Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

Villes et villages olympiques

Les villes alpines organisatrices des Jeux Olympiques d’hiver

Jocelin Sebastiani et Jean-Marc Holz

Texte intégral

1Les Jeux d’hiver sont nés à l’aube du xxe siècle de la rencontre des sports et du tourisme, et d’initiatives alpines et scandinaves.

2Au xviiie siècle déjà, l’aristocratie anglaise réalisait son « Grand Tour » à travers l’Europe en y incluant une étape alpestre ; les initiatives d’hôteliers comme Johannes Badrutt à St-Moritz réussirent à attirer une nouvelle clientèle lors de la saison estivale, et à l’occasion de ces séjours, les sportmen anglais commencèrent à organiser des concours de toutes sortes pour passer le temps et se mesurer entre eux. Dans la station suisse existait déjà le plus vieux club de bobsleigh du monde (1897) ; un club de patinage y est fondé en 1902, puis le ski club alpin en 1903. À la même époque, des concours de ski alpin animent Garmisch, où le patinage artistique féminin se développe depuis 1880. En France, une « Semaine internationale des sports d’hiver » se tient régulièrement dans les Alpes depuis 1907 ; lancée à l’initiative de l’École militaire de ski de Briançon (créée en 1904) et du Club alpin français, elle est soutenue par la presse locale et ces compétitions de ski nordique et de patinage connaissent un vif succès.

3Les pratiques sportives hivernales se développent peu à peu dans les stations tandis que progresse l’idée de créer des Jeux olympiques d’hiver, encouragée par l’introduction du patinage au programme olympique des Jeux d’été de Londres (1908 puis repris en 1920) et du hockey sur glace à Anvers (1920). Pierre de Coubertin y est favorable, pour lui « les J.O sont les Jeux de tous les sports », et la proposition d’organiser des Jeux d’hiver présentée en 1921 au CIO par le Comte Clay et le Marquis de Polignac reçoit un accueil favorable des instances olympiques.

4Mais elle se heurte à l’opposition des pays scandinaves, qui avaient déjà repoussé l’idée du Comte italien Eugenio Brunetta d’Usseaux d’inclure quelques sports d’hiver aux J.O d’été de Stockholm en 1912. Il s’agit de préserver l’identité des Jeux Nordiques, très populaires en Scandinavie, organisés depuis 1901 par l’Association suédoise pour le sport et soutenus par la Société suédoise de tourisme. La Scandinavie est en effet l’autre berceau des sports d’hiver : dès 1843 Tromsoe (Norvège) organise des courses à ski ; les premières compétitions de saut à ski remontent à 1862 en Norvège ; le pays adopte le ski comme sport national en 1870. L’idée de Jeux olympiques d’hiver ressurgit lors de la désignation de Berlin pour les Jeux de 1916, où l’on prévoit une semaine de patinage de vitesse, de hockey sur glace et de ski nordique, mais la guerre repousse l’échéance.

5La naissance des Jeux d’hiver doit beaucoup à une grande figure du sport suédois, Viktor Balck (1844-1928) officier de la Marine suédoise et organisateur des Jeux Nordiques. Membre influent du CIO, il a milité pour accueillir les Jeux d’été à Stockholm dès 1894, et a introduit le patinage et le hockey sur glace aux Jeux de Londres et d’Anvers.

6Pour répondre à la requête française sans heurter les Scandinaves, le CIO trouve un compromis en 1921 accordant son patronage à la « Semaine internationale des sports d’hiver », rebaptisée « Semaine internationale des sports d’hiver à l’occasion des J.O d’été de 1924 ». L’année suivante, le comité olympique français désigne Chamonix pour l’accueillir. Le succès (10 000 spectateurs, 250 athlètes de 16 nations concourant dans 16 épreuves) de cette manifestation – où les Scandinaves raflent 30 des 49 médailles en jeu – ouvre la voie à la création officielle des Jeux olympiques d’hiver en 1925. Lors de la 25e session du CIO à Lisbonne en 1926, les épreuves de la Semaine internationale de Chamonix sont requalifiées en premiers J.O d’hiver.

7Montagne touristique par excellence (la moitié des remontées mécaniques du monde s’y trouvent), fréquentée par plus de cent millions de vacanciers chaque année, les Alpes offrent un cadre exceptionnel aux Jeux d’hiver ; dès l’origine, les villes et stations de l’arc alpin ont régulièrement déposé leur candidature pour les accueillir. Les Alpes constituent ainsi une aire d’étude privilégiée.

8Notre thèse se proposait d’étudier l’évolution de la relation des villes organisatrices à l’évènement olympique hivernal. Comment s’articule le fait olympique au fait urbain montagnard ? Les puissantes évolutions structurelles du phénomène olympique (allongement du programme, augmentation du nombre et des effectifs des délégations) ont-elles provoqué une modification du type de villes organisatrices ? Quelles sont les principales réalisations effectuées ? Comment les villes hôtes utilisent-elles les manifestations olympiques pour mettre en place une politique d’aménagement de leur territoire ? Quels sont les impacts territoriaux, économiques et en termes d’image de l’accueil des Jeux ? Les interrogations ne manquent pas.

9Ce bref article limite cependant son ambition à brosser une typologie des villes organisatrices des Jeux depuis leur origine, qui, au-delà de l’exemple alpin, nous semble garder une portée générale.

LES ALPES, BERCEAU DES JEUX OLYMPIQUES D’HIVER

10Les J.O d’hiver sont « les Jeux de la neige et de la glace » ; selon la charte olympique 2011 règle 6, « seuls les sports qui se pratiquent sur la neige et la glace sont considérés comme des sports d’hiver ». Donc seules les compétitions pratiquées avec ces deux éléments peuvent être retenues dans le programme olympique. Il faut que les villes organisatrices puissent garantir des conditions climatiques assurant la présence suffisante de neige et de glace au moment du déroulement des Jeux. Les zones de montagnes sont évidemment privilégiées. Les patinoires naturelles étaient largement utilisées jusqu’aux Cortina d’Ampezzo (1956) ; pour l’édition de 1936 à Garmisch-Partenkirchen la glace de la piste de bobsleigh était extraite du Riessersee, lui-même utilisé pour le Eisschiessen, jeu similaire au curling et le hockey ; mais cette expérience n’a pas été renouvelée. Avec l’introduction du ski alpin aux Jeux de 1936, une nouvelle condition physique est requise : la pente. Des versants suffisamment longs, pentus et bien exposés sont désormais nécessaires. Ainsi conditions climatiques et topographiques doivent se combiner harmonieusement pour satisfaire aux exigences olympiques. Avec leurs vastes domaines skiables, couvrant plus de 400 000 hectares, les Alpes sont une terre d’accueil idéale pour les Jeux.

11D’autres critères cependant expliquent la concentration des Jeux dans ce massif. D’une part, les Jeux d’hiver, plus encore que ceux d’été, sont les Jeux de l’hémisphère nord. Aucune candidature n’a jamais émané d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Océanie : pourtant le Chili, l’Argentine ou la Nouvelle-Zélande ont des chaînes de montagne enneigées ; la station de Portillo (Chili) a accueilli les Championnats du monde de ski alpin en 1966. Mais si le ski est aujourd’hui bien implanté dans le monde entier, il n’en est pas de même d’autres épreuves du programme olympique (saut à ski, sports d’engins, etc.). Pour de nombreux pays, l’organisation de Championnats du monde ou d’une manche de Coupe du monde est déjà une récompense et une marque de reconnaissance sur le plan international. Les logiques médiatiques s’ajoutent à ces motifs pour marginaliser l’hémisphère sud : les téléspectateurs américains, européens ou asiatiques imaginent mal des Jeux d’hiver en plein été...

Tableau 1. Superficie des massifs alpins par pays*

Tableau 1. Superficie des massifs alpins par pays*
  • * Périmètre de la convention alpine, nd : non disponible.

Source : Sebastiani J., www cipra.org.
Note **

12L’appropriation des Jeux d’hiver par un noyau de Comités Nationaux Olympiques est forte. Les Alpes sont, de loin, la chaîne la plus visitée par les Jeux. En effet, elles ont deux atouts complémentaires : sur le plan géopolitique, elles se partagent entre 5 ou 6 nations, multipliant ainsi les possibilités d’alternance entre pays, critère de choix de localisation important pour le CIO. Mais surtout, l’enracinement alpin de la tradition olympique est très fort : les CNO les plus anciens sont ceux qui comptent le plus d’organisations des Jeux. Les États-Unis (1895) les ont accueilli quatre fois, la France (1894) trois fois, la Suisse (1912) a déposé dix fois sa candidature. Depuis 1924, seuls huit pays dont cinq alpins – France, Suisse, Italie, Allemagne, Autriche – avec le Canada, les États-Unis et le Japon, sont présents régulièrement dans les dépôts de candidature.

Les CNO des pays alpins

13Les CNO des pays alpins comptent parmi les plus anciens de la famille olympique. Jusqu’en 1910 ils ont envoyé au total plus de 7 400 athlètes aux diverses éditions des Jeux, récoltant 910 médailles au total. La France accueilli cinq fois les Jeux, deux d’été et trois d’hiver ; elle a porté, jusqu’à Annecy candidate pour 2018, nombre de dossiers de candidature, preuve d’un attachement séculaire à l’olympisme. Mais ni les délégations envoyées aux Jeux ni ses moissons de médailles ne comptent parmi les plus fournies. Le CNO helvétique est celui qui a le plus souvent candidaté, alors que la Suisse n’a accueilli que deux fois les Jeux d’hiver, et jamais ceux d’été. On regrette les échecs répétés de Sion, et le refus populaire des habitants du canton bernois à la candidature de leur cité en 2010. Pourtant la Suisse est un pays de longue tradition sportive hivernale, envoyant de fortes et brillantes délégations (cf. tableau 2) plus nombreuses aux Jeux d’hiver que d’été ; le pays abrite de prestigieuses stations (Davos, Zermatt, Crans Montana, Gstaad, Mürren) et aussi le siège de trois Fédérations internationales, dont la FIS (Fédération internationale de ski), la plus puissante, créée en 1924 et comptant 112 Fédérations nationales.

14Le CNO allemand a connu de nombreux soubresauts liés à l’histoire du pays. Aujourd’hui, l’Allemagne est la 3e puissance sportive mondiale (cf. article N. Chamerois) mais la première pour les succès olympiques d’hiver, devant la Russie/URSS, la Norvège et les États-Unis.

15Pays alpin par excellence, l’Autriche envoie régulièrement de fortes délégations aux Jeux d’hiver, mais a attendu 1960 pour se porter candidate. Depuis Innsbruck, plusieurs villes autrichiennes ont présenté leur dossier (Salzbourg, Graz, Klagenfurt), sans succès.

16Le CNO italien, créé en 1908 mais reconnu en 1915, a envoyé de fortes délégations aux Jeux qu’il a accueillis deux fois.

17Le CNO du Liechtenstein, pour être modeste, n’en récolte pas moins de belles moissons de médailles. Le plus récent, celui de Slovénie, prend progressivement sa place dans le concert des CNO alpins.

Tableau 2. Les CNO de l’arc alpin, de 1924 à 2010

Tableau 2. Les CNO de l’arc alpin, de 1924 à 2010
  • Nombre de médailles cumulées depuis 1924/effectif cumulé des délégations.

Source : Sebastiani, Holz.
Note *

18Les Alpes ont d’autres atouts : ce vaste territoire de 190 000 km2 est une montagne profondément humanisée : « nulle chaîne au monde ne peut se comparer aux Alpes. Nulle ne réunit comme elle la juste mesure de la grandeur » disaient Germaine et Pierre Veyret (Au cœur de l’Europe, les Alpes éd. Flammarion). Elles offrent 82 sommets à plus de 4 000 m, mais ne constituent pas pour autant un obstacle à la circulation et aux échanges. Depuis un siècle, elles gagnent constamment en attractivité, grâce à une économie dynamique et équilibrée, fondée sur le tourisme, mais aussi la production industrielle et l’élevage. Elles offrent surtout une gamme complète de villes, des stations de haute altitude aux grandes agglomérations, toutes assez proches les unes des autres, bien équipées et accessibles (figure 1).

19Il n’est pas étonnant que de 1924 à 2010, l’Europe ait déposé 62 % des dossiers de candidature et organisé la même proportion de Jeux d’hiver. Mais sur les 56 villes mondiales qui ont déposé ensemble pas moins de cent dossiers, les seules villes alpines représentent 25 % des villes requérantes et 51 % des villes hôtes. L’olympisme d’hiver est organiquement enraciné dans les Alpes.

Figure 1 – L’olympisme dans l’Arc alpin

Figure 1 – L’olympisme dans l’Arc alpin

Caractéristiques des villes olympiques alpines

20Les villes olympiques de l’arc alpin, étudiées sur une longue période de huit décennies, offrent un terrain d’observation privilégié des Jeux d’hiver et de leur évolution, nous autorisant à en dresser une typologie de portée générale. Cette classification historique des villes hôtes des Jeux se distingue de la méthode utilisée depuis 1999 par le CIO pour évaluer les dossiers de candidature : l’objectif est alors de déterminer le meilleur projet en donnant une note technique finale, orientant le choix définitif, lequel prend en considération d’autres paramètres. Notre objectif est différent : il ne s’agit pas de mesurer chaque événement pour lui-même à des fins de classement, mais d’observer des similitudes, des ruptures, des comportements différents d’une olympiade à l’autre, sur l’ensemble des critères décrivant l’organisation territoriale d’une édition des Jeux. Le total des points importe moins que l’identification de ces changements dans les systèmes d’organisation d’un territoire accueillant un évènement sportif mondial. Il est clair que les Jeux de Chamonix en 1924 n’ont rien à voir avec ceux de Turin en 2006 mais entre ces deux éditions, comment a évolué le « concept » ? Comment s’opère l’adaptation progressive de la réponse des villes hôtes aux changements, eux-mêmes commandés par l’évolution profonde des sociétés : problèmes sportifs (programme olympique plus lourds, délégation plus nombreuses), problèmes économiques (coût des équipements, des infrastructures), problèmes d’hébergement, de sécurité etc. L’olympisme change de dimension, on peut supposer que les sites d’accueil également. À chaque nouvelle édition, les conditions changent, imposant des adaptations aux villes candidates suivantes, dont le profil change imperceptiblement (figure 2).

21Afin d’établir cette classification, nous avons retenu 25 critères d’ordre géographique, économique, culturel, ou relevant de l’histoire des Jeux, regroupés en trois familles. Chaque critère fait l’objet d’une attribution de 0 à 6 points, selon les résultats.

22Les critères propres à la manifestation olympique : au nombre de onze (voir annexe 1), ils visent à montrer l’enracinement de la ville hôte dans le fait olympique, mais aussi la place relative qu’y tiennent les Jeux d’hiver ; par exemple, les éditions de St Moritz et de Garmisch-Partenkirchen ont une ‘couverture’ forte en accueillant respectivement 54 et 57 % des CNO représentés aux Jeux d’été de la même olympiade : la note attribuée est de 4 ; en revanche, les Jeux de Grenoble ne rassemblent que 33 % des CNO présents à Mexico, la note attribuée (1) est la plus faible des dix éditions. L’importance de l’engagement des CNO (effectif des délégations) est aussi à prendre en compte : pour les premiers Jeux, on ne compte que 17 athlètes par délégation en moyenne (note de 1), mais le ratio dépasse 30 dès les années 1960 (note 4). Semblables calculs concernent le nombre d’épreuves (peu nombreuses au début : note 1) jusqu’à 6 points pour Turin. La géographie des sites olympiques sportifs et extra-sportifs (nombre, dispersion dans l’espace) est prise en compte également, comme le type d’hébergement (des hôtels au village olympique), l’affluence des spectateurs, les budgets mobilisés, la couverture médiatique.

Figure 2 - Les facteurs généraux responsables du changement de type de ville organisatrice

Figure 2 - Les facteurs généraux responsables du changement de type de ville organisatrice

23Les six critères propres au facteur national concernent le rôle de la puissance publique (commune, régions, État) en matière d’aménagement du territoire ; les Jeux sont d’abord une affaire locale (note 1) jusqu’en 1960 (à l’exception de 1936, où ils apparaissent comme une répétition de ceux de Berlin) ; avec Grenoble, et a fortiori Turin, et l’implication d’un nombre d’acteurs plus important conduit à une note plus élevée (5).

24Les critères propres au facteur local sont au nombre de huit. La soumission aux conditions climatiques est encore forte à l’origine (Chamonix, St-Moritz : 1 point), mais peu à peu, on s’en affranchit grâce aux progrès techniques : neige artificielle, allongement des Jeux passant d’une à deux semaines, sites couverts, permettent une programmation plus souple et des reports en cas d’intempérie (3 à 4 points). En matière de site et de situation, on passe de Jeux enchâssés dans le massif montagneux et plus ou moins aisément accessibles (1 à 2 points), à des éditions situés dans des villes plus grandes et mieux desservies, souvent situées en porte d’entrée du système montagneux (3 à 4 points). En matière d’équipements sportifs, si la municipalité prend en charge les coûts de construction et de fonctionnement à l’origine entre 1928 et 1948 (1 point), l’extension du programme sportif impose la multiplication des opérateurs après les années 60 (4 points). Semblable évolution concerne l’hébergement.

25La méthode d’analyse retenue est celle de la transformation des notes en rang, décrite par C. Grasland (voir annexe 2).

26Les résultats de cette analyse sont riches d’enseignements. L’évolution est loin d’être linéaire, procédant par ruptures, parfois assez nettes. Le rôle des Jeux de 1936 est exemplaire à cet égard : la taille moyenne des délégations augmente brusquement ; l’introduction du ski alpin étoffe le programme olympique, imposant pour la suite, de nouvelles contraintes : désormais il faut disposer d’un important domaine skiable ; le succès populaire des Jeux, l’apparition de la radio, annoncent l’époque actuelle.

27Les Jeux de Cortina innovent aussi, avec cette fois, l’éloignement des sites (le lac de Misurina est situé à 12 km de la station) ; la distance moyenne des sites sportifs ou extra-sportifs n’a fait que croître depuis : à Innsbruck (1964), le Seefeld est à une vingtaine de kilomètres ; on est loin du regroupement des sites de Chamonix ou de St Moritz dans un rayon de 1,5 km ! les infrastructures de transport se développent (figure 3). À Cortina, le processus « d’artificialisation » des Jeux se poursuit : la patinoire principale est dotée, pour la première fois, d’un système de refroidissement artificiel de la glace.

28À Innsbruck, les Jeux restent encore de taille humaine ; pourtant de nouvelles modifications interviennent : la neige artificielle fait son apparition, la durée de la fête olympique s’accroît tout comme l’effectif des athlètes et journalistes, posant des problèmes d’hébergement.

29L’édition de 1968 marque une évolution plus nette encore : les budgets d’investissement, de fonctionnement s’envolent, les droits de retransmission télévisée aussi, le rôle de l’État devient décisif.

30Ainsi, pour chaque édition des Jeux, et pour chacun des aspects retenus, une évolution sensible ou forte est enregistrée.

31Les résultats font aussi apparaître quelques césures nettes dans la distribution des points. Un premier groupe constitué de Chamonix et St Moritz 1928 et 1948, s’isole aisément avec 3 points, les Jeux de Garmisch-Partenkirchen ont une ampleur particulière (4,3 points).

32Un autre ensemble est celui formé par les deux éditions autrichiennes et Grenoble, entre 1964 et 1976 (avec 6 à 6,8 points) : les Jeux ont franchi un palier, la transition étant assurée par Cortina en 1956 (4,5 points). Le dernier groupe est constitué par Albertville et Turin où les Jeux prennent l’ampleur qu’on leur connaît actuellement (8 à 8,78 points).

33Cette partition est, on le voit, partiellement commandée par le temps ; le système d’organisation territoriale des Jeux se modifie à mesure que le fait olympique s’amplifie.

Figure 3 - Les différentes phases d’évolution des infrastructures du transport pour les Jeux d’hiver

Figure 3 - Les différentes phases d’évolution des infrastructures du transport pour les Jeux d’hiver

QUATRE MODÈLES TERRITORIAUX D’ORGANISATION DES J.O DANS LES ALPES

34La combinaison des critères, sous l’angle évolutif et spatial, fait apparaître quatre modèles territoriaux d’organisation des Jeux, s’articulant imparfaitement aux diverses phases de leur évolution :

  • le premier modèle, historique, est celui des stations de sports d’hiver. Il s’impose de 1924 à 1956 dans les Alpes (et même 1960 avec Lake Placid) C’est la période de la reconnaissance puis de la confirmation des Jeux d’hiver ;
  • le 2e modèle est celui des villes moyennes intra ou péri-montagnardes (Innsbruck, Grenoble). L’organisation des Jeux est centrée sur une ville importante s’appuyant sur les ressources des massifs environnants. La rupture avec les stations est nette (taille, localisation, ampleur des manifestations et du budget...) ;
  • le 3e modèle, plus original, est celui de la petite ville (Albertville, mais aussi Lillehammer) caractérisé par une grande dispersion géographique des sites ;
  • le 4e modèle enfin est celui de la métropole de plaine (ou de piedmont) à forte assise démo-économique et politique, reliée à quelques stations, souvent éloignées. Inauguré par le choix de Sapporo pour 1940, il est illustré par Turin et Vancouver.

Tableau 3. Les quatre modèles de villes organisatrices des Jeux olympiques d’hiver

Tableau 3. Les quatre modèles de villes organisatrices des Jeux olympiques d’hiver
  • La population prise en compte est celle, approximative, de l’année olympique.

Type 1 : station de sports d’hiver ; Type 2 : grande ville intra/péri montagnarde ; Type 3 : petite ville ; Type 4 : métropole de plaine/piedmont.
Note *

35Il convient maintenant de caractériser plus en détail chacun des quatre modèles de villes organisatrices des Jeux, en sélectionnant plusieurs thèmes (taille de la ville, accessibilité, nombre, nature et localisation des sites olympiques, valorisation de l’héritage olympique – à l’exception des villages olympiques –).

Les stations

36Les stations de sports d’hiver sont historiquement le premier modèle de ville hôte ; c’est également celui retenu le plus fréquemment, mais peut-être aussi celui qui a le moins de chance d’être remis au goût du jour, en raison de l’importance prise désormais par les Jeux.

37Peu peuplées, nichées en altitude, elles offrent un écrin idéal pour les premiers Jeux d’hiver ; c’est d’ailleurs là que se pratiquent à l’origine nombre de sports d’hiver : bobsleigh, patinage, ski nordique puis alpin, saut à ski, curling etc. et que naissent les premiers clubs. En 1896, Henri Duhamel crée en Dauphiné le premier club de ski de France (« Ski Club des Alpes »). L’accessibilité à l’époque est exclusivement ferroviaire : « Mecque de l’alpinisme et du séjour aristocratique en montagne » selon G. Veyret-Vernet, Chamonix est desservie en 1901 (et la station du Fayet – St Gervais dès 1898) ; la compagnie PLM vante alors sur ses affiches publicitaires les 13 heures de trajet depuis la capitale. Elle a participé au financement de certains équipements sportifs pour les Jeux de 1924 (patinoire) et améliora la desserte depuis Lyon (accessible en... 7 heures) et Genève (3 heures). Dans la haute vallée de l’Engadine, St-Moritz, isolée du reste de la Suisse par des cols à plus de 2 000 m, connaît pourtant un développement antérieur à l’arrivée des chemins de fer. La création de l’office du tourisme, de la première compétition de skeleton et de curling remontent à 1864/1880, alors que la gare n’est construite qu’en 1904. Un tramway électrique et des funiculaires ont amélioré l’accès aux pistes, mais l’essor réel de la station s’opère grâce à la jonction des communes de la vallée au réseau privé des chemins de fer rhétiques (Rhätische-Bahn), notamment aux lignes de la Bernina (Chur-Lugano en 1910) et de l’Albula (Chur-St-Moritz en 1904 par le tunnel de l’Albula). Pour les Jeux de Garmisch-Partenkirchen, le transport des athlètes et des spectateurs s’est effectué essentiellement en train ; lors de la journée la plus fréquentée, pas moins de 131 000 personnes ont afflué à Garmisch, dont 75 000 venues en train. Au total, plus d’un demi-million de voyages furent effectués par le rail pendant les douze jours de compétition.

38Après la seconde guerre mondiale, le train reste encore un mode d’accès privilégié, mais dès Cortina on note l’importance des flux automobiles, qui ne cesseront de croître ultérieurement.

39Les Jeux dans les stations s’organisent dans un périmètre restreint : une douzaine de sites sportifs et extra-sportifs se pressent dans un rayon d’un kilomètre seulement, facilement accessibles à pied.

40Par la suite, les stations accueillent moins souvent les Jeux, devenus plus imposants et exigeant davantage d’espace, d’infrastructures et de financements ; les sites sportifs et extra-sportifs se multiplient, la distance moyenne s’accroît. (cf. tableau 4).

41Avec le temps, l’impact des Jeux sur les petites stations s’efface peu à peu. Sur le grand marché mondial des compétitions sportives, elles n’accueillent qu’une faible partie des évènements. Par exemple en ski alpin, les épreuves de notoriété mondiale se tiennent davantage à Kitzbühel (Autriche), Adelboden (Suisse) Madonna di Campiglio (Italie) ou Val d’Isère (France) qu’à Chamonix ou St Moritz, qui se replace cependant sur ce marché ; Garmisch en saut à ski garde sa notoriété.

Tableau 4. Les sites olympiques alpins

Tableau 4. Les sites olympiques alpins
  • § Sites de compétition, village olympique, stade de cérémonie, centres de médias.

Source : Sebastiani, Holz.
Note *§

Les grandes villes

42Après 1960, le format des Jeux change. La ville hôte dépasse souvent les 100 000 habitants, elle est intégrée à tous les réseaux de transport et aisément accessible (figure 4). Le chemin de fer est encore privilégié, et la desserte ferroviaire s’améliore ; mais surtout l’autoroute devient essentielle, et les programmes autoroutiers liés à l’arrivée des Jeux se multiplient. Le programme olympique s’est étoffé, conduisant à une dispersion progressive de sites ; un éclatement modéré cependant : le modèle de localisation des sites olympiques reste compact, car la grande ville hôte, bien équipée, peut en fixer une bonne partie : ainsi le centre de Grenoble en fixe cinq (stade des cérémonies, village olympique, centre des medias, et épreuves de patinage artistique, patinage de vitesse et hockey sur glace) alors que les 14 autres se répartis à l’Alpe d’Huez, Autrans, St Nizier de Moucherotte, Villars de Lans et Chamrousse). Un schéma comparable s’observe à Innsbruck (tableau 4).

43Les deux villes ont géré différemment la période de l’après-Jeux sur le plan sportif. On pourrait penser que la grande ville, aux capacités financières et techniques supérieures est avantagée par rapport aux stations de sport d’hiver, qui ne peuvent que difficilement gérer plusieurs grands évènements sportifs dans une même saison. En fait, le positionnement des grandes villes sur le marché des rendez-vous sportifs internationaux varie beaucoup, au gré des politiques locales (tableau 6).

44Curieusement, Grenoble ne s’est jamais imposée en France comme un pôle sportif d’envergure nationale. Les sports d’hiver ne tiennent pas une très grande place dans le programme des événements sportifs de la cité iséroise. Après les Jeux, elle n’a organisé que 21 épreuves internationales (tableau 5) en partie dans les sports de glace. Les Jeux de 1968 n’ont guère suscité une réutilisation intensive des équipements sportifs, ni un engouement local post-olympique particulier, hormis le hockey et le ski de fond. La politique sportive de la période post-olympique était loin d’être prioritaire dans le dossier initial. Ainsi le Palais des sports n’est plus utilisé pour les sports de glace, et réservé aux spectacles et manifestations diverses ; la patinoire de hockey du parc Mistral est fermée, une nouvelle structure construite par la communauté d’agglomération étant réservée en priorité aux clubs (370 licenciés environ) ; le tremplin de ski d’Autrans est à l’abandon, alors que la commune en comptait cinq en 1946. Celui de St-Nizier a été réutilisé, sans grand succès, avant de subir le même sort ; la piste de luge de Villars de Lans n’est plus utilisée, celle de l’Alpe d’Huez enfouie sous les remblais de construction...

Figure 4 - L’organisation des jeux dans les grandes villes : une ville mère et des sites annexes

Figure 4 - L’organisation des jeux dans les grandes villes : une ville mère et des sites annexes

45À Innsbruck en revanche, les sports d’hiver sont rois, et les évènements sportifs post-olympiques en moyenne annuelle cinq fois plus nombreux qu’à Grenoble. La valorisation du capital accumulé lors des Jeux (équipements, mais aussi image) est bien plus systématique et efficace. Certes, la ville autrichienne partage avec Grenoble une caractéristique, celle de la ville qui compte le moins de rendez-vous de ski alpin. Mais elle a su s’appuyer sur le secteur associatif pour valoriser durablement son image et regrouper dans un « Olympia World » des installations de saut à ski du Bergisel, la piste de luge et de bobsleigh d’Igls, la patinoire et l’anneau de vitesse, le nouveau stade de Tivoli ainsi qu’une nouvelle patinoire de 3 400 places en 2004. Une nouvelle opportunité d’utiliser ces installations se présente avec l’organisation des J.O.J d’hiver en 2012 dans la ville autrichienne. Le saut à ski est d’ailleurs devenu une affaire germano-autrichienne, puisque quatre villes (Obersdorf, Bischofshofen, Garmisch-Partenkirchen et Igls fixent le quart des compétitions mondiales depuis plusieurs décennies. Innsbruck offre ainsi un excellent exemple de gestion positive et efficace de l’héritage olympique.

Tableau 5. Répartition des compétitions sportives d’hiver organisées par les villes alpines de 1924 à 2004

Tableau 5. Répartition des compétitions sportives d’hiver organisées par les villes alpines de 1924 à 2004

Source : Sebastiani J.
Moyenne générale : nombre moyen annuel de compétitions organisées entre 1924 et 2004.
Moyenne post-olympique : compétitions organisées après l’accueil des J.O.

  • ** Jeux olympiques, Championnats du monde, Championnats du monde junior, Championnats d’Europe, Champ (...)

Tableau 6. Place des villes olympiques alpines sur le marché mondial de la compétition sportive hivernale** (1889-2002)

Tableau 6. Place des villes olympiques alpines sur le marché mondial de la compétition sportive hivernale** (1889-2002)

Source : Sebastiani J.

Les petites villes : l’exemple d’Albertville

46C’est la configuration la plus rare, avec seulement deux exemples, Albertville et Lillehammer, toutes deux comptant moins de 20 000 habitants. Le cas de la cité bavaroise de Garmisch Partenkirchen aurait pu rentrer dans ce modèle d’organisation territoriale, la ville comptant le même nombre d’habitants. Mais le principe d’organisation est différent, les Jeux sont concentrés et ce sont les hôtels de la ville qui ont logé les délégations. De plus Garmisch est une véritable station de sports d’hiver à la différence d’Albertville (figure 5).

47En Savoie le système retenu pour le déroulement des épreuves repose sur la multiplication des sites de compétition, que permet l’extraordinaire densité des stations de sports d’hiver dans la vallée de la Tarentaise, dont quelques-unes figurent parmi les plus grandes du monde : Tignes, Val d’Isère, Courchevel, Meribel, Les Ménuires, Val Thorens etc. La sous-préfecture savoyarde s’st ainsi appuyée sur une capacité d’accueil largement suffisante, déjà supérieure à 220 000 lits dix ans avant les Jeux !

48L’un des principaux inconvénients de cette stratégie est l’éclatement de l’offre olympique, la dispersion des sites, l’accroissement de la distance moyenne les séparant qui passe à 40 km, les problèmes de transport etc. La volonté de promotion touristique de l’ensemble des domaines skiables passait par cette dispersion. Les autres problèmes sont la multiplication des acteurs engagés dans cette opération, d’où une gouvernance difficile, les problèmes financiers rencontrés par de petites communes comme Pralognan-la-Vanoise (curling) ou Les Saisies (épreuves nordiques).

49Ce dispositif éclaté a obligé également les pouvoirs publics à améliorer considérablement l’infrastructure de transports. L’accès ferroviaire fut amélioré avec l’arrivée du TGV en pied de station à Bourg-St-Maurice et Moutiers ; une desserte cadencée fut mise en place pendant les Jeux. Toute la Tarentaise en a largement profité, en étendant sa zone de recrutement touristique jusqu’à Bruxelles puis Londres.

Figure 5 - L’organisation des jeux d’Alberville : un réseau de grandes stations

Figure 5 - L’organisation des jeux d’Alberville : un réseau de grandes stations

50Les Jeux furent aussi l’occasion d’arrimer Albertville, restée longtemps à l’écart, au réseau autoroutier rhône-alpin. Par ailleurs, les axes secondaires furent rénovés, l’État, les collectivités locales et la Société d’autoroute Rhône-Alpes prenant en charge le financement.

51L’aéroport du Bourget du Lac fut agrandi, tandis que la station de Courchevel, qui accueille les dirigeants de la famille olympique, se dote d’un héliport.

52L’utilisation des équipements sportifs après les Jeux est assez réussie : le tableau montre qu’Albertville fixe le maximum de compétions post-olympique parmi toutes les villes olympiques alpines. Il est vrai que cette position flatteuse est due largement à une hyperspécialisation en ski alpin, qui elle-même repose sur le potentiel naturel exceptionnel de la Tarentaise et des Trois Vallées. La réutilisation des autres équipements est cependant assez réussie comme le montrent les exemples qui suivent.

53À l’origine, Albertville ne disposait pas de stade pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux. On innova en construisant une infrastructure métallique provisoire – la plus grande de France à l’époque – démontée après les Jeux pour laisser place à un parc agrémenté de terrains de sport. De l’anneau de vitesse (en plein air) seule subsiste aujourd’hui la tribune : l’équipement a été reconverti en terrain de football ceint d’une piste d’athlétisme.

54La halle olympique fut construite à l’occasion des Jeux, pour un coût de 17,5 millions euros, dont 3 à la charge de la ville. À l’époque, le comité de candidature savait qu’il se heurtait à un grand défi, l’absence d’installations pour les sports de glace : ni patinoire, ni anneau de vitesse ! Cette situation reflète d’ailleurs la place marginale de ces sports en France : peu d’infrastructures, peu de clubs et de licenciés, peu de compétitions, bref une culture des sports de glace qui n’est pas comparable à celle de l’Allemagne, de la Suisse, de la Russie, de l’Amérique du Nord ou des pays scandinaves.

55Même si leur pratique fut relancée grâce à l’impact médiatique des Jeux, selon un processus désormais bien connu, il était indispensable, pour rentabiliser sinon pérenniser l’équipement, d’innover : on ouvrit la patinoire non seulement aux clubs mais au grand public et aux scolaires ; mais surtout, celle-ci fut transformée en halle multisports : la capacité d’accueil fut réduite à 3 000 places, et l’espace récupéré accueillit deux courts de tennis couverts, et un mur d’escalade ; par ailleurs, la halle accueillit d’autres manifestations, selon le modèle plus tardif du Stade de France : de 1993 à 2000, pour 43 galas de patinage et 58 manifestations sportives, la halle reçut 58 concerts, salons professionnels, expositions et spectacles divers. Cette politique de reconversion habile, le regain d’intérêt pour le hockey sur glace en France et l’implantation à Albertville d’un des deux centres nationaux de formation et d’entrainement des équipes de France de sports de glace, avec Grenoble, ont permis une réutilisation rationnelle de l’équipement.

56D’une manière générale, les Jeux ont permis à la Savoie de se doter d’équipements sportifs de haut niveau. La piste de bobsleigh, réalisée sur le site de la Roche dans un vallon en contrebas de la station de La Plagne a coûté 39,6 millions d’euros. Depuis 1993, elle connait une fréquentation régulière et soutenue : aux descentes sportives (bobsleigh, luge, skeleton) on a ajouté des descentes touristiques (mono-bob, taxi bob, bob-raft) qui assurent la majeure partie des 15 000 descentes annuelles ; six emplois permanents et 18 saisonniers ont été créés.

57Les subventions assurent 40 % du fonctionnement, mais le reste des recettes provient de l’exploitation touristique (31 %), des stages d’athlètes français (16 %) et étrangers (5 %) et des compétitions internationales (6 %). La piste de La Plagne figure parmi les vingt principales du monde, l’Allemagne en possédant quatre du même niveau, les Etats-Unis, l’Italie et l’Autriche deux, la Suède, la Lettonie, la Suisse et le Japon une.

58Le tremplin du saut à ski de Courchevel 1300, au hameau du Praz, fut également construit pour les Jeux (coût 17,8 millions euros). Il est utilisé régulièrement : le grand prix d’été accueille chaque année 10 à 15 000 spectateurs venus voir les meilleurs mondiaux (20e édition en 2010) ; les clubs locaux et l’équipe de France l’utilisent toute l’année. C’est un équipement complet (K 60, K 90, K 120 et depuis 2008 : K 25) qui s’intègre dans un complexe sportif comprenant une salle de musculation, un gymnase, une piscine, une patinoire, des courts de tennis... Le flux touristique important et le développement de cette discipline – très populaire en Allemagne, en Norvège ou en Finlande – mais encore confidentielle en France (moins de 300 licenciés) devraient assurer l’avenir de cet équipement.

59Pendant les Jeux, l’organisation du tournoi de hockey sur glace fut confiée à Méribel, qui ne possédait pourtant pas de patinoire couverte. La station s’est dotée d’un équipement de 9 millions d’euros édifié en contrebas du centre du village. Méribel a su profiter de la manifestation olympique pour mettre en place, simultanément, un programme de restru cturation de l’héritage des sites olympiques et du tissu urbain. Ainsi la capacité de la patinoire fut réduite après les Jeux de 6 000 à 1 500 places. Flanquée d’une piscine, d’un mur d’escalade, et de diverses activités (restaurant, boulodrome, garderie, salle de séminaire, centre médical, hammam, jacuzzi...), elle constitue un véritable pôle ludosportif très attractif pour les touristes. Dans le même temps, la municipalité engageait une politique d’urbanisme volontaire : piétonisation, développement des rues commerçantes, lutte contre le bruit, amélioration de l’hébergement. Candidate à l’organisation de la finale de la Coupe du monde de ski alpin en 2013, elle s’est vu pourtant préférer la station suisse de Lenzerheide.

La métropole olympique de plaine

60Avec l’élection de Sapporo (1,8 millions habitants) comme ville hôte des Ve Jeux olympiques d’hiver en 1940, bien qu’ils n’aient pas eu lieu, le CIO avait montré la voie aux grandes agglomérations millionnaires. Ce modèle a prévalu en 2002, 2006 et 2010, semblant s’imposer, mais pour 2014, c’est une grande ville russe, Sochi (338 000 habitants) qui est choisie. Au pied du Caucase (2 800 à 3 200 m), la station balnéaire de la Riviera russe a devancé une ville moyenne autrichienne (Salzbourg) et une petite ville sud-coréenne, Pyeongchang (43 700 hab.) ; ces trois villes requérantes se sont imposées pour le dernier tour devant deux stations de sport d’hiver (Borjomi 13 000 hab. en Géorgie et Jaca 12 000 hab. en Espagne) et deux métropoles de plaine : Almaty (Kazakhstan) 1,4 million hab. au pied du Tian Shan) et la capitale bulgare Sofia (1,4 million hab. également) au pied du Mt Vitocha (2 290 m). Il semble donc qu’aucun modèle ne s’impose vraiment : les seules règles stables paraissent être l’alternance entre les quatre modèles étudiés et l’alternance géographique. Pour 2018, c’est la petite ville (Pyeongchang) qui l’emporte face à une ville moyenne (Annecy) et une métropole de piémont (Munich).

61Le choix des métropoles s’expliquerait par les budgets très importants à mobiliser, pour les équipements et les capacités d’hébergement ; le modèle des Jeux d’hiver tendrait à s’aligner sur celui des olympiades estivales qui sont depuis longtemps organisées par des métropoles mondiales.

62Le principe d’organisation dans la métropole de plaine est relativement simple. Une partie du dispositif s’articule autour de la ville hôte, qui accueille le stade des cérémonies, les médias, une grande partie de l’hébergement et des épreuves de sports de glace (à Turin, le patinage de vitesse, le patinage artistique, le short track et le hockey). Les nombreuses manifestations parallèles (festival culturel, session du CIO, réception des sponsors...) sont organisées dans des structures adaptées présentes dans ces grandes villes. La seconde partie du dispositif est constituée d’une ou deux stations importantes reconnues internationalement et ayant déjà accueilli des compétitions internationales ; elles doivent être facilement accessibles et disposer d’hébergements complémentaires ; un ou deux autres sites peuvent être retenus pour la piste de bobsleigh ou le tremplin du saut à ski. La distance moyenne entre les sites et le centre ville s’accroît. Turin s’est largement appuyée sur Sestrières et des sites secondaires comme Pragelato, San Sicario ou Clavières (figure 6).

63À Vancouver (2010) on observe une semblable dichotomie entre sites de compétitions, villages olympiques, places de remise de médailles etc.

64Avec ce modèle la question de l’accès se pose différemment : les grandes cités sont des nœuds de réseaux de transports internationaux (aériens et ferroviaires), bien adaptés à la mondialisation progressive des Jeux d’hiver : une situation exactement à l’opposé des vieilles stations intramontagnardes. À Turin, l’aéroport international a été agrandi, la desserte de celui de Milan, plus important, améliorée. L’autoroute À 32 pénètre jusqu’au cœur du massif, et le réseau secondaire est de qualité.

65En revanche, l’accès aux divers sites, très éloignés les uns des autres, devient difficile et d’un « coût » environnemental élevé.

66Comme pour les Jeux d’été, une limite semble être atteinte.

Figure 6 - L’organisation des jeux de Turin : une métropole de plaine et des sites sportifs en montagne

Figure 6 - L’organisation des jeux de Turin : une métropole de plaine et des sites sportifs en montagne

CONCLUSION

67Nous nous sommes attachés dans cet article à comprendre et expliquer la transformation de l’organisation territoriale des Jeux d’hiver. Les changements qui ont affecté cet évènement, eux-mêmes commandés par diverses forces (évolution économique, sociale, géopolitique, montée des pratiques sportives médiatisation accrue des sports) ont conditionné le passage d’un type de ville organisatrice à l’autre.

68Dans une première phase, de 1924 à 1960, le nombre d’épreuves aux Jeux est limité (oscillant de 14 à 25), celui des athlètes journalistes et spectateurs également ; aussi les stations intramontagnardes de sports d’hiver sont-elles parfaitement adaptées à leur accueil. Peu à peu, le format des Jeux change ; en 1964 on passe déjà à 34 épreuves, et s’impose le modèle de la grande ville avec l’installation des Jeux en fond de vallée et l’appui de deux ou trois stations. À partir de 1988 s’opère un tournant vers des Jeux d’hiver plus imposants, de nouvelles pratiques sportives hivernales s’inscrivent dans le programme olympique : de Calgary à Vancouver, le nombre d’épreuves passe de 48 à 86, le nombre d’athlètes double, issus désormais de plus de 80 CNO.

69Ce glissement progressif d’un modèle de ville d’accueil à l’autre s’explique par trois raisons.

70Tout d’abord une indépendance de plus en plus marquée par rapport aux conditions climatiques et topographiques. La ville hôte n’accueille désormais que les épreuves de glace, qui grâce au progrès technique, ne nécessitent plus une localisation en haute montagne. Les villes requérantes sont à présent des villes de plaine s’appuyant sur deux ou trois stations de sports d’hiver dotées du relief et du climat nécessaires aux épreuves alpines et nordiques. Il y a là un parallèle intéressant avec les Jeux d’été : les éditions hivernales vont-elles devenir une manifestation urbaine, ne nécessitant qu’un site extérieur pour le ski, tout comme les Jeux d’été se délocalisent pour les épreuves de voile ?

71Une deuxième tendance découle du processus de développement de la pratique des sports d’hiver, qui n’est plus seulement réservée à une élite de sportsmen ou à quelques montagnards intrépides. L’essor du tourisme hivernal, la familiarisation du grand public avec les disciplines hivernales ont créé un bassin de clientèle élargie et un regain d’intérêt pour les Jeux d’hiver.

72Leur médiatisation, directement liée à la massification des pratiques hivernales évoquée, est une troisième tendance. Annonceurs et sponsors ont perçu l’intérêt que représente le sport pour véhiculer l’image de leur marque. Le mouvement olympique, comme pour les Jeux d’été, s’insère désormais dans de gros circuits de financement (on passe de financements modestes réalisés par la station à des opérateurs d’envergure : Régions, États, firmes multinationales). Cette hausse des ressources incite le mouvement olympique à développer son « produit » avec plus d’épreuves, de participants et d’équipements. Plus ces épreuves olympiques ont d’impact médiatique, plus les acteurs sont nombreux à vouloir s’y investir (équipementiers, stations jouant la carte d’une diversification de l’offre ludo-sportive pour les touristes...), plus la « région olympique » sur laquelle s’appuient les Jeux s’étend, dépassant largement et définitivement le cadre communal.

73Article rédigé d’après les éléments de la thèse de géographie de J. Sebastiani, soutenue en 2004 à l’Université de Franche-Comté et mis à jour par J.-M. Holz.

74SEBASTIANI Jocelin (2004) : les Jeux olympiques d’hiver dans les villes alpines : évolution, modalités d’organisation et conséquences territoriales. 573 p., 104 fig., 67 tabl., bibl. Directeurs de thèse : Pr. Jean Praîcheux (Besançon), Pr. Jean-Marc Holz (Perpignan). Jury : Pr. Pierre Arnaud (Lyon I), Pr. J.-P. Augustin (Bordeaux III), Pr. J.-M. Dewailly (Lyon II), M. Alain Gelès, Président de la Fédération Française de Pentathlon Moderne.

Annexes

ANNEXE 1. Critères de classification historique de l’évolution des villes organisatrices des Jeux d’hiver dans l’arc alpin

I. Facteurs relavant du niveau d’analyse « Jeux olympiques »

1. Nombre de pays participants (les CNO)

2. Nombre d’athlètes par délégation

3. Nombre de sites de compétition

4. Nombre de sports et de disciplines présents

5. Localisation des sites par rapport à la ville hôte

6. Nature des sites de compétition

7. Types d’hébergement

8. Affluence des spectateurs (succès des Jeux et capacités des équipements)

9. Budget des Comités d’organisation

10. Montant des droits de retransmission télévisée

11. Importance du type de couverture médiatique

II. Facteurs relevant du niveau d’analyse « national »

12. Données géographiques générales

13. Population

14. Données socio-économiques

15. Système politique et administratif

16. Législation en matière d’infrastructure

17. Type et qualité des réseaux de transport

18. Tradition dans l’organisation de manifestations sportives

19. Tradition dans la pratique sportive

20. Équipements et personnels de santé, télécommunications, sécurité

III. Facteurs relevant du niveau d’analyse « local »

21. Données climatiques environnementales

22. Site, situation géographique de la ville hôte et des sites

23. Économie locale

24. Propriété des équipements sportifs

25. Mode de gestion des équipements

26. Plans d’urbanisme

27. Capacité hôtelière locale et régionale

28. Types et qualité des réseaux de transport

29. Expérience dans l’organisation de manifestations sportives

30. Tradition dans la pratique sportive

31. Équipements de santé, télécommunications, sécurité

Source : Sebastiani J., p. 93.

ANNEXE 2. La transformation des notes en rangs

Source : Sebastiani J., p. 99.

ANNEXE 3. Évolution des Jeux olympiques d’hiver de 1924 à 2010

Notes de fin

* Périmètre de la convention alpine, nd : non disponible.

Nombre de médailles cumulées depuis 1924/effectif cumulé des délégations.

La population prise en compte est celle, approximative, de l’année olympique.

§ Sites de compétition, village olympique, stade de cérémonie, centres de médias.

** Jeux olympiques, Championnats du monde, Championnats du monde junior, Championnats d’Europe, Championnats d’Europe junior, Continental Cup, compétitions de la FIS.

†† Afrique et Océanie.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Superficie des massifs alpins par pays*
Légende Source : Sebastiani J., www cipra.org.Note **
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Tableau 2. Les CNO de l’arc alpin, de 1924 à 2010
Légende Source : Sebastiani, Holz.Note *
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 1 – L’olympisme dans l’Arc alpin
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
Titre Figure 2 - Les facteurs généraux responsables du changement de type de ville organisatrice
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 - Les différentes phases d’évolution des infrastructures du transport pour les Jeux d’hiver
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 3. Les quatre modèles de villes organisatrices des Jeux olympiques d’hiver
Légende Type 1 : station de sports d’hiver ; Type 2 : grande ville intra/péri montagnarde ; Type 3 : petite ville ; Type 4 : métropole de plaine/piedmont.Note *
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Tableau 4. Les sites olympiques alpins
Légende Source : Sebastiani, Holz.Note *§
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4 - L’organisation des jeux dans les grandes villes : une ville mère et des sites annexes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Tableau 5. Répartition des compétitions sportives d’hiver organisées par les villes alpines de 1924 à 2004
Légende Source : Sebastiani J.Moyenne générale : nombre moyen annuel de compétitions organisées entre 1924 et 2004.Moyenne post-olympique : compétitions organisées après l’accueil des J.O.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 6. Place des villes olympiques alpines sur le marché mondial de la compétition sportive hivernale** (1889-2002)
Légende Source : Sebastiani J.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 5 - L’organisation des jeux d’Alberville : un réseau de grandes stations
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Figure 6 - L’organisation des jeux de Turin : une métropole de plaine et des sites sportifs en montagne
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Source : Sebastiani J., p. 99.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Source : CIO.Note *††
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/572/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 282k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search