Version classiqueVersion mobile

Les jeux olympiques et leurs territoires

 | 
Jean-Marc Holz

La planète olympique

L’Inde, nain olympique ?

Jean-Marc Holz

Texte intégral

1Seconde nation la plus peuplée du monde et 11e puissance économique, aux taux de croissance flatteurs depuis une décennie, l’Inde occupe une place insignifiante (50e) sur la scène olympique. « Géant » économique, serait-elle un « nain » olympique ? Alors que tous les pays émergents progressent parallèlement sur les plans économique et sportif, s’invitant massivement à la fête olympique (palmarès, candidatures, villes hôtes), l’Inde reste en marge. Elle n’a récolté que 15 médailles en 16 olympiades depuis son indépendance (1947), « bilan humiliant » qui suscite l’étonnement ; beaucoup d’observateurs étrangers s’interrogent, comme T. Pekish (2008) : « pourquoi l’Inde ne s’intéresse pas aux J.O ? » ou R. Gutmann (2008) : « simple retard sportif ou exception culturelle ? ».

2Les questions les plus fructueuses sont souvent les plus simples ; aucune réponse simple en revanche dans ce cas. Mener une réflexion sur cette exception indienne, à l’intersection de problématiques géopolitiques, économiques, historiques et géographiques, impose inévitablement une connaissance approfondie de la culture indienne. Notre propos est plus modeste. Face à une réalité indienne complexe, on mesure la pertinence de l’interrogation de Nehru « qu’est-ce que l’Inde ? » et plus encore les pièges que recelait celle d’Okakura Kakuzo, dans son Livre du Thé (1958) : « Quand l’Occidental comprendra-t-il ou essaiera-t-il de comprendre l’Orient ? ».

3Nous faisons l’hypothèse qu’un faisceau de causes multiples se trouve à l’origine de cette situation, si paradoxale à nos yeux. Notre ambition se borne à défricher quelques pistes, exposer quelques faits, laissant le soin aux indianistes confirmés d’approfondir la question.

4Cet article présente donc successivement le paradoxe du sommeil olympique indien (I), dissèque le maigre corps de l’élite sportive indienne (II), évoque quelques « causes » possibles (III), décèle enfin les prémices d’un prochain réveil olympique (IV).

LE SOMMEIL OLYMPIQUE PARADOXAL DE L’INDE

5Dans sa thèse, Nicolas Chamerois considère que l’ancienneté dans le mouvement olympique est un facteur important de succès dans la compétition ; l’olympisme doit s’enraciner, avant de porter ses fruits. En effet les cinq CNO les plus anciens ont récolté un sixième des médailles attribuées depuis les premiers Jeux d’Athènes (1896), et les dix plus anciens accaparent 40,9 % des trophées ! Pourtant la maigre récolte indienne ne tient pas à un retard dans la participation au mouvement olympique ; dès 1900, l’Inde – colonie britannique il est vrai (et à ce titre, incluant le Pakistan, le Bangladesh, la Birmanie et Sri Lanka actuels) – participe aux Jeux de Paris. Le CNO indien est créé en 1927, reconnu d’emblée par le CIO ; c’est le deuxième d’Asie, après le Japon (1912) ; l’Amérique du Sud, fortement européanisée, rejoint le mouvement olympique à la même époque (Argentine et Mexique 1923, Chili 1934, Brésil 1935).

6Tôt admise dans la famille olympique, l’Inde lui reste fidèle, participant à 22 olympiades ; elle fait partie du « noyau dur » des 28 nations olympiques les plus fidèles aux Jeux ; bien des pays, aux récoltes plus abondantes, ont été moins assidus que l’Union aux joutes olympiques.

7Le paradoxe est d’autant plus grand que l’Inde fut le joyau du Commonwealth ; or le sport est au cœur du modèle éducatif et militaire britannique qui a façonné les colonies de l’Empire ; sans être décisif, cet héritage culturel n’est sans doute pas étranger à l’ample moisson de médailles accumulée par les anciennes terres de l’Empire, de l’Australie et du Canada à la Jamaïque, l’Afrique du Sud ou le Nigéria.

8L’Inde, elle, reste étrangère à la fièvre olympique. Elle participe, mais sans enthousiasme apparent, avec de maigres délégations, en nombre pratiquement constant. Le pays ne contribue nullement à l’inflation des effectifs d’athlètes que doit gérer le CIO pendant plusieurs olympiades, avant de le stabiliser à 10 000 environ. L’Inde est même le seul pays dont la délégation envoyée à Beijing (2008) est moins importante qu’en 1980.

9Elle est également restée silencieuse, jusqu’à ces dernières années, dans le concert des villes requérantes, alors que nombre de capitales de pays moins riches que l’Europe ou l’Amérique du Nord, ont déposé leur candidature pour l’organisation des Jeux, manifestant une forte volonté d’accueillir la prestigieuse compétition : La Havane dès 1920, Rio de Janeiro, Buenos-Aires et Alexandrie en 1936, Mexico dès 1956, Istanbul en 2000, Le Cap en 2004.

10Ce faible engagement a pour corollaire un éventail limité de sports représentés dans chaque délégation ; l’équipe de hockey sur gazon en forme un cinquième au moins, aux côtés de rares boxeurs, tireurs à l’arc ou nageurs. En 2008, la délégation indienne est en compétition dans treize sports différents – maximum historique –, se situant ainsi au niveau de la Thaïlande, loin des grandes nations sportives présentes dans 20 sports au moins.

L’Inde, 50e puissance olympique

11Elle occupe depuis toujours, une place modeste dans les classements, sans rapport avec son poids démographique et économique (tableau 1).

Tableau 1. Place de l’Inde dans le palmarès olympique mondial ( % du total mondial)

Tableau 1. Place de l’Inde dans le palmarès olympique mondial ( % du total mondial)
  • * Il convient d’ajouter à ce total 20 médailles attribuées par le CIO aux équipes mixtes et aux athl (...)

Source : CIO, ONU, FMI.
Note **

12La période contemporaine n’a pas modifié cette situation ; alors que les pays émergents s’octroient un nombre croissant de trophées depuis 1984 – pas moins de 559 médailles pour l’URSS/Russie, 389 pour la Chine, 197 pour la Corée du Sud, et derrière ces géants, le Brésil (69) la Turquie (40), le Mexique (23), l’Afrique du Sud (19) – l’Inde n’en décroche que... six !

13Globalement, le « rendement » des délégations indiennes aux J.O est faible. Par « rendement », N. Chamerois définit le rapport des succès (médaillés et finalistes) aux effectifs engagés ; plus commode, le nombre moyen de médaillés par participation aux Jeux est un critère pratique. Le rendement de l’Inde est faible : 0,909, chiffre comparable au... Zimbabwe ; il ne dépasse que celui de délégations symboliques envoyées par les pays très pauvres, comme le Tadjikistan (0,5), la Zambie (0,2), le Pérou (0,25), le Viêt-Nam (0,15) et reste très en deçà des grandes nations sportives et des pays émergents (figure 1 et tableau 2).

Figure 1 – Profil olympique du groupe des BRIC

Figure 1 – Profil olympique du groupe des BRIC

Tableau 2. Place de l’Inde et des pays émergents dans le palmarès olympique

Tableau 2. Place de l’Inde et des pays émergents dans le palmarès olympique
  • reconnaissance par le CIO.
  • moyenne 1992-2008.
  • § nombre de participations aux J.O d’été.
  • ** nombre cumulé de médailles 1896-2008.
  • †† nombre de médailles/participations.
  • ‡‡ Le CNO d’URSS reconnu en 1952 est dissous le 12.3.1992.
  • §§ En 2000.

Note *
Note **
Note ***§
Note ******
Note *****††
Note (1)‡‡
Note (2)§§

LA MAIGRE ÉLITE SPORTIVE INDIENNE

14Pas de médaille sans élite. Une des causes immédiates de la médiocre position de l’Inde dans la hiérarchie olympique réside dans la quasi absence d’une élite sportive assez dense et de haut niveau. Nous avons pu mettre en évidence ce fait en exploitant systématiquement les bases de données des 28 Fédérations Internationales de sports olympiques qui fournissent des classements mondiaux s’appuyant sur les résultats des athlètes dans un nombre déterminé de compétitions internationales. Régulièrement tenues à jour, elles offrent une image très précise du sport mondial ; pour cet article, les données les plus anciennes remontent à fin 2010, les plus récentes sont de juin 2011.

Sports individuels

15Dans ce domaine, le corpus statistique est énorme : nous avons dénombré près de 44 000 athlètes classés, hommes et femmes : ils constituent l’élite sportive mondiale dans les 22 sports olympiques individuels. Sur ce total, l’Inde ne compte que 357 représentants, soit 0,81 % du total, dans neuf sports seulement. Avec une base aussi étroite, la probabilité de figurer au palmarès olympique est infime ; parmi des 357 athlètes, 20 seulement figurent dans le premier décile, et six seulement parmi les cinq meilleurs mondiaux de leur discipline.

16Selon les sports, l’Inde se positionne très différemment : nous avons distingué quatre niveaux de pénétration des sportifs indiens dans l’élite mondiale (en termes de %) comme le montre le tableau 3 :

  • dans une première catégorie, l’Inde est totalement absente de l’élite mondiale du sport ; ce groupe compte 5 sports, dont certains exigent des équipements coûteux (natation, cyclisme sur piste, gymnastique), d’autres non ;
  • une seconde catégorie regroupe une dizaine de sports où la présence indienne reste très discrète (taux de pénétration < 1,5 %) et souvent limitée à quelques épreuves spécifiques. Là se concentrent 40 % des meilleurs sportifs indiens, avec des effectifs assez fournis en golf et tennis de table ;
  • dans la troisième catégorie, l’Inde est plus présente (taux de 1,5 à 3 %), et ses athlètes sont classés dans la plupart des disciplines et épreuves de ces sports ;
  • dans la 4e catégorie – le tir – l’Inde occupe une position plus flatteuse (taux > 3,5 %). C’est d’ailleurs dans ce sport qu’elle a décroché son premier titre olympique en individuel à Beijing (cf. infra).

17D’une manière générale, les taux de pénétration indiens demeurent très faibles, même pour le tir. Cette présence timide offre un vigoureux contraste avec les véritables forteresses sportives qui se sont constituées dans le sport mondial. Ainsi, en athlétisme, le 100 m (H) est une affaire américaine (taux de pénétration de 37 %, contre 17 % pour la Jamaïque) ; chez les femmes, l’omniprésence américaine est encore plus nette (taux 45,5 % au 100 m et 47,3 % au 200 m). L’Afrique orientale des hauts plateaux règne sur le 5 000 m : sur les 116 meilleurs mondiaux, on ne compte pas moins de 44 Kenyans, 12 Éthiopiens, et 7 Ougandais, soit 54,3 % du total mondial ; au 10 000 m (H), 40 Kenyans et 22 Japonais occupent les meilleures places. Il est impossible, sauf exception, de forcer de telles murailles ; si quelques athlètes indiens se glissent dans l’élite athlétique mondiale, c’est à un rang modeste, trop loin des podiums potentiels ; chez les hommes : au disque avec la 16e meilleure performance mondiale (mpm) en 2011, au javelot (56e mpm), au poids (75e et 101e), au 400 m haies (45e, 49e et 51e) ; chez les femmes, encore moins d’espoir, l’Inde étant absente dans 21 des 23 épreuves olympiques d’athlétisme ; seules deux athlètes s’intercalent, au triple saut (23e mpm) et au disque (97e mpm).

18Pareille segmentation du sport mondial, par discipline et par espace géographique (nations, aires culturelles), s’observe dans de nombreux sports ; elle résulte des stratégies de spécialisation opérées par des nations qui exploitent à fond un atout naturel, ou concentrent leurs efforts sur quelques épreuves, dans l’espoir de figurer au palmarès mondial. Le tennis de table féminin est devenu chasse gardée des Chinoises et Sud-Coréennes ; la meilleure Indienne pointe à la 60e place, fort honorable tant les bataillons du monde sinisé sont denses.

19Si le badminton est affaire asiatique (Chine, Corée du Sud, Indonésie, Malaisie), l’Inde peine à s’y glisser, pour les mêmes raisons ; le tir à l’arc est un quasi monopole sud-coréen (28 des 50 premières mondiales).

20Dans les sports plus ouverts à la concurrence, les places au soleil olympique sont également très chères ; en boxe, Cuba – par ailleurs très puissante nation sportive – occupe de fortes positions (l’équipe de France y fit un stage préparatoire en 2008) ; en lutte, se dessine un arc s’étirant des pays de l’Europe orientale à la Mongolie, en passant par la Russie, la Turquie, l’Iran, l’Asie centrale et les pays du Caucase, qui concentre le gros des trophées. En judo, l’Inde parvient à classer des athlètes dans 8 catégories (H et F) sur 14, mais au mieux dans le 3e décile, bien loin des podiums.

Tableau 3. Taux de pénétration de l’élite sportive indienne au niveau mondial ( %) en sports individuels (H/F) 2010-2011

Tableau 3. Taux de pénétration de l’élite sportive indienne au niveau mondial ( %) en sports individuels (H/F) 2010-2011

Sources : calculs personnels d’après FIG, UCI, FINA, WTF, IJF, FIE, ITTP, FILA, IWF, IBF, AIBA, FITA, FISA, ISSF, ITU, FEI, IGF, IAAF, UIPM.

21Il convient de compléter ces observations quantitatives par une approche qualitative, fondée sur le rang des meilleurs sportifs indiens dans la hiérarchie mondiale. Nous avons opéré comme suit : un sportif figurant, par exemple, au 7e rang sur 118 athlètes classés dans le monde relève du 6e centile, et plus précisément du rang 5,9 sur 100.

22Plus cette « note » est faible, meilleur est le classement et plus grande la probabilité de médaille.

23L’analyse doit être affinée au niveau de chaque discipline, catégorie ou type d’épreuve, dans le sport considéré. Les classements des Indiens sont très variables ; dans le tir, un des points forts du sport indien, les meilleurs tireurs (H) sont en double trap (2,1), carabine 10 m (3,9) et 50 m (5,9) ; chez les femmes, en pistolet 10 m (5,8) et 25 m (8,2) ; les autres tireurs occupent aussi, sauf au tir au pigeon d’argile, des places honorables. En tir à l’arc (H, F), les classements sont également excellents mais sans médaille pourtant à Beijing. Pour les autres sports apparaissent, isolés, quelques Indiens de haut niveau mondial, comme en haltérophilie (H - 69 kg) avec 5,2, en boxe, tennis de table ou lutte libre (tableau 4).

Tableau 4. Le « noyau dur » de l’élite sportive indienne (sports individuels)
(rang des meilleurs performers indiens en 2010/201 note <10)

Tableau 4. Le « noyau dur » de l’élite sportive indienne (sports individuels)(rang des meilleurs performers indiens en 2010/201 note <10)

Sources : calculs personnels d’après FIS, CIO.

Sports collectifs

24Dans les sports collectifs ou épreuves par équipes, l’Inde occupe également une place modeste. Les statistiques des Fédérations Internationales permettent d’obtenir des classements par nation, tant pour les uns que pour les autres. Dans un palmarès contrasté, l’équipe nationale se classe honorablement au tir à l’arc (H, F), badminton (H) et tennis de table (H) à l’instar des autres pays asiatiques. En revanche, l’Union descend dans les profondeurs du classement pour les grands sports collectifs mondialisés (football, volleyball, basketball).

25La performance de l’Inde en hockey sur gazon mérite une attention particulière. Le pays a dominé le monde pendant plusieurs décennies, remportant onze médailles (plus de la moitié de la moisson olympique totale) dont 8 titres, six étant accumulés consécutivement de 1928 à 1956, à l’issue d’une série inégalée à ce jour de trente victoires internationales consécutives. L’Inde domine le hockey mondial jusqu’au milieu des années 1970. C’est un hockeyeur, Dhyan Chand (1905-1979) qui est toujours considéré comme le meilleur sportif indien de tous les temps, triplement médaillé d’or en 1928, 1932 et 1936 ; ne lui a-t-on pas élevé une statue géante au sommet d’une colline à Jhansi (Uttar Pradesh), visible de loin, et une autre à Vienne en Autriche ? Le 29 août, date de son anniversaire, reste célébré en Inde comme le jour du sport national.

26L’Inde cède ensuite son leadership mondial, disparaît du palmarès de la Coupe du monde en 1975 (femmes) puis 1978 (hommes) après avoir gagné son dernier titre mondial en 1980 aux Jeux de Moscou. Depuis cette date, elle figure en bon rang dans nombre de compétitions internationales (Champions Trophée pakistanais, Coupe Sultan Azlam Shah malaise), mais recule au 9e rang mondial (sur 73 nations classées) chez les hommes, et au 11e (sur 63) chez les femmes, devancée par l’Australie, et surtout les nations européennes (Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne). Ironie de l’histoire, l’équipe nationale fut battue par l’Angleterre dans le tournoi de qualification olympique, les femmes éliminées dans le même tournoi par les Américaines, tandis que l’Allemagne s’adjugeait les deux médailles d’or à Beijing.

27En annexe 2 figurent les classements de l’Inde, dans les sports collectifs ou épreuves par équipes.

QUELQUES HYPOTHÈSES

28Pas de médailles sans élite dense ; pourquoi alors l’Inde en est-elle dépourvue ? Sans prendre le risque de nous aventurer dans la quête vaine et infinie des causes premières, nous préférons passer en revue quelques hypothèses, sans chercher à en démêler l’écheveau, chacune apportant sans doute un éclairage particulier à cette question aux multiples facettes.

L’Inde est trop pauvre

29L’image d’un peuple englué dans une misère de masse et donc parfaitement étranger aux joutes olympiques – dont il ignore même l’existence – est loin d’être un cliché ; l’Inde concentre près du tiers des personnes les plus pauvres du monde ; 450 millions d’entre elles survivent avec moins d’un dollar par jour ; les propos dithyrambiques sur l’émergence d’un géant économique et le nombre croissant de milliardaires égrenés par le magazine Forbes, ne peuvent occulter cette réalité pesante. « La lutte contre la pauvreté », slogan électoral d’Indira Gandhi en 1965, est toujours d’actualité.

30D’autre part, l’ascension industrielle de l’Inde a pour conséquence un intérêt particulier porté par New Dehli à son équipement ; la liste interminable des ministères est éloquente : à côté des ministères régaliens (Justice, Défense, Affaires étrangères), quel pays dispose d’un ministère du charbon, d’un ministère du gaz et du pétrole, d’un ministère des énergies nouvelles, de l’énergie atomique, des mines, de l’acier, des produits chimiques et engrais, de l’industrie lourde, des textiles, de l’agriculture, des industries agro-alimentaires, des routes, des ressources en eau, du développement rural, de la pauvreté urbaine ?

31Dans ces conditions, le ministère de la jeunesse et des sports (Youth and Sport Affairs) occupe une place insignifiante, à l’image de son budget dérisoire : 0,1 à 0,5 % du budget de la nation, selon les années.

32Tout l’effort national est tendu vers la croissance et le développement.

33Cette famine budgétaire rejaillit sur la médiocrité des équipements sportifs. Le champion olympique Abhinav Bindra Sinh déclare en 2008 : « pourquoi l’Inde accumule les contre-performances ? c’est très simple ; nous n’avons aucune infrastructure sportive. Gagner quelques médailles est phénoménal ». Membre du CIO depuis 2001 et ancien champion de tir, Raja Randir Singh déplore aussi l’insuffisance des budgets, le « manque de bons entraîneurs et d’infrastructures appropriées ».

34Les infrastructures sont le point de départ de tous les sports ; le pays en reste largement dépourvu ; après s’être entrainé dans le garage familial, Bindra a dû s’exiler aux États-Unis et en Allemagne pour se former. Le pays ne dispose que de huit stades de football de plus de 20 000 places, le plus vaste à Chennai n’en contient que 40 000. Le stade omnisport Nehru à New Dehli, construit en 1982 pour accueillir les Jeux asiatiques, a une capacité de 60 000 places, et vient d’être rénové. Les grandes arènes sont réservées au cricket...

35Le pays manque aussi d’encadrement technique suffisant et de lieux de formation, et les talents des rues se perdent dans la misère et l’indifférence générale. Il n’existe qu’une seule grande Université du sport dans le pays, la Lakshmibai National University of Physical Education (LNUPE), fondée en 1957. Située à Gwalior, à 320 km de New Dehli, entre Jaipur et Lucknow, cette Université réputée recrute quelques centaines d’étudiants et forme des enseignants, mais aussi des cadres techniques et des managers du sport. Face à une demande croissante, d’autres établissements devraient ouvrir ; mais est-ce une priorité ? La LNUPE a cependant ouvert une antenne en Assam en 2009.

36On sait que le sport universitaire est une pépinière de talents ; or le réseau universitaire indien reste très insuffisant et la concurrence pour y entrer féroce (2 % de réussite au concours d’entrée dans les Instituts technologiques). Le pays projette de créer 100 universités par an durant la prochaine décennie ; en attendant, l’Inde fournit le contingent le plus dense d’étudiants expatriés vers les États-Unis (94 563 en 2010, soit 15,1 % des 623 805 étudiants étrangers accueillis).

Le seuil de richesse et de développement

37De nombreux chercheurs ont montré le lien entre niveau de développement économique et réussite olympique. En s’inspirant de la théorie de W. W. Rostow sur les étapes de la croissance économique, on peut supposer que le « décollage olympique » n’est pas étranger au niveau de richesse et de développement atteint par un pays et ne s’effectuerait qu’une fois atteint un certain seuil. À ce niveau, les conditions d’épanouissement d’une élite sportive seraient remplies, en terme de qualité et densité des équipements dans de nombreux sports, mais aussi d’encadrement technique et sanitaire.

38L’histoire montre que le Japon et la Corée du Sud n’ont pas accédé immédiatement et massivement aux podiums. De 1948 à 1972, la Corée du Sud, dont l’essor économique s’amorce au début des années 1960, n’a décroché que trois médailles en moyenne à chaque olympiade ; elle passe à 6 en 1976, quinze après les réformes libérales qui hissent le pays au rang de puissance en devenir, 19 en 1984 dans la perspective des Jeux de Séoul, et atteint 33 en 1988 pour se stabiliser depuis à ce niveau. Même processus, quoique moins spectaculaire, au Japon. Le Brésil n’obtient que 3 ou 4 médailles à chaque olympiades jusqu’en 1980, huit en 1984, et une dizaine en moyenne depuis cette date ; le décollage de la Turquie est plus tardif (1996) encore. La Chine fait exception.

39Mais tous ces pays ont en commun de commencer leur ascension sur une base économique forte, mesurée en termes de PIB par habitant. La Chine frôle les 2 900 $ en 2000 et atteint près de 7 300 aujourd’hui ; la Corée du Sud dépasse les 5 900 dès 1980, le Brésil est à 7 900 à la même date, et la Turquie à 6 300.

40Avec 1 265 $/h, l’Inde est loin d’atteindre ce niveau. Parmi les 45 pays moins riches qu’elles, deux seulement (Kenya et Éthiopie) ont accumulé davantage de médailles que l’Union au cours de leur histoire.

41Par symétrie, la mesure du niveau de développement avec l’IDH (indice de développement humain) livre les mêmes enseignements. Plus l’IDH est élevé, plus grandes sont les chances de médailles. 89,5 % des pays à IDH très élevé (> 0,9) ont des médailles ; la proportion tombe à 77,3 % pour la catégorie inférieure (44 pays à « IDH » élevé : 0,8-0,9), puis 61,2 % pour les 30 pays à IDH « moyen » (0,5-0,8) – catégorie où figure l’Inde avec 0,612 – enfin 35,4 % seulement pour les plus pauvres (IDH< 0,5).

42La correspondance entre revenu par habitant, IDH et moisson olympique est assez cohérente pour la Corée du Sud, le Mexique et la Turquie ; ailleurs, on voit de fortes disparités (tableau 5).

Tableau 5. Performances économiques et sportives des pays émergents
(rang des pays dans les différents classements)

Tableau 5. Performances économiques et sportives des pays émergents(rang des pays dans les différents classements)

Source : FMI, CIO, ONU.

43Le contraste entre l’Inde et les pays émergents est encore plus net si l’on prend seulement en compte les médailles récoltées depuis la seconde guerre mondiale.

L’hypothèse culturelle

44Les paramètres purement économiques n’expliquent sans doute pas tout ; d’où cette « piste » culturelle qu’il faudrait explorer.

45L’Inde : il n’existe pas de civilisation où les préoccupations religieuses, métaphysiques, spirituelles voire mystiques imprègnent à ce point la vie quotidienne des habitants ; une telle emprise façonne les comportements collectifs et individuels.

46Les valeurs qui gouvernent la vie des Indiens n’ont rien de commun avec les nôtres ; les philosophies du renoncement (vêdantisme) et de l’état de contentement (uparati, santosha) sont au cœur de l’hindouisme et bien étrangères à la devise olympique (citius, altius, fortius). Le dépassement de soi, la recherche de l’absolu, sont avant tout un chemin spirituel et personnel ; l’accomplissement de soi passe par d’autres voies qu’en Occident.

47Les grandes fêtes religieuses, les immenses rassemblement de pèlerins aux lieux sacrés mettent l’Inde en liesse depuis des siècles ; rien de comparable à l’engouement pour le cricket déjà exceptionnel et encore moins avec l’éphémère fête olympique.

48Nous rejoignons R. Gutmann (2008) quand il affirme : « l’attitude des Indiens face à l’enjeu sportif et à la compétition révèle un aspect important de leur psyché nationale » ; la notion de record, l’exigence de performance sont étrangers à leur vision du monde ; pour les Indiens, les activités physiques n’ont pas de but en soi, mais visent avant tout à atteindre un équilibre physique et mental.

49Contrairement à ce que l’Occident a créé, après les Lumières, en la séparant du corps social, la religion n’est pas en Inde une donnée isolable, relevant d’un strict plan personnel ; elle fait partie d’un tout, où le sport – produit occidental par excellence – n’a pas sa place. À la question de Malraux : « depuis l’indépendance, qu’est-ce qui a été le plus difficile ? », Nehru répondait : « faire un État laïque d’un pays religieux ». L’ambition d’imposer la modernité à son pays s’est avérée un défi insurmontable ; l’Inde est encore ce « monde de pensée » dont parlait Jean Guéhenno dans L’Inde que j’aime (1968). La culture indienne, si lointaine, a façonné son propre mode de pensée, loin des références de notre civilisation gréco-latine, dont les Jeux olympiques sont le pur produit.

50L’histoire nous apprend d’ailleurs que l’Inde fut moins ouverte que la Chine commerçante et que le Japon après Meiji ; elle reste elle-même.

51Pourtant l’Inde change. La nouvelle politique libérale mise sur rail peu avant l’assassinat de Rajiv Gandhi (1991) exerce peu à peu ses effets.

52La société évolue et la classe moyenne urbaine, jeune, en pleine ascension sociale en est le vecteur privilégié. Longtemps, on a pu souscrire à l’affirmation de J. Herbert dans son Introduction à l’Asie (1960) : « l’accroissement incessant des besoins à satisfaire, – facteur indispensable au progrès dans le système de la civilisation occidentale – n’est pas un idéal asien ». Par un curieux renversement des valeurs, Chinois et Indiens, qui méprisaient les « Barbares d’Occident » qui les avaient asservis grâce à leur supériorité matérielle, adhèrent depuis quelques années, en masse et avec frénésie, à la société de consommation, comme s’ils obéissaient, avec un siècle de retard, à l’injonction de Guizot : « enrichissez-vous ! ».

53La jeunesse consomme, mais ne pratique pas de sport pour autant ; celui-ci est davantage « consommé » comme spectacle ; les vertus du sport de haut niveau (travail, préparation mentale, austérité, endurance) finalement plus proches des valeurs ancestrales de l’hindouisme, sont submergées par le consumérisme actuel. Le corps du sportif de haut niveau est martyrisé ; celui de la jeunesse indienne est soigné comme jamais. Sait-on que l’Inde est le 4e pays consommateur de chirurgie esthétique au monde, après les États-Unis, le Brésil et le Chine ; soigner son apparence, à des fins d’ascension sociale, notamment par le mariage, est une préoccupation des jeunes non seulement dans les métropoles occidentalisées, mais jusqu’au fond de l’Inde des villages.

54On sait que le sport s’épanouit avec l’émergence d’une « classe de loisir » au sens où l’entendait T. Veblen. Le loisir sportif, comme temps libre, choisi, et consacré au sport, est encore rare en Inde.

L’exception indienne : le cricket

55La pratique des sports et jeux sportifs existe pourtant dans l’Inde ancienne ; L. Gayer (2008) nous rappelle que travail corporel est indissociable d’une perspective spirituelle : le yoga, la lutte traditionnelle (kushti) ou le kaliripayattu (art martial issu du Kérala) « sont d’abord des disciplines ascétiques destinées à établir la suprématie de l’esprit sur le corps et ses pulsions ». Les princes et membres des castes guerrières (kshatriyas) pratiquent la lutte, le tir à l’arc, l’équitation.

56À côté de ces divertissements aristocratiques, qui rappellent la situation en Occident, l’Inde voit se développer des jeux populaires, comme le kabaddi (sport collectif mélange de rugby et de lutte, sans ballon) ou le gili danda, ancêtre du cricket.

57Pour certains auteurs, nombre de sports olympiques actuels sont des formes codifiées de jeux de force et de vitesse qui ont fleuri dans l’Inde ancienne et en Asie.

58La pratique sportive n’est donc pas inconnue en Inde ; la colonisation par l’Angleterre, berceau du sport moderne, a peut-être, paradoxalement, annihilé ce fonds sportif ancien, pour cristalliser les passions autour du cricket.

59Si le hockey sur gazon a rapporté à l’Inde la majorité de ses médailles olympiques, le cricket demeure la passion dévorante des Indiens. B. Majumdar (2004) a montré que dans l’Inde coloniale, la classe moyenne et l’aristocratie ont fait cause commune pour résister sur le terrain du sport : battre les Britanniques à leur propre jeu, retourner contre eux ce sport qu’ils concevaient comme un outil de leur « mission civilisatrice » et en saper les fondements éthiques : le cricket est ainsi devenu le sport de l’identité indienne par excellence.

60S’il connaît un tel succès, selon Venkat Sundaram, ancien international, c’est aussi parce qu’« il est le spectacle idéal, aux règles peu contraignantes. Dans le cricket, la vie avance lentement, il ne se passe presque rien : une condition rêvée pour les Indiens de projeter dans cet espace leurs rêves et leurs ambitions ». Il souligne l’adéquation entre la mentalité indienne et « ce jeu fait de patience et d’élégance où s’élaborent sans cesse des stratégies » qui « convient à merveille à la psyché indienne, plus sensible à l’action mentale qu’aux prouesses physiques ».

61Ainsi le cricket canalise les puissantes passions collectives. Le Ranjhi Trophee (championnat national) est l’évènement sportif majeur du pays : les jours de match, les rues se vident, l’économie tourne au ralenti ; comme le football au Brésil ou dans nos banlieues, le cricket se nourrit de la misère quotidienne, permet de s’extraire de la morosité. À Calcutta, le stade bondé où s’entassent 100 000 personnes refuse des dizaines de milliers de spectateurs. La Coupe du monde de cricket est devenue le 3e spectacle sportif de la planète, après la Coupe du monde de foot-ballet les Jeux olympiques. Le cricket aspire tout : talents, spectateurs, argent des sponsors (les grands groupes indiens et internationaux) ; en Inde, tous les sports sont orphelins, tant cette prééminence est absolue. Avec le cricket, l’Inde a ses Jeux olympiques permanents.

L’absence de savoir-faire organisationnel

62En proie à la passion du cricket et à la lutte pour le développement, l’Inde n’a pas organisé de manifestation sportive d’envergure mondiale depuis 1982. Dans le passé, elle avait accueilli les Jeux asiatiques en 1952 et en 1982, puis les Jeux afro-asiatiques à Hyderabad (2003). Sans doute aiguillonnée par le succès de Beijing, elle organise en 2010 les Jeux du Commonwealth.

63Leur demi- échec a fortement entamé la crédibilité du pays. Pour de multiples raisons, on a parlé des « Jeux de la honte ». Beaucoup d’observateurs indiens y ont vu « une extravagance qu’aucun pays pauvre comme l’Inde ne peut s’accorder ». Les incidents relatés par la presse mondiale se sont accumulés et la Chine a douté ouvertement de la capacité de son voisin et rival d’organiser correctement des Jeux. Leur coût exorbitant (une dizaine de milliards d’€ en comptant les infrastructures nouvelles créées), l’expulsion de dizaines de milliers de sans abris, dénoncée par le Housing & Land Rights alors que la crise du logement est dramatique, les manifestations réclamant « des écoles plutôt que des stades » et appelant au boycott des « Common Poverty Games », ont créé tensions et polémiques.

64Mais l’Inde humiliée a galvanisé ses énergies. Les Jeux se sont bien déroulés ; 71 nations et 7 000 athlètes ont défilé, et concouru dans 17 sports différents et sur 12 sites à New Dehli. Selon l’Hindoustan Times, « la fierté du pays est rétablie ».

65À cette occasion, l’Inde a pu mesurer l’effet d’accélération provoqué par l’organisation d’une telle manifestation mondiale, sur la réalisation d’infrastructures nouvelles ; comme à Athènes, un bond en avant – certes très coûteux – a été fait : métro prolongé, nouveau terminal aéroportuaire, routes ponts et tunnels, centrales électriques, réseau de bus. Le chaos urbain de Dehli n’a pas disparu, mais le progrès est indéniable. Les Jeux du Commonwealth étaient censés installer la capitale indienne en rivale de Pékin ; ils ont mis surtout en évidence les graves lacunes de la sphère publique indienne (corruption, lenteurs bureaucratiques) mais aussi les capacités de rebond du pays. Il faut espérer que ce savoir-faire soit capitalisé.

Un non-alignement olympique

66Quelque peu isolée dans le concert des nations olympiques, l’Inde aurait pu tracer sa propre route vers le succès en développant une stratégie de spécialisation. Mais cela suppose une condition préalable, que le pays ne remplit pas : celle d’une certaine homogénéité et d’un État central fort.

67Vieille civilisation, mais jeune nation, née dans la douleur, l’Inde est encore en construction. J.-L. Racine a souvent évoqué la remarque de l’historien Ravindra Kumar pour qui l’Inde est davantage un « État-civilisation » qu’un » État-Nation ». Il n’est pas nécessaire de rappeler l’extraordinaire diversité ethnique et linguistique des peuples de l’Inde, l’un des plus composites de la planète ; d’ailleurs les Indiens n’ont pas eu, jusqu’à Gandhi, de mot pour dire « nation ». Selon P. Gourou (L’Asie, 1953) « le recul de l’histoire fera (peut-être) découvrir que la domination britannique, qui était inévitablement centralisatrice et uniformisatrice, a disparu trop tôt pour promouvoir l’unité de l’espace indien ». Le pays reste encore fragmenté à divers niveaux, et la prégnance des multi-appartenances spatiale (au village avec sa hiérarchie sociale, à la région avec son réseau matrimonial et son aire de connubialité) et sociétale (aire linguistique), recoupées par les divisions religieuses et politiques (revendications régionalistes, naxalisme) sont des obstacles supplémentaires à l’émergence d’une politique sportive nationale cohérente. Le cricket semble le seul ciment efficace ; la journaliste S. Kauffman constate que « les trois seules choses capables de rassembler les Indiens sont Bollywood, Indian Railways et le cricket ».

68L’État central, assimilé à une superstructure, n’y exerce pas une emprise comparable à celle de l’URSS ou de la Chine ; les politologues montrent que de multiples forces tendent à éroder la souveraineté de l’État. Or il n’y a pas de succès olympique sans politique nationale ni sans une certaine homogénéité, à base économique ou idéologique. Aujourd’hui, 60 % des Indiens se définissent d’abord comme Indiens, 14 % s’identifient à la fois à la nation et à la région ; les Musulmans s’identifient plus fortement à l’Inde que les Hindous ; or ils sont les moins nombreux et les moins riches.

69Ceci explique peut-être une sorte de non-alignement olympique de l’Inde. Face aux deux blocs, elle a pris la tête d’un troisième ensemble défini par A. Sauvy comme le « Tiers-Monde » ; en reprenant cette image d’un monde ternaire, on peut distinguer trois systèmes sociopolitiques et idéologiques différents produisant un modèle de développement sportif original.

70Ils récoltent l’essentiel de la moisson olympique depuis des décennies.

  • Le modèle occidental (Amérique du Nord, Europe occidentale, Océanie). Berceaux de l’olympisme, ces nations démocratiques ont codifié et diffusé le sport ; riches elles disposent d’équipements et d’encadrement mis à disposition d’une large fraction de la « classe de loisirs ». Le sport est chargé de valeurs, et bénéficie d’une adhésion populaire forte relayée par l’État et les entreprises. Ce modèle a été adopté par le Japon, puis la Corée du Sud, le Brésil, le Mexique par exemple.
  • Le modèle communiste (ex-URSS, pays de l’Europe orientale et centrale, Chine, Cuba, Vietnam). Le sport y occupe aussi, pour d’autres raisons, idéologiques notamment, une place éminente dans une société homogène, où l’encadrement politique et bureaucratique fort « fabrique » des élites sportives. Le communisme a (presque) disparu, mais le moule est conservé.
  • Les « réservoirs naturels », forment le troisième ensemble. Véritables viviers de talents exceptionnels, ils concernent notamment l’Afrique orientale des hauts plateaux (Kenya, Éthiopie, Ouganda), et l’aire caraïbe (Jamaïque, Cuba, Bahamas, Guadeloupe). La haute performance olympique repose sur les qualités exceptionnelles des peuples mises en musique par des politiques nationales plus ou moins affirmées.

71L’Inde n’appartient à aucun de ces trois systèmes : trop pauvre pour figurer dans le premier, épargnée par les révolutions communistes au xxe siècle, et sans vivier particulier de talents exceptionnels...

VERS UN RÉVEIL DE L’INDE OLYMPIQUE ?

72L’Inde change, et de multiples forces façonnent peu à peu une société nouvelle, plus ouverte aux valeurs et comportements de l’Occident. Plusieurs indices laissent à penser que la situation des sports olympiques en Inde est appelée à évoluer dans les prochaines années.

L’« occidentalisation » par le sport ?

73L’Inde s’enrichit, se rapproche du niveau de décollage évoqué, que quelques poches socio-spatiales privilégiées ont déjà atteint. Dans le lent processus d’homogénéisation qui s’opère, les médias occupent une place singulière. Or leur lien avec le sport est aujourd’hui fondamental. L’Inde se trouve aujourd’hui dans une situation comparable à celle du Japon au début des années 1960. Jérôme Hallier (in : « le Japon contemporain », 2007, J.-M. Bouissou dir.) note que l’engouement pour le sport au Japon est contemporain de l’apparition des chaînes de télévision NHK et NTV qui retransmettent les matches de baseball, de boxe ou les tournois de golf ; la société nippone s’américanise. En Inde, les télévisions jouent le même rôle avec le cricket. D’autre part, la professionnalisation du sport, les liens entre médias et sponsors accélèrent le processus. La création d’une ligue professionnelle de cricket (IPL) en 2008, étroitement associée aux intérêts privés et aux médias, préfigure peut-être les transformations à venir du sport en Inde. Pour les jeunes Indiens s’ouvrent de nouvelles perspectives d’ascension sociale par le sport.

74Depuis peu, l’Inde devient en effet la nouvelle terre de conquête de la NBA. Après avoir conquis la Chine devenue son principal marché étranger, le basketball nord-américain s’implante en Inde où il décèle un potentiel important. Selon les Américains, la prédominance du cricket n’exclut pas « la passion des Indiens pour le sport en général » et ils observent que les « jeunes veulent aussi davantage de choix en termes d’activités sportives » – rejoignant l’avis du Président de l’Indian Olympic Association, Suresh Kalmadi, pour qui « l’Inde n’est connue dans la sphère olympique que pour son hockey ; il est grand temps de prouver au monde que nous avons d’autres atouts ». Les Américains entreprennent cette conquête par la médiatisation du basketball : la NBA a signé en 2010 des accords avec les deux chaînes de télévision TEN Sports et PIX pour la diffusion de ses programmes et instauré un partenariat avec le site internet du quotidien national Times of India, comptant intéresser 12 millions d’internautes chaque mois. Ciblant la jeunesse urbaine occidentalisée, la NBA crée en 2010 le Mahindra NBA Challenge, tournoi entre jeunes dans les principales mégapoles ; elle ouvre en 2011 pas moins de 200 bureaux dans le pays, tandis que les stars US font des tournées, animent des stages d’entraînement et des rencontres avec les joueurs de l’équipe nationale.

75Peu à peu, la télévision, le cinéma, la mobilité des jeunes citadins contribuent à homogénéiser « le grand saladier composite de l’Inde » ; les conditions de l’émergence de cette fameuse « classe de loisirs » semblent poindre.

76L’initiative privée est également en marche en matière de formation de l’élite sportive. Les grandes universités d’entreprise comme celle de TCS à Chennai ou d’Infosys à Mysore disposent d’équipements sportifs complets et de haut niveau, sans équivalent en Inde. À Mysore, les 27 000 étudiants en informatique disposent – outre un théâtre de 4 000 places, auditorium, bibliothèques, cinémas – d’une gamme complète d’infrastructures sportives : stade d’athlétisme, piscine, terrains de cricket, de basket, de volleyball, gymnases, courts de tennis, salles de squash et de badminton, dans un campus verdoyant de 136 ha à l’américaine. Rien n’interdit que des partenariats s’instaurent avec le CNO et les fédérations indiennes pour mettre ces outils à disposition de jeunes talents.

77Retombée positive de la mondialisation, la formation des élites – hors cricket et hockey sur gazon – semble se mettre en place sous l’impulsion de groupes privés et de grandes figures du sport mondial, venant efficacement relayer l’action publique. Une véritable mobilisation des acteurs économiques s’opère depuis 2009 au sein du Business Club of India, en partenariat avec les fédérations, le CNO et les chambres de commerce, pour promouvoir l’Inde sur la scène internationale économique et sportive. Faut-il rappeler que les firmes indiennes sont à l’origine de l’olympisme dans l’Union ? Sir Dorabji Tata, membre du CIO en 1920, en a semé les germes et créé, avec le Dr A. G. Noehreu, le comité national olympique indien en 1927. Le CNO est aujourd’hui structuré en 34 fédérations et représenté dans tous les États.

78Il n’est plus rare de voir les jeunes talents quitter leur région pour rejoindre les grands centres de formation, souvent situés à Bangalore, Madras, mais aussi Jaipur ou Dehli.

79En octobre 2010, Raphael Nadal a ouvert une école de tennis à Anantapur (Andrah Pradesh) avec l’aide de la fondation catalane Vicente Ferrer, puissante ONG créée par un ancien jésuite expulsé de l’Inde en 1952 qui y retourne en 1969 et s’occupe de 120 000 enfants, 60 000 femmes et 15 000 handicapés. L’ancien international anglais de football Bill Adams l’avait précédé en 1996 en ouvrant une « Super Soccer Academy » pour développer avec succès le sport scolaire.

80Ces initiatives isolées sont puissamment relayées par les grands groupes. Obsédé par les médiocres résultats de son pays aux Jeux olympiques, Lakshmi Niwas Mittal crée en 2005 une fondation (The Mittal Champions Trust – MCT) dont l’objectif est d’asseoir fermement l’Inde dans le palmarès olympique à Londres en 2012. Doté d’un budget de 9 millions $, le MCT centre ses efforts sur quelques sports : le tir, le squash, la lutte, la boxe, l’athlétisme et le tir à l’arc. Une quarantaine de jeunes athlètes prometteurs bénéficient des meilleures condition d’entraînement, participant aussi à des tournois à l’étranger (lutteur à Colorado Springs – USA – par exemple). Une douzaine d’entre eux, dont A. Bindra, ont participé aux J.O de Beijing.

81Le conglomérat industrialo-financier Sahara India Pariwa, créé en 1978 à Lucknow (2e employeur national), s’investit dans le cricket et d’autres sports également.

Bindra, l’idole nationale ?

82Depuis 2008, pour la première fois dans son histoire, l’Inde a son héros olympique, en la personne d’Abhinar Bindra, médaillé d’or au tir à la carabine air comprimé (10 m). La figure du héros est indispensable pour déclencher, dans l’opinion publique, un engouement collectif pour une discipline. Doté d’une longue expérience, Bindra est issu d’une famille aisée – ce qui lui a permis d’assouvir sa passion pour ce sport coûteux – de la communauté sikh, dont il est la fierté. Mais sa gloire a dépassé l’horizon géographique de sa ville d’origine pour devenir une fierté nationale ; tous les sportifs, y compris les hockeyeurs les plus célèbres, se sont appropriés cette victoire ; selon Pratibha Patil, présidente de l’Union indienne, « il réalise le rêve d’un milliard d’Indiens ».

83Bindra a dû se former en Allemagne, avec l’aide de Samsung, BSNL et Sahara Group ; il est le fleuron de cette élite sportive mondialisée qui commence à émerger dans le pays. Le capitaine de l’équipe nationale de hockey sur gazon Dhanraj Pillay a raison de dire que « Bindra a ouvert un nouveau chapitre » dans le sport indien. Son exploit a brisé « the acceptance of mediocrity » et mis fin à la résignation pesant sur la communauté sportive indienne.

84Le succès de Bindra s’inscrit d’ailleurs dans une belle réussite sportive aux Jeux de Beijing qu’il convient d’analyser plus en détail.

85Depuis plusieurs olympiades, l’Inde, à défaut d’étoffer sa délégation, se présente dans un nombre croissant de sports. Pendant des décennies, seuls les hockeyeurs la représentaient ; en 1952, quatre sports sont représentés (hockey sur gazon, boxe, cyclisme, lutte) mais l’éventail ne s’élargit pas pendant plus de trente ans ; en 1988, l’Inde franchit le cap des 5 sports, puis 13 en 1996, chiffre qu’elle retrouve en 2008, alors même que l’équipe de hockey, non qualifiée, fait défaut.

86Cette petite délégation obtient un palmarès honorable. Appelons R le rendement mesuré par le rapport output/input, entre les résultats (médailles) « a », rapportés aux moyens engagés : effectifs de la délégation « b » et nombre de sports présentés « c ». Soit R = 100 a/b.c.

87L’Inde obtient un R de 0,405 (contre 0,114 en 2004, et 0,157 en 1996), supérieur à sa meilleure prestation à Moscou (0,329) en 1980.

88Comparé à d’autres pays, par exemple l’Australie, le rendement indien en 2008 est flatteur (tableau 6).

Tableau 6. Rendement olympique en 2008

Tableau 6. Rendement olympique en 2008

Source : CIO, calculs personnels.

89Ces bons résultats sont confortés par la progression de l’Union dans les classements aux Jeux aisiatiques. Elle a longtemps figuré entre la 13e et la 22e place jusqu’en 1985, se hisse de 1987 à 1993 au 6e/8e rang, et même au second en 1989. Depuis 1998, elle occupe régulièrement le trio de tête, sauf en 2009 (6e). Aux premiers Jeux olympiques de la Jeunesse (J.O.J) de Singapour (2010), les espoirs indiens ont décroché 5 médailles d’or et six en argent et bronze : un frémissement de bon augure, qui encourage le pays à s’engager dans la ronde des candidatures à l’organisation des Jeux olympiques.

90En 2004, New Dehli pose sa candidature pour organiser les Jeux de 2016, avant de la retirer, après son échec à organiser les Jeux asiatiques de 2014, face à Incheon (Corée du Sud). Pour 2020, elle renouvelle sa demande, aux côtés de seize villes concurrentes, bénéficiant du soutien du maire de Londres, M.S.K Livingstone et de la diaspora indienne.

91Le balancement intercontinental (évoqué par N. Chamerois) laisse quelques chances à New Dehli, même si les ratages des Jeux du Commonwealth ont laissé des traces.

92L’Inde rejoindra tôt ou tard le cercle des pays émergents organisateurs des Jeux, près le Japon renaissant en 1964, la Corée du Sud en 1988, la Chine en 2008, la Russie en 2014 (Jeux d’hiver) et le Brésil en 2016.

La « soft puissance »

93Le sport, véhicule de paix et de reconnaissance internationale : cette vérité s’imposera à l’Inde. Parce que les Jeux sont « une puissante mythologie contemporaine, capable de cristalliser une charge symbolique mondiale » selon J.-P. Augustin, parce qu’ils sont un signe de puissance et que l’Inde cherche à se positionner sur l’échiquier géopolitique mondial de demain, figurer en bonne place dans le palmarès olympique n’est pas négligeable.

94Quelques voix s’élèvent contre cette tentation. En son temps, le poète Rabindranath Tagore avait dénoncé « la volonté de puissance des Européens dont la guerre est l’aboutissement fatal » ; « parce que la morale de puissance déshumanise l’homme, elle est contraire aux traits les plus fondamentaux de la civilisation indienne ». Pour l’économiste Ramachandra Guha, « l’Inde ne devrait pas aspirer à devenir une superpuissance » (L’Inde après Gandhi, 2009).

95Mais le pays est pris, bon gré mal gré, dans la tectonique géopolitique ; les Jeux olympiques sont devenus un « champ de bataille symbolique où les pays se jaugent et se défient » ; l’enjeu olympique dépasse largement la sphère sportive. L’Inde n’en méconnait nullement le rôle : en 1980, elle n’a pas boycotté les Jeux de Moscou et a délégué une des plus fortes délégation de son histoire chez son allié soviétique d’alors. En s’affirmant aujourd’hui comme puissance régionale face au Pakistan et à la Chine, en signant un important accord avec les États-Unis (2006), l’Inde n’échappe pas à cette logique implacable. Son appétence de reconnaissance internationale se manifeste ouvertement, comme pour la Chine il y a quelques années. Une politique sportive ambitieuse, portée vers l’étendard olympique, en sera certainement une des facettes.

CONCLUSION

96Ayant adhéré précocement au Mouvement olympique, l’Inde est longtemps restée comme étrangère à la course aux médailles, suscitant de nombreuses interrogations chez les observateurs étrangers. Mais les forces en mouvement dans la mondialisation – notamment l’ouverture aux flux de capitaux, aux flux des hommes et des idées, et la fascination du modèle occidental, dont les Jeux olympiques sont la forme ultime, poussent l’Inde à rejoindre tôt ou tard le cercle des grandes nations olympiques. Par une certaine ironie de l’histoire, ce triomphe ultime de l’Angleterre, ancienne puissance colonisatrice et berceau du sport moderne, mettra fin à « une certaine exception culturelle ».

Bibliographie

ÉLÉMENTS DE BIBLIOGRAPHIE

ASSAYAG (J.), 2005, La mondialisation vue d’ailleurs. L’Inde désorientée, Paris, Seuil.

BOSE (M.), 2006, The Magic of Indian Cricket: Cricket and Society in India, Milton Park, Abington, Routledge.

BERNASCONI (G.), 2003, La politique olympique et sportive chinoise, Paris Université Paris I, Institut Pierre Renouvin (Centre de recherche en histoire des relations internationales, bulletin no 16).

BOUISSOU (J.), L’orgueil blessé de l’Inde, in : Le Monde (25/9/2010).

DE JACQUELOT (P.), Le rendez-vous manqué des Jeux, in : Le Monde (7/10/2010).

FAN HONG, MANGAN (J. A.), Sports in Asian Society, Past and Present, London, Frank Cass.

GAYER (L.), 2011, articles « Sport » et « cricket », in : F. LANDY (dir.), Dictionnaire de l’Inde contemporaine, Paris, Colin.

GAYER (L.), 2009, article « sport » in : Le Dictionnaire de l’Inde (coll.), Paris, Larousse. GUTMANN (R.), 2008, L’Inde face à son défi sportif : « soft power », mondialisation et capitalisme, Paris, IFRI, Lettre du Centre Asie, no 33 sept. 2008.

HAGHUNG (E.), KRISHNA (A.), 2008, Why do some countries win more olympic medals? Economic & Political Weekly, 12/7/2008.

HERBERT (J.), 1960, Introduction à l’Asie, Paris, Albin Michel.

JAFFRELOT (C.), 1996, L’Inde contemporaine de 1950 à nos jours, Paris, Fayard.

KAUFFMANN (S.), Le cricket délocalisé, la patrie en danger, in : Le Monde 28/3/2008.

KHILNANI (S.), 2005, L’idée de l’Inde, Paris, Fayard.

MAJUMBAR (B.), 2004, Twenty Two Yards to Freedom: a Social History of Indian Cricket, Basingstoke, Palgrave MacMillan.

MUSSEAU (F.), L’Inde dans la fièvre du cricket, in : Libération 2/3/1996.

PEKISH (T.), 2008, Pourquoi l’Inde ne s’intéresse pas aux J.O ? Rue89.com 8/6/2008. Questions internationales, 2005, L’Inde grande puissance émergente, Paris, La Documentation Française, no 15.

RACINE (J.-L.), 2005, L’Inde entre mondialisation et question sociale, Paris, IFRI, RAMSES.

VARMA Pavan K, 2005, Le défi indien, Arles, Actes Sud.

Journaux et sites internet :

The Times of India indiabudget.nic.ind

World Sikh News mittalchampionstrust.com

Hindustan Times dnaindia.com

The Telegraph, Calcutta cwgdehli2010.org

chineinde.info

inde.aujourd’huilemonde.com

olympic.ind.in

Annexes

ANNEXE 1. L’Inde aux Jeux olympiques

Sources : CIO, olympiastatistik.de.
Note ****
Note **†††

ANNEXE 2. Place de l’Inde dans l’élite sportive mondiale en 2010-2011 (sports d’équipe ou épreuves par équipes, hommes et femmes)

Sources : calculs personnels d’après FITA, ITTF, FIVB, WTF, FIBA, FISA, FIFA, FIE, IRB.
L’Inde ne figure pas dans les classements de l’IHF (handball).

ANNEXE 3. Rang mondial du meilleur athlète indien par sport, discipline ou épreuve (2010-2011) (individuel)

TIR (H) : carabine : 3 positions 50 m 7e, 50 m couché 15e, 10 m air comprimé 8e, pistolet : 50 m 32e, 25 m 8e, 10 m 24e, plateaux : trap 25e, double trap 2e, skeet 59e.

TIR (F) : carabine : 50m 34e, 10m 46e, pistolet : 25m 12e, 10m 10e, plateaux : trap 18e, skeet 39e.

HALTEROPHILIE (H) : 56 kg 28e, 62 kg 31e, 69 kg 11e, 77 kg 70e, 85 kg 57e, 94 kg 150e, 105 kg 87e, +105 kg 62e.

BADMINTON (H) : simple 23e, double 40e, double mixte 36e.

BADMINTON (F) : simple 87e, double 121e.

BOXE (H) : 48 kg 4e, 51 kg 13e, 54 kg 21e, 57 kg 9e, 60 kg 14e, 64 kg 43e, 69 kg 44e, 75 kg 1er, 81 kg 7e, 91 kg 54e, +91 kg 32e.

BOXE (F) : 48 kg 1er, 51 kg 26e, 57 kg 13e, 60 kg 19e, 64 kg 20e, 75 kg 22e, 81 kg 6e, +81 kg 4e.

ATHLETISME (H) : disque 16e, javelot 56e, poids 75e, 400 m haies 45e, triple saut 46e, 20 km marche 16e.

ATHLETISME (F) : triple saut 22e, disque 97e.

TIR À L’ARC : (H) 11e, (F) 5e.

AVIRON (H) : skiff 38e, 2 de couple léger 31e, 4 sans barreur 21e, 4 sans barreur léger 29e.

PENTATHLON MODERNE (H) : 149e.

ESCRIME (H) : épée 185e, fleuret 203e, sabre 280e.

ESCRIME (F) : épée 218e, fleuret 218e, sabre 131e.

TENNIS (H) : 324e (F): 58e.

SPORTS EQUESTRES : 1266e.

JUDO (H) : 60 kg 71e, 66 kg 224e, 73 kg 115e, 90 kg 161e.

JUDO (F) : 48 kg 76e, 52 kg 57e, 57 kg 152e, 63 kg 77e.

GOLF (H) : 153e, (F): 174e.

VOILE (H) : laser 662e, Finn 49e, (F): laser 177e.

CANOE (H) : K1 446e.

TENNIS DE TABLE : (H): 60e (F): 209e.

LUTTE (H): libre : 60 kg 22e, 66 kg 1er, 74 kg 18e, gréco-romaine: 55 kg 13e, 60 kg 11e, 66 kg 28e.

LUTTE (F) : libre : 48 kg 17e, 51 kg 13e.

Sources : calculs personnels d’après classements des Fédérations internationales (FI).

NB : La FI de lutte (FILA) ne réalise pas de classement mondial. Le classement retenu est celui des championnats du monde de Moscou 2010.

Notes de fin

* Il convient d’ajouter à ce total 20 médailles attribuées par le CIO aux équipes mixtes et aux athlètes indépendants.

reconnaissance par le CIO.

moyenne 1992-2008.

§ nombre de participations aux J.O d’été.

** nombre cumulé de médailles 1896-2008.

†† nombre de médailles/participations.

‡‡ Le CNO d’URSS reconnu en 1952 est dissous le 12.3.1992.

§§ En 2000.

*** Nb médailles/nb participants x 1000.

††† Médailles remportées par Norman Pritchard (100 m, 200 m) athlète anglo-indien en vacances à Paris.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Place de l’Inde dans le palmarès olympique mondial ( % du total mondial)
Légende Source : CIO, ONU, FMI.Note **
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 1 – Profil olympique du groupe des BRIC
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Tableau 2. Place de l’Inde et des pays émergents dans le palmarès olympique
Légende Note *Note **Note ***§Note ******Note *****††Note (1)‡‡Note (2)§§
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Tableau 3. Taux de pénétration de l’élite sportive indienne au niveau mondial ( %) en sports individuels (H/F) 2010-2011
Légende Sources : calculs personnels d’après FIG, UCI, FINA, WTF, IJF, FIE, ITTP, FILA, IWF, IBF, AIBA, FITA, FISA, ISSF, ITU, FEI, IGF, IAAF, UIPM.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Tableau 4. Le « noyau dur » de l’élite sportive indienne (sports individuels)(rang des meilleurs performers indiens en 2010/201 note <10)
Légende Sources : calculs personnels d’après FIS, CIO.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Tableau 5. Performances économiques et sportives des pays émergents(rang des pays dans les différents classements)
Légende Source : FMI, CIO, ONU.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Tableau 6. Rendement olympique en 2008
Légende Source : CIO, calculs personnels.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Sources : CIO, olympiastatistik.de.Note ****Note **†††
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Légende Sources : calculs personnels d’après FITA, ITTF, FIVB, WTF, FIBA, FISA, FIFA, FIE, IRB.L’Inde ne figure pas dans les classements de l’IHF (handball).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/568/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses universitaires de Perpignan, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search