Version classiqueVersion mobile

L'homme et la forêt en Languedoc-Roussillon

 | 
Michel Noël

Chapitre 2. Des Cévennes à la Cerdagne : l'histoire des forêts à bâtons rompus...

Texte intégral

1Quelques éléments épars, et non une histoire continue, voilà l’objet de ce chapitre. Des dates, des règlements, des extraits de jugements ou des procès-verbaux, et non une analyse des rapports de pouvoir, des systèmes sociaux, du statut de la propriété. Des faits décousus, sans réelle continuité, et non un panorama complet de la gestion sylvicole... J’ai choisi cette présentation car il n'était pas en mon pouvoir de prétendre restituer deux mille ans d’histoire des forêts de notre région. Pour cela, il faudrait mener à bien plusieurs programmes : être historien de formation, connaître parfaitement la grande histoire de France, d’Espagne, du royaume de Majorque, la petite histoire de l’administration forestière dans 5 départements qui n’appartenaient pas aux mêmes divisions territoriales. De plus, une bonne ouverture à l’histoire locale des techniques ne nuirait pas à un tel projet, ainsi qu’une approche des rapports sociaux et bien entendu le maniement de la langue catalane. Etant loin de posséder toutes ces armes, je ne puis que proposer quelques jalons.

  • 1 P. WEYD. Les forêts de la Lozère. Paris, Lille, 1911. p. 71.

2Au début de ce siècle, un historien de la Lozère s'interrogeait sur l'espace forestier. « Quelle était l'étendue primitive des bois en Gévaudan ? » demandait Weyd, avant de proposer une réponse : « Lorsque les hommes des dolmens arrivèrent dans la contrée, ils trouvèrent le pays complètement boisé. Ils s'installèrent sur le Causse. Es furent les premiers habitants des plateaux calcaires et, en même temps, les premiers défricheurs1 ». Ces "hommes des dolmens", nous avons vu qu'ils avaient su exploiter la forêt, puis s'installer à ses franges et parfois la défricher pour agrandir leurs champs.

Des premiers siècles au Moyen Âge

3Le début de notre histoire, c'est avec l'hégémonie romaine en Méditerranée qu'elle commence. Cependant, la domination impériale ne perturbe pas fondamentalement les sociétés ibères, déjà bien structurées et ouvertes aux autres civilisations. Le découpage rationnel de l'espace est en cours, le paysage est défini. Les voies romaines s'ouvrent et pénètrent le territoire. L'extension des échanges consécutifs permet aussi l'accès aux forêts et favorise les ponctions en bois. Les défrichements connaissent une accélération aux IIe et IIIe siècles. Les vestiges de l’époque romaine en Languedoc ne laissent pas de doute quant à l'emploi du bois. De même, les ateliers métallurgiques ne vont pas s'arrêter, et les amas de scories datant du début de notre ère en témoignent.

  • 2 Société catalane de botanique et d’écologie végétale. El bosc. La forêt catalane menacée. Perpignan (...)

4De l'époque wisigothique, peu d'éléments sur la forêt. Les botanistes qui écrivirent sur la forêt catalane résument ainsi ces temps obscurs : « Durant l'époque wisigothique, la Septimanie vit à peu près en autarcie : peu de commerce étranger et de nombreuses querelles internes limitent les besoins de la production agricole qui connaît sa première récession. Les populations ne marquent pas non plus d'essor démographique. C'est donc une seconde pause dans l'exploitation et la destruction du milieu naturel. Les friches gagnent un peu partout les terres anciennement cultivées et abandonnées. Des forêts secondaires s'installent. Ce sont souvent des bois de conifères, comme les peuplements de pins de Salzmann dans le massif du Canigou et de pins sylvestres dans le Fenouillèdes2 ». II est difficile de préciser davantage, et pour les autres secteurs de la région, je n'ai pas trouvé d'éléments permettant d’éclairer cette période.

  • 3 J. BRAUN-BLANQUET. La forêt d’yeuse languedocienne. 1936, p. 7.

5Le Moyen Âge a-t-il été une période sombre pour la forêt ou au contraire une nouvelle expansion après les atteintes du premier millénaire ? Les avis sont contradictoires, et chaque petite région a connu une évolution différente. Selon Braun-Blanquet, « une exploitation abusive millénaire, soutenue et constamment aggravée par le terrible fléau de l'incendie, a fait disparaître les vastes forêts dont parlent les vieux auteurs et qui, au moyen âge encore, avançaient jusqu'aux portes mêmes de Montpellier3 ». Cet auteur n'est pas plus précis quant à la localisation des chênes-verts, mais il n'est pas impossible que la garrigue actuelle ait été bien plus boisée qu'aujourd'hui. L'exploitation de certaines forêts communales au XIXe siècle prouve qu'existait alors un couvert assez dense de cette variété ; mais en plusieurs siècles, le paysage a pu changer plusieurs fois.

6La relative stabilisation du Midi méditerranéen, après les grandes invasions, s'accompagne, à partir du XIe siècle, d'une campagne de défrichements, touchant à la fois les landes broussailleuses et les boisements lâches, afin de les remettre en culture.

  • 4 C. RENDU. Quelques jalons pour une histoire des forêts en Cerdagne. Le massif d’Osséja entre 1030 e (...)
  • 5 On pourrait aussi écrire sièges pliants, traduction de siles doblenques : soit le bât double pour t (...)

7Ces défrichements ont été faits par brûlis en Cerdagne, où l'on trouve des traces de couches de charbon de bois. Dans ce plateau d'altitude, en 1160, d'après Rendu4, toutes les familles ne possèdent pas de hache. L'exploitation forestière est réglementée. Le tarif de la nouvelle redevance, payable en nature, distingue les maisons qui possèdent une hache (1 setier de seigle ou d'orge) et les maisons qui en sont démunies (1 émine de blé). C'est le début d'une activité commerciale concernant le produit forestier, on coupe le bois pour le revendre. Le même auteur cite une ordonnance de Pierre le Cérémonieux « Pour la conservation des bois des comtés de Roussillon et Cerdagne ». Cet édit rassemble et complète les dispositions émises par des textes précédents et réglemente une par une la plupart des activités forestières : les coupes, les charbonnières, l'ébranchage des arbres, la fabrication des poignées de comportes et des chaises pliantes5. Le XIVe siècle verra, dans cette région, se développer une utilisation intensive du bois pour alimenter un four à chaux et des forges.

  • 6 Cité par S. CAUCANAS. Les premières mentions de moulins en Roussillon, in : Études Roussillonnaises (...)
  • 7 R. SALA Le visage de la mort dans les Pyrénées catalanes. Sensibilités et mentalités religieuses en (...)

8C'est encore en Roussillon que sont mentionnés, au début du XIVe siècle, les moulins à scier hydrauliques. Le 11 janvier 1313, les procureurs des rois de Majorque concèdent en acapte un emplacement à Prats de Mollo pour y construire molendinum sarrandi fustam6. Cette communauté frontalière du Vallespir était particulièrement bien pourvue en forêts, mais les habitants tentaient d'en tirer profit au-delà de ce qu'elle pouvait donner, d'où une surexploitation soulignée par Sala : « à l'errance pastorale, la forêt ajouta les errances marginales des défricheurs, des charbonniers, des braconniers et des contrebandiers »7.

9Les textes concernant le flottage des bois ne manquent pas, tant pour les Pyrénées-Orientales que pour l'Aude ; mais ce moyen de transport n'a pas connu le succès qu'il a pu avoir dans la France du Centre et de l'Est.

  • 8 E. LE ROY LADURIE. Les paysans de Languedoc. Flammarion, Paris, 1969, p. 22.

10Pour le Languedoc, je n'ai pas trouvé de références aux textes anciens, mais dès le XIIIe siècle, les forges, les charbonnières et surtout les verreries vont commencer à réduire sérieusement la forêt. Le Roy Ladurie montre comment, deux siècles plus tard, le mouvement s'est inversé. Il constate le recul des terres labourées, l'avancée de la forêt : « Les bourgeois de Cessenon-sur-Orb (Hérault) le confirment, qui se plaignent en 1401 à un commissaire en tournée dans la Montagne Noire et l'Espinouse : les nombreux masages, disent-ils en effet, sont déserts, la dépopulation est à son plus haut degré, la moitié des terres est en friche ; les habitants doivent garder la récolte pour la préserver des dévastations des bêtes sauvages, chevreuils, cerfs, sangliers et autres fauves. La forêt, qui est à un quart de demi-lieue du bourg, envahit tout, même les pâturages. Si grande est la pauvreté que les contribuables ne peuvent plus payer la taille. Que le roi permette donc aux riverains d'exploiter leurs forêts pour vendre le bois à Béziers8 ».

11Il semble qu'après les phases de regain forestier, arrivaient inéluctablement les cycles de reconquête, comme si les sociétés retrouvant des forces nouvelles après les disettes, les épidémies, les guerres, prenaient plaisir à rentrer en possession de l'espace un moment abandonné à l'arbre. Ce sera la tendance des XVIe et XVIIe siècles, où l'expansion économique exigera beaucoup de bois, aussi bien pour la création des manufactures, que pour la construction de navires. Fatalement, cette utilisation intensive et anarchique dans beaucoup d'endroits ne pouvait que nuire aux intérêts du roi, puisqu'elle risquait de compromettre l'approvisionnement futur des chantiers navals et, bien entendu, les rentrées financières et fiscales. C'est pourquoi, Colbert entreprit, dès le début du règne de Louis XIV, une grande réformation, ou inventaire forestier destiné à faire le point sur l'état des forêts royales. Dès 1665, il fit prospecter quelques secteurs des Pyrénées. Il fondait aussi beaucoup d'espoirs sur la réformation du Languedoc, en excluant toutefois le Roussillon, jugé a priori inintéressant.

De la Réformation au Code forestier de 1827

  • 9 AD 11. 64 Cl.

12Bien organisée, cette opération fut menée dans notre région (sauf donc en Roussillon) par Louis de Froidour, qui visitait les forêts, constatait leur état et les délits éventuellement produits, sermonnait les gardes, se déplaçait de long en large en compagnie d'un arpenteur pour faire le tracé des bois, repérait les bornages et faisait un rapport final. Voici un extrait du Registre de la réformation de la Maîtrise de Castelnaudary : Dudit triage (forêt de la Seine) nous sommes descendus dans un valon apellé la Combe de l'Esperon, lequel nous avons trouvé planté en bois de mesme essence de chesne et hetre melé de l'aage de trente cinq a quarante ans, ou nous avons trouvé plusieurs délits, mesmes plusieurs souches d'arbres couppes et ayant trouvé au travers du dit triage le chemin qui conduit au lieu de Gajan Pec Luna, nous sommes entres dans le milieu de laditte forest que nous avons trouvé bien planté de bonne nature de bois sans délits. Mais estant descendus dans un valon appellé l'acombe de Moussen Gregory, nous l'avons parcouru descendant depuis la fontaine de Cenon jusque a la lisière de la ditte for est qui regarde le midy. Nous avons en la dite combe et au triage appellé la Taissonnière trouvé grande quantité de délits de divers aages à cause des diverses coupes que les délinquants y ont faites, nous avons trouvé les souches de plusieurs arbres couppés depuis vingt, quinze, douze et dix ans, mesme depuis deux et un an et depuis quelques mois dont quelques uns ont été employé a faire du merrein et des lattes, les coppeaux estant encor sur le lieu, sur lesquels délits nous avons remonstré aux gardes qu'il y avait grande apparence qu'ils saquittoient mal de leurs charges, que faisant leur résidence a Castelnaudary esloigné de trois grandes lieues de laditte for est ce n'étoit pas un moien de bien conserver laditte forest9. Il subsiste de cette tournée 951 procèsverbaux et 1.000 plans environ. Louis de Froidour publia une "Instruction pour la vente des bois". Dès 1667, les efforts des réformateurs connurent un premier succès, puisque les besoins en bois des constructions navales furent entièrement assurés par la production nationale, alors que 5 ans auparavant, nos mâts de navires étaient encore importés des pays nordiques par l'intermédiaire de la Hollande. Mais la réformation de Colbert n'a pas résolu le problème de la gestion des forêts de montagne.

  • 10 En 1783, le marquis de Bombelles peut écrire que les maisons où l’on comptait de 8 à 10 feux il y a (...)

13Pendant le XVIIIe siècle, le bois est rare et cher, alors que les besoins s'accroissent en raison de l'élévation du nombre d'habitants, du développement des villes10 et des résidences campagnardes, du train de vie plus élevé, des consommations d'usines en expansion. Le développement des constructions requiert beaucoup de bois d'œuvre pour les échafaudages, colombages, charpentes, lattes, poutres, lambris, parquets, escaliers, contrevents, huisseries, ameublement et bois de feu. De nombreuses réglementations voient le jour pour lutter contre la disette de combustible. Le prix du charbon de bois et du bois acheté par l'hôpital général de Montpellier va presque doubler dans cette période :

Tab. 2. Evolution des prix du bois à Montpellier au XVIIIe s.

Années

charbon de bois (quintal)

gros bois (quintal)

1705

19

8

1710

13

4

1720

35

12

1730

25

9

1740

28

9

1750

36

11

1760

36

12

1770

35

13

1780

47

16

1790

45

15

  • 11 D’après J. PRAX. Forêts et disette de bois en Bas-Languedoc à la fin de l’Ancien régime. Revue de C (...)

(Source : Archives de l'Hôpital général de Montpellier11.)

14En dehors de la baisse accidentelle et de courte durée qui a suivi l'hiver de 1709 par suite de l'abattage des oliviers gelés, le cours des bois a régulièrement monté, comme celui du charbon de bois. Par comparaison, le prix des bois à Toulouse est passé de 8 livres le bûcher en 1738 à 21 livres en 1789.

15Le bois ne supportait guère les transports lointains, hormis le flottage, peu usité en Languedoc et seulement sur l'Aude, de Quillan à Narbonne. Dans ces conditions, le Bas-Languedoc, surtout les villes, éprouvait de grandes difficultés d'approvisionnement. Selon Prax, « croissance de population urbaine, exigences des fabriques qui se développent et dont la plupart ne feront appel au charbon de terre qu'à la veille de la Révolution, expliquent la pénurie de combustibles forestiers ressentie et exprimée par les autorités de la Province tout au long du XVIIIe siècle ». La faiblesse des ressources forestières du pays vient de l'état médiocre de la végétation qui ne peut se régénérer en raison de l'intense exploitation et des défrichements.

  • 12 L. DUTIL. L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien régime. 1750-1789. Hachette, 1911.
  • 13 Id. p. 918.

16Dans son étude sur le Languedoc avant la Révolution, Dutil12 résume l'inventaire de Genssane. Celui-ci énumère tous les massifs, des Cévennes aux Fenouillèdes, relevant, certes, de belles forêts, mais insistant sur de grandes étendues improductives, dégradées ou dévastées. Dutil conclut : « Ainsi, quelques futaies trop rares situées aux extrémités de la province et le plus souvent presque inaccessibles, des taillis assez nombreux, surtout dans le Haut-Languedoc mais d'ordinaire mal entretenus et dépérissant13 ».

17C'est donc une situation forestière difficile que connaissent les communautés rurales à la veille de la Révolution. Celles-ci, dans leurs cahiers de doléances, vont très souvent exprimer leur crainte de manquer de combustible domestique. On verra plus loin que ces plaintes étaient justifiées, et que les habitants ne faisaient que réclamer le droit au bois, comme les anciens usages approuvés par la souveraineté l'avaient confirmé.

  • 14 AD 11. L1650.

18L'époque révolutionnaire va amener des bouleversements dans la propriété forestière. Les communautés vont revendiquer tel ou tel espace boisé, invoquant d'anciens accords, comme le fit par exemple la communauté de Ladem, du district de Limoux, le 28 janvier 1791, en rappelant ses titres de propriété et usages dans la forêt de Rieunette : La communauté de Ladern a le droit et jouissance d'une partie du bois de la forest de Rieunette, de contenance la dite partie de bois de cinq cents arpents, mesure de Toulouze, situé le dit bois a l'extremite du terroir du dit Ladern, du cotte du levant, appartenant cidevant aux dames abbesses religieuses de l'abbaye de Rieunette, séantes à présent à Lombes. Les habitants de ladite commune ont encore le droit et faculte dy faire depaitre leurs cabaux tant gros que menus sur la ditte partie de bois.. Mais ces droits, usages et facultés ne sont établis en faveur de la ditte commune quen vertu d'une transaction passée, entre les dittes dames abbesses de Rieunette et la commune le 1er mai 1322. Dans lesquels droits, usages et facultés, la communauté fut maintenue par sentence du sénéchal de Carcassonne du 26 avril 1629 par laquelle il est fait inhibition et deffenses aux dites dames de troubler les dits habitants dans leurs droits et usages a peine de 500 livres d'amende14. Les administrateurs du Directoire de Limoux donnent leur accord pour que les habitants soient maintenus dans leur droit d'accès à la forêt.

  • 15 G. BOURGIN. La Révolution, l’agriculture, la forêt. 1907-1908. INRACTSH reprint. 1989.

19Pendant la Révolution de 1789, douze décrets et circulaires relatifs aux forêts seront publiés par les administrations nationales15. En Languedoc-Roussillon, les administrateurs départementaux vont également s'élever contre les dévastations des bois par délits et publier des arrêtés comme celui de l'Aude : L'administration centrale du département de l'Aude, instruite qu'il se commet des dévastations dans la forêt de Crausse (...) que certains membres de l'administration municipale y font des coupes extraordinaires (...) arrête :

  • 1. L'administration municipale du canton de St Hilaire est et demeure personnellement responsable de tout délit forestier qui se commettrait dans la forêt nationale dite de Crausse.

    • 16 AD 11. L1650.

    2. Elle est chargée de dénoncer au Juge de paix du canton les délits qui y ont été commis16.

  • 17 Rapport de J.J.M. IGNON, rendu en 1823 à la Société d’Agriculture de Mende. Cité par Y. POURCHER. L (...)

20L'état des forêts au début du XIXe siècle n'est certes pas le meilleur possible. Mais peut-on accuser la période révolutionnaire de tous les maux ? Il ne le semble pas, puisqu'à la fin de l'Ancien régime, les bois étaient déjà dans un état déplorable du fait de la surexploitation dont ils étaient l'objet, et surtout dans les zones de taillis. C'est ainsi qu'un rapport à la Société d'Agriculture de Mende fait état du mauvais état des bois, lié d'après l'auteur, à des modes de consommation nouveaux : le déboisement depuis 1789 a été partout croissant. L'avidité de plusieurs propriétaires, l'abus de la part de certains usagers et le pillage des prolétaires se sont réunis pour les détruire... L'administration s'est aussi occupée des moyens de diminuer la consommation du bois comme combustible en faisant des recherches pour découvrir des mines de charbon de terre. Une autre consommation nécessaire qui diminue annuellement la masse de nos bois, c'est leur emploi pour les constructions et le charonnage, et pour la fabrication des sabots, qui sont la principale et presque l'unique chaussure du pauvre et de nos agriculteurs. Depuis quelque temps, le luxe qui s'est introduit jusque dans cette partie, parce que la classe aisée fait usage, pendant l'hiver, de sabots fabriqués en bois de noyer, a été la cause de la destruction de la majeure partie de ces arbres qui bordaient les héritages, et dont l'accroissement est si lent et le fruit si utile dans l'économie alimentaire17.

21Le code forestier de 1827 tenta de réorganiser la gestion forestière, en limitant souvent les droits d'usage des communautés. Dorénavant, dans les bois communaux "soumis au régime forestier", l'introduction de chèvres est interdite, de même que tout défrichement ; le parcours des bêtes à laine est strictement réglementé. Les conseils municipaux dotés de communaux ont le sentiment d'être dépossédés d'une de leurs principales richesses. Les habitants des communes forestières se sentent livrés à l’arbitraire de l'administration. D'autre part, cette loi diminue fortement les possibilités de ressources que ces populations tiraient des bois. C'est pourquoi, les révoltes vont se multiplier, les conflits s'amplifier, les délits continuer.

Le XIXe siècle : conflits et reboisements

  • 18 AD 34. 7 M 1056.

22Les restrictions d'accès aux forêts se traduisent par des troubles, parfois graves, comme des attaques de gardes par les paysans venus arracher illégalement l'écorce des racines de chênes-verts, dans l'Hérault en 1830. Plus tard, ce sont les délits et vols de bois en forêt que l'administration réprime de plus en plus difficilement, tant le recouvrement des amendes est ardu chez des délinquants insolvables. Une circulaire du 16 mai 1834, envoyée au Préfet de l'Hérault par l'administration forestière, stipule, dans son article 7 que l'agent forestier chargé de la poursuite des délits dressera tous les 3 mois un état d'individus insolvables et signalera les condamnés qui, à sa connaissance, sont les plus audacieux et les plus incorrigibles, en indiquant le nombre des procès-verbaux rédigés contre eux pendant les six mois précédents18. Ces directives seront remplies à la lettre, puisque l'état des délinquants insolvables sera dressé régulièrement, par communes. (Exemple de janvier 1839 : St Pons : 45 noms, La Salvetat : 59, Olargues : 19, Fraisse : 7, Soulié : 15, Berlou : 14). Et puisque ces délinquants ne peuvent pas payer les amendes, sera instituée une équivalence en journées de travail, dont le prix sera fixé chaque année.

23Après la proclamation de l'IIe République, en 1848, l'administration des forêts est désorganisée. Une recrudescence des délits se produit, consécutivement au peu d'empressement des gardes à se montrer dans les bois. Une ordonnance de 1846 avait réduit les possibilités d'entrée du bétail dans les forêts. D'où une transgression des interdits, l'envahissement des espaces boisés par les habitants, de la Cerdagne à la Lozère, mais davantage pour affirmer des droits d'usage que pour dévaster et saccager.

24Toutes les atteintes à la forêt, en particulier à la forêt de montagne, vers le milieu du XIXe siècle, surpâturage, cultures sur terrains en pente, défrichements, exploitation à usage industriel, causent des dommages aux sols, une érosion active, des inondations en plaine. Des recherches conduites par l'ingénieur Surell, sur les causes des inondations importantes de 1840, sont à l'origine d'une prise de conscience des risques de déboisement en montagne. À la suite de quoi, une loi de 1860 engage le reboisement des massifs montagneux. Le bassin du Lot en Lozère, le massif de l'Aigoual, le Rialsec dans l'Aude, les bassins de la Têt en Haut-Conflent seront les premiers concernés par cette politique de reconstitution forestière.

25Ces dispositions vont se heurter aux résistances des communes qui estiment d'abord trop étendues les superficies prévues à reboiser. Par exemple, dans les Pyrénées Orientales, le tracé du bassin de la Têt institué par décret le 4 avril 1866 est prévu pour recouvrir 4790 hectares, ce qui mécontente 18 communes. Devant les protestations des municipalités, le tracé est amputé de 610 ha en 1884 et de 2790 ha en 1897. Malgré ces contretemps, les replantations et les réensemencements se poursuivent. En Lozère, le service du reboisement de Mende va reconstituer 1436 ha de 1861 à 1865.

  • 19 J. DESPREZ. Les bois étrangers en Roussillon. Enquête parlementaire sur l’agriculture. Mémoire de 1 (...)

26Ces efforts contribueront fortement à l'extension de la forêt de notre région. L'abandon des forges et autres industries au bois sera une autre cause du relâchement de la pression sur les espaces boisés. Toutefois, les taillis ne sont pas pour autant devenus futaies, et d'autre part, l'utilisation du bois dans les activités de transformation est freinée par les difficultés d'exploitation de la forêt de montagne. Déjà, dans la seconde moitié du XIXe siècle, en raison des besoins accrus, l'importation des bois étrangers s'est développée. Les bois de Russie et de Norvège transitent facilement par Marseille pour approvisionner le Midi, et ceux de Suisse et d'Italie arrivent par Lyon. Une enquête parlementaire de 1872 montre que les importations étrangères, toujours croissantes, sont commandées plutôt par l'impossibilité d'utiliser les ressources indigènes, par défaut de routes et chemins ou de moyens faciles d'extraction, que par l'absence de nos richesses forestières, lesquelles seraient suffisantes à tous les besoins, si l'on pouvait en disposer en les aménageant19.

Vers la forêt actuelle

27La nécessité d'amélioration des ressources forestières par conversion des taillis et de leur exploitation sera comprise au XXe siècle par l'administration des forêts. Une législation moins répressive et davantage soucieuse de répondre aux problèmes posés par le développement forestier sera à l'origine de la conservation des espaces naturels, de l'amélioration de la gestion des forêts privées, de la création du Fonds Forestier et de l'Inventaire des ressources naturelles. Enfin, la création des Centres Régionaux de la Propriété Forestière en 1963 puis, l'année suivante, l'Office National des Forêts, dotera le pays de structures de gestion modernes. Pour le Languedoc-Roussillon, ces mesures contribueront à intensifier le reboisement et à orienter la forêt vers son rôle de production de bois, de protection des sols et, plus récemment, d'accueil, de détente et de loisirs.

28Mais les mouvements de population du XXe siècle n'accompagneront pas toujours ces efforts dans un sens favorable. En effet, les sociétés rurales de montagne seront frappées par l'exode rural, un abandon progressif des villages conduira à cette "déprise agricole" génératrice de friches, de terres délaissées. Les liens de la forêt avec les communautés se distendront, toute la frange forestière fréquentée par les troupeaux retournera à la broussaille. Ensuite, la vogue touristique fera peser d'autres dangers sur la forêt du Midi, de colline ou de montagne. Une occupation périodique, des routes d'accès plus nombreuses, des habitations à la périphérie, voire au cœur des massifs, autant d'occasions de multiplier les risques d'incendie. Dans la seconde moitié du XXe siècle, on recense chaque année les milliers d'hectares brûlés, les maisons en cendre, les victimes du feu.

  • 20 G. PLAISANCE. La forêt française. Denoël, 1979, p. 314.

29Avec Plaisance, faut-il désespérer de nos forêts, et les considérer, dans leur ensemble, comme des « forêts en détresse, aux peuplements presque toujours trop clairs, aux incendies répétés, aux défrichements pour lotissements, carrières et routes20 » ? Je ne le pense pas, car si toutes les forêts de nos 5 départements n'ont pas la densité de celles de La Matte en Capcir ou de celle de Boucheville dans l'Aude, elles n'en présentent pas moins des richesses que savent exploiter de nombreuses communes. L'histoire, néanmoins, prouve que ces espaces sont fragiles et qu'on doit leur laisser du temps pour qu'ils comblent les attentes mises en eux.

Notes

1 P. WEYD. Les forêts de la Lozère. Paris, Lille, 1911. p. 71.

2 Société catalane de botanique et d’écologie végétale. El bosc. La forêt catalane menacée. Perpignan, 1987, p. 38.

3 J. BRAUN-BLANQUET. La forêt d’yeuse languedocienne. 1936, p. 7.

4 C. RENDU. Quelques jalons pour une histoire des forêts en Cerdagne. Le massif d’Osséja entre 1030 et 1430, in : Études Roussillonnaises offertes à Pierre PONSICH. Perpignan, Le Publicateur, 1987.

5 On pourrait aussi écrire sièges pliants, traduction de siles doblenques : soit le bât double pour transporter les charges à dos de mulet, soit la selle-siège pour les personnes, cf : les illustrations, pp. 119 et 131, de "Andorra... fa temps, Revue Terra Nostra, no 32, 1978, où des femmes sont assises à dos de mulet sur ces sortes de pliants. La légende de la p. 119 précise : assentat sobre un sellô.

6 Cité par S. CAUCANAS. Les premières mentions de moulins en Roussillon, in : Études Roussillonnaises, op. cit.

7 R. SALA Le visage de la mort dans les Pyrénées catalanes. Sensibilités et mentalités religieuses en Haut-Vallespir. XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Economica, 1991, p. 20.

8 E. LE ROY LADURIE. Les paysans de Languedoc. Flammarion, Paris, 1969, p. 22.

9 AD 11. 64 Cl.

10 En 1783, le marquis de Bombelles peut écrire que les maisons où l’on comptait de 8 à 10 feux il y a 20 ans ont doublé et souvent triplé cet objet de dépense. On occupe en salon, petit salon, boudoir, cabinet, bibliothèque, bien plus d’appartements qu’autrefois ; tous les valets principaux ont une cheminée dans leur chambre ; un poêle où vont se consumer des chantiers ne suffit pas dans l’antichambre ; plusieurs hôtels en ont un autre qui échauffe l’escalier. Cité dans "L’Administration des Eaux et Forêts du 12e au XXe siècle". CNRS, p. 175.

11 D’après J. PRAX. Forêts et disette de bois en Bas-Languedoc à la fin de l’Ancien régime. Revue de Comminges. T 44 ; 1981.

12 L. DUTIL. L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien régime. 1750-1789. Hachette, 1911.

13 Id. p. 918.

14 AD 11. L1650.

15 G. BOURGIN. La Révolution, l’agriculture, la forêt. 1907-1908. INRACTSH reprint. 1989.

16 AD 11. L1650.

17 Rapport de J.J.M. IGNON, rendu en 1823 à la Société d’Agriculture de Mende. Cité par Y. POURCHER. La forêt espace global et espace conflictuel. La Lozère aux XVIIIe et XIXe siècles. In : La forêt et l’homme en Languedoc-Roussillon. Fédération Historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1984. La fabrication de sabots se développa encore en Lozère au XIXe siècle puisqu’en 1878, en plus des 700 maîtres et ouvriers sabotiers du département, plus de 1.000 paysans en confectionnent en hiver. POURCHER note que 564.000 paires sont fabriquées par an, dont 276.000 utilisées sur place, et 288.000 exportées, en grande partie dans le Gard.

18 AD 34. 7 M 1056.

19 J. DESPREZ. Les bois étrangers en Roussillon. Enquête parlementaire sur l’agriculture. Mémoire de 1872. In : Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées Orientales no 19, p. 275.

20 G. PLAISANCE. La forêt française. Denoël, 1979, p. 314.

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search