Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

Remarques sur l'emploi de semibarbarus

Alain Chauvot

Texte intégral

1Que signifiait, pour un latinophone de l’Empire romain, le fait de qualifier un lieu, un individu ou un groupe de “semibarbare” ? Voyait-on là un partage (géographique, ethnique ou culturel) égal entre la barbarie et la civilisation (ou la romanité), la frontière passant au cœur du mot et de la réalité à laquelle il renvoie, ou bien l’une des composantes dominait-elle l’autre ? La “semibarbarie” (relevons que ce substantif n’existe pas en latin) évoque et deux mondes et la frontière qui les sépare : s’agit-il d’une frontière-barrière, ou d’une frontière-passage et, dans ce cas, vers quelle direction ?

  • 1 M. Dubuisson, “Remarques sur le vocabulaire grec de l’acculturation”, Revue belge de Philologie et (...)
  • 2 M. Dubuisson, op. cit., en particulier p. 11-16.
  • 3 M. Casevitz, op. cit., p. 137 ; cf. Euripide, Phenic., 138 (aspect semibarbare de Tydée l’Etolien).
  • 4 Philostrate, V. Apoll., I, 16.
  • 5 Id„ V. Soph., II, 1,13.
  • 6 Hérodien, VI, 8, 1. M. Casevitz, op. cit., p. 138, a relevé le passage sans le commenter.

2L’emploi de semibarbarus pose le problème des notions de mélange et d’acculturation ; mais ce sont surtout les termes grecs morphologiquement (ce qui ne signifie pas sémantiquement) comparables, (μιξοβάρβαρος) mixobarbaros et (ἡμιβάρβαρος) hèmibarbaros, qui ont retenu l’attention1. M. Dubuisson a montré qu’un mixobarbaros est un Grec en voie de barbarisation ethnique, par opposition au (μιξέλλην) mixhellène, barbare en voie d’hellénisation culturelle2 ; M. Casevitz (qui ne se réfère d’ailleurs pas à l’étude de M. Dubuisson) parvient à des conclusions proches, relevant toutefois que mixobarbaros peut qualifier un Grec dont l’apparence étrange présente un élément barbare3. De fait, M. Dubuisson nuance son propos en admettant, à partir de deux passages de Philostrate, que mixobarbaros ou hèmibarbaros peuvent également ne pas renvoyer à la notion de mélange ethnique : dans un cas, le terme définirait un manque de culture qui pourrait être le fait de Grecs comme de barbares4, dans l’autre cas, il s’appliquerait à une incorrection de langue plutôt qu’à une langue mixte5. Mixobarbaros pourrait donc également qualifier un comportement culturel, lié ou non à une origine ethnique, mais non à un mélange ethnique. Ajoutons qu’un texte d’Hérodien, non relevé par M. Dubuisson, et évoqué, infra, à propos du texte 6), va dans ce sens : des populations de l’intérieur de la Thrace, faiblement civilisées, sont qualifiées de mixobarbaroi6 ; c’est leur comportement qui est en cause, lié à une origine ethnique, mais sans idée de mélange. C’est dans des sources d’époque impériale (Philostrate et Hérodien), que la notion de mélange ethnique tend à disparaître, au profit de la qualification d’un comportement culturel lié, ou non, à une origine ethnique.

  • 7 SHA, Maximin., 2, 5.
  • 8 F. Altheim, “Die Abstammung des Maximinus Thrax”, Rheinisches Museum, 90, 1941, p. 192-206.
  • 9 E. Hohl, “Die “gotische Abkunft” des Kaisers Maximinus Thrax”, Klio, 34, 1942, p. 264-289, en parti (...)
  • 10 K. Christ, “Römer und Barbaren in der hohen Kaiserzeit”, Saeculum, 10, 1959, p. 286, n. 149.
  • 11 Je n’y ajoute, infra, que Jérôme, Ep., 123, 16.

3Qu’en est-il de semibarbarus ? Pour l’essentiel, je m’en tiendrai à l’état de la question suivant. Sa mention dans un passage de l'Histoire-Auguste7 a donné lieu à un débat entre F. Altheim et E. Hohl, le premier tenant pour la notion de mélange ethnique lié à une faible romanisation8 le second pour le simple sens de “semicivilisé”9. En 1959, K. Christ lui a consacré une note infrapaginale, dans laquelle il relève que la fréquence du terme est un indice important de la conscience que l’on avait, du côté romain, du fait que le “processus de mélange”, sous-entendu ethnique, semble-t-il, était peu différencié au début (“ein wichtiges Kriterium dafür, dass der Vermischungsprozess von römischer Seite aus zunächst nur wenig differenziert wurde, lässt sich der Frequenz von semibarbarus ablesen”)10. De fait, la liste des emplois, fournie par les fiches de travail du Thesaurus Linguae Latinae11 laisse apparaître une presque inexistence d’usage avant le IVe siècle après J.-C. ; mais K. Christ laisse de côté la variété que l’examen de détail pourrait révéler.

1) RECENSEMENT DES OCCURRENCES

4Le terme semibarbarus a une histoire curieuse. Il est attesté pour la première fois chez Suétone, et ne réapparaît qu’avec Lactance ; la plupart des occurrences datent du IVe siècle ou du début du Ve siècle (Jérôme marquant pour lui une certaine prédilection), la liste se terminant avec Jordanès. Il est le plus souvent employé comme adjectif.

  • 12 Ciuitates donatos et quosdam e semibarbaris Gallorum recepit in curiam (éd. H. Ailloud, Paris, Bell (...)

51) SUÉTONE, Div. Iul., 76, 5 :...“(César) fit entrer au Sénat des gens qui avaient reçu la citoyenneté romaine, et même certains d’entre eux qui appartenaient à des peuples gaulois semibarbares...”12

  • 13 Hunc...Daiam adulescentem quendam semibarbarum (éd. J. Moreau, Sources chrétiennes, 39, Paris, 1954 (...)

62) LACTANCE, De morlibus persecutorum, 18, 13 : “Ce... (Maximin) Daia, un jeune homme semibarbare...”13

  • 14 ... Et leges Romanis moresque constituit, qui consuetudine proeliorum iam latrones ac semibarbari p (...)

73) EUTROPE, I, 3 : “...Et (Numa) donna des lois et des bonnes mœurs aux Romains, qui se conduisaient en brigands et en semibarbares par l’habitude des combats...”14

  • 15 ...Ipse supra inpacati Rheni semibarbaras ripas raptim vexilla constituens... (éd. F. Del Chicca, R (...)

84) SYMMAQUE, Laudatio in Valentinianum Augustum prior, 14 : “...(Valentinien) établissant aussitôt des détachements sur les rives semibarbares du Rhin non pacifié...”15

95) JÉROME

    • 16 ...Cum post Romana studia ad Rheni semibarbaras ripas eodem cibo, pari frueremur hospitio... (éd. e (...)

    ep. 3, 5 : “Après avoir étudié à Rome, nous avons joui, auprès des rives semibarbares du Rhin, de la même table, de la même pension...”16

    • 17 Nec. mirum si me et absentem, et iam diu absque usu Latinae linguae semibarbarumque, homo Latinissi (...)

    ep. 50, 2 : “Quoi d’étonnant que, puisque je suis absent, désaccoutumé depuis longtemps de la langue latine, enfin semibarbare, ce latinissime et facondissime personnage l’emporte sur moi...”17

    • 18 ..Sed scelere semibarbari accidit proditoris...(Labourt, trad. mod.)

    ep. 123, 16 : “(Mais ce malheur est arrivé) par le crime d’un traître semibarbare...”18

    • 19 ...in Lepti urbe semibarbara et posita in solitudine... (PL, 23.)

    Adversus Iouinianum, 1, 48 : “Dans la cité de Lepcis, semibarbare et sise dans les solitudes...”19

  • 20 Hic adulescens et semibarbarus et uix adhuc Latinae linguae, prope Thraecica imperatorem publice pe (...)

106) SHA, Maximin. 2, 5 : “Celui-ci (Maximin), alors un jeune homme, en semibarbare qu’il était, et peu familier de la langue latine, demanda devant tous pratiquement en thrace à l’empereur...”20

  • 21 ..Illi paulo ante feri ac semibarbari (éd. et trad. J. Lagarrigue, Sources chrétiennes, 176, Paris, (...)

117) SALVIEN, Ep. IV, 20 : “...Ces gens-là (Romains et Sabins), qui peu auparavant étaient encore sauvages et semibarbares...”21

  • 22 ...Maximinus, quamuis sernibarbarus adulescens... (éd. Th. Mommsen, MGH, AA, V, 1, 1882).

128) JORDANËS, Getica, 84 : “Maximin, un jeune homme semibarbare...”22

  • 23 J. Gascou, Suétone historien, Rome, 1984, p. 404.

131) C’est la première attestation. Le terme s’applique à des personnes, à propos du mépris des usages par César : celui-ci fait entrer au Sénat “des gens qui avaient reçu la citoyenneté romaine” (donc qui n’étaient pas romains de naissance) “et même certains d’entre eux qui appartenaient à des peuples gaulois semibarbares”23. Il ne renvoie pas à un mélange ethnique, mais vise des provinciaux qu’une partie de l’opinion, et sans doute Suétone lui-même, considère comme insuffisamment romanisés pour entrer au Sénat : le biographe dénonce une insuffisance culturelle, liée à une origine ethnique interne à l’Empire.

  • 24 j. Gascou, loc. cit.
  • 25 César, Guerre civile, III, 59, 2 ; E. Hohl, op. cit., p. 280, n. 2 ; il n’est de toute façon pas ex (...)

14Seraient visés, pour J. Gascou, des Gaulois de Gaule Chevelue, par opposition aux Gaulois de Narbonnaise24 ; mais E. Hohl avait déjà relevé qu’on pouvait voir là une allusion à Rucillus et Egus, deux frères allobroges (donc originaires de la province de Narbonnaise), introduits au Sénat par César25.

  • 26 Dion Cassius, 43, 47, 3 : César fait entrer au sénat un grand nombre de nouveaux membres sans en ex (...)

15Aucun des auteurs de langue grecque traitant de l’œuvre de César (Plutarque, Appien, Dion Cassius) n’a fait une allusion précise à l’origine ethnique des nouveaux sénateurs de César : seul Dion Cassius évoque, de façon très générale, leur (prétendue) basse origine26.

16Il est vraisemblable que Suétone se fait l'écho de la propagande anticésarienne, comme en Div. Iul, 80, 1-2, où, à propos de peregrini admis au Sénat, il cite le couplet “chanté partout” : “après avoir triomphé des Gaulois, César les fait entrer à la curie/Les Gaulois ont quitté leurs braies pour prendre le laticlave”. Il faut vraisemblablement penser au rôle des agents de la propagande sénatoriale, qui ont d’ailleurs pu rencontrer un écho favorable auprès d’une plèbe romaine toujours inquiète d’être menacée dans ses prérogatives. Ce qui est stigmatisé, c’est la nature profonde de ces nouveaux sénateurs, encore considérés comme peregrini, leurs braies symboles de la grossièreté barbare venant à peine d’être quittées pour le laticlave : leur romanisation est superficielle, et la semibarbarie ne signifie pas que le partage soit égal entre barbarie et romanité.

17Suétone a-t-il introduit le terme dans la langue latine ? On peut seulement émettre l’hypothèse que celui-ci a pu être utilisé verbalement de façon polémique dès l’époque de César, ou même auparavant, mais que ce serait avec Suétone qu’il serait pour la première fois employé par écrit, sans grand écho d’ailleurs. Mais Suétone ne pouvait pas ne pas avoir présentes à l’esprit ses origines grecques.

18Semibarbarus ne correspond pas ici à mixobarbaros au sens de civilisé en voie de barbarisation ethnique, ni même de faiblement cultivé en dehors de toute connotation ethnique. Suétone lie implicitement un faible niveau de civilisation et une origine ethnique entièrement non romaine. Autrement dit, pour exprimer sa pensée, Suétone, s’il avait utilisé un vocable directement construit à partir du grec classique, aurait pu prendre plutôt pour modèle mixhellène (barbare partiellement hellénisé), et écrire semiromanus (qui aurait littéralement signifié barbare moyennement romanisé). Risquons une hypothèse : les sources grecques où apparaît un tel sens de mixobarbaros étant d’époque impériale, postérieures à Suétone (Philostrate, Vie d’Apollonios, I, 16, et Hérodien, VI, 8, 1), on peut se demander si le grec (hèmibarbaros, ou mixobarbaros) n’a pas alors été contaminé par le latin semibarbarus au sens suétonien.

  • 27 M. Dubuisson, op. cit., p. 11.

19Mais Suétone n’a pas écrit semiromanus (et d’ailleurs, de façon générale, semiromanus est pratiquement inusité). Comme le relève M. Dubuisson27, “de tels composés ont plus naturellement pour deuxième terme celui qui exprime l’état d’arrivée”. Or, quand un Grec parle de mixhellène, il évoque un phénomène culturel, l’acquisition inachevée de la culture grecque que tout homme peut accomplir ; il s’agit là d’un point de vue optimiste sur un processus d’acculturation. Pour Suétone, pour le courant d’idées dont il se fait l’écho, le fait de parler de semibarbari est une prise de position sur la situation de ces personnages, le bien-fondé de leur introduction au Sénat, leur destin politique et culturel possible ; en insistant sur le terme (barbari) qui constitue le point de départ, et en le mettant en lieu et place de celui qui, dans le modèle grec, constituerait le point d’arrivée, il met en cause la possibilité de dépasser ce point de départ. Le contact avec la civilisation romaine n’a pu défaire que très partiellement ces Gaulois de leur barbarie originelle. Le fait que l’emporte la part barbare de leur nature les empêche de passer la frontière permettant l’intégration dans les institutions romaines.

  • 28 Lactance, De mortibus persecutorum, IX, 2.
  • 29 Zosime, II, 8, 1 ; Epitome de Caesaribus, 40, 1, 18.
  • 30 Lactance, De mortibus..., XXXVIII, 5-6.
  • 31 Ibid, XXXVIII, 3.

202) L’adjectif concerne Maximin Daia, parent de Galère. Ce dernier, transdanubien par sa mère, fait preuve d’une naturalis barbaries28 ; la “demibarbarie” ethnique de Galère (le terme semibarbarus n’est pas utilisé pour lui) explique sa totale barbarie de comportement. Maximin Daia est le fils de la sœur de Galère29 : il est donc considéré comme partiellement barbare sur le plan ethnique (au quart barbare, si l’on veut), mais cette idée reste implicite chez Lactance. Toutefois, l’angoisse devant le mélange ethnique imprègne le texte : Maximin a une attitude comparable à celle de son oncle maternel ; entouré de gardes du corps carpes auxquels il offre comme épouses des Romaines30, il a une barbara libido31. Sa semibarbarie renvoie donc à un mélange ethnique, où la part barbare est la plus faible, mais explique un comportement où la marque de la barbarie est supérieure à celle de la romanité : il suffit d’un peu de barbarie ethnique pour qu’un tel “semibarbare” se comporte en vrai barbare ; à plus forte raison, il doit en être de même des “demibarbares” de son entourage. De tels individus, disposant d’un pouvoir à l’intérieur des frontières de l’Empire, sont considérés en réalité, sur le plan du comportement, comme étant au-delà des frontières de la civilisation, en pleine barbarie.

21La reprise par Lactance d’un terme non attesté depuis Suétone s’accompagne donc d’un élément nouveau : certes, le faible degré de romanisation est visé ; mais la notion de mélange est, pour la première fois à notre connaissance, introduite en latin.

  • 32 Florus, I, 2.

223) Le terme concerne un groupe, les Romains de l’ancien temps, et définit un comportement, en l’absence et de lois et de règles de vie apportées par une autorité supérieure : celui-ci est fait du goût des combats, et apparente aux brigands. Toutefois, les Romains ne sont pas dits s’être conduits en barbari, même si l’ignorance des lois et des règles de vie aurait pu justifier un tel terme, jugé sans doute ici trop fort. Notons qu’au IIe siècle Florus avait, pour traiter le même sujet, employé barbari pour désigner les Romains contemporains de Numa32 : faut-il penser qu’au IVe siècle, où la confrontation romano-barbare est plus angoissante, Eutrope a reculé devant un tel usage ? Semibarbari laisserait plus clairement la porte ouverte à une capacité interne à la civilisation, c’est-à-dire à la possibilité pour les Romains de devenir eux-mêmes. Il traduit ici à la fois un état de sauvagerie et une possibilité du passage de la frontière barbarie-civilisation.

  • 33 Laudatio in Valentinianum Augustum prior, 2 (fines Ponticos proferre).
  • 34 Ibid, (“tu as rassemblé les traits représentatifs du monde”, mundi exempta).
  • 35 Laudatio II, 31 : fasces in prouincias mittite, trans Rhenun indices praeparate (éd. O. Seeck, MGH,(...)

234) Semibarbarus définit un élément d’un paysage à signification politico-militaire, une frontière entre l’Empire et le monde barbare germanique, plus particulièrement alaman, alors que l’ennemi barbare tient la rive droite du Rhin ; il faut sans doute en conclure que le terme sert à qualifier le contrôle exercé à part égale par l’Empire et des barbares sur les rives. Au moment où Symmaque loue Valentinien (février 368), l’accent est mis sur la consolidation de la frontière. En apparence il y a partage entre une romanité sur la défensive et une barbarie dont l’élan a été stoppé. Fragile équilibre : dans le même discours, Symmaque suggère (à propos d’autres lieux33, ou de façon générale34) le thème de l’agrandissement de l’Empire. Et le fait que le Rhin soit dit “non pacifié” laisse transparaître un sentiment d’inachevé devant l’œuvre accomplie. Deux ans plus tard, logiquement, Symmaque se prononce ouvertement pour la provincialisation du sol alaman35 : le Rhin pacifié, la semibarbarie de ses rives ne pourra qu’avoir disparu ; l’apparente fixité de la frontière aura fini par s’effacer devant le souhait de conquête.

245)

  1. Faut-il voir là un écho de Symmaque ? Jérôme évoque, en 375, le temps passé à Trèves, qu’il situe de façon erronée sur le Rhin. Pour lui, on est déjà là sur les confins, et le pays reçoit l’empreinte de la barbarie du fait qu’on se rapproche de la Germanie libre. La semibarbarie apparaît comme figée, témoignant de l’épaisseur d’une zone intermédiaire qui est encore l’Empire, mais qui porte en elle l’annonce du monde barbare ; si, littéralement, Jérôme parle d’un séjour sur des rives semibarbares, l’esprit de sa remarque prend plutôt en compte toute la région rhénane, à ses yeux insuffisamment marquée par la latinité ; on est donc loin du sens du texte de Symmaque. Le passage doit être rapproché de deux lettres, ep. 15, 2, et ep. 16, 2, dans lesquelles Jérôme évoque son séjour dans le désert de Chalcis en Syrie, iuncto barbariae fine. La frontière politico-militaire ne fait que marquer l’aboutissement ultime d’une zone frontière épaisse, indistincte, à la fois climatique, psychologique et morale.

  2. Le terme s’applique, par autodérision, à l’auteur, qui se dit être en voie de barbarisation. Celle-ci s’accomplit par l’absence de la pratique du latin, fondement de l’appartenance à la romanité ; il peut donc y avoir barbarisation en dehors de tout processus de nature ethnique. La lettre est écrite en 393, alors que Jérôme est établi à Bethléem depuis plusieurs années.

    • 36 Le père de Stilichon est un Vandale (Orose, Adv. Pag., éd. C. Zangemeister, CSEL, 5, 1882, 7, 38, 1 (...)

    Le terme qualifie Stilichon, accusé de trahison. Il peut renvoyer à un état ethnique figé (l’origine demibarbare de Stilichon), mais n’est employé qu’à partir du moment où le comportement (supposé) de celui-ci est considéré comme favorable aux barbares (proditoris) : la composante ethnique barbare ferait pencher politiquement la balance en faveur du monde barbare. Ou encore, on dira que, si l’on met en présence dans un même individu barbarie et romanité, le second élément, plus faible, s’efface devant le premier, plus conquérant.36

  3. Le terme qualifie une cité, malgré son développement urbain, sans doute à cause de sa situation, dont la proximité du désert est exagérée, et peut-être en raison de ses lointaines origines puniques. Sa localisation dans l’Empire empêche de parler d’une pleine barbarie, mais sa situation apparait comme figée. Comme en 5 a), Jérôme déforme la réalité.

  • 37 SHA, Maximin., 1, 5 : hic de vico Threciae uicino barbaris, barbaro etiam patre et matre genitus...
  • 38 SHA, Maximin., 3, 1.
  • 39 SHA, Maximin., 3, 2.
  • 40 SHA, Maximin., 9, 5 :...ut erat Thrax et barbarus...(il est d’ailleurs rapproché d’un autre Thrace, (...)
  • 41 SHA, Maximin., 12, 3.

256) Semibarbarus s’applique à un empereur, Maximin. Mais l’auteur, dès les premières lignes, a affirmé la complète barbarie ethnique de Maximin : il est né, affirme-t-il, de parents barbares, un Goth et une Alaine, mais dans l’Empire, dans un village thrace voisin des barbares37 ; d’ailleurs, c’est more barbarico38 que ce barbarus39 s’entraîne au combat, et, en dépeignant son comportement cruel, l’auteur le dit Thrax et barbarus40 ; il fait preuve à la guerre d’une barbarica temeritas41.

  • 42 SHA, Maximin., 4, 4-5.
  • 43 SHA, Maximin., 9, 6.

26Il est donc clair, d’une part, que la barbarie ethnique (supposée) de Maximin fonde sa barbarie de comportement, et, d’autre part, que sa “thracité” n’a guère favorisé sa romanisation : la Thrace est considérée comme un pays voisin du monde barbare, où des barbares peuvent s’établir, et qui noue des relations commerciales régulières avec les barbares42 ; le jeune Maximin, tout barbare ethnique qu’il est (d’après l’auteur), s’exprime naturellement en thrace, et la référence à sa barbarie et à sa “thracité”, est suivie, comme par association d’idées, d’une comparaison avec un autre Thrace, grand ennemi de la romanité, Spartacus43.

  • 44 SHA, Maximin., 4, 5.
  • 45 SHA, Maximin., 4, 4.

27La Thrace de l’Histoire-Auguste est à la frontière morale de la barbarie, étroitement parente avec elle ; elle est aussi, au prix d’une certaine distorsion, à sa frontière géographique, puisque c’est ad riparn (sur le Danube), dans la région d’origine supposée de Maximin, que les Alains sont censés venir commercer avec le futur empereur44 : l’auteur confond (volontairement ?) Goths et Gètes45, fait fi des strictes limites administratives de la province de Thrace, et joue sur l’ambiguïté de la notion d’un peuplement thrace débordant au nord de cette province vers le Danube, mais aussi de l’effective limite danubienne du diocèse de Thrace du IVe siècle. Si l’on s’en tient plutôt, quant à l’origine géographique de Maximin, à la version d’Hérodien, il faudrait alors admettre que c’est au prix de ces ambiguïtés que l’auteur aurait décalé l’origine de Maximin vers la frontière danubienne. Si l’on entend par frontière la notion de proximité, et non de coupure, la frontière morale aurait, en quelque sorte, attiré la frontière géographique.

28Mais le fait de qualifier, certes une seule fois, Maximin de semibarbarus peut paraître surprenant : pourquoi cet adoucissement apparent ? On peut donner deux réponses, non exclusives.

  • 46 F. Altheim, “Zum letzten Mal : Maximinus Thrax”, Klio, 91, 1942, p. 350, refuse de lier l’incapacit (...)

29Tout d’abord, dans le contexte d’emploi, semibarbarus est rapproché d’un élément romain mal possédé par le futur empereur, sa faible connaissance du latin (comme en 5b ; mais, à la différence de 5b, il ne s’agit pas d’une perte de cette connaissance mais d’un apprentissage insuffisant) : l’auteur se moque et de son comportement devant Septime-Sévère, et de son incapacité à maîtriser le latin ; Maximin n’est pas ici défini par rapport aux critères de barbarie qui l’opposent directement à la romanité (ainsi sa temeritas), comme c’est le cas ailleurs, mais par rapport à un critère de romanité qui l’éloigne de celle-ci, alors, qu’il tente, maladroitement, d’y entrer. Maximin est alors encore jeune, et l’éloignement dont il fait preuve envers les valeurs de la romanité ne s’est pas encore transformé en complète opposition ; le qualifier de semibarbarus en ce cas est donc simple affaire de nuance46. Cette semibarbarie culturelle n’est pas, en apparence du moins, explicitement rapprochée de sa barbarie ethnique (supposée), mais de sa “thracité” : c’est en thrace qu’il s’exprime.

  • 47 Hérodien, VI, 8, 1.
  • 48 F. Altheim, “Zum letzten Mal...”, p. 351, a cherché à expliquer différemment ce ϰαὶ : il imagine qu (...)
  • 49 Hérodien, VII, 1, 2.
  • 50 On rejoint ici le sens de mixobarbaros analysé par M. Dubuisson, op. cit., p. 15, le manque de cult (...)
  • 51 Hérodien, VII, 1, 2.
  • 52 E. Hohl, op. cit., en particulier, pp. 279-280.
  • 53 E. Hohl, op. cit., p. 264. Contra : F. Altheim, “Die Abstammung...”, p. 200.
  • 54 Cf. A. Lippold, op. cit. infra, n. 57, pp. 272-275.
  • 55 Végèce, I, 20 ; Arnmien, XXXI, 16, 3 ; Pacatus, Pan. Lat. XII, XI, 4 ; XXXII, 4.

30La seconde raison vient de la source grecque de l’Histoire Auguste, Hérodien, qui a sans doute directement inspiré l’emploi. Hérodien écrit, à propos de l’origine de Maximin : τò µὲν γένος τῶν ἐνδοτάτω θραϰῶν ϰαὶ μιξοβαρβάρων)47. Comprenons qu’il est originaire d’une tribu de Thraces de l’intérieur, “et même semibarbares” : c’est là que l’auteur de l'Histoire-Auguste a pris l’idée de semibarbarus ; la valeur de ϰαὶ sert ici à renforcer l’idée d’éloignement de la civilisation contenue dans la mention “Thraces de l’intérieur”48. Il ajoute qu’il a été berger, précisant, un peu plus loin, “dans les montagnes de Thrace”49. Il n’est donc pas question de localisation frontalière (ces montagnes ne pourraient être que l’Haemus ou le Rhodope), encore moins de barbares originellement extérieurs à l’Empire. Mixobarbaroi ne peut pas signifier ici “Grecs en voie de barbarisation ethnique”, comme c’est le cas le plus souvent, mais populations semicivilisées, restées largement à l’écart du monde culturel gréco-romain50. Hérodien estime d’ailleurs que Maximin lui-même, par son comportement mais aussi par son origine, est un vrai barbare51 : il considère donc que, pour lui et ses compatriotes, ce n’est qu’une question de nuances que de parler de “semibarbarie” ou de “barbarie” ; la barbarie de Maximin est pour lui à la fois ethnique et culturelle, et c’est une barbarie ethnique interne à l’Empire. Quant à l’idée d’un mélange racial entre barbares, peut-être a-t-elle pu naître d’un délire supplémentaire sur le terme mixobarbaros. En 1, 5-6, l’auteur écrit que le père de Maximin, Micca, était goth, et sa mère, Hababa, alaine. Cette affirmation résulterait d’une lecture fantaisiste d’Hérodien, VI, 8, I52 : les noms des parents, Micca et Hababa, pourraient avoir été construits sur mixobarbaroi employé par celui-ci53 ; mais il pourrait s’agir seulement d’un procédé destiné à renforcer l’idée que Maximin était bien un barbare54. De toute façon, l’assemblage des Goths et des Alains est plusieurs fois rencontré dans les sources de la fin du IVe siècle55.

  • 56 SHA, Maximin., 9, 5.

31L’auteur de l’Histoire-Auguste, en écrivant Thrax et barbarus56, a conféré au et une valeur différente de celle du kai précité : il ne précise pas le sens du premier terme, comme chez Hérodien, mais il ajoute une autre définition, renvoyant à une barbarie extérieure à l’Empire. Dès lors, la semibarbarie de Maximin, si elle s’exprime à travers l’emploi de la langue thrace, trouve en réalité sa source dans une extériorité barbare. La part barbare l’emporte en lui : semibarbare ne signifie pas “demi-barbare”. Comme Hérodien, l’auteur de l'Histoire-Auguste n’établit guère de différence de fond entre barbarie et semibarbarie ; mais à la différence d’Hérodien, il situe l’origine de la barbarie ethnique au-delà de la frontière, même si la présence de celle-ci existe en deçà, dans un milieu favorable où elle se manifeste, à l’occasion, sous la forme d’une semibarbarie culturelle.

  • 57 SHA, Maximin., 4, 5. Sur ce problème, cf. le bilan (et les hésitations) d’A. Lippold, “Die Herkunft (...)

32Au-delà de la source grecque, il renoue, en l’adaptant aux circonstances de son temps, avec le modèle suétonien. Mais, alors que chez Suétone les individus visés étaient internes à l’Empire, l’auteur de l'Histoire-Auguste a forcé la note en attribuant à Maximin, même si son lieu de naissance était donné comme interne à l’Empire, une origine ethnique externe : c’est qu’à l’époque de la rédaction de l’œuvre (extrême fin du IVe siècle), la barbarie ethnique était plutôt entendue comme externe à l’Empire. Peut-être Maximin est-il, effectivement, originaire de la ripa du Danube. Mais on peut se demander s’il ne faut pas plutôt suivre la version d’Hérodien. En ce cas, pour conserver l’idée de barbarie, et critiquer en même temps certaines formes de la présence barbare, l’auteur de l’Histoire-Auguste s’est laissé entraîner à repousser l’origine supposée de Maximin un peu plus sur les marges de l’Empire, et à substituer à la Thrace intérieure la ripa du Danube57. C’est là que s’enracine, comme un incommensurable éloignement de la romanité, la semibarbarie culturelle de Maximin, produit de la rencontre de sa prétendue barbarie ethnique et de sa “thracité”.

337) Le terme s’applique à un groupe, les Romains de l’ancien temps, comme en 3), mis ici sur le même plan que les Sabins. Les uns et les autres sont décrits comme feri ac semibar bari, avant de se réconcilier. C’est le renoncement à la guerre qui marque leur départ définitif hors de la barbarie. La semi-barbarie constitue donc ici un point de départ définissant un peuple au comportement sauvage, mais capable d’évoluer de lui-même (et non, comme en 3), par une impulsion venue d’un pouvoir supérieur) vers la civilisation en dominant ses instincts ; il est vrai que ce sont les seuls Romains (et Sabins) qui sont ainsi qualifiés.

  • 58 Jordanès, Getica, 83.
  • 59 E. Hohl., op. cit., p. 172 ; A. Lippold, op. cit., p. 272.

348) Jordanès reprend purement et simplement l’affirmation contenue dans le texte 6), utilisant l'Histoire romaine de Symmaque58 qui suit l'Histoire-Auguste59.

35Bilan

3611 mentions : une du début du IIe siècle après J.-C. ; 8 du IVe siècle ; une du Ve siècle après J.-C. ; une du VIe siècle après J.-C. Le IVe siècle est l’époque privilégiée d’emploi.

37Mentions concernant un seul individu : 5 (Lactance : Maximin Daia ; Jérôme : lui-même ; Jérôme : Stilichon ; l’Histoire-Auguste : Maximin ; Jordanès : Maximin).

38Mentions concernant un ensemble d’individus : 3 (Suétone : les Gaulois introduits à la curie ; Eutrope : les Romains avant la législation de Numa ; Salvien : les Romains et les Sabins avant qu’ils ne se réconcilient).

39Mentions concernant un lieu : 3 (Symmaque : les rives semibarbares du Rhin ; Jérôme : idem, mais l’expression désigne en fait la région de Trèves ; Jérôme : la ville de Lepcis).

2) DÉFINITION GÉOGRAPHIQUE, ETHNIQUE OU CULTURELLE ?

40En ce qui concerne les groupes, il s’agit soit de Romains de l’ancien temps (Eutrope, Salvien), soit de provinciaux (Suétone), mais en aucun cas d’ensembles extérieurs à l’Empire. Dans le premier cas, il y a éloignement dans le temps, dans le second éloignement (relatif) dans l’espace par rapport au monde civilisé. Semibarbari, au pluriel, ne renvoie jamais à un mélange ethnique ; on est donc loin de mixobarbaroi, dont le sens implique en général la notion de barbarisation ethnique.

41En ce qui concerne les individus “semibarbares”, il semble qu’ils soient tous nés dans l’Empire, qu’il y ait ou non mélange ethnique (on mettra à part l’autodéfinition ironique de Jérôme). C’est le cas de Maximin, défini par l’auteur de l'Histoire-Auguste comme originaire d’une région frontalière. Quant à Maximin Daia, il est le parent de Galère, lui-même né dans l’Empire de l’union d’une Transdanubienne et d’un Romain d’après Lactance ; il est plus que vraisemblable que Lactance considère qu’il est né lui aussi dans l’Empire. Stilichon est lui aussi sans doute né dans l’Empire.

42Si l’on considère globalement les emplois pour des individus comme pour des groupes (8 sur 11), on constate que c’est seulement dans deux cas (Lactance pour Maximin Daia, et sans doute Jérôme pour Stilichon) que le terme renvoie à la notion de mélange ethnique ; dans trois cas, il s’agit de Romains qualifiés ainsi pour leur comportement (dans deux cas, Eutrope et Salvien, Romains de l’ancien temps, dans un cas, Jérôme, Romain contemporain) ; dans les trois cas restants, il s’agit soit de provinciaux (Suétone), soit d’un barbare né dans l’Empire, ou du moins d’un individu considéré à tort comme tel (l'Histoire-Auguste, ainsi que Jordanès), les uns et les autres mal romanisés.

43Quand il y a mélange, celui-ci induit quasi-obligatoirement un comportement qui, finalement, est globalement barbare, ou favorable aux barbares, quelle que soit l’importance de la composante barbare : l’équilibre des deux éléments est posé implicitement comme impossible. Ni Maximin Daia ni Stilichon ne sont définis comme des Romains en voie de barbarisation ethnique, mais plutôt comme des barbares ayant certes du sang romain mais agissant en barbares, ou au profit des barbares. Qualifier un individu de semibarbare pour des raisons de mélange ethnique est lié à un grief relatif au comportement.

44Il y a en définitive peu de différence entre Maximin Daia et Maximin quant au comportement : la semibarbarie ethnique du premier est porteuse d’un comportement barbare, et la (prétendue) barbarie ethnique du second détermine une attitude barbare ou semibarbare, c’est-à-dire opposée à la romanité ou éloignée d’elle.

45En ce qui concerne les lieux, il est frappant que dans deux des trois emplois il soit fait allusion au Rhin, le premier cas dans un sens strictement géographique, le second dans un sens plus métaphorique. Pour Symmaque, il s’agit sans doute d’opposer une rive gauche sous emprise romaine à une rive droite qui ne l’est pas (ou pas encore), mais dont la barbarie imprègne partiellement, telle une menace, l’ensemble du fleuve. Jérôme caractérise une région frontière dans laquelle il s’est senti plus ou moins étranger. Le troisième emploi est également le fait de Jérôme et qualifie une cité qui est partie intégrante de l’Empire, mais qu’il considère, de manière déformée, comme étant aux abords du désert et éloignée de la romanité. Chez Jérôme, cette semibarbarie interne à l’Empire et fruit d’impressions subjectives déformant le réel est naturellement porteuse d’angoisse : le caractère approximatif des notions géographiques est révélateur de l’existence d’un sentiment d’une romanité menacée.

46Il n’est pas impossible que le terme latin ait joué le rôle de relais dans l’évolution du sens du terme grec correspondant, qui, avant lui, désigne un Grec en voie de barbarisation ethnique, et, après son usage suétonien, met plutôt l’accent sur le comportement avec ou sans référence à l’origine ethnique.

47Il ne faudrait pas exagérer la coupure entre les sphères ethnique et culturelle : l’emploi du terme dans une sphère pouvait-il être sans connotation par rapport à l’autre sphère ? Autrement dit, parler de semibarbares sur le plan culturel était sans doute porteur d’un jugement implicite sur les semibarbares ethniquement définis, et, inversement, insister sur la semibarbarie ethnique avait un sens par rapport au degré de romanisation des individus et des groupes visés. Il n’y a donc, en définitive, rien d’étonnant à ce que les emplois de ce terme aient tendance à se regrouper à une époque où, parallèlement à la confrontation romano-barbare, un certain mélange ethnique a commencé de s’opérer, fonctionnant comme la toile de fond de cette soudaine plus grande fréquence.

3) ÉTAT FIXE OU TRANSITOIRE ?

48La semibarbarie est-elle un état figé, intermédiaire (et à quel degré ?) entre la barbarie et la romanité), ou une étape, soit vers la barbarie complète, soit vers la romanité ?

A) un état (désormais) figé

49Dans deux cas, l’un et l’autre chez Jérôme, semibarbarus exprime, à propos de lieux, avec netteté, une situation figée et depuis longtemps établie ; il s’agit des rives du Rhin, expression désignant en fait métaphoriquement la région rhénane sous domination romaine, et de la cité de Lepcis : nature du paysage, liée à la proximité géographique du monde barbare, et insuffisante empreinte de la latinité se conjuguent pour leur conférer un caractère qui apparaît comme définitif ; la frontière géographique entre monde romain et monde barbare n’est pas là linéaire, mais elle marque de son épaisseur l’intérieur d’un Empire qui possède en lui, sur ses marges, de troublantes et inquiétantes similitudes avec le monde barbare.

50On peut rapprocher de ces deux notations le qualificatif, toujours chez Jérôme, que celui-ci s’adresse à lui-même : il semble qu’il exprime un état désormais bien constitué, même s’il résulte d’une évolution ; on ne voit pas pourquoi Jérôme irait jusqu’à sombrer dans une complète barbarie. Toutefois, à la différence des deux emplois précédents, cette situation résulte d’une chute récente, liée à l’environnement, notamment l’absence de pratique du latin. Jérôme finit par rejoindre cette zone floue que constitue, on l’a vu, la frontière romanité-barbarie ; ayant intériorisé lui-même cet état-frontière, il ressent une relative perte de culture comme une plongée qui menace tout autant les individus qui composent l’Empire que celui-ci dans sa structure. Mais il ne s’agit pas là de la proximité d’une barbarie géographiquement définie et posée comme extérieure à l’Empire, mais d’une frontière interne entre civilisation et barbarie.

51Dans le cas des Gaulois de Suétone, la semibarbarie correspond à un comportement qui, certes, a pu traduire un certain effort pour sortir de la barbarie, mais qui n’apparaît plus susceptible d’évoluer dans ce sens.

B) une chute vers la barbarie

52Dans deux cas, concernant tous deux des individus, semibarbarus exprime un mélange ethnique accompagné d’une chute vers la barbarie, qu’il s’agisse de comportement psychologique, ou politique : il s’agit de Maximin Daia, décrit par Lactance, et de Stilichon par Jérôme. Ici, la frontière entre romanité et barbarie qui passait à l’intérieur des individus explose devant une irrésistible poussée de la seconde.

53Dans le cas de Maximin, évoqué plus par l'Histoire-Auguste que par Jordanès, on pourrait être tenté de voir un état culturel figé. Mais le fait qu’il soit qualifié plus souvent de barbarus que de semibarbarus incite à penser qu’en réalité il ne cesse d’être aspiré par sa barbarie ethnique primitive.

C) une étape vers la disparition de la barbarie

54Dans un cas (Symmaque), semibarbarus qualifie une frontière, et l’appel à la conquête qui peut résulter du texte (le Rhin est alors “non pacifié”) paraît impliquer que cette semibarbarie soit amenée à s’effacer (il est vrai que le second Éloge de Valentinien incite à cette lecture) : la semibarbarie des rives du fleuve est posée implicitement là comme transitoire, et le discours de Symmaque va bientôt être celui d’une romanité conquérante (ce qui ne signifie pas que les Alamans soient destinés à être assimilés : il n’est question que de lieux) ; il représente un cas à part dans notre liste.

55Chez Eutrope et Salvien, ce sont les anciens Romains qui sont ainsi qualifiés ; leur semibarbarie signifie qu’ils ont été potentiellement capables d’accomplir ce progrès. Il faut toutefois distinguer entre le point de vue d’un Eutrope, qui met l’accent sur une intervention extérieure, et celui d’un Salvien, qui voit là le résultat d’un effort interne. Mais si de tels textes expriment la foi en un passage de la sauvagerie à la civilisation, rien n’autorise à y voir une portée universelle. Tout au plus peut-on formuler l’hypothèse que le texte de Salvien n’exclut pas l’idée qu’un peuple puisse sortir de lui-même de la semibarbarie ; mais il serait vain d’aller au-delà, car la référence aux anciens Romains n’est pas ici centrale, et ne sert à l’auteur que d’élément de comparaison à propos des rapports entre ses parents et leurs enfants.

56Semibarbarus exprime donc le plus souvent une impossibilité d’évolution vers la romanité et la civilisation, soit qu’il y ait stagnation, soit qu’il y ait chute. Les seuls semibarbares, au sens culturel, à avoir franchi la frontière entre la barbarie et la civilisation sont les Romains d’autrefois. Au IVe siècle après J.-C., se dire semibarbarus pour un Romain évoque l’angoisse de la chute hors d’une romanité dont même les paysages sont menacés. Quant à la semibarbarie ethnique, elle n’est pas porteuse de l’espérance d’une montée vers la romanité, mais implique au contraire qu’on s’en éloigne ou qu’on s’y oppose. Et la semibarbarie culturelle peut n’être que le masque trompeur de la barbarie réelle, ethnique comme de comportement ; elle traduit alors l’incapacité à se rapprocher de la romanité, incapacité qui peut mener à une véritable opposition. Le terme n’exprime donc pas une frontière-passage de la barbarie vers la romanité, mais rend plutôt compte du sentiment d’une frontière-barrière, et même d’une chute possible vers la pleine barbarie.

Notes

1 M. Dubuisson, “Remarques sur le vocabulaire grec de l’acculturation”, Revue belge de Philologie et d’Histoire, 60, 1982, p. 5-32 (les conclusions de cette étude sont résumées dans J. Salmon, “Racisme ou refus de la différence dans le monde gréco-romain”, Dialogues d'Histoire ancienne, 10, 1984, p. 76) ; M. Casevitz, “Sur la notion de mélange en grec ancien (mixobarbare ou mixhellène)”, Mélanges E. Bernaud, éd. par N. Fick et J.-Cl. Carrière, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 444, 1991, p. 121-141.

2 M. Dubuisson, op. cit., en particulier p. 11-16.

3 M. Casevitz, op. cit., p. 137 ; cf. Euripide, Phenic., 138 (aspect semibarbare de Tydée l’Etolien).

4 Philostrate, V. Apoll., I, 16.

5 Id„ V. Soph., II, 1,13.

6 Hérodien, VI, 8, 1. M. Casevitz, op. cit., p. 138, a relevé le passage sans le commenter.

7 SHA, Maximin., 2, 5.

8 F. Altheim, “Die Abstammung des Maximinus Thrax”, Rheinisches Museum, 90, 1941, p. 192-206.

9 E. Hohl, “Die “gotische Abkunft” des Kaisers Maximinus Thrax”, Klio, 34, 1942, p. 264-289, en particulier p. 280.

10 K. Christ, “Römer und Barbaren in der hohen Kaiserzeit”, Saeculum, 10, 1959, p. 286, n. 149.

11 Je n’y ajoute, infra, que Jérôme, Ep., 123, 16.

12 Ciuitates donatos et quosdam e semibarbaris Gallorum recepit in curiam (éd. H. Ailloud, Paris, Belles-Lettres, 1931, trad. modifiée).

13 Hunc...Daiam adulescentem quendam semibarbarum (éd. J. Moreau, Sources chrétiennes, 39, Paris, 1954).

14 ... Et leges Romanis moresque constituit, qui consuetudine proeliorum iam latrones ac semibarbari putantur... (éd. C. Santini, Leipzig, 1979).

15 ...Ipse supra inpacati Rheni semibarbaras ripas raptim vexilla constituens... (éd. F. Del Chicca, Rome, 1984).

16 ...Cum post Romana studia ad Rheni semibarbaras ripas eodem cibo, pari frueremur hospitio... (éd. et trad. J. Labourt, Paris, Belles-Lettres, 1949-1963).

17 Nec. mirum si me et absentem, et iam diu absque usu Latinae linguae semibarbarumque, homo Latinissimus et facundissimus superet... (Labourt).

18 ..Sed scelere semibarbari accidit proditoris...(Labourt, trad. mod.)

19 ...in Lepti urbe semibarbara et posita in solitudine... (PL, 23.)

20 Hic adulescens et semibarbarus et uix adhuc Latinae linguae, prope Thraecica imperatorem publice petit...(éd. E. Hohl, Leipzig, 1927).

21 ..Illi paulo ante feri ac semibarbari (éd. et trad. J. Lagarrigue, Sources chrétiennes, 176, Paris, 1971, trad. mod.).

22 ...Maximinus, quamuis sernibarbarus adulescens... (éd. Th. Mommsen, MGH, AA, V, 1, 1882).

23 J. Gascou, Suétone historien, Rome, 1984, p. 404.

24 j. Gascou, loc. cit.

25 César, Guerre civile, III, 59, 2 ; E. Hohl, op. cit., p. 280, n. 2 ; il n’est de toute façon pas exclu que d’autres Gaulois de Narbonnaise (voire de Chevelue) soient visés.

26 Dion Cassius, 43, 47, 3 : César fait entrer au sénat un grand nombre de nouveaux membres sans en exclure les soldats ou les fils d’affranchis.

27 M. Dubuisson, op. cit., p. 11.

28 Lactance, De mortibus persecutorum, IX, 2.

29 Zosime, II, 8, 1 ; Epitome de Caesaribus, 40, 1, 18.

30 Lactance, De mortibus..., XXXVIII, 5-6.

31 Ibid, XXXVIII, 3.

32 Florus, I, 2.

33 Laudatio in Valentinianum Augustum prior, 2 (fines Ponticos proferre).

34 Ibid, (“tu as rassemblé les traits représentatifs du monde”, mundi exempta).

35 Laudatio II, 31 : fasces in prouincias mittite, trans Rhenun indices praeparate (éd. O. Seeck, MGH, AA,, VI, 1, 1883).

36 Le père de Stilichon est un Vandale (Orose, Adv. Pag., éd. C. Zangemeister, CSEL, 5, 1882, 7, 38, 1), officier au service de l’Empire (Claudien, De cos. Stil., I, 35-39, éd. Th. Birt, MGH, AA, X, 1882). En fait, seul le texte de Jérôme incite à penser que sa mère était romaine ; il ne serait pas complètement absurde de formuler l’hypothèse que Stilichon serait bien d’origine entièrement barbare, mais mal romanisé aux yeux de Jérôme. Mais on peut aussi penser que, si Stilichon avait été, ethniquement, pleinement barbare, Jérôme, qui ici l’attaque, n’aurait eu aucune raison de le ménager.

37 SHA, Maximin., 1, 5 : hic de vico Threciae uicino barbaris, barbaro etiam patre et matre genitus...

38 SHA, Maximin., 3, 1.

39 SHA, Maximin., 3, 2.

40 SHA, Maximin., 9, 5 :...ut erat Thrax et barbarus...(il est d’ailleurs rapproché d’un autre Thrace, Spartacus, et d’Athénion, esclave cilicien révolté).

41 SHA, Maximin., 12, 3.

42 SHA, Maximin., 4, 4-5.

43 SHA, Maximin., 9, 6.

44 SHA, Maximin., 4, 5.

45 SHA, Maximin., 4, 4.

46 F. Altheim, “Zum letzten Mal : Maximinus Thrax”, Klio, 91, 1942, p. 350, refuse de lier l’incapacité de Maximin de s’exprimer en latin à sa semibarbarie, estimant qu’il y aurait là une répétition dans le texte ; il me semble au contraire qu’en insistant sur cette incapacité le biographe précise sa pensée.

47 Hérodien, VI, 8, 1.

48 F. Altheim, “Zum letzten Mal...”, p. 351, a cherché à expliquer différemment ce ϰαὶ : il imagine qu’il y aurait dans ce village thrace, à côté du peuplement gréco-romain, des barbares pouvant se mêler au groupe précédent, Maximin lui-même restant un pur barbare ethnique.

49 Hérodien, VII, 1, 2.

50 On rejoint ici le sens de mixobarbaros analysé par M. Dubuisson, op. cit., p. 15, le manque de culture pouvant être le fait de Grecs comme de barbares.

51 Hérodien, VII, 1, 2.

52 E. Hohl, op. cit., en particulier, pp. 279-280.

53 E. Hohl, op. cit., p. 264. Contra : F. Altheim, “Die Abstammung...”, p. 200.

54 Cf. A. Lippold, op. cit. infra, n. 57, pp. 272-275.

55 Végèce, I, 20 ; Arnmien, XXXI, 16, 3 ; Pacatus, Pan. Lat. XII, XI, 4 ; XXXII, 4.

56 SHA, Maximin., 9, 5.

57 SHA, Maximin., 4, 5. Sur ce problème, cf. le bilan (et les hésitations) d’A. Lippold, “Die Herkunft des Kaisers C. Iulius Verus Maximinus”, Burnier Festgabe Johannes Straub zum 65 Geburtstag am 18 Oktober 1977, hrsg. von A. Lippold und V. Himmelmann, Bonn, 1977, p. 261-275, en particulier pp. 264-265. On ne reviendra pas ici sur le débat entre F. Altheim et E. Hohl : pour le premier Maximin serait bien un barbare né en Mésie Inférieure ; pour le second il s’agit d’un provincial mal romanisé. Maximin pourrait être un Mésien, pour R. Syme, Emperors and Biography : Studies in the Historia Augusta, Oxford, 1971, p. 185-186 (pays des Trebelli). Pour M.F. Petraccia Lucernoni, “Epigrafi Aquileiesi relative al riassetto delle vie Annia e Gemina e Yorigo di Massimino il Trace”, Antichità Altoadriatiche, 30, 1987, p. 119-136, qui s’appuie sur CIL V, 7989 et 7990, Maximin serait originaire de Nova Italica sur le Danube. L’auteur de l'Histoire-Auguste aurait mal compris sa source, qui parlait d’une natio Thracica au sens ethnique, et il aurait, par confusion, traduit par circonscription administrative ; quant à Hérodien, il n’aurait pas voulu dire que Maximin venait de l’intérieur de la province de Thrace, mais qu’il descendait de Thraces originaires de l’intérieur (p. 131) : il pourrait donc être né en Mésie Inférieure. Il ne me paraît pas nécessaire de forcer ainsi le sens des textes : l’auteur de l'Histoire-Auguste, s’il voulait maintenir l’idée d’une origine barbare de Maximin, était conduit à décaler son lieu de naissance vers le Danube, tout en brodant sur ses parents.

58 Jordanès, Getica, 83.

59 E. Hohl., op. cit., p. 172 ; A. Lippold, op. cit., p. 272.

Auteur

Professeur d'Histoire ancienne. Université de Strasbourg II

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search