Desktop versionMobile Version

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

Alexandre le Grand et les frontières

Claude-Claire Kappler

Volltext

1Alexandre le Grand est un personnage qui transcende les frontières, et cette contribution est elle-même transfrontalière dans la mesure où elle présente un point de vue diachronique et pluri-culturel. Elle va en effet présenter l’itinéraire de conquérant et l’itinéraire spirituel d’Alexandre le Grand vu par Firdousi, auteur persan de la célèbre épopée Le Livre des Rois, (,Shâh-nâmeh), achevée en 1010 pour sa première rédaction, oeuvre qui, aujourd’hui encore, est une référence culturelle de base pour tout persanophone.

  • 1 Firdousi, Le Livre des rois, “Shâh-nâmeh,” tome V, p. 113. Le texte persan, p. 112, beyt 147, dit :(...)

2Mais cet Alexandre “persan” n’est pas né de rien : Firdousi s’est inspiré de nombreuses sources, écrites et orales, parmi lesquelles figurait certainement un “descendant” du PseudoCallisthène, écrit en grec entre 200 et 300 de notre ère, puis traduit dans de nombreuses langues, en particulier, pour l’Orient, en pehlevi, syriaque, persan, arabe et, tardivement, en éthiopien. La version pehlevie est perdue mais elle avait donné lieu à une traduction syriaque au VIe siècle qui apparaît comme une version assez fidèle du texte grec. A quelle version Firdousi eut-il accès ? Il pouvait comprendre le pehlevi, comme en témoignent plusieurs allusions dans son œuvre, car il recourt souvent à des récits en pehlevi. Mais il avait accès, sans doute, à des textes écrits en arabe et, bien entendu, il disposait de sources écrites et orales en persan. Dans la partie du Livre des Rois concernant Alexandre, qu’on appelle par commodité Roman d’Alexandre, nous savons qu’il recourut, pour certains épisodes, à une source en pehlevi.1

3Quant à l’ensemble de son histoire d’Alexandre, il dit simplement au début :

  • 2 Ibidem., p. 103 ; p. 102, b. 31.

4“Maintenant je reviens à mes récits, je vais les mettre en vers d’après des traditions antiques (bâstân)”2.

  • 3 Je m’adresse ici au texte L, traduit par Gilles Bounoure et Blandine Serret, Pseudo-Callisthène, Le (...)

5Il est vraisemblable qu’il a recouru à un faisceau de récits divers, et il est loisible de constater, en lisant le Pseudo-Callisthène (abrégé dorénavant en Ps. Call.)3, qu’il ne s’éloigne pas du contenu des divers épisodes du texte grec, excepté pour la naissance d’Alexandre.

6Cela ne veut pas dire qu’il imite le Ps. Call. : d’abord, tous les épisodes du roman grec ne se retrouvent pas chez Firdousi ; ensuite, Firdousi a sa propre manière de traiter une scène ; la rencontre d’Alexandre avec les Brahmanes est un excellent exemple de ce que Firdousi faisait avec ses sources éventuelles. Le contenu n’est pas très différent mais l’élaboration poétique et la “tonalité” sont bien spécifiques à cette œuvre profondément persane dans toutes ses implications et tous ses moyens d’expression : la création textuelle est celle d’un grand poète et non celle d’un “fabricant” qui travaillerait à réélaborer un texte préexistant.

7Il faut dire, toutefois, que, dès l’origine, c’est à dire dès les versions grecques attribuées à Callisthène, le texte était de qualité : qualités narratives, qualités de style. Bref, la simplicité des versions grecques s’accompagnait d’une certaine valeur littéraire.

1. VUE PANORAMIQUE DES DEUX ALEXANDRE : POINTS COMMUNS ET DIFFÉRENCES

8Pourquoi parler ici de Firdousi, dans ce livre consacré principalement à l’Antiquité, plutôt que du seul Pseudo-Callisthène ?

9L’une des raisons est que, pour des connaisseurs de l’Antiquité, il est intéressant de voir combien un texte pseudépigraphe en grec peut se diffuser dans tout le bassin méditerranéen, donner lieu à de très nombreuses traductions en diverses langues orientales, devenir complètement transculturel, tout en véhiculant l’un des plus grands symboles culturels, celui du conquérant du monde, et revenir ensuite à l’Occident pour poursuivre une carrière médiévale, tandis que, dans le même temps, il poursuit son développement dans les littératures orientales.

10D’autre part, il est utile de voir quelle élaboration littéraire peut être faite, dans d’autres langues, à partir d’un texte qui, sans être un chef d’œuvre, est déjà bien écrit, bien composé et empreint d’une réelle sensibilité psychologique.

11Pour ma part, en tant qu’helléniste et iraniste, il me paraît incontestable que l’élaboration littéraire est beaucoup plus poussée chez Firdousi, tant pour la création textuelle que pour le développement psychologique, symbolique, et pour le recadrage dans la grande tradition persane : le texte de Firdousi est d’une haute tenue poétique et le personnage d’Alexandre est traité dans une perspective plus riche, plus profonde que celle du Ps. Call.. L’objectif, il est vrai, n’était pas le même pour le Grec et pour le Persan. Alexandre est un symbole pour les Persans comme pour les Grecs et pour bien d’autres peuples, mais ce symbole peut avoir des implications variées : celles qu’il a chez Firdousi sont variées, et même ambiguës.

12Il est le symbole de la royauté dans l’une de ses expressions les plus typiquement iraniennes où le roi est très souvent qualifié de jahân-dâr, celui qui “tient le monde”. Telle est en tout cas, selon la tradition, l’épithète de Darius, le rival d’Alexandre.

13Alexandre est appelé, avant de monter sur le trône d’Iran, jahân-juy, celui qui “conquiert le monde”, le suffixe juy étant issu d’un verbe qui signifie “chercher”. Il se traduit aussi par “maître du monde”, mais cependant la nuance existe. Alexandre sera nommé jahân-dâr après son accession au trône d’Iran.

  • 4 P. 233 ; p. 232, b. 1592.jahân-dâr o sâlâr-e har marz o bum.

14Alors qu’il s’approche déjà du terme de sa jeune carrière de conquérant, il se qualifie lui-même, devant l’empereur de Chine, comme “roi de Roum, maître de la terre et chef de toutes les frontières et de tous les pays”4.

15Alexandre est aussi celui qui franchit - ou veut franchir- les limites : limites du monde, limites de l’humain et du divin, limites de la passion et de la sagesse, limites de la démesure et du renoncement.

16Alexandre va aux extrêmes, franchit les frontières : les frontières des pays ne lui résistent pas, à l’exception, chez Firdousi, de deux empires : celui d’extrême-Occident, tenu par la reine Qeydâfeh d’Andalousie (avatar de la reine Candace, située ailleurs que dans les sources antiques) et celui d’Extrême-Orient, tenu par l’empereur de Chine. Ces deux “extrêmes”, tenus, l’un par une femme, à l’Ouest, l’autre par un homme, à l’Est, sont peut-être symboliques de ce qui limite l’être humain quel qu’il soit : celui-ci reste soumis au rythme naturel du levant et du couchant, à la complémentarité du masculin et du féminin, du père et de la mère, de la droite et de la gauche, bref, d’un ensemble de polarités qui sont la marque propre de l’univers fini et de ses créatures.

17Entre ces extrêmes, qui étaient aussi les extrêmes du monde connu dans les temps anciens et qui contiennent les élans du conquérant, Alexandre ne cesse de franchir les frontières de ce qui constitue la terre habitée, que ce soit par la force, par la ruse ou par la diplomatie.

18Non content de conquérir les territoires et les frontières terrestres, Alexandre cherche à franchir les frontières de la connaissance du monde : dans le roman grec, sa descente au fond de la mer et son ascension au ciel qui seront reprises par les romans d’Alexandre de l’Occident médiéval - grand thème de miniatures également - sont célèbres et se soldent, les deux fois, par un échec. Les deux tentatives sont dictées par sa curiosité insatiable, sa soif de connaissance et son “désir d’entreprendre l’impossible”.

19Saisi dans son bathyscaphe par un énorme poisson, et rejeté sur le rivage à demi-mort, Alexandre se dit :

  • 5 Ps. Call., p. 81, ainsi que la citation précédente.

20“Garde toi, Alexandre, de t’attaquer à l’impossible, de peur qu’à suivre la piste des profondeurs tu ne perdes aussi la vie”5.

21Lorsque, élevé très haut au-dessus de la terre, il la contemple et la voit comme un tout petit cercle entouré d’un grand serpent lové, il est admonesté par un ange céleste à face humaine qui l’écarte des “domaines célestes” et le renvoie à ses conquêtes terrestres. Alexandre fait demi-tour et, de retour sur terre, se sentant “complètement cadavéreux et à demi mort”, conclut :

  • 6 Ibidem, p. 87.

22“Aussi n’ai-je plus jamais recommencé de m’attaquer à l’impossible”6.

23Grand briseur de frontières dans le plan “horizontal” que constituent la terre habitée, les pays et les continents, Alexandre lance des défis aussi dans le plan “vertical” : en hauteur, en profondeur.

24Ces défis dans le plan cosmique vertical ne figurent pas chez Firdousi, qui a raconté maint épisode merveilleux mais non ces deux-là : Firdousi narre l’histoire d’Alexandre à l’intérieur d’une longue série de récits qui, tous, retracent la geste des souverains d'Iran, depuis les rois légendaires des origines jusqu’aux plus récents, naturellement plus historiques. Alexandre se trouve, si l’on peut dire, entre les deux : mêlé de légende et d’histoire, à la fois humain et aux frontières de l’humain, être d’exception mais cependant soumis à la loi commune : en cela réside la sagesse de Firdousi, bien représentative de la sagesse iranienne.

25Ce qui distingue le plus l’Alexandre grec de l’Alexandre de Firdousi c’est que la proportion d’humain et de quasi-divin n’est pas la même chez l’un et chez l’autre.

26Dans le Ps. Call., Alexandre naît d’Olympias, épouse de Philippe de Macédoine, et de Nectanebo, roi d’Egypte en exil qui exerce incognito, en Macédoine, les fonctions de prophète égyptien” : “fort expérimenté en magie et accoutumé à converser avec ses dieux”, capable de se transformer lui-même en serpent et d’opérer toute sorte d’actes magiques extraordinaires, il abuse Olympias, qu’il désire pour sa beauté, et s’unit à elle, déguisé en dieu Ammon. Il lui fait croire que va naître d’elle un dieu, fils du dieu Ammon (dieu avec qui, au demeurant, il a une réelle affinité puisqu’il en est le serviteur privilégié). Elle lui dit :

  • 7 Ps. Call., P. 6.

27“Si j’ai la fortune d’être enceinte de ce dieu, je t’honorerai grandement, en reine, et je te traiterai comme le père de l’enfant”7.

  • 8 Ibid., p. 10.

28Ce que sera en effet Nectanebo, à l’insu d’Olympias. Puis, à l’aide de songes et d’un prodige (il se transforme, devant Philippe et la cour, en un gigantesque serpent qui va se lover aux pieds d’Olympias et lui faire un baiser, marque d’élection du dieu), il abuse également Philippe qui est alors convaincu que sa femme n’est pas une vulgaire adultère : “Philippe, ayant vu cela, se réjouit qu’on pût appeler plus tard graine de dieu l’enfant de sa propre femme”8.

  • 9 Ibid., p. 12.

29La naissance de l’enfant est accompagnée de coups de tonnerre et de cascades d’éclairs qui ébranlent l’univers entier9, confirmant le caractère semi-divin ou, à tout le moins, prodigieux de l’enfant.

30Ce n’est qu’à l’âge de douze ans qu’Alexandre apprendra de la bouche de Nectanébo lui-même, mourant (Alexandre vient de le précipiter dans un ravin), qu’il est son fils, fils non d’un dieu mais d’un homme. Toutefois, l’identité d’Alexandre est tissée de divinité dès l’origine et ses qualités personnelles (car il est né, grâce aux calculs de l’astrologue Nectanebo, sous un ciel très auspicieux) ne font que soutenir en lui le développement d’une envergure hors du commun.

31L’Alexandre du Ps. Call. est, dès sa conception, sa naissance et son enfance, un être qui déborde les frontières de l’humanité ordinaire.

32Chez Firdousi, Alexandre n’est pas fils de dieu ou d’un prétendu dieu, mais son origine est voilée également.

33Il est fils de Darius et de la fille de Philippe de Macédoine, nommée, dans le Livre des Rois, Nâhid. Philippe avait envoyé sa fille comme épouse à Darius pour faire la paix entre les deux royaumes. Mais Darius, découvrant un jour que cette beauté a mauvaise haleine, il la répudie quoiqu’un habile médecin ait réussi à la guérir. Nâhid, enceinte de Darius (qui n’en sait rien), retourne à la cour de son père. Philippe, pour cacher la honte de la répudiation, fera passer l’enfant pour son fils et l’élèvera comme le sien. Un an plus tard, naît à la cour de Perse un autre enfant que Darius a conçu d’une autre épouse : il sera nommé Darius (en persan, Dârâ) comme son père, et, à la mort de celui-ci, il rouvrira les hostilités avec la Macédoine quand Alexandre, tout jeune encore, aura hérité du trône à son tour.

  • 10 Parmi lesquels, Tabari, dont la fameuse Chronique fut traduite en persan par Bal’ami au IXe siècle (...)

34Selon cette tradition - qui figure déjà chez d’autres auteurs10 avant Firdousi-, Alexandre est semi-iranien et, en tant que premier fils de Darius, héritier légitime, quoique ignoré, du trône de Perse. Alexandre sera donc le conquérant du monde mais montera sur le trône de Perse par droit et non par force, après que son demi-frère Dârâ, enfin informé mais mourant (assassiné par deux de ses satrapes durant la guerre contre Alexandre), lui ait demandé d’assumer le pouvoir en Perse, d’épouser sa fille, de protéger la religion zoroastrienne et de maintenir les coutumes de l’Iran.

35Ce n’est donc pas un usurpateur étranger qui entre dans la lignée des rois d’Iran mais un rejeton de Darius que l’Iran peut revendiquer pour sien.

36Quel plus bel exemple de bouleversement des frontières que cette conception d’un enfant irano-grec, passant pour grec, et devenant, à l’âge adulte, roi d’Iran avant de commencer sa carrière de conquérant du monde ? C’est du moins ainsi qu’il apparaît chez Firdousi, selon qui l’Iran est une conquête d’Alexandre sans en être une... !

37L’origine et la naissance d’Alexandre, que ce soit dans le Ps. Call. ou chez Firdousi, sont marquées par un brouillage des frontières : dans un cas, brouillage des frontières entre l’humain et le divin ; dans l’autre, brouillage des frontières politiques et culturelles. On retrouve là, de nouveau, cette prédilection du Ps. Call. pour le plan “vertical”, et celle de Firdousi pour le plan géo-politique, “horizontal”.

2. L’ALEXANDRE GREC ET L’ALEXANDRE PERSAN : AUX LIMITES DU MONDE, AUX LIMITES ENTRE LA VIE ET LA MORT

38Les deux Alexandre ont pour point commun leur passion de voir, de savoir, et une conduite mue par le goût du défi, par une propension à la démesure.

  • 11 Ps. Call., p. 79.

39Dans le Ps. Call., Alexandre est avide d’arriver à “la fin de la terre”11. Lorsqu’il entre au pays d’obscurité :

  • 12 Ibid., p. 83.

40“Je m’avançai pour vérifier (...) si ce n’était point-là la fin de la terre”12.

41Les Amazones disent à Alexandre :

  • 13 Ibid., p. 111.

42“Nous avons beau vivre aux confins du monde habité, par ta venue, cependant, te voilà notre maître”13.

43Cette façon de voir “les confins du monde”, “la fin de la terre” est à replacer dans le contexte cosmologique de cette époque où l’on se représentait la terre comme une sphère entourée par la sphère de l’Océan (qui, vue en plan, faisait comme un anneau) et enveloppée dans les autres sphères constituées par les planètes. Il était donc très attirant d’aller aux confins de la terre car c’était une façon de passer à une autre sphère, de progresser dans le cosmos, d’aller voir ce qui se passait dans un “ailleurs” encore plus désirable que tout “ailleurs” terrestre : celui qui pouvait passer d’une sphère à l’autre n’était-il pas un être de nature plus qu’humaine ?

44De même, gravir certaines montagnes très hautes était une manière de se rapprocher du ciel.

  • 14 Firdousi, p. 243.

45L’Alexandre de Firdousi, toujours en quête de merveilles, ne cesse de découvrir des pays ou des territoires sans limites : dans le pays de Babylone, il arrive près d’une montagne “dont la cime était invisible aux yeux ; un nuage en couvrait le haut, on aurait dit qu’il était proche de Saturne < c. à d. la dernière sphère des sept planètes >. On n’y voyait de chemin d’aucun côté”14.

46Néanmoins, Alexandre y monte avec son armée et, de l’autre côté, il y a de l’eau, une plaine et un chemin.

  • 15 Ps. Call., p. 112. C’est, ici, la région du fleuve “Antlas” : est-ce une déformation de “Atlas”, mo (...)

47Les régions où l’on “ne peut distinguer ni ciel ni terre”15 sont désirables car elles offrent à celui qui les foule l’impression d’entrer dans un monde où nul autre n’a pénétré auparavant. Les Indiens disent à Alexandre, dans le Ps. Call. :

  • 16 Ibid., p. 97.

48“Très grand roi, tu prendras des villes merveilleuses, et des royaumes et des montagnes vers où n’a jamais marché nul roi des vivants”16.

49La frontière entre l’humain et le divin, désormais, n’est plus loin :

  • 17 Ibid., p. 107.

50“Alexandre arriva à ce lieu où Candaule lui avait dit que résidaient les dieux”17.

51Dans les aires où se brouillent les frontières entre humain et divin, entre ciel et terre, Alexandre fait, en général, des expériences assez dures. Il est vertement admonesté et repoussé par des êtres merveilleux qui le renvoient au territoire qui seul lui est permis, celui du monde terrestre.

  • 18 Ibid., p. 113.

52Dans une ville de saphir, où se dressent des statues “sculptées avec un art touchant au divin”18, et où se trouve, dans une cage d’or, un oiseau qui parle grec, d’une voix humaine, Alexandre s’entend dire :

  • 19 Ibid., p. 113.

53“Alexandre, cesse donc, désormais, de te poser en rival des dieux, retourne-t’en vers ta propre demeure, et renonce à monter témérairement à l’assaut des chemins du ciel”19.

54Cet avertissement n’empêche pas Alexandre de vouloir s’emparer de l’oiseau..., ce dont il est empêché par ses amis qui le détournent de commettre un sacrilège.

55D’autres oiseaux admonestent Alexandre tandis qu’il chemine pour sortir du pays d’obscurité, “voyant une lueur, mais sans apercevoir ni soleil, ni lune, ni étoiles”, l’une de ces zones incertaines, donc, où il n’y a plus de frontières :

  • 20 Ibid., p. 85.

56“Pourquoi, Alexandre, foules-tu un pays qui n’appartient qu’à la divinité ? Retourne-t’en, malheureux, retourne-t’en ! Tu ne pourras fouler les îles des Bienheureux, homme, foule la terre qui t’a été donnée et ne viens pas t’attirer des coups”20.

57Tout tremblant, Alexandre se retire et un autre, parmi ces oiseaux, lui indique quelle est sa prochaine destination dans le monde des humains : c’est le Levant, le royaume de Poros, en Inde, qui lui fera sa soumission.

58Ce qui hante Alexandre, ce n’est pas seulement la passion de connaître et de conquérir, mais bien celle de sortir des limites terrestres humaines : devenir dieu ou quasi-divin (pour les Grecs) devenir immortel (pour les Persans).

59Devenir Dieu, pour un Grec, n’était pas inconcevable, puisqu’il existait une catégorie intermédiaire, celle des demi-dieux, ou héros, conçus d’un être humain et d’un dieu. De là, on pouvait déchoir, c’est-à-dire régresser au stade de la bête, du végétal, du minéral, comme on pouvait progresser, entrer à part entière dans le monde des dieux.

60Pour un Persan, et surtout un Persan de l’époque musulmane, pour qui il serait sacrilège et inconcevable de se représenter le Dieu unique, pour qui ce Dieu est vraiment et définitivement l’Unique (base de la Shahada, profession de foi musulmane), il n’est pas question qu’un homme pense à devenir “dieu” car ce serait devenir Dieu, l’Unique ! Cela n’est concevable que dans l’union mystique, et encore, avec toutes les nuances que la théologie peut apporter à l’interprétation et à l’expression de cette “expérience” d’un instant.

61Mais qu’il veuille devenir immortel n’est pas inimaginable. Firdousi insiste donc sur cette tension entre l’humanité d’Alexandre, homme mortel, soumis à la loi commune, et son rêve immense allant jusqu’aux limites du monde et jusqu’aux limites de la vie et de la mort, jusque-là où il n’y a plus de limites. La première rencontre douloureuse d’Alexandre avec ses limites humaines a lieu durant l’entrevue avec les Brahmanes. Comme il leur offre de leur donner ce qu’ils désirent, ceux-ci lui demandent, avec une ironique sagesse, l’immortalité.

62Ce qu’Alexandre, tout triste, ne peut donner à quiconque, ne l’ayant pas lui-même. Cet épisode, qui se trouve aussi, avec peu de différence quant au contenu dans le Ps. Call., prend un sens plus profond chez Firdousi dans la mesure où la leçon des Brahmanes va être scandée obstinément tout au long de l’itinéraire d’Alexandre. Elle est comme un élément de cette “basse continue” qui renvoie le roi à la vanité de son dessein sans limites pour lequel il s’impose tant de fatigues :

  • 21 Firdousi, p. 197.

63“Pourquoi flaires-tu follement la fleur empoisonnée ?”21

64Ce à quoi le roi répond en se justifiant par le fait que c’est Dieu qui décide de la destinée : sa destinée à lui est de parcourir le monde sans cesse, et de conquérir, tandis que les vaincus ont eu pour destinée d’être vaincus. C’est ainsi, et la destinée est un mystère. Nul ne peut pénétrer dans le dessein de Dieu. Alexandre répond, littéralement, aux Brahmanes :

  • 22 Ibid., p. 197 ; p. 196, b. 1165.

65“Nul n’a trouvé la frontière (kerâneh) de la volonté divine, nul n’a trouvé sous quel prétexte le monde accomplit telle œuvre”22.

66Ce que Jules Mohl, traducteur du Livre des Rois, formule ainsi :

67“Nul ne peut approfondir la volonté divine ni trouver la raison des affaires de ce monde.”

68Il n’est pas indifférent qu’Alexandre use ici du mot kerâneh, qui signifie “la limite”, “la fin”, “l’extrémité” : le roi est conscient que cette frontière-là est impénétrable à tout autre qu’à Dieu, celui qui est, par définition, sans frontières, sans limites, celui qui les contient toutes et les transcende toutes.

69Néanmoins, par sa destinée, Alexandre est au-dessus de toutes les frontières terrestres. Il dit aux Amazones :

  • 23 Ibid,, p. 211.

70“Il ne reste pas un roi sur la surface de la terre, ni un grand dans le monde, qui ne soit mon inférieur, si puissant qu’il soit et si bonne que soit son étoile. La poussière du camphre < qui est blanche > et la terre noire, les fêtes et les combats, tout est égal devant moi”23.

  • 24 Ibid., p. 213 ; p. 212, b. 1340 : (...) tâ râz-hâ shod dorost.

71Comme il n’y a plus de frontière dans le monde matériel pour lui, il cherche à pénétrer la frontière du mystère : Alexandre est râz-juy, celui qui cherche et qui perce le mystère. Alexandre demeure chez les Amazones “jusqu’à ce qu’il ait pénétré ces mystères”24.

  • 25 Ibid., p. 215.

72C’est après cela qu’il se met en quête de la source d’immortalité, située dans un monde où tout est invisible, où tout est ténèbres. Il marche d’abord jusqu’à ce qu’il arrive “à une ville dont il ne voyait ni le milieu ni la fin”25. Là, il voit un bassin où le soleil, dès son lever, disparaît. Plongé dans une profonde réflexion, il invoque “le Maître du monde” (Dieu) puis il dirige “ses pensées vers l’autre source”, la source de la Vie.

73Khezr, le prophète, se présente à lui pour le guider dans ces ténèbres. Ils partent, mais dans la ténèbre il y a deux routes : Khezr prend l’une, Alexandre prend l’autre et le roi perd la trace du prophète :

  • 26 Ibid., p. 217.

74“Le prophète continua sa route vers l’eau de la vie et leva sa tête immortelle jusqu’à Saturne”26.

  • 27 Ibid., p. 217.

75Alexandre manque donc la source de Vie. Il arrive alors “dans un pays où règne la lumière”, où se trouve une montagne haute et brillante au sommet de laquelle se dressent deux colonnes : sur chacune se trouve un nid dans lequel niche “un formidable oiseau vert” : celui-ci converse avec Alexandre et “lui ordonne de se rendre seul et à pied sur la crête de la montagne, d’y voir ce qui s’y trouvait et ferait pleurer l’homme le plus heureux”27.

76Alexandre y va et voit Esrâfil, l’ange de la mort et celui-ci lui annonce qu’il va mourir :

  • 28 Ibid., p. 221.

77“O esclave de tes passions, ne fais pas tant d’efforts (...), apprête-toi à partir (i.e. à mourir) et ne te fatigue pas davantage”28.

78Alexandre descend de la montagne, affligé, et “continue sa marche sur cette route ténébreuse, étant précédé par des guides”...

79D’autres voyages, d’autres actions l’attendent encore, parmi lesquelles celle de construire un rempart de bronze derrière lequel il enferme Gog et Magog, peuples à l’aspect bestial et monstrueux qui font des ravages :

  • 29 Ibid., p. 227.

80“Et ce fameux rempart d’Alexandre préserva le monde des méchants et des querelles”29.

81Alexandre pour qui nulle frontière terrestre n’existe est aussi celui qui bâtit une frontière infranchissable pour protéger l’humanité d’un fléau.

82Alexandre poursuit sa marche. D’autres annonces de sa mort lui sont dispensées. Parmi celles-ci, les avertissements de “l’arbre qui parle”, un arbre à deux troncs : l’un est femelle et parle de nuit, l’autre est mâle et parle de jour. Avant même d’avoir vu et entendu l’arbre, Alexandre demande :

  • 30 Ibid., p. 229-231. La limite du monde : kerân-e jahân.

83“Quand nous aurons quitté cet arbre, quelle merveille rencontrerons-nous, ô homme fortuné ?” L’interprète répondit : “Quand tu auras passé l’arbre, tu ne seras plus longtemps incertain où aller, car cet arbre dépassé, tu n’auras plus de place (où poser le pied), puisque le guide appelle ce lieu la limite du monde”30.

84Cet arbre annonce à Alexandre sa mort prochaine et lui rappelle ce que d’autres lui ont dit :

  • 31 Ibid., p. 231.

85“Pourquoi te fatigues-tu ainsi dans ce monde immense par avidité et désir d’agrandissement ? (...) La mort te saisira dans un pays étranger”31.

86Chaque fois qu’Alexandre atteint l’une de ces limites merveilleuses qu’il aspire à transcender, il est durement renvoyé aux limites de sa nature humaine.

  • 32 Ibid., p. 233.

87Alexandre s’éloigne alors, “versant des larmes de sang”, et se rend auprès de l’empereur de Chine, à qui il adresse d’abord une lettre, on l’a vu, “au nom du roi de Roum, maître de la terre et chef de toutes les frontières et de tous les pays”32.

88Il est intéressant de noter que, dès qu’il s’agit des frontières matérielles, terrestres, le mot utilisé est marz et l’expression consacrée est souvent marz o bum, (les frontières et la terre, au sens de “territoire”, “pays”). Tandis que, lorsqu’il s’agit de lieux merveilleux, prodigieux, vient le mot de kerâneh, limite, rivage, fin, ou kerân, bord, extrémité, fin, mots où il y a quelque chose de plus impalpable, de plus abstrait.

89L’empereur de Chine fait à Alexandre une leçon de modestie : tout ce que le roi possède, c’est de Dieu qu’il le tient. Sa gloire et ses possessions passeront, comme ce fut le cas pour tous ceux qui l’ont précédé. Leçon que lui avait donnée, déjà, Dârâ, son demi-frère, tandis qu’il expirait dans les bras du jeune Alexandre, alors à l’orée de sa carrière de conquérant.

90Les avertissements répétés vont se réaliser bientôt. Alexandre, sentant sa mort venir, met le monde “en ordre”, sur le conseil d’Aristote : il convoque devant lui les grands et les nobles du monde entier, “assigne à chacun une place selon son rang” et distribue à chacun la part qui lui revient.

  • 33 Ibid., p. 97 ; p. 96, b. 441.

91Celui qui avait renversé et aplani toutes les frontières sait que l’ordre du monde repose sur une distribution précise du territoire, de la richesse, du pouvoir : les frontières endiguent, au moins provisoirement, le phénomène d’entropie propre à tout organisme, qu’il qu’il soit. Elles sont une mesure “conservatoire”, illusoire peut-être, car elles n’éteignent pas le feu des passions humaines. Ainsi, en montant sur le trône de Perse, Alexandre avait-il adressé une longue lettre à tous les grands de l’Iran, où il donnait parmi d’autres conseils et ordres celui-ci : “Vous ne laisserez pas sans garde la frontière”33.

92Mais à présent, Alexandre se prépare à mourir : il envoie une lettre à sa mère avec ses dernières volontés :

  • 34 Ibid., p. 253.

93“J’ai conduit ici à bonne fin toutes les affaires, et maintenant il ne me reste plus qu’à m’occuper de ma mort”34.

94Il meurt en sage :

  • 35 Ibid., p. 255.

95“Ce noble arbre qui avait répandu (au loin) son ombre disparut”35.

96Mais il n’est pas pour autant anéanti car, à travers les siècles, il vit dans la mémoire des hommes d’un bout à l’autre de la terre :

  • 36 Ibid., p. 263.

97“Alexandre est parti et ne vit que dans les paroles des hommes (...). Il avait entrepris ce que personne n’avait entrepris, et les horizons répètent sa légende, voilà tout.36.

98Les horizons, ligne imaginaire de l’espace, symbole du “sans limites”.

99Alexandre demeure un être d’exception, hors des catégories, vainqueur, dans la mémoire des hommes, du temps, de l’espace, de l’oubli. Par sa légende, il est immortel car, comme le dit Firdousi :

  • 37 Ibid., p. 263.

100“La parole est ce qu’il y a de mieux ; elle n’est pas comme un vieux palais que ruinent la neige et la pluie”37.

101Puis il ajoute aussitôt :

102“J’en ai fini du rempart (sadd) d’Alexandre...”

103et il termine sur des paroles de bon augure pour le roi à qui est dédiée son œuvre, Mahmud de Ghazni.

104Il est étrange de voir, à la fin de l’histoire d’Alexandre, presque comme “dernier mot”, en tout cas comme symbole, l’image du rempart : Alexandre est décidément celui qui pouvait abattre autant que construire la frontière.

105Le portrait que Firdousi trace d’Alexandre est ambigu et humain en ceci qu’Alexandre est le modèle paradoxal d’un héros où l’instinct de domination doit céder, sous le coup du destin, à la sagesse profonde qui est en lui, à la force de renoncement, dont il a, dès sa prime jeunesse, une intuition.

  • 38 Ibid., p. 63.

106Alexandre est un conquérant, mais il n’est pas un tyran. Dès son avènement sur le trône de Macédoine, “il rechercha le bien et enchaîna la main du mal”38. En toute circonstance, il est loyal et juste. Il respecte les traités, honore les sages et les souverains qui se montrent supérieurs à lui par la grandeur d’âme ou par une qualité de royauté qui échappe à toute définition : aux deux extrémités du monde, règnent deux souverains qui s’imposent non seulement par leurs possessions mais par leur élévation personnelle. Alexandre est bien tel qu’un sage ermite le dépeint au roi Keyd, en Inde :

  • 39 Ibid., p. 123 ; p. 122, b. 262-264.

107“Si tu le satisfais, il passera sans s’arrêter, car c’est un homme de sens (kherad) et qui cherche à s’instruire. Sache qu’il n’y a dans le monde, ni parmi les rois, ni parmi les sages et les Mobeds, son égal en bon conseil (rây), en savoir (dânesh), en majesté (farr) et en valeur (honar) ; il est victorieux en toutes choses et en tout lieu”39.

  • 40 Voir la récente et excellente traduction de J. Christoph Bürgel : Nizami, Das Alexanderbuch, Iskand (...)

108Cet Alexandre de Firdousi n’est que l’une des premières élaborations que de grands auteurs persans feront du personnage : après lui, viendra l’Alexandre de Nezâmi. Nezâmi, au XIIe siècle, composera un roman d’Alexandre en deux parties : Sharaf-nâmeh, qui dépeint l’Alexandre roi et conquérant, puis Eqbâl-nâmeh qui le célèbre comme sage et comme prophète.40

109Alexandre sera également la grande figure symbolique du long poème de Jâmi, au XVe siècle, Kherad-nâme-ye Eskandari, Livre de la Sagesse d’Alexandre.

  • 41 Voir à ce propos le livre très utile de Minoo S. Southgate, Iskandarnamah”, A Persian Medieval Ale (...)

110Deux longs romans en prose célèbrent aussi en Alexandre un héros qui transcende les limites : celui de Tarsusi, Dârâbnâmeh, au XIIe siècle, et un roman-fleuve, Eskandar-nâmeh, anonyme, élaboré du XIIe au XIVe siècle41.

111Il apparaît encore chez bien d’autres poètes persans.

112Peut-on dire que cette fortune dépasse largement ce que lui-même pouvait imaginer ? Qui sait ? Lui qui rêvait d’une gloire sans limites était peut-être allé jusqu’à se sentir “confident de l’invisible” et à pressentir qu’il serait l’un des plus grands symboles de ce dont l’homme ne cesse de rêver : sortir du monde clos et mesuré dont sont garantes toutes les frontières, quelles qu’elles soient.

Anmerkungen

1 Firdousi, Le Livre des rois, “Shâh-nâmeh,” tome V, p. 113. Le texte persan, p. 112, beyt 147, dit : “tchenin goft guyande-ye pahlavi “. La source est-elle écrite ou orale ? Guyande ferait penser à une source orale. L’édition et traduction à laquelle je me réfère ici est celle de Jules Mohl : de la sorte, iranistes et non iranistes pourront se reporter au texte pour de plus amples informations. Firdousi, Le Livre des rois, “Shâh-nâmeh,” publ., trad., et commenté par Jules Mohl, 7 vol., Paris, Imprimerie Nationale, 1838-1878 ; réimpression A. Maisonneuve, 1977, 5 volumes. C’est à cette dernière que je me réfère. Ce que nous appelons “roman d'Alexandre” se trouve au tome V. La traduction se trouve sur les pages impaires, le texte persan sur les pages paires. L’abréviation “b.” signifie “beyt” (mot persan pour distique). La traduction de Jules Mohl est fidèle. Il m’arrive de la modifier sur quelques points de détail pour rester encore plus proche du texte.

2 Ibidem., p. 103 ; p. 102, b. 31.

3 Je m’adresse ici au texte L, traduit par Gilles Bounoure et Blandine Serret, Pseudo-Callisthène, Le Roman d’Alexandre, Paris, Les Belles Lettres, 1992. Si le lecteur helléniste qui se reporte à cette élégante traduction veut trouver la référence du texte grec ici traduit, il y a de fortes chances qu’il la cherche un bon moment, tant ces informations, pourtant indispensables, sont cachées dans ce livre ! Il s’agit, vraisemblablement de Helmut Van Thiel, Leben und Taten Alexanders von Makedonien..., Darmstadt, 1974. Pour une étude approfondie accompagnée de nombreuses références, on se reportera à Reinhold Merkelbach, Die Quellen des grieschischen Alexanderromans, Zetemata 9, Munich, 1954. La version syriaque a été traduite en anglais par E.A. Wallis Budge, The History of Alexander the Great, Cambridge, 1889. La version syriaque, rappelons-le, aurait été faite à partir de la version en pehlevi. Mais, pour d'autres textes pseudépigraphes, ce fut souvent la version syriaque qui succéda immédiatement à la version grecque et ce fut elle qui donna naissance aux autres versions en langues orientales. Pour ce concerne nos textes, je ne peux juger du bien-fondé de l’hypothèse qui place la version en pehlevi avant la syriaque. Mais ce n’est pas important pour le propos de cet article.

4 P. 233 ; p. 232, b. 1592.jahân-dâr o sâlâr-e har marz o bum.

5 Ps. Call., p. 81, ainsi que la citation précédente.

6 Ibidem, p. 87.

7 Ps. Call., P. 6.

8 Ibid., p. 10.

9 Ibid., p. 12.

10 Parmi lesquels, Tabari, dont la fameuse Chronique fut traduite en persan par Bal’ami au IXe siècle de notre ère.

11 Ps. Call., p. 79.

12 Ibid., p. 83.

13 Ibid., p. 111.

14 Firdousi, p. 243.

15 Ps. Call., p. 112. C’est, ici, la région du fleuve “Antlas” : est-ce une déformation de “Atlas”, montagne en Lybie où, selon Diodore, vivent des hommes sauvages et monstrueux ?

16 Ibid., p. 97.

17 Ibid., p. 107.

18 Ibid., p. 113.

19 Ibid., p. 113.

20 Ibid., p. 85.

21 Firdousi, p. 197.

22 Ibid., p. 197 ; p. 196, b. 1165.

23 Ibid,, p. 211.

24 Ibid., p. 213 ; p. 212, b. 1340 : (...) tâ râz-hâ shod dorost.

25 Ibid., p. 215.

26 Ibid., p. 217.

27 Ibid., p. 217.

28 Ibid., p. 221.

29 Ibid., p. 227.

30 Ibid., p. 229-231. La limite du monde : kerân-e jahân.

31 Ibid., p. 231.

32 Ibid., p. 233.

33 Ibid., p. 97 ; p. 96, b. 441.

34 Ibid., p. 253.

35 Ibid., p. 255.

36 Ibid., p. 263.

37 Ibid., p. 263.

38 Ibid., p. 63.

39 Ibid., p. 123 ; p. 122, b. 262-264.

40 Voir la récente et excellente traduction de J. Christoph Bürgel : Nizami, Das Alexanderbuch, Iskandarname, Manesse Verlag, Zürich, 1991.

41 Voir à ce propos le livre très utile de Minoo S. Southgate, Iskandarnamah”, A Persian Medieval Alexander Romance, New York, Columbia University Press, 1978. Outre la traduction de ce long roman en prose, l’auteur donne un large aperçu sur les romans d’Alexandre en Persan, en pehlevi et dans les œuvres d’historiens persans et arabes de l’époque musulmane.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search