Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

Frontières théoriques et réalité administrative : le cas de la Maurétanie tingitane

Christine Hamdoune

Texte intégral

  • 1 P. Trousset, “L’idée de frontière au Sahara et les données archéologiques”, Enjeux Sahariens, Paris (...)

1La Maurétanie Tingitane correspond à la partie occidentale du royaume maurétanien annexé à l’Empire en 39 ap. J.-C. à la suite de l’exécution de son roi, Ptolémée, sur ordre de Caligula, et divisé en deux provinces procuratoriennes par Claude au début des années 40. La Tingitane est bordée au nord par la Méditerranée, à l’ouest par l’océan Atlantique. Cependant au sud et à l’est, il s’avère très difficile de fixer avec certitude des frontières qui non seulement apparaissent floues et mal définies, mais aussi ne coïncident pas avec les limites du territoire sous le contrôle effectif de Rome. En effet, il importe de distinguer les fines Imperii, concept juridique, et leur support spatial, le limes, lié aux facteurs géographiques qui déterminent les réalités administratives et militaires1. Cette distinction est très nette dans les deux sources littéraires qui nous présentent une description de la province à un demi-siècle d’intervalle, celle de Pline l’Ancien (23-79) au début du livre V de son Histoire Naturelle et celle de Ptolémée (IIe siècle) dressant les coordonnées de tous les points géographiques, villes et peuples de la province tels qu’ils sont inventoriés à la fin du règne de Trajan.

I - LA LIMITE MÉRIDIONALE

1) Examen des sources

  • 2 Ptolémée, IV, I, 4, édition Müller, Paris, 1901, p. 584.

2La frontière méridionale de la province doit se confondre avec celle du royaume annexé. Mais à quelle latitude la situer exactement ? Les témoignages de Pline et de Ptolémée sont révélateurs, à notre sens, des difficultés de ces auteurs à cerner la notion très floue des fines Imperii dans cette région. Les indications les plus précises sont fournies par Ptolémée2 qui après avoir fixé les limites de la province à l’ouest (du cap Kôtès au Grand Atlas), au Nord (de Tingis Caesarea à l’embouchure de la Malva) et à l’est (de l’embouchure de la Malva “jusqu’à un point dont la position est située à ll°40’-26°”) termine par le sud : ἡ δὲ μεσημβρινὴ τοĩς παραϰειμένοις τῆς ἐντòς Λιβύης ἔθνεσι ϰατὰ τὴν επιζευγνυοῦσαν τὰ εἰρημένα πέρατα γραμμήν.”le bord méridional par les peuples de la Libye intérieure qui touchent à la ligne joignant les points dont nous avons parlé”, soit le Grand Atlas, 8°-26°30’à l’ouest et le point situé à l11°40’-26° à l’est.

  • 3 Ptolémée, IV, 1, 2, p. 579.
  • 4 Identification déjà proposée par C. Müller, Ptolémée, 1901, reprise par R. Roget, “Index de topogra (...)
  • 5 Pline, Histoire Naturelle (=H.N.), V, 1 à 13.

3Ces données chiffrées permettent d’identifier le Grand Atlas, τò Ατλας μείζων opoç3 à la retombée du Haut Atlas sur l’Atlantique au niveau du cap Ghir4 qui marquerait la limite de la province au sud-ouest. Quant à la limite sud-est, elle correspond à une donnée mathématique, certes précise mais qui n’est pas complétée, contrairement aux autres indications sur les limites de la province, par une référence à un accident topographique. La suite du texte de Ptolémée, consacrée à une localisation des accidents montagneux, des peuples indigènes et des villes de l’intérieur de la province, apporte très peu de renseignements sur la partie méridionale de la province. Or, nous retrouvons le même schéma dans la description de Pline5, détaillée pour le nord de la province mais floue, en apparence désordonnée et sans précision sur les confins pour le sud.

Les établissements romains de la Tingitane

Les établissements romains de la Tingitane
  • 6 Pour ce faire, Pline puise vraisemblablement dans un document administratif établi à l’époque d’Aug (...)
  • 7 Pline, H.N., 6-7.
  • 8 J. Desanges, Pline, note 1, p. 101.
  • 9 Pline, H.N., V, 7, traduction de J. Desanges, p. 48.

4Pline, en effet, consacre d’abord cinq paragraphes à une étude topographique et administrative de la province, du nord au sud, dans laquelle il met l’accent sur la localisation et le statut des villes6 et qu’il clôt par une première allusion à l’Atlas : ad montem Africae vel fabulosissimum, Atlantem. Il enchaîne ensuite avec une longue description de la montagne maurétanienne7, enrichie de digressions poétiques8 et dépourvue de tout support spatial véritable. Cependant, nous pensons qu’il serait bon d’interpréter ce passage comme une allusion à la frontière méridionale que les Romains croient pouvoir donner à la province. Le mont Atlas évoqué par Pline correspondrait au Haut Atlas atlantique de Ptolémée, Ατλας Μείζων ὄρος. Pline conclut de façon évasive : spatium ad eum immensum incertumque, “quant à l’espace qui nous sépare de l’Atlas, il est immense et incertain”9. Ces adjectifs laissent entrevoir l’écart qui sépare, en réalité, la partie septentrionale de la province, romanisée jusqu’à Sala, de sa partie méridionale, domaine des terres presque inconnues.

  • 10 Pline, H.N., V, 8 à 10. Pour Polybe, cf. P. Pedech, “Le voyage de Polybe en Afrique”, REL, 1955, p. (...)
  • 11 Pline, H.N., V, 9 : prodidit a monte eo ad occasum versus saltus plenos feris, quas generat Africa (...)
  • 12 Pline, H.N., V, 10 : in medio eo spatio Atlantem locavit, ceteris omnibus in extremis Mauretaniae p (...)

5Pour donner un aperçu de cet espace, Pline entreprend d’abord de résumer les périples de Hannon et de Polybe10 qui ont longé les côtes marocaines au-delà du cap Ghir jusqu’aux régions sahariennes. Il essaie de rattacher les données de Polybe à ce qu’il a écrit précédemment en multipliant les références à l’Atlas, ultime point de repère aux bornes de la province : “il rapporta qu’à partir de l’Atlas en direction de l’Occident s’étendent des brousses pleines des bêtes fauves qu’engendre l’Afrique jusqu’au fleuve Anatis”11, et plus loin : “c’est au milieu de cet espace que Polybe a placé l’Atlas, alors que tous les autres ont rapporté qu’il se trouve à l’extrémité de la Maurétanie”12.

  • 13 Pline, H.N., V, 11 : consulatu perfunctis atque e senatu ducibus, qui tum res gessere... Atlantem p (...)
  • 14 Pline, H.N., V, 14 : Suetonius Paulinus... Primus Romanorum ducum emensus, transgressas quoque Atla (...)
  • 15 Pline, H.N., V, 12 : Quinque sunt, ut diximus, Romanae coloniae in ea provincia, perviumque fama vi (...)

6Puis les paragraphes 11, 12 et 13 exposent les tentatives des Romains, dans les années qui suivent l’annexion, pour étendre, jusqu’à l’Atlas, les régions effectivement occupées et ce, sous l’impulsion des légats sénatoriaux13. Pline en profite pour rapporter en détail l’expédition de Suetonius Paulinus14 après avoir établi un lien entre la région de l'Imperium romanum administrée directement, et l’Atlas considéré comme fines, c’est-à-dire limite théorique du territoire, comme s’il voulait faire coïncider les deux notions : “Il y a, comme nous l’avons dit, cinq colonies romaines dans cette province et, à en croire ce qu’on raconte, on tiendrait l’Atlas pour aisément accessible”15.

  • 16 -J. Boube, “Fouilles archéologiques à Sala”, Hesperis-Tamuda, 7, 1966, p. 22-32, et N. Khatib, “L’a (...)
  • 17 Pline, H.N., V, 6 : oppidum Sala, eiusdem nominis fluvio impositum et Ptolémée, IV, 1, 2, p. 576.
  • 18 Pline, H.N., V, 5 : Oppidum Sala... iam solitudinibus vicinum elephantorurnque gregibus infestum, m (...)
  • 19 La fossa de Sala était constituée par un fossé bordé par un talus le long duquel s’échelonnaient de (...)
  • 20 Itinerarium Antonini Augusti, édition Parthey et Pinder, 6, 4, p. 3. L’itinéraire Antonin, document (...)
  • 21 Il n’est cependant nullement exclu qu’un établissement ait effectivement existé qui aurait échappé (...)
  • 22 La distance de XVI mp correspond au rayon d’action possible d’une patrouille capable de couvrir une (...)
  • 23 Dion Cassius, Histoire romaine, édition W. Heinemann, Cambridge, 1961, LXXV, 13 : Τοῦτο δὲ ἐστιν ἐν (...)
  • 24 Ptolémée, IV, 1, 5. Cf. Julius Honorius, Geographi latini minores (= G.L.M.), ed. Riese, 1878, p. 5 (...)
  • 25 I.A.M.2, 384, ara paris de Volubilis datée des années 173-175 : pro sainte Impe/ratoris Caesaris / (...)
  • 26 A. Jodin, Les établissements du roi Juba II aux îles purpuraires, Tanger, 1967, note des vestiges d (...)
  • 27 J. Marion, “Note sur la contribution de la numismatique à la connaissance de la Maurétanie Tingitan (...)
  • 28 R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane et de la Césarienne “, Studi Maghrebini, 4, 197 (...)
  • 29 Pline, H.N., V, 12 : cum ebori, citro silvae exquirantur, omnes scopuli Gaetuli muricibus, purpuris

7Les indications de Pline et de Ptolémée convergent donc pour fixer la frontière méridionale à une latitude assez basse alors que nous n’avons guère de traces d’une poussée des Romains dans le sud de la province, au-delà de Sala, ville maurétanienne mais très rapidement, profondément, durablement romanisée comme l’atteste la qualité du matériel archéologique et épigraphique dégagé lors des fouilles16. Cette cité, bâtie sur la rive gauche de l’oued Bou Regreg, le Sala ou Σαλάτα17 des Anciens, se présente comme un remarquable bastion avancé des civilisations maurétanienne puis romaine au milieu de régions isolées ou pour le moins très mal connues18. De ce fait, la ville doit être protégée par des fortifications dont on a retrouvé les traces19 et par l’existence d’un espace sous contrôle militaire des troupes romaines comme cela apparaît dans l’Itinéraire Antonin20 qui mentionne une dernière station sur la voie littorale, Exploratio ad Mercurios, à XVI mp de Sala, peut-être à proximité de l’oued Akreuch. Aucune trace d’un établissement n’a été trouvée21 dans un rayon conforme aux distances énoncées mais comme le nom de cette station le signifierait, il pourrait s’agir d’un lieu-dit, marquant la limite d’intervention de patrouilles détachées depuis la garnison de Sala22. La pénétration romaine au-delà de cette limite n’est pas exclue, notamment sous la forme de relations commerciales avec les tribus locales et d’expéditions militaires dont nous trouvons un écho chez Dion Cassius (155-235 ?) quand il évoque la localisation des sources du Nil du côté de l’Atlas dans la Maurétanie inférieure, pays des Macennites23. Cette remarque de Dion Cassius corrobore notre hypothèse en montrant à quel point les régions méridionales sont peu connues. En effet, d’après Ptolémée, les Makanitai occuperaient au sud du Moyen Atlas un espace compris entre la source de l’Oum er Rbia et celle du Bou Regreg24 à l’embouchure duquel est bâtie la ville de Sala. Ptolémée en fait donc un peuple au contact direct des Romains contrairement à Dion Cassius qui semble les repousser beaucoup plus au sud car l’Atlas qu’il évoque correspond au Haut Atlas actuel. Cependant Dion Cassius ne précise pas à quel niveau débute ce qu’il appelle la Maurétanie inférieure. Mais, étant donné qu’il ajoute : “les militaires qui servent là-bas arrivent jusqu’au voisinage de l’Atlas”, il est fort possible que le territoire des Macennites s’étende en partie du moins au nord de l’Atlas et que Dion Cassius ait élargi à toute la partie méridionale de la province le territoire d’un peuple situé assez près des Romains pour que des relations soient attestées25. La démarche de Dion Cassius ne serait pas sans analogie avec celle de Pline qui, entre Sala et l’Atlas, ne place que la puissante confédération des Autololes. Entre les Macennites et les peuples de Libye intérieure qui vivent au-delà des frontières de la province, Ptolémée ne mentionne aucun autre peuple, sans doute faute de renseignements précis, et Dion Cassius n’en sait pas plus, ce qui nous permet de mesurer les limites de la pénétration romaine dans le sud de la province, notamment à l’intérieur des terres alors que dans les régions littorales elle est mieux attestée et a débouché sur l’occupation temporaire ou permanente de sites intéressants, par exemple les îlots au large d’Essaouira26, ou tout au moins s’est traduite par une infiltration progressive dont témoigne un certain nombre de monnaies romaines tardives retrouvées au sud de Rabat27 Néanmoins, à notre avis, il faut se garder de surestimer cette présence romaine28, et au contraire, insister sur son caractère intermittent et irrégulier, en raison de moyens humains et militaires insuffisants face à un espace difficile, domaine de tribus plus ou moins réfractaires et en dépit de l’intérêt économique que représentaient ces régions du sud de la province, intérêt que Pline, avant de décrire l’appétit de richesses des hommes d’affaires prêts à exploiter le pays, relevait déjà : “puisqu’on prospecte les forêts pour en tirer l’ivoire, le thuya, et tous les rochers de Gétulie pour les murex, les pourpres”29. Cette constatation s’applique parfaitement aux confins méridionaux de la Tingitane, d’une part avec l’emploi du verbe exquirere qui implique l’idée de recherche, et ici d’exploration d’une région peu connue, et d’autre part, avec l’objet de cette quête : Pline a déjà mentionné les troupeaux d’éléphants qui abondent au sud de Sala ; le thuya couvre les pentes du Haut Atlas ; enfin dès l’époque de Juba II, des établissements se chargent d’exploiter la pourpre à Essaouira.

CONCLUSION

  • 30 R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane et de la Césarienne”, Studi Maghrebini, 4, 1971 (...)

8Ainsi, nous devons distinguer les frontières théoriques de la province et le territoire administré réellement par les Romains. Cette distinction apparaît clairement dans la première partie de l’exposé de Pline. Elle est tout aussi nette dans la description géographique de la Tingitane par Ptolémée ; les remarques de Dion Cassius sur le pays des Macennites et les données de l’Itinéraire Antonin qui ne dépassent guère Sala au sud-ouest et Volubilis au sud-est la renforcent tout en montrant que les Romains, entre le 1er et IIIe siècle, n’ont guère étendu le territoire effectivement contrôlé. Enfin, tout ce que nous apprend l’archéologie, malgré les réserves de R. Rebuffat30 et le manque de véritable prospection dans la région, suggère l’inexistence d’une présence romaine permanente au sud de Rabat.

  • 31 Sur son itinéraire, cf F. de la Chapelle, “L’expédition de Suetonius Paulinus”, Hesperis, 19, 1934, (...)
  • 32 Pline, H. N., V, 14-15, cf. note 14, p.5.
  • 33 Pline, H.N., V.12.
  • 34 Dion Cassius, LX, 91 : Γναĩος δὲ'Όσιδιος Γέτας ἐϰτῶν ὁμοίων μετ’ἐϰεĩνον στρατεύσας ἐπὶ τòν Σάλαβον (...)
  • 35 Les Romains ont assuré la protection de la Tingitane avec des troupes d’auxiliaires : onze cohortes (...)

9Les Romains ont peut-être pris conscience de la difficulté à maîtriser l’espace tingitan à la suite des expéditions bien différentes dans leurs motivations, telles qu’elles peuvent être appréhendées à travers le témoignage de nos sources, de Suetonius Paulinus en 42 puis d'Hosidius Geta en 43, au-delà de l’Atlas, peu après l’annexion. Suetonius Paulinus effectue avant tout une mission d’exploration destinée à reconnaître l’intérêt que peuvent présenter les régions mal connues du sud-est de la province31. Toutes nos sources insistent sur l’aspect de reconnaissance géographique de son périple, depuis le récit de Pline, émaillé d’observations sur la flore, le climat et les habitants32 jusqu’aux écrits de Solin (Polyhistor, 14) : Suetonius quoque Paulinus summam huic cognitione imposuit manuum qui ultra Atlantem firmus est paene solus romana signa circumtulit : “Suetonius Paulinus aussi mit la dernière main à la découverte de cette région, lui qui, inébranlable, presque seul, parvint au-delà de l’Atlas et y fit cheminer les enseignes romaines”. Les conclusions tirées par Suetonius Paulinus au terme de son voyage transparaissent indirectement, nous semble-t-il, à travers les propos de Pline qui en termes très généraux, reproche à certains dignitaires leur attitude mensongère : perviumque fama videri potest, sed plerumque fallacissimum experimento deprehenditur, quia dignitates, cum indagare vera pigeat, ignorantiae pudore mentiri non piget, haut alio fidei proniore lapsu quam ubi falsae rei gravis auctor existit : “on tiendrait l’Atlas pour aisément accessible ; mais cette impression est dénoncée en général par l’expérience comme tout à fait trompeuse : c’est que les dignitaires, s’ils répugnent à dépister la vérité, ne répugnent pas au mensonge par honte de leur ignorance, alors qu’il n’est pas d’erreur qui nous incline davantage à l’adhésion que celle dont la fausseté a pour garant un homme de poids’33. Derrière ces allusions, se devinerait l’écho d’une rivalité entre Suetonius Paulinus et Hosidius Geta, présent à ses côtés dès 42. Tandis que le premier émet de sérieuses réserves sur les possibilités d’étendre l’occupation romaine en direction de l’Atlas, le second se déclare prêt à entreprendre une campagne militaire et fait triompher son point de vue d’une stratégie offensive en 43. La deuxième expédition revêt donc un caractère militaire et se solde par un succès mitigé34. Il y aurait donc eu, dans les années qui suivent l’annexion entre 42 et 44, la volonté concrétisée par ces expéditions de faire coïncider les frontières géographiques et politiques de la province. Mais les Romains ont renoncé à étendre leur domination directe sur le sud et ont concentré leurs efforts sur la partie septentrionale de la province compte tenu des moyens militaires mis en œuvre35. Aussi se sont-ils très vite bornés à des relations commerciales portant sur des produits particulièrement recherchés comme les animaux sauvages, l’ivoire, le thuya, la pourpre. Ils ont exercé une souveraineté toute théorique sur le Sud.

II - LA LIMITE ORIENTALE

10A l’est, la Maurétanie Tingitane est limitée par la Césarienne. Avant de déterminer la signification réelle de cette frontière, il convient d’en préciser les coordonnées.

1) Le tracé de la frontière

  • 36 Pline, H.N., V, 18-.Malvane fluvius navigabilis. Ptolémée, IV, 1,3 : Μαλούα ποταμοῦ ἐϰβολαί,11°10’, (...)
  • 37 Ptolémée, IV, 1, 4 p. 584 :... ϰατὰ μεσημβρινòν τòν ἀπò τῶν τo Mαλoύα ποταμοῦ ἐϰβολῶν μέχρι πέρατο (...)
  • 38 La côte atlantique de l’Afrique est orientée dans le sens nord-ouest/sudest par Ptolémée, Strabon f (...)

11D’après le témoignage de nos sources36, la frontière passe par l’embouchure du fleuve Malva. Ptolémée apporte une précision supplémentaire en ajoutant qu’elle suit “un méridien qui va de l’embouchure de la Malva jusqu’à un point dont voici la position 11°40’, 26°”37. Reportée sur une carte reproduisant les coordonées de Ptolémée, cette indication nous montre que la frontière part en diagonale du nord-ouest au sud-est puisque la position en longitude de l’embouchure du fleuve Malva est estimée à 11° 10’ par Ptolémée. Une telle orientation donnée à la frontière pourrait s’expliquer par la projection à l’est de la vision fausse qu’avaient les géographes de l’Antiquité de la direction de la côte atlantique38.

  • 39 R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane”, Studi Maghrebini, 4, 1971, p. 46.
  • 40 J. Desanges, Pline, p. 155-157, pense que Ptolémée a voulu concilier des sources grecques et latine (...)
  • 41 R. Thouvenot, “Rome et les Barbares africains”, Publications du Service des Antiquités du Maroc (=P (...)
  • 42 S. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, feuille 30, no 1.
  • 43 Les erreurs de Ptolémée seraient explicables par une mauvaise évaluation des distances réelles calc (...)

12En tout cas, ce renseignement de Ptolémée fournit à R. Rebuffat un argument supplémentaire pour identifier la Malva à l’oued Kiss qui coule du sud-est au nord-ouest39. En effet, il y a eu de nombreux débats sur l’identification de la Malva, d’une part avec la Moulouya actuelle40 qui prend sa source dans le Moyen-Atlas et se jette dans la Méditerranée après avoir décrit un coude, et d’autre part, avec l’oued Kiss41 plus à l’est, cours d’eau très modeste qui marque, depuis l’époque de l’expansion turque, la frontière entre le Maroc et l’Algérie. Sur ce point, nous nous rangeons à l’avis de R. Rebuffat, non pas en retenant comme valable l’argument tiré de la découverte de matériel archéologique, d’origine incertaine et peu vraisemblablement romain, par S. Gsell en 1906 près de l’embouchure de l’oued Kiss42, ni sur les évaluations de distance, toutes erronées43, avancées par nos sources, mais parce que cette identification donne à la frontière toute sa signification.

2) La signification de la frontière

  • 44 R. Rebuffat, “Notes sur les confins”, p. 47 a noté la conscience qu’ont les habitants d’être des fr (...)
  • 45 P. Salama, “L’occupation de la Maurétanie Césarienne occidentale sous le Bas Empire”, Mélanges Piga (...)
  • 46 -J. Marion, “Ruines romaines de la région d’Oujda”, BAM, 2, 1957, p. 11716.3, cit. à la page 163.
  • 47 M. Euzennat, “Annoceur, faux poste romain dans le Moyen Atlas”, BAM, 2, 1957, p. 381-410.
  • 48 M. Euzennat, “Les ruines antiques du Bou Hellou”, 101ème Congrès des Sociétés Savantes, Lille, 1967 (...)

13En effet, de part et d’autre de la frontière ainsi définie, une grande différence existe entre les deux provinces. Il y a en Césarienne, une occupation effective du territoire, avec l’installation progressive de plusieurs postes à proximité immédiate de la frontière occidentale, tel Numerus Syrorum44, point d’aboutissement de la voie romaine à l’ouest duquel aucun milliaire n’a été retrouvé. Cette occupation est durable et se maintient, semble-t-il pendant le Bas Empire45. Au contraire, du côté tingitan, les zones montagneuses de l’est, Rif et Moyen Atlas ne connaissent que de faibles influences romaines. J. Marion46 qui a prospecté soigneusement la région d’Oujda et a recensé les ruines sans trouver la moindre trace romaine note “de très faibles influences antiques, certainement romaines dans la construction des murs et la facture de certaines poteries”. M. Euzennat47 pour sa part, a montré qu’Annoceur, kasba des Aït-khalifa au sud-est de Fès, ne correspond pas à un poste romain avancé dans le Moyen Atlas puisque les inscriptions retrouvées-là ont été transportées depuis Volubilis, à l’époque musulmane, quand la ville romaine servit de carrière. Il est également acquis qu’au Bou Hellou48, il n’y a jamais eu de camp romain mais simplement un monument honorifique pour rappeler, au début du IIIème siècle de notre ère, la souveraineté romaine, souvent contestée, sur la trouée de Taza, seule voie de passage vers l’est entre Rif et Moyen Atlas.

14Mais si les Romains n’ont pas véritablement occupé cette partie de l’ancien royaume maurétanien, ils la connaissent cependant moins mal que les régions méridionales car il ne s’agit pas, dans ce cas, de territoires situés aux confins du monde connu mais plutôt d’une enclave difficilement contrôlable, au sein même de l’Empire, entre la plaine atlantique, relativement urbanisée, romanisée et contrôlée par des camps et l’ouest de la Césarienne. L’étude du paragraphe que Ptolémée consacre aux peuples de la province traduit bien cet état de lait : il énumère ces peuples d’ouest en est selon un ordre précis en trois colonnes et précise la situation particulière de chaque tribu dans la colonne en employant la préposition hypo qui suggère une succession nord-sud ou l’adverbe eita qui indique une direction ouest-est. A l’ouest, les peuples sont nombreux et relativement bien localisés. Au contraire, les données de Ptolémée sont très floues vers le sud avec la mention des Μαϰανĩται (Makanitai) dont le domaine s’étend au sud du Moyen Atlas. Les confins orientaux sont aussi mal lotis avec la mention des Μαυρήνσιοι (Maurensioi) et des Έρπεδιτανοί (Herpeditanoi). Cependant dans la colonne intermédiaire, figurent du nord au sud, les Σοϰόσσιοι (Sokossioi), les Οὐέρβιχαι (Ouerbikai), flanqués à l’ouest des Οὐερουεĩς (Oueroueis) et les Οὐλουβιλιανοί (Ouoloubilianoi). Enfin, la zone correspondant à l’intérieur de la montagne rifaine est très mal connue car les peuples cités par Ptolémée dans la colonne médiane peuvent être repérés sur les versants septentrionaux et méridionaux du Rif et non à l’intérieur qui, à cause de la vigueur des pentes et du cloisonnement du relief, reste très difficile d’accés. On peut résumer cette répartition dans le schéma suivant :

15La dernière ligne du tableau ne correspond pas à la localisation des peuples telle que nous pouvons la préciser indubitablement grâce à des documents épigraphiques qui mentionnent ces peuples dans la région du Sebou à proximité de Banasa. L’erreur de Ptolémée serait imputable à une confusion dans l’identification du repère topographique à partir duquel il précise la situation de ces peuples : TO Πυρρòν Πεδίον ne correspondrait pas à la plaine de Marrakech comme les coordonnées de Ptolémée invitent à le penser mais aux plateaux des Zemmours traversés par l’oued Beth, affluent du Sebou. Elle s’expliquerait par l’aspect similaire des sols très rouges dans ces deux régions auxquelles le nom de τò Πυppòv Πεδίον s’appliquerait.

  • 49 F. de la Chapelle, “L’expédition de Suetonius Paulinus dans le Sud-Est du Maroc”, Hesperis, 19, 193 (...)
  • 50 Pline, H.N., V, 11 : refugientibus barbaris...
  • 51 J. Marion, “La liaison terrestre entre la Tingitane et la Césarienne”, BAM, 4, 1960, p. 442-447.
  • 52 P. Salama, art. cit. en note 45.
  • 53 Gn. Haius Diadumenianus, procurator utrarumque Mauretaniarum Tingitanae et Caesariensis en 202, CIL (...)
  • 54 Cf. la remarque de Tacite quand il rapporte la mort de Lucceius Albinus, procurateur des deux Mauré (...)
  • 55 R. Rebuffat, “Au-delà des camps d’Afrique mineure : renseignement, contrôle, pénétration”, ANRW, 10 (...)
  • 56 Ptolémée, IV, 1, 7.
  • 57 Πισϰιάvα (Piskiana) correspond peut-être à la station Vopiscianis de l’Itinéraire Antonin, 23, 5, e (...)
  • 58 Ptolémée, IV, 1,5.

16La discontinuité de l’occupation romaine pose le problème de la liaison entre les deux Maurétanies. Entre des montagnes compartimentées à l’extrême, il n’existe véritablement qu’une voie de passage terrestre par la vallée de la Moulouya du sud-ouest vers le nord-est. Il n’est pas douteux que les Romains aient pris très tôt conscience que cette vallée représentait pour les nomades sahariens qui l’empruntent à plusieurs reprises, une voie d’invasion, sorte de “frontière vivante, infiniment plus hermétique qu’un accident de terrain”49. En effet dès l’annexion, les expéditions de Suetonius Paulinus et Hosidius Geta ont suivi cet axe, à la poursuite des Barbari50, et ont démontré la difficulté d’établir une présence constante dans la montagne. De cette façon a dû se constituer un “no man’s land” d’autant plus qu’aucune trace de liaison régulière par voie terrestre51 n’a été décelée : “entre Taza et Maghnia, s’interposait sans le moindre établissement romain, un no man’s land, fréquenté uniquement, sinon par les Baquates, du moins par certaines tribus pastorales de grands sahariens remontant du Guir vers la Basse Moulouya” écrit P. Salama52. Cependant, il est possible de considérer qu’à plusieurs reprises, les Romains ont essayé de réunir plus étroitement les deux provinces en les confiant à l’autorité d’un gouverneur unique, au début du IIIe siècle53, peut-être dans le but d’étendre plus concrètement leur souveraineté sur l’ensemble du territoire, une politique inopérante faute de moyens suffisants. De plus, si les relations s’effectuent sans doute essentiellement par mer54, il n’est nullement exclu que des voies de passage fréquentées occasionnellement aient relié les deux provinces. R. Rebuffat a montré55 que la liste des villes orientales établie par Ptolémée56 correspondait à deux itinéraires de passage entre Tingitane et Césarienne grâce aux vallées de deux affluents du Sebou, l’Inaouene et l’Ouerrha qui permettent de franchir la montagne et de relier la plaine du Sebou à la trouée de Taza et à la plaine de la Moulouya à l’Est : au Nord au départ de Πισϰιάνα57 (9°-34°20’) par l’Ouerrha en passant par Οὐόβριξ (9°20’-34° 15’), ‘Έρπίς (10°20’-33°45’) ; et au sud, au départ de Ουολουβιλίς (8° 15’-33°40’) par la vallée de l’Inaouene en passant par Τρισιδίς (9°-33°10’), Βέντα (9°30’-32°50’) et Μολοχάθ (10° 10’-33°5’). A certaines de ces villes correspondent des peuples mentionnés par Ptolémée parmi les populations en situation de mouvance par rapport à Rome comme les Οὐέρβιϰαι et les Έρπεδιτανοί58.

  • 59 IAM2, 311 : Q(uinto) Ant(onio), C(aii) f(ilio), Cl(audia tribu), Tran/quillo Saturnino / annor(um) (...)
  • 60 R. Thouvenot, “La route romaine de Sala à l’oued Beth”, CRAI, 1956, p. 120-125.
  • 61 Le mot pharoun ou pharaoun qui signifie pharaon est employé par les Arabes pour désigner les constr (...)

17Comme au Sud, mais de façon différente, les limites de la province ne coïncident pas avec celles de la zone effectivement administrée par les Romains. Celle-ci peut être schématisée par un triangle dont le sommet serait Tingi et les côtés latéraux, les deux axes donnés par l’Itinéraire Antonin, le long de l’océan Atlantique jusqu’au sud de Sala, et à l’intérieur, le long des piémonts montagneux jusqu’à la région de Volubilis. Il faut y ajouter le littoral méditerranéen, occupé en fonction des relations maritimes avec la Césarienne. Les Romains n’ont pas surmonté l’obstacle constitué par les montagnes de l’est contre lesquelles vient buter leur expansion : ils se heurtent à l’hostilité d’un milieu naturel compartimenté et à une incompatibilité des genres de vie et des traditions de populations essentiellement pastorales. Les Romains ont à peine reconnu le Sud et même la région qui s’étend de Sala à Volubilis demeure mal connue. La nature accidentée des terrains rend les prospections archéologiques plus difficiles et les témoignages sont, de ce fait, peu nombreux. En outre, les sources littéraires restent muettes sur l’existence de relations entre ces deux villes. Il est néanmoins incontestable que des rapports plus ou moins étroits ont été noués dès l’époque maurétanienne où l’on assiste à l’essor parallèle de Sala et de Volubilis sous les rois Juba II et Ptolémée, puis sous la domination romaine. Au IIIe siècle, une preuve épigraphique en est fournie par la dédicace offerte par les habitants de Sala et Volubilis à un décurion Q. Antonius Tranquillus Saturninus59, d’origine volubilitaine d’après sa tribu mais fixé à Sala. La liaison devait s’effectuer selon un axe terrestre dont R. Thouvenot60 a repéré les jalons dans une piste traditionnelle, utilisée de nos jours encore, “une piste ancestrale, commode à cause du choix judicieux des gués” et dont l’intérêt stratégique transparaît dans le tracé qui “tâche de rester au voisinage de la ligne de partage des eaux pour franchir le moins de ravins possible”. Au départ, la route suivrait le Bou Regreg comme semble l’indiquer la toponymie du lieu-dit Seghiat El pharoun61, puis rejoindrait l’oued Beth, affluent de la rive gauche du Sebou, et au-delà le système de défense de Volubilis.

  • 62 Cf. E. Lenoir et A. Akerraz, “Volubilis et son territoire au 1er siècle de notre ère”, L’Afrique da (...)
  • 63 R. Etienne, Le quartier nord-est de Volubilis, Paris, 1960. E. Lenoir, Volubilis des Baquates aux R (...)

18Sources archéologiques et littéraires concordent pour définir un espace restreint réellement contrôlé par les Romains dans le cadre d’une province aux frontières beaucoup plus larges mais sans réalité politique. Cette distorsion entre frontières théoriques et réalité administrative est suggérée par les prospections archéologiques qui opposent la densité et la variété des sites occupés, développés, multipliés par les Romains à l’ouest, au caractère épisodique des trouvailles modestes faites dans la partie orientale et méridionale. Cette distorsion est confortée par les textes de Pline qui juxtapose renseignements administratifs précis sur le Nord et récits enjolivés, plus ou moins fantastiques sur les régions montagneuses, mais aussi par Ptolémée : les coordonnées géographiques dépassent largement le cadre des réalités humaines car toutes les tribus qu’il énumère peuvent être plus ou moins précisément localisées dans la partie effectivement sous contrôle romain ou juste à ses limites. Du 1er au IIIe siècle après J.-C. l’espace géographique administré par les Romains ne se dilate pas. Il y a progrès de la romanisation par l’intermédiaire de l’essor des villes qui existaient déjà à l’époque maurétanienne ou des colonies romaines créées à l’emplacement de bourgades maurétaniennes. La romanisation s’appuie donc sur une structure antérieure en tirant parti des avantages qu’elle lui offre62. Elle progresse lentement dans les plaines, d’ouest en est, en suivant les axes de pénétration constitués par les fleuves, notamment par le biais de la création de camps militaires qui abritent les unités d’auxiliaires détachées dans la province. Mais cette romanisation reste superficielle et fragile. En 284, la zone méridionale de Thamusida à Volubilis est évacuée par les troupes romaines qui se replient au nord du Loukkos. Mais l’attachement des citadins à la civilisation romaine perdure comme le montre l’évolution de Volubilis jusqu' au VIe siècle63.

Notes

1 P. Trousset, “L’idée de frontière au Sahara et les données archéologiques”, Enjeux Sahariens, Paris, CNRS, 1984, p. 47-48. L’auteur définit la notion de fines comme “une ligne idéale d’extension indéfinie de souveraineté” en se référant à Tite-Live, 38, 60, 5 : qui... imperium populi romani propagaverit in ultimos terrarum fines. Il l’oppose à celle de limes, conçue à l’époque impériale comme une organisation militaire et administrative de plus en plus statique. B. Isaac, “The meaning of tenus limes and limitanei”, JRS, 98, 1988, P. 125-147, montre par l’étude des sources écrites que la signification de frontière militaire fortifiée donnée par les historiens modernes au mot limes est impropre car le terme est employé, pendant le Haut Empire, pour définir géographiquement la frontière.

2 Ptolémée, IV, I, 4, édition Müller, Paris, 1901, p. 584.

3 Ptolémée, IV, 1, 2, p. 579.

4 Identification déjà proposée par C. Müller, Ptolémée, 1901, reprise par R. Roget, “Index de topographie du Maroc antique”, PSAM, 4, 1938 et R. Rebuffat, “La frontière romaine en Afrique”, Ktema, 4, 1979, p. 225-247.

5 Pline, Histoire Naturelle (=H.N.), V, 1 à 13.

6 Pour ce faire, Pline puise vraisemblablement dans un document administratif établi à l’époque d’Auguste. Cf. J. Desanges, Pline, Livre V (= Pline), Paris, 1980, p. 23-24 : dans son introduction à la traduction commentée du livre V de l'Histoire Naturelle, l’auteur essaie de préciser les sources que Pline a pu utiliser.

7 Pline, H.N., 6-7.

8 J. Desanges, Pline, note 1, p. 101.

9 Pline, H.N., V, 7, traduction de J. Desanges, p. 48.

10 Pline, H.N., V, 8 à 10. Pour Polybe, cf. P. Pedech, “Le voyage de Polybe en Afrique”, REL, 1955, p. 318-333 et J. Desanges, Pline, p. 106. Pour Hannon, cf. R. Rebuffat, “Recherches sur le bassin du Sebou II, Le périple de Hannon”, BAM, 16, 1985-86, P. 257-283.

11 Pline, H.N., V, 9 : prodidit a monte eo ad occasum versus saltus plenos feris, quas generat Africa ad flumen Anatim...

12 Pline, H.N., V, 10 : in medio eo spatio Atlantem locavit, ceteris omnibus in extremis Mauretaniae proditum.

13 Pline, H.N., V, 11 : consulatu perfunctis atque e senatu ducibus, qui tum res gessere... Atlantem penetrasse in gloria fuit. “Les personnages consulaires et les généraux pris dans le sénat qui conduisirent alors des expéditions... ont tiré gloire d’avoir pénétré dans l’Atlas”. Il s’agit de Suetonius Paulinus et Hosidius Geta entre 42 et 43.

14 Pline, H.N., V, 14 : Suetonius Paulinus... Primus Romanorum ducum emensus, transgressas quoque Atlantem aliquot milium spatio, prodidit de excelsitate quidem eius quae ceteri, imas radices demis altisque repletas silvis incognito genere arborum, proceritatem spectabilem esse enodi nitore, frondes cupressi similes praeterquam gravitate odoris, tenui eas obduci lanugine, quibus addita arte passe quales e bombyce vestes confier. Verticem altis etiam aestate operiri nivibus. Decumis se. eo pervenisse castris et ultra ad fluvium, qui Ger vocatur, per solitudines nigri pulveris, eminentibus interdum velut exustis cautibus, loca inhabitabilia fervore, quamquam hiberna tempore experto : “Suetonius Paulinus... est le premier chef romain qui ait traversé tout l’Atlas, le dépassant même de quelques milles. En ce qui concerne du moins la hauteur de cette montagne, son rapport est conforme à tous les autres ; mais ses premières pentes, dit-il, sont couvertes d’épaisses et hautes forêts d’une espèce inconnue dont le long fût est remarquable par son poli que ne rompt aucun noeud ; leurs feuilles sont semblables à celles du cyprès, si l’on excepte leur odeur forte. Ils sont revêtus d'un mince duvet avec lequel, une fois travaillé, on peut confectionner des habits qui ont la qualité de la soie. Quant au sommet de l’Atlas, une épaisse couche de neige le recouvre même en été. Il dit qu’il parvint là en dix étapes et, au-delà, à un fleuve qu’on appelle Ger, à travers des déserts de poussière noire, d’où surgissaient parfois des rochers pointus, comme brûlés ; la chaleur rendait ces lieux inhabitables, bien qu’on eût fait l’épreuve de la période hivernale”. Pline peut avoir rencontré le légat en personne ou avoir eu accès au rapport que ce dernier a certainement établi à son retour.

15 Pline, H.N., V, 12 : Quinque sunt, ut diximus, Romanae coloniae in ea provincia, perviumque fama videri potest...

16 -J. Boube, “Fouilles archéologiques à Sala”, Hesperis-Tamuda, 7, 1966, p. 22-32, et N. Khatib, “L’archéologie marocaine de 1964 à 1966,” BAM, 6, 1966, p. 539-550. J. Boube, “La dédicace du Capitole de Sala (Maroc) et la base honorifique de C. Hosidius Severus”, MEFRA, 102, 1990, 1, p. 213-246.

17 Pline, H.N., V, 6 : oppidum Sala, eiusdem nominis fluvio impositum et Ptolémée, IV, 1, 2, p. 576.

18 Pline, H.N., V, 5 : Oppidum Sala... iam solitudinibus vicinum elephantorurnque gregibus infestum, multo tamen magis Autololum gente... : “La ville de Sala...est déjà au voisinage d’espaces désolés. Des troupeaux d’éléphants l’infestent, mais bien plus encore la tribu des Autololes...”. En 144, une inscription des décurions de Sala fait état d’une insécurité liée à des actes de brigandage contre le territoire du municipe, brigandages auxquels mit fin l’action d’un préfet, M Sulpicius Felix : Inscriptions antiques du Maroc, 2. Inscriptions latines, Paris, 1982, (= IAM 2), 307 (= AE, 1931, 36, 38). On y retrouve la même allusion que chez Pline à l’isolement de Sala : Seu municipium infestioribus locis maximo/murorum opere minimo sumto ambiendo. (lignes 14-15).

19 La fossa de Sala était constituée par un fossé bordé par un talus le long duquel s’échelonnaient des tours de garde depuis l’océan jusqu’au Bou Regreg. Elle protégeait le territoire du municipe vers le sud-est, là où il était le plus vulnérable. Cf. M. Rouland-Mareschal, “Le Limes de Tingitane au sud de Sala Colonia”, Mémoire de l’Acadamie des Inscriptions et Belles Lettres, 14, 2, Paris, 1933, p. 441-468 ; D.J. Smith, “Archéological report extract front the report of the Durham society’s exploration society, 1956, p. 87-166.

20 Itinerarium Antonini Augusti, édition Parthey et Pinder, 6, 4, p. 3. L’itinéraire Antonin, document administratif rédigé sous le règne de Caracalla est une liste de stations (mansiones) échelonnées le long des voies romaines dans les provinces où l’on devait livrer les denrées au titre de l’impôt et des réquisitions.

21 Il n’est cependant nullement exclu qu’un établissement ait effectivement existé qui aurait échappé aux prospections : pendant l’été 1990, la découverte du temple de Mercure correspondant à la station Ad Mercuri de l’Itinéraire Antonin, entre Tingi et Zilil, beaucoup plus à l’intérieur des terres qu’on ne le pensait, montre que le champ des investigations est loin d’être clos. Cf. la communication de M. Lenoir à l’Académie des inscriptions et belles lettres du 22 mars 1991.

22 La distance de XVI mp correspond au rayon d’action possible d’une patrouille capable de couvrir une vingtaine de kilomètres par jour. L’édification d’un monument n’est pas à exclure, malgré l’absence de témoignage archéologique.

23 Dion Cassius, Histoire romaine, édition W. Heinemann, Cambridge, 1961, LXXV, 13 : Τοῦτο δὲ ἐστιν ἐν ἐ Μαϰεννίτιδι παρ’αῦτῷ τῷ ὠϰεανῷ πρòς ἑσπέραν...ϰαὶ θαυμάση μηδεὶς εἰ τὰ τοĩς ἀρχαίοις Ἔλλησιν ἄγνωσθα έζευρήχαμεν πλησίον γὰρ oἱ Μαϰεννἰται ἐ Μαυριτανία ἐ ϰάτῳ οἰϰοῦσι, ϰαὶ πολλοὶ τῶν ἐϰεί στρατευομένων ϰαὶ πρòς τòν’Άτλαντα ἀΦιϰνοῦνται :”celui-ci (l’Atlas) est situé dans le pays des Macennites, le long de l’océan, du côté de l’Ouest... Que l’on ne s’étonne pas si j’ai découvert ce qu’ignoraient les anciens Grecs : en effet, les Macennites habitent le voisinage de la Maurétanie inférieure et la plupart des militaires qui servent là-bas arrivent jusqu’au voisinage de l’Atlas”.

24 Ptolémée, IV, 1, 5. Cf. Julius Honorius, Geographi latini minores (= G.L.M.), ed. Riese, 1878, p. 54 : l’auteur cite les Salamaggenites à la suite d’une mauvaise lecture d’un document cartographique qui lui fait amalgamer le nom d’une tribu, les Macennites, et celui du fleuve, le Salatos, près duquel ils vivaient.

25 I.A.M.2, 384, ara paris de Volubilis datée des années 173-175 : pro sainte Impe/ratoris Caesaris / M(arci) Aureli Antonini / Aug(usti) Armeniaci / Medici Parthici / Germanici max(imi) / Epidius Quadratus / proc(urator) dus conlocut(us) / cum Ucmetio prin/cipe gentium Ma/cennitum et Baqua/tium.

26 A. Jodin, Les établissements du roi Juba II aux îles purpuraires, Tanger, 1967, note des vestiges de construction du IVe siècle après J.-C. et inventorie une trentaine de monnaies de Constantin et de ses successeurs.

27 J. Marion, “Note sur la contribution de la numismatique à la connaissance de la Maurétanie Tingitane”, Ant. Afr., 1, 1967, note 1, p. 99 : il énumère les différentes trouvailles faites le long de la côte atlantique.

28 R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane et de la Césarienne “, Studi Maghrebini, 4, 1971, note 7, p. 34 : “la côte atlantique du Maroc au sud de la région de Rabat a fourni un bon nombre de trouvailles, surtout numismatiques, dont la provenance archéologique n’est pas toujours très sûre, mais qui attestent dans l’ensemble de fréquentes relations avec la partie septentrionale du pays” ; et R. Rebuffat, “La frontière romaine en Afrique”, Ktema, 4, p. 234-245.

29 Pline, H.N., V, 12 : cum ebori, citro silvae exquirantur, omnes scopuli Gaetuli muricibus, purpuris.

30 R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane et de la Césarienne”, Studi Maghrebini, 4, 1971, note 27, pense qu’une occupation effective a pu exister au sud de Sala, d’après l’analyse du texte du Géographe de Ravenne, qui l’amène à considérer que la ville de Boballica citée par ce dernier, doit être localisée sur la côte au sud du Bou Regreg.

31 Sur son itinéraire, cf F. de la Chapelle, “L’expédition de Suetonius Paulinus”, Hesperis, 19, 1934, p. 106-124 ; M. Rachet, “Rome et les Berbères, un problème militaire d’Auguste à Dioclétien”, Latomus, 10, 1970, p. 134 ; J. Desanges, Pline, p. 136.

32 Pline, H. N., V, 14-15, cf. note 14, p.5.

33 Pline, H.N., V.12.

34 Dion Cassius, LX, 91 : Γναĩος δὲ'Όσιδιος Γέτας ἐϰτῶν ὁμοίων μετ’ἐϰεĩνον στρατεύσας ἐπὶ τòν Σάλαβον τòν στρατηγόν σΦων εὐθυς ὥρμησε ϰαὶ ἅπαξ ϰαὶ ἐνιϰήσεν αὐτòν ϰαὶ δεὐτερον : “et Gn. Hosidius Geta, de même rang (que Suetonius Paulinus), après avoir fait campagne à ses côtés, se lança à la tête de ses propres troupes à la poursuite de Salabos et le vainquit une fois puis une deuxième fois”. Mais cette victoire est acquise au prix de souffrances inouies et de lourdes pertes, d’après Suétone, De Caesar, Galba, VII et Aurélius Victor, De Caesar, IV, 2 qui évoquent ces événements sans toutefois désigner l’officier commandant l’expédition contre les Barbares d’Afrique.

35 Les Romains ont assuré la protection de la Tingitane avec des troupes d’auxiliaires : onze cohortes et cinq ailes, bien attestées par un grand nombre de diplômes militaires et d’épitaphes de soldats et vétérans.

36 Pline, H.N., V, 18-.Malvane fluvius navigabilis. Ptolémée, IV, 1,3 : Μαλούα ποταμοῦ ἐϰβολαί,11°10’, 34°50’. Itinéraire Antonin, 2, 6, 12, p. 5 : Flumen Malva dirimit Mauretanias duas, incipit Caesariensis.

37 Ptolémée, IV, 1, 4 p. 584 :... ϰατὰ μεσημβρινòν τòν ἀπò τῶν τo Mαλoύα ποταμοῦ ἐϰβολῶν μέχρι πέρατος, οὗ θέσις ἐπέχει μοίρας : 11°40’, 26°.

38 La côte atlantique de l’Afrique est orientée dans le sens nord-ouest/sudest par Ptolémée, Strabon fait de même, XVII, 3, 2 : ϰατὰ τò σχῆμα τò τριγωνοειδές, ὑπέργραψα,.νοείσθω μάλλον ἐπὶ τὴν μεσημβρίαν ἅμα ϰαὶ τὴν ἕω λαμβάνουσα τὴν αὔξησιν ἢπειρος, “Selon la figure triangulaire que nous avons tracée, on verra bien que c’est surtout vers le sud-est que s’étend le continent libyque”. Cité par R. Roget, le Maroc chez les auteurs anciens, Paris, 1924, p. 22.

39 R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane”, Studi Maghrebini, 4, 1971, p. 46.

40 J. Desanges, Pline, p. 155-157, pense que Ptolémée a voulu concilier des sources grecques et latines, ce qui l’a amené à distinguer, à tort deux oueds, la Moλoχθ et la Mαλoα qui en fait coïncideraient. Pour l’auteur, les deux noms s’appliquent à la Moulouya qui constitue la division naturelle et traditionnelle utilisée antérieurement à l’annexion, lors d’un partage du royaume maurétanien entre Bocchus et Bogud, au 1er siècle avant J.-C.

41 R. Thouvenot, “Rome et les Barbares africains”, Publications du Service des Antiquités du Maroc (=PSAM), 7, 1945, p. 173-176 et R. Rebuffat, “Notes sur les confins de la Tingitane”, Studi maghrebini, 4, 1971, p. 46.

42 S. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, feuille 30, no 1.

43 Les erreurs de Ptolémée seraient explicables par une mauvaise évaluation des distances réelles calculées d’après le temps de navigation nécessaire à la jonction de deux points : Ptolémée raccourcit la distance Rousadeion - cap Metagônitis, peut-être en fonction d’un courant favorable ; au contraire il allonge considérablement la distance cap Metagônitis - embouchure du fleuve Molochath et plus encore celle Molochath - Maloua. Cf. R. Thouvenot, “le géographe Ptolémée et la jonction terrestre des deux Maurétanies, REA, 1962 et “Rome et les Barbares africains”. PSAM, 7, p. 175.

44 R. Rebuffat, “Notes sur les confins”, p. 47 a noté la conscience qu’ont les habitants d’être des frontaliers et qui apparaît dans l’emploi généralisé du pluriel provinciarum dans les inscriptions.

45 P. Salama, “L’occupation de la Maurétanie Césarienne occidentale sous le Bas Empire”, Mélanges Piganiol, 1966, p. 1291-1311.

46 -J. Marion, “Ruines romaines de la région d’Oujda”, BAM, 2, 1957, p. 11716.3, cit. à la page 163.

47 M. Euzennat, “Annoceur, faux poste romain dans le Moyen Atlas”, BAM, 2, 1957, p. 381-410.

48 M. Euzennat, “Les ruines antiques du Bou Hellou”, 101ème Congrès des Sociétés Savantes, Lille, 1967, p. 295-329.

49 F. de la Chapelle, “L’expédition de Suetonius Paulinus dans le Sud-Est du Maroc”, Hesperis, 19, 1934, p. 107.

50 Pline, H.N., V, 11 : refugientibus barbaris...

51 J. Marion, “La liaison terrestre entre la Tingitane et la Césarienne”, BAM, 4, 1960, p. 442-447.

52 P. Salama, art. cit. en note 45.

53 Gn. Haius Diadumenianus, procurator utrarumque Mauretaniarum Tingitanae et Caesariensis en 202, CIL VIII, 9366 de Cherchel et Q. Sallustius Macrinianus, procurator utriusque Mauretaniae, CIL VIII, 9371, Cherchel entre 203 et 208.

54 Cf. la remarque de Tacite quand il rapporte la mort de Lucceius Albinus, procurateur des deux Maurétanies sous Othon, qui voulait rétablir à son profit l’ancien royaume de Maurétanie : ipse Albinus dum e Tingitana provincia Caesariensem Mauretaniam petit, adpulsu litoris trucidatus, Tacite, Histoires, II, 59. On peut noter aussi l’importance de la liaison maritime avec la mention d’un officier, préfet de la côte de Maurétanie, praefecto ala[e...] / item o[rae maritum(ae)] / in Mauret[an(ia)...] CIL, XI, 5744, Sentinum, fonction exercée par un chevalier anonyme vers 80 après J.-C.

55 R. Rebuffat, “Au-delà des camps d’Afrique mineure : renseignement, contrôle, pénétration”, ANRW, 10, 2, 1982, p. 494, et “Au-delà des camps romains”, BAM, 9, 1973-75, p. 388 avec carte.

56 Ptolémée, IV, 1, 7.

57 Πισϰιάvα (Piskiana) correspond peut-être à la station Vopiscianis de l’Itinéraire Antonin, 23, 5, ed. Pinder, 1949, p. 9, sise sans doute sur les rives du Sebou à six kilomètres de Mechra bel Ksiri où les traces d’un établissement romain ont été reconnues le long des berges du fleuve, sans qu’il soit possible de proposer une identification indubitable compte tenu de la minceur des indices, des tessons de poteries et quelques pierres de taille coincées dans les alluvions du fleuve.

58 Ptolémée, IV, 1,5.

59 IAM2, 311 : Q(uinto) Ant(onio), C(aii) f(ilio), Cl(audia tribu), Tran/quillo Saturnino / annor(um) quinq(ue) / dec(urioni) munic(ipii) / Volubilitani[e]t / Salenses / Ant(onius) Priscus / Pater et / Cl(audia) Caecili(ana) / mate(r). Lecture de l’inscription d’après J. Boube, “A propos d’un décurion de cinq ans”, BAM, 12, 1979-80, p. 83-97.

60 R. Thouvenot, “La route romaine de Sala à l’oued Beth”, CRAI, 1956, p. 120-125.

61 Le mot pharoun ou pharaoun qui signifie pharaon est employé par les Arabes pour désigner les constructions préislamiques qui rappelaient les vestiges de l’Egypte ancienne. En Afrique du Nord, le terme s’applique aux ruines romaines. Volubilis était appelée Ksar Pharoun, “le château des pharaons”.

62 Cf. E. Lenoir et A. Akerraz, “Volubilis et son territoire au 1er siècle de notre ère”, L’Afrique dans l’Occident romain, Ecole Française de Rome, 1990, p. 213-229. Les auteurs montrent que le territoire romanisé ne s’est pas agrandi mais que l’occupation humaine s’est densifiée.

63 R. Etienne, Le quartier nord-est de Volubilis, Paris, 1960. E. Lenoir, Volubilis des Baquates aux Rabedis, une histoire sans parole,BAM, 15, 1984, Rabat, p. 299-308.

Table des illustrations

Titre Les établissements romains de la Tingitane
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/5693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search