Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Nouvelles frontières

Cloître, clôture, peregrinatio

La frontière spirituelle du moine dans le monde antique d'Occident

Jacques Biarne

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce sujet l’article de Richard E. Sullivan, “The Medieval Monk as the frontiersman”, Acts o (...)

1Le monachisme a toujours été considéré comme un type de vie exceptionnel et le moine comme un individu étrange, voire étranger. Il donne l’impression d’appartenir à un autre monde, d’habiter au-delà d’une frontière, d’être même l’homme de la frontière avec ce que cette notion comporte : goût de la lutte, courage devant les affrontements et les difficultés, esprit d’initiative, sentiment de la différence1. Les moines ont bien été des pionniers : on sait combien ils ont participé à l’avancée de l’évangélisation. Dès le IVe siècle, s. Martin en Gaule, les disciples d’Eusèbe de Verceil en Italie du Nord et dans les Alpes ont été des moines missionnaires ; s. Colomban au VIe siècle, d’autres plus tard en Britannia et en Germanie ont maintenu cette tradition.

  • 2 Cf Ph. Le Maître, “Evêques et moines dans le Maine : IVe-VIIIe siècles”, RHEF 62, 1976, p.91-101.

2On constate aussi que des moines s’installent volontiers aux frontières du territoire des cités. Mais ce fait est probablement sans rapport avec leur rôle missionnaire, encore que les ermites aient participé à la christianisation de ces confins2. Ces ermites cherchaient surtout par souci d’ascèse l’isolement des zones périphériques qu’ils trouvèrent aux marges des cités, régions souvent vides d’hommes, aux conditions naturelles difficiles.

  • 3 RB 48,1.
  • 4 Cf. Augustin, de opere monachorum, XXV, 32-33, BA 3, éd. J. Saint-Martin, p.400-402.
  • 5 Cf. l’article posthume de Cl. Préaux, “Monachisme et contre-culture”, Annuaire de l’Instit. de Phil (...)

3Ces traits généraux de la vie monastique qui font du moine un homme à part, sont de tous les temps. Pour l’Antiquité, on peut ajouter que le monachisme est porteur de valeurs opposées à celles de la civilisation et de la société gréco-latine. Dans un monde aristocratique, le monachisme croyait à l’égalité des hommes, imposait à tous le travail manuel, affirmait le refus de la puissance et le mépris de la culture classique ! Que l’on songe au renversement des valeurs que représente la phrase de saint Benoît déclarant dans sa règle : l’oisiveté est ennemie de l’âme, otiositas inimica est anima3. L’idéal du monde romain était l’otium, genre de vie noble, le bonheur par la philosophie, opposé au negotium, l’activité mercantile et alimentaire4 ! Le monachisme a contribué à créer une véritable contre-culture5 dans une tradition déjà ancienne illustrée entre autres par les philosophes cyniques.

4Ainsi le moine est souvent apparu comme un être asocial, homme des limites, au propre et au figuré. Pourtant, ce ne sont pas ces aspects de missionnaire, d’ermite frontalier ou de marginal qui vont nous retenir mais une notion plus profonde, celle de la séparation d’avec le monde qui établit une véritable frontière spirituelle. Cette frontière intérieure est liée à la nature fondamentale du monachisme, et son expression révèle une opposition entre le monachisme antique et médiéval.

  • 6 H.Leclercq, D.A.C.L. 3, 1913, s.v. “”Clôture” par E. Renoir, col.2024-2034.
  • 7 M.Viller, D.Sp. 2, s.v. “Clôture” par E. Jombart et M. Viller, col.979-1007 ; ici col.986 : Nullus (...)

5Au Moyen Age, et jusqu’aujourd’hui, la clôture apparaît comme une caractéristique essentielle du monachisme6. Elle devient générale et absolue avec la Constitution Nullis de Clément VIII de 1599 : “Que personne n’ose sortir du couvent s’il n’a pas de bonnes raisons et s’il n’est pas accompagné... Mais qu’on ne concède à personne une autorisation générale de sortie7”.

  • 8 D.Sp. 2, op.cit.,, col.1007. Cf. S. Vincent de Paul, Oeuvres, 10, p.661 : “Vous aurez pour monastèr (...)
  • 9 D.Sp. 2, op.cit., col.979-980.
  • 10 D.Sp. 2, op.cit., col.980.

6La clôture, quand elle ne peut être appliquée, reste l’idéal8. Elle a pour premier objectif d’assurer la chasteté parfaite, mais elle est aussi “gardienne du recueillement, de la vie de prière et d’union à Dieu, elle conserve l’âme dans la paix, à l’abri des vaines agitations et de l’esprit du monde opposé à celui de Jésus-Christ. [...] C’est pour pratiquer la perfection à l’abri des dangers du monde que la vie monastique s’est constituée : les moines sont des séparés. Il n’est pas étonnant dès lors que très vite ses organisateurs aient cherché les moyens de maintenir cette séparation et qu’ils aient accumulé les obstacles à la pénétration de l’esprit du monde dans la vie religieuse”9. La clôture religieuse a donc une valeur d’ascèse par la privation de liberté, mais aussi un rôle de refuge qui est d’assurer la tranquillité des moines, leur isolement matériel et de leur donner la paix de l’âme : “...c’est plutôt une idée de préservation qui est à l’origine de la clôture”10.

  • 11 D.Sp. 2, op.cit., col.980.
  • 12 D.Sp. 2, op. cit., col.2025.

7On peut remarquer qu’apparaît, dans les citations précédentes, une fonction plus profonde de la clôture qui est de faire des moines des hommes séparés du monde par un signe tangible. D’après son biographe, l’abbé de Rancé “voulut que ses religieux fussent inaccessibles au monde et que le monde leur fut inaccessible, et il estimait que cette inaccessibilité était le premier pas qu’il fallait faire pour leur en faire perdre l’esprit”11. On atteint ici la racine même de la vie monastique. À ces lectures, la conclusion s’impose : “Il n’y a pas, on peut le dire, de vie monastique sans clôture”12.

8Mais qu’est-ce exactement que la clôture ? Le mot a d’abord un sens général, juridique et pratique : une clôture est une enceinte qui ferme un espace ; elle se présente comme un obstacle matériel qui délimite une propriété et en interdit l’accès. Appliquée au monachisme, cette clôture définit le monastère et en limite la propriété à ses occupants, les moines, par opposition aux étrangers, y compris ceux qui voudraient faire partie du monastère, les postulants.

  • 13 D.A.C.L. ibid., col.2025.
  • 14 D.Sp. 2, op. cit., col.979.

9A ce sens matériel s’ajoute un sens figuré, la clôture religieuse : “clôture, obligation de garder le cloître” écrit Littré, définition où cloître signifie monastère. On voit apparaître ici la notion classique dans le droit canon de clôture active “qui enlève plus ou moins complètement aux religieux la faculté de franchir l’enceinte du monastère”13. La clôture religieuse définit aussi un espace où il est interdit aux étrangers de pénétrer (clôture passive). On a remarqué que “la clôture, en ce sens, ne coïncide pas nécessairement avec les limites de la propriété”14 laissant en dehors l’église abbatiale, ou le parloir, ou tel autre local, qui font cependant partie du monastère.

  • 15 Cf.Apoc. 21,1 :... et vidi coelum novum et terrain novam.
  • 16 Eph. 2,15.

10La clôture religieuse a enfin un sens plus profond, symbolique : elle est une démarcation entre deux mondes. Le moine cherche fondamentalement à retrouver le Royaume qui est en rupture avec le monde ; il croit à la création des deux nouveaux, d’une nouvelle terre15, il veut devenir l’Homme Nouveau16 et mener la vie angélique. La clôture prend alors une signification métaphysique, elle est séparation, et il est remarquable que la clôture s’exprime par le mot cloître équivalent de monastère.

  • 17 D.A.C.L. 3, 1913, s.v. “”Cloître”, col. 1991 et seq.
  • 18 Ibidem col. 2006.

11Clôture vient du latin claustrum qui dérive du verbe claudere, enfermer. Mais claustrum a pris progressivement le sens de cloître en français et dans la plupart des langues européennes : Kloster, Klooster, cloister, claustro, chiostro. C’est-à-dire que l’idée de clôture était si forte qu’elle a fini par recevoir une expression architecturale : le cloître. Il apparaît pour la première fois au IXe siècle sur le plus ancien plan manuscrit connu, celui de l’abbaye de Saint-Gall. Il s’agit d’un péristyle généralement carré qui est logé dans l’angle formé au sud de la nef de l’église abbatiale par la croisée de transept. Sur cette cour s’ouvrent les principaux bâtiments communautaires, le plus souvent dans un ordre fonctionnel, les plus éloignés de l’église étant les bâtiments de services17. On a regretté parfois “une disposition qui prévaudra finalement dans les monastères d’Occident où le cloître deviendra le triomphe de l’alignement et de la régularité des lignes architecturales la plus inflexible et la plus artificielle et la moins favorable à l’inspiration artistique”18. Mais cet ordre est peut-être rigide parce qu’il est l’image de la séparation du monde monastique.

  • 19 On a quelques cas, celui de San Vincenzo a tre fontane par exemple, mais la date est discutée.
  • 20 D.A.C.L. 3, 1913, s.v. “”Clôture” par E. Renoir, col.2024-2034. Plus récemment : A. de Vogüé avance (...)

12On ne connaît pas avec certitude de forme architecturale de ce genre antérieurement à l’époque carolingienne en Occident19. Le terme de claustrum, ou plutôt claustra, continue d’être employé avec le sens général de clôture dans la règle de S. Benoît (RB 4,78 et 67,7) comme dans les textes carolingiens : concile de Francfort de 794, c.15 (oratorium inter claustra : oratoire à l’intérieur de la clôture), concile d’Aix de 816, c.144, etc. Il est donc certain que la clôture a joué un rôle fondamental dans le monachisme médiéval dont témoigne le cloître, tant le mot, qui a pris le sens de monastère, que l’édifice, cœur et résumé de la vie monastique. La clôture a été une notion de plus en plus sévère et rigoureusement appliquée. Elle a marqué la séparation entre les moines et le monde. On a cherché à prouver qu’elle avait joué ce rôle depuis l’Antiquité20. Mais la notion de clôture monastique existe-t-elle à cette époque ? Il ne faut pas confondre les différents sens du mot : limite et enfermement ascétique, enfermement ascétique et refuge, refuge et création de l’Homme Nouveau. Ce qui nous amène à examiner ce qu’est le monachisme dans l’Antiquité.

  • 21 J’ai traité ces problèmes dans une thèse encore inédite : J. Biarne, Les origines du monachisme en (...)
  • 22 J. Daniélou et H.-I. Marrou, Nouvelle Histoire de l'Eglise, I, des origines à saint Grégoire le gra (...)
  • 23 Athanase, Vie d’Antoine 2.

13Qu’est-ce qu’un moine quand le monachisme n’est pas encore défini par les trois vœux de pauvreté, chasteté, obéissance ? A l’origine, aux IIIe et IVe siècles, un moine est un chrétien qui prend l’évangile au pied de la lettre et cherche à l’appliquer complètement21. Il est différent des ascètes22, hommes et femmes qui depuis le début de l’Eglise font aussi un effort de vie parfaite par la continence sexuelle et l’abandon des richesses ; il cherche à rompre avec son milieu et à partir à la recherche de sa véritable patrie comme Abraham à celle de la Terre promise (Gen.12, 1). Le monachisme n’est pas seulement un effort de libération pour atteindre Dieu, mais avant tout la réponse à un appel. Le modèle en est Antoine, le père des moines. On sait par la Vie qu’en rédigea Athanase, qu’un jour Antoine “entra dans l’église. Il advint qu’on lut l’évangile et il entendit le Seigneur disant au riche : si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu as et donne le aux pauvres et viens, suis-moi, tu auras un trésor dans le ciel (Mtt.19, 21)23”.

14La réponse à un tel appel en Occident, dont nous nous occupons ici, est la peregrinatio. Cette notion est fondamentale dans le monachisme le plus ancien puisqu’elle implique l’idée de départ, de rupture avec son milieu. Le mot est intéressant, différent de son équivalent grec xeniteia (dépaysement), dont il n’est pas un simple décalque : original en latin, il dérive du verbe per-agrare, parcourir, aller au loin, le mot a une résonnance agraire (aller au-delà de son champ !). Ce terme a donné ensuite peregre : voyager au loin, d’où le sens de : se rendre à l’étranger, y séjourner. Le mot peregrinatio a le sens de séjour à l’étranger, proche d’exil, chez Cicéron.

  • 24 Adv. Haereses, IV, 5,3.
  • 25 Cassien Instit. IV, 14, éd. J.-Cl.Guy, SC 109, p. 139 : ut tanquam peregrinum segerat et incolam is (...)
  • 26 Ce n’est que plus tard que le mot peregrinatio prendra le sens de pèlerinage. Aux IVe et Ve siècles (...)

15La peregrinatio prend chez les écrivains chrétiens le sens d’exil spirituel, rupture suprême avec le monde. Irénée de Lyon au second siècle dit d’Abraham qu’il est un peregrinus : “se faisant étranger avec le verbe24.” Le terme est souvent appliqué aux moines. Cassien l’utilise pour dessiner le modèle du moine dont il dit qu’il se comporte comme un étranger et un résident en ce monde, peregrinus et incola25. Ces termes s’opposent à civis, le citoyen. Ils désignent un homme qui reste étranger à la terre qu’il habite, qui est simplement domicilié dans le monde, un immigré en quelque sorte26.

  • 27 Ep.63, 68, trad. j.B. : illos secutus Eusebius sanctus exivit de terra sua, et de cognatione sua, e (...)
  • 28 Ad peregrina contendunt.
  • 29 Vita Honorati éd M.-D. Valentin, SC 235, Paris 1977, 12,1, p. 100 : Exeuntes de terra sua et de dom (...)

16On retrouve cette notion de peregrinatio dans la démarche initiale des fondateurs du monachisme. Nous sommes renseignés sur la vocation monastique d’Eusèbe de Verceil, au milieu du IVe siècle, par la lettre 63 d’Ambroise. L’évêque de Milan cite les grands modèles bibliques de la vie monastique, Elie, Elisée et Jean-Baptiste et déclare : “Les ayant suivis, s. Eusèbe sortit de sa terre et de sa parenté et préféra la peregrinatio à son loisir domestique27.” Ambroise montre bien que la vocation monastique d’Eusèbe consiste à abandonner sa patrie, sa famille et sa tranquillité personnelle. Un demi-siècle plus tard, la Vie d’Honorat raconte que sa vocation et celle de son frère ont été marquées par une rupture avec une famille riche et un destin assuré. Le biographe indique que cette conversion s’est produite avec la décision d’un départ à l’étranger28 et il appuie cette remarque d’une référence à Abraham : “quittant leur pays, leur foyer et leurs parents, égaux à leur modèle, ils se montrent vraiment fils d’Abraham29”. Ce thème fréquent dans la littérature monastique ancienne est repris au VIe siècle par le monachisme irlandais dirigé par s. Colomban : la peregrinatio Scottorum.

  • 30 A Diognète V, 5 éd. H.-I.Marrou SC 33, Paris 1952 ; SC 33bis, 2e éd. Paris 1905, p.63.

17Ces idées se rattachent à un thème profond de la pensée chrétienne antique, celui du chrétien étranger dans le monde. Sa forme littéraire la plus achevée se trouve dans le discours à Diognète, un écrit alexandrin de la fin du second siècle. L’auteur inconnu de ce texte explique que les chrétiens “résident chacun dans sa propre patrie mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens et supportent toutes les charges comme des étrangers. Toute terre étrangère leur est une patrie et toute patrie, une terre étrangère30”.

  • 31 Ibidem, p.134-135.

18H.-I. Marrou explique que “la situation des chrétiens dans le monde implique une synthèse d’immanescence et de transcendance [...] Pour rendre ce mystère sensible à Diognète, l’auteur met en œuvre des notions empruntées à la structure politique si complexe du Haut-Empire romain. L’unification de l’état romain avait laissé subsister les cadres de la cité antique au sens étroit du mot ; l’homme qui quitte le municipe (ou la colonie) dans lequel il est inscrit pour aller s’établir dans un autre n’acquiert pas normalement le droit de cité dans celui-ci : il continue à compter comme citoyen dans sa ville d’origine et dans son nouveau domicile est considéré comme “étranger”, paroikos, en latin incola. [...] Quelque chose d’analogue à une telle double appartenance se retrouve dans la situation des chrétiens : ils relèvent des diverses cités terrestres où la naissance les a placés, mais en même temps sont “citoyens du ciel31.”

  • 32 A Diognète VI, 1, éd.cit.p.64, trad. H.-I.Marrou.

19Les chrétiens appartiennent donc à un autre univers. Ce que l’auteur de l’ὰ Diognète disait des chrétiens : “en un mot, ce que l’âme est dans le corps, les chrétiens le sont dans le monde32,” on peut désormais le dire des moines. Comme eux, ils sont les témoins de la vitalité de l’Eglise ; ils sont le sel de la terre.

20Comme on le voit, le monachisme à l’origine est dominé par une idée différente de celle de clôture. Comment passe-t-on de l’une à l’autre ? Quand en est-on venu pour exprimer la séparation, à utiliser la notion statique de clôture au lieu du thème dynamique du voyage initiatique ?

21A l’origine, le caractère singulier du moine vient de la rupture qu’il a consommée avec son milieu familial, social, géographique. Ce changement d’univers n’a pas entraîné la création d’une clôture qui aurait une valeur métaphysique, d’autant qu’il vit en solitaire ou en groupement semi-anachorétique le plus souvent. Pourtant nous constatons que la clôture matérielle existe pour répondre à des besoins pratiques ; elle prend des formes variées mais ne remplace pas la peregrinatio.

  • 33 Vie des Pères du Jura éd. Fr. Martine SC 142, Paris 1968, 6-7, p.244-246.
  • 34 VPJ, 8,7-8, p.246.

22Une clôture de fait apparaît d’abord avec l’existence d’un obstacle matériel comme le désert. On sait qu’Antoine, modèle du monachisme, est parti au désert après sa conversion et s’y est enfoncé de plus en plus loin pour s’isoler des disciples et des visiteurs. Le désert joue certes un rôle d’ascèse mais il est aussi une séparation, une protection. En Occident, il est représenté par la montagne et la forêt : la Vie des Pères du Jura montre une démarche analogue à celle d’Antoine en Egypte. Romain, le fondateur, s’enfonce dans les chaînons du Jura et trouve un endroit propice à la culture33. Cet endroit, sans être à proprement parler un désert, est séparé des lieux habités par de vastes espaces34.

  • 35 RPac.51
  • 36 Fermées à clé, RPac.52.

23Cependant les difficultés d’accès n’empêchent pas la construction d’une enceinte. Nous en avons l’attestation dans le monachisme égyptien pour les monastères de Pachôme. La règle de Pachôme (RPac.) décrit à plusieurs reprises la porte du monastère, ce qui suppose une enceinte : à propos des visiteurs, on découvre l’existence d’une hôtellerie35 avec une partie réservée aux femmes. Ces installations sont elles-mêmes isolées du monastère36. Le cenobium est bien un lieu clos à la porte duquel on fait attendre les postulants. On remarque que le mur n’est jamais mentionné, parce que le centre du monastère compte plus que sa délimitation. De plus le travail et d’autres motifs obligent les moines à sortir ; les sorties sont contrôlées, elles ne sont pas interdites.

  • 37 VM.23, 2, éd. J. Fontaine, SC 133, Paris 1967, p.302.
  • 38 Dial. III, 14 : ad pseudo forum monasterii.
  • 39 VM 23,6

24Les groupements de semi-anachorètes se développent aussi dans un cadre fermé d’un mur. Le cas le plus célèbre en Occident au Ve siècle est celui de Marmoutier, en Touraine. Le monasterium episcopi formé d’un ensemble de cellules37 groupées autour de celle de Martin est entouré d’une muraille comme nous l’apprend l’existence d’une porte dérobée38. Un second ensemble de cellules apparaît à l’extérieur du premier, celui de Clair39 qui ne paraît pas être fermé.

25La Vita Martini mentionne des monastères de femmes et à propos de l’un deux, raconte qu’une moniale avait refusé de rencontrer l’évêque qui souhaitait connaître une religieuse aussi accomplie. On ne peut tirer de l’anecdote la preuve de l’existence d’une clôture absolue : cette réaction est personnelle et montre bien qu’il s’agit d’un cas exceptionnel qui a surpris Martin lui-même !

  • 40 VPJ. 127-128, o.c. p.376-379.
  • 41 Grégoire Historia francorum VI, 6.
  • 42 H.F. VIII, 15.

26Les ermites qui représentent la forme la plus libre, la plus anarchique du monachisme ont parfois utilisé des clôtures : c’est le cas des reclus comme saint Léonien40 de Vienne, saint Cybard à Angoulême ou saint Hospitius41 à Nice. Ce dernier est enchaîné dans une tour, il y est emmuré et ne communique avec l’extérieur que par une fenêtre. Cependant il dirige depuis sa cellule une communauté installée autour de lui. Peu avant de mourir, il demande qu’on démolisse le mur et lui-même se libère de ses chaînes. Il s’agit donc ici d’une forme extrême d’ascèse. Les stylites sont des cas intéressants car une colonne représente une clôture à la fois immatérielle et spectaculaire. Ils sont peu répandus en Occident, cependant Grégoire de Tours en signale de son temps un exemple en Rhénanie42.

  • 43 Dans la Vie des Pères du Jura : VPJ 2,11-12, o.c. p.238 : dum illic in coenobw etiam claustro pecul (...)

27Un moine vénérable du monastère d’Agaune vivait dans une cellule à part : le texte suggère qu’il était protégé par la double clôture de sa cellule et de son monastère43. La clôture a ici une fonction de protection, “contre les assauts du monde” dans ce texte qui a été rédigé au VIe siècle.

28La clôture existe donc bel et bien dès l’origine du monachisme, pour toutes les catégories de moines, qu’ils soient anachorètes, semi anachorètes, ou cœnobites. Elle a la valeur pratique et juridique que nous avons notée, parfois celle de protection et d’ascèse, elle n’a pas à cette époque de valeur métaphysique. Ce n’est pas elle qui fait du moine un être séparé.

29Cette clôture va être précisée avec l’apparition, à partir du Ve siècle d’une nouvelle forme de monachisme, le monachisme régulier. Devant la diversité déroutante des types de vie monastique, les excès commis par certains, les abus de véritables charlatans ou simplement l’adoption d’un genre de vie marginal, la communauté chrétienne comme l’ensemble de la société imposa progressivement des normes au monachisme. Les règles devinrent la pièce essentielle de la vie monastique. Elles furent peu nombreuses au début du Ve siècle. Outre les traductions des règles de Basile et de Pachôme, il n’y eut en Occident que la règle d’Augustin, à laquelle on peut ajouter les quatre premiers livres des Institutions de Cassien. Les règles se multiplieront par la suite. Il est intéressant de savoir que ces premiers textes traitent de la clôture par le biais des problèmes de sortie et de visite. C’est le cas de la Regula Pachomii (RPac.) citée plus haut, traduite en latin dès 404 par Jérôme et proposée en modèle à l’Occident. Nous savons qu’elle a été très répandue d’après le nombre de manuscrits dans lesquels elle figure et que son succès s’explique par sa grande rigueur, c’est-à-dire qu’elle a été appliquée scrupuleusement. Toutefois la clôture n’y a pas de valeur en elle-même ; elle n’y est ni mentionnée, ni décrite ; et son intérêt n’y est que matériel.

  • 44 Ed. L. Verheijen, La Règle de Saint Augustin, 2 vol., Paris 1967 ; texte I, p.148-152(OM) et p.417- (...)
  • 45 A. de Vogüé, Les règles des Saints Pères, SC 297-298, Paris 1982.
  • 46 RIVP 2,25.
  • 47 RIVP 2,36.

30On peut avancer les mêmes remarques pour les autres règles avant le VIe siècle. La règle d'Augustin (RA)44, est composée de deux petits textes : les sorties sont seulement réglementées par Augustin dans le Praeceptum (IV, 2 et 6) ; l’Ordo Monasterii interdit de prendre un repas à l’extérieur sans autorisation (OM 8). Mais la RA ne fait jamais allusion à une enceinte. Les Règles des Pères45 ont des prescriptions analogues. La Règle des IV Pères (RIVP) mentionne l’existence d’une porte à propos de la réception des postulants46, d’un moine chargé de l’accueil à propos des hôtes étrangers47. Il y a donc clôture mais elle n’est pas mentionnée et son rôle paraît essentiellement pratique.

  • 48 Éd. J.-Cl. Guy, SC 109, Paris 1965. Je cite cette traduction.
  • 49 Institutions, IV, 10.
  • 50 Ibidem, IV, 3, p.124. Cassien note que des frères prennent la fuite du monastère. Ibidem, IV, 6, p. (...)

31Cassien, dans les Institutions48, n’en parle pas davantage mais insiste sur l’entité que représente le monastère. Il propose aux moines d’Occident de copier l’idéal proposé par le monachisme égyptien. Ce modèle est caractérisé par une très forte organisation hiérarchique, une discipline rigoureuse qui supposent l’existence d’une enceinte. La cellule du moine est au centre du principe monastique, d’où l'obligation de “garder la cellule” qui est la recommandation majeure49. A propos des postulants, la porte est mentionnée, que les frères franchissent fréquemment50, ce qui suppose l’existence d’une clôture qui n’est pas décrite. Non loin de l’entrée on trouve l’hôtellerie pour accueillir, outre les postulants, les étrangers et les hôtes.

32On peut en conclure qu’au Ve siècle, au début du monachisme régulier, la clôture existe mais n’occupe pas une place centrale dans la préoccupation des maîtres spirituels. Le plus souvent elle n’est pas mentionnée et ne joue guère un rôle de protection matérielle ; elle n’apparaît qu’à propos des problèmes de visite, de sortie, d’entrée au monastère. Elle a une signification pratique.

  • 51 A. de Vogüé, “Les règles monastiques anciennes (400-700)”, Typologie des sources du Moyen Age occid (...)
  • 52 J. Biarne, “La vie quotidienne des moines en Occident du IVe au VIe siècle”, Collectanea Cistercien (...)
  • 53 Césaire d’Arles, Oeuvres Monastiques, I, Oeuvres pour les moniales, éd. trad. et notes par A.de Vog (...)
  • 54 RCV 1,3 : iugiter in monasterii cellula residantes. Op.cit. p. 171.
  • 55 RCV 2,3 : Si qua relictis parentibus suis saeculo renuntiare et sanctum ouile uoluerit introire, ut (...)

33Les textes se multiplient au cours des VIe et VIIe siècles en Occident (Gaule, Italie, Espagne, Bretagne). On connaît au total trente à quarante règles51. Au VIe siècle, la clôture prend une plus grande importance dans les règles monastiques qui décrivent désormais avec beaucoup de détails la vie quotidienne du moine52. La REGLE DE CESAIRE POUR LES VIERGES (RCV), datée du 22 Juin 534, donne à la clôture une valeur absolue53. Il est remarquable que Césaire affirme dès le début de sa règle l’importance de la claustration : “...en résidant continuellement dans le bâtiment du monastère...54.” Le monastère est comparé à une bergerie : “Si une personne veut quitter ses parents, renoncer au monde et entrer au saint bercail (sanctum ouile), désormais, pour pouvoir échapper, avec l’aide de Dieu, à la gueule des loups spirituels, elle ne sortira plus du monastère jusqu’à sa mort, pas même pour aller à la basilique où l’on sait que se trouve la porte55.” Ce texte est décisif. Le monastère est considéré comme un refuge contre les tentations du monde, la clôture est absolue puisque la mort, seule, en délivre (usque ad mortem).

  • 56 On trouve encore aujourd’hui une poterne murée dans la tour des Mourgues (=moniales). Cf. P.-A. Fév (...)
  • 57 RCV 73,1 : Et quia propter custodiam monasterii aliqua ostia siue in ueteri baptisterio siue in sco (...)
  • 58 RCV 59, l, éd. cit. p.242 : Ianua monasterii numquam extra basilicam cum uestra uoluntate aut cum u (...)
  • 59 RCV 38,1 :...ne abbatissa ad salutantes in salutatorium sine digno honore suo, hoc est sine duabus (...)
  • 60 RCV 58,1. A.de Vogüé traduit salutalorium par parloir.

34D’autres mentions dans le texte détaillent l’importance de la clôture. On apprend l’existence d’une porterie (RCV 30) et de portières (RCV 25,5-6). La porte du monastère a une très grande importance ; Césaire souligne qu’il a fait condamner des portes de telle sorte qu’il n’en reste qu’une seule : “Et puisque, pour assurer la garde du monastère, j’ai fermé et condamné certaines portes, soit dans le vieux baptistère, soit dans la salle commune et l’atelier de tissage, ainsi que dans la tour le long du rempart56, que personne ne se permette jamais de les rouvrir, sous quelque prétexte d’utilité que ce puisse être57.” Cette porte se trouve dans la basilique : “Jamais on ne fera de porte au monastère hors de la basilique avec votre consentement ou votre permission, et jamais la porte ne sera ouverte le soir, la nuit et à midi58.” Le monastère est doté d’une salle de réception, un salutatorium, où l’abbesse accueille les visiteurs en compagnie de deux ou trois sœurs59. Cette salle est une sorte de parloir : on y lit la règle aux postulantes60.

  • 61 RCV.36,1 :...nullus uirorum in secreta parte in monasterio et in oratoriis introeat... op.cit. p. 2 (...)
  • 62 RCV 36,6 op.cit. p.220.
  • 63 C’est ce qui ressort de RCV 2,3 cité ci-dessus, et de RCV 50 : op.cit. p.236.
  • 64 RCV 45,5 et RCV 70,4.
  • 65 Ed. A.de Vogüé et J.Courreau, Césaire d’Arles, Oeuvres Monastiques citée ci-dessus, p.386 : ut sive (...)
  • 66 Comme le font J. Hubert, “La topographie religieuse d’Arles au VIe siècle”, Cahiers archéologiques (...)

35A côté de cette clôture active, au sens canonique du terme, existe une clôture passive qui est mentionnée à propos de l’interdiction faite aux hommes d’entrer dans le monastère. Cette interdiction est habituelle dans les règles et la tradition monastiques, ce qui l’est moins c’est la mention de l’existence d’un secteur réservé : “...ne laissez entrer aucun homme dans la partie réservée du monastère et des oratoires...61.” Le texte appelle cette clôture in secreta parte ou encore suum secretum62. La basilique n’en fait pas partie tout en appartenant au monastère63. Elle est mentionnée comme basilique Sainte-Marie à deux reprises dans la RCV64 ; le testament de Césaire confirme que la basilique Sainte-Marie appartient bien à la communauté qui doit désigner son prêtre ainsi que le proviseur du monastère65. Il n’y a donc pas lieu de chercher une basilique funéraire hors les murs sur laquelle nous n’avons aucune information66.

  • 67 Vita sancti Caesarii, MGH, SRM, III, éd. Br. Krusch, 1896, p.457-501, à la p470.
  • 68 Ibidem, p.501.
  • 69 Cf. Ed. Le Blant, Inscriptions Chrétiennes de la Gaule, 2, p.220 ; J. Hubert, op.cit. p.25.

36La Vita s.Caesarii nous apprend en effet que Césaire avait fait préparer des sarcophages pour les moniales dans la basilique de Sainte-Marie67 où lui-même se fera inhumer68. Nous avons ici le plus ancien exemple daté d’inhumation intra-muros en Gaule. La volonté de garder les religieuses dans l’enceinte du monastère a donc été plus puissante que la vieille loi romaine interdisant d’enterrer à l’intérieur des murs69.

  • 70 Vita Coesarii, 1,35.

37On voit que la conception de la clôture est dans la RCV très proche de celle du Moyen Age ; elle tend à faire du monastère un lieu préservé, un refuge défendu par des obstacles matériels, mais aussi un lieu d’ascèse. Cette conception de la clôture va plus loin : elle fait de la moniale un être à part puisque le choix du “saint bercail” est définitif. Il est remarquable que la Vie de Césaire appelle ces moniales des reclusae ou retrusae 70. La clôture de la RCV ressemble fort à celle du Moyen Age : elle crée un monde différent, paradisiaque, qui préfigure le Royaume. Ses conséquences sont proches de celles de la peregrinatio.

  • 71 VPJ. 25-26, l’auteur, contemporain de Césaire, mentionne la création d’un monastère de femmes dont (...)
  • 72 A. de Vogüé, “La Règle de Césaire d’Arles pour les moines ; un résumé de sa Règle pour les moniales (...)
  • 73 RCM 1,1.

38Pourtant ce texte est un cas isolé au début du VIe siècle en Gaule méridionale71. On sait aujourd’hui que la Règle de Césaire pour les moines (RCM) est postérieure à la RCV72. Cette version masculine de la RCV a supprimé pratiquement toutes les références à la clôture que nous venons de mentionner. Le début de la RCM73 traite de la persévérance jusqu’à la mort, mais il n’est plus question de clôture. Il est vrai que cette règle s’adresse à des hommes.

  • 74 RAM et RAV ont été publiées dans le Codex regularum, collectas olim a s.Benedicto Anianense abbate,(...)
  • 75 RAM 2,1.
  • 76 RAM 21,1.
  • 77 RAM 14, 2, op.cit. p. 150 : in salutatorium.

39L’évêque Aurélien (546-551), second successeur de Césaire, a rédigé à son tour pour les deux monastères qu’il a créés une règle pour les moines d’abord (RAM) puis pour les vierges (RAV)74, règles qui démarquent celles de Césaire. La première met bien l’accent sur l’engagement à rester dans le monastère sans toutefois évoquer la clôture75. Celle-ci n’apparaît qu’avec l’existence d’une porte fermée à clé76. Nous savons par ailleurs que l’entrée du monastère est interdite aux laïcs (RAM 14,1), aux femmes (RAM 15,1), qu’un parloir est mentionné77. On en déduit donc l’existence d’une clôture intérieure qui n’est pas mentionnée. Cette clôture passive est pourtant d’une grande rigueur puisque seuls les travaux justifient l’entrée d’artisans et des procureurs dans cette zone (RAM 19). La RAM apparaît comme beaucoup plus ouverte ; il est vrai qu’il s’agit encore d’une règle masculine.

  • 78 Il s’agit d’un autre édifice.
  • 79 Il AV 14, op.cit. p.371 :...prœter in basilicam B.Marioe, et in salutatorium.

40Mais la Règle d’Aurélien pour les vierges (RAV) n’est pas plus rigoureuse bien qu’elle s’inspire de la règle de Césaire pour les vierges. On n’y retrouve pas les thèmes du bercail, des menaces spirituelles extérieures, ni la mention d’une secreta pars ou d’un secretum. On interdit seulement aux moniales de sortir sans autorisation, ce qui est bien le moins, aux hommes et aux femmes d’entrer dans le monastère “sauf dans la basilique de Sainte-Marie78 et au parloir”79, ce qui suppose donc l’existence d’une clôture intérieure qui, encore une fois, n’est pas mentionnée.

  • 80 F. Villegas, “La Regula monasterii Tarnantensis, Texte, sources et datation”, RB 84, 1974, p.7-65. (...)
  • 81 .RT 14,7.
  • 82 RT 20,2-3.
  • 83 RT 2,2.
  • 84 RT 3,1.
  • 85 RT 9,9.
  • 86 RT 12,9.
  • 87 RT 13,1-2.
  • 88 RT 14,7.
  • 89 RT8, 16.

41L’étude de deux autres règles gauloises de la même époque (seconde moitié du VIe siècle) fait apparaître l’existence d’une clôture matérielle sans valeur mystique : il s’agit de la règle de Ferréol (RF) et de la Regula Tarnantensis (RT). La RT80 ne men donne pas de clôture proprement dite mais l’existence d’une entrée81 ; elle indique qu’il n’est pas permis de franchir les portes intérieures du monastère82, d’où l’on peut déduire l’existence d’une clôture passive à laquelle n’appartiennent pas l’oratoire et l’hôtellerie. L’enfermement n’existe guère puisque l’on mentionne la possibilité de voyages à deux83, de sorties sur ordre84, de travaux à l’extérieur85 ; l’auteur demande de ne pas visiter les parents trop souvent86, ni de participer à des repas de noces87. Le comble est peut-être que l’on prévoit de punir les absences de nuit88 ! La RT souhaite tout de même “que les moines n’aient aucun souci de ce que font les hommes du siècle”89 ce qui serait la marque d’une amorce de séparation, mais cette phrase paraît de pure rhétorique dans le contexte.

  • 90 ”La regula Ferrioli. Texte critique”, éd. V. Desprez, Rev. Mabillon 60, 1982. Je cite la traduction (...)
  • 91 RF 4,1, op.cit. p. 128.
  • 92 RF 5,5, op.cit. p. 129 : Vicinarn tamen monasterio cellulam,....
  • 93 RF 16,4, op.cit. p. 133. De même, mais le sens peut être figuré, RF 19,2, op.cit. p. 128 : ...sive (...)
  • 94 RF 20,4, op.cit. p.135.

42La règle de Ferréol (RF)90 est encore moins explicite sur la clôture et l’enfermement. Certes elle interdit aux femmes d’entrer dans le monastère91 mais cette interdiction se place dans le cadre de la défense de la chasteté, ce que souligne la règle. A propos du postulant, la règle prévoit de lui donner “une cellule proche du monastère” pendant son temps de probation92 ; cette cellule paraît être extérieure, mais aucune enceinte n’est mentionnée. L’auteur de la règle affirme après Basile et Augustin que la communauté doit être réunie dans une même maison et cette affirmation l’emporte sur la description d’une clôture périphérique. La RF précise que les malades, séparés de la communauté auront un logis intra monasterium93. Les sorties sont réglementées94. Dans ces deux règles gauloises, la clôture existe, mais joue un rôle secondaire.

  • 95 Éd. A.de Vogüé, SC 105-106, Paris 1964. Je cite cette traduction.
  • 96 RM 95,2.
  • 97 RM 95,22 : clausa sit semper monasterii regia, éd cit. p.446, repris dans RM 83,20, clausa regia ex (...)
  • 98 RM 91,3, à propos des jeunes nobles qui veulent entrer au monastère contre l’avis de leurs parents. (...)
  • 99 RM 79,18, éd cit. p.324.

43A la même époque, les règles italiennes commencent à décrire minutieusement la clôture. La Regula Magistri (RM)95 rédigée entre 500 et 535 consacre de longs passages à la porterie et aux portiers qui ouvrent les issues et contrôlent les sorties96. Les portes doivent toujours être fermées97. Le Maître, dans les chapitres sur l’accueil des postulants, mentionne un claustrum monasterii, qui ne désigne pas un bâtiment spécifique qui porterait ce nom, mais la clôture du monastère envisagée d’ailleurs de façon abstraite98. Dans une règle aussi précise, la clôture n’est jamais décrite ; les seuls détails concrets concernent l’hôtellerie : le logis où sont reçus les hôtes est établi à part, dans l’enceinte du monastère ; il est surveillé et fermé de l’extérieur comme de l’intérieur99.

  • 100 Ed. par A.de Vogüé et J.Neufville, SC 181-182, Paris 1972. Je cite cette traduction.
  • 101 Op. cit. p.464 : Officma uero ubi haec omnia diligenter operemur claustra sunt monasterii et stabil (...)
  • 102 RB 4,78, A.de Vogüé traduit : “Quant à l’atelier où nous accomplirons assidûment tout cela, c’est l (...)
  • 103 RB 58,15 :....quod ei ex illa die non liceat egredi de monasterio...Op. cit. p.628.

44La Règle de s. Benoît (RB)100 définit dès le début le monastère comme un atelier (officina) où l’enfermement et la stabilité sont les conditions de la vie monastiques (RB 4,78)101. La formule abstraite de claustra monasterii désigne, comme dans la RM, l’enceinte du monastère102. La RB précise que le postulant après avoir été reçu en communauté ne pourra plus sortir du monastère103. La clôture joue donc un rôle fondamental dans la règle bénédictine.

  • 104 RB 50-51, op. cit. p.608.
  • 105 RB 53, op. cit. p.610-616.
  • 106 RB 67,7, op. cit. p.662 : Similiter et qui praesumpserit claustra monasterii egredi uel quocumque i (...)

45Cependant Benoît n’insiste guère sur la fermeture, les moines vont, viennent, travaillent à l’extérieur et voyagent104, accueillent des hôtes105. Pourtant deux chapitres entiers (RB 66 et 67) consacrés aux portiers du monastère et aux frères en voyage montrent que l’obéissance domine le comportement du moine ; on précise que “celui qui se permettrait de sortir de la clôture du monastère (claustra monasterii) et d’aller n’importe où et de faire n’importe quoi, même de peu d’importance, sans l’autorisation de l’abbé106” subira le châtiment de la règle.

  • 107 RB 06,6-7, Op. cit. p.660 : Monasterium autem, si possit fieri, ita debet, constitui ut omnia neces (...)
  • 108 J.M.E.Vilanova, “Regula Pauli et Stephani,” Edicio critica i comentari (Scripta et documenta 11), M (...)

46Benoît décrit vers la fin de la règle, dans le chapitre “des portiers du monastère” le cadre qui lui paraît idéal : “Quant au monastère, il doit être si possible, construit de telle façon que tout le nécessaire, c’est-à-dire l’eau, le moulin, le jardin et les divers métiers, s’exerce à l’intérieur du monastère, de sorte que les moines ne soient pas obligés de courir au dehors de tous les côtés, car ce n’est pas bon du tout pour leurs âmes107”. Ce passage montre clairement que le point de vue de Benoît est ici résolument pratique. Dans ces deux règles italiennes que sont la RM et la RM, la clôture crée un espace protégé, un “atelier” qui a pour but le progrès moral et l’ascèse qui sont deux choses différentes. La clôture n’a pas de dimension métaphysique, elle ne fait pas référence à la cité céleste. Notons pour terminer qu’une autre règle, probablement italienne, celle de Paul et Etienne108, ne fait aucune allusion à une éventuelle clôture.

  • 109 G.S.M. Walker, Sancti Colombani Opera, Sciptores latini Hiberniae 2, Dublin 1957. Trad. dans A.de V (...)
  • 110 Je cite la traduction mentionnée ci-dessus. Il est intéressant de remarquer que Colomban est le seu (...)
  • 111 RColC 8,7 :...qui extra vallum, id est extra septum monasterii sine interrogatione init, superposit (...)
  • 112 PCol.40, 2 et PCol.83.

47Les règles de S. Colomban lui-même, si réputé pour sa rigueur, ne s’occupent guère de la clôture109. Cependant il la cite d’un terme concret, vallum, qui montre clairement qu’il s’agit d’un simple obstacle110. Les sorties sont réglementées par la Règle des cœnobites (RColC 15,9,h) ; l’article 8,7 pénalise “celui qui sort de la clôture, c’est-à-dire de l’enceinte du monastère, (d’) un jour de privation111”. Le Pénitentiel de Colomban (PCol.) se borne à indiquer l’existence d’une clôture que le moine doit respecter112. Celle-ci n’est visiblement pas le premier souci de l’auteur !

  • 113 Concilia Galliae A.314-A.506, éd.Ch.Munier, CC sl 148, Turnhout 1963, Conc. Veneticum A.461-491, c. (...)
  • 114 Ibidem p.209.
  • 115 Concilia Galliae A.511-A.695, éd.Ch.de Clercq, CC sl 148 A, Turnhout 1963, Conc. Aurelianense A. 54 (...)
  • 116 Codex regularum, collectus olim a s.Benedicto Anianense abbate, Rome 1661 ; rééd. par Marianus Broc (...)
  • 117 Ibidem, RIs. 1.
  • 118 Ibidem, RIs. 1 : Hortulus sane intra monsterium sit inclusus ; quatenus, dum intus monachi operantu (...)
  • 119 Ibidem, RIs. 22, de profectione, éd.cit. p.197.

48Les conciles régionaux n’apportent pas une information sensiblement différente. Le concile de Vannes (461-491) ordonne que les moines “restent dans le bercail du monastère113.”. Le concile d’Agde répète le même ordre (c.38)114. Au VIe siècle, le concile d’Orléans de 549 distingue des monastères où les moniales (inclusae) ne sont pas tenues à la clôture perpétuelle115. Cette formulation suppose l’existence d’une autre catégorie de monastères d’observance perpétuelle à laquelle le début du texte fait allusion. Au VIIe siècle, en Espagne, le ton change avec la Règle d'Isidore de Séville (RIs.). L’auteur marque, d’entrée, la nécessité d’une clôture rigoureuse qui donne au monastère une allure militaire : “En premier lieu, très chers frères, que votre monastère ait le plus grand soin de l’enceinte pour que les remparts de la clôture (munimenta claustrorum) montrent la force de leur défense116.” La RIs. indique l’existence de deux portes, dont l’une, derrière, donne sur le jardin117 ; elle précise qu’un petit jardin, hortulus, est à l’intérieur du monastère pour éviter toute occasion de sortie118. Un chapitre de la RIs. est consacré à un contrôle sévère des sorties119. L’enfermement est clairement indiqué, l’enceinte mentionnée, néanmoins la clôture reste plus utilitaire que symbolique. Toutefois le monastère se présente de plus en plus comme un monde clos, qui se suffit à lui-même et qui est l'image du Royaume. L’évolution ne fait que s’amorcer timidement au VIIe siècle.

49Au terme de cette étude, il me semble que nous avons pu dégager quelques idées simples. Au préalable, rappelons que les différents sens du mot clôture ne doivent pas être confondus. Le premier est celui de limite : il n’a pas de valeur religieuse, seulement matérielle et juridique. Au sens figuré la clôture désigne une zone protégée, refuge contre les dangers du monde, mais l’enfermement signifie aussi la privation de la liberté de circuler ; la clôture devient alors un lieu d’ascèse, et elle a, de ce fait, une valeur religieuse. Enfin la clôture a la valeur métaphorique de séparation qui exprime une différence de nature entre deux mondes, la cité terrestre et la Jérusalem céleste : la clôture acquiert dans ce cas une valeur théologique.

50Cette idée de l’appartenance à deux cités remonte aux origines du christianisme. Elle est fondamentale dans le monachisme dans la mesure où le moine cherche à retrouver l’idéal de la première communauté chrétienne de Jérusalem : être dans le monde sans y appartenir. Le premier monachisme a été fondé sur la notion de rupture avec la société, l’environnement familial, le pays d’origine ; cette rupture s’est manifestée par un départ pour un voyage lointain, ce que traduit le latin peregrinatio qui fait de celui qui s’y livre un exilé, pauvre et déraciné.

51Dans le monachisme des IVe et Ve siècles, notre étude montre que la clôture n’a jamais d’autre sens que le sens général de limites, ou éventuellement celui d’enfermement comme lieu d’ascèse. La clôture n’a jamais le sens métaphorique de séparation. Au cours de l’évolution, aux VIe et VIIe siècles, ces conceptions évoluent lentement. La notion d’enfermement devient plus importante. La règle de Césaire pour les vierges établit même un type de clôture absolue qui préfigure la clôture médiévale : les moniales sont enfermées jusqu’à la mort, usque ad mortem, le monastère est conçu comme un abri fermé, une bergerie, ovile. On a donc l'amorce d’un monde séparé créé par la clôture. Cette règle de Césaire a eu une grande diffusion aux VIe et VIIe siècles. Mais il faut remarquer qu’elle est un cas unique et que les stipulations les plus sévères ne sont reprises par aucune règle, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes, ni par Césaire lui-même, ni par son second successeur Aurélien, ni par aucun de ceux qui se sont inspirés de leurs règles. On ne peut donc conclure à une transformation du monachisme antique au VIe siècle. La transformation décisive aura lieu à l’époque carolingienne, dès le VIIIe siècle avec la règle des chanoines de Chrodegand, évêque de Metz, et surtout avec l’action de Benoît d’Aniane au IXe siècle.

  • 120 J. Leclercq, Aux sources de la Spiritualité occidentale, Paris 1963, p.45.

52Il est étonnant de constater qu’on est ainsi passé d’une expression dynamique, le départ, la peregrinatio, à une formulation statique, la clôture symbolisée finalement par le cloître, pour exprimer cette idée fondamentale du monachisme que le moine appartient à un univers différent, que sa véritable patrie n’est déjà plus la cité dans laquelle il réside. Des vestiges de la première expression subsistent de manière parfois paradoxal : c’est ainsi que l’auteur de la Vie de s. Marcoul de Nanteuil désigne au Xe siècle la vocation religieuse de son héros par “prendre l’habit de pérégrination120”. La peregrinatio est devenu symbolique.

Notes

1 Voir sur ce sujet l’article de Richard E. Sullivan, “The Medieval Monk as the frontiersman”, Acts of the second Oklahoma Symposium on Comparative Frontiers, 25-26 mars 1976, The Frontier Comparative studies 2, 1979, p.25-49. Je remercie Mme Gisella Wataghin, “professoressa” aux Universités de Turin et Verceil de m’avoir indiqué cet intéressant article. L’auteur y met en évidence que le moine des origines est un immigrant, au sens américain du terme, un déraciné en quête d’une vie nouvelle, un homme de l’Ouest en quelque sorte. Il y a beaucoup de justesse dans ces analyses et de suggestion dans ces anachronismes (Cf. la peregrinatio).

2 Cf Ph. Le Maître, “Evêques et moines dans le Maine : IVe-VIIIe siècles”, RHEF 62, 1976, p.91-101.

3 RB 48,1.

4 Cf. Augustin, de opere monachorum, XXV, 32-33, BA 3, éd. J. Saint-Martin, p.400-402.

5 Cf. l’article posthume de Cl. Préaux, “Monachisme et contre-culture”, Annuaire de l’Instit. de Philologie et d’Hist. orient, et slave 25, 1981, p.65-78.

6 H.Leclercq, D.A.C.L. 3, 1913, s.v. “”Clôture” par E. Renoir, col.2024-2034.

7 M.Viller, D.Sp. 2, s.v. “Clôture” par E. Jombart et M. Viller, col.979-1007 ; ici col.986 : Nullus e conventu egredi audeat nisi ex causa et cum sociis licentiaque singulis vicibus impetrata a superiore qui non aliter eam concedat nisi causa probata sociumque exituro adjungat non petentis rogatu, sed arbitrio suo neque eumdem sae pius. Licentia vero generalis exeundi nulli concedatur”.

8 D.Sp. 2, op.cit.,, col.1007. Cf. S. Vincent de Paul, Oeuvres, 10, p.661 : “Vous aurez pour monastère les maisons des malades ; pour cellules, votre chambre de louage ; pour chapelle, l’église paroissiale ; pour cloître, les rues de la ville ; pour clôture, l’obéissance ; pour grilles, la crainte de Dieu ; pour voile, la sainte modestie.”

9 D.Sp. 2, op.cit., col.979-980.

10 D.Sp. 2, op.cit., col.980.

11 D.Sp. 2, op.cit., col.980.

12 D.Sp. 2, op. cit., col.2025.

13 D.A.C.L. ibid., col.2025.

14 D.Sp. 2, op. cit., col.979.

15 Cf.Apoc. 21,1 :... et vidi coelum novum et terrain novam.

16 Eph. 2,15.

17 D.A.C.L. 3, 1913, s.v. “”Cloître”, col. 1991 et seq.

18 Ibidem col. 2006.

19 On a quelques cas, celui de San Vincenzo a tre fontane par exemple, mais la date est discutée.

20 D.A.C.L. 3, 1913, s.v. “”Clôture” par E. Renoir, col.2024-2034. Plus récemment : A. de Vogüé avance que la clôture stricte pour les femmes remonte à Pachôme, c’est-à-dire aux débuts du monachisme : Césaire d’Arles, Oeuvres Monastiques, I, Oeuvres pour les moniales, éd. trad. et notes par A. de Vogüé et J. Courreau, SC 345, Paris 1988, p.70-87. Contra : C. Lambot, “Le prototype des monastères cloîtrés de femmes : l’Abbaye Saint-Jean d’Arles (VIe siècle)”, Rev. Liturg. et Monast. 23, 1938, p.169-174 ; G. Huyghe, “Histoire de la clôture des religieuses”, La séparation du monde, (Problème de la religieuse d'aujourd’hui), Paris 1961.

21 J’ai traité ces problèmes dans une thèse encore inédite : J. Biarne, Les origines du monachisme en Occident, 3 vol. ronéotés, Paris 1990 ; résumé dans L’information historique 54, 1992, p.53-59.

22 J. Daniélou et H.-I. Marrou, Nouvelle Histoire de l'Eglise, I, des origines à saint Grégoire le grand, Paris 1963, p. 310.

23 Athanase, Vie d’Antoine 2.

24 Adv. Haereses, IV, 5,3.

25 Cassien Instit. IV, 14, éd. J.-Cl.Guy, SC 109, p. 139 : ut tanquam peregrinum segerat et incolam istius mundi.

26 Ce n’est que plus tard que le mot peregrinatio prendra le sens de pèlerinage. Aux IVe et Ve siècles, on dit itinerarium, terme qu’utilise le journal d’Égérie qui fait un pèlerinage en Orient à la fin du IVe siècle.

27 Ep.63, 68, trad. j.B. : illos secutus Eusebius sanctus exivit de terra sua, et de cognatione sua, et domestico otio peregrinalionem praetulit.

28 Ad peregrina contendunt.

29 Vita Honorati éd M.-D. Valentin, SC 235, Paris 1977, 12,1, p. 100 : Exeuntes de terra sua et de domo et de cognatione sua, exemplo pares, uere Abrahae filii demonstrantur. Trad. M.-D. Valentin.

30 A Diognète V, 5 éd. H.-I.Marrou SC 33, Paris 1952 ; SC 33bis, 2e éd. Paris 1905, p.63.

31 Ibidem, p.134-135.

32 A Diognète VI, 1, éd.cit.p.64, trad. H.-I.Marrou.

33 Vie des Pères du Jura éd. Fr. Martine SC 142, Paris 1968, 6-7, p.244-246.

34 VPJ, 8,7-8, p.246.

35 RPac.51

36 Fermées à clé, RPac.52.

37 VM.23, 2, éd. J. Fontaine, SC 133, Paris 1967, p.302.

38 Dial. III, 14 : ad pseudo forum monasterii.

39 VM 23,6

40 VPJ. 127-128, o.c. p.376-379.

41 Grégoire Historia francorum VI, 6.

42 H.F. VIII, 15.

43 Dans la Vie des Pères du Jura : VPJ 2,11-12, o.c. p.238 : dum illic in coenobw etiam claustro peculiaris cellae contenlus mundi turbines in pactus inridet. (l’éditeur traduit : enfermé là au monastère dans la seconde clôture d’une cellule particulière, se rit de l’assaut des tourbillons du monde), p.239.

44 Ed. L. Verheijen, La Règle de Saint Augustin, 2 vol., Paris 1967 ; texte I, p.148-152(OM) et p.417-437(Proec.).

45 A. de Vogüé, Les règles des Saints Pères, SC 297-298, Paris 1982.

46 RIVP 2,25.

47 RIVP 2,36.

48 Éd. J.-Cl. Guy, SC 109, Paris 1965. Je cite cette traduction.

49 Institutions, IV, 10.

50 Ibidem, IV, 3, p.124. Cassien note que des frères prennent la fuite du monastère. Ibidem, IV, 6, p.128 : des frères peuvent être chassés.

51 A. de Vogüé, “Les règles monastiques anciennes (400-700)”, Typologie des sources du Moyen Age occidental, fasc.46, Turnhout 1985.

52 J. Biarne, “La vie quotidienne des moines en Occident du IVe au VIe siècle”, Collectanea Cisterciensia 49, 1987, p.3-19.

53 Césaire d’Arles, Oeuvres Monastiques, I, Oeuvres pour les moniales, éd. trad. et notes par A.de Vogüé et J. Courreau, SC 345, Paris 1988, p.272-273. Je cite cette traduction.

54 RCV 1,3 : iugiter in monasterii cellula residantes. Op.cit. p. 171.

55 RCV 2,3 : Si qua relictis parentibus suis saeculo renuntiare et sanctum ouile uoluerit introire, ut spiritalium luporum fauc.es deo adiuuante possit euadere, usque ad mortem suam de monasterio non egrediatur, nec in basilicam, ubi ostium esse uidetur. o.c. p.181. Texte repris en RCV 50.

56 On trouve encore aujourd’hui une poterne murée dans la tour des Mourgues (=moniales). Cf. P.-A. Février, s.v. “Arles”, Topographie Chrétienne des Cités de la Gaule III, Provinces ecclésiastiques de Vienne et d’Arles, éd. par N. Gauthier et J.-Ch. Picard, Paris 1986, p.80, n°1.

57 RCV 73,1 : Et quia propter custodiam monasterii aliqua ostia siue in ueteri baptisterio siue in scola uel in textrino uel in turre iuxta pomerium clausi atque damnaui, nullus illa umquam sub qualiber utilitatis specie aperirepraesumat. éd. cit. p.272.

58 RCV 59, l, éd. cit. p.242 : Ianua monasterii numquam extra basilicam cum uestra uoluntate aut cum uestro permisso fiat, et uespertinis et nocturnis ac meridianis horis numquam pateat.

59 RCV 38,1 :...ne abbatissa ad salutantes in salutatorium sine digno honore suo, hoc est sine duabus aut tribus sororibus procedat.

60 RCV 58,1. A.de Vogüé traduit salutalorium par parloir.

61 RCV.36,1 :...nullus uirorum in secreta parte in monasterio et in oratoriis introeat... op.cit. p. 218.

62 RCV 36,6 op.cit. p.220.

63 C’est ce qui ressort de RCV 2,3 cité ci-dessus, et de RCV 50 : op.cit. p.236.

64 RCV 45,5 et RCV 70,4.

65 Ed. A.de Vogüé et J.Courreau, Césaire d’Arles, Oeuvres Monastiques citée ci-dessus, p.386 : ut sive prouisorem ad monasterium siue presbiterum ad basilicam sanctae Mariae mullum alium habeat congregatio sancta....

66 Comme le font J. Hubert, “La topographie religieuse d’Arles au VIe siècle”, Cahiers archéologiques 2, 1947, p.17-27 ; M.-J. Delage dans : Césaire d’Arles, Sermons au Peuple, t. I, SC 175, Paris 1971 p.21-23 et A. de Vogüé et J. Courreau, Césaire d’Arles, op.cit. p.101. Contra : P.-A. Février, s.v. “Arles”, Topographie Chrétienne des Cités de la Gaule III, Provinces ecclésiastiques de Vienne et d’Arles, éd. par N. Gauthier et J.-Ch. Picard, Paris 1986, p.82, n10.Idem, “Aux origines de quelques villes médiévales du Midi de la Gaule”, Rivista di studi liguri 49, 1983, Atti del congresso ‘i Liguri dall’Arno all'Ebro”, p.316-335, à lap.319.

67 Vita sancti Caesarii, MGH, SRM, III, éd. Br. Krusch, 1896, p.457-501, à la p470.

68 Ibidem, p.501.

69 Cf. Ed. Le Blant, Inscriptions Chrétiennes de la Gaule, 2, p.220 ; J. Hubert, op.cit. p.25.

70 Vita Coesarii, 1,35.

71 VPJ. 25-26, l’auteur, contemporain de Césaire, mentionne la création d’un monastère de femmes dont on ne sortait nisi extrema transitas causa deportaretur ad cymiterium éd. cit. p.266-268.

72 A. de Vogüé, “La Règle de Césaire d’Arles pour les moines ; un résumé de sa Règle pour les moniales”, RAM 47, 1971, p.369-406.

73 RCM 1,1.

74 RAM et RAV ont été publiées dans le Codex regularum, collectas olim a s.Benedicto Anianense abbate, Rome 1661 ; rééd. par Marianus Brockie, Augsbourg 1759. Je cite la traduction de V. Desprez dans Règles monastiques d’Occident. IV-VIe siècle, d’Augustin à Ferréol, Vie monastique 9, Bellefontaine 1980.

75 RAM 2,1.

76 RAM 21,1.

77 RAM 14, 2, op.cit. p. 150 : in salutatorium.

78 Il s’agit d’un autre édifice.

79 Il AV 14, op.cit. p.371 :...prœter in basilicam B.Marioe, et in salutatorium.

80 F. Villegas, “La Regula monasterii Tarnantensis, Texte, sources et datation”, RB 84, 1974, p.7-65. Je cite la traduction de V. Desprez, Règles monastiques d’Occident. éd. cit. ci-dessus.

81 .RT 14,7.

82 RT 20,2-3.

83 RT 2,2.

84 RT 3,1.

85 RT 9,9.

86 RT 12,9.

87 RT 13,1-2.

88 RT 14,7.

89 RT8, 16.

90 ”La regula Ferrioli. Texte critique”, éd. V. Desprez, Rev. Mabillon 60, 1982. Je cite la traduction de V.Desprez, Règles monastiques d’Occident. éd. cit. ci-dessus.

91 RF 4,1, op.cit. p. 128.

92 RF 5,5, op.cit. p. 129 : Vicinarn tamen monasterio cellulam,....

93 RF 16,4, op.cit. p. 133. De même, mais le sens peut être figuré, RF 19,2, op.cit. p. 128 : ...sive intra monasterium seu foris....

94 RF 20,4, op.cit. p.135.

95 Éd. A.de Vogüé, SC 105-106, Paris 1964. Je cite cette traduction.

96 RM 95,2.

97 RM 95,22 : clausa sit semper monasterii regia, éd cit. p.446, repris dans RM 83,20, clausa regia excludantur. Ed cit. p.346. Cf. RM 95,4 et 5 : seratis regiis et seratis item regiis : éd cit. p.444.

98 RM 91,3, à propos des jeunes nobles qui veulent entrer au monastère contre l’avis de leurs parents. L’auteur déclare claustro monasterii undicetur, on les revendiquera pour la clôture du monastère. A.de Vogüé traduit “cloître du monastère”, éd cit. p.399.

99 RM 79,18, éd cit. p.324.

100 Ed. par A.de Vogüé et J.Neufville, SC 181-182, Paris 1972. Je cite cette traduction.

101 Op. cit. p.464 : Officma uero ubi haec omnia diligenter operemur claustra sunt monasterii et stabilitas in congregatione.

102 RB 4,78, A.de Vogüé traduit : “Quant à l’atelier où nous accomplirons assidûment tout cela, c’est le cloître du monastère et la stabilité dans la communauté” Op. cit. p.465.

103 RB 58,15 :....quod ei ex illa die non liceat egredi de monasterio...Op. cit. p.628.

104 RB 50-51, op. cit. p.608.

105 RB 53, op. cit. p.610-616.

106 RB 67,7, op. cit. p.662 : Similiter et qui praesumpserit claustra monasterii egredi uel quocumque ire uel quippiam quamuis paruum sine iussione abbatis facere.

107 RB 06,6-7, Op. cit. p.660 : Monasterium autem, si possit fieri, ita debet, constitui ut omnia necessaria, id est aqua, molendinum, hortum, uel artes diuersas intra monasterium exerceantur, ut non sit necessitas monachis uagandi foris, quia omnino non expedit animabus eorum. Une variante du texte ajoute le pistrinum, la boulangerie.

108 J.M.E.Vilanova, “Regula Pauli et Stephani,” Edicio critica i comentari (Scripta et documenta 11), Montserrat 1959.

109 G.S.M. Walker, Sancti Colombani Opera, Sciptores latini Hiberniae 2, Dublin 1957. Trad. dans A.de Vogüé, Aux sources du monachisme colombanien II, Saint Colomban, Règles et pénitentiels monastiques, Vie monastique 20, Bellefontaine 1989.

110 Je cite la traduction mentionnée ci-dessus. Il est intéressant de remarquer que Colomban est le seul auteur à employer un terme concret et que ce terme est d’origine militaire : la levée de terre. G.S.M.Walker, Sancti Colombani Opera, Sciptores latini Hiberniae 2, Dublin 1957. Cf. plus bas la Regula s.Isidori.

111 RColC 8,7 :...qui extra vallum, id est extra septum monasterii sine interrogatione init, superpositione.

112 PCol.40, 2 et PCol.83.

113 Concilia Galliae A.314-A.506, éd.Ch.Munier, CC sl 148, Turnhout 1963, Conc. Veneticum A.461-491, c.7, p.153 :...intra septa monasterii manentes...

114 Ibidem p.209.

115 Concilia Galliae A.511-A.695, éd.Ch.de Clercq, CC sl 148 A, Turnhout 1963, Conc. Aurelianense A. 549, c.19, p. 155 : In his uero monasteriis, ubi perpetuo tenentur inclusae....

116 Codex regularum, collectus olim a s.Benedicto Anianense abbate, Rome 1661 ; rééd. par Marianus Brockie, Augsbourg 1759. Regula s.Isidori 1, p.188 : In primis, fratres carissimi, monasterium vestrum miram conclavis diligentiam habeat, ut firmitatem custodiae munimenta claustrorum exhibeant.

117 Ibidem, RIs. 1.

118 Ibidem, RIs. 1 : Hortulus sane intra monsterium sit inclusus ; quatenus, dum intus monachi operantur, nulla occasione exterius evagentur.

119 Ibidem, RIs. 22, de profectione, éd.cit. p.197.

120 J. Leclercq, Aux sources de la Spiritualité occidentale, Paris 1963, p.45.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search