Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

Villes et villages olympiques

La vila olímpica de Barcelone, nouvelle « Icara » ou gentrification d’un espace ?

Richard Pointelin

Texte intégral

1Le quartier de la Vila Olímpica est sorti de terre il y aujourd’hui 20 ans, pour un projet qui est devenu depuis lors l’un des exemples à suivre en termes d’urbanisme olympique « durable ». Car au-delà d’une vue à court terme, uniquement centrée sur l’accueil des Jeux olympiques d’été de 1992, les autorités de la Ville de Barcelone ont vu alors dans ce projet l’opportunité unique de transformer un espace en partie dévasté et délaissé depuis de nombreuses décennies, de reconquérir une « dent creuse » du territoire barcelonais.

LA NAISSANCE DU POBLENOU

  • 1 À cette époque, Sant Marti de Provençals est une commune indépendante. Ce n’est qu’en 1897 qu’elle (...)

2Dès le début du xixe siècle, les usines commencèrent à occuper la bande côtière située sur la commune de Sant Martí de Provençals1, au nord de Barcelone. Il était alors interdit à l’industrie naissante de s’implanter dans ce qui forme aujourd’hui la Ciutat Vella (« vieille ville » en catalan, soit le noyau urbain originel), la ville étant alors engoncée dans ces remparts.

3Entre 1846 et 1847, quelques personnes s’établirent sur le front maritime au sud-est de Sant Martí de Provençals, afin de vivre en communauté. Adeptes des idées utopistes d’Étienne Cabet, ils prirent alors le patronyme de « Icària », du nom de la cité utopique développé par Cabet dans son œuvre « Le voyage en Icarie » (1840). En 1848, la première ligne de chemin de fer d’Espagne était inaugurée entre Barcelone et la ville de Mataró (au nord), implantée sur la bande côtière vierge de toute construction.

4Avec l’approbation définitive en 1860 du plan d’extension de la ville de Barcelone (ou Eixample), conçu par l’ingénieur-urbaniste Idelfons Cerdà, la commune de Sant Martí de Provençals fit l’objet d’une urbanisation rapide suivant la trame en îlots, mêlant usines et logements ouvriers. Malgré la volonté de Cerdà de conserver le nom de Icària pour l’espace à aménager au sud-est de Sant Martí de Provençals, c’est le toponyme populaire de Poblenou (« nouveau village ») qui resta pour qualifier cette espace. Selon le plan d’extension, le front maritime était réservé aux infrastructures ferroviaires. De fait, de nombreuses usines s’y implantèrent.

5Devant le développement intense du Poblenou et le manque criant de logements, la bande côtière, et principalement la plage du Somorrostro, devient l’une des zones de barraques (bidonvilles) la plus importante de la ville, entre 1870 et 1966. À partir des années 1960, la lente dépression industrielle transforma progressivement le site en une immense friche industrielle et une zone appauvrie d’habitats populaires.

  • 2 Pla de la Ribera : el veinat contra la dictadura, mémoire final du projet, décembre 2006, Grup de (...)

6C’est ainsi qu’en 1965, le maire de Barcelone, Josep Maria de Porcioles i Colomer, demanda à l’architecte Antoni Bonet Castellana de concevoir un plan d’aménagement du front maritime de la Ciutat Vella jusqu’à l’embouchure du Besòs (limite nord-est de la ville de Barcelone), y compris le site de la future Vila Olímpica, dans le cadre d’une évolution de l’image de la ville et de la naissance du Grand Barcelone. Il faisait suite à une longue tradition de projets de réaménagement du littoral barcelonais. Ce plan, dénommé Plan de Ribera, prétendait vouloir retrouver les origines portuaires et l’ouverture sur la mer de la ville, qui avait disparu du fait de l’industrialisation massive. Il s’agissait également de convertir cette partie du littoral industrielle en une zone touristico-résidentielle de haut niveau, séparée du quartier ancien par une autoroute urbaine2. Cette tentative de (ré)appropriation de la zone par les classes supérieures, à coup d’investissements massifs, entraîna une forte contestation citoyenne et populaire, allant jusqu’à la constitution des premières associations de quartiers (alors semi-clandestines). Face à ce front, contre les intérêts privés et spéculatifs et la perte d’un patrimoine productif et social historique, le projet disparut au cours des années 1970. Dans le Plan Général Métropolitain (PGM) de Barcelone approuvé en 1976, le secteur de Poblenou fut d’ailleurs qualifié en sol (à destination) industriel.

7Le réaménagement du site devint de plus en plus pressant au début des années 1980, de nombreux projets et plans se succédèrent afin de l’intégrer dans le développement urbain barcelonais, et dans une réflexion plus large sur la relance du principe de fabrique urbaine.

LA NOVA ICÀRIA, LE RENOUVEAU DE LA FABRIQUE URBAINE

  • 3 L’espace formé par le parc de la Ciutadella, le réseau ferroviaire et les anciennes usines de Pobl (...)

8Au milieu des années 1980, la perspective d’accueillir les Jeux olympiques de 1992 représentait une opportunité unique pour les autorités de Barcelone, afin de mettre en œuvre notamment cette idée persistance d’ouvrir la ville à la mer, et passant par la reconquête du quartier du Poblenou. Le front maritime de cet espace, décrit alors comme « nouvelle barrière de Barcelone »3, présentait un enchevêtrement anarchique d’industries et de logements populaires insalubres.

9Durant le mois de septembre 1985, soit un an avant la décision du CIO sur la ville d’accueil des Jeux olympiques d’été de 1992, la Mairie de Barcelone débuta la gestation de l’opération Nova Icària, qui devait permettre au site d’accueillir éventuellement la « Cité des athlètes ». Ainsi, un organisme municipal de gestion fut créé, afin de réfléchir aux formulations technique et économique d’une telle opération. Cette réflexion déboucha alors sur le Pla especial d’ordenació urbana de la façana al mar de Barcelona en el sector del passeig de Carles I i l’avinguda Icària (Plan d’aménagement de la façade maritime, secteur Nova Icària), rédigé par l’équipe d’architectes Martorell / Bohigas / Mackay (MBM) et Puigdomènech, définitivement approuvé le 26 juillet 1986 et modifiant le PGM. La Ville comptait ainsi sur l’impulsion générée par l’obtention des J.O pour surmonter tous les problèmes et contestations qui avaient jusqu’alors empêché tout aménagement sur la bande côtière.

Plan de situation de la Vila Olímpica (ville de Barcelone)

Plan de situation de la Vila Olímpica (ville de Barcelone)

CONCEPTION : Richard Pointelin (fond de plan : Ajuntament de Barcelona).

  • 4 Pour rappel, les 4 sites développés à Barcelone dans le cadre des J.O de 1992 sont l’Anneau Olympi (...)

10La création de l’un des quatre pôles olympiques4 majeurs dans le secteur de la Nova Icària entraina l’aménagement de près de 130 ha de zone urbaine, dont 45 ha à destination de la « Cité des Athlètes ». Celle-ci devait être capable d’accueillir plus de 15 000 athlètes et officiels, soit environ 2 400 logements, sans oublier la zone de la Vila Olímpica Mediterrània pour les juges et référés (environ 100 logements). Mais cette zone devait également accueillir certaines épreuves sportives, principalement de voiles, ce qui nécessitait la construction du Port Olímpic.

11Le 17 octobre 1986, la ville de Barcelone fut élue siège des J.O d’été de 1992, ce qui lança alors la phase de réalisation du plan d’aménagement de la Nova Icària.

  • 5 MARTORELL Josep, Descripció de l’urbanisme i l’arquitectura més significativa, in Barcelona olímpi (...)

12Afin de mener à bien le projet, la Mairie de Barcelone créa en décembre de la même année, la société privée municipale Vila Olímpica SA (ou VOSA), constituée à 100 % de capitaux publics, en tant qu’organe de gestion et coordinatrice de toute l’opération. Cette société se chargea de rédiger les projets d’expropriation (477 695 m2), de devenir propriétaire de l’ensemble du foncier, et enfin de l’ensemble des travaux d’infrastructures5.

13Le plan d’aménagement de la Nova Icària représentait ainsi 2 048 logements, édifiés et promues par 2 sociétés publics-privées. La structure urbaine reprenait la trame de l’Eixample, mais en augmentant la taille des îlots afin de proposer un projet mêlant espaces privés et publics. L’équipe d’architectes à l’origine du plan a donc implanté les logements dans ce qui fut nommé 4 « super-îlots » (parfois aussi nommés « super-unités » ou SU), présentant l’aspect type des îlots créés par Cerdà, à savoir des bâtiments de taille moyenne (rez commercial, de bureaux ou de logements et 5 à 7 étages) sur tout le périmètre de la SU. Visuellement la structure en « super-îlot » est obtenue par l’implantation de passerelles ou de ponts d’habitations (ou de bureaux) au-dessus des voiries internes. Quant à l’intérieur, il est formé d’espaces entre privés et semi-privés. La SU aux dimensions les plus importantes (la SU7) présente de l’habitat unifamilial jumelé en intérieur d’îlots, ainsi que le maintien des espaces semi-privés. Chacune des 4 SU présente des formes et des aspects différents, définis par l’environnement immédiat, mais aussi par des équipes d’architectes différents pour chacun.

14L’ensemble de ces logements ont été mis en vente dès 1990, ainsi à l’ouverture des J.O près de 60 % étaient déjà vendus. Les propriétaires ont donc reçu les clefs à partir du premier semestre de 1993, ce qui a permis au nouveau quartier d’être occupé petit à petit par les habitants (le dernier logement fut vendu au premier trimestre de 1996), entreprises et commerçants.

15Au-delà de cet aménagement local, c’est alors toute le processus de transformation urbaine de la ville qui put être relancé grâce à l’accueil des Jeux olympiques et (principalement) à l’implantation de la « Cité des athlètes » dans le secteur de Poblenou : après près d’un siècle de développement et de consolidation de développement vers le sud et l’ouest, la ville trouvait la possibilité de poursuivre son extension moderne vers le nord et l’est, la Méditerranée.

16En effet, l’aménagement du quartier de la Nova Icària entraina, avant la réalisation du projet, la destruction de nombreuses espaces bâtis et d’immenses travaux d’infrastructures (comme le déplacement de voies ferrées, la conception d’immenses réseaux de collecte des eaux, la stabilisation et l’agrandissement des plages, la création d’une voie rapide, entre autres), dont la dimension dépasse très largement la réhabilitation d’un territoire en friche.

LA VILA OLÍMPICA, UN QUARTIER URBAIN UNIQUE DANS LA MÉTROPOLE BARCELONAISE

17L’aménagement de ce quartier a transformé sensiblement le paysage urbain de Barcelone, d’abord par son ouverture sur la mer par de larges espaces publics et de parcs, rendue possible par l’enterrement du périphérique maritime (la Ronda litoral) et le déplacement des voies ferrées vers l’intérieur de la ville. Mais c’est également toute la ligne d’horizon de Barcelone qui fut modifiée, par la construction des 2 tours du Port Olímpic, les plus hautes encore aujourd’hui édifiées à l’intérieur de l’espace urbain (153 mètres). Elles accueillent actuellement pour l’une un hôtel de haut standing, des restaurants et boutiques de luxes ainsi que le casino de Barcelone, et pour l’autre des bureaux.

  • 6 CARBONELL Jordi, La Vila Olímpica, deu anys després, in Miquel de Moragas, Miquel Botella (dir), B (...)

18La structure de l’habitat du quartier est bien différente de ce que l’on peut trouver en majorité à Barcelone : un mélange d’unifamiliales et plurifamiliales en petits blocs souvent isolés, proposant des logements de grandes surfaces (supérieures à 120 m2) et de catégories supérieures. Ils furent mis en vente au prix du marché de Barcelone de l’année correspondante (soit un prix moyen de 1 444 €/m2). Mais ces prix étaient clairement supérieurs de 30 à 40 % aux prix pratiqués dans le district de Sant Marti-Poblenou, donc à l’environnement immédiat. Il n’est donc pas étonnant que les nouveaux habitants provenaient de classes supérieures, plus jeunes (63 % avaient moins de 39 ans en 2001, contre 47 % dans l’ensemble de Barcelone) et diplômées (3 fois supérieures à la moyenne de Barcelone). Ainsi près de 80 % de la population active de la Vila Olímpica en 2001 étaient des dirigeants, des cadres techniques et des professions libérales6. Sa situation, le type de logements, la proximité des principaux centres de décision et la grande place faite aux espaces publics et aux parcs ont privilégié l’arrivée de ce type d’habitants.

1920 ans après son édification, le prix moyen du m2 du quartier de la Vila Olímpica est l’un des plus élevés de la ville, autour de 7 000 €/m2 à la revente pour l’année 2010, malgré la baisse subie depuis 2007 (autour de 20 %). La population y est la plus diplômée (près de 50 % en 2010, soit 2 fois supérieure à la moyenne) et a vieilli (les moins de 39 ans ne représentent plus « que » 50 % en 2010, et plus de 40 % de 40 à 64 ans). Il semble donc que les premiers habitants soient restés en place, et que leurs enfants soient aujourd´hui des diplômés supérieurs.

  • 7 VALLS Xavier, Quan l’habitatge fa ciutat, Barcelone, 2001 : Aula Barcelona, Universitat de Barcelo (...)

20La totalité des logements de la Vila Olímpica furent mis en vente à prix libres par les 2 sociétés constructrices (mixtes, le privé étant majoritaire). La promotion de logements accessibles fut très limitée, seulement 50 unités furent réservées par la ville par l’intermédiaire du Patronat Municipal de l’Habitatge (PMH, soit l’office de l’habitat de Barcelone), et qui pour ne pas se poser en concurrence avec les promoteurs, décida d’en vendre seulement l’usufruit. En comparaison, sur les autres sites olympiques construits, plus de 50 % des logements furent promus à prix accessibles, donc sous le prix du marché (en accès à la propriété ou en location). Sur les 3 îlots de la Vila Olímpica Mediterrània, la majorité des logements construits furent acquis à prix négocié afin d’être mis en location à prix protégés7.

21La requalification de la zone s’est donc accompagnée d’une modification des habitants : de gens de classes ouvrière ou pauvre à des habitants de classes supérieures. Aujourd’hui, la Vila Olímpica est l’un des quartiers les plus recherchés de tout Barcelone, et sans doute un exemple de réaménagement d’un espace post-industriel. Pourtant, les polémiques ont été nombreuses de la part de membres de la société civile, dénonçant principalement la perte de mémoire liée à la destruction totale des édifices, et la perte d’âme par l’impossibilité des anciens habitants à revenir y vivre. La construction de ce quartier, « exemplaire » à plus d’un titre, s’est accompagné d’une gentrification de l’espace, du fait de sa modernité et sa situation qui en fait aujourd’hui un atout indéniable.

22Ce phénomène est par ailleurs renforcé par les équipements et locaux situés sur le front maritime du Port Olímpic. Outre l’activité hôtelière supérieure, cette zone est devenue une aire récréative remplie de restaurants et de bars de nuit « chics » pour barcelonais et touristes.

23Dans le cas du projet de réhabilitation de la majeure partie du secteur de Poblenou, nommée « District 22@ », la société civile et les habitants y ont pris part dès la conception, ce qui a permis de corriger quelques erreurs commises lors de l’édification de la Vila Olímpica. De nombreux bâtiments ont ainsi pu être conservés, et la ville s’était engagée à construire des logements protégés afin de garantir aux habitants de la zone de pouvoir venir s’y réinstaller, favorisant ainsi une certaine mixité sociale. 20 ans après les J.O et 10 ans après les débuts de réalisation du district 22@, le quartier du Poblenou a été profondément transformé, tant d’un point de vue urbanistique que social, mettant en lumière les problématiques du renouveau urbain.

Notes

1 À cette époque, Sant Marti de Provençals est une commune indépendante. Ce n’est qu’en 1897 qu’elle fusionna avec Barcelone, en devenant ainsi un district.

2 Pla de la Ribera : el veinat contra la dictadura, mémoire final du projet, décembre 2006, Grup de Treball de Perifèries Urbanes - Institut Català d’Antropologia, 2009.

3 L’espace formé par le parc de la Ciutadella, le réseau ferroviaire et les anciennes usines de Poblenou était ainsi nommé par des experts dès les années 1930, HENRY Guy, La Vila olímpica : un treball d’interpretatiò, in Barcelona olímpica : la ciutat renovada, Barcelona, juillet 1992, Ed. Holsa / Ambit Serveis Editorials.

4 Pour rappel, les 4 sites développés à Barcelone dans le cadre des J.O de 1992 sont l’Anneau Olympique sur la colline de Montjuïc, la Cité des athlètes dans le secteur de Poblenou, l’aire de Vall d’Hebron (nord) et le site de Diagonal (ouest).

5 MARTORELL Josep, Descripció de l’urbanisme i l’arquitectura més significativa, in Barcelona olímpica : la ciutat renovada, Barcelona, juillet 1992, Ed. Holsa / Ambit Serveis Editorials.

6 CARBONELL Jordi, La Vila Olímpica, deu anys després, in Miquel de Moragas, Miquel Botella (dir), Barcelona : l’herència dels Jocs (1992-2002). Barcelone, 2002 : Centre d’Estudis Olímpics (UAB), Ajuntament de Barcelona, Ed. Planeta.

7 VALLS Xavier, Quan l’habitatge fa ciutat, Barcelone, 2001 : Aula Barcelona, Universitat de Barcelona.

Table des illustrations

Titre Plan de situation de la Vila Olímpica (ville de Barcelone)
Légende CONCEPTION : Richard Pointelin (fond de plan : Ajuntament de Barcelona).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

Auteur

Richard POINTELIN, doctorant (Universités de Perpignan Via Domitia et de Gérone), consultant indépendant en urbanisme, Barcelone.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search