Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

Nature des frontières de l'Empire romain : le cas germain

Yvon Thébert

Texte intégral

  • 1 Pour l’application du type d’analyse proposé ici à d’autres sujets que les frontières, cf. Y. Thébe (...)

1Réfléchir sur la nature du limes, c’est en fait réfléchir sur la nature de l’Empire romain, celle-ci conditionnant celle-là. Or, il me paraît impossible d’accepter l’idée, au demeurant dominante, selon laquelle l’Empire serait une construction militaire, fruit de la puissance des légions qui permettrait la conquête puis l’acculturation d’immenses régions. Penser qu’une cité, puis l’Italie, puissent soumettre par la force un nombre considérable de peuples, et cela pendant plusieurs siècles, découle d’une idée abstraite de l’impérialisme, qui ne tient pas compte des profondes évolutions historiques1.

2Même à l’époque contemporaine, tout empire doté de quelque durée sait trouver, dans les pays conquis, les appuis nécessaires à sa survie. Mais le rapport est alors fort inégal : il n’y a pas de véritables associés, mais une subtile hiérarchie dans la soumission. En revanche, durant l’Antiquité, jamais une formation sociale ne s’est trouvée dotée d’une supériorité matérielle telle qu’elle lui permette de soumettre d’autres populations de façon durable. La grande rupture historique, le moment où naît la réalité impérialiste au sens moderne du terme, intervient lorsqu’entrent en contact des sociétés parvenues à un stade de développement très différent : c’est la mainmise de l’Europe sur des régions lointaines, en particulier africaines et américaines. Cette situation de domination quasiment absolue est renforcée par l’avènement du mode de production capitaliste, impliquant un développement industriel qui accroît les capacités de déstructuration et d’asservissement de formations sociales de nature fort différente. Alors, il y a conquête, acculturation plus ou moins réussie ou voulue, et naissance de frontières qui résultent de rapports de force, d’ailleurs moins dus à la capacité de résistance des indigènes qu’à la compétition entre puissances colonisatrices.

3En revanche, la nature des impérialismes antiques, et donc des frontières antiques, est radicalement dissemblable. Les coupures verticales entre peuples, entre formations sociales, y prennent une signification spécifique. Les populations formant des ensembles numériquement consistants ne peuvent jamais être absorbées longtemps dans un ensemble qui les dépasse, à moins qu’elles n’y jouent un rôle actif.

4Pour rester dans le cadre du monde méditerranéen, on notera certains facteurs susceptibles de favoriser la constitution d’une unité politique. D’abord, il existe une culture commune, qui n’efface pas les spécificités, mais qui constitue un tel patrimoine collectif que, dès l’époque classique et encore plus hellénistique, toutes les diverses sociétés apparaissent comme des provinces d’une même culture dotée d’un centre de gravité, à savoir la Grèce puis Rome. Le concept de romanisation, conçue comme un pan de la politique de Rome, est aussi peu opératoire que celui de conquête : les sociétés méditerranéennes développées se dotent elles-mêmes d’une culture qui s’ancre dans le fonds commun méditerranéen et ce phénomène culturel précède toujours les événements politiques. Bien plus, il contribue à les rendre possibles. C’est un pur mythe de croire que Rome s’hellénise à la suite de sa conquête du monde grec : dès le VIe siècle avant notre ère, et même bien avant, sa culture est incompréhensible sans des références constantes à l’hellénisme. Il est tout aussi mythique de croire que l’Afrique ou la Gaule se romanisent à la suite de leur intégration dans l’Empire : elles participent à la culture méditerranéenne depuis longtemps, et cette réalité signale une maturation socio-économique qui, justement, précède, rend possible cette intégration.

5Ensuite, le monde méditerranéen présente une autre forme d’unité profonde : c’est le domaine de la cité qui, même dans le cadre des royaumes qui se constituent à l’époque hellénistique, reste un rouage essentiel. Or ce trait commun touche tant au culturel ou au politique qu’à l’économique.

6Dans ce cadre, la façon dont Rome construit autour d’elle un vaste système politique paraît claire dans ses grandes lignes. Pendant le siècle et demi durant lequel la ville est dirigée par le patriciat, véritable caste fermée, ce ne sont que crises internes menaçant l’existence même de la cité, et guerres répétitives avec l’extérieur qui ne se déroulent qu’à proximité de ses murailles. La clé de la construction du système romain, de ce qu’on appelle improprement la conquête, c’est la mise en place, dans la seconde moitié du IVe siècle avant notre ère, d’une nouvelle classe dirigeante, la nobilitas.

  • 2 Sur les mutations qui transforment Rome en cette période, cf. le catalogue de l’exposition Roma med (...)

7La composition de cette classe explique la nature et la durée de l’Empire romain. Elle comprend d’abord l’élite des patriciens et des plébéiens : pouvoir et fortune coïncident désormais à Rome, ce qui contribue à désamorcer les tensions internes ; ce qui signale aussi une mutation et un essor économique : en intensifiant et diversifiant ses activités, Rome devient un des pôles essentiels de la péninsule2. La nobilitas comprend ensuite les élites sociales des régions qui s’intègrent dans le système romain : non seulement celles-ci restent largement maîtresses de la gestion des affaires locales, mais encore une partie d’entre elles est associée au pouvoir central.

8Les événements démasquent parfaitement la façon dont se construit le domaine romain. Que ce soit à Capoue, à Naples, à Tarente ou en Etrurie, c’est l’alliance avec les élites indigènes qui fonde l’extension. De fait, ces dernières trouvent de multiples avantages dans cette opération : garantie d’un ordre social fort menacé, et donc renforcement de leur position locale ; accès à un ensemble économique dynamique ; participation au pouvoir central pour les plus puissants de ses membres. L’intégration de Naples est exemplaire. La “conquête” n’est qu’une opération de maintien de l’ordre réalisée à la demande d’une bourgeoisie napolitaine inquiète ; l’autonomie laissée à la ville est quasiment complète. Et pourtant, la fidélité napolitaine deviendra proverbiale. Les solidarités de classe sont les plus fortes, et les seules capables de cimenter une construction politique destinée à s’étendre, tant ce type de situation va se renouveler de façon répétitive. Ces solidarités négligent complètement une opposition Grecs-Romains d’ailleurs culturellement sans signification, et désormais politiquement aberrante. La comparaison avec les impérialismes grecs des Ve et IVe siècles, fondés sur la domination exclusive d’une cité aux dépens des autres, et aboutissant à des ensembles très éphémères, est, de ce point de vue, fort instructive.

9Dans ces conditions, on perçoit parfaitement les deux types de situation qui peuvent enrayer un tel type d’expansion. Le premier est la rencontre d’une formation sociale dont l’état de développement est trop attardé pour que Rome puisse y trouver le relais d’élites locales intéressées par l’association proposée. L’exemple caractéristique en est le Samnium, dont la classe dirigeante, ni menacée dans son pouvoir, ni concernée par une participation aux activités romaines qui débordent largement son horizon, n’offre aucun écho à la politique romaine. Dans ce cas, on assiste donc à une véritable guerre frontale, longue et dure mais indispensable pour Rome qui doit faire sauter ce verrou la coupant de la Grande-Grèce. Guerre raisonnable cependant, dans la mesure où l’ampleur géographique limitée du problème permet d’envisager une solution violente, du moins dans une première étape.

  • 3 C. et G. Picard, Vie et mort de Carthage, Paris, 1970, p. 284 sq.

10Le second type de situation qui peut s’opposer à une expansion tranquille du système romain est l’inverse du premier. Cette fois, Rome se heurte à un ensemble parfaitement constitué dont les élites, loin de trouver quelque avantage à une intégration dans une structure plus vaste, ont au contraire tout intérêt à conserver leur autonomie, à rester au cœur d’une organisation qu’elles contrôlent. L’exemple caractéristique en est Carthage. Cette fois encore, on assiste à un choc frontal, qui n’aboutit d’ailleurs qu’à l’affaiblissement de Carthage, et non à son absorption. Celle-ci ne se fera que dans le cadre classique, lorsque les luttes internes à la cité punique permettront à Rome d’intervenir dans son rôle habituel de gendarme de l’ordre social méditerranéen3.

  • 4 A. Giardina dir., Società romana e produzione schiavistica, 3 vol., Bari-Rome, 1981.

11Ce schéma connaît quelques variations durant les deux derniers siècles de la République. Nous savons maintenant que cette phase la plus virulente de l’impérialisme romain correspond précisément à la période durant laquelle l’Italie fait preuve d’une domination économique sans précédent4. Mais, même alors, cet impérialisme a peu à voir avec les réalités contemporaines. Si les rapports entretenus par le centre italien avec la périphérie provinciale sont caractérisés par une inégalité qui n’existait pas auparavant, il n’en reste pas moins que la lecture de ces événements sous la forme de chocs frontaux relevant purement et simplement du concept de conquête n’est que la reprise au pied de la lettre de certains textes antiques qui n’entretiennent qu’un rapport très lointain avec une analyse historique. La nature réelle de l’Empire apparaît d’ailleurs bien dès l’époque césaro-augustéenne, moment où s’amorce un mouvement irréversible de rééquilibrage des rapports entre l’Italie et les provinces, destiné à aboutir tant sur les plans économique et culturel que politique.

12Il découle de cette approche que la nature et la fonction des frontières de l’Empire romain ne relèvent que très secondairement de problèmes militaires. Le limes est avant tout le produit d’une situation politique et économique. Pour pousser plus loin cette analyse, on peut prendre plus particulièrement en considération le cas de la frontière germanique.

13Le schéma exposé pour l’époque républicaine paraît être tout aussi valable à l’époque impériale. Pourquoi cette énorme entité politique s’étend-elle, pour une durée remarquable, si loin, et pas plus loin ? Le dessin des frontières impériales relève de la même rationalité qui a soutenu l’expansion. Le premier type d’obstacle qui borne la dilatation du système romain, c’est toujours la rencontre d’un autre ensemble cohérent. L’exemple le plus caractéristique en est celui des Parthes. Cet Etat fort, de nature marginale par rapport aux réalités méditerranéennes, constitue un obstacle insurmontable aux rêves irrationnels d’expansion. Malgré de superbes chevauchées de part et d’autre, la frontière restera stable dans ses grandes lignes, pendant des siècles.

14Le second type d’obstacle reste l’inverse de ce plein : c’est le vide, là où l’Empire ne peut trouver aucun de ces relais, de ces appuis qui lui sont indispensables. C’est dans cette optique qu’il me paraît nécessaire de lire la façon dont la frontière finit par se stabiliser dans le secteur du Rhin-Danube. L’exemple est intéressant, dans la mesure où l’attitude romaine a varié, pour finir par se plier aux réalités : il démasque donc, derrière les discours antiques et leur évolution, la nature réelle du limes.

15Le problème de la Germanie est posé par César : en 55, l’année même où il effectue également une première reconnaissance militaire en Bretagne, il franchit le Rhin. Dans les deux cas, il reçoit des soumissions sur lesquelles il insiste, mais il ne s’agit en rien d’une extension de l’Empire. Dès ce moment, on saisit la complexité et l’ambiguïté du problème germanique. En effet, les buts de César apparaissent multiples. Officiellement, il met en avant des raisons militaires : protéger la Gaule et défendre les Ubiens, population transrhénane qui a lié amitié avec les Romains. Les historiens modernes insistent aussi sur le fait que le projet germanique était susceptible de faciliter l’incorporation de la Gaule en l’associant à ces grandes entreprises. On peut aussi ajouter l’intérêt que présenterait le contrôle des routes de l’ambre sur lesquelles s’aventurent déjà des négociants romains.

  • 5 B.G., IV, 17 (trad. L.-A. Constans) : “César... avait décidé de franchir le Rhin ; mais les bateaux (...)
  • 6 Cic., Pro Balbo, 64 (trad. J. Cousin) : “... puisque César est très loin de Rome et qu’il est maint (...)

16Il n’en reste pas moins que le but principal de cette expédition est d’ordre politique. Il s’agit d’impressionner certes les Barbares, mais surtout Rome. Le texte de César lui-même révèle bien ce souci prioritaire de frapper les imaginations, d’insérer l’épisode dans le monde de l’exploit : pour la première fois, une armée romaine passe le Rhin et, comme il n’est pas question qu’elle reste en Germanie, ce qui compte, c’est la pompe du passage, la démonstration éclatante que rien n’est impossible à César5. L’écho que nous renvoie Cicéron de l’impact de ces exploits germaniques à Rome montre que ces derniers appellent des réactions comparables à celles qu’avaient suscitées les aventures orientales de Pompée6. Il montre aussi que, avec ces imperatores héroïques, on atteint les limites du monde.

  • 7 Cf. J. France, “Géographie et politique : la vision césarienne des Gaules avant la conquête”, dans (...)

17Reste à savoir si ces contrées fabuleuses doivent être intégrées à l’Empire, ou l’auréoler. En 53, César renouvelle son expédition, mais il n’est pas plus question d’annexion que la première fois. Dans le Bellum Gallicum, et malgré des nuances, le Rhin apparaît comme une coupure essentielle, correspondant à une différenciation entre Germains et Gaulois7. Mais doit-il s’agir d’une frontière de province, ou de la limite de l’Empire ? La nature du dossier germanique transmis à Auguste reste profondément ambiguë.

18Il ne sera rouvert qu’avec l’incursion germanique sur la rive gauche du Rhin, en 16 avant notre ère. C’est alors le début de toute une série de campagnes, qui conduisent à plusieurs reprises les armées romaines jusqu’à l’Elbe. Durant cette période, il semble bien qu’il y ait eu un véritable projet de création de province. Cela paraît confirmé par l’érection de l'ara Ubiorum, nouvel autel d’Auguste et de Rome, semblable à celui de Lyon et destiné, cette fois, à la Germanie.

19Mais l’emplacement choisi pour cet autel révèle que les ambiguïtés subsistent. Nous sommes en effet sur le territoire des Ubiens, déjà alliés de Rome à l’époque de César, et dans le secteur cisrhénan de leur domaine ! Il est impossible de trouver un centre de gravité au cœur même de la Germanie.

  • 8 Sur ce point, certaines remarques de Tacite ne manquent pas de perspicacité : cf. Germanie, 28 (tra (...)

20La raison m’en paraît extrêmement simple : le système romain se heurte ici au vide. Il lui est impossible de trouver, en ces territoires, les appuis locaux qui constituent une des conditions sine qua non de son expansion : pour des raisons qui n’ont strictement rien à voir avec un déterminisme géographique ou militaire, le Rhin devient une frontière8.

21Cette situation est illustrée par deux personnages parmi d’autres. Marobaud, fils de chef germain, otage des Romains, devient roi des Marcomans. Le schéma est classique et a souvent fondé de solides alliances. De fait, Marobaud étend d’abord son domaine avec l’appui de Rome mais, très vite, les intérêts des deux parties divergent tellement qu’une grande opération militaire est montée contre lui, en 6 de notre ère : elle n’est interrompue que par des troubles survenus en Illyrie et se conclut, pour le chef germain, par l’obtention d’un titre de “roi et ami du peuple romain” aussi fictif que la réalité de la province de Germanie.

22Tout aussi révélatrice est la carrière d’Arminius, devenu citoyen et chevalier romain après avoir servi dans les troupes auxiliaires, devenu même conseiller de Varus, le commandant des armées du Rhin, qu’il attire en réalité dans un piège qui provoque la perte de trois légions, en 9 de notre ère.

23Cette défaite marque la fin du grand projet germanique. Il y aura encore quelques grandes chevauchées, mais, dès Tibère, l’essentiel de la politique romaine prend désormais une dimension diplomatique, jouant sur les divisions internes de la Germanie.

24Cet échec augustéen va largement contribuer à façonner l’image de ces régions. La prise de conscience de l’impossibilité d’intégrer la Germanie nécessite en effet que soit forgée une explication qui transforme l’échec en un phénomène d’une autre nature. La dignitas du peuple romain, et de son imperator, est à ce prix. Face à la question parthe, la propagande augustéenne a forgé le mythe de la vassalité de cette région symbolisée par la restitution des enseignes autrefois perdues par Crassus : la frontière orientale de l’Empire se dissout dans des formes fictives de dépendance qui prolonge vers l’Orient l’aire romaine et lui permet de ne pas apparaître ouvertement décalée par rapport aux bornes de l’univers. Au Nord, Rome élabore une autre solution, tout aussi fictive, dont le but ultime est le même.

  • 9 Les textes sont réunis par R. Chevallier, Rome et la Germanie au 1er siècle de notre ère, dans “Col (...)

25On peut en saisir les modalités à travers les écrits des auteurs romains, qui apparaissent tous comme de simples variations sur des motifs communs9 : désormais, à partir du 1er siècle, la vision de la Germanie apparaît homogène.

26Ces thèmes ressassés convergent tous vers la même idée : construire une image de la Germanie qui présente ces terres comme dotées d’une spécificité tellement extraordinaire qu'elle les exclut du monde des hommes. La forme peut-être la plus anodine de cette expulsion est le recours à l’exotisme. Ce ne sont que chevelures blondes, larges braies, peuples farouches, écume glacée du Rhin. Dès que Tacite aborde les événements qui se passent en Germanie ou en Bretagne, qui pose un problème de même nature, le terme de spectaculum revient avec une fréquence symptomatique. Ce mot, utilisé pour désigner ce qui est extraordinaire (telles les sept merveilles du monde), transforme le Nord en lieu de fantasmes, donc en un monde périphérique, légitimement situé hors de la sphère romaine, c’est-à-dire du monde des hommes.

27C’est pourquoi ces lieux seront le champ d’action de héros. Les récits sont centrés sur la personne de généraux, dont la geste paraît coupée de la politique générale de l’Empire : exploits constamment sans lendemain, qui ne servent qu’à manifester la virtus d’un individu.

  • 10 Tacite, Germanie, 2, (trad. J. Perret) : “Et qui donc... ferait voile vers la Germanie, vers ses pa (...)
  • 11 Sénèque, De ira, I, XI.

28Le pendant de cette conception merveilleuse, c’est une vision négative. La Germanie est merveilleuse parce qu’elle diffère profondément du monde connu, mais cette différenciation en fait une zone répulsive. Cela est perceptible dans les descriptions tant géographiques qu’ethnographiques. La nature germanique fait peur : ses immenses forêts dépourvues de lumière, ses marécages, son ciel bas écrasant un relief informe où l’on ne peut s’orienter en font un milieu hostile, excessif10. Les habitants sont à l’image de cette nature gigantesque : excessivement grands et blonds, épuisant les sols au lieu de les cultiver rationnellement, toujours en guerre et incapables de respecter un pouvoir stable. Leur psychologie même est démesurée et irrationnelle : caractérisés par un véritable goût du désordre, pour reprendre l’expression de Tacite dans les Annales, leur conduite est guidée par le caprice et par la fureur, Vira. Le Germain, régi par les passions, devient le symbole de l’homme déraisonnable, l’opposé du stoïcien11.

  • 12 Dans ce cadre, le thème du Germain non corrompu, l’excellence de l’état de nature fondant la supéri (...)

29Dans tous ces sentiments, tels que les traduit la littérature latine, il peut exister des contradictions, le dosage entre la fascination et la répulsion étant susceptible de varier selon les auteurs ou les textes12. Mais, dans tous les cas, l’image de la Germanie ainsi construite est celle d’une frange de l’humanité irréductible à l’Empire. C’est la reconnaissance, et la justification, de l’échec augustéen.

  • 13 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce type de raisonnement n’a rien de moderniste. C’est (...)
  • 14 Germanie, 34 (trad. J. Perret) : “Ces deux peuples (les Grands et les Petits Frisons) sont bordés p (...)
  • 15 Fragment conservé dans une Suasoire de Sénèque (I, 15 : cf. Chevallier, ibid., p. 45 : “Chassés hor (...)
  • 16 Suétone, Claude, I.

30Dans cette opération de construction idéologique de la frontière, deux thèmes apparaissent particulièrement importants. Leur but est commun : il s’agit de démontrer, contre l’évidence, que, dans cette direction, l’Empire coïncide avec l’univers. Le premier de ces thèmes consiste à dévaloriser la Germanie. Il est présent dans tous les passages qui décrivent la nature germanique comme un monde repoussant. Il est systématisé par des textes tel celui dû à Pline l’Ancien, qui souligne que ni la flore, ni la faune n’offrent d’espèces intéressantes. Sous une forme scientifiquement fausse, cette analyse aboutit pourtant à une réalité : étant donné la nature très différente de la Germanie, c’est-à-dire étant donné son niveau de développement économique et social, ce secteur n’est effectivement pas intéressant pour l’Empire. Chercher à l’intégrer malgré tout serait un exploit bien difficile et bien peu fructueux13. Le second de ces thèmes est celui des bornes du monde. La Germanie est toute proche des limites du monde. Le grand océan qui la borde, c’est celui qui, au Nord, cerne les terres. C’est déjà un monde interdit par les dieux. Commentant les explorations maritimes de Drusus sur la côte germanique, en 12 avant notre ère, Tacite écrit qu’il ne manqua pas d’audace, mais que l’Océan s’opposa à cette enquête que l’on voulait tenter sur lui14. L’Océan, tout comme le Rhin ou le Danube, devient une entité religieuse gardienne de régions interdites aux hommes. La même présentation est développée par Albinovanus Pedo, poète de l’époque augustéenne, dans un texte très significatif15. Elle est reprise par Suétone décrivant un général vainqueur arrêté dans sa progression par l’apparition d’une femme barbare de grandeur surhumaine qui, en latin, lui interdit de poursuivre plus avant16.

  • 17 Res Gestae, 26, 1-2 : “J’ai agrandi (auxi) toutes les provinces du peuple romain situées à la front (...)

31Toutes ces constructions ethnographiques, géographiques, historiques, religieuses, marquent une renonciation à l’intégration de la Germanie, une prise de conscience de ses spécificités. Au niveau de la propagande, le thème de la coïncidence de l’Empire et des terres habitées est sauvegardé par le mythe selon lequel la partie la plus profonde de la Germanie n’appartient plus au monde habité mais est déjà le domaine des dieux. Il permet le passage alambiqué des Res Gestae, où Auguste, feignant d’avoir établi le contrôle de l’Empire sur le secteur “humain” de la Germanie, parle d’extension de provinces, et non de création, de pacification des zones maritimes, et non de conquête17.

32Les données socio-économiques imposent donc l’endroit où s’implante le limes. Mais ces situations sont susceptibles d’évoluer : les rectifications de frontières qui surviennent par la suite ne sont rendues possibles que par les mutations qui se produisent dans une partie du monde germanique et qui rendent envisageable son intégration dans l’Empire.

33Jusqu’aux Flaviens, les campagnes militaires ne manquent pas sur cette frontière, à commencer par celles conduites sous le règne de Claude. Outre leur dimension militaire, ces expéditions ont aussi pour but de servir la propagande du pouvoir impérial qui a besoin d’exploits militaires pour démontrer son charisme. La frontière n’en est nullement modifiée.

34La crise de 69 est porteuse de leçons révélatrices de la nature de l’Empire. L’épisode le plus riche est sans doute celui de Civilis, officier de troupes auxiliaires impliqué dans les luttes politiques de l’année 69, et qui paraît ensuite basculer dans une action autonome en s’appuyant sur les Germains de l’extérieur et en se présentant en libérateur des Gaules. Encore faut-il rappeler que Civilis prend longtemps la précaution de se poser en allié de Vespasien : on ne sort pas facilement du cadre de l’Empire. Encore faut-il rappeler aussi que Civilis, lorsqu’il dévoile son jeu, proclame l’Empire gaulois : on ne sort pas non plus facilement de la forme impériale du pouvoir.

35Mais, le plus significatif, c’est que le monde provincial choisit très largement de rester au sein du système romain, attitude symbolisée par excellence par le concilium Galliae de Reims, en 70, où les cités gauloises, c’est-à-dire leurs élites sociales, décident de refuser la sécession. La leçon est claire. Le lien qui unit les provinces au centre du pouvoir est tissé essentiellement par les premières.

36C’est après ces événements des années 69-70 que se produit une rectification de frontière de quelque importance : l’annexion du pays souabe permet de résorber l’angle rentrant que constituait le tracé du Rhin et du Danube. Il s’agit d’une œuvre de longue haleine, qui ne sera achevée qu’au IIe siècle, mais dont l’essentiel est réalisé sous les Flaviens. Dès Domitien est mis en place le limes germano-rhétique, qui ne correspond plus au Rhin, mais à ses affluents, le Main puis le Neckar, et qui rejoint le Danube en Bavière, aux environs de Ratisbonne.

  • 18 Stace, Silves, I, 1, v. 50-51.

37Il est clair que plusieurs facteurs sont intervenus dans cette expansion. D’abord, sans doute, une considération stratégique, le raccourcissement de la frontière facilitant le contrôle de populations toujours agitées. Ensuite les besoins idéologiques impériaux : Domitien prend l’épithète de Germanicus et ses victoires sont exaltées par la statue équestre en bronze érigée au centre du forum, statue où l’on voit, pour reprendre l’expression de Stace, l’ongle d’airain de la monture impériale couvrir la chevelure du Rhin captif18. On comprend, en sens inverse, la contre-propagande sénatoriale tentant de minimiser, ou même de ridiculiser, l’œuvre de Domitien.

  • 19 La documentation archéologique est analysée, pour la Germanie, par L. Hedeager dans M. Rowlands, M. (...)

38Mais, surtout, on saisit une fois de plus le rôle décisif joué par la nature des régions concernées les facteurs économiques et sociaux priment et conditionnent les aspects militaires et politiques19.

39De fait, sur le Rhin inférieur, la rive gauche est relativement peuplée et participe au système romain de manière plus ou moins complète : ainsi, les Bataves ne paient pas tribut, mais fournissent des auxiliaires. Inversement, la rive droite est beaucoup plus vide et économiquement peu développée : en ce secteur, l’Empire ne s’étend jamais au-delà du Rhin. La situation est semblable dans le secteur central du fleuve. En revanche, plus au Sud, sur les affluents du Rhin, on trouve un habitat dense lié à la pratique d’une agriculture stable et inséré dans des réseaux commerciaux. Or, ce sont justement ces régions, celles du Taunus, Main et Neckar, celle des Champs décumates, aux limites de la Suisse et du Bade-Wurtemberg, qui s’intègrent à l’Empire.

  • 20 Whittaker, ibid., fig. 14-15. Déjà la Bretagne était à la limite du possible, et on pourrait facile (...)

40On pourrait développer exactement la même analyse pour la Bretagne, où l’archéologie et la géo-ethnographie britanniques ont mis en évidence tout un faisceau d’indices (densité de l’occupation, nature des cultures) qui montrent que l’Empire s’est arrêté là où l’on passe à une région caractérisée par une mise en valeur moins intensive20. Il y a donc un calcul de rentabilité qui intervient dans la politique romaine, calcul parfaitement conscient, comme l’attestent les textes de Strabon ou d’Appien, et qui n’est que la conséquence de réalités socio-économiques qui sous-tendent les possibilités d’expansion politiques et militaires.

41Ces faits rendent compte non seulement du lieu d’implantation du limes, mais aussi de sa nature. Reflet de réalités d’ordre socio-économique, il ne peut s’agir d’une ligne marquant le passage brusque d’une réalité à une autre, radicalement différente. Il ne peut s’agir, non plus, d’installations à but essentiellement militaire : il eût été totalement impossible aux armées romaines de rendre imperméables ces milliers de kilomètres, ou même, simplement, d’envisager la chose. Il faut donc prendre avec la plus extrême prudence les textes antiques assimilant le limes à une coupure. Ainsi, certains passages de Tacite (Ann. 13, 54) faisant de la frontière une zone interdite comportant, en avant des fortifications, des agri vacui réservés aux militaires ; ou encore l’Histoire Auguste érigeant le mur d’Hadrien en division entre Romains et Barbares (Hadr., II, 2).

42L’archéologie démontre, au contraire, la présence, à proximité immédiate des installations qui marquent la frontière, de populations parfois installées par les autorités romaines elles-mêmes et qui entretiennent avec ces dernières des rapports de nature diverse. Tacite présente les Frisons, population transrhénane qui ne fit jamais partie de l’Empire, comme soumis à la puissance romaine. Bataves et Mattiaques fournissent des troupes tout en étant exempts d’impôts (Germanie, 29). Bien plus, le mur d’Hadrien passe au milieu du territoire de populations, tels les Carvetii, qui font partie intégrante de l’Empire.

  • 21 Pour une remise en question de la frontière conçue comme une ligne de défense, cf. J. Napoli, “Sign (...)
  • 22 Même le caractère nomade et tribal de certaines populations ne constitue nullement, du moins durant (...)

43Le limes, même lorsqu’il prend la forme d’installations linéaires, n’a donc pas pour but de séparer, de faire barrage, mais de contrôler, réguler, les déplacements et les échanges21. C’est un secteur vivant, non une zone morte, stérilisée par des préoccupations militaires22. Lorsque les différences profondes qui caractérisent les mondes romain et barbare donnent naissance à des conflits armés de quelque ampleur, ils ne se règlent pas sur la frontière même, mais grâce à des concentrations de forces que n’autoriserait pas une défense linéaire.

44Il n’en reste pas moins que les limites géographiques de l’Empire romain correspondent, en Occident, à une rupture qui, pour ne pas être linéaire, n’en est pas moins fondamentale : elles coïncident avec un changement radical des conditions socio-économiques. L’Empire s’arrête là où l’état de développement ne lui permet plus de trouver des alliés potentiels, à savoir un type d’élites sociales intéressé par une participation au système romain. Cette réalité de classes est tout à fait essentielle. Elle fait que la nature des frontières impériales est politique, au sens profond du terme : elles séparent des organisations politiquement antinomiques. Il en résulte d’abord qu’elles ne peuvent avoir la précision linéaire d’une frontière moderne, car il y a toute une frange de populations qui entretiennent des rapports administratifs et politiques avec l’Empire, sans en faire réellement partie : d’où l’organisation du limes, souvent étalée en profondeur. Il en résulte ensuite que cette coupure politique, qui n’en est pas moins réelle, n’interdit nullement des contacts multiples, en particulier d’ordre économique : d’où la fonction principale de ces constructions limitrophes, qui est de régir ces rapports, non de s’y opposer. Il en résulte enfin qu’une telle frontière, qui articule deux mondes si différents, se prête à une mise en scène idéologique : d’où ces installations linéaires, fossés, palissades ou murailles plus ambitieuses, militairement dérisoires, mais qui signalent la sphère dans laquelle règne l’ordre impérial. Cette ligne, faute de pouvoir englober réellement la totalité de l’humanité, est censée en distinguer le cœur, la partie qui compte. Telle une enceinte urbaine, elle ne prétend pas couper la réalité qu’elle enclot du monde externe, mais lui assurer une position dominante par rapport à des régions qui, pour reprendre l’expression de Strabon, ne font pas totalement partie de “notre monde habité”.

Notes

1 Pour l’application du type d’analyse proposé ici à d’autres sujets que les frontières, cf. Y. Thébert, “Romanisation et déromanisation en Afrique du Nord : histoire décolonisée ou histoire inversée ?”, dans Annales ESC, 33, 1978, p. 64-82 ; Id.,”Legioni e lotta di classe”, dans Storia e dossier, V, 36, janv. 1990, p. 6-9, et, avec F. Coarelli, “Architecture et pouvoir : à propos de l’hellénisme numide”, dans MEFRA, 100, 1988, p. 761-818.

2 Sur les mutations qui transforment Rome en cette période, cf. le catalogue de l’exposition Roma medio repubblicana, Rome, 1973. Les nouveautés que signale, entre autres, l’atelier des “petites estampilles” sont significatives de leur ampleur (p. 43 sq. : notice de J.-P. Morel).

3 C. et G. Picard, Vie et mort de Carthage, Paris, 1970, p. 284 sq.

4 A. Giardina dir., Società romana e produzione schiavistica, 3 vol., Bari-Rome, 1981.

5 B.G., IV, 17 (trad. L.-A. Constans) : “César... avait décidé de franchir le Rhin ; mais les bateaux lui semblaient un moyen trop peu sûr, et qui convenaient mal à sa dignité et à celle du peuple romain. Aussi, en dépit de l’extrême difficulté que présentait la construction d’un pont, à cause de la largeur, de la rapidité et de la profondeur du fleuve, il estimait qu’il devait tenter l’entreprise ou renoncer à faire passer ses troupes autrement...”. Pour servir comme il convient la dignitas césarienne, le pont est un véritable manifeste de la science et de la technique romaines opposé à la furie du Rhin. Il s’agit, en effet, d’un pont à tablier continu reposant sur des pilotis reliés entre eux et enfoncés de façon diverse, dans ou contre le sens du courant, si bien que “... l’ouvrage avait tant de solidité, et cela en fonction des lois de la physique, que plus la violence du courant était grande, plus le système était fortement lié.” (IV, 17).

6 Cic., Pro Balbo, 64 (trad. J. Cousin) : “... puisque César est très loin de Rome et qu’il est maintenant dans des contrées qui, par leur position géographique, bornent l’univers (orbis terrarum), et, grâce à ses exploits, bornent l’Empire romain (imperium populi romani)... »

7 Cf. J. France, “Géographie et politique : la vision césarienne des Gaules avant la conquête”, dans Ollodagos, Actes de la Société belge d’études celtiques, 2, 1991, p. 261-281, en particulier p. 275 sq. On notera avec intérêt que, prenant le contre-pied de toute la tradition grecque, César érige le Rhin en coupure essentielle pour des raisons qui n'ont rien d'ethnique. Au contraire, lorsque l'idée d'intégrer la Germanie sera clairement abandonnée, Tacite reprendra à son compte le thème de la spécificité des peuples germaniques dotés d'une originalité due à leur pureté ethnique et à leur environnement géographique (Germanie, 2 et 4).

8 Sur ce point, certaines remarques de Tacite ne manquent pas de perspicacité : cf. Germanie, 28 (trad. J. Perret), à propos du Rhin (“... qu’était-ce qu’un fleuve pour empêcher que les nations, en rapport avec leur puissance, s’emparassent ou changeassent d’établissements...”) ou au sujet du Danube (“...Jadis, également pauvres, également libres, les deux rives partageaient mêmes biens et mêmes maux.”).

9 Les textes sont réunis par R. Chevallier, Rome et la Germanie au 1er siècle de notre ère, dans “Collection Latomus, 53, 1961.

10 Tacite, Germanie, 2, (trad. J. Perret) : “Et qui donc... ferait voile vers la Germanie, vers ses pays sans forme, son ciel rude, triste à habiter comme à voir... Enlaidie par les marécages, la Germanie est aussi hérissée de forêts.”

11 Sénèque, De ira, I, XI.

12 Dans ce cadre, le thème du Germain non corrompu, l’excellence de l’état de nature fondant la supériorité morale collective des Barbares, ne me paraît nullement devoir être versé au bénéfice d’une vision positive de ces contrées. Dans ces passages, les auteurs romains ne réfléchissent en rien sur les Barbares, mais sur eux-mêmes, c’est-à-dire sur les malheurs de la catégorie sénatoriale à laquelle la plupart d’entre eux sont liés, et dont l’histoire politique est transcrite en termes moraux. La démarche est exactement la même dans les célèbres textes de Tacite (Agricola, XXI) et de Dion Cassius (Histoires romaines, LXII, 3) qui nous rapportent l’histoire de la corruption des Bretons par la civilisation romaine. Ces passages, si souvent utilisés pour démontrer l’existence d’une politique d’acculturation de la part de Rome, ne parlent en fait nullement des malheurs des Barbares, mais de ceux de la Rome républicaine où l’aristocratie détenait le pouvoir. J’espère revenir sur cette question par ailleurs.

13 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce type de raisonnement n’a rien de moderniste. C’est celui que développe Strabon à propos de la Bretagne (II, 5, 8 ; trad. G. Aujac) : “Voilà pourquoi les Romains qui pouvaient se rendre maîtres de la Bretagne ont dédaigné de le faire : ils voyaient bien qu’ils n’avaient aucune espèce de crainte à avoir du fait des Bretons (ils ne sont pas assez puissants pour tenter un débarquement) et qu’ils n’auraient pas grand profit à les soumettre... Les actuels droits de douane leur fourniront vraisemblablement plus de ressources que ne peut en procurer le tribut du vaincu, si l’on en déduit les dépenses afférentes à l’entretien des troupes chargées de maintenir l’ordre et de lever l’impôt dans l’île. Le manque à gagner serait encore bien plus grand dans le cas des îles environnantes. “Au IIe siècle, on retrouve la même idée chez Appien (pr. 7) vantant la sagesse des Empereurs préservant leur domaine plutôt que de l’étendre infiniment aux dépens de Barbares indigents n’apportant nul profit.

14 Germanie, 34 (trad. J. Perret) : “Ces deux peuples (les Grands et les Petits Frisons) sont bordés par le Rhin jusqu’à l’Océan et entourent encore des lacs immenses où les flottes romaines ont navigué. Que dis-je ? Nous avons, dans ces régions, tenté l’Océan lui-même ; la renommée a publié que des colonnes d’Hercule y existent encore... Drusus Germanicus n’a pas manqué d’audace, mais l’Océan s’est opposé à cette enquête sur lui-même et sur Hercule. Puis nul n’a repris la tentative et en ce qui concerne les exploits des dieux on a jugé plus saint, plus respectueux, de croire que de savoir.”

15 Fragment conservé dans une Suasoire de Sénèque (I, 15 : cf. Chevallier, ibid., p. 45 : “Chassés hors des limites connues de l’Univers, ils s’avancent avec audace, à travers les ténèbres qui leur sont fermées, vers les bornes de la nature... Où sommes-nous emportés ? Le jour lui-même fuit et la nature, dont les bornes sont près de nous, entoure d’une barrière de ténèbres éternelles le monde que nous avons quitté... Cherchons-nous un autre monde ?... Les dieux nous rappellent et défendent aux regards humains de voir où la nature finit. Pourquoi, de nos rames, violer ces flots sur lesquels nous n’avons aucun droit, ces eaux sacrées ?”

16 Suétone, Claude, I.

17 Res Gestae, 26, 1-2 : “J’ai agrandi (auxi) toutes les provinces du peuple romain situées à la frontière des nations qui n’étaient pas soumises à notre Empire. J’ai pacifié (pacavi) les Gaules, les Espagnes et la Germanie, là où elles sont baignées par l’Océan, depuis Gadès jusqu’à l’embouchure de l’Elbe”.

18 Stace, Silves, I, 1, v. 50-51.

19 La documentation archéologique est analysée, pour la Germanie, par L. Hedeager dans M. Rowlands, M. Larsen et K. Kristiansen éd., Centre and periphery in the ancient world, Cambridge, 1987. Elle est aussi synthétisée par C.R. Whittaker, Les frontières de l’Empire romain, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 390, 1989. L’approche de cet auteur recoupe sur plusieurs points celle proposée ici. Elle en diverge aussi. Par exemple, ce n’est pas, à notre avis, parce que les régions en retard dans leur développement se montrent incapables de nourrir les armées romaines qu’elles restent hors de l’Empire, mais parce qu’elles présentent peu d’intérêt pour le système romain qui, de toute façon, ne peut y trouver les appuis qui lui sont indispensables et s’avère dès lors incapable de se livrer à une conquête au sens moderne du mot.

20 Whittaker, ibid., fig. 14-15. Déjà la Bretagne était à la limite du possible, et on pourrait facilement imaginer qu’elle soit restée hors de l’Empire. En revanche, la nature de l’extrémité septentrionale de l’île était en contradiction avec les réalités impériales. A sa manière, Appien (pr. : 5) a parfaitement saisi ces réalités bretonnes : “... ils en ont occupé la partie la meilleure et la plus importante mais ne se soucient pas du reste. Car même la partie qu’ils occupent ne leur apporte pas beaucoup de profit.” Il est remarquable que le mur d’Antonin, stratégiquement mieux placé sur un étranglement de l’île mais situé trop au Nord, ait été rapidement abandonné : le problème n’est pas militaire.

21 Pour une remise en question de la frontière conçue comme une ligne de défense, cf. J. Napoli, “Signification des ouvrages linéaires romains”, dans Latomus, 48, 1989, p. 823-834. Cependant, nous ne pensons pas que le mur d’Hadrien constitue un cas à part : tout comme pour le limes rhénan, il s’agissait avant tout de matérialiser la frontière, non de la défendre, une garde efficace de ces 117 km de muraille étant, techniquement, parfaitement impensable. Il est clair que l'investissement architectural ainsi réalisé a une fonction avant tout idéologique. Il transforme l’Empire en un espace privilégié, comparable à un espace urbain placé en position prépondérante par rapport à un extérieur qu’il domine, ou prétend dominer, mais dont il n’est nullement coupé.

22 Même le caractère nomade et tribal de certaines populations ne constitue nullement, du moins durant l’Antiquité et le Moyen Age, un facteur d’opposition constante à une organisation de type étatique. Pour cette question, examinée dans le cadre du Maghreb, cf. Y. Thébert, J.-L. Biget, “L ‘Afrique après la disparition de la cité classique : cohérence et ruptures dans l’histoire maghrébine”, dans L’Afrique dans l'Occident romain, Collection de l’EFR, 134, Rome, 1990, p. 575-602.

Auteur

Centre d'histoire urbaine ENS de Fontenay/Saint-Cloud

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540