Version classiqueVersion mobile

L'homme et la forêt en Languedoc-Roussillon

 | 
Michel Noël

Introduction

Texte intégral

  • 1 MARTZLUFF M. Villeneuve-de-la-Raho. Un terroir du Roussillon. Géologie. Archéologie. Histoire. P.A. (...)

1Qu'elle soit privée ou publique, dense ou clairsemée, haute futaie ou quasi garrigue, la forêt existe en Languedoc-Roussillon depuis des millénaires. Or cette forêt, si elle n'a pas connu de modifications fondamentales, fut cependant marquée par les actions de l'homme au cours de son histoire. La succession des reculs et des avancées du couvert boisé conduit à s'interroger sur les relations de l'homme à son environnement, aussi bien dans les zones de montagne que dans les plaines. Il y a bien marque des sociétés sur les paysages, ainsi que l'a montré un historien roussillonnais quand il évoque « la mémoire d'une communauté dont l'histoire ancienne jusqu'au passé le plus récent témoignent que c'est, pour une large part, de l'intervention des hommes qu'a découlé la formation du terroir, que ce soit pour l'évolution du paysage ou pour le cadre naturel des rapports sociaux »1.

2C'est ainsi qu'une réflexion sur l'histoire des forêts peut être conçue comme la mise en évidence de l'interaction constante entre sociétés et espaces sylvicoles.

  • 2 JALUT G. Evolution de la végétation et variations climatiques durant les 15 derniers millénaires da (...)
  • 3 NOËL M. et BOCQUET A. Les hommes et le bois. Histoire et technologie du bois de la préhistoire à no (...)

3Certes, dans la longue durée, il est parfois malaisé de caractériser les actions anthropiques sur la modification de ces espaces. Mais à partir de la dernière grande glaciation, les impacts de la présence humaine sur les modifications d'essences comme sur la densité de la couverture forestière sont significatifs2. Un peu plus près de nous, au Néolithique, les effets de la sédentarisation sont bien connus3.

4À mesure qu'on avancera dans les temps historiques, il sera possible d'identifier les auteurs des déforestations, peu gourmands de bois lorsqu'il s'agit de se chauffer et de remplacer la poutraison d'un grenier, plus destructeurs au moment d'approvisionner le four du boulanger, carrément ravageurs dans la recherche du combustible pour les tuileries, les poteries, les verreries, et dans la fabrication de charbon de bois pour les forges.

  • 4 CORVOL A. L'homme aux bois. Fayard, 1987.
  • 5 RODES F. Les gentilhommes-verriers et l'industrie du verre en Languedoc sous l'Ancien Régime. Thèse (...)
  • 6 LAPASSAT R. L'industrie du fer dans les Pyrénées Orientales et ariégeoises au XIXe siècle. Confient (...)
  • 7 NOUGAREDE O. Des années entières dans les bois lozériens. Les agents et préposés des Eaux et Forêts (...)

5Les communautés rurales sont intéressées au premier chef par le bois et l'utilisent abondamment4. Or la stratégie des maîtres-verriers5 ou des propriétaires de forges et de martinets6 suppose d'autres types de relations à la forêt bien plus prédateurs. On ne doit pas oublier ici de mentionner le rôle gestionnaire, conservateur et policier de l'administration royale puis républicaine. Du garde-bois au contact des délinquants, courant dès l'aube à travers les forêts du Roy7, au Grand Maître réformateur, la mission est la même : réglementer l'usage afin que forêt vive.

6Ainsi, au cours du temps, les hommes n'ont pas ménagé la forêt, en Languedoc-Roussillon comme ailleurs. Les traces de leurs activités en témoignent. Et cependant les incendies, les dépérissements et les tempêtes venant s'ajouter aux coupes sombres n'ont pas empêché l'espace boisé régional de perdurer et même, depuis quelques décennies, de s'étendre.

7L'une des conclusions que l'on pourrait tirer de l'histoire des rapports hommes - forêts serait celle-ci : devant le silence des arbres, les usagers n'en ont fait qu'à leur tête, quand et comme bon leur semblait. Concessions plus ou moins respectées de bois de chauffe pour les verreries ou les forges, droits de pâture battus en brèche et abroutissement des jeunes plans par les troupeaux, décisions arbitraires des communes de couper pour lotir, chaque agent, à chaque époque, a utilisé la forêt à sa guise, selon ses besoins, quelquefois raisonnablement, souvent à tort et à travers, sans se soucier des conséquences.

8C'est ainsi que selon la pression démographique, l'état des techniques, les besoins de l'économie, la ressource forestière fut sollicitée, exploitée à outrance, l'espace boisé lui-même devint refuge, terrain de luttes, pâturage extensif, poumon des urbains le temps d'un dimanche.

9Esquisser une histoire des forêts, c'est non seulement suivre le cheminement des essences, dépendantes des contraintes géographiques - le châtaignier à son étage, le chêne-vert en-dessous, le hêtre plus haut, et au-dessus encore le pin sylvestre ou le pin à crochets-, soumises aux choix des sylviculteurs, mais c'est aussi recenser tous les usages, les abus, les activités concurrentes cherchant à s'approprier, de manière légale ou non, le produit forestier.

10La difficulté de cette entreprise réside essentiellement dans la rareté des sources statistiques antérieures au XXe siècle. Plutôt que de tendre à l'exhaustivité, le présent travail cherchera à dégager certaines tendances à partir de faits précis, tels qu'on peut les retrouver dans les archives des Eaux et Forêts. Il faut bien voir que les définitions statistiques actuelles ne correspondent pas à celles d'autrefois : il est hasardeux, en effet, d'appliquer à la foresta mérovingienne, à la fois espaces boisés lâches ponctués de massifs impénétrables, nos distinctions actuelles entre futaies, taillis sous futaie, etc.

11D'autre part, les représentations que nous avons de la forêt ancienne ne sont pas toujours exactes, si tant est qu'elles puissent l'être, car elles tendent à en occulter la véritable nature. On a souvent tendance à concevoir la sylve antique comme ce lieu inviolé, espace jamais transformé, à l'image d'une forêt vierge mystérieuse, archétype d'un monde sauvage, à l'opposé du territoire humanisé. On a souvent tendance à envisager les rapports de l'homme et de la forêt comme idylliques, celle-ci procurant à celui-là tout ce dont il aurait besoin pour vivre. Si cela fut vrai pour certains groupes, si la forêt apparaît au long de l'histoire pourvoyeuse des besoins humains, ce fut en appoint d'autres ressources. Au cours de l'histoire, l'utilisation de la forêt ne fut le plus souvent que complémentaire d'autres activités.

12Ce rôle secondaire explique en partie la difficulté d'en connaître l'apport exact. Il faudra donc procéder à partir de sources fragmentaires. Les besoins en combustibles ? Ils sont exprimés dans les cahiers de doléances, traduction souvent très réaliste des attentes et des problèmes quotidiens des communautés rurales. Les quantités de bois extraites de la forêt ? Elles sont estimées à partir de la consommation des forges et autres industries de chauffe, à partir des volumes moyens nécessaires à la construction des navires ou des maisons. Les prix du bois de feu ? Des cours fluctuants, des séries courtes ne donnent que des repères approximatifs, tels des comptes de chapitre cathédral, tel un bordereau récapitulatif des livraisons de bois effectuées à un hôpital au XVIIIe siècle.

13D'autres sources viendront éclairer la recherche. Parmi elles, les rapports des gardes à l'administration décrivent avec force détails les délits constatés en forêt, délits perpétrés par des habitants plus démunis que désireux de se conduire en hors-la-loi délibérés. Ces délits, répétés à certaines époques, aux XVIIIe et XIXe siècles surtout, nous apprennent beaucoup quant aux détournements des droits d'usage (transgression de la frontière entre le permis et le défendu) justifiés aux yeux de leurs auteurs par la nécessité de chauffage dans les zones froides de montagne, par les besoins en bois de construction. D'autres délits, moins justifiables, avaient pour objet le commerce clandestin du bois brut, troncs, petits bois ou planches, et la fabrication frauduleuse du charbon de bois.

14Les délits nous fournissent également une documentation indirecte sur la nature des forêts, essences, exploitation, sur la vie rurale et ses difficultés, sur les relations que les communautés entretenaient avec la forêt, ainsi qu'une illustration différente de la politique forestière et des réactions aux lois édictées par le pouvoir.

15Ainsi, chaque époque connut des pratiques particulières, usage intensif, abandon progressif, retour à raie meilleure gestion. Une remarque s'impose ici, celle de la durée, notion fondamentale quand on étudie la forêt. Il est courant de voir la société actuelle comme s'affranchissant peu à peu de la temporalité fondée sur les cycles biologiques : allongement de la durée de la vie, accélération des déplacements dans l'espace, rétrécissement des processus de production d'une automobile aussi bien que d'une volaille.

16La végétation n'échappe pas aux tentations d'obtenir plus vite des plants de meilleure qualité et en grande quantité. Après les progrès des agronomes sur le blé et le maïs, on essaie d'accélérer la pousse des arbres par un choix d'essences réputées à croissance rapide, une sylviculture intensive, des arrosages et des labours étudiés. Or le temps séculaire de la croissance des arbres ne peut se rétrécir au gré des besoins toujours changeants des utilisateurs de bois. C'est pourtant ce que chaque catégorie d'utilisateur s'efforce de faire, établissant sa propre stratégie à partir de sa visée sur l'arbre, défendant la durée qui lui est favorable. Le paysan pense au taillis de 5 à 10 ans pour se chauffer, le scieur achète des arbres de 30 ans, le Grand Maître des Eaux et Forêts fait réserver les chênes centenaires pour les bois de marine.

17À l'opposé des utilisateurs de bois, s'est développée une sensibilité aux arbres renforcée par les atteintes à la forêt. Le dépérissement des conifères, puis des feuillus, dans les forêts de l'Europe du Nord et de l'Est par exemple, fut attribué d'abord aux seuls rejets acides des industries et des véhicules. On accusa ensuite une sécheresse persistante. On se mit d'accord enfin pour un ensemble de facteurs édaphiques, climatiques et anthropiques. Puis ces menaces cédèrent le pas devant d'autres périls plus graves : nuages radioactifs, effet de serre, trou dans l'ozone de haute atmosphère.

18La question est de savoir s'il peut y avoir survivance des forêts dans un monde où la pression démographique ne cesse de croître et dans lequel les besoins en bois se multiplient. Ce danger de surexploitation a toujours existé. L'histoire nous apprend que le couvert forestier, et plus particulièrement dans notre région, a évolué sous l'influence des groupes humains successifs qui l'ont occupée. C'est pour éclairer cette cohabitation mouvementée des communautés rurales et de leur forêt que j'en propose une lecture sous plusieurs angles, essayant de montrer que la forêt du Languedoc-Roussillon est à la fois l'œuvre des hommes, un espace à leurs affrontements, un champ à leur activité, un cadre à leur vie.

19Forêt domestiquée, parce que les plus anciennes traces de l'arbre dans la région attestent d'une intervention de l’homme sur la forêt (chapitre 1) et que tout au long de l’histoire, son action s’est poursuivie à travers obstacles et consensus (chapitre 2).

20Forêt revendiquée, parce que sous l’Ancien Régime comme durant le XIXe siècle, nombreux furent ses utilisateurs et divers leurs besoins. Quand les villageois purent s'adresser au roi, ils réclamèrent, parmi d'autres doléances, un libre accès à la forêt, ou tout au moins la suppression d'obligations et d'interdits qui leur semblaient comme autant d'intolérables servitudes (chapitre 3). Cependant l'administration forestière, royale puis républicaine, avait fort à faire pour réprimer des délits souvent mineurs, parfois plus conséquents (chapitre 4). En même temps, les usagers s'affrontaient aux communautés qui, à leur tour, entraient en conflit avec les grands propriétaires sylvicoles (chapitre 5).

21Forêt exploitée, utilisée, ruinée en certains endroits par des industries grandes consommatrices de bois (chapitre 6). Ce qui amena les pouvoirs publics à réagir pour remédier au déboisement des montagnes et aux inondations en plaine. La restauration des terrains en montagne et les reboisements sont un grand moment de l'action de l'administration forestière dans la région (chapitre 7). Ces efforts ont abouti puisque l'exploitation de ces futaies reconstituées continue encore aujourd'hui (chapitre 8).

22Forêt protégée, rien n'est moins sûr, car au-delà des indignations saisonnières suivant chaque incendie de forêt, on peut se demander s'il existe une volonté de les prévenir et de les combattre. Et pourtant, les habitants et les visiteurs considèrent la forêt comme un élément essentiel de leur paysage (chapitre 9).

Notes

1 MARTZLUFF M. Villeneuve-de-la-Raho. Un terroir du Roussillon. Géologie. Archéologie. Histoire. P.A.V.E. Perpignan, 1993, p. 10.

2 JALUT G. Evolution de la végétation et variations climatiques durant les 15 derniers millénaires dans l'extrémité orientale des Pyrénées. Toulouse, 1974.

VERNET J.L. La végétation du bassin de l'Aude. Review of Paleobotany and Palynology, no 30, 1980.

3 NOËL M. et BOCQUET A. Les hommes et le bois. Histoire et technologie du bois de la préhistoire à nos jours. Hachette, 1987.

4 CORVOL A. L'homme aux bois. Fayard, 1987.

5 RODES F. Les gentilhommes-verriers et l'industrie du verre en Languedoc sous l'Ancien Régime. Thèse, Montpellier, 1951.

6 LAPASSAT R. L'industrie du fer dans les Pyrénées Orientales et ariégeoises au XIXe siècle. Confient, no 120, 1985.

7 NOUGAREDE O. Des années entières dans les bois lozériens. Les agents et préposés des Eaux et Forêts en Lozère, du code forestier à la Grande Guerre. INRA Rungis, 1985.

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search