Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

Celse et Origène à propos des « démons »1

Henri Crouzel S.J.

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons à l’excellente édition du Contre Celse par Marcel Borret dans la collection des Sour (...)

1Dans la tradition grecque ancienne le mot daimôn ou daimonion n’a pas nécessairement le sens péjoratif qu’il prendra chez les Juifs et les chrétiens. Equivalant plus ou moins à théos, dieu, il désigne souvent une divinité inférieure, parfois difficile à distinguer des héros. Il se situe dans un contexte animiste touchant la magie, les oracles, la divination. Il y a des bons et des mauvais démons. Ils sont capables d’éprouver des passions. Les mauvais demons cherchent à détourner les hommes du vrai culte et sont causes de catastrophes terrestres. Quelquefois ils sont identifiés avec les âmes des défunts. On les trouve aussi bien dans les croyances populaires que chez les philosophes qui les considèrent comme des êtres intermédiaires entre les dieux et les hommes

2Dans les rares emplois de la version grecque de l’Ancien Testament, la Septante, daimonion a toujours un sens péjoratif.

  • 2 De même le Ps 90, 6 parle du “démon de midi” dont il faut être délivré.
  • 3 4, 7 : De même la ville qui a persécuté Jérusalem sera habitée par des démons (4, 35).
  • 4 3, 8 ; 6,8 ; 15, 17 ; 8, 3.

3Le ton est donné par le Psaume 95 (96). “Tous les dieux des nations sont des démons”. Pareillement Ps 105 (106) “ils s’immolèrent fils et filles aux démons”, et Deut. 32, 17 : “Ils sacrifièrent aux démons, non à Dieu”2. De là chez Juifs et chrétiens, la tendance à considérer les divinités païennes comme des êtres réels, mais des esprits mauvais. Baruch reproche à ses concitoyens d’exciter la colère du Créateur en sacrifiant aux démons, non à Dieu.3 Dans le livre deutérocanonique de Tobie il est plusieurs fois question de démon4, toujours pour désigner des esprits malfaisants. Mais l’Ancien Testament connaît aussi d’autres expressions pour désigner l’esprit mauvais.

  • 5 1 Co 10, 20-21 ; 1 Tim 4, 1.
  • 6 Sur tout cela voir l’article de Foerster dans le Theologisches Worterbuch zum Neues Testament, Band (...)

4Le Nouveau Testament parle plusieurs fois des démons que Jésus chasse des malades chez qui ils provoquent toute sorte de maux, dont la folie. Le sens de divinité païenne se trouve surtout dans des emplois de Paul5. Si Philon reste fidèle au sens hellénique, et aussi habituellement Josèphe, la littérature apocryphe identifie fréquemment les démons avec les divinités païennes. C’est dans cette ligne que se meut l’Eglise primitive.6

5La controverse entre Celse et Origène est conservée par le Contre Celse d’Origène, qui est avec la Cité de Dieu d’Augustin l’écrit apologétique le plus considérable et le plus remarquable de l’antiquité chrétienne. Du Discours Véridique de Celse auquel il répond nous n’avons que les citations nombreuses faites par son contradicteur qui le réfute longuement, passage après passage. Comme Origène n’a guère l’habitude de laisser une objection sans réponse, nous avons là - c’est l’avis de ceux qui ont étudié Celse - l’essentiel des critiques qu’il fait au christianisme.

  • 7 Voir dans le tome V de l'édition Borret la longue introduction de près de 200 pages sur Celse.
  • 8 Le livre VI de cette histoire est consacré presque pour les deux tiers à la vie d’Origène.
  • 9 CCels III, 15, 1 ‘ VIII, 44, 1.
  • 10 H. Crouzel, “Le christianisme de l’empereur Philippe l’Arabe”, Gregorianum, 56, 1975, 545-550.

6Sur Celse nous ne savons rien de sûr : Origène lui-même n’est guère renseigné sur son adversaire. L’hypothèse qui nous semble la meilleure - mais elle est elle-aussi contestée - en fait l’ami de Lucien de Samosate à qui ce dernier a dédié Alexandre le faux Prophète et qui, selon Lucien comme selon Origène, aurait écrit contre la magie. La date de son Discours Véridique semble pouvoir être établie approximativement à partir de quelques allusions de ses fragments vers la fin du règne de Marc Aurèle (177-180).7 Certains auteurs contemporains, J. Schwartz et J.M. Vermander ont pensé trouver chez quelques-uns des derniers apologistes chrétiens du IIe siècle des traces de réponses à Celse, mais une réfutation en règle se fera attendre trois quarts de siècle. Selon les indications que donne Eusèbe de Césarée sur la vie d’Origène8, le livre fut composé sous le règne de Philippe l’Arabe (244-249) sur la demande d’Ambroise d’Alexandrie, ancien disciple et mécène d’Origène, alors âgé de plus de soixante ans. On est dans une période de paix religieuse, mais Origène craint qu’elle ne finisse bientôt.9 En effet Philippe, non seulement laisse les chrétiens en paix, ce qu’avaient fait aussi plusieurs de ses prédécesseurs, depuis la persécution de Maximin le Thrace, mais il semble bien avoir été le premier empereur chrétien, malgré le crime qui avait ouvert son règne : l’assassinat du fils de son prédécesseur Gordien III, crime pour lequel il fut soumis à la pénitence publique - ce qui suppose qu’il était baptisé - durant une vigile pascale par l’évêque Babylas d’Antioche, selon les témoignages d’Eusèbe de Césarée, de Jean Chrysostome et surtout du Chronicon Paschale, document le plus clair et le plus assuré.10

  • 11 Der römische Staat und die allgemeine Kirche bis auf Diokletian I, p. 265-273.
  • 12 Voir dans l’édition Borret la petite introduction au tome I, p. 15-21.

7La composition du Contre Celse a été mise en rapport par K.J. Neumann11 avec les fêtes qui marquèrent du 21 avril 247 au 21 avril 248 le jubilé du premier millénaire de Rome. Elles auraient provoqué un revival du patriotisme romain et de l’antique religion qui aurait abouti au soulèvement de quatre compétiteurs contre l’empereur qui la mettait en danger par la faveur qu’il manifestait au christianisme, puis à sa défaite par le dernier des quatre, Dèce, enfin à la persécution déclenchée par ce dernier devenu empereur, la première qui fut vraiment universelle. Ce revival aurait remis dans l’actualité l’écrit de Celse, vieux de 75 ans, et aurait effrayé Ambroise qui aurait demandé pour cela à Origène la réfutation de cet ouvrage. Cette hypothèse de Neumann, contestée elle aussi12, nous paraît vraisemblable. La date du Contre Celse serait donc à fixer en 247-248, un an avant l’arrestation d’Origène durant la persécution de Dèce.

1. LES DAIMONES SELON CELSE

8La discussion principale des idées de Celse sur les démons se trouve dans le livre VIII, le dernier du Contre Celse. Mais dans les tomes précédents on peut glaner quelques informations, à travers les fragments de Celse qu’Origène cite et dans ce qu’il dit des opinions de son adversaire.

  • 13 I, 6, 2.
  • 14 Ibid. 17.
  • 15 I, 68, 5.
  • 16 Mt 24, 23-27.
  • 17 II, 49, 22.
  • 18 III, 24, 1.
  • 19 II, 17, 1.
  • 20 V, 2, 3.
  • 21 V, 34, 14.
  • 22 V, 36, 13.
  • 23 V, 63, 2.
  • 24 VI, 30, 1 et VI, 31, 1.
  • 25 VI, 42, 1.
  • 26 VII, 62, 18.

9Celse pense que les exorcismes chrétiens se font en indiquant les noms de certains démons.13 Ils sont liés à la magie et c’est la magie, par l’action des démons, qui explique les miracles de Jésus. On ne peut donc pas d’un côté faire honneur à Jésus de chasser les démons et de l’autre porter, comme le fait Jésus lui-même, un jugement négatif sur les exorcistes païens.14 De même pour les miracles que Celse assimile aux œuvres des sorciers : si on croit à cause d’eux Jésus fils de Dieu, il faudra parler de même des magiciens égyptiens.15 D’ailleurs Jésus lui-même a prédit que surgiraient après lui de faux christs et de faux prophètes qui feront des prodiges capables de tromper même des élus.16 Ce passage n'a pas échappé à Celse qui montre contrefaisant ces prodiges “un certain Satan”. Mais en disant cela Jésus s’est condamné lui-même. Comment croire qu’il est Dieu et que les autres sont des méchants ?17 Il a guéri des malades mais le dieu Asclépios le fait aussi.18 Il a poussé la déraison au point de prévoir sa Passion et de ne pas l’éviter - quel dieu, quel démon, quel homme sensé aurait agi ainsi ?19 Parmi les démons, Celse comprend les anges des chrétiens.20 Il juge que le dieu égyptien Ammon n’est pas plus mauvais que les anges des Juifs pour transmettre les règles des démons,21 se moquant ainsi, commente Origène, des anges que les Juifs considèrent comme les messagers de Dieu.22 Les hérétiques du christianisme ont pour chefs des démons : là Origène approuve : ‘il me semble en touchant à ce sujet avoir dit quelque chose de vrai”.23 Ainsi Celse décrit-il les “sept démons archontes” qui constituent le “diagramme” des Ophiens (ou Ophites) une obscure secte gnostique, et Origène complète ces renseignements.24 Celse critique ce que disent les chrétiens sur Satan : il trouve impie l’idée que le Dieu très grand aurait un adversaire qui le rend impuissant, un adversaire qui aurait vaincu le Fils même de Dieu, serait capable de faire de grands prodiges et de voler à Dieu sa gloire : “Cela vient tout droit d’un sorcier humain qui cherche de l’argent et se défend contre ceux qui ont une autre opinion et qui veulent cet argent.25 Celse juge que cette doctrine est inspirée par les guerres divines dont parle la mythologie et que les chrétiens ont mal comprises. Si ces derniers refusent les statues-refus assez général chez les auteurs anténicéens- c’est qu’ils voient en elles non des dieux, mais des démons, et que leur rendre un culte est honorer les démons. Celse trouve cela en contradiction avec la création de l’homme selon l'image de Dieu professée par la Bible et tenue par les chrétiens.26

  • 27 VII, 48, 5.
  • 28 Mt 6, 24 ; Le 16, 13.
  • 29 VIII, 2, 7.
  • 30 VIII, 11, 1.
  • 31 VIII, 24,4.
  • 32 VIII, 25, 1 ; VIII, 26, 15.

10La discussion sur les affirmations de Celse que va mener Origène dans une grande partie du livre VIII est déjà esquissée à la fin du livre VII. Elle concerne le culte rendu aux démons. Sa raison est selon Celse que, sous l’autorité du Dieu suprême et selon sa volonté, les démons sont préposés aux divers offices de la nature qu’ils administrent, comme des ministres dans un Etat.27 Celse considère donc comme des démons les dieux de la mythologie classique qui sont donc des divinités secondaires par rapport au Dieu suprême, avec chacune leur spécialité, comme Poséidon la mer, Déméter les récoltes, Hadès la demeure des morts, Apollon le soleil, Artémis la lune, Asclépios la médecine, etc. Ce n’est pas dit explicitement, mais contenu implicitement dans les fonctions attribuées aux démons. Or ce culte dû aux démons les chrétiens le refusent comme s’il faisait outrage au Dieu suprême. On ne peut, prétendent-ils, servir deux maîtres,28 en l’espèce Dieu et les démons. Certes, quand il s’agit de maîtres humains, chacun subirait un dommage du temps consacré par son serviteur à un autre. Mais Dieu ne peut éprouver tort ni chagrin - par conséquent cette position est absurde. Dieu ne peut voir d’un mauvais œil l’honneur et l’adoration rendus à des démons qui lui sont soumis et lui appartiennent. Refuser cela est un cri de révolte de la part de gens qui se séparent des autres et qui brisent tout lien avec les autres hommes.29 C’est une impiété de dire qu’un seul être doit être appelé Seigneur : c’est diviser le Royaume de Dieu et opposer les autres au Dieu suprême.30 Le refus de manger les viandes sacrifiées aux idoles (idolothytes) est absurde : si ces idoles ne sont rien il n’y a pas de danger à prendre part au festin ; si elles sont des démons, ces derniers appartiennent à Dieu et il faut leur offrir des sacrifices pour obtenir leur faveur.31 Le culte rendu aux démons est donc raisonnable.32

  • 33 VIII, 28, 2.
  • 34 Ibid. 4.
  • 35 V, 25, 2.
  • 36 V, 41, 19.
  • 37 VIII, 33, 2.
  • 38 VIII, 34, 22.

11Si les chrétiens, ou certains chrétiens, s’abstiennent des viandes sacrifiées, ils affirment ainsi sans le vouloir qu’ils seraient sans cela les commensaux des démons, ce qu’ils refusent d’être. Mais alors ils devraient s’abstenir, non seulement de toute viande, mais de manger du pain, de boire du vin, de respirer de l’air, car tout cela est un présent des démons qui en ont l'administration.33 Celse accepterait qu’ils s’abstiennent de viande par respect pour une tradition, comme le faisait Pythagore.34 Plus haut en effet, faisant l’apologie des traditions observées par chaque peuple sous l’influence des “puissances” auxquelles ont été attribués les différents peuples - idée qui rejoint la doctrine origénienne des anges (ou démons au sens chrétien) des nations35 - il mentionne, comme bien d’autres écrivains grecs et latins, que Pythagore et ses disciples s’abstenaient de fèves et de tout être animé.36 Si donc les chrétiens refusent de rendre grâce à ces démons de qui ils tiennent tout ce qui est nécessaire pour vivre il leur faut renoncer à vivre, mais si on est venu à la vie et si on y reste on doit rendre grâce aux démons et leur adresser des prières pour se les rendre favorables tant qu’on vit.37 Et, selon les “sages de la Grèce”, des démons ont reçu en partage chaque âme humaine à sa naissance, doctrine parallèle à celle de l’ange gardien chez les chrétiens.38

  • 39 VIII, 35, 2.
  • 40 VIII, 37, 3.
  • 41 VIII, 38, 3.
  • 42 VIII, 39, 4.
  • 43 VIII, 41,1.

12Pour briser le refus obstiné des chrétiens, Celse en vient aux menaces. Ces hauts fonctionnaires du Dieu suprême pourraient bien se venger, comme le feraient les satrapes du roi de Perse ou les gouverneurs de l’empereur romain, si on négligeait de leur rendre les honneurs qui leur sont dûs.39 Par ailleurs Celse attribue aux chrétiens l’idée que si les noms des démons invoqués sont prononcés dans une langue barbare ils ont un pouvoir qui n’existe plus s’ils sont traduits en grec ou en latin.40 Toujours selon Celse les chrétiens voient la preuve de l’impuissance des démons dans le fait que s’ils injurient ou frappent une statue de Zeus, d’Apollon ou de quelque autre dieu, ce dernier ne se venge pas.41 Mais il leur rétorque l’exemple de ‘ton démon”, c’est-à-dire du Christ - “le démon, ou comme tu dis, le Fils de Dieu’”- qui ne s’est pas défendu pendant sa passion, pas plus que ses fidèles subissant le martyre.42 Dionysos ou Héraclès pourraient bien se venger de l’insulte faite à leurs statues. Mais ton Dieu s’est laissé crucifier sans rien dire et les auteurs de cet attentat n’ont rien souffert pour cela, ni pendant, ni après : rien ne peut donc faire croire qu’il était le Fils de Dieu. Son Père même n’a rien fait pour le sauver, ni pour le venger. Il s’en est désintéressé - quel père a été aussi impie ?” Mais “nos dieux” punissent fortement le blasphémateur, quoi qu’il fasse pour s’y soustraire.43

  • 44 VIII, 39, 15.
  • 45 I, 68, 19.
  • 46 VIII, 45, 13,
  • 47 VIII, 55, 1.
  • 48 VIII, 58, I.

13Un peu avant de citer ce dernier passage Origène déclare que “Celse n’a rien dit de démons mauvais”44. Il a cependant été question une fois de kakodaimones. De démons mauvais45. Et peu après ce que nous venons de citer, dans un passage concernant les bienfaits des oracles, Celse mentionne ceux qui, à cause des oracles, ont échappé à la colère des démons, manifestée par l’impossibilité d’engendrer46. Les oracles ont permis la guérison d’infirmités corporelles. Suit, en opposition avec les bienfaits des démons, la punition des blasphémateurs de sanctuaires. Cette “colère” des démons qui empêche hommes ou femmes d’avoir des enfants est nettement séparée par la structure même du passage de l’idée d’une vengeance justifiée qui la suit. Il semble bien qu’elle ne puisse venir que de mauvais démons. Cependant il faut reconnaître que les mauvais démons ne tiennent pas grande place dans les fragments de Celse. Un peu plus loin Celse résume en quelques phrases ce qu’il a dit. Si les chrétiens refusent de rendre un culte à ceux qui gouvernent tous les domaines de la vie humaine, qu’ils renoncent à vivre et ainsi qu’ils débarrassent de leur engeance la face de la terre. Mais s'ils veulent vivre normalement comme vivent les hommes, prendre part à leurs joies et à leurs peines, ils doivent rendre à ces démons les honneurs qui leur sont dus et ne pas manifester envers eux d’ingratitude : “Il serait en effet injuste qu’ils participent à leurs biens sans rien leur donner en échange”47. Celse énumère par leurs noms les démons qui selon les Egyptiens prennent en charge les différentes parties du corps humain et guérissent leurs maladies48.

14Il y a cependant des réserves à la confiance que Celse semble faire au culte des démons et elles manifestent les tendances platoniciennes de sa philosophie : Origène les rapporte non sans un peu d’étonnement.

  • 49 Iliade IV, 49 ; IX, 500 ; XXIV, 70.
  • 50 VIII, 60, 3.
  • 51 VIII, 62, 17.
  • 52 VIII, 63, 3.
  • 53 Ibid. 18.

15L’action des démons s’exerce essentiellement sur les corps et les réalités corporelles. Il est à craindre que si on s’absorbe trop dans leur culte on oublie les biens supérieurs. En effet les démons qui sont autour de la terre sont mêlés étroitement à la genesis : ce mot peut se traduire par “génération”, ce qui lui donnerait un sens plus ou moins sexuel, ou par “devenir”, selon une acception commune chez les philosophes qui opposent le devenir muable à l’éternité immuable de la divinité. En outre les démons prennent plaisir aux sacrifices d’animaux, ou, suivant une expression homérique49 qu’emploie Celse et qu’Origène répète à satiété, ils sont “cloués au sang et à l’odeur de la graisse, liés par les mélodies (des incantations probablement) et autres moyens du même genre”. C’est pourquoi ils ne peuvent que guérir les corps, prédire la destinée des individus et des villes, bref rien qui ne s’applique aux réalités mortelles50. Le culte des démons entraîne donc quelques réserves du platonicien que Celse est en bonne partie. Aussi, ajoute-t-il, “faut-il leur rendre un culte dans la mesure où c’est utile, car la raison ne montre pas qu’il faille le faire complètement”51. C’est donc un culte utilitaire qui n’exige pas, bien au contraire, un détachement de soi-même. Il s’agit seulement de faire plaisir aux démons pour s’attirer leurs faveurs. Certes, ces derniers n’ont ni besoin, ni désir, mais ils prennent plaisir en ceux qui sont pieux envers eux52. Il y a là pour Celse une grande différence avec le culte du Dieu suprême qui ne doit être laissé de côté “ni de jour, ni de nuit, ni en communauté, ni en particulier”53. Mais si le culte de Dieu est une exigence absolue, il n’est pas en contradiction avec celui des démons, ses acolytes.

  • 54 VIII, 63, 26.
  • 55 VIII, 65, 26.
  • 56 VIII, 66, 3.

16C'est de la faveur des démons que les grands de ce monde tiennent leur dignité, d’une force “démoniaque”54. Il ne faut donc pas craindre de rechercher la faveur des princes. Ainsi dans la discussion suivante, sur le refus des chrétiens de prendre les armes pour la défense de l’Empire., il leur est aussi reproché de ne pas vouloir “jurer par la Fortune de l’empereur”. Cette expression est ainsi expliquée par Origène : ou c’est un simple mot, ou c’est le démon de l’empereur55. Et dans sa dernière allusion au culte des démons, Celse reproduit sous une autre forme quelque chose qu’il a déjà dit. Certes l’adorateur de Dieu, si on lui commande une action impie ou honteuse, ne doit absolument pas obéir, mais être prêt à subir mille morts plutôt que de l’accomplir. Mais si “on t’ordonne de bénir le soleil ou de bénir avec empressement Athéna par un beau péan”, un chant en l’honneur des dieux, ce chant n’honorera pas seulement la déesse, ou le démon, Athéna, mais “le grand Dieu” lui-même, car honorer toutes choses honore le grand Dieu56.

  • 57 W. Turner, “Celsus, the ‘Voltaire of the second century’”, The Irish Theological Quarterly, 3, 1908 (...)

17Dans l’expression de cette doctrine sur les démons, Celse doit-il être considéré comme sincère ? Faut-il voir en lui, comme on l’a prétendu, un “Voltaire du second siècle”57 ? Ce n’est pas l’avis de la plupart des auteurs actuels. Certes, nous sommes à une époque où les opinions philosophiques se mélangent. Le Moyen Platonisme auquel notre auteur se rattache surtout, est eclectique, un platonisme fortement mêlé de stoïcisme et d’un peu d’aristotélisme. C’est pourquoi, si une certaine tendance épicurienne peut être discernée par Origène dans certaines affirmations de Celse, elle ne rend pas invraisemblable que le Celse d’Origène soit le même personnage que l’ami de Lucien. Ses attaques contre le christianisme partent de présupposés philosophiques empruntés à toutes les écoles et Origène s’exaspère parfois contre ce Protée qui revêt toutes les formes pour pouvoir porter des coups de tous les côtés. Mais nous ne voyons pas de raison suffisante pour mettre en doute la sincérité de Celse dans sa doctrine des démons et du Dieu suprême.

2. ORIGÈNE DANS LES SEPT PREMIERS TOMES

  • 58 1, 6, 26.
  • 59 1, 46, 13.
  • 60 1, 67, 23.
  • 61 1, 60-61.

18Aux attaques de Celse, Origène répond longuement, à son habitude. Il se préoccupe d’abord de distinguer des invocations magiques les exorcismes chrétiens - c’est la puissance du nom de Jésus, même prononcé par un infidèle, qui chasse les démons. A ce sujet Origène donne un renseignement intéressant d’un point de vue liturgique : au nom de Jésus est joint “un récit tiré des histoires racontées à son sujet”, c’est-à-dire un passage d’évangile, coutume qui sera continuée dans la suite des siècles. En tout cas il n’y a dans les exorcismes aucune pratique d’incantation58. Des chrétiens par la grâce de l’Esprit Saint guérissent des malades et ont des visions de l’avenir, continuant ainsi les prodiges accomplis par les apôtres59. Le nom de Jésus chasse toujours des hommes les égarements d’esprit (ekstaseis), les démons et les maladies60. Origène ne nie pas que l’art des magiciens ne corresponde à une réalité où il voit l’action des démons qui agissent à travers eux, à moins qu’”une puissance plus divine et plus forte ne vienne la contredire” et il explique ainsi comment les Mages de Mt 2, 1-12, aidés par la prophétie de Balaam qui prédisait l’étoile selon Num 24. 17, ont pu venir à Bethléem adorer l’enfant61.

19Lorsque Celse assimile les miracles de Jésus aux tours des sorciers accomplis avec le secours des démons, Origène répond que les premiers ont eu pour but d’aider les hommes à vivre mieux, moralement parlant, ce dont les seconds ne se préoccupent guère. Ce faisant il souligne ce qui est probablement l’argument majeur de son apologétique, la conversion morale de tant d’hommes attirés par le Christ et par ses disciples.

  • 62 Act 21, 10-14.
  • 63 Platon, Criton, 44-46.
  • 64 Références dans Borret, I, p. 332 note 1 ; 11,17, 1.

20Nous avons vu Celse s’étonner, assez étourdiment, de ce que Jésus, prévoyant sa Passion, n’ait pas cherché à lui échapper : aucun dieu ni démon n’aurait agi ainsi. Origène a sur ce sujet la réponse facile. Avant de parler de Paul montant à Jérusalem, malgré les malheurs qui lui étaient prédits62, et des martyrs chrétiens, conscients des conséquences qu’aura leur confession de foi, il rappelle, et là la réponse est plus percutante, deux faits célèbres de l’histoire grecque : c’est Socrate qui refuse de suivre les conseils de Criton et de s’évader de sa prison63, et c’est Léonidas de Sparte disant à ses compagnons au moment d’engager contre les Perses aux Thermopyles un combat inégal : “Déjeunons comme des hommes qui iront dîner dans l’Hadès64”.

  • 65 Mt 24, 23-27.
  • 66 Mt 7, 22-23.
  • 67 II, 49-5.3 ; voir les notes de l’édition Borret.

21Mais Celse revient à plusieurs reprises sur les prodiges accomplis par les sorciers avec l’aide des démons, prodiges que Jésus a même attestés plusieurs fois dans l’Evangile : de faux christs et de faux prophètes accompliront de grands signes65 : certains de ceux qui auront chassé les démons au nom de Jésus seront finalement rejetés par lui comme ayant fait le mal66. Pourquoi, alors que les miracles de Jésus sont considérés comme des preuves de sa divinité n’en serait-il pas de même de ces derniers ? Mais tout ce déploiement de prodiges, ceux par exemple qui seront opérés par l’Antichrist dont la venue est prédite pour la fin des temps, aura pour but de mener les hommes au mal, alors que ceux du Christ veulent les mener au salut. Plus loin Origène inverse le problème : est-il concevable que des prodiges soient accomplis par magie comme l’œuvre de mauvais démons, alors qu’aucun ne serait accompli par la nature divine et bienheureuse ? Origène répond à cette question par une théorie des contraires qui s’appellent les uns les autres selon les philosophes grecs : là où il y a un bien il y a aussi un mal. Si on admet les effets de la sorcellerie, il faut accepter aussi ceux de la présence divine. Le critère du bien et du mal à ce sujet est à juger d’après la conduite, bonne ou mauvaise, de ceux qui opèrent ces prodiges. Nous voyons encore que pour Origène le critère moral concernant celui qui opère les prodiges et ceux qui en sont les bénéficiaires reste le point fondamental qui permet de juger.67

  • 68 III, 2, 19 ; III, 3, 6.
  • 69 III, 24 1 : citation ligne 20.
  • 70 III, 25, 1 : citation ligne 11.
  • 71 Ibid. 15.

22La différence entre les miracles attribués au Christ et les prodiges dus aux démons chez les païens existe de même entre les prophètes juifs et les devins des autres nations que les Juifs regardaient comme inspirés par les démons, ces démons que sont suivant Ps 95, 5 les dieux des nations. Il était donc nécessaire pour cette raison qu’il y eût aussi chez les Juifs des signes et des prodiges puisque les païens avaient leurs oracles68. Le démon Asclèpios n’est pas seul à opérer des guérisons, selon les affirmations non prouvées de Celse, alors que l’invocation du Dieu suprême et du nom de Jésus délivre bien des gens “de graves maladies, d’égarements d'esprit”, de démences et d’une infinité d’autres maux que ni hommes, ni démons n’avaient guéris”69. L’aspect moral est toujours dominant. Ces guérisseurs chrétiens sont des gens vertueux, ce qui n’est pas le cas chez les païens “puisqu’on dit qu’ont été guéris tant de gens indignes de vivre qu’un médecin n’aurait pas voulu guérir à cause de leur vie déréglée”70. Il en est de même pour l’oracle de Delphes accordant au pugiliste Cléomède et au grossier poète qu’était Archiloque des honneurs dont il n’a pas été question pour Pythagore et pour Socrate71.

  • 72 III, 29, 10 : cf. III, 37, 10 ; IV, 32, 9.

23L’Apollon Pythien est un démon “ayant pour lot libation et fumet de graisse”, c’est-à-dire gourmand des sacrifices, selon l’expression homérique signalée plus haut. Aussi Origène peut-il stigmatiser chez les démons un caractère matérialiste qui les rive à la terre, et à la chair et a fait difficulté, nous l’avons vu, à Celse lui-même. Origène va jusqu’à imputer les persécutions que subissent les chrétiens à la gourmandise des démons inquiets de perdre avec le triomphe du Christianisme, la nourriture des sacrifices !72

  • 73 III, 31, 7.
  • 74 III, 32, 5.
  • 75 III, 33, 6.
  • 76 III, 34, 14 : citation lignes 19 et 21.
  • 77 III, 35, 8.
  • 78 IV, 32, 17.

24A propos d’un certain nombre d’histoires merveilleuses qu’évoque Celse et qu’Origène raconte à partir de Pindare et d’Hérodote, le docteur chrétien se demande : à quoi bon tout cela ? Quel bienfait en a retiré le genre humain ? Au contraire dans la Résurrection de Jésus on voit l’“économie”, c’est-à-dire son sens dans le dessein salvifique de Dieu : les miracles de Jésus l’accréditaient devant ceux qui en étaient témoins pour qu’ils mettent tous leurs désirs à suivre ses enseignements divins73. Ou bien les démons ont voulu imiter par avance les merveilles qu’opèrerait Jésus pour qu’elles soient confondues avec leurs propres prodiges74. On voit les raisons des miracles de Jésus et non celles des faits extraordinaires évoqués par Celse et qui sont l’œuvre des démons75. Si les païens ont élevé des temples et des statues pour célébrer leurs héros ou leurs démons attachés à des lieux déterminés, il n’en est pas de même de Jésus qui a voulu “détourner notre intelligence de tout le sensible”, car seul compte pour les chrétiens “l’honneur rendu au Dieu qui est au-dessus de tout par une vie droite accompagnée de prière”76. Le refus opposé par Origène aux statues, aux autels et aux temples dans le christianisme est partagé par la plupart des auteurs de l’époque anténicéenne malgré les témoignages en sens contraire qu’apportent de la piété populaire les peintures des catacombes de Rome et en Orient celles de Doura Europos. Mais l’Épicurien Celse - du moins Origène le croit-il ainsi - parle-t-il sérieusement, se demande son contradicteur, en paraissant reconnaître l’existence de dieux et de démons ? S’il y croit il ne peut pas ne pas voir en Jésus le caractère divin authentifié par ses miracles”77. Ces démons ont été déjà vaincus par le Christ. Ils ont beau mettre en branle pour sauver leur empire les empereurs, le Sénat, les gouverneurs, pour persécuter les chrétiens, la Parole de Dieu fait grandir malgré eux la race des chrétiens78.

  • 79 74-99.
  • 80 IV, 75, 6.
  • 81 IV, 88 ss.
  • 82 IV, 92, 1.
  • 83 Peri Archon I, 6, 4 ; II, 2, 2 ; IV, 3, 15 (27).
  • 84 Mt 8, 12 ; 22, 13 ; 25, 30 : dans Peri Archon II, 10, 268.

25La fin du livre IV79 contient une longue discussion sur l’homme et les animaux : l’affirmation chrétienne que Dieu a tout fait pour l’homme et que les animaux sont à son service est contestée par Celse qui s’oppose ainsi au stoïcisme lui-même et, comme Origène le remarque80, manifeste clairement des opinions épicuriennes. Cette controverse intéresse notre sujet à cause de la divination à partir des mouvements des animaux, soit que les démons aient enseigné aux augures et aux haruspices à interpréter le vol des oiseaux ou les entrailles des victimes, soit que ces mouvements soient déterminés par des démons. Origène reproche d’abord à Celse de ne pas prouver ses affirmations et de ne pas montrer comme il le prétend que les animaux sont pour cela plus ouverts au divin que les hommes et plus savants sur lui81. Puis il explique comment des démons, non revêtus de corps terrestres et ayant quelque idée de l’avenir se servent dans ce but des animaux les plus cruels ou les plus rusés, afin de détourner les hommes de Dieu82. L’affirmation que les démons n’ont pas de corps terrestres ne signifie pas dans la pensée d’Origène qu’ils n’ont pas de corps, car seule la Trinité est sans corps83, les anges et les “intelligences” préexistantes selon la doctrine chère à Origène de la préexistence des âmes ont des corps éthérés ou étincelants, les démons des corps sombres figurés par les “ténèbres extérieures” dont parle l’Evangile84. D’autre part la doctrine des astres signes et non agents du destin des hommes, commune à Origène et à Plotin, signes que selon le premier-mais non, selon le dernier seuls les anges et les démons peuvent lire, explique que les démons aient une certaine connaissance de l’avenir.

  • 85 H. Crouzel, Théologie de l’image de Dieu chez Origène, Paris, 1956, p 189-206.
  • 86 H. Crouzel, Origène et Plotin : Comparaisons doctrinales, Paris, 1992.

26Origène trouve dans les livres de Moïse, spécialement dans la distinction des animaux purs ou impurs, que ces derniers sont justement ceux qui sont les plus aptes à la divination : “Il semble donc qu’il y ait communion entre chaque espèce de démons et chaque espèce d’animaux”. Cette affirmation rencontre plusieurs points de la doctrine origénienne des démons. Les péchés recouvrent, sans la détruire, la participation de l’homme à l’image de Dieu, d’images ennemies, appelées soit diaboliques, soit bestiales85. D’autre part les démons qui étaient, au moment de leur création par Dieu, des êtres logika, raisonnables, au sens surtout surnaturel qu’Origène donne à ce mot, sont devenus, par le libre choix de leur volonté, des aloga, des déraisonnables, comme des bêtes spirituelles86.

  • 87 IV, 95, 1.
  • 88 V, 42, 31.
  • 89 IV, 96, 1.
  • 90 IV, 95, 14.
  • 91 IV, 97, 39.

27Ce n’est pas des animaux que le vrai Dieu choisit pour faire connaître l’avenir mais des âmes saintes dont il fait ses prophètes et l’Ecriture blâme la recherche des présages87. Ainsi ont agi les Hébreux dans l’ancienne alliance88. D’autre part il y a une prévision de l’avenir qui est naturelle, par exemple celle des médecins, ou des pilotes qui interprètent les phénomènes atmosphériques, qu’ils soient de bonnes ou de mauvaises gens89. De toute façon, quelle que soit la valeur des informations tirées des présages, s’y fier serait ouvrir aux démons la porte de notre âme”90, car leur but est “de tromper l’homme et de rabaisser son intelligence du ciel et de Dieu vers la terre et ce qui est encore plus bas”91.

  • 92 V, 2, 23.
  • 93 V, 5, 21.
  • 94 VI, 44,1.

28Les divinités de la mythologie grecque sont pour Origène des démons au sens chrétien du terme, des puissances mauvaises92. Car le terme de démon n’est pas comme celui d’homme un mot qui peut s’appliquer à la fois aux bons et aux mauvais, ni comme celui de dieu, un terme noble qui ne désigne que les êtres “véritablement plus divins et bienheureux”93. En effet Origène, en dépendance du Ps 81 (82) et de l’interprétation qu’en donne Jésus dans Jean 10, 34-35, applique quelquefois ce terme aux anges et aux bienheureux, sans penser diminuer en quoi que ce soit - et nous le verrons - l’unique adoration due au Dieu suprême, des “dieux” non “substantiellement”, mais “par accident et par conséquence”94, selon une distinction que nous allons rencontrer, ayant reçu de Dieu leur divinisation.

  • 95 V, 63, 1.
  • 96 Act 8, 9-10 et 18-24.
  • 97 VI, 11, 20 : citation ligne 28.
  • 98 VI, 41, 18.

29Les chrétiens hérétiques, selon Celse qui est assez renseigné sur différentes sectes, ont à leur tête des démons. Origène approuve95 et plus bas attribue la fondation des Simoniens, disciples de Simon le Magicien96, à “un démon mauvais, complotant contre l’enseignement de Jésus “97. Mais ceux qui servent le Dieu suprême et sont protégés par l’Ange du Seigneur ne sauraient être séduits par la magie ni par les démons98.

  • 99 Voir note 94.
  • 100 VI, 44, 1 : voir Peri Archon, 1, 5, 4 qui y ajoute selon 1, 5, 5, Isaïe 14, 12ss. à propos du roi d (...)

30A l’attaque de Celse concernant Satan, l’adversaire de Dieu, Origène répond d’abord en mentionnant brièvement ses manifestations dans l’Ancien Testament, le serpent de Gn 3, l’exterminateur d’Ex 12, 23, le bouc émissaire de Lv 16, 8-10 envoyé à Azazel, le Satan de Job 1-2, puis les tentations de Jésus, et aborde ensuite le problème sur le plan théologique en commençant par poser le principe dont nous avons fait usage plus haut pour montrer la différence entre Dieu et “les dieux” : “Il n’est pas possible à celui qui est bon par accident (kata sumbebèkos) et par conséquence (ex epigenèmatos) d’être bon comme celui qui est bon par essence (ousiôdôs)99. Cette distinction d’origine aristotélicienne, essence ou substance et accident, exprime pour Origène la différence fondamentale entre la Trinité et les créatures. Les Trois Personnes possèdent “substantiellement” tout ce qu’elles ont, ou plutôt sont, c’est-à-dire l’ont ou le sont par elles-mêmes, sans changement possible, alors que les créatures ne font qu’“accidentellement” parce qu’elles l’ont reçu et que ces dons peuvent en elles croître ou décroître dans la mesure de la grâce divine et des mouvements de leur libre arbitre. La bonté de la créature est donc communiquée par Dieu : si elle se néglige, elle la perd et devient mauvaise. Tel est le drame de Satan comme des démons dont la malice, effet de leur libre arbitre, est tolérée par Dieu pour affermir les bons par le combat spirituel. Tout être qui se décide contre Dieu est un Satan. Mais le Satan proprement dit, le premier de tous les anges mauvais, a quitté de lui-même la vie bienheureuse et est devenu l’adversaire-Satan en hébreu-du Fils de Dieu. Origène a vu son histoire par exégèse allégorique dans la chute du roi de Tyr selon Ezéchiel100. Et il continue en parlant de l’Antichrist, fils de Satan, prédit pour la fin des temps.

  • 101 VII, 3,25.
  • 102 Rm 8, 6-7.
  • 103 VII, 3-4 : citation 4, 2 et 14.
  • 104 H. Crouzel, “La doctrine origénienne du corps ressuscité”, Bulletin de Litterature Ecclésiastique, (...)

31Dans le livre VII du Contre Celse nous intéressent particulièrement la discussion sur les oracles, surtout celui de Delphes, et la discussion sur les statues. Qu’Apollon Pythien soit un démon et non un dieu cela est montré par l’impureté de l’oracle, par l’organe par lequel le souffle mantique pénètre dans le corps de la Pythie101, et aussi par l’état d’inconscience dans lequel il la met. Ce dernier point est inspiré par une idée importante d’Origène, objet de controverse avec les Montanistes selon lesquels, quand l’Esprit divin entre dans le prophète, il chasse son intelligence et l’inspiré n’est qu’un instrument inconscient que l’Esprit actionne. Pour Origène seul le démon peut mettre un homme dans cet état. Dieu au contraire respecte la conscience et la liberté de celui qu’il a créé conscient et libre et c’est donc consciemment et librement que le prophète collabore avec l’Esprit divin. Origène rappelle ici cette doctrine en s’appuyant sur les effets moraux qu’a la présence de Dieu dans l’âme : “Les prophètes des Juifs, illuminés par l’Esprit divin, autant qu’il le fallait quand ils prophétisaient, jouissaient les premiers de la venue en eux du bien, et par le contact, pour ainsi dire dans leur âme de celui qui est appelé l’Esprit Saint, ils devenaient plus perspicaces par leur intelligence et avaient l’âme plus claire et de même le corps qui ne s’opposait en rien à la vie vertueuse parce qu’il était mort à ce qui est appelé chez nous la sagesse de la chair”102. Cette expression paulinienne, phronèma tès sarkos, désigne chez Origène la partie ou la tendance inférieure de l’âme qui l’attire vers le corps : la “chair” (sarx), désigne aussi cette même réalité. Ce sont donc des dispositions spirituelles et morales qui sont en l’homme le signe de l’Esprit divin et non une soi-disant “extase” conçue comme inconscience : “Si la Pythie est hors d’elle-même et non en elle-même quand elle rend des oracles, que faut-il penser de cet esprit qui répand l’obscurité sur l’intelligence et sur les pensées ? N’est-il pas comme ce genre de démons que de nombreux chrétiens chassent de ceux qui en souffrent, non par des moyens extraordinaires ou magiques, ou avec des drogues, mais avec leur seule prière ou de simples adjurations, telles que peut les accomplir l'homme le plus simple”. L’esprit malin “possède” et obnubile, l’Esprit divin met le prophète en pleine possession de ses facultés103. Ces démons tirent l’âme vers le sol et vers la matière - cela est montré par leur goût pour les sacrifices - au lieu de la laisser s’élever “vers les lieux des corps les plus purs et éthérés”104 tels que sont ceux des ressuscités.

  • 105 VII, 5, 27 ; VII, 6, 3.
  • 106 VII, 7, 1 : citation ligne 36.
  • 107 VII, 17, 26.

32Une autre charge contre Apollon Pythien n’est pas exempte de misogynie : pourquoi n’a-t-il pas choisi un homme plutôt qu’une femme, ou dans ce dernier cas au moins une vierge, ou une femme formée par la philosophie”105. Après avoir développé l’opposition, surtout d’ordre moral, entre les oracles grecs et les prophètes de l’Ancien Testament avec plusieurs exemples, Origène continue : “Mais ceux qui ont prophétisé en Judée nous les admirons, en voyant qu’était digne de l’Esprit de Dieu leur vie pleine de solidité, de vigueur et de sainteté, car l’Esprit prophétisait d’une manière nouvelle, sans rapport avec les divinations des démons”106. Ainsi Jésus a consommé la ruine des démons, que manifeste le nombre de ceux qui échappent à leur esclavage et vivent de manière pure et pieuse envers Dieu107.

  • 108 VII, 62-64.
  • 109 Ps 95, 5.
  • 110 VII, 65-66, citation 66, 27.
  • 111 VII, 67, 4, citation ligne 8.

33Celse reconnaît que certains peuples qu’il nomme n’admettent dans leur culte ni temples, ni autels, ni statues, et qu’on trouve la même attitude chez certains philosophes grecs, notamment Héraclite, mais un même précepte moral, dit Origène, peut être adopté pour des raisons très diverses, morales ou amorales, comme il le montre par les raisons que donnent Épicuriens et Stoïciens d’éviter l’adultère : la défense de faire des images est rattachée par lui à plusieurs textes scripturaires108. Mais, puisque tous les dieux des nations sont des démons109 et que les statues et les temples représentent et honorent ces démons, un tel culte est incompatible avec la connaissance du Dieu suprême et celle de son Fils. Origène blâme les philosophes, péripatéticiens, épicuriens et démocritéens qui, tout en n’y croyant pas, se plient à ce culte pour faire ce que fait la foule. Celse accuse les chrétiens d’inconséquence à cause de la doctrine de l’image de Dieu dans l’homme comme si elle concernait le corps, alors qu'il s’agit de “l’âme raisonnable qui est telle par la vertu”, ce que ne saurait représenter une statue110 Mais Celse, selon Origène, n’a rien compris à la doctrine concernant les démons et leur activité, car elle est “multiple et difficile à comprendre par la nature humaine”111.

  • 112 VII, 68, 15.
  • 113 VII, 70, 1.

34Les derniers chapitres du tome VII amorcent déjà la discussion qui occupera le début du tome VIII : il s’agit des démons représentés par Celse comme régissant par la volonté de Dieu tous les domaines de la nature : nous allons y revenir. Mais Origène refuse aussi l’affirmation que l’activité des démons est régie par la loi du Dieu très grand. Il taxe d’absurdité l’idée que cette direction divine s’étendrait même aux péchés des hommes et des démons, car le péché serait alors commis conformément à la volonté divine. Ce n’est pas la même chose de dire que Dieu ne s’y oppose pas. Ce qui arrive selon la Providence de Dieu ne peut être qu’un bien et non un mal, à moins qu’il ne s’agisse du parti que la Providence tire des conséquences du péché. Ceux qui commettent des fautes ne le font pas en suivant la loi du Dieu suprême : cela est vrai aussi des démons, des anges mauvais112. S’il y a des fonctions auxquelles les démons seraient préposés par Dieu, ce seraient celles qu’ont “les bourreaux dans les cités ou ceux à qui incombent les tristes fonctions qui sont nécessaires dans les Etats”, c’est-à-dire la punition des pécheurs. Ou bien sont-ils comme des brigands qui se donnent un chef. Mais pour résoudre cette question il faudrait “une science très profonde” Cependant quelques paroles de l’Évangile que cite Origène peuvent donner quelque idée de ce mystère113.

3. ORIGÈNE AU HUITIÈME TOME

  • 114 Mt 6, 24.
  • 115 VIII, 2, 7.
  • 116 VIII, 3, 1.
  • 117 VIII, 4, 1, citation ligne 29.
  • 118 Rom 8, 9-11.
  • 119 VIII, 5, 1.
  • 120 VIII, 6, 1.
  • 121 VIII, 7, 1.
  • 122 VIII, 8, 1, citation ligne 13.
  • 123 VIII, 9, 1.
  • 124 VIII, lO, l.

35Venons-en maintenant à la discussion principale qui concerne, au tome VIII, le culte des démons. Origène approuve cette phrase de l’Évangile : “Nul ne peut servir deux maîtres”114, où Celse voit “un cri de revolte”, source d’oppositions entre les hommes115. Dieu est au-dessus de tous les “dieux”, terme qui ne désigne pas les divinités païennes qui sont des démons, mais ceux que vise, comme cela a été expliqué plus haut, le Psaume 81 (82) : il confirme cela avec des textes pauliniens116. Mais il faut s’élever jusqu’au Dieu suprême et l’adorer sans partage par son Fils le Logos que l’on contemple en Jésus117 : cela en regardant non le visible mais l’invisible, en attendant que la création soit libérée de l’esclavage de la corruption et parvienne à la liberté glorieuse des enfants de Dieu118 par son Fils. Il n’y a là rien, dit Origène, qui soit un cri de révolte119. Ce n’est pas que Dieu subirait un tort dans le cas contraire comme s’il s’agissait d’un maître humain dont le serviteur consacrerait à un autre homme une partie de son temps : c’est nous qui subirions un tort, étant séparés de notre héritage, la béatitude120. En appliquant cela aux démons, Celse manifeste clairement qu’il ne sait pas ce qu'ils sont121 S’il entend par là, comme un ignorant en philosophie, un tort concernant des biens matériels, il a contre lui la parole de Socrate sur Anytos et Mélètos ses accusateurs, qui peuvent bien le faire mourir mais non lui nuire. Nous ne rendons pas un culte à Dieu comme s’il en avait besoin et comme s’il devait se chagriner dans le cas contraire, mais parce que ce culte par son Fils unique nous rend sans chagrin et sans passion122. Pour Celse il ne faut honorer ainsi que quelqu’un à qui Dieu en a conféré le privilège. Est-ce, demande Origène, le cas d’Antinoos, le mignon d’Hadrien, ou n’est-ce pas plutôt l’ignorance des hommes qui est à l’origine de ce culte ? Mais, en ce qui concerne Jésus, ce privilège lui a été donné par Dieu, les prophètes l’ont annoncé et les miracles qu’il a accomplis nous en assurent aussi123. D’ailleurs l’honneur rendu au Fils de Dieu et à Dieu lui-même est surtout dans une vie honnêtement menée, dans l’observation de la loi de Dieu et l’obéissance aux enseignements de l’Évangile124.

  • 125 VIII, 11, I.
  • 126 H. Crouzel, Origène, Paris, 1985, p. 244-245. En plus détaillé Théologie de l’image de Dieu chez Or (...)
  • 127 VIII, 12, 1.

36Celse a reproché au monothéisme des chrétiens de mettre la révolte en divisant le royaume de Dieu, mais il n’établit pas rigoureusement, lui reproche Origène, que ceux qui sont adorés comme dieux sont vraiment des dieux. Le Royaume de Dieu n’est pas le royaume des dieux125. Qu’en est-il, demande Celse, du culte que reçoit Jésus, un culte qu’il juge excessif. Il n’a pas compris que Père et Fils sont un, malgré les affirmations fréquentes de l’Evangile de Jean. Cela ne veut pas dire qu’ils n’aient qu'une seule hypostasis, mais ils ne forment qu’un seul Dieu auquel est rendu un culte unique. Et l’existence du Fils ne se réduit pas à son apparition récente sur la terre des hommes. Il est la Vérité et la Vérité existe depuis toujours : “Nous rendons donc un culte au Père de la Vérité et à son Fils la Vérité, deux réalités par l’hypostase, mais une seule par la concorde, l’accord et l’identité de la volonté, de sorte que celui qui a vu le Fils, reflet de la gloire du Père et empreinte de la substance de Dieu, a vu Dieu en lui puisqu’il est son image”. Il ne faudrait pas conclure de ce texte que l’union du Père et du Fils serait seulement pour Origène d’ordre moral, car cette affirmation doit être lue en rapport avec les autres passages du même auteur sur le même sujet, qui montrent le Père communiquant au Fils tout ce qu’il est126, en dépit du “subordinatianisme” reproché souvent à Origène sans trop distinguer les différents sens de ce mot127.

  • 128 VIII, 13, 1.

37Celse pense en outre que les chrétiens rendent un culte aux ministres de Dieu, qui sont selon Origène ses anges. Sur la question du culte à rendre aux anges, Origène ne se prononce pas, car le sujet est difficile : il en dira cependant quelque chose un peu plus loin, mais tout le contexte de la discussion montre qu’il ne peut être comparable au culte rendu à Dieu et à son Fils. Celse croit que les ministres de Dieu sont ces démons qu’adorent les païens : Origène répond qu’ils sont au contraire les ministres du Malin, du Prince de ce monde, Satan, celui qui s’efforce de détourner de Dieu les hommes. Nous adorons Dieu seul et son Fils unique et nous prions Dieu seul par son Fils unique128.

  • 129 Jn 14, 28 : VIII, 14-15.
  • 130 VIII, 15, 27.

38Sur une nouvelle accusation de Celse concernant le Fils, Origène en parle à nouveau et s’élève contre des chrétiens qui mettent le Fils au-dessus du Père alors que le Sauveur lui-même a déclaré que le Père est plus grand que lui129. En effet pour Origène l’unité des deux vient de ce que le Fils ne sort pas du Père, ni le Père du Fils, même dans l’Incarnation, donc qu’ils possèdent la même divinité. Cela n’empêche pas un certain subordinatianisme qui s’explique de trois façons : le Père est le père origine du Fils, et par le Fils de l’Esprit ; le Père est pour ainsi dire le centre de décision de la Trinité et c’est lui qui envoie en mission les deux autres ; le Père est absolument un tandis que le Fils, un par son hypostase, est multiple par ses nombreuses dénominations ou attributs, par ce qu’il devient pour nous car il est médiateur dans sa divinité même, avant même l’Incarnation. En ce sens le Père domine le Fils130.

  • 131 VIII, 21-23.
  • 132 VIII, 24, 10
  • 133 VIII, 25, 1.
  • 134 VIII, 26, 1.
  • 135 VIII, 27, 1.

39Après avoir discuté sur les statues des chrétiens qui sont les vertus, images du Logos, sur les temples des chrétiens qui sont leurs corps, sur les fêtes des chrétiens, dimanches, Parascèves ou vendredis, Pâques et Pentecôte - mais pour celui qui vit vraiment pour Dieu chaque jour est une fête131, est soulevée la question des idolothytes. Manger des viandes sacrifiées aux idoles est aussi criminel que verser le sang, car c’est scandaliser les frères : on ne peut prendre part à la fois à la table du Christ et à celle des démons132. Les démons et mauvais anges ne sont pas, malgré Celse, propriété de Dieu, seulement les anges bons133. Il ne faut donc pas prier les démons ni leur sacrifier, mais prier seulement Dieu et son Fils unique, pour qu’il porte notre prière à son Père et les lois des cités ne peuvent nous y obliger, car elles sont en opposition avec la loi de Dieu134. N’ayons pas peur à ce sujet, car les démons ne peuvent rien sur ceux que protègent Dieu et son Fils135.

  • 136 VIII, 28-30.
  • 137 Ps. 77, 49.
  • 138 VIII, 31-32.
  • 139 VIII, 33, 15.
  • 140 VIII, 34, 1.

40Celse voit dans les abstentions alimentaires de certains chrétiens l’intention de ne pas festoyer avec les démons, donc implicitement la reconnaissance que tout ce qu’ils mangent, boivent ou respirent est dû aux démons administrateurs de tout ce qui est dans la nature. La distinction vétérotestamentaire des animaux purs et impurs a été selon Origène abrogée par Jésus et cette abrogation a été confirmée par les apôtres dans le décret du concile apostolique de Jérusalem - que notre auteur situe de façon erronée à Antioche-, avec trois exceptions, les idolothytes, les viandes étouffées et le sang. L’interdiction des deux derniers est justifiée explique Origène, par le fait que le sang est la nourriture des démons. L’abstention de viande, fréquente chez les chrétiens, ne s’explique pas comme chez Pythagore par le mythe de la métensomatose (métempsychose) mais par la mortification et la maîtrise des passions136. Mais ceux qui régissent les différents domaines de la nature ne sont pas les démons, ce sont les anges de Dieu. Les démons provoquent les catastrophes naturelles - ils sont, nous l’avons vu, comme des bourreaux que Dieu laisse faire pour convertir les uns et éprouver les autres. De cela l’Ecriture témoigne137. Ce n’est donc pas des démons qu’on reçoit ce qui est nécessaire à la vie, mais des anges de Dieu et de Dieu à travers eux. C’est pourquoi il faut les recevoir avec action de grâces138. “Selon les lois de Dieu aucun démon n’a reçu en partage les choses de la terre”. Leur part ce sont “les lieux déserts de la connaissance de Dieu et de la vie selon lui, là où se trouve la foule de ceux qui sont étrangers à la divinité. Et peut-être, puisqu’ils sont dignes de gouverner et de châtier les méchants, ont-ils été préposés par le Logos qui dirige tout à dominer ceux qui se sont soumis à la malice et non à Dieu”. La reconnaissance que Celse veut qu’on témoigne aux démons, nous la rendons à Dieu par le pain de l’Eucharistie139. Ce n’est pas aux démons mais à Dieu que nous offrons les prémices. Les êtres dont nous recherchons la bienveillance, ce sont les anges de Dieu, eux qui “regardant ceux qui imitent leur piété envers Dieu comme des parents et des amis, aident au salut de ceux qui invoquent Dieu et le prient vraiment”. Alors que les sages de la Grèce croient, selon Celse, à un démon personnel à chaque homme, Origène affirme comme souvent dans ses homélies l’existence de l’ange gardien en évoquant Mt 18, 10 et Ps 33, 8. Il ne nie pas qu’il n’y ait beaucoup de démons sur la terre et affirme leur pouvoir sur les méchants, mais aussi leur totale impuissance sur ceux qui adorent Dieu140. Remarquons que l’aide que les anges apportent aux humains est pareillement affirmée dans plusieurs passages d’homélies à propos des défunts morts dans l’amour de Dieu.

  • 141 VIII, 35, 13...Encore une fois il est dit que les démons ne peuvent causer aucun tort à ceux qui le (...)

41A Celse menaçant les chrétiens de la vengeance des démons qu’ils méprisent, Origène répond par deux exemples de l’histoire grecque, celui de Lycurgue, le législateur de Lacédémone, et celui de Zénon de Kition, le fondateur du Stoïcisme, refusant de se venger de quelqu’un qui leur avait fait du mal et au contraire recherchant son amitié141. Les démons de Celse ne sont donc pas à ce niveau.

  • 142 I, 24-25.
  • 143 V, 45, 30 ; V, 46, 6.

42Celse, mélangeant tout au dire d’Origène, attribue aux chrétiens l’affirmation qu'il faut prier Dieu dans une langue barbare et que si on le prie en grec ou en latin la prière n’aura pas d’effet. Origène répond que cela est stupide. Dieu entend toutes les langues et les chrétiens grecs et latins l’invoquent dans la leur. Cependant d’autres affirmations d’Origène dans ce même ouvrage à propos des exorcismes pourraient donner quelque vraisemblance à ce passage de Celse : elles dépendent de la doctrine origénienne de l’origine des noms qui sont tels par nature, ce qui explique selon lui le refus des chrétiens d’appeler Dieu de noms païens142, car ces noms désignent des démons143.

  • 144 VIII, 38, 1.
  • 145 VIII, 39-40.
  • 146 VIII, 41-43.

43La supposition de Celse, que les chrétiens pourraient injurier les dieux païens, est relevée vertement par Origène. L’Ecriture défend aux chrétiens de le faire, ni de dire du mal de personne144. Cela confirme la croyance d’Origène qu’étant des démons ces dieux sont des êtres réels. Mais Celse prend ensuite prétexte de la Passion du Christ qu’il appelle “ton démon” et des martyres de chrétiens pour renforcer ce qu’il vient de dire. Origène proteste contre l’appellation de démon donnée à Jésus145. Ces mêmes sujets reviennent plusieurs fois, et Celse recommence à parler de la Passion de “ton Dieu”, de ses tortures et de sa crucifixion. Origène répond que ce n'est pas le Dieu qui a souffert en Jésus, mais son humanité. Si le Père a laissé crucifier Jésus c’est pour sauver les hommes146.

  • 147 VIII, 43, 32.
  • 148 VIII, 44, 1.

44Les démons sont à l’origine des persécutions contre les chrétiens parce que ces derniers les chassent des corps et des âmes des hommes147. Actuellement, dans cette période de paix religieuse, ils laissent les chrétiens tranquilles, car ils sont conscients de leur défaite. Mais quand ils l’auront oublié - cela ne tardera pas, la persécution de Dèce est proche - ils persécuteront de nouveau et essuieront encore la défaite148.

  • 149 VIII, 45-47. Suivent des discussions sur l’éternité des châtiments et des récompenses (VIII, 48) et (...)
  • 150 VIII, 55-57.
  • 151 VIII, 60-61.
  • 152 VIII, 62.

45Plusieurs sujets, déjà traités, reviennent : ainsi la question des oracles païens et des prophéties juives149. Celse reprend l’idée que tout est gouverné par les démons et que si les chrétiens refusent de le reconnaître ils n’ont plus qu’à disparaître de la surface de la terre et qu’à délivrer les hommes de leur présence. Origène fait les mêmes réponses en ajoutant que les chrétiens sont prêts à subir le martyre pour leur foi, mais aussi à mener leur vie calmement comme les autres hommes150. Les réserves de Celse sur le matérialisme que risque de provoquer le culte des démons sont pour Origène une raison supplémentaire de s’en abstenir et de se confier à Dieu seul151. Il ne relève pas trop l’aspect intéressé qu’a selon Celse le culte des démons, mais souligne que le vrai intérêt de l’homme, c’est la vertu et la vie vertueuse, bien préférables aux biens matériels que Celse attend des démons152.

  • 153 VIII, 64, 3. Plus haut Celse a demandé ce que sont les anges : des dieux ou des démons (V, 2, 3 ; V (...)
  • 154 Entre autres V, 4, 17.
  • 155 VIII, 13, 4.

46Sur les anges Origène s’étend un peu plus que précédemment. La faveur divine obtient aux hommes la bienveillance des anges qui collaborent avec ceux qui veulent rendre un culte à Dieu : ils prient et intercèdent pour eux. Celui qui désire les biens divins et prie Dieu est entouré de beaucoup de saintes puissances qui, sans être invoquées, l’aident, combattent à ses côtés contre les démons153. Ce secours des anges, comme celui des “âmes” des défunts, n’exclut pas toute prière adressée à eux pour qu’ils soient nos alliés dans le combat spirituel, mais cela n’est pas très explicite. A plusieurs reprises Origène répète que les chrétiens ne les adorent pas comme les païens le font de leurs dieux154 : si Celse avait pensé à ceux qui sont vraiment les ministres de Dieu après son Fils unique, Gabriel, Michel et les autres anges, et s’il avait dit qu’il faut leur rendre un culte, peut-être en explorant à fond l’expression “rendre un culte” et les actes de celui qui le rend, nous aurions dit à ce propos, comme en discutant sur un tel sujet, ce que nous pouvons penser d’eux”155. La question de la prière faite aux anges paraît encore à Origène difficile à résoudre. La distinction de la théologie postérieure entre le culte de latrie qui va à la Trinité seule et le culte de dulie aux anges et aux saints n’est pas encore précisée.

  • 156 VIII, 65, 26
  • 157 VIII, 66-67.
  • 158 VIII, 73.

47Dans la discussion sur le service de l’empereur qui suit Origène refuse, comme on peut bien s’y attendre, le serment par la Fortune de l’empereur car, si cette formule a un sens, elle désigne un démon156. Il trouve incompatible avec l’adoration de Dieu le chant d’un beau péan à Athéna qui est un démon : bénir le soleil certes, mais comme une belle créature de Dieu157. Les chrétiens refusent de prendre les armes pour la défense de l’Empire car ils sont tous prêtres et même chez les païens les prêtres ne prennent pas les armes. Mais par leurs prières, les chrétiens vainquent les démons qui suscitent les guerres158. Ce texte ne peut servir de témoignage en faveur de l’objection de conscience, car à trois reprises dans la même phrase il parle de guerre juste.

48Quelqu’un qui porterait sur cette discussion un regard trop rapide risquerait d’y voir surtout une querelle de mots : ceux que Celse appelle démons, Origène les nomme anges, d’autant plus que Celse fait peu d’allusions à des démons mauvais. Les uns et les autres sont, selon les païens ou selon les chrétiens, les administrateurs, soumis au Dieu suprême, des divers domaines de la nature, ceux qui procurent aux hommes le nécessaire. N’y aurait-il pas là quelque chose d’un dialogue de sourds, l’un appelant démons ce que l’autre entend par anges, ce dernier ne prenant le mot démon que dans un sens péjoratif. La discussion a cependant plus de sérieux si nous considérons ce qui différencie vraiment les démons de Celse des anges d’Origène : le culte qui leur est rendu. Comme bien des philosophes grecs d'époque classique ou romaine, platoniciens, aristotéliciens, stoïciens, Celse, malgré quelques pointes d’épicurisme, semble croire en un Dieu suprême, ou du moins raisonne dans cette perspective. Mais l’existence de ce Dieu n’ôte pas leur caractère divin aux déités de la mythologie traditionnelle, tout en les rabaissant à un rang subordonné. Appelées dieux ou démons elles reçoivent de la foule des honneurs divins, matérialisés surtout par les sacrifices. Les philosophes ne contredisent pas ouvertement ces dévotions populaires, même si, comme Plotin le condisciple d’Origène, ils parlent surtout de ces divinités pour les allégoriser. C’est ce culte divin, conféré aux dieux et aux démons que refusent absolument les chrétiens, allant jusqu’à subir le martyre pour ne pas donner même l’apparence d’un compromis. Origène partage cet absolutisme et essaie de le justifier. Nous l’avons vu plutôt embarrassé quand il veut préciser ce que peut être la prière adressée aux anges. Ces derniers secourent les hommes dans leurs combats contre les mauvais démons. Il semble qu’on puisse demander leur aide, mais cette prière n’est en rien comparable à l’adoration due au Dieu suprême. Tel est le centre de toute cette discussion au sujet des démons.

49Nous avons souligné à plusieurs reprises l’importance du critère moral pour Origène, alors qu’il est à peu près absent des affirmations de Celse. Plus que les prophéties de l’Ancien Testament prédisant le Christ, plus que les miracles de Jésus, plus que l’étonnante expansion du christianisme sans autre arme que la prédication et le martyre, l’importance, en nombre et en profondeur, des conversions morales sont l’argument dominant de l’apologétique origénienne. L’origine divine du message du Christ est montrée selon lui au premier chef par le nombre de ceux qui passent d'une vie déréglée à une vie de vertu et de sainteté. Parmi tant de discussions qui nous paraissent d’une autre époque il y aura toujours là un message pour la nôtre.

Notes

1 Nous renvoyons à l’excellente édition du Contre Celse par Marcel Borret dans la collection des Sources Chrétiennes, éd. du Cerf (= cité dorénavant SC) : 132 (1967) ; 136 (1968) ; 147 (1969) ; 150 (1969) ; 227 avec introduction et tables (1976) : le chiffre romain désigne le tome du Contre Celse, non de l’édition, le premier chiffre arabe le chapitre, le second chiffre arabe la ligne selon l'édition Borret. Les traductions sont de nous. L'édition Borret a sur l’édition Koetschau du Corpus de Berlin l'avantage d’avoir intégré les fragments des papyrus trouvés à Toura en 1941.

2 De même le Ps 90, 6 parle du “démon de midi” dont il faut être délivré.

3 4, 7 : De même la ville qui a persécuté Jérusalem sera habitée par des démons (4, 35).

4 3, 8 ; 6,8 ; 15, 17 ; 8, 3.

5 1 Co 10, 20-21 ; 1 Tim 4, 1.

6 Sur tout cela voir l’article de Foerster dans le Theologisches Worterbuch zum Neues Testament, Band II, Stuttgart 193,p. 1-21.

7 Voir dans le tome V de l'édition Borret la longue introduction de près de 200 pages sur Celse.

8 Le livre VI de cette histoire est consacré presque pour les deux tiers à la vie d’Origène.

9 CCels III, 15, 1 ‘ VIII, 44, 1.

10 H. Crouzel, “Le christianisme de l’empereur Philippe l’Arabe”, Gregorianum, 56, 1975, 545-550.

11 Der römische Staat und die allgemeine Kirche bis auf Diokletian I, p. 265-273.

12 Voir dans l’édition Borret la petite introduction au tome I, p. 15-21.

13 I, 6, 2.

14 Ibid. 17.

15 I, 68, 5.

16 Mt 24, 23-27.

17 II, 49, 22.

18 III, 24, 1.

19 II, 17, 1.

20 V, 2, 3.

21 V, 34, 14.

22 V, 36, 13.

23 V, 63, 2.

24 VI, 30, 1 et VI, 31, 1.

25 VI, 42, 1.

26 VII, 62, 18.

27 VII, 48, 5.

28 Mt 6, 24 ; Le 16, 13.

29 VIII, 2, 7.

30 VIII, 11, 1.

31 VIII, 24,4.

32 VIII, 25, 1 ; VIII, 26, 15.

33 VIII, 28, 2.

34 Ibid. 4.

35 V, 25, 2.

36 V, 41, 19.

37 VIII, 33, 2.

38 VIII, 34, 22.

39 VIII, 35, 2.

40 VIII, 37, 3.

41 VIII, 38, 3.

42 VIII, 39, 4.

43 VIII, 41,1.

44 VIII, 39, 15.

45 I, 68, 19.

46 VIII, 45, 13,

47 VIII, 55, 1.

48 VIII, 58, I.

49 Iliade IV, 49 ; IX, 500 ; XXIV, 70.

50 VIII, 60, 3.

51 VIII, 62, 17.

52 VIII, 63, 3.

53 Ibid. 18.

54 VIII, 63, 26.

55 VIII, 65, 26.

56 VIII, 66, 3.

57 W. Turner, “Celsus, the ‘Voltaire of the second century’”, The Irish Theological Quarterly, 3, 1908, 137-150.

58 1, 6, 26.

59 1, 46, 13.

60 1, 67, 23.

61 1, 60-61.

62 Act 21, 10-14.

63 Platon, Criton, 44-46.

64 Références dans Borret, I, p. 332 note 1 ; 11,17, 1.

65 Mt 24, 23-27.

66 Mt 7, 22-23.

67 II, 49-5.3 ; voir les notes de l’édition Borret.

68 III, 2, 19 ; III, 3, 6.

69 III, 24 1 : citation ligne 20.

70 III, 25, 1 : citation ligne 11.

71 Ibid. 15.

72 III, 29, 10 : cf. III, 37, 10 ; IV, 32, 9.

73 III, 31, 7.

74 III, 32, 5.

75 III, 33, 6.

76 III, 34, 14 : citation lignes 19 et 21.

77 III, 35, 8.

78 IV, 32, 17.

79 74-99.

80 IV, 75, 6.

81 IV, 88 ss.

82 IV, 92, 1.

83 Peri Archon I, 6, 4 ; II, 2, 2 ; IV, 3, 15 (27).

84 Mt 8, 12 ; 22, 13 ; 25, 30 : dans Peri Archon II, 10, 268.

85 H. Crouzel, Théologie de l’image de Dieu chez Origène, Paris, 1956, p 189-206.

86 H. Crouzel, Origène et Plotin : Comparaisons doctrinales, Paris, 1992.

87 IV, 95, 1.

88 V, 42, 31.

89 IV, 96, 1.

90 IV, 95, 14.

91 IV, 97, 39.

92 V, 2, 23.

93 V, 5, 21.

94 VI, 44,1.

95 V, 63, 1.

96 Act 8, 9-10 et 18-24.

97 VI, 11, 20 : citation ligne 28.

98 VI, 41, 18.

99 Voir note 94.

100 VI, 44, 1 : voir Peri Archon, 1, 5, 4 qui y ajoute selon 1, 5, 5, Isaïe 14, 12ss. à propos du roi de Babylone.

101 VII, 3,25.

102 Rm 8, 6-7.

103 VII, 3-4 : citation 4, 2 et 14.

104 H. Crouzel, “La doctrine origénienne du corps ressuscité”, Bulletin de Litterature Ecclésiastique, 81, 1980, p. 175-200. et 241-266. Réédité dans le recueil Les fins dernières selon Origène, Aldershot (Variorum), 1990.

105 VII, 5, 27 ; VII, 6, 3.

106 VII, 7, 1 : citation ligne 36.

107 VII, 17, 26.

108 VII, 62-64.

109 Ps 95, 5.

110 VII, 65-66, citation 66, 27.

111 VII, 67, 4, citation ligne 8.

112 VII, 68, 15.

113 VII, 70, 1.

114 Mt 6, 24.

115 VIII, 2, 7.

116 VIII, 3, 1.

117 VIII, 4, 1, citation ligne 29.

118 Rom 8, 9-11.

119 VIII, 5, 1.

120 VIII, 6, 1.

121 VIII, 7, 1.

122 VIII, 8, 1, citation ligne 13.

123 VIII, 9, 1.

124 VIII, lO, l.

125 VIII, 11, I.

126 H. Crouzel, Origène, Paris, 1985, p. 244-245. En plus détaillé Théologie de l’image de Dieu chez Origène, Paris, 1956, p. 75-128.

127 VIII, 12, 1.

128 VIII, 13, 1.

129 Jn 14, 28 : VIII, 14-15.

130 VIII, 15, 27.

131 VIII, 21-23.

132 VIII, 24, 10

133 VIII, 25, 1.

134 VIII, 26, 1.

135 VIII, 27, 1.

136 VIII, 28-30.

137 Ps. 77, 49.

138 VIII, 31-32.

139 VIII, 33, 15.

140 VIII, 34, 1.

141 VIII, 35, 13...Encore une fois il est dit que les démons ne peuvent causer aucun tort à ceux qui les négligent (VIII, 36, 1). Il veut parler évidemment d’un tort spirituel.

142 I, 24-25.

143 V, 45, 30 ; V, 46, 6.

144 VIII, 38, 1.

145 VIII, 39-40.

146 VIII, 41-43.

147 VIII, 43, 32.

148 VIII, 44, 1.

149 VIII, 45-47. Suivent des discussions sur l’éternité des châtiments et des récompenses (VIII, 48) et sur le reproche fait par Celse aux chrétiens d’être des charnels parce qu’ils croient en la résurrection des corps (VIII, 49-52).

150 VIII, 55-57.

151 VIII, 60-61.

152 VIII, 62.

153 VIII, 64, 3. Plus haut Celse a demandé ce que sont les anges : des dieux ou des démons (V, 2, 3 ; V, 5, 17). Il sait que les chrétiens en font les messagers des volontés divines (V, 34, 14).

154 Entre autres V, 4, 17.

155 VIII, 13, 4.

156 VIII, 65, 26

157 VIII, 66-67.

158 VIII, 73.

Auteur

Faculté de théologie de l'Institut Catholique de Toulouse - Université Grégorienne de Rome

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search