Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

La Colonne trajane : images et imaginaire de la frontière1

Martin Galinier

Texte intégral

  • 1 Je remercie Madame Annie-France Laurens, professeur à l'Université Montpellier III, pour ses précie (...)

Puissé-je voir la Dacie réduite à l’état de province romaine”.

  • 2 Hist. 24, 3, 9.

1Cette phrase, prêtée à Trajan par Ammien Marcellin2, résume à merveille la frise de la colonne Trajane. Erigée à Rome en 113 après J.-C., elle célèbre les deux guerres menées par Trajan en Dacie contre le roi Décébale, les étapes de la conquête et, en fin de compte, la création d’une nouvelle province, la Dacie romaine.

2Mais son propos est aussi de glorifier l’empereur Trajan, Trajan qui va au-delà des frontières de l’Empire.

3Tel est bien le “portrait” qui se dégage des 59 présences de Trajan sur la frise, et tel est aussi le portrait que l’Histoire a retenu de Marcus Ulpius Trajanus, élevé à l’Empire par Nerva en 98 après J.-C. et mort, au seuil d’une expédition orientale, après dix-neuf ans de règne et de multiples conquêtes.

  • 3 Pan. XII, 3 et 4.

4Déjà, lors de l’avènement de Trajan, Pline le Jeune exprimait ainsi sa confiance au princeps : “[Les peuples barbares] oseraient-ils [se plaindre], qui savent que tu as campé face aux peuples les plus féroces, à l’époque même qui leur est le plus favorable et qui nous est le plus contraire, quand le Danube voit ses rives (ripas) réunies par la gelée et que, durci par la glace, il peut laisser passer sur son dos l’appareil de leur expédition ? Dès que tu étais tout près, (...) nos colonnes ne demandaient qu’à faire des incursions sur leurs rives (ripas)”3.

  • 4 A des fins de commodité, nous utilisons en illustration les dessins de S. Reinach, Répertoire des R (...)

5Franchir le Danube : la qualité exceptionnelle de Trajan est là, dans cette capacité à garantir et agrandir les frontières de l’Empire. Or, l’exemplum choisi à dessein par Pline se retrouve sur la colonne Trajane, et ces images constituent pour qui s’intéresse à la Frontière un document important (PL I-II, R. 8-9)4.

  • 5 Par exemple César, De B.G., I, 13 ; Tacite, Ann., 56 ; Pline, Pan., 16, 2.

6L’évidence et la simplicité des scènes de franchissement-il y en a cinq sur la frise-renvoient aux multiples mentions de passage de fleuves éparses dans la littérature romaine5 et reprennent la rhétorique d’avance de l’Empire au-delà de ses frontières. Mais elles permettent d’aller plus loin que les mentions littéraires : elles montrent la frontière.

7L’image définit ce qui est romain et ce qui est dace. Les éléments qui constituent la frontière sont visibles, exposés aux regards de manière simple et rhétorique. Leur étude, mise en relation avec les thèmes “classiques” de la littérature romaine, permet une approche nouvelle de la frontière à l’époque de Trajan.

  • 6 Sénèque, Q.N. 9.
  • 7 G. Dumézil, dans La Religion Romaine Archaïque, Paris 1987 [1ère édition 1974], Payot, cite p.106 l (...)

8Danuvius Sarmatica ac Romana disterminet, écrit Sénèque : “le Danube distingue ce qui est aux Sarmates de ce qui est aux Romains”6. Rarement étudiées, les premières scènes de la frise (PL I, R. 5-8) traitent ce thème à leur manière. Elles détaillent une ripa gardée, en l’occurrence le finis7 danubien qui veille face à la turbulence des Daces.

9Par les éléments figurés sur les reliefs, la colonne Trajane reconstruit une certaine image de la frontière. Ainsi :

  • Le fleuve est omniprésent ; il apparaît même, personnifié et observant les légions qui passent en Dacie (R. 8) - nous y reviendrons - ;

  • Clairement délimitée, la rive matérialise la frontière. Lille présente les éléments constitutifs des limites de l’Empire. Se succèdent des camps (R. 5-6), des gardes (R. 6), des bûchers et des meules (R. 5 : signaux d’alerte ?), enfin une bourgade fortifiée (R. 7).

  • 8 Florus II 30, 26, éd. et trad. P. Jal, CUF, t. II, 1967, p. 68.
  • 9 R. Brilliant, Visual Narratives : Storytelling in Etruscan and Roman Art, New-York 1986 (1ere éditi (...)

10Relisons chez Florus8 la description de la frontière rhénane mise en place par Drusus : Drusus (...) in Rheni quidern ripa quinquaginta amplius castella direxit, “Sur la rive même du Rhin, il aligna plus de cinquante fortins”. Des camps sur la ripa d’un fleuve. L’image est donc fidèle au texte, mais elle montre davantage. Elle détaille les soldats qui veillent, le système de signalisation, les camps et les bourgs fortifiés (et peut-être, en R. 5, des fermes barbares)9, mais aussi l’avantage stratégique de cette frontière installée sur la rive : le fleuve sert d’axe de communication et d’approvisionnement, ainsi que l’attestent les soldats qui chargent des embarcations (R. 7-8).

  • 10 Ces scènes sont de toute façon visibles : P. Veyne, “Conduites sans croyance et œuvres d’art sans s (...)

11Placées au début de la frise, dans un espace en expansion, ces premières images inaugurent le récit et servent de point de repère au spectateur10, lequel se situe par rapport à elles. Et ces images de séparation et de surveillance le placent sans hésitation sur la frontière.

12Là réside le paradoxe. Le citoyen romain qui regarde la frise est déplacé. Lui qui est au centre du monde, au cœur de l’Urbs, est installé par l’image sur les confins de l’Empire, sur la frontière.

13Mais l’image récèle un second paradoxe, qui devait plus encore inciter le spectateur à poursuivre la lecture. Il fait face à la frontière, il se situe non du côté romain, mais sur la rive dace. Il voit le finis depuis la rive opposée, et cette image initiale doit donc être comprise comme une vision immédiatement identifiable de la frontière. Elle en est moins une reconstitution archéologique que sa représentation idéologique : le relief sculpté coïncidait avec l’image que le spectateur romain attendait de la frontière.

14Mais il coïncidait aussi avec l’image que le barbare recevait de la frontière — les camps, les gardes, la vigilance. Cette image révèle donc la structure double de la frontière : non pas ligne abstraite ou conventionnelle, mais construction culturelle compacte, séparant barbares et Romains et matérialisée par la rive romaine, car ne pouvant exister que du côté de Rome : c’est Rome qui borne l’Empire, et non les barbares.

15La position du dieu Danube (R. 8) est sur ce point révélatrice. Tourné vers la droite, il tire le regard du spectateur dans le sens de la lecture et suit les légions qui franchissent le pont de navires, mais il ne regarde pas la rive dace. Ce n’est pas elle la frontière, mais la rive romaine, jalonnée par la présence de Rome.

16Jeu rhétorique certes, mais qui affirme la dimension culturelle de la frontière.

17“Dès que tu étais tout près, (...) nos colonnes ne demandaient qu’à faire des incursions sur leurs rives”.

18Cette frontière décomposée par les premiers reliefs sert de fil conducteur à la lecture. Point de départ du récit, elle fait de la frise le récit d’un franchissement de limite, mais elle définit aussi l’Empire selon Trajan : les légions passent le Danube et envahissent la Dacie (R. 8-9). La ripa figée s’efface devant la scène d’avance : Trajan va au-delà des frontières.

19Le mouvement d’avance perdure tout au long de la frise, et avec lui l’œil s’enfonce en Dacie, voit les batailles, les conseils - mais que devient la frontière ?

20L’extrémité de la colonne (PI. VI, R. 116-118), dont la diminution de hauteur répond à la croissance de la première spire, montre des scènes de déportation de Daces. La conquête est achevée (Décébale est mort : R.112), la frise présente l’achèvement de la romanisation par l’expulsion de tout ce qui n’est pas romain.

21Apparaît ici un nouveau type de frontière, non pas ligne de séparation de part et d’autre d’un fleuve, gardée et placée sur la rive, mais zone imprécise. Au-delà, il n’y a plus qu’un vide humain, ainsi que le proclame l’image en accord avec les termes utilisés par les auteurs anciens : finis, extremum -ce qui convient à la situation extrême de ces reliefs sur la frise-, mais aussi terminus, apparaissent dans le sens d’“extrémité” (de la Bretagne : terminus Britannia ou finis Britannia : Tacite, Agr. 30 et 33), de “confins” (Nos terrarum ac libertatis extremos recessus : Tacite, Agr. 30), de “bornes de l’Empire” (intra terminos imperii : Tacite, Ann. I. 11).

  • 11 Cl. Nicolet, “L’Empire romain : espace, temps et politique”, Ktéma 8, 1983, 163-173.
  • 12 Introduction des Res Gestae Divi Augusti [texte établi et traduit par J. Gagé], Paris, Les Belles L (...)

22Ces exemples, empruntés à un contemporain de Trajan, reprennent la conception augustéenne des frontières11. Le monde habitable est romain, le reste n’est qu’une zone vague qu’il n’est nul besoin de contrôler. En témoigne dans les Res Gestae l’expression orbem terrarum imperio populi Romani subiecit, “Il soumit le monde entier à l'imperium du peuple romain”,12 auquel répond chez Virgile le concept d’imperium sine fine, “imperium sans limite” (Enéide, I. 279).

  • 13 Tacite, Germania [texte établi et traduit par A. Cordier], Paris, Garnier, 1934.

23Ainsi se comprennent la fin de la frise et les scènes de déportation de Daces. Utilisant des thèmes connus, l’image proclame qu’une nouvelle frontière est en gestation et qu’elle correspond à la limite d’expansion maximale de l’Empire. Au-delà de celte zone liminaire, il n’y a rien que l’on puisse voir, car l’œil dépasse les bornes de la romanité. La colonne Trajane reprend donc un jeu rhétorique présent par exemple chez Tacite, qui achève dans l’imprécision la description des populations de la forêt germanique : “Ces faits étant mal éclaircis, je les laisserai dans leur incertitude, quod ego ut incompertum in medio relinquam (Germania, 46)13.

24La frise est donc prise entre deux types de zones liminaires. Entre ces deux termes qui se répondent et se complètent, qu’en est-il de la frontière ? Disparaît-elle, ou suit-elle le mouvement d’avance de l’Empire ? Se déplace-t-elle avec les légions, devient-elle, de limite figée, limite dynamique de par la virtus de Trajan ?

“Puissé-je voir la Dacie réduite à l’état de province romaine”.

  • 14 Voir S. Settis, “La colonne Trajane : Invention, Composition, Disposition”, Annales E.S.C. 1985, 5, (...)

25La conquête se présente avant tout comme un déplacement dans l’espace, une avance des légions sur la rive dace du fleuve. L’image élabore une définition de l’Empire à partir de la vision initiale de la frontière danubienne : vigilance, puis franchissement et occupation de la Dacie par Trajan et ses légions (Pl. IIIII, R. 10-13). Suivent des scènes de consilium principis, de lustratio et d’omen, enfin une adlocutio aux troupes14.

26Ces scènes sont annonciatrices de la conquête, mais elles sont aussi nécessaires, car passer le Danube, c’est aller sur l’autre rive, et ce franchissement est périlleux. Il nécessite des précautions, et l’Optimus Princeps qu’est Trajan s’assure par les suovetaurilia l’appui des dieux.

  • 15 Les formules du ius fetiale en appelaient déjà à “Juppiter” au moment de franchir le finis ennemi : (...)
  • 16 A propos des “filtres de sélection” et des “mécanismes de structuration” : S. Settis, loc. cit., 11 (...)

27L’omen qui suit le sacrifice est leur réponse, mais il est aussi signe que la frontière revêt toujours une dimension religieuse15. Le finis est donc empreint de sacré, il est structuré par les rites - ce que montre bien la colonne Trajane. De l’archaïque ius fetiale à l’impériale colonne, l’image de la frontière ressortit au même filtre culturel16.

28Et pour qui douterait de l’aspect traditionnel de l’entrée en Dacie de Trajan, il suffit de s’arrêter sur la première bataille entre Romains et Daces (Pl. IV, R. 20-22).

29Ce premier combat décrit, mais surtout inscrit de manière définitive la victoire pour Rome, la défaite, la mort ou la fuite pour les Daces. La première confrontation se solde par un triomphe romain. Signe exceptionnel et preuve de la virtus de Trajan, Jupiter intervient dans le combat.

30Si l’on observe de plus près la scène, on s’aperçoit qu’au-delà de sa dimension rhétorique, elle constitue un répertoire iconographique des deux mondes en présence, chacun s’opposant à l’autre par les éléments qui le composent.

  • A gauche du relief, les Romains défrichent une forêt, puis apparaissent les légions disciplinées, Trajan devant un camp et des soldats qui lui présentent des têtes de Daces.

  • A droite, des Daces blessés ou mourants fuient en désordre au sein d’une forêt ; le buste de Décébale émerge peut-être des arbres.

  • Entre ces deux mondes, la scène de bataille voit des Daces morts joncher le sol ou fléchir devant les légionnaires et auxiliaires Germains, tandis que les Romains dominent l’image et reçoivent l’aide de cavaliers qui arrivent au galop.

  • Enfin, Jupiter intervient de son foudre.

31Plus que d’une bataille, il s’agit donc d’une définition terme à terme des protagonistes de la guerre, qui oppose par exemple le mouvement d’avance des cavaliers et la fuite des Daces, le ciel déserté des barbares et la présence de Jupiter, cette dernière accentuant le caractère inéluctable de la conquête et insistant sur l’aspect sacré de la frontière.

32Franchissement initial du Danube ; prise totale de l’espace dace par Rome (Pl. III, R. 13-15 : des camps fortifiés sont dressés, des arbres sont abattus, des ponts jetés sur les cours d’eau ; Pl. V, R. 42-43 : une route est aménagée).

33La colonne Trajane met en image la transformation de l’espace et des Daces eux-mêmes. L’affrontement des protagonistes se fait de part et d’autre d’une frontière intangible mais visible, dont l’évolution-les progrès de la romanisation - constitue la trame du récit.

34“Puissé-je voir la Dacie réduite à l’état de province romaine”, s’exclamait Trajan selon Ammien Marcellin, “et franchir également sur un pont le Danube aussi bien que l’Aufide !”

35Franchir le Danube sur un pont de pierre, et non plus sur un pont de navires. L’expression est frappante, elle est importante car elle fait corps avec la première partie du serment et s’en veut la réalisation.

36Une nouvelle fois, la colonne Trajane fait écho au texte : elle propose la réalisation du vœu.

37L’image (Pl. VI, R. 78) se situe dans ce qu’il est convenu de nommer la quatrième campagne (R. 63-79), elle précède donc la mort de Décébale, la déportation des Daces et la victoire finale des Romains (cinquième campagne, R. 80-118). Et cependant, elle participe d’un ensemble thématique dont la fonction est de signifier, en anticipant sur la victoire, la romanisation des Daces.

38De quelle manière ? La multiplication des scènes de sacrifice, la vision de cités à l’architecture romaine, les batailles livrées dans un environnement occupé par les camps romains, puis la vision du pont sur le Danube, disent la transformation réussie de l’espace dace. Mais plus encore, cette romanisation se lit sur les Daces (Pl. V, R. 71-72) : certains (dont quelques-uns en toge ?) assistent à un sacrifice offert par Trajan.

39Images rares. La romanisation des Daces est en cours alors que la conquête n’est pas achevée. Images importantes. Elles disent le rapprochement, l’absorption des Daces par Rome. Elles disent aussi l’effacement de la frontière, ou plutôt l’avance de cette dernière, son dynamisme culturel, si bien qu’elle se situe, à la fin de la frise et de la conquête, non plus sur le Danube mais aux marges de la Dacie, dans l’espace en formation décrit par les ultimes reliefs.

40La Dacie est conquise, elle est romanisée - et, selon le vœu de Trajan, cela est montré au spectateur qui déambule sur les fora impériaux.

41Déplacé dans un premier temps sur les confins, installé sur la rive barbare, ce spectateur avançait avec Trajan et assistait à la conquête de la Dacie - participait à la fondation d’une nouvelle province, à la définition de l’Empire selon l’Optimus Princeps. Ces visions changeantes de la frontière présentaient en fin de compte aux Romains un reflet de la Rome de Trajan, de cette Rome montrée comme capitale d’un espace en expansion, au cœur de frontières non seulement sûres mais conquérantes.

  • 17 Cl. Nicolet, “Rome dans la carte, cartes de Rome”, dans Rome, l’Espace urbain et ses représentation (...)

42“La Ville de Rome (...). Territoire “national”, c’est-à-dire limité et borné, au départ (...). Pourtant, dès l’origine, (...) ces Romains de Rome assignent à leur territoire urbain une obscure corrélation avec le destin de leur histoire : l’agrandissement de l’enceinte sacrée ne peut se concevoir que lié à celui de l’Italie ou de l’Empire, c’est-à-dire à la victoire.”17

43Images de la frontière, imaginaire de Rome. La corrélation est évidente sur la colonne Trajane : ses reliefs reçoivent le regard des citoyens et leur renvoient une image de l'Empire ; mais par là même, c’est une définition de la romanité qui leur est proposée, conformément à l’emplacement et à la dimension rhétorique du monument.

44A contrario, existe dans la province dace, sur ces confins pourtant romanisés, un autre monument qui proclamait lui aussi la romanisation de l’espace et le recul des frontières : et cependant les métopes du Trophée d’Adam Klissi (Pl. IV) traduisent ce discours en une autre “langue”.

  • 18 Loc. cit., 141.

45G.-Ch. Picard18 les attribue à la volonté de Trajan de récompenser les auxiliaires, nombreux à participer à la conquête dace. Plutôt que d’en rechercher le modèle dans les stèles funéraires des soldats, nous nous attacherons à un point particulier. Car si les métopes d’Adam Klissi portent la même volonté et le même discours que la colonne Trajane, leur style iconographique et le traitement du récit en diffèrent totalement. Il paraît intéressant d’en rechercher la cause.

46Nous pensons que l’explication réside dans le fait que les deux monuments ne s’adressaient pas au même regard. Du cœur de l’Empire à ses marges, il est ainsi possible d’observer la transformation de l’image selon le public auquel on la destine. De Rome aux confins, le discours se syncope. La frise ininterrompue de la colonne subit un fractionnement : les métopes d’Adam Klissi sont une mise en série d’images sans lien narratif fort entre elles, exceptée la juxtaposition.

47Or, le spectateur qui était supposé observer les métopes était certes romanisé, mais il se situait loin de l’Urbs, sur la frontière. Aurait-il pu suivre un monument tel qu’une frise continue, œuvre élaborée en fonction de son environnement — Rome, mais aussi les deux bibliothèques du forum de Trajan —, aurait-il pu ordonner en un récit cohérent la complexité des scènes de la frise ? Il semble que non.

48La différence de présentation permet en tous les cas de conclure ceci : Trajan ne s’adresse pas aux citoyens de Rome de la même manière qu’il s’adresse aux auxiliaires ou aux Daces, mêmes romanisés. La frontière est donc bien, avant tout, une limite culturelle.

  • 19 Op.cit., 323 : P. Veyne cite les propositions de K. Lehmann-Hartleben (mauvaise coordination maître (...)
  • 20 Loc.cit., 139 : “Il est bien certain d’abord qu’aucun spectateur ne pouvait discerner l’ensemble de (...)

49Nous souhaiterions achever cette étude par le problème de la lisibilité des reliefs, répondant ainsi à P. Veyne qui, avec acuité, s’est interrogé sur le pourquoi de cette frise hélicoïdale supposée illisible19, et à G.-Ch. Picard qui le contredit tout en admettant que seules les spires inférieures étaient visibles20. Notre réponse s’articulera en deux points.

  • 21 Loc. cit., 139 : “Il est évident que, parmi les manuscrits que contenait la [bibliothèque] latine [ (...)

50Tout d’abord, le choix d’une narration continue ne peut être compris comme erreur ou échec artistique (la frise en est loin, nous semble-t-il). Au contraire, lorsqu’on le met en rapport avec les images syncopées d’Adam Klissi, ce choix délibéré devient l’expression même de la romanité telle que la définit la colonne : la capacité de mise en ordre du monde résumé en un ensemble complexe d’images où tout autre qu’un Romain, et de surcroît un Romain habitué à la lecture-nous rejoignons ici la position de G.-Ch. Picard21 qui insiste, après S. Settis, sur la proximité des bibliothèques-, se perdrait.

51Ensuite, et sur un plan pratique : la frise de la colonne ne pouvait pas ne pas être visible, au moins dans les deux points où, justement, se noue le récit : les premières scènes (franchissement, progression en Dacie et première bataille : R. 5-22), et les scènes qui ouvrent la quatrième campagne et disent la romanisation de la Dacie (R. 63-79).

  • 22 Op. cit, 343.

52Contrairement à P. Veyne (et G.-Ch. Picard), nous ne pensons pas que “l’idée d’une vision à mi-hauteur ne mérite même pas la discussion (à quelque hauteur que l’on se place, seules une spire ou deux sont visibles)”22. Le lien reconnu entre colonne et bibliothèques, qui explique au moins en partie le choix de la frise continue, s’exprimait peut-être physiquement par un accès aux toits des bibliothèques permettant de voir le début de la quatrième campagne - ce qui correspondrait à “une spire ou deux”.

53Le choix de la frise serait donc justifié par l’existence des bibliothèques, ces dernières fonctionnant à la fois comme indication du mode de lecture attendu, définition du type de spectateur apte à la déchiffrer, et plus prosaïquement comme support matériel à la lecture — ce dernier point, difficile à vérifier, n’intervenant dans notre raisonnement qu’en troisième position.

54Il reste cependant de la proposition de G.-Ch. Picard acceptée par P. Veyne – existence de “rouleaux bandes-dessinées” dans les bibliothèques – que l’organisation de la frise, et principalement le jeu de la quatrième campagne par rapport aux quatre autres, était aisément perceptible. Les scènes 63 à 79 constituant le nœud rhétorique et idéologique du monument, il nous paraît important, pour les études futures, de poser ce point comme définitivement acquis.

Planche I
(R. 5 à 8)

Planche II
(R. 9 à 12)

Planche III
(R. 13 à 15)

(Métopes d'Adam Klissi)
Planche
IV

Planche V
(R. 42-43 et 71-72)

PlancheVI
(R. 78 et 116-118)

Notes

1 Je remercie Madame Annie-France Laurens, professeur à l'Université Montpellier III, pour ses précieux conseils et ses patientes lectures du texte initial, et Madame Aline Rousselle pour sa disponibilité.

2 Hist. 24, 3, 9.

3 Pan. XII, 3 et 4.

4 A des fins de commodité, nous utilisons en illustration les dessins de S. Reinach, Répertoire des Reliefs Grecs et Romains, Tome Premier : les Ensembles, Paris 1909, et reprenons sa numérotation des scènes de la colonne Trajane, soit pour les Planches I et II : R. 8-9 = scènes 8 et 9 du relevé de Reinach. Mentionnons toutefois la très belle édition photographique de ces reliefs et leur étude par S. Settis, A. La Regina, G. Agosti et V. Farinella, La colonna Traiana, 1988, Einaudi.

5 Par exemple César, De B.G., I, 13 ; Tacite, Ann., 56 ; Pline, Pan., 16, 2.

6 Sénèque, Q.N. 9.

7 G. Dumézil, dans La Religion Romaine Archaïque, Paris 1987 [1ère édition 1974], Payot, cite p.106 le ius fetiale qui emploie dans le sens de “frontière” le terme finis : nous l’utiliserons ici, plutôt que limes, d’usage plus récent.

8 Florus II 30, 26, éd. et trad. P. Jal, CUF, t. II, 1967, p. 68.

9 R. Brilliant, Visual Narratives : Storytelling in Etruscan and Roman Art, New-York 1986 (1ere édition : 1984), p. 94-95.

10 Ces scènes sont de toute façon visibles : P. Veyne, “Conduites sans croyance et œuvres d’art sans spectateurs”, Diogène 143, 1988, 3-22, exprimait une opinion contraire. Il est récemment revenu en partie sur sa position : La Société Romaine, Paris 1991, Seuil : “les deux ou trois spires du bas suffisaient pour savoir en gros de quoi il s’agissait” (p.341). Voir aussi G.-Ch. Picard, L’Idéologie de la guerre et ses monuments dans l’Empire romain”, Revue Archéologique 1992.1, 111-141 : p.138-141. Voir infra notre proposition sur ce problème.

11 Cl. Nicolet, “L’Empire romain : espace, temps et politique”, Ktéma 8, 1983, 163-173.

12 Introduction des Res Gestae Divi Augusti [texte établi et traduit par J. Gagé], Paris, Les Belles Lettres, 1935.

13 Tacite, Germania [texte établi et traduit par A. Cordier], Paris, Garnier, 1934.

14 Voir S. Settis, “La colonne Trajane : Invention, Composition, Disposition”, Annales E.S.C. 1985, 5, 1151-1194, et La colonna Traiana déjà citée, p. 45-255, pour une étude détaillée de l’ensemble de la frise.

15 Les formules du ius fetiale en appelaient déjà à “Juppiter” au moment de franchir le finis ennemi : G. Dumézil, op.cit., p.106.

16 A propos des “filtres de sélection” et des “mécanismes de structuration” : S. Settis, loc. cit., 1153.

17 Cl. Nicolet, “Rome dans la carte, cartes de Rome”, dans Rome, l’Espace urbain et ses représentations, Paris 1991, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, p. 10.

18 Loc. cit., 141.

19 Op.cit., 323 : P. Veyne cite les propositions de K. Lehmann-Hartleben (mauvaise coordination maître d’œuvre - sculpteurs), Lepper et Frere (zèle inutile des artistes), R. Brilliant (échec artistique), R. Bandinelli (liberté de l’artiste).

20 Loc.cit., 139 : “Il est bien certain d’abord qu’aucun spectateur ne pouvait discerner l’ensemble de la frise”.

21 Loc. cit., 139 : “Il est évident que, parmi les manuscrits que contenait la [bibliothèque] latine [du forum de Trajan], se trouvaient plusieurs exemplaires des Commentaires de Trajan”. Et plus loin : “Ce qui me paraît certain, c’est que Trajan avait lait exécuter un certain nombre d’exemplaires de rouleaux-bandes dessinées, qui pouvaient être consultés par les lecteurs de la bibliothèque”.

22 Op. cit, 343.

Table des illustrations

Légende Planche I(R. 5 à 8)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Planche II(R. 9 à 12)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende Planche III(R. 13 à 15)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende (R. 20 à 22)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende (Métopes d'Adam Klissi)Planche IV
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Planche V(R. 42-43 et 71-72)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende PlancheVI(R. 78 et 116-118)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5705/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search