteux mais les fortes pluies, les ravines, entraînent fréquemment les terres, partie des murs de soutènement. Depuis l'enfance jusqu'à la caducité, les malheureux habitants, de tout sexe, sont accablés sous le poids des faix de terre et de pierre qu'ils remontent aux amphithéâtres abattus. Ils fouillent, à force de bras, entre les rochers, en brisent pour y substituer la terre qui a été entraînée, et pour prix de tant de fatigues, ils sont nourris avec ce qu'ils ont de plus mauvais, de leurs châtaignes et de pain noir.
(Aujaguet, introd.)

Des espaces boisés mal protégés

116Peu nombreuses et peu denses dans le département du Gard, les forêts sont tout naturellement convoitées par des utilisateurs occasionnels, de bonne foi ou fraudeurs. C'est pourquoi quelques communautés se plaignent des dévastations et réclament des lois afin de réprimer les délits.

Que, comme malheureusement cette communauté se trouve une des plus pauvres de la province, n'y ayant que des bois, qui sont dévastés journellement par des gens sans aveu et sans suite, elle jouisse de quelque faveur sur la diminution du contingent de ses charges (...) de supplier Sa Majesté de faire punir de pareilles gens sans aveu qui, par leurs désordres, enlèvent aux habitants l'unique ressource de pouvoir payer leurs charges.
(Thoiras, art 16)

Que toutes les maîtrises des eaux et forêts soient supprimées et donner pouvoir aux officiers des lieux de veiller à la conservation des bois des communautés qui sont totalement dévastés par la faculté que les habitants et usagers ont droit d'y prendre journellement ce qui les abougrit et cause leur destruction.
(Cornillon, art. 52)

Les bois taillis, qui ont déjà fait l’attention du gouvernement, qui craint d'en manquer, et a indiqué des moyens pour les augmenter, sont continuellement ravagés et dévastés, surtout par certaines gens des villes voisines, qui sont des misérables. On n'a d'autre ressource pour les punir que de leur faire des procédures qui, outre qu'elles coûtent, ne les corrigent point. Il serait avantageux, non seulement aux propriétaires, mais encore à l’État, qu'il y eût des ordres pour punir d'autorité ces ravageurs, et que les maréchaussées fussent chargées de les arrêter et traduire sans frais dans des maisons de force, pour y rester le temps qui serait réglé.
(Tornac, art 12)

117Surveiller et punir, telles sont les solutions proposées au monarque. Mais aussi, établir des règles d'utilisation des bois.

Il conviendrait défaire un règlement fixe et durable.
(Cornillon, id.)

Que toutes les maîtrises des eaux et forêts soient supprimées et que l'ordonnance de 1669 donnée à cet égard soit simplifiée au point que l'exécution devienne plus facile.
Qu'il soit fait un règlement général pour tous les bois dont jouissent par indivis les habitants de paroisses telles que celle-ci qui en a d'assez considérables, qu'elle jouit par indivis avec le seigneur du lieu et autres quatre communautés composant le marquisat et mandement de Montclus, de manière que lesdits bois sont jouis par trop de chefs, ce qui excite les habitants de chaque lieu et usagers à s'en approprier le produit en l'enlevant furtivement, et opposant même la force des armes à feu contre les gardes et autres personnes préposées à leur conservation, à laquelle la province de Languedoc a le plus grand intérêt à veiller, par le besoin qu'elle a d'avoir du bois.
(Issirac, art 51 et 52)

Que l'on fasse plus strictement observer les règles d'exploitation.
(Lirac, art 15)

Qu'il ne soit plus accordé d'arrêt du Conseil en permission d'exploiter des bois, que sur l'avis et les délibérations des communautés qui les avoisinent, et que les règles d'exploitation et de vente des bois taillis soient plus rigoureusement observées.
(St Laurent des Arbres, art. 51)

Qu'il soit fait un règlement général pour tous les bois des paroisses, et pour prévenir les destructions que les usagers y occasionnent journellement.
(Salazac, art. 50)

118Ensuite, il serait souhaitable d'établir des gardes pour faire respecter les droits des usagers.

Qu'il soit établi des gardes pour éviter que les fruits et les bois soient au pillage, comme ils le sont actuellement.
(Lédignan, art. 19)

Qu'il soit permis de mettre un garde-fruits et bois, pour éviter que tout ne soit au pillage, comme il l'est actuellement.
(St Nazaire des Gardes)

Qu'il soit établi des gardes pour éviter que les fruits et les bois ne soient au pillage, comme ils sont actuellement.
(Savignargues-les-Anduze)

119En même temps, il faut confirmer les utilisateurs des espaces boisés dans leurs droits ancestraux. Souvent en effet, les seigneurs et autres possédants comme les ordres religieux, refusent de voir les gens du lieu fréquenter leurs arbres. Nouvelle source de conflits, parfois violents, et qui sont évoqués dans les cahiers.

Que cette communauté soit réintégrée dans le droit de prendre des bois amers et émondilles, de même que de ramasser les glands dans les bois enclavés dans le terroir de ladite communauté, conformément aux anciens usages ; duquel droit ils ont été dépouillés par leurs seigneurs, qui sont même parvenus à s'emparer des titres établissant ledit droit..
(Vénéjean, art. 1)

Que son terroir a encore, du côté du couchant, un confront qui est plus à craindre que celui du nord. Ce sont les chartreux de Valbonne, possédant des biens immenses dont on ne peut rapporter la contenance, soit en forêts d'un très grand produit, superbes domaines, sans en payer aucune charge, s'en étant injustement affranchis, en les faisant supporter aux misérables habitants de St Paulet.
La communauté de St Paulet avait jadis le droit de dépaissance dans une partie appelée la Pegaïre, de la forêt desdits chartreux, mais droit que ceux-ci n'ont pas manqué de faire perdre, à force de menaces et exécutions violentes. Et si quelque habitant de St Paulet s'est permis, par la force de la nécessité surtout l'hiver dernier, d'aller dans la forêt desdits chartreux, y prendre quelque mauvais bois, ceux-ci ne se sont fait aucun scrupule de leur faire tirer des coups de fusil, dont il y en eut de considérablement blessés, par leurs gardes.
(St Paulet de Caisson, art. 3 et 6)

Eviter les défrichements pour maintenir les pâturages

120Ici comme ailleurs, le choix entre agriculture et élevage ne va pas sans heurts. Vouloir étendre les surfaces cultivables, c'est amputer d'autant les herbages de garrigues et de futaies claires. D'où la crainte des défrichements manifestée par certaines communautés.

Que les défrichements des bois soient défendus, et que l'on fasse plus strictement observer les règles d'exploitation.
(Lirac, art 15)

Les défrichements étant devenus trop considérables depuis qu'ils ont été favorisés, Sa Majesté doit être suppliée de défendre qu'il en soit fait de nouveaux, afin de multiplier les bois nécessaires aux troupeaux,
(St Geniès de Malgoirès)

Qu'il soit fait défense aux propriétaires de bois de chênes-verts et de terres hermes, de faire aucun défrichement dans les dits bois et terres hermes, comme on le pratique depuis longtemps.
(St Julien de Cassagnas)

Qu'il soit défendu de défricher les bois, patus et garrigues, et notamment sur le penchant des montagnes, dont l'irruption des eaux emporte la bonne terre et ne laisse que le gravier.

Qu'il soit fait un règlement général pour tous les bois des paroisses, et pour prévenir les destructions que les usagers y occasionnent journellement.
(Salazac, art. 46 et 50)

Que les défenses de défricher les bois et landes communs soient renouvelées, et que les défrichements ne puissent avoir lieu sans le consentement des communautés.
(Sénéchaussée de Nîmes, cahier du Tiers Etat, chap. V, art. 2)

Politique sylvicole et rareté du bois

121Dans des contrées peu favorisées du point de vue forestier, là où le volume de bois sur pied n'est jamais considérable, la crainte de la pénurie de combustible et de bois d'œuvre existe plus qu'ailleurs. Elle s'exprime dans plusieurs cahiers. L'un d'entre eux, faute de statistiques précises en arpents, estime le rapport des essences croissant sur le terroir.

Le territoire renferme une contenance peu étendue de terrain, dont un tiers en bois de chênes-verts, l'autre partie en friches et rochers et l'autre en terres labourables de médiocre rapport, aujourd'hui surtout que les oliviers sont presque morts par la rigueur du froid que nous éprouvons.
(Vers, art 2)

122D'autres communautés s'alarment de la rareté du combustible.

(...) les combustibles, si rares depuis quelque temps.
St Geniès de Malgoirès, art. 38)

Que, le bois à brûler devenant tous les jours plus rare, cet objet soit pris en grande considération.
(Sénéchaussée de Nîmes, Tiers État, art. 11)

123D'où la nécessité de modifier la sylviculture et d'orienter les choix en matière de politique forestière. Conservation, replantation, mise en défens, suppression d'une administration incompétente, enfin réglementation des importations afin de sauvegarder l'activité de la filière-bois, la panoplie des mesures réclamées, loin d'être exhaustive, n'en témoigne pas moins du souci de maintenir et de promouvoir la forêt.

Cette communauté possède en toute propriété des garrigues complantées de chênes-verts, d'environ deux cents salmées d'étendue dont elle ne retire aucun profit, parce que, gênée par les entraves de l'administration, elle n'a jamais pu obtenir la permission de les mettre en défens et d'avoir un garde pour en protéger l'accroissement. On pourrait en abandonner une partie aux pauvres habitants du lieu pour leur usage. Tout le surplus, mis en défens, formerait un bois taillis de très belle venue, qui serait d'un grand soulagement pour la communauté et d'une grande utilité pour le public qui manque de bois.
(Bezouce, art. 7. Bois.)

Qu'il sera avisé à la conservation des bois qui, par l'abandon où on les laisse, mettent le Languedoc à la veille de manquer de cet objet de première nécessité.
(St Nazaire, art. 20)

  • 35 Bestiaux, de "capitale", bétail.

Il aurait été avantageux à la communauté qu'on eût laissé incultes et en forêts les quartiers les plus montueux et escarpés, ceux remplis de rochers, les qualités de terrains argileuses. La raison en est qu'on n'aurait pas jeté sur cette communauté une si forte cote de tailles, peu proportionnée aux facultés des habitants, et qu'une partie de ce territoire, se trouvant en bois, aurait fourni le moyen de tenir des cabaux35 suffisants pour en améliorer le reste. D'où l'on conclut qu'il serait bon que tous les endroits scabreux, arides, remplis de rochers, dont le revenu, bien loin d'en payer les charges, est absorbé par la culture, ces endroits formant au moins la moitié de l'étendue de la communauté, fussent remis en bois de chênes verts et blancs, arbustes, genêts et broussailles, comme ils étaient auparavant..
(Sénéchas, art 88)

L'aliénation des domaines, l'entretien des bois et la jurisprudence des eaux et forêts.
(Sénéchaussée de Nîmes, cahier de la Noblesse, art. 5)

Les tribunaux d'exception supprimés et notamment les maîtrises des eaux et forêts.
(Navacelle, art. 9)

Considérant, de plus, que le pays des Cévennes ne subsiste que par l'industrie que lui procurent les fabriques de soies et de tonneaux, lesdits habitants espèrent de sa bienfaisance l'encouragement de l'agriculture, du commerce, des dites fabriques et la prohibition des douelles et cercles étrangers ; ou du moins un tel droit à leur entrée dans le royaume qu'ils ne deviennent point nuisibles, comme ils le sont déjà, aux bois taillis des Cévennes. (Sumène, art. 5)

124Comparés aux cahiers de doléances des Pyrénées-Orientales et de l'Aude, les cahiers du Gard permettent une approche différente, mais non moins fructueuse, des rapports des communautés rurales et de leurs forêts. Dans ce département, les espaces boisés n'ont pas la même configuration ni la même étendue que dans les territoires situés plus à l'Ouest. Mais les besoins en chauffage des habitations n'en étaient pas moins importants, bien que cette question ne soit pas évoquée aussi fréquemment qu'ailleurs.

125D'autre part, l'usage de la forêt en ce qui concerne le bois de construction n'est pas souvent exprimé dans les cahiers du Gard. La préoccupation principale des communautés est d'abord d'arrêter les dévastations imputées aux gens des villes et d'obtenir une réglementation qui ne soit pas faite au bénéfice des possédants uniquement. Le souci de maintenir une activité d'élevage est sous-jacent à la plupart des doléances.

126Enfin, il est intéressant de noter qu'à la fin de l'Ancien Régime apparaît dans le Tiers État, à travers l'expression des communautés ordinaires, le souci de replantation. Reconstituer un couvert boisé, vouloir maintenir des vacants où l'arbre existe, même s'il s'agit de bouquets ou de taillis et non de chênes centenaires, démontre la volonté de conserver les droits anciens. Non pour en abuser, mais afin d'assurer aux non-possédants la possibilité d'accéder aux territoires communs.

CAHIERS DE DOLÉANCES DE LOZÈRE ET FORÊT

127Les Archives départementales de Lozère ne possèdent pas les originaux des Cahiers de doléances de ce département, et seules quelques sources imprimées m'ont permis de relever de rares éléments concernant les plaintes des habitants relatives aux forêts et à l'usage du bois.

  • 36 Cahiers de doléances du Tiers État de La Canourgue. 18 mars 1789. Cahiers de doléances des trois or (...)

128Le cahier de La Canourgue est publié, ainsi que ceux des trois ordres de la Sénéchaussée du pays de Gévaudan36.

129Le Tiers État de La Canourgue expose l'état précaire de la communauté et tire prétexte de cette pauvreté pour demander une diminution des impôts.

La diminution des tailles dans tout le diocèze, et nottamment dans cette communauté attandu que le sol est ingrat, sterille, sujet à toutes sortes de cas fortuit à cauze du voizinage des montagnhes, expozé d'ailleurs à des fréquentes inondations qui ont très souvent emporté la récolte dans le valon et endomagé considérablement les maizons dans la dite ville.

130Ensuite, il va exposer dans plusieurs articles son désir de voir limités les défrichements, réprimés les délits et assurée une distribution plus juste des communaux.

Et qu'il soit de plus fort deffendu de deffricher les terres en pente.
(art. 21)

Que la juridiction des consuls puissent juger sans appel des contestations des habitants jusqu'à la somme de dix livres et des délits qui se commettent dans les jardins, champs, prés, bois, devois avec les bestiaux ou autrement.
(art. 36)

Que les devoix ou communeaux, appartenant à différents villages ou particuliers, soient partagés ou divisés suivant l'allivrement.
(art. 37)

131Parmi les cahiers des trois ordres, seuls ceux de la Noblesse et du Tiers font mention des problèmes liés à la forêt.

132C'est ainsi que le Cahier de doléances, plaintes et remontrances de l'ordre de la noblesse du pays de Gévaudan s'attache aux conditions difficiles du pays, imposé comme s'il était situé en plaine.

Que la contribution relative des diocèses de Languedoc soit réformée sur de nouvelles vérifications. Il est facile de prouver que les fonds du Gévaudan ont perdu par les pluies et la fonte des neiges une partie de la valeur qu'ils avoient lorsque ce pays fut imposé sur le pied du dix-neuvième de la province, les diocèses en plaine ou peu montagneux ont gagné par les plantations et les défrichements. La première de ces améliorations est impossible en Gévaudan et la seconde ne l'est pas moins, vu la difficulté d'en faire dans un pays aussi pauvre et la modicité des récoltes qu'on a lieu d'espérer de son sol ; d'ailleurs la Loi, d'accord avec l'avantage du pays, interdit les défrichements sur la crête et les pentes rapides des montagnes.

133Le deuxième point sur lequel insiste la noblesse est la pénurie de bois, et la nécessité de pallier ce manque par d'autres sources d'énergie.

De prier le Gouvernement d'envoyer des gens habiles pour vérifier s'il y a ou s'il n'y a pas possibilité de trouver des mines de charbon de terre en Gévaudan, ou a portée, vu la rareté des bois qui augmente toujours, pour encourager ou non les spéculations dans les plantations.

134Quant aux Cahiers de doléances, instructions et réclamations du Tiers Etat du pays de Gévaudan pour être remis aux députés aux États Généraux de 1789, ils insistent, dans l'introduction, sur la rudesse du pays, le manque de commerce, les désastres du climat.

Nul pays n'a besoin de ses bienfaits (du Roy) comme cette contrée : un sol aride et montagneux, un climat froid, la privation de tout commerce, des désastres fréquents occasionnés par les grêles et les orages.

135Dans un tel pays, peu favorisé, il faudra s'attacher à préserver les moindres ressources et à les multiplier, en particulier les forêts communes.

Que le Gouvernement veillera avec plus d'attention à la conservation des bois communs ou sujets à des usages et qu'il sera accordé des récompenses à ceux qui en formeront de nouveaux.

136Ainsi, très brièvement mais très justement, ces quelques articles résument toutes les attentes des communautés et leur désir de voir prospérer leur forêt.

137Il peut apparaître un certain décalage entre les délits forestiers dont il est fait mention fréquemment dans l'Ancien Régime et les plaintes consignées dans les cahiers. Toutefois, on peut constater que pour tous les départements, d'une manière ou d'une autre, les conflits ayant pour origine l'usage de la forêt affleurent dans beaucoup de textes.

138Bien entendu, les délinquants, qui n'étaient pas toujours bandits de grand chemin mais habitants respectables, n'allaient pas exposer directement au roi leurs démêlés avec les seigneurs ou les ordres religieux par gardes interposés, cela aurait été se désigner comme fauteur de trouble. Cependant, les doléances traduisent les attentes de ceux qui auraient, et de loin, préféré des conditions d'utilisation normalisées à des pratiques frauduleuses où ils risquaient davantage qu'ils ne gagnaient.

139De plus, les raisons de se plaindre au monarque ne manquaient pas. Certaines avaient plus d'importance dans la vie des gens que des histoires d'arbres coupés ou de parcours pour les troupeaux (encore qu'ici, il s'agissait de survivre ou de disparaître). La représentation du peuple au parlement, le poids de la taille, le prix du sel, le mode de conscription étaient des sujets dont on parlait dans les villages, et qu'on tenait à faire connaître en haut lieu, puisqu'on allait avoir des porte-parole. Cependant, malgré ces sujets majeurs de préoccupations, que l'on ait tenu à faire figurer dans les cahiers les questions forestières montre à quel point elles concernaient les communautés.

140Revendiquer un droit sur les espaces communs, se libérer des contraintes mises à leur usage, fut la principale doléance sous-jacente à nombre de cahiers de la base. Si les plaintes exprimées ont parfois été taxées de jérémiades, exagérant la situation des villages, il faut voir que la misère des communautés, étalée largement dans les cahiers, n'était pas feinte.

141Situation fragile des villages de montagnes, de collines, d'avant-monts, dont la survivance était sans cesse remise en question. La forêt, la garrigue, faisaient partie intégrante de l'organisation économique et sociale. Une modification des environnements par des causes naturelles : tempêtes, dépérissement, défrichements inconsidérés, ou par la volonté d'un des acteurs sociaux : limitation des affouages, cantonnement, non respect des usages collectifs, remettait en cause ces fragiles équilibres.

142C'est tout cela qu'exprimaient les habitants, puisqu'on leur en fournissait, enfin, l'occasion.

Notes

1 Certains des 60.000 cahiers subsistants présentent des similitudes, soit que des modèles aient circulé, soit que des notables locaux, curés, notaires, aient rédigé les cahiers de plusieurs paroisses voisines. Soboul cite le cahier de Vicherey (Vosges) composé par François de Neufchâteau, qui a inspiré 18 autres rédacteurs. Cf. aussi plusieurs cahiers du Roussillon dont le schéma général, ou certains paragraphes, sont identiques.

2 A. SOBOUL La Révolution Française. Ed. Sociales, 1982, p. 13.

3 A. BROSSELIN ; A. CORVOL ; F. VION-DELPHIN. Les doléances contre l’industrie, in : D. WORONOFF. Forges et forêts. Recherches sur la consommation proto-industrielle de bois. EHESS, 1990.

4 BROSSELIN et alii. Op. cit. p. 11.

5 Les références aux documents d’archives sont données dans l’ouvrage cité.

6 Id. p. 17.

7 E. FRENAY. Cahiers de doléances de la Province du Roussillon (1789). Direction des Services d’Archives. Perpignan, 1979.

8 Elles viennent souvent bien après les réclamations sur le prix du sel et d’autres servitudes.

9 P. ROSSET. Introduction aux cahiers de doléances de la province du Roussillon, op. cit.

10 De pignorer, frapper de gage, amende donnant lieu à saisie.

11 Billet d’acquis à caution.

12 Des pasquiers royaux.

13 Archives dép. des P.O. C. 1243.

14 Sans doute le faire bouillir.

15 Minerai brut, d’après le cahier de St Laurent de Cerdans.

16 Ces usages, dont l’origine n’est pas nettement établie, sont toujours invoqués dans les contestations qui naissent au cours de l’histoire. Cf. L. ASSIER-ANDRIEU. Le peuple et la loi. Anthropologie historique des droits paysans en Catalogne française. LGDJ, 1987.

17 Ainsi que l’explique la revue du collège P. Fouché, d’ille sur Têt : "D’Ille et d’ailleurs". Une ville, une histoire. Llauro. no 27, juillet 1992.

18 Certains massifs du Roussillon ont produit de beaux arbres, cf. J. BECAT. Les Albères, conquêtes et abandons. Confient, no 61, février 1973, p. 11.

19 G. LARGUIER et alii. Cahiers de doléances audois. Archives départementales de l’Aude. Carcassonne, 1989.

20 Les chapitres et ordres religieux possesseurs de forêts ne pouvaient en disposer à leur guise et devaient obtenir des autorisations d’exploitation du pouvoir royal. Sur ce point, la requête présentée par le prieur sindic du couvent des Grands Carmes de Toulouse et faisant l’objet d’un Conseil du roi est éclairante : "les suppliants se trouvent dans les circonstances les plus fâcheuses, les vignes qui leur appartiennent aux environs de Toulouse et qui sont le principal objet de leur revenu ayant été ravagées par la grelle pendant trois années consécutives, qui les a obligés de recourir à des emprunts pour pouvoir fournir à la subsistance des religieux (ont des) raisons d’espérer de sa majesté qu’elle voudra bien procurer quelque soulagement à tant de malheur en leur permettant de disposer du quart de réserve de leur bois..." Arrêt du Conseil du roi du 1er juin 1773. AD. 11, 64 C5.

21 "De petits défrichements intervenaient aussi après 1715 : ils n’ont pas dépassé 1 % de la surface totale de la province du Languedoc, entre 1770 et 1790". Histoire de la France rurale, T. 2, p. 397.

22 Tasque, ou agrier, ou champart : portion de la récolte due au seigneur par le censitaire (celui qui paie la redevance) allant du 1/9 au 1/22. En pays audois, elle est du 1/11 en général.

23 "À partir de 1740, la forêt des Fanges devient un des principaux centres de bûcheronnage lié à l’exploitation du bois. On y exploite du buis et des bois blancs pour les boutiques d’esclapes de peigne (4 à 6 par an)" : C. FRUHAUF. La forêt des Fanges (Pyrénées audoises) aux XVIIe et XVIIIe siècles. L’aménagement d’un espace forestier pour le négoce du bois. In : Milieu naturel, techniques, rapports sociaux. CNRS, Bordeaux, 1989.

24 C. FRUHAUF a étudié les marchés du buis destiné à la fabrication des peignes et mentionne notre paroisse : "Introduite à Sainte-Colombe sur l’Hers à la fin du XVIIe siècle, elle (cette fabrication) a très rapidement acquis une grande réputation en Europe et dans les pays méditerranéens à tel point que les deux tiers de la production sont exportés. En l’an XI, quelques 150 ouvriers y sont employés et le profit est de 50.000 Fr par an". In : Forêt et société. De la forêt paysanne à la forêt capitaliste en pays de Sault sous l’ancien régime (vers 1670-1791). CNRS, 1980, p. 188.

25 Esclapes : éclats de bois en général. Ici : ébauches de peignes. C. Fruhauf donne aussi ce nom aux avirons de 4 à 6 m de long pour les petits bâtiments (parce que le hêtre dont ils sont fait est "éclaté", refendu ?). Les esclapes peuvent aussi désigner des éclats de pierre.

26 J.P. DONNADIEU. Doléances montpelliéraines et bittéroises. L’opinion publique et les cahiers. 1788-1789. 4 p, sd. Archives départementales de l’Hérault, BRA 647.

27 J.P. DONNADIEU. États généraux de 1789. Sénéchaussées de Béziers et Montpellier. Procès-verbaux et cahiers de doléances. Université Paul Valéry, 1989.

28 J.P. DONNADIEU. Doléances... op. cit. p. 3.

29 Allivrement : cote d’imposition foncière.

30 Leude : droit de place perçu par le seigneur sur toutes les marchandises étalées au marché.

31 La présentation des cahiers de villages du Gard est faite presque toujours sur une double feuille de petit format. Les signatures des habitants occupent souvent plus d’une demi-page, souvent la dernière page entière. Le plan est fréquemment identique :
- Le terrein est stérile et fort sec, arrosé par aucune rivière et ruisseau, manque de fourrage et le bétail gros et menu ne s’y nourrit qu’avec de la paille.
- Ce terrein ne produit que le 5/1, 3/1 ou seulement 2/1, le double de la semence. - Taux de la dîme trop élevé, il faut payer au décimateur et donc peu de reste, ainsi voit-on que les pauvres cultivateurs manquent souvent de pain et qu’ils sont obligés d’acheter du bled a crédit ou de recourir à des moyens humiliants pour se procurer de quoi vivre.
- Cherté du prix du sel.
- Tirage de la milice.

32 Cette opération avait encore cours aux années 1950 dans la montagne des Vosges où les paysans remontaient la terre du bas de leur champ vers le haut, en la chargeant dans des sortes de civières, “lè suir poutian” ou brouette portante sans roue, afin que d’année en année, le champ ne glisse pas en bas de la pente, cf. J. Couchouron. Vie paysanne des Hautes Vosges. Vagney, 1982.

33 Les cahiers de doléances du Gard n’ont pas tous été édités. L’ouvrage de E. Bligny-Bondurand Cahiers de doléances de la Sénéchaussée de Nîmes. Chastanier, Nîmes, 1908, concerne des communautés des diocèses de Nîmes, Uzès, Alès. En outre, j’ai consulté les rédactions manuscrites des communautés suivantes : Aigremont, Cardet, Cassagnoles, Lézan, Lédignan, Maruéjols les Gardon, St Jean de Serres, Massanes, St Bénézet, Servas, Bonnevaux, Blannave, St Alban, St Brès, Barjac, St Ambroix, Laval-Pradel, Malons, Mons, Monteil, Méjanes, Martignargues, Salindras, Robiac, Rousson, Sénéchas, Concoules, Chamborigaud, Anduze, Bagard, Cendras, Boisset, St Christol les Alès, Corbès, St Jean du Gard, Mialet, Lasalle, St Martin de Corconac, St Marcel de Fonsfouillouse, Saumanes, Ste Croix de Calberte, Colognac, St André de Valborgne, Vabres, Thoiras. (Archives départementales du Gard, C 1193 et 1195).
Ces communautés appartiennent au district d’Alès, et actuellement elles sont situées dans les régions forestières définies pas l’ONF : Causses, Hautes Cévennes, Basses Cévennes à châtaignier dominant, Basses Cévennes à pin maritime dominant, Garrigues.

34 Le châtaignier était cultivé d’abord pour son fruit. Cf. Bruneton-Govematori. Le pain de bois. Ethno-histoire du châtaignier. 1984.

35 Bestiaux, de "capitale", bétail.

36 Cahiers de doléances du Tiers État de La Canourgue. 18 mars 1789. Cahiers de doléances des trois ordres de la Sénéchaussée du pays de Gévaudan en 1789. Bulletin de la Société d’Agriculture de Lozère. 1875, T XXVI. pp. 201-231. - 1915, pp. 1-22. et Bulletin de la Société lozérienne d’Archéologie du Gévaudan. T II, pp. 130-136.

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search