Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

2012, 2014, 2018 .espoirs et déception

2012, les J.O du Nord-Pas-De-Calais

Geoffroy Deffrennes

Texte intégral

1Le 6 juillet 2005, quand le Comité international olympique désigna Londres comme ville hôte des J.O 2012, au détriment de Paris, il y eut des Français heureux : à Arras, le drapeau britannique fut aussitôt hissé au mât de l’hôtel du département. Le président du conseil général, M. Dominique Dupilet, en sourit encore : « nous avions aussi préparé celui de Paris, nous ne possédions pas celui de Londres... ».

2Six ans plus tard, c’est toute la région Nord-Pas-de-Calais qui se réjouit que les Jeux (27 juillet - 12 août) se déroulent à Londres, accessible en moins de deux heures. De Calais à Dunkerque, de la Côte d’Opale à Lille, chacun l’admet : les retombées économiques auraient été moindres si la capitale française avait accueilli les J.O 2012. Mardi 19 avril, M. Denis Masseglia, président du Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF), doit venir signer plusieurs partenariats dans le Pas-de-Calais. Jeudi 21, il signera avec le ministre des sports d’Haïti un protocole d’accord à Dunkerque. La semaine prochaine, une délégation de Guyane, conduite par son préfet, étudiera le plan de bataille du syndicat mixte de la Côte d’Opale (SMCO), dans l’intention de s’en inspirer avant les Jeux de Rio en 2016...

3« En Grande-Bretagne, les salles de sport sont payantes, rappelle M. Dupilet. Nous nous sommes positionnés comme base d’accueil pour les pays du tiers-monde, offrant des camps d’entraînement moins onéreux ». Le lobbying a commencé bien avant les Jeux de Pékin de 2008. « Nous avions développé deux stratégies, dont une si Paris gagnait » admet M. Frédéric Lemang, coordinateur de l’opération « le plus grand terrain de Jeux » au sein du SMCO, présidé par le maire (PS) de Dunkerque, M. Michel Delebarre.

4D’abord centré sur le littoral, « le plus grand terrain de Jeux » a fini par associer le Pas-de-Calais, puis la région, suivie plus tard de Lille-Métropole (LMCU) et plus récemment de la Flandre occidentale belge. Le Dunkerquois Wulfran Despicht en est le chef d’orchestre. Également vice-président de la région, le compagnon de la fille de Michel Delebarre se veut le garant de la paix régionale.

5« Nous travaillons symboliquement sur l’euro-région dite du Channel District, insiste M. Lemang. Trois équipes de natation effectueront leur stage final avant les J.O chez nous. La Russie sera à Béthune, la France à Dunkerque, et le Brésil à Bruges. Jeudi, l’équipe de France de basket annoncera sa venue en août 2011 à Gravelines, Liévin et Ostende ». Le Nord-Pas-de-Calais reçoit en moyenne 40 stages sportifs internationaux par an. L’effet J.O les a multipliés : « nous sommes passés à 80 en 2008, 140 en 2009, 168 en 2010 » additionne M. Lemang. L’objectif sera de 200 séjours d’équipes en 2011, et encore 22 pour les six mois précédant les jeux en 2012 ». Parmi d’autres stages de prestige, ceux de l’équipe de France de judo au Touquet, ou de handball à Dunkerque...

6« Nos équipements afficheront complet trois mois avant les Jeux. Certaines équipes seront toujours dans la région à J-7, avant de rejoindre le village olympique ». Le bénéfice se veut multiple. Soutenir l’économie du tourisme, développer les installations et la pratique sportives, notamment dans le Pas-de-Calais : le département, avec 300 000 licenciés, se situe en dessous de la moyenne nationale par rapport à sa population (22 % contre 24 %).

7« La région investit plus de 100 millions d’euros dans cette opération » calcule M. Despicht. Ce chimiste de formation évoque une catalyse : « l’effet J.O accélère notre processus de réaction. Rénovations ou constructions d’équipements auraient encore patienté. Regardez le plan d’eau d’aviron de Gravelines. C’était une idée d’Albert Denvers, président de la communauté urbaine de Dunkerque, prédécesseur jusqu’en 1995 de Michel Delebarre. On se demandait s’il serait creusé un jour. Les Jeux ont imposé une deadline ! » Désormais, perpendiculaire à l’autoroute 16, on aperçoit l’impressionnant bassin, volontairement conçu et orienté comme celui de Londres.

8Il en va de même pour le vélodrome de Roubaix, porté par le conseil régional. Un complexe de polycarbonate translucide alvéolaire, d’un coût global de 25 millions d’euros. « Les Jeux ont boosté le calendrier, nous attendons sa livraison en mais 2012 » espère Mme Michèle Demessine, ancienne ministre (PCF) du tourisme (1997-2001), aujourd’hui chargé des sports à la LMCU. Le Pasde-Calais s’est lancé dans le plus lourd programme de construction. « Nous avons mis 20 millions d’euros sur la table indique M. Dupilet. Nous pensons aussi aux Jeux paralympiques (29 août - 9 septembre 2012) en raison de la spécialisation de Berck dans les soins de rééducation ». Le conseil général du Pas-de-Calais a aussi inauguré une salle de lutte à Marquise, une salle de badminton ultramoderne à Aire-sur-la-Lys, une piste de BMX (discipline de vélo tout terrain) calquée sur celle de Londres à Lumbres ; il attend la livraison de la base de voile de Wimereux et de la piste d’athlétisme de Calais. « Le conseil général a financé à Calais 60 % d’un stade municipal », souligne M. Dupilet « Nous ne pouvions être base arrière des J.O sans des installations d’athlétisme sur la côte ».

9Mais c’est à Arques que se situe sans doute le joyau de ces nouveaux équipements. Le complexe gymnique de quatre salles est effectivement le seul au monde offrant la pratique des sept disciplines que compte ce sport : les quatre olympiques (GRS, trampoline, gym hommes et gym femmes) et les trois non olympiques (tumbling, aérobic, gym acrobatique).

10Et cela ne relève pas du simple opportunisme : cette commune de 10 000 habitants possède le premier club français de gymnastique en nombre de licenciés, soit 1 700 adhérents pour l’Association municipale de gymnastique d’Arques (AMGA) – dont 1 230 pour la pratique loisirs et 270 handicapés.

11« J’ai rêvé le projet en 2008, la salle est sortie en 2010 » explique Thierry Large, chargé du développement du club depuis 1994. « D’une enveloppe de 2,8 millions d’euros, nous sommes passés à 8 millions, dont presque 2 pour la conception écologique. Grâce au programme régional olympique, cela a coûté moins cher à la commune que si elle avait rénové les quatre salles rustiques où le club se dispersait. La ville n’a mis que 20 % de cette somme, le département 30 % ». Chauffé à l’énergie passive, le bâtiment récupérera même 100 000 euros annuels en vendant à EDF l’excédent produit par ses 1 200 m2 de toiture solaire.

12Un coup d’œil au planning d’occupation tendu par M. Large, rassure. Les cases sont largement colorées pour l’année. Chinois et Japonais sont venus en visite, et même l’équipe nationale britannique souhaite s’y préparer à l’écart de la pression de ses compatriotes.

13« Nous avons acheté exactement le même matériel que celui de Londres. Un pays visant une médaille, au trampoline par exemple, ne peut songer à s’entraîner autrement ». Si même les Britanniques s’entraînent dans le Pas-de-Calais...

LE SPECTATEUR DES JEUX EST UN TOURISTE COMME LES AUTRES

14Une étude du CIO sur le comportement des spectateurs des J.O de Barcelone, Sydney et Athènes, a donné des idées au conseil régional Nord-Pas-de-Calais. Wulfran Despicht, vice-président, explique que « le visiteur olympique moyen séjourne trois semaines, mais ne voit que trois jours de compétition. Le reste du temps, c’est un touriste ». Un touriste qui voudra découvrir l’Angleterre, mais aussi l’Europe, s’il débarque d’un autre continent. « À nous de l’arrêter sur le chemin de Paris, un jour ou deux, sur la côte d’Opale ou à Lille, idéalement située sur la ligne TGV de l’Eurostar ».

15Mais, au-delà du court séjour, M. Despicht vise l’hébergement long, à moins de deux heures des sites olympiques. « Londres est hors de prix, poursuit M. Despicht. Le visiteur de l’Europe aura intérêt à choisir une base continentale, à proximité d’un lien direct pour la capitale anglaise ». Sur la ligne de l’Eurostar, le nord de la France proposera des packages ». « Contrairement aux hôtels du littoral bien remplis en été, ceux de Lille sont désertés par leur habituelle clientèle d’affaires. J’ai appelé les comités de tourisme et les agences de voyage afin de les mobiliser. Lille est moins chère, pile entre Londres, Paris, Bruxelles. C’est une plaque tournante des TGV européens ».

16Diana Hounslaw, une... Britannique, directrice de l’office départemental du tourisme du Pas-de-Calais, additionne les lits ». Nous allons favoriser les gîtes chez l’habitant sur le modèle bed & breakfast. Le Pas-de-Calais compte 92 840 lits, dont 70 % sur le littoral. Londres possède 100 000 chambres d’hôtels et 30 000 lits pour étudiants ». Le Pas-de-Calais a subi de plein fouet la crise en Grande-Bretagne, les chiffres de son hôtellerie chutant de 30 % en 2009. Le directeur de la nouvelle salle de gymnastique d’Arques, Thierry Large, l’a vécue en direct. « On a compté entre 40 % et 80 % d’Anglais en moins dans les hôtels 3 étoiles de Saint-Omer ou le 4 étoiles du château de Tilques ».

17Les premiers stages des équipes en préparation arrivent à point nommé ». Les athlètes de 18 stages sont prévus dans ces trois hôtels haut de gamme à proximité d’Arques, calcule M. Large. Hors saison, c’est une aubaine ». À l’Office départemental du tourisme, Mme Housnlaw évalue à 300 000 € les retombées économiques sur le seul territoire de l’Audomarois en 2011. « Quatre stages se sont déjà tenus depuis l’inauguration en décembre, remplissant douze hôtels dans un rayon de 18 km », se félicite M. Large.

18Comment pérenniser l’effet olympique ? Frédéric Lemang, aux manettes régionales du « Plus grand terrain de Jeux », espère que « les équipements ayant fait leurs preuves sous l’éclairage olympique attireront ensuite des équipes préparant les manifestations internationales entre 2012 et 2015 ».

19Du côté d’Arques, on en est persuadé. « Nous ne sommes pas là pour faire un coup en 2012 ; nous fidéliserons les équipes accueillies », assure M. Large. « En attendant, s’amuse le président du Pas-de-Calais, Dominique Dupilet, même Sebastian Coe, président du comité d’organisation des J.O de Londres, a conseillé aux régions anglaises de prendre exemple sur nous ».

20Article du 20 avril 2011 reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur et du Monde.

Auteur

Geoffroy DEFFRENNES, journaliste correspondant du Monde, chargé d’enseignement à l’École Supérieure de Journalisme de Lille et à l’Université de Lille III.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search