Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

Abimélech : le singulier dormant des Paralipomènes de Jérémie le Prophète

Jean Riaud

Texte intégral

  • 1 Les Paralipomènes de Jérémie le Prophète ou Paralipomena Jeremiae Prophetae que ni E. Kautzsch ni R (...)
  • 2 V, 1 VI, 8.
  • 3 III, 9.
  • 4 Jr 38, 1-13 ; LXX : 45, 1 13
  • 5 Jr 39, 15-18 ; LXX : 46, 15-18.

1Les Paralipomènes de Jérémie,1 texte juif tardivement remanié en contexte chrétien, contiennent un très long développement légendaire2 sur un personnage nommé “Abimélech, l’Ethiopien”3. Ce personnage n’est autre que l’Ebed-Melech mentionné dans le livre canonique de Jérémie, où l’on raconte qu’il a retiré le Prophète de la citerne de Malkiyyahu, dans laquelle il avait été jeté4. Pour l’avoir sauvé d’une mort certaine, Jérémie avait fait à l’Ebed-Melech une promesse de salut5. Sur l’ordre de Dieu (YHWH), il lui avait déclaré : “Oui, assurément je te ferai échapper tu ne tomberas pas sous l’épée, tu auras ta vie comme butin”.

  • 6 III, 15-16.
  • 7 V, 1.
  • 8 V, 1
  • 9 V, 2.

2Le récit des Paralipomènes commente, en la précisant, cette promesse de salut ; il relate comment elle se réalise sous la forme d’un long sommeil de soixante-six ans. Envoyé par Jérémie, juste avant la destruction de Jérusalem par Nabuchodonosor et la déportation du peuple à Babylone (en 587/6), pour cueillir des figues dans la propriété d’Agrippa6, Abimélech, sa mission accomplie, revient vers Jérusalem, “sous une chaleur ardente”. Fatigué, il s’asseoit à l’ombre d’un arbre “pour prendre un peu de repos”7 ; la tête appuyée sur le panier de figues, il s’endort et dort soixante-six ans “sans être tiré de son sommeil”, ajoute 1’auteur8 qui, se gardant bien d’insister sur la longueur démesurée de ce sommeil, s’emploie à la faire oublier en prêtant à Abimélech une série de réflexions qui ne manquent pas d’humour, sur ce qu’il appelle “le petit moment” pendant lequel il a eu un sommeil agréable. “J’ai eu, lui fait-il dire à son réveil, un sommeil agréable, mais ma tête est lourde, parce que je n ‘ ai pas assez dormi”9.

  • 10 VI, 5 ; cf. V, 3.26
  • 11 V, 4-5.

3L’illusion d’Abimélech est renforcée par la découverte des figues qu’il a cueillies ; celles-ci ne sont ni “ratatinées ni puantes, mais elles distillent du suc”10. Rien ne presse donc Abimélech. Aussi prolongerait-il volontiers un repos qu’il juge trop court : “Je voudrais bien dormir un peu, car ma tête est lourde, se dit-il, mais je crains que si je m’endors et mets du temps à me réveiller, mon père, Jérémie, n’ait mauvaise opinion de moi. Car s’il n’avait pas été pressé, il ne m’aurait pas envoyé aujourd’hui, de bon matin”11.

  • 12 V, 8-11.

4Abimélech est si intimement persuadé qu’il n’a pris que quelques instants de repos que, lorsqu’il rentre dans Jérusalem et ne la reconnaît pas, il s’écrie : “Béni soit le Seigneur, car une grande torpeur (ἔϰστασις) est tombée sur moi aujourd’hui ! Ce n’est pas la ville. Je me suis trompé de chemin, parce que je suis venu par la route de la montagne, à mon réveil. Et comme ma tête est lourde, parce que je n’ai pas assez dormi, je me suis trompé de chemin. Jérémie aura lieu de s’étonner si je lui dis que je me suis égaré”12.

  • 13 V, 31.
  • 14 V, 32.
  • 15 V, 32.

5C’est par l’entremise d’un vieil homme qui revient des champs que le Seigneur délivre Abimélech de sa torpeur. Ce vieil homme lui explique ce qui s’est passé à Jérusalem, il y a soixante-six ans. Abimélech, toujours persuadé qu’il n’a pris que quelques instants de repos, ne comprend rien, et montre à son interlocuteur les figues que, pense-t-il, il vient de cueillir. Mais, lui rétorque le vieil homme, “pour que tu saches, mon enfant, que ce que je dis est vrai, regarde dans le champ et vois : la croissance des végétaux s’est manifestée. Quant aux figues, vois aussi que ce n’est pas leur saison et comprends”13. Abimélech comprend et rend grâces à Dieu : “Béni sois-tu Seigneur, Dieu du ciel et de la terre, repos (ἀνάπαυσις) des âmes des justes en tout lieu”14. Et il donne quelques figues au vieil homme en formulant ce souhait “Que Dieu illumine ta route vers la ville d'en haut, Jérusalem”15.

  • 16 IV, 11.
  • 17 VI, 1-7.
  • 18 VI, 12-23
  • 19 VII, 17.
  • 20 VIII, 2.
  • 21 VIII, 8.
  • 22 IX, 1-7.
  • 23 IX, 10-32.Sur cette “double mort” de Jérémie, voir notre article : “Jérémie, martyr chrétien. Paral (...)

6Délivré de sa torpeur, Abimélech est conduit par un ange au tombeau dans lequel s’était réfugié Baruch, l’autre disciple de Jérémie, après la destruction de Jérusalem16. Baruch comprend le sens du miracle des figues17 et, sur l’ordre de Dieu, adresse une lettre à Jérémie par l’intermédiaire d’un aigle18. En arrivant à Babylone, l’aigle qui porte la lettre attachée à son cou ainsi que quinze figues du panier d’Abimélech, croise un enterrement conduit par Jérémie. Il descend sur le cadavre qui reprend vie19. La lettre apportée par l’aigle est lue par Jérémie au peuple : que les exilés qui ont un conjoint étranger l’abandonnent avant de regagner Jérusalem20. Certains refusent et fondent Samarie21. Ceux qui ont accepté les conditions du retour offrent des sacrifices pour le peuple pendant neuf jours. Le dixième jour, Jérémie offre seul le sacrifice. A la fin de celui-ci, il meurt22. Cette mort n’est qu’apparente. Jérémie ressuscite au bout de trois jours et se met à annoncer “le Fils de Dieu qui nous réveille, Jésus-Christ”. Il est alors lapidé par les Juifs23.

  • 24 Taanith 23 a.
  • 25 Taanith III 9 (8), 66 d.
  • 26 Cf. Diogène Laërce, Vie des philosophes, I, par. 109-110.
  • 27 Histoire de la Captivité de Babylone, II, s. l. s. d., pp. 115-121.
  • 28 Ibid., p. 121.
  • 29 Sur ce chiffre, voir G. Delling, Jüdische Lehre und Frömmigkeit in den Paralipomena Jererniae, BZAW (...)

7Ce récit qui relève d’une littérature bien connue, celle des légendes de long sommeil, a été souvent rapproché de deux autres récits : l’un qui concerne Honi, “le faiseur de cercles”, a été conservé sous deux formes différentes dans le Talmud de Babylone24 et dans celui de Jérusalem25 ; l’autre, d’origine grecque, est la légende d’Epiménide de Crète26. Comme l’a montré J.-M. Rosenstiehl27, il est fort probable que le long sommeil d’Epiménide a servi de modèle à celui d’Abimélech dans une légende de Jérémie28. Abimélech, à l’instar d’Epiménide, a franchi les frontières du temps : l’un et l’autre, au terme d’un long sommeil, sont demeurés jeunes ; les ans - cinquante-sept pour le premier, soixante-six pour le second29, n’ont point altéré leurs traits.

  • 30 I-IV
  • 31 III, 8. 10. 11 ; IV, 8.
  • 32 VI-1X.
  • 33 IX, 1-6.

8Mais quelle est la signification de ce long sommeil dans les Paralipomènes de Jérémie le Prophète, dont le cadre est la prise de Jérusalem par le roi des Chaldéens, Nabuchodonosor, l'exil à Babylone, et le retour dans la ville sainte, et le thème principal, ce retour très précisément ? Présent dans la première partie des Paralipomènes30 sous forme de promesses répétées31, ce thème devient dominant dans la troisième partie32 dans laquelle sont longuement décrites l’annonce du retour et sa réalisation avec la célébration du culte à Jérusalem, à l’emplacement du Temple33.

  • 34 III, 8.
  • 35 Ps 126, 1. L’auteur des Paralipomènes ne cite pas ce psaume ; la seule citation explicite qu’il fai (...)
  • 36 Nous avons présenté cette interprétation dans « Abimélech, personnageclé des Paralipomena Jeremiae  (...)
  • 37 Nous avions suggéré cette interprétation dans notre thèse Paralipomena Jeremiae Prophetae. Introduc (...)
  • 38 Blâmé par le grammairien Phrynicus (cf. W. Gunion Rutherford, The new Phrynicus being a revised Tex (...)

9Chose curieuse, des longues années d’exil à Babylone, dont la description devrait constituer la seconde partie des Paralipomènes, il n’est pratiquement pas question ; elles sont remplacées par le récit du très long sommeil d’Abimélech, qui ne dure qu’un instant. En procédant ainsi, l’auteur a-t-il voulu signifier que l’épreuve du peuple “bien-aimé”34, l’exil, passerait aussi rapidement que la “torpeur” d’Abimélech, et disparaîtrait comme un mauvais rêve de sa conscience au point que les captifs pourraient s’écrier : “Quand YHWH ramena les captifs de Sion, nous étions comme des gens qui rêvent”35. Cette interprétation que l’on ne saurait éliminer36 ne doit pas cependant en voiler une autre, plus profonde, qui se laisse percevoir au travers du vocabulaire utilisé par l’auteur, et que confirme l’interprétation du “miracle” des figues donnée par Baruch37. Celle-ci : le récit du long sommeil d’Abimélech est un theologoumenon de la résurrection des juste38.

  • 39 V, 8. 14. 16. 30.
  • 40 cf. Gn 2, 21 ; 15, 12 ; I S 26, 12 ; Jb 4, 13.
  • 41 30 ; cf. III, 10. 15
  • 42 V, 32.
  • 43 Ex 16, 23.
  • 44 Jb 21, 13 ; Si 30, 17 ; 38, 23.
  • 45 Sg 4, 7 ; cf. 3, 1..
  • 46 Sur ce souhait d’Abimélech et sur l’identification de “la ville d’en haut, Jérusalem” à la Jérusale (...)
  • 47 V, 34.

10“Se reposer” (ἀναπαύω), “incliner la tête” (ϰλίνω τὴν ϰεϕαλήν), “dormir” (ὑπνόω ; ϰοιμάω), tous ces termes peuvent par euphémisme désigner le sommeil de la mort, comme “se réveiller” (ἐξυπνίζω ; ἐγείρω)39. La résurrection. Quant au mot “torpeur” (ἔϰστασις), plusieurs fois mis sur les lèvres d’Abimélech39, il caractérise l’état d’un sujet tellement privé de ses facultés qu’il a l’apparence d’un mort40. Il est significatif qu’après sa rencontre avec le vieil homme qui lui révèle la protection divine dont il a été l’objet41, Abimélech n’emploie plus ce terme pour qualifier son sommeil, mais celui de “repos” (ἀνάπαυσις). “Béni sois-tu, s’écrie-t-il, Seigneur, Dieu du ciel et de la terre, repos des âmes des justes en tout lieu”42. La Septante utilise ce terme à propos du repos sabbatique43, du repos inerte de la mort44, mais aussi de l’état de paix et de bonheur que connaît le juste après sa mort45. C’est ce dernier sens qu’il a dans les Paralipomènes qui précisent que le lieu de ce repos est la Jérusalem céleste vers laquelle, grâce à la lumière de sa Loi, Dieu accompagne le juste. “Que Dieu illumine ta route vers la ville d’en haut, Jérusalem”, souhaite Abimélech46 au vieil homme, et il lui remet quelques-unes des figues qu’il a cueillies soixante-six ans auparavant47.

  • 48 VI, 5 ; cf. V, 3. 26. 28.
  • 49 Le terme μισθαποδοσία, se trouve dans l’Epître aux Hébreux, 10, 35 (cf. 2, 2 ; 11,26).
  • 50 VI, 2-3. Sur l’expression “maison de chair”, voir G. Delling, op. cit., n. 8, p. 56 ; elle doit êtr (...)
  • 51 Dans les manuscrits A, B, P, skenoma est précédé de la préposition ὲϰ (hors de) et de ὲϰ (dans) dan (...)
  • 52 VI, 5-7.
  • 53 cf. VI, 8.
  • 54 Abimélech n’a pas vieilli : le vieil homme l’appelle “mon fils” (V, 30), “mon enfant” (V, 31). Baru (...)

11Ces figues qui ne sont “ni ratatinées ni puantes, mais distillent du suc”48, Baruch donne la signification de leur conservation. En les découvrant dans le panier d’Abimélech qui l’a rejoint dans son “tombeau”( !), Baruch affirme sa foi en Dieu rémunérateur. “Il est, déclare-t-il, un Dieu qui récompense ses justes”49, et il invite son cœur à se réjouir dans sa “tente”, c’est-à-dire, précise-t-il, “dans sa maison de chair”50. La rémunération qui provoque cette joie, est l’immortalité promise au corps, comme la suite de la confession le laisse clairement entendre : “Il vient en effet, le Puissant, et il t’emportera dans ta tente” (ἐν τῷ σϰηνώματι σοῦ).51 De cette immortalité, les figues sont le symbole, comme le montre l’invitation que Baruch adresse à sa chair : “Regarde, lui dit-il, ce panier de figues ; elles ont passé soixante-six ans et ne sont ni ratatinées ni puantes, mais elles distillent du suc. Ainsi en sera-t-il de toi, ma chair, si tu fais ce qui t’est commandé par l’ange de justice. Celui qui a gardé le panier de figues te gardera à nouveau par sa puissance”52. Comme les figues miraculeusement conservées, signe de la protection dont a été l’objet Abimélech53 qui n’a pas changé durant les soixante-six années de son sommeil,54 le corps du juste ne saurait être détruit par la mort ; il est “emporté par le Puissant” dans l’au-delà.

  • 55 L’aigle qui symbolise Dieu dans la Bible (Ex 19, 14 ; Dt 32, 11), est aussi le symbole de l’éternel (...)
  • 56 VII, 8.
  • 57 cf. VII, 16-17.
  • 58 IX, 3.
  • 59 cf. II R 2, 9-11 ; Si 48, 9 ; 49, 14 ; I M 2, 58. Ce verbe est employé pour exprimer l’exaltation o (...)

12Cette idée se retrouve dans la suite des Paralipomènes : dans l’épisode de l’aigle55 qui, porteur du courrier de Baruch et de quinze figues du panier d’Abimélech56, descend sur le cadavre que Jérémie conduit en terre ; ce cadavre reprend vie57. Elle est aussi, clairement exprimée, dans la prière que le Prophète prononce, lorsqu’au retour à Jérusalem, le dixième jour, il offre seul un sacrifice : “Saint, saint, saint, prie-t-il, parfum des arbres vivants, vraie lumière qui m’illumine jusqu’à ce que je sois enlevé près de toi, au-delà de la douce voix des deux Séraphins”58. Le verbe “enlever” (ἀναλαμβάνεσθαι), mis sur les lèvres de Jérémie, est le terminus technicus habituellement utilisé pour signifier l’enlèvement d’une créature humaine dans les lieux59 célestes.

  • 60 cf. III, 10 ; VI, 8.
  • 61 III, 8.
  • 62 Cf. notre article : “La figure de Jérémie dans les Paralipomena Jeremiae, Mélanges bibliques et or (...)
  • 63 L’auteur évoque seulement la traversée du Jourdain (cf. VIII, 3-5).
  • 64 1, 5 ; cf. IV, 7.
  • 65 cf. III, 10 ; IV, 8 ; VI, 13. 22 ; VII 3. 5 ; IX, 1.
  • 66 VI, 14. 22 ; VII, 22 ; VIII, 1-5.
  • 67 V, 34.
  • 68 V, 30.
  • 69 VI, 6, X, 5. Michel est associé au don de la Loi (cf Jub 1, 27 ; Dt R 11, 16) ; il accompagne Dieu (...)
  • 70 IX, 5. Michel assume les fonctions de portier dans III Baruch XI, 2, le Testament de Lévi, V, 1 et (...)
  • 71 VIII, 1-8.
  • 72 VIII, 1-8. Le terme ὑψηλός, dans la Septante, désigne le ciel (Es 32, 15 ; Jr 32, 30 ; Ps 92, 4 ; 1 (...)

13Cette constatation conduit à se demander si le retour de l’exil dont le réveil d’Abimélech marque la fin60 n’est pas, aux yeux de l’auteur des Paralipomènes, le symbole du “rassemblement” du peuple “bien-aimé”61 dans la Jérusalem céleste. Car lorsqu’il parle de ce retour qu’il présente comme un Nouvel Exode sous la conduite d’un Nouveau Moïse, Jérémie,62 il ne mentionne pour ainsi dire pas l’entrée en Terre Promise,63 mais porte toute son attention sur Jérusalem, la “ville élue”, la sainte ville de Dieu”64 dans laquelle le peuple doit revenir65. Mais il ne peut y entrer que s’il se sépare des païens66. Autrement dit, pour être reçu dans “la ville d’en haut, Jérusalem”67, il faut être “juste”68, c’est-à-dire faire “ce qui est commandé par l’ange” ou “l’archange de justice, Michel”69 qui est le “portier” de cette ville70. Même les dissidents, ceux qui ont refusé de se séparer des païens, et, en désespoir de cause, ont fondé “Samarie, loin de Jérusalem”71, pourraient, s’ils se convertissaient, être conduits, eux aussi, par l’ange de justice “à leur lieu élevé (τòν ὑψηλòν), c’est-à-dire être introduits dans la Jérusalem céleste.72

  • 73 J. LICHT, art. cit., 66.
  • 74 V, 30.
  • 75 VI, 18
  • 76 VI, 18

14Il est admis que les Paralipomènes de Jérémie le Prophète sont une “haggadah sur la destruction du premier Temple et le retour à Sion”73. Le récit du long sommeil d’Abimélech, le “juste”74, protégé par Dieu, donne la clef de cette haggadah, paraphrase biblique qui est une haggadah geoula, une haggadah de la délivrance ; elle annonce en effet que la destinée des justes ne s’achève pas avec la mort qui ne saurait détruire leurs corps, mais en Dieu, “le Dieu de l’alliance avec les pères, Abraham, Isaac et Jacob”75, qui est leur “repos”76.

Notes

1 Les Paralipomènes de Jérémie le Prophète ou Paralipomena Jeremiae Prophetae que ni E. Kautzsch ni R. H. Charles n’avaient accueillis dans leurs célèbres recueils, ont reçu ou vont recevoir l’hospitalité dans les grandes collections des “Ecrits intertestamentaiies”, déjà publiées ou en voie de l’être. Mentionnons : L. Vegas Montaner, Paralipomenos de Jeremias, dans A. Diez Macho,Apocrifos del Antigua Testamento, II, Madrid, 1982, pp. 355-383 ; R. Thorill, The Paraleipomena of Jeremiah, dans The Apocryphal Old Testament, edited by H. F. D. Sparks, Oxford, 1984, pp. 813-833 ; S. F,. Robinson, 4 Baruch, dans The Old Testament Pseudepigrapha, edited by James H. CharlesWorth, II,Londres, 1985, pp. 413-425 ; J. Riaud, Paralipomènes de Jérémie, dans La Bible. Ecrits intertestamentaires, Edition publiée sous la direction d’André Dupont-Sommer et Marc Philonenko, Bibliothèque de La Pléiade, Paris, 1987, pp. 1733-1763. C’est cette traduction que nous citons ; elle repose sur l’édition par J. Rendel Harris du texte grec (The Rest of the Words of Baruch : A Christian Apocalypse of the Year 136 A. D. The Text revised with an Introduction, Londres, 1889). Le texte est conservé en grec, éthiopien, arménien et slave.

2 V, 1 VI, 8.

3 III, 9.

4 Jr 38, 1-13 ; LXX : 45, 1 13

5 Jr 39, 15-18 ; LXX : 46, 15-18.

6 III, 15-16.

7 V, 1.

8 V, 1

9 V, 2.

10 VI, 5 ; cf. V, 3.26

11 V, 4-5.

12 V, 8-11.

13 V, 31.

14 V, 32.

15 V, 32.

16 IV, 11.

17 VI, 1-7.

18 VI, 12-23

19 VII, 17.

20 VIII, 2.

21 VIII, 8.

22 IX, 1-7.

23 IX, 10-32.Sur cette “double mort” de Jérémie, voir notre article : “Jérémie, martyr chrétien. Paralipomènes de Jérémie, IX, 7-32”, dans Κεχαριτωμένη Mélanges René Laurentin, Paris, 1990, pp. 231-235.

24 Taanith 23 a.

25 Taanith III 9 (8), 66 d.

26 Cf. Diogène Laërce, Vie des philosophes, I, par. 109-110.

27 Histoire de la Captivité de Babylone, II, s. l. s. d., pp. 115-121.

28 Ibid., p. 121.

29 Sur ce chiffre, voir G. Delling, Jüdische Lehre und Frömmigkeit in den Paralipomena Jererniae, BZAW, 100, Berlin, 1967, p. 9

30 I-IV

31 III, 8. 10. 11 ; IV, 8.

32 VI-1X.

33 IX, 1-6.

34 III, 8.

35 Ps 126, 1. L’auteur des Paralipomènes ne cite pas ce psaume ; la seule citation explicite qu’il fait de l’Ecriture (VII, 29), est le Ps 137 (LXX : 136), 3-4.

36 Nous avons présenté cette interprétation dans « Abimélech, personnageclé des Paralipomena Jeremiae ? » Dialogues (l'Histoire Ancienne, 7, 1981, pp. 163-178 Cf. J. LICHT, « Le Livre des Actes de Jérémie » (en hébreu), Annual of bar-Ilan University : Studies in Judaica and the Humanities I = Pinkhos Ghurgin Memorial Volume, Jerusalem, 1963, pp. 66-72.

37 Nous avions suggéré cette interprétation dans notre thèse Paralipomena Jeremiae Prophetae. Introduction, Texte, Traduction et Commentaire (à paraître dans les Cahiers du Centre de Linguistique et de Littérature Religieuses, Université Catholique de l’Ouest, Angers). Sur cette interprétation, voir M. Philonenko,”Les Paralipomènes de Jérémie et la traduction de Symmaque”, RHPhR, 64, 2, 1984, p. 145.

38 Blâmé par le grammairien Phrynicus (cf. W. Gunion Rutherford, The new Phrynicus being a revised Text of the Ecloga of the Grammarian Phrynicus with Introduction and Commentary, Londres, 1881, p. 305), le verbe ἐξυπνίζω, est employé trois fois dans la Septante pour traduire yâqas, “se réveiller” et huit fois chez Symmaque (voir notamment Jr 31, 26 que M. Philonenko (art. cit., p. 145) considère comme la source scripturaire de ParJer V, 1-34). On retrouve ce verbe en Jn 11, 11 où il est associé à ϰοιμάω, dans le Testament d'Abraham B, VI et dans les Testaments de Lévi, VIII, 18 et de Juda, XXV, 4.Dans ce dernier texte, il a le sens de “ressusciter” (cf. H. C. C. Cavallin, Life after Death. Paul’s Argument for the Resurrection of the Dead in I Cor 15. Part I : An Enquiry into the Jewish Background, CB. NT 7 : 1, Lund, 1974, 54 ; A. Hulgard, L’eschatologie des Testaments des Douze Patriarches, I, Interprétation des textes, Uppsala, 1977, pp. 241-242.

39 V, 8. 14. 16. 30.

40 cf. Gn 2, 21 ; 15, 12 ; I S 26, 12 ; Jb 4, 13.

41 30 ; cf. III, 10. 15

42 V, 32.

43 Ex 16, 23.

44 Jb 21, 13 ; Si 30, 17 ; 38, 23.

45 Sg 4, 7 ; cf. 3, 1..

46 Sur ce souhait d’Abimélech et sur l’identification de “la ville d’en haut, Jérusalem” à la Jérusalem céleste, voir U. Fischer, Eschatologie und Jenseitserwartung im hellenistischen Diasporajudentum, BZNW, 44, Berlin - New York, 1978, p. 121.

47 V, 34.

48 VI, 5 ; cf. V, 3. 26. 28.

49 Le terme μισθαποδοσία, se trouve dans l’Epître aux Hébreux, 10, 35 (cf. 2, 2 ; 11,26).

50 VI, 2-3. Sur l’expression “maison de chair”, voir G. Delling, op. cit., n. 8, p. 56 ; elle doit être rapproché de “corps de chair” que l’on trouve dans Si 23, 17 (version grecque) ; Col 1, 21-22 ; 2, 11 ; I QpHab IX, 2 ; 4 QpNah ; Hénoch CII, 4-5. Cf. M. Philonenko, “Sur l’expression “corps de chair” dans le Commentaire d'Habacuc”, Sem., V, 1955, pp. 39-40J. Carmignac, Le Docteur de Justice et Jésus-Christ, Paris, 1957, pp. 22-24.

51 Dans les manuscrits A, B, P, skenoma est précédé de la préposition ὲϰ (hors de) et de ὲϰ (dans) dans le manuscrit C et la version éthiopienne. On s’étonne que que J. Rendel Harris qui accordait une grande confiance au manuscrit C et à la versionne éthiopienne, n’ait pas retenu la leçon de C ; il a préféré celle de A et B.A tort, nous semble-t-il, car cette leçon ne s’accorde pas avec la suite de la prière de Baruch. Dans l’édition éclectique provisoire qu’ils ont donnée des Paralipomènes (Paraleipomena Jeremiou. Texts and Translations I, Pseudepigrapha Series, Missoula, 1972), Robert A. Kraft et Ann-Elizabeth Purintun ont adopté la leçon C et la version éthiopienne.

52 VI, 5-7.

53 cf. VI, 8.

54 Abimélech n’a pas vieilli : le vieil homme l’appelle “mon fils” (V, 30), “mon enfant” (V, 31). Baruch et Abimélech se reconnaissent immédiatement, comme s’ils s’étaient quittés la veille.

55 L’aigle qui symbolise Dieu dans la Bible (Ex 19, 14 ; Dt 32, 11), est aussi le symbole de l’éternelle jeunesse, de la vie qui se renouvelle (Es 40, 31 ; Ps 103, 5).

56 VII, 8.

57 cf. VII, 16-17.

58 IX, 3.

59 cf. II R 2, 9-11 ; Si 48, 9 ; 49, 14 ; I M 2, 58. Ce verbe est employé pour exprimer l’exaltation ou l’ascension du Christ (Mc 16, 19 ; Ac 1, 2. 11. 22 ; I Tim 3, 16). Sur ces différents textes, voir J. Hug, La Finale de l’Evangile de Marc (Mc 16, 9-20), EtB, Paris, 1978, pp. 128-153.

60 cf. III, 10 ; VI, 8.

61 III, 8.

62 Cf. notre article : “La figure de Jérémie dans les Paralipomena Jeremiae, Mélanges bibliques et orientaux en l’honneur de M. Henri Gazelles, AOAT, 212, Edités par A. Caquot et M. Delcor, Neukirchen-Vluyn, 1981, pp. 373-375.

63 L’auteur évoque seulement la traversée du Jourdain (cf. VIII, 3-5).

64 1, 5 ; cf. IV, 7.

65 cf. III, 10 ; IV, 8 ; VI, 13. 22 ; VII 3. 5 ; IX, 1.

66 VI, 14. 22 ; VII, 22 ; VIII, 1-5.

67 V, 34.

68 V, 30.

69 VI, 6, X, 5. Michel est associé au don de la Loi (cf Jub 1, 27 ; Dt R 11, 16) ; il accompagne Dieu lors de la révélation au Sinai (Pes R 21, 5), et il explique les paroles de Dieu à Moise (Pes R 21,5). Sur le rôle de Michel dans le don de la Loi, voir E. Manns, “Le Paraclet dans l’Evangile de Jean”, Liber annuus, 33, 1983, pp. 133 et E. Testa, “L’Angelologia dei Giudeo-Cristiani”, ibid., p. 301.

70 IX, 5. Michel assume les fonctions de portier dans III Baruch XI, 2, le Testament de Lévi, V, 1 et dans l’Apocalypse de Paul, XIX-XX. Sur cette fonction, voir E. TESTA, art. cit., pp. 286-289.

71 VIII, 1-8.

72 VIII, 1-8. Le terme ὑψηλός, dans la Septante, désigne le ciel (Es 32, 15 ; Jr 32, 30 ; Ps 92, 4 ; 112, 5).

73 J. LICHT, art. cit., 66.

74 V, 30.

75 VI, 18

76 VI, 18

Auteur

Directeur de l'Institut de Lettres et d'Histoire Université Catholique de l’Ouest

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search