Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

Villes et villages olympiques

Les villages olympiques aux J.O d’hiver de l’arc alpin

Jocelin Sebastiani

Texte intégral

1Avec les équipements sportifs et les transports, l’hébergement constitue sans doute le volet le plus sensible des réalisations olympiques en raison de la taille, du coût et du devenir post-olympique de ces infrastructures. Lors des dernières éditions des Jeux d’été (Barcelone, Atlanta, Sydney), les villes hôtes se sont livrées à des opérations d’aménagement et de restructuration du tissu urbain qui marquent leur urbanisme ainsi que les modes d’habiter et de représentation des citadins. Ces opérations concernent un quartier (le village olympique) mais aussi toutes ses connexions avec le reste de la ville. Le village olympique des Jeux d’hiver est certes moins imposant que celui de l’olympiade, mais sa réalisation reste importante dans l’aménagement de la cité, d’autant plus que celle-ci est souvent de petite taille. L’évolution des types d’hébergement de la fête olympique répond aux exigences du CIO et reflète l’évolution même du concept de J.O.

2Nous nous intéresserons successivement à la notion de village olympique, puis à la possibilité d’établir des modèles de village correspondant à ceux des villes hôtes déjà définis. Il sera alors possible de s’interroger sur leur devenir post-olympique.

L’ÉVOLUTION DU CONCEPT DE « VILLAGE OLYMPIQUE »

3À l’origine, le village olympique n’existait pas réellement, les athlètes étaient logés dans les différents hôtels de la station et des alentours. Petit à petit, le concept du village olympique émerge dans l’esprit des valeurs souhaitées par Pierre de Coubertin : « il devra favoriser les échanges entre athlètes afin de promouvoir les idéaux olympiques et de permettre aux concurrents de découvrir les différentes cultures qui composent la famille olympique » (CIO, 2002). La création d’un village olympique est stipulée par la règle no 42 de la charte olympique : le COJO doit aménager un village olympique pour une période qui sera déterminée par la commission exécutive (CIO, 2002). Le but du village est de « réunir dans un même lieu tous les concurrents, officiels et autres personnels ».

4Pour J.-L. Chapelet, c’est en 1924 aux Jeux d’été de Paris que l’idée aurait vu le jour ; selon F. Munoz, le premier village olympique apparaît en revanche à Los Angeles en 1932. L’idée même de village universel a été présentée lors de la session du CIO à Berlin en 1930. Les motifs de ces regroupements de logement étaient d’ailleurs plus financiers que philosophiques. Pour les Jeux d’hiver, ce n’est que bien plus tard, aux Jeux de Squaw Valley (1960), que ce principe a été réutilisé. L’unique raison de la création de ce village tenait dans l’inexistence de structures d’accueil hôtelières suffisantes dans un rayon de 50 km.

5Il existe désormais des villages olympiques d’hiver depuis une quarantaine d’années. Dans notre définition, il s’agit du lieu où sont hébergés les athlètes et leurs encadrements divers sans considération d’unité de la structure d’accueil. Nous regroupons en effet sous la même dénomination l’ensemble des hôtels des premiers Jeux et le parc résidentiel fermé qu’est le village olympique des dernières éditions, même si leurs conséquences sur la structure et l’aménagement de la ville ne sont pas les mêmes.

6Aujourd’hui, si l’idée de village olympique est toujours présente, son concept initial a perdu de son actualité, du fait des distances qui séparent les sites. En fonction des sports, une partie des athlètes est logée à proximité de l’aire de compétition (pour limiter les temps de transport, faciliter la récupération physique, la préparation mentale), bien que ce soit contraire à l’esprit olympique. Le risque principal soulevé par l’application de la règle 42 est que les Jeux se transforment en une multitude de Championnats du monde se déroulant dans des stations proches dont le seul point commun serait la forme des podiums et la couleur des médailles.

Les recommandations du CIO pour les nouveaux villages

7Lors de la remise du dossier de candidature, le projet des organisateurs pour l’hébergement doit être déjà clairement établi : caractéristiques urbanistique du ou des villages, type de résidence (appartements, résidences, campus, hôtels) etc. Une étude de planification des travaux de construction dudit village avec plans et coupes au 1/200e des unités et des chambres fait partie des demandes du CIO, sachant que les organisateurs sont soumis à des impératifs comme la superficie des chambres des athlètes (12 m2 par personne). D’autre part, le projet du village doit inclure une salle de restaurant d’environ 1 500 places (avec annexes), des ateliers pour la préparation et le rangement du matériel, des équipements d’entraînement (piscine, salle de musculation, gymnase). Le village a l’obligation d’être doté d’une polyclinique, d’un centre commercial et d’un centre de loisirs, et de nombreux services (secrétariat, bibliothèque, blanchisserie, programme culturel). Les surfaces requises en 2006, selon les directives du CIO, atteignent 68 000 m2 de planchers bruts (dont 42 000 pour le logement des athlètes). La gestion du village requiert 2 500 personnes, professionnels ou volontaires, travaillant en 3 équipes toute la journée.

8Les villages olympiques doivent être construits en deux zones distinctes, la zone résidentielle réservée aux athlètes et à l’encadrement (61 300 m2), et la zone internationale (centre logistique, médias, entreposage, centre commercial etc.) de 6 700 m2. Le dossier doit comporter des garanties juridiques comme l’accord des propriétaires de terrains et des précisions sur le montage financier. Des études d’impact sur l’environnement et sur d’éventuels risques naturels sont prévues, ainsi que les questions de sécurité.

9En plus du village olympique, les organisateurs doivent s’assurer que 20 000 chambres d’hôtel environ seront disponibles dans la région proche de la ville hôte, à des tarifs fixés d’avance, pour accueillir différentes catégories de visiteurs. Parmi elles, en premier lieu, la « famille olympique », c’est-à-dire : les membres du CIO et leurs accompagnants ; les présidents des FI leurs proches et les officiels ; le personnel du CIO (interprètes, consultants, experts, membres des commissions) ; les délégations des comités d’organisation des futures sessions du CIO ; les membres des COJO des Jeux suivants ainsi que ceux des villes candidates ; les invités accrédités par la commission exécutive du CIO. À Turin, 950 chambres ont été nécessaires à l’hébergement de la famille olympique ; elles sont d’un standing élevé (4 étoiles minimum) ; à cela s’ajoutent les 440 lits pour les arbitres et juges, ceux destinés aux représentants des médias (pas moins de 8 000 lits), aux sponsors (3 700), aux invités des CNO (2 200), à la compagnie détentrice des droits télévisés (1 000). Des hôtels de prestige doivent pouvoir accueillir en outre les chefs d’État et invités prestigieux.

10La ville organisatrice et sa région doivent donc disposer d’un potentiel d’hébergement important, en quantité comme en qualité, de lieux de villégiature prestigieux et de palaces. À plus d’un titre, l’hébergement apparaît comme un facteur limitant, au moins autant que les équipements sportifs.

11Le concept de village olympique tel qu’il est recommandé aujourd’hui par le CIO entraîne une opération d’urbanisme importante, la naissance d’un véritable quartier complet pour les Jeux d’été. Pour ceux d’hiver, les villes ont la possibilité de bâtir deux ou trois villages selon la localisation des sites de compétition. C’est souvent l’occasion de mener de vastes opérations d’aménagement de la structure urbaine (figure 1).

Figure 1 - Les facteurs influant sur la localisation et le type de village olympique

Figure 1 - Les facteurs influant sur la localisation et le type de village olympique

Source : Sebastiani J. (op. cit.), p. 277.

LES VILLAGES HÔTELIERS DES STATIONS

12Les stations de sports d’hiver se sont vu confier la délicate mission d’organiser les premiers Jeux parce qu’elles pouvaient répondre aux critères émis par le CIO : conditions climatiques assurant la tenue à « coup sûr » des épreuves, existence d’équipements et d’un hébergement suffisant et de qualité. Le premier rapport officiel des Jeux d’hiver (1924) le confirme : « plusieurs stations hivernales s’étaient immédiatement mises sur les rangs : mais certaines conditions climatériques et matérielles indispensables à une organisation régulière s’imposaient en même temps : nécessité de disposer d’une patinoire irréprochable ; obligation de trouver de la neige en quantité suffisantes pour les épreuves de ski et de bobsleigh ; enfin certitude de trouver des facilités de logement (COF, 1924). Les premières éditions des JO d’hiver sont révélatrices des liens qu’entretiennent les Jeux, le secteur des sports d’hiver et le tourisme. Les premières villes organisatrices apparaissent comme des villages olympiques à part entière, c’est-à-dire un espace délimité à l’intérieur duquel l’ensemble des délégations prenait ses quartiers pour la durée des Jeux ; jusqu’en 1948, ce village olympique se confond avec la station proprement dite, favorisant les rencontres entre athlètes, journalistes et spectateurs. Le village de montagne, devenu avec le tourisme station de sports d’hiver, redevient ainsi un village, olympique cette fois. Les Jeux de Cortina (1956) vont montrer les limites de ce système « ouvert ».

Chamonix et Saint-Moritz, la promotion d’une capacité hôtelière hors norme

13Se rendant en septembre 1923 à Chamonix, le COF voulait vérifier l’état d’avancement des travaux, et surtout s’informer des capacités hôtelières disponibles ; on aboutit en 1923 à 1006 lits auxquels il faut ajouter 49 lits chez les particuliers. Dès 1908, la ville comptait plus de 25 hôtels, mais souvent fermés l’hiver ; les Jeux créent en quelque sorte une seconde saison, et Chamonix a pu se positionner durablement sur le secteur du tourisme hivernal, qui représente désormais la majorité des nuitées.

14St Moritz disposait aussi d’un beau patrimoine hôtelier au début du siècle (48 hôtels en 1928). Le tourisme hivernal est quasiment né en Suisse ; la station est le lieu de nombreuses innovations dans les sports de glace : premier match de curling, premiers championnats européens de patinage, premières courses de bobsleigh. Station de luxe, elle s’enorgueillit de plusieurs palaces qui font défaut à Chamonix. Les hôteliers ont d’ailleurs participé au financement partiel des Jeux, avançant l’équivalent du tiers des subventions municipales. En 1948, St Moritz dispose de 4 000 lits, des hôtels de luxe aux simples pensions. Les hôtels sont localisés à 80 % à St Moritz Dorf, le reste à St Moritz Bad à proximité des thermes (figure 2). L’ensemble de la vallée de la haute Engadine dispose alors de 8 360 lits, capacité suffisante pour les 1041 athlètes, 338 officiels, 500 journalistes, ainsi que la police, les services sanitaires etc. soit environ 2 000 personnes. On mesure l’évolution quand on sait que Turin a accueilli plus de 20 000 personnes, auxquelles s’ajoutent les spectateurs. Entre 1928 et 1948 peu de changements s’observent dans le concept d’hébergement des délégations. Comme à Chamonix, les Jeux donnent un élan à l’économie touristique locale ; St Moritz distance sa rivale Davos et assure sa promotion à l’échelle mondiale ; dans une Europe en reconstruction, elle fait figure de havre de paix, capable d’offrir des prestations que nombre d’autres lieux de villégiature ne peuvent espérer. Chamonix n’a pas su développer la même stratégie de communication.

Garmisch-Partenkirchen : la faiblesse des sources

15Pourtant très complet, le rapport officiel des Jeux de 1936 ne fait presque aucune mention de l’hébergement des athlètes et des officiels. La station bavaroise dispose d’environ 12 000 lits dans les hôtels, chambres d’hôtes et pensions, auxquels s’ajoutent 8 000 lits dans les villages proches de Mittenwald et Oberammergau, et au moins 15 000 lits à Munich, à une heure trente en train. Il a fallu loger environ 3 400 personnes pendant les Jeux. Dans le dossier de candidature réalisé pour les Jeux de 1940, il est fait mention d’un village olympique en trois parties à aménager dans les locaux de l’armée ; ce rapport fait état de fortes capacités (12 000 lits, dont 4 000 dans les hôtels et auberges) ; de nos jours, la capacité est de 9 500 lits environ.

16La promotion touristique de la station ne semble pas entrer dans les objectifs des organisateurs ; c’est davantage le « savoir faire » en termes d’organisation générale des manifestations qui se dégage du rapport officiel ; cela s’explique par le fait que la commune de Garmisch-Partenkirchen ne s’est pas portée candidate à l’organisation des Jeux. Contrairement aux stations françaises et suisses qui ont dû d’abord convaincre leur CNO respectifs, c’est l’État allemand qui a désigné la station bavaroise.

Figure 2 - Saint-Moritz, station olympique (1928,1948)

Figure 2 - Saint-Moritz, station olympique (1928,1948)

Source : Sebastiani J. (op. cit.), p. 247.

Cortina : les prémices d’un changement de stratégie

17À l’origine, les organisateurs des Jeux de 1956 devaient prolonger la conception du village olympique qui avait prévalu à Oslo en 1952, c’est-à-dire la réalisation ex-nihilo d’un village, situé à Crignes, sur la rive opposée du village de Cortina. Mais l’association des hôteliers était défavorable à ce centre touristique concurrent. Les hôteliers préféraient accueillir les touristes plutôt que les délégations ; le comité italien finit par les convaincre que les athlètes et officiels dépensaient davantage que les touristes, et que le rendement par chambre serait supérieur. Lors de la session du CIO à Mexico en 1953, le dossier italien fit état d’une capacité d’accueil largement supérieure à celle finalement comptabilisée dans le rapport officiel. Globalement, les structures hôtelières disponibles ont été suffisantes. Les délégations ont séjourné à Cortina, à l’exception des patineurs de vitesse sud-coréens et néerlandais logés près du lac de Misurina : pour la première fois apparaît un village olympique annexe à proximité des sites sportifs. Cette innovation s’est progressivement généralisée. La délégation soviétique de son côté s’était regroupée dans l’hôtel Tre Croci, du nom du col qui sépare Cortina du lac ; cette mise au secret volontaire a suscité d’autant plus d’interrogations que les Soviétiques remportèrent de nombreuses médailles... De sévères contraintes furent imposées aux spectateurs : priorité aux réservations pour la quinzaine olympique, circulation interdite dans la station, navette peu pratique pour les visiteurs résidant dans les environs, autant de mesures montrant clairement les limites de l’organisation des Jeux dans une station de sport d’hiver. Cortina est le dernier exemple d’une station capable d’assumer seule, à l’échelle communale, et au prix de mesures draconiennes, l’accueil de l’ensemble de la population olympique (soit 2 500 athlètes, officiels, encadrement, journalistes) auxquels s’ajoutent les spectateurs.

LES VILLAGES OLYMPIQUES ONT SUSCITÉ LA CRÉATION DE NOUVEAUX QUARTIERS

18Les Jeux d’Oslo et de Squaw Valley avaient marqué une légère modification d’orientation avec la construction d’un village des athlètes, bien que l’ensemble des épreuves eut lieu dans un périmètre restreint. Dans la période allant de 1964 à 1984 s’opère un véritable changement avec une organisation des Jeux confiée à des grandes villes, comme pour les Jeux d’été. La réalisation de villages olympiques s’intègre désormais à une planification urbaine et aux stratégies d’aménagement de la ville-hôte, répondant à des problématiques plus larges que la seule manifestation sportive.

19L’impossibilité d’un hébergement en structure hôtelière devient patente. Avec plus de 1 000 athlètes participant aux Jeux en 1964, héberger l’ensemble des délégations devient problématique. Bien que située au sein d’une région touristique, Innsbruck manque en effet de capacités, et quatre ans plus tard, Grenoble est dans la même situation : la cité iséroise ne propose que 2 000 lits et 8 000 dans les stations avoisinantes. La construction d’un village olympique s’impose.

Des villages olympiques construits dans l’axe d’extension des villes

20Avec la forte croissance démographique de la période 1960-1975, Innsbruck et Grenoble ont très vite grandi (Grenoble passe de 80 000 habitants en 1939 à 300 000 en 1960), mais la réalisation d’équipements et d’infrastructures communales n’a pas suivi cet essor démographique. Pour les deux villes, l’organisation des Jeux d’hiver représente donc une chance de développement en même temps qu’un immense défi en matière d’aménagement du territoire, une modernisation et une mise à niveau à marche forcée en quelque sorte. Dans les deux villes, le centre étant très dense voire asphyxié, les seuls terrains disponibles pour une opération d’urbanisme d’envergure se trouvaient en périphérie.

21Pour Innsbruck le choix se porta sur le quartier de l’Arzl à l’est du centre ville dans une boucle de l’Inn, une zone restée encore rurale. Le « O-Dorf » (olympisches Dorf) fait penser à un grand ensemble comme il en pousse alors dans les périphéries urbaines françaises : huit bâtiments de 10 étages implantés en bordure de l’Inn d’un côté et d’une grande avenue rectiligne de l’autre, marquant une coupure avec l’ancien quartier résidentiel de Arzl au bâti dense, établi sur les premières pentes. Il accueille 1 350 athlètes et officiels. Douze ans plus tard, un deuxième village olympique est édifié à proximité ; quoique d’une capacité supérieure (il accueille 1 600 athlètes) à celui de 1964, il paraît moins massif, les architectes ayant réduit le volume des immeubles : 35 blocs résidentiels avec 642 appartements sont construits. Ce nouveau faubourg est relié au centre ville par la construction d’un pont enjambant l’Inn (Grenoblerbrücke) et une ligne de tramway. Le financement du village de 1976 a été assuré à 75 % par l’office national du logement, 15 % par la ville et 10 % par les futurs propriétaires ; le coût actualisé s’élève à 41 millions €.

22À Grenoble, l’hébergement des délégations en 1968 permet de lancer un vaste programme de construction de logements sociaux s’inscrivant complètement dans la logique d’extension des périphéries urbaines françaises de l’époque : le quartier « village olympique » naît ainsi dans le cadre d’une procédure de ZUP (zone à urbaniser par priorité), débordant sur la commune voisine d’Echirolles.

23Opération d’envergure, car ce n’est pas seulement les athlètes qu’il s’agit de loger, mais l’ensemble des délégations, soit 14 000 personnes. Comme dans tous les grands ensembles édifiés à cette époque, un urbanisme d’urgence se met en place : six chantiers sont ouverts et réalisés en moins de deux ans à la cadence de 160 logements par mois. Trois sont dédiés aux logements locatifs, deux aux foyers (jeunes travailleurs et étudiants) et le dernier est en accès à la propriété. Le tout constitue un grand ensemble à l’architecture si caractéristique avec huit tours de quinze étages, plusieurs barres de sept étages et onze petits immeubles de quatre étages, pour un coût de 200 millions €, partagé entre la commune, le département et divers bailleurs sociaux. Dans le même temps, on lance la construction du centre de presse, et l’opération Chatelet III destinée aux familles déplacées lors de tous ces chantiers. Pour l’architecte du projet, « il s’agit bien de concevoir un village avec la notion de rues et de places, afin d’y insuffler une atmosphère vivante », comme le rappelle R. Naville. Terminologie impropre, car c’est plutôt une véritable ville olympique qui sort de terre, avec des commerces, des équipements (clinique, gymnase, bibliothèque, stade), des bâtiments de service public (collège, école primaire, cantine, centre social). Ce grand ensemble se singularise donc par la construction simultanée des logements et des équipements, qui fait tant défaut ailleurs ; en revanche, comme partout, il est coupé du centre ville, distant de trois km, et relié par une grande voie transversale à travers champs. La disposition des bâtiments et leur taille différente apportent moins de rigidité que de coutume. Par ailleurs, Grenoble en profite pour refondre tout le plan de circulation de l’agglomération.

Des réalisations intégrées à l’espace urbain mais ayant mal vieilli

24Transformé après les Jeux en habitat à loyer modéré, l’Olympia Dorf d’Innsbruck compte aujourd’hui près de 8 000 habitants ; malgré les équipements implantés en 1964 puis en 1976, il n’est pas un véritable centre de vie. Celle-ci se concentre plutôt au nord, à la lisière de l’ancien secteur de l’Arzl ; comme à Grenoble, le quartier ne jouit pas d’une bonne réputation au sein du reste de la population. La ville manquant de terrains à bâtir lorgne néanmoins vers ces quartiers pour s’y étendre.

25À Grenoble, le quartier a été absorbé par la croissance spatiale de l’agglomération. De nouveaux HLM – comme le quartier de Villeneuve – sont venus combler les espaces vides entre la ville et le village olympique. Le grand ensemble olympique a mal vieilli, l’habillage en bois des immeubles est défraîchi, et à force de chercher à donner une identité à cet espace, il s’est replié sur lui-même d’autant plus que l’éloignement du centre reste problématique. Il n’est pas étonnant que ce quartier fasse l’objet aujourd’hui d’opérations de requalification urbaine, avec l’implantation de nouveaux services, universitaires notamment.

26Les villages olympiques d’Innsbruck et de Grenoble ont été pensés et réalisés comme des quartiers, mais sont devenus, au sein de la masse urbaine, des îlots, destinés aux populations de revenus modestes.

27S’ils n’échappent pas aux critiques de cette architecture des années 1960-70, ils ont servi en tous cas d’accélérateurs du développement urbain, et de points d’ancrage aux créations postérieures qui se sont greffées le long des axes de communication les reliant au centre historique.

LA CRÉATION DE VILLAGES SATELLITES : ALBERTVILLE ET TURIN

28Les solutions retenues pour l’hébergement des athlètes lors des six premières éditions alpines sont finalement assez proches les unes des autres, sans originalité particulière. Les cas de Turin et Albertville marquent un changement de logique dans la réflexion qui porte sur les usages post-olympiques, la nature de l’hébergement et le nombre de villages olympiques.

Une ville hôte sans village olympique : Albertville 1992

29Albertville n’a pas abrité sur son territoire de village olympique pour plusieurs raisons. La cité savoyarde accueillait peu d’épreuves (sinon celles du patinage) ; les autres sites de compétition se trouvaient assez éloignés, allongeant les temps de transport. La deuxième raison tient dans les capacités financières limitées de la ville ; à l’occasion des Jeux, elle avait déjà engagé de nombreux investissements : patinoire, anneau de vitesse, aménagement des terrains pour les cérémonies, restructuration et aménagement d’un quartier du centre ville, construction d’une médiathèque, d’une salle de spectacle. La construction d’un village olympique aurait alourdi considérablement la charge financière. La taille modeste de la ville (19 000 habitants) ne justifiait d’ailleurs pas la construction d’un nouvel ensemble d’habitations collectives aussi massif ; enfin, le patrimoine immobilier local était dépourvu d’un site (caserne, campus universitaire) susceptible d’accueillir le village olympique au prix de quelques transformations, comme à Calgary ou Salt Lake City.

30D’autres raisons ont présidé à ce choix : l’objectif était que les Jeux soient profitables à l’ensemble du territoire savoyard ; il convenait que chaque action menée soit intégrée dans un plan à plus long terme visant le développement global du département : tout aménagement doit avoir une utilité dans la période post olympique. Pour la première fois, les Jeux sont clairement utilisés comme levier du développement régional.

31Ainsi, en plus des infrastructures lourdes (voirie, TGV, aérodrome) et des équipements sportifs, d’autres programmes virent le jour : programme sanitaire dans la basse vallée de la Tarentaise, électrification des dernières zones de montagne, mise en valeur du patrimoine architectural local (églises baroques, illumination des monuments). C’est dans cet esprit que le choix de localisation du village olympique se porte sur Brides-les-Bains.

32Cette petite commune de 600 habitants, « coincée » en fond de vallée à 600 m d’altitude, en contrebas de la route des stations des Trois-Vallées et du parc de la Vanoise a été préférée à Moutiers, pourtant mieux située et véritable ville-relais des stations de la Tarentaise. Mais Moutiers accueillait déjà le centre de presse, et comme ailleurs, la surcharge financière aurait été trop lourde pour la commune. D’une manière générale, aucune station de sport d’hiver de la région n’aurait pu héberger l’ensemble des délégations ; il aurait alors fallu réserver l’ensemble de la station la privant ainsi de sa ressource première, les touristes, au moment des vacances de février qui constituent la période de remplissage maximale des capacités hôtelières. Le choix de Brides-les-Bains permet de rallier tous les sites olympiques en moins de 70 km pour les plus éloignés (Les Saisies, Tignes, Val d’Isère).

33L’idée d’implanter le village olympique dans la station thermale, créée en 1847, avec ses vingt trois hôtels et son casino, est donc liée à l’existence d’un potentiel hôtelier, sous-exploité en hiver et à une localisation au cœur des sites olympiques, une configuration somme toute similaire à celle des premiers Jeux.

34Dès 1983, la commune avait bénéficié d’un plan de renforcement de l’activité thermale : les Jeux viennent accélérer les projets de réhabilitation d’un ensemble hôtelier qui vieillissait mal. On rénova le parc, qui s’accrut de 800 lits, tandis que la petite commune procédait à la réfection de la voirie et des espaces piétonniers, et à l’achèvement de trois lotissements. On créa surtout une liaison téléportée menant jusqu’aux Allues, d’un coût de 9,8 millions €, un second tronçon reliant ensuite les Allues à Méribel. Ainsi Brides-les-Bains optimise ses capacités d’accueil en proposant à sa clientèle une offre nouvelle « ski et thermalisme », qui allonge sa saison touristique. Après avoir frôlé le désastre financier, la commune a retrouvé un équilibre grâce aux bénéfices de la télécabine de l’Olympe ; elle a intégré l’association des Trois vallées depuis 2000 (Courchevel, la Tania, Méribel, les Ménuires-Saint Martin et Val Thorens). En 1995, la station a enregistré 700 000 nuitées contre 110 000 seulement en 1989. Au total, l’investissement se monte à plus de 100 millions €, dont 53 dans la rénovation du parc hôtelier.

35La question de l’hébergement des athlètes aux Jeux de 1992 présente ainsi une double originalité : absence de village olympique dans la ville hôte, et création de plusieurs villages satellites dispersés autour d’elle.

Turin, une nouvelle logique dans l’aménagement de la ville

36À Turin, le village olympique ne relève pas d’une création ex-nihilo en site vierge, mais s’inscrit dans une opération de requalification urbaine. Destiné à accueillir 2 500 sportifs, il se situe dans le quartier du Lingotto au sud de la ville. Ce « vide urbain » est une friche industrielle née de la fermeture des usines du groupe Fiat dans les années 1980. Le village est composé de deux zones : la première est la zone résidentielle comportant 29 bâtiments de sept niveaux réalisés avec des matériaux et des technologies favorisant les économies d’énergie et la diminution des émissions de substances polluantes ; la deuxième partie s’organise autour des anciennes halles pour accueillir des services (restauration, accréditation, espaces de détente et de loisirs, unités médicales). Après les Jeux, l’ensemble doit devenir un quartier résidentiel ouvert à divers types de populations.

La création des villages satellites : la fin d’une symbolique ?

37La création des villages olympiques satellites est surtout propre aux Jeux d’hiver ; à Grenoble et Innsbruck, les organisateurs ont eu recours à ce moyen pour héberger les athlètes participant aux compétitions nordiques à Autrans et Seefeld. C’est lors des Jeux d’été qu’a été initiée la pratique des villages secondaires (ou satellites), pour les compétitions de voile. Peu de villes hôtes sont situées sur le littoral, d’où la nécessité d’un hébergement spécifique, parfois situé assez loin de la ville hôte, pour héberger les compétiteurs.

38La possibilité offerte au COJO de construire un autre lieu d’hébergement est inscrite dans la charte olympique : « la commission exécutive peut demander au COJO de fournir, dans les mêmes conditions que celles décrites pour le village olympique, d’autres logements à proximité de sites de compétition qui sont situés à plus de 50 km ou à une heure de voiture du village principal ou s’il y a une différence d’altitude de plus de 200 mètres par rapport au site de compétition pour les sports d’endurance, dans le cas des Jeux olympiques d’hiver » (CIO, 2000). Une plus grande marge est donc laissée aux organisateurs dans le choix d’implantation des lieux d’hébergement des olympiens, ce qui favorise la candidature de villes dont les sites de compétition sont éclatés et où les capacités locales sont moindres.

39En 1992, les responsables de l’organisation des Jeux d’Albertville ont mis cette disposition à profit ; le COJO a décidé de trouver des hébergements à proximité des sites d’altitude pour que les athlètes disposent de meilleures conditions de préparation aux épreuves ; il a mis ainsi en place sept autres villages olympiques en appui du site de Brides-les-Bains (figure 3).

40Le choix du site des Saisies pour les fondeurs se justifiait aisément : altitude (1650 m), topographie plane de plateau, éloignement de Brides (70 km) ; le village annexe établi dans un centre de vacances permit d’abriter 700 athlètes. Après les Jeux, ce sont 430 lits touristiques qui ont vu le jour dans le cadre d’une reconversion du site.

41Pour les six autres villages annexes, le choix est plus discutable ; la distance ne le justifiait pas toujours, la proximité des sites de compétition parfois : ainsi les hockeyeurs sont hébergés en altitude, conformément à la demande de la Fédération internationale, à La Tania, à mi chemin entre la patinoire de compétition de Méribel et celle d’entraînement de Courchevel. Les villages annexes ont utilisé des résidences ou hôtels existants, sans entamer significativement les capacités réservées aux touristes, sauf à Pralognan-la-Vanoise où le plus grand hôtel de la station a été réquisitionné.

Figure 3 - Les villages olympiques d’Albertville (1992) et Turin (2006)

Figure 3 - Les villages olympiques d’Albertville (1992) et Turin (2006)

Source : Sebastiani J. (op. cit.), p. 273 et 275.

42Avec la même population qu’Albertville, Lillehammer a pourtant fait le choix d’un seul village olympique. La multiplication des sites d’hébergement présente en effet l’inconvénient majeur, outre les déplacements contraints, de briser l’expérience inoubliable pour les athlètes, de la vie en commun et de l’ambiance de fête olympique. Le succès de Lillehammer tient largement à ce choix qui finalement, respecte les vœux de P. de Coubertin. Le CIO veille désormais à ce que le nombre de villages soit restreint au maximum et la construction d’un village satellite reste soumise à l’approbation de la Commission Exécutive du CIO.

43À Turin, trois ensembles résidentiels ont été prévus ; la situation de la capitale piémontaise l’imposait : les villages de Sestrières (1 700 lits) à 2 035 m et 104 km, et de Bardonecchia (750 lits) à 1 312 m d’altitude et 93 km de Turin ; dans le premier cas, c’est un ensemble résidentiel (deux tours, déjà utilisées lors des Championnats du monde de ski alpin de 1997) qui accueille les skieurs (alpins et nordiques) ; dans le second, un ancien complexe touristique est réservé pour les sportifs d’engins, snowboardeurs et skieurs artistiques. Cette organisation territoriale présente le double inconvénient d’un éclatement des sites d’hébergement (comme à Albertville) et d’une séparation entre les athlètes des épreuves de neige et ceux des épreuves de glace.

VILLAGES OLYMPIQUES ET ÉVOLUTION DES JEUX

44Les Jeux mobilisent un nombre croissant de personnes : athlètes, journalistes, officiels, personnels divers, se comptant désormais par dizaines de milliers, auxquels s’ajoutent les spectateurs eux aussi de plus en plus nombreux, sans oublier les touristes fréquentant les stations de ski à la même période. La question du logement est devenue primordiale. Désormais, comme les Jeux eux-mêmes, elle a changé d’échelle territoriale. Avec l’éclatement des sites de compétitions, le comité d’organisation se donne un choix plus varié sur l’implantation possible du village d’athlètes, il peut apporter une réponse mieux adaptée aux besoins du CIO mais qui s’intègre également à une logique de développement post-olympique de la région.

45Les lieux d’hébergement répondent à deux demandes contradictoires : l’une émanant du CIO qui invite au mélange, au brassage de la communauté sportive (athlètes, délégations) afin de promouvoir les rencontres, les échanges ; l’autre, issue des Fédérations internationales, réclame des localisations de logement proches des sites et propices à la performance sportive. Il faut satisfaire aussi aux attentes du secteur touristique et hôtelier local, soucieux de préserver sa propre clientèle qu’il ne faut pas refouler vers d’autres stations concurrentes, sous peine de la perdre, ce qui irait à l’encontre des objectifs de promotion touristique associés à l’accueil des Jeux. Les craintes d’une sur fréquentation de la ville olympique, d’une augmentation des prix, d’une saturation des axes de communication ou des capacités hôtelières, sans parler de la sécurité, peuvent conduire maints vacanciers à annuler leur visite, provoquant l’inverse des effets escomptés par le secteur hôtelier ; ne fut-ce pas déjà le cas en 1924, comme le relatait un article paru dans le journal l’Auto du 7 février 1924 ?

Tableau 1 : L’évolution des villages olympiques

Tableau 1 : L’évolution des villages olympiques

Source : J. Sebastiani, p. 276.
1 : Village olympique en résidence hôtelière.
2 : Village olympique créant un nouveau quartier.
3 : Village olympique utilisant une structure résidentielle existante.
4 : Village olympique créant une nouvelle structure ou utilisant des structures provisoires.
i : immeubles. m : maison b : bloc.

46Tous ces enjeux, plus ou moins contradictoires, se cristallisent dans les choix effectués en définitive par les organisateurs. Au fil du temps, des solutions très variées ont été apportées à la question de l’hébergement des athlètes (cf. tableau 1) ; la confusion du village olympique avec la station d’accueil est désormais révolue ; soit on construit des structures d’accueil neuves et assez massives, en les réutilisant ultérieurement dans le cadre d’une politique d’habitat : ce fut le cas dans les années 1960-1980, à une époque où il fallait pallier le manque de logements dans les grandes villes ; soit on adopte une démarche de requalification d’un territoire urbain (Turin) ; soit on rénove des structures d’accueil existantes (Calgary) : chaque cas correspond à des possibilités locales, et tente de répondre aux besoins du temps.

47Les villages olympiques, et bientôt le village des médias, ne doivent pas être perçus comme des entités propres, mais doivent être analysés en rapport avec l’histoire de l’aménagement urbain de la cité dont ils dépendent. Ce sont les liens qu’entretiennent les villes hôtes et leurs espaces qui permettent de comprendre les choix des autorités ainsi que la trace dans l’urbanisme local laissée par ces villages.

CONCLUSION

48Du parc hôtelier privatif à la construction puis à la réutilisation – assez aisée en raison de la demande constante de logements – des villages olympiques, les collectivités impliquées développent des stratégies afin de rejoindre à l’augmentation du nombre de personnes à loger, athlètes, et journalistes, ces derniers bien plus nombreux désormais que les sportifs.

49Cet article reprend et actualise des éléments de notre thèse (op. cit.), en particulier du chapitre 2 de la partie II.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les facteurs influant sur la localisation et le type de village olympique
Légende Source : Sebastiani J. (op. cit.), p. 277.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 2 - Saint-Moritz, station olympique (1928,1948)
Légende Source : Sebastiani J. (op. cit.), p. 247.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Titre Figure 3 - Les villages olympiques d’Albertville (1992) et Turin (2006)
Légende Source : Sebastiani J. (op. cit.), p. 273 et 275.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Tableau 1 : L’évolution des villages olympiques
Légende Source : J. Sebastiani, p. 276.1 : Village olympique en résidence hôtelière.2 : Village olympique créant un nouveau quartier.3 : Village olympique utilisant une structure résidentielle existante.4 : Village olympique créant une nouvelle structure ou utilisant des structures provisoires.i : immeubles. m : maison b : bloc.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search