Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

Villes et villages olympiques

Athènes 2004 : Jeux olympiques et projet urbain

Adeline Henry

Texte intégral

1Les Jeux olympiques de 2004 symbolisent le retour de cet événement sportif dans le pays qui leur a donné vie. En effet, les premières traces de Jeux remontent en 776 avant Jésus-Christ. Interdits en 396 par l’empereur Théodose, les Jeux renaîtront en 1896 sous la forme de Jeux modernes grâce à Pierre de Coubertin. 100 ans plus tard, Athènes qui avait candidaté pour recevoir les Jeux de l’Olympiade d’or ne convainc pas le CIO qui lui préfère Atlanta. En 2004, l’honneur perdu est retrouvé, la capitale grecque reçoit les premiers Jeux du troisième millénaire. Athènes saisit alors cette manifestation sportive internationale comme une occasion et surtout un outil afin de se remodeler, s’organiser et s’aménager durablement.

2En effet, au-delà du méga-événement qu’ils représentent, les Jeux olympiques sont aujourd’hui appréhendés comme un véritable catalyseur des mutations urbaines qu’ils provoquent ou accélèrent. Ils peuvent être perçus comme un outil d’organisation, d’aménagement et d’équipement des villes hôtes qui doivent mettre au service des Jeux toute une série d’infrastructure sportives, de transport et d’hébergement qui assurent le bon déroulement de la manifestation. Or, Athènes constitue un cadre particulier car cette cité millénaire, au passé archéologique et architectural si riche, est aussi une capitale récente (ce n’est qu’en 1834 qu’Athènes a été choisie comme capitale du nouvel État hellénique). Cette diachronie se révèle difficile à gérer du point de vue de son organisation et de son développement. Elle n’a jamais connu de véritable plan d’aménagement du territoire qui soit respecté. Mais l’accueil des Jeux olympiques et les impératifs qui leur sont liés en terme d’équipement territorial, constituent un ultimatum pour l’agglomération qui doit résoudre les problèmes urbanistiques auxquels elle est confrontée, notamment depuis son spectaculaire développement débuté à la fin des années 60.

DE LA NAISSANCE D’UNE CAPITALE À LA VILLE OLYMPIQUE

Athènes, cité millénaire mais capitale récente et désorganisée

3Sous domination ottomane depuis le xiiie siècle, la Grèce conquit son indépendance en 1830. Passée sous tutelle des puissances européennes, elle est dirigée par Othon 1er, roi de Bavière. Ce dernier aura pour ambition de renouer avec le passé antique d’Athènes devenue une bourgade de 5 000 habitants. La construction du nouvel État hellénique se fait par la diffusion d’une nouvelle idéologie nationale dont l’objectif est de marquer une rupture avec le passé ottoman de la ville et le rapprochement avec l’Occident. L’aménagement de la ville est inspiré du néo-classicisme régnant alors en Europe. Toutes les traces de la présence ottomane sont gommées, les monuments sont mis en valeur selon leur appartenance aux différentes pages de l’histoire grecque. Les plans rectangulaires procèdent d’une occidentalisation d’Athènes, mettant fin au chaos désordonné de l’ancienne ville ottomane. Parallèlement, une vague de population qui avait fuit la domination turque revient à Athènes après sa libération, entraînant ainsi d’importants problèmes de logement, une augmentation du prix du loyer et de la valeur des terres. De même, une vague de constructions hâtives et rudimentaires se développe rendant nécessaire l’organisation de la ville.

4Ainsi, un premier plan d’aménagement d’Athènes, signé en 1834, par les architectes Eléonas Schaubert et Stamanis Kléantis, prescrit les limites entre espaces publics et privés, espace rural et urbain. L’extension de la ville doit se faire au nord et selon un axe symétrique qui part de l’Acropole. De larges avenues et des places sont tracées, 20 % de l’espace concerné (soit 240 hectares) doivent être transformés en espaces verts. Ce plan s’intéresse aussi à la restauration du centre historique autour de l’Acropole et prévoit des expropriations afin de procéder à des fouilles archéologiques. Cette dernière orientation rencontre l’hostilité des grands propriétaires fonciers à qui appartenait la plus grande partie des terres autour de l’Acropole, ils feront échouer la mise en place de ce plan.

5En 1835, l’architecte Léon Von Klenze émet des propositions de modifications du plan de 1834. L’espace couvert par ces nouvelles orientations n’est plus que de 75,4 hectares et exprime un compromis entre les intérêts crées par la spéculation et les besoins d’organisation de la ville nouvelle. L’espace public est restreint, les rues plus étroites. Ce plan ne remporte pas plus de succès que le précédent et la ville continue de se développer anarchiquement en dehors des limites prévues. Il faudra ensuite attendre 1846 pour que soit créée « la Commission pour parachever le Plan d’Athènes » qui propose le nouveau Plan général d’Athènes en 1847. Ce dernier prévoit l’alignement des rues dans les nouvelles zones d’expansion de la ville et tente de résoudre le problème de l’aménagement du centre historique. Mais ni l’État, ni la municipalité ne peuvent assumer le coût des travaux et l’indemnisation des propriétaires terriens situés près de l’Acropole. L’alignement des rues ne commence qu’en 1857 et se trouve très rapidement interrompu sous la pression exercée par les grands propriétaires.

6Une nouvelle commission chargée d’établir le plan global d’urbanisme de la ville est alors fondée en 1860. Ce plan prévoit la création de bâtiments publics, notamment des écoles et des marchés de quartiers. Il propose de réaménager les places autour des édifices publics. De même, il envisage des expropriations afin de protéger les sites archéologiques. Cette proposition n’est pas acceptée, ni par la municipalité, ni par l’État. Ce plan sert tout de même de base à un nouveau plan, qui en 1862, divise la ville en quatre secteurs auxquels s’adressent différentes propositions d’aménagement. Mais, celles concernant le secteur qui englobe l’espace archéologique ne sont pas adoptées.

7Un nouveau plan d’urbanisme en trois volets est rédigé en 1864, il connaît entre cette date et 1916, 78 extensions et 498 modifications. Tous ces désaccords le font échouer. Une seule modification est effective, le changement de place du Palais, de la place Omonia au pied du Lycabette, et par conséquent, du centre de gravité de la ville. Ceci entraîne l’expansion de la ville au nord-ouest alors qu’Athènes devait se développer en direction de la mer. Ce changement d’orientation engendre une modification de la composition des quartiers. Les quartiers bourgeois se développent au nord, l’industrie et la manufacture s’étalent à l’ouest et donnent naissance à des quartiers populaires où se concentrent les populations défavorisées. Ainsi, se dessine une ligne séparatrice qui suit la rue Athinas. Athènes continue de se développer de façon désorganisée, l’habitat se prolonge en direction de l’espace archéologique (figure 1).

Figure 1 - L’évolution d’Athènes à la fin du xixe siècle.

Le chaos urbanistique

8En avril 1920, l’ingénieur Petros Kalligas et l’urbaniste Ernest Herbrard fondent le comité Kalligas. Ils présentent un rapport ambitieux concernant le futur aménagement d’Athènes en mettant en avant la nécessité d’organiser la périphérie athénienne. Cependant, après une longue période de réflexion (1919-1924), le comité ne peut émettre aucune proposition concrète concernant l’évolution du développement de la ville. Malgré ce manque d’organisation chronique, Athènes atteint un développement proche des autres capitales européennes au début du vingtième siècle. Cette modernisation est le fruit de l’œuvre de redressement d’Elefthéios Vénizelos, homme politique qui accède au pouvoir à plusieurs reprises, et qui prend une part active dans les questions d’urbanisme de son époque. Différents plans d’urbanisme sont présentés, mais la « catastrophe » d’Asie mineure en 1922 marque une rupture dans l’évolution urbanistique d’Athènes. En effet, l’échec de la conquête et de l’occupation de l’Asie mineure par la Grèce met fin à la « Grande Idée », projet de rétablissement de l’empire byzantin sous forme d’un grand État-nation grec dont Constantinople était la capitale idéalisée. Cet épisode désigné comme une « Grande catastrophe » entraîne l’arrivée massive de réfugiés, constituée de la population orthodoxe établie dans cette région, provoquant ainsi une phase de croissance importante de la capitale grecque.

9Ce mouvement de population a des répercussions sur l’organisation du territoire dont les infrastructures sont déjà insuffisantes et vieillissantes. 250 000 nouveaux habitants s’ajouteront aux 450 000 Athéniens après l’échange de population forcé avec la Turquie, suite au traité de Lausanne. De plus, l’exode rural qui débute dans les années 40, provoque l’arrivée de milliers de provinciaux attirés par les emplois créés dans le bâtiment et les travaux publics, mais aussi par la plus grande liberté que semble offrir la capitale. Le besoin en logements augmente considérablement et entraîne un mouvement de constructions illicites qui donne naissance aux prémices d’urbanisation de la capitale grecque. Ce phénomène spontané caractérisé de « construction arbitraire hors plan » produit des milliers d’habitations sans permis de construire. Ce type de constructions se développe surtout en périphérie d’Athènes, où se trouvent les couches de population à bas salaire. De plus, le développement de ces constructions sommaires est encouragé par l’inexistence de politique de logement social et par un laisser-faire de la part de l’État concernant l’initiative privée en matière foncière. L’État ne pouvant assumer une politique de logement efficace, permet aussi le développement de l’habitat en périphérie pour les plus démunis. L’extension de l’agglomération continue donc à se faire en dehors de tout plan d’aménagement des sols. Athènes s’étend ainsi pour un tiers en dehors du plan légal entre 1951 et 1961.

Athènes atteint le statut de métropole

10La stabilité politique revenue au sein de la Grèce, Constantin Caramanlis, alors Président de l’État hellénique (1974-1981) mène une politique caractérisée de « prospérité », reposant sur la satisfaction des besoins matériels, privilégiant la quantité au détriment de la qualité. Cette politique engendre des répercussions importantes sur le paysage urbain de la capitale, transformé par la construction massive d’immeubles résidentiels, d’imposants bâtiments de bureaux, d’énormes supermarchés, de grands hôtels de luxe... Parallèlement, Constantin Caramanlis veille à la mise en valeur des sites archéologiques qui s’exprime, notamment, à travers l’aménagement de l’Acropole. En outre, cette promotion du patrimoine antique a pour objectif de transformer Athènes en une capitale touristique, afin d’attirer les étrangers et de s’assurer ainsi la protection de l’Occident. L’urbanisme athénien connaît alors un renouveau, l’architecture s’inspire des mouvements contemporains, notamment de Le Corbusier. Le patrimoine architectural du xixe siècle est négligé, les immeubles datant de cette époque sont systématiquement détruits et remplacés par des bâtiments sans prestige.

11Dès les années 70, apparaissent les problèmes liés à des densités trop élevées, la multiplication des immeubles et l’effacement du centre historique, le manque d’infrastructures, la dégradation du paysage avec la disparition des espaces verts, les problèmes de circulation et de pollution atmosphérique. Progressivement, Athènes se transforme en une agglomération qui colmate peu à peu le bassin de l’Attique.

12Cependant, la stabilité démographique et la conjoncture économique favorable des décennies 80 et 90 vont permettre d’infléchir ces évolutions. En outre, grâce à l’action de Mélina Mercouri, Ministre de la culture, le patrimoine architectural de la ville bénéficie d’une restauration de qualité. On assiste à une revalorisation du centre grâce à des opérations de réhabilitation et de mise en valeur des bâtiments historiques ainsi qu’à à un remodelage du tissu urbain. Malgré ces mesures, 300 000 Athéniens fuient le centre ville et ses quartiers densément peuplés et insalubres. Ils se rendent sur les franges de la capitale et en bordure du littoral, renforçant alors le développement de l’urbanisation anarchique du bassin d’Athènes.

Le plan cadre « Athènes 2000 »

13Le « plan cadre Athènes 2000 », rédigé par Stefanos Manos alors ministre de l’Aménagement du territoire, présentait trois axes forts : le contrôle des modalités d’urbanisation et de lotissement, la protection et la réhabilitation du patrimoine architectural et urbanistique et enfin, la restructuration de l’ensemble de l’agglomération. À travers le contrôle des modalités d’urbanisation, l’objectif était de combattre la spéculation foncière dans certains quartiers d’Athènes, de limiter les possibilités de division des parcelles agricoles et de faire participer les propriétaires aux coûts d’infrastructures et d’équipement lors de la légalisation des zones urbanisées. Cette politique avait pour objectif de limiter les constructions illégales et de mettre fin au clientélisme politique suscité par tous ces procédés illicites. Le pays étant stable, l’État n’avait plus aucune raison de continuer sa politique de laisser-faire. Ce qui n’était pas du goût des propriétaires terriens. Des mouvements de protestations virent donc le jour, le gouvernement lui-même exerça des pressions sur Stefanos Manos afin qu’il retire ses projets urbanistiques. Malgré son mandat écourté, Stefanos Manos réussi à lancer le chantier majeur de la mise en place de rues piétonnes dans le centre d’Athènes, notamment dans le quartier de Plaka au pied de l’Acropole, dans le but d’unir les sites archéologiques et de limiter la circulation et la dégradation dans ces quartiers. Ce projet, fondamental pour l’organisation du centre historique, ne sera terminé que dans le cadre du projet olympique de 2004.

14Quant à la restructuration de l’ensemble de l’agglomération, elle repose sur la réorganisation des transports, avec en parallèle, la relocalisation des activités. Les transports doivent devenir ainsi un moyen de structurer le « Grand Athènes » et de mettre fin au développement anarchique de la capitale. De nouvelles lignes de métro doivent être créées afin de limiter les déplacements en voiture, des axes de circulation rapide doivent permettre le contournement d’Athènes ainsi que la liaison entre les différentes parties de l’agglomération. Quant à la répartition des activités, des opérations de réhabilitation urbaine sont menées avec la création d’espaces verts et de rues piétonnes, dans le but d’inciter le retour en centre-ville. De même, le tracé radiocentrique des nouvelles lignes de métro qui desservent le centre ville doit limiter la fuite des bureaux et des commerces. Or, pour les activités qui désertent le centre ville, il est nécessaire d’orienter leurs nouvelles localisations, notamment vers des centres secondaires. Ainsi, l’agglomération est divisée en neuf départements développés autour de centres positionnés sur des carrefours du métro et du système de rocades afin d’assurer l’articulation entre le réseau des centres secondaires et le réseau de transport. Parallèlement, l’État renforce sa politique de décentralisation comparable à la politique des villes nouvelles en France à la même époque. Mais, le choix des villes qui devaient être équipées par cette politique suscite des mouvements de contestation dont su tirer parti l’opposition. Un nouveau plan directeur est rédigé en 1981, il signe l’abandon de cette réorganisation du Grand Athènes.

151985 marque une nouvelle étape de l’aménagement de la capitale grecque avec deux documents majeurs : le Schéma directeur d’Athènes et le Programme de protection de l’environnement de la région d’Athènes. Leurs objectifs est d’organiser l’agglomération par des « cités à l’intérieur de la cité », c’est-à dire créer de nouvelles centralités en dotant certains quartiers des services et d’équipements structurants. La réorganisation des transports doit aussi limiter la pollution atmosphérique et desservir l’ensemble du bassin de l’Attique.

16Quatre années après sa ratification, ce plan ne connait toujours pas de véritables concrétisations. En 1989, la candidature pour les Jeux de 1996 est alors perçue comme un moyen de lancer véritablement ces projets. Mais, l’organisation des Jeux de l’Olympiade d’or n’est pas confiée à Athènes et la capitale reste empêtrée dans ses problèmes d’organisation. En 1994, un nouveau tournant est annoncé dans la politique d’aménagement du territoire, grâce au plan « SOS Attique ».

Le plan « SOS Attique »

17En juin 1994, le Plan « SOS Attique » dresse un bilan très sombre d’Athènes et de son fonctionnement. Il met en avant que, depuis plusieurs années, Athènes est une ville en crise, qui a entraîné le dérèglement de tout le bassin de l’Attique. L’absence de plan d’organisation est présentée comme le facteur essentiel de ce mauvais fonctionnement, qui a donné naissance à une ville sans structure où l’urbanisation galopante a entraîné toutes sortes de dérives.

18Les conséquences de cette crise touchent les différentes fonctions de la ville. L’inefficacité des transports contribue chaque jour au développement des embouteillages et donc à la pollution atmosphérique. Cette dernière amplifie la détérioration esthétique de la ville millénaire. La construction anarchique limite le nombre et la qualité des espaces ouverts et des sites verts. Les infrastructures inadéquates pour une capitale européenne de 3,5 millions d’habitants, le manque de services sociaux ont favorisé le développement d’un espace divisé, où ségrégation spatiale rime avec ségrégation sociale. Des quartiers dégradés se sont développés et sont devenus de véritables ghettos. On assiste alors à un déclin des activités productives qui laissent place au chômage et à une marginalisation sociale.

19Les différentes orientations du plan « SOS Attique » consistent à combattre la pollution atmosphérique, améliorer la qualité de vie, créer une ville durable et humaine, sauvegarder la production et la cohésion sociale, renforcer l’identité culturelle et environnementale d’Athènes et du bassin de l’Attique. Tout comme le Schéma directeur d’Athènes et le Programme de protection de l’environnement de la région métropolitaine d’Athènes, le plan d’aménagement affiche l’objectif de remodeler Athènes et son bassin, de créer une nouvelle Attique multi-polarisée et multi-opérationnelle, animée par plusieurs centres. Le plan prévoit donc une organisation régionale structurée autour de centres urbains reliés par différents réseaux de communication, favorisant ainsi la déconcentration d’Athènes au sein du bassin de l’Attique. Courant sur la période 1994-1999, ce plan ne modifie pas en profondeur l’agglomération athénienne. La réalisation de la plupart de ces travaux tarde. Ils sont de nouveau présentés comme la base de la nouvelle organisation d’Athènes dans le cadre du dossier de candidature pour les Jeux de 2004 et ne sont véritablement lancés que lorsque la ville est désignée ville hôte par le CIO.

  • 1 ARVANTINOS A., Athènes, essai de planification d’une métropole « spontanée », in La grande ville : (...)

20Les plans majeurs, élaborés sous l’égide du ministère de l’Aménagement du territoire, auront donc tous pour objectif de mettre fin au développement anarchique de l’agglomération athénienne et de réorganiser le bassin de l’Attique. Tous les plans rencontreront les mêmes obstacles quant à leur réelle application. Le manque de volonté politique, le rapport entre société et État, s’ajoutent aux problèmes financiers, administratifs, d’organisation et la bureaucratie des autorités compétentes1. Malgré ces dysfonctionnements chroniques, la ville devra être prête le 13 août 2004 pour l’ouverture des Jeux. Athènes se trouve ainsi confrontée à un premier défi.

DU PROJET URAIN AU PROJET OYMPIQUE

Des opérations d’aménagement et d’équipement olympiques en relation avec le projet d’agglomération

21Le projet olympique s’inscrit dans un espace désorganisé, déficitaire en infrastructures urbaines. Il doit permettre à la capitale grecque de mettre en place une stratégie organisationnelle qui réponde à la fois aux besoins des Jeux, mais aussi au fonctionnement quotidien de l’agglomération dans une phase post olympique (figure 2). Si certaines villes hôtes font le choix de concentrer l’organisation des Jeux en une seule zone géographique, dans le cas d’Athènes, comte-tenu des problèmes urbains chroniques rencontrés par la capitale, il est apparu préférable d’équilibrer les aménagements sur l’ensemble du bassin de l’Attique. Dispatcher les équipements ainsi a créé, dans un premier temps, un capharnaüm sans pareil, qui s’est ajouté aux problèmes de circulation, mais, dans une phase post olympique, c’est l’ensemble de la région athénienne qui devait bénéficier de ces nouvelles infrastructures.

22Les opérations d’aménagement liées aux préparatifs des Jeux s’inscrivent ainsi dans un programme global de rénovation urbaine réalisé par le ministère de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics. Parallèlement, la municipalité d’Athènes mène, elle aussi, un programme de restauration et d’embellissement de la capitale. Au-delà de ces objectifs de mise en valeur du patrimoine, les buts affichés par la municipalité sont de maîtriser des dizaines d’années de croissance incontrôlée et de permettre à Athènes de regagner une place centrale au sein de la région d’Europe du sud et de la Méditerranée grâce à des actions menées dans les secteurs clés de la capitale grecque.

23Dora Bakoyannis, ancienne députée d’Athènes, ministre de la Culture succédant à Mélina Mercouri, est élue maire d’Athènes en 2003 suite à une campagne intitulée « Athènes demain ». Elle ne se focalise pas sur la préparation des Jeux mais sur un projet global pour l’agglomération. Les préparatifs liés à l’accueil des Jeux olympiques sont présentés comme une révolution moderne dont l’impact prendra toute son importance dans les années à venir. Les Jeux sont avant tout considérés comme un départ et non comme un aboutissement. Ils représentent « une belle occasion de réaliser nos aspirations, ils ne sont pas une fin en soi mais un début, le début de la mise en valeur esthétique d’une Athènes en pleine mutation »2.

Figure 2 - Le projet olympique.

24L’héritage olympique représente en effet un enjeu bien plus important que les olympiades elles-mêmes car les aménagements liés aux Jeux ne peuvent pas justifier de tels travaux et investissements financiers pour seulement 17 jours de compétition. Les opérations d’aménagement liées à cet évènement sont donc intégrées dans un vaste projet de développement et de modernisation d’Athènes et ceci dans une optique à long terme.

25Ainsi, les Jeux olympiques se révèlent être une opportunité unique pour lancer toute une série d’opérations d’aménagement et d’équipement. Au total, 55 sites olympiques sont concernés dont 38 sportifs et 17 non sportifs. Parallèlement aux installations sportives, plusieurs projets d’infrastructures de grande envergure sont menés : prolongements des lignes de métro, mise en place nouveau d’un réseau ferroviaire de banlieue et d’un tramway, acquisition d’autobus électriques, création d’un réseau de fibre optique pour moderniser l’infrastructure de télécommunications de la ville, remodelage des espaces verts... L’héritage olympique concerne ainsi bien d’autres domaines que le sport.

26À l’échelle du bassin de l’Attique, les projets d’infrastructures doivent permettre de réarticuler la relation entre la ville et l’armature urbaine régionale. Pour cela, différentes municipalités reçoivent un équipement ou bénéficient d’un programme de modernisation pour une installation existante. Les orientations du Plan cadre Athènes 2000, reprises par le Plan SOS Attique, trouvent enfin une réelle application. Chaque quartier doit devenir un véritable pôle structurant et permettre de créer un meilleur équilibre dans l’organisation de l’agglomération d’Athènes. Une ville plus fonctionnelle doit ainsi voir le jour en offrant une meilleure répartition des services et équipements et en limitant les ségrégations spatiales et sociales.

La mise en valeur du patrimoine athénien

27Athènes présente une mosaïque de styles architecturaux et de conceptions urbanistiques rassemblés dans un espace désordonné. L’aménagement du centre ville passe par la nécessité d’organiser ce patrimoine historique.

28L’un des travaux phares de la réorganisation et de valorisation du centre historique est la réunification des sites archéologiques. Ces derniers, ainsi que les hauts lieux de la culture athénienne, sont reliés par un réseau d’allées piétonnes et d’espaces verts qui forment une promenade de 4 kilomètres incluant des centres récréatifs, instructifs et culturels, créant un parc muséal à ciel ouvert couvrant les époques anciennes, byzantines et modernes.

29Ce projet vise à la fois à intégrer les sites archéologiques dans la ville moderne et à améliorer la qualité de vie des habitants au quotidien en créant une oasis de tranquillité au centre d’Athènes. Ces travaux s’accompagnent d’opérations de modernisation des services publics avec la mise en place d’une infrastructure dédiée au bien-être du public (espace de détente, toilettes...). Un travail important est réalisé dans le domaine de la voirie avec la conversion de rues en zones piétonnes. Tous les travaux sont pensés avec le souci de leur intégration paysagère et réalisés avec des matériaux qui s’harmonisent au mieux avec l’environnement.

  • 3 SABBAH C., Athènes, le dernier méga-rêve de Mélina, Urbanisme, no 274-275, mai/juin 1994.

30Ce projet était en germe depuis 1979, mais, ce n’est qu’à travers les opérations menées pour les Jeux olympiques de 2004, que la majeure partie du projet est finalement réalisée. Beaucoup d’Athéniens comme l’urbaniste Dimitri Philippides émettaient des doutes quant à sa réalisation « le pouvoir change trop souvent pour qu’il y ait un suivi suffisant. Nous ne savons pas travailler sur le long, et nous n’avons pas l’expérience de projets d’une telle envergure »3. Non seulement, les Jeux ont permis la concrétisation de ce dessein mais ils ont aussi permis la mise en œuvre de projets encore plus vastes.

« 2004, une autre Attique, une autre Athènes »

31À l’échelle du bassin de l’Attique, le programme « 2004, une autre Attique, une autre Athènes » regroupe des travaux plus étendus d’amélioration du cadre de vie. L’asphalte est remplacé sur 270 routes principales couvrant 160 kilomètres, plus de 30 grandes avenues du centre sont réaménagées, 3 000 façades de bâtiments de toutes époques sont restaurées. Une chasse aux épaves de voiture est lancée afin d’enlever les 33 500 voitures et 4 000 mobylettes abandonnées (ces épaves occupent l’équivalent de 14 parkings de 500 places). Un autre problème récurrent, celui des animaux errants, est traité par le lancement d’une campagne de stérilisation et d’adoption visant à limiter la présence des animaux en liberté dans la ville. Plus globalement, les places, parcs et voies piétonnes sont rénovés dans les sept districts de la capitale. La superficie des espaces verts est doublée (elle n’était que de 3 m² par habitant avant 2004) grâce à 100 millions de plantations effectuées sur environ 250 000 hectares, constituant une intervention écologique unique dans l’histoire de la capitale.

32Au-delà des travaux de rénovation et d’embellissement, la propreté et la gestion des déchets sont des domaines fondamentaux pour l’entretien de la qualité du cadre de vie et de l’esthétique de l’agglomération. Avant 2004, il n’existait qu’une seule décharge publique et 27 décharges illégales. C’est donc tout le système d’organisation, de gestion et de collecte des déchets qui est repensé à travers le programme « Alliance pour la propreté ». Trois nouvelles décharges publiques sont créées dans la grande banlieue d’Athènes. La municipalité rénove aussi l’équipement de nettoyage des rues et des espaces publics grâce à l’acquisition de 160 nouveaux véhicules, 4 000 nouveaux conteneurs à ordures et 55 dispositifs de compactage d’ordures. Une campagne de sensibilisation « Jouez-vous collectif ? » accompagne ce programme dans le but d’inciter les Athéniens à être plus respectueux de l’environnement et de participer, par leur comportement, à rendre la ville plus propre sous peine d’amende.

Le réaménagement du front de mer : Hellinikon et la baie du Phalère

33Les friches qui disqualifient l’environnement, les paysages et donc plus globalement le cadre et la qualité de vie, peuvent se révéler être de véritables opportunités lors d’opérations de renouvellement urbain. En effet, ces terrains, souvent de surface importante et localisés en des endroits stratégiques, permettent de nouvelles affectations et orientations foncières. C’est le cas de la baie du Phalère, là où Athènes s’ouvre à la mer, et de la zone de l’ancien aéroport international à Hellinikon. De plus, dans la recherche d’un nouvel équilibre fonctionnel du bassin de l’Attique, ces espaces abandonnés et dégradés, ayant perdu leur vocation première, peuvent retrouver une fonction au sein de l’agglomération. Les Jeux olympiques sont ainsi l’occasion de remodeler la plus grande partie de la côte athénienne. Des projets d’aménagement et d’équipement transforment le littoral, du Phalère à l’est vers Agios Kosmas et Glyfada, grâce à l’implantation de stades et d’installations sportives, de ports de plaisance, de plages, de parcs et de centres de loisirs, desservis par un réseau de tramway qui relie de nouveau le centre d’Athènes au bord de mer.

34Les Jeux de 2004 sont donc l’occasion de procéder à des opérations de renouvellement urbain s’étalant sur une zone plus importante encore que celle de Barcelone en 1992. En effet, la requalification de la côte du Phalère figure parmi les plus grandes opérations de renouvellement urbain entreprises en Europe. En outre, la Baie du Phalère détient une place symbolique dans l’organisation des Jeux puisqu’elle a accueilli les épreuves de cyclisme, tennis et natation lors des premiers Jeux olympiques modernes.

35Dans le prolongement de la Baie du Phalère, le transfert de l’ancien aéroport international d’Athènes d’Hellinikon à Spata, dans la plaine de la Mésogée en 2001, a laissé un espace vide d’une grande ampleur, soit 530 hectares aux abords de l’agglomération et à une distance relativement faible du centre ville. L’aménagement et la gestion de cet espace constituent une opportunité unique de doter la capitale d’équipements publics importants et d’un espace vert, sous forme d’un parc métropolitain. Le site de l’ancien aéroport à Hellinikon est donc soumis à une opération de requalification dans le cadre des Jeux. Une partie des pistes de l’ancien aéroport international, les voies pour taxi, les aires de stationnement et de nombreux bâtiments abandonnés sont transformés en un complexe sportif accueillant les épreuves qualificatives du base-ball, de softball, de hockey-sur-gazon, de handball, d’escrime et de basket.

LES INFRASTUCTURES OLYMPIQUES COMME HÉRITAGE

Nouvelles infrastructures et réorganisation des transports

36Les transports sont un élément majeur pour le bon déroulement des Jeux olympiques. Leur organisation doit répondre aux exigences de chacun des différents publics (athlètes, spectateurs, officiels) et assurer leur déplacement avec une fiabilité sans faille pour ne pas compromettre le bon déroulement des épreuves. Ils doivent aussi assurer les trajets quotidiens et habituels des Athéniens et des touristes.

37Au cœur des schémas d’aménagement depuis plus de 50 ans, la réorganisation des transports ne s’est jamais concrétisée avant l’ultimatum représenté par les Jeux olympiques de 2004. La réorganisation du réseau routier d’Athènes et du système des transports en commun est donc un véritable challenge. Les opérations réalisées au sein du bassin de l’Attique ont pour but de restructurer les transports dans leur ensemble et de lier le bassin athénien au réseau européen. À un niveau local, il s’agit de soulager certains axes saturés et de relier les différents quartiers.

38Les principales artères de communication athénienne sont donc modernisées afin de permettre une circulation fluide dans le cœur de la capitale. Le métro, considéré comme la clé des transports olympiques, voit ses lignes s’étendre. Ces extensions ont un rôle important dans l’organisation de la capitale, notamment du point de vue de la desserte des quartiers populaires situés à l’ouest. Les liaisons nord-sud sont facilitées entre le port et l’aéroport, les correspondances avec les axes est-ouest sont améliorées. Constituant un pilier de l’organisation des transports urbains, le métro améliore la qualité de vie au sein de la capitale grecque, contribue à la diminution des embouteillages et de la pollution atmosphérique.

39Dès la mise en service des nouvelles lignes, le nombre de personnes circulant en voiture dans les rues principales de la capitale a diminué chaque jour de 70 000, ce qui correspond à environ 200 000 trajets et 335 000 kilomètres de moins. L’extension des lignes du métro permet non seulement une réduction du temps de trajet mais suscite aussi une restructuration des autres moyens de transport collectif en réduisant le nombre de déplacements en bus. De même, la flotte d’autobus et de trolleys est renouvelée par des véhicules électriques plus respectueux de l’environnement.

40Autre mode de transport en commun, le tramway est mis en place afin de desservir les banlieues sud-ouest de la capitale, là où sont installés plusieurs sites sportifs olympiques. Le tramway possède l’avantage d’assurer le respect de la qualité de l’environnement et la rapidité des déplacements. Il constitue un nouveau système de transport doté de deux lignes. L’une relie le centre d’Athènes à la côte, jusqu’à la station balnéaire de Glyfada, l’autre se dirige vers le Phalère.

41À l’échelle régionale, le chantier le plus important est celui de l’Attiki Oddos, la voie de l’Attique, périphérique contournant Athènes, d’une longueur totale d’environ 70 km et comportant 32 échangeurs. Cette autoroute permet la jonction entre les deux principales routes nationales, la route nationale 1 (Athènes-Patras) desservant la Grèce du Sud, et la route nationale 2 (Athènes-Thessalonique), desservant la Grèce du Nord. De même, elle relie ces deux nationales à l’aéroport international E. Venizelos en créant un nouvel axe de liaison nord-est.

42Ce nouveau périphérique d’Athènes permet, dès sa mise en fonction, de réduire le trafic en centre-ville de 8 %, soit 250 000 véhicules en moins par jour. Sa construction est aussi l’occasion de réaliser le plus grand ouvrage antiinondation grâce à une série de tunnels, devant conduire les eaux de pluie vers la mer, creusés le long de ce nouvel axe de communication. De même, dans une stratégie à long terme, l’autoroute a été élaborée avec un espace d’une douzaine de mètres réservé, le long de son tracé, au passage d’un futur train suburbain. Ce projet date d’une vingtaine d’années et voit enfin sa réalisation, en partie seulement, pour les Jeux.

43Quant au train régional, solution intermédiaire entre le métro et le train classique, il permet dans de nombreuses villes, de relier les banlieues, les aéroports et les ports au centre-ville. Ce type d’infrastructures de transport manquait à Athènes qui ne cesse de s’étaler. Le train régional permet désormais de relier Le Pirée à la gare centrale d’Athènes, puis à l’aéroport. De même, cinq nouvelles gares assurent une meilleure desserte de la banlieue et des liaisons avec les centres urbains des départements proches.

44Enfin, l’aéroport international El. Vénizelos, localisé à Spata, est essentiel pour accueillir durant les Jeux, les milliers d’athlètes, spectateurs, officiels... Il est relié au centre d’Athènes et à sa banlieue par un réseau d’autoroutes, la nouvelle voie ferrée et le métro. Au-delà de l’événement, il permet à la Grèce de trouver sa place au sein du réseau de transport aérien international.

Une offre d’hébergement spécifique et multiple

45Plusieurs milliers de personnes, athlètes, officiels, représentants des médias, sponsors, membres du CIO, spectateurs et invités sont attendus en Grèce pour assister aux Jeux olympiques d’été de 2004. Le Département de l’Hébergement du Comité d’Organisation des Jeux olympiques (COJO), responsable aux termes du contrat de la ville hôte, du logement et des services auxiliaires, a coopéré avec le Gouvernement grec et le secteur privé afin d’organiser l’hébergement de ces différents publics. 24 nouveaux villages sont ainsi créés pour assurer l’accueil de 30 000 personnes. Tous ces villages s’inscrivent au sein de programme de rénovation ou de planification urbaine et trouvent une utilité après les Jeux olympiques.

46Le Village olympique est l’infrastructure d’hébergement la plus importante et la plus symbolique, elle accueille les 16 000 athlètes. Son implantation, sa taille et sa fonctionnalité sont soumises à des directives olympiques très strictes. Situé au pied du Mont Parnès, dans la région Lékanès d’Acharnès, à 17 km du centre d’Athènes, le Village olympique s’étend sur 124 hectares. Le choix du site contribue à la revalorisation des zones dépréciées du secteur nord-ouest du bassin de l’Attique. Le projet repose sur une mixité des fonctions, des activités, de l’habitat, des équipements dans un environnement qui offre une large place à l’espace public. Cette zone résidentielle est reliée à la capitale grecque par un maillage complet de dessertes, permettant de désenclaver le site. Le village doit permettre de couvrir les besoins en logements de cette zone. À la fin des Jeux, les maisons sont attribuées, par tirage au sort, à des bénéficiaires de logements sociaux. Le Village olympique s’est ainsi converti en un quartier accueillant 10 000 habitants.

47Le comité d’organisation des Jeux olympiques est aussi responsable du logement de tous les représentants des médias accrédités. Sept villages sont mis à disposition pour accueillir les 12 000 journalistes présents pour l’événement. Il s’agit de sites qui sont, soit construits pour l’événement, notamment à proximité des nouveaux sites sportifs, soit qui font l’objet de rénovations pour les sites en centre ville. Ces villages de presse sont dispersés en divers points de l’Attique, ce qui permet à chaque journaliste de choisir son lieu de résidence en fonction du site sportif qui l’intéresse. Cinq villages correspondent à de nouvelles constructions. Après les Jeux, ils seront transformés en appartements et en bureaux. Deux villages deviennent des campus universitaires (foyers d’étudiants de l’École Polytechnique et de l’Université d’Athènes). Le village installé dans la banlieue nord-est de Maroussi accueille le nouveau quartier général du ministère de l’Éducation Nationale. Quant au village d’Amigdaleza, il devient la nouvelle Académie de police. À Aghios Thomas, la construction du village des médias a permis de mettre en place un nouveau modèle de construction planifiée qui contribue à organiser le développement de la municipalité qui s’étend à l’est et qui demeure hors du plan de la ville.

48Enfin, plus de 3 000 juges et arbitres sont logés durant les Jeux olympiques au sein de 17 villages dispersés selon la répartition des sites olympiques sportifs. Pour assurer leur hébergement, des structures d’accueil de divers organismes sociaux sont rénovées et utilisées ainsi que des écoles militaires, des centres sportifs et des campus.

49Quant à l’hébergement des spectateurs, les Jeux sont aussi l’occasion d’inciter les hôteliers à rénover et à mettre aux normes leurs établissements. Le ministère du Développement a levé les restrictions qui existaient depuis 1986 en ce qui concerne la création de nouveaux hôtels dans la capitale, autorisant la construction d’hôtels de 3, 4, 5 étoiles dans l’agglomération athénienne, dont la capacité d’hébergement était saturée. Au total, 11 nouveaux hôtels sont construits et 25 hôtels bénéficient de travaux de rénovation. En outre, devant la crainte d’une pénurie de chambres, il est décidé d’avoir recours, tout comme pour les Jeux de Sydney, à l’hébergement par bateaux. Ainsi, 11 bateaux de croisière pouvant accueillir 13 000 spectateurs, sont amarrés dans le port du Pirée, nécessitant la réalisation de 3,6 km de quai supplémentaires.

Les sites sportifs, recommandations olympiques et logique d’implantation

  • 4 Athlétisme, aviron, badminton, base-ball, basket-ball, boxe, canoë-kayak, cyclisme, équitation, es (...)

5028 sports4 sont représentés durant les Jeux olympiques de 2004 à travers 301 épreuves. Les sites sportifs, selon les compétitions qui s’y déroulent, doivent répondre aux exigences des Fédérations Internationales des sports concernés. La taille des sites doit correspondre aux conditions spécifiques nécessaires pour les Jeux mais aussi aux besoins de la ville hôte dans une phase post-olympique. En effet, la future utilisation des sites doit être prise en compte dès leur planification. Pour ces raisons, les directives olympiques recommandent des équipements sportifs facilement modulables qui permettent de limiter le risque de sur-dimensionnement et d’abaisser les coûts de maintenance qui se révèlent parfois ingérables pour les villes hôtes. Ainsi, les sites sportifs peuvent être complétés de façon provisoire, par des équipements démontables. Le coût lié à la mise aux normes olympiques demeure cependant important de par la nécessité d’ajouter ces équipements temporaires auxquels il faut additionner les coûts liés à la remise en état des sites après les Jeux. Les aménagements temporaires permettent tout de même de diminuer la facture de 30 à 50 % par rapport à une construction permanente. Au coût de l’équipement lui même, s’ajoutent les montants des parkings et réseaux de transport interne pour les sites étendus comme le Centre équestre olympique de Markopoulo mais aussi le coût des espaces médicaux. Enfin, chaque site sportif est complété par une longue liste d’équipements obligatoires tels que les points de restauration, de vente des produits olympiques, d’information, de billetterie, des distributeurs de billets...

51Le manuel d’organisation des Jeux de 2004 conseillait la proximité des sites entre eux, avec les centres névralgiques des Jeux et le centre ville. De même, les recommandations de la commission d’étude des Jeux olympiques, à travers le rapport à la 115e session du CIO, étaient de minimiser les coûts et de maximiser l’usage des sites de compétition et des sites d’entraînement. La recommandation 2.05 engage, précisément à créer des regroupements des sites, précisant que plusieurs sites isolés sont beaucoup plus onéreux que des sites regroupés en noyau. Face à ces recommandations, la stratégie athénienne repose, quant à elle, sur une répartition équilibrée des équipements au sein du bassin de l’Attique. Sur 38 sites sportifs, 20 existent déjà, 8 sites sont à rénover et 10 restent à construire, la mise à disposition des sites s’inscrit donc dans un équilibre entre construction et rénovation. Certains centres sportifs sont des complexes polyvalents de grande envergure, tels le Complexe sportif olympique d’Athènes à Maroussi qui regroupe le Stade Spyros Louis, le Centre aquatique, le Centre de tennis, le Gymnase et le Vélodrome olympiques. Autre zone clé dans l’organisation des Jeux, le littoral athénien reçoit deux sites majeurs : le Complexe olympique de la zone côtière du Phalère qui rassemble le Pavillon des sports, le Stade de la paix et de l’amitié et le Centre olympique de volley-ball de plage ainsi que le Complexe d’Hellinikon qui reçoit, quant à lui, les Centres olympiques de base-ball, de softball, de hockey-sur-gazon, la salle des sports et la salle d’escrime. Après les Jeux, ces sites doivent servir de centres pour conférences, expositions, concerts et diverses activités de loisirs. Ces installations qui subsistent, après avoir été modifiées, dans certains cas, constituent l’héritage post-olympique. La reconversion des sites doit être facilitée par un certain nombre de facteurs comme la présence d’espaces suffisamment importants pour donner naissance à des aires de loisirs, des centres culturels et des salles de congrès... La répartition homogène des sites permet la formation de nouvelles unités urbaines, et donc de nouvelles centralités dont l’objectif est de rééquilibrer le territoire athénien. La répartition des sites sportifs olympiques peut alors jouer un rôle dans le cadre du projet urbain qui prévoit la création de pôles de développement au sein de l’agglomération athénienne afin de relayer Athènes dans son rôle d’organisation et de structuration du territoire.

52En outre, le programme d’équipements « Grèce 2004 » démontre le soutien de l’État en faveur du sport à l’échelle de la Grèce afin que tout le pays bénéficie de l’héritage laissé par les Jeux mais aussi se sente concerné et impliqué par l’événement. Un nouveau réseau d’installations est donc mis en place, des zones montagneuses aux zones côtières, sans oublier les îles. Il aboutit à la création de 650 centres sportifs ainsi qu’à la rénovation de centres existants, notamment des sites les plus importants dans les plus grandes villes régionales (Patras, Salonique, Volos, Héraklion).

L’IMPACT DES JEUX OLYMPIQUES

Les sites sportifs accélérateurs du projet urbain

53Les sites sportifs comme support d’opération de réhabilitation urbaine et écologique (figures 3 et 4)

Figure 3 – Les sites sportifs olympiques Athènes

Figure 3 – Les sites sportifs olympiques Athènes

54Nous l’avons évoqué, la Baie du Phalère est un espace stratégique pour Athènes, longue de six kilomètres, elle constitue la principale ouverture de la capitale sur la mer. C’est là que le premier port d’Athènes vit le jour dans l’Antiquité avant d’être remplacé par le Pirée, plus à l’est. Cette zone constituait une zone de loisirs et de détente mais, dans les années 50, la baie connaît des dégradations importantes, elle est coupée de l’agglomération athénienne par une autoroute côtière et se transforme peu à peu en un terrain vague. La proximité du port du Pirée et le développement de la zone industrielle qui le jouxte, associé avec la croissance urbaine dense de la capitale, ont altéré le caractère récréatif de la Baie. La ville tourna alors le dos à la mer et se développa en direction des massifs qui l’entourent. L’accueil des Jeux olympiques et le projet urbain qui leur est lié est l’occasion de requalifier cette zone en deux temps, avec tout d’abord l’implantation du Complexe olympique du Phalère et, dans une phase post-olympique, l’aménagement de la côte en aires de détente et de promenade, notamment grâce à la création d’un parc écologique et d’un centre aquatique de plein air sur le littoral.

Figure 4 – Les sites hors d’Athènes

Figure 4 – Les sites hors d’Athènes

55Au-delà des démarches de requalification urbaine, les Jeux sont aussi un outil efficace pour mener des projets de réhabilitation écologique comme l’illustre l’opération réalisée sur le site de Schinias. En effet, la construction du bassin d’aviron à Schinias est une opération atypique en termes de requalification d’espace. Situé à 35 kilomètres du village olympique, le choix de ce site, pour accueillir les épreuves d’aviron, fut un sujet de polémique. Les écologistes ont souligné que le projet menaçait un site ornithologique situé dans une zone lacustre unique, qui présentait les caractéristiques de l’écosystème méditerranéen typique avec peu de végétation. Ce site accueille 18 biotopes, 250 espèces animales et 350 végétales mais il a connu de fortes dégradations. En 1923, les terrains marécageux autour de Schinias ont été asséchés pour des raisons agricoles et l’eau douce, qui les alimentait de façon naturelle, détournée vers la mer par le biais d’un canal artificiel. Au fil des années, ce procédé de drainage a dégradé le marécage, altérant l’équilibre naturel de la zone. Ces premières dégradations furent aggravées par la présence d’une base militaire américaine et, notamment par la construction d’une piste d’atterrissage, qui fut laissée à l’abandon. Les organisateurs ont alors répondu à cette levée de boucliers que leur action permettrait de requalifier ce lieu en faisant disparaître cette friche de l’armée américaine.

56Ainsi, dans le cadre des Jeux olympiques, des travaux importants sont réalisés afin de réhabiliter le site qui devient le Centre olympique de canoë-kayak et d’aviron. Ce projet est un bel exemple de prise en compte de l’environnement et démontrent que les Jeux peuvent être un outil de requalification environnementale. Le Conseil de l’État a interdit l’implantation de restaurants et autres commerces pour les Jeux olympiques. Pour éviter toute autre dégradation au-delà de l’évènement, un décret présidentiel transforma le site en un parc national, recouvrant 1 500 hectares soumis à des restrictions et protections, intégré au programme « Natura 2000 ».

57Dans une phase post-olympique, seules des activités d’un faible impact comme l’aviron et le canoë-kayak sont autorisées afin de préserver la « sérénité naturelle du site » et permettre une protection optimale de la flore et la faune. L’objectif de cette approche novatrice en faveur de la protection de l’environnement dans un secteur sensible est de réussir à combiner « une activité sportive douce et récréative à une conscience écologique ».

Les sites sportifs qui s’inscrivent dans le cadre d’opération de valorisation du patrimoine

  • 5 AUGUSTIN, J.-P., Le sport, nouvel universel de l’emblématique urbain, in Penser la ville de demain(...)

58« Le sport urbain a besoin de lieux scéniques. Les équipements privés puis publics se sont multipliés et s’intègrent dans l’urbanisme monumental ; terrains de grands jeux, de petits jeux, gymnases, piscines, tennis, patinoires, tissent un véritable maillage dans l’espace des villes »5. Les grands équipements sportifs participent donc à la valorisation de l’image de la ville. C’est selon ce principe que certains sites, qui s’inscrivent dans la continuité de l’histoire de la Grèce et de l’olympisme, sont rénovés à travers un programme d’élaboration de nouveaux points de repère symbolique et de valorisation de hauts lieux historiques au sein de l’agglomération athénienne. À ce titre, le stade Spyros Louis (nommé ainsi en hommage au vainqueur du Marathon lors des premiers Jeux olympiques modernes) à Maroussi, est transformé en un emblème de la nouvelle Athènes par le célèbre architecte espagnol Santiago Calatavra. Le stade est remodelé et complété par une agora, sous forme d’une promenade de 500 mètres scandée par des arches blanches de 22 mètres de haut. Une sculpture monumentale symbolise le lien entre la Grèce ancienne et les Jeux olympiques.

59Tout aussi symbolique, le stade Karaiskaki, construit pour les premiers Jeux olympiques modernes de 1896, est lui rénové. Transformé en 1964 en stade « Karaiskaki » du nom de Georges Karaiskaki, un général de la Révolution grecque qui a été tué non loin de là, ce stade fut endeuillé lors du match Olympiakos CFP - AEK Athènes FC, le 8 février 1981. En effet, à la fin du match, les portes du stade, restées fermées, rendirent la sortie des spectateurs impossible. Leur afflux en nombre rendit l’accident inévitable, 21 personnes trouvèrent la mort par suffocation. Cette tragédie restera inscrite à jamais dans ce lieu, 21 sièges portant le nom des 21 victimes, ont été inclus dans le nouvel édifice.

60Quant au stade panathéen, situé au cœur d’Athènes, son histoire débute en 329 avant Jésus-Christ, date à laquelle il fut construit pour accueillir les Panathénées, fêtes solennelles organisées en l’honneur d’Athéna. Il fut restauré une première fois entre 140 et 144 après Jésus-Christ et utilisé comme arène à l’époque romaine. Mis à jour en 1870, le stade est reconstruit pour les premiers Jeux olympiques modernes. Les Jeux olympiques de 2004 trouvent légitimement leur place en ce lieu mythique de l’histoire grecque qui est lui aussi restauré à cette occasion.

61Enfin, le stade d’Olympie, haut lieu archéologique grec, accueille la compétition de lancer du poids. Afin de respecter l’aspect historique de ce lieu et pour calmer la levée de bouclier des archéologues soucieux de la préservation du site historique, l’accès est donc limité. Ainsi, seulement 15 000 spectateurs et 100 journalistes ont pu assister aux épreuves. Aucune structure, même temporaire, n’a été construite. Il n’y a eu ni panneaux lumineux pour l’affichage des scores, ni tribunes ou estrades pour les 100 officiels autorisés à venir.

Les sites sportifs comme base d’un nouvel équilibre de l’agglomération athénienne

62Les équipements sportifs situés dans les municipalités proches d’Athènes s’inscrivent dans une logique d’équipement territorial et de recherche de nouvelles centralités. Ces équipements sportifs, doivent être, dans une phase post-olympique, transformés en des lieux centraux de services et d’équipements à la population. Parmi ces exemples, le Complexe de Maroussi, figure emblématique des Jeux évoqué précédemment, illustre cette volonté de rééquilibrage de l’agglomération. Ce site sportif est développé autour du stade Spyros Louis déjà existant, à l’intersection d’un axe radial et de la nouvelle rocade afin d’assurer une accessibilité optimale à ce secteur comprenant de vastes espaces constructibles où de nombreux lotissements sont créés. À Nikaia, au sud-ouest d’Athènes, le gymnase olympique d’haltérophilie est devenu un des centres les plus complets au monde dans cette discipline très populaire en Grèce. Conçu comme équipement polyvalent et modulable, il peut aussi accueillir des concerts, congrès et événements similaires. À Ano-Liossia, 13 km au nord-ouest d’Athènes, le gymnase couvert a accueilli les épreuves de judo et de lutte. Grâce à cet équipement dont l’aménagement a été revu après les Jeux afin de faciliter son utilisation post-olympique, l’ouest d’Athènes est doté aujourd’hui un véritable pôle sportif qui peut aussi accueillir des conférences et des événements culturels.

Les Jeux comme vecteur de diffusion de la nouvelle image d’Athènes

63Les Jeux olympiques constituent un formidable outil de communication pour les villes hôtes, comme en témoignent les 657 articles consacrés à la Grèce dans la presse quotidienne française, entre janvier 2000 et avril 2005. Durant l’année 2004, les Jeux olympiques ont bien légitimement été le premier sujet de communication avec plus de 45 % des articles qui leur sont consacrés et constituent une « vitrine » de la Grèce dans la presse française. Un article sur quatre s’intéresse au retard dans la préparation chaotique des Jeux. Vient ensuite le poids historique que représentent les Jeux d’Athènes, revenus sur leur lieu d’origine.

  • 6 « Athènes, la pensée de Midi », numéro 11, Actes-Sud, hiver 2003-2004.

64Au-delà du nombre d’articles consacrés aux Jeux de 2004 dans la presse française, il est intéressant de s’attarder sur les termes employés pour décrire Athènes avant et après les Jeux. Le vocabulaire utilisé pour qualifier Athènes connait une amélioration très positive. En effet, avant les Jeux, l’image diffusée par la presse française est relativement médiocre. Athènes est dénoncée comme étant incapable de livrer à temps les infrastructures nécessaires au bon déroulement de l’évènement sportif international. Elle est décrite sous ses pires aspects, il est mis en avant la dégradation de son patrimoine naturel et construit, la mauvaise gestion des déchets, des transports, la pollution... « Si Athènes la crasseuse a subi un lifting pour se faire moderne et enfin vivable, Athènes vilipendée à cause des retards accumulés lors des travaux, un vrai précis d’hellénophobie, traitée de rastaquouère, indécrottable orientale plutôt que méditerranéenne au pied droit de l’Europe. Athènes la laide, sale, jonchée d’imondices (...) ». Ce type de propos n’est pas nouveau, la littérature grecque elle aussi n’épargne pas Athènes. L’auteur Takis Koubis6 évoque le vocabulaire « athénophobique » fréquemment utilisé pour qualifier la capitale hellène présentée comme une « ville cimentée, maudite, monstrueuse »...

65Après la mauvaise presse faite à Athènes avant les Jeux et suite au bon déroulement de l’évènement, certains journaux ont tenu à présenter leurs excuses à la Grèce pour avoir douté de sa capacité à gérer et accueillir un événement de cette ampleur. « On doit bien quelques excuses à la Grèce et aux Grecs (...) ces Jeux ont été une parfaite réussite » (le Monde du 01/09/04), « Athènes ne devait pas être prête. Toute la question est de savoir quel aurait été son accueil si elle l’avait été ? » (L’Humanité 20/08/04), « Athènes, la tête haute » (Le Figaro 30/08/04), « Il faut rendre hommage au peuple grec » (La Croix 31/08/04).

  • 7 « La cérémonie d’ouverture est inspirée d’Apollon, la clôture de Dionysos », Le Monde, 30 août 200 (...)

66Les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques sont aussi l’occasion d’affirmer la nouvelle identité d’Athènes. Le poids de ces deux événements qui marquent le début et la fin des Jeux, retransmis mondialement, permet de réaliser une véritable promotion de la nouvelle image de la ville hôte. « Je ne suis pas Athénien, mais citoyen du monde », la célèbre phrase de Socrate trouve pleinement sa place à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. La cérémonie, imaginée par Dimitri Papaionnou, chorégraphe grec, retrace l’histoire, l’esprit, la culture d’Athènes. L’artiste précisait que son objectif était de présenter « l’histoire de la perception de l’humanité, l’aventure de la découverte de ce que c’est que d’être un homme à travers la condition grecque qui est le "connais-toi toi-même" de Socrate »7. La légitimité d’Athènes en tant que ville hôte est ainsi renforcée à travers la cérémonie d’ouverture. Pierre de Coubertin déclarait « accueillir les Jeux, c’est se réclamer de l’Histoire », quelle ville mieux qu’Athènes peut incarner l’Histoire et plus encore l’histoire de l’Olympisme ? Au-delà de l’Athènes antique, c’est une capitale modernisée, dotée d’infrastructures lui permettant de rivaliser avec les autres villes européennes qui est présentée. Giana Angelopoulos-Dakalaki, présidente du COJO, mettait elle aussi en avant le nouveau visage d’Athènes dans son discours de clôture « (...) Lorsque le monde entier découvrait nos sites de compétition aux lignes élégantes, notre logistique sans faille, nos grandes réalisations au sein de cet environnement si riche en histoire, il découvrait en réalité une Grèce nouvelle (...) ».

67La retransmission télévisuelle des Jeux olympiques est donc un élément clé qui permet à Athènes d’attirer l’attention du monde entier avec 3,9 milliards de téléspectateurs dans près de 200 pays, dépassant les Jeux olympiques de Sydney qui avaient attiré l’attention de 3,6 milliards de téléspectateurs en 2000. Au cours des 17 jours des Jeux olympiques, l’ensemble des téléspectateurs a consacré 12 heures à l’événement sportif international. 26 pays ont consommé plus de 8h30 de télévision en rapport avec les Jeux d’Athènes. La nouvelle image d’Athènes a donc été diffusée à l’échelle planétaire.

Les Jeux comme manne touristique ?

68Accueillir les Jeux a permis à l’agglomération athénienne de mettre en place un vaste projet urbain et de communiquer à l’échelle planétaire sur cette nouvelle image. Mais qu’en est-il en termes de flux touristiques ? Les Jeux peuvent-ils être perçus comme une manne touristique efficace ?

  • 8 SEBASTIANI J. (2004), Les Jeux olympiques d’hiver dans les villes alpines : évolution, modalités d (...)

69Durant l’été 2004, le taux d’occupation des hôtels a fluctué en fonction de la catégorie, donnant une image nuancée de la branche hôtelière dans la capitale. Les établissements 3 étoiles sont ceux qui ont connu le meilleur taux d’occupation (65,03 % contre 60,89 % à cette même époque en 2003). Ce taux n’a été que de 35,38 % (contre 42,60 % durant l’été 2003) pour les 2 étoiles. À l’automne 2004, Athènes se trouve en dernière position parmi les autres capitales européennes, avec un taux de remplissage des hôtels de 62,5 % contre 64,8 % à l’automne 2003. Cette baisse de la fréquentation de 2 points peut s’expliquer par le fait que les touristes potentiels ont pu attendre que « l’effet J.O » retombe et qu’Athènes revienne à un fonctionnement normal. Ce phénomène est valable tant pour les Jeux d’été que pour les Jeux d’hiver. « Il semblerait que les Jeux n’entraînent que très rarement une hausse de la fréquentation touristique. Au contraire la tenue de la manifestation olympique provoque même une baisse de la fréquentation pendant la saison de son déroulement »8. Les touristes potentiels sont souvent découragés par la peur que la ville hôte soit « prise en otage » par l’événement sportif : dispositif sécuritaire entraînant une certaine paralysie de la ville, modification et restriction des possibilités de déplacements urbains, difficultés de trouver hébergement et restauration à cause de l’afflux de spectateurs pour les Jeux, augmentation des prix... L’étiquette « ville hôte » peut ainsi devenir plus dissuasive qu’attractive. La clientèle cherche alors de nouvelles destinations moins connues, moins fréquentées. Elle redoute de payer cette notoriété accrue. En effet, à Athènes, malgré les conseils des autorités, les hôtels ont multiplié par deux, voire trois, leurs tarifs. Les hôteliers ont dû réaliser des travaux importants pour mettre leurs établissements aux normes d’accueil. Ils ont ensuite pris le risque d’augmenter fortement leurs tarifs durant les 16 jours des Jeux, ils auraient peut-être dû viser une rentabilisation à long terme et procéder à des augmentations tarifaires un peu moins écrasantes pour les visiteurs.

Une lourde facture et une absence de plan de gestion pour les équipements olympiques

70Si le projet olympique était bien en accord avec le projet d’agglomération athénien, les mésaventures rencontrées jusqu’alors par tout schéma d’aménagement avaient été oubliées. L’absence de l’État, la lourdeur de l’administration, les appels d’offre hasardeux, entre rivalités et petits arrangements, les difficultés de travailler ensemble alors que les Jeux exigent la synergie, les dépassements budgétaires de plus de 30 % ont rendu l’organisation des Jeux bien difficile. Après une période critique où même Antonio Samaranch, alors président du CIO, avait laissé planer la menace de retirer les Jeux à la capitale grecque devant le chaos lié leur préparation, les travaux ont été majoritairement terminés à temps, non sans rencontrer d’éternels soucis : présence de vestiges archéologiques qui stoppent et ralentissent les travaux, faillite de certaines entreprises, manque de personnel, grèves... Au lendemain des Jeux, une certaine cacophonie régna au sujet de leur coût. Le budget initial était de 4,6 milliards d’euros mais finalement la facture aurait dépassé les 13 milliards d’euros.

71Exercice périlleux (problèmes de sources statistiques, de définitions, de mode de calculs, d’interprétation...), l’évaluation du coût des J.O reste néanmoins nécessaire, et le CIO y prête depuis longtemps une attention soutenue. De 4,6 milliards euros, le coût officiel des Jeux d’Athènes est passé à 8,96 milliards, dépenses d’« infrastructures olympiques » exclues ; en nous rapprochant de la définition proposée par C. Sobry dans « socio-économie du sport » (2003), nous considérons comme telle une dépense nécessaire, sinon obligatoire, pour accueillir les Jeux et qui n’aurait pas été mise en œuvre aussi rapidement sans cette échéance impérieuse. Le chiffre de 13 milliards euros a été avancé dès le 10 août 2005 par la ministre des sports, Fani Palli-Petrelia, propos aussitôt démenti par le Premier ministre. Le président du CIO, J. Rogge a repris ce chiffre dans l’un de ses discours, mettant en garde les villes hôtes contre le risque de dérapage financier, avertissement déjà lancé par la Commission d’étude des J.O à Mexico en 2002. Dans la revue Finances et Développement (mars 2010), A. Zimbalist avance le chiffre de 16 milliards $, qui rejoint nos calculs (tableau 1)

tableau 1. Les investissements liés à l’organisation des Jeux olympiques d’Athènes (2004)

tableau 1. Les investissements liés à l’organisation des Jeux olympiques d’Athènes (2004)
  • * Les Fonds européens n’ont pas eu pour objectif de financer les équipements sportifs mais de favori (...)

Note **

72En termes relatifs, les dépenses liées à l’organisation des Jeux prennent un tout autre relief : alors que pour Barcelone (1992), elles se sont élevées à 1,2 % du PIB espagnol de l’époque, à 1,8 % environ pour Montréal (1976), à 1 % environ à Pékin (2008), et vraisemblablement autour de 0,5 % pour Londres (2012), on atteint près de 7 % pour les Jeux d’Athènes. On mesure mieux la cacophonie évoquée plus haut ; selon Nuno Fernandès, cet « échec financier pèsera encore longtemps sur le contribuable grec ».

73De même, le gouvernement en place à l’automne 2004 s’est trouvé face à une absence de plan de gestion post-olympique pour l’ensemble des sites, contrairement à ce qui avait été annoncé par le gouvernement précédent. A. Zimbalist remarque que de nombreux sites « sont soit vides, soit rarement utilisés, et occupent des terrains précieux dans ce centre urbain surchargé » (op. cit., p. 11)...

74Le gouvernement a alors établi le contact avec les fédérations sportives, des entreprises publiques et des sociétés privées afin d’étudier l’avenir possible pour ces installations. Une commission composée des représentants du ministère de l’Économie et des Finances, du ministère de la Culture, du COJO, de la société « biens immobiliers olympiques SA » et d’économistes, a été chargée d’étudier les différentes pistes pour l’utilisation des installations olympiques.

75Les municipalités de l’Attique ont émis le souhait de collaborer avec le gouvernement pour que le devenir des installations olympiques réponde à l’intérêt public. Le gouvernement annonça dès lors que l’intérêt des citoyens resterait l’axe principal du plan de gestion des installations olympiques et que celles-ci seraient dévolues, dans ce but, aux communes et au secteur privé, afin de développer le sport, la culture et le tourisme. Dans un premier temps, l’État s’est assuré que les installations seraient gardées 24h sur 24 à la fois par des sociétés privées et par près de 1 500 policiers et soldats. Des images d’installations laissées à d’abandon ont alors été diffusées par certains médias, mais le gouvernement est vite intervenu pour préciser qu’il s’agissait d’images dues au démontage des constructions olympiques temporaires, précisant que le ramassage et le retrait des matériaux inutiles étaient à la charge du COJO, qui doit ensuite remettre les installations à l’État. Les élus locaux ont ensuite eu la responsabilité de veiller eux-mêmes à la garde et à la maintenance des biens immobiliers, des centres médicaux et du matériel informatique.

76L’orientation principale du projet de loi repose sur l’intégration et la valorisation des installations sportives, exploitées sur la base de contrats à long terme, au sein des communautés locales, qui ont les possibilités de participer à des partenariats avec le secteur privé. Le gouvernement a tenu à mettre l’accent sur la pleine transparence dans la gestion de ce dossier, avec des appels d’offres internationaux et des conditions et préalables sans équivoque. Le projet de loi clarifie le rôle de l’État, des particuliers et la participation des collectivités locales. Il s’articule autour de trois grands principes, la qualité de la vie en Attique, l’activité économique et la création d’emplois. À cela s’ajoute un volet « vert », lequel prévoit de nouveaux espaces de verdure et l’interdiction de toute construction en dur « même d’un mètre de terrain » autour des installations sportives. Globalement, le projet de loi prévoit une valorisation des installations olympiques reposant sur une utilisation sportive, récréative et culturelle.

77Prévu pour être initialement voté en décembre 2004, le projet de plan de gestion des équipements olympiques a finalement été présenté le 31 mars 2005, par la ministre adjointe à la Culture, chargée des sports. Cette dernière a précisé que le projet avait été établi en un « temps record », rappelant que « le gouvernement précédent n’avait aucun projet de prêt pour l’utilisation post-olympique des installations, et nous avons dû travailler durement et de façon méthodique pour qu’un temps précieux ne soit pas perdu »9. Le projet de loi sur l’utilisation des installations et infrastructures olympiques est présenté comme une innovation pour la Grèce, étant donné « qu’il règlera toutes les questions à la fois juridiques, d’aménagement du territoire et d’urbanisme et de droits des propriétés, pour toutes les installations olympiques sans exception ». Le gouvernement semble donc vouloir mettre en avant les leçons tirées de l’organisation des Jeux et tirer parti de ses nouvelles méthodes de travail. Le défi de l’après J.O semblait donc en passe d’être réussi pour Athènes et la Grèce.

78Devant l’enjeu métropolitain et national que représentaient les Jeux, Athènes se devait d’être prête à temps pour les accueillir. Pour la première fois de son histoire, la capitale hellénique a mené à terme un schéma d’aménagement du territoire qui semble être en mesure de répondre à ses besoins à long terme. Les Jeux ont ainsi été un instrument d’aménagement efficace, ils ont permis à la capitale grecque de s’équiper, de s’aménager et de s’organiser durablement. Le projet urbain athénien, qui tardait à se concrétiser depuis des décennies, a enfin trouvé son application à travers le projet olympique.

79Tout cela était sans entrevoir les abîmes dans lesquelles sombreraient la Grèce, quand à l’automne 2009, le pays s’engouffra dans une crise budgétaire contraignant l’État à mettre en place un plan de rigueur des plus austères face au déficit budgétaire colossal du pays (15,4 % du PIB en 2009, 10,5 en 2010). La facture laissée par l’accueil des Jeux n’explique pas, bien évidement, à elle seule les difficultés financières de la Grèce mais elle a contribué à précipiter le pays dans un état de quasi faillite. Est-ce à ce prix qu’il fallait recevoir les Jeux ? Gageons que la Grèce saura faire face à ce nouveau challenge.

80Ce texte reprend et actualise des éléments de notre thèse de géographie soutenue en 2005 à l’Université de Franche-Comté.

81HENRY Adeline (2005), Projet urbain et Jeux olympiques : le cas d’Athènes, 2004, 376 p., 14 tabl., 48 fig. Directeurs de thèse : Jean PRAICHEUX (Professeur à l’Université de Franche-Comté), Petros PETSIMERIS (Professeur à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne). Jury : Jean-Pierre AUGUSTIN (Professeur à l’Université de Bordeaux III), Alain GELES (Président de la Fédération Française de Pentathlon Moderne, Maria GRAVARI-BARBAS (Professeur à l’Université d’Angers).

Notes

1 ARVANTINOS A., Athènes, essai de planification d’une métropole « spontanée », in La grande ville : enjeu du xxie siècle, BEAUJEU-GARNIER J., DEZERT B., Paris, PUF 1991.

2 Parler vrai, entretien avec Dora BAKOYANNIS, http://www.amb-grece.fr.

3 SABBAH C., Athènes, le dernier méga-rêve de Mélina, Urbanisme, no 274-275, mai/juin 1994.

4 Athlétisme, aviron, badminton, base-ball, basket-ball, boxe, canoë-kayak, cyclisme, équitation, escrime, football, gymnastique, haltérophilie, handball, hockey, judo, lutte, natation, pentathlon moderne, softball, taekwondo, tennis, tennis de table, tir, tir à l’arc, triathlon, voile, volley-ball.

5 AUGUSTIN, J.-P., Le sport, nouvel universel de l’emblématique urbain, in Penser la ville de demain L’Harmattan, Géographie et Culture, 1994.

6 « Athènes, la pensée de Midi », numéro 11, Actes-Sud, hiver 2003-2004.

7 « La cérémonie d’ouverture est inspirée d’Apollon, la clôture de Dionysos », Le Monde, 30 août 2004.

8 SEBASTIANI J. (2004), Les Jeux olympiques d’hiver dans les villes alpines : évolution, modalités d’organisation et conséquences territoriales, Université de Franche-Comté.

9 Bulletin quotidien de l’agence de presse athénienne du 8/09/2004, http://www.amba-grece.fr.

Notes de fin

* Les Fonds européens n’ont pas eu pour objectif de financer les équipements sportifs mais de favoriser leur accessibilité. Du côté de l’État grec, les Jeux ont été largement financés par l’emprunt.

Table des illustrations

Légende Figure 1 - L’évolution d’Athènes à la fin du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Figure 2 - Le projet olympique.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 3 – Les sites sportifs olympiques Athènes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 4 – Les sites hors d’Athènes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/570/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre tableau 1. Les investissements liés à l’organisation des Jeux olympiques d’Athènes (2004)
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/570/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

Auteur

Adeline HENRY, docteur en géographie, chargée de mission aménagement du territoire, Région Champagne-Ardenne.

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search