Version classiqueVersion mobile

Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité

 | 
Aline Rousselle

Représentation de limites

« En Germanie c'est-à-dire nulle part »

Rhétorique de l'altérité et rhétorique de l'identité : l'aporie descriptive d'un territoire barbare dans la Germanie de Tacite

Florence Dupont

Texte intégral

GÉOGRAPHIE, CEIOROGRAPHIE, ETHNOGRAPHIE

1A l’origine de ce travail, il y a une innocente tentative pédagogique : dessiner pour des étudiants la carte de la Germanie de Tacite, c’est-à-dire projeter sur une surface à deux dimensions, le texte de l’historien. Or la tâche s’est révélée impossible. Et les cartes adjointes aux éditions scolaires, comme celle des CUF, sont, il faut le dire “des escroqueries intellectuelles”, car ce sont des fonds de cartes contemporains sur lesquels l’éditeur a placé tant bien que mal et en utilisant des connaissances modernes, les toponymes ou ethnonymes cités par Tacite. La Germanie de Tacite permet de situer la Germanie par rapport à quelques repères géographiques, mais ne permet pas d’en faire ce que les Anciens appelaient la chorographie, c’est-à-dire de dessiner les fleuves et les côtes avec l’indication des distances.

2Si l’on regarde l’écriture du texte, on comprend aisément pourquoi il est impossible au lecteur de spatialiser la Germanie de Tacite, car son discours n’est pas homogène, la Germanie est saisie comme une réalité tantôt géographique, tantôt ethnographique. Or Tacite ne choisit pas entre les deux solutions : ni l’ethnologie ni la géographie ne réussissent à donner son identité à la Germanie. Le texte va de l’une à l’autre et n’aboutit pas. Nous avons signalé l’impossibilité de spatialiser la Germanie, on ne pourrait pas plus reconstruire la société, la religion ou l’économie des Germains, à partir de la Germanie. Autrement dit la Germanie n’arrive pas à exister par et dans la Germanie. Comment expliquer ce qui est pour nous une étrange aporie ?

  • 1 François Hartog, Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l'autre, Gallimard, Paris, 19 (...)
  • 2 Sur ce point cf. P. Vidal-Naquet, “Valeurs religieuses et mythiques de la terre et du sacrifice dan (...)
  • 3 C. Jacob 1991, p.49-52 : la notion de confins, eschatia, issue de la représentation de la cité, a é (...)

3Cette constatation issue de l’analyse textuelle de la Germanie de Tacite, nous ramène, à une question essentielle de l’anthropologie historique, celle de la représentation de l’espace dans l’antiquité qu’ont explorée des livres aujourd’hui fondateurs : l’ouvrage désormais fameux de François Hartog sur la représentation des Scythes chez Hérodote ainsi que les travaux plus récents de Christian Jacob sur les représentations spatiales et les discours ethnographiques grecs, auxquels il faut associer l’étude magistrale de Claude Nicolet sur les enjeux politiques de la cartographie augustéenne1. La Germanie de Tacite nous offre, en effet, un exemple des difficultés existant pour les Anciens à penser le territoire des peuples que ni des fondations de villes et de temples ni la pratique sacrificielle ne lient à un sol ; ces peuples sans histoire sont aussi sans géographie2. Appartenant à ce que les Anciens appelaient la zone des “confins”3, ils avaient par conséquent une fonction dans la représentation du cosmos : assurer la transition entre l’oikoumenè et l’Océan, la civilisation et le Néant.

  • 4 Pomponius Méla, Chorographia, aux époques de Claude et de Caligula, et Pline l’Anciel, Histoire Nat (...)

4Depuis Hérodote et la philosophie ionienne jusqu’à l’époque d’Hadrien, le système est resté globalement le même, conjoignant géographie et ethnographie. La carte ionienne présentait un monde circulaire, opposant systématiquement le centre et la périphérie. Ce centre était la Méditerranée, la Grèce et Delphes “nombril de la terre”. Ici le climat tempéré, la civilisation, l’équilibre, là-bas, les excès climatiques et le merveilleux ethnologique. Ces confins de la carte ionienne constituent une zone et non une ligne, où peu à peu les connaissances s’effacent au fur et à mesure que croissent la distance et l’étrangeté. Ignorances indispensables et qu’aucun voyage ne doit ni ne peut combler, car sinon rien ne viendrait clore la représentation d’un monde menacé de dilatation jusqu’à l’infini, faute d’hypothèse sphérique4. Le merveilleux ethnographique des Anciens n’est pas l’effet de préjugés naïfs sur les étranges étrangers, mais un artéfact de la géographie ancienne. Seules les régions civilisée justifient d’une représentation chorographique, c’est-à-dire d’une description de leur territoire, les autres contrées, barbares, ne sont que situées et ne relèvent que d’une géographie générale, c’est-à-dire en grec de la géographie.

  • 5 Un exemple frappant est celui de Strabon, contemporain d’Auguste et auteur d’une Géographie en 17 l (...)
  • 6 C. Nicolet 1988, p.103-131.
  • 7 Pline l’Ancien II, 17. Nous conservons la version du texte choisie par C. Nicolet.
  • 8 Ovide Fastes 11 684.
  • 9 Comme le montre C. Nicolet, p. 134-179, cette maîtrise par la représentation chorographique est ins (...)
  • 10 Strabon XVII, 3, 24.

5L’époque hellénistique et les conquêtes romaines n’ont rien changé fondamentalement dans la représentation que les Anciens se font globalement du monde5 : au centre, la Méditerranée, autour l’Océan, et entre les deux, les barbares conquis d’Europe, d’Asie et de Libye. L’empire romain a simplement remplacé la Grèce comme centre de la civilisation. Cependant une rupture politique est venue perturber ce beau système : l’établissement de la paix augustéenne et la création de ce qui s’appellera le limes, c’est-à-dire une frontière nettement dessinée, au moins idéalement, entre la barbarie et la civilisation, entre l’empire et les autres6. Hypertrophie du centre, disparition des intermédiaires et coupure entre un dedans et un dehors, voilà les effets de la conquête romaine, que la carte d’Agrippa fait voir aux habitants de Rome, aux débuts de l’Empire et de la paix augustéenne, dont le projet était de”montrer la terre à l’Urbs” - proponere spectandum orbem-selon la formule de Pline l’Ancien7. D’où un développement de la chorographie, permettant la maîtrise de l’espace romain, qui se confond avec l’orbis terrarum,-“Romanae spatium est Vrbis et orbis idem8”-grâce à sa représentation dessinée la plus précise possible9. Bien sûr la Germanie n’est pas incluse dans cette carte d’Agrippa, et comme le note Strabon, à la même époque, en Europe, les seules terres dont les Romains ne soient pas maîtres sont : “les régions au-delà du Danube et celles du bord de l’Océan entre le Rhin et le Tanaïs”10.

6Il y avait par conséquent une contradiction dans le projet qui semble avoir été celui de Tacite dans la Germanie, à savoir réaliser une chorographie de terres extérieures à l’imperium alors que cet imperium prétend se confondre avec l’ensemble des terres, et cette contradiction rend vraisemblablement compte de toute l’écriture du texte de Tacite ainsi que de ses apories ethnographiques et géographiques.

1. LA GÉOGRAPHIE DE LA GERMANIE

A. Les frontières “naturelles”

  • 11 Germanie 1 Désormais les références à la Germanie ne seront pas précédées du titre de l’œuvre, nous (...)

7La Germanie est d’abord définie géographiquement, au début du texte de Tacite, où elle est présentée comme un territoire “naturel”, car située à partir de “frontières naturelles”. Le terme lui-même, Germania, est de ceux qui servent à nommer les provinces, à la différence des territoires des cités. La Germanie, d’emblée, comme la Gaule ou l’Espagne n’est pas un ager11, mais en quelque sorte une future province. Le fait même de nommer la Germanie est un acte qui préfigure implicitement une conquête :

Germania omnis a Gallis Raetisque et Pannoniis Rheno et Danuuio fluminibus, a Sarmatis Dacisque mutuo metu aut montibus separatur ; cetera Oceanus ambit,
L’ensemble de la Germanie est séparée des Gaulois, des Rètes et des Panonniens, par des cours d’eau, le Rhin et le Danube, des Daces et des Sarmates par des montagnes ou une terreur réciproque ; tout le reste est entouré par l’Océan.

Identité territoriale

8Ces frontières “naturelles” qui définissent la Germanie de l’extérieur, ont d’abord une fonction imaginaire et servent à séparer les Germains des peuples qui les entourent, c’est-à-dire à leur donner une identité différentielle, en les cantonnant sur un territoire auquel Tacite va les identifier.

9Là où ni fleuve ni montagne n’opposent une barrière, empêchant les peuples voisins de se répandre et de se mélanger, Tacite introduit la notion de “peur mutuelle” - metu mutuo - qui crée un équilibre lui aussi naturel, empêchant tout contact et confusion entre les Germains et les autres. Il est clair que ces limites de la Germanie doivent être pour Tacite définies en-dehors de toute pratique politique ou juridique, car il n’est pas envisageable que ces barbares aient conclu des traités avec leurs voisins, déterminant, à la fin de guerres civilisées, le tracé d’une frontière. Il faut donc à l’historien trouver les moyens de définir le territoire de la Germanie, en dehors de toute civilisation. C’est pourquoi là où les frontières naturelles lui font défaut, il fait appel à une psychologie, elle aussi naturelle, qui est la négation même des relations politiques entre deux peuples : la peur qui maintient à distance, qui implique une non-communication, une altérité absolue entre les voisins.

10Il s’agit là d’une stratégie identitaire définissant la Germanie comme une unité territoriale opposée au reste du monde, non à partir d’autres territoires mais de peuples qui lui sont extérieurs, les Gaulois, les Rètes, les Panonniens, barbares civilisés, les Sarmates et les Daces, vrais sauvages, comme si les frontières avaient pour fonction d’enfermer les Germains dans la Germanie afin de leur donner une identité ethnique par le sol.

Des frontières dissymétriques

11Ces frontières bien qu’énumérées sans distinction, ne sont pas toutes du même type : soit ce sont des fleuves ou des montagnes qui séparent les Germains d’autres peuples comme les Gaulois ou les Sarmates, soit c’est l’Océan, cette mer à une seule rive, qui entoure et isole des îles ou des péninsules occupées par les Germains.

12Cette dernière “frontière” les sépare du Néant et assimile les Germains aux Hyperboréens, ou aux Gaulois de Tite Live, ces sauvages qui habitent au bout du monde, protégeant les hommes de basculer dans le Grand Rien. Cette première dissymétrie se double d’une seconde : les Sarmates et les Daces n’ont rien à voir avec les Gaulois, les Rètes et les Panonniens, les premiers sont des sauvages, des nomades, errant dans les solitudes, les seconds appartiennent à l’empire et constituent des provinces.

  • 12 Celte expression introduite par F. Hartog 1980 a été reprise et exploitée par C. Jacob 1989 pour an (...)

13Sous-jacente et cachée sous la rhétorique de l’identité, est donc présente une rhétorique de l’altérité12 : elle nous renvoie à cette représentation du monde qui place au centre les territoires civilisés des hommes vivant en cité, à partir desquels le reste du monde s’organise en cercles concentriques où les hommes et les paysages sont de plus en plus incultes, jusqu’à l’extrême sauvagerie des bords de l’Océan qui entoure la terre, barrière infranchissable vers un au-delà. Ce double système de frontières implique que la Germanie soit un espace hétérogène, un glacis de barbares, plus ou moins civilisés au contact des Romains, plus ou moins ensauvagés, du côté de l’Océan.

  • 13 Strabon écrit par exemple à propos des Gaulois du centre de la Gaule (IV, 1, 5) :”Les barbares de l (...)

14On retrouve ici implicite, et qui travaillera sournoisement tout le texte de Tacite - ce que disait, lui, explicitement Strabon - que plus on s’éloigne du centre de l’empire plus les mœurs sont barbares, et inversement, mais Strabon, à la différence de Tacite, s’intéressait aux peuples à l’intérieur de l’empire et il y avait une continuité depuis Rome et les cités grecques jusqu’aux confins océaniques, il n’avait pas intégré, et pour cause, le limes à sa représentation du monde13.

15C’est pourquoi le Rhin et le Danube, eux aussi pris dans cette vision dissymétrique, sont en quelque sorte des fleuves à une seule rive. Tacite dit toujours pour parler de la rive romaine de ces deux fleuves : “la rive”, étant entendu qu’il s’agit de la rive romaine, l’autre n’étant pas de même nature. Il faut se représenter, en effet, que le bord d’un fleuve pour les Romains est la terre ferme qui accueille les marins ayant vogué sur l’abîme, un asile humanisé que ne peut être un sol barbare : la rive gauche du Rhin n’est pas culturellement une ripa..

16Le territoire de la Germanie est donc, dès les premières lignes du texte, idéologiquement une île, une entité isolée et homogène, en même temps qu’un espace intermédiaire entre les derniers territoires colonisés de Rome, Gaule et Pannonie, et les confins de la sauvagerie, c’est-à-dire une zone frontière. Ce qui est une position intenable, comme on va le voir maintenant.

Une identité circulaire ?

  • 14 On peut opposer à cette façon de faire les textes de Strabon où même lorsqu’il s’en tient à une énu (...)

17Cette existence apparemment si forte de la Germanie qu’introduit le début du texte de Tacite, va se révéler bientôt une illusion. La Germanie existe comme un pays naturel seulement vue de l’extérieur, le territoire lui-même n’est pas susceptible d’une description géographique, d’une chorographie. Ainsi Tacite après avoir circonscrit le territoire de cette façon dissymétrique que nous avons dite, ne dit rien de l’intérieur, il ne donne ni repères topographiques ou toponymiques, il n’oriente pas l’espace par rapport aux quatre points cardinaux pas plus qu’il ne fournit d’informations sur les distances et les dimensions du territoire ou encore sur les fleuves qui le parcourent14. En outre les Germains ne sont rattachés à leur sol par aucune fondation de cité, à la façon grecque ou romaine. Leur territoire n’a pas de réalité mythique ou historique, il n’est pas ponctué de lieux de mémoire, sanctuaires ou champs de batailles célèbres. La Germanie n’a ni forme ni histoire, ce qui fait d’elle un désert, un pays de nomades.

  • 15 2 et 4.

18Donc la Germanie n’est rien d’autre que le territoire habité, c’est-à-dire parcouru par les Germains, comme la Scythie pour Hérodote. A cela s’ajoute que le seul lien affirmé par le texte entre cette contrée et ses habitants est d’ordre purement factuel. Les Germains sont là. Et la vraisemblance pousse à penser qu’ils ont toujours été là.15

Quis porro praeter periculum horridi et ignoti maris, Asia aut Africa aut Italia relicta, Germanium peteret, informem terris, asperam caelo, tristem cultu aspectuque nisi si patria sit ?
Qui, en outre, sans parler des dangers que présente la navigation sur une mer inconnue et souvent mauvaise, quitterait l’Asie, l’Afrique ou l’Italie, pour aller en Germanie, ce pays qui ne ressemble à rien, au climat hostile, ce pays sans paysage, à moins que ce ne soit la terre de ses pères ?

19Bref, dans un pays aussi laid, c’est-à-dire informe et sans un paysage créé par une occupation rurale civilisée, les Germains ne peuvent être qu’autochtones, nés de cette terre qu’ils définissent. La Germanie se présente donc comme une tautologie ethno-géographique, une donnée naturelle, une entité primitive où une terre et son peuple se confondent. La Germanie n’a pas besoin d’être fondée ou arpentée par des colons car elle serait là de toute éternité : terre produisant une race, race habitant une terre.

  • 16 Le philosophe stoïcien Posidonius (135-50 av. J.-C.) est le grand diffuseur, sinon l’inventeur de l (...)
  • 17 5-27 : la description des mœurs communes à tous les Germains est un montage de topoi sur les barbar (...)

20Une pareille conception aurait pu déboucher sur une théorie des climats, fort en usage à l’époque romaine pour caractériser les barbares, les Germains, alors ressembleraient à leur territoire, c’est-à-dire à leur climat et à leur sol16. Mais comme ce territoire n’existe que négativement, il est informe, rien ne peut s’en déduire qui caractériserait les Germains. Les Germains ne constituent pas plus ethnologiquement que géographiquement une réalité autonome, ils ne sont qu’une forme en creux17.

Une race germaine ?

  • 18 4

21Alors où trouver cette identité germaine naturelle indispensable au déploiement du texte tacitéen ? Celle-ci ne pouvant être que “naturelle” va donc se situer dans ce qui est inné chez l’homme, autrement dit son physique et son caractère naturel - ingenium18.

Ipse eorurn opinionibus accedo qui Germaniae populos nullis aliis aliarum nationum conubiis infectos propriam et sinceram et tantum, sui similem gentem extitisse arbitrantur. Vnde habitus quoque corporum (...), idem omnibus, truces et caeruli oculi, rutilae comae, magna corpora et tantum ad impetum ualida, laboris atque operum non eadem patientia, minimeque sitim aestumque tolerare, frigora atque inediam caelo soloue adseuerunt
Personnellement je me range à l’avis de ceux qui pensent que les peuples de Germanie, n’ayant été contaminés par aucune union exogamique, constituent une race pure et originelle, sans aucun métissage. C’est pourquoi tous les Germains ont le même physique : des yeux bleus et méchants, des cheveux roux, une grande taille, ils ne sont forts que dans les attaques, mais l’effort ou l’endurance, ils en sont incapables et ne savent pas non plus supporter la soif et la canicule, alors que le froid et la faim, leur climat et leur sol les y ont accoutumés.

22Nouvelle tautologie : “les Germains ne ressemblent qu’à eux-mêmes”. Cette conception de l’identité raciale ne saurait faire illusion dès qu’elle débouche sur des caractéristiques morales. Expliquer par la stérilité d’un sol non cultivé et le climat rigoureux d’une région l’impatientia des Germains était inutile. Car cette incapacité à l’effort et à l’endurance est une caractéristique commune à tous les combattants barbares, Gaulois, Numides ou autres, son contraire, la constantia ne peut venir que de la disciplina et d’une force morale qui est le privilège des soldats libres et civilisés. Finalement le seul noyau irréductible de l'identité germaine est donc ce physique extraordinaire, car contrastant fortement avec celui des Romains : le regard bleu, les cheveux roux, la haute taille. Il est exactement l’inverse du physique attribué aux Romains par eux-mêmes.

  • 19 Par exemple 43 et 28.

23Il est remarquable qu’ensuite le texte de Tacite abandonnera définitivement cette forme d’identification des Germains, comme si elle n’était à l’œuvre que lorsqu’il lui faut construire une corrélation réversible entre le pays et les hommes qui s’y trouvent. Car lorsqu’à plusieurs reprises, Tacite se trouvera affronté à un problème d’identification de tel ou tel peuple, dont il se demande s’il est ou non germain, jamais il ne cherchera de preuve du côté de leur physique19.

B. la politique au secours de la nature

  • 20 Strabon II, 5, 8. R. Chevalier, Rome et la Germanie au 1er siècle de notre ere, Latomus, Bruxelles, (...)

24Tacite ne peut s’enfermer dans cette tautologie pauvre mais rassurante qui se formulerait ainsi, en termes insulaires : “Qui sont les Germains ? les habitants de la Germanie. Qu’est-ce que la Germanie ? Le territoire habité par les Germains”. Alors des Germains il n’y aurait rien à dire sinon qu’ils sont sur un territoire portant leur nom, ce nom qui en latin signifie “pur et renverrait implicitement à leur pureté raciale. Ce splendide isolement les placerait totalement en-dehors du monde civilisé, sans aucun contact avec les autres hommes. Par conséquent ils n’offriraient aucun intérêt pour personne, selon la formule de Strabon à propos de la Bretagne : “Il ne saurait y avoir aucun avantage à connaître de tels pays ni leurs habitants, surtout quand ils vivent dans des îles, qui ne peuvent nous causer ni tourment ni profit vu l’inexistence des relations. Voilà pourquoi les Romains qui pouvaient se rendre maîtres de la Bretagne ont dédaigné de le faire : ils voyaient bien qu’ils n’avaient aucune espèce de crainte à avoir du fait des Bretons (...) et qu’ils n’auraient pas grand profit à les soumettre”20-

Le cercle brisé

  • 21 2.
  • 22 29.

25En fait, à lire Tacite, il n’y a pas coïncidence entre les deux définitions ethnographiques et géographiques : des peuples non-Germains habitent en Germanie21 et des Germains habitent en dehors de la Germanie22. Car selon Tacite des Gaulois ont passé le Rhin jadis et se sont établis sur la rive gauche :

Validiores olim Gallorum res fuisse sumrnus auctorum diuus Iulius tradit, eoque credibile etiam Gallos in Germaniam transgressas (...) Igitur inter Hercyniam siluam Rhenumque et Moenum amnes Heluetii, ulteriora Boii, Gallica utraque gens tenuere. Manet adhuc Bohemi nomen significatque loci ueterem memoriam quamuis mutatiscultoribus.
Jules César rapporte, et son témoignage est la meilleure des autorités, que jadis la puissance gauloise était plus grande, c’est pourquoi il est vraisemblable que des Gaulois soient passées en Germanie (...) Donc entre la forêt Hercynienne, le Rhin et le Main, les Helvètes, et plus loin les Boïens, deux nations gauloises, ont occupé le pays. Encore aujourd’hui subsiste le nom de Bohème qui signale l’ancienne histoire du lieu bien que les habitants aient changé.

26Inversement des Germains ont passé le Rhin pour s’établir en Gaule :

Treueri et Neruii circa adfectationem Germaniae originis ultro ambitiosi sunt tamquam per hanc gloriam sanguinis a similitudine et inertia Gallorum separentur. Ipsam Rheni ripam haud dubie Germanorum populi colunt, Vangiones, Triboci, Nemetes
Les Trévires et les Nerviens, revendiquent une prétendue origine germaine comme si, grâce à cette gloire venant de leur race, ils se distinguaient de toute ressemblance avec les Gaulois et leur lâcheté servile. La rive romaine du Rhin est sans conteste habitée par des peuples germains, les Vangions, les Triboques, les Némètes.

La politique précède la nature

27Puis voici en quelques mots explicitement détruite la notion de frontière naturelle. Ce fleuve, d’abord présenté au début de la Germanie, comme une limite naturelle du territoire des Germains, voit sa définition remise en cause, puisque le Rhin pas plus qu’aucun fleuve, ne peut faire obstacle, selon Tacite, à l’expansion d’une peuplade puissante :

Quantulum enim amnis obstabat quo minus ut quaeque gens eualuerat, occuparet permutazetque sedes promiscas adhuc et nulla regnorum potentia diuisas ?
Car, que pouvait un fleuve pour empêcher que chaque peuplade, en fonction de ses forces, s’emparât ou changeât de territoire, ces terres n’étant pas encore clairement réparties ni divisées en territoires distincts, en l’absence d’un pouvoir royal ?

28Le Rhin n’est donc que la matérialisation naturelle d’une frontière qui est nécessairement d’origine politique et militaire, le résultat d’un équilibre variable entre les forces des peuples qui bordent ses rives. En outre il convient qu’un pouvoir politique, centralisé, ici celui de rois, unifie et distingue clairement les territoires. Le Rhin pour être une frontière suppose que préexistent les pays qu’il limitera ; jadis ce fleuve donc ne séparait rien ni personne, rien ne distinguait les habitants de chaque rive, Gaulois et Germains, tous confondus ou confondables.

29En d’autres termes Tacite affirme ici que l’existence d’un territoire suppose celle d’un minimum d’organisation politique centralisée qui procède à une répartition des terres, en fonction non de l’origine mais de la puissance militaire. Il n’y a, pour lui, pas plus de peuple que de territoire naturels.

30Il en est de même du Danube. De part et d’autre sont des peuples dont l’origine est même incertaine :

Sed utrum Arauisci in Pannoniam ab Osis, Germanorum natione, an Osi ab Arauiscis in Germanium commigrauerint, cum eodem adhuc sermone, institutis, moribus utantur, incertum est, quia pari inopia ac libertate eadem utriusque ripae bona malaqueerant.
Mais les Aravisques sont-ils venus en Pannonie de chez les Oses, peuple germanique, ou les Oses sont-ils venus de chez les Aravisques en Germanie, car ils parlent la même langue, ont les mêmes institutions et les mêmes coutumes, cela n’est pas clair, puisque sur les deux rives du Rhin on connaissait jadis la même liberté, la même pauvreté, les mêmes biens et les mêmes maux.

31Énigme emblématique que celle posée par ces deux peuples, les Oses et les Aravisques, en tout point semblables, de part et d’autre du Danube ; il faut pourtant que par leurs origines les uns soient germains, et les autres panonniens, donc que les uns ou les autres aient traversé le fleuve pour importer leurs traditions ou au contraire prendre celles du peuple auprès dequi ils se seraient installés. Mais pour imaginer une telle migration il faut lui trouver des causes, la richesse du voisin attirant la cupidité de son voisin pauvre, ou encore un désir de conquête suscité par l’espérance d’une vie meilleure sur un territoire plus prospère, toute hypothèse réfutée par Tacite, car elles sont incompatibles avec les idées reçues, qu’il partage avec ses contemporains, sur les barbares des origines, tous libres et pauvres.

32Enfin, et c’est le plus troublant, bien que le texte ne dise pas si ces mœurs semblables attribuées aux deux peuples étaient germaniques ou panoniennes, il affirme en tout cas que mœurs, territoire et origine ethnique ne coïncident pas nécessairement, puis qu’il envisage qu’un peuple en émigrant puisse changer de coutume en changeant de territoire ou inversement importer ses coutumes dans un nouveau territoire.

Un ethnonyme douteux

33Ce qui nous ramène à la question première : si la Germanie n’est pas le territoire des Germains, et les Germains ne sont pas les hommes d’une terre, qu’est-ce qui définit la Germanie et qui sont les Germains ?

  • 23 2. De fait dans les Res gestae (31) d’Auguste on trouve parmi les noms d’autres peuples ayant échan (...)

34Finalement les Germains ne seraient-ils pas simplement ceux qui, indépendamment des mœurs et des territoires se revendiqueraient comme tels, et qui par leurs origines raciales, appartiendraient à la gens des Germains ? Malheureusement le terme collectif de Germains qui seul permettrait de créer l’unité de ce complexe naturel mais flou de terres et d’hommes, n’est pas originel. Tacite admet qu’il serait récent et aurait été introduit par un groupe de Germains qui ayant franchi le Rhin se seraient installés en Gaule, et auraient cherché à se définir face aux Gaulois23.

Ceterum Germaniae uocabulum recens et nuper additum, quoniam qui primi Rhenum transgressi Gallos expulerint ac nunc Tungri, tunc Germani uocati sint ; ita nationis nomen, non gentis, eualuisse paulatim ut omnes...inuento nomine Germani uocarentur
De toutes façons le terme de Germanie n’est pas ancien, c’est même une invention récente, puisque les premiers qui passèrent le Rhin et repoussèrent les Gaulois, aujourd’hui appelés Tongres, se seraient alors appelés Germains. Ce qui était donc le nom d’une tribu et non d’un peuple, se serait progressivement imposé de telle sorte que tous ont repris le nom de Germains pour se l’attribuer

35Texte étrange qui évoque l’existence d’un peuple sans nom, sans territoire, sans institutions communes et aux mœurs changeantes, installé sur la rive gauche du Rhin et dont quelques tribus ayant passé ce fleuve et étant pour la première fois confrontées à une autre gens, invente un nom pour se désigner. Le récit présente les Germains comme les habitants d’un Nouveau Monde, jusqu’ici isolé et intact rencontrant pour la première fois d’autres hommes. Ils ne viennent à l’existence que par la confrontation avec l’Autre. Ils n’ont d’autre identité que leur barbarie même, semblables à la terre qu’ils habitent, terre barbare et par conséquent informe, et innomée.

Une germanie imaginaire

36La Germanie en tant qu’entité ethno-géographique finalement, n’a d’autre réalité que celle que lui prêtent les hommes du dehors, c’est-à-dire les Romains, elle n’est qu’un au-delà de ses frontières naturelles, posées a priori. La Germanie n’est visible que de la rive romaine du Rhin ou du Danube. Germanie redoutable, creuset de hordes barbares d’où surgiraient régulièrement des bandes d’envahisseurs terrifiants. Germanie en même temps impossible à conquérir et à spatialiser, les deux s’impliquant réciproquement, parce que les Germains n’ont aucun ager à prendre ou à reporter sur une carte, et ne permettent donc aucune appropriation militaire ou intellectuelle dans l’espace. Germanie imaginaire qui ne serait que l’au-delà du Rhin et du Danube, dont la violence primitive doit être opposée, militairement et intellectuellement, aux barbares maitrisés de l’empire, les Gaulois et les Pannoniens.

  • 24 Les linguistes rappellent que reconstituer un tronc commun à ce qui sera les langues Scandinaves, l (...)

37Ce sentiment d’inexistence de la Germanie qui suinte à chaque ligne du texte de Tacite recoupe les affirmations des historiens contemporains : cette Germanie située entre Rhin et Danube, et le Grand Néant, n’avait, à l’époque de Tacite, aucune existence ni historique ni ethnique ni géographique. Le texte de Tacite est d’un point de vue postiviste “sans objet”, les peuples que regroupe l’historien romain pour constituer la Germanie sont d’origine hétéroclite24. Cependant une civilisation imaginaire reste une réalité historique et la question qui se pose à nous aujourd’hui est la suivante : pour quelles raisons l’historien romain chercha à constituer et à placer ce peuple-territoire au-delà du limes formé par le Rhin et le Danube ?

38Produire un discours sur la Germanie c’était, en effet, s’engager dans une aporie, prétendre arpenter comme un ager une terre qui était a priori sans limite, sans forme et surtout sans continuité puisqu’elle était une succession de glacis, d’espaces intermédiaires, entre la terre des hommes civilisés et les rives du Néant où ils ne sauraient s’aventurer sans périr, où ne vivent que des monstres ni hommes ni bêtes. Un tel ensemble d’espaces ne saurait être pensé comme un territoire, lequel suppose une homogénéité permettant la présence, nécessairement culturelle, d'hommes réunis en un peuple, les Germains. Peuple unique, culture unique sont incompatibles avec un espace frontière. Tacite échoue à donner à la Germanie une identité territoriale unifiée et maitrisable.

2. LA GERMANIE : GLACIS ETHNOGRAPHIQUE

  • 25 5-27. Cette monographie est du même type que celles de Strabon, par exemple sur les Gaulois (IV, 3- (...)
  • 26 Cette civilisation germaine, selon l’avis de nos historiens contemporains n’aurait jamais existé si (...)

39Pourtant c’est à cette conquête impossible d’un territoire insaisissable que s’attaque Tacite dans la Germanie, par le biais de l’ethnographie. Une première monographie sur les mœurs des Germains25 en général, suscite chez le lecteur le sentiment d’une Germanie unifiée par une culture commune26. On ignore la forme de réalité que Tacite donne à cette description. On peut penser à Strabon qui, lui, reconnaît qu’aucun Gaulois de son époque ne ressemble à ceux qu’il décrit mais qui projette dans le passé ces mœurs qui selon lui définissent ce que plus tard on appellera l’esprit d’un peuple.

40Cette rhétorique de l’identité ethnique est, chez Tacite, l’équivalent de celle visant à créer une identité géographique. Mais elle laisse rapidement la place à une description de chaque tribu germaine construite au moyen d’une rhétorique de l’altérité qui va faire éclater cette identité.

A. La rhétorique de l’altérité...

  • 27 Le modèle narratif est celui de l’itinéraires, mais privé de tout repère géographique à part le lie (...)

41Pour arpenter le sol germain il annonce son projet : il procédera à une énumération des peuples germains définis selon leurs institutions et leurs coutumes27. C’est ainsi qu’il va parcourir une Germanie qui n’aura d’autre forme qu’un fin dégradé de mœurs depuis le Rhin et le Danube jusqu’à l’Océan.

42Donc une fois posées les caractéristiques communes à tous les Germains :

Haec in commune de omnium Germanorum origine ac moribus acce pimus
Voici ce que nous savons en général sur l’origine de tous les Germains et leurs moeurs

43Tacite va distinguer les différents peuples germains selon des critères ethnographiques :

Nunc singularum gentium insituta ritusque, quatenus differant... expediam
Maintenant je vais exposer les institutions et les mœurs de chaque peuple, du point de vue de leurs différences

44et non selon leur implantation sur un territoire propre, un ager. Quand un peuple est localisé, cette localisation géographique est éphémère, les tribus germaines vont et viennent à l’intérieur de la Germanie, dans une agitation brownienne. Mais afin de les situer les uns par rapport aux autres dans l’espace, il va procéder en partant de repères géographiques constitués par les deux types de frontières naturelles précédemment définies. Le résultat sera un catalogue de curiosités ethnographiques bien souvent incompatibles avec les mœurs communes attribuées préalablement aux Germains.

  • 28 C. Jacob 1989 p. 140-141.

45Ce catalogue des peuples germains chez Tacite reproduit le système de classification des ethnographes alexandrins, qu’on connaît par Agatharchide. La méthode vient d’Aristote et consiste à “inventorier les traits différentiels, décliner la singularité du monde en la mettant en ordre, organiser des sous-catégories à l’intérieur d’un genre, explorer la combinatoire des possibles dans une réalité donnée... L’altérité se réduit à un seul trait... La description est inventaire et mise en ordre, elle est maîtrise symbolique de l’altérité prise dans les rets du langage et du savoir, comme si l’écriture ethnographique était le substitut du pouvoir politique, obsédé par le contrôle des peuples et des territoires”28. Cette belle analyse de l’ethnographie aristotélicienne s’applique mot pour mot à cette partie de la Germanie. A un premier discours ethnographique unitaire, constituant la Germanie comme un Ailleurs unique, un blanc sur la carte, une Amazonie, au-delà du Rhin et du Danube, aussi informe que sont redoutables ses habitants, succède un second discours ethnographique discret, discontinu, constituant la Germanie comme un espace intermédiaire entre la civilisation et le Chaos extérieur.

46D’une part ces peuples sont comparés entre eux et classés selon leur courage, leur noblesse, leur goût pour la liberté, ou inversement, leur degré de servitude ou de féminisation, leur goût pour l’or et le plaisir. On reconnaît là les modèles classiques à Rome, du barbare du sud et de l’est, servile, mou, rusé, efféminé, auquel s’oppose, point par point, le barbare du nord et de l’ouest, anarchique, belliqueux, fier, inculte, viril. D’autre part, et en relation avec ces définitions ethnographiques, les peuples germains sont situés par rapport aux frontières naturelles qui séparent l’empire et la Germanie, c’est-à-dire le Rhin et le Danube. Au fur et à mesure que ceux-ci s’éloignent du limes, les repères géographiques s’estompent, en même temps que les marques de barbarie s’accentuent. Ultime référence spatiale, l’Océan, ce fleuve à une seule rive est un non-lieu qui désigne simplement l’extrémité du monde, la solitude vide des confins. Inaccessible autrement que par terre l’Océan bien loin de situer les rivages qui le bordent se situe par rapport à eux.

B....depuis les bords du Rhin...

  • 29 28 et 29.

47Le Rhin fonctionne désormais comme frontière naturelle parce que la présence romaine volant au secours de la nature a fixé de part et d’autres des tribus alliées qui constituent une barrière défendant l’empire contre les invasions. Ainsi les Ubiens sur la rive romaine du fleuve, les Bataves installés sur une île du Rhin, considérée par Tacite comme territoire romain - pars Romani imperii-et les Mattiaques sur l’autre rive forment les avant-postes de la puissance romaine29 :

Ne Vbii quidem, quamquam Romania colonia esse meruerint ac libentius Agrippinenses conditoris suis nomine uocentur, origine erubescunt, transgressi olim et experimento fidei super ipsam Rheni ripam collocati, ut arcerent, non ut custodirentur. Omnium harum gentium uirtute praecipui Bataui non multum ex ripa sed insulam Rheni amnis colunt.... Manet honos et antiquae societatis insigne, nam nec tributi contemnuntur nec publicanus atterit ; exempti oneribus et collationibus et tantum in usum proeliorum sepositi, velut tela atque arma, bellis reseruantur. Est in eodem obsequio et Mattiacorum gens ; protulit enim magnitudo populi romani ultra Rhenum ultraque ueteres termines imperii reuerentiam. Ita sede finibusque in sua ripa, mente animoque nobiscum agunt, cetera similes Batauis nisi quod ipso adhuc terrae suae solo et caelo acriusanimantur.
Même les Ubiens, bien qu’ils aient obtenu le droit, pour service rendu, d’être une colonie romaine et qu’ils préfèrent s’appeler les Agrippiniens du nom de leur fondateur, n’ont pas honte de leurs origines, puisqu’ils ont jadis traversé le Rhin ; une fois prouvée leur loyauté à notre égard, nous les avons fixés sur la rive même du fleuve, non pas pour être sous surveillance mais afin de servir de remparts contre les attaques extérieures. Les plus valeureux de ces peuples germains (installés en territoire romain) sont les Bataves. Ils n’habitent pas la rive du Rhin mais une île au milieu du fleuve... Ils ont conservé la gloire et l’honneur que leur conférait leur antique alliance avec nous, car ils ne sont pas soumis à la honte de payer tribut et ne sont pas pressurés par les publicains. Exemptés de charges et de contributions, gardés à l’écart pour un usage uniquement militaire, comme on le ferait avec des boucliers et des lances, on les conserve pour la guerre. On a établi la même forme de soumission sur les Mattiaques, car la grandeur du peuple romain a traversé le Rhin et les anciennes frontières, et imposé jusque là-bas le respect de son empire. C’est ainsi que, bien qu’établis sur leur rive, ils sont de cœur et d’esprit avec nous, semblables en toute chose aux Bataves, si ce n’est que leur vaillance est encore plus grande, qu’ils tiennent du ciel et du sol qui sont leurs et où ils se trouvent encore.

48Passage extraordinaire où Tacite fait du Rhin un espace intermédiaire, ethnographiquement et militairement, entre l’empire civilisé et l’absolue violence, l’absolue barbarie, qui est celle des Germains.

49En effet Rome semble décidée, dans ce texte, à opposer aux menaces des Germains, une violence absolue qui leur soit semblable, mais qui soit aussi maîtrisée et mise au service de la civilisation. D’où ces Ubiens, Battaves et Mattiaques qui n’ont rien perdu de leur vaillance originaire et qui défendent l'imperium contre les autres Germains, qui sont passés politiquement du côté romain sans quitter pour autant, réellement ou symboliquement la rive barbare du Rhin. Tacite a inventé pour chacun une solution originale, introduisant à l’intérieur même de cet espace intermédiaire un dégradé supplémentaire,.

50Les deux premiers sont en territoire romain. Les uns, devenus colonie romaine, ont reçu un statut honorable, ce qui leur permet de conserver un courage incompatible avec la servitude, mais ils ne sont pas romanisés au point de ne pas se glorifier de leurs origines : leur valeur se souvient qu’elle vient d’Outre-Rhin. Libres (le texte souligne qu’ils ne sont pas sous surveillance - non ut custodirentur -), ils repoussent les attaques potentielles venues du dehors - ut arcerent. Ils n’ont pas de gardien, ce sont eux les gardiens de l’empire. Les autres sur leur île au milieu du fleuve sont à la fois dedans et dehors. Le sol où ils sont, est bien romain, cependant ils ont un statut qui est celui d’alliés. Cela afin, encore une fois, de conserver l’honos indispensable à leur valeur. Soumis ils ne vaudraient plus rien comme réserve guerrière puisque tel est le rôle qu’on leur attribue. Leur position, d’ailleurs, n’est pas sans faire penser au modèle religieux qu’offre le dieu romain Mars, installé en dehors du pomerium. Uniquement utilisés pour une guerre défensive, cette guerre qui est la plus proche de la chasse-arcerent-qui consiste seulement à repousser un ennemi avec lequel on ne discute pas, on ne traite pas, ils n’appartiennent pas à la civilisation sous sa forme achevée que réalise l’espace urbain. L’espace de l’imperium ici est homologique de celui de l’Vrbs, au pomerium correspond le limes.

  • 30 Ici le point de vue de Tacite n’est évidemment pas celui des Romains traditionnels, comme Tite Live (...)

51Les derniers sont sur l’autre rive, leur courage n’est plus puisé dans leur mémoire : ils tirent du sol et du ciel une valeur plus grande nécessairement que celle des précédents. Plus grande parce que plus proche de leur sauvagerie originelle - acrius -30. Ces Mattiaques, d’authentiques Germains, presqu’intacts, ont cependant le cœur et l’esprit du côté romain. Tacite n’est pas à court d’explication même si celle-ci ruine un peu plus sa notion de frontière naturelle. La grandeur de Rome et son prestige susciteraient donc chez certains Germains le respect - reuerentia sans guerre, sans traité, ils se mettraient spontanément au service de la puissance romaine. Il serait vain de se lancer dans des objections du genre : “pourquoi ceux-ci et pas les autres ?” etc. Ce qui est intéressant pour nous est de constater que le texte de Tacite met en place des frontières naturelles pour ensuite les détruire, dans la mesure où l’empire romain est trop fort pour respecter la répartition naturelle des territoires entres les hommes, puisque, de fait, sont réunis par et dans Rome, l’Italie, l’Afrique, la Gaule, l’Asie, l’Espagne.

  • 31 cf. supra p.10.

52Finalement le Rhin n’est une frontière naturelle que sur l’autre rive et seulement du point de vue romain, car sur la rive romaine ou du point de vue germain c’est un fleuve comme un autre. Les Romains peuvent le franchir mais pas les Germains, là où en face se trouvent les Romains ou leurs alliés germains, et lorsqu’il n’y a plus que des barbares le Rhin ne fonctionne plus comme frontière naturelle car les barbares ignorent la notion de frontière31. Ce qui revient à dire que la frontière naturelle se pense sur le modèle du limes, fleuve à une rive, c’est-à-dire du pomoerium.

53La frontière naturelle est donc chez Tacite, l’infrastructure idéologique nécessaire à la représentation des frontières de l'imperium. Non pas que l’historien ait cherché une justification à l’extension de l’empire ce serait y voir des scrupules anachroniques, mais parce que cette notion de limite radicale qu’implique la création d’une frontière définitive qui sépare nettement et explicitement le monde méditerranéen civilisé, d’un dehors absolu, est à la limite de l’impensable. Elle rompt avec les géographies de Strabon et de Posidonius, elle rompt aussi avec une politique de conquêtes sans fin qui avait été celle de la Rome républicaine. La notion de frontière naturelle permet de penser la paix romaine.

L’escalade de la virtus

54Ensuite le texte se déploie de manière purement ethnographique, définissant chaque peuple par son éloignement plus ou moins grand du centre de la civilisation, l’imperium. Chaque peuple va être caractérisé par son degré de courage - uirtus - ou de noblesse - nobilitas-. Plus on s’enfonce dans la Germanie, c’est-à-dire plus on s’écarte du Rhin-frontière, plus les peuples sont capables de vaillance et se montrent des “sociétés pour la guerre”.

  • 32 Par exemple III, 3.
  • 33 30, 32, 33.
  • 34 30.
  • 35 Affirmé par Strabon par exemple en XI, 7, 9.

55Aucun repère géographique n’intervient, même pas par rapport aux quatre points cardinaux, comme le fait Strabon32, car il ne s’agit ni d’un périple ni d’un itinéraire, chacun des peuples est situé par rapport au précédent : “ultra hos, proximi, iuxta33 et l’ensemble est décrit comme une immense armée, campée de l’autre côté du Rhin et faisant face à l’empire romain. Les remarques topographiques relèvent de considérations sur le “paysage”, le peuple ressemblant à la terre qui est sienne. Ainsi les Chattes de la forêt Hercynienne, qui constituent la deuxième ligne derrière les peuples du Rhin, “alliés” des Romains - ultra hos - “ont une plus grande endurance physique, un corps nerveux, une expression sauvage, une plus grande force d’âme”34 à cause de leur habitat, précisément35. Ils sont cependant encore assez proches du limes pour montrer de la réflexion et de la discipline ainsi que le sens de l’obéissance à leurs chefs de guerre :

Multum, ut inter Germanos, rationis ac sollertiae : praeponere electos, audire praepositos, nosse ordines, intellegere occasiones, differre impetus, disponere diem, uallare noctem, fortunam inter dubia, uirtutem inter certa numerare, quodque rarissimum nec nisi Romanae disciplinae concessum, plus reponere in duce quam in exercitu. Omne robur in pedite, quem super arma ferramentis quoque e copiis onerant : alios ad proelium ire uideas, Chattos adbellum.
Ils sont capables de beaucoup de ruses et de calculs, du moins pour des Germains ; ils placent à leur tête une élite choisie, ils écoutent ceux dont ils ont fait leurs chefs, restent à leur place dans la bataille, interprètent correctement les circonstances, diffèrent une attaque, organisent la journée, se fortifient la nuit, ne comptent pas sur la chance mais sur la valeur et ce qui n’arrive presque jamais à ceux qui ignorent la discipline romaine, comptent plus sur le chef que sur l’armée. Toute leur puissance repose sur l’infanterie, à laquelle outre ses armes, ils font porter des outils en fer et des provisions : on voit les autres Germains aller à la bataille, les Chattes, eux, partir en guerre.

  • 36 31 Dans la conception romaine la paix est toujours plus civilisée que la guerre, de par le territoi (...)

56Passage étonnant où Tacite jusque dans les plus petits détails fait des Chattes des quasis soldats romains. A cette différence près que les Chattes ne sont que des guerriers ; aussi intelligents et policés soient-ils dans l’art de la guerre, ils restent en-deçà de la culture de la paix, ce qui les exclut de la civilisation36 :

Nam ne in pace quidem cultu mitiore mansuescunt. Nulli domus aut ager aut aliqua cura : prout ad quemque uenere, aluntur, prodigi alieni, contemptores sui ; donec exsanguis senectus tam durae uirtuti impares faciant.
Car même en temps de paix, ils ne connaissent pas les douceurs de la civilisation ; ils ne possèdent ni maison ni champ cultivé et ne s’occupent de rien. Ils mangent chez l’un ou l’autre, dépensent l’argent des autres, sans se soucier d’en posséder eux-mêmes, jusqu’au jour où affaiblis par l’âge ils survivent à leur valeur perdue.

57Ces Chattes sont résolument des barbares dans la mesure où ils ne peuvent dépasser l’âge de la jeunesse, et forment une société improbable dont on voit mal comment elle se reproduit, peuple fictif créé à partir de iuuenes constitués en gens autonome.

  • 37 32
  • 38 33.

58A côté d’eux, un peu plus loin, les Tenctères sont un peu plus sauvage, car ils sont cavaliers37 Signe supplémentaire de leur barbarie, ils transmettent leurs chevaux non selon le droit d’aînesse mais en fonction du mérite militaire. Ensuite, chez les peuples suivants, la violence s’accentue encore, aboutissant logiquement à l’extermination de ceux qui préfèrent la mort à toute défaite, comme les Tenctères ; soixante mille tués en une bataille38. Tacite attribue à ces peuples des guerres perpétuelles qui ne peuvent déboucher que sur leur disparition, d’autres venant occuper leur territoire et cela jusqu’à extinction de la race.

  • 39 34.

A tergo Dulgubini et Chasuarii cludunt aliaeque gentes haud perinde memoratae39. Dans leur dos ils sont bloqués par les Dulgubiniens et les Chasuares, et d’autres peuples peu connus

59L’image est éloquente, les peuples les plus sauvages de l’au-delà du Rhin, poussés à l’arrière par de plus sauvages qu’eux, arrêtés dans leur progression par la puissance romaine et les peuples du Rhin, se bloquent les uns, les autres ne pouvant que s’entretuer sur place, pour la plus grande joie des Romains. Ainsi le texte peut-il construire une pseudo-sédentarité sans la culture nécessaire à une vraie sédentarité. Les Germains, en effet, sont fixés au sol par leur propre violence et la défense romaine ; la Germanie apparaît là encore une création de l’empire romain.

L’escalade de la noblesse

60Quand Tacite se rapproche de l’Océan et atteint un pays informe d’îles, de mer et d’eau - passant ainsi d’une frontière à l’autre sans passer par le centre-, il place là-bas des peuples, que ne peut plus caractériser le courage en action, car il a atteint son point extrême ; mais la noblesse et le souvenir de gloires passées vont prendre le relai du courage.

  • 40 37.

61Toujours en armes ils ne combattent pas. Les plus éloignés sont les plus glorieux, nécessairement puisque personne ne les rencontre plus et seul leur renom les a fait connaître. A l’extrême pointe de la Germanie, pour ainsi déjà dans l’Ocean, Tacite situe le petit peuple des Cimbres, qui comme on le sait, furent vaincus par Marius à Verceil en 101 av. J.C. après avoir défait les Romains en Narbonnaise. Là-bas se trouve le réservoir des invasions germaines, écrasées sans cesse depuis deux siècles par les armées romaines40 :

Non Samnis, non Poeni, non Hispaniae Galliaeue, ne Parthi quidem saepius admonuere ; quippe regno Arsacis acrior est Germanorumlibertas.
Ni les Samnites ni les Carthaginois ni les Gaules ou l’Espagne, ni même les Parthes ne se sont rappelés plus souvent à notre souvenir, car la liberté des Germains est plus agressive que la tyrannie d’Arsace.

62Belle formule que celle qui compare les ambitions tyranniques et folles d’un potentat oriental, Arsace, et l’ardeur belliqueuse d’une nation occidentale dont le goût pour la liberté se confond avec l’exercice de la violence guerrière. Au catalogue des menaces barbares, les Germains occupent la première place. Hommage rendu à la libertas, mère de la noblesse et du courage, qui sont des vertus barbares et nomades si elles refusent de laisser place à la paix, des vertus civilisées, si elles savent se sédentariser et s’oublier au cœur de la Ville.

C.... et depuis les bords du Danube

  • 41 41 : ut quomodo paulo ante Rhenum sic nunc Danuuium sequar

63L’usage que Tacite fait du Danube est tout à fait semblable à celui du Rhin41 même si l’exposé est plus succinct. Un premier peuple sert d’intermédiaire qui appartient aux deux rives :

Hermondurorum ciuitas, fida Romanis : eoque solis Germanorum non in ripa commercium sed paenitus atque in splendidissima Raetiae prouinciae colonia. Passim sine custode transeunt ; et cum ceteris gentibus arma modo castraque nostra ostendamus, his domos uillasque patefecimus nonconcupiscentibus.
La cité des Hermondures est fidèle à Rome ; ils sont les seuls des Germains à faire du commerce non seulement sur la rive (romaine) du fleuve mais ils pénètrent profondément sur le territoire et jusqu’à la plus brillante colonie de la province de Rhétie. On les laisse passer partout sans les surveiller ; et alors qu’ aux autres peuples nous montrons seulement nos armées et nos camps, nous ouvrons à ceux-ci nos maisons et nos fermes, sans susciter leur envie.

64A la différence des peuples du Rhin, qui se définissaient par leurs pratiques guerrières et ne connaissaient avec les Romains que des rapports d’alliance militaire, les peuples du Danube pratiquent l’échange commercial, autre forme de relation de type civilisé, permettant la paix. En cela ils s’opposent aux plus barbares qu’eux, qui sont des pillards avides de biens et de plaisirs qu’ils ne connaissent pas. C’est pourquoi les Romains peuvent leur ouvrir leurs maisons et leurs fermes sans s’exposer à des razzias.

L’escalade de l’inertie

  • 42 42.

65Tous ces Germains de la rive gauche du Danube, parfois présentés comme ayant été jadis guerriers, sont dans le présent du texte, des peuples de l’or plus que de la guerre. A côté des Hermondures vivent, en particulier, les Marcomans et les Quades42 :

Marcomanis Quadisque usque ad nostram memoriam reges mansere ex gente ipsorum, nobile Marobodui et Tudri genus-(iam et externos patiuntur)-sed uis et potentia regibus ex autoritate Romana. Raro armis nostris, saepius pecunia iuuantur, nec minus ualent.
Les Marcomans et les Quades ont gardé jusqu’à notre époque, des rois, issus de leur nation, les illustres dynasties de Marobod et de Tuder - désormais ils subissent des rois étrangers, mais ces rois dépendent pour leurs forces et leur puissance réelle, du bon vouloir des Romains. Quelques fois par la force, plus souvent par l’argent, nous les soutenons, ce qui ne diminue en rien leur pouvoir.

66Passons sur ces souverains plus ou moins fantoches que la puissance romaine impose afin de s’assurer la paix au-delà du Danube, pratique bien connue des empires coloniaux. Plus intéressante pour notre sujet est cette présence de l’argent, du côté du Danube, associée à un pouvoir monarchique et à une faible activité militaire. Il s’agit de la perversion barbare de l’activité commerciale, comme précédemment on avait suivi l’ensauvagement de l’activité guerrière. Ces Germains de l’est, qu’on peut si facilement acheter, ont déjà quelque chose d’oriental, moins germains que leurs cousins du nord et de l’ouest, ils sont aussi moins dangereux.

  • 43 43
  • 44 44 On appréciera à leur valeur le et et le iam, prouvant que le texte prend en compte explicitement (...)

67Etape après étape, Tacite présente des peuples de moins en moins libres, de plus en plus orientaux, féminins, cupides ou magiciens. Le lecteur traverse sucessivement des peuples qui acceptent de payer tribut sans se révolter, puis les Lygiens dont le prêtre est habillé en femme ; ils ne combattent pas de jour avec des armes, mais la nuit, déguisés en fantômes43. Derrière eux, les Gothons, soumis à une monarchie un peu plus autoritaire mais sans avoir totalemen perdu le sens de la liberté – non-dum tamen supra libertatem-. Puis viennent les Suions qui honorent la richesse, ce qui explique selon Tacite, qu’ils acceptent d’être soumis à un tyran44 :

Est apud illos et opibus honos, eoque unus imperitat, nullis iam exceptionibus, non precario iure parendi
Chez eux la fortune donne même la noblesse, c’est pourquoi ils vivent sous un pouvoir monarchique, désormais absolu, sans que personne puisse contrevenir à l’obéissance.

  • 45 45.

68A côté d’eux les Estes qui ignorent quasiment le fer, métal de la guerre par excellence, ils sont agriculteurs, mais cette caractéristique qui pourrait en faire des civilisés n’a pas cet effet parce qu’elle est associée avec l’exploitation des mers d’où les Estes tirent l’ambre dont ils ignorent l’usage mais qu’ils vendent aux Romains. Derniers Germains, au dernier degré de la dégénérescence, les Sitones :45

Suionibus Sitonum gentes continuantur, cetera similes uno differunt, quod femina dominatur : in tantum non modo a libertate sed etiam a seruitute degenerant
Prolongeant les Suions, se trouvent les Sitons ; ils leur ressemblent en tout sauf sur un point : ils sont soumis au pouvoir absolu d’une femme ; tellement ils sont dégénérés non seulement du point de vue de la liberté mais même du point de vue de la servitude.

69La rhétorique de l’altérité fonctionne ici à l’état pur. A un point d’écart vers Tailleurs - continuantur - correspond un critère supplémentaire de différence ethnographique - cetera similes uno differunt -. Ce critère, que nous appellerions politique, est pour les Anciens, culturel ; accepter la dominatio d’un autre vous exclut du groupe des hommes civilisés, appartenant à une cité, c’est-à-dire pratiquant la libertas. Or nous avons vu, en outre, que les Germains, barbares du nord, avaient le sens aigu de la libertas mais en dehors des cadres politiques d’une cité, ce qui permettait de comprendre leur vertu guerrière. Donc en abandonnant le sens de la libertas les Sitones s’écartent un peu plus des valeurs de la civilisation, en s’enfonçant dans la servilité, qui plus est cette servilité, caractéristique des barbares orientaux qui les soumet à une femme, leur ôte leur virilité, redoublant ainsi leur “écart oriental”. Ils à la fois de plus en plus sauvages et de moins en moins “germains”.

Dans L’Orient désert...

  • 46 46 Ces monstres des confins chez qui l'étrangeté culturelle devient une étrangeté anatomique appart (...)

70Le texte touche maintenant aux confins orientaux de la Germanie. Par instants surgissent des monts et des forêts, façon de dire la sauvagerie absolue et l’errance de populations, sans feu ni lieu et donc sans foi ni loi. Mais là aussi la coupure n’est pas nette, des peuples indécis forment une transition entre les “vrais” Germains, dont nous avons vu cependant l’état de dégénérescence par rapport au modèle de barbare du Nord qu’ils sont censés incarner, et les monstres fabuleux des limites du monde, les Hellusiens et les Oxiones, sorte de yéti, qui ont un visage et une expression humaine mais dont le corps et l’apparence physique sont ceux de bêtes46 :

Hellusios et Oxionas ora hominum uultusque corpora atque artus ferarum gerere
Les Hellusiens et les Oxions, dit-on, ont un visage et une expression humaines, ils ont le corps et la puissance musculaire d’une bête.

71On trouve dans cet espace intermédiaire les Peucins, les Vénèthes et les Fennes. Sont-ils ou non germains ? La stratégie du texte impose la question et interdit toute réponse tranchée, car l’important est que le problème reste posé faisant de ces peuples des intermédiaires. Germains d’origine, c’est-à-dire sédentaires, mais abâtardis au contact des Sarmates ? Tels seraient les premiers, les Peucins, qui possèdent encore des maisons. Puis les Vénèthes, un peu plus sauvages, ont une économie de pillage, mais gardent une forment de sédentarité domos figunt” et un certain usage de la guerre. Au-delà les Fennes sont des nomades qui ne connaissent pas le fer ni l’agriculture et vivent du produit de leur chasse qu’ils pratiquent avec des flèches à pointe d’os.

72L’espace ethnographique de la Germanie, tel que nous pouvons le dessiner à partir du texte de Tacite est donc un glacis à trois pentes, correspondant à trois exercices différents de la rhétorique de l’altérité, menant les Germains depuis le Rhin et le Danube à la mort par la virtus, à la mer par la nobilitas, à la bestialité par la paresse. Une question se pose alors : les vrais Germains existent-ils qui seraient définis selon une rhétorique de l’identité et non de l’altérité ? Car pour l’instant nous n’avons rencontré sur le terrain que des peuples différents et intermédiaires entre la civilisation romaine et le néant. La digression ethnographique définissant globalement les mœurs des Germains au début du texte ne s’est réalisée géographiquement nulle part. Les peuples décrits sont définis selon des écarts par rapport à une norme qui reste théorique.

73La Germanie de Tacite répond pour ainsi dire à cette objection, en faisant surgir au milieu du texte, une Germanie dans la Germanie, une région peuplée de purs Germains que n’auraient souillés ni la civilisation venue du limes ni la sauvagerie des confins, cette Germanie de la Germanie est la Suévie, dont le seul défaut est, elle aussi, de n’être fixée nulle part.

3. L’ILE VIERGE DES SUÈVES

  • 47 38.

74A la fin des chapitres menant du Rhin à l’Océan, le texte quitte les Cimbres, à jamais immobilisés dans leur gloire sur une presqu’île entourée d’eau, et dit47 :

Nunc de Suebis dicendum est quorum non una ut Chattorum Tenctorumue gens, maiorem enim Gemaniae partem obtinent, propriis adhuc nationibus nominibus discreti, quamquam in commune Suebi uocentur.
Maintenant il convient de parler des Suèves, ils ne forment pas un seul peuple comme les Chattes ou les Tenctères : car divisés en nations, portant chacune un nom différent bien qu’ils s’appellent tous Suèves, ils occupent la plus grande partie de la Germanie.

75Ces quelques lignes donnent le sentiment d’une construction en abîme, ou plutôt en poupée russe. Le texte recommence comme au moment où Tacite présentait l’ensemble des Germains avant de passer à chaque peuple en particulier, avec cette différence essentielle : les mœurs des Germains avaient été précédées d’une définition de leur territoire, ici rien de tel. “Maintenant il convient de parler des Suèves”, le développement du texte, métaphoriquement perçu selon une temporalité, imposerait un passage sur les Suèves, sans qu’on puisse savoir de quel ordre est cette nécessité. En tout cas elle n’est pas d’ordre géographique.

A. L’identité suévique

76Où sont-ils, ces Suèves ? Qui sont-ils ? Ils occupent l’essentiel du territoire et ils sont les plus nombreux, mais personne ne les rencontre jamais. Placés logiquement à la fin des Germains du Nord ils apparaissent comme ayant hypertrophié la valeur de libertas dans une culture de la guerre. Tacite insiste, en effet, longuement sur leur coiffure, ils ramassent leurs cheveux en une queue de cheval sur le côté de la tête :

sic Suebi a ceteris Germants, sic Sueborum ingenui a semis separan tur
c’est la façon dont les Suèves se distinguent des autres Germains, c’est la façon chez les Suèves dont les hommes libres se distinguent des esclaves

77Une arithmétique élémentaire fait comprendre au lecteur que les Suèves sont plus “libres” que les autres Germains et cette liberté supplémentaire exhibée par les hommes, n’a pour but, dit, Tacite que de terroriser l’ennemi dans les combats. Non seulement cette coiffure les grandit mais encore elle signale chez eux ce supplément de libertas, qui pour un Romain signifie un courage plus agressif, uirtus acrior.

  • 48 39.

78Quand Tacite passe ensuite à l’énumération des peuples suèves, on retrouve avec les Semnons, le système de la poupée russe : les plus Suèves des Suèves sont les Semnons. Comme précédemment la virtus est relayée par la nobilitas. Les Semnons sont donc “les plus nobles et les plus anciens des Suèves”48.

79Que signifie cette “ancienneté” chez des peuples autochtones ? Les autres Germains seraient-ils récents ? Sans doute est-ce une façon d’affirmer leur pureté et leur anthenticité. Ils sont les plus nombreux, ont le plus vaste territoire de la Suèvie et c’est chez eux que, naturellement dans une forêt sacrée - lucus-, se célèbre le culte commun à tous les Suèves. De celui-ci Tacite ne dit rien sinon qu’il s’ouvre de façon abominable - horrenda primordia - par un barbarus ritus, un sacrifice humain célébré au nom de la collectivité, - caeso publice homine. On sait que le sacrifice humain est dans l’antiquité ce qui produit l’écart maximum avec la norme civilisée, du côté de la violence, c’est-à-dire de la libertas barbare.

  • 49 40

80Les autres peuples suèves offrent une variation sur le même thème de la libertas49. Ainsi les Langobards, peu nombreux, ne doivent qu’à leur vaillance de vivre libres et insoumis, bien qu’entourés de peuples plus nombreux et plus forts qu’eux. D’autres vivent libres parce qu’entourés d’eau et de montagnes, qui les tiennent à l’écart des agressions. Il faut remarquer que Tacite insiste sur le fait que rien ne les distingue entre eux sinon leurs noms ; “nec quicquam notabile in singulis”, ce qui montre que la rhétorique de l’altérité apparaît lorsqu’il s’agit de créer un espace et disparaît lorsque s’efface la volonté de spatialisation. Alors prévaut la rhétorique de l’identité :

Nisi quod in commune Nerthum, id est terram matrem colunt
Si ce n’est qu’ils célèbrent en commun le culte de Nerthus, c’est-à-dire la Terre-Mère.

81Comment s’étonner que des autochtones célèbrent le culte de la Terre-Mère ? Le lieu du culte comme celui du sacrifice humain précédent, est bien sûr homogène au mode de présence des Germains sur leur sol, puisqu’ils n’ont pas de ville, c’est une forêt vierge - castum nemus -. Mais à la différence du lieu et du culte précédents, cette célébration de Terre-Mère se fait dans l’Océan, sur une île, et abolit temporairement toute violence. Cet aspect de la religion des Suèves rééquilibre la violence hypertrophiée de leur libertas et les met à l’abri des effets mortels de cette violence paroxystique. On notera que l’Océan réapparait avec la dimension pacifique des Suèves. Comme précédemment chez les Chauques ou les Chérusques.

82Voici qui brouille encore la géographie de la Suévie : les plus Suèves des Suèves, qui sont en fait tous les Suèves, sont installés in secretiora Germaniae, dans les lieux les plus écartés de la Germanie, c’est-à-dire les plus éloignés du Rhin et du Danube. Mais s’écarter par la rhétorique de l’identité ne conduit pas au même lieu que la route de l’altérité. Ici le système est binaire et non discret : le contraire de la civilisation est la barbarie la plus pure, la plus intacte de Germains qui sont une gens et non plus une frontière. Installés dans un ailleur absolu : secretiora, cet écart absolu est donc le cœur, le centre de la Germanie, mais un centre qui serait une île, pur de tout contact avec l’extérieur, sinon dans une violence absolue ne débouchant ni sur un traité ni sur aucune forme d’échange ou d’alliance.

83La rhétorique de l’identité, quand elle a à énumérer des peuples, use du système de la poupée russe, introduisant le paradoxe du “plus blanc que blanc”. Quant à l’espace, autre paradoxe il y a coïncidence entre le plus éloigné et le centre.

B. L’altérité suévique

  • 50 43, 45, 46.

84Lors de la seconde énumération des peuples germains, celle qui part du Danube créant une escalade de l’inertie, la Suévie réapparaît prise dans la rhétorique de l’altérité et méconnaissable50. Car elle perd alors sa singularité et se confond avec cette Germanie orientale, dégénérée. La Suèvie devient un ramassis de peuples plus ou moins lâches ou paresseux jusqu’à ces fameux Sitones asservis à une femme. Où sont nos valeureux Suèves si fiers de leur queue de cheval sur le côté de la tête ?

85Le texte de Tacite qui part donc des frontières de la Germanie avec le monde civilisé, n’atteint jamais le centre géographique du territoire. La Suévie est à l’entrecroisement de deux discours, altérité et identité, deux itinéraires incompatibles qui ne peuvent se croiser.

86Partant du Rhin, il s’interrompt pour définir un centre ethnographique “insulaire”, selon une rhétorique de l’identité. Au centre de la Germanie donc, ou plutôt de la Germanie, sont les Suèves, les plus authentiques, les plus nobles des Germains, les plus puissants et les plus nombreux. Le lecteur saura tout des Suèves, sauf le lieu où ils vivent, sinon de façon tautologique en Suévie.

  • 51 46.

87Partant du Danube, le texte traverse la Suévie sans que le lecteur n’y prenne garde et il est déjà dans des contrées informes et des peuples aussi peu ethniquement germains que possible qu’on lui apprend qu’il quitte à peine la Suévie, celle-ci s’est dissoute dans la rhétorique de l’altérité51.

88Cette mésaventure de la Suévie est le paradigme de tout le texte de Tacite, et fait bien voir les apories de la Germanie. Soit le discours saisit la contrée dans son identité ethnique mais devient incapable de la localiser, soit il la localise mais alors l’identité disparaît.

La Germanie, c’est-à-dire nulle part

89Il est apparu que la question qui se pose à Tacite, projetant une description de la Germanie de situ Germaniae” pouvait se formuler ainsi du point de vue romain : “Comment penser un territoire quand celui-ci n’est pas fixé par un peuple sédentaire et n’est qu’un territoire de parcours ? Comment penser un territoire indépendamment du modèle de 1’ager ? Indépendamment des agrirnensores ?” Finalement les Romains du haut-Empire restent dans la même position que les contemporains d’Hérodote par rapport à une représentation des barbares, que ce soit les Germains ou les Scythes. Ceux-ci ne peuvent jamais être enfermés, saisis, dans une structure définissant leur être, ils ne peuvent être dits que dans un “discours de l’altérité” qui leur ôte non seulement toute existence autonome mais même toute existence, tout court. Car les discours produits sur eux ne sont jamais organisables en un tout, sans cesse contradictoires, ils attribuent aux Germains une pratique et son contraire. Que ce discours de l’altérité fonctionne de façon binaire, ce que nous avons appelé la rhétorique de l’identité, soit de façon discrète, ce que nous avons appelé la rhétorique de l’altérité dans l’un et l’autre cas, le barbare ne peut être défini qu’à partir du civilisé.

90Les Germains comme entité ethnographique paraissent ici une création des peuples de la rive gauche du Rhin, des Gaulois et de leurs maîtres romains. La catégorie du Germain sert à penser et à dire ces envahisseurs terrifiants qui passent les fleuves-frontières du Nord, menacent la civilisation puis repartent s’engloutir dans leurs forêts. C’est le limes qui crée les Germains non le contraire. Passer ensuite de la notion de Germains à celle de Germanie, c’est changer de politique à leur égard, leur attribuer à l’avance un territoire, faire des Germains un peuple barbare promis à la romanisation provinciale, sur le modèle passé des Gaulois. Les Germains de Tacite seraient donc les futurs “Gaulois de l’au-delà du Rhin”.

  • 52 “En Pologne c’est-à-dire nulle part”.

91“En Germanie c’est-à-dire nulle part ?”Cette allusion à Alfred Jarry dans Ubu-roi52 pour agiter cette idée que le lien entre un peuple, ethnographiquement défini, et un territoire, ne peut se penser et se réaliser qu’en termes politiques. Il n’y a ni unité politique ni unité géographique qui soient naturelles et une culture commune ne peut servir de relai entre les deux.

92La Pologne a existé ou disparu seulement selon la volonté des nations limitrophes, et il y aurait d’autres exemples encore plus contemporains. C’est ce que montrent clairement les apories où s’enferme la Germanie de Tacite. Celle-ci ne peut exister et accéder à une identité spatialisable que si les Romains en font une prouincia. Sinon les Germains peuvent à la rigueur être pensés comme entité à partir de déterminations culturelles mais dès qu’il s’agit de projeter cette entité sur un territoire, elle se disperse en ethnies discrètes, car l’espace en dehors de l'imperium est déjà organisé a priori, comme un glacis ethnique.

Notes

1 François Hartog, Le miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l'autre, Gallimard, Paris, 1980 ; Claude Nicolet, L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Fayard, Paris, 1988 ; Christian Jacob, Géographie et ethnographie en Grèce ancienne, Armand Colin, Paris, 1991.

2 Sur ce point cf. P. Vidal-Naquet, “Valeurs religieuses et mythiques de la terre et du sacrifice dans l'Odyssée" in Le chasseur noir. Formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Maspero, Paris, 1981.

3 C. Jacob 1991, p.49-52 : la notion de confins, eschatia, issue de la représentation de la cité, a été systématisée au niveau de la représentation du monde par la géographie ionienne.

4 Pomponius Méla, Chorographia, aux époques de Claude et de Caligula, et Pline l’Anciel, Histoire Naturelle III-VI, sous Vespasien, ont développé largement cette ethno-géographie merveilleuse des confins.

5 Un exemple frappant est celui de Strabon, contemporain d’Auguste et auteur d’une Géographie en 17 livres, cf. C. Jacob 1991, p.141-166.

6 C. Nicolet 1988, p.103-131.

7 Pline l’Ancien II, 17. Nous conservons la version du texte choisie par C. Nicolet.

8 Ovide Fastes 11 684.

9 Comme le montre C. Nicolet, p. 134-179, cette maîtrise par la représentation chorographique est inséparable de la prise de possession par Rome des territoires conquis, en quadrillant l’empire, en créant l’irréversible par les centuriations et la fondation de routes.

10 Strabon XVII, 3, 24.

11 Germanie 1 Désormais les références à la Germanie ne seront pas précédées du titre de l’œuvre, nous donnerons seulement le numéro du chapitre. Le texte utilisé est celui des CUF, établi par Jacques Perret 1949 ; toutes les citations ont été retraduites.

12 Celte expression introduite par F. Hartog 1980 a été reprise et exploitée par C. Jacob 1989 pour analyser d’une façon générale l’ethnographie grecque - il en serait de même pour l’ethnographie romaine l’ethnographe-issu de l’espace civilisé et qui se situe idéalement au centre du monde décrit les peuples éloignés, en faisant essentiellement l’inventaire des mœurs qui chez eux sont inversées ou semblables aux siennes, ce qui est une des formes de l’ethnocentrisme.

13 Strabon écrit par exemple à propos des Gaulois du centre de la Gaule (IV, 1, 5) :”Les barbares de l’intérieur du pays sont de plus en plus accessibles à la civilisation et abandonnent la guerre pour se tourner désormais vers les activités urbaines et vers l’agriculture sous l’influence de la domination romaine”.

14 On peut opposer à cette façon de faire les textes de Strabon où même lorsqu’il s’en tient à une énumération de peuples qui vivent les uns à côté des autres, il se repère aux points cardinaux, par exemple dans sa description de la Lusitanie (III, 3, 2).

15 2 et 4.

16 Le philosophe stoïcien Posidonius (135-50 av. J.-C.) est le grand diffuseur, sinon l’inventeur de la théorie des climats, ensuite utilisée par Strabon.

17 5-27 : la description des mœurs communes à tous les Germains est un montage de topoi sur les barbares du Nord, que viendront souvent contredire les mœurs particulières de chaque peuple germain. Comme le fait remarquer C. Jacob, à propos en particulier à propos de Stzabon, la connaissance empirique des territoires, conséquence des conquêtes romaines, ne vient en rien modifier le discours “littéraire” porté sur eux, cf C. Jacob 1988 p.151,166 et passim.

18 4

19 Par exemple 43 et 28.

20 Strabon II, 5, 8. R. Chevalier, Rome et la Germanie au 1er siècle de notre ere, Latomus, Bruxelles, 1961, p.34, rappelle que depuis le règne d'Auguste il y à Rome une propagande contre la conquête de la Germanie qui désigne les Germains comme des sauvages non-civilisables, des animaux à forme humaine.

21 2.

22 29.

23 2. De fait dans les Res gestae (31) d’Auguste on trouve parmi les noms d’autres peuples ayant échangé des ambassades avec Rome, le nom de Germani aux côtés de Cimbri, Marcomani, Semnones et Sueui, alors que chez Tacite ces noms sont ceux de nations ou de tribus germaines. Le terme, selon les linguistes, est sans doute celtique, ce qui n’a rien d’étonnant car les prétendus Germains de la vallée du Rhin semblent bien avoir été des Celtes si on en croit l’étymologie de leurs ethnonymes et patronymes.

24 Les linguistes rappellent que reconstituer un tronc commun à ce qui sera les langues Scandinaves, les langues germaniques de l’est et celles de l’ouest n’implique pas l’existence d’un peuple ni même d’une culture germaniques communes. Ce que confirment les archéologues. Pour un exposé synthétique de la question cf. Encyclopaedia Universalis s.v. “Germanie”,

25 5-27. Cette monographie est du même type que celles de Strabon, par exemple sur les Gaulois (IV, 3-6) cf. C. Jacob 1989 p.164.

26 Cette civilisation germaine, selon l’avis de nos historiens contemporains n’aurait jamais existé sinon dans l’imaginaire des Anciens.

27 Le modèle narratif est celui de l’itinéraires, mais privé de tout repère géographique à part le lieu de départ, cf. C. Jacob 1988 p. 73 e suiv. à propos du périple d’Hannon montre comment la représentation de l’espace au moyen de “l’itinéraire” implique nécessairement l’usage d’une ethnographie mythique.

28 C. Jacob 1989 p. 140-141.

29 28 et 29.

30 Ici le point de vue de Tacite n’est évidemment pas celui des Romains traditionnels, comme Tite Live par exemple où la violence agressive des barbares ne vaut pas grand-chose face à la discipline des légionnaires impassibles.

31 cf. supra p.10.

32 Par exemple III, 3.

33 30, 32, 33.

34 30.

35 Affirmé par Strabon par exemple en XI, 7, 9.

36 31 Dans la conception romaine la paix est toujours plus civilisée que la guerre, de par le territoire qui leur est respectivement attribué : Mars reste à la porte de la Ville.

37 32

38 33.

39 34.

40 37.

41 41 : ut quomodo paulo ante Rhenum sic nunc Danuuium sequar

42 42.

43 43

44 44 On appréciera à leur valeur le et et le iam, prouvant que le texte prend en compte explicitement, cette rhétorique de l’altérité qui crée un dégradé d’inertie depuis le Danube, car ce iam ne réfère qu’au temps du texte et le et sert à noter une progression dans la place accordée à l’argent, qui, ici, se substitue totalement à la uirtus puisqu’il donne une forme de nobilitas ignoble.

45 45.

46 46 Ces monstres des confins chez qui l'étrangeté culturelle devient une étrangeté anatomique appartiennent à toutes les descriptions géographiques antiques, par exemple à Rome chez Pomponius Mela, ou Pline l’Ancien.

47 38.

48 39.

49 40

50 43, 45, 46.

51 46.

52 “En Pologne c’est-à-dire nulle part”.

© Presses universitaires de Perpignan, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search